- ENTREE de SECOURS -



mardi 31 juillet 2018

En refusant de défendre Assange, les médias traditionnels présentent leur vraie nature

par Tyler Durden
Lun, 30.07.2018 - 22:20
Auteur de Caitlin Johnstone via Medium.com,


Mardi dernier, David McCraw, un éminent avocat du New York Times, a mis en garde contre une salle pleine de juges selon laquelle la poursuite de Julian Assange pour les publications de WikiLeaks créerait un précédent très dangereux qui finirait par blesser les grands médias comme le NYT. et d'autres points de vente qui publient des documents gouvernementaux secrets.

"Je pense que la poursuite de lui serait un très, très mauvais précédent pour les éditeurs", a déclaré McCraw. "De cet incident, de tout ce que je sais, il est en quelque sorte dans la position d'un éditeur classique et je pense que la loi aurait beaucoup de mal à faire une distinction entre le New York Times et WikiLeaks."

Savez-vous où je lis à ce sujet ? Pas dans le New York Times.

"Curieusement, au moment d'écrire ces lignes, les mots de McCraw n'ont pas été mentionnés dans le Times lui-même", a écrit Ray McGovern, un activiste de l'agence de presse alternative Consortium News. "Au cours des dernières années, le journal a montré un penchant marqué pour éviter d'imprimer quoi que ce soit qui pourrait risquer sa place au premier rang du gouvernement."

Nouvelles du Consortium
@Consortiumnews
 Bien que le New York Times lui-même ne l'ait pas rapporté, son deuxième avocat a déclaré à un groupe de juges que la poursuite de Julian Assange pourrait avoir des conséquences désastreuses pour le Times lui-même, explique Ray McGovern.https: //consortiumnews.com/2018/ 07/25 / the-gray-lady-pense-deux fois-sur-assange-poursuites / ...
15h40 - 26 juillet 2018

La dame grise pense deux fois à la poursuite d'Assange

Bien que le New York Times lui-même ne l'ait pas rapporté, son deuxième avocat a dit à un groupe de juges de la côte ouest que les poursuites engagées par le gouvernement américain à l'encontre de Julian Assange pourraient avoir de ...
consortiumnews.com

Alors déballons ça un peu. Il est désormais de notoriété publique que le gouvernement équatorien cherche activement à faire en sorte qu'Assange soit arrêté par le gouvernement britannique. Cela a été initialement rapporté par RT, puis confirmé de manière indépendante par The Intercept, et est aujourd'hui la pleine connaissance du public grand public étant rapporté par les principaux médias comme CNN. Il est également de notoriété publique que l'asile d'Assange a été accordé par le gouvernement équatorien en raison d'une tentative redoutée de l'extrader vers les États-Unis et de le poursuivre pour les publications de WikiLeaks. Tout le monde, du président Donald Trump au procureur général Jeff Sessions au secrétaire d'État Mike Pompeo en passant par Adam Schiff, membre du Comité du renseignement, aux membres démocrates du Sénat américain, a fait des déclarations publiques indiquant clairement que le gouvernement américain avait intérêt à faire sortir Assange de l'abri de l'asile politique et en prison.

Le New York Times est conscient de cela, et comme en témoigne les commentaires de McCraw, il est également conscient du précédent dangereux qu'une telle poursuite imposerait à toutes les publications des médias. La rédaction du New York Times est consciente que le gouvernement américain qui a poursuivi un éditeur pour avoir publié des documents importants qui avaient été cachés au public rendrait impossible pour le Times de publier le même type de matériel sans craindre les mêmes répercussions juridiques. Il est conscient que les manœuvres entreprises contre Assange présentent une menace existentielle très réelle à la possibilité d'un véritable journalisme et de tenir le pouvoir pour responsable.

Vous pourriez penser, par conséquent, que nous verrons un flot d'analyses et d'éditoriaux du New York Times condamnant agressivement tout mouvement vers la poursuite de Julian Assange. Vous pourriez vous attendre à ce que tous les médias en Amérique sonnent constamment l'alarme à ce sujet, d'autant plus que la menace vient de l'administration Trump, que les points de vente comme le New York Times sont toujours désireux de diffuser. Vous pourriez vous attendre à ce que tous les responsables de CNN et de NBC citent Assange comme le cas le plus clair et le plus flagrant de la tristement célèbre "guerre contre la presse libre" de Trump. Laissant de côté les questions de moralité, de compassion et de droits de l'homme qui accompagnent le cas d'Assange, vous pourriez penser que si ce n'est pour d'autres raisons qu'un pur intérêt personnel non éclairé, ils le défendraient de manière forte et agressive.

Et pourtant, ils ne le font pas. Et le fait qu'ils ne nous montre pas ce qu'ils sont vraiment.

