- ENTREE de SECOURS -



mercredi 17 avril 2019

Regarder: Un paquet de chiens-loups robotiques qui tire le camion sur le parking de l'entreprise.


par Tyler Durden
Mer. 17/04/2019 - 23:00


La société de robotique Boston Dynamics a publié mardi une vidéo étonnante montrant dix robots SpotMini tirant un camion fourgon Freightliner sur un parking, vraisemblablement à leur siège à Waltham, dans le Massachusetts.

"Il suffit de 10 Spotpower (SP) pour transporter un camion sur le parking de Boston Dynamics (~ 1 degré en montée, camion au point mort)", écrit la société dans la description de la vidéo publiée sur Youtube. "Ces robots Spot sortent de la chaîne de production et seront bientôt disponibles pour de nombreuses applications."

SpotMini est un robot à quatre pattes de taille moyenne destiné à effectuer des tâches dans les bureaux, les maisons et les environnements extérieurs. Le chien robot peut supporter environ 31 livres, pèse environ 66 livres et mesure 2,6 pieds de haut. Ce robot tout électrique a une autonomie de batterie de 90 minutes, en fonction de la tâche.

SpotMini peut saisir et manipuler des objets à l'aide de son bras à cinq degrés de liberté et de capteurs avancés. La suite de capteurs comprend des caméras stéréo, des caméras de profondeur, une unité IMU et des capteurs de position / de force dans les jambes. Ces capteurs permettent au robot de naviguer sur divers terrains avec une extrême facilité.

Boston Dynamics n’a pas été ouvert au commentaire lorsque CNET l’a demandé, mais a précisé que les robots sont en cours de développement pour diverses applications. Au printemps dernier, le président de la société, Marc Raibert, a annoncé que SpotMini serait rendu public en 2019.

Les gouvernements se montrent clairs dans la nouvelle "annonce honnête" concernant l'arrestation d'Assange


par Tyler Durden
Mer., 17/04/2019 - 02:45


Les gouvernements britannique, australien, équatorien et américain ont fait une publicité à propos de l’arrestation de Julian Assange. C’est étonnamment honnête et informatif !

Un «sociologue» qatari explique comment «battre sa femme» en islam (vidéo)

14:05 17.04.2019


Dans une vidéo controversée publiée sur YouTube, un Qatari montre, en prenant un garçon comme exemple, comment il faudrait «discipliner» sa femme par la force «selon les règles de l’islam».

Le «sociologue» qatari Abd Al-Aziz Al-Khazraj Al-Ansari a posté sur YouTube une vidéo controversée dans laquelle il explique comment un musulman «devrait battre sa femme» selon les règles de l'islam.

La séquence d'à peu près trois minutes montre l'homme accompagné d'un adolescent l'aidant pour sa démonstration jusqu'à ce que le sociologue passe de la théorie à la pratique.

«Tout d'abord, nous devons comprendre que l'homme est le chef de famille. Un chef a de l'autorité, à l'instar d'un chef d'entreprise. […] Le chef de famille peut décider de discipliner sa femme pour que la vie continue», explique Al-Ansari, cité par MemriFR.

Le Qatari précise que battre sa femme n'est pas toujours «nécessaire», mais qu'un homme devrait «faire à sa femme sentir sa force». Selon lui, il est important que les coups soient légers, indolores et ne laissent pas de marques.

Pour appuyer ses propos, le sociologue passe à la démonstration. Il donne une tape à l'épaule du garçon avant de le secouer d'abord légèrement, puis plus intensivement.

«Pourquoi les maris battent-ils leurs femmes?», s'interroge l'homme vers la fin de la séquence, avant d'avancer sa version: «Parce que certaines femmes aiment les maris dominants et autoritaires. Par nature, elles aiment les maris violents et puissants».

lundi 15 avril 2019

Les moteurs recyclés

Nous sommes toutes & tous des recyclé(e)s pour l'éternité. La vie et la mort se différencient de par leur raisonnement sur leur forme d'être. Un mort se désintègre, s'éparpille, se disloque en autant de fragments que seront plus tard des arbres, des animaux ou des humains. Nous venons toutes & tous d'un de ses fragments de plante, d'insecte ou d'autre bestiole au niveau intellectuel plus élevé. C'est le cycle de la Terre, le cycle de l'eau sale des océans qui s'infiltre aux bassins où elle est chauffée, brûlée et, cette eau bouillie s'éloigne du magma en vapeur par des galeries sous maritimes ou sous-océaniques ou sous-terraines pour ressortir en volcans sous les eaux, ou en alimentation de nappes phréatique, ou, au ras du sol, en geysers ou, plus éloignée en altitude en sources de montagnes. Elle est toute propre ! Zéro trace chimique, zéro trace de microbe, zéro couleur ni odeur. C'est ce qui est appelée 'eau pure'.

C'est l'éternelle reconstitution d'êtres fabriqués n'importe comment, n'importe où et n'importe quand.

Nous consommons des milliards de morts chaque jour. Des tomates qui ont prélevé dans les sols des millions de fragments nanoscopiques d'arbres, de plantes, d'insectes, d'animaux morts et parfois des humains enterrés là y a des siècles ou seulement tombés lors d'une bataille. De la viande constituée grâce à l'alimentation cadavérique, ou des laitages, ou des fruits ou des légumes. Comme les poissons, les gros mangent les petits et, lorsque le gros meurent les petits s'en nourrissent.

Qu'étiez-nous avant, que serions-nous après ? Nul n'en a la moindre idée. Juste que peut-être vous êtes issu d'un arbre disséqué en milliers de morceaux qui a donné vie à d'autres arbres ou plantes ou bestioles rampantes ou volantes ou en être humains que vous croisez ou croiserez ou pas dans la rue. C'est la continuité depuis que notre étoile a rencontré une boule de glace juste à la bonne proportion et s'est appelé 'planète' ! Whôoah ! Étoile en voie d'extinction.

Mais, tant qu'en son milieu brûle encore le magma 'souffle de vie', s'éternisera la renaissance à perpétuité de tout ce qui peut bouger, grandir et peut-être se rendre compte de son historique.

dimanche 14 avril 2019

THE DEAL - William H. Macy (Fargo), Meg Ryan, LL Cool J

https://www.youtube.com/watch?v=Xg2mxYr-pXU

J'ai pensé aussi vous faire partager l'amour du 7è Art où figurent dans 'Le Top 50' mes plus grands films du monde ! 

