- ENTREE de SECOURS -



jeudi 10 octobre 2019

ÉOLIENNES : LE MARCHÉ MONDIAL S'EFFONDRE !

par LOUIS MARIN 
09/10/2019 


La puissance installée via des éoliennes en Europe en 2018 a chuté de 33% par rapport à 2017.

Voilà une nouvelle qui a de quoi réjouir les écologistes qui luttent contre l’invasion des éoliennes qui polluent l’environnement dans le monde et en France. La bulle spéculative générée par les centaines de milliards de subventions consacrées par les États à l’installation des aérogénérateurs est en train d’exploser littéralement à l’échelle internationale.

On est dans les faits très très loin de l’autosatisfaction optimiste des communicants du syndicat France Énergie Éoliennes qui vient de dévoiler le 8 octobre les chiffres à leurs yeux satisfaisants de la filière éolienne française relayés massivement par les rédacteurs des publi-rédactionnels qui diffusent les éléments de langage des industriels du vent sur Internet.

Si on étudie avec sérieux les chiffres des associations internationales de promoteurs éoliens, tous mentionnent une baisse systémique des installations des éoliennes à l’échelle mondiale et en particulier au niveau européen.

Une chute des installations

Depuis 2015, on assiste à un ralentissement mondial des nouvelles installations d’éoliennes, installations qui sont passées de 63,6 gigawatts en 2015 à 51,3 gigawatts en 2018[1], soit une baisse de presque 20 % en trois ans. En Europe, la puissance installée en 2018 a chuté de 33 % par rapport à 2017, passant de 17,1 gigawatts installés en 2017, à seulement 11,7 gigawatts en 2018[2].

Plus spectaculaire encore, le journal Die Welt nous dévoile en juillet 2019[3] qu’avec seulement trente-cinq éoliennes installées au premier semestre 2019 l’Allemagne connaît une baisse record de 82 % de la puissance installée par rapport au premier semestre 2018.

C’est un véritable effondrement, le signal d’une décrue évidente, loin de l’image idyllique propagée par les promoteurs éoliens français.

La principale raison de ce tsunami qui emporte l’éolien est la suppression des subventions de certains états aux promoteurs éoliens. La cour fédérale des comptes allemande fait état d’un échec retentissant de la transition écologique allemande. Malgré des centaines de milliards englouties (aux alentours de 500 milliards) la politique d’installation d’éoliennes n’a pas contribué à la baisse des émissions de gaz à effet de serre dans le pays qui se dit fer de lance de la transition écologique. C’est l’exemple à ne pas suivre !

Vers la suppression des subventions

Tout porte à croire que le congrès américain s’apprête à supprimer définitivement les subventions aux promoteurs éoliens, ce qui arrangerait d’ailleurs l’état fédéral qui est en lutte avec la chine pour l’approvisionnement en terres rares : matière première indispensable pour la construction des rotors éoliens. Les États-Unis peuvent voir dans l’arrêt de l’éolien un intérêt financier mais également un enjeu géopolitique avec la Chine. Lors de la cop 24, la Pologne a annoncé dans son plan pluriannuel de l’énergie la fin des installations d’éoliennes et un plan massif de désinstallation d’ici à 2040. De son côté le président russe a annoncé lors d’une conférence de presse en juillet 2019 les dangers que représentaient les éoliennes pour la flore et la faune.

La fin annoncée de ce marché artificiellement alimenté par l’argent des contribuables conduit à des suppressions d’emplois et à des faillites retentissantes dans le secteur éolien en particulier en Allemagne, ce dont on ne parle que très peu en France. Le 3e fabricant allemand d’éoliennes, Senvion, vient d’être liquidé en septembre de cette année et vendu à la découpe. La division fabrication d’éoliennes de Siemens vient d’annoncer la suppression de 2.700 postes quand Vestas le producteur d’éoliennes danois a annoncé il y a une semaine la suppression de 600 emplois en Allemagne et au Danemark dans ses usines de fabrication d’éoliennes.

Tout va très bien madame la marquise, chantent les lobbyistes du vent français.

Mais aujourd’hui tous les signaux sont au rouge et le risque est grand que la filière éolienne française soit emportée par ce tsunami qui nous arrive de l’Est. La fin est proche pour l’éolien.

Pour plus d’informations, lire : Éoliennes. la Face noire de la Transition écologique, par l’auteur de cette tribune, Fabien Bouglé, alias Louis Marin.

[1] connaissancedesenergies.org/leolien-en-europe-et-dans-le-monde-en-2018-190227 et gwec.net/global-wind-report-2018 

[2] « Wind energy in Europe in 2018 – Trends and statistics », in WindEurop, février 2019, windeurope.org.

[3] Von Daniel Wetzel, « Windkraft-Kollaps gefährdet Deutschlands Energiewende », in Die Welt, 25 juillet 2019.

78 commentaires:

  1. ÉOLIENNES : UN SÉRIEUX DOUTE POUR L'AVENIR ?


    par JACQUES MARTINEAU
    07/10/2019


    En Europe, le secteur de l'énergie éolienne assure 11,4 % de la production d'électricité.

    Au moment où climat et environnement sont à la « Une » de tous les rassemblements politiques ou autres, il n’est pas simple de tenter de réagir par rapport aux solutions mises en œuvre ou envisagées en matière de production d’énergie.

    Le développement durable occupe une place majeure sur le futur marché de l’énergie pour limiter l’utilisation d’énergie fossile. L’objectif est d’y parvenir dans les meilleurs délais. Dans tous les cas, il faut comprendre que plusieurs dizaines d’années seront nécessaires. Ce problème dépasse nos frontières et concerne le monde entier.

    Si l’écologie, le climat et l’environnement prennent le pas en tant que sujets prioritaires, on ne peut pas se contenter d’actions à petites doses. Elles sont souvent non significatives, avec un seul objectif celui de satisfaire le « politique » et la population à des fins électorales. C’est dans ce contexte que l’État français ne peut plus ignorer le problème du choix des énergies renouvelables et en priorité celui des éoliennes.

    Chacun, citoyen ou politique, y va de ses propres idées et de ses solutions. La voiture électrique est mise en exergue, avec un bonus exceptionnel, compensé avec une très forte augmentation de la taxe carbone pour les autres véhicules, diesel ou essence, qui va doubler voire tripler ! Nul n’est dupe du but caché de cette décision. La fourniture d’énergie électrique demeure dans tous les cas un problème essentiel.

    Inutile d’essayer de convaincre vos interlocuteurs en matière de production d’énergie. Quelle que soit votre opinion, vous trouverez en face de vous des « convaincus ». Soit, ils partagent votre point de vue, si vous en avez un, l’affaire est entendue ; soit, ce qui est le plus souvent le cas, ils s’y opposent. Alors ils vont tenter de vous convaincre qu’ils possèdent la solution.

    La France et ses éoliennes dans le marché européen

    Au-delà des sources d’énergie reconnues comme le nucléaire, l’hydraulique et la bio masse, il est de plus en plus question de solaire et d’éolien. Qualifiées d’énergies renouvelables, non émettrice de gaz carbonique, ces deux nouvelles voies se sont imposées. C’est principalement l’énergie produite par les éoliennes qui est mise en cause.

    RépondreSupprimer
  2. Quelques chiffres pour mieux comprendre : en 2018, la production européenne (au-delà des 28) représente 30% de l’énergie éolienne mondiale. En Europe, le secteur de l'énergie éolienne assure 11,4 % de la production d’électricité. Principaux pays consommateurs : 40,5 % au Danemark, 28,1 % en Irlande, 24,9 % au Portugal, 20,4 % en Allemagne, et… 5,7% en France. L'éolien « en mer » représente en Europe 15,1 % de toute sa production éolienne ce qui représente 79 % de la puissance éolienne « en mer » mondiale !

    La France s’est engagée dans la voie éolienne et envisage d’accélérer leur implantation avec une prédominance pour des parcs en mer. L’expérience et les échecs allemands, en particulier le transport et le stockage de l’énergie produite, n’ont pas l’air nous de servir d’exemple.

    Il serait temps de se poser des vraies questions sur le développement de l’option éolienne en matière d’énergie renouvelable comme de nuisances réelles et potentielles. C’est un engagement de plus de 20 ans pour l’implantation sans retour de parcs d’éoliennes, dans les zones venteuses du territoire, sous réserve espérée d’aucun contretemps technique ou environnemental.

    C’est ce message d’alerte que s’acharne à faire passer Fabien Bouglé qui depuis 10 ans travaille sur les risques et les déconvenues attendues en matière d’approvisionnement en énergie par les éoliennes dans un livre choc exhaustif « La face noire de la transition écologique » qui dénonce le caractère présumé sans issue du processus.

    Se masquer la face, c’est aussi faire fi des importants progrès technologiques ou de la découverte d’une nouvelle source d’énergie à moyen et long terme. Comment faire prendre conscience du risque encouru ?

    http://www.economiematin.fr/news-eoliennes-doute-avenir

    RépondreSupprimer
  3. Face à l’islamisme: «nos politiques sont des ignares», selon Alain Marsaud


    08:07 10.10.2019
    Par Maxime Perrotin


    Pour Alain Marsaud, ancien juge et chef du service central de lutte antiterroriste, la France paie dans le sang la «grande lâcheté» de ses hommes politiques face au fléau qu’est l’islamisme radical. Manque de courage, volonté de ne pas stigmatiser, crainte de ne pas s’aliéner un électorat contribuent à acter le recul de la République. Analyse.

    «Il va falloir apprendre à souffrir, je peux vous assurer que les générations à venir vont véritablement souffrir C’est épouvantable de dire cela en 2019.»

    Au lendemain de l’attentat islamiste commis dans le Saint des Saints de la lutte antiterroriste de la capitale, le constat d’Alain Marsaud, ancien juge et chef du service central de lutte antiterroriste du parquet de Paris, est sans appel.

    «On a commencé par la prudence à l’égard de ces mouvances islamistes radicales, puis c’est devenu– je pense– de la naïveté et j’ai l’impression que ces deux sentiments se sont transformés, notamment chez le personnel politique, en une grande lâcheté!» assène-t-il, amer, au micro de Sputnik.

    Soulignant la «bonne vingtaine» de lois antiterroristes –et leurs réformes– passées depuis 1986, l’ancien magistrat estime que ce ne sont pas les services de l’État qui doivent se remettre en question, mais les responsables politiques dans leur ensemble, fustigeant à plusieurs reprises leur manque de volonté et de courage.

    «Ce ne sont pas les réformes législatives qui sont nécessaires aujourd’hui. Je le dis très fermement: on a voté tout ce qui pouvait être voté, c’est simplement avoir le courage de nommer l’ennemi et de prendre toutes les mesures nécessaires pour le vaincre!»

    L’ancien juge antiterroriste regrettant notamment les «mesurettes» qui ont suivi la vague d’attentats de 2015, enchaîne:

    «Excusez-moi, mais aujourd’hui vous avez une bonne partie des territoires de la République, autour de la région parisienne, qui sont en train d’échapper à l’autorité de ladite République.»

    Une référence aux «territoires perdus de la République», expression consacrée par un ouvrage éponyme présenté comme visionnaire, notamment après les attentats de Toulouse en 2012. Permettre à la République de recouvrer partout ses droits, «je ne suis pas certain qu’on en est la volonté ni le courage» s’inquiète l’ancien juge antiterroriste. Pour lui, «on doit véritablement s’interroger sur les moyens de les reconquérir, s’il est encore temps.»

    Au-delà du développement du communautarisme, rappelons que la France est le pays d’Occident qui compte –et de loin– le plus de victimes d’attentats commis au nom de l’Islam ces dernières années, 263 depuis 2012 officiellement recensées. Malgré ce «triste record», combattre l’islamisme radical semble être de plus en plus difficile pour la classe politique et les médias. En témoigne la couverture qui fut faite durant près de 48 heures de l’attentat à la Préfecture de police de Paris.

    RépondreSupprimer
  4. «Lorsqu’on n’ose plus nommer l’ennemi, on a peu de chances de le vaincre», se désole Alain Marsaud. «On n’ose plus parler d’islamisme, cela fait peur, il ne faut pas stigmatiser, comme on dit, des populations. Du coup, on n’utilise plus ce terme.»

    Pour Alain Marsaud, s’il existe bien un fatalisme au sein de la population, celui-ci est davantage provoqué par la passivité de la classe politique face aux attentats islamistes que par la multiplication de ces derniers.

    Une passivité des autorités que l’ex-député Les Républicains des Français établis hors de France comprend d’autant moins que 57 chefs d’État, membres de la Coopération islamique, ont officiellement actée comme objectif l’islamisation des sociétés européennes en novembre 2000 à Doha. Les moyens d’y parvenir sont consignés dans la Stratégie d’action culturelle islamique à l’extérieur du monde islamique, en ligne sur le site de l’Organisation islamique pour l’Éducation, les Sciences et la culture (ISESCO).

    Un document officiel «de l’action islamique commune en Occident» qui vise à «l’élaboration du projet d’une civilisation de substitution qui s’appuie sur l’Islam authentique […]».

    Ce plan d’action éclaire certaines décisions en France d’un jour singulier. Ainsi, l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM) a-t-il été inauguré le 19 septembre à Lyon. Après 25 ans de blocage, les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan auraient, selon le recteur de la mosquée de Lyon, finalement poussé les autorités à donner leur feu vert à la construction de cet imposant centre promouvant un «Islam ouvert», financé par l’Égypte… et l’Arabie saoudite. Bref, la réponse des politiques à ces actes barbares consiste notamment à promouvoir l’Islam et son message civilisationnel… exactement comme le préconisait l’ISESCO il y a 20 ans.

    Un document de l’Organisation islamique pour l’Éducation, les Sciences et la culture sur lequel revenait d’ailleurs récemment Jean-Frédéric Poisson, Président du Parti chrétien-démocrate (PCD), lors de sa prise de parole à la Convention de la droite. Il mettait en garde contre la vulnérabilité actuelle de nos sociétés, résultant notamment d’une certaine passivité face à l’islamisation: «la première raison de l’essor de l’Islam, c’est que nous ne considérons pas que nous avons à le contenir».

    «Il faut savoir que l’Islam est avant tout –il faut bien le dire– une religion de conquête. Il s’agit finalement d’imposer une religion par la conquête, par la conquête des esprits dans un premier temps», souligne de son côté Alain Marsaud.

    Second facteur de cette poussée de l’islamisation que souligne l’ancien candidat à la primaire de la droite, la volonté –à travers d’importants financements– d’États étrangers visant à «renforcer la prégnance de l’Islam dans certains de nos territoires et à installer la société communautariste». Jean-Frédéric Poisson évoque notamment le cas des tribunaux islamiques en Angleterre, dont les verdicts sont reconnus par les juridictions britanniques.

    «Il faut quand même se réveiller J’ai l’impression que nos politiques sont des ignares, qu’ils ne se tiennent pas au courant de ce qui se passent dans le monde et ne réagissent pas», s’agace Alain Marsaud.

    RépondreSupprimer
  5. Une influence étrangère que l’on retrouve aujourd’hui dans l’éventail des bienfaiteurs de l’Islam en France: qu’ils s’agissent des Marocains, Algériens, des Turcs, ou encore des plus controversés wahhabites saoudiens. Sans oublier les Frères musulmans (Qatar, Koweït et Turquie figurent au nombre de ses parrains). Diversité que l’on retrouve dans les différentes mouvances qui animent l’Islam en France, comme le décrié salafisme. Si la DGSI évoquait en 2018 dans plusieurs rapports la montée du salafisme en France, cette mouvance rigoriste de l’Islam sunnite présentée comme ni plus ni moins qu’une «nébuleuse» fondamentaliste, n’en reste pas moins régulièrement présentée comme «minoritaire».

    Un discours tendant à relativiser l’importance du phénomène, qui inciterait les politiques à ne pas prendre leurs responsabilités:

    «Je crois qu’il faut les appeler à avoir enfin le courage, à découvrir cette qualité qu’est le courage et mettre fin à toutes ces lâchetés que nous connaissons depuis tant d’années», fulmine l’ancien patron de l’antiterrorisme au Parquet de Paris.

    Pour Alain Marsaud en effet, nombre d’entre eux «ne prennent pas les mesures, qui consistent tout simplement à protéger les citoyens», ce qui est pourtant l’un de leurs rôles-clefs en tant qu’élus.

    «L’élu, une fois élu, ne pense qu’à une chose: c’est de pouvoir renouveler son mandat. Pour renouveler son mandat, il est souvent prêt à toutes les lâchetés, à toutes les compromissions, à tous les compromis», regrette Alain Marsaud, «tout cela n’est pas très réjouissant.»

    L’ancien juge évoque le cas de certaines maires de banlieue qui, face aux revendications communautaristes, ont «renoncé à résister», ne voulant pas s’aliéner une partie de leur électorat. Des édiles de plus en plus confrontés aux pressions, silencieuses ou bien plus médiatisées, comme l’opération coup de poing du collectif «Rosa Parks musulmanes» dans une piscine publique de Grenoble cet été, revendiquant sous couvert de lutte contre le racisme et l’inégalité, le port du maillot de bain islamique.

    Autre preuve aux yeux d’Alain Marsaud de cette France «de la lâcheté […] de l’impuissance», le profil d’un imam de la mosquée de la Fauconnière à Gonesse où se rendait Mickaël Harpon. Fiché S depuis 2015 pour «fondamentalisme religieux», année où il fut l’objet d’une obligation de quitter le territoire français sous 30 jours ainsi que d’une perquisition administrative, ce Marocain a vu sa carte de séjour renouvelé en juin 2019 au titre de parent d’enfants français.

    Dans la même ligne, comment ne pas penser au rapatriement de familles de djihadistes partis rejoindre les rangs de l’État islamiste? Fin 2015, ils étaient près de 2.000 Français à avoir été impliqués dans le djihad au Levant, selon les services de renseignement français. Au-delà des enfants ou des compagnes, dont les proches restés en France réclament le rapatriement avec le soutien de l’Onu et d’ONG, le débat fit également rage autour du sort des djihadistes eux-mêmes et tout particulièrement de ceux condamnés à mort en Irak. Rappelons qu’en France, d’ici 2022, pas moins de 254 condamnés pour terrorisme seront libérables.

    RépondreSupprimer

  6. «Ce que craignent nos services de renseignement, c’est qu’un jour sur un mot d’ordre– venu éventuellement de l’étranger– à la même heure sur tout le territoire, des individus déterminés […] se livrent au même moment à des actions homicides. Ce serait un moment extrêmement grave pour la République, avec même des risques de guerre civile.»

    https://fr.sputniknews.com/france/201910091042236000-islamisme-politiques-ignares-alain-marsaud/

    RépondreSupprimer
  7. Erdogan s’en prend à l’UE et menace d’ouvrir les frontières aux réfugiés


    12:56 10.10.2019


    Après que l’Union européenne s’est montrée critique à l’égard de l’offensive lancée le 9 octobre par Ankara dans le nord de la Syrie qui visait des milices Kurdes, Recep Tayyip Erdogan a prévenu que son pays ouvrirait les portes aux réfugiés syriens si l’UE qualifiait l’opération turque d’occupation.

    Le Président turc a critiqué les pays de l’Union européenne qui exigé l'arrêt de l’opération lancée par ses forces armées dans le nord de la Syrie et les a menacés d’ouvrir les portes aux réfugiés syriens.

    «Nous sommes sous la menace d’attaques terroristes et nous avons 3,5 millions de réfugiés syriens qui ne peuvent pas rentrer dans leur pays. Et ceux qui n’ont jamais vu le YPG/PKK (Unités de protection du peuple/Parti des travailleurs du Kurdistan) nous disent : mettez-vous à l’écart. L’UE, réveille-toi enfin. Au sein de l'UE, on n’a jamais été sincère. [...] S’ils disent que cette opération est une occupation de notre part, nous ouvrirons les portes aux réfugiés», a-t-il déclaré lors d'une intervention à Ankara.
    Et de critiquer également les autorités saoudiennes et égyptiennes qui ont également condamné les actes de la Turquie en Syrie.

    «Que l’Arabie saoudite se regarde dans le miroir. Qui a mis le Yémen dans un tel état? Qu’ils en répondent d’abord. Vous n’avez aucun droit de nous dire quoi que ce soit. L’Égypte, qu’elle se taise, [où gouverne] l’homme qui a assassiné la démocratie dans son pays», a ajouté Erdogan.
    Offensive turque

    La Turquie a lancé mercredi 9 octobre une offensive aérienne et terrestre contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie, baptisée Source de paix. Selon le Président turc, l’opération doit permettre de «créer une zone de sécurité qui permettra le retour des réfugiés syriens» que la Turquie a accueillis sur son territoire.

    Les FDS contrôlent une grande partie du territoire qui était dominé auparavant par Daech* et retiennent des milliers de djihadistes et des dizaines de milliers de leurs proches qui sont en détention.

    Plusieurs pays et organisations internationales ont condamné l’opération turque. Ainsi, l’UE a exigé l'arrêt des opérations.

    https://fr.sputniknews.com/international/201910101042239442-erdogan-sen-prend-a-lue-et-menace-douvrir-les-frontieres-aux-refugies/

    RépondreSupprimer
  8. La colère des Burkinabè grandit face aux attentats terroristes incessants


    11:44 10.10.2019
    Par Roland Klohi


    Embourbé depuis 2016 dans une spirale de violence de plus en plus meurtrière, le Burkina Faso est devenu la proie des djihadistes. Malgré quelques succès rencontrés récemment par l’armée, les populations crient leur exaspération. Analyse.

    Le 16 septembre dernier, à Ouagadougou, la capitale burkinabé, la police a dispersé à l'aide de gaz lacrymogènes une marche de protestation à l’appel d’organisations syndicales et de la société civile dont la Confédération générale du travail (CGTB) et le Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples (MBDHP).

    Organisée pour coïncider avec la commémoration du quatrième anniversaire de la résistance au coup d’État de 2015, cette marche visait, selon ses organisateurs, à exiger du gouvernement «des actions efficaces de lutte contre le terrorisme ainsi que les exécutions sommaires et extrajudiciaires, et la justice en faveur des victimes d’exactions ainsi que pour le bien-être des populations».

    Loin des revendications catégorielles habituelles, de telles marches expriment une exaspération croissante des Burkinabè. Ceux-ci sont fatigués de l’impuissance des autorités à mettre un terme aux attentats terroristes qui ont déjà fait des centaines de victimes tant du côté des forces de défense et de sécurité que des populations.

    Pis, selon certains observateurs, la colère et le manque de confiance vis-à-vis des autorités burkinabè sont tels qu’il n’est pas exclu qu’ils puissent finir par déboucher sur une insurrection populaire comme celle qui avait chassé en octobre 2014 Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans.

    La grogne ne se fait pas entendre que dans la rue. Sur les réseaux sociaux, il y a longtemps que le malaise des internautes burkinabè est visible. Ils sont de plus en plus nombreux à reprocher aux autorités d’être insensibles au sort des populations, voire de vivre dans le déni d’une situation qui se dégrade pourtant continuellement.

    Chrysogone Zougmoré, le président du MBDHP, ne cache pas son agacement face à une classe politique davantage préoccupée, selon lui, par les prochaines élections plutôt que par le problème de l’insécurité rampante dans le pays.

    «Il faut que le pouvoir se ressaisisse et fasse véritablement de la lutte contre le terrorisme sa priorité plutôt que de penser déjà à la présidentielle de 2020», s’insurge-t-il au micro de Sputnik

    Vers la création de mouvements d’autodéfense

    Même si l’armée burkinabè a enregistré ces derniers mois certains succès – en témoigne notamment l’action des forces de défense, le 7 octobre à Gorgadji, une localité du nord du Burkina, qui ont abattu 39 terroristes –, sur le terrain, elle semble être à la peine.

