- ENTREE de SECOURS -



jeudi 5 décembre 2019

Comment sommes-nous devenus stupides ? Les étudiants chinois ont 4 niveaux d'études devant les étudiants américains en mathématiques

par Tyler Durden
Mer., 12/04/2019 - 18:35
Créé par Michael Snyder via le blog The End of The American Dream,


Comment dans le monde l'Amérique est-elle supposée rester «le plus grand pays du monde» alors que d'autres nations nous entourent absolument en matière d'éducation ? Comme vous le verrez ci-dessous, un sondage a révélé que les élèves chinois âgés de 15 ans avaient presque quatre années d'études complètes avant les élèves américains de 15 ans en mathématiques. C’est l’une des mises en accusation les plus accablantes de notre système d’éducation que j’ai jamais rencontrée, et c’est un autre indice clair que ce que nous faisons ne fonctionne tout simplement pas. Nos enfants ne reçoivent pas les outils dont ils ont besoin pour être compétitifs dans notre société moderne, nous ne pouvons que nous en prendre à nous-mêmes.

Vous pensez peut-être que le sondage doit être imparfait en quelque sorte.

Eh bien, ce n’est pas une enquête volumineuse qui n’a été donnée qu’à une poignée d’élèves. Tous les trois ans, le Programme international pour le suivi des acquis des élèves évalue des élèves de 15 ans du monde entier dans divers domaines. En 2018, environ 32 millions d'élèves ont…

Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) est une enquête menée tous les trois ans auprès d'étudiants du monde entier âgés de 15 ans. Elle permet de tester les matières de base de la lecture, des mathématiques et des sciences. En 2018, 79 pays et économies ont participé, représentant environ 32 millions de personnes âgées de 15 ans.

Lorsque votre échantillon est constitué de 32 millions d'élèves, je pense qu'il est prudent de dire que les résultats de l'enquête doivent être pris au sérieux.

Et ce que l’enquête a révélé, c’est que les étudiants américains continuent de prendre du retard en mathématiques. En particulier, nous sommes bien loin des Chinois. Ce qui suit vient de Psychology Today…

Les États-Unis n'ont aucune excuse lorsque les élèves de Beijing-Shanghai-Jiangsu-Zhejiang (B-S-J-Z) ont obtenu près de quatre années de classe devant les étudiants américains en mathématiques.

En outre, l’enquête a également révélé que les étudiants «les plus défavorisés» de Chine avaient des résultats équivalents à ceux de l’étudiant américain moyen…

«Les 10% d’étudiants les plus défavorisés à Beijing-Shanghai-Jiangsu-Zhejiang (B-S-J-Z) ou à Macao ou en Estonie… ces étudiants réussissent aussi bien, voire mieux, que l’étudiant moyen aux États-Unis. Il est donc clair que certains pays réussissent mieux avec leurs étudiants défavorisés, où vous voyez moins de variabilité avec des étudiants issus des milieux les plus privilégiés », a déclaré Andreas Schleicher.

Qu'est-ce qui nous est arrivé dans le monde ?



Nous avions le meilleur système d’éducation du monde entier, mais nous sommes maintenant devenus une nation d’idiots idiots qui ne peuvent même plus penser clairement.

Laisse moi te donner un exemple. Selon Fox News, un policier de Los Angeles aurait récemment été surpris en train de caresser sexuellement une femme morte par sa propre caméra…

Le policier vétéran de Los Angeles, affecté à la division centrale du centre-ville, a été filmé par un cameraman qui aurait caressé la femme décédée, et ses supérieurs ont examiné la vidéo, selon le Los Angeles Times.

L'incident présumé a eu lieu lorsque l'agent de la police de Los Angeles (APAP) et son partenaire ont répondu à un appel concernant une possible femme décédée dans une unité résidentielle, a rapporté le journal, citant des sources.

C’est stupide à bien des égards, et la carrière de policier est maintenant terminée.

Permettez-moi de vous donner un autre exemple de notre stupidité. Le Dakota du Sud a décidé de mettre un terme à l'épidémie de méthamphétamine dans son pays, mais malheureusement, le slogan publicitaire de la campagne n'a pas suscité beaucoup d'attention…

L’État du Dakota du Sud a lancé une nouvelle campagne antidrogue, mais son slogan soulève des sourcils.

Parce que c'est "Meth. Nous nous en occupons."

Ce qui pourrait être mal pris.

Tu penses ?

Bien sûr, il est beaucoup plus bête d'être réellement sur la méthamphétamine Environ 24 millions d'Américains ont pris une drogue illégale au cours des 30 derniers jours et la situation empire d'année en année.

Je sais que je suis très dur envers les États-Unis dans cet article, mais rien ne nous excuse pour ce qui nous est arrivé.

Nous étions autrefois une grande source de lumière pour le reste du monde, mais aujourd'hui, une grande partie de notre population sait à peine lire, écrire, parler ou fonctionner dans la société. Considérez simplement les chiffres suivants…

N ° 1 Un sondage récent a révélé que 74% des Américains ne savent même pas combien d’amendements figurent dans la Charte des droits.

# 2 Une enquête précédente avait révélé que 37% des Américains ne pouvaient nommer un seul droit protégé par le Premier amendement.

# 3 Étonnamment, seuls 26% des Américains peuvent nommer les trois branches du gouvernement.

N ° 4 Lors des élections de 2016, plus de 40% des Américains ne savaient pas qui se présentait comme candidat à la vice-présidence de l'un ou l'autre des principaux partis.

