- ENTREE de SECOURS -



samedi 21 septembre 2019

APRÈS LES IDIOTS FORMÉS PAR LES MERDIAS VOICI LES TRISOMIQUES DU CLIMAT FORMÉS A L'ÉCOLE !


Les parents alarmistes du climat ont averti les enfants de terrifier de ne pas causer «d'anxiété écologique»


par Tyler Durden
Vendredi, 20/09/2019 - 20:45


Selon un groupe de psychologues travaillant pour l'Université de Bath, des parents activistes du climat font peur à leurs enfants. Ils affirment recevoir de plus en plus de cas dans lesquels les enfants sont "terrifiés" par une catastrophe climatique et ont un "souci de l'environnement".

Selon The Telegraph, "des manifestations de groupes tels que Extinction Rebellion, les récents incendies en Amazonie et des avertissements apocalyptiques de la militante adolescente Greta Thunberg ont provoqué un" tsunami "de jeunes demandeurs d’aide.

Un groupe de psychologues travaillant avec l’Université de Bath a déclaré qu’il recevait un nombre croissant de demandes de renseignements de la part d’enseignants, de médecins et de thérapeutes incapables de faire face.

Selon la Climate Psychology Alliance (CPA), des médicaments psychiatriques ont même été administrés à des enfants qui se plaignent d’anxiété écologique.

Le corps fait campagne pour que l’anxiété provoquée spécifiquement par la peur de l’avenir de la planète soit reconnue comme un phénomène psychologique.

Cependant, ils ne veulent pas que cela soit classé dans la catégorie des maladies mentales car, contrairement à l’anxiété classique, la cause de l’inquiétude est «rationnelle». -Le télégraphe

"Beaucoup de parents entrent en thérapie pour demander de l'aide avec les enfants et cela a beaucoup augmenté cet été", a déclaré Caroline Hickman, professeure à Bath et directrice de la CPA.

Les symptômes sont les mêmes [comme l’anxiété clinique], les sentiments sont les mêmes, mais la cause est différente ", a-t-elle ajouté." La peur est de la catastrophe environnementale - nous allons tous mourir. "

Le rapport cite en particulier Greta Thunberg, une activiste du climat âgée de 16 ans, qui a fait la une cette année pour son soutien à Extinction Rebellion, le groupe qui vise à sensibiliser au climat par le biais de "meurtres" et de simulacres de funérailles pour l'avenir de l'humanité.

"Thurnberg affirme que l'UE doit réduire ses émissions de carbone de 80% d'ici 2030 pour éviter une crise existentielle - le double de l'objectif fixé par l'Accord de Paris -, tandis qu'Extinction Rebellion demande au Royaume-Uni d'atteindre des émissions nettes nulles d'ici 2025", selon le journal. Télégraphe.

"Les parents doivent trouver des mots qui conviennent à leur âge et qui ne soient pas terrifiants", a déclaré Hickman.

"Vous devez séparer ce qui est fait de ce qui est inconnu: dites-leur que certaines espèces sont en train de disparaître et que des êtres humains sont blessés, mais ne dites pas que nous allons tous mourir, parce que ce n'est pas vrai. Je ne veux pas que cet enfant s'écroule dans un puits de dépression en disant: "Quel est le but d'aller à l'université" ou "quel est le but de faire mes examens", ce que j'ai entendu des enfants dire. "

La CPA recommande aux parents d'utiliser une approche en quatre étapes pour expliquer le changement climatique à leurs enfants sans causer "d'anxiété écologique".

Les parents doivent d'abord leur présenter progressivement les faits connus, puis leur demander comment ils se sentent, avant de reconnaître que le résultat final est incertain.

Enfin, les parents devraient convenir de mesures pratiques pour faire la différence, par exemple en réduisant les déchets non recyclables et en choisissant des aliments ayant une meilleure empreinte climatique. -Le télégraphe

Peut-être pouvez-vous soulager l'anxiété écologique des enfants en leur disant de ne pas s'inquiéter; tout le monde qu'ils connaissent, ou ont jamais su, ou sauront jamais, va mourir un jour - y compris eux.

vendredi 20 septembre 2019

Est-ce un oiseau ou un drone ?


Ce 20 août, un nouveau modèle de drone camouflé en oiseau a été présenté dans le cadre de la Conférence mondiale des robots à Pékin.

jeudi 19 septembre 2019

Food Science Babe: 5 concepts scientifiques de base pour vous aider à repérer la pseudoscience

18 septembre 2019


De nombreuses pseudosciences se répandent de nos jours et il est parfois difficile de les repérer, en particulier pour ceux qui n’ont pas de formation scientifique. Une grande partie de cette information est basée sur une petite quantité de vérité et par des personnes en qui vous pouvez avoir confiance, il est donc difficile de faire la différence avec une bonne science véridique.

Ces cinq concepts scientifiques de base peuvent vous aider à repérer la pseudoscience quand vous la voyez:

# 1) Tout est fait de produits chimiques
Vous êtes composé de produits chimiques et tout ce que vous mangez est constitué de produits chimiques. Cette série d’affiches de James Kennedy montre comment tous les fruits naturels sont entièrement composés de produits chimiques, dont certains peuvent même porter des noms que vous ne pouvez pas prononcer et que vous ne reconnaissez pas:

Un «mode de vie sans produits chimiques» est impossible. L’eau et l’oxygène sont des exemples de produits chimiques dont vous avez besoin pour survivre et vous ne dureriez pas très longtemps sans eux. Ainsi, la prochaine fois que vous verrez un produit alimentaire censé ne contenir «aucun produit chimique» ou un blog contenant des produits que vous pouvez acheter pour mener une vie «sans produits chimiques», vous pouvez être sûr qu'il s'agit d'une pure pseudoscience, car TOUT EST FABRIQUÉ DES PRODUITS CHIMIQUES.