    En effet, le feu récurrent des groupes djihadistes continue de faire des ravages sur une grande partie du territoire. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) estime à près de 300.000 le nombre actuel de personnes déplacées. Et plus de 2.000 écoles sont fermées, dont environ 800 dans la région du Sahel, frontalière du Mali, la plus touchée par les attaques terroristes.

    RépondreSupprimer
  9. De janvier à août 2019, l’ACLED (Armed Conflict Location & Event Data Project), une ONG de collecte et d’analyse de données sur les violences armées et politiques, a recensé pas moins de 313 attaques armées au Burkina Faso. C’est largement plus que les 190 enregistrées sur toute l’année 2018. Et au cours de ces 313 offensives, au moins 88 éléments des forces de défense et de sécurité (soldats, gendarmes, policiers, forestiers, etc.) et 276 civils ont été tués.

    Le 19 août, l’armée a d’ailleurs enregistré son revers le plus cuisant vis-à-vis des djihadistes depuis le début des attaques armées en 2015. En effet, 24 soldats ont péri dans l’attaque de leur détachement à Koutougou, dans la région du Sahel, dans le nord du Burkina Faso. Une attaque revendiquée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) mais qui aurait, selon les renseignements burkinabè, été planifiée par l'État islamique au Grand Sahara.

    Les forces de défense et de sécurité étant à la peine dans les zones sous menace djihadiste, la tentation est de plus en plus forte pour les populations de constituer des groupes d’autodéfense pour se protéger.

    D’ailleurs, dans la province du Bam, dans le centre-nord du Burkina, les populations sont passées à l’acte en lançant le 5 octobre un mouvement populaire de résistance contre les attaques terroristes.

    Dans le pays, de telles initiatives de civils en inquiètent plus d’un. Pascal Zaïda, coordonnateur du Cadre d'expression démocratique (CED), considère que la création de milices est à bannir car dangereuse.

    «La création de groupes d’autodéfense est dangereuse et donc à bannir. Non seulement il est peu sûr que ces groupes soient efficaces face aux terroristes, mais leur existence même peut occasionner ou alimenter des conflits communautaires. Le Burkina est un État de droit. À ce titre, c’est aux autorités qu’il revient de donner les moyens nécessaires aux forces de défense et de sécurité pour assurer la protection des civils, qui ne peuvent jouer qu’un rôle de renseignement», déclare-t-il au micro de Sputik.

    Les forces armées françaises indésirables sur le territoire burkinabè

    Le 3 octobre, Rémi Dandjinou, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement burkinabè, a dû intervenir pour démentir la rumeur de l’implantation d’une base militaire française à Djibo, dans le nord du Burkina.

    Lors d’une conférence de presse à Ouagadougou, il a juré qu’il n'y avait pas de base française installée à Djibo, contrairement à ce qu’avait affirmé le média en ligne malien nordsudjournal.com.

    Le porte-parole a toutefois précisé qu’à la demande du gouvernement burkinabè, la force française Barkhane était intervenue à deux reprises, en septembre, dans cette zone. Des interventions qui ont été confirmées par l’État-major des armées français.

    Malgré les dénégations officielles, la nouvelle de l’implantation d’une base militaire française à Djibo s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, soulevant des débats passionnés. Dans leur grande majorité, les internautes expriment leur rejet de la présence de forces armées étrangères sur leur sol.

    RépondreSupprimer

  10. Pour de nombreux internautes burkinabè, l’incurie des autorités burkinabé a suscité beaucoup de méfiance dans la population qui craint que leur pays ne finisse par ressembler au Mali voisin où, en plus des militaires français de la force Barkhane, plus de 13.000 Casques bleus sont déployés.

    Prévue pour le 12 octobre à Ouagadougou, à l’occasion de la quatrième édition des journées anti-impérialistes, une marche-meeting à l’appel des organisations de la société civile visant à protester contre la présence des forces armées étrangères au Burkina Faso n’a pas été autorisée.

    Ce refus des autorités a été motivé, selon un communiqué officiel, par le fait que «cette manifestation est inopportune au regard du contexte sécuritaire actuel». Toutefois, selon les organisateurs dont le MBDHP, la grogne ne va pas s’arrêter là. La marche n’ayant pas été autorisée, le meeting, lui, aura bel et bien lieu à la Bourse du travail de Ouagadougou.

    https://fr.sputniknews.com/afrique/201910101042238809-la-colere-des-burkinabe-grandit-face-aux-attentats-terroristes-incessants/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. GUERRE DE RELIGIONS (suite)

      Quand le monde (!) apprend qu'en Suisse (seul pays au monde en Démocratie) le ou la cheffe d'État sort de son domicile sans garde du corps, fait ses courses sans garde du corps et conduit sa voiture, le monde est stupéfait !

      Pourtant, il suffit de demander au Peuple ce qu'il veut et de le laisser prendre ses décisions.

      En Suisse, ce sont les suisses qui proposent LEURS lois et votent LEURS lois.

      La Démocratie c'est Par le Peuple Pour le Peuple.

      Au Burkina Faso, le chef de l'État s'en fout ! comme les autres dictateurs (en monarchies, républiques ou empires).

      Supprimer
  11. Un homme a menacé de tuer des passagers dans le RER B aux cris de «Allahu akbar»



    12:58 10.10.2019


    Un homme a été placé en garde à vue après avoir menacé des passagers dans le RER B. Selon RTL, il s’en est notamment pris à deux femmes, promettant de les «jeter sous le train».

    Un homme a été vu le 9 octobre dans le RER B en train de proférer des menaces à l’encontre des autres passagers, rapporte RTL. L’individu a inquiété les voyageurs en lançant des «vous allez tous mourir» et des «Allahu akbar».

    Selon le média, il s’agit d’un homme d’une trentaine d’années, mesurant 1 mètre 90 et marchant à l’aide d’une béquille.

    Comme le raconte la radio, après avoir vu deux voyageuses descendre en gare du Blanc-Mesnil alors qu’elles le fuyaient, l’homme les a suivies dans la rue et a réussi à saisir l’une d’elle par le cou en réitérant ses menaces: «Je vais vous jeter sous le train». Les deux femmes sont parvenues à s’enfuir.

    L’attaquant a été identifié et interpellé par la police grâce à la vidéosurveillance. Il a été placé en garde à vue. «Les infractions retenues contre lui sont "violences volontaires" et "menace de crime"», précise RTL.

    https://fr.sputniknews.com/france/201910101042239619-un-homme-a-menace-de-tuer-des-passagers-dans-le-rer-b-aux-cris-de-allahu-akbar/

    RépondreSupprimer
  12. Église d'Angleterre: Le Royaume-Uni doit interdire les "couteaux pointus"


    par Tyler Durden
    Jeu., 10/10/2019 - 03:30
    Écrit par Mac Slavo via SHTFplan.com,


    L’Église d’Angleterre demande au Royaume-Uni d’utiliser la force et la violence pour interdire les couteaux pointus. Une organisation religieuse insiste maintenant pour que la criminalité soit réduite en asservissant davantage la population.

    L’année dernière, le taux de meurtres à Londres a brièvement dépassé celui de New York, exploit qui risque de se reproduire alors que la criminalité poursuit son déclin aux États-Unis, alors que les derniers chiffres montrent une augmentation des crimes violents commis à la fois avec des armes à feu et des couteaux. Malgré toutes les lois limitant la propriété de tout ce qui pourrait constituer une arme, les crimes violents s'aggravent beaucoup. Au lieu de donner aux gens plus de liberté et la dignité humaine de pouvoir se défendre contre ces attaques, les organisations religieuses et le gouvernement veulent prendre des mesures pour veiller à ce que seuls les auteurs d'actes violents aient les moyens de le faire.

    «Nous, les soussignés, sommes des professionnels et des dirigeants communautaires du Royaume-Uni qui demandons au gouvernement de considérer la vente de couteaux de cuisine à bout pointu comme une chose du passé», lit-on dans la lettre ouverte non parodique du diocèse de Rochester, signée par des chefs d’Église, des législateurs, des psychiatres, des universitaires, etc. «Historiquement, nous avions besoin d’un bout de couteau pour ramasser de la nourriture car les fourchettes n’ont pas été inventées. Maintenant, nous n’avons besoin que du point d’ouverture des paquets lorsque nous ne pouvons pas nous permettre de trouver les ciseaux. ”

    Lorsque la condition humaine résiste à la perfection par le biais de la législation, la réponse semble toujours être des lois plus nombreuses et plus stupides.

    - J.D. Tuccille, Reason

    Il y a quelques mois à peine, un député conservateur a fait la une des journaux en adoptant une approche différente, mais tout aussi restrictive, en matière de réglementation des pièces métalliques tranchantes, a déclaré Reason.

    "Chaque couteau vendu au Royaume-Uni devrait avoir un tracker GPS intégré dans le manche", a insisté Scott Mann. "Il était temps de disposer d'une base de données nationale, comme celle des armes à feu."

    Mann a beaucoup critiqué la proposition et a même admis que c'était «une idée un peu merdique».

    Mais c’est juste parce qu’il avait une longueur d’avance sur la foule. S'il avait eu à casser le fil, il aurait probablement été salué comme un modèle d'opinion responsable.

    Royaume-Uni: Les couteaux de cuisine sont trop tranchants! Les classer va arrêter de poignarder la violence

    Le contrôle des couteaux est censé être une blague - les pervers du contrôle doivent redoubler d’efforts lorsque les lois sur les armes à feu se révèlent inapplicables et que les criminels refusent d’interrompre leurs efforts simplement parce qu’ils ont été rendus encore plus illégaux. Mais les politiciens britanniques ont pris cette blague et en ont fait une politique nationale. Maintenant, ils veulent doubler cette politique parce que les méchants ne jouent toujours pas.

    - J.D. Tuccille, Reason

    https://www.zerohedge.com/political/church-england-uk-must-ban-pointy-knives

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. La débilité des dirigeants s'en prendra demain à celles & ceux qui pratiquent les arts martiaux ! et à toutes celles et tous ceux qui peuvent lancer une ou des pierres !

      Supprimer
  13. DEBILITE DES DIRIGEANTS (suite)

    Alors que TOUS les gaz se recyclent et que le gaz carbonique n'a JAMAIS été un poison ni tué personne...

    CLASSEMENT LES 20 ENTREPRISES LES PLUS POLLUANTES DE LA PLANÈTE

    À elles seules, ces firmes ont généré près de 480 milliards de tonnes de gaz carbonique depuis 1965.


    10.10.2019, 10h41


    Alors que les militants écologistes d'Extinction Rebellion ont entamé lundi deux semaines d'actions coups de poing pour dénoncer l'inaction «criminelle» des gouvernements sur le climat, des scientifiques amércains ont dressé la liste des firmes les plus polluantes de la planète.

    Le centre Climate Accountability Institute a en effet montré comment les 20 entreprises qui exploitent le plus massivement charbon, pétrole et gaz produisent près 35% des émissions de carbone et de méthane dans le monde. A elles seules, elles ont généré près de 480 milliards de tonnes de gaz carbonique depuis 1965, souligne le journal britannique «Guardian».

    La pire des entreprises est la compagnie nationale saoudienne Saudi Aramco (59 milliards de tonnes de gaz carbonique depuis 1965), devant l’Américaine Chevron (43,4 milliards), la Russe Gazprom (43,2 milliards de tonnes). On trouve aussi dans cette liste BP, Shell, PetroChina, ExxonMobil, Petrobras, ou encore la Française Total.

    A noter que selon le scientifique à l'origine de ce classement, 90% des émissions produites par ces grandes firmes proviennent de l'utilisation de leurs produits et 10% seulement de leur production.

    https://www.lematin.ch/monde/20-entreprises-polluantes-planete/story/23349571

    RépondreSupprimer

  14. DICTATURE (suite)

    Bruno Le Maire veut la mort de l’automobile française


    9 OCTOBRE 2019


    Maintenant qu’une bonne hystérie climatique est installée, il serait vraiment dommage de ne pas en profiter. C’est probablement ce que se sont dit pas mal de politiciens à commencer par les plus étatistes d’entre eux, français et remontés comme des coucous contre le méchant réchauffement. En tête de cortège, on trouve sans mal Bruno Le Maire.

    L’homme joue une partition quasiment écrite pour lui : d’un côté, l’État a toujours un besoin pressant de rentrées fiscales dodues pour des dépenses jamais en diminution. De l’autre, l’ambiance générale autour des questions climatiques en général et de la pollution atmosphérique en particulier fournissent un boulevard, que dis-je, une autoroute sans radar démocratique à toutes les lubies taxatoires possibles et imaginables.

    Et dans le domaine, les politiciens sont à la fois intarissables et particulièrement créatifs. Certes, les aventures de l’écotaxe aboutirent à une déconvenue temporaire à base de portiques découpés, brûlés et mis bas, mais cela n’a en rien ralenti la production législative pour enfin essorer au maximum chaque contribuable devenu éco-conscient à force d’aspirateur fiscal.

    C’est donc sans surprise qu’on a découvert il y a quelques jours les nouvelles dispositions qu’entend mettre en place l’actuel ministre de ce qui reste d’Économie en France : dans un entretien accordé au Grand Jury LCI RTL Le Figaro, il a confirmé l’augmentation du malus auto dès le premier janvier prochain, afin, selon lui, de lutter contre les véhicules les plus polluants…

    Partant de ce principe, le malus-auto se déclenchera dès lors que le moteur émettra 110 grammes de gaz carbonique par kilomètre (au lieu de 117 actuellement), et le coût de ce malus augmentera bien sûr, soi-disant « pour les véhicules les plus polluants » (c’est-à-dire les véhicules anciens, ce qui n’est pas la même chose mais n’entrons pas dans les détails qui dévoileraient la supercherie). Grâce à un exemple habilement choisi, Bruno Le Maire entend faire passer la pilule comme une sorte de mesure de rétorsion contre les gros véhicules « pollueurs » : pour un véhicule tout terrain qui dégagerait 140 grammes de gaz carbonique/km, la taxe passera de 690 euros actuellement à 1901 euros.

    Dans cette histoire, il faut bien comprendre que le pauvre Bruno est un simple accessoire un peu creux d’intérêts plus grands et plus lourds que lui, essentiellement électoralistes, qui visent à aspirer les voix écologistes vers la nébuleuse macroniste, et rien d’autre.

    Aucune cohérence d’ensemble n’est recherchée : peu importe que ces dispositions poussent tous les jours un peu plus l’obsolescence administrative de véhicules pourtant tout à fait opérationnels, en se basant sur une mesure idiote (le taux de gaz carbonique), ce gaz carbonique n’étant pas un polluant, et dans un but grotesque surtout lorsqu’on se rappelle qu’on se trouve en France…

    RépondreSupprimer
  15. France qui vient d’être secouée par une crise sociale majeure, celle des Gilets jaunes, déclenchée par des assauts multiples et inouïs sur le pouvoir d’achat des classes moyennes au travers de taxes iniques sur le carburant. France qui est un pays dont la production de gaz carbonique par habitant est l’un des plus faibles du monde. France dans laquelle une minorité réclame des mesures concrètes et palpables contre le méchant réchauffement climatique, mais dans laquelle l’État n’est qu’un être pusillanime lorsqu’il s’agit de faire autre chose que la guerre ou exercer la violence, et qui ne peut guère que proposer de taxer et interdire.

    Dans ce contexte, les options sont limitées pour tout individu dont le cerveau n’a jamais été équipé que d’un gros marteau et qui ne voit donc tous les problèmes que comme des clous sur lesquels il faut taper avec acharnement, la voiture étant le dernier clou en date.

    En relançant le bastringue du malus automobile, Bruno Le Maire croit envoyer un message écologique. Il n’en est rien (l’impact de la France dans la production de gaz carbonique dans le monde est parfaitement négligeable, représentant moins de 1 % des émissions humaines, qui représentent en tout elles-mêmes moins de 5 % du gaz carbonique atmosphérique, lui-même ne représentant que 0,04 % de l’atmosphère, comme l’illustre le petit graphique suivant, à l’échelle, dans lequel 1 point représente le gaz carbonique humain produit en France).

    - voir graphique sur site -

    Non, vraiment, Bruno Le Maire lance ici un message bien clair, le seul qu’un petit commis de l’État sans imagination est capable de pondre : c’est un message de violence et de guerre.

    De la violence, en effet, celle qui consiste à tabasser de taxes les plus pauvres et les plus faibles d’entre nous, ceux qui ne pourront pas se passer de voiture et qui paieront donc, chèrement, pour ce privilège d’être à l’écart des transports en commun et des centres-villes où Bruno Le Maire se pavane facilement.

    Et la guerre, sans doute, celle qui consistera à bouter les voitures hors du territoire, et donc, inévitablement, les constructeurs de ces engins climato-agressifs.

    En fait, ce que Le Maire déclare ici, c’est ni plus ni moins que la mise à mort de l’industrie automobile française qui continue de ployer sous les freins que lui et ses sbires s’emploient à placer partout où ils passent.

    Ce que Le Maire veut ici, c’est mettre enfin au chômage les milliers d’individus qui vivent de l’automobile et des centaines d’activités qui tournent autour. C’est fort malin, tant la France n’a pas assez de chômeurs.

    Ce que Le Maire explique ici, c’est que les ploucs de campagne n’ont pas les mêmes droits que les bobos des villes. C’est drôlement futé, pour une France dont la classe moyenne pète dans la soie et l’opulence.

    Peu importe ici la situation pourtant enviable de la France en matière de production carbonée : nous devons tous expier de cette faute impardonnable d’avoir décimé les ours polaires, fait disparaître Tuvalu et Venise sous les eaux et d’avoir affamé toujours plus de monde.

    RépondreSupprimer
  16. Cependant, après ces beaux discours et ces belles taxations supplémentaires, le petit Bruno risque d’avoir plusieurs problèmes à gérer.

    Les chômeurs que ses gesticulations provoquent viendront grossir les mauvaises statistiques et n’apporteront plus la richesse dont la Nation a besoin. Ils viendront aussi s’ajouter aux mécontents déjà fort nombreux des politiques menées dans le pays sur les dernières décennies. Parions que Le Maire ne s’en souciera pas vraiment, mais cela n’empêchera pas le ressentiment à son égard de grandir.

    Politiquement, cette impopularité se mariera mal avec l’approche des municipales ou toute augmentation inopinée du prix du pétrole par exemple, qu’une crise (en Asie, boursière ou autre, pourrait déclencher).

    Après le premier janvier prochain, quelques petits retours de manivelle sont donc possibles

    https://www.contrepoints.org/2019/10/09/355136-bruno-le-maire-veut-la-mort-de-lautomobile-francaise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) la production de gaz carbonique dans le monde est parfaitement négligeable, représentant moins de 1 % des émissions humaines, qui représentent en tout elles-mêmes moins de 5 % du gaz carbonique atmosphérique, lui-même ne représentant que 0,04 % de l’atmosphère (...)

      Pourcentages publiés totalement faux car l'auteur (qui cache son nom) ne seraient pas au courant que les mers & océans émettent des milliards de fois plus de gaz carbonique que toute l'humanité, les animaux et industries comprises !

      Demain l'attaque se fera envers les sportifs et les travailleurs de force qui rejettent plus de gaz carbonique que ceux qui restent assis dans leur dégénérescence de bureaux.

      Supprimer
  17. Convention citoyenne sur le climat : une diversité d’apparat

    La Convention Citoyenne sur le Climat est une expérience inédite, où 150 français tirés au sort vont débattre sur le réchauffement climatique. Mais ce débat sera-t-il réellement neutre et démocratique ?


    Par Philippe Charlez.
    10 OCTOBRE 2019


    La Convention Citoyenne sur le Climat est l’une des principales initiatives issue du grand débat né de la crise des Gilets jaunes.

    Expérience inédite de démocratie participative, elle réunit 150 citoyens ordinaires invités à débattre sur le réchauffement climatique.

    Ses travaux ont commencé le 4 octobre 2019 et se poursuivront durant six week-ends jusqu’à fin janvier 2020.

    LA CONVENTION CITOYENNE SUR LE CLIMAT, POURQUOI ET COMMENT ?

    Son but est de formuler des propositions concrètes pour « réduire les émissions françaises de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici la fin de la prochaine décennie, le tout dans un esprit de justice sociale ».

    Les propositions prendront la forme de textes législatifs qui seront ensuite soumis soit au référendum soit au vote du Parlement ou même directement mis en œuvre par voie réglementaire.

    Les 150 citoyens ordinaires ont été tirés au sort pour former une « France en miniature supposée représenter tous les grands équilibres de la société1 : diversité de genre (52 % de femmes, 48 % d’hommes), diversité générationnelle (6 tranches d’âge à partir de 16 ans), diversité socio-professionnelles (ouvriers, employés, cadres, agriculteurs, personnes en situation de grande pauvreté), diversité géographique (France métropolitaine et territoires d’outre-mer) et enfin diversité territoriale (villes, banlieues et monde rural). »

    La première question qui vient à l’esprit est évidemment celle des compétences.

    LA QUESTION DES COMPÉTENCES

    La transition écologique est un problème extrêmement complexe qu’il est difficile d’appréhender sans connaissance minimum du sujet ce qui est le cas de la plupart des 150 appelés.

    Mais la démocratie participative est à ce prix : quelle que soit son origine sociale, culturelle ou géographique chaque citoyen est politiquement responsable et à ce titre a le droit de participer au débat.

    La contrepartie est qu’il se forme ou tout au moins s’informe pour apprécier les problèmes posés de façon suffisamment rationnelle en s’abstenant d’intégrer dans ses positions toute dérive émotionnelle et idéologique.

    LE COMITÉ DE GOUVERNANCE : DIVERSITÉ ET ÉQUILIBRE ?

    Mais se former et s’informer sont largement conditionnés par l’équipe d’organisateurs et de formateurs.

    Pour que l’équilibre soit respecté et que la vision des citoyens ne soit pas insidieusement orientée vers une pensée unique préétablie, sa diversité devrait être tout aussi rigoureusement choisie que celle des 150 citoyens : économistes, scientifiques, sociologues, politiques, fonctionnaires, industriels, ingénieurs et universitaires issus du public et du privé de tous bords et de toutes sensibilités.

    RépondreSupprimer
  18. Or, quand on observe de près la composition du comité de gouvernance et de ses garants, il y a de quoi être surpris par son manque de diversité.

    Alors que les scientifiques en sont pratiquement absents, l’étiquette Science-Po est surreprésentée, les membres sont majoritairement marqués à gauche avec un passé de syndicaliste ou de militant dans des organisations écologiques et altermondialistes. Les connivences entre les différents membres ne sont pas surprenantes.

    Ainsi la première co-présidente milita dans son jeune temps à la LCR, créa en 2001 l’IDDRI avec un autre membre du comité de gouvernance.

    De même l’expert climatologue de ce comité de gouvernance fût lui aussi directeur de l’IDDRI jusqu’en 2018. Proche du président du parti Nouvelle Donne, ce dernier supporta Benoit Hamon lors de la dernière présidentielle.

    Il assume aujourd’hui à travers le Pacte Finance Climat une vision collapsologique de la société avec des propositions recoupant celles de Greta Thunberg : « pour sauver le climat changeons de société ».

    Le second co-président dirige aujourd’hui Terra Nova, un think tank se définissant comme « matrice idéologique de la gauche progressiste. »
    Il fût précédemment directeur de rédaction d’Alternatives Économiques un magazine d’orientation antilibérale, néo-keynésienne et altermondialiste que La Tribune classe à la gauche de la gauche.

    Enfin, beaucoup plus inquiétant est de trouver parmi les trois garants du projet un écrivain, cinéaste et poète : activiste écologiste très marqué à gauche et coréalisateur du documentaire « Demain », en 2018 il appela les Gilets jaunes à rejoindre les marches pour le climat et participa à L’Affaire du Siècle, lancée par quatre ONG qui attaquent l’État français en justice pour inaction face au changement climatique.