# 5 La Caroline du Nord envisage d'adopter une loi qui «signifierait que seuls les scores inférieurs à 39% seraient admissibles à une note F» dans les écoles publiques de Caroline du Nord.

# 6 Il y a 30 ans, les États-Unis ont décerné plus de diplômes de lycée que quiconque dans le monde. Aujourd'hui, nous sommes tombés à la 36ème place.

N ° 7 Selon le Pentagone, 71% de nos jeunes adultes ne sont pas éligibles pour servir dans l’armée américaine, car ils sont soit trop bêtes, soit trop gros ou ont un passé criminel.

# 8 Pour la toute première fois, les Américains sont plus susceptibles de mourir d'une overdose d'opioïdes que d'un accident de voiture.

N ° 9 Une étude a révélé qu’un tiers des adolescents américains n’avaient lu aucun livre au cours de la dernière année.

N ° 10 Un récent sondage a révélé que 45% des adolescents américains sont en ligne «presque constamment».

# 11 Aujourd'hui, l'Américain moyen consacre 86 heures par mois à utiliser un smartphone.

N ° 12 Dans l’ensemble, l’adulte américain moyen «enregistre 6 heures et 43 minutes de temps d’écran total par jour».

N ° 13 Dans plus de la moitié des États-Unis, l’employé public le mieux payé est un entraîneur de football.

# 14 Au cours d'une période de sept jours l'été dernier, un total de 16 000 plaintes officielles concernant des matières fécales humaines ont été soumises à la ville de San Francisco. Et apparemment, le problème est très réel car une enquête a révélé 300 piles d'excréments humains dans les rues du centre-ville de San Francisco.

# 15 Toutes les 24 heures, plus du tiers des Américains mangent des fast foods.

# 16 Moins de la moitié des Américains savent quel pays a utilisé des bombes atomiques à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

# 17 Même si nous avons mené une guerre en Irak pendant huit longues années, 6 jeunes adultes sur 10 ne peuvent pas trouver l'Irak sur une carte du Moyen-Orient. Et cette même enquête a révélé que 75% de nos jeunes adultes ne peuvent pas localiser Israël.

# 18 Aujourd'hui, l'étudiant de première année moyen aux États-Unis se lit à un niveau de 7e année.

Êtes-vous convaincu encore ?

En tant que société, nous sommes devenus extrêmement «stupéfaits», et nous pouvons même le constater aux plus hauts niveaux de notre gouvernement. Jetez un coup d’œil à certaines des personnes que nous avons représentées au Congrès. Si George Washington, John Adams et Thomas Jefferson étaient encore en vie, que pensez-vous qu'ils feraient de notre groupe actuel de politiciens?

Lorsque nos fondateurs se sont exprimés, leur langage était si élégant. Mais bien sûr, nous ne pourrions pas avoir les politiciens qui nous parlent ainsi parce que personne ne pourrait comprendre ce qu’ils disaient.

Notre société est littéralement dans une spirale de mort, mais personne ne semble avoir le moyen de l'arrêter.

Bien éduquer nos enfants est l’un des problèmes les plus élémentaires à résoudre, mais malheureusement, la gauche a le contrôle total de nos écoles publiques, ce qui signifie qu’il n’ya plus d’espoir de redressement majeur dans un avenir proche.

mercredi 4 décembre 2019

La vérité par la NASA sur le gros pipo du carbone qui augmente - âme naïve, ne lisez pas...


Charles Dereeper
lundi, 02 décembre 2019 16:10


Enfin quelques humains sur terre avec des moyens prennent leur couille à deux mains et répandent la vérité.

Au cours du dernier trimestre, nous avons eu 500 scientifiques réunis pour une publication à l'ONU sur le souci du réchauffement climatique qu'ils considèrent comme non URGENT...

Et là, quelques mecs de la NASA ont balancé les chiffres réels non trafiqués du carbone.

Gaz carbonique-Changes

On peut y découvrir avec stupéfaction pour les croyants au pipo socialiste que le carbone diminue.

Ha ma petite dame alors, la taxe carbone ? Ben dans ton fion comme d'hab... en même temps, je sais pas si tu vas la sentir cette fois ci Madame Michue vu que tu te fais ramoner quand même depuis un certain temps déjà...

Vous allez me dire, vous mes lecteurs éclairés, faut pas avoir fait polytechnique pour piger que l'hiver en cours est le plus froid depuis très longtemps aux USA, sachant que l'an dernier, c'était déjà très très froid aux USA par rapport aux normes historiques et encore plus par rapport aux âneries des super méga intelligent scientifiques du réchauffement que même qu'il faut choisir entre le PIB et le climat hahahahaha. Maman j'ai peur putain du futur... a pu croissance économique et y a trop de dettes.

La glace augmente au pôle nord, ce qui la fout mal aussi... mais mais... c'est normal c'est parce qu'on verra les vrais effets que dans 50 ans.

Et donc comme chacun peut le comprendre quand une tendance est à la hausse pour 50 ans, elle fait des plus bas immédiatement hahahahahaha.

Passons.

La Nasa a aussi estimé que le cycle solaire en cours s'annonçait comme le plus bas des 200 dernières années. https://science.nasa.gov/science-news/news-articles/solar-minimum-is-coming

shit shit shit

En plus, c'est la NASA qui le dit. On parie combien qu'il y a réunion d'urgence au sommet chez les réchauffistes... ils vont lancer la com à bloc pour gommer ces putains de cycles solaires qui font chier la couille.

Va falloir se lever assez tôt pour constater un futur réchauffement linéaire du climat à cause de nos sales pattes velues humaines... les cycles solaires, les réchauffistes peuvent pas trafiquer les datas et ces datas justement comptent massivement dans la prévision du climat...  

