- ENTREE de SECOURS -



mercredi 26 juin 2019

Réchauffement global, gaz carbonique et cycles solaires …

le 26 juin 2019


Ce billet est une traduction aussi fidèle que possible d’un article de Renee Parsons paru sur le site off-guardian. J’ai vérifié la plupart des faits exposés par cette personne et j’ai trouvé une coquille typographique dont il est fait mention dans une note en fin de billet. Renee Parsons est membre actif de l’ACLU, Union Américaine pour la défense des libertés civiles et membre de Friends of the Earth. Il m’a paru intéressant de faire figurer ce document très compréhensible dans ce blog car il illustre une sorte de retournement de tendance des associations de sauvetage de la planète, dont « Les Amis de la Terre » font partie, vis-à-vis de la politisation outrancière de l’IPCC. Entre crochets dans le texte figurent des ajouts explicatifs.

Après l’apparition de la photosynthèse il y a un peu plus de 3,2 milliards d’années la planète Terre a toujours été soumise à des fluctuations du climat, [fluctuations dont la complexité déborde le cadre de ce billet], par conséquent il ne sera abordé ici que l’aspect historique de la contribution du gaz carbonique au réchauffement planétaire ainsi que la relation entre les cycles solaires, en particulier les minima solaires, et le climat. Bien avant la création de l’IPCC par les Nations-Unies en 1988 l’augmentation générale des températures avait été corrélée avec celle de la teneur en gaz carbonique de l’atmosphère, seul responsable en raison de son effet de serre considéré comme la seule force motrice de cette hausse des températures.

À cette époque on pensait que le réchauffement global allait être la crise existentielle de notre époque, que la science n’avait plus rien à apporter et que pour notre civilisation les jours étaient comptés. Mais dans l’intervalle les conséquences du réchauffement global demeuraient incertaines car, en effet, un grand nombre de prévisions sur ces conséquences prédites par l’IPCC ne se sont pas matérialisées comme prévu. Le quotidien The Economist a fait récemment le constat suivant :

« Au cours des 20 dernières années la température de l’air à la surface de la Terre est restée stable tandis que les émissions de gaz à effet de serre ont continué d’augmenter ».

Avant la création de l’IPCC l’observatoire Mauna Loa à Hawaii enregistrait des niveaux de gaz carbonique inférieurs à 350 ppm avertissant très clairement que si cette teneur dépassait ce seuil la Terre serait en proie à de graves problèmes et qu’il n’y aurait pas de retour en arrière possible pour l’humanité. Ces cris d’alarme se poursuivent aujourd’hui alors que la concentration en gaz carbonique dans l’atmosphère a atteint 414 ppm et dans le même temps les températures ont atteint leur maximum en 1998.

Dès sa création l’IPCC a limité ses objectifs consistant à :

« Comprendre les bases scientifiques du changement climatique induit par l’activité humaine, ses impacts potentiels et les options d’adaptation et d’atténuation [de ce changement climatique] « .

En d’autres termes, avant qu’aucune science n’ait été réalisée, l’IPCC partait du principe que l’activité humaine était le seul responsable et que les phénomènes naturels ne participaient pas activement à ce processus et ne relevaient pas de sa sphère d’intérêt. En tant que sujet interdisciplinaire d’une complexité extrême l’IPCC ne fait pas autorité dans toutes les disciplines scientifiques qui sont du domaine du changement du climat. Et pourtant la très grande majorité des scientifiques ne contestent pas que le fait que le Soleil avec sa production cyclique d’énergie est la seule véritable force qui régit le système énergétique et climatique de la Terre en tant qu’élément d’un système centré sur le Soleil, l’exclusion de ce dernier par l’IPCC ne peut être considéré que comme un acte délibéré contrecarrant un ensemble de lois fondamentales de la science, une attitude qui devrait faire l’objet d’une enquête approfondie réalisée par des scientifiques impartiaux.

Le Soleil est le corps céleste le plus massif du système planétaire dans lequel se trouve la Terre et il exerce une attraction gravitationnelle puissante sur « ses planètes ». Ses taches solaires sont en relation avec les températures de la Terre et ceci est connu et bien répertorié depuis que Galilée a commencé à observer ces taches en 1613. Pourtant, l’PCC, qui prétend défendre une « vision scientifique du changement climatique », voudrait nous faire croire que le Soleil est immatériel et sans conséquence aucune sur l’évolution du climat terrestre, tout simplement un point chaud négligeable dans le ciel (illustration).

Dans ce débat sur le réchauffement global le gaz carbonique est considéré comme un polluant incolore et inodore qui ne mérite que peu d’attention, et pourtant c’est une composante essentielle de toute vie sur la Terre car la photosynthèse ne peut pas avoir lieu sans gaz carbonique. Ce gaz est un contributeur indispensable pour l’agriculture car les plantes absorbent du gaz carbonique et relâchent de l’oxygène dans l’atmosphère, un autre gaz atmosphérique dont dépendent tous les êtres vivants, qu’ils soient quadrupèdes ou bipèdes. C’est ainsi que certains scientifiques considèrent que la Terre a souffert d’une « famine » de  et applaudissent le reverdissement indéniable de la planète depuis au moins trois décennies.

Avec les deux films de l’ancien vice-président Al Gore, « Une vérité qui dérange » (2006) et « Une suite qui dérange » (2016) qui traitent du climat comme d’une science acquise et dramatisent le réchauffement du climat comme étant une question de morale, il n’y a plus de place pour une autre approche critique, sceptique et indépendante basée sur des preuves. Il s’agit maintenant de politique partisane adossée sur l’émotion et une opinion subjective.

Compte tenu de l’importance que prennent les conditions météorologiques dans notre vie quotidienne, il semblerait que les citoyens engagés et les paléoclimatologues en herbe tentent de comprendre l’histoire ancienne du climat et de l’atmosphère terrestres pour obtenir une perspective claire du climat actuel et du climat futur de la Terre. Le climat est un système non linéaire dépendant d’une multitude de variables suivant des rythmes mais aussi des fluctuations erratiques, ce qui rend les prévisions météorologiques impossibles. Le climat est également une moyenne des systèmes météorologiques sur une période déterminée alors que les évènements météorologiques locaux indiquent une tendance à court terme mais ne constituent en aucun cas des prévisions précises sur le changement climatique.

L’analyse des carottes glaciaires n’indique pas les causes du réchauffement global, elles permettent seulement de se faire une idée du rapport entre le gaz carbonique atmosphérique et les températures. Il appartient aux scientifiques d’interpréter les résultats. Et c’est là que ce récit prend une tournure imprévue quand il s’agit d’étudier le climat passé. On peut dire alors que ce que les scientifiques ont découvert est une « vérité dérangeante » : ils savent depuis 20 ans que les carottes de glace de Vostok dans l’Antarctique réfutent le rôle du gaz carbonique dans le réchauffement du climat et remettent en question sa contribution en tant que principal gaz à effet de serre dans l’atmosphère. En effet la glace est de la vapeur d’eau atmosphérique figée sous forme de glace et elle contient 3,6 % de gaz carbonique* et tous les scientifiques spécialisés dans ce type d’étude le savent ( * voir l’importante note en fin de billet). Le Centre de Recherche Vostok est situé au centre de la calotte glaciaire antarctique et des physiciens russes et français y travaillent en collaboration étroite. Ils ont collecté des informations depuis les années 1990 pour mesurer la teneur historique en gaz carbonique dans la glace. Les échantillons ont les premiers permis de montrer des évidences irréfutables de l’évolution du climat terrestre depuis 420 000 ans, considérable laps de temps traversé par 4 périodes glaciaires et inter-glaciaires. Ces échantillons remettent complètement en cause le fait que le gaz carbonique provoque un réchauffement : il n’est pas « le coupable » que l’on croyait. Comme on pouvait s’y attendre l’IPCC considère que ces résultats, pourtant irréfutables, fournissent des « valeurs aberrantes » …

La première révélation significative des études sur les carottes de glace est que le réchauffement global ne pouvait pas être uniquement attribué au gaz carbonique car les augmentations de sa teneur dans l’atmosphère survenaient toujours systématiquement après les augmentations de température et qu’il existe un long délai de latence entre ces deux évolutions. Un raisonnement clair et logique voudrait que la cause, c’est-à-dire le gaz carbonique, précède l’effet, c’est-à-dire l’augmentation de la température, selon l’IPCC, or cette affirmation est en complète contradiction avec toutes les études des carottes glaciaires. Aujourd’hui, avec un gaz carbonique à 414 ppm, les températures restent dans la variabilité normale. Pour enfoncer le clou dans le raisonnement illogique de l’IPCC toutes ces études montrent que l’augmentation du gaz carbonique atmosphérique survient après les 800 ans suivant un réchauffement du climat [ce qui serait en accord avec l’augmentation de la teneur observée depuis le début de l’ère industrielle comme conséquence de l’optimum climatique médiéval]. Cette latence a cependant été évaluée à plutôt 8 000 ans et en 2017 une dernière évaluation a porté ce délai à 14 000 ans. On peut donc dire que dans un monde complexe régi par la mécanique quantique il serait admis que le gaz carbonique et les températures sont corrélées lorsque ces deux grandeurs varient ensemble, tout en étant séparées par un décalage de plusieurs milliers d’années.

Ce qui paraît obscur et inexplicable pour l’opinion publique dans cette espèce de « remaniement » du réchauffement global par l’IPCC c’est que les archives géologiques ont identifié les changement climatiques comme obéissant à des cycles naturels de périodes glaciaires de 100000 ans interrompues par de brèves périodes interglaciaires de 15 à 20 000 ans. Ces périodes interglaciaires sont de simples répits tempérés dans un monde globalement plus froid au cours des millénaires passés. Au sein de ces alternances d’épisodes glaciaires et interglaciaires il existe des sous-ensembles cycliques de réchauffements et de refroidissements de la planète exactement comme la période interglaciaire actuelle a débuté à la fin du Pléistocène il y a environ 12 000 ans. Le climat n’est donc pas une constante. Voici des exemples de sous-ensembles climatiques récents :

moins 200 avant JC – 440 après JC : cycle de réchauffement romain,

440 après JC – 950 après JC : cycle froid des « âges sombres »,

950 après JC – 1300 après JC : cycle de réchauffement médiéval,

1300 après JC – 1850 après JC : petit âge glaciaire de la Renaissance,

enfin 1850 – présent : cycle de réchauffement moderne

De plus les relevés climatiques ont montré que les pics de gaz carbonique du passé sont proches des valeurs actuelles sans la contribution des combustibles fossiles qui n’ont été massivement utilisés qu’après la moitié du XIXe siècle. Par exemple, la teneur actuelle en gaz carbonique de 414 ppm se compose des 300 ppm tels qu’enregistrés au XIXe siècle alors toute accumulation de ce gaz au delà de ces 300 ppm devrait être considérée comme d’origine anthropogénique et donc classée comme « historique » ou d’un « niveau alarmant » et pourtant elle reste statistiquement non significative si on la compare aux niveaux historiques passés. En effet, au cours des 600 derniers millions d’années seules les époques géologiques dites du Carbonifère et de l’Holocène récent ont connu des teneurs en gaz carbonique inférieures à 400 ppm.

Au début du Carbonifère la teneur en gaz carbonique était de 1500 ppm avec une température moyenne de 20 °C puis au milieu du Carbonifère la température moyenne plongea vers 12 °C et la teneur en gaz carbonique suivit cette plongée pour arriver à 350 ppm. En d’autres termes la contribution humaine à cette teneur en gaz carbonique atmosphérique est bien inférieure à ce qui a été considéré comme significatif au cours du Carbonifère. Contrairement à l’objectif décidé par l’IPCC la NASA a tout de même reconnu que : « tout le climat terrestre, de la surface de la planète jusqu’à l’espace, est sous l’influence du Soleil » et que le climat ressenti à la surface de la Terre est « influencé par les petites variations du cycle solaire ».

Un cycle solaire a une durée d’environ 11 ans et il débute par une faible activité magnétique. Celle-ci augmente au cours du cycle avec simultanément une augmentation du rayonnement émis et elle décroit ensuite avec une activité réduite au niveau des taches solaires ce qui a alors un effet sur les températures de la planète. Le cycle solaire actuel finissant [#24] est désigné par les astrophysiciens comme un « Grand minimum » car le nombre de taches solaires répertoriées a été anormalement faible. Selon un scientifique de la NASA ce cycle est l’un des minima les plus profonds de l’ « ère spatiale » [qui débuta en 1957] et il prédit aussi un record de l’ère spatiale pour le froid. Il a cependant clarifié sa déclaration dans la mesure où elle s’applique uniquement à la thermosphère [cf. le billet du 2 mars 2019 sur ce blog].

Comble de propagande mensongère, en Octobre 2018 la NOAA avait prédit pour les USA « un hiver avec des températures plus clémentes ». On sait ce qu’il est advenu de ces prévisions : des précipitations anormalement élevées et des températures anormalement basses dans tout le pays.

En 2018, le Soleil, dans ce cycle finissant, a connu 221 jours sans aucune tache comme l’a relevé le site Spaceweather.com. Que l’on soit partisan ou non des thèses soutenues par l’IPCC le Grand minimum solaire est attendu pour 2020 et il durera jusqu’en 2026 tout en provoquant des situations climatiques anormales et contre-intuitives incluant des températures plus fraiches en raison d’une couverture nuageuse plus dense, des épisodes plus chauds dus à une brillance plus prononcée d’un Soleil exempt de taches solaires, des évènements radio-électriques potentiels, de fortes pluies suivies d’inondations et des épisodes de sécheresse, des printemps écourtés avec de graves conséquences sur l’agriculture et la production de nourriture, mais aussi des épisodes hivernaux plus cléments que d’habitude.

Il est clair qu’un changement climatique important est en train de se produire alors même que le rôle du gaz carbonique et de l’activité humaines en tant que facteurs de causalité restent problématiques et également que l’élimination ou la réduction de la production de gaz carbonique et de méthane d’origine humaine n’améliorera pas nécessairement l’état de la planète Terre. Il serait grand temps que les scientifiques se comportent en scientifiques sans agendas politiques ni interférences bureaucratiques car le Soleil continuera sa course dans la Galaxie et la Terre continuera à tourner autour de lui comme elle l’a fait depuis des millénaires.

En conclusion, il est permis de rêver qu’un jour, dans un futur proche ou lointain, les hommes seront capables d’extraire l’énergie du point zéro [ZPF, zero point force, lien] dont Nikola Tesla pressentit la possibilité au début du XXe siècle. Mais il s’agit d’un redoutable challenge comme l’est d’ailleurs l’énergie de fusion nucléaire. Pendant ce temps le climat de la Terre continuera à évoluer conformément aux cycles naturels. On peut rêver d’un monde disposant d’une source d’énergie inépuisable, un nouvel âge d’innovations à l’échelle de la planète, un monde sans industries rapaces, sans pollution, sans pénuries et … sans guerres. La Terre tournera sans nous (lien Youtube) …

Source : billet paru sur le site off-guardian le 21 Juin 2019 : https://off-guardian.org/2019/06/21/global-warming-carbon-dioxide-and-the-solar-minimum/



Note. La teneur en gaz carbonique dans l’atmosphère reconstituée par l’étude des calottes glaciaires est réalisée par l’étude non pas de la glace elle-même mais des micro-bulles d’air emprisonnées dans celle-ci. Lorsque la vapeur d’eau atmosphérique se condense pour former des gouttelettes (nuages) ou de la glace (flocons) celle-ci dissout du gaz carbonique. Les océans contiennent par volume 52 fois plus de gaz carbonique que l’atmosphère. Il y a donc dans le texte original de Renee Parsons une coquille typographique, il faut lire 3,6 ‰ (ou 3,6 parties par milliers en volume) ce qui est du même ordre de grandeur que la teneur en gaz carbonique dans la neige des régions polaires.

49 commentaires:

  1. Nota nécessaire: Les mers & les océans (plus de 75 % de la superficie de notre planète) émettent tous les jours des milliards de fois plus de gaz que toute l'humanité, les animaux et l'industrie réunis (et nous ne sommes pas morts !! Cà alors !). Depuis toujours TOUS les gaz se recyclent immédiatement compte tenu des vents et températures qui parcourent notre globe.

    C'est-à-dire que même si l'humanité n'existait pas, ni les animaux ni l'industrie, la température mondiale ne changerait pas d'un centième de degré !

    La planète Mercure est à 60 millions de km du soleil (Terre à 150 millions) et affiche des +200 à 430°C le jour et du -150 à -200°C la nuit ! et met 58,65 jours pour faire un tour sur elle-même.

    L'astre solaire n'y est donc pour rien dans sa température de nuit puisque Mercure a un magma éteint, contrairement à la planète Terre où son magma demeure et produit des millions (milliards ?) de sources chaudes (volcans) sous la mer et les océans. Ces chaleurs et ces gaz montent à la surface et son emportés par les courants maritimes & océaniques comme aériens. Ils produisent ainsi une douceur à certaines côtes.

    RépondreSupprimer
  2. 'ManBearPriestMonks' sont les nouveaux experts en climat: ils déclarent croire au GIEC au lieu de Dieu


    June 26th, 2019



    Les chefs religieux jettent le charbon et déclarent «aucune foi»
    Voilà mon monde. Qui savait qu'ils avaient foi dans le charbon ?