- "U Turn": (1997) Sean Pean, Jennifer Lopez 
- "Kill Me Three Times":(2014) Teresa Palmer, Simon Pegg, Alice Braga 
- "Kill Me Again": (1989) Johanne Whalley, Val Kilmer, Michael Madsen 
- "Fargo": (1996) Frances Mc Dormand, Steve Buscemi, William H. Macy, Peter Stormare 
- "Pulp fiction" (1994): Quentin Tarantino, Uma Thurman, John Travolta, Samuel L Jackson, Bruce Willis
- "Ultimate endgame": (2014) Abigail Breslin
- "Family Weekend": (2013) Olesya Rulin, Kristin Chenoweth
- "Les nouveaux sauvages": (2014) Ricardo Darin, Oscar Martinez, Leonardo Sbaraglia 
- "La mort sur les lèvres": (1999) Thomas Kretschmann, Aglaia Szyszkowitz, Manfred Lehmann, Dominique Horwitz, Walter Kreye, Aleksandar Jovanovic
-"Bagdad Café": (1987) CCH Pounder, Marianne Sagebretch, Jack Palance 
- "La marche fatale": (1997) Eva Hassmann, Thomas Kretschmann, Dominique Horwitz 
- "Serie noire": (1979) Patrick Dewaere, Myriam Boyer, Bernard Blier 
- "Association de malfaiteurs": (1987) Ch. Malavoy, V. Genest, F. Cluzet, Claire Nebout 
- "Cours Lola, cours": (1998) Franka Potente, Moritz Bleibtreu 
- "La jeune fille et la mort": (1995) Sigourney Weaver 
- "Guet-Apens": (1973) Steeve Mc Queen, Ali Mac Grawn 
- "Orange mécanique": (1972) Malcolm McDowell 
- "Boulevard de la mort" (2007) de Quentin Tarantino
- "Les vieux de la vieille": (1960) Jean Gabin, Pierre Fresney, J. Carette, N. Roquevert 
- "Le diner de con": (1998) Thierry Lhermite, Jacques Villeret 
- "Lara Croft": (2001) Angélina Jolie 
- "Retour vers le futur": (1985) Michael J.Fox, Christopher Lloyd 
- "Mars Attacks": (1996) Jack Nicholson, Michael J. Fox, Nathalie Portman 
- "Waterworld": (1995) Kevin Cosner, Anne Tripplehorn 
- "L'été meurtrier": (1983) Isabelle Adjani, Suzanne Flon, A. Souchon 
- "37,2° le matin": (1986) Béatrice Dalle, J.H. Anglade, C. Célarié 
- "Las Vegas Parano": (1998) Johnny Deep, Cameron Diaz 
- "Le bon, le brute et le truand" (1966) Clint Eastwood
- "Joyeuses Paques": (1984) Sophie Marceau, J.P. Belmondo 
- "La traversée de Paris": (1956) Bourvil, Jean Gabin 
- "Rencontre avec Joe Black": (1998) Anthony Hopkins, Brad Pitt
- "American gangster": (2007) Russel Crowe, Danzel Washington
- "Thelma & Louise" (1991): Geena Davis, Susan Sarandon
- "Ce que je sais d'elle d'un simple regard" (2000): Glenn Close, Cameron Diaz, Kathy Baker
- "Run or die" (2012): Peter Facinelli, Jaimie Alexander, Glenn Ciano
- "Les vraies mémoires d'un assassin international": (2016) Kevin James, Zulay Henao, Andy García
- "Little Athens" (2005): DJ Qualls, Jorge Garcia, John Patrick Amedori, Erica Leerhsen, Rachel Miner, Eric Szmanda, Michael Peña
- "Very cold trip" (2011): Pamela Tola, Jussi Vatanen, Timo Lavikainen
- "Diabolique" (2016): Michèle Laroque, Laurent Stocker, Anne Consigny
- "En toute innocence" (1988): Nathalie Bayle, Michel Serrault, Suzanne Flon
- "Une proie certaine" (2012): Mark Harmon, Lola Glaudini, Tatiana Maslany
- "La mise finale" (2004): Katarine Isabelle, Charles Martin Smith, Kris Lemche, Juliazn Richings
- "Miss Nobody" (2011): Leslie Bibb, Missi Pyle, Kathy Baker
- "Arrête ou je continue" (2014): Emmanuelle Béart, Mathieu Amalric
- "Pas un mot" (2007) :Alba Alonso, Jimmy Barnatan, Antonio Barroso, Jimmy Castro, Rebecca Cobos 
- "13" (2010): Sam Riley, Jason Statham, Mickey Rourke, 50 Cent, Alexander Skarsgård
- "Lost junction" (2003): Neve Campbell, Billy Burke, Jake Busey
- "Casino 1995" (1996): Robert De Niro, Sharon Stone, Joe Pesci
- "Le colis" (2011): Emmanuel Bilodeau, Sylvie Léonard, Gildor Roy
- "The call" (2013): Halle Berry, Abigail Breslin

et, je reconnais qu'en tant que créateurs d'histoires pour le cinéma et que scénariste, j'ai une très très grande admiration pour tous ces films ci-dessus autant pour l'écriture, la mise en scène et le casting prodigieux qui leur convient !

samedi 13 avril 2019

L’électricité vient-elle de la prise ?

Mieux comprendre comment fonctionne la production d’électricité permet de mieux comprendre les erreurs politiques mises en œuvre.


Par Michel Gay.1
14 AVRIL 2019


Derrière la prise électrique se cache tout un monde géré en permanence afin que l’équilibre y règne. Mais encore faut-il pouvoir le faire en consommant le moins possible d’énergies fossiles chèrement importées et surtout… à tout instant. Sinon, c’est la cata !

Or, il semble que nos responsables politiques ne soient pas au courant.

LE « SYSTÈME » ÉLECTRIQUE

Il est tellement banal de mettre un appareil en marche en manœuvrant son interrupteur que l’électricité semble sortir naturellement de la prise de courant.

Mais ce n’est ni naturel, ni magique.

Il existe deux catégories de moyens de production :

Les moyens « pilotables » qui s’ajustent à la demande, c’est le cas des productions thermiques (nucléaire et à flammes), et partiellement de l’hydraulique dite de lac,
Les moyens « subis » (ou fatals, voire intermittents), c’est le cas des productions (éolien et photovoltaïque), et partiellement aussi d’une partie de l’hydraulique dite au fil de l’eau.
Un système électrique doit assurer en permanence une production égale la consommation, quelles que soient ses variations. Ça s’appelle l’équilibre du réseau et il devient de plus en plus difficile à assurer depuis 2009.

L’important développement des énergies renouvelables aux productions intermittentes (éolien et photovoltaïque) et la légère baisse des productions pilotables à partir des combustibles fossiles (dites à flammes) sont à l’origine de ces difficultés.

L’obligation d’achat de la production fatale des énergies renouvelables (éolien et photovoltaïque), associée à leur priorité d’accès au réseau et à leurs variations brutales, compliquent le pilotage du système de production.

D’OÙ VIENT L’ÉLECTRICITÉ ?

La puissance du parc installé est passée de 120 gigawatts (GW) fin 2009 à 133 GW fin 2018.

Le parc nucléaire (63 GW) et hydraulique (25 GW) est resté stable.