    Considérant que la situation actuelle est « une sorte de branle-bas de combat comme avant une guerre mondiale » il est adoubé par l’association extrémiste Extinction Rebellion qui exige de « renoncer de nous-mêmes au modèle de croissance économique actuel pour atteindre le zéro émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici… 2025. »

    Par contre nous déplorons l’absence d’industriels du public et du privé, de personnalités d’obédience libérale, de scientifiques académiques et encore plus surprenant d’experts en questions énergétiques.

    « DONNER LA PAROLE AUX CITOYENS »

    En dépit du traumatisme du mouvement des Gilets jaunes, des suggestions du Grand débat et du vote vert aux élections européennes, il est plus que décevant de voir le président de la République, qui avait fait de la croissance économique la pierre angulaire de son mandat, s’engager sur une voie politique aussi périlleuse.

    Des positions qui n’attireront pas le « jeunisme vert » convaincu qu’Emmanuel Macron est un mondialiste perverti par la société de croissance mais qui risque de faire fuir à grands pas son électorat de centre droit acquis à son positionnement économique.

    Au vu de cette composition, on peut aussi craindre qu’un débat promis sans biais véhicule de façon insidieuse et sans réelle discussion contradictoire une pensée unique écrite à l’avance : « il faut sortir du nucléaire, interdire les voitures thermiques et passer à 100 % de renouvelables ».

    RépondreSupprimer
  19. Si tel était le cas les citoyens fiers et heureux de participer à cette expérience inédite pourraient retourner dans leurs gîtes avec un goût très amer sur la langue : celui d’avoir servi de caution à une cause qui n’est la leur.

    La représentativité a été réalisée par l’Institut Harris

    https://www.contrepoints.org/2019/10/10/355465-convention-citoyenne-sur-le-climat-une-diversite-dapparat

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Un 'grand débat national' pour savoir si l'eau est liquide, l'air est un gaz ou la connerie peut être humaine !

      Faut dire que plutôt que de demander à des scientifiques si le gaz carbonique est un poison et de chiffrer le nombre de morts, ils vont demander à des boulangers comment réparer une voiture, à des maçons d'être dentistes ou à des trisomiques de débattre sur le climat !!

      Supprimer
  20. "C'est le tiers monde": près de 3 millions de Californiens vont perdre de la puissance alors que PG & E entame des pannes d'électricité "sans précédent"


    par Tyler Durden
    Mer., 10/09/2019 - 18:25


    Comme prévu la nuit dernière, PG & E Corp., le plus grand service public (en faillite) de Californie, a commencé à couper le courant mercredi à 3 millions de personnes sans précédent dans le nord de la Californie, confrontées au temps chaud et venteux qui augmente les risques d'incendies de forêt. Alors que les vents violents devraient s'atténuer jeudi soir, la société procédera à des inspections approfondies de son équipement avant de rétablir l'électricité, ce qui signifie que des pannes pourraient persister la semaine prochaine. Plus de 3 millions de personnes pourraient éventuellement être touchées, selon les estimations de la ville et la taille moyenne des ménages. L'impact économique pourrait atteindre 2,6 milliards de dollars.

    Un demi-million de foyers et d’entreprises du nord de la Californie ont déjà perdu l’alimentation électrique alors que PG & E orchestre la plus grande coupure de courant intentionnelle de son histoire afin d’empêcher ses lignes de brouiller les étincelles. La compagnie devait fermer ses services à 234 000 clients supplémentaires dans des villes telles que Berkeley et Oakland à midi, heure locale, mais a indiqué aux responsables de la ville et du comté que ces coupures débuteraient mercredi soir. Les vents forts et secs qui augmentent le risque d'incendies de forêt reprennent plus tard que prévu, a indiqué la compagnie.

    Centre d’exploitation de la sécurité des feux de forêt de PG & E à San Francisco

    Selon Bloomberg, jamais les services publics californiens n’avaient intentionnellement coupé le courant à autant de personnes pour leur propre sécurité - et aucune coupure de courant n’a affecté de telles zones métropolitaines, même si la ville de San Francisco et la Silicon Valley semblent épargnées. Cet engagement est la clé d'une stratégie relativement nouvelle de PG & E visant à empêcher les lignes électriques de provoquer une autre conflagration mortelle - et coûteuse -.

    «C’est une expérience sans précédent en ce qui concerne notre communauté à tous», a déclaré Sumeet Singh, vice-président de PG & E, lors d’un point de presse mardi soir. "Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour minimiser l’impact sur la vie de nos clients."

    La fermeture devait se dérouler en trois phases, touchant finalement près de 800 000 foyers et entreprises, y compris dans la région de la baie de San Francisco et le comté de Napa. La prochaine phase inclura, entre autres, des parties des comtés d'Alameda, de Contra Costa, de Santa Clara et de Santa Cruz. La compagnie d'électricité éteindra également 21 800 clients des comtés de Mendocino et de Calaveras qui n'ont pas perdu de courant lors de la première étape.

    Par la suite, PG & E en comptera un troisième pour les parties les plus au sud de sa zone de desserte, soit 42 000 personnes. Au total, environ 15% des clients de l’entreprise de services publics risquent de se mettre à l’ombre.

    RépondreSupprimer
  21. La faillite de Pacific Gas & Electric, qui a annoncé l’arrêt délibéré, a pour objectif d’éviter la répétition d’une catastrophe en novembre dernier au cours de laquelle il était déterminé que les lignes électriques défectueuses qu’il possédait avaient provoqué l’incendie le plus meurtrier de la Californie de l’histoire moderne. Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a déclaré que «la frustration ressentie par les Californiens face aux conséquences de ces pannes de courant est justifiée», mais que la sécurité était la principale préoccupation.

    "La plus grande menace semble être aujourd'hui et continuer dans la journée de demain", a déclaré Marc Chenard, prévisionniste principal de la branche au Centre de prévision météorologique américain de College Park, dans le Maryland, sur le risque d'incendie.

    "Notre première priorité est de protéger les personnes et de veiller à la sécurité des communautés", a déclaré le gouverneur dans un communiqué.

    Dans l’enfer de l’année dernière, 86 personnes sont mortes et une ville appelée Paradise a été pratiquement détruite. PG & E a également été jugé responsable de dizaines d'autres incendies de forêt au cours des dernières années. C'est la saison des feux de forêt en Californie.

    Alors que de grandes parties de la région de la baie de San Francisco vont être touchées, y compris des villes comme Oakland, Berkeley et San Jose, les fermetures constituent un test pour une région densément peuplée qui est le centre de l’industrie technologique américaine.

    Des conditions de feu "extrêmement critiques" étaient attendues dans certaines régions du nord de la Californie mercredi et dans le sud de la Californie autour du comté de Los Angeles jeudi, a annoncé le National Weather Service. Selon PG & E, l’incident météorologique qui a provoqué ses arrêts préventifs - des conditions chaudes et sèches et des vents soufflant en rafale jusqu’à 110 km / h - devrait durer jusqu’à jeudi à la mi-journée dans le nord et le centre de la Californie.

    Près de Los Angeles, la société Edison International située dans le sud de la Californie, Edison, a déclaré envisager de couper l’alimentation de près de 174 000 foyers et entreprises. San Diego Gas & Electric, de Sempra Energy, a averti qu’elle pourrait fermer environ 30 000 clients au cours des deux prochains jours.

    Les pannes qui affectent déjà des régions telles que la région viticole de Napa Valley pourraient durer jusqu’à une semaine à certains endroits. Il y a eu quelques bonnes nouvelles de dernière minute: PG & E a brièvement suspendu mercredi la prochaine série de pannes d'électricité sans précédent dans le nord de la Californie, après que les prévisions météorologiques se soient améliorées. Cependant, ils étaient toujours censés intervenir plus tard dans la journée.

    Selon Bloomberg, le tournant dans les prévisions météorologiques n’a pas encore changé le nombre de clients qui vont perdre de la puissance. Les services publics dans les régions de Los Angeles et de San Diego ont également mis en garde contre les coupures de services.

    Bien que la ville de San Francisco ne soit pas affectée par l’arrêt intentionnel - après que tous les locaux doivent être capables de voir quand ils sont sur le point de marcher dans la merde humaine - une grande partie de la région de la baie environnante pourrait devenir sombre, y compris des parties de Silicon Valley. Une panne prolongée menace l’économie de la région en perturbant les travailleurs et la vie quotidienne.

    RépondreSupprimer
  22. «Si vous perdez le courant pendant cinq heures, vous devrez peut-être jeter un peu de lait», a déclaré Michael Wara, directeur du programme de politique climatique et énergétique à l'Université de Stanford. "Si vous perdez le pouvoir pendant cinq jours, vous devez jeter tout ce qui est périssable et vous mangez probablement dans une boîte de conserve."

    Les responsables de Malibu - la maison fastueuse des stars hollywoodiennes, frappée également par l’enfer de l’année dernière - ont déclaré que la compagnie d’électricité Southern California Edison avait mis en garde contre une autre fermeture possible dans les zones de jeudi à vendredi.

    Plus de 100 000 clients pourraient perdre de l'électricité dans huit comtés du sud de la Californie, a déclaré SCE. Les écoles et les universités ont fermé leurs portes mercredi et des stocks d’essence, d’eau, de piles et d’autres articles essentiels ont été approvisionnés.

    «Selon les premiers indicateurs, la panne du campus durera jusqu'à 48 heures», a déclaré l'Université de Californie à Berkeley, annonçant l'annulation de tous les cours. L'ironie que cela se produise à la Mecque de la pensée socialiste sur la côte ouest n'a été perdue pour personne.

    Alors que la frustration montait, le sénateur de Californie, Jerry Hill, a qualifié les pannes d'électricité massives de «excessives».

    «Cela ne peut être acceptable ni à long terme», a déclaré Hill au Los Angeles Times. "C'est le tiers monde, et nous ne le sommes pas", a-t-il ajouté.

    Daniel Swain, un climatologue de l'UCLA à Los Angeles, a tweeté que les coupures de courant étaient «une mauvaise idée nécessaire à court terme», qui transfère les coûts financiers des compagnies d'électricité au public.

    Comme nous l’avions signalé hier soir, la première partie des coupures d’électricité de PG & E a commencé à partir de minuit jusqu'à mercredi dans le nord de la Californie. Il a touché plus de 500 000 clients, a déclaré la compagnie de services publics.

    Le reste de la région de la baie de San Francisco devait commencer à perdre de la puissance par vagues, aux alentours de midi, heure locale. Une troisième phase pourrait avoir lieu plus tard dans la journée, plus au sud.

    PG & E a déclaré qu’il comptait commencer à rétablir le courant jeudi, mais qu’il ne pourrait le faire qu’après avoir inspecté son équipement pour détecter les dommages éventuels, ce qui pourrait prendre des jours dans certaines régions.

    Malheureusement pour les clients, PG & E ne sera pas en mesure de remettre l’appareil sous tension une fois que le vent s’est arrêté. Les équipes doivent inspecter chaque pouce de lignes pour s’assurer qu’elles peuvent transporter l’électricité à nouveau en toute sécurité. Les villes ont averti les habitants de se préparer six jours sans électricité. «Ce n’est pas simplement une question de drapeau rouge, je peux rallumer la lumière», a déclaré Gregg Edeson, consultant en services publics. "L'utilitaire doit vraiment aller là-bas et regarder."

    Le service public qui alimente en eau une grande partie de la baie est a loué des générateurs de secours pour ses stations de pompage et ses usines, au coût de 400 000 $ pour la saison. Mais le carburant pour faire fonctionner ces générateurs pourrait coûter 75 000 dollars par panne, a déclaré Andrea Pook, porte-parole du district des services publics municipaux d'East Bay. Et le district demande toujours aux clients de conserver l'eau, limitant ainsi le besoin de générateurs.

    RépondreSupprimer
  23. "En tant que police d'assurance, nous demandons aux clients d'être attentifs", a-t-elle déclaré.

    Les avertissements de PG & E ont donné aux résidents et aux entreprises le temps de se préparer, a déclaré Joe Eto, scientifique au Laboratoire national Lawrence Berkeley. De nombreuses entreprises, a-t-il dit, peuvent désormais avoir des employés travaillant à distance, menant des affaires via le cloud si nécessaire. Et si leurs maisons deviennent sombres, il y a d'autres endroits où ils peuvent emmener leurs ordinateurs portables pour recharger leurs batteries et travailler.

    "Ne sous-estimez jamais la débrouillardise des personnes stressées", a-t-il déclaré. Là encore, c'est la Californie ...

    https://www.zerohedge.com/personal-finance/third-world-3-million-californians-lose-power-pge-begins-unprecedented-blackouts

    RépondreSupprimer
  24. Les coupures d'électricité pour impayés explosent


    Erwan Benezet
    Le Parisien
    mar., 08 oct. 2019 20:05 UTC


    Entre janvier et septembre, les fournisseurs d’électricité ont effectué plus de 572 440 interventions pour impayés, coupures ou réductions de puissance.

    Mauvaise nouvelle pour les abonnés à l'électricité. Jean Gaubert, le Médiateur national de l'énergie, observe depuis plusieurs semaines une « hausse inquiétante des sollicitations de consommateurs en situation d'impayés ». Au 1er semestre de cette année, les fournisseurs avaient déjà admis une hausse de 18 % des coupures en électricité. Et de 10 % en gaz naturel par rapport au 1er semestre 2018. Les hausses des tarifs de l'électricité de 5,9 % en juin, puis encore de 1,3 % en août, plus celles à venir début 2020, n'arrangent pas les choses.

    Dès le mois de septembre de cette année, le nombre d'interventions effectuées par les 22 fournisseurs d'électricité du marché auprès de leurs clients, pour impayés, coupures ou réductions de puissance, dépassait déjà les 572 440 réalisées sur le total de l'année 2018. « Les fournisseurs ont durci leur politique de gestion des impayés, observe le médiateur de l'énergie. Mais ils anticipent également l'arrivée de la trêve hivernale, qui commencera le 1er novembre prochain, jusqu'à mars. »

    Selon lui, comme chaque année, les fournisseurs se débarrassent en urgence de leurs mauvais payeurs avant d'en être empêchés pendant cinq mois par la loi. Résultat : des centaines de milliers d'entre eux se retrouvent coupés, parfois sans même avoir été prévenus. Plongés dans le noir à la nuit tombée, obligés de s'éclairer à la bougie et de manger froid, ils s'adressent en dernier recours au service Energie-Info, géré par le Médiateur de l'énergie. Les sollicitations auprès de celui-ci ont plus que doublé, passant de 165 sur les neuf premiers mois de 2018, à 372 en 2019.

    Alexie et Jessy avaient 1300 euros à régler

    C'est ainsi qu'Alexie et son compagnon Jessy, 31 et 25 ans, ont connu à la fin du mois de septembre, une semaine de galère dans leur appartement de Glamondans, dans le Doubs. En rentrant de son travail, cette aide à domicile a trouvé le compteur coupé. « On avait effectivement 1 300 euros de facture d'électricité à régler, explique la jeune femme. Des radiateurs défectueux dans notre appartement avaient fait flamber la facture. On ne pouvait pas tout payer d'un coup alors on a demandé à notre fournisseur un échéancier. »

    Malheureusement la voiture du couple tombe en panne. Et dans ce petit village, difficile de s'en passer pour aller travailler. La réparation les met sur la paille. Plus d'argent pour régler l'échéancier, et c'est la coupure. « Les foyers qui en sont victimes partagent souvent des points communs, observe Jean Gaubert. Des factures de régularisation élevées, mais aussi des logements très énergivores ou des accidents de la vie. » Il rappelle également que les fournisseurs ont pour obligation d'avoir dans leurs équipes un correspondant solidarité-précarité en charge des relations avec les services sociaux et les associations de consommateurs.

    Après plusieurs jours de galère, et des fournisseurs qui leur ferment leur porte, Alexie et Jessy ont finalement obtenu une aide de 600 € de leur assistante sociale pour relancer le remboursement de leur dette et réussi à ouvrir un nouveau contrat de fourniture. Alexie et Jessy peuvent souffler, mais demeurent sur leurs gardes : « On a le sentiment de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête ».

    https://fr.sott.net/article/34469-Les-coupures-d-electricite-pour-impayes-explosent

    RépondreSupprimer
  25. Les 5 idées les plus folles du Democratic Primary Freak Show


    Par Doug Casey
    Homme international
    10 octobre 2019


    Homme international: Elizabeth Warren a proposé une taxe annuelle sur la fortune d’une personne. Que faites-vous de cela ?

    Doug Casey: Lorsque vous taxez quelque chose, vous le découragez. Si Elizabeth Warren veut taxer la richesse des gens, cela va les encourager à cacher leur richesse. Et découragez-les de devenir riches. C’est donc un poison d’un point de vue économique.

    Mais c’est encore pire d’un point de vue éthique ou spirituel. Cela envoie un signal que la richesse est le mal. Qu'il doit être gardé sous contrôle et limité. Qu'un sacerdoce politique détermine ce qui est suffisant et qui devrait l'obtenir. C’est particulièrement pervers que des personnes comme Warren agissent comme si elles avaient un haut niveau moral. En fait, ils sont dans le goulot moral.

    Elle dit qu’elle le pousse pour empêcher les gens de devenir «trop riches», ce qui est en fait fou. C’est exactement le contraire de ce que nous devrions souhaiter. Nous voulons encourager tout le monde à devenir très riche pour que tout le monde soit capitaliste. Pire encore, le produit d'un impôt sur la fortune va à l'État - le pire endroit où il peut aller. Cela augmentera la taille du gouvernement et la capitale sera au mieux dissipée. Peut-être sera-t-il redistribué à un petit capitaliste bien connecté ou utilisé pour corrompre davantage les pauvres avec des dons. Mauvaise nouvelle tout autour.

    La haine des riches est cependant quelque peu compréhensible. Pourquoi ? Parce que beaucoup d’entre eux sont devenus incroyablement riches en devenant des copains et en jouant avec le système politique. La plupart de leur argent a été gagné par le vol, pas par la production. Le moyen d'éviter cela est de sortir l'État de l'économie. Ne pas rendre l’État et ses amis plus grands et plus forts en y affectant davantage de recettes fiscales.

    Mais il y a d'autres conséquences d'un impôt sur la fortune.

    Chaque Américain va devoir déposer un bilan auprès du gouvernement, et pas seulement un compte de résultat comme nous le faisons actuellement pour l'IRS. Ils sauront, sous peine de parjure, non seulement ce que nous gagnons, mais ce que nous avons.

    Un impôt sur la fortune est extrêmement anti-liberté. De plus, cela nécessitera l’embauche de milliers d’agents de l’IRS, exactement le contraire de ce que nous voulons faire. Nous voulons abolir l'IRS, pas le rendre plus grand.

    Un impôt sur la fortune est une idée complètement folle, à tous points de vue. Il n'y a pas de positif.

    Homme international: au départ, le gouvernement ne frappait que les riches avec l'impôt sur la fortune. Mais c’est précisément ainsi que les partisans ont vendu l’impôt fédéral sur le revenu au peuple américain et se sont penchés sur la monstruosité qui en résulte. Pensez-vous que la même chose pourrait se produire si quelqu'un comme Warren institue un impôt sur la fortune ?

    Doug Casey: Sans aucun doute. L’impôt fédéral sur le revenu a commencé en 1913, à 1% des revenus personnels nets supérieurs à 3 000 dollars (environ 50 000 dollars en dollars d’aujourd’hui) et à 7% des revenus supérieurs à 500 000 dollars (environ 8 millions de dollars aujourd’hui).

    RépondreSupprimer
  26. Homme international: Cory Booker veut des réparations pour les descendants de l'esclavage. Que pensez-vous de ceci ?

    Doug Casey: Une autre idée complètement folle. Il est garanti de créer beaucoup plus d’antagonisme entre les races - là où, juste en raison de votre race noire, vous recevez beaucoup d’argent de la part des Blancs. Même si aucun Noir américain n'a jamais été esclave.

    Ni leurs parents. En fait, aucune personne de race noire dans le pays aujourd'hui n'a rien de plus proche qu'un arrière-arrière-grand-parent esclave. L'idée est criminellement fou. Tout est question de vol basé sur la race. Donc, cela ne fera que créer plus d’antagonisme entre Blancs et Noirs. En plus de poser des questions telles que «Quel pourcentage de Noir devez-vous être ?» 100% ? 50 % ? Un quart ? Un huitième ?

    Voulez-vous mentir comme Elizabeth Warren pour capturer un avantage en fonction de votre origine raciale possible ? Cela ouvre une boîte de Pandore remplie de haine raciale, de corruption et de millions de procès

    En dehors de cela - bien que ce soit pervers - aux États-Unis, les Noirs devraient être heureux que leurs ancêtres aient été volés en Afrique. Même si les choses étaient mauvaises pour les esclaves de ce pays, leur situation aurait été encore pire en Afrique, où ils auraient également été esclaves. L’Afrique est encore pleine de l’esclavage de facto même aujourd’hui, bien qu’elle ait été abolie juridiquement - esthétiquement - en 1982 dans le dernier pays à l’avoir, la Mauritanie. Et leurs descendants auraient été beaucoup plus mal lotis. Ils n'auraient eu aucun des nombreux avantages d'être dans un pays occidental.

    En fait, la plupart des Noirs volés d’Afrique sont allés au Brésil et dans les Caraïbes. Je crois que le nombre est d'environ 80 %. Donc, Booker veut-il dire que les îles des Caraïbes, qui sont aujourd'hui pour la plupart noires, et le Brésil, qui compte plus de 50 % de personnes noires, devraient également bénéficier de réparations ?

    Il avance que la prospérité américaine s'est construite sur l'esclavage noir. Ceci est historiquement non seulement faux, mais le contraire de la vérité. L’esclavage a découragé l’industrialisation du Sud et l’a retardée d’un siècle

    Il avance que la prospérité américaine s'est construite sur l'esclavage noir. Ceci est historiquement non seulement faux, mais le contraire de la vérité. L'esclavage a découragé l'industrialisation du Sud, le maintenant à un siècle derrière le Nord en matière de technologie. Les esclaves nuisaient réellement au développement. Aucune «plus-value» n'a été créée pour être distribuée à qui que ce soit 150 ans plus tard.

    Booker est une racaille raciste à la mentalité criminelle issue d'une famille aisée. Il est dans la tradition de Jesse Jackson et Al Sharpton. C’est un signe de la façon dont les États-Unis sont dégradés et qu’il est pris au sérieux de quelque manière que ce soit.

    Homme international: Andrew Yang veut donner à chaque adulte 1 000 $ inconditionnels par mois, autrement dit un revenu de base universel. Yang appelle cela un "dividende de la liberté". Mais le gouvernement n'est pas une société à but lucratif, et il ne peut pas payer de "dividende". Que se passe-t-il vraiment ici ?

    RépondreSupprimer
  27. Doug Casey: Un dividende de la liberté ? Un dividende ne peut être versé à un investisseur que si le capital est déployé de manière à générer un profit. Qui sont les investisseurs ici ? Où est le capital qu'ils ont économisé pour "investir" ? Où est le profit que le gouvernement fait pour distribuer ? Qu'est-ce que tout cela a à voir avec la "liberté" ? C’est une idée loufoque basée sur le vol.

    L’argent peut être généré de deux manières pour donner à chacun 12 000 dollars par an. Volez-le à ceux qui le produisent ou demandez à la Réserve fédérale de l’imprimer et de le donner à tout le monde - auquel cas vous détruirez la monnaie.

    Le fait est que lorsqu’il s’agit d’une transaction économique, il doit y avoir un échange, il faut donner quelque chose pour obtenir quelque chose. Où est l'échange ici ? C’est un pur vol institutionnalisé.

    La plupart des personnes qui touchent les 12 000 $ vont tout simplement cesser de travailler au salaire minimum et les gaspiller. Beaucoup pourraient l'utiliser pour un acompte sur une camionnette de 50 000 $. Ce qui pourrait être intelligent, parce que l'année prochaine, le même camion pourrait coûter 70 000 $ en raison de toute la création d'argent supplémentaire. C’est une autre idée délirante criminellement. La principale qualification de Yang pour le poste de président est qu’il monte assez bien sur une planche à roulettes, bien mieux que Beto.