Belinda Noakes
@belindanoakes
 Un beau travail. Je vois une poignée de journalistes internationaux assez courageux pour écrire à ce sujet. Où sont les autres? Ne peuvent-ils pas voir que si Assange est persécuté à mort, ils sont les prochains? # unity4J
stefania maurizi
@SMaurizi
Chers lecteurs, notre éditorial sur Julian #Assange et #WikiLeaks publié dans @consortiumnews https://consortiumnews.com/2018/07/19/inside-wikileaks-working-with-the-publisher-that-changed-the- world / ... a été partagé par plus de 10 000 lecteurs, pour l'instant nous avons 100 commentaires: MERCI! Sans vous, notre travail serait complètement inutile
12h46 - 26 juillet 2018

Théoriquement, le journalisme vise à aider à créer une population informée et à tenir le pouvoir pour responsable. C'est pourquoi c'est la seule profession explicitement nommée dans la Constitution des États-Unis, et pourquoi la liberté de la presse a bénéficié de telles protections constitutionnelles tout au long de l'histoire des États-Unis. La presse ne parvient pas à protéger Julian Assange parce qu'elle n'a pas l'intention de créer une population informée ou de tenir le pouvoir pour responsable.

Cela ne veut pas dire qu'il existe une grande conspiration secrète parmi les journalistes américains. Ce n'est qu'un simple fait que les ploutocrates possèdent la plupart des médias américains et embauchent les gens qui les dirigent, ce qui a naturellement créé un environnement où le meilleur moyen de faire avancer sa carrière est de rester perpétuellement inoffensif envers l'establishment sur lequel les ploutocrates ont bâti leur empires respectifs. C'est pourquoi vous voyez des journalistes ambitieux sur Twitter tomber sur eux-mêmes pour être le premier avec une ligne lapidaire qui avance les agendas d'établissement chaque fois que les nouvelles de rupture présente une occasion de le faire; ils sont conscients que leur présence dans les médias sociaux est évaluée par des employeurs et des alliés potentiels pour la loyauté de l'établissement. C'est aussi pourquoi tant de journalistes aspirants attaquent Assange et WikiLeaks autant que possible.

"Tous ceux qui espèrent se faire admettre dans l'élite culturelle doivent maintenant cultiver leurs médias sociaux avec vigueur afin d'éviter toute controverse", a récemment observé le journaliste Michael Tracey. "Finalement, ils vont intérioriser la controverse-évitement comme une vertu, pas une imposition de la société. Résultat: une culture d'élite plus ennuyeuse et conformiste. "

Un excellent moyen pour un journaliste aspirant à éviter la controverse est de ne jamais, jamais défendre Assange ou WikiLeaks sur les médias sociaux ou dans n'importe quel média, et certainement ne pas vous permettre de ressembler à un journal qui pourrait un jour publier les documents. que WikiLeaks publie. Une excellente façon de faire vos preuves est de devenir encore un autre auteur d'un autre des nombreux, beaucoup de frottis qui ont été écrits sur Assange et WikiLeaks.

Rêves communs
@commondreams
 Pourquoi les Américains ont besoin de défendre la liberté de Julian Assange http://ow.ly/qUJ130l9O1G
02h10 - 28 juillet 2018

"Il est temps pour nous tous de mettre de côté les différences idéologiques et de nous unir en solidarité avec les gens du monde entier qui s'engagent dans une résistance non-violente contre cette attaque contre WikiLeaks et notre droit à la liberté d'expression". (Photo: newsonline / flickr / cc)

Pourquoi les Américains ont besoin de défendre la liberté de Julian Assange
La criminalisation de l'acte d'édition par l'acte d'espionnage détruit le premier amendement en tant que gardien de la démocratie. Il y a plus de 50 ans, dans sa lettre de la prison de Birmingham, s'adressant à un ...
commondreams.org

Les grands médias et ceux qui prospèrent en leur sein n'ont pas l'intention de bousculer le bateau et de perdre leurs privilèges et leurs accès durement gagnés. Les médias de masse conservateurs continueront à défendre le président américain, et les médias libéraux continueront à défendre la CIA et le FBI. Tous deux contribueront à faire avancer la guerre, l'écocide, l'expansionnisme militaire, la surveillance et la militarisation de la police, et aucun ne fuira quoi que ce soit qui nuise aux structures de pouvoir qu'ils ont appris à servir. Ils resteront inoffensifs, défenseurs incontestés des riches et des puissants à tout moment.

