- ENTREE de SECOURS -



lundi 29 avril 2019

Des étrangers dans le ciel: l'armée américaine s'intéresse à nouveaux aux OVNIs

20:32 29.04.2019


L'US Navy met au point un système qui permettra aux pilotes ayant remarqué des objets volants non identifiés de transmettre facilement un rapport à ce sujet, a annoncé la chaîne CNN.

La nouvelle directive conduira à une systématisation du processus de recueil et d'analyse des informations sur les phénomènes inexplicables, écrit le site d'information Gazeta.ru.

Un représentant de la marine a précisé à la chaîne que les militaires ne parlaient pas des contacts avec d'éventuels extraterrestres, mais que ces dernières années les cas de pénétration dans l'espace aérien américain d'objets volants non identifiés étaient assez fréquents. «La marine et l'armée de l'air des États-Unis enquêtent sur chaque cas pour garantir la sécurité», a-t-il expliqué.

Selon le site d'information Politico, ces rapports utiliseront le terme «phénomène aérien non-identifié» (PAN ou UAP pour Unidentified Aerial Phenomena) et non «objet volant non identifié» (UFO).

L'interlocuteur de CNN est convaincu que ce nouveau système permettra d'analyser l'ensemble des informations de cette nature.

En effet, ces derniers temps, les informations sur la présence d'ovnis dans le ciel américain se multiplient. Dans la plupart des cas, cela se produit près des bases militaires. Fin 2018, les habitants de l'Ohio ont été confrontés à un phénomène inexplicable, rapportait alors l'Express.

Sur les images captées par un témoin, on apercevait à proximité d'une base militaire de l'État un objet volant triangulaire. L'auteur de la vidéo a expliqué que l'«objet avait survolé les environs au moins trois fois», mais qu'il était difficile de regarder l'engin volant brillant à cause de sa forte luminosité.


La plupart des utilisateurs des réseaux sociaux ont supposé que le phénomène observé pouvait résulter des expériences conduites par les militaires. D'autres ont attiré l'attention sur la forme et les lumières émises par l'objet. Selon eux, le témoin aurait filmé le mythique appareil de reconnaissance américain TR-3 B capable d'effectuer des vols suborbitaux à des vitesses hypersoniques en utilisant des technologies furtives.

En novembre 2018, un autre Américain a filmé des lumières dans le ciel à hauteur du littoral de la Caroline du Nord. Il a publié sa vidéo sur YouTube en supposant qu'il s'agissait d'un ovni. L'homme a déclaré qu'il était en train de pêcher et que vers 21 heures, il aurait remarqué une lumière brillante immobile dans le ciel. Pendant une heure cette dernière a changé d'intensité, et d'autres lumières scintillaient également autour d'elle. A un moment donné cette lumière s'est éteinte pendant une demi-heure, puis s'est rallumée.

«Quand elle est réapparue, elle devenait tantôt plus intense, tantôt plus tamisée, et le nombre de lumières augmentait jusqu'à quatre, mais dans l'ensemble elle ne bougeait pas», a raconté l'auteur de la vidéo.

Toutefois, les utilisateurs d'internet ont supposé que l'Américain avait simplement filmé des éclairs sphériques ou les feux d'un avion. Certains ont avancé la version de combustion d'une torche de gaz sur une plateforme pétrolière.

Un phénomène inexplicable s'est également produit en août 2017 dans le ciel du sud du Nevada, au-dessus d'une base militaire. Les ufologues ont déclaré que des extraterrestres effectuaient en permanence des vols au-dessus de la fameuse Zone 51.

Sur l'enregistrement — qui a suscité des débats — on peut voir un objet étrange de forme aérodynamique survoler un territoire où, selon certaines informations, sont élaborées toutes les armes secrètes et les tout nouveaux appareils volants américains. Sachant que cet ovni supposé ne ressemblait pas à une soucoupe volante «classique» et que durant son vol l'objet n'émettait aucun son.

Le gouvernement américain prend au sérieux l'analyse des ovnis. Fin 2017, le New York Times a publié un article soulignant qu'entre 2007 et 2012 le Pentagone avait dépensé plusieurs dizaines de millions de dollars pour un programme dans ce domaine.

Le programme d'étude de la menace aérospatiale, impliquant la surveillance des ovnis, n'était pas affiché par le Pentagone. C'est dans son cadre que se déroulaient les études des objets volants dont le mouvement ne s'inscrivait pas dans les lois de la physique. Les spécialistes se penchaient notamment sur un appareil volant ovale pourchassé en 2004 au large de la Californie par deux chasseurs américains F/A-18.

Le projet avait été lancé après la déclaration de Bob Bigelow, fondateur de la compagnie Bigelow Aerospace, qui affirmait que des extraterrestres visitaient notre planète. Il avait réussi à persuader le sénateur démocrate Harry Reid de la nécessité de ce programme. Officiellement, ce dernier a été fermé pour «économie de fonds budgétaires».

Mais les États-Unis ne sont pas les seuls à s'intéresser aux ovnis.

En janvier 2016, la CIA a déclassifié des centaines de documents sur les observations d'ovnis à travers le monde, notamment en Allemagne, au Congo belge (colonie qui a existé jusqu'en 1960) et en URSS.

D'après le média The Mirror, ces documents font le bilan des enquêtes de l'agence sur les ovnis jusqu'en 1978. Une grande partie des archives est consacrée aux observations réalisées à la fin des années 1940 et dans les années 1950. Les documents de 1952 contiennent des informations sur des objets volants remarqués à l'est de l'Allemagne, en Espagne, au nord de l'Afrique et au-dessus des mines d'uranium au Congo belge.

samedi 27 avril 2019

Faux climatologie et scientifiques

 Paul Driessen 
27 avr. 2019 00:01 


La pancarte multicolore devant une maison de 2 millions de dollars dans le centre-nord de Chicago proclamait fièrement: «Nous croyons en cette maison: aucun être humain n'est illégal» - et «la science est réelle» (ainsi que quelques autres mantras libéraux).

Je savais tout de suite où les propriétaires se trouvaient face au changement climatique et à d'autres questions politiques brûlantes. Ils ne toléreraient probablement aucune dissension ni aucun débat sur la science climatique «établie» ou sur aucun autre sujet.