    Alors oubliez la science, le changement climatique est un problème moral. La sensibilité climatique est-elle de 1 degré ou de 3? Demandez à un prêtre.

    Un groupe appelé Australian Religious Response to Climate Change (ARRCC) a accusé 150 cibles douces du monde religieux de signer une lettre grandiose faisant du charbon un nouveau Lucifer.

    The gardian

    Dans une lettre ouverte intitulée "Pas de confiance dans le charbon", les dirigeants ont déclaré que la crise du climat était un problème profondément moral et que la réponse de l'Australie serait cruciale pour y faire face.

    Les signataires de la lettre incluent des 'évêques, des rabbins, des théologiens, le grand mufti d’Australie et les chefs de l’Église unie, de la Fédération des conseils bouddhistes australiens, de Musulmans Australie et du Conseil national des églises'.

    Rappelez-vous la maxime alarmiste: demandez à un plombier de faire la plomberie, à un spécialiste du cœur de faire la chirurgie et, si vous voulez prédire le climat, demandez à un imam.

    Ou à défaut - demandez à un élève - ce que les chefs religieux ont fait. Citons leur lettre:

    Comme vous le savez, des milliers d'élèves ont manifesté dans nos rues à propos de cette urgence. Ils ont trois demandes. Nous vous écrivons pour vous demander de les accepter:

    - Arrêt du projet de mine de charbon d'Adani
    - S'engager à ne pas créer de nouveaux projets de charbon ou de gaz en Australie
    - Passer à 100% d'énergie renouvelable d'ici 2030.
    - Demandons aux filles innombrables de définir la politique énergétique nationale. Qu'est ce qui pourrait aller mal ?

    Ce n’est pas comme si elles étaient facilement dupes des esclaves de la mode qui font de bonnes meneuses de claques.

    Le son des commandements brisés:
    J'en compte cinq:

    - Tu n'auras pas d'autres dieux (depuis quand le GIEC est-il sacré ?)
    - Tu ne prendras pas le nom du Seigneur en vain (n’utilise pas Dieu pour la publicité dans l’industrie des énergies renouvelables)
    - Honore ton père et ta mère (pas les faux saints adolescents)
    - Tu ne porteras pas de faux témoignage (louez pas les scientifiques qui cachent les déclins)
    - Tu ne voleras. (Voir Australian Renewable Energy Target - panneaux solaires.)

    L'économiste de BishopRabbi affirme que l'automatisation nuit aux emplois
    L’énergie solaire fait apparemment plus de travail:

    La mine Adani au centre et au nord du Queensland en est un excellent exemple. Les gens là-bas ont besoin de nouveaux emplois fiables. Cependant, de sérieux investissements dans l’énergie solaire généreraient beaucoup plus d’emplois que la mine d’Adani, car elle est moins automatisée. Et rejeter le nouveau charbon aidera également à protéger les emplois qui dépendent de la Grande Barrière de Corail. Il y a actuellement 60 000 personnes dont les moyens de subsistance dépendent du récif.

    RépondreSupprimer
  3. Éliminons également les machines à laver et les femmes pourront redevenir des femmes au foyer à temps plein. Cela créera beaucoup d’emplois.

    L’énergie solaire crée des emplois de la même manière que le transport de marchandises à cheval: une petite unité exigeant beaucoup de maintenance ne peut pas être utilisée de manière efficace avec des économies d’échelle. Ces économies étant ce qui rend les camions moins chers.

    Les gentils mais faibles chefs religieux ont donc confié leur pouvoir moral aux enfants et aux activistes. Il n’ya aucune raison pour laquelle ils ne devraient pas s’exprimer sur le changement climatique, mais s’ils se soucient de leur troupeau, ils pourraient vouloir faire une recherche sur les positions qu’ils défendent. Cela signifie lire les arguments pour et contre. Au lieu de cela, ils suivent aveuglément un groupe qui traite le GIEC comme un dieu - l'ARRCC décrit sa politique comme à peu près tout ce que le GIEC a jamais dit.

    Tu ne questionneras pas les comités étrangers
    Après avoir fait don de leurs cerveaux au GIEC, l'ARRCC explique pourquoi tout résultat prouve qu'il a raison:

    Comment le climat change

    Les chiffres ci-dessus peuvent sembler minimes, mais leur impact dépasse largement le simple réchauffement global de la température de 1 à 2 degrés. C’est d’abord parce que ce montant n’est qu’une moyenne - les changements de température sont inégalement répartis à travers le monde. Certains endroits dans le monde connaîtront des augmentations bien plus importantes que cela et certains endroits connaîtront en réalité une diminution de la température.

    Ce phénomène de refroidissement et de réchauffement s'explique en partie par l'effet du réchauffement sur les températures et les courants océaniques. Les températures de l'air et des terres se réchauffant, il en va de même pour la température moyenne de l'océan. L'augmentation de la température de l'air et de l'océan entraîne la fonte accélérée de la glace dans l'Arctique et l'Antarctique, entraînant une augmentation des eaux froides se déversant dans les océans. Les eaux plus froides interagissent avec les eaux plus chaudes pour modifier la structure des courants océaniques, ce qui permet à une partie de cette eau plus froide de s’écouler vers des endroits qui ont connu des courants océaniques chauds dans le passé. À mesure que les températures des océans se situent entre les températures des terres côtières, les eaux plus froides provoqueront des températures plus froides.

    Alors, génie religieux, dites-nous quel résultat prouverait que la théorie est fausse ? Si les températures sont restées exactement les mêmes ?

    Et que dit Dieu / Budda / Mahomet au sujet des scientifiques qui cachent des données, des déclins, leur histoire, des ajustements et des méthodes ?

    Les changements de température de l'air et de l'eau ont également une incidence sur les conditions météorologiques. À mesure que les courants océaniques changent, cela affecte les courants aériens qui s'écoulent au-dessus des océans, modifiant ainsi la formation des nuages ??et la structure des vents. L’effet global de ces courants d’air changeants est que la plupart des endroits dans le monde connaîtront une chute de pluie beaucoup moins fréquente. Cependant, quand il pleuvra, cela se produira avec une intensité beaucoup plus grande. Cela conduit à un schéma de sécheresse et d'inondations. Cela signifie également que les saisons des pluies vont parfois changer, avec un temps sec pendant les saisons pluvieuses traditionnelles et très humide pendant les saisons sèches traditionnelles. Cependant, l’effet principal est de rendre les précipitations très imprévisibles sur la base des expériences passées. La modification des régimes de précipitations a également un effet sur les zones de captage d'eau traditionnelles et les systèmes fluviaux existants, ce qui peut affecter des sources d'eau douce auparavant fiables.

    RépondreSupprimer
  4. Rendons hommage aux rites païens de la superstition climatique: sécheresses, vagues de chaleur, bruits aléatoires sont la "preuve" de tout ce que vous aimez. Ils ne sont pas pires que ceux d’il y a 1000 ans. Les inondations ne sont pas pires non plus.

    L'augmentation de la fréquence et de la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les tempêtes tropicales est un troisième effet des variations de la température et des courants de l'eau.

    Sauf que les tempêtes tropicales ne sont pas plus fréquentes et que les pires ont eu lieu il y a des centaines d'années.

    ManbearMonkPriest affirme que les sceptiques ont tort, en raison d'une étude de mot clé erronée des résumés examinés par des amis dans un espace sécurisé doté d'un financement biaisé pour les penseurs de niveau b. Cela et parce que l'appelant «denier» a l'air si scientifique.

    Arguments sceptiques

    Les impacts ci-dessus ne sont pas simplement des prévisions, mais des choses que l'on observe actuellement dans le monde entier. Cependant, il existe encore un groupe important et souvent vocal de personnes sceptiques face à la science du changement climatique ou totalement négatives.

    Les personnalités de ce groupe sont rarement des climatologues ou même des scientifiques - ce sont généralement des spécialistes des sciences sociales tels que des économistes, des politiciens, des personnes liées aux grandes entreprises ou des commentateurs sociaux.

    Important ? Dis ça au professeur Richard Lindzen.

    Bien qu'il y ait quelques scientifiques parmi ce groupe de personnes, les recherches de Cook et al. En 2013 («Quantifier le consensus sur le réchauffement climatique anthropique dans la littérature scientifique») ont révélé que 97% des climatologues publiés croient en l'existence de facteurs climatiques induits par l'homme. changement. Autrement dit, 97% des scientifiques dont le domaine d'expertise est le climat et qui ont déjà procédé à une évaluation par leurs pairs de leurs recherches et qui ont été publiés dans une revue scientifique croient que le changement climatique se produit et qu'il est directement liée à l'activité humaine. Plusieurs travaux de recherche ont maintenant montré que des scientifiques sceptiques et des groupes de réflexion recevaient indirectement des fonds substantiels des industries des combustibles fossiles.

    Oui, et certaines recherches anonymes sur des personnes anonymes et des sommes non répertoriées prétendent qu’elles sont payées. Ces 150 patsies crédules croiront n'importe quoi. Ils donnent une mauvaise réputation à la religion.

    Malheureusement, la science du changement climatique est le plus souvent présentée à tort dans les médias comme un «débat» entre un nombre à peu près égal de croyants et de sceptiques, ce qui donne l’impression que le jury scientifique n’a toujours pas été choisi. Si la description était plus précise, elle refléterait un consensus presque total sur la science, avec seulement la plus petite minorité de dissidents.

    Les médias sont trompeurs. Les sceptiques sont plus nombreux et dépassent les croyants. Ils ont remporté de vrais prix Nobel, des prix de la NASA, ils ont marché sur la lune, ils sont professeurs de météorologie au MIT. La moitié des météorologistes - fergoodnesssake - sont sceptiques, et enquête après enquête montre que les deux tiers des géoscientifiques et des ingénieurs sont sceptiques.

    Il n'y a pas de consensus parmi les scientifiques, il y a

    http://joannenova.com.au/2019/06/priest-monks-are-the-new-climate-experts-they-declare-faith-in-ipcc-instead-of-god/

    RépondreSupprimer
  5. La canicule fait ses premiers morts en France


    09:49 26.06.2019


    Depuis le début de l’alerte orange pour la canicule qui sévit actuellement en France, trois personnes, deux septuagénaires et une sexagénaire, ont été prises de malaises au contact de l’eau lors de baignades dans l'Hérault.

    Les fortes chaleurs qui risquent de battre les records pour cette année font leurs premières victimes. Depuis le lancement de l'alerte canicule le 24 juin, trois personnes ont perdu la vie dans l'Hérault, rapportent des médias locaux.

    Ce lundi après-midi, un homme de 70 ans a fait un arrêt cardiaque à Marseillan-plage au contact de l’eau, annonce Midi libre. Les pompiers ne sont pas parvenus à le réanimer.

    Le lendemain, un homme de 75 ans et une femme de 62 ans sont décédés dans des circonstances similaires dans le même département. Le premier a fait un malaise cardiaque au contact de l'eau à Carnon en milieu de matinée, selon France 3 Occitanie. Plus tard dans la journée, la sexagénaire qui se baignait à Frontignan-Plage, «a eu un malaise et a coulé», selon le site Actu.fr. Rapidement sortie de la mer par les sauveteurs, elle n'a pas survécu.

    La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) a déconseillé de plonger dans des points d'eau trop frais afin d’éviter le phénomène d’«hydrocution», quand les vaisseaux sanguins dilatés par la chaleur se contractent brutalement et peuvent provoquer des syncopes en raison de la différence de température entre l'organisme et l'eau.

    Dans ce cas, il est conseillé de se mouiller progressivement, en commençant par la nuque.

    La France fait face à une canicule cette semaine, avec des températures ressenties atteignant les 50 degrés. Pour s’y préparer le mieux possible, il faut suivre les conseils qui aideront à la supporter.

    https://fr.sputniknews.com/france/201906261041522991-la-canicule-fait-ses-premiers-morts-en-france/

    RépondreSupprimer
  6. Miss France explique pourquoi elle ne participera pas à Miss Monde et Miss Univers


    10:46 26.06.2019


    Vaimalama Chaves, Miss France 2019, a déclaré, dans une séquence publiée sur Instagram, qu’elle a décidé de ne pas saisir l’opportunité de participer à Miss Monde et Miss Univers. Au lieu de ces concours de beauté, elle préfère rester à Tahiti où se fera cette année la préparation des candidates à Miss France 2020.

    Miss France 2019 a décidé de ne pas représenter l’Hexagone ni à Miss Monde ni à Miss Univers, a déclaré la Tahitienne de 24 ans, Vaimalama Chaves, sur Instagram.

    Elle a expliqué qu’elle souhaite rester en Polynésie où se tiendra, au mois de novembre, la préparation des candidates à Miss France 2020.

    «Pour vivre la vie que vous voulez avoir, il faut savoir renoncer à ce que vous ne voulez pas. Et moi, je veux être ici. Alors voilà, je choisis la Polynésie au détriment de Miss Univers et Miss Monde, quelle que soit la date à laquelle cela aura lieu et cela n'a rien à voir avec qui que ce soit. C'est moi», a lancé Vaimalama Chaves.

    La France sera ainsi représentée par ses dauphines, Lauralyne Demesmay et Ophély Mézino.

    https://fr.sputniknews.com/france/201906261041523258-miss-france-explique-pourquoi-elle-ne-participera-pas-a-miss-monde-et-miss-univers/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassure- toi Vaimalama Chaves, il n'a JAMAIS EXISTÉ DE 'Miss France' ou de 'Miss Monde' ou 'Miss E.T.' !
      Reste loin de cette merde (gros tas de) et tu vivras des jours heureux en Polynésie !

      Supprimer
  7. TOUS les moteurs qui roulent à l'éthanol sont cassés ! TOUS !


    Effectivement TOUS les véhicules qui ont le malheur d'avoir consommé de l'éthanol sont foutus ! De plus, brûlant plus vite ils consomment jusqu'à 20 % en plus !!

    L'escroquerie de l'éthanol !

    Pratiquement TOUTES les pompes disponibles aujourd'hui ne proposent QUE de l'éthanol !
    QUE VOTRE MOTEUR SOIR 'REGLEE', 'ADAPTEE' ou 'COMPATIBLE' à cette merde: votre moteur EST FOUTU !
    RENSEIGNEZ-VOUS CHEZ VOS VOISINS, VOS GARAGISTES ou LIVREURS DE CARBURANTS !!!

    Moteurs de voitures, camions, motos, tracteurs ou motobineuses et tondeuses à gazon, le résultat EST LE MÊME ! Moteur cassé = prix du véhicule !

    Sur Internet, tapez "Ethanol moteur cassé" et là, vous tomberez sûrement/certainement sur de FAUX sites de trolls où, dès l'enregistrement de votre question, ils vont TOUT FAIRE pour vous éliminer ! (ou vous tombez sur 'Ce site ne peut pas fournir de connexion sécurisée' !) Càd faire disparaître vos commentaires suivants (et vous empêcher l'accès au forum !)! Et là; les trolls vont s'en donner à coeur-joie ! "Mon moteur roule depuis 10 ans à l'éthanol, et marche très bien !" ou bien "Merci à l'éthanol ! C'est moins de pétrole = moins de pollution !"

    Même avec les 'nettoyeurs d'essence' vendus en supermarchés votre moteur dégringole ! Vous allez tomber en panne ! Faire remorquer !! (3 mois de salaire + enlèvement et frais de réparations et gardiennage chez le garagiste-escroc' + remplacement du véhicule + frais de destruction de l'épave toute neuve qui a marché à l'éthanol !)

    C'est LA dictature ! (Rien à voir avec les 'manifestations' de GJ le samedi où PERSONNE n'osera afficher 'NON A L'ETHANOL !' ou 'NON A LA DICTATURE, OUI A LA DEMOCRATIE !' parce qu'ils soutiennent toutes ET tous LA DICTATURE ! Ils ne sont là QUE pour relever vos noms et adresse des anti-micron !).

    C'est-à-dire NE ROULEZ PLUS ! MARCHEZ ! MARCHEZ DANS LA MERDE pour aller travailler ou faire vos courses ou pour vous 'détendre' !!!

    voir:

    https://www.hummerbox.com/t4840p75-voici-de-bien-tristes-nouvelles-de-mon-h2-jai-confie-mon-hummer-h2-a-latelier-du-hummer-en-vendee-pour-la-pose-du-kit-ethanol-resultat-moteur-casse

    (...) Rouler au Super-éthanol E85 avec un véhicule qui n’est pas conçu à l’origine pour fonctionner avec ce carburant n’est pas sans risque. Pour pouvoir utiliser le Super-éthanol E85, il est nécessaire de concevoir le véhicule en version dite « FlexFuel ».

    Certaines sociétés à travers l’Europe proposent des appareils (ou des kits) en après-vente, qui convertissent les véhicules classiques à moteur à essence en véhicules Flexfuel. Ces appareils (kits) électroniques contrôlent les unités de commande et sont prétendus recalibrer le moteur pour qu’ils fonctionnent au super-éthanol E85 (« boîte noire E85 »).
    Or, un véhicule essence classique, n’est pas conçu pour fonctionner avec un pourcentage d’éthanol aussi élevé.