# 2) La dose fait le poison
«Toxique» est un mot répandu dans les blogs d’aliments et dans la commercialisation des produits alimentaires, mais il est presque toujours utilisé de manière incorrecte. Il n’existe pas de «produit chimique toxique», il n’existe que des doses toxiques. La phrase «la dose produit le poison» s’applique à tous les produits chimiques, tant naturels que synthétiques.

La toxicité aiguë mesure les effets létaux d'une grande dose unique et est exprimée en DL50. La DL50, ou dose létale médiane, est déterminée expérimentalement, généralement chez le rat ou la souris. C’est la dose unique aiguë qui tuera 50% de la population compte tenu de cette dose. La toxicité chronique mesure le niveau d'exposition quotidien le plus faible pouvant causer des dommages. N'importe quel produit chimique peut être toxique, même l'eau et le sel. Par conséquent, les produits qui déclarent «pas de produits chimiques toxiques» ou «pas de pesticides toxiques» n'ont aucun sens, car chaque produit chimique peut être toxique à une dose suffisante. Et si quelqu'un essaie de vous dire qu'un ingrédient alimentaire ou un produit chimique est «toxique» sans pouvoir vous dire à quelle concentration le produit chimique se trouve dans l'aliment et à la dose toxique, soit ils n'ont aucune idée de ce qu'ils ' Vous parlez, essayez de vous tromper et / ou tentez de vous vendre quelque chose.




# 3) Qu'un produit soit naturel ou synthétique ne dit rien sur sa sécurité
Comme indiqué précédemment, "la dose produit le poison" s'applique aux produits chimiques naturels et synthétiques. Ainsi, qu'un produit chimique soit naturel ou fabriqué par l'homme ne vous indique en rien son dangerosité. Par exemple, le thiopenta de sodium, un produit chimique synthétique, est utilisé dans les injections létales, mais il est à peu près aussi toxique que l’amygdaline naturelle, qui est contenue dans les amandes et les pépins de pomme. De même, de nombreux pesticides naturels et biologiques ont une dose toxique inférieure à leurs équivalents synthétiques.

L'appel à l'erreur de la nature est la conviction que ce qui est naturel doit être bon et ce qui n'est pas naturel doit être mauvais. Le terme «naturel» n’a pas de définition de la part de la FDA en ce qui concerne l’étiquetage des aliments, mais il est toujours utilisé dans la commercialisation des produits alimentaires. Vous pouvez être sûr d’ignorer toute personne ou tout produit qui utilise le mot «naturel» pour signifier meilleur ou plus sûr, car «faire appel à la nature» n’est qu’une erreur. C’est une pure pseudoscience.


Voici une comparaison entre deux fongicides organiques (présentés en sarcelle) et deux fongicides synthétiques (en or):

# 4) La différence relative n'est pas la même chose que la différence absolue
Il est très important de comprendre la différence relative par rapport à la différence absolue lors de l’évaluation des études et des allégations relatives au marketing des produits alimentaires. Les médias et les chercheurs profitent du fait que beaucoup de gens ne comprennent pas la différence entre les deux pour publier des titres qui attirent l’attention.

Voici un exemple lié à la nourriture: Une étude de 2013 a montré que «le lait biologique contient 62% plus d’acides gras oméga-3 que le lait conventionnel». Cela semble significatif, mais cela ne nous dit que le pourcentage d’augmentation relative entre les acides gras oméga-3 et le lait biologique. lait conventionnel. Cette information ne veut pas dire grand chose sans connaître les valeurs réelles, l’augmentation absolue et si la différence est significative ou non. Dans ce cas, la différence est de 25,5 mg d’oméga-3/100 g de lait biologique par rapport à 15,9 mg d’oméga-3/100 g de lait conventionnel. C’est donc une différence absolue de 9,6 mg / 100g. Etant donné que le saumon contient environ 2260 mg / 100 g et que la recommandation est de 250 à 500 mg / jour, vous pouvez constater que 62% de plus de réclamations sont insignifiantes car le lait n’est même pas une source importante d’oméga-3.

Cette conversation illustre assez bien ce concept:
# 5) La nourriture que vous mangez ne change pas le pH de votre corps
La nourriture que vous mangez n'affecte pas le pH de votre sang. Si vous avez déjà entendu quelqu'un dire que vous pouvez alcaliniser votre corps en mangeant certains aliments, c'est complètement faux, ce qui est une bonne chose, car si ce que vous mangez pouvait changer le pH de votre sang, vous mourriez. Cet excellent article de la diététiste professionnelle Abby Langer explique comment le régime alcalin repose sur une pseudoscience complète. Le pH de notre sang est étroitement régulé par nos reins, nos poumons et notre système tampon, qui maintient le pH (à savoir le corps) entre 7,35 et 7,45, et n’est pas du tout affecté par ce que nous mangeons. Alors, gardez un œil sur les produits tels que l’eau alcaline qui sont censés avoir des effets bénéfiques sur la santé du fait qu’ils sont alcalins. C’est une pure base de pseudoscience qui déroge à la physiologie fondamentale.
Alors, la prochaine fois que vous rencontrerez un article douteux sur les médias sociaux ou un blog sur la façon de vivre une vie sans produits chimiques, souvenez-vous de ces concepts scientifiques de base et dites simplement «NON» à la pseudoscience !