Le parc thermique à flammes est en légère décroissance (de 26 à 19 GW) mais la puissance des centrales à gaz a augmenté 8 à 12 GW.

Le charbon a été réduit de 8 à 3 GW (ces centrales devraient être arrêtées en 2022), et le fioul est passé de 10 à 3 GW.

En revanche, l’éolien a augmenté de 5 à 15 GW, le photovoltaïque de 0,2 à 8,5 GW, et les énergies thermiques renouvelables (biogaz, déchets, biomasse) de 1 à 2 GW.

Ces trois sources représentaient 5 % (en puissance installée) du parc total en 2009, elles en représentent 18 % en 2018.

La croissance des énergies renouvelables (+19 GW) n’a pas entraîné une diminution équivalente du parc thermique à flammes (-7,5 GW).

Il est en effet nécessaire de disposer en permanence d’une puissance pilotable (généralement thermique) permettant de pallier leur intermittence avec un temps de réaction court, ce que peuvent faire en particulier les centrales à gaz dont le parc a augmenté de… 50 % (de 8 à 12 GW) en France et de 10 % dans le monde !

Mais leur taux d’utilisation a diminué ce qui entraîne un surcoût global du système électrique dont les coûts fixes doivent être assumés, même à l’arrêt (personnel, amortissement, entretien…).

UNE PRODUCTION ÉLECTRIQUE DÉJÀ DÉCARBONÉE

Sur la période 2009-2018 la production totale (et donc aussi la consommation) a été stable, notamment depuis 2010 et la quantité moyenne de gaz carbonique émise est restée faible.

Elle a varié suivant les années de 37 à 66 g gaz carbonique/kWh grâce essentiellement au nucléaire dont la production décarbonée représente 72 % du mix français. Les plus fortes émissions de 2016 et 2017 sont dues aux arrêts imposés par l’Autorité de Sureté Nucléaire de quelques réacteurs nucléaires pour effectuer des vérifications.

L’hydraulique a également une part importante (12 %).

La part des énergies renouvelables intermittentes est passée de 1,5 % en 2009 à 7 % en 2018.

VARIATIONS DES PRODUCTIONS FATALES

La somme des productions éolienne et photovoltaïque illustrée ci-dessous montre le caractère éminemment variable des productions renouvelables intermittentes tout au long d’une année (2018). Bien sûr, cette extrême variabilité qui dépend des conditions météorologiques ne correspond pas aux besoins de la consommation.


Ainsi, « il y a toujours du vent quelque part et, grâce aux interconnexions, il sera toujours possible d’équilibrer le réseau » est une idée fausse.

Il existe des périodes sans vent (anticyclone) qui couvrent le continent européen et, à l’inverse, des périodes ventées partout qui produisent trop d’électricité dont il faut se « débarrasser », y compris en payant (prix négatif) un consommateur spécialisé ! Ce surcoût pour le consommateur n’est toujours pas imputé aux énergies renouvelables…

Les deux figures suivantes illustrent l’effet trompeur que peut avoir la présentation d’une production intermittente qui varie fortement, telle que celle du photovoltaïque par exemple, sur une période de 5 jours.


La première donne la réalité de la production photovoltaïque avec les puissances relevées toutes les 15 minutes, alors que l’autre présente le cumul journalier qui ne met pas en évidence l’absence de production en période nocturne.

QUELS ENSEIGNEMENTS PEUT-ON EN TIRER ?

L’augmentation de la puissance totale installée en France (essentiellement fatale avec des éoliennes et du solaire) pour une production constante entraîne une sous-utilisation des moyens pilotables de production qui doivent pourtant rester disponibles. Cette situation fragilise la stabilité du réseau, augmente les émissions de gaz carbonique et le coût global du système, et donc le prix de vente du kWh au consommateur.

Les coûteuses modalités d’obligation d’achat et la nécessité de maintenir en doublon un système pilotable disponible pour atténuer les intenses variations de productions, voire leur absence pendant les périodes sans vent et/ou sans soleil… coûtent de plus en plus cher au consommateur/contribuable.

Tant que le stockage de l’énergie électrique ne sera pas possible à un coût abordable (ce qui n’arrivera peut-être jamais), l’utilisation de grandes puissances intermittentes n’est pas souhaitable.

La réduction du parc des combustibles fossiles au profit des énergies renouvelables intermittentes ne pourra pas se faire sans accroitre en parallèle les productions pilotables, non émettrices de gaz à effet de serre, que sont le nucléaire et éventuellement l’hydraulique s’il reste des vallées à submerger…

Si l’objectif du gouvernement est vraiment de décarboner l’énergie pour répondre aux engagements de la COP21, la priorité est de s’attaquer aux domaines qui consomment le plus de combustibles fossiles : l’habitat et le transport.

Il serait ubuesque de diminuer le nucléaire au profit d’énergies renouvelables fatales qui font appel aux combustibles fossiles émettrices de gaz carbonique pour pallier leur intermittence.

L’électricité est un vecteur énergétique vertueux qui peut être produit sans émission de gaz à effet de serre grâce notamment au nucléaire. Son usage se développera dans le transport et le chauffage où les combustibles fossiles sont encore majoritairement utilisés.

Lorsque votre enfant demandera d’où vient l’électricité, vous pourrez dorénavant lui répondre : « pas uniquement de la prise, mon chéri, pas uniquement… ».

1 - Article écrit à partir du document « le système électrique français : analyse des années 2009 à 2018 » de Jean-Paul Hulot

Les canaris dans la mine

Entre le 'Faut-il se contenter de ce que l'on a' et le 'Il est nécessaire de combler les manques de ce que l'on a besoin', il n' y a pas de 'juste milieu' ni de devoir à se conformer aux idées des autres ! A chacune et à chacun de s'exprimer pour faire valoir son intérêt à disposer de.

Afin que vous ne fussiez point 'égaré(e)' en des idées préconçues, je vous ferais savoir que l'intelligence (que vous disposez de nos jours en vos neurones) et très récente et ne date pas de 'nos ancêtres les gaulois' ou même de ces chers 'hommes préhistoriques' (avant l'histoire !!) car, ces putains d'être humains qui vivaient en des grottes avaient découvert (il y a 3000 ans) le fer. Dont ils en disposaient pour faire des épées, des casseroles, des armures ou des boucliers mais... n'avaient même pas pensé à en faire des tuyaux !!
"Des tuyaux ?? Pourquoi faire ?" Pour y mettre de l'eau !
"De l'eau dans des tuyaux ?" Bêh ouais ! Pour foutre le chauffage central dans toutes les grottes ! gros con !

Il a fallut attendre LA FIN DU 19ème SIECLE pour que soit inventé le chauffage central !!! Fin 19 ème !!!