    Homme international: Robert O’Rourke - qui préfère s’appeler "Beto" pour se donner un nom plus hispanique - a ouvertement confisqué la confiscation des armes à feu. Quelles sont les implications ici ?

    Doug Casey: Encore une fois, il s'agit simplement d'un vol manifeste pour augmenter l'ingénierie sociale. Si vous pouvez leur prendre l’arme de quelqu'un, pourquoi vous arrêter là ? Vous devriez pouvoir leur prendre leur voiture aussi. Les voitures sont beaucoup plus meurtrières que les armes à feu.

    Ce n’est pas seulement une question de deuxième amendement. La Constitution en général a été interprétée comme étant inexistante - à l'exception des subtilités administratives dépourvues de sens, comme par exemple celui qui décide de briser l'égalité des voix au Sénat ou de l'ordre de succession en cas de décès du président. La Déclaration des droits est essentiellement une lettre morte.

    Quand on parle d’armes à feu, c’est une erreur de faire référence à la Constitution. Cela ne signifie rien pour les 96% du monde en dehors des États-Unis. Et ce n’est qu’un document qui peut être modifié - ou sera probablement - entièrement modifié ou abandonné. La question essentielle en ce qui concerne les armes à feu est qu’elle différencie un homme libre d’un esclave. Historiquement, un homme libre a le droit d'être armé et de se défendre. Un esclave ne le fait pas.

    Sam Colt a permis à une femme de 90 livres d'être égale à un homme de 200 livres qui l'attaquait. Sam Colt a fait plus pour protéger les droits des faibles que chaque législature depuis le premier jour.

    Le contrôle des armes à feu semble être la proposition de signature de Beto O’Rourke. Mais toutes ses autres idées sont également mauvaises. Comme tous les autres candidats à la présidentielle cette année, il est désinvolte et irréfléchi. Et peut effectivement être diabolique.

    RépondreSupprimer
  28. Je déteste utiliser ce mot, car il a été trop utilisé et dégradé par les types de Lady Church et de prédicateurs de chapiteaux. Mais c’est approprié quand on parle de gens comme Beto et les autres. Cela signifie simplement destructif ou moralement fou.

    Le fait que le mal soit déguisé, sourit sincèrement, ait une bonne intention ou semble être une bonne idée à l’époque, ne signifie pas que ce n’est pas mal. Comme le disait Hannah Arendt, c’est surtout banal. Comme tous ces candidats. Cela dit, j’utilise rarement le mot «mal» pour désigner ces personnes. Non pas parce que ce n’est pas approprié, mais parce que peu d’Américains prennent maintenant le concept au sérieux.

    Homme international: Lors de l'un des débats, le modérateur a demandé aux candidats s'ils soutiendraient le gouvernement fournissant des soins médicaux aux étrangers en situation irrégulière. Tous ont soutenu l'idée.

    Bernie Sanders a préconisé un régime «Assurance-maladie pour tous» et souhaite annuler la dette liée aux prêts étudiants.

    Elizabeth Warren veut donner 200 $ de plus par mois à tous les bénéficiaires de la sécurité sociale.

    Ce ne sont là que quelques exemples de la montée en flèche de l'État providence. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

    Doug Casey: Oui, Bernie, une masse agitée d'antagonisme, d'amertume, de haine et d'agression. La meilleure chose à son sujet est sa transparence psychologique. Franchement, il est inconvenant pour un homme de 78 ans de vouloir forcer d’autres personnes à payer ses factures médicales.

    De plus, les médecins d’aujourd’hui ne peuvent même pas pratiquer la médecine. Ils passent la majeure partie de leur temps à remplir des formulaires et à se conformer à la réglementation. Beaucoup de médecins quittent le cabinet parce qu’ils n’ont tout simplement pas le temps de pratiquer leur médecine correctement. Et les risques et les aggravations ne valent pas la récompense - certainement quand ils ont probablement des centaines de milliers de dollars de prêts étudiants à payer et ne peuvent vraiment commencer à pratiquer que quand ils en poussent 30.

    Si vous êtes un Américain et qu’aucune entreprise ne paye votre assurance et que vous avez besoin d’une opération médicale sérieuse, une bonne chose à faire est de vous rendre en Thaïlande ou vers un autre lieu de tourisme médical. Avoir la procédure là-bas avec peut-être un rabais de 80 ou 90% sur ce qu’il en coûte dans ce pays.

    Si nous avons Medicare ou Medicaid pour tous, peu importe d'où vous venez, qui vous êtes et ce que vous pouvez payer, je m'attendrais à ce que des thaïlandais se rendent ici aux États-Unis. L'idée est économiquement et médicalement impossible. Mais légalement plausible.

    Voici une idée. Votre corps est votre possession principale. Mais c’est comme une voiture, essayez de la garder en bon état. Si cela casse, vous payez pour cela - ce n’est pas au gouvernement ou au contribuable de le réparer. L'idée de soins médicaux gratuits - comme l'éducation gratuite, le logement gratuit, la nourriture gratuite, etc. - est à la fois destructrice et dégradante. Le fait que ces questions soient discutées en tant que possibilités pratiques montre que la société dans son ensemble est irresponsable et apparemment incapable de penser en termes économiques, éthiques ou philosophiques.

    RépondreSupprimer
  29. Ça va mal finir.

    Homme international: En un mot, que dit l'état actuel de la politique américaine sur la société et l'avenir du pays ?

    Doug Casey: Ces gens, ces types politiques aiment parler de l'Amérique comme pays exceptionnel. En fait, c'était autrefois exceptionnel. C'était vraiment différent de tous les autres pays du monde. Mais maintenant, il est philosophiquement et éthiquement identique à tous les autres pays du monde. Les droits de propriété ne sont plus pris au sérieux. Le public n’y croit plus vraiment. La plupart des pays veulent avoir du socialisme.

    Nous sommes sur la pente glissante et la tarière est très médiocre.

    Les États-Unis n’ont qu’une génération ou deux derrière l’Argentine, qui était au même niveau que les États-Unis au début du XXe siècle. Mais aujourd'hui, l'Argentine se dirige vers le Venezuela, qui était il y a 30 ans le pays le plus riche d'Amérique du Sud. Dommage. J’aime les États-Unis et l’Argentine, mais c’est triste de voir l’Argentine ouvrir la voie.

    International Man: Quelles sont les implications pour l'investissement ?

    Doug Casey: C’est très difficile d’être un investisseur. À ce stade, vous ne pouvez que tenter de spéculer, de rester en avance sur ce que font ces gens. Cela devient un jeu à somme nulle.

    Les démocrates préparent fondamentalement le pays à une guerre civile entre les personnes qui ont des choses et produisent des choses et les personnes qui n’ont pas de choses et ne veulent pas produire. Non seulement les idées qu’ils défendent sont-elles stupides; ils sont vraiment dangereux.

    Voici une prédiction gratuite: à moins que de la magie ne se produise, Elizabeth Warren - Pocahontas - est probablement votre prochaine présidente.

    Reprinted with permission from International Man.

    https://www.lewrockwell.com/2019/10/doug-casey/the-5-craziest-ideas-from-the-democratic-primary-freak-show/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est reconnu que le secteur public gaspille des millions de fois plus d'argent que le secteur privé qui compte ses sous, et que les emplois créés dans le secteurs publics sont payés par les contribuables.

      L'idée d'empêcher quiconque d'être riche n'est rien de moins que la soumission à l'esclavage grâce aux sans-le-sou qui seraient donc les plus nombreux (non pas à 100 % car dans le secteur public les dirigeants se remplissent les poches).

      Plus personne ne serait tenté de jouer à des jeux d'hasard car, si elle devenait riche grâce à la loterie elle serait arrêtée, emprisonnée pour oser avoir des sous !

      Or, quelqu'un qui a 10 millions en poche peut créer une entreprise, mais, s'il doit distribuer sa fortune à 10 millions de personnes: personne ne sera riche !

      Supprimer
  30. Ce sont les 50 "plus misérables" villes d'Amérique


    par Tyler Durden
    Mer., 10/09/2019 - 21:45
    Écrit par Daisy Luther via le blog Organic Prepper,


    Selon un rapport de Business Insider, le titre de la ville la plus misérable aux États-Unis va à…

    ... Gary, Indiana.

    La ville de New York est désormais un marché d'acheteurs, déclare le PDG de Samuel Samuel

    Les 50 «villes les plus misérables» sont principalement constituées de la pauvreté et du manque de possibilités de se sortir de la pauvreté.

    Nous avons identifié les 50 villes les plus misérables des États-Unis, en utilisant les données de recensement de 1 000 villes, en tenant compte de l'évolution de la population (car si les gens partent, c'est généralement pour une bonne raison), du pourcentage de personnes travaillant, des revenus pourcentage de personnes sans soins de santé, temps de trajet médian et nombre de personnes vivant dans la pauvreté. (la source)

    Business Insider a également pris en compte les ravages causés par les catastrophes naturelles, la brûlure bactérienne (maisons abandonnées), la criminalité et les taux de dépendance. Ce tableur montre comment ils sont arrivés à leurs conclusions en utilisant les données du US Census Bureau.

    Pourquoi Gary, Indiana est-il si misérable

    Gary était autrefois une plaque tournante de la fabrication, mais ces emplois ont depuis longtemps disparu ailleurs. Lorsque les emplois ont disparu, beaucoup de résidents ont fait de même. Parmi ceux qui restent, à peine 50% ont un emploi et 36% vivent sous le seuil de pauvreté.

    Le seul effet positif de la population en difficulté est que lorsque des personnes partaient, certains crimes partaient également.

    En 2017, un agent de lutte anti-drogue qui a grandi dans la région a déclaré au Guardian: «Auparavant, nous étions la capitale du meurtre aux États-Unis, mais il ne reste presque plus personne à tuer. Nous étions autrefois la capitale américaine des médicaments, mais pour cela, vous avez besoin d’argent et il n’ya pas d’emplois ni de choses à voler ici. »(Source)

    Mais Gary n’est pas le seul endroit où les gens ne peuvent pas aller de l’avant.

    Trois états ont plusieurs villes misérables.

    Si vous prêtez attention à la crise du sans-abrisme et aux matières fécales dans les rues, vous ne serez sans doute pas surpris d'apprendre que la Californie compte plus de villes misérables que n'importe quel autre État, 10 sur la liste des 50 plus misérables.

    La Californie est suivie du New Jersey, avec neuf villes misérables, et de la Floride, avec six villes.

    Les autres villes misérables de la liste sont dispersées à travers le pays. Les choses sont si mauvaises dans beaucoup de ces villes qu’on peut dire sans se tromper que le SHTF est arrivé et a installé son campement, alors que le reste du pays reste relativement inconscient de leurs souffrances.

    RépondreSupprimer
  31. Pourquoi rend ces villes si "misérables "

    Les villes les plus misérables ont des histoires de violence, de catastrophes naturelles, de toxicomanie et d'infrastructures en ruine. Quelques usines ont des usines qui ont déménagé ailleurs, laissant une grande partie de la population au chômage et vivant dans la pauvreté. Il est facile de dire aux gens dont ils ont besoin pour trouver un emploi. Mais les habitants de ces lieux savent que pour beaucoup, il n’ya pas de travail à trouver. Le logement est inabordable sur le salaire moyen local pour ceux qui ont un emploi.

    Les saisies et les reprises de possession sont des thèmes communs. Certaines villes traitent avec des milliers d'immigrants qu'ils doivent essayer de loger et de nourrir. D'autres ont des gouvernements locaux corrompus ou des gouvernements qui ont mal géré leurs finances. Plusieurs sont beaucoup trop densément peuplés.

    Et voici certaines choses auxquelles vous ne vous attendez pas aux États-Unis. Dans bon nombre de villes figurant sur la liste, l’eau courante n’est pas acquise. La pollution et l’assainissement sont des problèmes graves pour des milliers de personnes.

    J’ai déjà écrit sur le fait qu’un pourcentage élevé d’Américains n’ont pas de fonds d’urgence et ont du mal à payer leurs besoins essentiels comme le loyer, la nourriture et les soins de santé. Les habitants de ces villes savent trop bien ce que j’ai écrit.

    Voici les 50 villes les plus misérables des États-Unis d'Amérique.
    Ces villes sont les 50 «plus misérables» selon les données recueillies lors du dernier recensement.

    50 - Lancaster, Californie

    49 - St. Louis, Missouri

    48 - Pasadena, Texas

    47 - Comté de Macon-Bibb, Géorgie

    46 - Danville, Virginie

    45 - Shreveport, Louisiane

    44 - Hemet, Californie

    43 - Mansfield, Ohio

    42 - San Bernadina, Californie

    41 - Compton, Californie

    40 - Montebello, Californie

    39 - Harlingen, Texas

    38 - Reading, Pennsylvanie

    37 - Hallandale Beach, Floride

    36 - Palmdale, Californie

    35 - Anderson, Indiana

    34 - Fort Pierce, Floride

    33 - North Miami Beach, Floride

    32 - Jackson, Mississippi

    31 - Saginaw, Michigan

    30 - Plainfield, New Jersey

    29 - West New York, New Jersey

    28 - Miami Gardens, Floride

    27 - Cleveland, Ohio

    26 - Youngstown, Ohio

    25 - North Miami, Floride

    24 - Huntington, Virginie-Occidentale

    23 - Hammond, Indiana

    22 - El Monte, Californie

    21 - Lynnwood, Californie

    20 - Huntsville, Texas

    19 - Paterson, New Jersey

    18 - Albany, Géorgie

    17 - Trenton, New Jersey

    16 - Cicero, Illinois

    15 - Union City, New Jersey

    14 - Bell Gardens, Californie

    13 - Hialeah, Floride

    12 - Brownsville, Texas

    11 - Nouveau Brunswick, New Jersey

    10 – Huntington Park, California

    9 – Warren, Ohio

    8 – Camden, New Jersey

    7 – Flint, Michigan

    6 – Pine Bluff, Arkansas

    5 – Newark, New Jersey

    4 – Passaic, New Jersey

    3 – Detroit, Michigan

    2 – Port Arthur, Texas

    1 – Gary, Indiana

    For details on why each city made the list, go here.

    https://www.zerohedge.com/personal-finance/these-are-50-most-miserable-cities-america

    RépondreSupprimer
  32. La présidence et le pouvoir de guerre


    Judge Andrew P. Napolitano
    le 10 octobre 2019


    Les lecteurs de cette chronique connaissent bien le concept de séparation des pouvoirs, que James Madison a conçu comme faisant partie intégrante de la Constitution. Ce concept exige que le Congrès rédige les lois, que le président les applique, que les tribunaux décident de ce qu’ils veulent dire et les interprètent, et que les trois branches du gouvernement ne se marchent pas sur les pieds.

    La séparation des pouvoirs reconnaît également que la Constitution prévoit une autorité unique dans chaque branche et, parfois, dans chaque chambre du Congrès. Par exemple, seul le Sénat peut confirmer les juges et les ambassadeurs et ratifier les traités. Seule la Chambre peut destituer des hauts fonctionnaires de l'exécutif et des juges fédéraux. Seul le Congrès peut déclarer la guerre et seul le président peut décider de l’utilisation de l’armée pour mener une guerre déclarée.

    Les pouvoirs de guerre sont clairement énoncés dans le langage clair de la Constitution elle-même - le Congrès déclare et le président paie. Madison lui-même a fait valoir que si le président pouvait à la fois déclarer et mener des guerres, il ne serait pas président mais un prince. Cette distinction entre déclaration et conduite a été reconnue pendant près de 200 ans, jusqu’à ce que le Congrès brouille les eaux en 1973 en promulguant la résolution sur les pouvoirs de la guerre.

    Cette loi autorise le président à mener toute guerre contre un ennemi étranger sans déclaration de guerre du Congrès pendant 90 jours. C'est clairement inconstitutionnel. la Cour suprême a statué à maintes reprises que les organes du gouvernement fédéral ne peuvent pas renoncer à des pouvoirs qui ont été fermement fixés par la Constitution.

    Lorsque la tragédie du 11 septembre a eu lieu, le président George W. Bush n'a pas utilisé la résolution sur les pouvoirs de la guerre comme base légale de son invasion de l'Afghanistan. Au lieu de cela, il a demandé l'autorité expresse du Congrès pour l'invasion. Le Congrès, plutôt que de déclarer la guerre à l’Afghanistan (Bush avait persuadé le Congrès que les coupables du 11/9 avaient trouvé refuge dans ce pays), a promulgué une loi moralement ambivalente appelée Autorisation d’utiliser la force militaire de 2001.

    Cette loi autorisait Bush et ses successeurs à se battre contre toute entité étrangère qui avait planifié ou facilité les attaques du 9/11 et à continuer à se battre même après la défaite de l'entité ciblée. Bush a recherché et reçu en 2002 un autre AUMF moralement ambivalent, qui l’autorise à faire la guerre à la poursuite de tout gouvernement doté d’armes de destruction massive, notamment en Irak.

    J'ai caractérisé les deux AUMF comme moralement ambivalentes parce qu'elles sont ouvertes. Lorsque le Congrès déclara la guerre aux puissances de l'Axe en décembre 1941, ces déclarations n'autorisèrent le président Franklin Roosevelt à les combattre que jusqu'à leur reddition, et non après. Mais les deux AUMF n'ont pas de point final déclaré.

    Ils ont cependant un point final implicite. Le but logique et moral de la AUMF de 2001 est lorsque les personnes qui ont pris le contrôle du gouvernement afghan et utilisé son pouvoir - c'est la version de Bush - pour organiser et soutenir le 11/9 ont été battues et tuées. Le but logique et moral de AUMF de 2002 est lorsque Saddam Hussein a été déposé, aucune arme de destruction massive n'a été trouvée et Washington a mis en place un régime amical (récemment, pas si amical) en Irak.

    RépondreSupprimer
  33. Je propose ce bref historique et cadre juridique afin de répondre à la fureur actuelle suscitée par la décision du président Donald Trump de retirer les troupes américaines de la Syrie. De la Syrie? Que font-ils en Syrie ?

    Les États-Unis entretiennent depuis la fin de la Première Guerre mondiale une relation financière et quasi militaire avec le peuple kurde qui vit dans le nord de l'Irak, une zone appelée Kurdistan. Ce soutien financier a été apporté par le biais de sources secrètes. Dit différemment, de la CIA. Les Kurdes - qui sont des combattants furieux - ont à leur tour soutenu les intérêts occidentaux dans la région.

    En 2017, Trump a ordonné aux troupes américaines d'entrer en Syrie de soutenir les Kurdes, dont le pays d'origine était menacé par les forces qui se combattaient en Syrie, et qui se tenaient au centre du pouvoir du président turc. Trump a utilisé l'AUMF de 2001 comme son autorité légale pour l'envoi de troupes en Syrie. Cela, bien sûr, a été promulgué pour écraser ceux qui ont perpétré les attentats du 11 septembre, et non pour aider des groupes amis 16 ans plus tard, où que ce soit dans le monde.

    Néanmoins, la décision de Trump en 2017 était cohérente avec le soutien de longue date, presque 100 ans, que les gouvernements américains ont accordé aux Kurdes. Et les Kurdes ont compté sur la poursuite de ce soutien.

    Dimanche soir dernier, Trump a changé d'avis sur le soutien militaire aux Kurdes. Il l'a fait après une conversation téléphonique qu'il a eue avec le président de la Turquie, qui considère les Kurdes comme des terroristes. Trump a appris que si les troupes américaines restaient en Syrie, elles risqueraient d'être blessées par les troupes turques. S'ils partaient, les Kurdes seraient seuls.

    Sa décision de retirer ses troupes a provoqué une tempête parmi les membres du Congrès qui aiment la guerre et ceux qui croient que les États-Unis devraient utiliser amplement notre armée au Moyen-Orient pour aider nos amis et s’opposer à nos ennemis. Cependant, ceux du Congrès qui ont crié le plus fort à propos de la décision de Trump ne se préoccupent pas de la Constitution ni même des pouvoirs du Congrès.

    Trump a couru pour le bureau en promettant de ramener les troupes à la maison. Il a peut-être pris la dernière décision en ce sens sans que les commandants militaires en soient avertis, mais sa décision est tout à fait conforme à ses promesses et elle est tout à fait conforme à la Constitution.

    Le moment est venu pour le Congrès - qui est en grande partie en colère contre l'utilisation ou la non-utilisation de l'armée par le président - d'abroger les AUMF et la résolution sur les pouvoirs de la guerre et de récupérer son pouvoir constitutionnel en tant qu'unique entité du gouvernement fédéral pouvant déclarer la guerre. Jusque-là, ces lois profondément dépassées, moralement ambivalentes et ouvertement inconstitutionnelles sont dans le tiroir du bureau du président, comme un fusil chargé.

    http://www.judgenap.com/post/the-presidency-and-war-power

    RépondreSupprimer
  34. Les vaccins «à base d'ADN» sont dans notre avenir: ils vont «littéralement changer votre ADN»


    Par Mac Slavo
    SHTFplan.com
    10 octobre 2019


    L'Institut national des maladies allergiques et infectieuses (NIAID) a lancé des efforts pour créer un vaccin qui protégerait les gens de la plupart des souches de grippe, d'un coup, en une seule fois. Ce vaccin serait un vaccin à base d’ADN qui modifierait littéralement l’ADN de votre corps.

    Les vaccinations obligatoires étant de plus en plus légiférées, cela présage d'un avenir très dangereux pour la santé. Les politiciens et les grandes sociétés pharmaceutiques investissent beaucoup d’argent dans ce projet et, à première vue, il peut sembler que votre santé et votre bien-être les concernent. Cela ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité.

    Ed Markey, sénateur du Massachusetts et grand dépensier, a présenté un projet de loi visant à injecter au moins un milliard de dollars dans le projet de vaccin universel contre la grippe. Voici une phrase d'un communiqué de presse du NIAID qui mentionne l'une des approches de recherche suivantes:

    «Les scientifiques du Centre de recherche sur les vaccins du NIAID ont lancé des études de phase 1/2 sur une stratégie vaccinale universelle comprenant un vaccin expérimental à base d’ADN (appelé« l’ADN «primordial»)… ». - Technocracy.News

    C'est horrible si vous savez ce que signifie «vaccin à l'ADN». Il fait référence à ce que les experts vantent comme la prochaine génération d'immunisations. Au lieu d'injecter un fragment de virus à une personne afin de stimuler le système immunitaire, des gènes synthétisés seraient alors injectés dans le corps. Ce n’est plus la vaccination traditionnelle. C’est la thérapie génique.

    Dans toute méthode de ce type, où des gènes sont édités, supprimés ou ajoutés à des organismes vivants, il y a toujours des «conséquences inattendues». Ces vaccins altéreront définitivement votre ADN. Une fois injecté, il n’ya plus de retour possible.

    La référence est publiée dans le New York Times du 15/03/15, «Protection Without a Vaccine». Elle décrit la frontière de la recherche: l’utilisation de gènes synthétiques pour «protéger contre les maladies» tout en modifiant la constitution génétique de l’être humain. Ce n'est plus de la science fiction:

    En introduisant des gènes synthétiques dans les muscles des singes [expérimentaux], les scientifiques réorganisent essentiellement les animaux pour résister aux maladies.

    "Le ciel est la limite", a déclaré Michael Farzan, immunologiste à Scripps et auteur principal de la nouvelle étude.

    Le premier essai humain basé sur cette stratégie - appelé immunoprophylaxie par transfert de gène ou I.G.T. - est en cours et plusieurs nouveaux sont prévus. [C'était il y a trois ans.]