 ------------------

Food Science Babe est le pseudonyme d'une écrivaine avocate qui se concentre spécifiquement sur la science derrière notre nourriture. Elle est diplômée en génie chimique et travaille dans l’industrie alimentaire depuis plus de 10 ans, dans les secteurs tant conventionnel que naturel / organique.

Ne souriez pas pour la caméra

Judge Andrew P. Napolitano 
le 19 sept. 2019


Un procès en Grande-Bretagne vient de se terminer avec des implications potentiellement dangereuses pour la liberté individuelle.

La Grande-Bretagne est actuellement le pays le plus surveillé du monde occidental, sous la surveillance de ses propres forces de police. Rien qu'à Londres, la police a installé plus de 420 000 caméras de surveillance dans des lieux publics. Cela équivaut à 48 caméras pour 1 000 habitants. Que capturent les caméras ? Tout est fait et vu en public.

Les caméras utilisent une technologie de reconnaissance faciale capable de capturer une grimace, un bouton, une tache de rousseur, voire un clignement des yeux lorsque vous vous promenez dans les rues. Le logiciel compare ensuite ce que la caméra capture aux bases de données gouvernementales. En touchant l'écran affichant votre image, la police peut disposer instantanément d'un dossier complet contenant tous vos dossiers: vos dossiers médicaux, financiers, relatifs à l'application de la loi, à des fins éducatives, personnelles et professionnelles. Autrement dit, en regardant votre visage sur un écran d'ordinateur et sans mandat de perquisition ni même soupçon de votre part, la police britannique peut rassembler en quelques secondes toutes les données que le gouvernement a accumulées à votre sujet.

Un avocat de la protection de la vie privée, Ed Bridges, a récemment contesté ces procédures lors d'un procès devant la High Court de Grande-Bretagne. Il a appris que la police avait scanné à deux reprises son visage dans leurs bases de données et avait accédé à des données personnelles le concernant - une fois pendant qu'il se rendait au restaurant et une autre lors d'un rassemblement politique. Ses avocats ont fait valoir que la police avait besoin d'une base - une suspicion articulée - pour examiner le visage de quiconque dans sa base de données, et que sans cette suspicion, la police était effectivement engagée dans une véritable expédition de pêche parmi des innocents.

La police a affirmé que Bridges savait seulement que son visage avait été scanné - sans dire pourquoi il avait été scanné - en examinant les registres du gouvernement qu'il avait recherchés. Et s'il n'avait pas recherché les documents, il n'aurait jamais su que son image avait été numérisée. Ainsi, ont-ils soutenu, il n'a subi aucun préjudice. La police a également affirmé que la reconnaissance faciale les aidait à trouver les personnes recherchées beaucoup plus efficacement que tout autre outil de la police.

Lors du procès, il est apparu que les systèmes de surveillance publique n’étaient jamais autorisés par le Parlement ou par un organisme gouvernemental local élu par le peuple. Les systèmes ont plutôt été achetés par la police et ils les utilisent quand et comme ils le souhaitent. Il est également apparu au cours du procès que la police avait inculpé des personnes qui reconnaissaient les caméras et dissimulaient ensuite leur visage. Puni pour s'être égratigné le nez, porté un masque de ski ou mis son t-shirt sur la bouche en public ? Oui.

On pourrait penser que cette invasion orwellienne de la liberté individuelle aurait choqué la conscience de la cour. Ça n'a pas. Le tribunal s'est rangé du côté de la police.

Le modèle britannique pourrait-il arriver ici ?

Aujourd'hui, une demi-douzaine de services de police américains, notamment à New York, Chicago, Détroit et Orlando, en Floride, ont commencé à recourir à la surveillance de reconnaissance faciale, et l'autorité de contrôle élue ne l'a autorisée dans aucun de ces endroits. Les politiciens ont détourné le regard. Seul le gouvernement de San Francisco - où les lecteurs de cette chronique se souviendront que le gouvernement de la ville a porté atteinte à la liberté d'expression - a voté pour interdire à la police d'utiliser la reconnaissance faciale.

La Grande-Bretagne - où de nombreuses libertés civiles à l'américaine sont protégées - n'a pas de constitution écrite. Au lieu de cela, il a une tradition constitutionnelle vieille de 600 ans, reconnue par les décisions de justice et reflétée dans la législation. Cependant, comme nous l’avons vu, les décisions de justice peuvent plier avec le vent politique. Ces vents sont souvent attisés par les services de renseignement et les forces de l'ordre, qui ont réussi à susciter suffisamment de crainte parmi le public et d'acclimatation suffisante à la surveillance, de sorte que des personnes comme Ed Bridges apparaissent comme des perdants qui perdent leur temps plutôt que des patriotes défendant leur liberté. .

Le modèle britannique pourrait-il arriver ici ?

L’appareil d’espionnage national de notre gouvernement fédéral, qui emploie 60 000 personnes, saisit déjà chaque frappe, même celles que nous pensons avoir supprimées, sur chaque appareil utilisé pour transmettre des données numériques sur un câble à fibres optiques aux États-Unis. Cela couvre tous les appareils mobiles, ordinateurs de bureau et ordinateurs centraux. Bien entendu, le gouvernement ne le reconnaîtra pas publiquement. Pourtant, certains de ses responsables me l'ont dit en privé. Ils m'ont également dit qu'ils pensaient pouvoir s'en tirer à condition que les données saisies ne soient pas utilisées dans des poursuites pénales.