Pendant ce temps, les médias alternatifs défendent férocement Assange. Aujourd'hui, j'ai vu des articles de Consortium News, du World Socialist Website, de Disobedient Media, d'Antiwar et de Common Dreams dénonçant la persécution du plus important défenseur de la transparence du gouvernement vivant aujourd'hui. Les médias alternatifs et les écrivains indépendants ne sont pas liés par la servitude d'établissement, de sorte que la valeur de WikiLeaks est claire comme jour. Les yeux de quelqu'un ne sont aveuglés que par les comportements pernicieux du pouvoir quand le pouvoir signe son chèque de paie.

Les médias en Amérique et dans le monde entier se sont complètement discrédités avec leur incapacité à défendre un éditeur qui détient effectivement le pouvoir de rendre des comptes et apporte des faits à la lumière de la vérité pour créer une population informée. Chaque jour qui passe où ils ne condamnent pas sans équivoque toute tentative de poursuivre Assange est un autre jour dans la pile de preuves que les médias d'entreprise servent le pouvoir et non la vérité. Leur silence est un aveu tacite qu'ils ne sont rien d'autre que des sténographes et des propagandistes pour les forces les plus puissantes de la terre.

*  *  *

La meilleure façon de vous assurer que vous voyez les choses que je publie est d'obtenir sur la liste de diffusion pour mon site Web, qui vous obtiendra une notification d'email pour tout que je publie. Mes articles sont entièrement supportés par les lecteurs, donc si vous avez aimé cette pièce, n'hésitez pas à la partager, à m'aimer sur Facebook, à suivre mes ébats sur Twitter, à consulter mon podcast, à jeter mon argent sur Patreonor Paypal ou à acheter mon livre Woke: Un guide de terrain pour les Preppers Utopia.

La Suède restera la Suède en nom seulement

https://www.youtube.com/watch?time_continue=75&v=pSlNGUGmImo

lundi 30 juillet 2018

L’évolution à venir du prix du pétrole : de quoi être inquiet …

le 29 juillet 2018


Le premier janvier 2020 les bateaux devront réduire l’utilisation de fuels lourds riches en soufre d’une teneur de 3,5 % à seulement 0,5 %. Il s’agit d’une décision de l’Organisation Maritime Internationale (IMO) dont l’objectif est de réduire les émissions d’oxydes de soufre dans l’atmosphère. Cette décision prise au début de l’année 2017 pourrait avoir de graves conséquences sur l’ensemble de l’économie mondiale, conséquences qui n’ont pas été mesurées par le monde politique ni naturellement prévues par l’ensemble de l’industrie pétrolière ni par les transporteurs de fret maritime. Quand on sait que plus de 80 % des marchandises sont transportées par mer et que les moteurs des bateaux brûlent du fuel lourd visqueux présentant des propriétés lubrifiantes indispensables pour le bon fonctionnement de ces moteurs diesel deux-temps l’ensemble de ces deux professions, armateurs et pétroliers, vont devoir prendre des dispositions particulièrement lourdes financièrement.

Les gaz de combustion des bateaux peuvent être équipés de scrubbers pour piéger les oxydes de soufre. Il s’agit d’installations injectant des produits neutralisant les oxydes de soufre comme par exemple de la chaux et cette opération peut être effectuée en milieu humide ou semi-humide. Il faut cependant stocker les condensats aqueux qui devront ensuite être traités à terre. Tout celà a un coût. Modifier les moteurs pour qu’ils puissent fonctionner avec des distillats plus légers ayant une teneur en soufre conforme aux directives de l’IMO va non seulement occasionner des surcoûts pour les compagnies maritimes mais également poser un réel problème pour les raffineurs car non seulement ils ne sauront plus comment disposer de ces huiles lourdes riches en soufre dont le principal marché – à plus de 60 % – est le transport maritime mais elles ne disposent pas des capacités de raffinage pouvant assurer un approvisionnement suffisant pour les quelques 45000 bateaux sillonnant les mers dans le monde.

L’autre solution encore plus coûteuse pour les affrêteurs est d’utiliser du gaz naturel liquéfié comme combustible. Or cette solution nécessite de revoir l’ensemble des systèmes de propulsion des bateaux. Autant dire que même Maersk, le plus gros affrêteur du monde, ne peut pas se permettre d’envisager des investissements aussi conséquents. La situation présente est donc la suivante : attendre de voir ce qui va se passer dans la réalité après le premier janvier 2020 car il sera difficile de contrôler tous les bâteaux individuellement et il n’existe pas à l’heure actuelle de systèmes de détection satellitaires fiables pour suivre les émissions des bateaux sur toutes les mers du globe.

Quelles vont être les conséquences sur l’économie mondiale ? Elles vont être tout simplement catastrophiques et dévastatrices. Tout d’abord le transport maritime va entrer en directe concurrence avec les autres marchés du fuel léger pauvre en soufre, les trains, les véhicules automobiles et les petites centrales électriques d’appoint qui sont tenues de par la loi d’utiliser ce genre de combustible. Il va donc y avoir un renchérissement conséquent du prix du fuel léger puisque la demande sera divertie vers le transport maritime, secteur économique qui utilise près de 5 % du pétrole extrait dans le monde.