La question qui revient sans cesse dans ma boîte email, c'est pourquoi ?

Pourquoi nos chefs nous font ils méthodiquement le fion à coup de pipo toujours plus gros ?

La réponse, vous ne l'aimez pas vraiment... mais c'est la seule possible.

Limitation de la croissance économique mondiale pour stabiliser le rapport humain / ressource en stérélisant via les impôts l'argent, argent systématiquement détourné via des dépenses d'État non nécessaires dans les mains des maîtres du monde.

Et surtout, le truc qui pique... vous êtes prêts ? 

Limitation contrôle de la population mondiale (au mieux car moi je suis fondamentalement convaincu que nous sommes à la période de la récolte des âmes, donc RÉDUCTION de la population)

Et...

Et oui, désolé, il y a encore un ET...

Et instauration du communisme mondial, totalitarisme qui va démarrer par la monnaie et la dette, probablement via les cryptos.

Il y a des lecteurs par moment assez naïfs pour croire que je me suis installé au Panama à cause des impôts. 

Cela ne les gratte pas une seconde de saisir que j'ai quitté la France en 2009 et qu'au Costa Rica ou en Thaïlande, j'ai jamais payé d'impôts, la Thailande étant l'un des 2 seuls pays au monde avec les USA à ne pas avoir signé le CRS...


On ne quitte pas deux pays pour un troisième pour un truc qu'on a déjà dans les deux premiers pays... suis un peu con, immature et impulsif... mais quand même y a des limites, un plancher quoi...

Le Panama n'échappera pas... mais y a moyen de...

Bon sinon concrètement, cela veut dire krach à la hausse sur les matières premières agricoles dans les années à venir car le froid est corrélé négativement au rendement agricol. Ceux qui cherchent de l'alpha dans le futur, vous savez ce qu'il faut acheter...

mardi 3 décembre 2019

Petits génies pour championnat du monde de la mémoire

https://www.youtube.com/watch?v=oVk9Fxghk44

L'OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE EST RÉELLE, SELON L'EMPA

La mise à jour des logiciels présents dans les produits électroniques raccourcit plutôt que prolonge la vie du matériel.
L'Empa rappelle que le premier cas documenté d'obsolescence programmée date d'il y a un siècle déjà, avec un accord entre fabricants d'ampoules électriques.


28.11.2019, 13h31


L'obsolescence programmée n'est pas qu'un mythe, affirme l'Empa. De nos jours, elle passe par les logiciels dont les mises à jour soumettent le matériel à de nouvelles exigences. La menace sera encore plus grande avec «l'internet des objets».

La mise à jour des logiciels présents dans les produits électroniques raccourcit plutôt que prolonge la vie du matériel. Lorsque «l'internet des objets» sera devenu une réalité, il est possible que le fonctionnement des objets soit tributaire de leur mise à jour, a indiqué jeudi le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa).

Mise à jour

Ce phénomène, l'Empa l'a subi directement avec des caméras pour microscopes. Elles fonctionnaient parfaitement, mais elles ont dû être remplacées après une mise à jour du système d'exploitation Windows. La mise à jour d'un logiciel soumet le matériel à des exigences pour lesquelles il n'a pas été conçu. À l'avenir, «l'internet des objets risque de nous mettre dans la situation où il sera nécessaire de remplacer un réfrigérateur qui refroidit parfaitement, mais dont l'électronique est prise de court par les nouveaux logiciels», prévient l'Empa.

Les chercheurs de Dübendorf (ZH) constatent que la durée de vie des appareils électroniques se réduit, sans pour autant imaginer de «sombres desseins» de la part des fabricants. Le phénomène s'explique le plus souvent par la concurrence, la pression sur les prix et les longues chaînes de livraison.

Pas de marge de sécurité


Les spécifications imposées aux composants «sont poussées aux limites». Pour réduire les coûts lors de la production, un simple condensateur est souvent soumis à sa charge maximale, alors que l'ingénieur aurait préféré lui laisser une marge de sécurité.

Cette pression sur les prix s'exerce aussi sur toutes les chaînes de livraison. Une simple climatisation de voiture implique plus de cent fournisseurs. Il devient alors difficile d'identifier la cause d'une défaillance, ce qui pousse à changer toute la climatisation.

Interactions complexes

Des erreurs de conception et d'interactions complexes peuvent aussi provoquer des problèmes qui exigent le remplacement d'un appareil. L'Empa cite le cas d'un fabricant de voitures dont un certain modèle devait passer au garage après 10'000 kilomètres déjà. À chaque fois, la même commande du moteur lâchait, mais seulement dans les pays sans limitation de vitesse.

Cette unité était installée entre des tuyaux en caoutchouc dépourvus de mise à la masse, c'est-à-dire non raccordés à la carrosserie - système similaire à une prise de terre. Les chercheurs de l'Empa ont mesuré la charge électrique sur cette boîte métallique. Aux vitesses inférieures à 150 km/h, aucune défaillance ne se produisait. Mais à des vitesses supérieures, le puissant flux d'air dans les tuyaux provoquait une charge électrique qui, en l'absence de mise à la masse, exposait l'unité de commande à une très forte tension qui la détruisait.

Crasse et poussière

Les chercheurs ont également pu expliquer pourquoi ce problème se produisait uniquement dans les 10'000 premiers kilomètres. Après ce cap, suffisamment de crasse et de poussière s'étaient accumulées sur les tuyaux en caoutchouc pour leur donner une conductivité assurant leur mise à la masse.