Pourquoi donc ? La dernière chose que le gouvernement fédéral et la police voyous veulent, c’est que les agents du gouvernement soient obligés de dire sous serment comment ils ont pu obtenir les preuves qu’ils tentent de présenter. Cependant, l'admission d'espionnage suppose que le droit à la vie privée, garanti par le quatrième amendement à la Constitution, est protégé contre l'invasion gouvernementale uniquement aux fins de poursuites pénales. Et des dizaines de services de police américains ont accepté cette hypothèse, car ils ont commencé à utiliser des dispositifs qui attirent les signaux des téléphones portables lorsqu’ils se promènent ou se rendent près d’eux, leur permettant ainsi de suivre les mouvements des innocents sans soupçon.

Le quatrième amendement ne fait pas cette distinction entre le renseignement, l'application de la loi ou la curiosité gouvernementale. Le Quatrième amendement - dont le principe est le droit de rester seul - a été écrit expressément pour interdire ce que la police britannique fait au public britannique et ce que la police américaine et la National Security Agency font au public américain - ouvrir des enquêtes des innocents sans soupçon.

Le quatrième amendement constitue un obstacle intentionnel au gouvernement, un obstacle jugé nécessaire par l’histoire pour réduire les tyrans.

Le modèle britannique pourrait-il arriver ici ? Numériquement, c'est le cas. Les caméras omniprésentes pourraient-elles être loin derrière ?

mercredi 18 septembre 2019

Surveillance de masse : l’État lui-même n’applique pas le droit

L’accès des particuliers aux données personnelles est toujours impossible, et les différents services de l’État, quand ils répondent, se renvoient courageusement leur compétence l’un l’autre.


Par Pierre Farge.
17 SEPTEMBRE 2019


À la veille de la parution des mémoires d’Edward Snowden, lanceur d’alerte connu pour avoir rendu publique la surveillance de masse à laquelle se sont livré les États-Unis, Pierre Farge, avocat au barreau de Paris, révèle que la France n’applique pas elle-même la loi créée depuis pour encadrer la collecte de métadonnées, et la protection de la vie privée.

Mettant à l’épreuve le RGPD applicable en France depuis le 25 mai 2018, l’avocat des lanceurs d’alerte a réclamé à l’administration les données le concernant à titre personnel. Après le silence de l’administration, il s’est ainsi heurté au service du ministère de l’Intérieur renvoyant la compétence à la CNIL, et vice-versa ; autrement dit d’un refus de partage des données, au mépris total des nouveaux dispositifs en vigueur.

La preuve ici que l’État n’applique pas lui-même les règles qu’il dispense.

Comme tous les pays du monde, et notamment les États-Unis, la France se défend d’opérer toute surveillance de masse depuis les révélations d’Edward Snowden en 2013 témoignant des abus de la NSA.

Ces révélations ont permis un examen minutieux des pratiques des services de renseignement du monde entier, à l’origine de grandes avancées comme le règlement général sur la protection des données, dit RGPD.

Face aux faibles garanties n’ayant pas force de loi, le RGPD du 27 avril 2016 a été adopté par l’Union Européenne afin de renforcer et unifier la protection des données personnelles dans les 27 États membres. En France, il est applicable depuis le 25 mai 2018.

Son article 15, dispose ainsi que : « La personne concernée a le droit d’obtenir du responsable du traitement la confirmation que des données à caractère personnel la concernant sont ou ne sont pas traitées et, lorsqu’elles le sont, l’accès auxdites données à caractère personnel […] ».

Afin de vérifier l’application de ce nouveau dispositif, comme par déformation professionnelle, j’ai donc, naïvement, adressé, à la CNIL, l’autorité créée à cet effet, un courrier recommandé demandant l’accès à mes données à caractère personnel, susceptibles de figurer, d’une part, dans le Fichier des Personnes Recherchés (FPR), et d’autre part, dans le Fichier des Enquêtes Administratives liées à la Sécurité Publique (FEASP).

Un amiable courrier d’accusé réception m’a tout d’abord informé que : « un membre de notre Commission va procéder aux vérifications demandées, en application de l’article 108 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. Je vous précise que, sous réserve de l’accord du responsable de traitement, les données vous concernant pourront vous être communiquées à l’issue de ces vérifications ».

Puis quelques semaines plus tard d’apprendre, dans un retournement de veste, par un nouveau courrier de la même CNIL, qu’elle ne serait tout d’un coup plus compétente pour traiter ma demande, me précisant néanmoins « vous disposez désormais d’un droit d’accès et de rectification direct à ces fichiers auprès du ministère de l’intérieur. Notre Commission a donc transmis votre demande à ce ministère qui a deux mois pour vous répondre ».

Nous restons donc naïvement plein d’espoir devant ces promesses d’un service de l’État d’obtenir ces données auprès du ministère de l’Intérieur.

C’est sans compter le silence de ce dernier, ayant donc nécessité une relance.

Las mais non moins déterminé, nous avons alors reçu un courrier informant que la « communication d’informations contenues dans ce fichier est susceptible de porter atteinte à la sécurité publique et la sécurité nationale. En conséquence, je ne puis communiquer d’information sur votre inscription ou votre absence d’inscription dans ce fichier. Néanmoins, vous pouvez, si vous l’estimez utile, demander à exercer votre droit d’accès par l’intermédiaire (tenez-vous bien) de la CNIL » (!).

En résumé, en pratique, l’accès des particuliers aux données personnelles est donc toujours impossible, et les différents services de l’État, quand ils répondent, se renvoient courageusement leur compétence l’un l’autre.