Malgré la désaffection des consommateurs, en particulier européens, pour la motorisation diesel, les capacités de raffinage seront loin d’être suffisantes pour répondre à cette demande. Dès le début de l’année 2020 tous les distillats de pétrole, qu’ils soient légers ou lourds, verront leurs prix augmenter substantiellement. Les compagnies pétrolières et les raffineurs chercheront à s’approvisionner en pétroles pauvres en soufre comme le WTI (West Texas Intermediate), le LLS (Light Louisiana Sweet) ou encore le Brent de la Mer du Nord. Il en résultera une augmentation généralisée du prix du baril de pétrole mondial qui, selon certains analystes, atteindra au moins 200 dollars. (Source : pkverlegerllc.com)

D’autres études dont celle de la Columbia University sont plus optimistes mais cette dernière insiste sur le fait qu’en moyenne 20 % du contenu d’un baril de pétrole ne trouvera plus d’acheteur, justement ce fuel lourd, soufré et visqueux utilisé aujourd’hui pour la propulsion maritime. Les raffineurs ne disposent pas de capitaux pour aménager des installations de cracking, de purification et de raffinage ultérieur de ces fractions lourdes et ils devront stocker ces résidus en attendant des jours meilleurs car les technologies n’existent tout simplement pas aujourd’hui … Il faut donc s’attendre à un renchérissement de tous les produits pétroliers ce qui ne va pas être très favorable à une économie mondiale déjà en perte de vitesse.

Sources et illustrations : https://www/pkverlegerllc.com/assets/documents/180704200CrudePaper.pdf et energypolicy.columbia.edu

vendredi 27 juillet 2018

Le débat sur l’huile de palme : un faux problème

le 27 juillet 2018


Les organisations non-gouvernementales préoccupées par le changement du climat et la préservation de la biodiversité sont obsédées par l’huile de palme. Ils considèrent en effet que ce produit n’est pas « durable ». Il apparaît opportun d’analyser la signification de ce dernier adjectif. L’huile de palme est la première huile végétale utilisée dans le monde tant dans l’industrie agro-alimentaire que dans les secteurs de l’énergie, de la pharmacie ou des cosmétiques. Le palmier à huile est un formidable piège à gaz carbonique : un hectare de palmiers immobilise autant de carbone que 6 hectares de soja. Il faut aussi mentionner que la quantité d’intrants, engrais et pesticides, est inférieure à celle utilisée pour toutes les autres cultures d’oléagineux.

Et pourtant les écologistes considèrent que l’huile de palme n’est pas « durable » car elle est nuisible à l’environnement et au biotope tropical puisqu’il faut faire de la place dans les forêts tropicales humides pour créer de nouvelles plantations de palmiers pour satisfaire une demande sans cesse croissante.

Il faudrait que ces organisations fassent un choix : ou bien elles veulent préserver la biodiversité des forêts tropicales ou bien elles choisissent de favoriser cette culture qui est l’un des meilleurs pièges terrestres pour le gaz carbonique afin de préserver le climat qui est également – au cas où il se réchaufferait un peu trop – délétère pour cette biodiversité.

Toute cette histoire se terminera comme il se doit : par de nouvelles taxes sur l’huile de palme comme il y aura aussi de nouvelles taxes sur les produits pétroliers. Contrairement à ce qu’affirment ces organisations une plantation de palmiers à huile fait vivre les populations locales alors qu’il est évident qu’une forêt inviolée ne fait vivre personne. Toute régulation coercitive relative à cette denrée sera immédiatement préjudiciable à d’autres forêts que celles de l’Indonésie, de Malaisie ou de Papouasie-Nouvelle-Guinée, les principaux producteurs d’huile. Le Brésil devra par exemple accélérer la disparition de la forêt amazonienne pour cultiver du soja. Les organisations non-gouvernementales se sont dotées d’une sorte de bras armé pour faire valoir leurs revendications contradictoires. Il s’agit du RSPO, Round table for Sustainable Palm Oil, mais ces mêmes organisations déplorent le peu d’impact de cet organisme sur la déforestation dans les pays cités plus haut. Le débat n’est donc pas clos et il ne le sera que lorsque des taxes dissuasives sur l’huile de palme entraineront automatiquement une dévastation d’autres forêts dans le monde.

mardi 24 juillet 2018

Perpétuité pour les enfants d'Amérique

A 12 ans, on ne connait rien de la mort ni de la vie. ils jouent encore aux cow-boys "PAN ! PAN ! T'es mort ! PAN ! PAN !" dans la cour de l'école, dans la montagne ou sur jeux vidéo.
50:00 Christian n'a jamais tué. Il a protégé sa mère ! 

lundi 23 juillet 2018

La manipulation des médias sociaux augmente à l'échelle mondiale, selon un nouveau rapport

20 juillet 2018,
Université d'Oxford


La manipulation de l'opinion publique sur les plateformes de médias sociaux a émergé comme une menace critique pour la vie publique. Partout dans le monde, des organismes gouvernementaux et des partis politiques exploitent des plateformes de médias sociaux pour répandre des nouvelles et la désinformation, exercent la censure et le contrôle, et sapent la confiance dans les médias, les institutions publiques et la science.