Idem pour le contemporain et condisciple à 'Leonard de Vinci' (dit 'le surdoué-complètement-con') qui s'appelait Christophe Colomb. Parti à la découverte de l'Inde en caravelles (Air France ?) et qui... emporta de l'eau ! Et oui ! La Terre est plate et, quand t'arrives là-bas en bout d'océan: y a plus d'eau ! D'où la nécessité d'en emporter ! Hahahaha !
En réalité, ils ne savaient pas AU 15ème SIÈCLE !!! comment boire de l'eau de mer !!!  Même le Dr Alain Bombard qui traversa seul l'Atlantique en 1952, ne savait pas boire de l'eau polluée !!! (photographié en 1981 aux côtés de son condisciple François Mitterrand).

- Pour boire de l'eau sale (noire, urine, chimique, etc)
- Prendre une boite de conserve et la remplir d'eau sale. La poser dans une poêle sur le feu. Y mettre une grande boite (ou marmite) retournée en couvercle dessus à l'intérieur de la poêle.
- Lorsque l'eau bout, de la condensation se forme au fond de la grande boite. Cette buée va ruisseler vers la poêle.
- Cette eau est pure. Sans odeur, sans couleur, sans microbe.

Et, au temps de Christophe Colomb (comme au 20 ème siècle !) ... ILS NE SAVAIENT PAS ENCORE ÇÀ !!!

Mais, nos ancêtres, ont tout de même inventé la roue ! (Ouf !)
Un homme porte 50 kg. Mais 2 hommes se fatiguent moins en mettant 100 kg sur un brancard. Or, si à la place du premier homme au brancard l'on place un essieu et une roue: la brouette est née !
Elle permet à un seul homme de déplacer 100 kg !

Mais il fallut attendre le 'fardier de Cugnot' (18 ème siècle) pour y joindre une énergie à vapeur ! Puis le moteur a explosion, téléphone, satellites, etc.

Donc, à voir de nos jours (les samedis) ces 'canaris dans la mine' (désespérée) qui ne savent même pas ce qu'est la Démocratie... et qui parlent seulement de remuer la putain de dictature... Ils font pitié aux ronds-points !
Savent même pas qu'il n'y a qu'UN SEUL pays au monde en Démocratie ! La Suisse.

La Démocratie c'est Par le Peuple, Pour le Peuple.

C'est LE PEUPLE qui dirige et non les 'représentants du Peuple' (qui n'ont même pas fait une heure de Droit !) qui inventent des lois et votent des lois !!!

Quand on leur parle de 'la mer qui va monter' (Hahahaha !) ou qu'il faut 15 000 litres d'eau pour faire 1 kg de bœuf ! (et combien pour les poissons ?) ILS LE CROIENT !!! HAHAHAHA ! Alors, pour eux... la Démocratie ... "La Démo quoi ?" Hahahahaha !

vendredi 12 avril 2019

Pourquoi on est pas en Démocratie mais en république


Isabelle Jarjaille

Des autoroutes à Notre-Dame des Landes, en passant par la gestion de l’eau, la journaliste répond à une question : à qui profite le deal quand on confie un service public au privé ?

Ce livre est une plongée dans les coulisses de contrats désastreux : Béthune paie 400 000€ par an pour que Q-Park encaisse les recettes de son stationnement ; le consortium mené par Vinci pour construire l’aéroport de Notre-Dame des Landes va dépouiller l’État de centaines de millions d’euros ; la SNCF pourrait perdre 200 millions d’euros par an pour rentabiliser la ligne Tours-Bordeaux ; Suez et Veolia sont prêtes à tout pour garder leurs contrats en or.

Qui négocie ces contrats ? Avec quels moyens ? Quelles pressions ? Qu’est-ce qui fait courir nos élus pour confier l’intérêt général au privé ? Incompétence ? Connivence ? Négligence ? 

Avec cette enquête, la journaliste fait un constat : si l’État court après le moindre euro quand il s’agit de dépenses sociales, nos gouvernants n’ont pas autant d’états d’âme en laissant filer des millions d’euros d’argent public vers le privé.


(...) S'exprimant jeudi avec une poignée de journalistes, le président français écarte toute idée que la France s'inspire de la démocratie directe helvétique, «qui ne marche pas aussi bien qu'on le pense». (...)


L'objectif est de ruiner le Peuple.

Les fans verts, nés pour être arnaqués. Enfin, une prison pour une fausse énergie verte de 54 millions de dollars

April 12th, 2019 


Il y a des escrocs dans tous les domaines, mais certains sont prêts à être cueillis.

Si vous vouliez vous lancer dans une arnaque, vous tenteriez de tromper les changeurs d’argent intransigeants dans une industrie mature qui fabrique un vrai produit ou choisit le dernier trope très tendance et offre à ses fans, qui ne sont pas bons avec la cause, effet ou des chiffres, une chance de se sentir bien et devenir riche aussi ?

De 2005 à 2009, quelques diplômés américains sortant de l'université ont promis de transformer le biocharbon en énergie et de sauver le monde. Ils ont levé 54 millions de dollars, donné 17 millions de dollars aux premiers investisseurs, puis promis des rendements de 484% aux investisseurs ultérieurs. La Clinton Foundation les aimait beaucoup, mais elle n'a jamais fabriqué un kilo de biochar. Peu de temps après, la SEC américaine a compris l’escroquerie et les a fermées. C'était en 2009. Ensuite, il n'a fallu que 10 ans pour en faire condamner un à 30 mois de prison.

Si seulement les médias avaient été plus sceptiques:
NBC Philadelphia: 30 mois de prison pour 54 millions de dollars d'escroquerie verte

[Amanda] Knorr a cofondé une société appelée Mantria Corp. qui, avec l'aide d'un «conseiller en matière de richesse» du Colorado, a créé des millions pour un soi-disant produit à base d'énergie propre appelé «biochar». selon les procureurs, s'est avéré être un stratagème de Ponzi géant.

Knorr a également été condamné à une peine de cinq ans de libération conditionnelle et à une indemnisation de 54 millions de dollars. Selon les procureurs, elle a jusqu'à présent versé 10 000 dollars via des saisies de salaire.

La Clinton Global Initiative, dirigée par Bill et Hillary Clinton, propose un lien vers Mantria sur son site Web, louange ambiguë le «engagement» et lui attribue une valeur de «600 000 $». L'ont-ils financé ou pensons-nous simplement le faire ? Il existe de nombreux détails et plans sur la manière dont la séquestration du carbone enrichirait les sols de l’Afrique et refroidirait le monde sur ce site, mais il n’y a qu’un seul rapport de progrès: cet engagement n’a pas été honoré.

La plus grosse arnaque, mon pied.