    Quels sont les risques d’adaptation de ces boitiers E85 ?
    Pour les consommateurs, il peut sembler tentant d’installer un simple appareil E85 en après-vente, afin de réduire le coût d’utilisation du véhicule et bénéficier d’un carburant moins cher à la pompe.

    RépondreSupprimer
  8. Cependant, la vente et l’installation de ces appareils présente plusieurs risques en termes de fiabilité moteur et de corrosion, ainsi qu’en termes de traitement des émissions de polluants.

    Les modifications de conception sont assez importantes par rapport aux véhicules classiques à moteur essence. Par exemple, des composants tels que culasses, pistons, injecteurs de carburant et capteurs d’oxygène tous exposés au carburant (ou combustible brûlé) auront besoin d’une meilleure résistance à la corrosion et à la compatibilité des matériaux.

    Le montage d’un boîtier éthanol ou kit E85 pourrait entrainer de sérieux problèmes de fonctionnement du véhicule :
    · Risques d’usure ou de casse moteur :

    - Compatibilité matériaux : risque de fuite de carburant et donc d’incendie
    - Usure prématurée des sièges de soupapes et du système d’injection
    - Mauvais démarrage à froid qui nécessiterait la mise en place d’injecteurs chauffants pour assurer un bon démarrage en période froide.
    - Casse moteur pour inadaptation de l’indice thermique de la bougie
    - Lubrifiants non compatibles avec un fort taux d’éthanol (E85)


    · Risques d’émissions de polluants non maitrisées :
    - Possible dysfonctionnement de la fonction canister avec un risque d’émissions par évaporation.
    - Allumage intempestif du voyant sur le tableau de bord nécessitant un passage en diagnostic
    - Risques d’émissions polluantes sur un véhicule équipé d’un boitier E85, Le système de dépollution n’ayant pas été conçu pour fonctionner avec un pourcentage élevé d’éthanol.

    Dans tous les cas, la garantie constructeur ne pourra pas être maintenue pour les véhicules équipés d’un tel dispositif en post-équipement. (...)

    https://ccfa.fr/dossiers-thematiques/le-bioethanol-un-bio-carburant/


    - Sur site:

    - "Êtes-vous satisfaits ?"
    1 à 2 ans: 28,8 %
    (et çà tombe à:)
    3 ans et plus: 15,5 % !!!

    https://www.boitier-e85.com/vos-questions/

    - Sur site:

    (...) l'ethanol n'est pas rentable a produire il faut 1,5 litre de pétrole pour produire et distiller un litre d'éthanol et c'est un fiasco économique les centres Leclerc viennent d'annoncer la fermeture des pompes a ethanol et d'autres suivrons la decouverte de mega gisement de petrole a grande profondeur au bresil et au canada laisse entrevoir que le petrole n'est pas encore fini nous sommes capable de forer beaucoup plus profond qu'il y a dix ans ce qui ne veut pas dire que les prix baisseront vu la demande asiatique ! (...)

    https://www.mustangv8.com/fr/technique-mustangs-modernes/mustang-roulant-a-l'ethanol-e85/?PHPSESSID=d90428b5cc9ce9feb7f58ef6b13bbc60

    RépondreSupprimer
  9. AAA dit l'éthanol-carburant peut endommager certaines voitures, l'EPA demande de le retirer des pompes


    Par: Audrey Hudson
    30/11/2012 14:21


    L'utilisation de l'E15 récemment approuvé carburant fabriqué à partir de mélange d'essence et d'éthanol pourrait endommager les véhicules et les garanties vide, dit l'American Automobile Association (AAA), qui exhorte le gouvernement fédéral à l'interdire sur le marché.

    L'Environmental Protection Agency (EPA) a approuvé le carburant plus tôt cet été, mais AAA dit seulement cinq pour cent des véhicules sur la route sont approuvés par les fabricants d'utiliser le mélange spécial qu'ils disent provoque des problèmes importants tels que usure prématurée du moteur et de l'échec, de carburant d'endommager le système et faux "Check Engine" feux de détresse.

    Le club automobile a mené une enquête récente, il dit identifie la confusion chez les consommateurs quant aux véhicules peuvent utiliser du carburant - 95 pour cent des personnes interrogées n'avaient jamais entendu parler de l'E15, qui contient 15 pour cent d'éthanol.

    "Il est clair que des millions d'Américains ne sont pas familiers avec E15, ce qui signifie qu'il ya une forte possibilité que de nombreux automobilistes peuvent mal se remplir avec cette essence et les dégâts de leur véhicule», a déclaré Robert Darbelnet, président AAA. «Apporter E15 sur le marché sans garanties adéquates ne sont pas responsable de répondre aux besoins des consommateurs."

    Rép Jim Sensenbrenner (R-Wis.), ancien président du Comité scientifique de la Chambre, a déclaré que les résultats confirment les préoccupations sur la colline du Capitole que le carburant peut endommager les voitures.

    L'essence mélangée à l'éthanol à 10 pour cent est facilement disponible dans la plupart des stations du pays, mais E15 est vendu uniquement à quelques stations dans le Kansas, l'Iowa et le Nebraska.
    «La crainte d'E15 ne sont pas en baisse, elles sont en augmentation. Cela dit, "Sensenbrenner dit. «Quand une organisation comme AAA, une source de confiance à l'échelle nationale pour les automobilistes, appelle l'EPA, on pourrait penser que l'administration voulait l'entendre."

    L'EPA n'a pas encore répondu à la demande de l'AAA.

    Plusieurs fabricants dont BMW, Chrysler, Nissan, Toyota et Volkswagen refusent de couvrir les garanties de véhicules pour les dommages causés par E15. Plus ils sont de signalisation suivront, notamment General Motors, Ford, Honda, Hyundai, Kia, Mazda, Mercedes-Benz et Volvo, selon l'AAA.

    Les seuls véhicules actuellement approuvés par les constructeurs automobiles à utiliser E15 flex-fuel sont les modèles fabriqués en 2001 et après, dont certaines Porsche, General Motors et Ford. L'utilisation de l'E15 est expressément interdite dans les véhicules lourds y compris les bateaux, motocyclettes, équipement électrique, tondeuses à gazon et les véhicules hors route.

    «La vente et l'utilisation de l'E15 devrait être suspendue jusqu'à l'obtention de l'étiquetage pompe à essence et les efforts d'éducation des consommateurs sont mises en œuvre pour atténuer les problèmes pour les automobilistes et leurs véhicules», a déclaré Darbelnet. «Les consommateurs devraient lire attentivement les étiquettes de la pompe et de savoir les recommandations de leur fabricant automobile pour aider à prévenir les problèmes de E15."

    http://www.humanevents.com/2012/11/30/aaa-says-certain-ethanol-fuel-can-damage-cars-asks-epa-to-remove-from-pumps/

    https://huemaurice5.blogspot.fr/2012/12/aaa-dit-lethanol-carburant-peut.html

    RépondreSupprimer
  10. Des millions de voitures fabriquées... POUR RIEN !
    Ces voitures parquées attendent là depuis DES années ! Invendables, la corrosion a fait son chemin depuis.
    "Creusez un trou et enterrez cette montagne !"


    Où les voitures invendues du monde vont mourir

    mercredi 3 mai 2017

    https://huemaurice5.blogspot.com/2017/05/ou-les-voitures-invendues-du-monde-vont.html

    RépondreSupprimer
  11. Un commandant de la DGSI mis en examen pour viol et détention de pédopornographie a été incarcéré


    14:57 26.06.2019


    Un commandant de police, responsable départemental de la sécurité intérieure (DGSI) des Ardennes, a été mis en examen samedi pour viol et détention d'images pédopornographiques et incarcéré, a annoncé mercredi le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette.

    Le 5 avril, une jeune femme, âgée d'une vingtaine d'années, avait déposé plainte à Reims contre ce commandant de police «pour des faits de viols et agressions sexuelles subis lorsqu'elle avait 17 ans, dans les Ardennes», a indiqué le procureur lors d'une conférence de presse au palais de justice cité par l'AFP.

    Selon la plaignante, «elle est entrée en contact en décembre 2015» avec ce policier «pour des motifs strictement professionnels», mais courant 2016 il aurait «abusé d'elle à trois reprises», «dans son bureau», mais «aussi à l'occasion d'une virée en forêt», dans les Ardennes, a-t-il ajouté, confirmant des informations révélées par L'Ardennais.

    En outre, des «investigations techniques» sur ses ordinateurs et téléphones ont mis en évidence «de très nombreuses connexions sur des sites internet pédopornographiques» et un «téléchargement massif d'images à caractère pédopornographique parfaitement explicites».

    Placé en garde à vue jeudi, l'homme «a reconnu avoir réalisé des attouchements de nature sexuelle sur la plaignante, à plusieurs reprises», mais «toujours de manière consentie».

    Il a été mis en examen samedi pour viols par personne abusant de l'autorité conférée par ses fonctions, agressions sexuelles, consultation habituelle de sites pédopornographiques et détention d'images pédopornographiques, et a été placé en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet.

    https://fr.sputniknews.com/france/201906261041524556-un-commandant-de-la-dgsi-mis-en-examen-pour-viol-et-detention-de-pedopornagraphie-a-ete-incarcere/

    RépondreSupprimer

  12. LA BLAGUE DU JOUR:

    Une proposition sur la presse jugée fasciste par Macron envisagée par le gouvernement


    13:39 26.06.2019


    Le secrétaire d’État au Numérique a proposé aux journalistes de former un conseil pour lutter contre les fausses nouvelles. L’idée a provoqué l’hostilité de nombreux professionnels de la presse. Ce membre du gouvernement a par ailleurs nommément visé Sputnik.

    Dans le souci de combattre la circulation de «fake news», le nouveau secrétaire d’État au Numérique Cédric O propose d’imposer aux journalistes «un conseil de l’ordre des journalistes» qui pourrait formuler des avertissements ou même introduire des sanctions à leur encontre.

    «Je considère qu’il doit y avoir un conseil de l’ordre des journalistes, des journalistes entre eux, qui prennent des décisions et qui disent à l’État: "vous devez retirer l’agrément de tel ou tel canard, mettre des avertissements"», assume le secrétaire d’État auprès de Reuters.

    Selon lui, si les journalistes ne parviennent pas à s’organiser pour former un tel conseil, ce sera l’État qui s’en chargera.

    Il a également jugé possible de sanctionner les auteurs de fausses nouvelles par une autorité indépendante nommée par l’État. «À un moment, devant la menace contre la démocratie, on le fera. Ce sera le CSA [Conseil supérieur de l’audiovisuel, ndlr] ou une autorité indépendante qui va décider ce qu’est un infox ou pas», explique le responsable. Il a aussi mentionné directement Sputnik France comme étant une menace pour la démocratie.

    L’initiative n’a pas suscité beaucoup d’enthousiasme chez les journalistes français, et nombreux sont ceux qui s’y sont ouvertement opposés:

    D’après le co-responsable du pôle Enquêtes à Mediapart, le gouvernement français «ne montre qu'une seule chose, sa peur d'une presse qui cherche la vérité».

    L’ancienne membre du CSA entre 2009 et 2015, Françoise Laborde, a également fait part de son indignation sur Twitter:

    Ironie du sort, l’idée de mettre en place un tel conseil avait été avancée en 2017 par le conseiller régional FN Aymeric Merlaud. Invité à y réagir, Emmanuel Macron, alors candidat au poste présidentiel, avait associé l’initiative à «l’Italie des années 1930».

    «La France est à un point de bascule: le projet du FN fragilise le contenu démocratique de notre pays», avait jugé le futur Président de la République.

    https://fr.sputniknews.com/france/201906261041524170-une-proposition-sur-la-presse-jugee-fasciste-par-macron-envisagee-par-le-gouvernement/

    RépondreSupprimer
  13. Des policiers ont gazé et frappé un Gilet jaune qui porterait des appareils pour raisons de santé (vidéo)


    13:53 26.06.2019


    En marge de l’acte 32 des Gilets jaunes à Charleville-Mézières, un manifestant qui portait sur lui des appareils pour raisons de santé a été violenté par un groupe de policiers, indiquent des témoins qui ont transmis au journaliste David Dufresne une vidéo montrant l’individu recevoir des coups de poing.

    Une séquence montrant un court épisode qui s’est produit en marge de l’acte 32 des Gilets jaunes à la Ronde Couture, à Charleville-Mézières, a été envoyée par un certain Vincent Marcel au journaliste David Dufresne qui l’a rendue publique sur Twitter. Sur la vidéo, un groupe de policiers assènent des coups de poing et de pied à un homme, le mettant contre le capot d’une voiture.

    Selon la légende accompagnant la séquence, «la victime n'était pas violente et portait des appareils "pour raison de santé"».

    Comme indique le message publié dans les commentaires envoyé par Vincent Marcel à David Dufresne, de nombreux témoins Gilets jaunes et un journaliste de France 3 se sont accordés pour dire que «la dernière manifestation à Charleville-Mézières a été très violente». Ensuite, l’auteur du message, en se référant aux témoignages qu’il a reçus, a décrit les événements qui ont précédé l’épisode filmé:

    «Les officiers dirigés par le commandant [son nom est rayé] l’ont interpellé arbitrairement alors qu’il [le Gilet jaune] retournait tranquillement à son véhicule. Il ne s’est pas laissé faire, ce qui a provoqué ces violences».

    Auparavant, Brigitte Jullien, à la tête de l'IGPN d’activité du service d’inspection sur fond de manifestations sociales. Elle a «totalement» réfuté le terme de «violences policières». Confirmant toutefois qu'au cours des manifestations, il y a eu des blessures et des cas de l'usage de force par la police, Mme Julien a indiqué que leur travail était «de chercher à savoir si cet usage était légitime et proportionné». D'après elle, 265 enquêtes judiciaires liées au mouvement des Gilets jaunes ont été ouvertes depuis novembre dernier. Environ un tiers d’entre elles porte sur l’utilisation de LBD. Aucun agent des forces de l'ordre n'a pour le moment été sanctionné.

    https://fr.sputniknews.com/france/201906261041524095-des-policiers-ont-gaze-et-frappe-un-gilet-jaune-qui-porterait-des-appareils-pour-raisons-de-sante/

    RépondreSupprimer
  14. Castaner n'exclut pas que la police soit à l'origine de la disparition d'un fêtard à Nantes


    17:36 26.06.2019


    Alors que le jeune participant à la Fête de la musique à Nantes est toujours porté disparu, Christophe Castaner a estimé que sa disparition pourrait être liée à l'intervention de police controversée et a réclamé des explications à la police des polices.

    Christophe Castaner n'a pas écarté que la disparition d'un jeune homme pendant la Fête de la musique à Nantes soit probablement liée à l'opération policière controversée, sur laquelle le ministre a dit vouloir faire «toute la transparence».

    «Un jeune homme a disparu et peut-être est-ce lié à une opération, à une intervention de la police sur laquelle j'ai demandé des explications à la police des polices pour y voir plus clair», a déclaré le ministre de l'Intérieur lors des questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale.

    «Il nous faut sur ce sujet faire toute la transparence», a affirmé M.Castaner répondant à une question de la députée LFI Muriel Ressiguier.

    Ce jeune homme de 24 ans n'a plus donné signe de vie depuis cette nuit où il participait à une soirée techno sur l'île de Nantes. La fête s'était terminée dans la confusion vers 04h30 quand des échauffourées avaient éclaté entre participants et policiers, venus exiger l'arrêt de la musique.

    «Il y a une situation qui appelle à des questionnements», a mis en avant le ministre de l'Intérieur qui a saisi l'inspection générale de la police nationale (IGPN), lundi. Une enquête pour «disparition inquiétante» a par ailleurs été ouverte par le parquet.

    Selon de nouveaux chiffres avancés par M.Castaner, 11 personnes «et non 14» comme l’ont indiqué préalablement par les autorités, sont tombées cette nuit-là dans la Loire, à l'endroit où se déroulait la soirée techno.

    «C'est un lieu qui est particulièrement dangereux et depuis 2009 ont été mis en place des "process" de sécurisation et d'intervention. [...] Dans la nuit de vendredi à samedi, les pompiers ont sauvé sept personnes, la sécurité nautique atlantique a sauvé quatre personnes», a détaillé le ministre de l'Intérieur.

    Celui-ci a adressé «une pensée pour la famille du jeune homme» dont la disparition suscite l'inquiétude de sa famille et de ses proches.

    https://fr.sputniknews.com/france/201906261041526373-castaner-nexclut-pas-que-la-police-est-a-lorigine-de-la-disparition-dun-fetard-a-nantes/

    RépondreSupprimer
  15. Un astéroïde a frappé la Terre juste après avoir été repéré par un télescope (image)


    15:08 26.06.2019


    Un petit rocher inoffensif venu de l’espace s'est transformé en une boule de feu dans notre atmosphère. Ce qui est inhabituel, c'est que les astronomes l'ont vu juste avant sa chute.

    Un astéroïde de la taille d'un réfrigérateur a été repéré par des télescopes à Hawaï le 22 juin, juste avant qu’il n’entre en collision avec l'atmosphère de la Terre et ne devienne une boule incandescente dans le ciel au sud de Porto Rico.

    Ce rocher spatial inoffensif, officiellement nommé 2019 MO, n'a pas eu l’occasion de toucher le sol ni de faire le moindre dégât, souligne CNET, site Internet d’information spécialisé sur les nouvelles technologies.