    I.G.T. est tout à fait différent de la vaccination traditionnelle. C'est plutôt une forme de thérapie génique. Les scientifiques isolent les gènes qui produisent des anticorps puissants contre certaines maladies, puis synthétisent des versions artificielles. Les gènes sont placés dans des virus et injectés dans des tissus humains, généralement des muscles. -Le New York Times

    RépondreSupprimer
  35. Les lois sur les vaccins étant en cours d’écriture, il est prévisible que ces vaccins seront imposés à la population sous la menace des armes. Vous devrez modifier votre propre ADN sans votre consentement.

    Les responsables de la santé publique affirment que les vaccins pour enfants et adultes sont sûrs et efficaces, mais la vérité est beaucoup plus compliquée.

    La vaccination est une intervention médicale grave qui peut toujours blesser et causer la mort, ainsi que prévenir la maladie. Les politiques de vaccination coercitives privent les personnes du consentement libre et éclairé, caractéristique de la médecine éthique. Les Américains sont de plus en plus préoccupés par la sécurité des vaccins et le droit de faire des choix individuels et informés en collaboration avec leurs praticiens de la santé.

    L'épidémie de vaccins: comment l'avidité des entreprises, la science biaisée et le gouvernement coercitif menacent nos droits humains, notre santé et nos enfants se concentrent sur le débat enflammé autour du choix de la vaccination individuelle et parentale aux États-Unis.

    Réimprimé avec la permission de SHTFplan.com.

    https://www.lewrockwell.com/2019/10/no_author/dna-based-vaccines-are-in-our-future-they-will-literally-change-your-dna/

    RépondreSupprimer
  36. L'OMS admet une éclosion de polio aux Philippines causée par les vaccins antipoliomyélitiques…
    Éclosion «causée par un poliovirus de type 2 dérivé d'un vaccin»


    Par Mike Adams
    Nouvelles naturelles
    10 octobre 2019


    Le vaccin antipoliomyélitique a provoqué une flambée épidémique aux Philippines, selon l'Organisation mondiale de la santé et l'UNICEF, qui a publié une déclaration commune selon laquelle le vaccin est à l'origine de la poliomyélite.

    "L'OMS et l'UNICEF ont déclaré dans un communiqué conjoint que l'épidémie de polio aux Philippines était préoccupante, car elle est causée par un poliovirus de type 2 dérivé du vaccin", écrit l'Associated Press. "Le virus affaibli utilisé dans les vaccins se réplique pendant une courte période dans les intestins des enfants et est excrété dans leurs excréments."

    Les vaccins contre la polio sont souvent cités comme exemple de réussite prouvant que les vaccins agissent pour éliminer les maladies infectieuses. En vérité, presque tous les cas de polio dans le monde moderne sont causés par les vaccins antipoliomyélitiques eux-mêmes.

    En clair, plus de cas de poliomyélite sont causés par les vaccins antipoliomyélitiques que par la poliomyélite sauvage.

    Les vaccins contre la polio créent des souches de «super polio» menaçant l'humanité

    Les vaccins antipoliomyélitiques oraux sont en réalité des «souches virulentes de frai» de poliovirus, rapporte Children’s Health Defence:

    L'augmentation alarmante des cas de poliomyélite dérivés d'un vaccin présente un "dilemme" ou une "énigme" pour les planificateurs de vaccins - car "l'outil même que vous utilisez pour éradiquer la [polio] est à l'origine du problème."… Les chercheurs du vaccin savent depuis longtemps que ces VPO virus transmis peuvent être eux-mêmes responsables de la poliomyélite, en particulier quand ils se "détachent dans l'environnement".

    L’histoire d’Associated Press admet que cela fait plus de 25 ans que la polio aux Philippines a été contractée à partir d’une «souche sauvage». Depuis 1993, tous les cas de polio aux Philippines ont été causés par des vaccins antipoliomyélitiques. Via AP:

    Le dernier cas connu d'une souche sauvage du virus aux Philippines remonte à 1993…

    Associated Press admet que les vaccins tuent des enfants

    L'AP admet également que les vaccins tuent des enfants:

    Les programmes de vaccination du gouvernement ont été entachés en 2017 par un vaccin contre la dengue fabriqué par le fabricant de médicaments français Sanofi Pasteur, que certains responsables philippins ont lié à la mort d’au moins trois enfants. Duque et d'autres responsables de la santé des Philippines ont déclaré qu'ils travaillaient depuis lors pour rétablir la confiance du public dans les vaccins.

    Pire encore, comme l’admet l’AP, il a été constaté que les vaccins contre la dengue augmentaient le risque d’infection grave par la dengue:

    RépondreSupprimer
  37. Le gouvernement a mis un terme à la campagne de vaccination contre la dengue après que Sanofi eut déclaré qu'une étude montrait que le vaccin pouvait augmenter le risque d'infections graves par la dengue. Plus de 830 000 enfants ont reçu le vaccin Dengvaxia dans le cadre de la campagne lancée en 2016 et arrêtée en 2017. Les responsables de Sanofi ont déclaré que le vaccin Dengvaxia était sûr et permettrait de réduire les infections de la dengue si la campagne de vaccination se poursuivait.

    https://www.lewrockwell.com/2019/10/no_author/who-admits-polio-outbreak-in-the-philippines-caused-by-polio-vaccines/

    RépondreSupprimer
  38. Plusieurs études démontrent l’échec du vaccin ROR et coqueluche - elles ne fonctionnent même pas


    Par Arjun Walia
    Evolution collective
    10 octobre 2019


    Nous vivons à une époque où il existe un fossé énorme entre la population sur plusieurs sujets, dont la vaccination. Nous sommes largement commercialisés avec l'idée que les vaccins sont totalement sans danger pour tout le monde, qu'ils sauvent des vies et que la science est bien établie. Ce type de récit vient directement des sociétés pharmaceutiques et des organismes fédéraux de réglementation de la santé tels que les Centers for Disease Control (CDC).

    Cependant, beaucoup de données scientifiques continuent d’émerger qui réfutent sommairement les allégations formulées par les sociétés pharmaceutiques et les organismes fédéraux de réglementation de la santé. Il existe non seulement des contradictions dans leur science, mais aussi une corruption extrême au sein de ces sociétés et agences qui a été exposée à de nombreuses reprises. Le Dr William Thompson, scientifique chevronné du CDC, en a donné le coup de sifflet en 2014 en raison de la corruption de données par des cadres du CDC concernant des données falsifiées relatives au vaccin ROR. Une étude qui prétend ne montrer aucun lien entre le vaccin et l’autisme a retiré certains de ses ensembles de données, ce qui a montré une forte corrélation entre le vaccin et l’autisme.

    Deux ans après, plus d'une douzaine de scientifiques de haut niveau du CDC ont rédigé de manière anonyme un document (les documents SPIDER) dans lequel ils exprimaient leurs préoccupations quant à la corruption au sein de l'agence, à sa complaisance et à l'influence indue des entreprises sur la science publiée. La porte tournante qui existe entre ces agences contribue à la corruption continue. À titre d’exemple, Julie Gerberding, directrice du CDC de 2002 à 2009, a été nommée à la tête de la division vaccins de Merck, avec un salaire annuel de 2,5 millions de dollars et 5 millions de dollars d’options sur actions.

    Le vaccin raté ROR

    Une étude publiée dès 1994 dans la revue JAMA Internal Medicine précise très clairement que le vaccin contre la rougeole ne fonctionne pas et n'a pas fonctionné:

    Nous avons trouvé 18 cas d'épidémies de rougeole chez des populations scolaires très fortement immunisées, où 71% à 99,8% des élèves étaient immunisés contre la rougeole. Malgré ces taux élevés de vaccination, 30 à 100% de tous les cas de rougeole dans ces éclosions se sont produits chez des étudiants déjà vaccinés. Dans notre modèle d’école hypothétique, après que plus de 95% des écoliers aient été vaccinés contre la rougeole, la majorité des cas de rougeole surviennent chez des enfants convenablement vaccinés.

    Le paradoxe apparent est que, lorsque les taux de vaccination contre la rougeole atteignent des niveaux élevés dans une population, la rougeole devient une maladie des personnes immunisées. En raison du taux d'échec du vaccin et de la transmissibilité unique du virus de la rougeole, il est peu probable que le vaccin antirougeoleux actuellement disponible, utilisé dans le cadre d'une stratégie à dose unique, élimine complètement la rougeole. Le succès à long terme d'une stratégie à deux doses visant à éliminer la rougeole reste à déterminer. (la source)

    RépondreSupprimer
  39. Il existe de nombreux exemples à ce jour qui indiquent clairement l'échec du vaccin. Par exemple, une étude publiée dans le très prestigieux Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé a examiné les récents cas de rougeole en Chine et a révélé que 707 épidémies de rougeole avaient été enregistrées dans le pays entre 2009 et 2012, avec une nette tendance à la hausse en 2013. «La le nombre de cas de rougeole signalés au cours des 10 premiers mois de 2013 - 26 443 - a été multiplié par trois par rapport à 2012. "C'est étrange, puisque depuis 2009"… la première dose de vaccin contenant le virus de la rougeole a dépassé moins de 90% de la population cible. "(source)

    Une étude publiée dans la revue Clinical Infectious Diseases - dont les auteurs incluent des scientifiques travaillant pour le Bureau of Immunization, le Département de la santé et de l'hygiène mentale de la ville de New York, le Centre national de vaccination et des maladies respiratoires et les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). ), Atlanta, GA - a examiné les preuves de l’épidémie de rougeole de 2011 à New York, qui a montré que les personnes ayant déjà présenté des preuves de vaccination antirougeoleuse et d’immunité vaccinale pouvaient être infectées par la rougeole et en infecter d’autres (transmission secondaire). (la source)

    Lors de l'épidémie de rougeole en Californie en 2015, un grand nombre de cas suspects sont survenus dans des vaccins récents. Sur les 194 séquences du virus de la rougeole obtenues aux États-Unis en 2015, 73 ont été identifiées comme étant des séquences vaccinales. Les médias appartenant à la Pharma ont généré une grande anxiété parmi le public, une forme de terreur qui a amené le public à diaboliser les enfants non vaccinés, qui étaient faussement perçus comme les propagateurs de cette maladie. Rebecca J. McNall, co-auteur du rapport publié, est un responsable du CDC de la Division des maladies virales qui disposait de données prouvant que l’épidémie de rougeole avait été causée en partie par le vaccin. C'est la preuve de la vacci

    Lors de l'épidémie de rougeole en Californie en 2015, un grand nombre de cas suspects sont survenus dans des vaccins récents. Sur les 194 séquences du virus de la rougeole obtenues aux États-Unis en 2015, 73 ont été identifiées comme étant des séquences vaccinales. Les médias appartenant à la Pharma ont généré une grande anxiété parmi le public, une forme de terreur qui a amené le public à diaboliser les enfants non vaccinés, qui étaient faussement perçus comme les propagateurs de cette maladie. Rebecca J. McNall, co-auteur du rapport publié, est un responsable du CDC de la Division des maladies virales qui disposait de données prouvant que l’épidémie de rougeole avait été causée en partie par le vaccin. C’est la preuve que le vaccin n’a pas fourni l’immunité. (la source)

    Combien de personnes le vaccin contre la rougeole blesse-t-il ?

    Selon une recherche effectuée par MedAlerts dans la base de données du système de déclaration des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS), qui fait l'objet de l'étude pilote susmentionnée, à compter du 2/5/19, le compte brut cumulé des vaccins antirougeoleux, des oreillons et rubéoleux était : 93 929 événements indésirables, 1 810 invalidités, 6 902 hospitalisations et 463 décès.

    RépondreSupprimer
  40. La Loi nationale sur les traumatismes liés aux vaccins chez les enfants a versé environ 4 milliards de dollars pour indemniser les familles d’enfants blessés par un vaccin. Aussi astronomiques que soient les récompenses monétaires, elles sont encore plus alarmantes compte tenu des affirmations du HHS selon lesquelles on estime que 1% seulement des blessures causées par la vaccination sont même signalées à la VAERS. Encore une fois, ces faits sont également illustrés par l’étude qui est au centre de cet article. Si les chiffres fournis par VAERS et HHS sont corrects, seul un tiers des demandes sont indemnisées - l'indemnisation pourrait être jusqu'à 300 fois supérieure, si toutes les blessures causées par la vaccination étaient effectivement indemnisées.

    Échecs des vaccins contre la coqueluche

    Je suis récemment tombé sur un article Instagram intéressant de Robert F. Kennedy Jr:

    Dans notre débat du 18 septembre, le Dr Robert Reichert, auteur de Pharma, a reproché aux «anti-vaxxeurs» d’avoir provoqué la résurgence de la coqueluche. Mais la science attribue le rebond de la coqueluche à un vaccin défectueux qui propage la contagion. Même le Dr Stanley Plotkin, l’un des «pères» de la vaccinologie moderne, admet que «l’augmentation de la coqueluche semble être le résultat d’une baisse de l’immunité (vaccinale)». (Burdin et al. 2017).

    De multiples vaccins boosters administrés aux nourrissons et aux enfants enrichissent Pharma mais sont inefficaces contre la diminution de l’immunité. En fait, une étude de 2016 de Schwartz et al. montre que le fait de «booster» avec le vaccin actuel augmente en fait le risque de contracter la coqueluche. De plus, Lavine et al. (2010) ont constaté que, même si le vaccin offre une certaine protection contre la coqueluche, il provoque une augmentation de la coqueluche en augmentant la croissance de la parapertèse, une bactérie étroitement apparentée. C’est la raison pour laquelle les poussées de coqueluche attaquent des populations entièrement vaccinées.

    Une épidémie de 2019 dans une école de Los Angeles a rendu malades 90 enfants vaccinés et aucun des enfants non vaccinés. (Latimes.com, 2019). Une étude sur les animaux réalisée par Long et al. A confirmé que le vaccin affaiblissait réellement la résistance à la parapertèse et favorisait la propagation de la maladie. Les auteurs déclarent: «Nos données soulèvent la possibilité qu'une vaccination généralisée contre la coqueluche acellulaire puisse créer des hôtes (c'est-à-dire des personnes) plus sensibles à B.parapertussis. infection.

    Les personnes vaccinées peuvent donc devenir des porteurs asymptomatiques de la coqueluche et transmettre la coqueluche à d'autres personnes sans le savoir (Gill et al. 2017). Ainsi, le vaccin est inutile dans la prévention de la coqueluche et augmente le risque de propagation. En outre, depuis 1992, les médecins ont signalé 89 550 blessures et 1 529 décès dus au vaccin actuel. Puisque DTaP crée une «susceptibilité de troupeau» au lieu de «une immunité de troupeau», les mandats scolaires ne sont pas simplement cruels, ils sont criminels.

    Dans son message, il utilise plusieurs captures d'écran pour expliquer son point de vue. Vous pouvez les trouver ci-dessous avec des liens vers l'étude au-dessus des captures d'écran.

    RépondreSupprimer
  41. - voir captures d'écrans de presse sur site -

    La tactique des principaux médias appartenant au secteur pharmaceutique est d’utiliser la peur, le ridicule et des termes tels que «anti-Vaxxers» pour marginaliser ceux qui ne croient pas que la planète entière doit être vaccinée. Les défenseurs des vaccins et les principaux médias ne semblent jamais vraiment aborder les points soulevés, comme ceux ci-dessus, ni les données scientifiques fournies par les défenseurs de la sécurité des vaccins. Cela seul devrait nous renseigner sur l'innocuité des vaccins et sur les raisons pour lesquelles il est hautement contestable de demander la vaccination obligatoire.

    Étant donné que les médias grand public, l’éducation traditionnelle et notre système de soins de santé axé sur les produits pharmaceutiques ont un emprise sur la prolifération de l’information, peu de personnes sont au courant des informations présentées dans cet article. Si nous continuons à donner notre cerveau à ces personnalités, nous continuons d’être touchés par des quantités extrêmes de propagande. Cependant, au fur et à mesure que nous commençons à penser par nous-mêmes et à réaliser que beaucoup d’informations nous sont cachées, l’image devient un peu plus claire.

    Reprinted with permission from Collective Evolution.

    https://www.lewrockwell.com/2019/10/no_author/multiple-studies-show-mmr-pertussis-vaccine-failure-theyre-not-even-working/

    RépondreSupprimer
  42. Faut arrêter de creuser, Mme Ségo... vous finirez par trouver du pétrole... c'est pas bon pour la planète !


    10 Octobre 2019
    par Seppi


    Petit état des lieux : 4 octobre 2019, BFMTV

    Nous vous l'avions relaté dans « Taisez-vous, Ségolène ! Les cancers du sein faussement attribués aux pesticides » : le 4 octobre 2019, Mme Ségolène Royal, « invitée » de Bourdin Direct sur BFMTV, avait déclaré :

    « Mais vous vous rendez compte de tous les cancers ? Vous vous rendez compte qu'aujourd'hui plus d'une femme sur dix est touchée par le cancer du sein ? Est-ce que vous vous rendez compte de ça ? C'est dû à quoi, ça ? C'est dû aux pesticides. »

    En insultant au passage les agriculteurs (utilisant des pesticides), traités de « prédateurs ».

    - voir doc sur site -
    (Source)

    La sottise avait été rapidement retoquée, notamment par M. Axel Kahn, présentement président de la Ligue contre le Cancer :

    « Les causes reconnues des cancers du sein sont l’obésité, l’alcool, le tabac, le THM [traitement hormonal de la ménopause], peut-être (pas prouvé) les perturbateurs endocriniens. Les gènes de prédisposition. Venez à La Ligue @laliguecancer, Madame la Ministre et Présidente.

    Petit état des lieux : 4 octobre 2019, Quotidien

    Le même jour, Quotidien avait mis en ligne sur Twitter une courte vidéo, saisie le 19 septembre 2019, dans laquelle Mme Ségolène Royal déclarait avec emphase qu'elle allait se rendre à une réunion du Conseil Euro-arctique de Barents, dans lequel la France a un statut d'observateur, le 3 octobre 2019. Et constaté qu'elle ne s'y était pas rendue...

    - voir doc sur site -

    Cela a donné lieu à un commentaire insultant de ses services (c'est nous qui graissons :

    « Comme Mme Royal l'a dit chez Jean-Jacques Bourdin, en réponse à vos méthodes de délation fascisante, elle est seule juge de l'utilité de ses déplacements par rapport au coût du bilan carbone. »

    Trois jours après... France Inter

    Le 7 octobre 2019, Mme Ségolène Royal passait à France Inter, à l'Invité de 7h50 de Mme Léa Salamé (vidéo complète ici). Et elle a été interrogée sur sa déclaration précédente...

    « Est-ce que vous êtes allée trop vite en disant cela ? Est-ce que vous voulez rectifier ? »

    - voir doc sur site -

    Eh bien non ! Puisque le cancer du sein était un mauvais exemple – chut, il ne faut pas le dire et encore moins l'admettre – passons aux cancers de l'appareil génital... Élargissons de ce côté, mais restreignons de l'autre... tout en noyant l'auditeur sous un déluge de paroles :

    RépondreSupprimer

  43. « C'était un peu résumé... donc... euh... c'était un peu résumé. Mais il est évident... et là aussi, je pense que là aussi il y a eu une loi du silence pendant des années sur les effets de la dégradation environnementale et notamment sur tous les produits chimiques qu’il y a dans l’air, dans les sols, dans l’alimentation, dans les produits cosmétiques et par exemple, vous savez maintenant que des médecins déconseillent aux femmes de mettre des déodorants parce que pendant très longtemps... heureusement ça commence maintenant un petit peu à changer... il y avait des matières toxiques qui pouvaient conduire au cancer du sein et donc dans l’aléa et dans le principe de précaution, vous savez, si on attend que tout soit démontré, il n’y a plus de principe de précaution.

    Mme Léa Salamé : D'accord, mais quand une responsable politique dit : "Les cancers du sein, c'est dû aux pesticides", vous vous rendez compte ce que ça veut dire... Il y a des agriculteurs qui se font insulter tous les jours parce qu'on leur dit : "Les pesticides..."... C'est quand même...

    Mais regardez la prégnance des cancers dans le monde agricole, il est parfois, sur certains cancers, le double… Alors je ne vais pas parler trop vite, en tout cas très...

    Mme Léa Salamé : Attention, parce que… ce matin, vous corrigez...

    – Oui mais vous voyez, à force de dire "il ne faut rien dire", eh bien on ne dit rien et on subit la dégradation de l’environnement, et on subit des maladies, et on subit des cancers. Donc les cancers de l’appareil génital notamment des femmes et des hommes dans le monde agricole [sont] bien supérieurs, [sont] bien supérieurs à la moyenne nationale. Donc il y a quand même un lien avec l’utilisation des produits chimiques en agriculture. »

    Un décryptage de FranceTVInfo

    La nouvelle salve de sottises délivrée avec un culot impressionnant a, bien sûr, déclenché une salve de « pan sur le bec », notamment sur Twitter.

    FranceTVInfo s'est essayé à un décryptage très résumé avec « Les agriculteurs ont-ils plus de cancers à cause des pesticides comme l'affirme Ségolène Royal ? »

    En chapô :

    « Si les agriculteurs sont en général plutôt moins touchés par les cancers que le reste de la population, ils sont plus souvent victimes de cancers probablement liés à l'utilisation de produits phytosanitaires. »

    Sa source est essentiellement « Cancer incidence in the AGRICAN cohort study (2005-2011) » de Lemarchand et al. Dans le résumé, on n'a pas pu s'empêcher de faire une référence à connotation négative sur les pesticides :

    « Des sous-groupes spécifiques avaient une incidence de cancers plus élevées en lien [related] à la catégorie d'occupation et l'utilisation de pesticides. »

    Sauf... sauf que les utilisateurs de pesticides sur cultures et autres pesticides présentent une incidence standardisée de cancers, tous sites confondus, significativement inférieure à celle de la population générale. Dès qu'il est question de pesticides et de cancers, il est décidément difficile de rester neutre et objectif...

    RépondreSupprimer

  44. Quelle est la situation pour les cancers de l'appareil génital ? Le tableau 4 reproduit ci-dessous en deux parties pourrait être utilisé de manière un peu téméraire pour affirmer que les pesticides protègent du cancer (même dans le cas de la prostate, les utilisateurs de pesticides étant moins atteints que les non-utilisateurs).

    - voir doc sur site -

    Le Monde et son décodage partial

    Le Monde s'est fait très bienveillant avec « Cancer, pesticides et principe de précaution : les confusions de Ségolène Royal » de M. Adrien Sénécat.

    En chapô :

    « Après avoir affirmé à tort que les pesticides seraient une cause majeure du cancer du sein, l’ex-ministre de l’environnement s’est défendue lundi, en ajoutant à la confusion. »

    Les contorsions pour dire que les pesticides sont – oups ! « seraient » selon un chapô bien « charitable » – responsables du cancer du sein (ou d'autres cancers), tout en n'étant pas responsables sont remarquables :

    « Les pesticides quant à eux, peuvent jouer un rôle dans l’apparition de certains cancers. Mais la recherche scientifique n’a, à ce jour, pas mis en évidence de possibles effets sur l’apparition du cancer du sein, comme le concluait une expertise de l’Inserm en 2013. Et ce, tant en ce qui concerne la population générale que celle des travailleurs agricoles.

    Cela n’obère pas toute réflexion sur le sujet, d’autant que certains pesticides sont susceptibles de contenir des perturbateurs endocriniens. [...] »

    Quant à M. Axel Kahn, dont le gazouillis est reproduit en compagnie de celui de Mme Géraldine Woessner, on ne sait pas trop bien. A-t-il « bondi[...] ou s'est-il seulement « étonné » des déclarations de Mme Ségolène Royal ?

    Les déclarations de Mme Ségolène Royal sur France Inter ? En résumé : « Une approximation sur les cancers dans le monde agricole » !