Un état de fait d’autant plus inadmissible, que non seulement l’administration bafoue le droit en vigueur, et notamment le récent RGPD, mais en plus se comporte aux antipodes des annonces gouvernementales promettant une meilleure protection sur la collecte des données et la vie privée.

mardi 17 septembre 2019

La plupart des occidentaux sont encore sceptiques face au changement climatique et à la position de l'IPCC

September 17th, 2019 


Un grand sondage Yougov sur les changements climatiques a interrogé environ 1 000 personnes dans 30 pays différents. Malgré le poids et la partialité de la position religieuse de l'IPCC et malgré 30 ans de propagande ininterrompue, la plupart de la population des principaux pays occidentaux ne croit pas au message de l'IPCC.

h / t GWPF

Pour qui cette moitié de la population vote-t-elle ? Quel grand parti dit même que les humains ne sont que partiellement responsables ?

Si les partis politiques représentaient les électeurs, l’un des deux principaux partis de chaque pays serait prêt à dire que «l'IPCC exagère le problème». À l’heure actuelle, seuls les États-Unis ont un chef qui ne répète pas la ligne IPCC, même si de nombreux républicains le font encore. Dans la plupart des pays occidentaux, les deux côtés de la politique se disputent les 40 à 50% de la population qui pensent que les humains en sont les principaux responsables. Comme le montrent Donald Trump, Tony Abbott, Doug Ford et Jason Kenny, la plupart des électeurs sont facilement inspirés pour voter contre le dogme du climat.

Ces chiffres sont typiques des études plus grandes et de meilleure qualité réalisées au fil des ans. Bien que le chiffre britannique indique plus de croyants qu’un sondage ITV Newrs en 2014. (Au total, 62% des Britanniques étaient sceptiques à l'époque et le sont peut-être encore s'ils étaient interrogés dans un sondage correct.)
Yougov, climate change survey, 2019,graph, USA.

Yougov, enquête sur le changement climatique, 2019, graphique, États-Unis.

J’ai inclus «ne sait pas» comme sceptique simplement parce que dire «ne sait pas» dans un sondage chargé, et après toutes ces années de répétition de la ligne politiquement correcte, c’est vraiment une position sceptique. Qui pourrait affirmer qu’il n’avait pas entendu la position de l'IPCC quand elle est enseignée à l’école ? Donc, ce qu’on ne sait pas, ce sont des gens qui auraient pu dire qu’ils croyaient à l'IPCC mais qu’ils avaient choisi de ne pas le faire aussi. Parce que quiconque doute du changement climatique s’appelle moche - c’est la tolérance à la diversité -, nous pouvons également être certains qu’un pourcentage de personnes se disant d’accord avec l'IPCC se sentent accablées.

Yougov, climate change survey, 2019,graph, USA.
Yougov, enquête sur le changement climatique, 2019, graphique, Australie.
Yougov, climate change survey, 2019,graph, USA.

Yougov, enquête sur le changement climatique, 2019, graphique, Royaume-Uni.

À quel point ces questions sont-elles chargées ?
Lequel des éléments suivants se rapproche le plus de votre vision ?

Il est déjà trop tard pour éviter les pires effets ?
Nous sommes encore en mesure d'éviter le pire…
Nous pourrons éviter le pire si nous poursuivons dans l’ensemble les mesures prises.
Ne sais pas ?

 Ou que diriez-vous des options qu’ils n’ont pas demandées et ne veulent pas entendre ?

Agir pour changer le climat est surtout une perte de temps et d'argent

Une action pour changer le climat est un fardeau mortel pour les bonnes personnes qui coûte la vie et les moyens de subsistance ?

Alors, quand des critiques se présentent pour demander pourquoi les "ne sait pas" sont inclus comme sceptiques, ma réponse est que le sondage était chargé et biaisé et maximisait largement le nombre de croyants. Quelqu'un pense-t-il vraiment que les répondants répondraient de la même manière s’ils se voyaient également proposer des choix réalistes ?

«Changement climatique» reste une phrase ambiguë inutile pour concevoir une enquête autour
Quiconque est vraiment intéressé à savoir ce que les gens pensent ne pourrait pas utiliser le terme «changement climatique», car il signifie intrinsèquement un changement naturel ainsi que des changements créés par l’homme, et ils ne spécifient pas.

Yougov, enquête, 2019, graphique, pays, changement climatique.

 Yougov, survey, 2019, Graph, countries, climate change.

Alors prenez tout cela avec un grain de sel, mais je suis réconforté de voir que nos amis scandinaves ont beaucoup de cervelle sceptique et sont souvent les moins susceptibles de «croire».

Les pays les plus pauvres ont donc tout intérêt à recevoir de l'aide à ce sujet et à profiter du ralentissement des économies concurrentes riches. Les pays pauvres n’ont guère intérêt à signaler une position sceptique; il n’est donc pas surprenant que les règles de la propagande sans opposition s’imposent.

Yougov, enquête, 2019, graphique, pays, changement climatique.

Yougov, survey, 2019, Graph, countries, climate change.
Yougov, enquête, 2019, graphique, pays, changement climatique.
Yougov, survey, 2019, Graph, countries, climate change.
L'Australie est le point violet situé du côté «gauche» de la gamme des pays asiatiques.

RÉFÉRENCE
Yougov, Enquête internationale sur les changements climatiques, 2019.