L'Empa rappelle que le premier cas documenté d'obsolescence programmée date d'il y a un siècle déjà. Dans les années 1920, les fabricants d'ampoules électriques se sont entendus pour ramener la durée de vie des ampoules de 2500 à 1000 heures. Les filaments des ampoules ont été raccourcis, ce qui, à tension égale, réduisait leur durée de vie.

L'opération a été un succès. Les ventes d'ampoules électriques ont fortement augmenté jusqu'à la Deuxième guerre mondiale. En raison du conflit, toute coordination de la production entre pays désormais ennemis a été bloquée et entraîné le démantèlement du cartel. (ats/nxp)

lundi 2 décembre 2019

Transition énergétique en Allemagne : le désastre constaté va s’amplifier

L’Allemagne devrait devenir un importateur net d’électricité d’ici 2023. Sa sécurité d’approvisionnement continuera de se détériorer pour au moins trois raisons.


Par Michel Gay1.
2 DÉCEMBRE 2019


« L’Energiewende » en Allemagne (virage énergétique ou transition énergétique vers les énergies renouvelables) entraîne une insécurité de l’approvisionnement en électricité et affecte l’économie du pays selon l’Institut américain pour la recherche sur l’énergie (IER).

BAISSE DES MOYENS PILOTABLES ET HAUSSE DES PRIX

L’Allemagne prévoit de supprimer toutes ses centrales nucléaires d’ici 2022, et ses centrales au charbon d’ici 2038. Elle perdra alors 43 % de sa production pilotable (donc garantie) par rapport à 2019. Cette politique en faveur des énergies renouvelables intermittentes, principalement l’énergie éolienne et l’énergie solaire, provoque une flambée des prix de l’électricité et un encombrement par « bouffée » du réseau électrique lorsqu’il y a du vent et du soleil.

Le prix de l’électricité en Allemagne est déjà 45 % supérieur à la moyenne européenne pour les particuliers, et deux fois supérieurs à celui de la France. Les taxes « vertes » représentent désormais 54 % du prix de l’électricité pour les ménages.

La construction de nouvelles centrales de secours au gaz, de lignes de transport d’électricité, et l’installation d’instruments de contrôle de la demande d’électricité, entraînera encore une hausse des prix de l’électricité.

Le plan climatique de 100 milliards d’euros de l’Allemagne prévoit davantage de panneaux solaires et d’éoliennes, 7 à 10 millions de voitures électriques d’ici 2030, un réseau d’un million de stations de recharge, une hausse des prix du carburant, ainsi qu’une taxe sur le trafic aérien.

L’Allemagne a émis (en 2018) 15 % de plus de gaz carbonique (866 millions de tonnes) que son objectif en 2020 (750 millions de tonnes). Actuellement, elle n’a atteint que 39 % de sa prévision de réduction de consommation d’énergie primaire.

L’ALLEMAGNE DÉPEND DES IMPORTATIONS D’ÉLECTRICITÉ


L’Allemagne devrait devenir un importateur net d’électricité d’ici 2023.

Sa sécurité d’approvisionnement continuera de se détériorer pour au moins trois raisons :

la dépendance accrue du pays à l’égard des productions intermittentes
l’abandon progressif de l’énergie nucléaire (encore 12% de son électricité)
le retrait prévu du charbon (comprenant la houille et le lignite) fournissant aujourd’hui 35% de son électricité
L’insécurité de l’approvisionnement énergétique de l’Allemagne est aggravée par le fait que la Belgique et les Pays-Bas (ses voisins) risquent de fermer aussi respectivement leurs centrales nucléaires et au charbon. L’Allemagne aura alors davantage de difficultés à satisfaire ses importations d’électricité en augmentation, alors que la capacité de production de l’ensemble du réseau européen se détériorera jusqu’en 2030.

En Allemagne, les écologistes ont bloqué la construction de lignes de transport d’électricité en provenance du nord, où se trouvent les parcs éoliens, vers le sud industriel. Au premier trimestre de 2019, seulement 1087 kilomètres de lignes électriques avaient été achevés au lieu des 3600 kilomètres prévus. À ce rythme, l’objectif de 2020 ne sera pas atteint avant 2037.

LE PLAN CLIMAT DE 100 MILLIARDS D’EUROS DE L’ALLEMAGNE

Le nouveau plan climatique de l’Allemagne a pour objectif de réduire en 2030 ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 % par rapport aux niveaux de 1990. Il vise à :

accroître l’acceptation locale des nouveaux parcs éoliens. Les municipalités pourront davantage participer aux bénéfices résultants des prix plus élevés payés par les consommateurs.

développer l’énergie éolienne en mer du Nord et en mer Baltique et à subventionner davantage l’énergie solaire,
augmenter à 65 % la part de la production des énergies renouvelables d’ici 2030 (elles représentent actuellement 38 %). En excluant la biomasse, en 2018, le vent, l’eau et le soleil représentaient seulement 27 % de la production d’électricité en Allemagne.

encourager l’achat de véhicules électriques. Une subvention importante sera accordée pour les modèles d’un prix inférieur à 40 000 euros à partir de 2021. La taxe sur les véhicules à moteur sera également adaptée pour récompenser la mobilité verte et décourager les véhicules qui émettent du dioxyde de carbone.
remplacer le transport aérien à courte distance par le train. La taxe sur le trafic aérien augmentera à partir de janvier 2020, et les compagnies aériennes ne pourront plus vendre de billets à prix réduit.

DES SUBVENTIONS, TOUJOURS DES SUBVENTIONS !