Mais ils ont exactement le retard sur la question scientifique. La vraie science n'est pas la croyance - ou le consensus, 97% ou autrement. La vraie science pose constamment des questions, exprime le scepticisme, réexamine les hypothèses et les preuves. Si le débat, le scepticisme et les preuves empiriques sont interdits - c’est au mieux une pseudo-science.

La vraie science - et les vrais scientifiques - cherchent à comprendre les phénomènes et les processus naturels. Ils posent des hypothèses qui, à leur avis, expliquent le mieux ce qu’ils ont vu, puis les comparent à des preuves, observations et données expérimentales réelles. Si les hypothèses (et les prédictions basées sur celles-ci) sont corroborées par leurs découvertes ultérieures, elles deviennent des théories, des règles, des lois de la nature - du moins jusqu'à ce que quelqu'un trouve de nouvelles preuves qui creusent des trous dans ses évaluations ou élabore de meilleures explications.

La vraie science ne consiste pas simplement à déclarer que vous «croyez» quelque chose, ce n’est pas une doctrine immuable. Cela ne prétend pas que «la science est réelle» - ni exiger qu’une explication scientifique particulière soit gravée dans la pierre. Les concepts centrés sur la Terre ont laissé la place à un système solaire centré sur le soleil. Les croyances relatives à la maladie de miasma ont été soumises à la théorie des germes. La certitude que les continents sont verrouillés a été remplacée par la tectonique des plaques (et la prise de conscience que vous ne pouvez pas arrêter la dérive des continents, pas plus que l’arrêt du changement climatique).

Les vrais scientifiques utilisent souvent des ordinateurs pour analyser les données plus rapidement et plus précisément, pour décrire ou modéliser des systèmes naturels complexes ou pour prévoir des événements ou conditions futurs. Mais ils testent leurs modèles contre des preuves du monde réel. Si les modèles, les observations et les prévisions ne concordent pas, de vrais scientifiques modifient ou rejettent les modèles et les hypothèses qui les sous-tendent. Ils s'engagent dans une discussion et un débat solides.

Ils ne laissent pas les modèles ou les hypothèses se substituer aux preuves et aux observations du monde réel. Ils ne modifient ni n'homogénéisent pas les données brutes ou historiques pour donner l'impression que les modèles fonctionnent réellement. Ils ne cachent pas leurs données et leurs algorithmes informatiques (AlGoreRythms?), Ne limitent l'évaluation par les pairs qu'à des cercles fermés de collègues partageant les mêmes idées qui protègent la réputation et le financement de chacun, prétendent que «le débat est terminé» ou tente de faire taire ceux qui osent poser des questions dérangeantes ou trouver à redire avec leurs revendications et leurs modèles. Ils ne concoctent pas de graphiques de température de bâtons de hockey pouvant être reproduits en insérant des nombres aléatoires.

Dans le domaine envisagé par le panneau de triage de Chicago, nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour comprendre le système climatique extrêmement complexe, en grande partie chaotique et en évolution constante de la Terre - tout ce que nous pouvons pour comprendre comment le soleil et d’autres forces puissantes interagissent. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons prévoir avec exactitude les changements climatiques futurs, nous y préparer, et ne pas gaspiller d’argent et de ressources à la poursuite des gobelins.


Mais au lieu de cela, nous avons des gens en blouse blanche de laboratoire se faisant passer pour de vrais scientifiques. Ils font ce que je viens d’expliquer, ce que les scientifiques ne font pas. Tout aussi grave, ils ignorent les fluctuations de la production d’énergie solaire et de nombreuses autres forces naturelles puissantes et interconnectées qui ont entraîné le changement climatique au cours de l’histoire de la Terre. ils ne regardent que (ou 97% du temps) le gaz carbonique comme principal ou unique moteur des changements climatiques actuels et futurs.

Encore plus scandaleux, ils utilisent leur pseudo-science pour justifier l'obligation d'éliminer toute utilisation de combustibles fossiles, ainsi que toutes les émissions de dioxyde de carbone et de méthane, dans un peu plus d'une décennie à partir de maintenant. Sinon, nous provoquerons des cataclysmes sans précédent pour les populations et la planète. 

Sans surprise, leur mauvais comportement est applaudi, financé et utilisé par des politiciens, des environnementalistes, des journalistes, des célébrités, des dirigeants d'entreprise, des milliardaires et d'autres qui ont leur propre objectif, leur propre ego à gonfler - ou un désir intense de tirer profit de l'alarmisme climatique et pseudo-science.

Pire encore, bien qu’ils deviennent riches et célèbres, leurs actions immorales appauvrissent des milliards de personnes et en tuent des millions, en les privant de l’énergie à base de combustible fossile fiable et abordable qui alimente les sociétés modernes.

Et pourtant, ces personnages glissants répètent sans cesse le trope fatigué qu'ils "croient en la science" - et quiconque n'accepte pas de "garder les combustibles fossiles dans le sol" est un "négateur de la science".

Selon l'analyste politique Robert Tracinski, le terme «science» est utilisé par ces gens et la foule qui signe dans la cour. Il s'agit avant tout de «fournir un badge d'identité tribale», tout en démontrant ironiquement qu'ils n'ont aucune compréhension ni aucun intérêt réels pour «la société». principes directeurs de la science actuelle. "

Une véritable climatologue (et ancienne présidente de l'École des sciences de la Terre et de l'atmosphère du Georgia Institute of Technology), Mme Judith Curry, fait écho à Tracinski. Des politiciens comme la sénatrice Elizabeth Warren utilisent la «science» comme un moyen de «déclarer leur conviction en une proposition qu’ils ne connaissent pas et qu’ils ne comprennent pas…. Le but de ce trope est d'éviter toute discussion sérieuse sur ces questions distinctes, en les combinant dans un même paquet - et un ticket pour un parti politique », explique-t-elle.

Le but ultime de tout cela, bien sûr, est de faire taire les voix dissidentes de la science du climat fondée sur des preuves et la réalité, de bloquer la création d’un comité des présidents sur la science du climat et de veiller à ce que le seul débat à porter concerne les actions à entreprendre en premier. mettre fin à l'utilisation de combustibles fossiles et renverser les économies modernes.