Maintenant, un nouveau rapport de l'Oxford Internet Institute (OII) à l'Université d'Oxford, a constaté que malgré les efforts de lutte contre la propagande computationnelle, le problème se développe à grande échelle.

«Le nombre de pays où la manipulation des médias sociaux est formellement organisée a considérablement augmenté, passant de 28 à 48 pays dans le monde», explique Samantha Bradshaw, co-auteur du rapport. "La majorité de la croissance provient des partis politiques qui propagent la désinformation et les mauvaises nouvelles autour des périodes électorales. Plus de partis politiques apprennent des stratégies déployées pendant le Brexit et l'élection présidentielle américaine de 2016: plus de campagnes utilisent des bots, des nouvelles et de la désinformation pour polariser et manipuler les électeurs. "

Ceci en dépit des efforts déployés par les gouvernements de nombreuses démocraties pour introduire une nouvelle législation destinée à lutter contre les fausses nouvelles sur Internet. «Le problème est que ces« groupes de travail »pour combattre les fausses nouvelles sont utilisés comme un nouvel outil pour légitimer la censure dans les régimes autoritaires», explique le professeur Phil Howard, co-auteur et chercheur principal du projet Computational Propaganda de l'OII. "Au mieux, ces types de groupes de travail créent des contre-récits et des outils de construction pour la sensibilisation des citoyens et la vérification des faits."

Un autre défi est l'évolution des médiums utilisés pour partager des nouvelles et des informations. "Il existe des preuves que les campagnes de désinformation se déplacent vers des applications de chat et des plates-formes alternatives", explique Bradshaw. "Cela devient de plus en plus courant dans les pays du Sud, où les grands groupes publics sur les applications de chat sont plus populaires."

Les comptes de robots automatisés continuent d'être une tactique bien utilisée. Les commentateurs en ligne et les faux comptes sont utilisés pour diffuser des messages professionnels, ainsi que pour partager du contenu de manière stratégique ou publier des mots clés en utilisant des algorithmes de jeu et obtenir certaines tendances de contenu. Ils sont également utilisés pour signaler des contenus légitimes et des comptes à une échelle de masse, ce qui entraîne leur retrait temporaire. "Nous soupçonnons que de nouvelles innovations continueront d'émerger alors que les plateformes et les gouvernements prennent des mesures légales et réglementaires pour freiner ce type d'activité", explique Howard.

Dans l'ensemble, l'utilisation de campagnes organisées de manipulation de médias sociaux est une grosse affaire. "Nous estimons que des dizaines de millions de dollars sont dépensés pour ce type d'activité", explique Howard. "Une partie de l'argent peut être dépensé pour de la publicité légitime sur les médias sociaux, mais il y a certainement une industrie en croissance pour les faux comptes, les commentateurs en ligne et les bots politiques."

samedi 21 juillet 2018

Le mythe du stockage d’énergie par hydrogène

En l’état, les scénarios énergétiques accordant une place importante à l’éolien ne sont pas adaptés à l’industrie de l’électricité.

Par Michel Gay.
21 JUILLET 2018


Les espoirs du gouvernement semblent actuellement se tourner vers une option de stockage d’énergie futuriste : la production d’hydrogène, notamment par électrolyse.

Pourtant, le stockage de la production excédentaire d’électricité éolienne sous forme d’hydrogène (produit par électrolyse) ensuite injectée dans le réseau de gaz naturel, ou éventuellement retransformée en électricité, est une utopie pour des raisons physiques.

L’EFFICACITÉ DE LA PRODUCTION D’HYDROGÈNE PAR ÉLECTROLYSE EST PROBLÉMATIQUE

Les installations d’électrolyse ne fonctionneront qu’environ 15 % du temps sur une année (1000 à 2000 heures sur 8760 heures) pour ne stocker qu’environ 10 % de l’électricité produite, et surtout pour n’en restituer que moins de 30 % compte tenu du faible rendement du processus.

En effet, les rendements (souvent mal pris en compte) sont pénalisants, et la faisabilité dans des conditions économiques acceptables ne pourra pas être assurée.