L’Allemagne subventionnera jusqu’à 40 % du coût de remplacement d’un chauffage domestique au fuel par des options à faibles émissions. Ce type de chauffage sera interdit à partir de 2026. La rénovation des bâtiments sera subventionnée pour les rendre moins énergivores.

Un système national d’échange de droits d’émission de gaz carbonique sera mis en œuvre pour les transports (ce qui augmentera le coût du pétrole), complétant un système européen existant pour l’énergie, le bâtiment et l’industrie.

Au final, ce sont bien les consommateurs qui paieront l’addition de ces « droits d’émission ».

Le plan découragera par des taxes les entreprises et les citoyens d’utiliser des technologies émettrices de gaz carbonique. Une tonne d’émissions de gaz carbonique sera initialement taxée à 10 euros à partir de 2021, pour atteindre 35 euros en 2025, puis les droits d’émission seront mis aux enchères entre 35 et 60 euros. Une quantité maximale d’émissions sera déterminée, puis diminuée d’année en année.

LE DÉSASTRE ÉNERGÉTIQUE S’AMPLIFIERA

Le système énergétique de l’Allemagne est un désastre qui va s’amplifier en raison de l’abandon des centrales pilotables, tant nucléaires qu’au charbon, et de la dépendance croissante à l’égard des énergies intermittentes éolienne et solaire.

Le nouveau plan climatique de ce pays ne fera qu’exacerber les problèmes et augmenter les prix, ce qui finira par affecter durablement son économie.

Le « Rêve vert » de l’Allemagne se révèle être un cauchemar pour les consommateurs et bientôt pour l’industrie jusque-là protégée. En revanche, c’est une aubaine pour quelques affairistes et politiciens qui vendent des illusions à un peuple mystifié.


dimanche 1 décembre 2019

DES MAINS EN OR - Cuba Gooding Jr., Kimberly Elise, Aunjanue Ellis

https://www.youtube.com/watch?v=v7OaOVtczmM

L’évolution de la population mondiale : l’exemple du Japon

le 1 décembre 2019


Faisons naturellement abstraction ici des délires eugénistes des mondialistes qui veulent mettre en place un système mondial coercitif de contrôle des naissances pour réduire à terme la population dans le monde sous le prétexte fallacieux qu’il est urgent de sauver le climat. Il suffit de considérer les exemples du Japon, de l’Italie ou encore de l’Allemagne pour se faire une idée de l’évolution de la population en une génération, c’est-à-dire 30 ans, à l’horizon 2050. Cette date a été considérée comme celle de tous les dangers si tous les pays du monde ne s’unissent pas pour sauver le climat car, au delà nous grillerons tous comme des toasts. Il faut raison garder pour deux raisons.

1. Personne ne sait dans quel sens évoluera le climat. Les géophysiciens prévoient un refroidissement généralisé déjà initié depuis quelques années, en dépit de ce qu’affirme la propagande, qui durera jusqu’en l’an 2100 en raison d’un effondrement de l’activité magnétique du Soleil alors que l’IPCC tente de faire admettre à l’opinion qu’au contraire la température moyenne augmentera de 2 à 5 degrés sans toutefois que les modèles utilisés pour une telle prédiction par cette institution soient capables de remonter dans le temps. C’est la raison pour laquelle on peut sérieusement douter de la pertinence de ces modèles. Il n’y a donc aucune raison de se préoccuper de l’évolution de la population mondiale en prétextant que le climat se dégrade parce qu’il y trop de bipèdes sur la planète.

Capture d’écran 2019-11-26 à 12.37.12.png

2. Pour les deux pays les plus peuplés du monde la population va s’effondrer et ils vont suivre l’exemple du Japon qui perd actuellement plus de 500000 habitants chaque année. La Chine a profondément modifié l’équilibre démographique naturel en introduisant au cours des années 1970 la politique de l’enfant unique. Cette politique combinée avec un « embourgeoisement » de la population a accéléré le déclin de l’accroissement de la population qui n’est plus aujourd’hui, malgré la réintroduction d’une politique de 2 enfants par famille en 2016, que de 0,3 % par an. La population chinoise va donc commencer à décliner au milieu de la prochaine décennie tout en vieillissant très rapidement. La Chine en est actuellement dans la situation que connut le Japon dans les années 1980.

Capture d’écran 2019-11-26 à 12.38.51.png

La situation de l’Inde est différente. Pendant de nombreuses années le gouvernement central de New-Delhi a négligé de prendre des mesures pour réduire l’accroissement de sa population. Les citoyens ont pris eux-mêmes une mesure beaucoup plus efficace justifiée par la tradition des mariages. En Inde le mariage d’une fille représente une dépense tellement élevée que de nombreux couples ne peuvent pas l’assumer. L’arrivée de l’échographie dans les dispensaires a fait le reste : l’avortement sélectif est tellement répandu qu’aujourd’hui il y a en Inde un profond déséquilibre entre le nombre de femmes nubiles et le nombre d’hommes en âge de se marier. Le rapport est en moyenne de 100 femmes pour 120 hommes. Si le taux de fertilité total de l’Inde est toujours de 2,4 les conséquences de ce déséquilibre seront dans un proche avenir tout aussi dramatiques que celles de la politique de l’enfant unique en Chine. L’élévation du niveau de vie moyen des Indiens conduira également aux mêmes conséquences qu’au Japon et en Chine : une baisse de la fécondité et par conséquent une décroissance progressive de la population au tournant des années 2030. Chaque fois que les gouvernements ou les particuliers – dans le cas de l’Inde – tentent de modifier les lois naturelle de la démographie ils favorisent une catastrophe apparaissant lors de la génération suivante et cette catastrophe ne peut plus être jugulée dans le cas de la Chine.