La dernière chose que veulent les scientifiques du climat factices / alarmistes est un débat approfondi avec de vrais climatologues - un débat qui les oblige à défendre leurs assertions catastrophiques, leurs méthodologies, leur manipulation de données… et affirmant que le soleil et d'autres forces naturelles puissantes sont minuscules ou non pertinentes par rapport à au gaz carbonique d'origine humaine qui constitue moins de 0,02% de l'atmosphère terrestre (le gaz carbonique naturel ajoute 0,02% supplémentaire).

Heureusement, les raisons d'espérer sont nombreuses. Pour avoir reconnu que nous ne sommes pas confrontés à une crise climatique, encore moins à des menaces pour notre existence même. Pour nous rendre compte qu'il n'est pas nécessaire de nous soumettre à des taxes sur le carbone punitives ni à la misère, à la pauvreté, aux privations, aux maladies et à la mort que l'interdiction des combustibles fossiles causerait.

Entre le pic de la grande frayeur mondiale provoquée par le refroidissement en 1975 et aux environs de 1998, les niveaux de gaz carbonique dans l’atmosphère et les températures ont augmenté dans des conditions approximatives. Mais ensuite, les températures ont presque toujours stagné, tandis que les niveaux de gaz carbonique ont continué d'augmenter. Les températures mondiales moyennes actuelles sont maintenant 1 degré F inférieures aux prévisions du modèle.

Au lieu de le craindre, nous devrions remercier le gaz carbonique en augmentation pour avoir fait pousser les plantes des forêts, des forêts et des prairies plus rapidement et mieux, profitant ainsi à la nature et à l’humanité - en particulier en conjonction avec des températures légèrement plus chaudes qui prolongent les saisons de croissance, élargissent les terres arables et augmentent la production agricole.

Le taux d'élévation du niveau de la mer n'a pas changé depuis plus d'un siècle - et une grande partie de ce que les alarmistes attribuent au changement climatique et à la montée des mers est en réalité due à la subsidence des terres.

Le temps ne devient pas plus extrême. En fait, Harvey a été le premier ouragan de catégorie 3 à toucher les États-Unis en un record de 12 ans - et le nombre de tornades violentes de F3 à F5 est passé de 56 en moyenne par an entre 1950 et 1985 à seulement 34 par an depuis puis.

L'ingéniosité et l'adaptabilité humaines ont permis aux êtres humains de survivre et de prospérer dans toutes sortes de climats, même au cours de notre passé beaucoup plus primitif. Autorisés à utiliser nos cerveaux, nos combustibles fossiles et nos technologies, nous nous débrouillerons très bien quels que soient les changements climatiques auxquels nous serons confrontés à l’avenir. (Bien entendu, un autre glacier du Pléistocène, inspiré par la nature, extraire nos océans de 4 mètres d’eau et écraser les forêts et les villes de l’hémisphère Nord sous des murs de glace de plusieurs kilomètres constituerait une menace potentielle pour la vie telle que nous la connaissons.)

Donc, si le maire de New York, Bill De Blasio, ainsi que d’autres politiciens égoïstes et scientifiques, de faux climatologues, veulent interdire les combustibles fossiles, les bâtiments en verre et acier, les vaches et même les hot-dogs, au nom de la prévention des «changements climatiques dangereux provoqués par l’homme», imposer leurs régimes à eux-mêmes et à leurs propres familles.

Le reste d'entre nous en a marre de devenir des cobayes dans leurs expériences totalitaires.

vendredi 26 avril 2019

jeudi 25 avril 2019

Un gouvernement mondial et une surveillance de masse sont nécessaires pour sauver l'humanité, déclare un expert

par Tyler Durden
Jeu, 25/04/2019 - 19h15
Écrit par Dagny Taggart via le Organic Prepper,


Un célèbre philosophe d’Oxford connu pour ses prédictions terrifiantes sur l’humanité a une nouvelle théorie sur notre avenir, qui n’est pas belle.

Il y a plus de 15 ans, Nick Bostrom, auteur de Superintelligence: Paths, Dangers, Strategies, a expliqué que nous vivions tous dans une simulation informatique de type Matrix gérée par une autre civilisation.

Voici un résumé de cette théorie, expliqué par Vox:

Dans un article influent qui exposait la théorie, le philosophe d'Oxford Nick Bostrom a montré qu'au moins l'une des trois possibilités était vraie: 1) Toutes les civilisations à caractère humain de l'univers s'éteignaient avant de développer la capacité technologique de créer des réalités simulées; 2) si des civilisations atteignent cette phase de maturité technologique, aucune d’entre elles ne se souciera de faire des simulations; ou 3) les civilisations avancées auraient la capacité de créer de très nombreuses simulations, ce qui signifie qu'il existe beaucoup plus de mondes simulés que de mondes non simulés. (la source)

L'humanité sera-t-elle éventuellement détruite par l'une de ses propres créations ?
Si l’idée de vivre dans une simulation informatique gérée par des inconnus est troublante, attendez d’entendre la dernière théorie de Bostrom.

Mercredi dernier, Bostrom a pris la parole lors d'une conférence TED à Vancouver, au Canada, pour partager certaines des idées de son dernier travail, "The Vulnerable World Hypothesis".

S'adressant au président de la conférence, Chris Anderson, Bostrom a affirmé que la surveillance de masse pouvait être l'un des seuls moyens de sauver l'humanité - d'une technologie de notre propre création.

Sa théorie commence avec une métaphore de l'homme se tenant devant une urne géante remplie de balles qui représentent des idées. Il y a des boules blanches (idées bénéfiques), des boules grises (idées modérément néfastes) et des boules noires (idées qui détruisent la civilisation). La création de la bombe atomique, par exemple, ressemblait à une balle grise - une idée dangereuse qui n’a pas entraîné notre décès.

Bostrom affirme qu'il ne peut y avoir qu'une seule boule noire dans l'urne, mais qu'une fois sélectionnée, elle ne peut plus être remise. (L'humanité serait anéantie, après tout.)