    Selon les données de la NASA, notre atmosphère est frappée environ une fois par an par un météore de cette taille ou encore plus massif. Ce qui est le plus intéressant à propos de 2019 MO, cependant, c’est qu’il avait précédemment été repéré par des télescopes. Cela ne s'est produit qu’à quatre reprises dans l'histoire, au cours des 12 dernières années, selon l'astronome amateur italien Ernesto Guido.

    L'astronome Peter Brown de l'Université de Western Ontario a indiqué que l'impact avait eu une puissance explosive équivalente à 5.000 tonnes de TNT, précise CNET.

    https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201906261041524790-un-asteroide-a-frappe-la-terre-juste-apres-avoir-ete-repere-par-un-telescope-image/

    RépondreSupprimer
  16. « Histoire des phytosanitaires de l'origine à 2030 »

    26 Juin 2019
    par Seppi
    Glané sur la toile 359

    Nos pérégrinations sur la toile nous ont amené à une fort intéressante présentation, « Histoire des phytosanitaires de l'origine à 2030 ».

    C'est l'œuvre de M. Michel Duval, du Service Santé au Travail de la Mutualité Sociale Agricole du Maine-et-Loire.

    Elle date probablement de 2010, ce qui rend les projections jusqu'à 2030 fort problématiques : l'auteur ne pouvait pas prévoir l'hystérie qui a saisi l'Europe des bobos en général et la France en particulier qui a fait des pesticides le Mal absolu

    http://seppi.over-blog.com/2019/06/histoire-des-phytosanitaires-de-l-origine-a-2030.html

    RépondreSupprimer
  17. Infographie : que disent les organismes de réglementation et de recherche en santé sur le glyphosate et le cancer ?


    26 Juin 2019
    par Seppi
    Kayleen Schreiber*



    Le glyphosate, l’herbicide le plus utilisé au monde, est-il particulièrement nocif pour l’homme ? Est-il cancérigène ? Ces questions font l’objet de débats juridiques et scientifiques.

    Dans deux procès – l'un conclu à la mi-mars [2019] et l'autre l'an dernier – des jurys ont décidé que le glyphosate, vendu sous une forme non générique sous le nom commercial Roundup et fabriqué par Monsanto (maintenant une division de Bayer), avait provoqué le cancer de travailleurs qui ont appliqué l'herbicide. Aucune des deux affaires n’a abordé la question de savoir si le glyphosate pourrait être nocif pour les humains exposés à des parties par milliard ou des parties par billion de traces du pesticide présentes dans les aliments.

    Les tribunaux n'établissent pas le fait scientifique

    Bien entendu, la décision d'un jury, bien que significative, ne remplace pas la recherche scientifique. Les jurys ont également mal compris la science, notamment dans le cas de la décision du « Scopes Monkey Trial » (le procès du singe) dans laquelle le professeur de lycée John Scopes a été reconnu coupable d’avoir enseigné l’évolution, ce qui, selon les créationnistes, n’était pas étayé scientifiquement.

    Des cas comme ceux qui tournent autour de la question de savoir si un produit chimique est la cause d'un cancer ou d'une autre maladie ne relèvent pas de la science. Ils s’appuient sur des jurys non professionnels tentant de donner un sens à des études médicales et à des expertises complexes et souvent contradictoires. La science rend rarement des « verdicts » absolus ; elle aborde des probabilités. Il a été démontré maintes et maintes fois que lorsque les jurés sont invités à évaluer des études concluant que « la substance X ne cause probablement pas le cancer », ils supposent presque toujours le pire, et ce, parce que l'étude ne conclut pas de manière définitive « ne cause pas » ou « ne pouvait pas causent le cancer ».

    Mais aucun scientifique qui rédige une étude sérieuse n’utiliserait le genre de déclaration absolue qui mettrait un jury à l’aise. Ainsi, lorsque les jurés ont des doutes, même légers, ils se prononcent fréquemment contre un produit chimique et son fabricant, et pour un plaignant lésé (et souvent mortellement malade), même lorsque la preuve est mince ou presque inexistante.

    Par exemple, l’année dernière, un jury du Missouri a attribué 4,69 milliards de dollars à des femmes atteintes d'un cancer de l’ovaire qui, selon elles, avait été causé par la poudre pour bébé de Johnson & Johnson. En avril 2018, la société a été condamnée à verser 117 millions de dollars à un homme du New Jersey atteint de mésothéliome et 25,7 millions de dollars à une femme de Los Angeles atteinte du même cancer.

    Comme le rapporte Popular Science, la société a fait appel de ces verdicts, et ce, pour une bonne raison : ils ne semblent pas se conformer à la science.

    Les études médicales sur la relation entre le cancer de l'ovaire et l'utilisation de talc sur les organes génitaux ne sont pas du tout définitives, aucune ne montrant une association forte et la plupart ne montrant aucune association du tout. Le National Cancer Institute dit que les preuves ne sont pas assez solides pour conclure que le talc provoque le cancer de l'ovaire, et l'American Cancer Society note que tout risque existant est probablement faible et que les recherches se poursuivent.

    RépondreSupprimer
  18. Ce que le système juridique considère comme preuves suffisantes pour établir que les expositions provoquent des maladies diffère des normes scientifiques – et essayer de les associer peut être dangereux. Ce qui nous ramène à la controverse sur le glyphosate.

    Que concluent les régulateurs et les agences d’enquête ?

    Bien que des recherches approfondies aient été menées sur le glyphosate, les réseaux sociaux et les médias continuent de débattre de la question de savoir si l'herbicide représente une menace pour la santé des travailleurs agricoles ou du grand public en raison de la présence de résidus dans les aliments.

    Plus d'une douzaine d'organismes de réglementation et de recherche ont mené des études, des revues de la littérature et des évaluations à long terme afin de déterminer si le glyphosate, utilisé selon les instructions d'emploi, augmente le risque de certains cancers. Ils sont unanimes dans une conclusion : il n'y a aucune preuve que le glyphosate pose un préjudice aux consommateurs inquiets des traces de résidus dans leurs aliments. Malgré de nombreux articles de blogs de groupes de plaidoyer opposés aux biotechnologies vantant des « études » (généralement peu scientifiques, comme ici, tout récemment), trouvant du glyphosate dans de la bière ou des céréales pour petits déjeuners au niveau de la partie par milliard ou partie par billion, ou des traces de glyphosate dans le sang ou l'urine, aucune étude scientifique ne suggère que ces traces constituent une menace pour l'homme.

    Le Genetic Literacy Project a résumé et analysé les conclusions des principaux organismes mondiaux de réglementation et de recherche dans une FAQ sur les OGM publiée ici, dans la section FAQ sur les OGM. À ce jour, tous les organismes de réglementation qui ont évalué le glyphosate ont conclu qu'il est sans danger lorsqu'il est utilisé conformément aux spécifications de l'étiquette et n'augmente pas le risque de cancer, en particulier si des résidus de glyphosate se trouvent dans les aliments, y compris les fruits et légumes.

    L'infographie ci-dessous résume les conclusions des principaux organismes. Santé Canada, l’organisme de surveillance qui a récemment publié un nouvel examen du pesticide controversé, a exprimé de façon concise ce consensus : « Aucun organisme de réglementation des pesticides dans le monde ne considère actuellement que le glyphosate présente un risque de cancer pour les humains, compte tenu des concentrations auxquelles ces derniers sont exposés. », a-t-il écrit en janvier 2019.

    Outre les nombreuses évaluations, une vaste étude à long terme connue sous le nom d’Agricultural Health Study a surveillé le taux d’incidence des divers cancers chez 54.251 applicateurs de pesticides, dont 44.932 avaient manipulé du glyphosate à partir de 1993. L'étude n'a trouvé aucune association entre le glyphosate et les tumeurs solides ou les tumeurs lymphoïdes malignes. Les données sont ambiguës chez les travailleurs exposés à des niveaux très élevés.

    Le seul à faire exception est le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), qui n’examine pas le risque posé par un produit chimique particulier. Au lieu de cela, il examine le danger – si une substance peut causer le cancer à un niveau d'exposition ou à une dose quelconque, même à des doses irréalistes. En 2015, le CIRC l'a classé dans la catégorie « probablement cancérogène pour l'Homme », avec la viande rouge et les boissons chaudes. Cependant, l'Agence a trouvé moins de preuves de cancérogénicité que pour le bacon, le poisson salé, les contraceptifs oraux et le vin, pour ne citer que quelques exemples.

    RépondreSupprimer
  19. En plus de 40 ans, l'agence a évalué environ 1.000 substances et activités, allant de l'arsenic à la bière et au café, en passant par le bronzage et la coiffure. Il n'a trouvé qu'un seul agent ou activité « probablement pas » susceptible de causer le cancer chez l'Homme. Sous une désignation de danger, presque n'importe quelle substance peut être jugée toxique, même l'eau, si la dose est extrême et le temps d'exposition suffisamment long. La distinction entre danger et risque est presque totalement absente des discussions populaires et des médias sur la question de savoir si le glyphosate pourrait constituer un danger sérieux.

    Le CIRC est une sous-agence de l'Organisation Mondiale de la Santé des Nations Unies. Sa conclusion « dangereux » selon laquelle le glyphosate devrait être classé dans la catégorie « probablement cancérogène » a été utilisée pour étayer des interdictions proposées du glyphosate et a constitué l’élément de preuve central dans les deux procès récents. Trois autres unités de l’OMS, dont l’OMS elle-même, ont réalisé des évaluations des risques liés au glyphosate et ont répudié les conclusions du CIRC, mais leurs analyses bien plus complètes sont généralement ignorées par les médias ou ne sont même pas prises en compte par les jurys.

    Dans l'infographie ci-dessous, nous résumons toutes les recherches les plus respectées. Cliquez sur les conclusions en caractères gras dans la version publiée sur GLP pour accéder au document publié par l'organisme de réglementation ou de recherche.

    - voir tableau de liste sur site -

    Cliquez ici pour une version .pdf téléchargeable de cette infographie.

    -------------------

    Kayleen Schreiber est la spécialiste des infographies et de la visualisation de données de GLP. Elle a recherché, écrit et conçu cette infographie. Suivez-la sur son site Web, sur Twitter @ksphd ou sur Instagram @ksphd.

    http://www.kayleenschreiber.com/blog/

    Le GLP a publié cet article pour refléter la diversité des informations, des opinions et des analyses. Le point de vue est celui de l’auteur. L’objectif du GLP est de stimuler un discours constructif sur des questions scientifiques difficiles.

    Source : https://geneticliteracyproject.org/2019/03/26/infographic-global-regulatory-and-health-research-agencies-on-whether-glyphosate-causes-cancer/

    http://seppi.over-blog.com/2019/06/infographie-que-disent-les-organismes-de-reglementation-et-de-recherche-en-sante-sur-le-glyphosate-et-le-cancer.html

    RépondreSupprimer
  20. Les Français détenteurs de smartphones Androïd recevront-ils 1.000 euros de Google ?


    15:57 26.06.2019


    Google, accusé de collecter les données de ses utilisateurs de façon illégale, pourrait être sanctionné à hauteur de 33 milliards d’euros, soit 1.000 euros pour chaque détenteur français d’un portable Android, a rapporté BFM TV. L’union fédérale des consommateurs vient de déposer un recours collectif contre le géant américain au TGI de Paris.

    Le géant américain Google est accusé d’avoir violé le Règlement général de protection des données (RGPD) du fait du manque de clarté et de lisibilité de son immense texte exposant les règles de confidentialité, et sommé de payer 1.000 euros à tout détenteur français d’un smartphone Android, relate BFM TV.

    Le fait que les utilisateurs de smartphones Android sont obligés de créer un compte Google, employé pour collecter les données personnelles, a été mis en cause plusieurs fois. À la suite d’une amende de 50 millions d’euros administrée par la CNIL fin janvier 2019, l’entreprise américaine fait actuellement l’objet d’une action de groupe lancée par l’UFC-Que choisir (Union fédérale des consommateurs) devant le Tribunal de grande instance de Paris, ce 26 juin.

    L’objectif de ce recours collectif est «de mettre fin à l’exploitation insidieuse des données personnelles de ses utilisateurs, particulièrement ceux détenant un équipement Android avec un compte Google, et de les indemniser à hauteur de 1.000 euros», a indiqué l’association dans un communiqué.

    Le montant du dédommagement est établi à 1.000 euros, «assurant une juste indemnisation au regard du caractère massif et continu de cette violation et permettant d’assurer le respect de la vie privée des utilisateurs», est-il précisé dans le texte.

    Considérant que la firme californienne a complexifié le texte des règles d'utilisation des données personnelles à tel point que les utilisateurs ne le lisent même pas, le responsable du service juridique de l’UFC-Que choisir, Raphaël Bartolomé, cité par Le Parisien, a souligné:

    «On ne conteste pas le modèle économique de Google, mais il doit, comme les autres, se soumettre à la loi et demander très clairement aux consommateurs l’autorisation d’utiliser leurs données personnelles, ce qui est très loin d’être le cas».

    Contenant 5.700 mots, 10 liens et 54 renvois, le texte sur les règles de confidentialité est illisible, selon l’association de défense des consommateurs. «Google allume un aspirateur à données personnelles à notre insu», lance M.Bartolomé.

    Ainsi, si l’UFC-Que choisir obtient gain de cause à l’issue du procès, l’entreprise américaine devra débourser environ 33 milliards d’euros pour indemniser les détenteurs français de smartphones Android. Cette somme représente 25% de ses recettes annuelles mondiales, et si l’on prend en compte le nombre de tablettes, le montant en sera encore plus important.

    https://fr.sputniknews.com/france/201906261041525413-les-francais-detenteurs-de-smartphones-android-recevront-ils-1000-euros-de-google/

    RépondreSupprimer
  21. Ancel Keys : graisses, cholestérol et 60 ans de propagande mensongère !


    Guillaume
    Maigrir vite et bien
    lun., 06 juil. 2015 15:59 UTC


    Cela fait un moment que je veux parler des graisses et notamment des graisses saturées, mais je ne savais pas par où commencer. C'est vrai quoi les graisses, le mythe du cholestérol ?, le mythe des soi-disant graisses saturées tout est lié et par conséquent c'est difficile de trouver un enchaînement logique. Gné ? Là je vous vois vous dire « bordel Guillaume qu'est ce que tu racontes maintenant ?!? Le cholestérol et les graisses saturées sont des mythes ?! ».

    - voir graphique sur site -

    High Fat Foods

    Les graisses saturées sont vitales pour le corps et l'esprit, et il a été démontré que diminuer leur consommation conduisait à une augmentation d'une multitude de maladies et de la mortalité.

    Commentaire : À l'heure où plusieurs parlementaires français (députés de droite comme de gauche) déposent une proposition de loi visant à rendre obligatoires les menus végétariens dans les cantines scolaires (jeudi 8 octobre 2015), tout en arguant que, ce faisant, nos chers enfants ne risquent aucun problème de santé, il n'est que temps de remettre, une fois de plus, les pendules à l'heure en ce qui concerne les bienfaits d'une alimentation riche en graisses saturées - issues notamment des protéines animales - absolument nécessaires au bon fonctionnement cellulaire.

    OUI ! Plusieurs fois on m'a attaqué avec des commentaires du style : « Non, mais tu racontes n'importe quoi il faut fuir les graisses saturées dans une alimentation saine et équilibrée car ça augmente le CHOLESTÉROL ! » En lisant ça parfois je pleure, parfois je rigole, mais à chaque fois j'me dis « faut faire un article pour rétablir un peu de vérité »... puis je procrastine, saleté de procrastination ! Je te vaincrai un jour, JE TE VAINCRAI... mais on verra ça demain.

    On commence donc avec le commencement et un petit bond en arrière dans les années 50 à la rencontre de l'homme qui a bouleversé l'histoire de la nutrition, Ancel Keys.

    « L'épidémie » de crise cardiaque et l'arrivée d'Ancel Keys

    Une maladie inexpliquée

    Aux États-Unis, dans les années 50, tout le monde s'inquiète car les hommes mourraient de plus en plus de crises cardiaques. Avec les autopsies, ils constatent rapidement la présence de cholestérol dans les artères et celui-ci devient donc le suspect numéro 1. Les scientifiques pensent donc qu'il faut réduire? la consommation de cholestérol alimentaire pour réduire les risques. Mais dès 1952, cette hypothèse est écartée car il est constaté que le cholestérol alimentaire n'a pas beaucoup d'impact sur le cholestérol sanguin. Ce constat c'est un certain Ancel Keys qui le fait. Pour comprendre la suite de l'histoire il faut bien cerner le personnage.

    RépondreSupprimer
  22. La personnalité d'Ancel Keys

    Ancel Keys est défini par ses pairs comme un scientifique brillant, très cash et direct, arriviste et qui défend ses idées jusqu'au bout. Il était notamment connu pour avoir mener l'étude du Minnesota sur la physiologie humaine face à la famine [1] et l'élaboration de la Ration K qui alimentera les troupes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale [2]. Ancel Keys pense alors qu'il est possible de prévenir les maladies cardiaques. Son hypothèse est que la consommation de graisses augmente le cholestérol total et serait donc responsable des maladies cardio-vasculaires. Il mène alors une étude la fameuse « étude des 6 pays ».
    Bref : Dans les années 50, le cholestérol est suspecté d'être responsable des maladies cardio-vasculaires. Un scientifique arriviste pense que les graisses sont responsables et décide de faire « l'étude des 6 pays ».