    Là aussi, ça louvoie pour arriver au bon résultat :

    « D’autres études ont également conclu dans le même sens. Une méta-analyse indépendante publiée en 2019 a déterminé que les travailleurs agricoles les plus exposés aux herbicides contenant du glyphosate présenteraient un risque de développer un lymphome non hodgkinien (une forme rare de cancer du sang) accru de 41 %. Il existe aussi une présomption forte de lien entre l’exposition professionnelle aux pesticides et le développement de myélomes multiples, ainsi que de la maladie de Parkinson, selon l’Inserm. »

    La fameuse méta-analyse « indépendante » est celle qui a été passablement démolie et est manifestement affligée d'un conflit d'intérêts intellectuels. Pourquoi citer cette étude et pas celles bien plus fiables comme Andreotti et al. (l'évaluation des résultats de la cohorte états-unienne AHS) ou... Lemarchand et al. (l'Agrican française) ? Pourquoi taire –systématiquement – les avis des agences d'évaluation et de réglementation, y compris notre ANSES nationale ?

    - voir doc sur site -

    Pas bon pour la ligne éditoriale...

    RépondreSupprimer
  45. « En résumé, Ségolène Royal a raison de noter que l’utilisation de pesticides est associée à des risques accrus de développer certaines pathologies. Mais son propos était là encore approximatif. »

    Un truisme : « si on attend que tout soit démontré, il n’y a plus de principe de précaution »

    Le Monde s'est aussi intéressé à « dans l’aléa et dans le principe de précaution, vous savez, si on attend que tout soit démontré, il n’y a plus de principe de précaution ». M. Adrien Sénécat semble avoir trouvé une solution à cette énigme : quel est le sens véritable de ce propos ?

    Nous avons trouvé sur le compte Twitter de M. Axel Kahn un gazouillis qui pourrait être une réaction à cette lapalissade :

    - voir doc sur site -
    (Source)

    « La Ligue @laliguecancer est bien entendu favorable au principe de précaution, celui qui amène, en cas de suspicion légitime, à agir même en l'absence de donnée scientifique définitive. Ce principe ne s'oppose bien entendu jamais aux données scientifiques lorsqu'elles existent. »

    Il y a la délation, et maintenant la « délation intellectuellement malhonnête »

    Il y eut les « méthodes de délation fascisante »... voici maintenant la « délation intellectuellement malhonnête »...

    - voir doc sur site -
    (Source)

    « Le pb c’est que mes propos sont volontairement déformés par cette journaliste du Point qui nie dans tous ses écrits l’impact du glyphosate sur la santé . Le Mal spécifique de notre époque c’est la délation intellectuellement malhonnête. Vous ne mangez jms bio ? »

    http://seppi.over-blog.com/2019/10/faut-arreter-de-creuser-mme-sego.vous-finirez-par-trouver-du-petrole.c-est-pas-bon-pour-la-planete.html

    RépondreSupprimer
  46. Glyphosate dans le pipi et irresponsabilité médiatique : ça suffit !


    9 Octobre 2019
    par Seppi


    La presse est libre, et nous ne pouvons que nous en réjouir. Mais la liberté de la presse doit aussi s'accompagner d'un sens de la responsabilité, l'abus de cette liberté pouvant avoir des conséquences graves sur notre société.

    Est-il encore admissible – 18 mois après le lancement d'une action « pisseurs de glyphosate » alléguant un « empoisonnement massif » – que les médias continuent de nous abreuver d'« informations » selon lesquelles x plaintes en justice ont – encore – été déposées par des gens qui ont fait don de leur urine matinale pour une analyse quant à sa teneur en glyphosate ?

    Ces opérations qui relèvent de l'escroquerie ont été largement démontées, du reste sans que les médias s'en soient fait l'écho.

    Et pourtant, par exemple, 20 minutes – avec AFP – a publié le 4 octobre 2019 « Glyphosate : Plus de 40 plaintes déposées à La Rochelle pour "mise en danger de la vie d’autrui" ». Le titre devant être court, on n'a pas pu y inclure les deux autres chefs de la plainte, « tromperie aggravée » et « atteinte à l’environnement ».

    Ces plaintes n'ont aucune chance d'aboutir, sauf à tomber sur une formation de juges faisant passer leurs opinions militantes devant les règles de droit (comme ce fut le cas à Lyon pour deux « décrocheurs de portrait »). Dans ce cas, la décision judiciaire marquée par l'incivilité finira par être annulée par une instance supérieure. Les maîtres d'œuvre de cette opération militante et déstabilisatrices sont-ils du reste disposés à ce que les plaintes – individuelles mais pour ainsi dire collectivisées dans une sorte d'action de groupe – soient instruites et jugées ? Tant que les médias « informent » avec complaisance, ils seront... dans les médias. L'agitation continuera, ce qui est bien l'effet recherché.

    Dans le cas de La Rochelle, « on » nous ressort les mêmes âneries.

    Les personnalités ayant fait don de leur urine – M. Dominique Chevillon, président du Conseil Économique, Social et Environnemental Régional (CESER) de Nouvelle-Aquitaine, M. Benoît Biteau (ci-devant radical de gauche devenu député européen EÉLV) et M. Patrick Picaud, président de Nature Environnement 17 – avaient entre 0,86 et 1,74 nanogramme de glyphosate par millilitre d’urine. C'est selon un test effectué dans des conditions douteuses par un laboratoire allemand lié au militantisme anti-OGM et anti-pesticides et non accrédité pour des analyses médicales. Et cela correspond à une dose ingérée quelques milliers de fois inférieures à la dose journalière admissible...

    Et, bien sûr,

    « Le glyphosate a été classé comme "cancérogène probable" en mars 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), dépendant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). »

    Silence, évidemment, sur les évaluations des risques – et non du danger – de la douzaine d'agences nationales et internationales qui se sont inscrites en faux par rapport à la détermination – largement contestée et fruit de malversations – du CIRC.

    RépondreSupprimer
  47. France Bleu Charente-Maritime a produit le même jour un titre plus exact, « Neuf nouvelles plaintes des "pisseurs de glyphosate" en Charente-Maritime ». Mais avec toujours le même manque de rigueur :

    « Alain est à 2,089 "c'est un taux élevé. Pourtant presque toute mon alimentation est bio mais j'habite à cinq mètres d'un champ de maïs..." La limite "autorisée" de glyphosate dans l'eau potable est de 0.10 ng/ml. »

    La mise en gras de la deuxième phrase témoigne à notre sens d'une volonté délibérée de désinformer, si ce n'est de la journaliste et de sa rédaction, du moins de ses interlocuteurs. Comparer urine et eau potable... faire état d'une valeur qui n'est pas la limite « autorisée »...

    Que cherche-t-on à obtenir quand on met en pavé :

    « Il n'y a que la pression publique, les citoyens qui peuvent faire changer les choses » ?

    C'est la conclusion d'une déclaration de M. Patrice Picot (l'orthographe a varié par rapport à l'AFP) :

    « la lutte est inégale face aux lobbys qui influencent les élus. Eux, défendent des intérêts personnels, financiers. Nous, nous sommes des lanceurs d'alerte. Nous défendons l'intérêt général ! »

    Quelle blague ! Ces lobbies tellement puissants n'ont pas réussi à obtenir à Bruxelles les quinze ans de renouvellement du glyphosate qui découlaient fort logiquement de la procédure d'évaluation... Du reste, on fait intervenir M. Benoît Biteau :

    « La démocratie veut que lorsqu'un vote est acté, on ne revienne pas dessus sans cesse, jusqu'à ce qu'il nous convienne. _Le combat maintenant c'est de préparer le prochain vote, en 2022, pour interdire définitivement le glyphosate. »

    En voilà un qu'il connaît bien les règles de décision qui ont cours à Bruxelles... Ça vous fait un eurodéputé...

    Il y a aussi cette forte parole d'un plaignant anonyme, à nouveau en gras dans le texte :

    « Nous sommes empoisonnés - c'est le mot - à notre insu. Mais nos élus eux, connaissent la réalité. »

    Qu'un quidam éructe que nous sommes empoisonnés et qu'il y a un complot, les élus étant accusés de se taire, est certes une « information ». Mais, Madame la journaliste, est-ce vraiment une « information » que votre code de déontologie – ou tout simplement votre bon sens – permet de diffuser ?

    Bien évidemment, dans tous ces articles, la parole n'est jamais donnée aux parties que l'on peut qualifier d'adverses, ni aux « sachants ».

    Le 2 octobre 2019, des journaux régionaux bruissaient sur une opération menée dans le pays de Quimperlé (voir par exemple ici).

    Le 29 septembre 2019, c'était pour une opération à La Flèche dans la Sarthe.

    Le 27 septembre 2019, FranceBleu Yonne fait dans les « inquiétudes sur la santé des humains et des animaux ». Avec cette perle.

    RépondreSupprimer
  48. « Qu'en est-il de notre santé ? C'est la question que se posent donc ces militants. Jean-Marie lui assure avoir vu des effets sur ses abeilles. "Je suis apiculteur depuis 50 ans et on n'a jamais eu d'aussi petites récoltes que maintenant. Je vais vous donner un exemple : en 1992, on était 190 personnes et on avait fait 600 tonnes de miel. L'année dernière, nous n'étions plus que 57 et on a fait 12 tonnes". »

    Puisqu'il l'a dit, cela méritait d'être rapporté, non ?

    Le 26 septembre 2019, Le Télégramme rapporte : « Morbihan. 102 pisseurs involontaires de glyphosate vont déposer plainte ».

    Le 18 septembre 2019, c'était Narbonne...

    Le 18 septembre également, France 3-régions Nouvelle-Aquitaine titrait : « 121 plaintes déposées par des “pisseurs” de glyphosate devant le tribunal de Poitiers ». Avec tout d'abord cette ânerie :

    « Le glyphosate est l'herbicide le plus vendu dans le monde. Il est breveté [il ne l'est plus...], fabriqué et commercialisé par la firme Monsanto [pas seulement...] depuis 1974 sous le nom de Roundup. Monsanto récemment racheté par l'Allemand Bayer, fait face à de très nombreux procès aux États-Unis et en Europe [où ça, en Europe]. »

    Et ce « témoignage » :

    « Yann Sellier qui affiche un taux 24 fois supérieur à la norme admise [quelle norme?] s'étonne.

    "C'est complètement improbable de se dire que quelqu'un comme moi qui mange bio à plus de 80 % et qui fait ses propres légumes, affiche un tel taux."

    C'est effectivement « complètement improbable » de trouver 100 % de positifs et très improbable de trouver un taux aussi élevé. Mais aucun journaliste ne s'est posé de questions...

    On veut bien que le sujet des pisseurs de glyphosate soit un sujet bateau pour les pisseurs de copies d'un monde médiatique stressé à la fois par les difficultés économiques et par son hystérie collective qui exige de publier au plus vite et d'occuper le terrain. Mais il y a tout de même des limites. Il arrive un stade où il faut dire :

    Ça suffit !

    http://seppi.over-blog.com/2019/10/glyphosate-dans-le-pipi-et-irresponsabilite-mediatique-ca-suffit.html

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. 99,99 % des pesticides que nous ingérons sont produits par les plantes elles-mêmes

      dimanche 2 décembre 2018

      https://huemaurice5.blogspot.com/2018/12/9999-des-pesticides-que-nous-ingerons.html

      Supprimer
  49. Des trolls sur Internet pourraient être des agents du gouvernement formés selon un document divulgué


    Par Brian Shilhavy
    GreenMedInfo
    10 octobre 2019


    Glenn Greenwald, journaliste, juriste constitutionnel, commentateur et auteur de trois ouvrages à succès sur la politique et le droit publiés par le New York Times, collabore avec NBC News à la publication d’une série d’articles sur la manière dont des agents gouvernementaux infiltrés sur Internet subissent une «manipulation», tromper et détruire les réputations. "

    Les informations sont basées sur des documents divulgués par le lanceur d'alerte Edward Snowden de la National Security Agency (NSA). L'article de Greenwald, Comment les agents cachés infiltrent Internet pour manipuler, tromper et détruire les réputations, est basé sur quatre documents classifiés produits par l'agence d'espionnage britannique GCHQ, et présentés à la NSA et à trois autres agences anglophones faisant apparemment partie de «The Five Eyes Alliance."

    Dans cet article choquant, Greenwald publie une copie d'un manuel de formation sur l'espionnage intitulé: «L'art de la tromperie: formation à la conduite d'opérations secrètes en ligne». Greenwald écrit que des agences telles que la NSA tentent de contrôler, infiltrer et manipuler en ligne les discours, et ce faisant, compromettent l'intégrité de l'internet lui-même. "Greenwald écrit:

    Deux des tactiques auto-identifiées de JTRIG sont au nombre de deux: 1) injecter toutes sortes de faux documents sur Internet afin de détruire la réputation de ses cibles; et (2) utiliser les sciences sociales et d'autres techniques pour manipuler le discours et l'activisme en ligne afin de générer les résultats qu'il juge souhaitables. Pour voir à quel point ces programmes sont extrémistes, il suffit de considérer la tactique qu’ils se vantent d’utiliser pour atteindre ces objectifs: «opérations sous fausse bannière» (publier du contenu sur Internet et l’attribuer faussement à une autre personne), de faux billets de blogues de victimes (se faisant passer pour des victime de l’individu dont ils veulent détruire la réputation) et en affichant des «informations négatives» sur divers forums.

    Bien que ce type d’activité de contre-espionnage puisse paraître surprenant compte tenu des objectifs des agences d’espionnage qui s’attaquent aux terroristes, Greenwald (et bien d’autres) est troublé par le fait que le débat sur ces techniques a été considérablement élargi pour inclure le grand public:

    De manière critique, les «cibles» de cette tromperie et de cette destruction de la réputation vont bien au-delà de la liste habituelle d'espions espions: les nations hostiles et leurs dirigeants, les agences militaires et les services de renseignement. En fait, beaucoup de ces techniques sont discutées dans le contexte de leur utilisation au lieu de «l'application traditionnelle de la loi» à l'encontre de personnes soupçonnées (mais non inculpées ni condamnées) de crimes de droit commun ou, plus généralement, d '«hacktivisme». qui utilisent l'activité de protestation en ligne à des fins politiques.

    La page de titre de l'un de ces documents reflète la conscience de l'agence qu'elle-même "repousse les limites" en utilisant des techniques "cyberoffensives" contre des personnes qui n'ont rien à voir avec le terrorisme ou des menaces à la sécurité nationale, et en impliquant de manière centralisée des agents des forces de l'ordre. qui enquêtent sur des crimes ordinaires.

    RépondreSupprimer
  50. Quel que soit votre point de vue sur les anonymes, les «hacktivistes» ou les criminels de plein air, il n'est pas difficile de voir à quel point il est dangereux que des agences du gouvernement secret puissent cibler les individus de leur choix - pour lesquels ils n'ont jamais été inculpés ni condamnés. de tous les crimes - avec ces sortes de tactiques en ligne, basées sur la tromperie, de destruction de la réputation et de perturbation.

    Et tandis que ces documents divulgués concernent l’agence d’espionnage britannique, Greenwald souligne rapidement que l’administration Obama a fait preuve de franchise et de discernement quant à l’utilisation de telles techniques aux États-Unis:

    Les projets du gouvernement visant à surveiller et à influencer les communications sur Internet, et à infiltrer secrètement des communautés en ligne afin de semer la discorde et de diffuser de fausses informations, sont depuis longtemps une source de spéculation. Le professeur de droit de Harvard, Cass Sunstein, conseiller auprès d’Obama et ancien responsable du Bureau de l’information et des affaires réglementaires de la Maison Blanche, a écrit un article controversé en 2008 proposant que le gouvernement américain emploie des équipes d’agents secrets et de défenseurs «indépendants» pour « «infiltrer cognitivement» des groupes et des sites Web en ligne, ainsi que d’autres groupes activistes.

    Sunstein a également proposé d’envoyer des agents secrets dans «des forums de discussion, des réseaux sociaux en ligne ou même des groupes d’espaces réels», qui diffusent ce qu’il considère comme des «théories du complot» fausses et dommageables sur le gouvernement. Ironiquement, le même Sunstein a récemment été nommé par Obama pour faire partie du comité d’évaluation de la NSA créé par la Maison Blanche, un comité qui - tout en contestant les revendications clés de la NSA - a proposé de nombreuses réformes cosmétiques aux pouvoirs de l’agence (dont la plupart). ont été ignorés par le président qui les a nommés).

    (Article complet ici:)
    https://theintercept.com/2014/02/24/jtrig-manipulation/

    Trolls utilisés par Big Pharma pour attaquer les opposants au vaccin

    Avez-vous déjà visité un forum Internet, un blog ou une page Facebook où, soudainement, plusieurs personnes semblent sortir de nulle part et contredire le sujet principal en discussion, en particulier s’il s’agit d’un sujet controversé comme les vaccins? Eh bien, il est tout à fait possible, et même probable, que ce ne soit pas une coïncidence et qu’il s’agisse d’une attaque bien coordonnée de «trolls». Comme Greenwald le révèle dans son article récemment publié, il existe bel et bien des programmes en place dans les agences d'espionnage du gouvernement pour faire exactement cela.

    Cette tactique de trolls entraînés peut également être utilisée par des personnes extérieures au gouvernement, et Big Pharma semble être un secteur d'activité qui l'utilise également, en ciblant en particulier les éditeurs qui font état des dangers des vaccins.

    RépondreSupprimer
  51. Bien entendu, il convient également de souligner que la distinction entre le gouvernement et l'industrie pharmaceutique est très floue. Comme nous l'avons souligné à plusieurs reprises dans le passé, l'industrie des vaccins ne peut pas survivre sur un marché libre, mais elle a besoin que le gouvernement la soutienne. Dans les années 1980, il y avait tellement de poursuites contre des sociétés pharmaceutiques pour dommages causés par un vaccin que l'industrie du vaccin a fait chanter le Congrès en menaçant de se retirer du secteur des vaccins à moins d'adopter une loi les protégeant des poursuites. Le Congrès l'a obligé et une loi a été adoptée empêchant le public d'intenter des poursuites contre des sociétés pharmaceutiques pour des dommages dus aux vaccins. Cette loi a été confirmée par la Cour suprême en 2011. L'industrie pharmaceutique dispose désormais d'un laissez-passer gratuit pour mettre autant de vaccins sur le marché que peu importe leur efficacité ou leurs effets secondaires dangereux, ils le souhaitent, car il n’ya plus de responsabilité dans le système judiciaire.

    Aujourd'hui, l'industrie pharmaceutique est pratiquement une branche du gouvernement. Le gouvernement accorde des subventions sur vos impôts pour la recherche de nouveaux vaccins, la FDA les approuve, puis des organisations gouvernementales comme la CDC et l'UNICEF achètent les vaccins avec vos impôts. La CDC détient même des brevets et touche des redevances sur les vaccins, et de nombreux scientifiques de haut niveau travaillent pour le gouvernement et les sociétés pharmaceutiques. Julie Gerberding, par exemple, a dirigé le CDC de 2002 à 2009, puis a pris la direction de la division des vaccins de l’entreprise pharmaceutique Merck, supervisant des ventes de milliards de dollars. Le gouvernement a clairement intérêt à protéger le marché des vaccins.

    Cela ne devrait donc surprendre personne que des efforts coordonnés soient déployés pour infiltrer et discréditer ceux qui publient la vérité sur les vaccins, ce qui pourrait amener moins de personnes à vouloir les acheter ou les recevoir.

    Prenez en compte les commentaires suivants qui apparaissent sur un blog d'un site pro-Pharma et expliquent comment cibler les sites et les pages Facebook publiant la vue alternative des vaccins. Des conseils sont donnés sur la manière d'infiltrer et d'inonder les discussions sur les vaccins en prétendant être victimes de maladies parce qu'ils n'ont pas été vaccinés. Je ne vais pas mentionner le nom du site Web et lui donner de la publicité, mais il a déjà été établi que ce site est financé par des personnes ayant des liens clairs avec l'industrie pharmaceutique. Voici quelques commentaires qui ont paru dans un article de blog essayant de convaincre les lecteurs que des épidémies étaient dues à des "anti-vaccinateurs":

    Utilisez la guerre émotionnelle sur les blogs anti-vax. Racontez des histoires émotionnelles pleines de larmes et de sanglots, de chagrin et de terreur insupportables, à propos de personnes de votre famille ou à qui vous lisez, qui ont été malades ou sont mortes de maladies terribles. Ne retenez pas les détails concernant les fluides corporels et autres: les plus grossiers sont les meilleurs. Ce genre de choses a le pouvoir de pénétrer l’esprit des lecteurs et d’influencer subtilement leurs décisions, de la même manière que la publicité. »

    "Allez là-bas et" approuvez-les ", puis dites des choses qui semblent complètement délirantes, manifestement cinglantes, manifestement fausse même visiblement fausse même pour les non-séducteurs, etc. Le but de cet exercice est de créer une impression qui éloigne les indécis susceptibles de consulter ces sites. Il est utile de le faire en groupe et de commencer progressivement, de sorte que les sites semblent «descendre lentement».

    RépondreSupprimer
  52. "Mais il est utile de disposer d’une adresse électronique qui ne peut pas être retracée, pour certaines utilisations légitimes et éthiques, tout comme il est utile de disposer d’une boîte aux lettres dans le magasin UPS, par exemple."

    Comme vous pouvez le constater sur cet avis, essayer de raisonner ou de débattre du bien-fondé ou de l’absence de mérite concernant les vaccins ne donne pas les résultats escomptés. Ils doivent donc recourir à des tactiques manipulatrices et trompeuses, à peu près les mêmes que ce que Greenwald rapportait à propos de agences d'espionnage du gouvernement. Voici un commentaire montrant comment ils essaient également de dépasser le nombre de ceux qui ne sont pas des trolls:

    12 est exactement comme prévu: publiez ce type de salade de mots schizophrènes sur les sites anti-vax en grande quantité, sous divers pseudonymes, et encombrez-les jusqu'à ce qu'il apparaisse qu'une grande partie des membres sont carrément fous. Cela va sérieusement désactiver les indécis qui visitent ces sites. Le commentaire de P2 est un excellent modèle pour cette tactique, mais vous pouvez facilement créer le vôtre en insérant des mots aléatoires dans des phrases et en passant ensuite à des riffs digressifs sur les mots aléatoires. Assurez-vous également de capitaliser les noms et les verbes occasionnels.

    Vraiment: écoutez les gens, le moyen de lutter contre cette merde ne consiste PAS à «expliquer patiemment» à des gens qui sont déjà bien dépassés, persuadés que la Terre n’est pas plate. Vous pouvez aussi bien parler aux rochers (cristaux de guérison? :-). La façon de le combattre consiste à saboter les anti-vaxers avec des trucs fous qui chassent les indécis. Le moyen de le combattre consiste à utiliser des récits émotionnels qui minent ceux que préconisent les anti-vaxers.

    Ces trolls sont également habiles à créer de fausses personnalités avec de fausses adresses électroniques afin de pouvoir continuer d'infiltrer ceux qui publient l'autre côté du débat sur les vaccins:

    76: Pour ce faire, vous devez configurer une adresse électronique fictive. Parlant de son expérience dans la recherche sur les groupes extrémistes:

    Commencez par configurer votre fournisseur de haut débit actuel: AT & T, Comcast et le reste d’entre eux vous donnent cinq adresses de messagerie ou plus de votre choix. Créez un nom totalement fictif, puis une adresse qui reflète ce nom, par exemple. John Doe et JDoe1234 @.

    Ensuite, obtenez une adresse sur un fournisseur de services gratuit tel que Yahoo ou Hotmail ou autre. Étant donné que la plupart d'entre eux demandent votre «autre» adresse électronique comme preuve d'identité, donnez-leur celle de votre fournisseur d'accès à large bande. Ils enverront un email de confirmation à cette adresse en vous donnant votre mot de passe de départ.