Selon Bostrom, la seule raison pour laquelle nous n’avons pas encore choisi de ballon noir, c’est parce que nous avons été «chanceux». (Source)

Bostrom écrit dans son article:

Si la recherche scientifique et technologique se poursuit, nous pourrons éventuellement l'atteindre et la retirer. Notre civilisation a une capacité considérable à ramasser des balles, mais aucune possibilité de les remettre dans l'urne. Nous pouvons inventer mais nous ne pouvons pas désinventer. Notre stratégie est d'espérer qu'il n'y a pas de boule noire.

***

Si le développement technologique se poursuit, un ensemble de capacités rendra éventuellement la dévastation de la civilisation extrêmement probable, à moins que la civilisation ne quitte suffisamment la condition semi-anarchique par défaut. (la source)

Bostrom pense que la seule chose qui puisse sauver l'humanité est le gouvernement.
Bostrom a proposé des moyens pour empêcher cela, et ses idées sont horriblement dystopiques:

Le premier exigerait une gouvernance mondiale plus forte, allant au-delà du système international actuel. Cela permettrait aux États d'accepter d'interdire suffisamment rapidement l'utilisation de la technologie pour éviter une catastrophe totale, car la communauté internationale pourrait agir plus rapidement que par le passé. Bostrom suggère dans son document qu'un tel gouvernement pourrait également conserver des armes nucléaires pour se protéger contre une épidémie ou une violation grave.

Le second système est plus dystopique et nécessiterait beaucoup plus de surveillance que l’humain. Bostrom décrit une sorte de «balise de liberté», adaptée à tous ceux qui transmettent des données audio et vidéo cryptées qui détectent des signes de comportement indésirable. Cela serait nécessaire, argue-t-il, pour que les futurs systèmes de gouvernance interviennent de manière préventive avant qu'un crime susceptible de modifier l'histoire ne soit commis. Le document note que si chaque étiquette coûtait 140 dollars, il en coûterait moins de 1% du produit intérieur brut mondial pour que tout le monde porte l'étiquette et évite potentiellement un événement mettant en péril une espèce. (la source)

Ces balises fourniraient des informations aux «stations de surveillance patriotes» ou «centres de la liberté», où l'intelligence artificielle surveillerait les données, en mettant les «agents de la liberté» humains au courant si des signes de boule noire étaient détectés.

C'est vraiment orwellien.


Être surveillé par une intelligence artificielle est une idée horrible.
L'idée d'une intelligence artificielle surveillant l'activité humaine est particulièrement alarmante, sachant que nous savons déjà que l'IA peut développer des préjugés et de la haine sans notre apport et que les robots n'ont pas le sens de l'humour et pourraient nous tuer pour une blague. De nombreux experts pensent que l'intelligence artificielle finira par être plus intelligente que l'homme, et que le résultat final sera la fin de l'humanité.

Avoir des seigneurs de robots est-il une bonne idée, même s'ils pourraient empêcher quelqu'un de choisir une balle noire ? Nous avons déjà une surveillance de masse et la gouvernance mondiale semble également en devenir.

Bostrom a reconnu que le scénario pouvait très mal tourner, mais il pense que les fins pourraient justifier les moyens:

De toute évidence, il existe d’énormes inconvénients, voire des risques énormes, pour la surveillance de masse et la gouvernance mondiale.

Sur un plan individuel, nous semblons être un peu condamnés de toute façon.

Je souligne simplement que si nous avons de la chance, le monde pourrait être tel que ce serait le seul moyen de survivre à une balle noire. (la source)

Pour ceux qui restent sceptiques, Bostrom recommande de peser le pour et le contre:

Un seuil proche de l'extinction humaine ou d'une catastrophe existentielle semblerait suffisant. Par exemple, même ceux qui se méfient énormément de la surveillance exercée par le gouvernement seraient probablement favorables à une forte augmentation de cette surveillance s’il était vraiment nécessaire de prévenir des destructions occasionnelles à l’échelle de la région. De même, les individus qui attachent de la valeur à vivre dans un État souverain peuvent raisonnablement préférer vivre sous un gouvernement mondial, en supposant que la solution de remplacement impliquerait quelque chose d'aussi terrible que l'holocauste nucléaire. (la source)

Qu'est-ce que tu penses ?
Si vous deviez choisir entre le type de surveillance et de gouvernement mondial proposé par Bostrom ou l'annihilation éventuelle par Amnesty International, lequel choisiriez-vous ? Pensez-vous que la possibilité de sélectionner une balle noire constitue une menace réelle ? Si oui, combien de temps pensez-vous que cela se produira ? S'il vous plaît partager vos pensées dans les commentaires.

* * *

Brandon Smith, fondateur de Alt-Market.com, a fait quelques commentaires fascinants:

Je pourrais écrire un article entier sur les nombreuses raisons pour lesquelles les idées de cet "expert" sont terriblement viciées (et peut-être que je le ferai). L'obsession mondialiste (et luciférienne) de l'idée de "l'univers simulé" est toutefois remarquable. Ils sont extrêmement motivés pour convaincre les gens que ce qu'ils savent intuitivement sur la vie et l'existence est faux et que tout ce que nous faisons n'a pas de sens. C'est une perversion de l'idée gnostique classique de retirer "le voile". Si tout ce que nous savons et accomplissons relève de la perception ou de la simulation, alors tout devient relatif, y compris la moralité.

Les mondialistes aiment également faire valoir la notion d'événement d'IA cataclysmique, un événement qu'ils cherchent activement à créer, puis suggèrent que le gouvernement mondial est la seule solution pour y mettre un terme. Bostrom n’a pas proposé ce concept: l’ONU, le FMI et d’autres institutions mondialistes le colportent depuis des années. Ma question pour Bostrom est la suivante: si le monde n’est rien d’autre qu’une simulation, pourquoi est-il important que nous choisissions finalement une idée de "boule noire" et la terminions ? Et, si cela importait peu, alors pourquoi aurions-nous besoin d'un gouvernement mondial pour nous sauver de cela ? La propagande élitiste est tellement en arrière qu'ils ne semblent pas remarquer les contradictions inhérentes et évidentes ...

La police française utiliserait des «armes de guerre» lors des manifestations


11:55 25.04.2019


Le lanceur de balles de défense a été reconnu comme «arme de guerre» par la réglementation internationale. Lorsqu'ils sont exportés, les LBD sont vendus sous la catégorie «matériel de guerre», remarque Le Canard enchaîné.