3. Le cas de l’Europe est exemplaire car il n’y a plus de pays où le taux de fécondité soit supérieur à 2,1 enfant par femme féconde. L’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, la France (qui n’est plus une exception) et les pays baltes vont assister à un vieillissement de leur population encore plus rapidement que ce que le Japon a connu depuis le début des années 1990. En 2030 la moitié de la population allemande aura plus de 65 ans et ce simple chiffre signifie que le modèle économique allemand s’effondrera, accélérant par voie de conséquence la chute de la natalité. Cette évolution atteindra l’ensemble des pays européens avec quelques années d’écart entre eux. En effet, envisager d’avoir des enfants qui seront confrontés à des conditions de vie difficiles plus tard constituera un argument très dissuasif.

Capture d’écran 2019-11-26 à 12.41.30.png

Si on analyse le graphique provenant d’une étude de la CIA (voir aussi le tableau : https://www.cia.gov/library/publications/resources/the-world-factbook/fields/356rank.html ) 100 pays sur 224, incluant de nombreuses dépendances ultra-marines de divers pays, ont un taux de fécondité supérieur à 2,1 et sur le continent africain seul le Maroc présente un taux de natalité inférieur à ce chiffre. L’alphabétisation et l’amélioration des conditions de vie quotidienne ne peuvent être que les seuls instruments pour que progressivement, peut-être en une génération si on reste optimiste, les taux de natalité diminuent et atteignent le seuil de 2,1 enfant par femme. On se retrouve donc vers 2050, décennie de tous les dangers mais beaucoup d’entre nous seront morts depuis longtemps …

samedi 30 novembre 2019

Les voitures électriques coûtent plus cher que trop

Par Eric Peters
Eric Peters Autos
30 novembre 2019


Les voitures électriques nous coûtent plus que trop d'argent.

Ils coûtent également des emplois.

Juste à temps pour Thanksgiving, Audi a annoncé la suppression de 9 500 d'entre eux - pour aider à financer le développement de voitures électriques. "Nous nous attaquons maintenant à des problèmes structurels afin de préparer Audi aux défis à venir", a déclaré le PDG d'Audi, Bram Schot.

Les «problèmes structurels» dont il parle sont l'interdiction des voitures autres qu'électriques par le gouvernement allemand à compter de 2030.

Les emplois perdus représentent 15% de la main-d'œuvre allemande de l'entreprise. En les éliminant, Audi «lèvera» 6,6 milliards de dollars - c'est-à-dire se cannibaliser de cette somme - pour fabriquer des produits qu'elle ne peut pas vendre, mais que le gouvernement allemand propose. les forçant à faire.

Quelques jours plus tard, Mercedes-Benz annonçait la mise à pied de 10 000 autres - pour la même raison.

Le chef de VW, Herbet Diess, affirme que cela pourrait coûter 100 000 emplois.

C'est comme ça que ça se termine. Pas avec un bang mais avec un whirr.

Les voitures électriques sont utilisées pour éliminer les voitures - et finalement, l'industrie automobile.

Avec des millions d'emplois, une fois la démolition terminée.

La réponse immédiate à ce qui précède sera une accusation de ludditisme - vous avez évidemment peur du changement. Vous êtes comme le carrossier du début du siècle dernier qui a vu dans les premières automobiles grossières le début de la fin de ses jours.

Mais il y a une différence critique.

Henry Ford a bien changé le monde, mais avec la coopération libre et entière de la population. Il a proposé ses voitures à la vente - à acheter ou non.

Il appartenait au peuple de juger du bien-fondé ou de l’absence de son modèle T. Personne n’était obligé de le construire, et encore moins d’en acheter un. Ni forcé d '"aider" son voisin à en acheter un, par le biais de pots-de-vin à base d'impôts. Ford lui-même n’a pas été en mesure d’utiliser le gouvernement pour faire adopter des lois obligeant l’industrie du va-et-vient à lui fournir des fonds - «crédits de fumier» - pour construire son Model T à ses dépens. Il n'a pas non plus demandé l'adoption de lois imposant une réglementation onéreuse en matière d'émissions de fumier.


La fabrication de charrettes tirées par des chevaux n’a jamais été restreinte, encore moins proscrite. Il est simplement décédé - pacifiquement - pour laisser la place à une alternative supérieure au marché libre.

Les voitures électriques changent le monde à la baïonnette.

Audi ne licencie pas toutes ces personnes car leur travail est non productif; plutôt l'inverse. Ils sont licenciés pour financer l'improductivité imposée par le gouvernement.

La société est en train de se cannibaliser pour trouver l’argent nécessaire à la construction des seuls types de voitures que le gouvernement allemand permettra à Audi de construire dans le futur, qui est presque là.

À l'instar de tous les autres constructeurs automobiles exerçant leurs activités en Europe, Audi est obligé de fabriquer des charrettes (chevaux, voitures électriques) à traction animale, en raison de lois interdisant la fabrication de toute autre chose.

Pas encore - mais juste au coin.

vendredi 29 novembre 2019

La tyrannie de l’écologie face au mur de la réalité

Une écologie politique dogmatique abuse les Français en voulant leur faire croire qu’ils pourront vivre de vent et de soleil, en dépit des réalités physiques, économiques et humaines.


Par Michel Gay
29 NOVEMBRE 2019.