    Troisièmement, après environ une semaine d’utilisation de votre nouvelle adresse fictive à différents endroits vous permettant de vous inscrire, vous pouvez être sûr qu’elle fonctionne, alors effacez l’adresse que vous avez créée sur votre service haut débit. Généralement, ils désactivent immédiatement l’adresse, puis mettent un mois à libérer cet emplacement pour le réutiliser. Cette étape garantit que votre adresse Yahoo ou Hotmail devient impossible à retracer vers votre fournisseur de service haut débit.

    RépondreSupprimer
  53. Quatrièmement, attendez un mois que le nom fictif original soit complètement purgé de votre fournisseur de large bande.

    Cinquièmement: vous êtes maintenant à votre aise pour vous rendre sur les tableaux anti-vax et sur tous les autres tableaux répréhensibles que vous souhaitez utiliser, et faites toutes sortes de bruits pour les rendre ridicules et chasser les indécis. Yeee-hawww, arrondissez-les!

    En parlant de les arrondir, vous avez maintenant une adresse e-mail introuvable ...

    Cela dit, la possibilité d'aller simplement de l'avant et de faire du bruit sur les planches anti-vax en vaut la peine. Chaque indécis qui vous fait peur, c'est une famille de plus qui fera probablement vacciner ses enfants.

    L’accusation de «censure»: ne craignez rien

    Les Trolls et les dissidents d’Internet adorent porter l’accusation de «CENSURE!» Dès lors qu’ils ne sont pas autorisés à exécuter leur opposition souvent très orchestrée à une information qu’ils aimeraient empêcher d’être diffusée sur Internet. Ne tombez pas dans ce stratagème.

    Premièrement, il existe une énorme différence entre «modérer» et «censure». Un blog ou une page Facebook qui permet l’interaction de points de vue opposés, par exemple, peut encore modérer la discussion et empêcher le trolling. Comme nous l’avons montré ci-dessus, la tromperie manipulatrice est courante sur Internet et autoriser ce type d’activité dans son propre espace privé permet en réalité à la vision adverse de se défaire de sa propre forme de «censure» au moyen de la tromperie.

    Deuxièmement, la "censure" est un terme neutre, pas un terme négatif. Un discours à 100% non censuré est à la fois dangereux et illégal. Vous pouvez être poursuivi devant un tribunal pour de nombreuses formes de discours, telles que la calomnie, la pornographie mettant en scène des enfants, les menaces d'intention de nuire, et bien d'autres.

    Je suis toujours amusé lorsque je modère des discussions sur Internet sur des contenus détenus par moi-même ou par d’autres personnes que nous publions, et que je dois supprimer des commentaires dérogatoires, offensants ou autres qui s’opposent au but de notre communication, à savoir que nous sommes accusés de «censure». si nous sommes ceux qui font quelque chose de mal pour réprimer un tel discours. Il semble exister une hypothèse erronée selon laquelle tout ce qui est publié sur Internet appartient au public. Les entreprises, en particulier, tombent tout le temps pour cette idée fausse commune, en permettant à des discussions non modérées de se dérouler sur leur propre contenu Internet.

    Mais à l'époque où il n'y avait que des médias imprimés, tout ce qui était envoyé à une source de média était censuré et filtré, et seuls les opinions jugées dignes d'être publiées par les rédacteurs étaient acceptées et imprimées. Et si les entreprises publiaient des informations sur leurs produits, elles ne permettaient certainement pas à leurs concurrents et à leurs adversaires de se rendre sur leur lieu de travail pour les attaquer et pour exprimer leurs opinions! Et s’ils achetaient des espaces publicitaires dans n’importe quel média, presse écrite, radio ou télévision, la voix de ceux qui ne l’aimaient pas n’était certainement pas entendue dans les espaces publicitaires des médias dans lesquels ils apparaissaient. Ils devaient acheter leur propre espace, ou essayer de faire publier une «lettre à l'éditeur».

    RépondreSupprimer
  54. Pourtant, lorsque vous publiez quelque chose sur Internet, vous possédez ce contenu! S'il s'agit d'un blog, vous pouvez soit désactiver complètement les commentaires, soit autoriser la publication de certains commentaires, selon les normes que vous jugerez appropriées!

    En ce qui concerne les médias sociaux, la société de médias sociaux peut fournir la plate-forme, mais vous êtes toujours propriétaire du contenu. Vous n'êtes pas obligé de permettre aux trolls et aux autres d’exprimer leurs opinions contraires sur votre contenu simplement parce que celui-ci est publié sur Internet. Les gens sont libres de publier leur propre contenu dans leur propre espace - ils n'ont pas le droit de le faire dans le vôtre.

    Bien sûr, le propriétaire de la plate-forme de médias sociaux peut s’engager dans sa propre forme de censure ou de restrictions, mais c’est un autre article à suivre. Pour l'instant, si vous êtes un éditeur de contenu sur Internet aujourd'hui (comme presque tout le monde), sachez qu'au fur et à mesure que votre popularité grandira, vous pourriez très bien commencer à attirer des trolls qui tentent de vous discréditer ou de discréditer votre message. Soyez conscient de leurs tactiques et agissez en conséquence pour protéger votre liberté d'expression.

    This article is copyrighted by GreenMedInfo LLC.

    https://www.lewrockwell.com/2019/10/no_author/internet-trolls-may-be-trained-government-agents-according-to-leaked-document/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est d'ailleurs pourquoi aujourd'hui au 21 ème siècle est débattu si le gaz carbonique est un poison ou non ! Et pourquoi pas l'oxygène ? Hahahaha !
      Ces faux débats où bien sûr les scientifiques sont interdits de participer, montre bien l'emprise de la dictature sur les merdias.

      L’UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

      By lejournaldusiecle
      14 février 2013


      Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d’euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l’euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

      C’est le Daily Telegraph qui a révélé l’information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d’une campagne sans précédent de réorientation de l’opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

      Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l’opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique.

      Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s’agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

      Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu’expriment de plus en plus d’Européens, à savoir que "l’Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d’Europe", et non pas "moins d’Europe".

      Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu’est l’UE, dixit Barroso.

      En pleine crise économique, et alors que l’austérité est imposée aux États, l’UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu’une augmentation de près de 2 millions d’euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés l’an prochain.

      Nigel Farage a été l’un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l’UE ne valait pas mieux qu’une "république bananière".

      Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

      http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet

      Supprimer

  55. Certains Californiens paient 5 $ US pour un gallon d'essence, ce qui pourrait signifier des ennuis pour les démocrates de 2020, déclare le candidat


    AUDREY CONKLIN
    JOURNALISTE
    08 octobre 2019
    18h39 HE


    (1 gal = 3.78 litres)

    Les prix du gaz en Californie ont grimpé à 5 dollars dans certaines régions, selon le service d'information sur les prix du pétrole.

    Le candidat républicain au 50ème district du Congrès de Californie, Carl DeMaio, a déclaré à la Daily Caller News Foundation que la hausse des prix était due aux "taxes, mandats et réglementations" imposés par les démocrates.
    DeMaio a ajouté que le fardeau du carburant coûteux aura "absolument" un impact sur les prochaines élections.
    Le prix moyen de l'essence par gallon en Californie a atteint son plus haut niveau en cinq ans, selon le service d'information sur les prix du pétrole.

    Le coût moyen dans l'État a grimpé à 4,18 dollars alors que les chauffeurs des autres régions paient jusqu'à 5 dollars par gallon, a rapporté mardi CNN Business, ce qui pourrait être une mauvaise nouvelle pour les politiciens démocrates en lice pour plus de réglementations et des taxes plus élevées, candidat républicain au 50ème Congrès de Californie Le district de Carl DeMaio a déclaré à la Daily Caller News Foundation.

    CNN Business a invoqué les pannes de raffinerie pour expliquer les prix gonflés. La Californie compte 15 raffineries de pétrole tandis que l’ensemble des États-Unis en compte 135, selon la California Energy Commission et la US Energy Information Administration.

    Mais DeMaio a déclaré à la DCNF que les démocrates de Californie et leurs politiques fiscales étaient à blâmer pour la hausse des prix.

    "C'est ce que les démocrates aiment à blâmer", a déclaré DeMaio. «Oh, c’est l’industrie. C’est le marché. Nous n’avons rien à voir avec cela. ’Épargnez-moi, pompier pyromane. Vous avez créé le problème avec vos taxes, mandats et réglementations. Et maintenant, vous dites: «Ce n’est pas notre problème. C’est le problème du secteur privé. C’est ainsi qu'ils échappent à toute responsabilité à l’égard du problème. "

    DeMaio a ajouté que la réglementation croissante en Californie et les prix de l'essence auront "absolument" un impact sur les démocrates aux prochaines élections, ajoutant que les républicains auraient pu gagner des sièges dans l'État en 2018 s'ils avaient fait de ces questions le centre de leurs campagnes, mais "ils" es trop ignorants pour voir réellement l’occasion devant eux. "

    Les mandats et les frais imposés par les démocrates "ajoutent environ 1,50 dollar américain par gallon d'essence", a déclaré à DCNF DeMaio, président de Reform California, qui milite contre les augmentations d'impôts. Il a ajouté plus tard que les républicains californiens "ont permis aux [démocrates] de s'en tirer à bon compte".

    La taxe de vente sur le gaz en Californie augmente à mesure que le prix sous-jacent du carburant augmente. La dernière taxe sur l’essence de cet État, entrée en vigueur le 1er juillet et plaçant la Californie au premier rang des prix du carburant les plus élevés en 2019, vise à générer 50 milliards de dollars pour des projets de transport dans les dix prochaines années, a rapporté KCAL 9. DeMaio tente d'abolir la taxe sur l'essence.

    RépondreSupprimer
  56. Le gouverneur démocrate de Californie, Gavin Newsom, a signé un décret en septembre qui réorientera les fonds issus de la taxe sur l’essence vers les systèmes ferroviaires.

    L’assemblé républicain californien Jim Patterson a qualifié le «vol de fonds», a rapporté le California Globe.

    DeMaio a insisté sur ce point, affirmant que la taxe sur l'essence continuerait à augmenter la réglementation en matière de plafonnement et d'échange, ce qui continuerait à faire augmenter le prix de l'essence, et qu'aucun de ces fonds ne va à la route.

    "Ils vont tous à leur manière pour le changement climatique, les transports en commun, les pistes cyclables et les trains à grande vitesse, nulle part", a-t-il déclaré à la DCNF.

    «C’est une grosse taxe régressive», at-il ajouté. «C’est un coût de la vie régressif qui affecte le plus les travailleurs pauvres. Vos libéraux libéraux de la région de la Baie ne s’inquiètent pas de cela. Ils ont plus qu'assez d'argent pour payer les prix plus élevés de l'essence. Ils conduisent des voitures électriques de cent mille dollars.

    "Ce sont les familles qui travaillent qui sont touchées de manière disproportionnée par les prix plus élevés de l'essence", a poursuivi DeMaio. (LIÉS: Pourquoi les Californiens paient-ils plus pour l’essence que tout le monde?)

    La Californie produit également la majeure partie de son propre carburant dans des locaux conformes aux règles environnementales strictes de l’État, qui incluent des formules spécifiques à l’État conçues pour réduire la pollution. Les formules sont également conçues pour changer avec les saisons pour ralentir l'évaporation, selon le California Air Resources Board.

    En conséquence, lorsque les raffineries californiennes rencontrent des problèmes, l’État tarde à remplacer la production perdue, a rapporté le Los Angeles Times le 10 avril, citant la porte-parole de l’Automobile Club of Southern California, Marie Montgomery.

    «Ce sont les règlements, les taxes, les mandats et les frais - toutes ces choses combinées - [augmentez les prix de l'essence] de 1 USD à 1,50 USD selon le moment de l'année où vous vous trouvez. Et quand vous regardez cela et dites: "Oh, la raison pour laquelle nous avons tous ces règlements est [parce] que cela améliorera la qualité de l'air", je ne pense pas que, compte tenu de la technologie actuelle, soit tout à fait crédible, a déclaré DeMaio à la DCNF.

    «Si vous regardez ce que les démocrates font en matière de politique de l'eau et en empêchant l'approvisionnement en eau d'endroits comme Central Valley, le pire impact sur la qualité de l'air aujourd'hui est la poussière qui s'enflamme dans la vallée centrale parce que nous ne permettons pas aux agriculteurs l'accès à l'eau pour que leurs champs restent compacts, et personne ne semble donc expliquer pourquoi nous avons ces réglementations », a-t-il conclu.

    Patrick DeHaan, responsable des analyses pétrolières chez GasBuddy.com, a déclaré dans un tweet mardi qu’il s’attendait à une baisse prochaine des prix du gaz dans l’état.

    https://dailycaller.com/2019/10/08/california-gas-prices-demaio/

    RépondreSupprimer
  57. Snyder: le livre est sur le point de se terminer, grands États-Unis d'Amérique


    Mer., 10/09/2019 - 21:05
    Créé par Michael Snyder via le blog The End of The American Dream,


    Notre histoire aurait pu se terminer très différemment. Si les États-Unis avaient embrassé la vérité, cela nous aurait mis sur une route bien différente de celle sur laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. Au lieu de cela, nous roulons à toute vapeur vers l’oubli, et seule une poignée de gardes courageux met en garde même contre le destin inquiétant qui nous attend. Nous vivons à une époque où le «mal» s'appelle le «bien» et le «bien», le «mal». À peu près toutes les formes de dégradation humaine que vous pouvez imaginer sont en train d'exploser dans notre société.

    Pendant des années, j'ai averti que si nous restons sur la voie sur laquelle nous nous trouvons actuellement, il n'y a pas d'avenir pour l'Amérique. Je pense que beaucoup de gens ont supposé que j’exagérais, mais ce n’était pas le cas. D'autres sociétés à travers l'histoire de l'humanité ont cru pouvoir rester à l'avant-garde des conséquences de leurs mauvaises habitudes, mais la vérité est bien sûr que la justice est un prédateur implacable. Nous avons complètement rejeté toutes les valeurs sur lesquelles cette nation a été fondée, nous avons adopté la méchanceté à l'échelle industrielle et le sang de millions et de millions de nos victimes nous appelle de la terre. Et ceux qui osent nous avertir de nous détourner de nos voies diaboliques comptent parmi les membres les plus détestés de notre société.

    Je n'ai pas l'habitude de parler de films hollywoodiens, mais je crois que «Joker» est peut-être un film parfait pour une telle époque, car le personnage décrit si brillamment par Joaquin Phoenix est un reflet clair de l'endroit où notre société tout entière est à ce point.

    Dans le film, le Joker ne croit pas vraiment en personne ou en quoi que ce soit. Toute son existence est centrée sur lui-même et sur sa propre douleur, et tout ce qui le rend heureux est justifié, peu importe ce que cela signifie pour les autres.

    L'une des meilleures critiques pour le film que j'ai vu a été écrite par John Nolte de Breitbart.com…

    Mais j'ai vu ce que j'ai vu, et ce que j'ai vu c'est ceci…

    Un artiste qui a tourné ses frustrations légitimes avec les crybabies Antifa-Occupy-Black Lives Matter-Résistance, ces fascistes anarchistes qui cherchent à marginaliser des hommes comme Todd Phillips pour qui il est, le punissent pour son succès, puis censurent son art. Je pense que Phillips a utilisé tout cela pour en faire sa muse, non seulement pour créer le superbe Joker, mais pour se réinventer en tant qu'artiste.

    "Joker, c'est toi !" Dit Phillips. «Joker est le dieu sans Dieu que vous avez gâté; sociopathe qui ne croit en rien, qui veut brûler la société parce qu’il n’est pas heureux tout le temps - votre chef est Folie, Anarchie, Intolérance, Jalousie, Envie, Bigoterie et Haine. "

    Je pense que ce que Nolte a dit là-bas est très perspicace, mais en pointant un doigt vers la gauche, il ne couvre que la moitié de l’équation.

    RépondreSupprimer
  58. La vérité est que le Joker est nous tous.

    Nous voulons désespérément blâmer quelqu'un d'autre de nos problèmes et de la société dans son ensemble. Dans de nombreux cas, il est tout à fait vrai que «l'autre côté» est constitué de véritables méchants.

    Mais ce que nous ne réalisons pas, c’est que «notre côté» est souvent composé de très mauvais types.

    En soulignant la dépravation de l'autre côté, cela ne fait pas de nous les bons gars. Nous pouvons en voir des exemples dans le monde politique tout le temps. Un politicien peut prononcer des discours interminables dénonçant une certaine pratique, mais s'il vote pour un projet de loi qui finance spécifiquement la pratique qu'il a dénoncée, il a finalement autant de sang sur les mains que tous les autres politiciens.

    Il est certainement vrai que «Joker» est un film sanglant, mais notre société dans son ensemble est complètement inondée de sang. Nous sommes profondément obsédés par nous-mêmes, mais nous sommes remplis de haine envers les autres. Nous voulons toujours plus de tout, mais peu importe combien nous en recevons, cela ne suffit jamais. Les Américains sont plus malheureux qu’ils ne l’ont jamais été auparavant, et la «mort du désespoir» est à son plus haut niveau.

    Et que faisons-nous avec nos sociopathes ?

    Nous les envoyons à Washington pour nous représenter.

    Combien de temps pouvons-nous continuer à voyager dans cette voie ?

    Combien de temps sera trop long ?

    Parmi ceux avec qui j'interagis régulièrement, il y a une prise de conscience croissante que le temps est compté pour notre pays.

    Le livre est sur le point de se terminer sur les grands Etats-Unis d'Amérique, mais la plupart des Américains ne savent absolument pas que cela est sur le point de se produire.

    Ma femme et moi avons récemment envoyé un rêve à une amie du nom de Joanie Stahl. Lorsque je l’ai lu, j’ai pensé que cela en dit long sur notre situation en tant que pays, et j’ai donc eu la permission de le partager avec vous tous. …

    Dans la deuxième semaine de septembre, j'ai fait un rêve. Je ne sais pas quel jour c'était exactement mais je sais avec certitude que c'était la deuxième semaine de septembre. Voici ce que j'ai rêvé.

    RÊVER

    Dans le rêve, je me suis vu dans une voiture à la place du passager. L'homme qui est avec moi dans mes rêves (principalement) conduisait. Il se gara dans une maison très horrible. Il ne s'est pas garé devant, mais juste à côté. Il est sorti de la voiture et nous sommes sortis. Ne sachant pas ce qui se passait, je le suivis jusqu'à cette maison à l'air hideux. La cour avant était grande mais pas d'herbe, seulement de la terre et des mauvaises herbes très mortes, rares et tellement mortes qu'elles étaient d'un jaune pâle. La saleté était si sèche qu'elle était dure, rocheuse et poussiéreuse. Rien du tout n'était en vie autour de la maison. Seulement des choses mortes et laides.

    RépondreSupprimer
  59. La maison ressemblait à une cabane, très moche, avec du bois sombre et moisi. Chaque centimètre carré était déprimant et sombre. Les fenêtres étaient recouvertes d'un vilain drapé, qui ressemblait plus à un drap ou à une couverture. J'ai suivi l'homme jusqu'à la porte d'entrée et il a frappé, puis je l'ai ouvert. Je le suivis à l'intérieur et il faisait si sombre, si déprimant que cela me rendit physiquement malade de mon être alors que je restais là à tout prendre.

    Il n'y avait pas de lumière à l'intérieur, juste une teinte gris pâle, et tout ce qu'il y avait dedans, les meubles et les ustensiles de cuisine étaient tout aussi vieux qu'ils méritaient d'aller au dépotoir. Tout était vieux, sale, brisé et il y avait un sentiment de grande tristesse, une grande dépression et une sombre obscurité. Je voulais juste partir. Puis l'homme avec qui j'étais était sur le point de partir et il est sorti de la maison. Pour une raison quelconque, je regardais tout dans cette maison horriblement triste et sombre qui était pleine de chagrin et même d'un sentiment de mort.

    Je me suis retourné pour partir, puis j'ai fermé la porte derrière moi et j'ai vu l'homme qui m'attendait dans la rue près de la voiture. En partant, j'ai examiné la terre morte et les mauvaises herbes mortes qui étaient plus de deux fois mortes. Je suis sorti dans la rue et lui ai donné un autre regard et je me suis demandé. Je me suis alors réveillé.

    Fin du rêve

    Le vendredi suivant, mon mari était à la maison et, puisqu'il est nouveau dans cette région où j'ai grandi, il a posé des questions sur tous les quartiers plus proches de l'océan, situés dans notre voisinage et à proximité. Nous vivons dans un appartement, mais quelques maisons plus loin se trouvent de fabuleuses maisons côtières. Je lui ai dit que je lui ferais visiter la région.

    Je l'ai emmené dans une rue que je connais depuis toujours, mais que je n'avais aucune raison de visiter, même dans mon enfance et au fil des ans. C'est une zone très chère pleine de maisons de plusieurs millions de dollars. En fait, toute cette poche est réservée aux riches exclusifs. Mais je pensais le laisser le voir. Alors que nous tournions dans la rue et conduisions très lentement pour admirer la beauté des magnifiques maisons et des vues magnifiques, je ne pouvais pas en croire mes yeux. J'ai crié: «Arrêtez la voiture !» Mon mari a arrêté la voiture et la voilà. Cette maison dont j'ai rêvé. J'étais impressionné parce que c'était exactement comme je l'avais vu dans mes rêves, même dans les draps déprimants et minables comme un rideau à la fenêtre.

    J'étais sans voix. Mon mari a dit: «Quoi, quoi ?» J'ai dit: «Jonathan ! Tu vois cette maison ! Je venais de rêver de cette maison il y a quelques nuits et c'est exactement ce que je voyais dans ses moindres détails. Il a dit: "Whoa, regarde l'adresse… nous sommes en 2020 !" dans ma vie. C'était une image si vivante de ce que je crois que Dieu me montrait ce que sera l'année prochaine. Je n'avais pas du tout l'impression que c'était personnel non plus. Mais une vision de ce qui va arriver.

    Cette horrible maison enchâssée entre toutes les splendides demeures stellaires que je crois représentées cette année à venir, comme je l'ai dit. Les images et les sentiments et ce que j'ai vu en parlent.

    Bien sûr, Joanie n'est pas la seule à tirer la sonnette d'alarme.

    RépondreSupprimer
  60. Au cours des derniers mois, ma femme et moi avons ressenti une urgence comme jamais auparavant. Nous avons assisté à la réunion des éléments de «la tempête parfaite», mais entre temps, la majeure partie du pays semble encore en train de dormir.

    Pourquoi plus de gens ne comprennent-ils pas les signes des temps ?

    Est-ce parce qu'ils ne veulent pas les voir ?

    En août dernier, notre ami Marty Breeden nous a envoyé un rêve très alarmant qui l’a bouleversé. Dans ce rêve particulier, une grande tempête approche rapidement, mais la plupart des gens sont complètement inconscients…

    9 août 2019
    J'ai eu un rêve très vif d'être à la plage.
    La plage était pleine de gens jouant dans les eaux et aussi sur la plage elle-même.
    Alors que tout le monde jouait, je me souviens d'avoir regardé l'océan.
    J'ai vu au loin une grande tempête se rassembler.
    J'ai été immédiatement frappé par la taille de cette tempête!

    En regardant en arrière, les gens semblaient totalement inconscients de cette tempête!

    J'ai ensuite couru aussi vite que possible vers le rivage pour mieux voir et la tempête avait grossi de façon fulgurante et je pouvais voir les nuages tourbillonnants bleu, gris et noir et cela nous arrivait DIRECTEMENT!

    Cela peut paraître insignifiant, mais j’ai le sentiment que ce n’est pas le cas.
    Je savais que j'allais avoir besoin de fournitures pour moi et pour les autres.
    Je suis retourné dans ma chambre en courant et j'ai essayé de rassembler quelques objets.
    J'ai trouvé un grand couteau à lame fixe qui, je le savais, serait utile.
    C'était un couteau militaire.

    (Je le sais parce que j'ai l'un de ces couteaux KABAR, je pense que c'est extrêmement significatif car il représente notre armée!)

    Cependant, j'ai réalisé que la lame était cassée au niveau du manche…
    Complètement cassé en deux!

    Je suis retourné dehors pour un autre regard et l'orage était sur nous…
    BEAUCOUP PLUS RAPIDE que ce que moi ou quiconque aurait pu anticiper !

    Il a frappé avec la force d'un ouragan ...
    Comme je pouvais le voir, personne d'autre n'a semblé s'apercevoir que ça allait arriver et ils ont été pris au beau milieu !

    Je me suis réveillé…..

    Mes amis, sans être trop dramatiques, je peux vous dire que les nuages d'orage d'Armeggedon se rassemblent à l'horizon et que beaucoup entendront bientôt les battements de sabot du «4 Cavalier de l'Apocalypse»!

    PRÉPARER !!!

    Je sais que j'ai mis beaucoup de choses lourdes sur vous dans cet article.

    Le but de mes articles est de ne jamais faire peur. Au lieu de cela, nous voulons comprendre ce qui s’en vient afin d’être prêts à remplir l’objectif pour lequel nous avons été placés sur cette planète à ce moment précis de l’histoire.

    Vous êtes né pour un temps comme celui-ci, et une date avec le destin vous attend.

    https://www.zerohedge.com/geopolitical/snyder-book-about-close-late-great-united-states-america

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) Nous vivons à une époque où le «mal» s'appelle le «bien» et le «bien», le «mal» (...)

      C'est bien tout ce qui est à retenir de ce 'livre'. Pour l'anxiété, c'est politique. Nul ne hait les étrangers sauf ceux qui viennent pour commettre des vols ou des meurtres. Mais l'action s'arrête là. Tandis que sur le plan politique les 'dirigeants' s'amusent à tuer, à faire tuer.
      Ils savaient à l'avance que l'arrivée d'islamistes sèmerait le désordre, la guerre obligatoire. Les chefs de l'État sont des criminels qui veulent éliminer le Peuple par tous les moyens. Il y a trop de monde pour eux, il y a surtout trop de personnes surdouées au 21 ème siècle et, ces personnes en savent autant sinon plus que quiconque dirigeant.

      Ils veulent la guerre civile. Ils créent, ils aident et soutiennent les assassins.

      Supprimer
  61. Prévisions environnementales idiotes


    par Tyler Durden
    Mer., 10/09/2019 - 17:45
    Écrit par Walter Williams, op-ed via Townhall.com,


    Le Competitive Enterprise Institute a publié un nouveau document intitulé "Wrong Again: 50 ans d'échec des prédictions éco-pocalyptiques". Gardez à l'esprit que bon nombre des prédictions environnementalistes extrêmement fausses ont été faites par des scientifiques respectés et des représentants du gouvernement.

    Ma question pour vous est la suivante: si vous y étiez à l'époque, combien de restrictions et de taxes gouvernementales auriez-vous instamment priées pour éviter la calamité prévue ?

    Comme le rapporte le New York Times (août 1969), le Dr Paul Erhlich, biologiste à l’Université de Stanford, a averti: "Le problème avec presque tous les problèmes environnementaux est qu’au moment où nous disposons de suffisamment de preuves pour convaincre les gens, vous êtes mort. que si nous ne sommes pas extrêmement chanceux, tout le monde disparaîtra dans un nuage de vapeur bleue dans 20 ans. "

    En 2000, David Viner, chercheur principal à l'unité de recherche sur le climat de l'Université d'East Anglia, avait prédit que, dans quelques années, les chutes de neige en hiver deviendraient "un événement très rare et passionnant. Les enfants ne sauront tout simplement pas ce qu'est la neige. "

    En 2004, le Pentagone américain a averti le président George W. Bush que les grandes villes européennes seraient sous la montée des mers. La Grande-Bretagne sera plongée dans un climat sibérien d’ici 2020.

    En 2008, Al Gore avait prédit que la calotte glaciaire disparaîtrait dans 10 ans à peine. Une étude menée par le US Navy Department of Energy et dirigée par la US Navy a prédit que l'océan Arctique connaîtrait un été sans glace d'ici 2016.

    En mai 2014, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré lors d'une comparution conjointe avec le secrétaire d'État John Kerry: "Nous avons 500 jours pour éviter le chaos climatique".

    Peter Gunter, professeur à la North Texas State University, prédit dans l'édition du printemps 1970 de The Living Wilderness: "Les démographes sont presque unanimes sur le calendrier sinistre suivant: d'ici 1975, des famines généralisées commenceront en Inde; Inde, Pakistan, Chine et Proche-Orient, Afrique: l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale existeront dans des conditions de famine d’ici à l’an 2000, voire plus tôt encore. exception de l’Europe occidentale, de l’Amérique du Nord et de l’Australie seront en famine. "

    La prédiction de l'écologiste Kenneth Watt en 1970 était la suivante: "Si les tendances actuelles se maintiennent, la température mondiale moyenne sera environ quatre degrés plus froide en 1990, mais onze degrés plus froide en l'an 2000". "C'est environ deux fois plus que ce qu'il faudrait pour nous mettre dans un âge de glace."

    Mark J. Perry, chercheur à l'American Enterprise Institute et professeur d'économie et de finance au campus Flint de l'Université du Michigan, cite 18 prédictions spectaculairement fausses faites à l'époque du premier Jour de la Terre en 1970. Cette fois, il ne s'agit pas de météo.

    RépondreSupprimer
  62. Harrison Brown, scientifique à la National Academy of Sciences, a publié un article dans Scientific American qui examinait les réserves de métaux et estimait que l'humanité serait à court de cuivre peu après 2000. Le plomb, le zinc, l'étain, l'or et l'argent auraient disparu avant 1990 Kenneth Watt a déclaré: "D'ici l'an 2000, si les tendances actuelles se maintiennent, nous utiliserons le pétrole brut à un rythme tel qu'il n'y aura plus de pétrole brut."

    Il y avait aussi des prédictions extrêmement sauvages bien avant le premier Jour de la Terre.

    En 1939, le Département de l’intérieur des États-Unis avait prédit que les réserves de pétrole des États-Unis ne dureraient que 13 ans. En 1949, le secrétaire de l’Intérieur déclara que la fin des approvisionnements américains en pétrole était en vue. N'ayant rien appris de ses précédentes affirmations erronées sur l'énergie, le US Geological Survey a déclaré en 1974 que les États-Unis ne disposaient que de dix ans de gaz naturel. Cependant, la US Energy Information Administration a estimé qu’au 1 er janvier 2017, il y avait environ 2 459 milliards de pieds cubes de gaz naturel sec aux États-Unis. C'est assez pour nous durer près d'un siècle. Les États-Unis sont le plus grand producteur de gaz naturel au monde.

    Les prédictions incontrôlées d’aujourd’hui sur la catastrophe climatique seront probablement aussi vraies que celles d’hier. La différence majeure est que les Américains d’aujourd’hui sont beaucoup plus crédules et plus enclins à dépenser des milliards de dollars pour lutter contre le réchauffement climatique. Et le seul résultat est que nous serons beaucoup plus pauvres et moins libres.

    https://www.zerohedge.com/health/idiotic-environmental-predictions

    RépondreSupprimer
  63. Face à l’islamisme, «les sociétés occidentales souffrent d’une sorte de syndrome de Stockholm»


    18:35 10.10.2019
    Par Maxime Perrotin


    Frustration professionnelle ? Conflit personnel ? Les spéculations sont allées bon train pour expliquer le «pétage de plomb» de Mickaël Harpon à la Préfecture. Malgré l’extrême prudence du gouvernement et des médias, le constat fut sans appel, il s’agit bien d’un attentat islamiste. Pour Alexandre Del Valle, on a cédé à l’islamiquement correct.

    «Il y a un réflexe aujourd’hui d’apaisement, qui peut partir d’un bon sentiment pour certains, mais qui est fondé en fait sur une peur, une intériorisation de la peur. La peur de la vague, la peur des débordements, la peur de l’amalgame, la peur que d’autres personnes –par refus de l’islamophobie– se radicalisent elles-mêmes», développe à notre micro Alexandre Del Valle.

    Professeur de géopolitique à Sup de Co La Rochelle et à l’École de guerre économique (EGE), il réagit à l’attentat islamiste perpétré le 3 octobre par un fonctionnaire radicalisé dans le Saint des Saints de la lutte antiterroriste de la capitale.

    Il faudra pourtant attendre que le Parquet national antiterroriste (Pnat) se saisisse de l’affaire et que soit rendu public le contenu «en l’essence» des nombreux SMS échangés entre Mickaël Harpon et sa femme, peu avant qu’il n’entame son parcours meurtrier, pour que ses motivations islamistes soient clairement avancées dans la presse. Elle s’interrogeait jusque-là sur un possible «pétage de plomb», déclarations aux enquêteurs de la femme de Harpon à l’appui, celle-ci affirmant que son mari aurait entendu des voix la veille de son carnage.

    Le profil d’«employé modèle, sans histoire», souffrant de surdité, est mis en avant, tout comme sa «pratique normale» de l’islam, auquel il se serait converti «il y a 18 mois» selon… une voisine, sont largement repris. Quant à ceux qui osèrent mettre en avant l’hypothèse d’un nouvel attentat sur le sol français, ils furent allègrement pointés du doigt, leurs «Fake news» dénoncées.

    Une situation surprenante dans un pays qui, comme aucun autre en Occident, a été frappé ces dernières années par le terrorisme islamiste. D’autant plus que des témoignages de collègues sont venus peu à peu jeter une autre lumière sur le profil de Mickaël Harpon: un homme qui revêtait parfois le qamis (vêtement traditionnel dans certains pays musulmans), refusait tout contact avec les femmes et qui avait laissé éclater sa joie après l’attentat de Charlie Hebdo, ou encore, qui aurait selon un autre voisin –lui-même policier– hurlé à tue-tête «Allahou Akbar!»

    «On avait un dossier énorme contre lui, et rien n’a été mis par écrit de peur de stigmatiser un monsieur musulman, un monsieur de couleur, un monsieur sourd. Le politiquement correct, qui n’ose pas stigmatiser les minorités, abouti du coup à l’effet inverse: quand on fait partie de certaines minorités, on est quasiment épargné», pointe Alexandre Del Valle.

    L’auteur, notamment, de La stratégie de l’intimidation: Du terrorisme à l’islamiquement correct (Éd. L’Artilleur) estime bien sûr qu’il ne faut pas tirer de conclusions hâtives au lendemain d’un tel évènement. Il n’en demeure pas moins que cette règle de prudence doit prévaloir pour toutes les hypothèses et pas seulement certaines: «la prudence devrait être de mise dans l’autre sens aussi» insiste-t-il.

    RépondreSupprimer
  64. Le géopoliticien estime par ailleurs qu’il existe une «faille» dans le repérage des individus à risque dans le fait que le profil d’un converti à l’islam apparaîtrait moins suspect aux yeux des services qu’un musulman d’origine maghrébine, par exemple: «on a l’habitude de certains profils et on ne fait pas attention à d’autres», relate-t-il.

    «On ne devrait pas chercher à instrumentaliser, comme on l’a reproché à la droite dure, mais on ne devrait pas chercher à minimiser. Si l’on veut être raisonnable, cette prudence doit valoir dans les deux sens, or, ce n’est pas le cas.»

    Une «pudeur» –pour ne pas dire un deux poids, deux mesures– tant des politiques que des médias, à l’égard de la dimension islamiste des attentat, contre laquelle s’élevaient Le Figaro et Causeur le 7 octobre au matin.

    «Cette extrême prudence est une forme d’extrémisme», tranche Alexandre Del Valle. Pourtant, soulignons que si certains ont mis en avant le fait que le Pnat ne se soit pas saisi de l’affaire pour écarter –temporairement– la piste terroriste, c’est notamment parce que le dossier de Harpon était vide des différents incidents trahissant une radicalisation de sa pratique de l’islam, ceux-ci n’ayant pas été formellement consignés par sa hiérarchie. «Temps qu’il n’y a pas de signalement écrit, le dossier est nickel!», insiste notre intervenant, d’où cette lenteur perçue par certains dans la saisine de l’affaire par le Parquet national antiterroriste. Pour le professeur de géopolitique, «on a voulu apaiser et ne pas alerter!»

    «L’islamiquement correct, la volonté d’apaisement, ont poussé un certain nombre de ses collègues à subir des pressions et à ne pas mettre par écrit des avertissements, des informations extrêmement graves.»

    Un islamiquement correct de la part des médias et des autorités sur lequel insiste Alexandre Del Valle. Il l’explique par la «peur» qu’en cas de trop forte stigmatisation, des masses de gens puissent potentiellement se «solidariser avec des personnes extrêmement radicales». Pour lui en effet, le phénomène du radicalisme islamique, «qui n’est que la face cachée de l’iceberg». Le tout aboutissant à une situation délirante.

    «Cette politique d’apaisement correspond à une sorte de syndrome de Stockholm. Les sociétés européennes sont de plus en plus préoccupées par l’amalgame, parfois plus que le fait de pleurer leurs propres victimes. […] On l’a vu avec celui de Lyon avec l’Afghan: ce qui m’a frappé, c’est qu’on a plus dénoncé la récupération par la droite et l’extrême droite de l’acte et l’attentat lui-même que les morts.»

    Notre intervenant rappelle que l’auteur de cette attaque mortelle (1 mort et 9 blessés) avait épargné l’un de ses coreligionnaires. Présenté comme un «réfugié déséquilibré», qui aurait abusé du cannabis, le Pnat ne se saisira pas de l’affaire.

    Un «refus de voir les choses en face», sur lequel revient Alexandre Del Valle, qui évoque notamment le rapport intitulé Un islam français est possible publié en septembre 2016 par le think tank libéral Institut Montaigne. Ce rapport montrait qu’en France, 28% des musulmans sondés –majoritairement des jeunes– adoptaient des valeurs jugées «incompatibles» avec celles de la République, en estimant notamment que la loi islamique, la charia, était plus importante que celle de la République.

    RépondreSupprimer
  65. «Il y a une véritable bombe à retardement sous nos pieds, dans nos sociétés, et la lutte entre l’islam et l’Occident –si tant est qu’elle existe– ne passe plus par la Méditerranée. […] Aujourd’hui, cette lutte entre le monde musulman et le monde libre occidental mécréant traverse nos propres capitales.»

    Illustration de cette peur et du laisser-faire des autorités, au-delà du radicalisme religieux, le cas des émeutes qui surviennent régulièrement dans certaines banlieues après que des délinquants se tuent dans des accidents de moto en essayant d’échapper à la police, parfois alors même que ceux-ci n’étaient en réalité pas poursuivis par les forces de l’ordre.

    «C’est ce qui nous tue aujourd’hui: la peur de la radicalisation implique un renforcement de la lutte contre l’islamophobie à chaque attentat. C’est ce que j’avais dit dans mon livre La stratégie de l’Intimidation: plus on tue au nom de l’Islamisme, plus on nous dit que l’islam est une religion fantastique, que cela n’a rien à voir avec liIslam. En fait, plus l’islamisme tue et plus on fait de la publicité pour l’islam.»

    Cette attitude des politiques, outre qu’il tend à accentuer la défiance des citoyens à l’égard de la classe politique et des médias, ne contribuerait-elle pas au développement d’un discours plus inquiétant? On pense notamment à celui d’Hadama Troaré, ce militant d’Aulnay-sous-Bois, cofondateur du mouvement La Révolution est en marche, qui samedi 5 octobre a appelé sur les réseaux sociaux à la mobilisation en faveur de Mickaël Harpon. Pour lui, le fonctionnaire, en situation de handicap, était tout simplement «méprisé» par ses supérieurs qui ne l’ont pas fait progresser au-delà de la catégorie C en 20 ans, concluant qu’il fallait arrêter de «stigmatiser l’Islam».

    Avant que Castaner ne demande l’interdiction de cette manifestation, Alexandre Del Valle réagissait à notre micro: pour lui, non seulement l’évènement devait être interdit, mais son instigateur condamné, sous peine de démontrer une grande naïveté.

    «On a affaire à un phénomène de solidarisation avec l’ennemi. C’est absolument intolérable. Si on avait tiré les leçons des attentats et de ce que je dénonce depuis des années, c’est-à-dire de la politique de création d’un syndrome de Stockholm, on devrait comprendre que ce genre d’individu sont les complices directs subjectifs des islamistes. Ils nous prennent pour des imbéciles en faisant croire qu’ils croient qu’il y a eu de la stigmatisation, c’est simplement une justification idéologique et morale a posteriori d’un phénomène de barbarie.»

    https://fr.sputniknews.com/france/201910101042241847-islamisme-societes-occidentales-syndrome-stockholm/

    RépondreSupprimer
  66. «Inadaptée» et «indécente»: la tenue d’une collégienne provoque une procédure disciplinaire - photo


    16:52 10.10.2019


    La mère d’une élève visée par une procédure disciplinaire pour ses tenues jugées «inadaptées» et «indécentes» par son établissement a protesté sur le plateau de RMC, dénonçant une stigmatisation.

    Une jeune fille de 14 ans, scolarisée en 3ème dans le collège public d'Heyrieux (Isère) fait l’objet d’une procédure disciplinaire de la part de son établissement scolaire, qui a jugé sa tenue vestimentaire «inadaptée», rapporte RMC. La mère de Lola dénonce une stigmatisation et proteste face aux accusations du collège. Les responsables de ce dernier accusent sa fille d’avoir portée des tenues dénudant ses épaules, notamment un débardeur et ensuite un pull dévoilant les épaules.

    La mère de Lola explique qu’elle est en colère et relate que les enseignants ont donné une veste à sa fille, arguant qu’«elle ne peut pas rester toute la matinée comme ça, c'est indécent, elle provoque les garçons».

    «Elle va en payer les frais sur son dossier scolaire. Donc on veut que ça soit marqué "attention ça c'est une élève qui pose des problèmes"? Tout ça parce qu'elle vient en débardeur et qu'elle montre une épaule», se demande sa mère sur RMC, en s’inquiétant de l’avenir de sa fille.

    De la part du collège, elle estime que cette attitude reflète quelque chose de dangereux et d’«ahurissant».

    «On stigmatise les filles. On envoie un message en disant "vous les filles si vous êtes victimes de harcèlement ça sera de votre faute, regardez la façon dont vous êtes habillées". C'est ahurissant», explique-t-elle, citée par RMC.

    Selon France 3, un second entretien sera organisé avec les parents et la collégienne ce jeudi 10 octobre.

    https://fr.sputniknews.com/france/201910101042241290-inadaptee-et-indecente-la-tenue-dune-collegienne-provoque-une-procedure-disciplinaire---photo/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les enseignants provoquent la haine à vouloir faire adopter la burqa chez les femmes libres.

      Supprimer
  67. 20 astuces pour booster vos smartphones


    17:39 10.10.2019


    Avec ces 20 conseils pratiques pour Android et iOS, le niveau de performance de ces appareils va monter d’un cran, affirme un article publié sur le site popsci.com. «Vous trouverez votre portable plus personnalisé, plus efficace et plus amusant à utiliser», est-il précisé.

    Comment améliorer le fonctionnement de votre Android ou iOS? Voici vingt trucs et astuces proposés dans un article du site popsci.com.

    «Prenez le temps d’améliorer et de faciliter votre vie avec ces astuces pratiques pour Android et iOS. Chacune ne prendra qu’environ une minute, et vous pouvez les appliquer en attendant un train, lors de votre déjeuner ou chaque fois que vous avez un moment de libre», explique l’article.

    Ainsi, les dix premiers conseils comprennent: nettoyez vos vielles photos, rangez vos écrans d’accueils, priorisez vos widgets, accédez aux caractéristiques principales plus rapidement, tapez vos demandes à votre assistant numérique au lieu de poser des questions à haute voix, éteignez les notifications bruyantes, installez une fenêtre «Ne pas déranger» pour la nuit.

    Viennent ensuite: utilisez votre smartphone de façon responsable en programmant notamment des minuteries sur des applications spécifiques, reconnaissez les gens par leur sonnerie et faites clignoter votre portable si vous avez l’habitude de le «perdre» dans les profondeurs de votre sac.
    Parmi d’autres conseils figurent: accélérez votre frappe, utilisez le clavier d’une main, prenez des photos lorsque vous filmez une vidéo, accédez à des sites Web à partir de l’écran d’accueil de votre téléphone, utilisez le screen mirroring de votre portable, basculez sur un thème sombre, faites durer votre batterie plus longtemps, rendez le texte plus facile à lire, ne permettez pas à votre portable de vous déranger pendant votre sommeil en réduisant la quantité de lumière bleue émise par l’écran, assurez-vous que les numéros d’urgence sont bien mis à jour.

    https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201910101042241783-20-astuces-pour-booster-vos-smartphones/

    RépondreSupprimer
  68. Nous écrivons presqu’aussi vite sur un smartphone que sur un clavier d’ordinateur


    Arnaud Lefebvre
    10 octobre 2019


    La vitesse de frappe sur les smartphones est en train de rattraper celle des claviers d’ordinateur, indique une étude réalisée par des scientifiques de l’Université Aalto, de l’Université de Cambridge et de l’ETH Zurich. Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé la vitesse de frappe de 37.000 utilisateurs de smartphones et d’ordinateurs de bureau dans plus de 160 pays.

    « Nous avons été étonnés de constater que les utilisateurs tapant avec deux pouces atteignaient une moyenne de 38 mots par minute, soit environ 25% de moins que les vitesses de frappe observées dans une étude similaire à grande échelle sur les claviers d’ordinateur », ont déclaré les scientifiques.

    Ecart de frappe entre smartphone et ordinateur

    « En théorie, un clavier physique permet d’atteindre des vitesses de frappe beaucoup plus rapides », explique la chercheuse Anna Feit, informaticienne à l’ETH Zurich. « Certaines personnes peuvent écrire jusqu’à 100 mots par minute. Toutefois, la proportion de personnes qui atteignent ce chiffre est en diminution. La plupart des personnes atteignent entre 35 et 65 mots par minute. »

    La différence entre la frappe sur un clavier et celle sur un smartphone se nomme l’écart de frappe.

    « À mesure que les personnes deviennent moins habiles avec les claviers physiques et que les méthodes intelligentes pour les smartphones – telles que la correction automatique et les suggestions de mots – s’améliorent, l’écart de frappe peut être comblé à un moment donné. »

    Les chercheurs ont enregistré un niveau record de 85 mots par minute pour les utilisateurs de smartphones. En moyenne, les participants ont déclaré passer environ 6 heures par jour sur leur appareil mobile.

    « Ce comportement intensif rend possible le développement de fortes compétences en dactylographie », souligne Feit. « Cela explique pourquoi les jeunes utilisateurs, qui passent plus de temps sur les médias sociaux, atteignent des vitesses plus élevées. »

    Support intelligent

    Plus de 74% des personnes tapent avec deux pouces. « Cela conduit à une forte augmentation de la vitesse », soulignent les chercheurs. « Il est également apparu que l’activation de la correction automatique offrait un avantage évident. »

    Cependant, ce n’est pas le cas pour la prédiction de mots. Il semble que les utilisateurs prennent plus de temps à réfléchir aux choix présentés qu’à écrire le mot complet. Les chercheurs ont également constaté que la plupart des personnes interrogées comptaient sur une forme de support intelligent.

    L’étude a également enregistré un fort effet de génération. Les jeunes entre dix et dix-neuf ans écrivent environ 10 mots de plus par minute que les utilisateurs dans la quarantaine.

    « Nous avons affaire à une jeune génération qui a toujours utilisé des appareils à écran tactile. La différence par rapport aux générations plus anciennes, qui utilisaient des appareils de de types différents plus longtemps, est stupéfiante », ont encore déclaré les chercheurs.

    https://fr.express.live/nous-ecrivons-presquaussi-vite-sur-un-smartphone-que-sur-un-clavier-dordinateur/

    RépondreSupprimer