Les célèbres lanceurs de balles de défense (LBD) sont classés comme «armes de guerre» par la réglementation internationale, a indiqué Le Canard enchaîné, mercredi 24 avril.

Pourtant, selon le journal, les LBD seront vendus sous la catégorie «matériel de guerre», lorsqu'ils seront exportés.
Comme le précise Le Canard enchaîné, cette classification s'explique par le fait que le LBD est, à l'origine, un lance-grenades militaire utilisé comme une arme anti-émeute.

«Les règlements internationaux qui prennent notamment en compte le calibre des engins empêchent de les classer comme armes civiles», affirme l'hebdomadaire.

Depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes, de nombreuses voix, dont celle du Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, ont réclamé l'interdiction du LBD, accusé d'être à l'origine des blessures graves de dizaines de manifestants. Mais, le 12 avril, le Conseil d'État a refusé de saisir le Conseil constitutionnel sur la question, comme le réclamaient des associations.

mercredi 24 avril 2019

Un policier en civil en masque de tête de mort photographié à Paris à l’acte 23

14:25 24.04.2019

La photo d’un homme avec un brassard de police au bras gauche, un blason sur le casque et le visage caché par une cagoule représentant une tête de mort de clown a été partagée sur les réseaux sociaux suite à l’acte 23 des Gilets jaunes à Paris.

Un policier en civil dissimulant son visage derrière une cagoule tête de mort a été pris en photo lors d'une manifestation des Gilets jaunes. Selon le photographe Bsaz, auteur des clichés, ces photos ont été réalisées à Paris, samedi 20 avril.

Les images permettent également de bien distinguer un brassard autour du bras gauche de ce policier ainsi qu'un casque décoré d'un blason sur sa tête.

En janvier, une autre photo prise lors d'une manifestation des Gilets jaunes à Toulouse et montrant un policier arborant une tête de mort sur le visage avait provoqué des remous. Une enquête administrative interne avait été ouverte pour déterminer l'origine de cet équipement et les raisons qui ont conduit le policier à s'en servir. La préfecture de la Haute-Garonne avait qualifié la cagoule d'«inappropriée et inadmissible quant à l'image qu'elle renvoie».

L'acte 23 des Gilets jaunes s'est déroulé en France le samedi 20 avril. Le ministère de l'Intérieur a comptabilisé 27.900 manifestants dans toute la France, dont 9.000 dans la capitale. Le nombre jaune a quant à lui comptabilisé 98.182 manifestants sur la journée.

mardi 23 avril 2019

UNION DES GROS CONS DE LA PLANÈTE

Cinquante ans de prévisions apocalyptiques du réchauffement climatique et pourquoi les gens les croient


par Tyler Durden
Mar., 23/04/2019 - 17:25
Écrit par Peter Baggins via TheOccidentalObserver.com,


Le réchauffement de la planète et ses conséquences, notamment la sécheresse, la famine, les inondations et la famine massive, sont deux des problèmes les plus importants que le Green New Deal tentera de résoudre au prix de milliards incalculables. Vous vous souviendrez peut-être qu'Obama, dans son discours sur l'état de l'Union en 2015, avait déclaré que la plus grande menace à laquelle nous étions confrontés n'était ni le terrorisme ni l'Etat islamique. Ce n’était pas non plus une arme nucléaire dans les États voyous. "Aucun défi ne représente une menace plus grande pour les générations futures que le changement climatique", a déclaré Obama.

L'ensemble de son administration, y compris le vice-président Joe Biden et le secrétaire d'État John Kerry, ont fréquemment répété que le changement climatique était la plus grande menace à laquelle le monde était confronté. C'est un sentiment que Obama a encore souligné lors d'un voyage à Everglades, en Floride, à l'occasion du Jour de la Terre, où il a déclaré: «Ce n'est pas un problème pour une autre génération. Cela a de graves conséquences sur notre mode de vie actuel ».

Plus récemment, des candidats à la présidentielle tels que Beto O’Rourke, ainsi que la plupart des candidats démocrates, ont déclaré leur soutien zélé au Green New Deal en prévoyant que le monde se terminera dans 12 ans si rien n’est fait.

«C’est la dernière chance, les scientifiques sont absolument unanimes: il ne nous reste que 12 ans pour prendre des mesures incroyablement audacieuses face à cette crise. Ce n'est pas mélodramatique, mais l'avenir du monde dépend de nous maintenant, là où nous sommes. »


Cela conduit à la question que je pose dans ce bref essai, fondé sur des données: quel type de résultats les politiciens et leurs experts ont-ils dans leurs prévisions climatiques ? Après tout, certaines de ces prévisions ont été faites il y a 10, 20 ou même 50 ans. Pouvons-nous maintenant revenir sur leurs prévisions et commencer à les tenir pour responsables ?

Comme d'autres l'ont fait, j'ai choisi de commencer par la première «célébration» du Jour de la Terre en 1970. Maintenant, qui peut être contre le Jour de la Terre ? C’est une idée charmante, et j’en suis un partisan enthousiaste depuis mes études à Ann Arbor, lorsque nous avons célébré cet événement sur le campus de l’Université du Michigan.

Voici ce que les experts disaient il y a près d'un demi-siècle le Jour de la Terre, 1970:

«La civilisation prendra fin dans 15 ou 30 ans à moins que des mesures immédiates ne soient prises pour lutter contre les problèmes auxquels l'humanité est confrontée.
- George Wald, biologiste à Harvard

"Il est déjà trop tard pour éviter la famine de masse",
- Denis Hayes, organisateur en chef du Jour de la Terre

«Nous sommes dans une crise environnementale qui menace la survie de cette nation et du monde en tant que lieu approprié de l'habitation. "
- Barry Commoner, biologiste à l'Université de Washington

«La population dépassera inévitablement et complètement toutes les petites augmentations de nos disponibilités alimentaires. Le taux de mortalité augmentera jusqu'à ce qu'au moins 100 à 200 millions de personnes meurent de faim au cours des dix prochaines années. … La plupart des personnes qui vont mourir dans le plus grand cataclysme de l'histoire de l'homme sont déjà nées. … [D'ici à 1975] certains experts estiment que les pénuries alimentaires auront aggravé le niveau actuel de la faim et de la famine dans le monde en une famine d'une ampleur incroyable. D'autres experts, plus optimistes, pensent que la collision ultime entre l'alimentation et la population ne se produira pas avant le début des années 80.
- Paul Ehrlich, biologiste à l'Université de Stanford