    L'étude des 6 pays

    Ancel Keys a étudié plusieurs pays et a présenté le graphique ci-dessous pour montrer la corrélation entre les pays qui consommaient beaucoup de graisses et le nombre de morts par maladies cardio-vasculaires.

    - voir graphique sur site -

    L'étude des 6 pays - Ancel Keys

    Le graphique présenté par Ancel Keys montre une corrélation presque parfaite entre consommation de graisses et morts par maladies cardio-vasculaires.
    [Sott : graphique issu du livre de Nina Teicholz : The Big Fat Surprise]
    Il semble en effet qu'il y ait une corrélation, seulement l'étude était biaisée par plusieurs facteurs :
    Les données statistiques n'étaient pas fiables. En effet les pays européens sortaient tout juste de la guerre et les données n'étaient donc pas fiables. De plus les populations ont dû changer leur alimentation pendant la guerre et cela a pu impacter les résultats.
    Une corrélation ne signifie pas une causation. Il est possible de montrer une relation de cause à effet à partir de n'importe quelles données. Par exemple, on peut montrer qu'il y a une corrélation entre le nombre de personnes qui se noient dans une piscine et le nombre de films de Nicolas Cage, ou encore le nombre d'Iphone vendu et le nombre de personnes qui tombent dans les escaliers.

    - voir graphique sur site -

    Graphic Correlation Acel Keys
    © CDC & IMDB tylervigen.com

    On peut montrer une corrélation entre le nombre de personnes qui se noient dans une piscine et le nombre de films de Nicolas Cage. Cela ne signifie pas que Nicolas Cage soit responsable.

    Ancel Keys a ignoré certains pays car les données ne sont pas applicables à certaines populations. Les Masaïs en Afrique, les Esquimaux, les Suisses ou encore les Français qui consomment beaucoup de graisses ne sont pas plus affectés par les maladies cardio-vasculaires. En fait Ancel Keys a choisi les pays qui suivaient sa théorie et lorsque l'on prend les données complètes des 22 pays qu'il a étudiés, la corrélation est beaucoup moins évidente (voir graphique ci-dessous).

    Commentaire : C'est ce que l'on appelle en psychologie, un biais de confirmation d'hypothèse. Ancel Keys a donc privilégié les informations qui allaient dans le sens de son étude sans aucune considération pour la véracité des informations qu'il a délibérément mises de côté et sans accorder le moindre poids aux données contradictoires qui jouaient en défaveur de sa théorie démontrant par là son étroite vision d'investigation.

    RépondreSupprimer
  23. - voir graphique sur site -

    Etude 6 pays revue 22 pays-Ancel Keys
    Yerushalmy, J. and Herman E. Hilleboe, "Fat in the Diet and Mortality from Heart Disease: A Methodologic Note", New York State Journal of Medicine 57, no. 14 (July 1957): 2346.
    Lorsque l'on prend les données pour les 22 pays analysés la corrélation est moins évidente, notamment pour les pays dans le cercle rouge. [3]
    [Sott : Graphique issu du livre de Nina Teicholz : The Big Fat Surprise]
    La théorie d'Ancel Keys fut donc décriée par la communauté scientifique et notamment en 1955 pendant une conférence de l'OMS. Touché dans son orgueil il déclara alors « Je vais leur montrer ! ». Il élabora alors une nouvelle étude, l'étude des 7 pays.

    Bref : Ancel Keys a tenté de montrer une corrélation qui n'existe pas en choisissant les pays qui correspondaient à son hypothèse. Ses pairs scientifiques l'ont décrié pour cette tentative.

    L'étude des 7 pays

    Ancel Keys revient donc à la charge en changeant son approche : les graisses saturées (beurre, viande rouge, jaunes d'œufs...) rentrent dans le débat. Il a en effet été montré que la consommation de graisses saturées augmente le taux de cholestérol (ce qui est vrai). Or comme à l'époque on pensait que le cholestérol était responsable des maladies cardio-vasculaires (ce qui est faux) on avait un coupable idéal. Mais la encore Ancel Keys a tenté de tricher :?
    Ancel Keys a ignoré les pays qui présentaient un « paradoxe » (France, Suisse...)
    Il n'a jamais publié ses données brutes dans une revue scientifique de renommée internationale et on peut donc penser qu'il y a anguille sous roche.
    Au sein de même pays il y avait des discordances. Ainsi en Finlande les Finnois de la côte Ouest avaient 3 fois moins de maladies cardio-vasculaires que ceux de la côte Est. Les habitants de Corfu mangeaient plus de graisses saturées que ceux de Crète et pourtant les Crétois ont plus de maladies cardio-vasculaires.
    En 1984, Ancel Keys en personne est retourné dans les 7 pays et a constaté que ces paradoxes étaient encore plus flagrants.
    La consommation de graisses saturées n'explique alors en RIEN le nombre de maladies cardio-vasculaires ! La question maintenant c'est pourquoi 60 ans après on croit toujours à ce mythe ?!

    Commentaire : Parce que, et comme l'explique Gary Taubes dans ses ouvrages sur le sujet, « ces recommandations, qui vouent aux gémonies les graisses d'origine animale, ne sont pas fondées sur des études scientifiques sérieuses. Il suggère qu'elles sont largement en cause dans l'épidémie d'obésité qui frappe les États-Unis. Il montre comment l'industrie agroalimentaire s'est emparée de cette aubaine, créant un énorme marché de produits pauvres en graisses. ». Et Big Agra était ravie, et l'est depuis plusieurs décennies, tout comme Big Pharma.

    - voir graphique sur site -

    Bref : Ancel Keys a tenté de montrer à travers une nouvelle étude que les graisses saturées étaient coupables : sans succès !

    Le tournant historique
    Ancel Keys Time Magazine

    1961, Ancel Keys fait la couverture du Time Magazine.

    RépondreSupprimer
  24. La théorie du sucre

    Devant l'échec à montrer que les graisses sont responsables des problèmes cardiaques, certains scientifiques, avec en chef de file John Yudkin, commencent à soumettre l'idée que le sucre pourrait être responsable de tous ces maux. Seulement voilà Ancel Keys réfute cette hypothèse et tourne constamment en ridicule cette hypothèse. Ancel Keys voulait que son hypothèse soit présumée correcte jusqu'à preuve du contraire. Or en science c'est l'inverse qui s'applique, une hypothèse ne peut être considérée vraie tant qu'il n'y a pas de solides données. Dans le cas des graisses saturées et du cholestérol, il n'y a RIEN !

    L'acceptation médiatique

    Néanmoins il faut se souvenir qu'Ancel Keys c'est un peu comme un homme politique. A force de répéter les mêmes mensonges, il finit par faire des adeptes. C'est ce qui c'est passé en 1961 quand il reçoit le soutien de l'American Heart Association et du National Institute of Health. Cette même année il fera la couverture du Time Magazine, qui était le magazine le plus influant de l'époque, exposant au grand public la soi-disant relation entre la consommation de graisses saturées et les maladies cardio-vasculaires.

    Commentaire : Le National Institute of Health était non seulement la première autorité scientifique du pays, mais aussi la source la plus importante en termes de financements pour la recherche tandis que l'American Heart Association était une énorme agence de lobbying. Avec ces deux agences de son côté, Keys pouvait à la fois promouvoir ses idées anti-graisse aux médecins et au public et pouvait obtenir les subventions essentielles à la poursuite de ses études théoriques - fort peu scientifiques, faut-il le dire ? - qui allaient contribuer à entériner son biais de confirmation et à rendre malades des millions de gens à travers le monde. Prestige, argent et bêtise. Sale trio.

    - voir graphique sur site -

    La communauté scientifique est scindée en deux

    Une fois que ses idées ont été acceptées par les autorités de santé cela a conduit à un clivage de la communauté scientifique. Les idées et données des opposants à la théorie d'Ancel Keys étaient simplement ignorées. Et puisque les autorités de santé financent les scientifiques pour qu'ils puissent mener à bien des études, les subventions pour les opposants furent supprimées. Ceux-ci se trouvaient alors dans une situation où s'ils voulaient continuer de travailler ils devaient passer dans le « camp Ancel Keys » et admettent que sa théorie était correcte.

    Ensuite dans les années 70, c'est le gouvernement qui adopte la théorie d'Ancel Keys et la formalise dans les premières recommandations nutritionnelles officielles qui disent qu'il faut limiter la consommation de graisses et notamment de graisses saturées. Ces recommandations n'ont pas évolué depuis.

    Commentaire : Pire ! C'est la prétendue recherche au service de la pseudo-science d'Ancel Keys qui fait toujours loi aujourd'hui, malgré ses détracteurs de plus en plus nombreux. Et ces détracteurs de plus en plus nombreux sont aussi la raison pour laquelle les toutes puissantes lobbicraties agricoles et pharmaceutiques se démènent et dépensent des milliards d'euros dans le monde entier en campagnes publicitaires et en diffusions d'informations biaisées et mensongères diverses et variées.

    - voir graphique sur site -

    Clivage scientifique-Ancel Keys

    Le clivage de la communauté scientifique et le cercle politique fermé qui a empêché les opposants de s'exprimer.
    Bref : Ancel Keys a réussi à faire taire ses détracteurs et faire accepter ses idées par les autorités et les politiques. Aujourd'hui sa théorie biaisée est malheureusement devenu la norme.

    RépondreSupprimer
  25. Des conséquences dramatiques

    Les conséquences de toute cette histoire c'est que :
    La théorie d'Ancel Keys a été acceptée par les autorités du monde entier et a abouti aux recommandations actuelles qui nous disent de manger moins de graisses et plus de féculents car pauvres en graisses.
    Les opposants n'ont jamais pu s'exprimer librement pour formuler d'autres hypothèses (sucre...)
    Depuis 50 ans on constate qu'il y a une recrudescence de l'obésité et des maladies dites de civilisations (diabète, hypertension, maladies cardio-vasculaires...)
    L'ironie de cette histoire c'est qu'Ancel Keys qui voulait aider les populations s'est retrouvé comme principal coupable d'une crise nutritionnelle sans précédent dans l'histoire de la nutrition et responsable de la mort et la dégradation de la santé de millions de personnes à travers le monde.

    Notes :
    They Starved So That Others Be Better Fed: Remembering Ancel Keys and the Minnesota Experiment
    Ration K - Wikipedia
    Bibliographie :

    The Big Fat Surprise: Why Butter, Meat and Cheese Belong in a Healthy Diet - Nina Teicholz
    Good Calorie, Bad Calorie - Gary Taubes

    - voir graphique sur site -

    Cholestérol : comprendre le HDL, le LDL, l'athérosclérose et les mythes associés

    Vous vous souvenez du jour où vos parents vous ont dit que le Père Noël n'existait pas ? Vous avez sûrement refusé l'idée puis les faits évidents vous ont conduit à l'accepter.? C'est ce qui risque de se passer en poursuivant votre lecture. On va voir comment fonctionnent le cholestérol, le processus athérosclérose, les mythes associés autour de sa dangerosité et le mensonge du « mauvais cholestérol ». C'est assez long, mais pour faciliter la compréhension et ne pas atteindre 10 000 mots, ce qui pourrait décourager les lecteurs, j'ai simplifié certains points. Cependant, à la lecture de ce qui suit, vous en saurez probablement plus que votre propre médecin sur les mythes et ré?alités liés au cholestérol.

    Cholestérol, les bases

    Qu'est-ce que le cholestérol et à quoi ça sert ?

    Le cholestérol est une molécule qui comme son nom l'indique fait partie de la famille des stérols. Il n'a donc strictement rien à voir avec les graisses ! Le cholestérol est absolument vital pour le corps humain. D'ailleurs, 80 % de celui-ci se trouve dans le cerveau.? Le reste est utilisé par toutes les cellules du corps pour diverses fonctions comme :
    Construire et réparer les cellules
    Synthétiser certaines vitamines
    Synthétiser certaines hormones (notamment les hormones sexuelles)
    Produire de l'acide biliaire
    L'impact de la nourriture sur le cholestérol

    Il est montré depuis les années 50 (par Ancel Keys lui-même !) que le cholestérol alimentaire n'a qu'un impact faible sur les niveaux de cholestérol. [1,2] La raison est simple puisque le corps, comme souvent, veut un état stable (homéostasie). C'est à dire qu'il ne veut ni trop ni pas assez de cholestérol. S'il en a trop, il va l'évacuer par les voies naturelles et s'il en manque il le produira de lui-même car c'est vital. Les pseudo recommandations qui nous disent de limiter notre consommation ? de cholestérol, comme avec le jaune d'œuf, n'ont donc aucun sens.

    RépondreSupprimer
  26. Qu'est-ce qui se passe quand on en a peu ?

    On nous dit qu'il faut absolument baisser notre cholestérol mais ce dont on parle moins, c'est les effets sur la santé d'un faible niveau de cholestérol. Cela concerne surtout ceux qui suivent un régime très pauvre en graisses comme les diètes Pritkins, Ornish, les végétaliens peu sérieux et certains végétariens. Les études montrent que les personnes avec de faibles taux de cholestérol sont plus susceptibles de manifester : [3 à 9]

    Dépressions / suicides / maladies mentales
    Humeur changeante / anxiété
    Diminution de la libido
    Difficulté à combattre les infections
    Cela n'est pas surprenant puisque comme nous l'avons vu, 80 % du cholestérol se trouve dans le cerveau (maladies mentales...) et les autres symptômes sont l'opposé des fonctions du cholestérol.

    Bref : Le cholestérol est vital pour l'organisme, l'alimentation n'a que très peu d'impact sur les taux et avoir trop peu de cholestérol est mauvais pour la santé.
    Le transport du cholestérol

    Comment le cholestérol circule dans le sang ?

    Pour expliquer le processus, on va faire une analogie avec une autoroute. Le flux sanguin étant la route, la bande d'arrêt d'urgences étant l'endothélium qui est la fine couche de cellules en contact avec le flux sanguin, et la barrière de sécurité étant le reste de l'artère. Le cholestérol est hydrophobe (peur de l'eau) et ne peut donc pas se déplacer tout seul. Il lui faut une « voiture » que l'on appelle lipoprotéine. Comme le cholestérol est sympa, il accepte de faire du covoiturage avec les triglycérides (graisses).

    - voir graphique sur site -

    Le cholestérol est transporté dans une lipoprotéine avec les triglycérides.

    Le cholestérol est transporté dans une lipoprotéine avec les triglycérides.
    Les 2 types de lipoprotéines

    Il existe 2 types de lipoprotéines que l'on qualifie injustement de « bon cholestérol » et de « mauvais cholestérol » :
    Le LDL est le soi-disant « mauvais cholestérol ». Son but est de transporter le cholestérol et les triglycérides du foie vers le reste du corps.
    Le HDL, aussi connu sous le nom de « bon cholestérol » fait le chemin inverse, c'est-à-dire qu'il part des différentes parties du corps vers le foie.
    On comprend que les notions de « bon » et de « mauvais » cholestérol n'ont aucun sens puisque le cholestérol est en fait un passager d'une voiture (lipoprotéine) et que les types de lipoprotéines sont justes là pour faire leurs boulots (transporter le cholestérol et les triglycérides).

    Bref : Le cholestérol est transporté dans le sang, avec les triglycérides, via des lipoprotéines. Il y a les lipoprotéines LDL (« mauvais cholestérol ») et HDL (« bon cholestérol »). Les notions de « bon » et « mauvais » n'ont aucun sens.

    - voir graphique sur site -

    Commentaire : En effet, car c'est le foie qui contrôle la quantité de cholestérol dans le corps et non les lipoprotéines. Par ailleurs, parmi les fonctions des HDL il y a celle du transport d'enzymes anti-oxydantes. Ceci pourrait expliquer pourquoi les HDL sont considérées comme bonnes : elles peuvent aider à neutraliser un préjudice possible causé par l'oxydation de LDL amoindries. Voir aussi l'article Il n'y a qu'un seul type de cholestérol : voici pourquoi

    - voir graphique sur site -

    RépondreSupprimer
  27. Ce qui est mesuré dans les tests

    Lorsque vous faites une prise de sang, vous obtenez 3 valeurs principales :
    LDL-C, où « C » signifie cholestérol car cela représente la quantité de cholestérol dans toutes les lipoprotéines LDL. En France, ce taux doit être inférieur à 1,6 g/L.
    HDL-C qui représente la quantité de cholestérol dans toutes les lipoprotéines HDL. En France, ce taux doit être supérieur à 0,6 g/L.
    Triglycérides qui correspondent à la quantité de triglycérides dans les lipoprotéines LDL et HDL. En France, ce taux doit être inférieur à 1,5 g/L.
    Le taux de LDL-C « mauvais cholestérol » mesure la quantité de cholestérol dans les lipoprotéines LDL

    Le taux de LDL-C « mauvais cholestérol » mesure la quantité de cholestérol dans les lipoprotéines LDL
    Le non-sens du LDL-C

    En 2009, une étude a été réalisée sur plus de 136 000 personnes hospitalisées suite à un problème cardiaque [10]. A l'admission, une analyse de sang était réalisée pour mesurer le LDL-C, le HDL-C et le taux de triglycérides. Les résultats sont surprenants :

    - voir graphique sur site -

    LDL-C

    94 % des personnes admissent avaient un taux INFÉRIEUR aux 1,6 g/L maximum recommandés ! Cela montre que le LDL-C n'est pas un bon indicateur pour prédire les risques.