PDF des résultats complets ici:


lundi 16 septembre 2019

L'épaisse glace de l'Arctique stoppe encore un bateau, celui des réalisateurs du documentaire « Climate Change »

Cap Allon - Electroverse
Sott.net
lun., 09 sept. 2019 21:26 UTC 



Le MS MALMO est le dernier d'une longue liste de navires à s'être enlisé cette année dans une glace de mer arctique étonnamment épaisse. 
MS MALMO came to a grinding halt on Sep 3 off Longyearbyen, the Svalbard Archipelago.
Le navire suédois, construit en 1943 et rénové en 2014, effectuait un "tour de l'Arctique" avec la noble mission de transporter aux avant-postes une équipe de documentaristes spécialisés dans le documentaire sur le changement climatique. L'intention de l'équipe était de capturer une partie de la fonte catastrophique de la glace rapportée par les médias - une fonte dont il semblerait qu'elle refuse toujours de se concrétiser malgré des décennies de ferveur des Nations Unies et de du GIEC. 

Le MS MALMO s'est arrêté le 3 septembre au large de Longyearbyen, dans l'archipel de Svalbard, à mi-chemin entre la Norvège et le pôle Nord, lorsqu'il a rencontré une glace épaisse et impénétrable. 

Les 16 « étreigneurs des glaces » à bord, ont été évacués par hélicoptère dans des conditions très difficiles et au prix d'une empreinte carbone dans les proportions d'un yéti : 

Et tous, dieu merci, sont désormais sains et saufs. 

Sept membres d'équipage sont toujours à bord et attendent l'aide des garde-côtes. 

Les temps froids remettent en phase les Alarmistes avec la faiblesse historique de l'activité solaire. 

Il n'y a RIEN eu d'extraordinaire au sujet de la saison de fonte estivale dans l'Arctique en 2019. 

En fait, il n'y a rien eu à signaler depuis plus de cinq ans - les données ne mentent pas : 
Arctic Sea Ice Thickness/Volume
Arctic Sea Ice Thickness/Volume
Épaisseur/volume de la glace de mer arctique (ligne grise sur le graphique = moyenne de 2004-2013)

Traduction fr.Sott.net - source : Cap Allon - Electroverse

samedi 14 septembre 2019

"Des centaines de villes ne recyclent plus leurs déchets, c'est trop cher"

Géopolitis: Planète poubelle
14 Septembre 2019


Le commerce mondial des ordures s'effondre depuis que la Chine ne veut plus être la décharge de l'Occident. Géopolitis met son nez dans les poubelles de la planète.

Le recyclage des déchets, c'est un business estimé chaque année à 175 milliards d'euros. La Chine en avait fait un commerce lucratif. Elle importait encore en 2016 plus de la moitié du plastique mondial. Mais début 2018, Pékin dit stop et impose des normes sévères à plusieurs catégories de déchets. "La Chine a imposé un seuil de pureté tellement important qu'il correspond de fait à une interdiction. Pékin a justifié sa décision pour motif environnemental et pour protéger la santé de ses citoyens", précise dans Géopolitis Eugénie Joltreau, doctorante en économie circulaire à l'Université Paris-Dauphine.

Eugénie Joltreau: "Des centaines de villes aux Etats-Unis ne recyclent plus leurs déchets"
La Malaisie s'est retrouvée en quelques mois premier importateur de déchets plastiques.

Les importations de plastiques en Chine ont été divisées par 20 en l'espace de quelques mois. Eugénie Joltreau évoque la redirection des flux vers les pays d'Asie du Sud-Est: "La Malaisie, par exemple, s'est retrouvée en quelques mois premier importateur de déchets plastiques". Malaisie, Philippines, Cambodge, Indonésie ou Sri Lanka ont rapidement été submergés et commencent déjà à renvoyer des cargos entiers de déchets vers leurs pays d'origine.

Panique en Occident

La décision chinoise a généré une baisse globale du trafic et de la valeur du détritus. En conséquence, il est souvent plus onéreux de recycler que d'incinérer. "Des centaines de villes aux Etats-Unis ne recyclent plus leurs déchets, parce que c'est devenu trop cher", poursuit Eugénie Joltreau. Les Etats-Unis sont de loin le pays qui exporte le plus ses ordures à l'étranger, 20% du total mondial. C’est trois fois plus que l’Allemagne, que le Royaume-Uni et le Japon, quatre fois plus que la France.

Cette globalisation des flux de déchets va de pair avec l'évolution des sociétés d'hyperconsommation. "Les pays occidentaux se sont retrouvés avec des quantités croissantes de déchets et la Chine avait besoin de matières premières à bas coût. Elle a importé beaucoup de papier carton pour fabriquer des emballages, des produits manufacturés qu'elle réexportait vers les pays occidentaux", explique Eugénie Joltreau. La première femme milliardaire en Chine l'est devenue en retraitant des tonnes des cartons importés des Etats-Unis et du Royaume-Uni.

Le poids de 200'000 Tours Eiffel

Chaque année, l'Homo detritus régurgite le poids de 200'000 Tours Eiffel. Deux milliards de tonnes de déchets ménagers, soit 50 millions de camions 40 tonnes. Bout à bout, ils feraient 15 fois le tour de la Terre.

Dans nos poubelles, toujours plus de plastique. Certains plastiques se recyclent bien sûr, mais pas à l'infini, rappelle Eugénie Joltreau, qui évoque même une impasse économique: "La résine vierge suit le cours du pétrole brut. Donc lorsque le cours du pétrole brut est très bas, la résine vierge peut être au même prix voire en dessous du prix de la résine recyclée". Depuis 1950, on estime que seulement 9% du plastique produit dans le monde a été recyclé.