C'est ce qu'on appelle la plus grosse arnaque en matière d'énergie propre, ce qu'elle serait, à l'exception de toutes les escroqueries majeures, comme les raquettes de parcs éoliens en Écosse, qui ont reçu 328 millions de livres sterling pour ne rien faire et les 1,8 milliard de livres sterling payés par des consommateurs pour des interconnexions géantes. les exploitations agricoles pourraient faire des profits, ou encore l’arnaque aux faux crédits de carbone de la Russie et de l’Ukraine, d’une valeur de 2 milliards de dollars. L'escroquerie de l'usine chinoise d'hydrofluorocarbures, la fraude fiscale à la TVA de 5 milliards de dollars et les 100 milliards de dollars plus investis en scientifiques dans l'espoir de comprendre les causes du changement climatique. Et ce n’est que pour commencer…


Tiré des chefs d'accusation pour le régime de Ponzi «d'énergie verte» (2015)
Entre 2005 et 2009, Wragg, Knorr et McKelvy, par l'intermédiaire de Mantria, avaient l'intention de collecter plus de 100 millions de dollars auprès d'investisseurs par le biais de mémorandums de placement privé (PPM). En réalité, ils ont recueilli 54,5 millions de dollars. Wragg et Knorr auraient été en mesure de réunir une telle somme grâce aux efforts de McKelvy. McKelvy exploitait ce qu'il appelait des clubs «Speed ??of Wealth» qui diffusaient des annonces à la télévision, à la radio et sur Internet, organisaient des séminaires pour les investisseurs potentiels et leur promettaient de les enrichir. Selon l'acte d'accusation, McKelvy a appris aux investisseurs à liquider tous leurs actifs, tels que des fonds communs de placement et des plans 401k, afin de contracter le plus grand nombre de prêts possible, tels que des prêts hypothécaires et des créances sur cartes de crédit, et d'investir tous ces fonds dans Mantria. Au cours de ces séminaires et autres programmes, Wragg, Knorr et McKelvy auraient menti aux investisseurs potentiels pour les duper en leur faisant investir dans Mantria et leur avaient promis des rendements pouvant atteindre 484%.

Comment un groupe de réflexion pourrait-il dire «non»?

"Le stratagème allégué dans cet acte d'accusation offrait aux investisseurs le meilleur des deux mondes: investir dans des produits énergétiques durables et propres tout en réalisant des bénéfices", a déclaré Memeger. «Malheureusement pour les investisseurs, tout était un canular.

 Cet argent ne revient pas:

Sur les 54 millions de dollars qui auraient été investis dans Mantria, 17 millions de dollars ont été restitués aux premiers investisseurs pour pérenniser le stratagème de Ponzi et faire croire aux investisseurs ultérieurs que des profits énormes pourraient être réalisés.

Lorsque la Securities Exchange Commission a fermé Mantria en 2009, il ne restait que 790 000 dollars sur les 37 millions restants.

Un recours collectif intenté devant un tribunal fédéral a finalement permis de récupérer environ 6 millions de dollars pour les victimes du stratagème. Un montant supplémentaire de 800 000 $ a été placé sous séquestre, sous la supervision du comptable du Colorado, John Paul Anderson. -NBC New York

Anderson - le comptable chargé de disperser les fonds récupérés dans le recours collectif n'a pas encore distribué l'argent qui reste sous séquestre. – Zerohedge

Mais certains avocats doivent être devenus riches.

Nous devons enseigner à nos enfants. N ° gratuit. Le déjeuner. Si quelqu'un vous dit qu'il peut sauver le monde gratuitement et que vous pouvez devenir riche rapidement, il est temps de comprendre pourquoi tout le monde ne le fait pas déjà.

jeudi 11 avril 2019

Julian Assange arrêté à Londres sous le mandat d'extradition américain

par Tyler Durden
Jeu., 04/11/2019 - 06:01


Mise à jour (7 h 20 HE): l'avocat d'Assange vient de confirmer qu'il avait été arrêté, non pas pour des raisons liées à l'absence de mise en liberté sous caution au Royaume-Uni ... mais pour une demande d'extradition émanant des États-Unis.

Le mandat américain a été délivré en décembre 2017, montrant que les procureurs américains étaient à l'origine de son arrestation.


Selon des informations parues dans la presse, Assange aurait été arrêté vers 10 heures, heure de Londres (5 heures du matin à New York) dans le cadre d'une "opération planifiée". Bien que sa première bataille soit avec le système judiciaire britannique après des accusations de non-caution lorsqu’il a demandé l’asile en 2012, les analystes s’attendent à un éventuel extradition vers les États-Unis, après la révélation accidentelle d’un acte d’accusation contre lui l’année dernière. Wikileaks a accusé l'Equateur de mettre fin illégalement à l'asile d'Assange, ajoutant que l'ambassadeur équatorien avait invité la police à l'intérieur de l'ambassade à l'arrêter.

Dans un tweet publié il y a quelques instants, la présidente équatorienne, Lenin Moreno, a déclaré que le comportement "discourtois et agressif" d'Assange, ainsi que les actes "hostiles" commis par Wikileaks, ont poussé l'Équateur à révoquer son asile. Moreno a cité la publication par Wikileaks de documents sensibles sur le Vatican plus tôt cette année comme la goutte qui a finalement fait déborder le vase. Des membres de l'organisation auraient rendu visite à Assange à l'ambassade après la fuite, étayant apparemment des soupçons selon lesquels Assange était toujours responsable de l'organisation.

En outre, Moreno a déclaré que son asile était "insoutenable et n'est plus viable" parce qu'Assange avait violé à plusieurs reprises "les dispositions claires des conventions de l'asile diplomatique".

Après avoir appris la semaine dernière que l'asile d'Assange devait cesser de prendre fin, un émissaire des Nations unies sur la torture a averti l'Équateur que la révocation de la protection d'Assange constituerait une violation, dans la mesure où il pourrait être "torturé" et soumis à des mauvais traitements s'il devait être extradé aux États-Unis. Les relations d'Assange avec son hôte étaient devenues de plus en plus tendues au cours de la dernière année. L’année dernière, l’Équateur a brièvement révoqué certains "privilèges" d’Assange, notamment l’accès à Internet, contre ses "mauvaises habitudes en matière d’hygiène", les #INAPapers sur le blanchiment de capitaux à l’étranger, impliquant le président équatorien dans un scandale de corruption.

Edward Snowden a rappelé aux journalistes la conclusion de l'ONU dans un tweet après l'arrestation d'Assange.

L’expulsion intervient juste un jour après que Wikileaks ait tenu une conférence de presse accusant l’Équateur de mener une "vaste opération d’espionnage" sur Assange et de remettre les informations aux autorités britanniques et américaines.

Lors de la conférence de presse, Fidel Narvaez, ancien consul d'Équateur à Londres, a averti que "l'ambassade équatorienne ne protège plus Assange ... Elle met tout en œuvre pour mettre fin à l'asile".

RT a publié une vidéo d'un Assange barbu et écoeuré criant à la police alors qu'il était traîné hors de l'ambassade et chargé dans une camionnette.