    - voir graphique sur site -

    LDL cholesterol Level & Patients graphic

    94 % des personnes hospitalisées avaient un LDL inférieur aux recommandations...
    HDL-C

    95 % des personnes avaient un taux INFÉRIEUR à 0,6 g/L. Dans ce cas l'étude à confirmer que la valeur de HDL-C recommandée est significative.

    - voir graphique sur site -

    HDL-C bon indicateur

    Le HDL semble être un bon indicateur.
    Triglycérides

    50 % des personnes avaient un taux INFÉRIEUR à 1,5 g/L. L'étude montre donc que le taux de triglycérides à un impact mais que la limite actuelle est trop élevée. Une limite autour des 0,7 g/L serait plus significative.

    Triglycérides level

    Le taux de triglycérides maximum recommandé est trop haut pour qu'il soit significatif.
    Bref : Le LDL-C n'a aucun sens et le taux recommandé de triglycérides est trop élevé. Le HDL-C quant à lui semble être significatif.

    - voir graphique sur site -

    Commentaire : Ce sont les lipoprotéines que l'on mesure et ces lipoprotéines ne sont pas du cholestérol, donc, le cholestérol n'est pas mesuré per se dans les analyses sanguines.

    - voir graphique sur site -

    Athérosclérose, le processus

    RépondreSupprimer
  28. Comment se bouchent les artères ?

    Le processus de l'athérosclérose commence lorsqu'une particule de LDL passe derrière l'endothélium. Comme ceci n'est pas normal, des moyens de secours arrivent sur les lieux comme les monocytes, les mast cells ou les macrophages. [11 à 14] Parfois, ils réussissent à dégager la particule de LDL mais parfois ils n'y arrivent pas et il y a alors une accumulation de ces secours sur les lieux du drame. Ensuite à travers un processus d'oxydation, la plaque va se former et boucher l'artère petit à peti?t. Ce processus s'étend sur des dizaines d'années. C'est donc à cause d'une particule de LDL qui se trouve là où elle ne doit pas être que le processus commence. Le cholestérol n'est qu'un passager de cette particule de LDL. On accuse donc un innocent depuis des décennies.

    - voir graphique sur site -

    Le processus de l'athérosclérose

    Une particule de LDL passe la barrière de l'endothélium et via un processus d'oxydation impliquant les macrophages, les monocytes et les mast cells, il y a une formation de plaque qui bouche les artères.
    Les cofacteurs aggravants

    L'athérosclérose est multifactorielle et aujourd'hui des facteurs aggravants ont été mis en avant :

    Tabac
    Alcool
    Stress
    Toxines / polluants
    Manque d'activité physique
    Ces facteurs sont liés au style de vie. Néanmoins, d'autres facteurs ont été identifiés comme aggravants :

    Obésité
    Taux de triglycérides élevé
    Hypertension
    Faible taux de HDL
    Glycémie élevée

    Ces 5 derniers facteurs sont liés à la résistance à l'insuline et peuvent donc être améliorés à travers une bonne alimentation.

    Bref : C'est quand une particule de LDL passe derrière l'endothélium que le processus d'athérosclérose commence. Le cholestérol n'est qu'un passager de cette particule de LDL et n'a donc rien à voir là-dedans.
    Les vrais indicateurs de risques

    Comme nous l'avons vu, le taux de « mauvais » cholestérol LDL-C ne signifie pas grand-chose. Mais aujourd'hui, les études ont montré qu'il existe 2 indicateurs bien plus significatifs :

    Le LDL-P

    A l'inverse du LDL-C, qui mesure la quantité de cholestérol dans les particules de LDL, le LDL-P (« P » pour particules) va compter le nombre de particules de LDL. Cela fait une différence, car si l'on reprend l'analogie de l'autoroute on comprend que plus il y a de voitures plus il y a plus de chances d'accidents. Les études ont montré que le LDL-P est bien plus significatif que le LDL-C pour évaluer les risques de maladies cardio-vasculaires.? [15 à 19]

    - voir graphique sur site -

    Le LDL-P, qu'est-ce que c'est ?

    Le LDL-P correspond au nombre de particules et non à la quantité de cholestérol dans celles-ci.
    Le type de particules LDL

    RépondreSupprimer
  29. Toutes les particules de LDL ne sont pas identiques. Il y a des « grosses » particules et des particules « petites et denses ». Sur l'autoroute c'est comme s'il y avait des grosses berlines qui tiennent bien la route et des petites voitures qui ont plus de chances d'avoir un accident. Les études ont montré que ces particules « petites et denses » sont un facteur de risque important dans l'athérosclé ? rose. [20 à 22]

    - voir graphique sur site -

    Cholestérol-LDL petites et denses

    Les particules petites et denses sont plus dangereuses que les grosses particules.
    Bref : C'est le nombre et le type de particules qui définissent vos risques. Ils sont influencés par les co-facteurs et notamment l'alimentation !

    Pourquoi parle-t-on toujours de LDL-C ?

    Pour résumer en un mot : ARGENT !

    Les groupes pharmaceutiques ont développé des médicaments qui répondent au nom de statines et dont le but est de diminuer le taux de LDL-C ! Comme nous l'avons vu, le taux de LDL-C ne signifie pas grand chose et le cholestérol n'a rien à voir avec l'athérosclérose, mais on comprend que les lobbies pharmaceutiques ne vont pas admettre cela. C'est un marché de plusieurs dizaines de milliards d'euros qui est concerné.? Ainsi, ils font de la désinformation et du lobbying auprès des médecins, du gouvernement et des instituts de santé pour entretenir le mythe du cholestérol comme le grand méchant loup. [23, 24, 25]

    Les médecins se retrouvent donc à prescrire des médicaments inutiles (sauf certains cas bien précis) qui sont d'ailleurs fortement critiqués pour leurs inefficacités et leurs effets secondaires. [25, 26, 27] Malheureusement, tout cela fait partie d'un imbroglio qui mêle politique, lobbies, études biaisées et argent. Votre santé n'est clairement pas la priorité. Leur nouvel objectif ? Cibler vos enfants pour prolonger leurs brevets et vendre toujours plus.

    Cholestérol-Chemin de l'argent

    - voir graphique sur site -

    Le chemin de l'argent explique que nous sommes dans un système fermé à la remise en question sur le non sens du LDL-C

    Comment interpréter vos résultats ?

    L'inconvénient du LDP-P et de la taille des particules de LDL c'est qu'ils ne sont pas mesurés dans les tests sanguins classiques. Ainsi pour évaluer vous même vos risques voici trois points à regarder sur votre bilan sanguin :

    Le taux de triglycérides

    Le taux de triglycérides est un marqueur de risque important. Néanmoins le problème c'est que la recommandation actuelle (1,6 g/L) est trop haute. Il faut plutôt viser un taux de 0,7 g/L et moins pour fortement diminuer vos risques.

    Le taux de HDL

    Le taux de HDL est un bon indicateur. Visez un taux de 0,7 g/L et plus pour limiter vos risques.

    Le ratio triglycérides / HDL

    Le ratio est très simple à calculer, prenez votre valeur de triglycérides et divisez-la par la valeur de HDL. Si le résultat est inférieur à 3,5 alors vous limitez les risques, entre 3,5 et 5 vous êtes à risque et au-dessus de 5 vous êtes fortement à risque.

    RépondreSupprimer
  30. Conclusion

    Le cholestérol n'est pas votre ennemi ! Cette théorie est infondée et vise le mauvais coupable. Il existe même aujourd'hui un réseau international de scientifiques sceptiques du cholestérol (THINCS). Certains préfèrent rester anonymes car, comme nous l'avons vu, ils peuvent perdre leurs subventions en allant contre le dogme du cholestérol. Vos risques d'athérosclérose ne sont pas dictés par votre taux de « mauvais » cholestérol mais par votre taux de triglycérides, votre nombre et le type de particules LDL. Tous ces facteurs sont influencés par ce que vous mangez et vous pouvez donc réduire vos risques simplement en adoptant une meilleure alimentation.

    Notes :
    Prediction and Possible Prevention of Coronary DiseaseNormal Plasma Cholesterol in a Man Who Eats 25 Eggs a Day
    High total cholesterol levels in late life associated with a reduced risk of dementia
    Nutrition and Alzheimer's disease: The detrimental role of a high carbohydrate diet
    Twenty-six-year change in total cholesterol levels and incident dementia: the Honolulu-Asia Aging Study
    Low Cholesterol and Suicide
    Relationship between low levels of high-density lipoprotein cholesterol and dementia in the elderly. The InChianti study
    Relations of trait depression and anxiety to low lipid and lipoprotein concentrations in healthy young adult women
    High cholesterol may protect against infections and atherosclerosis
    Lipid levels in patients hospitalized with coronary artery disease: an analysis of 136,905 hospitalizations in Get With The Guidelines
    Lipoprotein oxidation in cardiovascular disease: chief culprit or innocent bystander ?
    Pathophysiology of Atherosclerosis Plaque Progression
    The Vascular Biology of Atherosclerosis and Imaging Targets
    Subendothelial Lipoprotein Retention as the Initiating Process in Atherosclerosis
    Clinical Implications of Discordance Between LDL Cholesterol and LDL Particle Number
    LDL Particle Number and Risk of Future Cardiovascular Disease in the Framingham Offspring Study - Implications for LDL Management
    Evaluation of Low-Density Lipoprotein Particle Number Distribution in Patients With Type 2 Diabetes Mellitus With Low-Density Lipoprotein Cholesterol <50 mg/dl and Non-High-Density Lipoprotein Cholesterol <80 mg/dl
    Apolipoprotein B, oxidized low-density lipoprotein, and LDL particle size in predicting the incidence of metabolic syndrome: the Cardiovascular Risk in Young Finns study.
    Apolipoprotein B/apolipoprotein A-I in relation to the metabolic syndrome and change in carotid artery intima-media thickness during 3 years in middle-aged men.
    Low density lipoprotein particle size and coronary artery disease
    Low-Density Lipoprotein Subfractions and the Long-Term Risk of Ischemic Heart Disease in Men
    Small, Dense Low-Density Lipoprotein Particles as a Predictor of the Risk of Ischemic Heart Disease in Men
    Cholestérol : « La recherche est aux mains du lobby pharmaceutique »
    Le lobby du cholestérol au bord de la crise cardiaque - Lanutrition.fr
    [vidéo] Cholestérol, un business qui rend malade
    LaNutrition.fr publie le billet du Dr de Lorgeril refusé par Le Monde
    Des millions de Français sous statines... pour rien - Lanutrition.fr

    - voir graphique sur site -

    Pourquoi les graisses saturées ONT leur place dans une alimentation équilibrée

    RépondreSupprimer
  31. « Il faut fuir les graisses saturées dans une alimentation saine et équilibrée car ça augmente le CHOLESTÉROL ! »

    Voilà ce que l'on entend depuis que nous sommes nés et que nous matraquent à longueur de temps nos chers « experts » des médias. Nous avons vu l'origine de ce mythe et la phobie des graisses saturées avec Ancel Keys, puis comment fonctionne vraiment le cholestérol car c'est important pour comprendre les graisses saturées. A [cette lecture], vous serez définitivement réconciliés avec le beurre, la crème fraîche, la viande rouge ou les œufs.

    Le gras fait-il grossir ?

    Écartons tout de suite l'une des idées préconçues les plus stupides qui veut que le gras fasse grossir. Le processus de formation de nouvelles graisses requiert la présence d'insuline. Or, les graisses ne déclenchent pas de production d'insuline. Dans le cadre d'un régime low-carb, les graisses ne vous feront pas grossir. En revanche, dans le cadre d'une alimentation riche en sucres et féculents, qui induit la production de beaucoup d'insuline, alors oui, le gras vous fera grossir.

    Les graisses ne vous font pas grossir, le vrai coupable est le sucre.?

    - voir graphique sur site -

    Les preuves contre les graisses saturées ?

    On les cherche toujours. Ah désolé ! Vous pensiez que le message des graisses saturées plus dangereuses que Satan lui-même était fondé sur des preuves scientifiques irréfutables ? Eh bien non. C'est basé sur du vent.? Lorsque les idées d'Ancel Keys furent acceptées par les institutions et les politiques il y avait toujours un petit problème... il n'y avait toujours aucune preuve montrant que les graisses saturées étaient dangereuses !

    Pour répondre à cela, les pourfendeurs de la théorie d'Ancel Keys ont dépensé des centaines de millions de dollars pour mener des études sensées montrer ce fameux lien ! Les 2 plus célèbres sont MRFIT et WHI.

    MRFIT et WHI

    MRFIT et WHI font partie des plus grosses études jamais réalisées puisque, à elles deux, elles ont coûté plus de 1 milliard de dollars ! MRFIT, prononcé « Mister Fit », a mesuré le cholestérol de 336 200 personnes puis a retenu 12 000 personnes qui présentaient un taux de cholestérol supérieur à 2,9 g/L. D'après les recommandations habituelles ce sont donc des morts vivants puisque la limite est de 2 g/L.

    Sur ces 12 000 personnes, 2 groupes furent formés.? La moitié a continué de vivre normalement et l'autre moitié a arrêté de fumer et a suivi un régime faible en graisses et cholestérol. Résultats ? Après 7 ans de suivi, il y avait plus de morts dans le groupe faible en graisses et après 16 ans il y avait plus de cancers dans ce même groupe.[1] Toujours aucune preuve en vue...

    Le régime faible en graisses et riche en glucides... a sûrement joué un rôle involontaire dans l'épidémie actuelle d'obésité, de diabète de type 2 et de syndrome métabolique. Ce régime ne peut plus être défendu juste pour plaire aux organisations médicales.

    ~ Sylvan Lee Weinberg

    RépondreSupprimer
  32. WHI, pour « Women's Health Initiative », a suivi pendant près de 10 ans plus de 48 000 femmes. La moitié a suivi un régime où on leur a demandé de réduire la consommation de graisses (œufs, viande, crème...), l'autre moitié a continué de manger normalement. Les résultats ?? Après 8 ans de suivi, il n'y avait strictement aucune différence entre les 2 groupes que ce soit au niveau des maladies cardio-vasculaires, des cancers colorectaux ou du sein ou encore sur la perte de poids. [2 à 5]

    En juin 2015, les autorités étasuniennes ont validé les nouvelles recommandations nutritionnelles officielles dans lesquelles le cholestérol alimentaire et les graisses saturées ont (enfin) été reconnus « innocents ». [11]
    Autres études et méta-analyses

    En fait, aucune étude n'a réussi à montrer que les graisses sont dangereuses. LRC, Sydney Heart Study, Framingham Study...

    Aujourd'hui, les méta-analyses (revue de plusieurs études scientifiques) arrivent également toutes aux mêmes conclusions, les graisses saturées ne sont pas mauvaises.? [6 à 10]
    Bref : Des scientifiques ont dépensé plusieurs milliards de dollars du contribuable pour tenter de démontrer, en vain, que les graisses saturées sont mauvaises pour la santé.

    Guillaume et les Masais

    Moi avec des massaïs au Kenya. Ces gens là en savent bien plus sur la nutrition et la médecine que « nos experts ».
    Le cas des civilisations primitives

    Quand on observe les civilisations « primitives », telles que les Masaïs ou les Esquimaux, on s'aperçoit qu'ils consomment entre 60 % et 70 % de leurs calories à travers les graisses principalement saturées. Pourtant ils n'ont pas (ou très peu) de cas de maladies cardio-vasculaires et encore moins de diabète, d'hypertension ou d'obésité.

    Rien de surprenant en soit puisque comme l'avait montré Weston Price, il y a presque 100 ans, toutes les civilisations dites primitives à travers le monde consomment ou consommaient des graisses. Partout, sans exception, il a constaté que ces civilisations ne sont pas ou peu affectées par les maladies dites de civilisation sauf... quand elles commencent à manger comme les Occidentaux, c'est-à-dire du sucre, des féculents et de la farine. Sans même aller voir les autres civilisations, il fut une époque pas si lointaine ou les grands-mères cuisinaient au beurre, au lard et autres graisses animales, cela bien avant la crise d'obésité et de maladies associées.
    Bref : Depuis la nuit des temps, l'Homme a toujours mangé des graisses saturées bien avant la crise d'obésité et les maladies de civilisations associées.