Mélanie Ohayon

- voir ci-dessous une FAUSSE évaluation publiée dans 'Le Monde' :
Top 10 des plus gros producteurs de déchets

Ci-dessous, évaluation RECTIFIÉE :

Millions de tonnes de déchets:

1 - USA: 250 000 000 t (327 163 096 hab.) 0,764 t/hab.
2 - Allemagne 51 000 000 t (82 850 000 hab.) 0,615 t/hab.
3 - France 33 000 000 t (66 993 000 hab.) 0,492 t/hab.
4 - Chine: 220 000 000 t (1 381 943 057 hab.) 0,159 t/hab.
5 - Inde: 168 000 000  t (1 347 781 156 hab.) 0,124 t/hab.

mardi 10 septembre 2019

Les températures dans l'océan Pacifique ont atteint des niveaux dangereux, et les scientifiques accusent une "étrange anomalie"

par Tyler Durden
Lun., 09/09/2019 - 22:05
Créé par Michael Snyder via le blog The Economic Collapse,


On l'appelle «la vague de chaleur marine du Pacifique de 2019», et les responsables préviennent que cela pourrait avoir des conséquences effrayantes st elle ne se dissipait pas rapidement.



À l'heure actuelle, une vaste étendue d'eau s'étend du nord de l'Alaska jusqu'au sud de la Californie, où la température de l'eau a rapidement atteint des niveaux très dangereux. En fait, à certains endroits, la température de l’eau est déjà «jusqu’à 6 degrés Fahrenheit au-dessus de la normale», et on se préoccupe énormément de ce qui se passera si l’eau continue à chauffer. À ce stade, la situation est déjà si grave que nous sommes prévenus que cette étrange anomalie pourrait «ravager la vie marine et décimer la pêche commerciale» tout au long de la côte ouest. Ce qui suit vient de NPR…

Une nouvelle vague de chaleur marine a envahi les eaux de la côte ouest des États-Unis, menaçant de ravager la vie marine et de décimer la pêche commerciale sur une étendue de l’océan Pacifique.

On nous dit que cette nouvelle anomalie est probablement similaire à une autre «vague de chaleur marine» connue sous le nom de «Blob» qui a fait la une des journaux quand elle a frappé la région en 2014.

Et si cela est vrai, la vie marine deviendra très inconfortable, mais les conditions finiront par redevenir normales. Bien que, dans un avenir proche, on nous prévienne que cette anomalie est «sur une trajectoire pour être aussi forte que l'événement précédent»…

«La trajectoire est aussi forte que l’événement précédent», a déclaré Andrew Leising, chercheur au Southwest Fisheries Science Center. Il y a environ cinq ans, la température de la mer avait atteint près de 7 degrés Fahrenheit au-dessus de la moyenne. La vague de chaleur de cette année est déjà presque aussi grande et presque aussi chaude, avec des températures pouvant atteindre 6 degrés Fahrenheit au-dessus de la normale sur une très grande surface. La taille et l'intensité de la vague de chaleur sont des signes inquiétants de son danger potentiel pour la vie marine.

Mais que se passe-t-il si cette nouvelle anomalie n'est pas causée par des conditions météorologiques temporaires ?

Normalement, les températures des océans prennent énormément de temps pour changer de manière aussi spectaculaire, mais dans ce cas, nous avons assisté à un changement radical de température «en seulement trois mois»…

«En trois mois à peine, la température est passée d’un peu plus chaude à la moyenne à presque aussi chaleureuse que nous l’avions jamais vue», a déclaré Nate Mantua, chercheur au Noaa’s Southwest Fisheries Science Center de Santa Cruz, en Californie.

Serait-il possible que cette nouvelle anomalie soit causée par autre chose cette fois-ci ?

Nous ne le savons pas et la plupart des experts nous assurent que nous n’avons pas trop à nous inquiéter, mais la taille de cette nouvelle goutte a déjà atteint 2,5 millions de miles carrés et elle continue à se développer à un rythme soutenu.

Les semaines à venir devraient nous en dire plus. Le précédent "Blob" s'est dissipé très rapidement une fois que les conditions météorologiques ont changé et nous espérons que cela se produira pour cette nouvelle anomalie.

Mais si les températures des océans restent élevées ou montent encore plus haut, cela pourrait potentiellement être dévastateur pour la vie marine le long de la côte ouest, et les experts préviennent déjà de ce qui pourrait arriver à la population de saumons…

"Les conditions océaniques peuvent être stressantes pour le saumon, si la température devient très chaude et si ses réserves de nourriture sont très maigres", a déclaré Mantoue. «C’est une combinaison difficile pour eux, car leur taux métabolique augmente avec des températures plus élevées, de sorte que leur besoin de nourriture augmente et que l’approvisionnement en nourriture diminue en même temps.»

Et il ne faut pas beaucoup de changement de température pour mettre leur vie en danger. Les informations suivantes proviennent du Seattle Times…

Des températures d'eau soutenues supérieures à 20 ° C (68 degrés Fahrenheit) peuvent stresser les jeunes saumons, aggraver la maladie et empêcher les saumons adultes d'atteindre leurs frayères. Des températures de l'eau supérieures à 73 degrés peuvent être mortelles.

Selon le Dr Andrew Leising, cette nouvelle anomalie est déjà «l’un des événements les plus significatifs que nous ayons vus», et elle ne fait que s’aggraver.

Alors gardons un œil attentif dessus.

Pour moi, une image que la NOAA a récemment publiée donne certainement l'impression que ce que nous vivons en septembre 2019 est bien plus grave que celui de septembre 2014. Et si les températures de l'océan continuent de monter, il est inévitable les créatures vont mourir.