«Les démographes s’accordent presque à l’unanimité sur le sinistre calendrier suivant: d’ici à 1975, des famines généralisées commenceront en Inde; Celles-ci s'étendront d'ici 1990 à l'ensemble de l'Inde, du Pakistan, de la Chine et du Proche-Orient, de l'Afrique. D'ici l'an 2000, voire plus tôt, l'Amérique du Sud et centrale existeront dans des conditions de famine…. D'ici l'an 2000, dans trente ans, le monde entier, à l'exception de l'Europe occidentale, de l'Amérique du Nord et de l'Australie, sera plongé dans la famine. "
- Peter Gunter, professeur à la North Texas State University

"Dans une décennie, les citadins devront porter des masques à gaz pour survivre à la pollution de l'air… d'ici à 1985, la pollution de l'air aura réduit de moitié la quantité de lumière solaire atteignant la Terre."
- Magazine de la vie

«Au rythme actuel d’accumulation d’azote, il n’est qu’une question de temps avant que la lumière ne soit filtrée de l’atmosphère et que aucune de nos terres ne soit utilisable. … D’ici l’an 2000, si la tendance actuelle se maintient, nous utiliserons le pétrole brut à un tel taux… qu’il n’y aura plus de pétrole brut. Vous arriverez à la pompe et vous direz: "Remplis-toi, mon pote", et il te dira: "Je suis vraiment désolé, il n’y en a pas. … Le monde est en froid depuis une vingtaine d'années. Si les tendances actuelles se maintiennent, la température moyenne dans le monde sera environ quatre degrés plus froide en 1990, mais onze degrés plus froid en 2000. C’est environ le double de ce qu’il faudrait pour que nous entrions dans une période glaciaire. »
- Kenneth Watt

Réchauffement de la planète et famine massive

Je concentrerai mon attention sur les deux prédictions les plus importantes: le réchauffement climatique et la famine massive. Si nous revenons à la prévision erronée du refroidissement global mentionnée ci-dessus, nous pouvons placer les données de température dans une perspective plus large. Les données de la NASA montrent qu'un réchauffement dans les années 20 et 30 a été suivi de deux ou trois décennies de refroidissement, des années 1940 à 1970. À cette époque, de nombreux experts, y compris Carl Sagan, nous avaient avertis d'un éventuel âge glaciaire. avoir le changement climatique sur eux. Des années 1970 à la fin des années 1990, les scientifiques ont commencé à enregistrer des températures légèrement plus chaudes. Curieusement, alors que nous examinons cette période, la NASA a sonné l'alarme contre le réchauffement planétaire, tandis que le New York Times citait un peu plus tard les données de la NOAA [Administration nationale des océans et de l'atmosphère] ne montrant aucun réchauffement observé depuis cent ans aux États-Unis.

Depuis lors, la pensée de groupe et le politiquement correct, ainsi que les récompenses des subventions gouvernementales et des promotions universitaires, ont créé des incitations pour que presque tout le monde puisse se lancer dans le mouvement actuel consistant à projeter une tendance au réchauffement croissant. Une fois encore, nous sommes revenus au scénario catastrophique qui caractérisait les années 1970.

Puis, à l'improviste, le climat maudit a encore changé. Les données de température globale sont à peu près stables depuis 1998 environ, atteignant même un refroidissement de 0,056 ° C de février 2016 à février 2018, selon les données officielles de la NASA sur la température mondiale. Bien sûr, il ne s’agit que d’une tendance de deux ans.

Vous avez peut-être remarqué que presque toutes les théories apocalyptiques semblent commencer par la phrase suivante: «Si les tendances actuelles se maintiennent». Mais, comme je viens de le dire, les tendances actuelles ne se poursuivent pas. Les températures globales baissent, puis augmentent, puis restent stables. La croissance démographique ralentit, de nouvelles réserves de pétrole sont découvertes, les rendements agricoles augmentent à des taux encore plus élevés. Les prévisionnistes de Doomsday surestiment toujours les tendances sombres et sous-estiment l'ingéniosité humaine dans la résolution de problèmes.

Cela soulève la question suivante: comment un citoyen informé pourrait-il donner un sens à notre situation actuelle ?

Il ne fait aucun doute que le gaz carbonique et d’autres gaz à effet de serre émis par la combustion de combustibles fossiles et d’autres activités humaines ont augmenté. Une majorité de scientifiques pense qu'il s'agit de la principale source du réchauffement planétaire.

À quel point le réchauffement s'est-il produit ?


Le consensus scientifique est que la température moyenne de la Terre a augmenté d’environ 0,4 ° C au cours des 100 dernières années. C'est beaucoup moins que prévu par les experts. Et là est le problème: les scientifiques observent mieux que de prédire.

Un exemple typique: des FAUX experts du Groupe intergouvernemental sur le climat qui conduisent des recherches sur le réchauffement climatique ont prédit que les températures moyennes mondiales pourraient augmenter de 1,4 à 5,8 ° C d'ici 2100. Notez la différence près de 5 fois entre le conservateur et le libéral (on est tenté de dire «progressive») des estimations. Cela me semble proche de la part des météorologues qui prévoient que le maximum de demain se situera entre 40 et 80 degrés F (9 à 27°C). Pas vraiment une prévision si vous essayez de décider de vous rendre à la plage ou non. L’intervalle de confiance semble assez sûr, mais la précision laisse à désirer. Dans quelle mesure faut-il avoir confiance dans de telles projections, compte tenu des modèles erronés et des antécédents de prédictions infructueuses ?

En ce qui concerne l’autre prévision stupéfiante du Jour de la Terre selon laquelle la famine s’étend sur des centaines de millions de personnes, les données satellitaires récentes de la NASA et de la NOAA offrent une explication convaincante de l’échec spectaculaire de ces prévisions.