Une écologie politique dogmatique abuse les Français en voulant leur faire croire qu’ils pourront vivre de vent et de soleil. Mais sa volonté impérieuse d’imposer rapidement des règles contraignantes et de formater la pensée pour atteindre le nirvana écologique se heurte aux réalités physiques, économiques et humaines.

UN NOUVEL OBSCURANTISME VERT

Une nouvelle forme pernicieuse d’obscurantisme vert s’insinue dans les esprits au nom d’une « valeur supérieure » qui serait la Nature ou Gaïa.

Dans ce monde idéalisé, les mensonges et la propagande submergent et étouffent méthodiquement les arguments techniques et économiques. Ces méthodes s’inspirent d’idéologies despotiques aux couleurs variées (brune, noire, rouge…) recyclées aujourd’hui dans la couleur verte.

Cette écologie coercitive masque ses intentions à la fois sous des concepts séduisants et lénifiants (le monde vivra d’amour et d’eau fraîche), et en brandissant des épouvantails diabolisant le nucléaire, l’industrie, les insecticides… Le mot pesticide (contre la peste) a été diffusé pour faire peur car le terme exact produit phytosanitaire (pour protéger les plantes), ou même simplement insecticide, était trop doux et rassurant.

En s’appuyant sur des dogmes partisans, des apprentis sorciers dénués de toute compétence légifèrent dans des domaines techniques, industriels et économiques complexes sans seulement entrevoir les graves conséquences sur le niveau de vie, le confort et la sécurité des Français.

Via les grands médias, ces nouveaux « maîtres à penser » bourrent quotidiennement les cerveaux des Français, y compris des enfants, d’arguments séduisants mais faux comme : « la croissance et l’emploi en France vont revenir en développant les énergies renouvelables ».

Mais, c’est le contraire qui se produit.

Cette caste d’experts, parfois autoproclamés, justifie doctement cet assassinat de la pensée rationnelle au nom de l’écologie en érigeant leurs certitudes en dogme « irréfutable » et en s’arrogeant le droit de définir le Bien et le Mal.

LE BIEN ET LE MAL


S’il existe une possibilité de détruire le Mal, alors seuls les détenteurs du Bien doivent détenir le pouvoir afin de sauver la planète et de libérer l’humanité.

Il faudrait être fou ou pervers pour s’y opposer. Il faut donc forcer les gens à être libres, ce qui implique la suppression de… la liberté, une fois le pouvoir conquis.

La violence, les procès, les prophètes, et le messianisme sont inhérents à ce type de raisonnement commun entre l’écologie et les religions. Le discours écologiste s’est approprié Le Bien et Le Mal de telle sorte qu’après le marxisme… une nouvelle idéologie apparaît : l’écologisme, détentrice du Bien.

L’émergence de la figure de Greta Thunberg jetant l’anathème sur les adultes qui lui ont « volé son enfance » n’est pas due au hasard, tout comme les dérives sectaires et violentes (véganisme, antispécisme, attaque de centrales nucléaires…).

Quasiment tous les partis politiques tiennent un discours écologiste qui va de pair avec la culpabilisation des citoyens et leur taxation.

Dorénavant, des juges condamnent même des États au nom « du Climat », comme hier au nom de Dieu, du prolétariat ou de la race.

ÉCOLOGIE ET RELIGION

Les écologistes et les religieux extrémistes empruntent pour le moment des chemins parallèles avec les mêmes discours, en utilisant de plus en plus des méthodes violentes pour faire triompher leurs causes.

L’écologie et la spiritualité, porteuses du meilleur et du pire s’occupent respectivement de la protection de la nature et de l’âme.

Les deux sont en charge d’une certaine forme d’immortalité et sont respectables, mais elles s’opposent au choix fait principalement par l’Occident de privilégier la liberté individuelle.

Ces deux forces remettent en cause le marché et la démocratie qui laissent le dernier mot aux Hommes au lieu de privilégier des valeurs naturelles et spirituelles considérées comme supérieures aux lois humaines.

Elles s’uniront en s’appuyant l’une sur l’autre pour faire avancer leurs causes et donner les pleins pouvoirs à ceux qui parlent en leur nom.

Lorsque les écologistes et les religieux se coaliseront, leur idéologie sera d’une force considérable. Cela se fera d’abord par une alliance cynique et utilitaire entre des écologistes radicaux et des extrémistes gauchistes, anarchistes et fascistes, comme il en existe déjà entre des mouvements fondamentalistes et criminels.

Si les démocraties n’y prennent pas garde, elles pourraient être balayées par ces nouvelles forces qui conduiront à de nouveaux totalitarismes après bien des désastres.

Ces rapprochements idéologiques aux relents nauséabonds peuvent se targuer de beaux succès catastrophiques dans l’Histoire du monde.

Les chemises brunes, noires, les foulards rouges, verts, et autres cols Mao sont autant de signes extérieurs de tyrannies ayant réussi brillamment, avant d’imploser devant les réalités économiques et physiques.

UNE DICTATURE VERTE EN GESTATION ?

Les assassins de la liberté ont besoin de formulations creuses, grandiloquentes et effrayantes (« il faut sauver la Planète ») qui émeuvent et rassemblent.

Le pouvoir dictatorial s’impose ensuite par le mensonge, la propagande et l’abêtissement de la population dont les réfractaires « pollueurs » sont désignés à la vindicte médiatique et populaire.

Quelques siècles de pratique de ces méthodes détestables ne permettent pas toujours de discerner ces agissements pernicieux qui contrôlent la pensée. Ils ont l’apparence d’un déroulement logique et rationnel, alors qu’ils ne sont constitués que de syllogismes et de juxtapositions d’idées fausses martelées systématiquement.

Généralement, le peuple berné par la duplicité de ces manœuvres s’en aperçoit trop tard.

Les Européens goberont-ils encore longtemps les mensonges de ces « maîtres en écologie » qui sévissent maintenant au plus haut niveau pour établir les lois ?

L’Europe s’éteindra-t-elle sous les vents mauvais de ces nouveaux gourous verts nostalgiques d’un passé naturel idyllique qui n’a jamais existé ?

Pour le moment, l’écologie politique s’appuie sur des médias serviles pour faire croire à sa légitimité. Mais son inconsistance fondée sur « du vent » et des fadaises dévoilera sa vacuité dans le monde réel.

Sa volonté tyrannique se consumera alors sur le bûcher des réalités. Et ce sera une bonne nouvelle ! Mais quand ?

Lorsque les supercheries se révèleront, il sera bien tard et le mal sera fait, et probablement pour longtemps.

Alors, assis sur un monde en ruine, une jeunesse soucieuse regardera à terre les folles illusions d’un monde merveilleux reposant sur du vent et du soleil en se demandant benoîtement : « comment avons-nous pu en arriver là ? »

jeudi 28 novembre 2019

Farcie ? Une femme a besoin d'amputer son cul après l'avoir "améliorée" avec des injections illégales

par Tyler Durden
Jeu., 28/11/2019 - 19:30


La mannequin Courtney Barnes aura peut-être un peu moins de place que Thanksgiving pour farcir sa dinde, sa sauce aux canneberges, sa purée de pommes de terre et son dessert.

C'est parce que des médecins lui ont dit qu'elle aurait peut-être besoin d'être amputée de son cul, après l'avoir "renforcée" par des injections illégales, selon le NY Post.

Barnes, connue sous le nom de Miss Miami, a déclaré sur E! montrer "Botched" qu'elle est désespérée pour récupérer son corps après les injections. Mais les médecins lui ont dit que pour réparer son cul, il faudrait peut-être l'amputer.

«Amputer tout le cul ? Je ne fais pas ça. Non, je ne fais pas ça. Je ne suis pas en train d’amputer des arrières-trains», a-t-elle répondu.

À l'âge de 22 ans, elle s'est fait injecter des produits de remplissage illégaux et a travaillé comme danseuse dans un club.

Elle a déclaré: «Quand j'étais au collège, j'ai trouvé un travail de danseuse dans un club. La première nuit, après ne pas vraiment gagner d’argent sur la scène, une danseuse s’est approchée de moi et elle m’a dit que j’avais besoin de plus de butin si je voulais gagner plus d’argent. C’est là que j’ai découvert les injections qui me causaient de gros problèmes de fesses. "

Elle a poursuivi: «J'ai donc pris rendez-vous et elle s'est présentée à ma chambre d'hôtel. Elle m'a dit qu'elle travaillait pour un chirurgien esthétique et que c'est ainsi qu'elle a pu mettre la main sur ce dont elle avait besoin. Je lui ai demandé pourquoi elle le faisait à l’extérieur du bureau et c’est quand elle m’a dit que la procédure était illégale. C’est stupide, certes, mais tout ce que je voulais, c’était un gros cul.

Elle a eu trois injections au cours d'une année, mais cela ne suffisait pas. Et c'est au cours du quatrième tour que les problèmes ont commencé, a-t-elle dit.

Barnes a déclaré: "Cette fois, je me suis présentée chez elle pour recevoir mes injections, mais après avoir quitté mon système, mes injections commençaient à couler de mes fesses. Mes fesses avaient tellement de fossettes que j’ai appelé la dame qui m’a injecté immédiatement. Elle m’a dit tout de suite. il pourrait probablement être corrigé avec quelques tirs supplémentaires et c'est ainsi que la ronde numéro cinq a commencé. "

Elle a poursuivi: «Cette série d’injections, c’était comme si cela ne faisait que grossir mes fesses. Elle n'a pas comblé les trous. Puis le numéro six est arrivé. Cela l'a rendu un peu pire. Je ne pouvais rien faire pour réparer mes fesses. Après six injections de mégots, je crois avoir dépensé environ sept ou huit mille dollars pour me faire venir ici, avec ces gros problèmes de butin. ”

Barnes a embrassé les implants de cul, posté des photos à près d’un million d’adeptes sur Instagram et écrit une autobiographie intitulée «Je ne suis pas mon corps, mais je voulais un plus grand derrière», qui met en garde les jeunes femmes contre les dangers de l’implant.

Le Dr Terry Dubrow a examiné Barnes mais a déclaré qu’il ne trouvait pas où commençaient ses vieux fesses et ses nouveaux fesses.

Dubrow a commenté l’émission: «Whoa, je n’ai jamais rien ressenti de pareil auparavant. Étant donné que les masses sont situées très superficiellement, vous ne pouvez absolument pas toutes les supprimer. À moins d'amputer… tout l'arrière-train.

Et qu'en serait-il de cette bonne histoire sans une lueur d'espoir ? Dubrow a conclu: «La bonne nouvelle, c’est que la personne ne semblait pas en injecter une grande quantité dans le muscle - et c’est ainsi que les gens meurent. Vous entrez dans le vaisseau sanguin du muscle de la fesse et celui-ci va directement dans le vaisseau sanguin principal qui rejoint votre cœur et vos poumons. C’est comme ça qu’ils tuent des gens, alors c’est très bien que vous n’ayez pas ce problème. "