Selon Wikileaks, Assange affirme que "le Royaume-Uni doit résister à cette tentative de l'administration Trump ...", mais ses propos sont difficiles à comprendre. Des images de l'arrestation d'Assange montrent qu'il tient un magazine particulier qui pourrait être une tentative d'envoyer un message à ses partisans.

Quelles que soient les intentions d'Assange, d'autres ont souligné que le fondateur et ancien hacker de Wikileaks cherchait sérieusement à une carence en vitamine D (…). Son passage dans l'ambassade, où il était largement isolé du soleil, l'a clairement affecté, car Cette photo de 2012, prise peu de temps après son arrivée, montre clairement.

La journaliste Cassandra Fairbanks, qui était à Londres pour protester contre la révocation de l'asile, a tweeté ce qui semble être un récit de première main de l'arrestation.

Ils l'ont simplement traîné hors de l'ambassade. Un morceau de merde cinglé @lenin vient de laisser le gouvernement britannique entrer à l'intérieur de l'ambassade pour arrêter un homme souffrant d'asile.

Baise-toi Baise-toi Baise-toi

- Cassandra Fairbanks (@CassandraRules) 11 avril 2019
Elle a également souligné que Moreno se rendrait à Washington DC dans cinq jours.

LE PRESIDENT DE L’EQUATEUR @LENIN SERA À DC DANS CINQ JOURS. J'attends votre visite vous baise monstre

- Cassandra Fairbanks (@CassandraRules) 11 avril 2019
Alors que les journalistes traditionnels se moquaient des affirmations selon lesquelles la «police secrète» britannique avait planifié l'opération visant à arrêter Assange, Fairbanks a filmé une vidéo qu'elle a filmée il y a quelques jours dans laquelle elle a identifié un homme qu'elle pensait être un agent d'infiltration surveillant la manifestation #ProtectAssange qui se déroulait. devant l'ambassade ... il était aussi l'un des hommes filmés en train d'arrêter Assange.

Scotland Yard a confirmé qu'Assange était en garde à vue.

Le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, a remercié l'Équateur pour sa coopération, en suggérant que la pression du gouvernement britannique était également un facteur dans la décision de l'Équateur de révoquer l'asile.

Le secrétaire aux Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a remercié l’Équateur et a affirmé qu'Assange n'était "pas un héros",

Le secrétaire d'État aux Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a remercié l'Equateur et a déclaré qu'Assange n'était "pas un héros" et que "personne n'est au-dessus de la loi".

Le ministre des Affaires étrangères, Alan Duncan, a publié une déclaration dans laquelle il qualifie l'arrestation de "tout à fait juste" et ajoute que les tribunaux britanniques vont "décider de ce qui va se passer ensuite".

"Il est absolument juste qu'Assange fasse face à la justice de la manière la plus appropriée au Royaume-Uni. Il appartient aux tribunaux de décider de la suite des événements. Nous sommes très reconnaissants au gouvernement équatorien présidé par le président Moreno pour les mesures qu'il a prises."

"Les événements d'aujourd'hui font suite à un dialogue approfondi entre nos deux pays. Je compte sur une relation bilatérale solide entre le Royaume-Uni et l'Équateur dans les années à venir."

Une porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé cette arrestation, qualifiée de "la main de la démocratie qui serre la gorge de la liberté".

Alors qu’Assange doit faire face à une bataille juridique complexe qui s’étend sur tout le continent, Wikileaks sollicite des dons pour financer son «fonds de défense» sur Twitter.

Ils ont également accusé la CIA d'avoir orchestré son arrestation.

L'arrestation d'Assange marque la fin d'une époque et la clôture ignominieuse d'une lutte de près de dix ans. Beaucoup reste à déterminer, y compris celui-ci.

mercredi 10 avril 2019

L'école de satan bientôt en France et le reste du monde


7:56 La surveillance des étudiants depuis le jardin d'enfants jusqu'au lycée. FMRI (Imagerie à Résonance Magnétique Fonctionnelle).

mardi 9 avril 2019

Le Père Noël est-il une « fake news » ?

Beaucoup d’enfants croient au père Noël jusque vers l’âge de 7 ans. Mais certains y croient toute leur vie en pensant pouvoir vivre d’amour et d’eau fraîche avec le vent et le soleil.


Par Michel Gay.
9 AVRIL 2019


Faire croire au père Noël, est-ce une fake news ?

Faire croire à un monde meilleur avec les énergies renouvelables qui pourront remplacer les énergies fossiles et le nucléaire, et qui créeront en même temps des emplois verts en France (alors que les éoliennes et les panneaux photovoltaïques sont fabriqués à l’étranger, et notamment en Chine), est-ce une fake news ?

Faire croire à un lien entre le réchauffement climatique et des ours dérivant sur des icebergs, comme l’avait suggéré Ségolène Royal, est-ce une fake news ?

Claironner que la gestion des déchets nucléaires est impossible, est-ce une fake news ?

La réponse est « oui » aux quatre questions précédentes.

Mais si certains veulent croire au père Noël, alors qui décide de ce qui est faux ou non ?

Beaucoup d’enfants croient au père Noël jusque vers l’âge de 7 ans. Mais certains y croient toute leur vie en pensant pouvoir vivre d’amour et d’eau fraîche avec le vent et le soleil.

À QUOI SERVENT LES ÉNERGIES RENOUVELABLES ?

Elles enrichissent quelques promoteurs verts, mais l’intérêt principal des énergies renouvelables semble d’abord de faire émerger certains politiciens. Elles permettent de faire élire quelques gourous verts qui font rêver les consommateurs à une énergie gratuite, propre et inépuisable. C’est la pire fake news de cette époque qui risque de finir en cauchemar.

Quand l’électricité deviendra hors de prix et sa disponibilité incertaine (l’Allemagne s’en rapproche), la vérité éclatera, comme celle du sang contaminé. Les hommes politiques « responsables » ne seront alors pas tenus pour « coupables ». Il semble qu’une élection donne une forme d’immunité.

POURQUOI VOULOIR DIMINUER LA PART DU NUCLÉAIRE ?

La réponse a varié au fil du temps.

Sous l’ère Hollande, les centrales étaient « vieilles et dangereuses ».

Or l’âge seul n’est pas un critère. Au moindre danger l’Autorité de sûreté nucléaire, seule autorisée à émettre un avis officiel, arrêterait les centrales. Et elle ne le fait pas. François Hollande a donc imposé le fait du prince pour de sombres raisons d’alliances politiques avec un parti antinucléaire.