La voie hydrogène de stockage est une impasse à cause :

- Du temps de fonctionnement limité des électrolyseurs,
- De la variabilité considérable des pics de production éolienne,
- Des investissements important pour un taux d’usage faible,
- Des incertitudes sur les performances des processus de transformation de l’hydrogène stocké en électricité,
- et des importantes pertes d’une électricité éolienne déjà chère par elle-même (on ne récupère que 20 % à 30 % de l’électricité injectée dans le système).

La difficulté de stocker l’électricité produite par une source d’énergie aussi variable que l’éolien (surinvestissement, faible taux d’usage, transport de l’électricité d’un bout à l’autre de l’Europe) sera la même pour tout type de stockage et pèsera lourdement sur la rentabilité.

UN PARI À L’AVEUGLE

En l’état, les scénarios énergétiques accordant une place importante à l’éolien ne sont pas adaptés à l’industrie de l’électricité. Un fonctionnement en continu qui répond instantanément au besoin et au coût le plus bas est essentiel pour la viabilité de notre économie et le confort des citoyens.

Le monde politique semble s’orienter à l’aveugle vers des choix de scénarios énergétiques qui peuvent se révéler inefficaces et coûteux, voire dangereux pour les économies de la France et de l’Europe et conduire à une crise économique.

Nicolas Hulot avait déclaré « « Nous sommes à l’aube d’une révolution dont on ne connaît pas encore le point d’atterrissage ». Il risque d’être dur… et douloureux.

Post-scriptum : Cet article, notamment son annexe plus détaillée, se concentre uniquement sur le stockage des surplus éoliens d’électricité mais le raisonnement et la conclusion restent les mêmes en y ajoutant la production solaire.

vendredi 20 juillet 2018

Le seuil de 50% d’électricité nucléaire est sans fondement

Le chef de l’État pourrait-il annoncer clairement  que l’objectif de 50 % de nucléaire votée en catimini en octobre 2014 est sans fondement et n’est plus d’actualité ?

Par Michel Gay.
20 JUILLET 2018


Le gouvernement actuel s’enferre dans la réduction vers 50 % d’électricité nucléaire dans la production nationale alors que ce chiffre « miracle » résulte d’un compromis électoral caduc du gouvernement précédent avec le parti politique écologiste de cette époque.

(Photo: Pastille Uranium 7 gr = 1 t pétrole)

Le Président Emmanuel Macron doit renoncer à cette réduction qui ne repose sur aucun critère technique, économique, ni environnemental.

La loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV votée en 2015) encadre dans un carcan d’objectifs prédéfinis le débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui définira l’évolution du mix électrique dans les quinze prochaines années.

VERS 50 % DE NUCLÉAIRE EN MOINS

En décembre 2017, le Président de la République et son ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, ont bien reporté l’échéance de l’objectif de 50 % de nucléaire au-delà de 2030 ou 2035. Toutefois, les réflexions sur la PPE sont posées de façon fermée avec cet objectif glissant, complété par celui de 40 % d’énergies renouvelables dans l’électricité.

La position du Président serait de « descendre le plus vite possible vers 50 % de nucléaire, mais à condition de ne pas émettre plus de gaz à effet de serre ».

Il a bien raison de préciser « à condition de ne pas émettre plus de gaz à effet de serre », mais pourquoi ce chiffre ?

Certes, il est inscrit dans la loi de transition énergétique.

Pourquoi serait-il préférable à 30 %, ou à 75 % comme actuellement ?

Pourquoi devrait-il être atteint « le plus vite possible », alors que le nucléaire répond aux impératifs techniques, climatiques et économiques de la production d’électricité en France ?

UN CHIFFRE TOTALEMENT IDÉOLOGIQUE

Il n’existe aucune étude indiquant que ce chiffre de 50% est un optimum, ni pour le coût de l’électricité, ni pour la sécurité de l’approvisionnement, ni pour la baisse de la consommation d’énergies fossiles, et encore moins pour le maintien des faibles émissions de gaz carbonique en France (moins de 60 g/kWh, parmi le plus bas des secteurs électriques européens avec la Norvège et la Suède… qui développe son parc nucléaire).

Vouloir ramener la part du nucléaire de 75 % à 50 % ne relève ni de préoccupations environnementales, ni d’une volonté de minimiser la facture des consommateurs, et encore moins d’un souci de préservation de l’outil industriel français.

La transition énergétique bas carbone devra recourir au nucléaire, comme le montrent les prospectives de l’Agence internationale de l’énergie, et non aux énergies renouvelables « fatales » comme l’éolien et le solaire.

Notre politique énergétique est déboussolée depuis qu’elle est formulée en termes d’objectifs de part d’énergies renouvelables, sans lien avec des critères économiques, techniques, ni mêmes de réduction de consommation d’énergies fossiles.