    L'effet des graisses saturées sur le cholestérol

    Pour comprendre les effets des graisses saturées sur le cholestérol, il faut admettre que les valeurs de cholestérol sur votre fiche d'analyses ne signifient rien. Comme nous l'avons vu dans l'article sur le cholestérol, il faut regarder des valeurs comme le LDL-P, le type de particules ou encore les marqueurs d'inflammation. Ainsi lorsqu'on regarde les effets des graisses saturées sur le profil sanguin on s'aperçoit qu'il est plutôt positif. Le taux de « bon » cholestérol augmente, le taux de triglycérides diminue et le type de particules change de « petites et denses » (dangereuses) à « grandes » (bénignes). [12 à 18]

    - voir graphique sur site -

    Graisses saturées impact positif sur le profil sanguin

    RépondreSupprimer
  33. On voit que les graisses saturées ont un impact positif sur le profil sanguin (le cholestérol total et le LDL-C ne signifient rien)

    A l'inverse, lorsqu'on regarde les effets du sucre sur le profil sanguin on s'aperçoit qu'il est plutôt négatif. Le nombre de particules LDL-P augmente, le taux de « bon » cholestérol diminue, le taux de triglycérides augmente et le type de particules change de « grandes » (bénignes) à « petites et denses » (dangereuses). [19 à 26]

    Impact du sucre sur le profil sangin

    On constate que le sucre a un impact très négatif que le profil sanguin même si en apparence il réduit le LDL-C « mauvais cholestérol » qui n'est pas significatif.
    Toute la confusion ces dernières décennies vient de ce qui se passe dans le cercle rouge ci-dessus.

    Comme le cholestérol total et le « mauvais cholestérol » LDL-C augmentaient, on pensait que cela augmentait les risques cardio-vasculaires. Et puisque les glucides (sucres / féculents) ? diminuaient ces deux indicateurs, il paraissait normal de favoriser les féculents au détriment des graisses. On sait aujourd'hui que cela est faux et que c'est l'inverse qui est vrai.

    Bref : Les graisses saturées améliorent le profil sanguin quand les sucres et les féculents le dégradent.
    Quelles graisses inclure dans l'alimentation ?

    Nous avons levé le voile sur le mythe des graisses saturées, mais cela ne veut pas dire que toutes les graisses sont bonnes pour la santé.

    Il y a deux familles de graisses à éviter :

    Les gras trans (acides gras hydrogénés)
    Les huiles végétales
    Les gras trans sont des graisses mono-insaturées qui ont été transformées via un processus d'hydrogénation. C'est donc un gras inventé par les industriels et que l'on retrouve principalement dans les plats préparés, les confiseries et les fast-foods. Le souci c'est que les gras trans favorisent les risques de maladies cardio-vasculaires [27 à 30]. Les huiles végétales, comme l'huile de tournesol, sont chargées en Oméga-6 qui favorisent l'inflammation et donc les risques de maladies chroniques et cardio-vasculaires.

    Bonnes Graisses
    Beurre Bio
    Ghee (beurre clarifié)
    Crème fraîche
    Huile olive, colza, avocat, noix de coco
    Oléagineux (amandes, noix...)
    Graines (chia, lin...)

    Commentaire : Le saindoux et la graisse de canard pourraient arriver en tête de liste. Ce sont d'excellentes graisses saturées, comme nos parents (pour les moins jeunes des lecteurs) et aïeux le savaient bien...

    - voir graphique sur site -

    Mauvaises Graisses
    Gras Trans
    Margarines
    Huiles végétales (tournesol, maïs, arachide, pépins de raisins...)

    Pour conclure, je souhaite préciser que le but de cet article n'est pas de vous faire manger du beurre à la petite cuillère mais de vous montrer que ce que l'on nous raconte depuis notre naissance est faux.

    RépondreSupprimer
  34. Les 2 points principaux à retenir sont :

    Les graisses saturées ne font pas grossir,
    Les graisses saturées ne sont pas dangereuses pour votre santé.

    Notes :
    Dietary intake in the Multiple Risk Factor Intervention Trial (MRFIT): nutrient and food group changes over 6 years.
    Low-Fat Dietary Pattern and Risk of Cardiovascular Disease The Women's Health Initiative Randomized Controlled Dietary Modification Trial
    Low-fat dietary pattern and weight change over 7 years: the Women's Health Initiative Dietary Modification Trial.
    Low-fat dietary pattern and risk of colorectal cancer: the Women's Health Initiative Randomized Controlled Dietary Modification Trial.
    Low-fat dietary pattern and risk of invasive breast cancer: the Women's Health Initiative Randomized Controlled Dietary Modification Trial.
    Association of Dietary, Circulating, and Supplement Fatty Acids With Coronary Risk: A Systematic Review and Meta-analysis
    Saturated fat and cardiovascular disease: The discrepancy between the scientific literature and dietary advice
    Meta-analysis of prospective cohort studies evaluating the association of saturated fat with cardiovascular disease
    The questionable role of saturated and polyunsaturated fatty acids in cardiovascular disease.
    A systematic review of the evidence supporting a causal link between dietary factors and coronary heart disease
    The 2015 US Dietary Guidelines Lifting the Ban on Total Dietary Fat
    Change in dietary saturated fat intake is correlated with change in mass of large low-density-lipoprotein particles in men
    Saturated fat, carbohydrate, and cardiovascular disease
    Low-density lipoprotein subclass patterns and lipoprotein response to a reduced-fat diet in men.
    Effects of dietary fatty acids and carbohydrates on the ratio of serum total to HDL cholesterol and on serum lipids and apolipoproteins: a meta-analysis of 60 controlled trials
    Effect of dietary fatty acids on serum lipids and lipoproteins. A meta-analysis of 27 trials
    Effects of dietary fat on high-density-lipoprotein subclasses are influenced by both apolipoprotein E isoforms and lowdensity-lipoprotein subclass patterns
    HDL-subpopulation patterns in response to reductions in dietary total and saturated fat intakes in healthy subjects
    Reduced LDL particle size in children consuming a very-low-fat diet is related to parental LDL-subclass patterns
    A very low-fat diet is not associated with improved lipoprotein profiles in men with a predominance of large, low-density lipoproteins
    Separate effects of reduced carbohydrate intake and weight loss on atherogenic dyslipidemia
    Carbohydrate restriction has a more favorable impact on the metabolic syndrome than a low fat diet
    A low-fat diet decreases high density lipoprotein (HDL) cholesterol levels by decreasing HDL apolipoprotein transport rates
    Differential response to low-fat diet between low and normal HDL-cholesterol subjects
    Effect of low-fat diets on plasma high-density lipoprotein concentrations
    Effects of a low-fat, high-carbohydrate diet on VLDL-triglyceride assembly, production, and clearance
    Health effects of trans fatty acids
    Effect of Dietary trans Fatty Acids on High-Density and Low-Density Lipoprotein Cholesterol Levels in Healthy Subjects
    Consumption of Trans Fatty Acids Is Related to Plasma Biomarkers of Inflammation and Endothelial Dysfunction
    Trans Fatty Acids, Plasma Lipid Levels, and Risk of Developing Cardiovascular Disease

    RépondreSupprimer
  35. Commentaire : France 5 a diffusé le 6 octobre dernier, le documentaire de Bruno Timsit intitulé Cholestérol, le coupable idéal et diffusé dans le cadre d'une soirée thématique elle-même titrée Le danger du cholestérol - Mythe ou réalité. Nous vous en proposons ici le visionnage intégral de ce documentaire.

    - voir graphique sur site -

    Nous ajoutons également et pour étoffer encore un peu plus l'article, l'excellente interview du docteur de Lorgeril qui est aussi chercheur au CNRS, intitulée L'arnaque du cholestérol et des statines.

    - voir clip sur site -

    Et cette autre vidéo que vous trouverez dans l'article : La controverse des graisses ce que vous ignorez sur les bonnes graisses

    https://fr.sott.net/article/26592-Ancel-Keys-graisses-cholesterol-et-60-ans-de-propagande-mensongere

    RépondreSupprimer
  36. Bernard Arnault n’est pas responsable de la pauvreté en France, au contraire !

    Sans des personnes comme Bernard Arnault, ce ne seraient pas 2000 personnes qui mourraient dans la rue chaque année, mais des millions de personnes.

    Par Olivier Maurice.
    26 JUIN 2019


    La réaction de la France Insoumise à l’annonce que la fortune de Bernard Arnault dépasserait les 100 milliards de dollars était plus que prévisible. Qui mieux qu’eux pouvait sortir une ânerie économique aussi gigantesque en ciblant l’industriel français ? Qui pouvait aussi fièrement se couvrir de ridicule en démontrant sa totale incompréhension des bases mêmes de la vie dans nos sociétés modernes ?

    La réalité est pourtant assez simple à comprendre : sans des personnes comme Bernard Arnault, ce ne seraient pas 2000 personnes qui mourraient dans la rue chaque année (chiffre clairement erroné, mais ne sortons pas du sujet) mais des millions de personnes, comme c’est le cas à chaque fois que les idées des apôtres de l’économie productiviste ont été mises en application.

    S’étant sans aucun doute rendu compte de l’absurdité de cette communication (si tant est qu’il n’y ait jamais eu une autre intention dans cette sortie, autre que celle de faire parler d’eux, alors que le mouvement est en pleine déroute au lendemain de l’élection Européenne), Manon Aubry en a profité pour sortir une absurdité encore plus énorme que la précédente, pensant peut-être calmer les esprits en ressortant l’argument éculé de la massue fiscale sélective.


    Il faudrait peut-être que quelqu’un explique à Manon Aubry qu’il y a des gens (des vrais gens, qui travaillent, qui aident les autres, qui participent à la société) qui l’hiver dernier (on vient d’entrer en été) se sont fâchés tout rouge à cause d’une histoire de massue fiscale.

    L’EXPLOITATION DE LA PEUR

    On peut comprendre qu’à l’aube de la révolution industrielle, des théories économiques totalement farfelues et débordantes de misanthropie aient vu le jour. Quand le monde change rapidement, quand les repères disparaissent pour être remplacés par d’autres, il est assez normal que des théories absurdes et souvent apocalyptiques apparaissent alors que s’expriment plus fortement que d’habitude les peurs de ceux qui peinent à comprendre ce qui est en train de se produire.

    Mais la révolution industrielle a commencé il y a pratiquement 200 ans. Tout le monde a malheureusement pu constater à de trop nombreuses reprises les catastrophes produites par les différentes moutures élaborées à partir de la dialectique matérialiste de Karl Marx, que ce soient dans les gentilles colonies de vacances des Kibboutz ou dans les camps de la mort russes et chinois.

    Si on peut comprendre la réaction qui poussait certains au début du siècle dernier à refuser tout changement, à crier à l’apocalypse et à revendiquer le retour en arrière (appelé progrès pour l’occasion), on ne peut plus décemment admettre cette réaction de nos jours.

    Mais on ne peut plus excuser le comportement de ceux qui continuent à entretenir ces craintes actuellement sans les soupçonner, soit de détournement et de manipulation pour leur propre intérêt, soit de fascination perverse pour un modèle dont l’issue tragique de son application ne fait absolument aucun doute.

    RépondreSupprimer
  37. UNE VISION SIMPLISTE ET ERRONÉE

    La théorie économique marxiste est fausse. Elle ne correspond absolument pas à l’activité humaine. Les idéologies qui ont découlé de son analyse, qu’elles soient russes ou allemandes, de droite ou de gauche, nationalistes ou internationalistes, nazisme ou soviétisme, l’ont clairement démontré par leur naufrage.

    Cette théorie considère que cette dernière consisterait en la diffusion de marchandise. Le travail et les outils de production fabriqueraient des richesses par transformation des matières premières et ces marchandises seraient ensuite distribuées, vendues aux consommateurs. Profondément positiviste et productiviste, elle n’est basée que sur ce qui découle de la production de marchandises. Les biens auraient une vie : ils sont produits, vendus puis consommés et toute l’activité économique se résumerait à l’encadrement (ou non) de ce cycle de vie, se résumerait à savoir ce que devient le produit du travail.

    La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste s’annonce comme une « immense accumulation de marchandises. L’analyse de la marchandise, forme élémentaire de cette richesse, sera par conséquent le point de départ de nos recherches. – Das Kapital, Karl Marx, 1867 – Livre 1, premier chapitre, première phrase.

    Ironie pour une théorie qui promettait de « fournir à chacun selon ses besoins », le besoin n’apparaît nulle part dans cette vision profondément misanthrope et matérialiste qui se place résolument du point de vue de l’exploiteur, de l’égoïsme et de la jalousie.

    Il est aussi étrange que révélateur qu’il ne soit jamais venu à l’esprit des concepteurs et adeptes de cette vision qu’il puisse y exister des échanges pacifiques entre les êtres humains, qu’il puisse se produire autre chose que le vol, l’esclavage et l’escroquerie dans une société, qu’il n’existe aucun horizon en dehors de celui de produire toujours plus, en dehors de celui qui consisterait à transformer les êtres humains en une armée d’esclaves, de clones indissociés asservis au labeur leur vie durant, que le besoin ne puisse être comblé que par le productivisme et l’égalitarisme forcenés.

    Dans une phase supérieure de la société communiste, quand auront disparu l’asservissante subordination des individus à la division du travail […] ; quand le travail ne sera pas seulement un moyen de vivre, mais deviendra lui-même le premier besoin vital ; quand, avec le développement multiple des individus, les forces productives se seront accrues elles aussi et que toutes les sources de la richesse collective jailliront avec abondance, alors […] la société pourra écrire sur ses drapeaux : « De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ! « – Programme du Parti Ouvrier Allemand, Karl Marx, 1875

    Voler la fortune de Bernard Arnault, puis celle de ceux qui seront les suivants sur la liste ne bénéficiera jamais aux moins fortunés, loin de là : cela les appauvrira fortement.

    75 ANS DE PAIX

    La base de la vie harmonieuse en société est l’échange consenti. La confiance et la paix entre les êtres humains se fabrique par des dons réciproques et simultanés. La simultanéité et le consentement sont les clefs qui pacifient les rapports entre individus. Quand la simultanéité vient à manquer, il s’établit aussitôt un rapport de force. Quand le consentement vient lui à manquer, le rapport de force se transforme en violence, en domination et en servitude.

    RépondreSupprimer
  38. La théorie marxiste passe totalement sous silence cette notion d’échange et pour cause : cela mettrait par terre toute cette belle construction intellectuelle, cela rendrait l’économie complétement impossible à maîtriser, cela jetterait au feu les espoirs de dominer un jour cette humanité que les collectivistes détestent tant.

    Lors d’un échange consenti, il y a création de valeur : chacun reçoit quelque chose dont il a besoin et si ce n’est un besoin immédiat, c’est au pire la promesse de pouvoir combler un besoin futur. Quand celui qui a soif donne du pain contre de l’eau à celui qui a faim, les deux parties en sortent satisfaites. L’un voit sa faim rassasiée, l’autre sa soif étanchée.

    Bien sûr, les échanges ne sont jamais parfaitement justes, mais les deux besoins ont été comblés, que ce soit totalement ou partiellement n’y change rien : il y échange et la valeur se crée, les besoins sont comblés, la vie continue.

    Il n’existe que deux autres alternatives : soit il n’y a aucun échange et chacun meurt dans son coin, l’un de faim, l’autre de soif, soit la violence s’embrase et l’un des deux périt ou finit en esclavage.

    LE MIROIR DU SUCCÈS

    L’être humain est naturellement outillé pour opérer ce commerce : il sait se faire comprendre et négocier, il sait faire preuve à la fois de persuasion et de diplomatie, il sait sentir les besoins de l’autre et y être sensible. Mais ces qualités humaines sont peut-être difficiles à comprendre pour certains.

    Dans une société de commerce, d’échange libre, quand une personne s’enrichit, c’est uniquement parce qu’elle a permis à une autre personne de s’enrichir également. La fortune de Bernard Arnault est le miroir d’une fortune équivalente : celle des employés, des partenaires et des clients de ses entreprises. Tout comme la fortune de ces derniers est le miroir d’autres échanges.

    Il n’existe aucun vendeur riche quand tous les clients sont pauvres et il n’existe aucun client riche quand tous les vendeurs sont pauvres. Personne n’échange quand il n’a rien à échanger.

    Producteurs et consommateurs sont interdépendants et quand l’échange est libre, chacun ne réussit que parce que l’autre réussit. Si Jeff Bezos, Bill Gates et Bernard Arnault sont en tête des fortunes mondiales, c’est qu’ils ont réussi à satisfaire des milliers, des millions, des milliards de clients.

    Plutôt que de vomir sur les fortunes de quelques-uns, par bêtise, par jalousie et par haine de l’espèce humaine, plutôt que d’être tellement égocentrique que l’on ne voit que de l’égoïsme là où il y a coopération, nous devrions nous féliciter de cette preuve évidente de la diffusion de la valeur dans notre société, applaudir très fort les succès de quelques-uns parce qu’ils sont la preuve évidente qu’ils ont activement participé au succès d’un grand nombre.

    https://www.contrepoints.org/2019/06/26/347721-bernard-arnault-nest-pas-responsable-de-la-pauvrete-en-france-au-contraire

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Effectivement, une personne riche crée plus d'emplois qu'une personne pauvre ! Et les scénaristes ? Avez vous pensé aux scénaristes de cinéma ? Ce sont elles ou eux qui sont n°1 devant le Producteur qui appelle un metteur-en-scène qui passe le casting.
      Le scénariste crée entre 100 et 500 emplois par film ! Le saviez vous ?
      Quand vous achetez un livre regardez-vous le nom de l'auteur ou vous contentez-vous seulement du titre ou de la maison d'édition.
      Par contre au cinéma, le nom de l'auteur est ABSENT 9 fois sur 10 !
      Imaginez un livre sans le nom de l'auteur !