Sous l’ère Macron, les centrales ne sont plus « vieilles et dangereuses », mais « il faut diversifier le mix » parce qu’un défaut générique obligerait à arrêter l’ensemble du parc nucléaire ainsi affecté. Ce qui est doublement faux :

les réacteurs nucléaires, bien que de conceptions globalement similaires, ont été construits à des dates différentes, entre 1970 et 2000, et les technologies ont varié au rythme des progrès. Il y a peu de risque qu’un défaut générique concerne de manière urgente l’ensemble des unités ;

l’argument de sécurité selon lequel « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier » est débile en y ajoutant l’éolien et le solaire qui ont un risque certain et récurrent de « panne générique ». Sans vent (ce qui arrive souvent), l’éolien ne produit plus, et idem pour le solaire en l’absence de soleil (chaque nuit, en présence de nuages, de neige…). Il est inutile et même contre-productif d’ajouter des œufs pourris dans le panier…
QUELQUES FAKE NEWS…

« Selon les publications de Shell, BP et l’AIE, le pétrole n’est pas une énergie d’avenir. »

Ces compagnies diversifient leurs investissements. C’est de la bonne gestion. Cependant, elles continuent toujours à investir massivement dans la prospection et l’amélioration des techniques d’exploration et d’exploitation… ailleurs qu’en France où une loi « écologique » l’a interdit.

Le délai avant l’assèchement des énergies fossiles serait imminent pour les écologistes et les thuriféraires des énergies renouvelables, alors que les grandes compagnies prévoient leur déclin dans une bonne centaine d’années.

« On pourra stocker massivement l’électricité… bientôt ».

C’est bien d’y croire. Il est facile d’engager la vie des autres à partir de supputations. Sauteriez-vous sans parachute d’un avion en espérant l’avoir fabriqué avant d’arriver au sol ?

« L’hydrogène est une énergie d’avenir dans une future civilisation hydrogène qui pourra stocker les surproductions aléatoires des énergies renouvelables ».

Quelques-uns y trouvent matière à juteuses subventions et beaucoup d’autres rêvent…

« L’éolien n’est pas si cher puisqu’en Norvège et en Allemagne, les premiers parcs éoliens sans subventions commencent à sortir de terre ».

Ils peuvent le faire car l’électricité est vendue deux fois plus chère en Allemagne qu’en France, et 20 % de plus en Norvège dont l’éolien ne représente que 3,5 % de la puissance installée.

Et l’électricité produite par ces nouvelles éoliennes a toujours un accès prioritaire au réseau. Elle n’est pas en situation de libre concurrence avec les autres producteurs. C’est un soutien artificiel et une subvention déguisée.

Ce sont tous les consommateurs qui paient obligatoirement la différence par les taxes et leurs impôts.

Ainsi, la taxe CSPE, qui rémunérait les promoteurs des énergies renouvelables, s’appliquait sur les factures d’électricité. Elle s’applique dorénavant sur les carburants, mais avec d’autres appellations (taxe carbone, TICPE, TICGN, TLCFE…). Mais la crise des Gilets jaunes y a mis un coup de frein.

Cependant, la taxe CSPE, qui aurait dû disparaître et soulager les factures d’électricité des consommateurs, a été maintenue par le gouvernement pour… les « besoins de l’État » !

« L’électricité d’une coopérative verte n’émet pas de polluant ni aucune radioactivité ».

L’électricité de cette coopérative est majoritairement achetée à EDF… dont la production est nucléaire à 90 %. Et en plus, au tarif « préférentiel » dit de l’ARENH (Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique) aujourd’hui fixé à 4,2 c€/kWh.

La première transition énergétique échouera pour s’être appuyée sur des fake news : les promesses mirifiques et illusoires des énergies renouvelables comme l’éolien et le photovoltaïque.

La deuxième transition énergétique réussira en s’appuyant sur les forces solides du nucléaire et de l’hydraulique, avec un appoint en gaz.

Et, à moins que des « milieux autorisés » en décident autrement, cette dernière affirmation n’est pas une fake news !

lundi 8 avril 2019

Un banquier Suisse gilet jaune dénonce le système financier qui doit se réformer : M. de Siebenthal



https://www.youtube.com/watch?v=KC6yy8fjhTw

Prêts pour un implant dans le cerveau "contrôlé à distance" ?

* Après les changements de sexe, voici qu'il sera possible de changer votre humeur, votre personnalité et vos caractéristiques personnelles. Sauve qui peut !


dimanche 7 avril 2019


The Independent: "Les brevets pour la technologie qui permet de lire dans les pensées des gens [et de modifier l'humeur] augmentent de façon massive"


New York Times (février 1978): "CIA Documents tell of 1954 project to create involuntary assassins"


Les Russes mettent à l'essai une arme à énergie capable de causer des douleurs extrêmes et le contrôle de l'esprit


Projets du Homeland Security sur l'esprit humain


Des recherches universitaires/militaires qui étudient l'impact des vibrations (fréquences) sur le psychisme humain 


Le dénonciateur Snowden a déclaré que la NSA travaille sur des projets de "lecture de l'esprit" à l'Université du Maryland


Un brevet de 1998 détaille une invention qui permet de surveiller l'activité cérébrale d'un individu par un procédé sans fil, via satellite ou infrarouge, de façon à surveiller ce qu'il pense, ce qu'il veut communiquer et prévoir ainsi ses comportements ! Elle permet aussi d'induire des pensées, des sensations et des états psychologiques


Des expériences psychologiques menées par des laboratoires militaires et universitaires se déroulent depuis plusieurs décennies pour étudier comment rendre dociles les individus récalcitrants, comment briser la volonté, comment causer la dépersonnalisation et comment contrôler les masses par des procédés psycho-technologiques


L'effet Frey: "Les armes non létales et contrôle humain, un phénomène de paranoïa collective ?"


Nos pensées, nos peurs, nos mouvements et nos sensations découlent tous des secousses électriques de milliards de neurones dans notre cerveau. Des flux d'électricité traversent des circuits neuronaux pour régir ces actions du cerveau et du corps, et certains scientifiques pensent que de nombreux troubles neurologiques et psychiatriques peuvent résulter de circuits dysfonctionnels.

Grâce à cette compréhension, certains scientifiques se sont demandés si nous pouvions localiser ces circuits défectueux, pénétrer profondément dans le cerveau et pousser le flux à un état plus fonctionnel, en traitant la cause neurobiologique sous-jacente de maladies comme les tremblements ou la dépression.

L’idée de changer le cerveau en lien avec l'activité électrique n’est pas nouvelle, mais la stimulation cérébrale profonde adopte une approche plus ciblée que la thérapie par électrochocs introduite dans les années trente. La DBS (deep brain stimulation) cherche à corriger un dysfonctionnement spécifique du cerveau en introduisant des impulsions électriques précisément synchronisées dans des régions spécifiques. Cela fonctionne par l'action d'une électrode très précise qui est insérée chirurgicalement profondément dans le cerveau et généralement contrôlée par un dispositif implanté sous la clavicule. Une fois en place, les médecins peuvent adapter en externe les impulsions à une fréquence qui, espère-t-il, permettra de réparer le circuit défectueux.