Selon une étude récente publiée dans la revue Nature Climate Change, près de la moitié des terres végétalisées de la Terre ont considérablement verdi au cours des 35 dernières années, en grande partie à cause de la hausse des niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Une équipe internationale de 32 auteurs issus de 24 institutions de huit pays a dirigé les travaux, qui consistaient à utiliser des données satellitaires issues du spectromètre d'imagerie à résolution moyenne de la NASA et des instruments de radiomètre à très haute résolution de l'Administration nationale des océans et de l'atmosphère pour aider à déterminer l'indice de surface foliaire. de la couverture foliaire, sur les régions végétalisées de la planète.

Ce verdissement représente une augmentation du nombre de feuilles sur les plantes et les arbres dont la superficie est équivalente à deux fois celle des États-Unis continentaux, soit plus de deux millions de kilomètres carrés de superficie supplémentaire de feuilles vertes par an par rapport au début des années 2000. Cette augmentation représente une énorme quantité de nourriture pour nourrir une planète affamée, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles les prédictions du Jour de la Terre d'une famine massive ne se sont jamais matérialisées.

Parce que les médias traditionnels refusent de rapporter des données aussi importantes que celles de la NASA et de la NOAA qui ne soutiennent pas leur récit apocalyptique, je n'ai jamais rencontré personne qui soit au courant de cela quand je le mentionne. J'ai appris cela moi-même il y a quelques années à cause de Matt Ridley, dont je recommande sans réserve l'excellent blog:

Vous vous souvenez peut-être de la biologie du lycée que l'augmentation des concentrations de dioxyde de carbone augmente la photosynthèse, stimulant la croissance des plantes. Les feuilles vertes utilisent l'énergie du soleil grâce à la photosynthèse pour combiner chimiquement le dioxyde de carbone avec l'azote provenant de l'air, l'eau et les nutriments puisés dans le sol pour produire des sucres, principale source de nourriture, de fibres et de combustible pour la vie sur Terre. La bonne nouvelle est que l'impact de ce verdissement sur la réduction de la faim et de la famine dans le monde entier n'a pas diminué, même s'il n'a pas été signalé. Quand est la dernière fois que vous avez entendu parler d'une famine humaine massive de centaines de millions, voire de dizaines de millions. Que diriez-vous d'un million… est-ce que j'entends cent mille personnes ? N'importe qui ?

Vérification des faits: De moins en moins de personnes meurent des catastrophes naturelles liées au climat.

C’est clairement le contraire de ce que vous entendez des médias grand public, qui aiment couvrir autant que possible la couverture d’une catastrophe après l’autre. Une analyse plus rationnelle examinerait le nombre moyen de décès par décennie de 1920 à 1917. Mais cela montrerait un déclin "énorme" des décès causés par le changement climatique, et nous ne pouvons pas l’avoir maintenant, comment pouvons-nous? Les données ci-dessous proviennent de la base de données mondiale la plus respectée, la base de données internationale sur les catastrophes.

Contrairement aux prévisions alarmantes du Jour de la Terre de 1970, les décès liés au climat ont fortement diminué depuis 70 ans. Notez que cette baisse du nombre absolu de décès est survenue alors que la population mondiale a quadruplé. Ainsi, le risque individuel de mourir de catastrophes liées au climat a diminué de près de 99% entre les années 1920 et nos jours. Notre richesse accrue et notre capacité technologique à réagir aux catastrophes naturelles ont considérablement réduit notre vulnérabilité collective au climat humain - Bonne nouvelle pour les êtres rationnels, mauvaise nouvelle pour les candidats démocrates.

Partie 2 à suivre ...

Le taux de suicide double en France parmi la police

par Tyler Durden
Mar., 23/04/2019 - 03:30
Écrit par Martin Armstrong via ArmstrongEconomics.com,


Le mouvement Yellow Vest est en train de se transformer en une confrontation majeure exigeant le départ de Macron.

La police française est en train de manifester après que 28 officiers se soient suicidés en 2019. C'est le double du montant enregistré à la même période l'année dernière. Alors que la presse a tendance à se concentrer sur les plaintes relatives au manque de ressources, aux heures supplémentaires non payées et à la gestion inefficace, elle ne parle pas de l'isolement social que la police commence à ressentir alors qu'elle défend le gouvernement contre le peuple.

"Les conditions de travail sont difficiles, la direction est trop dure. Quand on ne se sent pas déjà bien dans la sphère privée et que ça ne va pas bien dans la sphère professionnelle, c'est compliqué", a déclaré Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint de Syndicat Alliance - Le plus grand syndicat de police de France - a déclaré à Euronews.

Il a également dénoncé "une haine anti-policière en France", ajoutant: "le système actuel est un cocktail explosif".

J'ai déjà écrit à propos de la révolte Nika de 532 après JC, où la police et les troupes locales ont refusé de défendre l'empereur Justinian. Il faillit fuir Constantinople jusqu'à ce que sa femme lui ordonne de faire appel à une armée qui n'était pas grecque. Ils sont venus dans la ville et ont massacré quelque 30 000 manifestants.


La police française est confrontée à ce même conflit. C'est pourquoi Bruxelles veut une armée européenne car ils n'auraient aucun conflit avec les Français s'ils n'étaient pas français. La police peut encore se retourner contre le gouvernement français et si cela se produit, alors nous aurons une révolution française. La révolution en Ukraine a tourné lorsque la police a vu que M. Ianoukovitch avait fait venir des Russes pour se défendre. C'est alors seulement que la police ukrainienne s'est retournée contre Ianoukovitch et il a dû fuir.

Il s’agit de développements classiques dans tous les mouvements historiques de troubles civils définissant la ligne lorsque franchie, elle devient une révolution.

samedi 20 avril 2019

Les médecins révoltés par l’obligation de ficher les Gilets jaunes blessés

17:31 20.04.2019


En France, les médecins dénoncent l’existence d’un fichage des patients Gilets jaunes soignés dans les hôpitaux, affirmant qu’on leur demande de faire de la délation. Le Conseil national de l'Ordre des médecins vient de saisir la Direction générale de la santé et la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL).

Le Gilet jaune qui a eu sa main arrachée par une grenade près de l'Assemblée nationale début février a porté plainte vendredi 19 avril après avoir appris dans la presse l'existence d'un fichage des manifestants venant se faire soigner dans les hôpitaux, via le logiciel SIVIC (Système d'Identification unique des Victimes), a annoncé France Info.