      Malheureusement en France c'est très mal vu de créer des emplois !

      Supprimer
  39. Comment l’État français dépense votre argent

    Trous noirs budgétaires, folie dépensière, gestion calamiteuse de l’argent des Français. Tout y passe, dans l’opus 2019 du Livre noir des gaspillages. Contrepoints l’a lu pour vous.


    Par Ludovic Delory.
    27 JUIN 2019


    Dans l’un des pays les plus imposés du monde, chaque citoyen devrait disposer du droit de savoir où partent ses impôts. Ce souci de transparence répond à la complexité croissante des institutions, à l’empilement des normes et au besoin, tout naturel, de connaître la destination de l’argent ponctionné.

    En France, les choses sont compliquées. Le citoyen-contribuable est sommé de se perdre, s’il souhaite connaître l’usage du fruit de son labeur, dans un labyrinthe administratif. La finalité de ses efforts, en outre, est loin d’être garantie.

    LE LIVRE NOIR DES GASPILLAGES

    La version 2019 du Livre noir des gaspillages lui révèle une réalité. Sur base des chiffres officiels. Et elle n’est pas toujours belle à appréhender.

    POUR LES SYNDICATS, L’ARGENT (DES TRAVAILLEURS) TOMBE DU CIEL

    Le principal objet de ce livre concerne tous les Français et porte sur le financement public des syndicats. Enterré dès sa publication, le rapport parlementaire Perruchot a dévoilé dès 2011 les liens entre les syndicats (8% de la représentation nationale) et les organismes paritaires, financés par l’impôt des Français. Dans ce Livre Noir, Jean-Baptiste Leon, directeur des publications de Contribuables Associés, révèle que :

    - voir page sur site -

    Cet extrait montre à lui seul la situation de la France actuelle : celle d’un pays malade de son étatisme. L’argent des uns déposé dans l’urne des autres, sans souci de productivité ni de progressisme :

    Les hommes vivent de la production, quand l’État vit par appropriation. Alors que les nantis et les démunis luttent pour le partage des richesses existantes, c’est le but de l’État de croître aux dépens des deux ; il ramasse les billes pendant que les gosses se battent. C’est là l’histoire des hommes dans la société organisée depuis le début. — Frank Chodorov

    D’autres exemples ? Ces travaux financés par les contribuables et qui se révèlent inutiles. Les trente mois de retard de paiement — une moyenne —, les écarts de budget entre les prévisions et la réalisation (de l’ordre de 30%, une paille, c’est juste vous qui payez). La rénovation du Grand Palais (75 millions € de rallonge), les milliards d’€ prévus pour le chantier RER & co autour de Paris (le Grand Paris-Express) en vue des Jeux de 2024, sans compter les aménagements financés avec votre argent.

    La « gare-fantôme de Montpellier » (huit trains par jour), la ligne Lyon-Turin, le nouveau palais de Justice de Paris, ou le viaduc de la Scie, à Manéhouville, « qui ne mène nulle part »,…

    Les exemples de gabegie ne manquent pas et ne cesseront pas de rappeler combien l’État-ponctionnaire se révèle finalement bien mauvais gestionnaire.

    https://www.contrepoints.org/2019/06/27/347777-comment-letat-francais-depense-votre-argent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout l'argent qui par wagons entiers part tous les jours à l'étranger et donc ne profite pas aux français !

      Supprimer
  40. Des pirates informatiques présumés ont transformé le géant des télécommunications en un "système mondial d'espionnage"


    par Tyler Durden
    Mer. 26/06/2019 - 22:45

    En ce qui a été une journée d'actualités relativement lente alors que le président Trump se rend au Japon pour le sommet du G20 de ce week-end, l'Associated Press a rejoint Reuters pour publier un exposé sur une campagne de cyberespionnage qui pourrait bien avoir ses origines à Pékin.

    Selon AP, qui a tiré son histoire d'une présentation donnée par le responsable de Cybereason, un prestataire mondial en cybersécurité amené par des entreprises de télécommunication pour retrouver la source d'une autre violation potentiellement majeure, un groupe de pirates informatiques éventuellement soutenus par l'État infiltré dans le système de Un géant des télécommunications sans nom espionnera un groupe d’enregistrements d’appels, de données de localisation et d’autres informations «VIP» non nommés. Le piratage a essentiellement permis aux pirates de suivre les mouvements et les activités des cibles. Et comme le piratage s’est produit au niveau du fournisseur de services, il serait pratiquement impossible pour la vingtaine d’utilisateurs cibles de découvrir la violation par eux-mêmes. En substance, les pirates ont pu transformer la société ciblée en un "système de surveillance mondial".

    Le directeur général de Lior Div, de Cybereason, a déclaré que les clients n'étant pas directement visés, ils ne découvriraient peut-être jamais que chaque mouvement était surveillé par une puissance hostile.

    Les hackers ont transformé les télécommunications affectées en "un système de surveillance mondial", a déclaré Div dans un entretien téléphonique. "Ces individus ne savent pas qu’ils ont été piratés - parce qu’ils ne l’étaient pas."

    Div, qui a présenté ses conclusions à la conférence Cyber Week à Tel Aviv, n’a fourni que peu de détails sur les personnes visées. Il a déclaré que Cybereason avait été appelé l'année dernière pour aider un fournisseur de services cellulaires non identifié et qu'il avait découvert que les pirates informatiques avaient pénétré de manière effroyable dans le serveur de facturation de la société, où les enregistrements d'appels sont enregistrés.

    Les pirates utilisaient leur accès pour extraire les données de "environ 20" clients, a déclaré Div.

    Et voici quelques pistes de réflexion: Cybereason a mis en garde que, même si tous les signes de l'identité du coupable pourraient être dirigés vers APT10, l'équipe de hackers soutenue par MSS qui a orchestré l'opération chinoise "Cloud Hopper", aurait infiltré huit des plus grandes entreprises mondiales. entreprises de technologie, ils étaient réticents à blâmer définitivement APT10 pour les intrusions.

    Pourquoi ? Parce que ces panneaux auraient pu être fabriqués pour indiquer APT10, même si le véritable coupable aurait pu être un autre gouvernement, une organisation criminelle ou peut-être même le tristement célèbre «habitant de sous-sol de 400 livres» dont Trump avait plaisanté un jour.

    Qui pourrait être derrière de telles campagnes de piratage informatique est souvent une question épineuse dans un monde rempli de faux drapeaux numériques. Selon Cybereason, tous les signes pointant vers APT10 - le surnom souvent appliqué à un groupe de cyberespionnage notoire que les autorités américaines et des experts en sécurité numérique ont lié au gouvernement chinois.

    Mais Div a dit que les indices qu'ils avaient trouvés étaient si évidents que lui et son équipe se sont parfois demandé s'ils auraient pu être laissés exprès.

    RépondreSupprimer
  41. "J'ai pensé:" Hé, juste une seconde, c'est peut-être quelqu'un qui veut blâmer l'APT10 ", a-t-il déclaré.

    Étant donné que Cybereason avait été mandatée par une grande entreprise de télécommunications pour mener son enquête, elle ne pouvait pas dire avec certitude si les cibles de la campagne de piratage avaient été alertées de l'intrusion. Ils ont précisé que le choix des clients était laissé à la décision de leur client. La firme a déclaré avoir été en contact avec une "poignée" d'agences de maintien de l'ordre à propos des intrusions, mais elle a de nouveau refusé de révéler qui était exactement au courant.

    Quiconque embaucherait Cybereason serait négligent s’il ne révélait pas l’intrusion, car ne pas alerter ses investisseurs pourrait être interprété comme une fraude sur titres. Mais si l’on se fie au passé récent (on se souvient d’Equifax?), Les entreprises victimes de piratages à grande échelle hésitent souvent à le divulguer par crainte des contrecoups du marché.

    Mais si la Chine est derrière les plans, cela donnerait à l’administration Trump une raison de plus de ne pas conclure un accord commercial au motif que l’on ne peut tout simplement pas faire confiance à Beijing pour mettre fin à sa vaste campagne de cyberespionnage.

    https://www.zerohedge.com/news/2019-06-26/suspected-state-backed-hackers-transformed-telecoms-giant-global-spy-system

    RépondreSupprimer
  42. Une nouvelle tentative de coup d’État déjouée au Venezuela



    00:09 27.06.2019


    Le gouvernement vénézuélien a déjoué une nouvelle tentative de «coup d’État» militaire, a annoncé mercredi le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez.

    Le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, a affirmé que le gouvernement vénézuélien avait déjoué une nouvelle tentative de «coup d'État» militaire.

    «Nous avons assisté à toutes les réunions de planification du coup d’État», a déclaré le ministre, évoquant l’activité d’agents gouvernementaux qui ont suivi la préparation de cette tentative de renversement de Maduro et son remplacement par un général.

    Le coup d'État, impliquant des militaires actifs et en retraite, devait avoir lieu entre dimanche et lundi, a précisé le ministre.

    Il a diffusé une vidéo dans laquelle le premier lieutenant fait ses aveux et assure que le projet de coup d’État aurait dû être exécuté avec le soutien des forces militaires israéliennes et américaines.

    Jorge Rodriguez a accusé l'ancien chef du renseignement du Venezuela, le général Cristopher Figuera, parti en Colombie après le soulèvement raté du 30 avril contre Nicolas Maduro et arrivé lundi aux États-Unis, d'avoir levé «des centaines de milliers de dollars» pour financer cette opération.

    Le Venezuela a accusé la Colombie, le Chili et les États-Unis d'être liés à cette tentative de coup d'État. Ainsi, Jorge Rodriguez a nommément mis en cause les Présidents colombien et chilien, Ivan Duque et Sebastian Pinera, ainsi que le conseiller à la sécurité nationale américain, John Bolton.

    Une tentative de coup d'État avait déjà été lancée dans le pays le 30 avril. Organisée par le chef de l'opposition vénézuélienne, Juan Guaido, à la base militaire de Francisco de Miranda connue également sous le nom de La Carlota, elle aurait dû servir de «justification pour une intervention militaire américaine» au Venezuela, avait alors estimé, dans un entretien accordé à Sputnik, l'analyste vénézuélien Sergio Rodriguez Gelfenstein.

    https://fr.sputniknews.com/international/201906261041528855-venezuela-tentative-coup-etat-dejouee/

    RépondreSupprimer
  43. Serres « bio » chauffées ? Le silence est d'or, Monsieur le Ministre !


    27 Juin 2019
    par Seppi


    Nous l'avons vu dans des épisodes précédents, notamment ici : ça chauffe dans le monde du/de la bio sur la question de savoir s'il y a lieu d'interdire en France – en surtransposition de la réglementation européenne – le chauffage des serres « bio », hormis pour le maintien hors gel et la production de plants.

    La filière se déchire, il y a des coups bas... Une pétition lancée par la Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique (FNAB) et trois entités du monde militant demande au Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation de soutenir une interdiction franco-française.

    La décision revient au Comité National de l’Agriculture Biologique (CNAB) de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO). Le Ministère de l'Agriculture dispose de deux sièges dans ce comité pléthorique ; ses voix ne feront vraisemblablement pas la différence.

    Mais l'essentiel n'était-il pas de faire le buzz, de rameuter le ban et l'arrière-ban, de susciter une réaction favorable, et de faire indirectement pression sur les autres membres du comité en les exposant au châtiment du tribunal de l'opinion publique s'ils ne votent pas « bien » ? Car, voyez-vous, le Ministère de l'Économie dispose aussi de deux sièges dans ce comité et n'a pas été interpellé, lui.

    La stratégie de mise sous pression a donc visé un point faible. Et cela a marché.

    M. Didier Guillaume, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, a cru bon de réagir. Prenons-le d'Ouest-France, « Agriculture bio. Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume opposé aux serres chauffées ».

    Vraiment ?

    « "Il y a un débat, aujourd’hui, qui nous interroge beaucoup, […] c’est celui du chauffage des serres. Je ne suis pas favorable au chauffage des serres, parce qu’il faut respecter les rythmes biologiques", a déclaré le ministre qui concluait un séminaire international sur l’agriculture biologique, organisé à Paris. »

    Et d'insister :

    « Évoquant son action en tant que président du département de la Drôme pour développer le bio dans les cantines, Didier Guillaume a insisté ?: "Nous devons être très clairs, on mange des produits alimentaires de saison, on ne mange pas des fraises en décembre, on ne mange pas des pêches en janvier, ça, c’est la règle de base".

    "L’éducation à l’alimentation, l’éducation au bien manger est absolument indispensable", a ajouté Didier Guillaume [...] »

    Oui, mais...

    « […] tout en mettant en garde contre les pays qui n’appliqueraient pas ces principes et l’arrivée en France "de tomates néerlandaises en janvier, en février, en décembre". »

    On n'est plus dans l'art du « en même temps », mais dans celui du « n'importe quoi ».

    M. le Ministre aurait-il l'intention d'interdire l'importation de tomates bio en hiver, nos amis Bataves étant spécialement avertis ? Sur quelle base ? Avec quels moyens ?

    RépondreSupprimer
  44. Tout compte fait,

    «"Si c’était interdit en France et permis dans d’autres pays européens, ça ne réglerait pas le problème de l’économie, des relations économiques. Je pense qu’il faut tout peser, que le comité national de l’agriculture biologique doit peser tout cela, j’ai donné ma position personnelle qui est très claire", a ajouté le ministre lors d’un point presse. »

    Peut-être eût-il fallu « peser tout cela » avant de s'épancher ainsi dans un discours dont la chute apporte la démonstration éclatante de l'incohérence des propos.

    Nous ajouterons qu'on n'attend pas d'un ministre qu'il donne sa « position personnelle ».

    http://seppi.over-blog.com/2019/06/serres-bio-chauffees-le-silence-est-d-or-monsieur-le-ministre.html

    RépondreSupprimer
  45. Actualité. La canicule en Europe


    le 27 juin 2019


    La chaleur « excessive » qui s’est abattue sur l’Europe ces jours derniers devrait susciter l’intérêt pour d’autres épisodes similaires d’étés brûlants nonobstant le fait que cet épisode caniculaire est attribué au réchauffement climatique global contemporain d’origine humaine par la propagande mondialiste bien pensante.

    En 1132 en Alsace les sources se tarirent et les ruisseaux s’asséchèrent. Le Rhin pouvait être traversé à pied. En 1152 la chaleur était si intense que l’on pouvait faire cuire des oeufs dans le sable. En 1160, à la bataille de Bela (en Hongrie), un grand nombre de soldats moururent en raison de la chaleur excessive.

    En 1276 et 1277, en France, la récolte d’avoine et de seigle fut totalement détruite par la chaleur. En 1303 et 1304 la Seine, la Loire, le Rhin et le Danube pouvaient être traversés à pied. En 1393 et 1394 un grand nombre d’animaux tombèrent morts et les récoltes anéanties en raison de la chaleur.

    En 1440 la chaleur fut excessive. En 1538, 1539, 1540 et 1541 les rivières européennes étaient littéralement asséchées. En 1556 il y eut une sécheresse généralisée dans toute l’Europe. En 1615 et 1616 la canicule s’abattit sur la France, l’Italie et les Pays-Bas. En 1646 il y eut en Europe 56 jours consécutifs de grandes chaleurs. En 1676 des canicules à nouveau. Les mêmes évènements se reproduisirent au XVIIIe siècle. En 1718 il n’y eut aucune pluie entre les mois d’avril et octobre. Les récoltes furent brûlées, les rivières asséchées et les théâtres fermés à Paris par ordre du Préfet de police en raison des températures excessives. Le thermomètre enregistra 36 degrés Réaumur (45 degrés C) à Paris. Dans les jardins de la banlieue arrosés les arbres fruitiers fleurirent deux fois pendant la saison.

    En 1723 et 1724 les températures étaient extrêmes. En 1746 l’été fut particulièrement chaud et sec et les récoltes furent littéralement calcinées. Pendant plusieurs mois il n’y eut aucune pluie. En 1748, 1754, 1760, 1767, 1778 et 1788 les chaleurs d’été furent excessives. En 1811, l’année de la comète, l’été fut très chaud et le vin très bon y compris à Suresnes. En 1818 les théâtres parisiens restèrent fermés pendant un mois en raison des chaleurs excessives, la chaleur avait atteint 35 degrés C. En 1830, alors que des combats avaient lieu, le thermomètre afficha des températures de 36 degrés C les 27, 28 et 29 juillet. En 1832, lors de l’insurrection du 6 juin, le thermomètre releva une température de 35 degrés. En 1835 la Seine était presque à sec. En 1850, au mois de juin, au cours de la seconde épidémie de choléra de l’année le thermomètre afficha 34 degrés.

    Source : https://www.newspapers.com/newspage/401721042/

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2019/06/27/actualite-la-canicule-en-europe/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Pourquoi les fleuves & rivières ont un niveau si bas quand il fait chaud ? Parce que les alentours (à côté et au dessous) sont fendus, ils craquellent et, comme un sucre posé dans un peu de café, le café est aspiré par le sec.

      Les sources peuvent elles aussi donner moins d'eau parce qu'elles se diversifient en d'autres sorties plus 'aspirantes' ! Car, c'est cette même eau venue des infiltrations océanique et bouillie qui remonte et rempli aussi les nappes phréatique durement sollicitées par temps chauds !

      Supprimer