Le chef de l’État pourrait-il annoncer clairement  que l’objectif de 50 % de nucléaire votée en catimini en octobre 2014 puis inséré dans la LTECV en août 2015 est sans fondement et n’est plus d’actualité ?

mercredi 18 juillet 2018

20 fabuleux produits en bois et projets de travail du bois


La plus grande et dangereuse machine de scierie en bois fonctionnant - la coupe à la tronçonneuse la plus rapide, extrême et facile pour de grands arbres

mardi 17 juillet 2018

Réchauffement climatique global : James Hansen jette un pavé dans la mare !

le 17 juillet 2018


Comme je l’ai relaté sur ce blog il y a 30 ans James Hansen (Goddard Institute (GISS), NASA) fut invité à présenter ses travaux sur l’évolution du climat au Sénat américain. Les doutes s’accumulent, aujourd’hui, dans la communauté scientifique au sujet de ce réchauffement tant attendu et presque espéré par divers groupes financiers mais qui ne se concrétise toujours pas et Hansen vient de parler et ses confidences vont faire beaucoup de bruit ! L’audition devant le Sénat américain fut organisée en 1988 par le dénommé Al Gore, alors sénateur de son état, pour produire des modèles scientifiques basés sur divers scénarios qui pourraient impacter le climat de la planète.

Selon Hansen Al Gore prit les données relatives au « pire scénario » et les transforma pour les renommer « réchauffement global », ce qui lui permit par la suite d’amasser une fortune se comptant en dizaines de millions de dollars. Toujours selon Hansen le modèle qu’il avait appelé « scénario B » ne prenait pas en considération un certain nombre de facteurs critiques et il était loin d’être le reflet du monde réel. Néanmoins Al Gore ignora sciemment ce détail et il organisa une véritable campagne d’intoxication qui trompa des centaines de millions de personnes dans le monde. Hansen a reconnu que son scénario B n’avait pris en compte que le gaz carbonique intervenant dans ce qu’il avait appelé le forcing radiatif, une notion qui, depuis, a été largement remise en cause par de nombreux spécialistes de l’atmosphère. De plus le scénario B de Hansen incluait également les CFCs et le méthane dont les effets sur ce forcing radiatif furent également largement surestimés à l’époque. De plus Hansen a admis qu’il avait négligé d’inclure les effets du phénomène cyclique El Nino sur les températures globales enregistrées ce qui le conduisit à formuler des prédictions totalement erronées.


Hansen vient donc de faire amende honorable et a reconnu qu’il n’était pas l’auteur du « réchauffement climatique » comme le monde entier l’a reconnu mais que les manipulations subséquentes d’Al Gore, soutenu par le monde politique, relevaient de la pure fiction. Ce dernier point a été parfaitement exposé par le Docteur Ross McKitrick, Professeur d’économie à l’Université de Guelph et le Docteur John Christy, Professeur de sciences de l’atmosphère à l’Université de l’Alabama à Huntsville. Comme l’ont reconnu ces deux personnalités toutes les observations contredisent les prévisions alarmistes pour ne pas dire apocalyptiques d’Al Gore. McKitrick fut aussi considéré comme l’instigateur du « réchauffement climatique » et il a également reconnu ses erreurs d’appréciation largement influencées par l’orchestration planétaire de la propagande « réchauffiste ».

Finalement toute cette histoire de climat est, comme disent les anglo-saxons, un « hoax », en français un canular, qui aura coûté et coûtera encore des centaines de milliards de dollars ou d’euros à tous les contribuables de la planète et en particulier des pays de l’OCDE directement concernés par les accords frauduleux dits de Paris-COP21, qui aura forcé des centaines de milliers de scientifiques à mentir et des dizaines de milliers de politiciens à profiter de cette opportunité pour asseoir leur pouvoir sur les peuples et enfin à d’innombrables ONGs qui se sont engouffrées dans cette problématique pour réaliser des profits monstrueux tout en endoctrinant les populations de façon mensongère. C’est la plus grande « fake news » de la fin du XXe siècle aux conséquences désastreuses et durables.