La FDA a approuvé la stimulation cérébrale profonde que pour une poignée d'affections, notamment les troubles du mouvement - dystonie, tremblements essentiels et symptômes de la maladie de Parkinson - et un type d'épilepsie résistant au traitement. Aujourd'hui, de nombreux scientifiques aux États-Unis et dans le monde entier expérimentent la technologie pour traiter des problèmes psychiatriques tels que la dépression ou les troubles obsessionnels compulsifs.

Les résultats des études cliniques à ce jour sont très mitigés: certains patients disent avoir été totalement transformés alors que d'autres ne ressentent aucun effet ou voient leur état s'aggraver.

Pourtant, les recherches se poursuivent et le potentiel de la technologie pour changer instantanément et puissamment l'humeur soulève des questions éthiques, sociales et culturelles. James Giordano, responsable du programme d’études en neuroéthique du Centre médical de l’Université de Georgetown, a discuté de cette nouvelle technologie et de ses avantages et inconvénients potentiels en cas de traitement psychiatrique. En plus de son travail à Georgetown, Giordano a consulté l’armée américaine au sujet de ces technologies et de leur utilisation éventuelle.

(...)

Qu'est-ce que la stimulation cérébrale profonde et comment ça marche ?

Les scientifiques stimulent le cerveau depuis quelque temps déjà, mais cela a toujours été assez grossier. Un neurochirurgien [voudrait] toucher une zone du cerveau avec une électrode et voir ce qui s'est passé, quels types de fonctions ont été affectés. Mais nous n'avions pas d'image détaillée de ce que nous voulions cibler dans le cerveau et les électrodes elles-mêmes n'étaient pas très précises.

Nous avons maintenant une carte beaucoup plus détaillée des réseaux et des nœuds de neurones impliqués dans différentes pathologies [comme la maladie de Parkinson, le trouble obsessionnel-compulsif, etc.] ou différents schémas de pensée ou émotions. La stimulation cérébrale profonde constitue un moyen assez spécifique et très précis d’utiliser des électrodes pour délivrer un courant électrique dans et autour d’un petit ensemble de cellules cérébrales afin de les activer ou de moduler leur activité.

Modifiez le circuit et vous pouvez modifier le comportement. L'objectif est d'utiliser la DBS pour modifier les circuits de manière à améliorer les symptômes de manière très spécifique et précise.

(...)

Ainsi, lors de l'implantation d'un dispositif, nous savons généralement où nous allons, mais comme le patient est éveillé pendant l'implantation du dispositif, nous pouvons le personnaliser davantage pour savoir où le placer précisément pour obtenir l'effet souhaité. Un ajustement plus précis, en termes de type de stimulation à fournir, peut être effectué après la chirurgie, car le dispositif peut être réglé de manière externe.

Par rapport aux antidépresseurs, existe-t-il des différences d'implications morales ou éthiques dans l'utilisation d'un traitement qui nous permet d'agir de manière aussi spécifique sur l'humeur ?

La spécificité est le pouvoir. Et l'obligation morale qui accompagne un grand pouvoir est lourde. La responsabilité de comprendre le mieux possible ce que vous faites non seulement sur le plan neurobiologique, mais aussi sur le plan existentiel et même social. Que faites-vous ? Créez-vous une nouvelle normalité [en termes d'humeur] ? Et si vous créez une nouvelle norme, avons-nous ce que j'appellerai "l'équipement éthique" à bord pour pouvoir y remédier ? Dans certains cas, je pense que la réponse est oui, mais dans d’autres, ce que vous allez commencer à voir, c’est que de nouveaux principes éthiques devront peut-être être élaborés en raison du potentiel et de la réalité de la façon dont ces choses sont utilisées.

En théorie, dans l'avenir, pourrons-nous aller voir un médecin et lui demander de nous poser un implant correspondant à nos aspirations: "je veux être un grand artiste" ?

Nous n'en sommes pas encore à ce point, mais je pourrais certainement consulter un médecin et lui dire que je veux être plus sociable, que je veux être moins inhibé. J'aimerais être plus heureux au quotidien. J'aimerais me sentir plus éclairé dans mes expériences quotidiennes ... Dans une société ouverte, disons-nous qu'il faut être capable de définir «Je veux être ceci» et que c'est un outil pour y arriver ? Peut-être, mais nous devons aussi équilibrer cela. Qu'en est-il des autres ? ... Cela revient à une question d'équité. Est-ce que tout le monde peut avoir ça ? Qui va avoir ça ?

Qu'est-ce qui ne va pas avec cette technologie ? De quoi devrions-nous nous inquiéter ?

Eh bien, c’est la neurochirurgie, et il y a certainement des risques, des infections, des problèmes de procédure. Les cibles peuvent être manquées ou mal identifiées. Ce sont des risques qui viennent avec le territoire.

Et si vous obteniez des effets que vous n'aviez pas anticipés ? En stimulant la zone X, il est possible d'obtenir un effet d'entraînement qui module d'autres éléments tels que la personnalité, le tempérament, le caractère et les préférences personnelles.BS.  Il y a eu des rapports de cas et des rapports anecdotiques sur ce genre de choses, mais ils sont rares.

Ainsi, l’implantation d’un dispositif DBS pourrait-elle avoir des conséquences imprévues sur nos goûts ou nos caractéristiques personnelles comme l’introversion et l’extraversion ?

Un des cas les plus connus, par exemple, était une personne dont les goûts musicaux n’avaient rien à voir avec la musique country. Et après un implant cérébral profond pour un trouble du mouvement, la personne a développé une véritable passion pour la musique de Johnny Cash et était totalement dans l’esthétique de Johnny Cash. Est-il possible que ces choses se produisent ? Bien sûr que oui. Le cerveau fonctionne comme un ensemble coordonné de nœuds et de réseaux intercommunicants et réciproques. Ainsi, le fait de modifier l'activité électrique locale sur le terrain dans une zone ne sera pas nécessairement totalement distinct du câblage, si vous voulez, du type d'activités et des fonctions des autres zones du cerveau. Ces événements en amont et en aval représentent des effets réels.

Un traitement avec un dispositif DBS peut-il changer plus que notre humeur, mais aussi notre personnalité ?

Oui, même si nous devons nous demander si ces changements sont dus aux conséquences positives de DBS. Si quelqu'un avec un syndrome de la Tourette était un introverti, puis il obtenait un implant de DBS et devenait plus extraverti et plus socialement engagé, est-ce un effet secondaire de la DBS ? Ou parce qu'ils ne supportent plus le fardeau d'être quelqu'un avec un tic verbal constant ?

La DBS soulève également des questions d'autonomie personnelle. Allons-nous avoir des cas de personnes disant "mon stimulateur cérébral profond m'a obligé à le faire" ? Peut-être. Mais très souvent, les patients rapportent que l’état qu’ils traitaient avec le DBS altérait leur autonomie plus qu’ils ne le ressentaient comme une stimulation cérébrale profonde.

Traduction partielle: