- ENTREE de SECOURS -



jeudi 29 novembre 2018

LE POMPON DES FAUX SCIENTIFIQUES:

La Terre aspire plus d'eau que nous le pensions, et personne ne sait où elle va


L'UNIVERSITÉ DE WASHINGTON À ST. LOUIS
 25 NOV 2018


Les collisions au ralenti de plaques tectoniques sous l'océan entraînent environ trois fois plus d'eau dans la Terre profonde qu'on ne le croyait auparavant, selon une étude sismique réalisée dans la fosse des Mariannes.

Les chercheurs disent que les observations de la plus profonde fosse océanique du monde ont des implications importantes pour le cycle mondial de l'eau.

"Les gens savaient que les zones de subduction pourraient faire baisser l'eau, mais ils ne savaient pas quelle quantité d'eau", a déclaré Chen Cai, qui vient de terminer ses études de doctorat à l'Université Washington de Saint-Louis et est le premier auteur de l'article, qui paraît dans La nature.

"Cette recherche montre que les zones de subduction déplacent beaucoup plus d'eau qu'on ne le pensait dans les profondeurs de la Terre", déclare Candace Major, directrice du programme à la Division des sciences de la mer de la National Science Foundation, qui a financé l'étude.

"Les résultats soulignent le rôle important des zones de subduction dans le cycle de l'eau de la Terre."

"Les estimations précédentes varient considérablement en ce qui concerne la quantité d'eau subducturée à plus de 60 km", a déclaré Douglas A. Wiens, professeur de sciences de la terre et des planètes et conseiller en recherche de Cai pour l'étude.

"La principale source d'incertitude dans ces calculs était la teneur en eau initiale du manteau le plus haut sous-tubulaire."

Sous la mer

Pour mener cette étude, les chercheurs ont écouté les grondements de la Terre pendant plus d'un an (du bruit ambiant aux séismes réels) à l'aide d'un réseau de 19 sismographes passifs au fond de l'océan déployés dans la fosse des Mariannes, ainsi que de sept sismographes basés sur des îles.

La plaque est l'endroit où la plaque de l'océan Pacifique occidental glisse sous la plaque des Mariannes et s'enfonce profondément dans le manteau de la Terre lorsque les plaques convergent lentement.

Les nouvelles observations sismiques brossent un tableau plus nuancé de la plaque du Pacifique qui se plie dans la tranchée, ce qui résout sa structure tridimensionnelle et suit les vitesses relatives des types de roches ayant différentes capacités de rétention d’eau.

La roche peut s'accrocher à l'eau et la retenir de différentes façons. L'eau de mer au sommet de la plaque descend dans la croûte terrestre et le manteau supérieur le long des lignes de faille qui lient la zone où les plaques se rencontrent et se plient. Ensuite, il est piégé.

Dans certaines conditions de température et de pression, des réactions chimiques forcent l'eau sous une forme non liquide sous la forme de minéraux hydratés - des roches humides - en bloquant l'eau dans la roche de la plaque géologique.

Pendant tout ce temps, la plaque continue de s’enfoncer de plus en plus profondément dans le manteau terrestre, entraînant l’eau avec elle.

Des études antérieures menées dans des zones de subduction telles que la fosse Mariana ont montré que la plaque de subduction pouvait contenir de l'eau. Mais ils ne pouvaient pas déterminer la quantité d’eau qu’elle retenait ni sa profondeur.

"Les conventions précédentes étaient basées sur des études de sources actives, qui ne peuvent montrer que les 3 à 4 milles de haut dans la plaque entrante", a déclaré Cai, faisant référence à un type d'étude sismique utilisant des ondes sonores créées avec le tir d'un canon à air comprimé embarqué un navire de recherche océanique pour créer une image de la structure rocheuse souterraine.

"Ils ne pourraient pas être très précis sur son épaisseur ou son hydratation", dit-il.

"Notre étude a essayé de limiter cela. Si l'eau peut pénétrer plus profondément dans la plaque, elle peut rester là et être amenée plus bas."

Les images sismiques montrent que la zone de roche hydratée dans la fosse des Mariannes s'étend sur près de 20 miles sous le fond marin, beaucoup plus profonde qu'on ne le pensait auparavant. La quantité d'eau pouvant être retenue dans ce bloc de roche hydratée est considérable.

Ce qui descend doit arriver

Pour la seule région de la fosse des Mariannes, quatre fois plus de sous-conduits d’eau que ce qui avait été calculé auparavant. Les chercheurs peuvent également extrapoler ces caractéristiques pour prédire les conditions sous d'autres tranchées océaniques dans le monde.

"Si d'autres dalles anciennes, soumises à une subduction froide, contiennent des couches d'épaisseur similaire de manteau hydraté, les estimations du flux global d'eau dans le manteau à des profondeurs supérieures à 60 miles doivent être multipliées par trois", explique Wiens.

Et pour l’eau sur la Terre, il faut que ce qui s’écoule s’élève. Les niveaux de la mer sont restés relativement stables au cours du temps géologique, variant de moins de 1000 pieds.

Cela signifie que toute l'eau qui descend dans la Terre dans les zones de subduction doit remonter d'une manière ou d'une autre et ne pas s'accumuler continuellement à l'intérieur de la Terre.

Les scientifiques pensent que la plus grande partie de l’eau qui tombe dans la tranchée revient de la Terre dans l’atmosphère sous forme de vapeur d’eau lorsque des volcans s’éclatent à des centaines de kilomètres.

Mais avec les estimations révisées de l’eau de la nouvelle étude, la quantité d’eau entrant dans la terre semble dépasser largement la quantité d’eau qui en sort.

"Les estimations de la quantité d'eau sortant de l'arc volcanique sont probablement très incertaines", déclare Wiens, qui espère que cette étude encouragera d'autres chercheurs à revoir leurs modèles de retour de l'eau de la Terre.

"Cette étude entraînera probablement une réévaluation."

L’évaluation de la tectonique à long terme et à grande échelle contribue de manière significative au cycle mondial de l’eau, difficile à quantifier avec précision, déclare Weisen Shen, professeur assistant de géosciences à l’Université Stony Brook, dont le travail a consisté à utiliser un nouvel outil de transfert des enregistrements sismiques en images que l'équipe pourrait utiliser pour estimer les quantités d'eau.

En Alaska

Au-delà de la fosse des Mariannes, Wiens et une équipe de scientifiques ont récemment déployé un réseau sismique similaire au large des côtes de l’Alaska afin d’examiner la manière dont l’eau s’enfonce dans la Terre.

"La quantité d'eau varie-t-elle considérablement d'une zone de subduction à une autre, en fonction du type de défaut que vous avez lorsque la plaque se plie ?" Wiens demande.

"Il y a eu des suggestions à ce sujet en Alaska et en Amérique centrale. Mais personne n'a encore examiné la structure la plus profonde, comme nous avons pu le faire dans la fosse des Mariannes", dit-il.

The research has been published in Nature.

Source: Washington University in St. Louis, Stony Brook University

69 commentaires:

  1. Comme depuis très longtemps j'ose publier des rectifications qui dérangent pour recaler les apprentis-scientifiques qui ne sont que des escrocs, aux retentissantes plaidoiries des ordures scandant à qui veut l'entendre que 'la mer va monter' !! HAHAHAHAHA ! Je répondais toujours que ces gros cons n'ont qu'à expliquer pourquoi depuis des millions d'années il y a des milliards de km3 d'eau venue des pluies, des fleuves & des rivières qui se sont jeté dans les mers & océans (et continuent de le faire !!) SANS QU'ILS OU ELLES NE MONTENT !!!

    A ce problème trop complexe pour les attardés mentaux, dernièrement, un m'a répondu que les eaux... s'évaporent !!! HAHAHAHAHA ! (Pas de blague !!). Ce qui serait de dire qu'il y a dans le ciel des nuages de quelques milliards de kilomètres d'épaisseur qui s'apprêteraient à tomber un jour !!! HAHAHAHAHA !

    Mais comme les idiots de l'Université de Washington à St Louis (Missouri) entendaient toujours avoir raison, ils ont pondu dernièrement que l'eau... disparaissait dans les profondeurs des entrailles de la Terre à chaque tremblement de terre !!! (voir article ci-dessus publié aujourd'hui).

    Si je me rappelle bien, cela ferait suite à une projection d'abrutis d'y a qq années qui avaient parlé d'un immense réservoir (x fois plus grand que toutes les mers et océans !) qui serait sous terre à des milliers de mètres de profondeur. Une sorte de 'pays du père noel' ou de Candy qui soustrairait incognito dans le plus grand secret des milliards de kilomètres cubes d'eaux venus des pluies, des fleuves et des rivières afin que les mers et océans ne débordassent point à nos pieds ! Ouf !

    RépondreSupprimer
  2. Un rapport de l'ONU sur le climat recommande de taxer le carbone et de décourager l'agriculture


    Eric Worrall
    le 28 Novembre 2018

    h / t Dr. Willie Soon -

    Le dernier rapport des Nations Unies sur les écarts d'émissions fournit des conseils psychologiques pour vaincre l'opposition politique à la tarification du carbone et suggère de décourager l'agriculture en taxant les terres agricoles.



    6.3.3 Facteurs politiques et comportementaux

    Pour assurer un soutien large et stable à la tarification du carbone et à la suppression progressive des subventions aux combustibles fossiles, il ne suffit pas de s'attaquer aux conséquences sur la distribution, la compétitivité et les fuites. Un certain nombre de facteurs de réussite supplémentaires peuvent être identifiés (Klenert et al., 2018a) et le tableau 6.1 fournit des exemples de pays pour les résoudre. Le défi est particulièrement important lorsque la confiance dans le gouvernement est limitée (Klenert et al., 2018a; Rafaty, 2018). Et pourtant, là où la confiance est forte, les citoyens ont tendance à s’interroger sur les problèmes lorsque des solutions politiques remettent en question leur vision du monde, par exemple. sur le rôle de l’État dans l’économie («l’aversion pour les solutions») (Campbell et Kay, 2014; Cherry et al., 2017). Concevoir des politiques qui soient cohérentes avec les conceptions mondiales prédominantes de groupes de société spécifiques nécessite par conséquent une communication et des consultations approfondies avant la mise en œuvre.

    Pour obtenir le soutien populaire en faveur de la tarification du carbone, le public doit être informé de son effet positif sur les objectifs de réduction des émissions, ainsi que des avantages concomitants d'un assainissement de l'air, de la santé et de la viabilité budgétaire (Hsu et al., 2008; Bristow et al. , 2010; Kallbekken et al., 2011; Baranzini et al., 2014; Baranzini et Carattini, 2017). Le timing est également important: une réforme progressive a plus de chances de réussir que des hausses de prix soudaines et radicales. De même, si plusieurs subventions aux combustibles fossiles sont en cours de réforme, la meilleure solution consiste à séquencer les réformes (Beaton et al., 2013; Rentschler et Bazilian, 2017b). La langue est également importante, avec des termes tels que «taxe» ou «contribution» susceptibles de rencontrer un soutien populaire par rapport à «taxe» (Kallbekken et al., 2011; Drews et van den Bergh, 2016; Baranzini et Carattini, 2017).

    La tarification du carbone et la réforme des subventions aux combustibles fossiles génèrent des recettes publiques dont l'utilisation peut avoir un impact important sur le soutien à la tarification du carbone. Ceci est discuté dans la section 6.3.4.

    6.3.4 Utiliser les revenus de la tarification du carbone pour favoriser le développement durable

    L'augmentation des recettes grâce aux réformes de la taxe sur l'énergie atténue les contraintes qui pèsent sur une politique budgétaire plus large, créant ainsi des possibilités de stimuler un développement économique plus productif et socialement inclusif. En ce qui concerne la tarification du carbone, son potentiel de contribution au budget public est illustré à la figure 6.2b. Dans les économies en développement et émergentes, où les ratios recettes fiscales / produit intérieur brut (PIB) dépassent rarement 20%, un prix supplémentaire du carbone de 60 € / t gaz carbonique, s'ajoutant aux mesures existantes, générerait des recettes représentant plus de 2 % du produit intérieur brut ( PIB). Ces recettes ne seraient pas disponibles dans le cadre de politiques climatiques non fiscales telles que les normes d'émission ou l'ETS qui n'autorisent pas les enchères.

    RépondreSupprimer
  3. Un meilleur alignement de la politique fiscale globale peut aider à réduire les émissions de carbone. Les subventions ou déductions fiscales liées aux déplacements domicile-travail (Su et DeSalvo, 2008), aux voitures de société (Harding, 2014) et au secteur de l'aviation (Gössling et al., 2017) sont courantes dans de nombreux pays développés et tendent à encourager les choix de transport à forte intensité de carbone. Le remplacement des taxes foncières par des taxes sur la valeur foncière peut réduire l'étalement urbain et augmenter la densité de logements, ce qui réduit le besoin de trajets plus longs (Banzhaf et Lavery, 2010).



    Les politiques fiscales telles que les transferts fiscaux écologiques, subordonnées à la performance environnementale, peuvent également jouer un rôle dans le secteur de l'utilisation des sols. Ils pourraient constituer un moyen de mettre en œuvre la REDD + 6 lorsque les financements internationaux du paiement au titre de la performance ou du marché du carbone parviendront au niveau du gouvernement national ou des gouvernements des États (Loft et al., 2016). Il existe une expérience croissante en matière de transferts fiscaux écologiques, notamment de transferts de recettes fiscales en faveur des aires protégées et des forêts au Portugal (Santos et al., 2012), dans plusieurs États brésiliens (May et al., 2011) et en Inde (Busch et Mukherjee, 2018). ). Les taxes foncières sur les terres agricoles peuvent également aider à réduire l'utilisation des terres agricoles et la déforestation (Kalkuhl et Edenhofer, 2017).



    En savoir plus: http://wedocs.unep.org/bitstream/handle/20.500.11822/26895/EGR2018_FullReport_EN.pdf

    Je suis horrifié par l’ONU et les attaques vertes contre l’agriculture. L'abondance que nous prenons pour acquise est politiquement fragile. Nous pouvons tous penser aux pays qui sont tombés rapidement de la prospérité et de la sécurité relatives au désespoir parce qu’ils ont pris un mauvais tournant politique. La même chose pourrait facilement arriver à n'importe lequel d'entre nous, si nous le laissions.

    https://wattsupwiththat.com/2018/11/28/un-climate-report-recommends-taxing-carbon-and-discouraging-agriculture/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dictature de l'ONU (la honte du monde), envisage de proposer des taxes sur l'agriculture afin que SEULS les riches ou très riches puissent se nourrir et les autres de crever !!

      Supprimer
  4. L'usine d'équipement solaire en panne de l'Oregon laisse derrière elle des millions de pertes fiscales


    28 novembre 2018
    De l'Institut Heartland
    Par Bonner R. Cohen


    Un effort pluriannuel d’organismes fédéraux, régionaux et locaux visant à soutenir un fabricant de panneaux solaires de l’Oregon a abouti à la fermeture d’une usine, à des millions de dollars de contribuables et à un site de fabrication très pollué.

    Un effort pluriannuel d’organismes fédéraux, régionaux et locaux visant à soutenir un fabricant de panneaux solaires de l’Oregon a abouti à la fermeture d’une usine, à des millions de dollars de contribuables et à un site de fabrication très pollué.

    En 2010, SoloPower Systems (SoloPower) a affirmé pouvoir fabriquer des cellules et modules photovoltaïques solaires «souples» suffisamment légers et minces pour être installés sur des bâtiments ne pouvant supporter des panneaux solaires classiques. Promettant d’employer des centaines de personnes dans son usine de fabrication de 225 000 pieds carrés, SoloPower a attiré des millions de dollars en prêts et crédits d’impôt de la part d’agences gouvernementales.

    Les gouvernements fournissent des fonds

    En 2010, le département américain de l’énergie a prêté 10 millions de dollars à SoloPower. Business Oregon, un organisme public, a accordé à SoloPower des crédits d’impôt de 20 millions de dollars. La ville de Portland a accepté de couvrir la moitié de la dette de SoloPower envers l'État, à condition que l'usine de panneaux solaires soit située dans les limites de la ville, tandis que le comté de Multnomah, où se trouve Portland, a déclaré que le site de l'usine de la société était dans une zone d'entreprise, libérant ainsi le l'entreprise de payer les taxes foncières tant qu'elle répond à certaines exigences en matière de création d'emplois.

    En août 2011, l’administration Obama a augmenté son engagement envers le projet en fournissant à la société des garanties de prêt de 197 millions de dollars, et la California Energy Commission lui a prêté près de 5 millions de dollars.

    Société Falters

    Les perspectives de SoloPower ont rapidement réagi aux réalités du marché, les technologies en grande partie non testées de la société se révélant peu fiables et plus coûteuses que celles proposées par ses concurrents.

    En avril 2013, l'entreprise a fermé son usine et mis à pied la plupart de ses effectifs. En juillet 2013, elle avait cessé de rembourser ses emprunts d'État et peu de temps après, la Californie avait poursuivi la société en justice pour non-remboursement de son emprunt.

    Par la suite, le département américain de l’énergie a retiré ses garanties de prêt de 197 millions de dollars et, à l’automne 2017, le département de l’énergie de Trump a déclaré SoloPower en défaut de son emprunt initial de 10 millions de dollars.

    Également en 2017, le comté de Multnomah a poursuivi la société pour 1,8 million de dollars d'impôts fonciers, ce qui, selon le comté, est due au non-respect des engagements pris pour se qualifier pour les allégements fiscaux qu'il a reçus, et SoloPower a cessé de verser à l'État de l'Oregon, obligeant Portland à rembourser la totalité de la garantie de prêt de 5 millions de dollars de l'entreprise.

    RépondreSupprimer

  5. Déchets toxiques

    Dans un audit de la société, le secrétaire d’État de l’Oregon a souligné que «le comté de Multnomah avait légalement le droit de saisir le matériel de l’emprunteur à des fins fiscales», ce qui était peu probable, car l’usine était fortement polluée par le cadmium et l’acide chlorhydrique.

    La saisie de l'équipement peut ne pas être une option compte tenu du niveau de pollution de l'usine.

    Ce produit est très caustique », a déclaré à Oregon Live Michael Vaughn, l’accesseur du comté de Multnomah. «Et il y en a beaucoup. C’est un gros bazar. "

    Le nettoyage de l'usine coûterait plus de 500 000 dollars.

    https://wattsupwiththat.com/2018/11/28/failed-oregon-solar-equipment-plant-leaves-behind-millions-in-taxpayer-losses/

    RépondreSupprimer
  6. Préparez-vous: une taxe de 163 % sur la viande pourrait être perçue


    par Tyler Durden
    Mer., 28/11/2018 - 20:45
    Publié par Meadow Clark via le blog Organic Prepper de Daisy Luther,


    Comment voulez-vous payer une taxe sur la viande de 163 % chaque fois que vous voulez un steak ou un hamburger ? Qu'en est-il lorsque vous voulez du bacon au petit-déjeuner ou que vous avez envie d'un sandwich au jambon ?

    Après de nombreuses discussions, économistes et soi-disant experts de la santé ont finalement décidé de ce qui était le mieux pour la société: pas de steak pour vous !

    Pensez-vous que vous et votre famille méritez une taxe supplémentaire pour avoir un steak de temps en temps ? Préparez-vous… car les taxes sociales sont ce qu’il faut payer pour le dîner.

    Vous souvenez-vous quand fumer était la seule cible d'ingénierie sociale des gouvernantes en santé du gouvernement ? Puis la graisse, puis le sucre, puis la caféine et maintenant même le soda.

    Le public américain est encouragé depuis des décennies à se régaler d’aliments décadents et riches en calories. Maintenant, les gens sont observés avec des microscopes et ont honte de faire cela. Ou plutôt, pour s'amuser à l'occasion, car qui peut même se payer des steaks maintenant ? Après tout, vous êtes responsable des coûts de santé des autres personnes.

    Il semble que les «experts» aient enfin trouvé un moyen de retirer votre steak de dessous vos fourches. En imposant un autre impôt sur le péché à l'individu et en rendant les choix de vie plus semblables à l'austère, Big Brother commande dans le pur style orwellien de 1984.

    Êtes-vous prêt à devenir ascétique ?

    Je ne le pensais pas !

    Pourquoi une taxe sur la viande ?
    Une étude publiée ce mois-ci déclare:

    La consommation de viande rouge et transformée a été associée à une mortalité accrue due aux maladies chroniques. En conséquence, l'Organisation mondiale de la santé l'a classée comme cancérogène (viande transformée) et probablement cancérogène (viande rouge) pour l'homme. L'une des solutions consiste à réglementer la consommation de viande rouge et transformée de la même manière que d'autres substances cancérogènes et les aliments préoccupants pour la santé publique. Nous décrivons ici une approche basée sur le marché consistant à taxer la viande rouge et la viande transformée en fonction de ses effets sur la santé.

    Et, "l'inclusion du coût social de la consommation de viande rouge et transformée dans le prix de la santé pour le prix de la viande rouge et transformée pourrait entraîner des avantages significatifs pour la santé et l'environnement, ..."

    Sur la base de la corrélation générale entre la viande et la mort, ils ont calculé des niveaux «optimaux» d'imposition pour limiter les achats de viande ou plutôt compenser la flambée des coûts des soins de santé causés par le racket Big Pharma / assurance.

    RépondreSupprimer
  7. Ryan Bourne écrit:

    Le ménage moyen dans le cinquième le plus pauvre de la distribution des revenus consacre 1,3% de ses dépenses à la [viande]. C’est plus du double de la moyenne des dépenses des ménages dans le quintile le plus riche. Pourtant, la viande est désormais un nouvel objectif de «santé publique». […]

    La semaine dernière, des universitaires de l'université d'Oxford ont calculé un "taux d'imposition optimal" sur la viande rouge (agneau, bœuf et porc) et sur les viandes transformées (saucisses, bacon, salami, etc.). Aux États-Unis, les taux recommandés étaient aussi élevés que possible. 34 % et 163 %, respectivement. Selon le rapport, de telles taxes pourraient sauver 52 500 vies américaines par an.

    ...

    […] Cette étude suggère, de façon incroyable, que 557 000 décès par an aux États-Unis sont causés par la consommation de viande rouge et transformée, soit plus de 20% du total. L'un de ses auteurs a déjà suggéré que tout le monde devienne végétalien.

    Avez-vous attrapé ça ?

    Pour mettre les choses en perspective: pour une viande qui coûte maintenant 5 dollars la livre, vous devez payer 6,75 dollars ou 13,15 dollars la livre, selon qu’elle a été transformée ou non.

    Comment voudriez-vous payer une taxe sur la viande de 163 % ?
    En d'autres termes, les riches peuvent garder leurs steaks, laisser les autres manger des gâteaux. (Cela semble-t-il que cela va régler de vrais problèmes de santé ?)

    Bourne note: «Dans son livre de 1937, The Road to Wigan Pier, George Orwell a déclaré que les pauvres mangent« un régime épouvantable, mais le mal singulier est le suivant: moins on a d'argent, moins on est enclin à le dépenser sainement. la nourriture… vous voulez quelque chose de «savoureux». "

    Il semble que les experts le savent déjà. Phys.org a rapporté en septembre:

    Manger de la viande est un symbole de pouvoir et de statut, et ceux qui se considèrent comme ayant un statut socio-économique inférieur préfèrent la viande et mangent plus de viande, en raison de cette perception, selon une nouvelle étude de l'Université Monash et de l'Université de technologie de Sydney (UTS). ).

    Le document, publié cette semaine dans la revue Appetite, a montré que les participants qui se jugeaient plus défavorisés sur le plan socio-économique montraient une préférence plus forte pour les aliments à base de viande par rapport aux participants qui se considéraient plus élevés sur une échelle socio-économique.

    Ces deux rapports viennent de coïncider ? Et les pauvres sont punis pour leur désir inconscient de protéines (et de puissance apparemment) ?

    Il n’est pas clair si ces rapports signifient qu’une loi est en cours d’élaboration, mais c’est définitivement un signe de ce qui va se passer.

    Selon Alan Watt, le livre des années 1980 The Third Wave d'Alvin Toffler révèle le futur programme pour amener le monde au véganisme, qu'ils le veuillent ou non.

    Les taxes de péché ne fonctionnent jamais

    Une taxe de péché ou une taxe de soins de santé ou une «taxe de mode de vie» punit le consommateur, généralement pour quelque chose d'inoffensif dont il jouit. Cela n’aide pas l’économie et n’aide pas à améliorer la santé. Cela rend tout le monde misérable et plus pauvre. Cela rend certaines personnes plus riches et tout cela met royalement la vis aux travailleurs assidus.

    RépondreSupprimer
  8. Et je le répète, cela n’aide pas l’économie !

    Cela peut rapporter beaucoup d'argent à quelques-uns, mais une taxe de péché n'aide pas l'économie, car les gens aiment les petits plaisirs de la vie, en particulier quand ils se sont fait voler les grands plaisirs à cause d'un gouvernement parasitaire qui détruit l'économie et prive les aveugles .

    En général, les gens s’efforcent d’obtenir leurs vices. Ils traversent même les frontières et envoient leur argent à d’autres États ou pays. Ils commencent à fabriquer des objets et à les vendre au marché noir.

    Au fond, les gens savent qu'ils obtiennent le puits. Ils paieraient simplement plus (punis) pour quelque chose qu'ils apprécient. C’est un double standard que le gouvernement devrait capitaliser sur le comportement même qu’il a jugé immoral.

    N'oublions pas qu'il y a aussi beaucoup de coûts personnels liés aux problèmes de santé. Tout n’est pas couvert par d’autres.

    La grosse taxe que Lipo’ed a rapidement obtenue

    Le Danemark a décidé, en 2011, de promulguer une «taxe sur les graisses» sur la malbouffe. Le chocolat, les croustilles, les biscuits, les pâtisseries de longue conservation, etc. Il a été annoncé comme un excellent plan pour finalement réduire les taux d'obésité et prolonger la vie.

    C'était un gros flop.

    Bien sûr, cela a changé les habitudes d'achat des consommateurs. La plupart d'entre eux ont franchi la frontière et inondé l'Allemagne et la Suède de leur argent et ont découvert que leurs cadeaux étaient de moins en moins chers. Le gouvernement danois a banni la taxe dans un délai d'un an. Les fumeurs font la même chose avec la nicotine. Au lieu de franchir les frontières, ils trouvent simplement d'autres moyens de consommer de la nicotine.

    Habituellement, ces taxes échouent même lorsque les scientifiques du secteur disent à tout le monde que la taxe a été réprimée par un «mauvais comportement». Ce qu'ils voient probablement est davantage un déficit économique qu'un changement de cœur.

    Les gens ne réagissent pas bien à être punis dans leurs légumes. C’est déjà assez difficile de «bien manger» tel quel. Qui veut être puni pour n'avoir rien? Cela n’a aucun sens psychologique et les régimes sont un échec avéré pour des raisons similaires.

    Une autre chose qui se passe est que le comportement ne cesse jamais, alors les fous du monde de la santé paient tout le coût des soins de santé pour ceux qui ne se soucient pas de eux-mêmes. Ils sont ensuite taxés s’ils mangent la nourriture du diable. Des coûts sociaux inefficaces pour tout le monde!

    Quel serait un meilleur moyen d'améliorer la santé en Amérique ?
    Il existe toutes sortes de moyens pour amener les Américains à se préoccuper davantage de leur santé et aucun d’eux n’inclut l’impôt sur le péché et la punition.

    Arrêtez de punir les individus. (Mieux vaut récompenser ou inciter à forcer les gens de toute façon)

    Arrêtez avec des mesures morales.

    Arrêtez de manipuler le marché avec des spéculations et des pénuries de cultures artificielles.

    Arrêtez d'inciter les OGM et punissez les fermes biologiques avec des frais exorbitants.

    Arrêtez artificiellement de réduire les coûts de la merde et d'augmenter les coûts des produits.

    Arrêtez de supprimer l'accès aux aliments frais dans les communautés pauvres et aidez les détenteurs du SNAP à trouver des moyens non contraignants de choisir des aliments sains.

    RépondreSupprimer
  9. Arrêtez de donner des contrats de cantine scolaire à des entreprises d’alimentation de qualité médiocre et préparez des aliments frais.

    Ramener l'agriculture de parité.

    Un gouvernement ridicule… des taxes pour les enfants ?
    Le gouvernement devrait maintenant apprendre qu'il ne peut légiférer en matière de comportement social. Mais ceci, mes amis font probablement partie du plan plus vaste. En rendant les gens hors de leur plaisir périodique, cela les habitue à l’idée de ne pas l’avoir lorsque l’élément est finalement retiré de façon permanente, comme un blanc ou une suce.

    Donc, en réalité, la taxe sur la viande FAIT elle-même partie du plan d'ingénierie sociale.

    La grande question qui se pose ici est de savoir pourquoi toutes les études sur la santé, les économistes et les fanatiques du développement durable tentent-ils de faire vivre les gens avec si peu ? Peu de calories, pas de viande, peu de protéines, moins de biens de consommation, de petits espaces, des vêtements bon marché, et ne pensez même pas à prendre une vraie douche chaude! Vous êtes un Hitler total pour avoir utilisé une paille dans un restaurant parce que le Great Pacific Garbage Patch est entièrement de votre faute et que vous devez être socialement conscient à tout moment, même lorsque vous essayez de vous amuser.

    Des sortes de sons comme l’Agenda 21 ou l’Agenda 2030 psycho-babble ne le sont pas Vous savez, ce plan où toutes les ressources en terres, en eau, en animaux et en cultures iront à quelques contrôleurs puissants Hmmmm….

    https://www.zerohedge.com/news/2018-11-28/brace-yourselves-163-meat-tax-could-be-coming

    RépondreSupprimer
  10. FRANCE - LES VÉGANES NE VEULENT PLUS DE LA RUE DE LA SAUCISSE

    L'association PETA demande de rebaptiser le passage «Soycisse» en référence au soja. Le maire d'Issigeac l'envoie promener.


    MICHEL PRALONG
    28.11.2018


    La moutarde est vite montée au nez de Jean-Claude Castagner, maire d'Issigeac, petit village médiéval en Dordogne. Il a en effet reçu le 19 novembre une lettre émanant de l'association végane PETA. Signée Anissa Putois, elle lui demande de rebaptiser dans son village la rue de la Saucisse en rue de la Soycisse, du nom des saucisses véganes, dans laquelle la viande est remplacée par du soja.

    La charmante dame se propose même, si l'édile s'exécute, d'offrir aux habitants de ladite rue, une sélection de ces délicieuses saucisse véganes. «Au début, j'ai vraiment cru à un gag, mais après vérification, je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’une démarche officielle, a dit Jean-Claude Castagner au «Parisien», qui relaie une info de «Sud-Ouest». C’est n’importe quoi et il est hors de question que je le fasse !»

    Plusieurs membres de PETA sont venus passer des vacances dans le village et c'est là qu'ils auraient aperçu cet écœurant nom de rue. La rebaptiser mettrait Issigeac «en valeur tout en l’inscrivant dans l’ère moderne», a écrit Madame Putois. Epoque où, poursuit-elle «s’opère une prise de conscience grandissante de la part du grand public de la cruauté inhérente à la production de viande».

    La petite plaque qui indique le nom de la rue. Photo Google

    Pas de référence à une charcuterie

    Ce qui est étonnant, c'est que les membres de PETA n'ont pas raté le nom de cette ruelle, où ne vit plus à l'année qu'une seule habitante, mais ils n'ont, semble-t-il, pas bien lu la plaque. Celle-ci explique pourtant que la Saucisse ne fait pas référence à une charcuterie, mais à une femme qui vécut là au début du XXe siècle. La pauvre Suzanne Teissier, que ses parents attelèrent à la charrue alors qu'elle avait 12-13 ans pour remplacer une vache morte, vécut par la suite pauvre et particulièrement voutée. D'où le sobriquet de saucisse donné par les enfants. Nom que, selon des anciens du village, elle aurait toutefois apprécié.

    PETA n'a visiblement pas pris le temps de lire la plaque explicative.

    Plus étonnant encore, PETA ne semble pas s'être insurgée contre une autre attraction d'Issigeac, ce petit village situé près de Bergerac et Beaumont-du-Périgord: sa fameuse maison du foie gras. Ils l'ont peut-être loupée.

    Il faudra qu'ils reviennent, le maire semble les attendre avec impatience. (Le Matin)

    https://www.lematin.ch/faits-divers/veganes-veulent-rue-saucisse/story/22392306

    RépondreSupprimer
  11. FAUSSE ÉTUDE POUR ESCROQUER LES PERSONNES ÂGÉES:

    ÉTUDE - CLIMAT: LES PLUS VULNÉRABLES MENACÉS

    La santé des personnes vulnérables est de plus en plus menacée par le réchauffement climatique, rapporte une étude.


    29.11.2018


    Les problèmes de santé liés à la chaleur augmentent dans le monde à cause des effets du changement climatique sur les personnes âgées, les urbains et les patients déjà affaiblis par une maladie, prévient un rapport publié jeudi. L'Europe est particulièrement touchée.

    Elle est plus vulnérable que l'Afrique et l'Asie du Sud-Est, car elle compte davantage de personnes âgées vivant dans les villes, où les effets de la chaleur peuvent être particulièrement ravageurs, selon ce rapport paru dans la revue médicale The Lancet et signé par des experts internationaux.

    «La santé mondiale dans les siècles à venir dépendra de la nature et de l'échelle des réponses que nous apporterons au changement climatique», a souligné l'une des auteurs, la professeure Hilary Graham de l'université britannique d'York.

    Ce rapport annuel, baptisé «Compte à rebours sur la santé et le changement climatique», mesure 41 indicateurs clés concernant ces deux sujets. Son édition 2018 est publiée à quatre jours de l'ouverture en Pologne de la 24e conférence mondiale sur le climat (COP24).

    Economies nationales aussi touchées

    «En 2017, plus de 157 millions de personnes vulnérables âgées de plus de 65 ans ont été exposées dans le monde à des vagues de chaleur, soit 18 millions de plus qu'en 2016», souligne le document.

    «Conséquence de la hausse des températures provoquée par le changement climatique, les populations vulnérables sont exposées à des coups de chaleur, ce qui augmente leur risque de développer des maladies cardiovasculaires et rénales», estiment les auteurs.

    Ces populations vulnérables sont les «plus de 65 ans, les habitants des villes et les patients atteints de maladies cardiovasculaires, de diabète et de maladies respiratoires chroniques». Ce phénomène menace non seulement la santé mondiale, mais aussi les économies nationales.

    «En 2017, 153 milliards d'heures de travail ont été perdues à cause de l'exposition à la chaleur, soit 62 milliards de plus qu'en 2000», particulièrement «en Inde, en Asie du Sud-Est, en Afrique subsaharienne et en Amérique du Sud», indique le rapport.

    Quelque 80 % des heures de travail perdues l'ont été dans le secteur de l'agriculture (122 milliards), 17,5 % dans le secteur de l'industrie (27 milliards) et 2,5 % dans le secteur des services (4 milliards). Le rapport pointe enfin l'insuffisance des budgets consacrés à adapter les systèmes de santé à l'augmentation des températures. (ats/nxp)

    https://www.lematin.ch/sante/sciences/climat-vulnerables-menaces/story/28268009

    RépondreSupprimer
  12. Énergie et taxes : Macron marche sur la tête

    Puisque le Président constate « que nous avons fait trop peu pour répondre au défi du changement climatique », pourquoi faire pire en décidant l’inverse de ce qu’il faudrait faire ?


    Par Michel Gay
    29 NOVEMBRE 2018.


    En réponse au mouvement populaire quasi-insurrectionnel des Gilets jaunes en colère contre l’augmentation des prélèvements divers, notamment les taxes sur les carburants censées payer la « transition énergétique », le président de la République française annonce le 27 novembre qu’il décide de détruire de la richesse en fermant jusqu’à 14 réacteurs nucléaires (sans effet sur les fameuses émissions honnies de gaz à effet de serre) d’ici 2035, et en dilapidant jusqu’à 8 milliards d’euros par an dans les ruineuses et inutiles énergies renouvelables.

    Certes, le Président « demande à EDF de travailler à l’élaboration d’un programme de nouveau nucléaire » pour 2021 ». Mais alors pourquoi commencer par détruire ce qui est rentable, économique, et qui fonctionne parfaitement en toute sûreté, alors que l’État cherche de l’argent dans la poche des contribuables ?

    EMMANUEL MACRON MARCHE SUR LA TÊTE. QUI VA PAYER ?

    Faut-il créer et faire réfléchir longtemps un comité Théodule pour s’apercevoir que ces orientations sur l’énergie vont peser sur le portefeuille de tous les Français, même ceux qui ne paient pas d’impôt sur le revenu, du moment qu’ils se chauffent et qu’ils se déplacent en véhicule, même en vélo électrique ? L’énergie étant à la base de toute production industrielle (ciment acier, verre, plastique…), les fins de mois vont devenir difficiles pour beaucoup de Français.

    Remplacer la production stable, pilotable et bon marché aujourd’hui et demain des centrales nucléaires par des énergies renouvelables fatales, intermittentes, et subventionnées, couplées à des centrales à gaz pour les nuits sans vent (puisque le stockage est un rêve inatteignable) va considérablement augmenter le coût de toutes les énergies, comme en Allemagne et dans une grande partie de l’Europe.

    En effet, par un effet de vase communiquant, les monstrueuses subventions diverses aux énergies renouvelables électriques (principalement les éoliennes et solaires) seront compensées par des taxes en augmentation, et même probablement par de nouvelles taxes sur tous les carburants fossiles dont le gaz, le fuel domestique et les divers carburants. C’est un suicide collectif européen !

    UN CONSTAT JUSTE MAIS UNE RÉPONSE CATASTROPHIQUE !

    Puisqu’il faut « atténuer tout ce qui conduit au réchauffement climatique », et donc diminuer les émissions de gaz à effet de serre, pourquoi fermer des réacteurs nucléaires en parfait état de fonctionnement qui n’en émettent pas ?

    Il est paradoxal, voire incompréhensible pour les Français, d’écrire :

    « Le nucléaire nous permet aujourd’hui de bénéficier d’une énergie décarbonée et à bas coût (…) Le dispositif actuel, qui permet aux Français d’avoir les prix de l’électricité parmi les plus bas d’Europe, s’arrête en 2025. Il est pourtant indispensable que les Français puissent en bénéficier au-delà, tant que les réacteurs nucléaires sont toujours en activité ».
    Puis immédiatement après :

    « Je n’ai pas été élu pour ma part sur un programme de sortie du nucléaire, mais sur une réduction à 50 % de la part du nucléaire dans notre mix électrique. Et je tiendrai cet engagement ».
    En clair, le Français peut aussi comprendre : « J’ai fait une promesse démagogique pour être élu. Elle est idiote mais je m’y tiendrai car je n’ai qu’une parole, et tant pis pour les conséquences néfastes sur le niveau de vie des Français ». Caprice d’enfant gâté qui refuse de voir et d’entendre la souffrance des Français ?

    RépondreSupprimer
  13. Puisque le Président constate « que nous avons fait trop peu pour répondre au défi du changement climatique », pourquoi faire pire en décidant l’inverse de ce qu’il faudrait faire ?

    Pourquoi déclarer que les dirigeants politiques ont fait trop peu et « porteront la responsabilité principale d’avoir ajouté aux dettes économiques et sociales, que devront supporter nos enfants et nos petits-enfants, une dette environnementale d’une tout autre nature » alors que c’est précisément ce que vous faites en prenant des décisions coûteuses et insensées ? La fermeture prématurée de 10 ans de la centrale de Fessenheim coûtera 4 milliards d’euros aux Français.

    RACKET FISCAL SOUS COUVERT D’ÉCOLOGIE ?

    Sur les presque 1 € de taxes diverses imposées aujourd’hui par litre de carburant automobile, environ 10 c€ (c’est énorme) servent à alimenter directement de dispendieuses gabegies qui ne servent pas la cause du réchauffement climatique, comme les éoliennes et les panneaux photovoltaïques. Il faut y ajouter l’augmentation rapide des taxes sur l’électricité, le gaz et le fuel.

    Voilà où réside la véritable cause de la colère des Gilets jaunes qui ont la sympathie de toutes les couches sociales. Payer de force pour un service non rendu (c’est pour votre bien, on va vous protéger) à un nom : ça s’appelle du racket ! La révolution de 1789 a aussi été portée par les nobles révoltés…

    Non seulement monsieur Emmanuel Macron marche sur la tête, mais il semble que tout le gouvernement entraîne les Français dans le caniveau.

    Vouloir restreindre par l’argent l’accès au chauffage et à la mobilité, et donc aux libertés fondamentales des citoyens pour des raisons floues qui alimentent de puissants intérêts privés européens (pour les éoliennes) et chinois (pour les panneaux solaires), est extrêmement dangereux. Ne dit-on pas que lorsque l’avoine manque dans le râtelier, les chevaux se battent ?

    DÉMAGOGIE CONTRE INTÉRÊT GÉNÉRAL

    Pour cajoler les partis verts pendant sa campagne présidentielle, monsieur Macron a fait des promesses démagogiques sur le nucléaire et les énergies renouvelables dont le Président est aujourd’hui prisonnier. Il rappelle aussi dans son discours du 27 novembre que « la taxe carbone a été votée en 2009, 2014 et 2015, engageant beaucoup de responsables politiques ». C’est exact. Alors pourquoi l’ont-ils voté à l’époque ?

    N’ont-ils pas vu les conséquences néfastes de leur vote, se sont-ils fait leurrer, est-ce une manœuvre politique dans la recherche d’un pseudo-consensus pour acheter une paix sociale à court terme, ou est-ce par une forme de lâcheté politique (après moi le déluge) qui ne voit pas plus loin que la portée du mandat électoral ?

    Oui, monsieur le Président et messieurs les députés, les Français sont en colère avec quelques raisons car ils ont le profond sentiment que, pour de mauvaises raisons politiciennes qu’ils ne comprennent pas, les orientations que vous avez prises ainsi que vos annonces stratégiques pour la prochaine programmation pluriannuelle de l’énergie sont contraires à leurs intérêts et à celui de la France !

    https://www.contrepoints.org/2018/11/29/331272-energie-et-taxes-macron-marche-sur-la-tete

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les débouchés sont effrayants autant que criminogènes !

      Plus de carburant ? Les réservoirs sont siphonnés ! Les roulants attaqués jusqu'à ce que mort s'en suive ! (sans parler de tous les diesel qui roulent et rouleront au mazout).

      Parallèlement à çà, il y a les attaques contre les magasins qui osent vendre de la viande ! Ce sont là des gestes de nazis qui sont les mêmes appelés lors des manifestations pacifiques pour casser des vitrines et brûler des voitures !

      Mais çà s'arrête pas là !! Les produits de traitement (remèdes contre les maladies) pour sauver l'agriculture sont retirés des rayons et interdits à la vente !!! C'est-à-dire: zéro légume, zéro fruit de cultivés !

      Alors, où va t-on ??

      On va TOUT DROIT vers une guerre civile où les magasins seront vides (faute de carburant, de viande et de fruits & légumes) et, ces débordements (sous l'œil amusé de la dictature en place) ne pourront être contraint par les 'forces de l'ordre' vue qu'elles n'interviennent que lorsqu'il n'y a plus de danger !

      Supprimer
  14. 48 000 morts par pollution ? Une fake news signée Macron

    Le nombre de décès directement liés aux particules fines est difficile à déterminer. Le gouvernement en fait pourtant un argument de sa politique.


    Par Ludovic Delory
    28 NOVEMBRE 2018.


    Un Président de la République prend la parole pour justifier sa politique confiscatoire. Mais il la justifie sur base de chiffres erronés.

    Cette déclaration, publiée sur Twitter, est incorrecte. La « pollution » ne tue pas 48 000 Français par an. Aucune étude, en tout cas, n’en apporte la preuve. La réalité semble même être complètement différente.

    En 2011, une enquête auprès de 9 villes de France (sur un total de 25 villes européennes) s’est penchée sur les effets de la pollution atmosphérique urbaine. Bordeaux, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Rouen, Strasbourg et Toulouse (soit 12 millions d’habitants) ont contribué à ce projet baptisé Aphekom. Les résultats ont été publiés en 2012. Extrait :

    L’espérance de vie à 30 ans pourrait augmenter de 3,6 à 7,5 mois selon la ville, ce qui équivaut à différer près de 3 000 décès par an, si les concentrations moyennes annuelles de PM2,5 respectaient la valeur guide de l’OMS (10 µg/m3). Le bénéfice économique associé est estimé à près de 5 milliards € par an.

    La science conclut que les particules fines sont nocives et potentiellement mortelles. Mais aucune étude nationale n’apporte la confirmation de ce chiffre, élevé, de 48 000 décès annuels.

    OÙ SE TROUVE LA VÉRITÉ ?

    D’où sort ce chiffre de 48 000 morts, ressassé par le monde politique ? Il est tiré d’un rapport de l’agence Santé publique France, sur « L’État de santé de la Population en France ». Un concept vaste, qui tient aussi bien compte des maladies cardio-vasculaires, du diabète, du mode de vie, que de l’inhalation de gaz toxiques.

    La synthèse de cette étude nous apprend que les cancers (27,6 %) et les maladies cardio-vasculaires (25,1 %) constituent les deux premières causes de décès en France. Le tabac et l’alcool restent, de loin, les principaux vecteurs de mortalité.

    Page 22, on peut lire :

    En particulier, la pollution par les particules fines PM2.5 émises par les activités humaines est à l’origine chaque année, en France continentale, d’au moins 48 000 décès prématurés (soit 9 % de la mortalité en France).

    La source de ce chiffre ? Un rapport commandité par la Commission européenne dans le cadre de la CAFE (Clean Air for Europe), qui fait état de 48 000 morts… prématurées. Ce qui est plus qu’une nuance.

    Même le journal Le Monde, en 2013, avait dénoncé l’usage abusif de ce bilan, martelé sur les ondes par les écologistes Jean-Vincent Placé, Delphine Batho et Cécile Duflot. Entre les deux études, la méthodologie diffère. Et il n’est pas possible d’extrapoler à l’ensemble de la France une étude se limitant à 9 villes, ni même de quantifier la part précise de diesel qui est à l’origine des décès. Quand bien même : près de 3 000 morts mentionnés dans une seule étude visant 12 millions de Français, cela donne à la louche quelque 16 000 morts annuels.

    RépondreSupprimer
  15. LES FAUX MORTS AU SERVICE DE LA POLITIQUE

    Les experts se gardent bien d’émettre, à ce stade, la moindre conclusion sur le nombre de Français décédés suite à l’inhalation de particules fines. Un pas que le Président de la République a franchi, lui, pour justifier l’action de son gouvernement. Le tweet d’Emmanuel Macron repose sur des calculs biaisés. Les récents chiffres montrent que les accidents de la route ont fait 3 684 morts l’an passé en France ; que quelque 8 000 à 10 000 cas de suicide y sont comptabilisés ; que 825 homicides ont été commis ; puis, surtout qu’environ 20 000 Français décèdent annuellement suite à un accident domestique.

    Ce Président de la République approuve et justifie une législation liberticide sur les Fake News qui seraient répercutées par certains médias durant la campagne électorale. Au point d’en faire un combat personnel.

    Benjamin Constant a écrit :

    Là où il n’y a pas de droits, il n’y a pas de devoirs. Dire la vérité n’est donc un devoir qu’envers ceux qui ont droit à la vérité. Or, nul homme n’a droit à la vérité qui nuit à autrui.

    Lorsque le « droit de mentir » s’oppose aux libertés, il offense l’humanité.

    Emmanuel Macron est humain. Il a le droit de se tromper. Il a même le droit de propager des informations basées sur des inexactitudes factuelles. Le problème, c’est qu’en tant qu’élu, il s’autorise à diriger des vies sur la base de contre-vérités. Ce qui est proprement inacceptable.

    https://www.site-aux-publicites-de-merde

    RépondreSupprimer
  16. 16 porte-containers polluent plus que toutes les voitures du monde !


    James Corbett, de l'Université du Delaware
    mardi 12 mai 2015


    Les Mt. Stromboli et MT. Etna, (juste à l'extérieur une grande ville de Naples) en Italie par eux-mêmes émettent de soufre de l'ordre de 100 tonnes par jour - 36.000 tonnes / an. Les émissions mondiales de soufre volcanique sont en moyenne environ 17.500.000 tonnes par an (look it up) et peut être beaucoup plus grande avec une éruption majeure. Il en résulte, si l'expédition d'émissions tuent plus de 60.000 personnes par an, 1 / 3 d'entre eux en Europe, cela impliquerait que la beaucoup plus importante les émissions naturelles tuerait plus de gens chaque année que la 2nd guerre mondiale. Ce n'est pas quelque chose que j'ai remarqué, donc je dois remettre en question les hypothèses derrière les chiffres ..

    Mais vous devez tenir compte des charges énormes effectuées par des navires. Navires transportent environ 90 % du fret intercontinental du monde sur des distances énormes et leur pollution carbonique n'est qu'une fraction du fret aérien - bien que leur production de soufre est beaucoup plus élevé. Une récente étude de l'Université Cambridge comparative montre que, par tonne de fret-km (FTK), navires porte-conteneurs de haute mer émettent environ 7% de gazcarbonique, environ 8 fois plus de dioxyde de soufre (SO2) et environ 40 % du dioxyde d'azote (NO2) du fret aérien. Donc, si des navires convertis à plus faible teneur en soufre du carburant coûteux, ils seraient beaucoup plus agréable. Espérons que Copenhague mettra en application cela - mais vous aurez à payer plus pour vos jouets de Noel.

    La distance par voie maritime vers les ports de Shanghai et Hollande est environ 10.000 miles nautiques et l'Emma Maersk va à 25 noeuds donc 416 heures et consomme 1,660 gallons/h. (6.283 litres), c'est-à-dire 690,560 gallons (2.613.777 litres) pour le voyage. Je comprends également que le navire ne serait pas l'utilisation de combustibles de soute tout le temps mais plus propre du carburant diesel. Pour transporter les 14.000 conteneurs par la route, il faudrait 14.000 camions articulés. La distance par la route est de 5,510 miles (8.867 Km) et la consommation moyenne est de 8 miles par gallon donc 688 gallons par camion faisant un total de 9,632,000 gallons (36.457.229 litres) ce qui équivaut à la consommation d'environ 14 fois plus de carburant. Ces camions ne seraient pas tous conformes à nos règles de pollution serrées et je suis donc à une perte quant à ce qui est pire ?

    Et en passant, quelques infos: 1 à 3 personnes qui vivent à Singapour ont le cancer. Et le cancer du poumon est l'un des tueurs cancer du top ici, en dépit de l'île ayant une stricte politique de non-usage du tabac dans de nombreux domaines. Très peu de gens ici fument. Mais toute l'île est entourée par ces pétroliers massifs. Vous pouvez voir les tonnes de amarré tout près d'un rivage ici.

    Le soufre est un fertilisant majeur, les soufres ont maintenant été complété pour les cultures vivrières sous forme granulaire, car il n'y en a pas assez dans l'air. Quand chaque maison avait un feu de charbon il y avait plein de choses à faire le tour. Mais, selon ces statistiques tordues il devrait avoir tué tout le monde. Le soufre est un des éléments les plus communs sur terre et essentielle pour tous les humains et la vie végétale. Sans lui, toute la vie ne serait pas.

    RépondreSupprimer
  17. Les navires d'aujourd'hui brûlent des carburants ayant une teneur moyenne en soufre de l'ordre de 2 % - 2,5 %. Réduisez-le bien davantage que de 1 % et vous vous retrouvez avec des problèmes d'onctuosité. Si M. Pearce a une solution pour ce problème, je suis sûr que les constructeurs de moteurs seraient très reconnaissants ! Les moteurs de navires sont beaucoup plus efficaces que les moteurs de votre voiture normale, par exemple, la chaleur perdue est récupérée, et dans de nombreux cas, les gaz de combustion sont lavés avant d'être rejetés dans l'atmosphère. Je suppose qu'un jour, nous allons obtenir une argumentation équilibrée impliquant des personnes qui connaissent réellement quelque chose sur les moteurs de navires.

    Presque toutes les nouvelles constructions d'expédition maritime pour les 5-10 dernières années ont une «combustion propre» la technologie comme standard. De nombreux vieux navires sont équipés du même équipement. Les équipements sont essentiellement les laveurs de gaz d'échappement qui nettoient les contaminants dangereux hors des gaz d'échappement avant qu'il ne soit déchargé des cheminées. Les contaminants sont alors débarqués pour être éliminés en toute sécurité à terre.

    Le navire de croisière Freedom of the Seas utilise 12,8 tonnes de carburant par heure et se chiffre à environ 160.000 tonnes. Si vous comparez cela à un navire plus petits tels que le Queen Elisabeth 2 qui se déplace à 49,5 pieds par gallon. Tenant compte du fait que la liberté des mers utilise 12,8 tonnes par heure, alors contempler la quantité de carburant utilisé par un pétrolier le Jahre Viking qui pèse 260.851 tonnes.

    Expert Eco: Fred Pearce est un consultant en environnement pour le magazine New Scientist
    La semaine dernière, il a été révélé que 54 pétroliers sont ancrés au large des côtes de Bretagne, ont refusé de décharger leur carburant que les prix ont augmenté.

    Mais ce n'est pas le seul scandale dans le monde maritime. De prix aujourd'hui écrivain de science-winning Fred Pearce - consultant en environnement pour le New Scientist et auteur des Confessions of an Eco Sinner - révèle que les super-vaisseaux qui maintiennent l'occident en tout, des cadeaux de Noël aux ordinateurs pompent des produits chimiques mortels liés à des milliers de morts dûe à la saleté des carburants qu'ils utilisent.

    Nous l'avons tous remarqué. La fumée noire sales coups de pied par des cheminées de conversion sur les ferries qui traversent la Manche, les paquebots de croisière, porte-conteneurs, pétroliers et même des remorqueurs.
    Il semble grossier, et laisse un brouillard brun dans les ports et les routes maritimes. Mais ce qui n'a pas été clair jusqu'à maintenant est que c'est aussi une importante cause de décès, causant probablement des milliers de morts en la seule Grande-Bretagne.

    Comme les navires deviennent plus grands, la pollution s'aggrave. La statistique la plus stupéfiante de tous est que seulement 16 des plus grands navires au monde peuvent produire aux poumons un gros colmatage de pollution par le soufre que toutes les voitures du monde entier.

    En raison de leurs moteurs colossaux, chaque poids comme un petit navire, ces super-navires utilisent plus de carburant que les petites centrales électriques.

    RépondreSupprimer
  18. Mais, contrairement aux centrales électriques ou les voitures, ils peuvent brûler les moins chers et plus sales de combustibles à haute teneur en soufre: l'épaisseur des résidus laissés dans les raffineries après les liquides plus légers a été prise. La personne trucs sur terre est autorisé à utiliser.

    Merci aux décisions prises à Londres par l'organisme sur les politiques maritimes mondiales, cette pollution pourrait tuer le plus grand nombre en tant que peuple de dollars de plus dans la prochaine décennie - même si un simple changement dans les règles ne pouvait l'arrêter.

    Il y a maintenant, près de 100.000 navires (tout compris) sur les mers, et la flotte est en pleine croissance où les biens sont transportés en grandes quantités à partir de deux puissances asiatiques industrielles aux consommateurs en Europe et Amérique du Nord.

    La récession a à peine entamé le commerce. Ce Noël, la plupart de nos cadeaux seront arrivés par bateaux à partir de super d'extrême-orient; des navires tels que l'Emma Maersk et ses sept sœurs Evelyn, Eugen, Estelle, Ebba, Eleonora, Elly et Edith Maersk.

    Chacun est d'un quart de mile de long et peut transporter jusqu'à 14.000 conteneurs en pleine grandeur sur leurs lignes régulières à partir de Chine à l'Europe.

    Waiting Game: pétroliers amarrés au large du Devon attendant que les prix du pétrole soit à des niveaux encore plus élevés.

    Emma - SS Santa surnommé par les médias - ont apporté des cadeaux de Noël en Europe en Octobre et il est maintenant en route de Algeciras en Espagne à Yantian dans le sud de la Chine, transportant des conteneurs complèts de nos déchets de papier, le plastique et l'électronique pour le recyclage.

    Mais il brûle du fioul lourd marin, ou "fuel de soute", qui laisse derrière lui une traînée de produits chimiques potentiellement létale: soufre et de fumée qui ont été liés à des problèmes respiratoires, une inflammation, du cancer et les cardiopathies.

    James Corbett, de l'Université du Delaware, est une autorité sur les émissions des navires. Il a calculé le nombre de morts dans le monde entier d'environ 64.000 par an, dont 27.000 en Europe. Grande-Bretagne est l'un des pays les plus touché, avec environ 2.000 décès dûs aux fumées. Corbett prédit le chiffre global s'élèvera à 87.000 décès par an d'ici 2012.
    Une partie du blâme pour ce scandale international se situe à proximité de leur domicile.

    A Londres, sur la rive sud de la Tamise à la recherche dans les Maisons du Parlement, est l'Organisation maritime internationale, l'organe de l'ONU que les politiques du monde maritime.

    Pendant des décennies, l'OMI a rejeté les appels à nettoyer la pollution des navires. En conséquence, alors qu'il a depuis longtemps été illégal de fumer noir, la fumée de soufre en charge de Power-station ou cheminées d'échappement de camions, le transport maritime a conservé son permis de polluer.

    Depuis 31 ans, l'OMI a appliqué une politique approuvée par les 169 gouvernements membres de l'organisation qui permet à la plupart des navires pour brûler le combustible de soute.
    Christian Eyde Moller, patron de la compagnie maritime DK à Rotterdam, a récemment décrit cette situation comme «juste des huiles usagées, fondamentalement ce qui reste après que tous les combustibles plus propres ont été extraits à partir de pétrole brut. C'est le goudron, le même que l'asphalte. C'est le moins cher et le plus sale du carburant dans le monde ».

    RépondreSupprimer
  19. Soutes à combustible est aussi épais avec du soufre. Règles de l'OMI d'autoriser les navires à brûler du carburant contenant jusqu'à 4,5 pour cent de soufre. C'est 4500 fois plus que ce qui est permis dans le carburant de voiture en Union européenne. Le soufre sort des cheminées des navires comme des particules minuscules, et ce sont elles qui pénètrent profondément dans les poumons.

    Merci aux règles de l'OMI, les plus grands navires peuvent chacun émettrent autant que 5.000 tonnes de soufre dans un an - les mêmes que les 50 millions d'automobiles typiques, chacun émettant une moyenne de 100 grammes de soufre par an.

    Avec 800 millions de voitures estimées autour de la planète, cela signifie que 16 Super navires peuvent émettre autant de soufre que la flotte mondiale de véhicules.

    Il y a un an, l'OMI a décidé tardivement de nettoyer son acte. Il dit que le carburant expédition ne doit pas contenir plus de 3,5 % de soufre en 2012 et, finalement, doit revenir sur terre à 0,5 %. Ce chiffre inférieur pourrait réduire de moitié le décès, dit Corbett.

    Il ne devrait pas être difficile à faire. Il n'y a pas de moteurs de bateaux, la raison ne peut pas s'exécuter sur les carburants propres, comme des voitures. Mais, loin d'un petit nombre de zones à faible teneur en soufre, y compris le canal anglais et en Mer du Nord, l'OMI a donné aux compagnies maritimes de 12 ans une stupéfiante à faire le changement. Et, même alors, il dépendra d'un examen final "faisabilité" en 2018.

    Dans l'intervalle, selon les chiffres de Corbett, près d'un million de personnes vont mourir.

    La fumée et le soufre ne sont pas les seules menaces des entonnoirs de conversion de navires. Chaque année ils ont également des éructations de près d'un milliard de tonnes de dioxyde de carbone. Les navires sont aussi de grands contributeurs au 'réchauffement de la planète' que des avions - mais ont eu beaucoup moins d'attention des écologistes.

    Tant le transport international et l'aviation sont exemptés des règles concernant le protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de carbone. Mais la pression en vert est son effet sur les compagnies aériennes. À venir le mois prochain à Copenhague les négociations sur le climat, les compagnies aériennes ont promis de réduire les émissions de 50 pour cent d'ici 2050.

    Mais les entreprises d'expédition sont à garder la tête vers le bas. Une réunion de l'OMI en Juillet a jeté les propositions de la British Chamber of Shipping, entre autres, à mettre en place un carbone-système d'échange à encourager les réductions d'émissions.

    Étonnamment, ils ont plaidé contre la pauvreté. Les deux tiers des navires dans le monde sont enregistrés dans les pays en développement tels que Panama. Ce ne sont que les pavillons de complaisance, pour échapper aux règles plus strictes en matière de sécurité et de payer pour les marins.

    Mais à l'OMI, les gouvernements ont fait valoir avec succès que les navires en provenance des pays en développement ne devraient pas avoir à réduire les émissions de carbone. Secrétaire général de l'OMI Efthimios Mitropoulos, a insisté: «Nous sommes lourdement et régulièrement engagées dans la lutte pour protéger et préserver notre environnement." Pourtant, sans limites, les émissions de carbone dues au transport maritime pourrait tripler d'ici 2050.

    RépondreSupprimer
  20. L'échec en appelle à l'OMI à être dépouillé de ses pouvoirs de contrôle des navires dans le monde. Colin Whybrow, de Greenwave, une organisation caritative britannique mis en place pour faire campagne pour rendre le transport maritime, dit: «L'OMI est potable dans le bateau de la dernière chance.

    Burning faible teneur en soufre ne sera pas de réduire les émissions de carbone provenant des navires. Mais il y a d'autres façons. Des moteurs plus efficaces pourraient réduire les émissions de 30 %, selon British marine consultant Robin Meech.

    Vitesse de coupe pourrait réduire les émissions d'autant nouveau. Et il y a des moyens, même farfelue, comme de mettre en place des cerfs-volants géants pour l'exploitation du vent comme dans le temps des bateaux à voile.

    Cependant, vous regardez, les super-navires sont coquins en haute mer, opérant sous les normes de pollution depuis longtemps banni sur terre, le réchauffement de la planète et de tuer ses habitants. Ils ne sont pas les traîneaux du Père Noël.

    Robert Pedersen, de Maersk, a déclaré: « La teneur en soufre varie selon l'endroit où vous obtenez votre carburant. Nos teneurs moyenne en soufre est, je crois, de 2,5 %. Il est assez rare que vous obtenir tout ce que près de 4,5 % ». Il a ajouté que « l'émission de soufre est l'une pour l'ensemble du secteur» et qu'il y aurait une «répercussion énorme sur les coûts» pour passer à des carburants plus propres.

    http://huemaurice7.blogspot.fr/2009/12/16-porte-containers-polluent-plus-que.html

    https://huemaurice5.blogspot.com/2015/05/16-porte-containers-polluent-plus-que.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, à quoi s'en tenir ? Premièrement, notez que seuls les volcans terrestres émettent déjà des millions de fois plus de pollution toxique que toute l'industrie n'en a émis depuis ses débuts !!! Et pourtant... l'humain est arrivé sur Terre !!!

      Deuxièmement: Pourquoi ? Parce que (depuis toujours) TOUS les gaz se recyclent immédiatement. C'est le cycle de tout ce qui forment notre planète. L'eau, l'air, le pétrole, le charbon, etc se recyclent indéfiniment. C'est une transformation continuelle.

      Faut-il donc ignorer la pollution ? NON ! La pollution est en ville pourquoi ? Parce que depuis des décennies les urbanistes construisent des tours à-tout-va qui dévient les vents (sans les arrêter !!) et, ces constructions font que l'air va tourner en rond dans toutes les rues et places publiques. Voir la couleur des façades pour s'en faire une idée !!

      Supprimer
  21. L'Allemagne double le versement aux migrants qui acceptent de quitter le pays


    par Tyler Durden
    Jeu., 29/11/2018 - 06:54


    Aussi incroyable que cela puisse paraître, alors qu'il luttait pour réduire l'afflux déstabilisant de réfugiés et de migrants en Allemagne, le gouvernement de coalition dirigé par Angela Merkel a lancé l'année dernière une campagne offrant une aide financière aux demandeurs d'asile déboutés s'ils décidaient de retourner dans leur pays d'origine. leur pays d'origine. Comme nous l'avions annoncé à l'époque, l'argent servirait à payer le loyer de la première année, et il en restait une partie pour les frais généraux.

    Mais ce qui est peut-être encore plus incroyable, c'est que le nombre de demandeurs d'asile ayant demandé à bénéficier de ce programme a chuté de manière abrupte au cours de la dernière année. En 2017, 29 000 personnes ont opté pour le programme de "rapatriement librement consenti", intitulé "Votre pays, votre avenir maintenant!" Mais ce nombre est tombé à 14 000 fin octobre, selon RT. Pour être éligibles, les demandeurs doivent révoquer leurs demandes d'asile initiales et abandonner tout appel ou toute nouvelle procédure devant les tribunaux allemands chargés des demandes d'asile.

    Ainsi, dans le but d'inciter davantage de migrants à profiter du programme, le ministère de l'Intérieur allemand a lancé une campagne de publicité dans le but d'augmenter le nombre de rapatriements librement consentis. Cependant, les annonces, qui ont été placées sur les panneaux d'affichage dans les grandes villes allemandes au cours des dernières semaines, sont devenues controversées, car ceux qui n'ont pas déjà rejeté la politique de "portes ouvertes" de Merkel ont pris la peine de les altérer, en les décriant. "anti-réfugié".

    En plus des milliers d’euros que les migrants éligibles recevraient s’ils choisissaient de participer au programme, les annonces promettaient également à ceux qui en profiteraient un cadeau supplémentaire: En plus de payer leur loyer, l’Allemagne paiera également le voyage de retour de leur famille dans leur pays d'origine.

    Les législateurs rivaux ont qualifié le plan de "tentative cynique" de masquer les échecs du ministère.

    "La dernière campagne du ministère de l'Intérieur ressemble à une sorte de soldes d'hiver et c'est cynique", a déclaré Konstantin von Notz, chef adjoint de la faction des Verts au Bundestag au quotidien Berliner Morgenpost. "Il s'agit apparemment de dissimuler les propres échecs [du ministère] et d'améliorer les chiffres relatifs aux personnes qui ont quitté volontairement le pays avant la fin de l'année."

    L’Allemand ordinaire n’a pas non plus apprécié cette nouvelle poussée, mais pour une raison différente: ils la considéraient comme un "anti-immigré" et comme un message adressé aux demandeurs d’asile: "L’Allemagne n’est pas votre terre et votre avenir n’est pas ici".

    En conséquence, des graffitis sont apparus sur de nombreux panneaux.

    RépondreSupprimer
  22. L'Allemagne avait initialement offert 1 200 euros (1 360 dollars) à des réfugiés qui ne voulaient pas se battre pour l'expulsion. Mais dans le cadre de la nouvelle initiative, cette somme a été portée à 3 000 euros (3 400 dollars). C'est plus du double du paiement initial.

    Il est surprenant que davantage de migrants ne cherchent pas à profiter du programme, car on pourrait imaginer qu'en offrant un tel incitatif financier, certains migrants pourraient calculer qu'il serait utile de se rendre en Allemagne uniquement dans le but de laisser tomber leur procédure d'asile et prendre l'argent.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-11-29/germany-doubles-payouts-migrants-who-agree-leave-country

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une aubaine pour tous les terroristes éparpillés en divers pays ! Tous ceux des pays frontaliers à l'Allemagne se ruent vers les 'putains d'allocs' ! pour 'rentrer au pays' et revenir très vite en Europe par un autre pays !!

      Supprimer
  23. Premières images humaines révélées par le seul scanner 3D complet du monde


    par Tyler Durden
    Jeu., 29/11/2018 - 04:15


    Le consortium EXPLORER est un groupe multi-institutionnel qui a développé le premier système d’imagerie médicale du corps entier au monde, capable de capturer simultanément des modèles 3D de l’ensemble du corps humain.

    Le scanner, appelé EXPLORER, produit des images avec une résolution 40 fois supérieure à celle des scanners commerciaux actuels et devrait ouvrir de nouvelles voies pour l'utilisation de la TEP / TDM dans la recherche biomédicale et la pratique clinique.

    EXPLORER produit un diagnostic complet du corps en moins de 20 secondes. Il peut également générer des films en 3D qui suivent les radiotraceurs contenus dans des médicaments lorsqu'ils circulent dans le corps. L'appareil peut numériser jusqu'à 40 fois plus rapidement ou utiliser jusqu'à 40 fois moins de dose de rayonnement que les scanners traditionnels, ce qui le rend plus performant pour la détection du cancer. études sur les schémas de trafic dans les thérapies cellulaires; recherche toxicologique; études de troubles métaboliques; maladie auto-immune et autres maladies chroniques; et la recherche en médecine générale des systèmes.

    «Le compromis entre qualité d'image, durée d'acquisition et dose de rayonnement injectée variera selon les applications, mais dans tous les cas, nous pouvons numériser mieux, plus rapidement ou avec une dose de rayonnement moindre, ou une combinaison de ces éléments», a expliqué Cherry.

    Les premières images humaines ont été développées en collaboration avec United Imaging Healthcare, de Shanghai, qui a construit le système prototype et qui sera fabriqué pour la production en série.

    «Même si j'avais imaginé à quoi ressembleraient les images pendant des années, rien ne me préparait à l'incroyable détail que nous pouvions voir lors de ce premier balayage», a déclaré Cherry. «Bien qu’il reste encore beaucoup d’analyses minutieuses à faire, je pense que nous savons déjà que EXPLORER livre à peu près ce que nous avions promis.»

    Dans la première vidéo, les chercheurs ont utilisé le scanner pour surveiller la livraison et la distribution du glucose en temps réel.

    «Le niveau de détail était incroyable, en particulier lorsque la méthode de reconstruction a été optimisée», a déclaré Badawi. «Nous avons pu voir des fonctionnalités que vous ne voyez pas sur les analyses PET normales. Et la séquence dynamique montrant le radiotraceur se déplaçant autour du corps en trois dimensions au fil du temps était, franchement, déconcertante. Il n'y a pas d'autre appareil capable d'obtenir de telles données chez l'homme, c'est donc vraiment nouveau.

    "Je ne pense pas qu'il faudra beaucoup de temps avant de voir un certain nombre de systèmes EXPLORER à travers le monde", a déclaré Cherry. «Mais cela dépend de la démonstration des avantages du système, à la fois en clinique et pour la recherche. Notre objectif est maintenant de planifier les études qui montreront comment EXPLORER profitera à nos patients et contribuera à notre connaissance du corps humain dans son ensemble, qu'il s'agisse de sa santé ou de sa maladie. "

    RépondreSupprimer
  24. Une seconde vidéo montre, en moins de 30 secondes, EXPLORER qui peut développer un modèle 3D d’un corps humain.

    Le premier scanner Explorer sera installé à Sacramento, en Californie, pour être utilisé dans des projets de recherche en 2019.

    Il ne serait pas du tout étonnant que le gouvernement fédéral s'intéresse au scanner pour son utilisation dans les aéroports.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-11-22/first-human-images-worlds-first-full-body-3d-scanner

    RépondreSupprimer
  25. Féministe sur la liste noire: Dire que les hommes ne sont pas des femmes était autrefois "banal", "aujourd'hui c'est" hérésie "


    Breitbart
    29 novembre 2018


    Meghan Murphy, une féministe reconnue qui a récemment été bannie de Twitter pour avoir déclaré que les hommes ne sont pas des femmes, a écrit mercredi un article pour Quillette expliquant comment des faits autrefois "banals" sont devenus "une hérésie - un discours terroriste".

    Murphy, qui a accusé Twitter de "censurer des faits fondamentaux et de faire taire les gens", a été suspendu de manière permanente du réseau social la semaine dernière pour avoir déclaré: "Les femmes ne sont pas des hommes" et "Comment les femmes ne sont-elles pas des hommes ? Quelle est la différence entre un homme et une transsexuelle ? "

    Après que Twitter ait forcé Murphy à supprimer les posts, elle a publié un autre post appelant Twitter et a ensuite été mise sur la liste noire.

    «La déclaration selon laquelle« les hommes ne sont pas des femmes »aurait été considérée comme banale, voire tautologique, il y a quelques années à peine. Aujourd’hui, il s’agit d’une hérésie, semblable à un discours terroriste qui cherche à «nier l’humanité» de personnes transidentifiées qui souhaitent ardemment changer de sexe, mais ne le peuvent pas », a déclaré Murphy dans un article paru dans Quillette, mercredi. «Ces hérétiques sont qualifiés de« TERF »- un terme d’abus qui signifie« féministe radical trans-exclusif »- et sont placés sur une liste noire. Sur de nombreuses discussions sur Twitter, le terme est plus ou moins synonyme de «nazi».

    Dans son article, Murphy a également décrit l'identité des transgenres comme une «foi religieuse», rendant impossible toute discussion avec eux.

    «J'étais en colère d'avoir perdu un compte Twitter avec des dizaines de milliers d'adeptes. J'étais en colère d'avoir perdu un contrat de livre. Mais je vais récupérer », a-t-elle proclamé. «J'ai d'innombrables supporters et ma carrière est loin d'être terminée. Certes, je ne prévois pas de fermer

    https://www.lewrockwell.com/2018/11/no_author/blacklisted-feminist-saying-men-arent-women-used-to-be-banal-today-its-heresy/

    RépondreSupprimer
  26. Le juge en chef prend le président


    Judge Andrew P. Napolitano
    le 29 novembre 2018


    Lorsque Donald Trump est devenu président, il a juré de respecter la Constitution et de faire respecter les lois fédérales "fidèlement". James Madison, qui était le scrutateur de la Convention constitutionnelle, a insisté pour utiliser le mot "fidèlement" dans le serment présidentiel et pour inclure le serment dans le corps de la Constitution, sachant que les présidents seraient tentés de faire fi des lois qu'ils n'aiment pas.

    L'emploi du mot "fidèlement" dans le serment présidentiel est un rappel sans ambiguïté aux présidents qu'ils doivent appliquer les lois fédérales telles qu'elles sont écrites et non comme les présidents pourraient le souhaiter. Plus tôt ce mois-ci, Trump a succombé à la tentation redoutée de Madison, et la semaine dernière, un juge fédéral l'a corrigé. Puis un tumulte s'est ensuivi.

    Voici l'histoire en arrière.

    Les lois fédérales sur l'immigration, ainsi que les traités auxquels les États-Unis sont parties, exigent que les étrangers demandeurs d'asile puissent entrer aux États-Unis par n'importe quelle frontière accessible, que ce soit par un portail désigné ou non. S'ils ne sont pas entrés via un portail désigné, ils peuvent être amenés sans mandat sur un portail pour traitement.

    Le gouvernement fédéral doit traiter toutes les demandes d'asile émanant de migrants qui plaident prima facie pour demander l'asile. Une fois la demande déposée, le gouvernement fédéral peut relâcher le migrant (comme le président Barack Obama) dans la population en général ou le détenir (comme l'a fait le président Trump), dans l'attente d'un procès devant un juge fédéral de l'immigration.

    Lors du procès, le migrant a le fardeau de prouver sa capacité d'asile. Cette dignité ne peut être fondée que sur l'animosité du gouvernement à l'égard du migrant ou de l'incapacité du gouvernement à protéger les droits de l'homme et à faire respecter les droits de propriété dans le pays d'origine. Si le migrant l'emporte au procès, l'asile est accordé et une carte verte est émise. Sinon, l'expulsion s'ensuit.

    Le 9 novembre, le président Trump a publié une proclamation enjoignant à la patrouille des frontières de refuser l'entrée à tous les migrants, y compris ceux qui font des demandes d'asile légitimes, à moins qu'ils ne passent par les portails gouvernementaux où les agents de la patrouille des frontières sont présents pour traiter leurs demandes. Bien que cela semble raisonnable, cela va directement à l’encontre de la loi fédérale, qui autorise expressément les migrants à entrer aux États-Unis n’importe où.

    Lorsque des groupes de migrants ont contesté l'ordonnance de Trump devant un tribunal fédéral à San Francisco, le juge Jon Tigar a empêché le gouvernement de se conformer à la proclamation du président. Le juge n'a émis aucun jugement de valeur et n'a pas critiqué la motivation du président. Il a plutôt déclaré que la loi était claire: les immigrants demandeurs d'asile pouvaient entrer n'importe où et le président ne pouvait pas modifier la loi fédérale; seul le congrès peut.

    RépondreSupprimer
  27. Trump a rejeté la décision du juge Tigar comme non fondée parce que le juge avait été nommé à l'audience par l'ancien président Obama. L'impression implicite dans les propos de Trump était que le juge Tigar l'avait jugé pour des raisons politiques. En réalité, le juge Tigar a fait ce que tout juge ferait; il a empêché le président de modifier la loi fédérale et l'a obligé à appliquer les lois sur l'immigration telles que les a rédigées le Congrès - et à le faire fidèlement.

    Trump ne devrait pas être surpris quand les juges se prononcent contre lui quand il se fait justice lui-même. Il ne peut fermer la frontière sans un acte du Congrès et un retrait légal de deux traités. Il ne peut pas refuser d'accepter des demandeurs d'asile en fonction de l'endroit où ils entrent. Il ne peut utiliser l’armée pour faire respecter les lois sur l’immigration - son propre secrétaire à la Défense l’a qualifié de "cascade" - sans enfreindre les autres lois fédérales.

    Le juge Tigar n'a pas nécessairement incorporé son idéologie personnelle dans sa décision (pas plus que le "juge Trump" qui a statué pour CNN et contre le président l'a fait la semaine dernière); il a simplement appliqué une loi fédérale de longue date. Il n'y a pas de place pour l'idéologie au niveau du procès. Je le sais personnellement grâce à ma propre expérience de juge du procès dans le New Jersey.

    Peu de temps après que Trump ait publiquement fustigé le juge Tigar, le juge en chef John Roberts a pris publiquement la défense de Tigar. Le juge en chef a annoncé qu'il n'y avait pas de juges Obama, Trump, Bush ou Clinton, mais des défenseurs assidus de la Constitution. Deux autres commentaires de Trump, qui l'ont directement contesté, ont répondu à ce commentaire.

    Qui est correct ?

    Il ne fait aucun doute que de nombreux juges fédéraux sont nommés par les présidents en raison de points de vue partagés sur les politiques publiques. Bien que ce soit généralement le cas pour les juges d’appel et, à l’époque moderne, toujours pour les juges de la Cour suprême, c’est rarement le cas pour les juges de première instance, dont le juge Tigar.

    Les juges de première instance ne rendent pas la politique publique. Ils appliquent les lois telles que rédigées par le Congrès, conformément aux précédents établis par la Cour suprême et la cour d'appel intermédiaire à laquelle elles sont soumises.

    Cependant, nous savons qu'il y a un noyau de vérité dans l'accusation du président et qu'il y a un noyau de langue dans la joue dans la dispute du juge en chef. La juge Ruth Bader Ginsburg serait certainement plus favorable à la décision du juge Tigar.

    Cependant, nous savons qu'il y a un noyau de vérité dans l'accusation du président et qu'il y a un noyau de langue dans la joue dans la dispute du juge en chef. Il est évident que la juge Ruth Bader Ginsburg serait favorable à la décision du juge Tigar par rapport au juge Samuel Alito. Ginsburg, une personne nommée à Clinton, interpréterait probablement la loi littéralement, et Alito, une personne nommée à George W. Bush, donnerait probablement au président une marge de manœuvre.

    RépondreSupprimer
  28. Pourtant, le spectacle du président et du juge en chef contestant les valeurs constitutionnelles n’est pas heureux. Voici pourquoi. En vertu de la Constitution, les trois branches du gouvernement fédéral - législatif, exécutif et judiciaire - sont égales. Pourtant, le pouvoir judiciaire a le dernier mot sur le sens de la Constitution et des lois. Le pouvoir judiciaire est anti-démocratique. Les juges fédéraux ne devraient pas se soucier de ce que pense le public. Leur travail consiste à appliquer la Constitution et à interpréter les lois fédérales telles qu’elles ont été écrites, quoi qu’il en soit.

    Pour ces raisons, les juges et juges fédéraux ont un mandat à vie. Ils n'ont pas besoin et ne devraient pas demander l'approbation du public. Et ils ne doivent pas entrer dans des conflits publics - autrement que par décision judiciaire - car, ce faisant, ils peuvent paraître aussi politiques que ceux des deux autres branches.

    http://www.judgenap.com/post/the-chief-justice-takes-on-the-president

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette politique de 'porte ouverte' mérite de s'y arrêter. Pourquoi, n'importe qui peut-il s'installer dans un pays ?

      Outre le fait qu'il y ait des raisons valables d'amour pour le pays ou de fuite du sien cause à la guerre ou la famine, existe une autre raison de les faire venir et de les garder.
      Cette raison est qu'une dictature a besoin de soutient et que l'étranger ne mordra pas la main qui le nourrit et apprendra à ses enfants à faire de même.

      Mais, d'un autre côté, il y a l'irrespect de l'étranger envers les us et coutumes locales. Il continuera donc à manger des plats de chez lui, se vêtir comme chez lui, parler la langue de chez lui et de se maintenir en des quartiers où il y a d'autres immigrés de chez lui !

      C'est ce qui est appelé généralement des clans, des quartiers dangereux, des zones de non-droit, bref, un autre pays enclavé dans le pays !

      C'est pourquoi aux États-Unis continue d'exister la dictature républicaine plutôt que la Démocratie* où ce sont les habitants du pays qui proposent leurs propres-lois et votent eux-mêmes leurs propres-lois !

      * à ne pas confondre avec le parti dit 'démocrate' qui est CONTRE la Démocratie.

      Supprimer
  29. Les stations-service européennes sans diesel: la grève d'une raffinerie française aggrave la crise


    Mike Mish Shedlock


    Le diesel est rare en Europe. La situation est sur le point de se dégrader avec la fermeture de la plus grande raffinerie française.

    Bloomberg rapporte que les difficultés européennes en matière de diesel se creusent alors que la grève arrête une raffinerie de pétrole française.

    Total SA, le plus grand raffineur de France, est sur le point de fermer sa plus grande usine du pays, Gonfreville, une usine de 247 000 barils par jour en Normandie, en raison d’un conflit de travail, a déclaré mardi un porte-parole de la société. À quelques centaines de kilomètres, aux Pays-Bas, les stations-service pour le commerce de détail sont à court de fournitures en raison des contraintes d'expédition sur le Rhin, selon Royal Dutch Shell Plc.

    Le 20 novembre, Shell avait annoncé une réduction de la production sur son site de raffinage de Rheinland, le plus grand complexe de ce type en Allemagne, en raison des faibles niveaux d’eau du Rhin. Dans un tweet mardi, la société a déclaré qu'elle était temporairement incapable de fournir des stations-service sans personnel aux Pays-Bas.

    Les stations-service allemandes étaient déjà à sec en raison de la situation sur le Rhin, un important couloir de transport de produits pétroliers qui relie les Alpes suisses au nord-ouest jusqu'aux Pays-Bas. La Suisse a libéré des stocks de carburant d'urgence en raison de la situation sur le fleuve.

    La prime par baril de diesel sur le Brent - un autre indicateur de la vigueur du marché - s'est établie à 15,96 $ mardi, le plus haut niveau de la période en six ans.

    Le prix du diesel en passe de monter en flèche

    Cette fermeture ne peut pas arriver au pire moment pour le président français Emmanuel Macron.

    Macron s'inquiète déjà d'une protestation de sa taxe sur le diesel.

    La taxe diesel devient violente

    Des Français de toute la France se sont rendus à Paris pour faire savoir au président leur sentiment sur les taxes en général et sur la taxe sur le diesel. Les [manifestations liées à la taxe sur le diesel] (les manifestations sur le diesel en France deviennent violentes) sont ensuite devenues violentes.

    Attendez-vous à plus de réactions lorsque le prix monte en flèche.

    Macron propose de fermer le nucléaire

    Dans une autre annonce peu judicieuse, le président français Emmanuel Macron dévoile un plan visant à réduire le recours à l'énergie nucléaire.

    Au milieu de protestations quotidiennes contre les prix élevés de l'énergie, M. Macron a déclaré que la France allait fermer 14 réacteurs nucléaires d'ici 2035.

    La France est plus dépendante de l'énergie nucléaire que n'importe quel autre pays, tirant environ les trois quarts de son électricité de ses 19 centrales nucléaires.

    Le dirigeant français a promis de développer plutôt les énergies renouvelables, affirmant que sa priorité était de tirer l'économie de la France du combustible qui contribue au réchauffement de la planète.

    RépondreSupprimer
  30. Tu peux répéter s'il te plait ?

    Excusez-moi de vous faire remarquer que l’énergie nucléaire n’ajoute pas de gaz à effet de serre, mais pas que toute cette alerte au réchauffement planétaire a tout son sens.

    Le dernier enfant cérébral de Macron

    M. Macron a également déclaré que le gouvernement trouverait un moyen de retarder les hausses de taxes sur le carburant pendant les périodes de hausse des prix mondiaux du pétrole.

    Excusez-moi de signaler que la manifestation contre le diesel a eu lieu lorsque les prix du pétrole ont chuté.

    Dans le but de calmer les manifestants, M. Macron a proposé une consultation de trois mois avec des associations et des groupes d'activistes, y compris les soi-disant "vestes jaunes" qui ont dirigé les récentes manifestations, sur la meilleure façon de gérer la hausse des coûts de l'énergie.

    Oui en effet. C'est sûr de travailler.

    Flottant dans l'espace

    Avec la permission du New York Times, voici le commentaire du jour:

    "Il semble être sourd", a déclaré Fabrice Schlegel, qui a contribué à l'animation de certaines manifestations citoyennes qui ont secoué la France ces dernières semaines. "Il nous parle de la" transition écologique ". C’est un homme politique qui flotte dans l’espace."

    Maladie du pied dans la bouche de Macron

    Les gaffes diesel et nucléaire de Macron sont au-dessus de sa menace de maintenir l’UE dans le pilier permanent de l’Union douanière "temporaire".

    En fait, je suis heureux pour Macron pour ces menaces syndicales coutumières.

    Espérons que le parlement britannique se réveillera suffisamment pour voter sur cet accord pathétique que Theresa May tente de réduire à néant.

    Mike "Mish" Shedlock

    https://moneymaven.io/mishtalk/economics/european-gas-stations-out-of-diesel-french-refinery-strike-deepens-crisis-QKfaVhJc0EuFHGx6OOf5ZA/

    RépondreSupprimer
  31. L'art de la guerre : les mensonges nucléaires du secrétaire général de OTAN Jens Stoltenberg


    Manlio Dinucci
    Mondialisation.ca
    mer., 28 nov. 2018 18:39 UTC


    "Les missiles russes sont un danger" : l'alarme est lancée par le Stoltenberg dans une interview au Corriere della Sera, réalisée par Maurizio Caprara "Il n'y a pas de nouveaux missiles en Europe. Mais des missiles russes oui", déclare en préambule Stoltenberg en taisant deux faits.

    Premièrement : à partir de mars 2020 les États-Unis commenceront à déployer en Italie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas (où sont déjà basées les bombes nucléaires B-61), et probablement dans d'autres pays européens, la première bombe nucléaire à guidage de précision de leur arsenal, la B61-12, dans une fonction principalement anti-Russie.

    La nouvelle bombe est dotée d'une capacité pénétrante pour exploser sous terre, afin de détruire les bunkers des centres de commandement dans une première frappe. Comment les États-Unis réagiraient-ils si la Russie déployait des bombes nucléaires au Mexique, adossées à leur territoire ?

    Comme l'Italie et les autres pays, violant le Traité de non-prolifération, mettent à disposition des USA des bases ainsi que des pilotes et avions pour le déploiement d'armes nucléaires, l'Europe sera exposée à un plus grand risque en tant que première ligne de la confrontation croissante avec la Russie.

    Deuxièmement : un nouveau système de missiles USA a été installé en 2016 en Roumanie, et un autre, analogue, est en cours de réalisation en Pologne. Le même système de missiles est installé sur quatre navires de guerre qui, basés par la U.S. Navy dans le port espagnol de Rota, croisent en Mer Noire et en Mer Baltique au bord du territoire russe. Les installations terrestres comme les navires sont dotés de lanceurs verticaux Mk 41 de Lockheed Martin, lesquels -spécifie le constructeur même- peuvent lancer "des missiles pour toutes les missions : soit SM-3 pour la défense contre les missiles balistiques, soit des Tomahawk à longue portée pour attaquer des objectifs terrestres".

    Ces derniers peuvent aussi être armés d'une tête nucléaire. Ne pouvant pas vérifier quels missiles se trouvent réellement dans les lanceurs adossés au territoire russe, Moscou suppose qu'il y a aussi des missiles d'attaque nucléaire, en violation du Traité FNI interdisant l'installation de missiles à portée intermédiaire et courte avec bases à terre.

    Stoltenberg accuse au contraire la Russie de violer le traité FNI, en lançant un avertissement : "Nous ne pouvons pas accepter que les Traités soient violés impunément".

    En 2014, l'administration Obama a accusé la Russie, sans apporter la moindre preuve, d'avoir expérimenté un missile de croisière (SSC-8) de la catégorie interdite par le Traité, annonçant alors que "les États-Unis sont en train de considérer le déploiement en Europe de missiles avec base à terre", autrement dit l'abandon du Traité FNI.

    Le plan, soutenu par les alliés européens de L'OTAN, a été confirmé par l'administration Trump : dans l'année fiscale 2018 le Congrès a autorisé le financement d'un programme de recherche et développement d'un missile de croisière lancé du sol depuis une plate-forme mobile sur route. Des missiles nucléaires du type euromissiles, déployés par les USA en Europe dans les années 80 et éliminés par le Traité FNI, sont en mesure de frapper la Russie, tandis que des missiles nucléaires analogues déployés en Russie peuvent frapper l'Europe mais pas les USA. Stoltenberg lui-même, faisant référence aux SSC-8 que la Russie aurait déployés sur son propre territoire, déclare qu'ils sont "en capacité d'atteindre une grande partie de l'Europe, mais pas les États-Unis".

    RépondreSupprimer
  32. Voilà comment les États-Unis "défendent" l'Europe.

    Grotesque enfin l'affirmation par Stoltenberg qui, attribuant à la Russie "l'idée très périlleuse de conflits nucléaires limités", avertit : "Toutes les armes atomiques sont dangereuses, mais celles qui peuvent abaisser le seuil pour leur usage le sont particulièrement". Exactement l'avertissement lancé par des experts militaires et des scientifiques étasuniens à propos des B61-12 qui sont sur le point d'être déployées en Europe : "Des armes nucléaires de plus petite puissance et plus précises augmentent la tentation de les utiliser, voire de les utiliser les premiers au lieu de le faire en représailles".

    Pourquoi le Corriere della Sera ne va-t-il pas les interviewer ?

    https://fr.sott.net/article/33174-L-art-de-guerre-les-mensonges-nucleaires-du-secretaire-general-de-OTAN-Jens-Stoltenberg

    RépondreSupprimer
  33. Visualiser la montée en flèche du sans-abrisme au Royaume-Uni


    par Tyler Durden
    Jeu., 29/11/2018 - 02:45


    Le dernier rapport de l'organisation caritative pour le logement Shelter a révélé une nouvelle augmentation du nombre de personnes sans abri enregistrées en Grande-Bretagne.

    En 2016, la première année selon les chiffres fournis par Shelter, il y aurait 295 000 personnes sans abri dans le pays. Comme le note Martin Armstrong de Statista, ce chiffre est passé à 307 000 l’an dernier et s’élève maintenant à 320 000.

    Le chiffre prend en compte les personnes dormant dans la rue, vivant dans des logements temporaires et le nombre de places dans les auberges de jeunesse qui sont occupées. Les totaux seraient des estimations prudentes et ne tiendraient pas compte des personnes inconnues des autorités.

    - voir graphique sur site -

    Infographic: Le sans-abrisme augmente en Grande-Bretagne | Statista

    Vous trouverez plus d'infographies sur Statista

    Comme le rapporte The Guardian, ce ne sont pas seulement les sans-abri qui souffrent, les banques alimentaires de certaines des régions les plus pauvres se préparent à une forte augmentation de la demande lorsque le crédit universel sera déployé en appelant à davantage de dons et de volontaires et à la constitution de stocks de produits de première nécessité.

    Des volontaires ont déclaré à l'Observateur qu'ils s'inquiétaient de la manière dont leurs communautés vont faire face cet hiver. Dans les régions où le nouvel avantage existe depuis des mois, la pression sur les banques alimentaires s'est accrue. Dans le nouveau système, les gens sont obligés d'attendre plus d'un mois pour recevoir la prestation. Lorsque le crédit universel est versé, il est souvent versé sous forme de montant forfaitaire, que beaucoup trouvent difficile à budgétiser.

    Le Trussell Trust, qui exploite 428 banques alimentaires, a indiqué en avril que ses installations étaient quatre fois plus occupées dans les zones où le nouveau crédit était en place depuis 12 mois ou plus par rapport à celles où il avait été introduit plus récemment.

    «Les banques alimentaires du Royaume-Uni appellent pour nous dire qu'elles ont beaucoup souffert de la demande croissante», a déclaré Mamdani. "Ils ont suggéré que nous devions être plus préparés qu’ils ne l’étaient."

    Emma Revie, directrice générale de Trussell Trust, a déclaré: «Nous constatons une augmentation des besoins dans les banques alimentaires. Il est temps d'agir. Si l’attente de cinq semaines n’est pas réduite, le seul moyen d’empêcher que plus de personnes soient forcées de se rendre dans les banques alimentaires cet hiver sera de suspendre toutes les nouvelles demandes de crédit universel. Nous devons nous assurer que notre système de prestations peut protéger les personnes de la faim. "

    Commentant le nouveau rapport, la directrice générale de Shelter, Polly Neate, a déclaré ceci:

    RépondreSupprimer
  34. "Ces nouveaux chiffres montrent que le sans-abrisme a un impact dévastateur sur la vie des personnes partout au pays. En raison de la tempête parfaite de la flambée des loyers, des réductions de l'aide sociale et du manque total de logements sociaux, un nombre record de personnes dorment à la rues ou coincés dans les limites étroites d’une chambre d’auberge. "

    Ajouter:

    "Nous avons désespérément besoin d'une action maintenant pour changer demain pour les centaines de milliers de personnes dont le sans-abrisme va gâcher la vie cet hiver."

    https://www.zerohedge.com/news/2018-11-28/visualizing-surge-uk-homelessness

    RépondreSupprimer
  35. Rencontre avec le fusil d'assaut de nouvelle génération et le pistolet Sauer Sig de l'armée


    par Tyler Durden
    Jeu., 29/11/2018 - 01:00


    Au cours des trois dernières décennies, l'armée américaine a remis le fusil M16 et le pistolet M9 à son personnel d'infanterie. Les deux armes sont standard pour le soldat américain et ont bien fonctionné dans de nombreuses opérations à l'étranger.

    Avec la possibilité d'un conflit militaire avec la Chine et / ou la Russie, l'armée a fait plusieurs préparatifs pour remplacer ses armes obsolètes et obsolètes.

    Au 4e trimestre de 2017, nous avons documenté la manière dont l'armée se préparait à des décennies de guerres hybrides dans de multiples domaines - espace, cyberespace, air, terre et mer. Nous avons examiné le dernier rapport du commandement de l’entraînement et de la doctrine de l’Armée de terre, qui montre comment le prochain cycle de guerres hybrides pourrait commencer vers 2025 et se poursuivre jusqu’à 2040.

    Puis, le mois dernier, le chef de cabinet de l'armée américaine a annoncé que le service s'attendait à se procurer l'arme de la prochaine génération. Son tir serait plus rapide, plus loin que les fusils d'infanterie M16 et M249, et pénétrerait les technologies de gilet pare-balles les plus avancées au monde.

    "Il tirera à des vitesses qui dépassent de loin la vitesse des balles aujourd'hui, et il pénétrera dans toutes les gilets pare-balles existants ou connus", a déclaré le général Mark Milley à Military.com lors de la cérémonie annuelle de 2018 de l'armée américaine. Réunion et exposition.

    "Ce que j'ai vu jusqu'à présent de la part des ingénieurs et des personnes qui ont mis ces choses en place, c'est tout à fait possible sur le plan technologique ... C'est une très bonne arme."

    La sollicitation de contrat sur FedBizzOpps indique que l’Armée envisage de confier la production d’un maximum de 250 000 systèmes d’armes (NGSW-R, NGSW-AR ou les deux), 150 000 000 cartouches de munitions, pièces de rechange, outils / jauges / accessoires, et soutien technique. "
    - voir photo sur site -

    La production en série du fusil d'assaut de nouvelle génération étant imminente, l'armée a également remplacé son ancien pistolet Beretta M9.

    Alors qu'est-ce qui n'allait pas avec le M9 et pourquoi a-t-il été remplacé ?

    - voir photo sur site -

    La technologie des pistolets a rapidement évolué depuis les années 1980, lors de la mise en service du M9. Les attaquants à double action, peu communs il y a trois décennies, sont devenus la norme et, pour une excellente raison, a déclaré le Rifleman américain. Le système de percussion est scellé sans fente de marteau exposée qui empêche la poussière et les débris de pénétrer dans le pistolet.

    Le M9 est fabriqué à partir d'un cadre en aluminium. Les cadres en aluminium ou en acier étaient la norme au 20ème siècle, mais les matériaux composites ont remplacé la plupart des métaux de base. Un autre inconvénient du M9 est l’absence de rail Picatinny pour l’ajout de supports supplémentaires, notamment des éclairages, des lasers et / ou des mires.

    RépondreSupprimer
  36. En gardant tout cela à l'esprit, 2018 a été une année de transition pour l'armée dans le remplacement de ses anciennes armes.

    Plus tôt cette année, la 101ème division aéroportée de l'armée a été la première à recevoir les nouveaux pistolets M17 et M18 des forces armées, conçus pour donner à l'infanterie un avantage en termes de capacité de combat dans les cavernes, les tunnels, les maisons et autres scénarios de combat rapproché. .

    - voir photo sur site -

    «Vous pouvez vous rapprocher de l'ennemi dans un combat rapproché et engager l'ennemi d'une seule main. C’est difficile de faire cela avec le M9 », a déclaré à la presse le lieutenant-colonel Martin O’Donnell, porte-parole de la 101e division aéroportée, au début de l’année.

    - voir photo sur site -

    Le nouveau pistolet est également conçu avec une configuration ergonomique qui permet aux soldats de permettre une commutation rapide de la main si nécessaire au combat.

    Son concepteur dit que la M17 apporte une dispersion beaucoup plus étroite, une polyvalence améliorée et une précision de nouvelle génération.

    «Avec cette arme, vous pouvez passer rapidement de la main droite à la main gauche. Si vous filmez quelque chose qui vous met mal à l'aise et vous ne pouvez pas vous agripper confortablement, ce n'est pas aussi précis », a déclaré le Sgt. 1re classe Andrew Flynn, maître artilleur de la 101e division, a déclaré plus tôt cette année.

    L’Armée de terre achète actuellement des milliers de fusils d’assaut et de pistolets d’assaut de la prochaine génération dans le but de moderniser ses forces avant le prochain conflit qui se déroulera au milieu des années 2020.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-11-20/meet-armys-next-generational-assault-rifle-and-sig-sauer-pistol

    RépondreSupprimer
  37. Paul Craig Roberts met en garde la Russie et la Chine sur des "marques faciles" pour la déstabilisation de Washington


    par Tyler Durden
    Jeu., 29/11/2018 - 02:00
    Écrit par Paul Craig Roberts,


    La Russie est désavantagée par sa conviction que l'Occident est régi par la loi

    Les navires militaires ukrainiens ont violé les restrictions imposées par la Russie à la mer d'Azov et les articles 19 et 21 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. La marine ukrainienne a franchi la frontière maritime russe et est entrée dans une zone fermée des eaux territoriales russes. De toute évidence, Washington était derrière tout cela car l'Ukraine n'entreprendrait pas une telle provocation par elle-même. Voici une explication précise de l'événement.

    La marine russe a arrêté les navires ukrainiens. Bien sûr, les mandataires occidentaux, dont la plupart sont des actifs de la CIA, accuseront "l’agression russe". Washington et ses mandataires font tout ce qui est en leur pouvoir pour rendre impossible l’objectif déclaré par Trump de relations normales avec la Russie. Le porte-parole de l'OTAN, Oana Lungescu, a rapidement aligné l'OTAN sur l'Ukraine:

    "L’OTAN soutient pleinement la souveraineté de l’Ukraine et son intégrité territoriale, y compris ses droits de navigation dans ses eaux territoriales."

    Le complexe armée / sécurité américain préfère le risque de guerre nucléaire à une diminution de son budget annuel de 1 000 milliards de dollars, somme totalement inutile qui est appelée à croître à mesure que les mandataires, conformément au complexe armée / sécurité, continuent de diaboliser la Russie et Poutine et de ne jamais remettre en question les orchestrations évidentes utilisées pour présenter la Russie comme une menace.

    La réponse du gouvernement russe à la provocation et à la violation de la loi par l’Ukraine a été d’organiser une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies, comme si quelque chose en découlerait. Washington paie un pourcentage tellement élevé du budget de l'ONU que peu de pays vont se ranger à Washington. Nikki Haley, ambassadeur fou du président Trump, a déclaré: "Nous prenons des noms".

    De toute évidence, le gouvernement russe estime toujours, malgré tout ce qui est dit le contraire, que présenter une attitude non menaçante vis-à-vis de l'Occident, qui fait appel à la loi et non aux armes, permet de discréditer les accusations d'agression occidentales contre la Russie.

    Si seulement c'était vrai, mais pas avant qu'un haut responsable russe ait annoncé que, malgré les élections accablantes pour l'indépendance de Kiev dans les provinces séparatistes de l'Ukraine, la Russie ne reconnaîtrait pas les républiques indépendantes de Donetsk et de Louhansk que "l'armée ukrainienne ouverte Des tirs d'artillerie massifs dimanche ont bombardé des quartiers résidentiels de la République populaire de Donetsk autoproclamée. "

    Faisant confiance à l’état de droit en Occident, le gouvernement russe creuse la tombe de la Russie tout en permettant aux nazis ukrainiens de Washington d’assassiner le peuple russe. Le gouvernement russe se discrédite en faisant confiance à des vassaux américains, tels que l'Allemagne, pour appliquer l'accord de Minsk et, malgré toutes les preuves du contraire, en estimant qu'il existe une règle de droit en Occident. La Russie continue, année après année, de faire appel à cette entité inexistante appelée État de droit occidental.

    RépondreSupprimer
  38. Cette politique rassure les néo-conservateurs sionistes qui dirigent la politique étrangère de Washington que la Russie est incapable de défendre ses intérêts.

    Le gouvernement Poutine semble penser que pour prouver sa démocratie, il doit tolérer tout traître russe au nom de la liberté d'expression.

    Cela fait de la Russie une marque facile à déstabiliser pour Washington. Nous le constatons déjà dans les taux d’approbation en baisse de Poutine en Russie. Le gouvernement russe autorise les journaux russes financés par les États-Unis et les ONG à frapper le gouvernement russe quotidiennement. Des décennies de propagande américaine ont convaincu de nombreuses personnes dans le monde que l’amitié de Washington est la clé du succès. Les intégrationnistes russes pensent que Poutine fait obstacle à cette amitié.

    La Chine est aussi une marque facile. Le gouvernement chinois autorise les étudiants chinois à étudier aux États-Unis d’où ils retournent soumis à un lavage de cerveau provoqué par la propagande américaine et deviennent la cinquième colonne de Washington en Chine.

    Il semble parfois que la Russie et la Chine se concentrent davantage sur la création de richesses que sur la survie nationale. Il est extraordinaire que ces deux gouvernements soient encore limités dans leur indépendance et restent tributaires du dollar américain et des systèmes financiers occidentaux pour la compensation de leurs échanges internationaux.

    Alors que Washington contrôle les explications, survivre à l'hégémonie de Washington s'avère être un défi pour les deux pays.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-11-28/paul-craig-roberts-warns-russia-china-easy-marks-washington-destabilize

    RépondreSupprimer
  39. Des navires américains traversent le détroit de Taiwan pour la troisième fois cette année, quelques jours avant la réunion Trump-Xi


    par Tyler Durden
    Mer., 28/11/2018 - 21:45


    Un jeu de pouvoir avant que les têtes de deux grandes puissances ne s’assoient pour un dîner cordial? La marine américaine n’a certainement pas hésité à annoncer la manœuvre.

    Tandis que le président chinois Xi Jinping doit rencontrer son homologue américain Donald Trump au sommet du G20 en Argentine, à la fin de la semaine, Taiwan et ses eaux territoriales sont à nouveau une source de friction, pour la troisième fois cette année La marine américaine a traversé mercredi deux navires dans le détroit de Taiwan.

    Selon le ministère de la Défense taïwanais, un navire de guerre américain et un navire de ravitaillement ont traversé les eaux internationales. Le même communiqué indique que Taiwan défendra la sécurité de son territoire maritime et de son espace aérien.

    Destructeur de missiles guidés USS Stockdale, via Reuters
    Le Pentagone a également confirmé le passage de mercredi, avec un porte-parole du South China Morning Post selon lequel il s’agissait du USS Stockdale, un destroyer de missiles guidés, et du USNS Pecos, un pétrolier de ravitaillement, qui a "procédé à une transition de routine du détroit de Taiwan avec le droit international ".

    "Le passage des navires dans le détroit de Taiwan témoigne de l'engagement des États-Unis en faveur d'un Indo-Pacifique libre et ouvert", a-t-il déclaré. "La US Navy continuera de voler, naviguer et opérer partout où le droit international le permettra." du détroit en juillet et octobre.

    Actuellement, ce que le Pentagone a appelé une opération «de routine» a de nouveau suscité la fureur contre Pékin, les deux pays étant déjà en pleine guerre commerciale. Pékin avait condamné le dernier incident de ce type en octobre, alors que le ministère des Affaires étrangères restait à ce moment-là. «La question de Taiwan concerne la souveraineté et le territoire de la Chine, et constitue le problème le plus important et le plus sensible en Chine et aux États-Unis. rapports."

    Pékin considère Taiwan comme une province séparatiste qu’elle prétend légitimement sous l’autorité chinoise. Le Pentagone, pour sa part, a constamment réitéré sa position d'un "engagement des États-Unis en faveur d'un Indo-Pacifique libre et ouvert" face aux revendications chinoises dans le Pacifique Sud, qui sont devenues de plus en plus dangereuses à mesure que la marine chinoise s'est rapprochée l'observation des manœuvres américaines, entraînant des interceptions d'escalade.

    Le mois dernier, le président taïwanais, Tsai Ing-wen, avait annoncé que son budget de défense augmenterait chaque année pour pouvoir défendre sa souveraineté, notamment en reprenant le développement national d'avions de formation et de sous-marins. Cela ne l’aidera pas à se défendre contre la plus grande armée du monde.

    RépondreSupprimer
  40. Tout cela rendra certainement la réunion de Trump-Xi potentiellement tendue alors que les deux parties se font concurrence pour voir quel pays clignotera en premier. Pendant ce temps, le détroit de Taiwan continue de faire chaud, chaud, chaud ...

    https://www.zerohedge.com/news/2018-11-28/us-ships-traverse-taiwan-strait-third-time-year-days-trump-xi-meeting

    RépondreSupprimer
  41. Le forçage génétique élimine efficacement les moustiques vecteurs du paludisme dans des tests de laboratoire


    27 Novembre 2018
    par Seppi
    Mark Lynas*



    Des chercheurs de l'Imperial College de Londres ont pour la première fois réussi à utiliser une nouvelle technique d'édition de gènes révolutionnaire pour éliminer en laboratoire une population entière de moustiques vecteurs du paludisme.

    Le « forçage génétique » est présenté depuis plusieurs années comme un moyen potentiel de contrôler les ravageurs dans l’environnement et a été vanté comme une option pour éliminer les espèces invasives dans les îles, ainsi que pour contrôler la maladie de Lyme et d’autres menaces.

    L'approche du forçage génétique fonctionne en supplantant les règles mendéliennes normales de l'hérédité, selon lesquelles un organisme hérite de la moitié de ses gènes de chaque parent. Dans le forçage génétique, un gène modifié est transmis à la progéniture dans 100 % des cas.

    Cependant, les recherches antérieures ont souffert d'un inconvénient : les organismes cibles ont été en mesure de stopper le forçage génétique par des mutations qui restaurent la fonction du gène ciblé, qui est ensuite sélectionné sur plusieurs générations. Les chercheurs de l'Imperial College n’ont cependant pas vu de mutations, ce qui a fait naître l’espoir que leur approche pourrait constituer un moyen relativement « résistant à la résistance » de cibler le paludisme.

    En 2016, le paludisme a occasionné 445.000 décès, dont 90 % en Afrique subsaharienne. Les efforts de lutte contre le paludisme utilisant des moustiquaires et des insecticides ont assez bien réussi à réduire la transmission, mais les moustiques développent désormais une résistance à de nombreux insecticides, ce qui réduit leur efficacité.

    L'approche du forçage génétique est prometteuse car elle cible uniquement une seule espèce de moustique, Anopheles Gambiae, qui transmet le parasite du paludisme. Bien qu'il existe des centaines d'espèces de moustiques, seuls quelques-uns piquent l'homme et transmettent la maladie.

    Dans la revue Nature Biotechnology, l’équipe de recherche a rapporté qu’elle avait réussi à écraser la population d’A. Gambiae dans des cages à 100 % en sept à 11 générations en introduisant l’élément de forçage génétique dans les moustiques modifiés.

    La chercheuse principale, le professeur Andrea Crisanti du Département des Sciences de la Vie de l’Imperial College, a déclaré : « Cette découverte montre que le forçage génétique peut donner des espoirs dans la lutte contre une maladie qui sévit depuis des siècles dans l’humanité. Il reste encore du travail à faire, à la fois pour tester la technologie dans le cadre d’études en laboratoire plus vastes et pour travailler avec les pays touchés afin d’évaluer la faisabilité d’une telle intervention. »

    « Il faudra encore au moins cinq à dix ans avant d’envisager de tester des moustiques modifié pour contenir le forçage génétiques dans la nature », a-t-elle poursuivi, « mais nous avons maintenant des preuves encourageantes que nous sommes sur la bonne voie. Les solutions de forçage génétique ont le potentiel d'accélérer un jour l'éradication du paludisme en surmontant les barrières de la logistique dans les pays pauvres en ressources. »

    RépondreSupprimer
  42. L'équipe a ciblé un gène d'A. Gambiae appelé « doublesex », qui détermine si un moustique se développe en mâle ou en femelle. Les femelles avec deux copies du gène modifié ont présenté des caractéristiques à la fois mâles et femelles, n'ont pas piqué et n'ont pas pondu.

    À la fin de l'expérience, tous les moustiques des cages ont été mâles ou femelles intersexuées, et la population s'est effondrée car les insectes ne se sont pas reproduits.

    S'il était libéré dans la nature, l’espoir serait que ce forçage génétique pourrait un jour éliminer le paludisme sur de vastes zones de l’Afrique, sauvant ainsi des centaines de milliers de vies par an.

    Certains critiques ont fait craindre qu’un forçage génétique ciblant les moustiques paludéens modifierait de manière irréversible l’écosystème. Cependant, une étude distincte menée par une autre équipe de l'Imperial College a révélé qu'A. Gambiae ne possède aucun prédateur qui en dépend entièrement et que son élimination aurait probablement peu d'effet sur l'ensemble de l'écosystème.

    La prochaine étape pour l’équipe de l’Imperial College de Londres consistera à tester l’approche du forçage génétique dans des environnements de laboratoire confinés plus réalistes, qui imitent mieux les conditions dans les pays tropicaux, et avec de plus grandes populations de moustiques.

    Les chercheurs ont conclu leur article sur une note encourageante en soulignant que le gène doublesex qu'ils ont ciblé était présent dans toutes les espèces d'insectes connues. Ceci « suggère que ces séquences pourraient être un talon d’Achille présent dans de nombreux insectes nuisibles qui pourraient être ciblés par des approches d’édition de gènes. »

    ____________

    * Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2018/09/gene-drive-effectively-eliminates-malarial-mosquitos-lab-test/

    http://seppi.over-blog.com/2018/11/le-forcage-genetique-elimine-efficacement-les-moustiques-vecteurs-du-paludisme-dans-des-tests-de-laboratoire.html

    RépondreSupprimer
  43. Forçage génétique et forçage médiatique : la dernière foucartade du Monde


    28 Novembre 2018
    par Seppi


    À propos de « Le forçage génétique est un peu au généticien ce que la nitroglycérine est à l’artificier »

    Un "état des lieux" ? Vraiment ?

    Une mégaconférence sur la biodiversité...

    Du 13 au 29 novembre 2018 se tient à Charm el-Cheikh (Égypte) une Conférence des Nations Unies sur la Diversité Biologique qui inclut la 14e Conférence des Parties à la Convention sur la Diversité Biologique, la 9e réunion des Parties au Protocole de Carthagène sur la Prévention des Risques Biotechnologiques, la troisième réunion des Parties au Protocole de Nagoya sur l’Accès aux Ressources Génétiques et le Partage Juste et Équitable des Avantages Découlant de leur Utilisation, deux segments ministériels, nombre de réunions parallèles.

    Bref, une méga-conférence avec, dit-on, 6.000 participants et un lieu où vont se dérouler non seulement des négociations, mais aussi des jeux d'influence, des intrigues, des manipulations. C'est d'autant plus facile que bon nombre de participants sont incompétents sur les sujets pointus et en même temps compliqué vu le nombre de participants. Opportunité et défi... il faut sortir le grand jeu.

    ...dans l'indifférence médiatique quasi-générale en France...

    Pourtant, cette conférence se déroule dans l'indifférence médiatique quasi-générale en France. Il n'y guère qu'Alternatives Économiques qui ait proposé le 16 novembre 2018 une tribune de MM. Aleksandar Rankovic et Yann Laurans, de l'Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI), « Le monde vivant s’effondre et nous regardons ailleurs ».

    ...et M. Stéphane Foucart vint...

    Et M. Stéphane Foucart vint sur un sujet précis, le forçage génétique avec « Jouer avec la génétique » dans la version papier du Monde datée des 25 et 26 novembre 2018 et « Le forçage génétique est un peu au généticien ce que la nitroglycérine est à l’artificier » sur la toile la veille (les guillemets font partie du titre sur la toile).

    On l'aura compris : « Hou ! Fais-moi peur ! » ou « Oui, nous aurons la peste !... La peste bubonique !... Et le choléra !... Et ce sera la fin du monde, valet de Satan » (Philippulus le Prophète).

    En fait, c'est plus subtile. On ouvre sur Charm El-Cheikh et on attaque :

    « Plusieurs dizaines d’organisations non gouvernementales de défense de l’environnement ou de l’agriculture paysanne demandent aux délégations réunies d’adopter un moratoire sur les usages de cette technique – encore expérimentale – d’ingénierie du vivant. »

    On explique ensuite de quoi il s'agit, sans oublier la petite dose d'anxiogénèse :

    « La bonne vieille transgénèse, cantonnée aux champs de maïs ou au soja, faisait déjà horreur aux environnementalistes : on imagine assez bien la terreur que doit leur inspirer le "forçage génétique" : le gene drive est un peu au généticien ce que la nitroglycérine est à l'artificier. »

    RépondreSupprimer
  44. (Source)

    Les bénéfices potentiels sont plutôt généreusement décrits avec une référence à Nature Biotechnology et Science. Puis,

    « Car les risques sont à la mesure des bénéfices possibles. »

    On tremble à l'évocation des « transferts de ces constructions génétiques à d'autres espèces que celles ciblées [qui] ne sont pas impossibles », de l'insertion d'« une séquence d'ADN étrangère [...] par accident dans la construction génétique, alors que celle-ci ne s'est pas encore transmise à tous les individus de la population ciblée », des « effets de ces manipulations à l'échelle de l'écosystème »... « sans même évoquer de possibles usages militaires ou malveillants ».

    Et donc :

    « Ce sont ces risques d'effets inattendus et irréversibles qui ont conduit de nombreuses personnalités et organisations à demander à la Convention sur la diversité biologique la signature d'un moratoire. Celui-ci a très peu de chances d'être adopté. Le principal risque est, selon les signataires, l'utilisation du forçage génétique pour des usages commerciaux en agriculture. »

    C'est exact pour le début. Encore faudrait-il savoir qui sont ces « personnalités » et « organisations », quelles sont leurs compétences et leurs motivations. Il faut consentir un gros effort pour trouver un texte avec une date (sans l'année...) pour avoir celui de 2018 et non celui de 2016 (l'altermonde avait déjà essayé à Cancún, avec un petit succès puisque la question a été retenue). Toujours est-il que les deux premières photos présentent Mme Vandana Shiva et M. Olivier De Schutter... l'expertise et l'honnêteté intellectuelle/morale sont au rendez-vous…

    Pepe, mon ami, que fais-tu là ?

    Agiter la peur, prêcher l'apocalypse, est un formidable fond de commerce... avec une bonne dose de complotisme. Celle-ci est fidèlement répercutée par le Monde de M. Stéphane Foucart :

    « Dans un rapport publié en octobre, l'ONG ETC Group et la Fondation Heinrich Boil dénoncent de discrètes manœuvres en cours, susceptibles de préparer le terrain au développement et à l'utilisation du forçage génétique en agriculture industrielle. Dépôts de brevets, recours à des firmes de relations publiques pour commencer à travailler l'opinion et les décideurs, recherches de gene drive visant des ravageurs des cultures, et destinés à les éradiquer... »

    Les « anti » n'ont guère besoin de « firmes de relations publiques » pour distiller, eux, leur venin... Ils ont des journalistes complaisants.

    Mais M. Foucart termine sur une note qui se veut philosophe :

    « A l'heure actuelle, aucun débat d'ampleur, éclairé et ouvert, n'a eu lieu sur le sujet. La question demeure confinée aux spécialistes et à quelques ONG. Entre le moratoire total, sourd et aveugle aux opportunités offertes par la technique, et l'ouverture à des applications commerciales plus soucieuses des bénéfices de court terme que de l'intérêt général, une voie médiane est sans doute possible.

    Dans tous les cas, bien sûr, des risques existeront toujours. Mais lorsqu'il s'agira de lutter contre le paludisme, il sera bien difficile de dire lesquels de ces risques pourraient excéder les quelque 440000 morts occasionnés chaque année, dans le monde, par la maladie. »

    RépondreSupprimer
  45. Merci d'avoir fait la distinction entre « spécialistes » et « ONG » (en fait, elles ne sont pas « quelques » mais se réduisent à ETC Group qui cornaque les autres). On admirera aussi la rhétorique anti-économique... ah, les vilains « bénéfices de court terme », axiomatiquement contraires à « l'intérêt général ». Il se trouve pourtant que la plupart des recherches en cours visent des applications d'intérêt public. Mais admettons que le complotisme veut qu'il se prépare des choses funestes dans le secret des laboratoires des méchantes multinationales...

    Les lecteurs du Monde ne sauront pas...

    Cet article de M. Stéphane Foucart est-il équilibré ? À première vue, oui, les bénéfices possibles étant bien décrits.

    Mais les lecteurs sont abreuvés de positions et inquiétudes de l'altermonde (y inclus le lobby international du « bio » qui, pour faire poids, apporte quatre signatures à la demande de moratoire – pour Friends of the Earth, c'est... 18), et le camp de la recherche du progrès est accablé, y compris avec des insinuations (par exemple les « discrètes manoeuvres ») et des épouvantails (les brevets...).

    Le lecteur du Monde ne saura donc pas que la communauté de chercheurs (de ceux qui promeuvent le progrès, au sens premier du terme) s'est mobilisée, notamment par cette lettre ouverte :

    « Fermer la porte à la recherche en créant des barrières arbitraires, une grande incertitude et des retards indéterminés limitera considérablement notre capacité à fournir des réponses aux questions des décideurs, des régulateurs et du public. Le moratoire suggéré à la CDB sur les disséminations sur le terrain empêcherait une évaluation complète des utilisations potentielles du forçage génétique. Au lieu de cela, la faisabilité et les modalités de toute évaluation sur le terrain devraient être évaluées au cas par cas. »

    The Guardian partage avec le Monde un même penchant pour l'écologisme politique. Dans « Scientists divided over new research method to combat malaria » (les scientifiques divisés sur la nouvelle recherche pour combattre le paludisme), du 14 novembre 2018, il a pourtant mentionné cette lettre et donné la parole à son premier signataire, M. Austin Burt, professeur de génétique évolutive, ainsi qu'à un chercheur tanzanien et deux autres chercheurs britanniques. La lettre est également citée dans Nature, sans compter le fait qu'elle est facilement accessible sur internet par une simple recherche. Pourquoi le Monde n'a-t-il pas présenté le point de vue des chercheurs favorables à une recherche constructive ?

    Le lecteur du Monde ne saura pas non plus que la Royal Society a produit un document explicatif, « Gene drives – why it matters » (forçage de gènes – pourquoi c'est important), recommandant à la conférence de ne pas fermer la porte aux essais – lesquels seront évidemment entrepris le moment venu en ayant pris toutes les précautions nécessaires. Il ne saura pas que des réponses ont été apportées à certains des épouvantails qui sont agités par l'altermonde.

    Et il ne saura pas que les pays africains, réunis au sein de l'Union Africaine, ont fermement plaidé contre un moratoire sur les essais (voir : « L'Afrique s'oppose au moratoire sur le forçage génétique proposé à la Conférence des Nations Unies sur la Biodiversité »).

    RépondreSupprimer
  46. Le lecteur peu attentif aura le choix entre deux messages mis en pavé sur la journal papier : « Le "gene drive" est un peu au généticien ce que la nitroglycérine est à l'artificier » – en haut de page, juste sous le titre (cette phrase est le titre de l'article sur internet) et : « L'éradication complète du paludisme pourrait être envisageable en quelques années ». Que retiendra-t-il, à votre avis, ce lecteur qui n'est confronté au palu que s'il voyage dans des pays lointains ?

    De quoi s'agit-il ? La science et la technique

    (Source)

    Le forçage de gène (gene drive) est issu des dernières techniques de la biotechnologie de précision, notamment du système CRISPR/Cas9. En temps normal, en génétique mendélienne, la fréquence d'un gène particulier reste constante au sein d'une population, hormis en cas de pression de sélection en sa faveur ou défaveur.

    Le mécanisme du forçage est constitué d'un gène d'intérêt (que l'on veut transmettre) et d'une séquence qui reconnaît le chromosome homologue ne le contenant pas comme défectueux et y insère le mécanisme. Celui-ci se retrouve donc sur les deux chromosomes homologues et est ainsi transmis (théoriquement) à l'ensemble de la descendance.

    Une des applications – c'est malencontreusement une des premières à avoir été étudiée – consiste à transmettre un gène qui rend les femelles stériles. À terme, toute la population – voire toute l'espèce – est éradiquée. Précisons tout de même que, pour obtenir ce résultat, il faut que les mâles transformés soient suffisamment nombreux.

    Il va de soi qu'une telle éventualité pose de gros problèmes à plusieurs niveaux, et que la précaution est tout à fait justifiée. Mais cela ne justifie pas un moratoire qui aurait pour effet de geler ad vitam aeternam la technologie, y compris les applications qui ne posent pas ce genre de problème (imaginez par exemple une tique qui repousserait la bactérie Borrelia vectrice de la maladie de Lyme, ou des cicadelles qui ne transmettraient plus Xylella...).

    Le but du moratoire est précisément d'empêcher la recherche, de nous interdire le droit de savoir... et comme on ne sait pas, il faut un moratoire... la boucle est bouclée (pour le plus grand bonheur des « ONG » : la question devant revenir régulièrement sur le tapis, l'altermonde a son fond de commerce).

    De quoi s'agit-il ? Les négociations

    La Conférence des Parties a été saisie à son ouverture d'un projet de décision sur la biologie synthétique (page 220 du recueil) produit précédemment par un organe subsidiaire. Il comportait le texte suivant qui actait un dissensus :

    « 10. Demande aux Parties et aux autres gouvernements, compte tenu des incertitudes actuelles concernant le forçage génétique, d’appliquer une approche de précaution, conformément aux objectifs de la Convention, [en ce qui concerne la dissémination][et de s’abstenir de disséminer] des organismes résultant d’un forçage génétique, y compris des disséminations expérimentales ».

    Les textes entre crochets représentent les alternatives soumises à la Conférence. Le deuxième correspond au moratoire.

    À l'heure où nous écrivons, la Conférence est saisie d'un nouveau texte. Il est évidemment devenu obèse :

    RépondreSupprimer
  47. « 9. Demande aux Parties et aux autres gouvernements, compte tenu des incertitudes actuelles concernant le forçage génétique, d’appliquer une approche de précaution, conformément aux objectifs de la Convention, et demande également aux Parties et aux autres gouvernements de ne considérer l'introduction d'organismes contenant des séquences de gènes modifiés dans l'environnement, y compris à des fins expérimentales de dissémination et de recherche et développement, que lorsque :

    a) Des évaluations scientifiques approfondies des risques ont été effectuées au cas par cas ;

    b) Des mécanismes de gestion des risques ont été établis pour éviter ou réduire au minimum les effets néfastes potentiels, si nécessaire ;

    c) Le cas échéant, le "consentement préalable donné en connaissance de cause", le "consentement préalable donné librement et en connaissance de cause" ou "l’approbation et la participation" des peuples autochtones et des communautés locales potentiellement touchés sont sollicités ou obtenus, selon les circonstances nationales et conformément aux lois en vigueur ».

    La traduction est défectueuse : dans « considérer l'introduction d'organismes contenant des séquences de gènes modifiés », il manque la référence au forçage : « consider introducing organisms containing engineered gene drives ». Le traducteur a toute ma sympathie...

    Notons enfin que cette solution était déjà connue dans son principe, grâce à un « non-paper » du 23 novembre 2018, quand l'article de M. Stéphane Foucart a été mis en ligne. Mais nous admettrons volontiers que le métier de journaliste est difficile et qu'il arrive un moment où il faut mettre le point final.

    http://seppi.over-blog.com/2018/11/forcage-genetique-et-forcage-mediatique-la-derniere-foucartade-du-monde.html

    RépondreSupprimer
  48. L'Afrique s'oppose au moratoire sur le forçage génétique proposé à la Conférence des Nations Unies sur la Biodiversité


    28 Novembre 2018
    par Seppi
    Joseph Opoku Gakpo*


    L’Afrique s'est opposée à un projet de moratoire sur la libération dans l’environnement d’organismes munis d'un forçage génétique qui fait actuellement l’objet d’un débat à la conférence des Nations Unies sur la biodiversité en Égypte.

    Des travaux sont actuellement en cours au Burkina Faso qui pourraient éventuellement conduire au déploiement de la technologie du forçage génétique dans la lutte contre le paludisme. Cette perspective a conduit certains délégués à réclamer un moratoire sur la libération d’organismes dans l’environnement, même dans le cadre d’essais limités sur le terrain.

    Les parties à la Convention sur la Diversité Biologique sont invitées à choisir entre deux textes qui définiraient la technologie : « Demande aux Parties et aux autres gouvernements, compte tenu des incertitudes actuelles concernant le forçage génétique, d’appliquer une approche de précaution, conformément aux objectifs de la Convention, [en ce qui concerne la dissémination][et de s’abstenir de disséminer] des organismes résultant d’un forçage génétique, y compris des disséminations expérimentales » [ma note : à l'heure où nous écrivons, la proposition a évolué]. L’adoption de la deuxième proposition entraînera l’interdiction de la libération d’organismes munis d'un forçage génétique dans l’environnement dans plus de 190 pays signataires de la Convention.

    Au cours d'une réunion de groupe de travail à la conférence dimanche [18 novembre 2018], l'Afrique du Sud a conduit le groupe africain à rejeter le texte demandant un abstention. « Au nom du groupe des pays africains, nous demandons la suppression du texte entre crochets "et de s’abstenir de disséminer", en faveur de "en ce qui concerne la dissémination" », a déclaré le chef de la délégation sud-africaine à la réunion.

    Cette position reflète les opinions de plus de 100 scientifiques qui ont signé une lettre ouverte contre le moratoire proposé. « Fermer la porte à la recherche en créant des barrières arbitraires, une grande incertitude et des retards indéterminés limitera considérablement notre capacité à fournir des réponses aux questions des décideurs, des régulateurs et du public », indique la lettre. « Le moratoire suggéré […] sur les disséminations sur le terrain empêcherait une évaluation complète des utilisations potentielles du forçage génétique. Au lieu de cela, la faisabilité et les modalités de toute évaluation sur le terrain devraient être évaluées au cas par cas. »

    Le Dr Umar Traore, qui dirige le laboratoire de l’Agence de la Biosécurité du Burkina Faso, est du même avis. « Nous ne pouvons pas arrêter le travail », a-t-il déclaré à l'Alliance pour la Science lors d'un entretien. « Si on s'abstient, dans 10 ans, on sera toujours au même stade. Le paludisme est un fardeau pour nous. C’est une maladie que nous ne pouvons pas gérer. Nous accueillons donc favorablement toute possibilité de lutter contre la maladie. Nous ne pouvons pas nous permettre de garder avec nous des moustiques qui transmettent des maladies. Donc, nous devons nous tourner vers le forçage génétique. »

    RépondreSupprimer
  49. L'Union Africaine comprend 55 pays et plus de 50 d'entre eux soutiennent la position du groupe des pays africains à la conférence. Des représentants du Ghana, du Nigeria, du Kenya et de dizaines d’autres pays africains se sont ralliés à la position de l’Afrique du Sud. « Madame la Présidente, nous soutenons la position de l'Afrique du Sud selon laquelle le texte "et de s’abstenir de disséminer" devrait être supprimé… », a déclaré le chef de la délégation du Nigeria à la réunion.

    Comme l’a fait remarquer Eric Okoree, membre de la délégation ghanéenne et directeur général de l’Autorité de Biosécurité du pays, « le Ghana ne croit pas en une interdiction. Le Ghana croit en la position de l'Union Africaine selon laquelle la science et la technologie devraient être utilisées pour promouvoir le développement socio-économique. Ces technologies sont émergentes. Nous devons voir comment nous pouvons les utiliser au mieux. C’est la raison pour laquelle nous sommes unis en tant qu’Afrique. »

    À la réunion du groupe de travail, la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, l'Inde, l'Indonésie, l'Argentine, le Pérou, la Suisse et d'autres pays ont soutenu la position du groupe de l'Afrique selon laquelle un moratoire n'était pas nécessaire sur le déploiement de la technologie du forçage génétique. La Thaïlande, la Bolivie, l’Égypte et El Salvador, toutefois, ont appuyé la position préconisant un moratoire sur le forçage génétique.

    L'Union européenne a proposé un texte de compromis, appelant les gouvernements à « s'abstenir de telles disséminations à moins qu'une évaluation des risques ait été réalisée et que des mesures appropriées soient en place ». La question a été renvoyée à un groupe restreint pour débattre et parvenir à un consensus pour adoption par la plénière, éventuellement avant la fin de la conférence le 29 novembre.

    Plus de 190 pays parties à la convention débattent des propositions d'un groupe ad hoc d'experts techniques, de forums en ligne et de l'Organe Subsidiaire Chargé de Fournir des Avis Scientifiques, Techniques et Technologiques. Les propositions traitent principalement de biologie synthétique, mais peuvent avoir des conséquences pour la recherche sur le forçage génétique.

    Des milliers de personnes de ces pays sont réunies pour la conférence bisannuelle. Chaque pays a une délégation qui négocie l'approbation des propositions du Secrétariat de la Convention sur la Diversité Biologique. Ils discutent de divers sujets dans des groupes de travail. Les questions litigieuses sont renvoyées à des groupes de contact plus petits, qui décident ensuite des questions et en rendent compte à la réunion pour approbation.

    Les représentants de groupes de la société civile, d'organisations non gouvernementales, d'universités, etc. qui s'intéressent à la biodiversité sont accrédités pour participer à la conférence et contribuer aux délibérations, mais leurs suggestions ne sont prises en compte que si elles sont soutenues par une partie.

    Certains de ces groupes ont contribué aux discussions sur la technologie du forçage génétique lors de la réunion du groupe de travail, certains réclamant une interdiction et d'autres s'y opposant. Le professeur Austin Burt de Target Malaria (cibler le paludisme), dont l'organisation travaille sur le projet de forçage génétique au Burkina Faso, a déclaré à la réunion qu'il était nécessaire de laisser la technologie prospérer.

    RépondreSupprimer
  50. « Nous exhortons les parties à éviter de prendre des décisions qui entraveraient la recherche en créant des barrières non justifiables sur le plan scientifique, une grande incertitude et des retards indéterminés. Nous encourageons les parties à s’appuyer sur l’expérience acquise, les connaissances existantes et les connaissances acquises par les autorités nationales et les autorités spécialisées pour guider les experts travaillant sur le forçage génétique », a déclaré Burt.

    Royden Saah de l'organisation à but non lucratif Islands Conservation, qui s'emploie à prévenir les extinctions en éliminant les espèces invasives des îles, a déclaré à la réunion : « Les propositions appelant à une interdiction de l'évaluation sur le terrain vont effectivement mettre un terme à la recherche sur le forçage génétique, saper le principe de l'évaluation au cas par cas et empêcher les communautés d’envisager l'utilisation de ces outils à l’avenir. »

    Mais leur position a été vivement rejetée par d'autres groupes. Rebecca Hamilton de l'entreprise bio, Ninja, a déclaré à la réunion : « Nous espérons que vous envisagerez de mettre en place un moratoire sur la dissémination dans l'environnement du forçage génétique jusqu'à la fin des recherches additionnelles. Le forçage génétique ne peut pas être contenu car il est conçu pour se répandre et c'est ce qui contaminerait l'agriculture biologique et affecterait les moyens de subsistance des agriculteurs biologiques. »

    Une représentante du Global Youth Biodiversity Network a déclaré à la réunion que la technologie du forçage génétique a la capacité d’éliminer des populations entières d’espèces particulières et que cela sera néfaste pour l’environnement. « Les risques associés au forçage génétique sont énormes », a-t-elle déclaré. « C’est sans précédent. Et il est conçu pour exterminer des espèces entières. Une fois libérés et quittant l'environnement optimal artificiel des grands laboratoires, les organismes seront confrontés à des réalités complexes, aléatoires, imprévisibles, incontrôlées et inconnues de nos écosystèmes, aggravées par la dynamique tout aussi complexe, sociale, politique et culturelle de nos sociétés. Nous demandons donc instamment aux parties de ne permettre aucune libération d'organismes munis d'un forçage génétique dans l'environnement. »

    Mais les représentants des gouvernements africains ont exprimé leur désaccord avec les suggestions selon lesquelles la technologie pourrait mettre en danger l’environnement, notant qu’elle est déjà disponible dans d’autres parties du monde sans conséquence. « Le forçage génétique connaît déjà des succès en Amérique centrale. Et le Ghana étant un pays africain typique avec des problèmes de paludisme, il devrait envisager d'utiliser cette technologie pour lutter contre le paludisme », a déclaré Okoree à l'Alliance pour la Science. « S'il devait y avoir une interdiction, ce serait catastrophique et malheureux. Parce que quelque temps plus tard, quelqu'un la réclamera [la technologie]. Et ce sera trop tard et les autres seraient allés de l'avant. »

    Les scientifiques, dans leur lettre ouverte, ont également abordé les problèmes de sécurité : « Les scientifiques, aux côtés d’experts en réglementation, de bailleurs de fonds et de promoteurs de la recherche, travaillent ensemble pour faire en sorte que la recherche soit menée de manière sûre et responsable, en s’appuyant sur les expériences précédentes, en se fondant sur l’information et la mise en place de systèmes de surveillance et de confinement afin de prévenir les rejets accidentels. Des discussions en cours ont également lieu pour déterminer les conditions propices aux évaluations sur le terrain. »

    RépondreSupprimer
  51. * Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2018/11/africa-kicks-proposed-gene-drive-moratorium-un-biodiversity-conference/

    http://seppi.over-blog.com/2018/11/l-afrique-s-oppose-au-moratoire-sur-le-forcage-genetique-propose-a-la-conference-des-nations-unies-sur-la-biodiversite.html

    RépondreSupprimer
  52. L'Union Africaine mobilise pour la biologie synthétique et le forçage génétique


    29 Novembre 2018
    par Seppi
    Nkechi Isaac*


    Ce texte est dépassé sur le plan de l'actualité. Mais il vaut la lecture pour la description des arguments.

    L'Union Africaine (UA) a pris une position ferme en faveur de la biologie synthétique et du forçage génétique, insistant sur le fait que l'Afrique ne doit pas hésiter à adopter une technologie sûre pour stimuler son développement socio-économique.

    Les 54 pays qui composent l’Union Africaine ont adopté cette position forte lors de la Conférence des Nations Unies sur la Diversité Biologique en Égypte, où diverses propositions sont à l’étude, qui limiteraient l’accès à certaines de ces technologies.

    Le Dr Rufus Ebegba, représentant de l’UA et directeur général de l’Agence Nationale de Gestion de la Biosécurité du Nigeria (ANB), a déclaré que l’UA était déterminée à utiliser la science, les technologies et les innovations sûres pour stimuler le développement dans les États membres.

    Empêcher une telle tendance émergente reviendrait à entraver le développement scientifique et technologique en Afrique, a déclaré Ebegba.

    Il a également réitéré l'engagement de l'Afrique à veiller à ce que la biologie synthétique soit correctement réglementée, tout en permettant à la population de tirer parti de ses avantages.

    Sangwani Harvey Phiri, porte-parole du Ministère des Ressources Naturelles, de l'Énergie et des Mines du Malawi, a appuyé la position de l’UA. « Actuellement, les pays en développement sont confrontés à de nombreux défis dans les domaines de l’agriculture, de la santé et de la technologie. La biotechnologie semble être l'outil potentiel qui peut aider à relever ces défis. Donc, s’ils [les délégués à la conférence] introduisent des clauses telles que "s'abstenir", c’est comme empêcher le progrès des pays en développement – en particulier des pays africains – dans ces domaines », a déclaré Phiri.

    « Ces mesures toucheraient invariablement l'ensemble de la population », a-t-il ajouté. « Les agriculteurs seront affectés en tant que producteurs d'aliments, les chercheurs le seront aussi car il n'y aura aucune motivation pour poursuivre les recherches et l'économie en souffrira également car beaucoup de ressources seront alors utilisées pour lutter contre les parasites et les maladies. »

    Ebegba en est convenu. « Le mot "s'abstenir" signifie que vous arrêtez l'horloge. S'abstenir d'utiliser la technologie signifie qu'il n'y aura pas de recherche. Mais la recherche et la science sont des processus dynamiques. Si nous signons un tel accord, cela signifie que même nos scientifiques ne pourront pas effectuer de recherche dans le domaine de la biologie synthétique qui puisse être appliquée à bien des égards. »

    L'Organe Subsidiaire Chargé de Fournir des Avis Scientifiques, Techniques et Technologiques (SBSTTA) avait précédemment abordé la question de la biologie synthétique lors de sa réunion préparatoire de février 2018 à Montréal, au Canada.

    RépondreSupprimer
  53. L'Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud et le Canada ont tous reconnu la nécessité d'accomplir la tâche consistant à évaluer si la biologie synthétique pourrait être considérée comme une question nouvelle et émergente dans le contexte de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB). Mais d'autres pays ont exprimé leurs préoccupations et ont appelé à la création de nouvelles lignes directrices en matière d'évaluation des risques spécifiquement pour la biologie synthétique avant la dissémination des applications.

    Cela a amené le groupe à reporter l'action sur les problèmes qui font maintenant l'objet de nouvelles discussions en Égypte. Pour faciliter le dialogue, un groupe de contact fermé a été constitué lors de la Conférence des Parties à la Convention sur la Diversité Biologique (COP CDB). L'objectif du groupe de contact est de trouver une entente entre les parties et de progresser dans des négociations productives.

    S'exprimant au cours d'une séance plénière, la Bolivie a exprimé de vives inquiétudes quant à la biologie synthétique et au forçage génétique, affirmant qu'il s'agissait d'un problème que le pays prenait très au sérieux. Bien que la Bolivie participe aux consultations sur la question et soit disposée à faire des compromis, il reste nécessaire de faire preuve de prudence dans l’application d’une technologie capable de nuire à la fois aux êtres humains et à l’environnement.

    La Bolivie a proposé de réaliser davantage d'évaluations des risques et d'adopter les mesures de biosécurité nécessaires pour minimiser les dommages possibles avant que des organismes développés grâce à la biologie synthétique ne soient libérés dans l'environnement.

    Réagissant à cela, Ebegba a cité le déficit de connaissances comme le fléau de la convention, affirmant que le Protocole de Carthagène avait été adopté pour protéger la biodiversité et garantir une utilisation durable et sûre des ressources biologiques. Il a souligné que les réglementations et directives existantes en matière de biosécurité s'appliquent déjà dans ce contexte.

    « Le problème que nous avons dans cette réunion est que la plupart des représentants de ces pays ne disposent pas d'informations générales sur la Convention sur la Diversité Biologique, qui vise trois objectifs : la conservation de la diversité biologique, l'utilisation durable de la diversité biologique et le partage équitable des avantages tirés de l’utilisation des ressources biologiques », a-t-il déclaré à l'Alliance pour la Science.

    Ebega a noté que le Protocole de Carthagène sur la Prévention des Risques Biotechnologiques et le Protocole de Nagoya s'inscrivent dans les discussions sur la biologie synthétique, qui est « un hybride du génie génétique et du génie de la construction destiné à produire de nouveaux produits ».

    Le Dr Oumar Traoré, directeur du Laboratoire National de Biosécurité du Burkina Faso, a exhorté les délégués à permettre le travail scientifique. Il a noté que la biologie synthétique fournirait à l'Afrique la technologie nécessaire pour lutter contre le paludisme et d'autres problèmes de santé, ainsi que pour favoriser l'avancement d'autres secteurs économiques du continent.

    RépondreSupprimer
  54. « Le problème avec l'Afrique, c'est que les gens s'assoient et ne font rien quand il y a un problème », a-t-il déclaré. « Par exemple, en cas d’apparition d’une maladie, ils restent assis et attendent qu’elle soit hors de contrôle. Nous devons donc anticiper de tels problèmes et c’est le rôle des chercheurs, qui doivent suivre la maladie, se lancer dans la recherche et la réduire avant qu’elle ne devienne incontrôlable. C’est ce que nous demandons : il faut laisser la science prendre sa place dans la résolution des problèmes de l’Afrique. »

    _______________

    * Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2018/11/au-drums-support-synthetic-biology-gene-drives/

    http://seppi.over-blog.com/2018/11/l-union-africaine-mobilise-pour-la-biologie-synthetique-et-le-forcage-genetique.html

    RépondreSupprimer
  55. Tanzanie : un coup de poignard dans le dos des agriculteurs


    29 Novembre 2018
    par Seppi


    Une "énorme victoire" pour des Etats-uniens dont le maïs est GM à presque 100 % ?

    J'aurais aimé écrire un titre plus encourageant sur une évolution très positive en Afrique, à la suite des prises de position à l'OMC et la COP de la CDB, mais voilà : en Tanzanie, le gouvernement – ou faut-il écrire : « un ministre » – a subitement décidé d'interdire tous les essais d'OGM.

    La raison avancée est parfaitement futile. Voici ce qu'écrit AllAfrica.com dans « Tanzania: Shock As Government Bans GMO Trials » (Tanzanie : choc après l'interdiction des essais d'OGM par le gouvernement :

    « Selon le communiqué, le gouvernement était mécontent que Tari [Tanzania Agriculture Research Institute – institut tanzanien de recherche agricole] ait apparemment publié les résultats des essais sur le terrain sans autorisation préalable des autres autorités. "Tari a récemment invité divers groupes au centre Makutopora pour assister aux conclusions de ses recherches alors que le gouvernement n'avait toujours pas approuvé l'utilisation de produits génétiquement modifiés dans le pays", a déclaré M. Mtigumwe.

    Parmi plusieurs groupes, le Comité Parlementaire de l'Agriculture a été le dernier à visiter le centre de Makutopora, où des membres, dont l'ancienne ministre du Commerce, Mary Nagu, ont salué les résultats obtenus par la recherche. Le président du comité, Mahmoud Mgimwa, a déclaré lors de la visite qu'il ferait pression sur le gouvernement pour qu'il adopte les semences GM et permette leur utilisation localement pour résoudre les problèmes de production de maïs.

    Pour sa part, le Dr Nagu a déclaré que les détracteurs de la technologie GM étaient en train de politiser l'affaire, tandis que le directeur général de Tari, Godfrey Mkamilo, avait demandé au gouvernement de donner son feu vert pour d'autres essais d'OGM à travers le pays.

    Hier, cependant, le nouveau ministre de l'Agriculture, Japheth Hasunga, a déclaré au quotidien The Citizen lors d'un entretien téléphonique que Tari avait enfreint les procédures d'approbation du gouvernement. "Ils étaient censés communiquer les conclusions à mon ministère qui auraient à son tour consulté d'autres ministères pour nous assurer que lesdites semences GM étaient sûres et ne présentaient aucun risque pour l'homme", a-t-il déclaré. »

    Quand l'African Center for Biodiversity titre : « Tanzania orders destruction of Monsanto/Gates’ GM trials due to illegal use for pro-GM propaganda » (la Tanzanie ordonne la destruction des essais d'OGM de Monsanto/Gates à cause de l'utilisation illégale de propagande pro-OGM), il nous démontre à la fois l'origine du coup de poignard dans le dos des agriculteurs tanzaniens (car les essais du TARI sont très positifs et les besoins importants, s'agissant notamment de la lutte contre la légionnaire d'automne), la futilité du motif et la parfaite mauvaise foi de l'entité qui se prétend ONG.

    Les essais devaient être terminés d'ici la fin de l'année. Leur destruction implique la perte des données potentielles. L'ACBio pourra ainsi continuer à prétendre que les affirmations relatives au maïs Bt et WEMA ne sont pas scientifique et sont infondées.

    RépondreSupprimer

  56. L'ACBio ne publie pas de rapports annuels ou financiers. Mais il est évidemment financé par des entités du Nord, dont la Swift Foundation.

    Moralité : l'argent du Nord théoriquement dépensé pour le développement du Sud sert à maintenir le Sud dans le sous-développement.

    Ce n'est pas son maïs qui sera bouffé par les insectes ou détruit par la sécheresse… L'Afrique (bobos stipendiés par nos bien-pensants exclus) doit rester pauvre pour que "ces entreprises" n'aient pas de marché… (source)

    http://seppi.over-blog.com/2018/11/tanzanie-un-coup-de-poignard-dans-le-dos-des-agriculteurs.html

    RépondreSupprimer
  57. Un médicament antipaludique modifié prouvé efficace pour inhiber Ebola

    29 novembre 2018,
    Université de Boston


    Robert Davey, professeur de microbiologie à la faculté de médecine de l'Université de Boston et chercheur aux laboratoires nationaux des maladies infectieuses émergentes (NEIDL) de l'université de Boston, en collaboration avec des chercheurs de l'université de Nagasaki, de l'université de Tokushima Bunri, de l'université de Kagoshima et du Texas Biomedical Research Institute, ont découvert que certains dérivés de l'amodiaquine, un médicament généralement utilisé pour traiter le paludisme, pourraient constituer une nouvelle approche thérapeutique pour traiter les patients infectés par le virus Ebola.

    De 2014 à 2016, une épidémie d'Ebola a balayé l'Afrique de l'Ouest, infectant plus de 28 000 personnes et tuant plus de 11 000 en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. L’épidémie a attiré l’attention de virologues du monde entier et plusieurs d’entre eux, dont Robert Davey, ont remarqué quelque chose d’intriguant: les patients atteints d’Ebola qui avaient été traités à l’amodiaquine avaient 31% moins de risque de mourir.

    "Les gens disaient 'c'est intéressant'; je me demandais si c'était important", déclare Davey. "Je pensais que nous devrions tester certains dérivés [chimiques] et voir si nous pourrions trouver une amélioration par rapport aux performances de l'amodiaquine."

    Davey et ses collaborateurs ont voulu savoir exactement quelles parties de la molécule d'amodiaquine inhibaient l'infection par le virus Ebola. Leurs résultats, publiés dans Antiviral Research, montrent que les dérivés de l'amodiaquine modifiée sont nettement moins toxiques et presque dix fois plus efficaces pour bloquer le virus Ebola que la formule originale à base d'amodiaquine, qui a considérablement réduit la mortalité lors de l'épidémie en Afrique de l'Ouest.

    Pour faire cette découverte, Davey s'est associé à d'autres virologues à la recherche de nouveaux traitements antiviraux. Heureusement, l'un des collègues de Davey au Japon, Yasuteru Sakurai, du Centre national de recherche sur le contrôle et la prévention des maladies infectieuses à Nagasaki, connaissait un autre chercheur japonais, Masanori Baba de l'Université de Kagoshima, qui avait déjà fabriqué une série de dérivés d'amodiaquine efforts pour trouver de nouveaux traitements contre le VIH et d’autres virus.

    Davey dit que l'amodiaquine inhibe les deux maladies, le paludisme et la maladie à virus Ebola, de manière liée. Toutes les cellules doivent se nourrir de leur environnement. Avec le paludisme, l’amodiaquine empêche le parasite de digérer les aliments à l’intérieur des globules rouges, de sorte qu’elle meurt de faim. Le virus Ebola imite la nourriture et incite vos cellules à avaler et à digérer. Cependant, le virus le détecte et l'utilise comme déclencheur pour commencer la réplication, évitant ainsi la digestion. Ainsi, en interférant avec la digestion cellulaire normale, l'amodiaquine bloque également l'infection par le virus Ebola.

    RépondreSupprimer
  58. "Avec Ebola, nous affectons le système digestif de votre propre cellule, mais pendant une courte période, la cellule peut survivre", a déclaré Davey. "Et les médicaments que nous avons mis au point améliorent probablement le ciblage des zones de la cellule où le virus Ebola aime se propager, alors que pour le paludisme, les médicaments sont les meilleurs pour cibler le processus d'alimentation du parasite dont il a toujours besoin. C'est une subtile différence chimique. , mais il est important de faire un traitement médicamenteux efficace pour les patients ".

    Travaillant ensemble dans l'ancien laboratoire de Davey à San Antonio, au Texas, l'équipe, qui comprenait également Masaaki Toyama de l'Université Kagoshima et Norikazu Sakakibara de l'Université Tokushima Bunri, a testé près de 70 dérivés de l'amodiaquine, en mélangeant chacun avec des cellules infectées par le virus Ebola et en observant l'effet. que chaque dérivé avait sur l'infection virale vivante.

    Ce qu'ils ont trouvé, dit Davey, était encourageant. Quatorze des composés testés ont mieux inhibé la souche zaïroise du virus Ebola que l'amodiaquine pure. Ils ont également remarqué que, lorsque deux parties particulières de la molécule d'amodiaquine étaient modifiées, la puissance contre le virus était encore accrue. Puis, en combinant les deux caractéristiques, ils ont créé d’autres composés puissants, qui semblaient empêcher complètement le virus de pénétrer dans les cellules.

    "Si vous combinez ces deux éléments - moins de toxicité et de meilleures performances contre le virus - vous obtenez ce qu'on appelle un index sélectif", déclare Davey. "L'indice sélectif que nous avons trouvé remplissait facilement les critères de développement clinique."

    Les chercheurs de Davey et Manu Anantpadma, ainsi que Patrick Keizer, sont sur la voie de la transformation du concept "intéressant" en un traitement approuvé. Ensuite, Davey dit que des tests seront effectués sur des modèles animaux, ainsi que sur des composés puissants contre d'autres souches du virus Ebola.

    https://medicalxpress.com/news/2018-11-malaria-drug-proven-effective-inhibiting.html

    RépondreSupprimer
  59. L'évolution du chant des baleines peut être une réaction à la population et aux changements climatiques


    29 novembre 2018,
    American Geophysical Union


    Les rorquals bleus du monde entier chantent un peu à plat, et les scientifiques peuvent maintenant avoir plus d'indices quant à la raison.

    Une nouvelle étude révèle qu'il existe une variation saisonnière de la hauteur des baleines corrélée à la rupture de la glace de mer dans le sud de l'océan Indien. La nouvelle recherche étend également le mystérieux pas à long terme en chute aux baleines à fanons et exclut la pollution sonore en tant que cause de la tendance mondiale à long terme, selon les auteurs de l'étude.

    Les rorquals bleus et communs font partie des animaux les plus bruyants dans les océans, ainsi que des plus grands. Seuls les hommes chantent, chantonnant aussi fort que les gros navires. Les chants forts des baleines peuvent parcourir plus de 1 000 kilomètres (600 milles) sous l'eau, ce qui leur permet de communiquer à travers de vastes océans.

    Les rorquals bleus baissent progressivement depuis plusieurs décennies, mais la cause demeure mystérieuse. À présent, la nouvelle étude publiée dans le Journal of Geophysical Research: AGeans d'AGU révèle la même tendance mystérieuse à long terme de chute du tangage chez les rorquals communs et les rorquals bleus pygmées de Madagascar. La hauteur de ton, ou la perception du son grave ou grave d'une note, résulte de la fréquence de l'onde sonore, généralement mesurée en hertz.

    Les auteurs de la nouvelle étude utilisent de nouvelles données du sud de l'océan Indien pour exclure la pollution sonore comme cause du changement de hauteur. Au lieu de cela, la nouvelle étude suggère que la baisse de hauteur est une conséquence anatomique du fait de chanter moins fort. Selon les auteurs de l'étude, les appels des baleines pourraient être plus calmes en raison du nombre croissant de baleines ou des changements océaniques dus au changement climatique.

    "Nous pensons que c'est quelque chose de non volontaire de la part de la baleine. Réduisez l'intensité des appels et la fréquence des appels diminuera, uniquement en raison du mécanisme d'émission sonore", a déclaré Emmanuelle Leroy, auteure principale de la nouvelle étude et chercheuse associée au Université de New South Wales en Australie.

    La nouvelle recherche révèle également un contrepoint saisonnier dans les appels des rorquals bleus de l’Antarctique, potentiellement lié au bruit de la fonte des glaces de mer. La nouvelle étude a révélé une augmentation de la hauteur du cri des baleines bleues dans le sud de l'océan Indien pendant l'été. Selon les auteurs de l'étude, la hauteur pourrait augmenter à mesure que les baleines chantent plus fort pour se faire entendre.

    "Notre hypothèse est que le changement de fréquence des appels est à nouveau lié à l'intensité de l'appel et que la baleine adaptera l'intensité de l'appel à la variation du niveau de bruit", a déclaré Leroy. "Le bruit est lié au nombre croissant d'icebergs gratuits en été. Lorsque la glace se fissure parfois, comme lorsque vous mettez de la glace dans votre boisson, cela fait du bruit. Ce bruit est très fort et se propage sur de très longues distances. entendre ce bruit à notre site le plus au nord, jusqu'à 26 degrés sud. "

    RépondreSupprimer
  60. Analyser les chants de baleine

    La nouvelle étude a analysé plus d'un million de chansons de trois espèces de grandes baleines à fanons: la nageoire bleue, le bleu antarctique et trois populations de baleines noires bleues distinctes sur le plan acoustique. Six appels de microphones sous-marins fixes ont été enregistrés sur une période de six ans, de 2010 à 2015, dans le sud de l'océan Indien, sur une superficie de 9 millions de kilomètres carrés.
    Le chant stéréotypé de la baleine bleue de l'Antarctique s'étend sur environ 15 à 30 hertz, à l'extrême limite de l'audition humaine, qui varie entre 20 et 20 000 hertz. Les chants de baleines bleues se situent dans la gamme des plus basses et des plus longues pipes de grands orgues cathédrales. Pour des raisons de cohérence, l’étude a mesuré la hauteur d’éléments sélectionnés du chant de chaque espèce, qui était tombé à environ 25,6 hertz pour le bleu antarctique et 96 hertz pour le rorqual commun à la fin de 2015.

    En 2002, la tonalité de l'élément sélectionné dans l'appel des rorquals bleus était plus proche de 27,5 hertz, une différence par rapport aux valeurs de 2015 équivalant à environ un ton entier ou à un second intervalle majeur dans la musique occidentale.

    L'évolution du chant des baleines peut être une réaction à la population et aux changements climatiques

    Les fréquences d'appels des rorquals communs et des rorquals bleus ont diminué dans le sud de l'océan Indien au cours de la période de surveillance, de 2002 à 2015. Les points de données sont des fréquences de pointe moyennes hebdomadaires mesurées pour les unités sélectionnées dans les appels. Les points rouges sont des… plus

    La nouvelle étude a révélé que les appels de rorquals bleus antarctiques baissent de 0,14 hertz par an. Bien que les rorquals communs, les rorquals bleus nains et les rorquals bleus antarctiques chantent des chansons très différentes, la nouvelle étude a observé des tendances similaires en matière de poix, diminuant d'environ 0,12 à 0,54 hertz par an, selon les espèces.

    La nouvelle étude a également révélé que le nombre d'appels de baleines avait augmenté de 0,2 à 0,3 hertz d'octobre à février.

    Selon les auteurs de l'étude, les hauteurs basses transportent plus loin sous l'eau, mais le changement de hauteur est probablement trop petit pour faire une différence dans la façon dont les appels de baleines voyagent sur de longues distances dans l'océan et trop subtile pour que les baleines puissent détecter des changements.

    Changement de paysage sonore

    Contrairement à la plupart des océans du monde, soumis à une cacophonie mécanique croissante, le sud de l'océan Indien est devenu plus calme ces dernières années et son trafic maritime est limité.

    Les tendances à long terme de la baisse de la hauteur tonale étant constantes autour de l'aire de répartition mondiale des baleines, les données de l'océan Indien indiquent que la baisse en cours ne peut pas être expliquée comme une réponse au bruit généré par l'homme. Au lieu de cela, les auteurs de la nouvelle étude suggèrent que la baisse pourrait être un sous-produit moins volumineux si la population de baleines qui rebondit n’a pas besoin de chanter aussi fort pour atteindre d’autres baleines.

    RépondreSupprimer
  61. L'évolution du chant des baleines peut être une réaction à la population et aux changements climatiques

    Des évaluations récentes de la population estiment qu'il y aurait de 10 000 à 25 000 rorquals bleus dans le monde, contre quelques milliers à la fin de la chasse commerciale à la baleine dans les années 1970, mais moins de 10% de leur nombre avant le 20e siècle.

    "Parce que la chasse à la baleine a cessé, la population de baleines augmente. Elles peuvent diminuer l'intensité de leurs appels pour rester en contact, car il y a plus de baleines. Ces appels sont des communications longue distance", a déclaré Leroy.

    Selon Leroy, les baleines n'auront peut-être pas besoin d'être aussi bruyantes, car le son se propage plus loin dans les eaux de l'océan rendues de plus en plus acides par le changement climatique. La vitesse et la distance parcourue par les sons sont influencées par la température, la pression et la chimie de l'océan.

    Le bruit océanique saisonnier naturel pourrait toutefois expliquer la variation saisonnière du pas d'appel des baleines observée par les chercheurs du sud de l'océan Indien.

    Ils observent la variation saisonnière de la hauteur pendant les mois de l'été austral, lorsque la glace de mer se brise. Les craquements d'iceberg sont forts. Ils grondent sur des milliers de kilomètres dans une gamme de fréquences qui chevauche celle des cris bleus de l'Antarctique. L'étude suggère que pour être entendues au-dessus du bruit, les baleines pourraient avoir besoin de devenir un peu plus fortes. Chanter plus fort fait monter le ton.

    "Ce qui est étonnant, c'est que les changements à court et à long terme pourraient avoir la même raison, un changement d'intensité des appels, mais le changement répond à deux causes différentes", a déclaré Leroy.

    https://phys.org/news/2018-11-whale-songs-pitch-response-population.html#jCp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ignorions tout des baleines !!! S'il existait des baleines de droite ou de gauche, des baleines racistes voire terroristes ou vertes ! Maintenant, çà c'est sûr: elles parlent du 'Global Warming' !! Qu'il y a trop d'eau en mers, ou trop de sel, de bateaux, de poissons, voire des eaux bouillantes cause au gaz carbonique rejeté par les humains !!! HAHAHAHA !

      Sont-ce des appels au secours ou des insultes envers les dirigeants de merde qui veulent interdire au gaz carbonique une immigration illégale en tant que réfugié climatique' ?!

      Supprimer
  62. «Implants Files», un scandale de plus épingle l’industrie médicale


    17:03 29.11.2018
    Mikaël Doulson


    Une enquête internationale révèle les dangers de certains dispositifs médicaux (implants mammaires ou contraceptifs, valves cardiaques, etc.). En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) est pointée du doigt.

    «L'exploitation des données publiques, aux États-Unis, indique que, en dix ans, le nombre d'incidents liés [aux dispositifs médicaux, ndlr] approche des cinq millions et demi, avec comme conséquence près d'un million et demi de blessés et plus de 80.000 morts» affirme l'enquête internationale «Implant Files».

    Est considéré comme «dispositif médical», tout objet technique utilisé à des fins médicales, allant des simples consommables (comme les compresses et les pansements), aux équipements médicaux en passant par les implants (stimulateurs cardiaques, prothèses de hanches, implants mammaires, implants contraceptifs, etc.). On dénombre plus de 20.000 types de dispositifs médicaux différents.

    L'enquête «Implant Files», qui a été menée sur un an par 250 journalistes de 59 médias internationaux, coordonnée par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), révèle des failles dans la surveillance des dispositifs médicaux et des implants. Ces failles entraîneraient la mise sur le marché de produits défectueux ou pas suffisamment testés, pouvant entraîner des accidents graves et des décès.


    Mais pour l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), contactée par Sputnik:

    «Tous les incidents ne sont pas forcément dommageables au patient. Une agrafeuse chirurgicale qui dysfonctionne ou une poche d'infusion qui fuit par exemple sont comptabilisés comme des incidents médicaux, alors qu'ils n'ont que peu voire pas d'impacts sur le patient.»

    D'ailleurs, l'ANSM distingue les dispositifs médicaux selon quatre classes de risque, depuis le risque le plus faible (par exemple les compresses, les lunettes, les béquilles etc.) au risque le plus élevé (par exemple les implants mammaires, les stents, les prothèses de hanche, etc.).

    Pourtant, le quotidien français Le Monde, qui a participé à l'enquête «Implants Files», affirme que les scandales qui émaillent l'actualité concernant les dispositifs médicaux (prothèses mammaires PIP ou implants contraceptifs Essure par exemple) «ne sont pas le résultat de fraudes isolées et imprévisibles, mais au contraire les conséquences logiques d'un système réglementaire défectueux». Le quotidien français dénonce «les incroyables lacunes de la surveillance en France».

    RépondreSupprimer
  63. Michèle Rivasi, députée européenne EELV et agrégée en biologie, confirme et renchérit:

    «Le scandale des prothèses PIP entre 2010 et 2013, que j'ai dénoncé à l'époque au Parlement européen, n'était pas un épiphénomène mais le révélateur d'un système qui dysfonctionne au détriment de la santé de nos concitoyens.»

    En France, c'est l'ANSM qui est responsable de la matériovigilance, c'est-à-dire de la surveillance des incidents pouvant survenir lors de l'utilisation d'un dispositif médical. L'ANSM est également en charge du contrôle du marché, de l'inspection des sites de fabrication, et du contrôle en laboratoire de la qualité des dispositifs médicaux, entre autres.
    Or, en 2017, l'ANSM a relevé en France 18.208 «incidents» liés à des dispositifs médicaux, soit plus de deux fois plus qu'en 2008. Alors même que seuls 1 à 10% des incidents survenus seraient effectivement déclarés.

    La députée Michèle Rivasi dénonce «un système de mise sur le marché et de surveillance défaillant» qui entraîne des cas de décès tous les ans. Le dysfonctionnement du système de contrôle des dispositifs médicaux en France se déclinerait à quatre niveaux:

    «Au niveau tout d'abord de l'évaluation et de la mise sur le marché au niveau européen avec des organismes notifiés délivrant le label CE non évalués et non contrôlés. Au niveau national avec une absence de contrôle à priori de l'ANSM qui ne fait qu'enregistrer les organismes notifiés pour les dispositifs médicaux commercialisés en France alors qu'elle est en charge de leur contrôle. Au niveau de l'ANSM avec une défaillance de la pharmacovigilance (avec un registre de données inefficace et incohérent) alors que l'agence a la charge de la surveillance du marché des dispositifs médicaux. Enfin, au niveau du contrôle des données avec une opacité intolérable masquant la défaillance du système.»

    Pour contrecarrer ces défaillances, la députée appelle à une prise de conscience des autorités européennes et à des mesures concrètes:

    «J'ai demandé à la Commission européenne d'opter pour un système d'autorisation avant commercialisation pour certaines catégories de dispositifs médicaux (implantés dans le corps).
    J'ai également demandé à la Commission d'exiger une évaluation toxicologique appropriée de tous les dispositifs médicaux, et de proposer l'élimination graduelle de l'utilisation des substances qui sont carcinogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction.»

    Contactée par Sputnik pour répondre à ces critiques, l'ANSM ne s'est pas encore manifestée.

    https://fr.sputniknews.com/actualite/201811291039107327-Implants-Files-un-scandale-de-plus-industrie-medicale/

    RépondreSupprimer