Cette pratique a été dénoncée par le docteur Gérald Kierzek, urgentiste à l'Hôtel-Dieu, qui en avait été témoin.

«On nous demande d'appeler l'administrateur de garde pour lui signaler les patients issus des manifestations des Gilets jaunes», a-t-il ainsi déclaré à France Info.

«Le fichier SIVIC, c'est un fichier utilisé en cas d'attentat, quand il y a un grand nombre de victimes… C'est de la délation qu'on nous demande de faire», s'est-il indigné.

L'avocat du Gilet jaune à l'origine de la plainte, Me Arié Alimi, a confié au média «que ce fichage est illégal, discriminatoire parce qu'il discrimine en raison de l'appartenance politique. Et en plus il est profondément odieux puisqu'il vise des personnes qui… ont subi des mutilations».

L'AP-HP ne nie pas le recensement de ces blessés. Elle explique le faire sur demande de l'Agence régionale de santé, pour «organiser leur prise en charge».

Selon France Info, le Conseil national de l'Ordre des médecins a saisi le ministère de la Santé et la CNIL pour obtenir des explications.

Un député LREM traite Jérôme Rodrigues de «débile profond» en plein direct (vidéo)

16:22 20.04.2019


Le député des Hauts-de-Seine Jacques Marilossian n'a visiblement pas apprécié entendre l'une des figures emblématiques des Gilets jaunes critiquer Emmanuel Macron.

L'intervention de Jérôme Rodrigues sur l'antenne de BFM TV a suscité un vif agacement chez le député LREM des Hauts-de-Seine Jacques Marilossian. Alors que le Gilet jaune était interrogé sur la stratégie du gouvernement et critiquait l'attitude d'Emmanuel Macron, le parlementaire l'a qualifié de «débile profond»:

Selon Jérôme Rodrigues, le Président «ne fait pas attention à nous». «Il devait annoncer [son plan de mesures, ndlr] en début de semaine. Il ne l'a pas fait à cause d'un malheureux incendie dans une cathédrale, je trouve ça regrettable. Le monde a l'air de s'arrêter de tourner quand il y a un incendie en France», a indiqué le manifestant, qui avait perdu un œil après avoir été blessé lors de l'acte 11 des Gilets jaunes.

«Je pense que c'était surtout une stratégie gouvernementale pour aller balancer un petit peu des infos soi-disant par des fuites», a-t-il conclu alors que les Français en colère battent le pavé pour le 23e samedi consécutif.

- voir clip sur site -

Les déclarations de M.Rodrigues ont vivement fait réagir Jacques Marilossian. «C'est d'une grande débilité tout ce que je viens d'entendre», a-t-il répliqué.

«J'attends celui qui va nous expliquer que l'incendie de Notre-Dame […] a été un complot ourdi par le Président de la République pour faire durer le plaisir des Gilets jaunes […]. Je dis le mot, débile profond», a insisté le député.

Les Gilets jaunes ont promis une mobilisation exceptionnelle pour le samedi 20 avril, à l'issue du grand débat national. A Paris, des milliers de manifestants se sont rassemblés à Bercy, dans le sud-est de la capitale, avant de partir en direction de République, dans un cortège déclaré en préfecture.

vendredi 19 avril 2019

L'Australie doit payer 25 milliards de dollars aux étrangers pour que le temps soit plus clément

April 18th, 2019 


En un mot, si le parti travailliste gagne (et cela semble probable), l’Australie paiera 25 milliards de dollars, voire 35 milliards de dollars aux étrangers pour des certificats papier prétendant avoir réduit une infime quantité de gaz à effet de serre. C'est de l'argent bien gagné qui quitte le pays pour que notre ministre des Affaires étrangères et notre Premier ministre puissent s'asseoir à de meilleures tables lors des dîners de gala des Nations Unies. Les certificats papier ont une longue histoire de fraude et sont souvent basés sur les bonnes intentions de l'homme d'affaires chinois ou russe, déclarant qu'ils émettraient plus de gaz carbonique mais qu'ils pourraient arrêter si nous payions. C’est tellement stupide que des gens créent parfois de la pollution simplement pour être payés. Celles-ci sont inaudibles, sans valeur et reposent sur des affirmations scientifiques qui sont également non auditées et sans valeur. C'est une arnaque à double couche.

Bienvenue en Australie païenne, un serviteur imbécile obéissant pour appeler les dirigeants de l’Europe, les banques géantes et les multinationales.

Un sorcier appelle le PM «habitant des cavernes»:
C’est un débat politique mûr dans le pays chanceux.

Richard Ferguson, l'Australien

Bill Shorten a rejeté avec colère, affirmant que sa politique de réduction des émissions de gaz carbonique pourrait coûter 25 milliards de dollars aux entreprises, ce qui en ferait un «non-sens» et qualifierait Scott Morrison de «caverne de la grotte déni du climat».

 Mais attendez - pourquoi ce chiffre est faux ?

«Le chiffre de 25 milliards de dollars est un mensonge. C’est à l’aide de… Vous pouvez utiliser n’importe quel nombre si vous incorporez les hypothèses que vous voulez ».

Exactement M. Shorten. Tout comme les modèles climatiques. Vous pouvez faire n'importe quel nombre que vous voulez. Supposons que l’humidité augmente de 10 km puis ignore 28 millions de ballons météorologiques qui disent le contraire. Allez Bill, allez.

Modèles économiques = modèles climatiques = inutiles.

Mr Scare Campaign dit aux gens de ne pas lancer de campagnes d'effroi
Soulagement comique d’aujourd’hui: M. Shorten déclare que nous allons tous mourir des inondations et de la sécheresse, mais prévient que Scott Morrison mène une campagne alarmiste:

. @ billshortenmp sur la politique en matière de changement climatique: vous et moi savons qu'il s'agit d'un débat fondamentalement malhonnête… Vous reconnaissez tous une campagne de peur lorsque vous en voyez une.

PLUS: https://t.co/cnxAXrLKY3 #amagenda pic.twitter.com/2Td40nvlbw

- Sky News Australia (@SkyNewsAust), le 17 avril 2019

Sir Mediscare a parlé.