Il restera à constater si les médias contrôlées par de grands groupes financiers de par le monde vont rendre publique cette information car les enjeux financiers sont tellement importants et planétaires, un « canular » tellement bien inculqué dans les cerveaux de tous les citoyens de tous les pays, et chez les enfants dès l’école primaire, alors il faudra beaucoup de mois sinon d’années pour que les contribuables finissent par se rendre compte qu’ils ont été roulés dans la farine et qu’ils mettent à la retraite tous les politiciens qui les ont abusé, sans oublier les banquiers qui profitent à outrance des naïfs qui ont choisi de placer leur épargne dans les obligations « vertes » (voir un prochain billet sur ce blog). Tous les politiciens et leurs soutiens privés, je pense à diverses associations, devront un jour rendre des comptes aux peuples. Merci Al Gore …



et sur ce blog :

(source : principia-scientific.org)

samedi 14 juillet 2018

Intelligence artificielle ? Des sociétés emploient des humains pour simuler des robots

12 JUILLET 2018
Audrey Duperron


La mention du recours à une intelligence artificielle (“IA”) est une promesse d’avancée technologique, d’efficacité ou de confidentialité que les entreprises ne tiennent pas toujours. Et pour cause : certaines sociétés qui se targuent d’employer une intelligence artificielle emploient en réalité de véritables humains pour effectuer certaines tâches censées être dévolues à cette IA.

Plusieurs raisons peuvent motiver les sociétés à avoir recours à de la main d’oeuvre bien humaine, tout en prétendant faire appel à l’IA.

L'intelligence artificielle est gourmande en ressources

Tout d’abord, il est très difficile de concevoir une intelligence artificielle destinée à assurer un service particulier. Les programmes efficaces d'IA peuvent requérir des masses de données, de temps et d'argent pour les programmer. Cela signifie qu’il faut mettre en oeuvre des investissements colossaux et attendre un certain délai avant d'atteindre un produit viable.

Entre-temps, il peut être plus judicieux sur le plan économique de faire intervenir de la main d’oeuvre humaine, et ainsi, de suivre le principe du “Fake it, till you make it” (“faites semblant, jusqu’à ce que vous y parveniez”). Certaines startups, parvenues à cette conclusion, préfèrent donc finalement demander à des humains de se comporter comme des robots, plutôt que de développer des robots capables de se comporter comme des humains.

Google : des humains qui lisent vos emails

Le Wall Street Journal a ainsi mis en lumière que parmi les centaines de développeurs d’applications auxquels Google a donné accès aux emails de ses utilisateurs, certains faisaient appel à des humains pour les lire.

C’est le cas d’Edison Software, qui a demandé à ses techniciens en intelligence artificielle de lire les emails personnels de centaines d’utilisateurs dont l’identité n’avait pas été cachée pour améliorer un système de “réponse intelligente” de son algorithme d’intelligence artificielle. Dans ses conditions d’utilisation, l’entreprise n’avait averti à aucun moment ses utilisateurs qu’elle procédait ainsi.

L'année dernière, l'application de comptabilisation de dépenses Expensify a admis qu’elle postait les photos de reçus sur l’outil d’Amazon Mechanical Turk pour que des travailleurs faiblement rémunérés déchiffrent ces images et en  transcrivent le contenu, alors qu’elle prétendait jusqu’alors que ce travail de transcription était réalisé par son propre logiciel d’IA “SmartScan”. D'autres entreprises ont recruté de véritables humains pour intervenir en tant que “chatbots” (robots conversationnels). Même Facebook, qui a pourtant beaucoup investi dans l'IA, a concédé avoir fait appel à des humains pour son assistant virtuel pour Messenger, M.

Ce n’est d’ailleurs pas une nouveauté, puisque en 2008, Spinvox, une entreprise qui transcrivait des messages téléphoniques en SMS avait été accusée d’employer de véritables travailleurs à l’étranger pour faire ce travail, plutôt que des machines.

Bien souvent, ces entreprises ont effectivement l’intention de bâtir une IA, et ce recours est temporaire. Il leur permet de tester une nouvelle idée avant d’y consacrer des ressources en développement.

Des humains pour former les IA

Dans d’autres cas, les humains sont utilisés pour former l’IA, et améliorer sa précision. Scale est une entreprise qui met à disposition ses employés humains à des entreprises qui développent des technologies d’IA qui équiperont les voitures autonomes et d'autres systèmes, pour “former” les algorithmes à la base de ces technologies. Les “scalers”, par exemple, regarderont une caméra, ou renseigneront le capteur d’un véhicule, pour lui indiquer à quoi ressemble les signaux émis par les piétons et les cyclistes, par exemple. Grâce à cette formation, l'IA apprendra à reconnaître ces objets par elle-même.

Les robots libèrent la parole

Enfin, la recherche montre que les gens se confient plus facilement à une machine qu'à un être humain, notamment dans le cadre psychologique. Une équipe de l'Université de Californie du Sud a ainsi découvert que les anciens combattants souffrant du syndrome de stress post-traumatique étaient plus susceptibles de divulguer leurs symptômes lorsqu'ils pensaient que leur interlocuteur était un système d'IA, plutôt qu'un humain.

Mais bien entendu, toutes ces applications soulèvent des questions d’éthique et de transparence vis-à-vis des utilisateurs… Il faut probablement s’attendre à ce que de nouveaux scandales éclatent prochainement dans ce domaine.