Mais si cette nouvelle anomalie est causée par la même chose qui a provoqué l'apparition de «The Blob» en 2014, elle pourrait alors se dissiper tout aussi rapidement et il ne s'agira que d'un phénomène relativement temporaire.

Malheureusement, nous ne savons pas si cela est vrai à ce stade, et il est tout à fait possible que cela ne soit que le début d’un événement catastrophique.

Ce que nous savons, c'est que nous avons été témoins de conditions météorologiques exceptionnelles dans le monde entier jusqu'à présent en 2019 et que l'activité sismique mondiale a été extrêmement intense. Nous vivons à une époque où notre planète devient de plus en plus instable et beaucoup sont extrêmement préoccupés par ce qui se passera dans les années à venir.

Nous obtenons une quantité énorme de nourriture dans les océans, leur stabilité est donc primordiale.

Si la température des océans monte suffisamment haut, des millions de poissons périront, ce qui mettra encore plus de pression sur notre approvisionnement alimentaire mondial de plus en plus restreint.

De nombreux éléments de «la tempête parfaite» sont déjà réunis et nous en ajoutons un autre que nous pouvons ajouter à la liste.

samedi 7 septembre 2019

Les 'climatiseurs'

le 7 septembre 2019


L’été dernier (2018) à Pékin, au milieu de l’été, la compagnie d’électricité constata que 50 % de l’électricité consommée l’était par les conditionneurs d’air quand il y avait une « vague » de chaleur. Cette année à New-York, le 21 Juillet la température atteignit 36 °C et la puissance électrique appelée sur le réseau constitué de plus de 200000 km de lignes et 62 sous-stations de distribution atteignit 12000 MW chaque seconde. La compagnie Con Edison dut délester 50000 clients car le réseau ne peut pas distribuer plus de 13000 MW et il était impératif d’éviter un black-out généralisé. Tout ça pour se rafraîchir quand il fait trop chaud … Comme il y a déjà de par le monde environ un milliard de conditionneurs d’air et que les prévisions onusiennes tablent sur un « réchauffement » du climat d’au moins un degré et demi dès 2050, ces mêmes prévisionnistes considèrent qu’en 2050 il y aura plus de 4 milliards et demi de conditionneurs d’air sur la planète. Pire encore tous ces appareils réchaufferont l’atmosphère ce qui empirera la situation, selon ces même prédicateurs de malheurs en tous genres, y compris l’Agence Internationale de l’Energie qui précise qu’en 2050 environ 13 % de toute l’électricité produite dans le monde sera utilisée par les conditionneurs d’air.

Quand j’ai lu cette information, c’est-à-dire que ces équipements réchauffent l’atmosphère, j’ai eu l’impression qu’il y avait quelque chose de suspect. L’article paru sur le Guardian retrace l’histoire des conditionneurs d’air, un véritable fait de société aux USA mais aussi dans bien d’autres pays depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cet article insiste sur le fait qu’il faudrait améliorer la technologie qui n’a pas vraiment changé depuis 100 ans et l’article insiste sur le réchauffement qu’ils induisent. Est-ce vrai ? La question n’est même pas posée tant l’occasion d’une bonne propagande mensongère était belle. Affirmer qu’un conditionneur d’air, comme d’ailleurs un réfrigérateur dans la cuisine, réchauffe l’atmosphère est tout simplement un non-sens total, une vraie et bien solide « fake-news » !

Comme pour toute machine de ce type il y a une intervention mécanique permettant de transférer de la chaleur d’un certain volume d’air vers l’extérieur et vice-versa si on utilise le même équipement comme moyen de chauffage. Le bilan en termes de « chaleur » est nul à un détail près : il y a eu consommation d’une certaine quantité d’énergie qui finalement augmentera l’entropie du système Terre-atmosphère et cette énergie thermique résiduelle négligeable, par rapport par exemple à l’énergie solaire incidente, finira par se dissiper dans l’espace. Affirmer que les conditionneurs d’air contribuent au réchauffement de la planète est un mensonge trop grossier à avaler. Mais c’est du pain béni pour les grands prêtres de l’Eglise de Scientologie Climatique trop heureux de sauter sur cette occasion leur permettant d’affiner leur propagande maintenant omniprésente dans les médias. La viande bovine, la forêt amazonienne, les véhicules automobiles, les combustibles fossiles et leur gaz carbonique, les avions, trop d’enfants et pourquoi pas trop de fromage …, ça commence à bien faire (et je suis poli) !

Source et illustrations : The Guardian en ligne daté du 29 août 2019, journal de gauche bien positionné pour disperser la propagande écolo-climato-gauchiste … (façade d’un immeuble à Hong-Kong)

jeudi 5 septembre 2019

Brève. La France compte 13,7 millions de centenaires !

 le 5 septembre 2019


Ce n’est pas une fake-news. C’est tellement le bordel (excusez mon expression) dans l’administration française qu’il y a en France 110 millions d’habitants, presque autant que le Japon (124 millions) dont 13,7 millions de centenaires, le Japon n’en compte qu’environ 70000, ce pays est donc largement battu dans ce domaine. Donc, le style de vie des Français est nettement plus favorable pour devenir centenaire. Le camembert ci-dessous (source IFRAP) comporte quelques erreurs mais on peut se poser quelques questions sur le fonctionnement de la France toute entière puisque tout dépend de son administration :

Capture d’écran 2019-09-05 à 18.14.18.png