- ENTREE de SECOURS -



jeudi 13 décembre 2018

Paul Craig Roberts: La vérité et la liberté d'expression nous sont enlevées

par Tyler Durden
Mer., 12/12/2018 - 21:45
Écrit par Paul Craig Roberts,


La liberté d'expression et la capacité de dire la vérité sont en train de disparaître. Cela se produit avec la complicité des médias écrits et télévisés, des libéraux / progressistes / de gauche, du ministère de la Justice des États-Unis, des facultés de droit et des barreaux, du Congrès et de la justice fédérale.

L'attaque de Julian Assange est la flèche dirigée vers le cœur de la capacité à publier la vérité. Si un journaliste peut être accusé d'espionnage pour avoir publié des documents divulgués qu'un gouvernement corrompu a classifiés afin de dissimuler ses crimes, le Premier amendement est mort.

De plus, comme il a été prétendu que le gouvernement avait été lésé par la publication de la vérité par Wikileaks, l’acte d’accusation secret d’Assange crée le précédent selon lequel la vérité nuit au gouvernement. Ce précédent sera étendu à la publication de toute information ou opinion, classée ou non, que le gouvernement considère comme nuisible. Les médias deviennent alors officiellement ce qu’ils sont déjà principalement en vigueur - un ministère de la Propagande pour le gouvernement et ceux qui le contrôlent.

En tant que personne qui a obtenu des cotes de sécurité élevées, je peux affirmer avec certitude que pas plus de 1 % des informations classifiées relèvent du domaine de la sécurité nationale. La plupart des classifications visent simplement à empêcher le peuple et le Congrès de savoir ce qui se passe. La classification permet aux différentes composantes du gouvernement de mettre les choses en place où elles le souhaitent. La «sécurité nationale» a toujours été une excuse acceptée par les patriotes pour que le gouvernement dissimule ses actes répréhensibles et ses intentions cachées.

Réfléchissez au préjudice présumé causé par Wikileaks lors de la publication des informations divulguées par Bradley Manning et des courriels Clinton téléchargés sur une clé USB et non piratés comme le prouvent les experts en sécurité. Réfléchissez aux documents prouvant l'espionnage sans mandat et donc illégal par la NSA révélé par Edward Snowden. Comment le gouvernement a-t-il blessé l'information ? Le gouvernement aurait dû être blessé, mais ce n'était pas le cas. Les mandataires n'ont pas abordé la question. Aucun membre du gouvernement n'a été puni pour les crimes de guerre, les mensonges et les actes illégaux et inconstitutionnels révélés par la publication des documents divulgués. Aucun des gouvernements vassaux de Washington n’a renoncé à sa vassalité sur la base des informations révélant qu’ils avaient été espionnés et trompés. Les gouvernements vassaux de Washington savaient déjà que Washington mentait et les trompait. La chancelière allemande a simplement accepté que Washington écoute ses appels téléphoniques privés. Les vassaux acceptent simplement les indignités comme une conséquence de leur vassalité. Les seules personnes punies sont celles qui ont révélé la vérité: Manning, Snowden et Assange.

Washington a emprisonné Manning et cherche à emprisonner Assange pour des dommages qu'il n'a pas subis.

Lorsqu'un pays perd sa liberté, des juristes qui l'auraient auparavant protégeaient la liberté et se retournent contre lui pour se faire une faveur du pouvoir. Récemment, j'ai lu un argument juridique spécieux selon lequel le Premier Amendement ne protégeait pas réellement Ellsberg et le New York Times lors de la publication des Pentagon Papers, mais qu'aucun président ne voulait être le premier à rompre avec la tradition d'étendre cette protection. L'auteur affirme qu'Assange n'est pas protégé par le Premier amendement même s'il est journaliste. L’auteur de l’article ne s’est pas rendu compte que son argument signifiait que les journalistes jouissaient du droit des squatters de bénéficier de la protection du premier amendement. Pour que le ministère de la Justice intente une action contre Assange, il faut renverser un droit inscrit dans la common law et dans la Constitution.

Washington a montré qu’il n’est intéressé par aucun droit, mais par le sien, de faire ce qu’il veut. Le régime de George W. Bush a annulé la protection constitutionnelle de l'habeas corpus lorsqu'il a déclaré qu'il pouvait détenir des citoyens pour une durée indéterminée en prison sans présentation d'éléments de preuve à un tribunal. Le régime Obama a anéanti les procédures régulières et le droit constitutionnel à la vie lorsque le régime a déclaré qu'il pouvait assassiner des citoyens sans le moindre soupçon. Les deux régimes ont ignoré les interdictions légales et constitutionnelles de la torture et ont seulement puni ceux qui révélaient la torture. Si Bush et Obama avaient le droit de torturer, à quoi servirait de poursuivre ceux qui ont révélé que la torture avait eu lieu ?

La vérité révélée par Wikileaks n’ayant eu aucune conséquence négative pour Washington, à quoi sert-il de l’assaut de Washington sur Assange ? Il s’agit en partie de vengeance sur un individu suffisamment téméraire pour tenir tête à Washington et en partie d’incriminer le fait de dire la vérité qui est critique à l’égard du gouvernement.

Il fut un temps où les médias se seraient mobilisés pour défendre Assange et la liberté de la presse. C'était avant que le régime de Clinton ne concentre illégalement les médias entre ses mains et avant que ceux-ci ne se concentrent

Il fut un temps où les médias se seraient mobilisés pour défendre Assange et la liberté de la presse. C'était avant que le régime de Clinton ne concentre illégalement les médias entre ses mains et avant que ceux-ci ne se concentrent idéologiquement. Les médias haïssent Donald Trump et par conséquent haïssent Assange d'avoir publié les courriels Hillary qui, selon les médias, ont coûté l'élection à Hillary. Les médias sont beaucoup plus résolus à aider Deep State Deep Assange que les médias à défendre ses protections du Premier Amendement.

Les libéraux / progressistes / de gauche le voient de la même manière. La politique des libéraux / progressistes / de gauche est la politique d'identité, et la politique d'identité déteste l'Amérique blanche survolée qui a élu Trump. C’est pourquoi les médias et les libéraux / progressistes / de gauche aident le complexe complexe armée / sécurité à associer Assange à Trump, Poutine et «Russiagate». Le journal The Guardian a détruit le peu de crédibilité qu’il avait encore en publiant des informations manifestement fausses Assange à "Russiagate."

Le complexe militaire / sécurité a placé sur ses médias la fiction selon laquelle Assange s'est enfui à l'ambassade équatorienne pour échapper aux poursuites pour viol. Les mandataires répètent constamment le mensonge, comme le fait Harriet Alexander dans la revue britannique Telegraph, selon laquelle «M. Assange s'est enfui à l'ambassade pour éviter les accusations de viol, de violences sexuelles et de contrainte. Toutes les accusations ont été abandonnées en mai 2017 ”

De telles accusations n’ont jamais été portées contre Assange. Assange a demandé l'asile à l'ambassade, car il était clair qu'il allait être extradé vers Washington où il aurait un procès-spectacle en tant qu'espion. Harriet Alexander et les rédacteurs en chef du Telegraph ne le savent pas. Néanmoins, ils répètent le mensonge dont le but est de mettre Assange sous un mauvais jour qui l’aidera à se faire condamner pour de fausses accusations.

Washington savait qu'il pourrait raconter ce mensonge sur le fait qu'Assange viole des femmes parce qu'il savait que #MeToo et d'autres féministes radicales croyaient que c'était ce que font les hommes et que #MeToo serait ravi qu'une autre célébrité fournisse leur dénonciation.

Washington savait également que ses putains de médias haïssaient Assange d'avoir l'intégrité et le courage dont ils ne disposent pas et qu'ils le piétinaient volontiers avec ses bottes cloutées.

Le département américain de la justice (sic) sait qu'il a concocté une fausse affaire et l'a délibérément gardé secret, mais ne s'inquiète pas, car des Américains insouciants croiront malgré tout son inculpation.

Le pouvoir judiciaire autorisera le jugement de la fausse affaire devant un tribunal fédéral car chaque juge veut être élevé plutôt que critiqué et même encadré, et le jury aura trop peur d’aller à l’encontre de la condamnation publique d’Assange dans les médias pour le déclarer innocent.

Le verdict de culpabilité du jury sera l’assassinat du Premier Amendement, mais le jury pourra rentrer chez lui sans être mis au ban de la rue.

Le gouvernement ne s'attaque pas seulement à la liberté d'expression. La liberté d'expression est attaquée de plein fouet par tous ceux qui prétendent être «offensés» par l'invention du «discours de haine» pour contrôler ce qui peut être dit sur les «groupes de victimes», par le lobby israélien dont les lois interdisent le boycott. d’Israël pour les mauvais traitements qu’il a infligés aux Palestiniens et en assimilant la critique du gouvernement israélien à l’antisémitisme. Twitter, Facebook et Google sont tous actifs pour décider de ce qui peut ou ne peut pas être dit. Les forums publics sont refusés aux personnes désapprouvées par d'autres personnes.

Une population qui ne respecte pas et ne défend pas la liberté d'expression, le débat et la vérité n'aura plus la liberté résultant de la liberté d'expression, du débat et de la vérité. Ce site Web respecte la vérité et requiert votre soutien.

59 commentaires:

  1. La seule arme qu'a le Peuple est la parole. C'est pourquoi la fouille des cerveaux est continuelle depuis les téléphones comme les messages par Internet.

    RépondreSupprimer
  2. Effet rafraîchissant des incendies préindustriels sur le climat sous-estimé


    12 décembre 2018
    De Cornell Chronicle
    Par David Nutt


    Centre Atkinson pour un avenir durable

    Ce graphique montre la diminution des émissions de carbone noir résultant des feux de 1700 à nos jours, par opposition à l’augmentation de la population mondiale.

    La révolution industrielle a apporté beaucoup de choses: la machine à vapeur, le système d'usine, la production en série.

    Mais pas, apparemment, plus de feux de forêt. En fait, le contraire.

    Une nouvelle étude intitulée "Réévaluation des émissions de feux préindustriels influe fortement sur le forçage anthropique des aérosols", réalisée par un chercheur postdoctoral Cornell et publiée en août dans Nature Communications, révèle que les émissions provenant des activités de feu étaient nettement plus importantes à l'époque préindustrielle, qui a commencé vers 1750, que pensé précédemment. En conséquence, les scientifiques ont sous-estimé l'effet de refroidissement que les particules d'aérosol produites par ces incendies ont eu sur le climat passé.

    Lorsque le feu brûle, de minuscules particules - des aérosols - sont libérées dans l'atmosphère, où elles peuvent augmenter la luminosité des nuages et réfléchir la lumière du soleil dans l'espace, refroidissant ainsi la planète (forçage radiatif indirect). Ce refroidissement peut aider à compenser le réchauffement accru causé par les gaz à effet de serre anthropiques tels que le gaz carbonique.

    "La plupart des gens connaissent probablement très bien l'idée de réchauffement des gaz à effet de serre, mais sont moins conscients du fait que les activités humaines peuvent également créer un refroidissement en même temps, en modifiant les propriétés des nuages via les émissions d'aérosols et leurs gaz précurseurs", a déclaré le responsable. auteur Douglas Hamilton, chercheur postdoctoral en sciences de la Terre et de l'atmosphère. «Vous ne voyez pas l’impact total du réchauffement causé par les gaz à effet de serre à aucun moment parce que vous avez également ces aérosols. Il est vraiment important pour nous de comprendre l’effet de refroidissement de ces aérosols afin de comprendre l’impact global de l’activité humaine sur le climat ».

    Pour avoir une idée plus précise de l’impact historique des aérosols, Hamilton a examiné les indices de substitution au feu, tels que les carottes de glace, qui retiennent le carbone noir émis par les incendies préindustriels. dépôts de charbon de bois dans les sédiments lacustres et marins; et des cicatrices dans les cernes des arbres, ainsi que des données satellitaires actuelles documentant le déclin de la superficie brûlée par les incendies des dernières décennies. Ces archives paléoenvironnementales montrent que les incendies dans le monde ont culminé autour de 1850 et que les émissions des incendies ont chuté de 45 à 70 % dans le monde depuis la révolution industrielle.

    RépondreSupprimer
  3. Bien que le sens commun puisse suggérer que les incendies augmenteraient avec la densité humaine sur la planète, la création de villes, de services d'incendie et d'infrastructures locales, ainsi que la réduction des forêts à des fins agricoles, ont toutes permis de réduire la propagation des incendies de forêt, a déclaré Hamilton.

    Les changements climatiques et les pratiques de gestion des terres pourraient toutefois inverser cette tendance. Au cours des dernières années, par exemple, le nombre d'incendies aux États-Unis a augmenté.

    «Dans certaines régions, le nombre d’incendies a augmenté et devrait continuer», a déclaré Hamilton. "Mais où sont les incendies et où ils vont augmenter à l'avenir, ce n'est pas la même chose que dans le passé."

    Le document conclut que les émissions d'incendies d'origine préindustrielle sont la source d'incertitude la plus importante lorsqu'il s'agit de comprendre l'ampleur du réchauffement climatique causé par les formes de combustion d'origine humaine.

    Carbone noir: ami ou ennemi ?

    Ce sens de l’incertitude quant aux impacts des aérosols sur le climat est également mentionné dans un article séparé publié récemment par Hamilton et intitulé «Effets radiatives sur le carbone noir extrêmement sensibles à la taille des particules émises lors de la résolution de la diversité des états de mélange», également publié dans Nature Communications en août. Cette étude - dirigée par Hitoshi Matsui, ancien chercheur invité à Cornell et maintenant à l'Université de Nagoya au Japon - révèle que de meilleures mesures de la taille des particules de carbone noir et de la manière dont ces particules se mélangent à d'autres compositions d'aérosols dans des modèles climatiques important de comprendre l’effet de chauffage du charbon noir à l’heure actuelle et de déterminer comment il pourrait changer dans le futur avec potentiellement plus de feux de forêt et moins de combustion de combustibles fossiles.

    Le carbone noir est formé par la combustion incomplète de combustibles fossiles, de biocarburants et de feux de forêt. En raison de sa couleur sombre, il absorbe les rayons du soleil et réchauffe la planète. La force de ce réchauffement dépend de la taille d’une particule et de la dilution de celle-ci dans d’autres aérosols - tels que du carbone organique plus clair - ou de la condensation de gaz qui s’y mélangent ensuite.

    Les chercheurs ont développé un modèle de carbone noir plus détaillé que celui utilisé actuellement. Le modèle prend en compte une large gamme de tailles de particules et les différentes manières dont le carbone noir peut se mélanger à d'autres constituants atmosphériques pour montrer à quel point ces interactions atmosphériques peuvent être nuancées. Comprendre ces interactions est particulièrement important car une des solutions proposées pour atténuer l’impact humain sur le climat consiste à réduire activement les aérosols de carbone noir sans en éliminer les autres.

    «Décrire correctement la taille des particules de carbone noir et leur mélange avec d'autres composants de l'aérosol est très important pour comprendre la contribution du carbone noir au climat actuel et à ses changements futurs», a déclaré Matsui.

    RépondreSupprimer
  4. «Ce que nous montrons ici dans ce nouveau modèle avancé est que, à mesure que les incendies augmentent, le réchauffement supplémentaire prédit dans des modèles plus fondamentaux pourrait être un refroidissement réel par rapport à notre époque, car nous résolvons la taille et la composition de Le carbone noir plus en détail, combiné à ce qui se passe avec les autres aérosols et les gaz qui sont également émis avec les incendies », a déclaré Hamilton.

    Selon Natalie Mahowald, professeure d’ingénierie Irving Porter de l’Ingénierie et directrice du corps enseignant Atkinson du Centre pour un avenir durable, l’étude, Natalie Mahowald, a co-signé avec Natalie Mahowald le papier de taille particulaire.

    «Nous devons vraiment mieux comprendre les incendies préindustriels et la façon dont nous modifions la répartition par taille des émissions de carbone noir. C’est le but ultime », a déclaré Mahowald. "Alors que nous essayons d'aller de l'avant et de résoudre les problèmes de qualité de l'air et du climat, nous avons besoin de réponses à ces questions."

    Les deux études ont reçu un soutien financier du Centre Atkinson.

    https://wattsupwiththat.com/2018/12/12/cooling-effect-of-preindustrial-fires-on-climate-underestimated/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pollution et source de vie

      mardi 24 avril 2018

      https://huemaurice5.blogspot.com/2018/04/pollution-et-source-de-vie.html

      L’apparition de la vie sur Terre : une étape décisive franchie

      vendredi 24 novembre 2017

      https://huemaurice5.blogspot.com/2017/11/lapparition-de-la-vie-sur-terre-une.html

      Supprimer
  5. Macron face à un vote sans confiance jeudi alors que les manifestants rejettent des "miettes" économiques


    par Tyler Durden
    Jeu, 12/13/2018 - 01:00


    La majorité des Français ne sont pas satisfaits d'une série de nouvelles politiques économiques dévoilées par le président Emmanuel Macron cette semaine et disent que les manifestations de Gilets Jaunes devraient se poursuivre, selon un nouveau sondage.

    Selon un sondage réalisé par Odoxa, 59 % des Français disent ne pas être convaincus par Macron, bien que sa proposition soit jugée "satisfaisante", selon Le Figaro. Seulement 21 % ont trouvé les nouvelles politiques de Macron convaincantes malgré le fait que son discours ait bondi de 40 % par rapport à un discours prononcé le mois dernier.

    Cela dit, Macron n’a peut-être pas réussi à convaincre son peuple - la plupart des personnes interrogées étaient d’accord avec ses propositions précises; 61 % étaient en faveur de l'augmentation du salaire minimum, 55 % étaient favorables aux primes de fin d'année libres d'impôt et 85 % des personnes interrogées ne soutenaient aucun impôt sur les heures supplémentaires.

    54 % des personnes interrogées ont déclaré que les manifestations contre le gilet jaune devraient continuer.

    Selon European-Views, bon nombre des gilets jaunes ont catégoriquement rejeté les propositions de Macron.

    Il essaie de faire une pirouette pour se remettre sur ses pieds mais nous pouvons voir qu’il n’est pas sincère, que ce n’est que de la fumée et des miroirs », a déclaré Jean-Marc, un mécanicien automobile qui a rassemblé environ 150 vestes jaunes dans la pièce. ville du sud de Le Boulou.

    «C’est juste une façade, pour les médias, des mesures triviales, cela ressemble presque à une provocation», a déclaré Thierry, 55 ans, mécanicien de bicyclettes.

    «Tout cela, c’est du cinéma, on ne s’attaque pas aux problèmes de fond. "Nous sommes vraiment terminés, nous retournons au combat", a-t-il déclaré à l'AFP avant de prendre part au blocage de l'autoroute à péage Boulou à la frontière franco-espagnole.

    "Peut-être que si Macron avait prononcé ce discours il y a trois semaines, cela aurait calmé le mouvement, mais il est maintenant trop tard." Pour nous, ce discours est un non-sens », a déclaré Gaëtan, 34 ans, l'un des« Lapins jaunes de Rennes ».

    Un responsable français âgé de 35 ans a déclaré que Macron "est pris en otage, alors il laisse tomber des miettes".

    Macron est confronté à un vote de censure au Parlement jeudi, après que des députés de centre gauche se soient opposés au président.

    Selon la chaîne de télévision française BFM, environ 4 100 des 4 523 manifestants arrêtés depuis le début des manifestations massives en France le 17 novembre ont été jetés en prison, selon des sources policières. Près de 2 000 des personnes arrêtées ont été arrêtées samedi dernier lors de la manifestation du mouvement "Acte IV", selon le ministère de l'Intérieur, dont plus de la moitié, 1 082, s'est déroulée à Paris.

    Les détentions de 48 heures ont été critiquées pour avoir privé les citoyens de leur droit de manifester.

    "En les enfermant pendant 48 heures, ils se sont vus refuser la possibilité d'assister à une manifestation et cela dans un pays démocratique est choquant", a déclaré l'avocat du barreau de Paris, Raphael Kempf, à BFM (traduit).

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-12/macron-faces-no-confidence-vote-protesters-reject-economic-crumbs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) refuser la possibilité d'assister à une manifestation et cela dans un pays démocratique est choquant", a déclaré l'avocat du barreau de Paris, Raphael Kempf, à BFM (...)

      Même les avocats n'osent prononcer le mot république (dictature) et font passer une dictature pour une Démocratie !!!

      Supprimer
  6. Californie pour taxer les messages texte ? Comme WTF!


    par Tyler Durden
    Mer., 12/12/2018 - 23:25


    Les autorités de réglementation californiennes envisagent une taxe forfaitaire sur la messagerie texte, ce qui aiderait à financer un programme visant à rendre le service téléphonique accessible aux résidents à faible revenu, selon le San Jose Mercury News, citant un rapport de 51 pages publié par la California Public Utilities Commission (CPUC). ).

    La taxe serait probablement un montant forfaitaire ajouté à la facture mensuelle du client, au lieu d'une taxe par texte - et pourrait être appliqué de manière rétroactive pendant cinq ans.

    «C’est une idée idiote», a déclaré Jim Wunderman, président du groupe de défense des droits des entreprises parrainé par le Conseil de la Bay Area. «C’est ainsi que se déroulent les conversations de nos jours et c’est presque comme dire qu’il devrait y avoir une taxe sur les conversations que nous avons.» -Mercury News

    Plusieurs groupes d’entreprises se sont opposés à cette idée, notamment le Bay Area Council, la Chambre de commerce de Californie et le Silicon Valley Leadership Group, entre autres, qui ont calculé que la nouvelle taxe coûterait environ 44,5 millions de dollars par an aux abonnés du sans fil.

    Selon la CPUC, la surtaxe pourrait aider à maintenir le budget du programme de financement des fonds publics, qui est passé de 670 millions de dollars en 2011 à 998 millions de dollars en 2017. Cela dit, les recettes de l'industrie des télécommunications qui ont financé le programme sont passées de 16,5 millions de dollars milliards de dollars en 2011, pour atteindre 11,3 milliards de dollars en 2017, selon le rapport.

    "Ceci est insoutenable avec le temps", note le rapport, qui affirme qu'une taxe sur les SMS réduirait les revenus, ce qui aiderait les Californiens à faible revenu à se payer un service téléphonique.

    "Du point de vue du consommateur, les surtaxes peuvent être un jeu d'enfant, car si les revenus de la surtaxe provenaient davantage des services de SMS, il en faudrait moins pour les services vocaux", a déclaré la porte-parole de la CPUC, Constance Gordon. «En règle générale, les consommateurs qui génèrent des revenus de textos supérieurs peuvent payer un peu plus cher, alors que les consommateurs utilisant davantage de services vocaux peuvent payer moins.»

    Wunderman a déclaré qu’il n’était au courant d’aucun autre programme local, régional ou fédéral imposant l’utilisation de textos. Et l'industrie du sans-fil a fait valoir que la commission d'État n'avait même pas de fondement juridique pour le faire. -Mercury News

    CTIA, un groupe professionnel représentant les industries du sans-fil, a déclaré dans un dépôt légal à la Commission que l'envoi de SMS est un service d'information ressemblant à un courrier électronique, par opposition à un service de télécommunication soumis au pouvoir légal de l'agence de taxer les services. Le groupe professionnel a ajouté qu'une taxe sur les messages texte désavantagerait davantage les opérateurs de téléphonie mobile que les plates-formes de messagerie alternatives telles que WhatsApp, Facebook Messenger et iMessage d'Apple.

    RépondreSupprimer
  7. "Soumettre le trafic de messagerie texte des opérateurs de téléphonie mobile à des surtaxes qui ne peuvent pas être appliquées à la majeure partie du trafic de messagerie et des fournisseurs de messagerie est illogique, anticoncurrentiel et préjudiciable pour les consommateurs", lit-on dans le dossier de la CTIA.

    Le rapport CPUC peut être trouvé ci-dessous.


    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-12/california-tax-text-messages-wtf

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Quand un État (dans le monde) devient trop riche (exemple: Californie = main-d'œuvre pas chère), les dirigeants s'empressent d'inventer des impôts sur tout ! Sur tout !
      Cette fois c'est sur toutes celles et tous ceux qui osent ouvrir leur gueule !

      Supprimer
  8. Walmart teste Flippy, le robot cuisinier qui vole des emplois


    par Tyler Durden
    Mer., 12/12/2018 - 22:05


    Walmart teste un nouvel assistant robot de cuisine nommé "Flippy" au siège de son bureau principal de Bentonville, dans l'Arkansas, afin de déterminer si cela pourrait constituer un membre précieux de l'équipe dans ses délices en magasin, selon Yahoo! La finance.

    Alors que Flippy a eu un début un peu difficile sur un joint de burger de Pasadena, en Californie - devant être mis hors ligne parce que ses collègues humains ne pouvaient pas préparer les galettes assez rapidement, le robot a récemment remporté un succès en renversant 17 000 livres de poulets et de tater tots au stade dodger à los angeles.

    "Walmart a vu ce que nous faisions et a dit:" Pourriez-vous amener Flippy du stade Dodgers à notre institut culinaire ? " a déclaré David Zito, PDG de Miso Robotics.

    Yahoo Finance a rendu visite à Flippy pour le voir en action à l’Institut culinaire et au centre d’innovation de Walmart.

    Flippy automatise le processus de friture de nombreux plats servis dans l’épicerie fine, y compris les filets au poulet, les bâtonnets de mozzarella et les quartiers de pommes de terre. -Yahoo! La finance

    La manière dont Flippy fonctionnerait chez Walmart est qu’un associé place un produit congelé sur une étagère, qu’il identifie et récupère ensuite à l’aide de la technologie de reconnaissance visuelle. Flippy "agite" alors un panier d'aliments à frire pour assurer une cuisson uniforme, après quoi le robot le placera dans un égouttoir.

    Une fois que l'homme a testé la température interne de l'aliment, l'associé peut l'assaisonner avant de le placer dans la vitrine chaude.

    "Si vous pensez aux cuisines commerciales, il s'agit vraiment de micro-usines. Et pourtant, elles constituent certaines des conditions les plus difficiles pour les personnes qui travaillent", a déclaré Zito. "Tout notre problème ne concerne pas le remplacement d'emplois, non. Vous entendez cela maintes et maintes fois. Il est très difficile d'automatiser les aliments. Demandez à n'importe quel chef. Leur objectif est d'essayer de reproduire fidèlement cette délicieuse recette qu'ils ont débloquée une fois. faire cela toute la journée, nous créons une application, c'est génial, et tout le monde a la même expérience encore et encore. Avec de la nourriture, vous déchiffrez ce code une fois, et vous obtenez cette saveur tellement géniale qu'il est si difficile de reproduire fidèlement Ce que nous voulons, c’est aider les cuisiniers et les chefs cuisiniers assidus en Amérique avec des outils leur permettant de reproduire fidèlement tout en allégeant le fardeau de certaines de ces tâches plus répétitives et plus banales. "

    Bien que Flippy soit présenté comme une "paire de mains supplémentaire", il est également beaucoup moins cher: avec un coût unique d’achat et un minimum de maintenance, Walmart et d’autres employeurs n’auront pas droit à des taxes telles que la taxe sur la sécurité sociale et l’assurance-maladie, imposées par le gouvernement fédéral. pauses, ou une assurance responsabilité. C'est-à-dire, jusqu'à ce que Flippy devienne sensible et décide de se venger de ses maîtres d'esclaves humains.

    RépondreSupprimer
  9. Flippy, quant à lui, n'est pas le seul jeu en ville. Lawson, une chaîne japonaise de dépanneurs, a installé un robot capable de cuire des raviolis "gyoza" et d'autres objets pour ses clients, selon NHK.

    Les clients qui commandent le poulet bouché au comptoir reçoivent un paquet qui est placé dans le robot en forme de boîte. La cuisson prend environ 1 minute.

    Les représentants de Lawson ont déclaré que le poulet frit et d'autres plats chauds se vendaient bien en hiver, mais que parfois les magasins ne pouvaient pas en préparer suffisamment en raison de la pénurie de main-d'œuvre.

    Les responsables ont déclaré que les magasins Lawson dans le pays utilisaient environ 40 000 tonnes de poulet pour produire environ 2 milliards de morceaux de poulet frit chaque année. Ils prévoient d'installer des robots de cuisine dans d'autres magasins. -NHK

    Le président de Lawson, Sadanobu Takemasu, a souligné que la pénurie de main-d'œuvre constituait un problème sérieux au Japon et a déclaré que sa société devait utiliser les robots pour maintenir l'efficacité de ses magasins.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-11/walmart-testing-flippy-job-stealing-robot-cook

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. En cas de panne électrique... tout s'arrête !
      Ils existe aussi des robots-tueurs qui sont affectés aux tâches de rencontrer les percepteurs ! Hahahaha !

      Supprimer
  10. Des données choquantes montrent que 40 % des étudiants américains ne sortent jamais diplômés


    par Tyler Durden
    Mer., 12/12/2018 - 19:25


    Comme nous l'avons souligné à maintes reprises, l'idée d'aller à l'université garantit un travail mieux rémunéré et un meilleur niveau de vie est un mythe (Alexandria Ocasio-Cortez, «représentante des parlementaires du millénaire») incarne ce mythe de manière efficace; elle a travaillé comme barman. avant de lancer sa campagne primaire bouleversée, malgré son diplôme en économie de l’Université de Boston et sa volonté de ne pas avoir de direction après avoir obtenu son diplôme avec une montagne de dettes d’étudiants).

    De manière générale, les données suggèrent que les diplômés universitaires gagnent des revenus plus élevés, font face à un taux de chômage moins élevé et sont plus heureux et en meilleure santé que leurs pairs sans diplôme. Mais ces chiffres généraux masquent le fait que des millions de titulaires de diplômes ne remboursent pas leurs prêts étudiants (une étude publiée en août indiquaient que 30% des prêts étudiants étaient en souffrance ou en retard de paiement) et luttaient également contre le sous-emploi ou des emplois ne nécessite pas un diplôme d'études collégiales. Un million d'Américains ne remboursent pas leurs prêts étudiants chaque année. Et si les défaillances persistent au rythme actuel, environ 40 % des emprunteurs auront déjà failli d'ici 2023.

    Avec autant de signaux d'alarme rouges clignotants, il est renversant de constater que la pile financière pesante d'une dette de 1 400 milliards de dollars ne présente qu'une couverture frappante. La couverture du coût croissant de l’enseignement supérieur affirme toujours avec sagesse l’ancienne idée reçue: que même avec la dette, le sous-emploi et les facteurs de stress qui en résultent (de très nombreuses données suggèrent que les millénaires américains retardent le mariage, la constitution de la famille et l’achat d’une maison, en grande partie parce que de leur dette d’étudiant), les jeunes Américains obtiennent toujours un diplôme plus élevé sans diplôme.

    - voir graphique sur site -

    C’est pourquoi il était presque rafraîchissant de voir le Wall Street Journal publier un article déconstruisant ces mythes. Une histoire qui a reconnu - dans ses paragraphes d'introduction, pas moins - que "les diplômés des collèges peuvent être moins bien lotis que ceux qui ne sont pas allés à l'université du tout".

    En fait, 32 % des diplômés des collèges (un groupe qui, nous l’imaginons, comprend un grand nombre de majors en études de genre) finissent par occuper des emplois qui ne nécessitent pas de diplôme 10 ans après l’obtention du diplôme.

    - voir graphique sur site -

    Mais les étudiants qui entrent au collège, mais ne finissent jamais, sont moins bien lotis que leurs pairs qui obtiennent leur diplôme (peu importe le temps que l’a pris Mais combien d'étudiants se retrouvent dans cette situation ? Un nombre surprenant, en fin de compte. Sur 100 étudiants inscrits à l'université, 40 ne finiront jamais. Sur ces 40, 32 devront encore rembourser leurs prêts étudiants. Environ 10 de ces 32 - environ 30 % - finiront par faire défaut. Cela se compare à 5 diplômés sur 42 qui ont contracté un emprunt.

    Comme le montre le graphique ci-dessous, les étudiants ayant un "certain niveau universitaire" ont des problèmes de taux de chômage presque aussi élevés que ceux ne possédant qu'un diplôme d'études secondaires.

    RépondreSupprimer
  11. Leur potentiel de revenus est également beaucoup plus proche de ceux qui n'ont qu'un diplôme d'études secondaires que des étudiants qui terminent leurs études.

    - voir graphique sur site -

    Le fardeau moyen des prêts aux étudiants américains a presque doublé au cours des 20 dernières années.

    - voir graphique sur site -

    Les prêts

    En résumé, même si un diplôme collégial peut conférer des capacités de gains plus élevées, les étudiants ne devraient pas s'inscrire sans un plan clair pour gagner leur vie après leurs études.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-12/nearly-40-american-college-students-never-graduate-study-finds

    RépondreSupprimer
  12. La France en quelques mots: "Le gouvernement a cessé d'écouter le peuple il y a 20 ans"


    par Tyler Durden
    Mer., 12/12/2018 - 19:05
    Écrit par Charles Hugh Smith via le blog de OfTwoMinds,


    L’exploitation intelligente des récits de couverture politiquement corrects par les élites a captivé la gauche comateuse et peu critique, mais pas ceux qui voient leur niveau de vie dans une chute libre.

    Un membre de la famille vivant en France depuis des décennies a résumé la source des manifestations de gilets jaunes en une phrase: "Le gouvernement a cessé d’écouter les gens il y a 20 ans. Il serait difficile de nier la généralisation de cette affirmation: beaucoup, sinon la plupart des gouvernements cessé d'écouter leurs citoyens il y a plusieurs décennies, préférant plutôt écouter les élites financières et politiques et les élites culturelles bien implantées qui considèrent les citoyens avec mépris.

    Des légions de commentateurs s'interrogent sur les sources économiques et culturelles de la maladie de Carré en France. Beaucoup ont qualifié les manifestations de classe ouvrière, en gros, de multitudes qui ont assisté à une érosion du pouvoir d'achat de leurs salaires ou de leurs retraites alors que les élites financières, politiques et culturelles françaises se sont régalées des maigres gains enregistrés par l'économie française dans le passé. 20 ans.

    Les manifestants s'aperçoivent à juste titre qu'ils sont politiquement invisibles: la classe dirigeante, quelle que soit sa saveur idéologique, ne croit pas avoir besoin du soutien de l'I> politiquement invisible pour gouverner à sa guise. La classe dirigeante a compté sur les élites culturelles pour marginaliser et supprimer ce qui est politiquement invisible en rejetant toute dissidence de la classe ouvrière comme des mots racistes, fascistes, nationalistes et autres expressément destinés à pousser la dissidence dans le désert politique.

    Les élites culturelles ont répété qu'elles représentaient sans cesse la dissidence de la classe ouvrière, alors que le populisme raciste-fasciste continuerait à marginaliser les citoyens, mais le ver a tourné: les classes marginalisées sur les plans financier, politique et culturel en ont marre.

    En dépit des querelles habituelles entre les factions, la classe dirigeante a longtemps été unie autour d'un simple outil de contrôle: acheter la complicité avec les avantages du gouvernement. Si la dissidence se résume dans un mouvement large, la solution est d’acheter les manifestants avec une nouvelle subvention ou un nouvel avantage de la part de l’État.

    C’est l’une des dynamiques essentielles du néofeudalisme qui sont:

    1. Pénalité de la dette et loyauté esclave-salaire à la Nouvelle Noblesse qui détient la dette.

    2. La noblesse politico-financière maximise son utilisation et justifie cette exploitation par de légères assurances aux serfs de la dette politiquement impuissants que cette prédation systémique offre comme par magie le meilleur résultat possible pour la paysannerie.

    3. Les bénéfices de l'État servent de pots-de-vin pour acheter la complicité et la passivité des serfs débiteurs-esclaves.

    RépondreSupprimer
  13. 4. La nouvelle noblesse offre des articles de couverture politiquement corrects pour leur exploitation et leur prédation.

    Maintenant que cette stratégie n'a pas réussi à faire taire gilets jaunes, la classe dirigeante française se rend compte que la situation est grave. Et comme nous le savons tous, la classe dirigeante suit partout le même dicton: quand ça devient sérieux, il faut mentir.

    Les mensonges sont maintenant continus, d’où l’explosion des inquiétudes des élites face aux fausses informations. L'étincelle qui a allumé le feu des manifestations actuelles était un mensonge, bien sûr; la taxe sur les carburants ne visait pas à "sauver la planète", elle visait à générer des revenus afin que les élites puissent continuer à tirer leur épingle du jeu sans mettre en danger l'ordre économique.

    L’exploitation intelligente des récits de couverture politiquement corrects par les élites a captivé la gauche comateuse et peu critique, mais pas ceux qui voient leur niveau de vie dans une chute libre.

    "Les serfs exploités nous conviennent car notre noblesse utilise des phrases politiquement correctes en public ..."

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-12/france-nutshell-government-stopped-listening-people-20-years-ago

    RépondreSupprimer
  14. La dotation de 39 milliards de dollars de Harvard acquiert secrètement l'approvisionnement en eau de la Californie

    par Tyler Durden
    Mer 12/12/2018 - 18:05


    Le fonds de dotation de l'Université Harvard (évalué à 39 milliards de dollars en 2018) est le plus important fonds de dotation universitaire au monde. La société d’investissement privée s’est emparée discrètement des terres agricoles et des droits d’eau connexes sur des propriétés situées dans la région de la Californie.

    Au lieu d'acheter le terrain au nom propre de Harvard Management Company, Inc., les gestionnaires d'actifs ont secrètement créé une filiale à part entière - Brodiaea - qui a permis d'acheter plus d'une douzaine d'investissements dans des vignobles californiens au cours des six dernières années.

    Harvard a fondé Brodiaea en 2012 et en 2015, la société avait déjà acquis 10 000 acres de terres dans les comtés de Santa Barbara et de San Luis Obispo pour environ 60 millions de dollars, selon Reuters.

    - voir carte et graphique sur site -

    En avril, le Harvard Crimson a déclaré que Brodiaea avait continué d'acquérir des vignobles californiens, en particulier des vignobles situés dans des aquifères géants.

    Il n’ya pas de touristes ni de visiteurs autorisés sur de nombreux vignobles appartenant à Harvard, a déclaré lundi le Wall Street Journal, ajoutant que le fonds de dotation acquérait les droits d’importantes sources d’eau dans la région aride de la côte centrale, le tout sous le nom de Brodiaea. est masqué comme une entreprise viticole.

    La sécheresse a beaucoup affecté la côte centrale ces dernières années, frappant le plus durement le secteur agricole.

    "Une sécheresse a conduit la côte centrale à une sécheresse pendant 30 % des deux dernières décennies, contre 14 % des 100 années précédentes, a révélé une étude de 2015. Les sécheresses ont entraîné des pics dans les prélèvements d'aquifères, dont beaucoup ne se rechargent pas autant pendant la saison des pluies ", a déclaré Noah Diffenbaugh, professeur à l'Université de Stanford.

    Selon le Journal, le fonds de dotation valorise désormais les vignobles à 305 millions de dollars, soit une augmentation de 300% par rapport à 2013. La plupart de ses autres investissements dans les ressources naturelles ont donné de piètres résultats.

    La vignette verte de Harvard remonte à 2012, lorsque Matt Turrentine et James Ontiveros, gestionnaires de vignobles locaux, ont créé une société de conseil en investissements agricoles dénommée Grapevine Capital Partners LLC. et a lancé l'idée des droits d'utilisation de l'eau à Harvard. Comme le montre l'histoire, le fonds de dotation consistait exclusivement à piller les ressources naturelles.

    - voir carte et graphique sur site -

    Grapevine Capital "a identifié une zone où la nappe phréatique est très bonne et située en dehors de la zone rouge", a déclaré Tony Correia, un évaluateur de terres agricoles spécialisé dans les vignobles.

    Rusty Gaffney, analyste du secteur vitivinicole, a écrit en 2015 que M. Ontiveros lui avait parlé de la terre que Grapevine avait aidée à acquérir, en lui disant que "la région disposait de suffisamment d'aquifères souterrains pour pouvoir être exploitée avec succès malgré les récents changements climatiques et la sécheresse".

    RépondreSupprimer
  15. En 2016, Brodiaea a engagé des sociétés de forage pour forer 12 puits sur sa propriété de la vallée de Cuyama. Une fois les puits terminés, le vignoble s’est ouvert, pompant l’eau de l’aquifère pour alimenter les plantes.

    Cindy Steinbeck, une propriétaire de vignoble dont la famille a cultivé des raisins dans la région pendant des décennies. A écrit à Harvard en mars 2016, affirmant que son utilisation de sociétés mystérieuses "semble conçue pour brouiller les activités de Harvard dans la région".

    «Un tel investissement n'a pas de sens économique», a-t-elle écrit, concernant les primes massives que Harvard payait pour la terre, «si vous souhaitez simplement cultiver et vendre du raisin. Il serait toutefois parfaitement logique que l’investissement ne soit pas destiné à l’agriculture, mais plutôt au courtage en eau ».

    Un responsable de Harvard a répondu que Brodiaea était «de nature purement agricole» et que le vignoble donnait la priorité à la conservation de l'eau.

    Le journal note que certains agriculteurs locaux ne sont pas préoccupés par les achats de vignobles de Harvard, tandis que d’autres craignent que les aquifères ne profitent aux propriétaires terriens installés de l’autre côté du pays.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-11/harvards-39b-endowment-secretly-acquiring-californias-water-supply

    RépondreSupprimer
  16. Les migrants d'Amérique centrale exigent que leur atout leur paie 50 000 dollars pour rentrer chez eux


    par Tyler Durden
    Mer., 12/12/2018 - 16:45


    Deux groupes de migrants centraméricains ont remis une liste de demandes au consulat américain à Tijuana mardi, un groupe demandant à être laissé aux États-Unis, ou à recevoir 50 000 dollars chacun pour rentrer chez eux, selon le San Diego Union Tribune.

    Un groupe d’une cinquantaine de migrants s’est rendu du bureau de l’immigration du Mexique au bureau du consulat des États-Unis pour remettre une lettre demandant aux autorités américaines d’accélérer le processus d’asile. (Nelvin C. Cepeda / Union de San Diego Tribune)

    Le premier groupe exigeant une action, comptant environ 100 personnes, est arrivé au consulat des États-Unis vers 11 heures mardi. Les migrants ont dit qu'ils demandaient à l'administration Trump de leur payer 50 000 dollars chacun ou de les autoriser aux États-Unis.

    Lorsqu'on lui a demandé comment le groupe avait abouti au montant de 50 000 dollars, l'organisateur du Honduras, Alfonso Guerrero Ulloa, a déclaré qu'il avait choisi ce chiffre en tant que groupe. -SD Union Tribune

    "Cela peut vous sembler beaucoup d'argent", a déclaré Ulloa. "Mais c'est une petite somme comparée à tout ce que les États-Unis ont volé au Honduras", faisant référence à l'intervention américaine en Amérique centrale.

    Le groupe a donné 72 heures au consulat des États-Unis pour répondre, mais il n'a pas encore choisi de ligne de conduite si ses exigences ne sont pas satisfaites.

    "Je ne sais pas, nous déciderons en tant que groupe", a déclaré Ulloa avec défi.

    Le deuxième groupe de caravanes, composé d’une cinquantaine de migrants, a remis une lettre au consulat vers 13 h 20 et a demandé aux États-Unis d’accélérer le processus d’asile jusqu’à 300 demandeurs d’asile par jour au port d’entrée de San Ysidro. Le passage de la frontière traite actuellement entre 40 et 100 demandeurs d'asile par jour, un rythme que les groupes pro-migrants ont qualifié de trop lent et de violation des lois américaines et internationales qui exigent un processus immédiat.

    "Entre-temps, les familles, les femmes et les enfants qui ont fui nos pays continuent de souffrir et la société civile de Tijuana continue à être une force pour faire face à cette crise humanitaire, une crise de réfugiés provoquée en grande partie par des décennies d'intervention américaine en Amérique centrale, "lit la lettre.

    Une quinzaine de migrants qui ont livré la deuxième lettre ont participé à une grève de la faim infructueuse il y a plusieurs semaines.

    Des représentants du deuxième groupe ont rencontré des agents de l'immigration mexicaine à Tijuana. Les migrants ont demandé aux autorités mexicaines d'arrêter de travailler avec la police municipale pour expulser les membres de la caravane.

    Les migrants pensaient que le nombre d'expulsions et de rapatriements librement consentis était le reflet de leur situation précaire à Tijuana

    RépondreSupprimer
  17. "Beaucoup de gens partent parce qu'il n'y a pas de solution ici", a déclaré Douglas Matute, 38 ans, de Tijuana. "Nous pensions qu'ils nous laisseraient entrer. Mais Trump a envoyé l'armée à la place de travailleurs sociaux." -SD Union Tribune

    Xochtil Castillo, membre de la caravane, a déclaré à la Tribune qu'elle n'avait pas encore fixé de délai pour la réponse des États-Unis.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-12/central-american-migrants-demand-trump-pay-50k-each-go-home

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Extrait de 'La lettre au père noel':

      (...) Les migrants ont dit qu'ils demandaient à l'administration Trump de leur payer 50 000 dollars chacun ou de les autoriser aux États-Unis. (...)

      HAHAHAHAHAHA !

      Supprimer
  18. «Urgence attentat» mais le même effectif de sécurité pour un acte 5 des Gilets jaunes


    07:56 13.12.2018


    Bien que le niveau d'alerte du plan Vigipirate ait été élevé à «urgence attentat» après l'attaque sur le marché de Noël de Strasbourg, la préfecture de police de Paris déploiera le même dispositif policier que la semaine dernière, soit 8.000 hommes, pour la manifestation des Gilets jaunes prévue ce samedi.

    Afin d'assurer la sécurité lors de la manifestation des Gilets jaunes prévue ce samedi, la Préfecture de police de Paris envisage d'adopter le même dispositif de sécurité que lors du rassemblement de la semaine dernière, relate BFM TV sur son site, de source préfectorale.

    Cette annonce intervient cependant dans le contexte du niveau d'alerte maximum du plan Vigipirate, l'échelon «urgence attentat», déclenché après la fusillade du 11 décembre dernier sur le marché de Noël de Strasbourg.

    Ainsi, en dépit des mesures de sécurité renforcées, la capitale française accueillera le même effectif de forces de l'ordre, décision influencée par «la nécessité de respecter les roulements et repos», explique le média.

    Samedi dernier, 8.000 policiers ont été mobilisés à Paris, lors de la dernière manifestation des Gilets jaunes qui s'est soldée par 1.082 interpellations dans la capitale.

    Depuis plusieurs semaines, la France connaît la mobilisation des Gilets jaunes. Après la première manifestation qui s'est déroulée le 17 novembre, des membres du mouvement ont organisé le quatrième acte de leur mobilisation le samedi 8 décembre. Dénonçant à l'origine la hausse des carburants, ils expriment désormais une colère sociale bien plus profonde.

    Près de 136.000 personnes ont participé à cet acte 4 en France, soit un nombre pratiquement équivalent à celui du 1er décembre.

    https://fr.sputniknews.com/france/201812131039285755-effectif-policier-paris-gilets-jaunes-manifestation/

    RépondreSupprimer
  19. COP 24 «ON AVANCE, MAIS C'EST TRÈS DUR», DIT LEUTHARD

    Selon la cheffe du Département fédéral de l'environnement, «la Suisse n'approuvera pas des règles affaiblies» en termes de réduction des émissions.

    «Sans objectifs nationaux et sans règles contraignantes [sur la réduction des émissions], le processus n'est pas crédible», a précisé la ministre suisse. à la COP 24 sur le climat.


    12.12.2018


    «Notre objectif est de définir le calcul des buts nationaux» de réduction des émissions. «On avance, mais c'est très dur», a déclaré mercredi Doris Leuthard, présente à la COP 24 sur le climat. Une certitude, «la Suisse n'approuvera pas des règles affaiblies».

    «Beaucoup d'Etats n'aiment pas la transparence ou exigent des règles spéciales» pour eux, a expliqué la cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC), interrogée par Keystone-ATS.

    «Mais nous avons aussi beaucoup de contacts avec des pays qui veulent que les données fournies par les différents Etats soient crédibles et transparentes», a-t-elle ajouté. «Nous sommes prêts à nous rallier, mais pas à n'importe quel prix. Sans objectifs nationaux et sans règles contraignantes, le processus n'est pas crédible», a insisté la ministre suisse.

    L'Accord de Paris sur le climat engage tous les pays à agir dès 2020 pour protéger le climat en fonction de leur responsabilité et de leurs moyens. Les Etats sont tenus de formuler tous les cinq ans un objectif plus ambitieux de réduction des émissions des gaz à effet de serre et de prendre des mesures pour l'atteindre.

    Les règles adoptées devront notamment mettre en place des dispositions uniformes concernant la description de l'objectif de réduction national et le décompte des émissions et des réductions réalisées. Elles devront s'appliquer de manière universelle, pour les pays pauvres comme pour les gros émetteurs de gaz carbonique.

    Crainte d'un message «désastreux»

    Le secrétaire général de l'ONU a estimé plus tôt dans la journée que les pays participant à la conférence de Katowice en Pologne enverraient un message «désastreux» au monde s'ils ne parviennent pas à s'entendre sur les règles de mise en oeuvre de l'Accord de Paris.

    Antonio Guterres a rappelé aux délégués des 130 pays présents qu'il leur reste moins de trois jours pour rassembler leur courage politique et faire les compromis et sacrifices nécessaires à un accord.

    Trois ans après la signature, par plus de 190 pays, de l'Accord de Paris, qui vise à maintenir le réchauffement climatique mondial en dessous de 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, les participants peinent à trouver les moyens de convertir cet objectif en politiques concrètes.

    Confiante pour «une solution» en Suisse

    Interrogée sur la crédibilité de la Suisse après le rejet mardi par le Conseil national de la loi sur le gaz carbonique qui devait permettre de respecter les engagements de cet accord de Paris, Mme Leuthard s'est dite confiante en la capacité du Conseil des Etats à trouver «une solution». «On sait que les processus politiques durent en Suisse».

    La cheffe du DETEC a aussi plaidé en faveur d'une réglementation des flux financiers permettant de mieux protéger le climat. Elle a souligné la nécessité d'accroître les incitations à investir dans les énergies renouvelables plutôt que dans les énergies fossiles. (ats/nxp)

    https://www.lematin.ch/suisse/avance-c-tres-dur-dit-leuthard/story/18824485

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La plus grande escroquerie du siècle est celle du gaz carbonique ! Et la Suisse ne... serait même pas prête à se défendre faute d'avoir compris que - depuis toujours et pour toujours - TOUS les gaz se recyclent ! TOUS !

      L'air expiré (comme inspiré) est (entr'autres) du gaz carbonique. Ce gaz indispensable à tous a l'avantage de faire croître la végétation qui le transforme en oxygène. Donc, déjà, sans gaz carbonique pas d'oxygène ! Deuxièmement, la plus grande partie du gaz carbonique (0,0401 % de toute l'atmosphère !) est absorbée par les mers & océans (+ de 75 % de la superficie du globe) qui le transforme en nano-particules de carbone (charbon).

      Quand on est cheffe de quelque chose on doit le mériter.

      Le gaz carbonique n’est pas un poison !

      mardi 21 avril 2015

      https://huemaurice5.blogspot.com/2015/04/le-co2-nest-pas-un-poison.html

      Supprimer
  20. Gilets Jaunes, ne vous laissez pas voler votre révolte !

    L’abandon de la transition énergétique et des « politiques climatiques » qui vont avec est la seule issue raisonnable en ligne avec les aspirations des Gilets Jaunes. OPINION


    Par Benoît Rittaud.
    13 DÉCEMBRE 2018


    Gilets jaunes, votre mobilisation a été deux fois grande.

    Elle a été grande lorsque vous vous êtes dressés avec succès contre la taxe « écologique » sur le carburant. Vous vous êtes ainsi faits les auteurs de la première révolte d’ampleur contre l’ordre « écologique » qui progresse à pas de moins en moins petits et de moins en moins démocratiques.

    Il faut condamner la violence, bien sûr, et sans aucune équivoque. Votre mouvement mérite néanmoins l’admiration car vous avez montré à la face du monde ce que peut notre pays lorsqu’il se met en colère. Nous perdrons bien un dixième ou deux de PIB, mais si c’est là le prix pour retrouver un peu de fierté, alors on peut penser que cela en valait la peine. À l’étranger, un peu partout l’on se demande si, après 1789, la France se fera à nouveau éclaireuse du chemin de la liberté.

    Vous pouvez être nos nouveaux bonnets phrygiens, nos nouveaux sans-culottes, mais pour cela il faut un vrai projet. Pas une accumulation hétéroclite de revendications. C’est malheureusement ce à quoi les légitimes demandes initiales sont en train de faire place : des exigences revanchardes dictées par le ressentiment, la jalousie ou l’envie.

    UN PROJET ÉCONOMIQUEMENT CRÉDIBLE

    Un vrai projet, c’est d’abord un projet économiquement crédible, c’est-à-dire qui ne fasse pas que distribuer des milliards à tout le monde sans dire où l’on prend cet argent — point que s’est bien gardé d’aborder le président de la République lors de son allocution-distribution de lundi soir. (Sur le sujet, voir cet article de Nathalie MP, et bien sûr celui de Rémy Prud’homme.) Dès le lendemain de cette intervention, d’ailleurs, les explications du Gouvernement ont été une succession de tours de passe-passe comptables destinés notamment à nous faire croire que « les grandes entreprises paieront », sans bien entendu s’intéresser à la manière dont ces dernières répercuteront inévitablement ces coûts (réponses plus que probables : sur leurs clients, sur leurs salariés, sur la qualité du service, sur leurs investissements…).

    Les mesures annoncées par Emmanuel Macron ont un coût évalué entre 8 et 10 milliards d’euros. Il y a un moyen très simple de disposer d’une telle somme : abandonner la transition énergétique, qui coûte plus de 7 milliards par an rien que pour le ministère de la Transition écologique et solidaire (plus précisément : 7 184 317 223 euros), sans compter les multiples dépenses annexes et coûts non financiers induits un peu partout. (Par exemple, les nouveaux programmes scientifiques enseignés à vos enfants devraient contenir pas mal de sensibilisation aux méfaits du céhodeux, qui seront autant d’heures de moins pour le travail scientifique ringard — celui où l’on apprend en profondeur le contenu d’une théorie plutôt que de se contenter de répéter des éléments de langage.)

    Alors rejoignez-nous et signez la pétition pour l’abandon de cette « transition » coûteuse, nuisible et injuste !

    RépondreSupprimer
  21. DEVENIR ADULTE

    Gilets jaunes, si vous voulez être pris au sérieux, c’est-à-dire autrement que comme le « bon peuple » à qui l’on donne quelques miettes de temps en temps pour qu’il se tienne tranquille, une méthode consiste à vous montrer plus adultes que l’infantile « en même temps » macronien qui réclame tout et le contraire de tout. C’est le propre d’un vrai acte de gouvernement que d’avoir la lucidité de reconnaître que tout n’est pas possible. Comme le disait Pierre Mendès-France, « gouverner c’est choisir » .

    De la lucidité, les Gilets jaunes ont commencé à en avoir lors de leur second moment de grandeur que fut le lancement d’un formidable slogan programmatique : l’élite a peur de la fin du monde, nous avons peur de la fin du mois. Voilà l’ébauche d’un vrai projet ! Voilà l’occasion de revenir au réel, en cessant de s’affoler pour une apocalypse imaginaire auquel personne ne croit vraiment (y compris chez les décideurs, d’ailleurs).

    Cette devise est votre boussole. Ne la perdez pas de vue, car c’est elle qui vous donne le cap. Un cap qu’il ne tient qu’à vous de garder en ciblant vos revendications, sans entrer dans le jeu de ceux qui veulent vous faire dire que vous êtes « aussi » écologistes et que vos revendications concernent « également » l’avenir de la planète. Vous n’aurez pas les fins de mois si vous regardez « en même temps » la fin du monde.

    Votre slogan est une merveilleuse devise pour en appeler au courage de s’attaquer aux difficultés banales. Celles dont tant de gens souffrent mais qu’on ne regarde plus, par habitude mais aussi parce que, pour une certaine élite dirigeante, « changer les choses » consiste désormais à prendre l’avion pour des destinations exotiques où, de COP en One Planet Summit, l’on se raconte encore et encore qu’on va sauver la planète. La force du slogan tient tout entière dans son humilité, une attitude qui manque tant et que devraient pourtant s’appliquer tous ceux qui prétendent nous diriger.

    Évidemment, toutes les souris qui grignotent le fromage climatique ne seront pas contentes qu’on le leur ôte de la bouche. Pas sûr que cela doive vous empêcher de dormir, quand on voit la manière dont elles dépensent sans compter les deniers publics.

    Pour cette fois, il n’est pas démagogique de dire qu’il y a de l’argent à prendre : selon les comptes de l’IFRAP publiés le 22 novembre 2018, la France prélèvera en 2019 la bagatelle de 62 milliards d’euros pour « le climat ». Si le caractère sérieux d’un projet de société se mesure à sa capacité à dire comment il financera ses promesses, voilà donc une piste pour les Gilets jaunes : moins pour le climat, plus pour les fins de mois. (L’IFRAP précise, mais on s’en serait douté, que ces 62 milliards servent à « financer des projets contre le réchauffement climatique, généralement économiquement non rentables.« )

    Songeons, en comparaison, combien le rétablissement de l’ISF n’aurait qu’un effet dérisoire, presque marginal : les montants collectés seraient au mieux de 5 milliards d’euros, auxquels il faudrait soustraire au moins 1 milliard (ce que rapporte l’IFI qui a remplacé l’ISF), sans parler des multiples effets négatifs induits par la fuite des capitaux (des arguments toujours discutés, mais suffisamment sérieux pour avoir conduit la plupart des pays à abandonner ce type d’impôt). On peut vouloir faire de l’ISF un symbole, mais les symboles ne peuvent tenir lieu de projet à eux seuls.

    RépondreSupprimer
  22. Gilets jaunes, un financement possible pour le pouvoir d’achat existe. Alors la prochaine fois que vous serez reçus à l’Élysée, plutôt que de simplement demander à ce qu’on vous donne de l’argent, montrez du doigt vous-mêmes l’endroit où vous voulez qu’il soit pris. C’est tout simple : c’est là !

    https://www.contrepoints.org/2018/12/13/332390-gilets-jaunes-ne-vous-laissez-pas-voler-votre-revolte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'il est malheureux de constater est qu'AUCUN manifestant ne brandit une pancarte où est inscrit "LE GAZ CARBONIQUE N'EST PAS UN POISON !" et "TOUS LES GAZ SE RECYCLENT !" car, ils descendent dans la rue... sans savoir pourquoi !!! On dirait des scolaires ! voire des immigrés sans culture ! Faut dire et remarquer que certains manifestants ont tellement honte de défiler pour rien qu'ils se cachent derrière des masques !

      Supprimer
  23. Aller à zéro


    12 décembre 2018
    de Willis Eschenbach


    Je continue à lire sur toutes sortes de projets loufoques pour réduire les émissions de gaz carbonique des États-Unis. Maintenant, je ne pense pas que le gaz carbonique soit le bouton secret qui contrôle le climat. Je pense que la Terre possède une foule de mécanismes de thermorégulation émergents qui agissent pour maintenir la température dans des limites étroites (par exemple, un changement de température de 0,6 ° C au cours du 20ème siècle). Je ne crois pas à l’affirmation selon laquelle les modifications modernes du gaz carbonique auront une incidence sur la température.

    Mais uniquement aux fins de cet article, supposons que les alarmistes ont raison. Et à des fins de discussion uniquement, supposons que la température de la Terre soit libre de monter et descendre n’importe quelle quantité. Supposons que le gaz carbonique est en fait le bouton de commande secret qui contrôle la température de la terre. Et supposons en outre que les experts ont raison de dire que la «sensibilité au climat» correspond à un réchauffement de trois degrés pour chaque double de gaz carbonique.

    Enfin, supposons qu’en 2018, les États-Unis ont cessé magiquement d’émettre du gaz carbonique.

    Avec toutes ces hypothèses sous forme de prologue, voici la question de l’intérêt.

    Toutes choses étant égales par ailleurs, si les États-Unis cessaient d'émettre du gaz carbonique entièrement en 2018 et restaient indéfiniment à zéro émission de gaz carbonique, dans quelle mesure la planète serait-elle plus froide en 2050 ?

    Cinq degrés plus frais ? Deux degrés ? Un degré ?

    Avec les hypothèses (probablement fausses mais très largement répandues) que nous avons formulées ci-dessus, nous pouvons calculer les économies de température si les États-Unis pouvaient arrêter d'émettre du gaz carbonique.

    Pour commencer, nous devons examiner l'historique des émissions de gaz carbonique. La figure 1 montre les enregistrements d'émissions, répartis entre les émissions américaines et les émissions du reste du monde.

    - voir graphique sur site -

    Figure 1. Émissions de gaz carbonique historiques. Données du CDIAC et de BP Statistical Review of World Energy.

    Maintenant, c'est intéressant en soi. Premièrement, les émissions actuelles aux États-Unis sont à peu près identiques à celles de 1978 (ligne noire en pointillé). Ainsi, au cours des quarante dernières années, nos émissions n’ont pas augmenté du tout. Cela ne fait aucune différence pour moi, mais si vous pensez que le gaz carbonique est important, ce n’est pas un mauvais bilan, je dirais.

    En outre, les émissions américaines ont atteint leur maximum en 2007 et ont diminué depuis. En revanche, comme le montre la figure 1, depuis 1959, les émissions du reste du monde ont régulièrement été… enfin… dirigées vers le ciel.

    Ensuite, nous devons calculer ce qu'il adviendrait de la quantité de gaz carbonique dans l'atmosphère si les émissions des États-Unis atteignaient zéro. Nous pouvons calculer cela en notant qu'il faut 13,3 gigatonnes d'émissions de gaz carbonique pour augmenter le gaz carbonique atmosphérique d'une partie par million en volume (ppmv).

    RépondreSupprimer
  24. Donc, pour calculer les futurs niveaux de gaz carbonique dans l'atmosphère, j'ai supposé que le gaz carbonique continuerait à augmenter comme il l'a fait par le passé. C'est ce qu'on appelle un scénario «business as usual» (BAU). Et pour les besoins de ce calcul, j'ai supposé que les émissions des États-Unis étaient tombées à zéro en 2018. La figure 2 montre l'ampleur de la différence que produirait le gaz carbonique atmosphérique.

    - voir graphique sur site -

    Figure 2. Augmentations historiques et projetées du gaz carbonique atmosphérique. «Business as Usual» suppose que les émissions continuent d’augmenter comme par le passé, c’est donc une extension en douceur des changements historiques du gaz carbonique atmosphérique. La ligne rouge inférieure se fait de la même manière, mais en supposant que les émissions des États-Unis soient passées à zéro en 2018. La zone ombrée en jaune indique les projections futures.

    Pourquoi si peu de différence ? Les émissions américaines ne sont plus un acteur majeur. En 1959, les émissions américaines étaient environ la moitié de celles du reste du monde. Mais en 2017, les émissions des États-Unis étaient tombées à seulement 20 % des émissions du reste du monde. Et les émissions du reste du monde continuent d'augmenter. En conséquence, les émissions américaines à zéro n’ont pas d’effet très important. Il ne fera que réduire les émissions de 11 ppmv d'ici 2050, ce qui ne représente qu'une réduction d'environ 2 % du gaz carbonique atmosphérique.

    Ensuite, nous devons convertir les niveaux de gaz carbonique en température. Selon la théorie en vigueur, un doublement du gaz carbonique augmenterait la température d'environ 3 ° Celsius. En utilisant cette relation, nous obtenons à la figure 3 le changement de température théoriquement dû au changement de gaz carbonique.

    - voir graphique sur site -

    Figure 3. Les températures théoriques historiques et projetées augmentent en raison de l'augmentation du gaz carbonique. La zone en jaune indique les projections futures. Ce sont des anomalies de température par rapport à 1959.

    Nous sommes donc arrivés à la réponse à la question avec laquelle nous avons commencé, et la réponse est:

    Si par magie nous arrêtions d'émettre du gaz carbonique fin 2017 et restions indéfiniment à zéro émission de gaz carbonique, d'ici 2050, le monde se refroidirait d'un maigre dixième de degré…

    Quelle est la taille d'un dixième de degré C ? Pour commencer, il est beaucoup trop petit pour que nous puissions le détecter avec nos sens. Il est également trop petit pour le détecter avec un thermomètre normal. C’est le refroidissement que vous avez éprouvé en montant trois escaliers. Ou bien en termes de météo et de température ambiante, cela équivaut à refroidir un déplacement de huit miles (8 km) depuis votre lieu de résidence…

    Cependant, l'échelle agrandie de la figure 3 donne une idée exagérée de la différence réelle que ferait une réduction des émissions des États-Unis. Pour avoir une idée précise de la trivialité du changement de température, la figure 4 le montre sur une échelle de thermomètre extérieure normale:

    - voir graphique sur site -

    Figure 4. Exactement les mêmes données que dans la Figure 3, mais à l'échelle d'un thermomètre ordinaire. La zone en jaune indique les projections futures. (Remarque: la ligne bleue indique un réchauffement de 1,6 ° C de 1959 à 2050… supérieur à la cible redoutée de 1,5 ° C que tout le monde hyperventilait. Changement inquiétant, hein ? Mais je m'éloigne…)

    RépondreSupprimer
  25. Comme dans la Figure 3, dans la Figure 4, il y a en fait deux lignes indiquant la température: une ligne rouge pour les États-Unis allant à zéro et une ligne bleue pour le scénario du statu quo. Mais vous ne pouvez pas voir la ligne rouge, car elle ne diffère que de la ligne bleue habituelle d’un dixième de degré C…

    Cela signifie qu’en ce qui concerne la quantité de refroidissement dont nous disposerons d’ici 2050 si les États-Unis cessaient d’émettre entièrement du gaz carbonique, la réponse dans le monde réel est… pas de différence perceptible du tout. Aucun. Beaucoup trop petit pour que quiconque puisse le sentir directement. Beaucoup trop petit pour être enregistré sur votre thermomètre extérieur. Les États-Unis pourraient atteindre zéro émission et en 2050, nous ne remarquerions jamais la différence de température.

    Ainsi, la prochaine fois que quelqu'un essaiera de vous inciter à souscrire à un autre plan brillant auquel les États-Unis sont supposés adhérer afin de «réduire notre empreinte carbone», comme les plans pour que tout le monde aux États-Unis cesse de manger de la viande ou Arrêtez de voler dans des avions ou d'acheter des voitures électriques ou de recouvrir la moitié du paysage américain avec des panneaux solaires ou de prélever de la taxe sur l'énergie jusqu'à ce que les pauvres mettent des gilets jaunes et jettent des pierres… eh bien, la prochaine fois qu'un de ces charmants habitants proposera l'un de ces plans, qui ont tous un prix de plusieurs milliards de dollars, n'hésitez pas à les diriger vers cette analyse et à leur dire: «Même en réduisant les émissions américaines à zéro, cela ne fera aucune différence perceptible d'ici 2050 ! Aucun !".

    [MISE À JOUR] Un commentateur averti a souligné que Pat Michaels avait écrit sur ce sujet dans le magazine Forbes, dans lequel il avait indiqué un calculateur en ligne pour montrer les économies de température résultant de diverses réductions. Bon produit.

    Cordialement à tous,

    w.

    Ma demande habituelle: lorsque vous commentez, veuillez citer les mots exacts que vous discutez afin que nous puissions tous comprendre votre sujet.

    https://wattsupwiththat.com/2018/12/12/going-to-zero/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Premièrement, le gaz carbonique fait partie des gaz rares à hauteur de 0,004 % de l'atmosphère. Il n'est donc qu'à l'état de traces et ne peut et ne pourrait être d'une quelconque combinaison calorifique et, de plus, en tant que que le plus lourd de tous les gaz, il se situe au niveau du sol. Il n'a de plus jamais été un poison comme le signalent les ordures gouvernementales car, s'il l'était, il n'y aurait aucune bestiole rampante (fourmis, cafards, etc) comme sous terre (vers de terre, taupes, etc) ! Mais, comme les politichiens ne font qu'aboyer des inepties, les scientifiques ont arrêté depuis longtemps de tenter de les éduquer. Par contre, il existe bien des 'amis des animaux' ainsi que des chiens d'aveugles qui défilent tous les jours en scandant des je-ne-sais-quoi dont ils n'en comprennent eux-mêmes le sens puisqu'ils ne parlent pas de l'escroquerie de la taxe carbone car il n'en connaissent pas la composition-même du message !! Hahahaha !

      - "Si nous sommes préoccupés par le réchauffement climatique causé par le gaz carbonique, cela ne serait-il pas pire si nous conduisions tous des voitures qui avaient de la vapeur d'eau à l'échappement ?"

      https://wattsupwiththat.com/2017/09/07/the-making-of-a-climate-skeptic-at-university/

      Supprimer
  26. Energie nucléaire : rôle dans le mix énergétique bas-carbone


    le 13 décembre 2018


    La très sérieuse Union des scientifiques « préoccupés » (Union of Concerned Scientists) fut créée en 1969 par un ensemble de membres seniors du MIT. L’une des premières missions de cette organisation fut de dénoncer la course aux armements. L’UCS s’orienta ensuite vers le bannissement des armes spatiales et la préservation énergétique de la planète en prônant la diversification des sources d’énergie mais en soutenant parallèlement le développement de l’énergie nucléaire. Une grande partie des scientifiques membres de l’UCS sont en effet des ingénieurs et des professeurs spécialisés dans le domaine de la physique nucléaire et de ses applications civiles. L’UCS considère que sans énergie nucléaire il ne sera pas possible de maîtriser les émissions de carbone ni de préserver les ressources en pétrole dont une grande partie est consacrée à la chimie et le sera encore pendant de nombreuses décennies à venir. Certes le charbon constitue une alternative au pétrole pour la chimie et également pour les carburants et il existe d’immenses réserves de charbon dans le monde dont la majeure partie n’est pas exploitée ou exploitable avec les technologies actuelles.

    Cependant la montée en puissance probable des véhicules électriques va accroître la demande en énergie électrique dans des proportions difficiles à prévoir puisque les approvisionnements en lithium, cobalt et lanthanides (terres rares) constitueront également une limitation au développement massif de ces véhicules électriques.

    L’UCS a rédigé un rapport qui indique clairement que l’humanité ne pourra pas se passer d’énergie nucléaire dans les décennies à venir et qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune alternative fiable et économique et cette situation perdurera encore longtemps. Dans l’optique d’une protection du climat, approche que je me permets de contester mais qui présente au moins l’avantage de préserver les ressources en hydrocarbures liquides, le rapport de l’UCS s’est focalisé sur les centrales nucléaires des Etats-Unis mais ses recommandations sont valables pour tout autre pays. Cette organisation préconise, en dépit des problèmes de sécurité et de traitement des déchets, que les compagnies d’électricité (les « utilities ») investissent dans les centrales nucléaires existantes pour améliorer leur sécurité et permettre une exploitation prolongée. Aux USA, après inspection par les autorités de sureté, la durée de vie autorisée des réacteurs est actuellement de l’ordre de 80 ans (voir note en fin de billet).

    Pour présenter des solutions économiquement viables il est donc nécessaire de préserver le parc nucléaire existant dans le cadre du développement de tous les types d’énergies renouvelables bas carbone et le nucléaire en fait partie. Si aux USA le nucléaire ne fournit que 20 % de la totalité de l’électricité, il représente 53 % de l’ensemble des énergies renouvelables en incluant l’éthanol produit par le maïs. L’UCS reconnait que les prix très faibles du gaz naturel ont conduit les « utilities » exploitant des centrales nucléaires à faire face à des difficultés financières. Ces utilities envisagent de fermer des unités de production électro-nucléaires car elles ne sont plus rentables en regard des prix du gaz. Si l’UCS s’est toujours battue pour que la sureté des centrales nucléaires soit améliorée, bien avant l’accident de Fukushima-Daiichi, elle privilégie une approche pragmatique de ce problème. Des Etats comme Illinois, New-York et New-Jersey ont déjà décidé d’aider les utilities en ce sens et l’Ohio et la Pennsylvanie vont suivre.

    RépondreSupprimer
  27. Ces préconisations sont valables pour beaucoup d’autres pays. Par exemple les compagnies d’électricité japonaises ont investi massivement pour mettre les centrales nucléaires du pays aux nouvelles normes de sécurité post-Fukushima. Les Allemands ont décidé de quitter l’énergie nucléaire et sont devenu de ce fait les plus gros pollueurs en termes de carbone en Europe. La France est un bon élève et, malgré la pression constante des organisations et partis politiques écologiques, ce pays semble avoir compris que l’énergie nucléaire offre la seule possibilité fiable pour réduire les émissions de carbone. L’ensemble du parc électronucléaire français pourra très probablement être encore exploité pendant 50 années supplémentaires si les autorités de sureté en décident ainsi.

    Source : https://www.ucsusa.org/nuclear-power/cost-nuclear-power/retirements#.XA5WSC3-TuO , illustration Axios (www.axios.com)

    Notes. Le mot « concerned » est difficilement traduisible en français. Je rappelle que les deux réacteurs de la centrale électronucléaire de Fessenheim peuvent subvenir au rechargement d’approximativement 400000 véhicules électriques par jour de manière économique et fiable. La durée de vie de 80 ans préconisée par l’organisme fédéral de contrôle des installations nucléaires civiles concerne le réacteur lui-même. Les pompes primaires, les générateurs de vapeur et les autres accessoires présents dans l’îlot nucléaire proprement dit peuvent être changés au cours de la durée d’exploitation.

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/12/13/energie-nucleaire-role-dans-le-mix-energetique-bas-carbone/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. CAPACITÉ CALORIFIQUE des COMBUSTIBLES

      Feu de bois:.................16 MJ/kg
      Charbon: .................13/30 MJ/kg
      Gaz naturel:................ 39 MJ/m3
      Pétrole brut: ............45/46 MJ/kg
      Uranium (réacteur REP): 500.000 MJ/kg

      ------------------------

      Le 13 décembre 2018 à 10 h 51 min, Camembert Electrique a dit :
      – L’éolien et le photovoltaïque sont des énergies intermittentes et non pilotables (sauf à y adjoindre un stockage sous forme de batteries ou d’hydrogène, ce qui fera exploser leurs coûts de revient déjà hors de prix); ces énergies sont donc à oublier dans le contexte économique actuel.
      – L’hydraulique est intéressant mais dépend des cours d’eau existants et des caprices de la météo. Bon complément d’appoint, mais certainement pas l’énergie sur laquelle on construit une politique industrielle pour un pays. On oublie aussi.
      – La rentabilité des centrales à charbon est mauvaise (près de 60 % de ces centrales sont déficitaires en Europe et d’ici 2030, ce chiffre tangentera les 100 %). Bref, le charbon est cuit. On oublie aussi.
      – Restent les centrales à gaz qui dépendront d’un approvisionnement sûr et bon marché, donc de l’Iran et de la Russie…or, les USA font tout pour casser cet approvisionnement, le Parlement européen vient d’ailleurs -après un vote largement majoritaire- de s’opposer hier à la réalisation du gazoduc Nordstream 2 actuellement en cours de construction (200 km de tubes posés sur 1200). Il faudra oublier aussi.
      Quelle énergie non intermittente, pilotable et non émettrice de CO2 nous reste-t-il ? Le nucléaire. La question du choix du nucléaire ne se pose donc pas, car il n’existe aucune alternative techniquement viable et économiquement rentable. Compte-tenu de l’accroissement de la demande avec les véhicules électriques, il faudra construire un à deux EPR par an en France (durée de vie : 60 ans minimum) pendant la phase de substitution des moteurs à combustion interne par des moteurs électriques et la phase de développement de l’export d’électricité vers des pays qui se sont tirés une balle dans le pied sur le plan gestion de l’énergie comme l’Allemagne. Il faudra aussi introduire des technologies nouvelles comme les RNR pour améliorer la gestion des déchets et l’approvisionnement en matières fissiles bon marché, en nouant des partenariats industriels avec la Russie et la Chine qui sont désormais en pointe dans ce domaine.

      https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/12/13/energie-nucleaire-role-dans-le-mix-energetique-bas-carbone/

      Supprimer
  28. MR BRICOLAGE CÈDE 65 MAGASINS


    par OLIVIER SANCERRE
    13/12/2018


    L'endettement net de Mr Bricolage s'élève à 107,5 millions d'euros.

    Mr Bricolage change de modèle : en cédant 65 magasins intégrés, l’enseigne de bricolage entend concentrer ses efforts et ses ressources aux seuls franchisés.

    La franchise, c’est le nouveau mantra de Mr Bricolage. L’enseigne, qui compte 781 points de vente partout en France (Mr Bricolage, mais aussi Briconautes et affiliés), va céder 65 magasins intégrés. Ces derniers accusent en effet une « sous performance » qui pèse lourdement sur les résultats du groupe dans son ensemble. Il y aura manifestement des affaires intéressantes à faire, puisque « ce que l'on cherche, c'est de transférer ces magasins à nos franchisés, ou à de nouveaux franchisés, donc on est prêt à des conditions très avantageuses », explique Christophe Mistou, le directeur général du groupe.

    Tout pour la franchise

    Ces 65 points de vente devraient donc rester « sous la marque Mr Bricolage », ajoute le dirigeant. Le groupe mise plus que jamais sur les franchisés, et va arrêter son modèle « hybride », qui se compose de points de vente intégrés et franchisés. Il faut savoir que ces derniers possèdent leurs magasins et qu’ils sont actionnaires de l’entreprise. Et que les magasins franchisés sont plus performants que les points de vente intégrés.

    Améliorer la situation financière

    Ainsi, entre novembre 2016 et septembre 2018, les magasins de franchisés ont enregistré une progression de leur chiffre d’affaires de 1,2%, tandis que les points de vente intégrés ont enregistré une baisse de leurs ventes de 4,4% sur la même période, le tout à magasins comparables. Le groupe, qui est coté à la Bourse de Paris, présente un endettement net de 107,5 millions d’euros. La vente de ces 65 magasins va permettre d’améliorer la situation financière de l’entreprise, tout en permettant à des franchisés d’accélérer leur croissance.

    http://www.economiematin.fr/news-mr-bricolage-cede-65-magasins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Face à la cherté des produits et surtout l'absence de conseils de la part des étalagistes qui n'en on rien à foutre des merdes que vous voulez acheter, les magasins ferment face aux clients qui préfèrent Internet et ses prix comparés !

      Supprimer
  29. LE PÉTROLE BRUT CONTINUE À HÉSITER ENTRE HAUSSE ET BAISSE


    par MARIE-EVE WILSON-JAMIN
    12/12/2018


    D'ici la mi-2019, les prix à la pompe devraient donc remonter sous la pression d'un baril remontant vers les 70 dollars.

    Après deux mois de repli, les tarifs des carburants continue donc de suivre celle des cours du pétrole et devraient augmenter.

    Le pétrole devrait repartir rapidement à la hausse

    Pas le temps de se réjouir ! A peine les annonces d'Emmanuel Macron concernant la fiscalité sur les carburants faites, on apprend que le pétrole devrait repartir rapidement à la hausse. En cause, le vote de l'Opep et de la Russie qui entraîne la limitation de la production mondiale. Pour rappel, le cours du baril était tombé à des niveaux très bas ces derniers temps, à moins de 60 dollars.

    L'accord prévoit de réduire la production à hauteur de 1,2 million de barils par jour en moins avec pour effet immédiat la hausse du prix du baril de 1,6 dollar. Et comme une nouvelle mauvaise n'arrive jamais seule, selon les analystes, la hausse devrait se poursuivre jusqu'au troisième trimestre 2019 avec un baril qui devrait remonter à 70 dollars.

    Les prix devraient remonter d'ici mi-2019 avec un baril autour des 70 dollars

    Mais cette réduction de la production a été compliquée à négocier : la Russie ne voulant pas la prendre, seule, en charge en pleine période hivernale, et d'autres pays en difficulté (Venezuela, Iran, Lybie), ne pouvant pas la gérer non plus. Et, au final, pas de panique pour autant chez les automobilistes qui craignent de voir les tarifs à la pompe s’envoler : ils ne devraient pas avoir à subir une hausse trop longtemps, les marchés pouvant ne pas se contenter de cette compensation trop faible de la surproduction. ?

    D'ici la mi-2019, les prix à la pompe devraient donc remonter sous la pression d'un baril remontant vers les 70 dollars, mais les analystes estiment être encore en période de surcapacité, la faute à une production américaine élevée et à une demande un peu plus faible que la production mondiale.

    http://www.economiematin.fr/news-petrole-brut-continue-hesiter-entre-hausse-baisse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1 baril = 159 litres.
      Si le baril est à $70, le litre est à $0.44 (0,38 €/l.).
      S'il est à $50/baril = $0.31/litre (0,27€/l.).

      Supprimer
  30. Des noisettes pour la côte est des États-Unis : un triomphe de l'amélioration des plantes


    12 Décembre 2018
    par Seppi
    John Rigolizzo, Jr.*


    Je suis un producteur de noisettes raté.

    Il en va de même pour tous les autres agriculteurs qui ont essayé de faire pousser des noisetiers au New Jersey. En fait, presque personne à l'est des Rocheuses ne peut produire une bonne récolte de noisettes.

    On ne peut tout simplement pas le faire à une échelle commerciale en raison d’une maladie fongique qui sévit de manière rampante.

    Cela va changer grâce à des recherches innovantes. Des améliorations encore plus importantes pourraient être apportées, et pas seulement pour les noisetiers – si seulement nous adoptions les technologies qui en offrent la perspective.

    La plupart des gens aiment le goût des noisettes. Je le sais, surtout à Noël, quand les familles italo-américaines comme la mienne les offrent traditionnellement dans des bols de fruits secs mélangés.

    Il y a environ quatre ans, j'ai acheté quelques noisetiers. Je n'en avais jamais planté dans ma ferme, mais je ne cherchais pas à faire une nouvelle culture commerciale. Je pensais juste les planter et voir ce qui se passerait. Je suis un agriculteur, et cela était plus proche du jardinage que de l’agriculture.

    Les arbres sont morts. J'ai donc essayé à nouveau l'année suivante. Ces arbres sont morts aussi. Jusqu'à cette année, mes noisetiers n'ont jamais survécu à l'été.

    Vous connaissez probablement la définition familière de la folie : refaire toujours la même chose, en espérant obtenir un résultat différent.

    Peut-être que cette règle s'applique à moi et à mes noisetiers morts. Malgré tout, je suis toujours en train d’expérimenter. Tout au long de ma vie d'agriculteur, j'ai travaillé avec des chercheurs de l'Université Rutgers, en mettant à disposition une partie de mes terres et en donnant de mon temps pour les aider à développer de nouvelles variétés de plantes. Mon père avait fait la même chose.

    La mort de deux ou trois noisetiers pendant quelques années consécutives ne m'a pas semblé être autre chose qu'une expérience personnelle qui a échoué. Certaines personnes disent que le succès naît de l’échec, et ce n'est pas une série de petits échecs qui va me perturber. Je sais que le succès est peut-être au rendez-vous si je réessaie.

    Récemment, cependant, j'ai appris l'origine de mes problèmes : la maladie de la brûlure bactérienne de l'Est (Anisogramma anomala), le champignon qui tue la plupart des noisetiers de notre région. Je n'avais pas réalisé son agressivité ni son omniprésence. Mon expérience de la noisette était vouée à l'échec avant même d'avoir commencé.

    Maintenant, les scientifiques de Rutgers ont peut-être trouvé comment vaincre la maladie. Il y a plusieurs années, les biologistes ont importé 5.000 noisetiers du monde entier. Ils les ont plantés dans une ferme de recherche dans le New Jersey, les ont aidés à grandir et ont observé les résultats.

    RépondreSupprimer
  31. Aujourd'hui, la plupart de ces arbres souffrent de la maladie tueuse. Mais 150 d'entre eux sont exempts de maladie, ce qui suggère qu'ils présentent une résistance particulière. Leurs graines pourraient donner naissance à une nouvelle variété de noisetier pouvant croître dans le New Jersey.

    Les noisettes représentent une excellente opportunité économique. Leur popularité ne cesse de croître, en grande partie grâce à l’essor du Nutella, la pâte à tartiner qui combine su cacao et des noisettes.

    La Turquie produit actuellement environ 70 % des noisettes du monde. Les États-Unis ne représentent que 5 % des ventes mondiales, principalement des arboriculteurs de l'Oregon.

    En raison de l’innovation de Rutgers, les agriculteurs du New Jersey et d’autres régions des États-Unis pourraient être en mesure d’acquérir une plus grande part de ce marché en expansion.

    C'est un triomphe de l'amélioration des plantes traditionnelle. Malheureusement, cette méthode est aussi lente. Mes voisins et moi, dans le sud du New Jersey, avons bien cultivé plus d’une centaine de types de légumes, mais nous n’avons jamais bénéficié d’une espèce inédite. Les noisetiers seraient les premiers.

    Cela ne devrait pas être un événement unique dans une vie – du moins pas à notre époque, alors que nous voyons l'avènement de nouvelles technologies remarquables d’édition des gènes, telles que CRISPR, qui peuvent accélérer les processus classiques de sélection.

    Avec la sélection traditionnelle, les essais prennent des années, car il faut attendre que les plantes poussent, grandissent et produisent leurs propres graines.

    Très bientôt, nous aurons des outils qui nous permettront d'appuyer sur le bouton d'avance rapide. Nous gagnerons rapidement en connaissances en matière de science des plantes et en capacité à lutter contre les maladies, les mauvaises herbes et les ravageurs.

    Nous aurons toujours des échecs, mais bientôt nous verrons des fermes de noisettes dans le New Jersey – et beaucoup d’autres succès également.

    http://seppi.over-blog.com/2018/12/des-noisettes-pour-la-cote-est-des-etats-unis-un-triomphe-de-l-amelioration-des-plantes.html

    RépondreSupprimer
  32. Gros clap de fin scientifique et petit clap de fin médiatique (pour l'instant) pour l'« affaire Séralini »


    12 Décembre 2018
    par Seppi


    - voir photos de tats sur site -
    (Source) La photo – qui a fait le tour du monde – est assortie d'une légende :
    « RAT DE GAUCHE : régime constitué de maïs OGM non traité au Roundup. Après 497 jours apparaît un adénocarcinome mammaire. RAT DU MILIEU : même menu, accompagné d'un traitement au Roundup. Fibroadénome et adénocarcinome au 546e jour. RAT DE DROITE : pas d'OGM, mais une eau contaminée au Roundup à 0,5%. Fibroadénomes aux 525e et 577e jours, plus adénome hépatique. ( (Gilles-Éric Séralini)) »
    Mais où est le rat témoin ?

    On ne peut que se réjouir et se lamenter – à la fois – à la lecture de « OGM-poisons ? La vraie fin de l’affaire Séralini », de M. Sylvestre Huet sur le blog {Sciences2}.

    Se réjouir...

    Se réjouir parce que c'est un excellent article d'un journaliste scientifique reconnu (on peut toutefois ne pas partager tous ses points de vues).

    Il a tiré profit de la publication, le 10 décembre 2018, de « The GMO90+ project: absence of evidence for biologically meaningful effects of genetically modified maize based-diets on Wistar rats after 6-months feeding comparative trial » (le projet GMO90+ : absence de preuves d'effets biologiquement significatifs des régimes alimentaires à base de maïs génétiquement modifiés sur des rats Wistar après un essai comparatif d'alimentation d'une durée de 6 mois) de Xavier Coumoul et al.

    Et il tire un trait – qui ne sera ni suffisant, ni final, car le rationaliste est quasi désarmé face à l'aveuglement et l'obstination de l'activiste – sur l'« affaire Séralini ». L'entrée en matière :

    « Vous souvenez-vous ? Ces images spectaculaires de rats atteints de cancers envahissants, si gros qu’en en voit les boules sous le poil. Exhibés à la télévision. Diffusés en film, livre, articles retentissants. Et de cette formidable campagne de presse lancé par le titre choc de l’Obs : "Oui, les OGM sont des poisons".

    Oui, vous vous souvenez. Mais savez-vous que le 10 décembre, la revue Toxicology Sciences a publié l’un des articles de recherche montrant qu’il s’agissait d’une infox ? Certainement pas.

    ...et se lamenter

    Se lamenter pour la raison évoquée dans le paragraphe précédent, augmentée de la constatation que l'analyse de M. Sylvestre Huet paraît dans un blog, certes hébergé par le Monde, mais pas dans le journal qui fut de référence.

    Nos « amis » du Monde Planète, si prompts à publier dès la sortie d'un article scientifique (et même avant...) ont dû avoir une panne généralisée d'ordinateur... ou étaient bien trop occupés à faire la promotion des régimes alimentaires sans viande pour le plus grand profit allégué de la planète et de sa survie, paraît-il menacée.

    « Rêvons un peu »

    M. Sylvestre Huet pointe ce problème avec humour et tristesse :

    RépondreSupprimer
  33. « Rêvons un peu

    Avant d’en venir à ces expériences et de leurs résultats, rêvons un peu. Rêvons que les journaux, radios, télévisions, journalistes et ONG ou responsables politiques qui ont en chœur assuré à leurs publics, lecteurs, électeurs et militants que Gilles-Eric Séralini avait "prouvé" que "les OGM" sont des "poisons" mortels, vont consacrer autant d’efforts, de temps de paroles, de longueur d’articles et de propos publics à annoncer cette nouvelle désormais bien établie.

    Ce rêve n’a aucune chance de se réaliser. Ces actions ne sont susceptibles de rapporter aucune voix lors d’une élection, aucun soutien d’une opinion publique à des candidats aux postes électifs plus motivés par leurs conquêtes que par la qualité du débat public. Côté presse non plus : ce type d’information normale, a-t-on appris dans les écoles de journalisme, "ne fait pas vendre". L’homme qui mord un chien, c’est une info, mais si c’est un chien qui mord un homme, c’est une info seulement s’il en meurt. Une plante transgénique qui tue, c’est une information; elle se contente de nourrir, ce n’en est pas une. Et les près de 98 % des journalistes qui ont écrit sur cette affaire sans lire l’article originel de G-E Séralini ne vont pas plus lire les résultats de ces expériences ni se voir incité à les présenter par des rédactions en chef qui n’y verront pas le motif d’un titre bien saignant.

    Donc, cessons de rêver. Et informons.

    Quatre expériences ont été conduites. Trois européennes et une française. [...] »

    Sachons toutefois gré au Monde d'avoir référencé l'article de M. Sylvestre Huet sur la page d'accueil de la rubrique Planète.

    Il a retweeté.

    La dissymétrie des faits scientifiques et des argumentations : une preuve de nocivité suffit, l'absence de preuve de nocivité n'est souvent pas une preuve de l'absence d'innocuité

    M. Sylvestre Huet informe donc, et bien. Encore une fois, on peut ne pas partager tous ses points de vue et critiquer telle ou telle assertion (par exemple sur les résistances au glyphosate, ou à tout autre herbicide du reste).

    Prenons un exemple anodin pour illustrer les difficultés à faire prévaloir la raison sur l'émotion :

    « Dire que ces expériences prouvent que "Les OGM ne sont pas des poisons" serait une ânerie de même calibre que l’affirmation inverse du Nouvel Observateur en septembre 2012. Elles montrent seulement que les plantes transgéniques testées, et uniquement celles-là, ne sont pas des poisons. »

    Non, ces expériences n'ont montré que le fait que leurs auteurs n'ont pas trouvé de preuves d'effet nocif. « Absence de preuve ne vaut pas preuve de l'absence. » L'activisme, y compris la science parallèle, a donc tout le loisir de prétendre que ces trois études ne sont pas suffisantes, ne démontrent rien et n'infirment pas ses résultats passés, ni à venir.

    C'est du reste, un des fondements de la « réponse » du CRIIGEN à des articles précédents du Figaro, dans « Etude "Séralini 2012" : Comparer ce qui est comparable ! 4 juin 2018 ». Le CRIIGEN a osé écrire : « Ces résultats [de l'étude Séralini] demeurent dans le corpus scientifique, et n’ont jamais été remis en cause ni infirmés. »

    RépondreSupprimer
  34. Le Figaro (et quelques autres) il y a cinq mois...

    Car il y eut une tentative du Figaro, il y a quelque cinq mois, d'attirer l'attention du public sur ces trois études qui, si elles n'invalident pas directement l'étude Séralini (invalidée par ailleurs quoi qu'en disent les activistes), jettent de gros pavés dans la mare des marchands d'apocalypse. Le Figaro osa même un titre incendiaire : « Lien entre OGM et cancer : l'étude était fausse ».

    La réponse médiatique a été plutôt modeste (voir sur ce site notamment « OGM, Gilles-Éric Séralini, trois études d'envergure et les médias : les "mute news").

    L'Obs s'est distingué en tendant le micro à M. Gilles-Éric Séralini pour un pitoyable « Séralini : "On détourne des fonds publics pour discréditer mes travaux sur les OGM !" » que nous avons longuement démonté (la loi de Brandolini...) dans « OGM, Gilles-Éric Séralini, trois études d'envergure et l'Obs : le nouveau scandale », ainsi que dans la section « commentaires » de l'Obs.

    La réaction de M. Gilles-Éric Séralini avait ceci d'extraordinaire que, quand il a été acculé à admettre que, tout bien considéré, son expérience n'était peut-être pas au top du top, il a chaudement applaudi à l'idée de refaire les essais. Il avait même participé à des travaux préparatoires pour se retirer vite fait au motif que l'objectif était de « discréditer ses travaux ».

    Et maintenant ? Allô, les médias...

    Les voilà donc infirmés, au moins en pratique, par des résultats maintenant disponibles sous la forme d'une publication scientifique. Et voilà l'« affaire Séralini » revenue sur le tapis médiatique, fût-ce par l'intermédiaire d'un blog, mais d'un blog dont l'auteur jouit d'une excellente réputation :

    « Cela [conduire des expériences "vie entière"] a t-il été fait ? Oui. Au prix d’environ 15 millions d’euros dépensés par la Commission Européenne et la France et de milliers de rats de laboratoire. Par trois expériences différentes et indépendantes. Beaucoup mieux préparées et conduites que celle de Gilles-Eric Séralini. Et pour quel résultat ? Allons droit au but, comme à l’Olympique de Marseille : RAS. Rien à signaler côté santé des rats qu’ils soient nourris 90 jours, un an ou deux ans, avec des maïs transgéniques (tant pour le maïs tolérant au glyphosate que pour celui produisant son propre insecticide). Il y a certes quelques signaux dans l’expérience française, mais plus liés à des différences entre variétés de grains utilisés, pas vraiment entre maïs transgéniques et non transgéniques. »

    Que feront les médias de ce nouveau signal ? À l'heure où nous écrivons, c'est le grand silence... Non, ce n'est pas du calibre de « [l]homme qui mord un chien »... Et l'homme qui est ainsi mordu, sur le plan de la crédibilité scientifique, est loin d'être mort sur le plan de l'activisme.

    Et pendant ce temps, l'activisme continue

    Nous avons trouvé d'Ouest France, « Calvados. Pour trouver du glyphosate, ils veulent étudier nos cheveux », la nouvelle action d'instrumentalisation de la justice par un groupe activiste dont le journal relaie complaisamment le plan d'action (en gras dans l'original) :

    « Ce samedi, le collectif organise une réunion publique et présentera son plan d’action pour le premier trimestre 2019. "En plus des tests, une conférence en présence du biologiste Gilles-Eric Séralini, impliqué dans le projet, et de l’agronome Marc Dufumier, est prévue le 26 janvier. L’objet de notre collectif et de la future association, c’est aussi de sensibiliser la société civile, les agriculteurs et les élus à ces questions." »

    RépondreSupprimer
  35. « OGM-poisons ? La vraie fin de l’affaire Séralini », a écrit M. Sylvestre Huet ? Non, c'est sans fin. Et c'est grave pour la France et son avenir.

    Le résumé de l'étude GMO90+

    Nous découpons en paragraphes :

    « Le projet GMO90 + a été conçu pour identifier des biomarqueurs d’exposition ou d’effets sur la santé chez des rats Wistar Han RCC exposés par leur régime alimentaire à deux plantes génétiquement modifiées (PGM) et pour évaluer des informations supplémentaires au moyen de techniques métabolomiques et transcriptomiques.

    Les rats ont été nourris pendant six mois avec 8 aliments à base de maïs contenant 33 % de grains de MON810 (11 % et 33 %) ou de NK603 (11 % et 33 % avec ou sans traitement au glyphosate) ou de leurs témoins quasi isogéniques correspondants. Des analyses chimiques et ciblées approfondies entreprises pour évaluer chaque régime ont montré qu'ils pouvaient être utilisés pour l'essai d'alimentation.

    Les rats ont été autopsiés au bout de trois et six mois. Sur la base de la ligne directrice 408 de l'OCDE, les paramètres testés ont montré un nombre limité de différences significatives dans les comparaisons par paires, très peu concernant les PGM par rapport aux non-PGM. Dans de tels cas, aucune pertinence biologique n'a pu être établie en raison de l'absence de différence pour les variables liées biologiquement, les effets dose-réponse ou les troubles cliniques.

    Aucune altération de la fonction de reproduction ou de la physiologie rénale n'a été trouvée. Des analyses métabolomiques des fluides (sang, urine) ont été effectuées après 3, 4,5 et 6 mois.

    Des analyses transcriptomiques sur les organes (foie, reins) ont été effectuées après 3 et 6 mois. Là encore, parmi les différences significatives dans les comparaisons par paires, aucun effet PGM n'a été observé, au contraire de la variété de maïs et du site de culture. En effet, sur la base des données transcriptomiques et métabolomiques, nous avons pu différencier les régimes à base de MON et les régimes à base de NK.

    En conclusion, en utilisant ce plan expérimental, aucun biomarqueur d'effet néfaste sur la santé ne peut être attribué à la consommation de régimes PGM par rapport à la consommation de témoins quasi isogéniques non-PGM. »

    http://seppi.over-blog.com/2018/12/gros-clap-de-fin-scientifique-et-petit-clap-de-fin-mediatique-pour-l-instant-pour-l-affaire-seralini.html

    RépondreSupprimer
  36. « Start-up d'État glyphosate » : la kermesse continue


    13 Décembre 2018
    par Seppi


    Le compteur vient de se débloquer après une longue période d'hibernation: + 1. Mais la carte des départements reste inchangée !

    Non, le glyphosate (et les pesticides en général) n'est pas une obsession. En revanche, la capacité des agriculteurs français à répondre à leur mission de produire notre nourriture (et de contribuer à celle de nos voisins et amis), d'assurer notre souveraineté et sécurité alimentaires dans un monde toujours plus chaotique, de gérer une grande partie de notre environnement, de répondre à des enjeux économiques, sociaux et stratégiques vitaux, est une vraie préoccupation.

    Et la dérive autoritaire récente teintée dans ce cas précis d'obscurantisme et d'illibéralisme « verts » est un souci majeur.

    Au fond du trou... il creuse

    Rappelons brièvement que, l'Union Européenne (les États membres, pas la Commission) ayant décidé le 27 novembre 2017 de renouveler l'autorisation du glyphosate pour cinq ans, le Président Emmanuel Macron – fort habile de ses mains sur un clavier de smartphone mais fort mal connecté au niveau neuronal – a décrété que la France allait « sortir du glyphosate » en trois ans, donc d'ici fin 2020 (selon les derniers écrits, ce seraient maintenant la mi-2021).

    Le 9 octobre 2018, il a annoncé la création d'une « start-up d'État », en théorie pour aider les agriculteurs à réaliser son ambition à lui. « L’agriculture a déjà connu de grandes transitions dans son histoire, sortir du glyphosate en trois ans en fera partie » sera-t-il écrit plus tard... Facile à dire quand le défi est pour les autres, et franchement méprisant pour la profession.

    Cette « start-up d'État » s'est matérialisée le 22 novembre 2018 sous la forme d'un site web, Glyphosate, objectif 2020, qui s'est révélé être un infomercial à la gloire du caprice présidentiel, un publireportage à l'intention d'une population déconnectée des réalités de l'agriculture, et surtout un instrument de coercition et de stigmatisation des agriculteurs qui oseraient braver la toute-puissance jupitérienne.

    « Une escroquerie » selon la Coordination Rurale

    À l'instar de la FNSEA et des JA (les Jeunes Agriculteurs) – les syndicats agricoles majoritaires en France parce que les agriculteurs votent majoritairement pour eux –, la Coordination Rurale s'est insurgée le 26 novembre 2018, sous un titre qui devrait alerter nos Excellences : « www.glyphosate.gouv.fr ou comment conjuguer com’ et escroquerie ! ».

    Insistons : « Une initiative du Président de la République » est qualifiée – à juste titre – d'escroquerie. Le constat est aussi accablant :

    « Gère-t-on une exploitation agricole comme on gère une start-up dans le domaine du numérique ? Évidemment, non. L’agronomie se raisonne sur un temps assez long et il faut parfois des années pour parvenir à changer son système de production.

    RépondreSupprimer
  37. […]

    Laisser croire que tout le monde peut y arriver parce que quelques uns y parviennent (non sans grande difficulté) relève non seulement d’une méconnaissance profonde de l’agriculture et de la nature mais aussi de l’escroquerie intellectuelle!

    [...]

    Sur le site Internet https://www.glyphosate.gouv.fr/, les agriculteurs déjà "sortis" ou "engagés à sortir d’ici 2020" doivent signaler leurs parcelles. Mais qu’adviendra-t-il aux agriculteurs qui ne se seront pas inscrits sur ce site ? On peut y voir une forme de dénonciation inversée ou un instrument de pression sur les agriculteurs récalcitrants.

    Pourtant, même si ce n’est pas écologiquement correct de l’écrire, en l’état actuel des connaissances agronomiques, le glyphosate contribue à préserver la vie du sol, grâce aux techniques de l’agriculture de conservation ou de l’agroécologie.

    Comme pour tous les autres produits phytosanitaires, il est certes souhaitable de réduire son utilisation mais cet herbicide reste indispensable dans certains cas et aucune start-up de communication ne pourra y faire quoi que ce soit d’autre que désinformer et continuer à jeter l’opprobre sur les agriculteurs. »

    Des compteurs bloqués, témoins d'une vive résistance

    Ajoutons qu'une déclaration (la France Agricole – réservé aux abonnés) de Mme Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, laisse entendre qu'il était bien de l'intention de la cellule de l'Élysée de publier une carte à la parcelle, ce qui aurait permis de désigner les récalcitrants à la vindicte publique !

    Il n'était pas nécessaire pour la FNSEA d'appeler au boycott du site. Les agriculteurs ont dans l'immense majorité compris qu'il s'agissait d'un guet-apens : le compteur des agriculteurs ayant annoncé qu'ils sont « sortis du glyphosate » était bloqué à 9 jusqu'à ce matin ; celui des agriculteurs s'engageant à en sortir d'ici fin 2020 (quand le glyphosate sera de toute manière interdit si le Président de la République s'obstine), l'est à 2...

    Un « témoin » témoigne, mais sur Terre-Net, et comment...

    Le "témoignage" non autorisé, rétiré

    Le site présidentiel a tout de même un peu évolué. Dans notre billet précédent, nous avions laissé entendre que des « témoignages » n'avaient pas été autorisés. C'est confirmé... plus que confirmé ! M. Guillaume Joubert a longuement expliqué ses itinéraires culturaux – et le caractère impératif du glyphosate pour de bonnes pratiques agricoles et environnementales – sur Terre-Net dans « Au contraire de ce qui est suggéré, je ne m’engage pas à sortir du glyphosate ». Nos autorités gouvernementales entendront-elles cet agriculteur, nullement arc-bouté sur les « béquilles chimiques » selon une expression à la mode chez les contempteurs de l'agriculture qui nous nourrit, puisqu'il est aussi engagé en bio pour ses activités maraîchères ?

    « [...] "J’ai divisé par trois la traction dans mes champs, et donc ma consommation de fuel. J’utilise deux fois moins d’engrais azoté et je n’utilise plus d’engrais de fond. Je n’ai plus de problème d’érosion, j’ai des lombrics dans mes champs, ça nourrit les oiseaux et ça alimente la biodiversité. Je stocke davantage de carbone."

    RépondreSupprimer
  38. "Que veut-on de plus ?", réagit-il. "L’État va me mettre dans une impasse. J’utilise le glyphosate seulement si je ne peux pas faire autrement. Mais si on me l’interdit, je tire un trait sur dix ans de pratiques et je devrais recommencer le travail du sol." »

    Le témoignage sur Terre-Net

    Son « témoignage » – d'une autre teneur – a été retiré du site, tout comme celui d'un agriculteur des Pyrénées-Atlantiques qui disait tester l'agriculture biologique sans labour. Quelle valeur un tel « témoignage » ? L'agriculture biologique s'interdit les herbicides et s'autorise toutes les méthodes alternatives quels qu'en soient le coût et les conséquences environnementales (quoi qu'en disent ses thuriféraires). De toute manière, il n'apprenait rien aux candidats à la sortie du glyphosate.

    Le deuxième "témoignage" retiré.

    Il reste aujourd'hui sept « témoignages », dont quatre de gestionnaires d'exploitations liées à des établissements d'enseignement agricole... et non liées par des impératifs de rentabilité. Dont un anonyme, ce qui nous permettra de le critiquer sans mettre une personne nommément en cause : il est incompréhensible :

    « La présence d’une seconde culture de printemps dans la rotatio

    http://seppi.over-blog.com/2018/12/start-up-d-etat-glyphosate-la-kermesse-continue.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ce lobbying est fait contre le désherbant qui ose tuer les mauvaises herbes et laisse pousser le blé ! Tout cela est fait pour désoler les petits jardiniers amateurs de se lancer dans 'le carré de fraises' devant la porte plutôt que d'aller en acheter aux supermarchés où ce sont des produits importés et traités avec des pesticides explosifs ! Hahahaha !

      Rassurez-vous, les paysans n'écoutent pas ces politiques de merde dites 'vertes' mais qui en réalité sont marron !

      Supprimer
  39. Conditions d'utilisation de youtube

    Règlement de la communauté

    Cette mise à jour de nos Conditions d’utilisation prend effet à compter du 22 janvier 2019. A compter de cette date, le Service, tel que défini aux termes de ces Conditions d’utilisation, sera fourni par Google Ireland Limited.

    Nous mettons également à jour Conditions d’Utilisation des Contenus Payants de YouTube afin de prendre en compte le changement de fournisseur de Service. Parallèlement, les Règles de confidentialité de Google seront mises à jour afin de préciser que Google Ireland Limited sera le responsable de traitement de vos données à caractère personnel, en conformité avec la réglementation relative au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel.

    Conditions d'utilisation

    1. Votre relation avec YouTube
    1.1 L'utilisation du site Internet YouTube (le « Site Internet ») et de tous les produits, chaînes, logiciels, données et services YouTube, y compris le lecteur vidéo YouTube qui pourrait y être intégré (le « Lecteur YouTube »), fournis sur le site Internet YouTube ou par son intermédiaire (collectivement désignés par le « Service »), sont soumis aux termes d'un contrat qui vous lie à YouTube. « YouTube » désigne l’entité fournissant le Service dans l’Espace Économique Européen (EEE) et en Suisse, c’est-à-dire Google Ireland Limited, une société immatriculée et opérant en Irlande sous le numéro 368047, dont le siège social est situé à Gordon House, Barrow Street, Dublin 4, Ireland.

    1.2 Ce contrat ayant force obligatoire entre vous et YouTube comprend (A) les conditions générales prévues aux présentes, (B) le Règlement de la Communauté YouTube (disponible à l'adresse http://www.youtube.com/t/community_guidelines) (désignés collectivement les « Conditions »).

    1.3 Les Conditions ont force obligatoire entre vous et YouTube relativement à l'utilisation du Service. Notre politique de confidentialité précise comment nous traitons vos données personnelles et comment nous protégeons votre vie privée quand vous utilisez le Service. Il est important que vous lisiez attentivement les Conditions d’utilisation et les Règles de confidentialité.

    1.4 Les Conditions s'appliquent à tous les utilisateurs du Service, y compris les utilisateurs qui fournissent à YouTube du Contenu sur le Service. Le « Contenu » comprend le texte, le logiciel, les scripts, les graphiques, les photos, les sons, la musique, les vidéos, les combinaisons audiovisuelles, les fonctionnalités interactives et les autres matériels que vous pouvez visualiser, auxquels vous pouvez accéder ou contribuer, dans le cadre du Service.

    2. Acceptation des Conditions
    2.1 Pour utiliser le Service, vous devez, au préalable, accepter les Conditions. Si vous ne les acceptez pas, vous ne pourrez pas utiliser le Service.

    2.2 Votre utilisation du Service vaudra acceptation des présentes Conditions. Vous reconnaissez et acceptez que YouTube puisse considérer votre utilisation du Service comme une acceptation de ses Conditions, et ce dès leur utilisation.

    2.3 Vous ne pouvez ni utiliser le Service ni accepter les Conditions si (a) vous n'avez pas la majorité légale requise pour conclure un contrat avec YouTube, ou (b) si les lois de votre pays de résidence ou du pays à partir duquel vous accédez au Service ou l’utilisez vous interdisent de recevoir ou d'utiliser le Service ou en prohibent la réception ou l’utilisation.

    RépondreSupprimer
  40. 2.4 Nous vous conseillons d'imprimer ou d'enregistrer localement une copie de ces Conditions pour vos archives.

    3. Modifications des Conditions
    3.1 YouTube se réserve le droit de modifier périodiquement les Conditions, par exemple pour les adapter aux modifications législatives et réglementaires, ou modifier les fonctionnalités proposées dans le cadre du Service. Par conséquent, vous devez consulter régulièrement ces Conditions pour être informé des modifications effectuées. En cas de modification, la version modifiée des Conditions (les « Conditions Modifiées ») sera publiée à l’adresse http://www.youtube.com/t/terms ou disponible via le Service (pour chaque nouvelle modification). Si vous n’acceptez pas les Conditions Modifiées, vous devez cesser d’utiliser le Service. Continuer d’utiliser le Service au-delà de la date de publication des Conditions Modifiées vaudra acceptation des Conditions Modifiées.

    4. Comptes YouTube
    4.1 Pour accéder aux fonctionnalités du Site Internet ou à d'autres éléments du Service, vous devez créer un compte YouTube. Lorsque vous créez votre compte, vous devez fournir des informations complètes et exactes. Veillez à préserver la sécurité et la confidentialité de votre mot de passe.

    4.2 Vous devez avertir immédiatement YouTube de toute entrave à la sécurité ou de toute utilisation non autorisée de votre compte YouTube dont vous auriez connaissance.

    4.3 Vous reconnaissez que vous êtes seul responsable (envers YouTube et tout tiers) de toute activité effectuée à partir de votre compte YouTube.

    5. Restrictions générales d'utilisation
    5.1 YouTube vous autorise par les présentes à accéder et à utiliser le Service, sous réserve du respect des conditions suivantes. Vous reconnaissez que le non-respect de l'une d'elles constitue, de votre part, un manquement aux présentes Conditions :

    vous vous engagez à ne pas distribuer tout ou partie du Site Internet ou du Service, notamment le Contenu, sur tout support, sans l'autorisation préalable écrite de YouTube, sauf si YouTube fournit les moyens d’une telle distribution via une fonctionnalité offerte dans le cadre du Service (comme par exemple le Lecteur YouTube) ;
    vous vous engagez à ne pas modifier ni altérer toute partie du Site Internet ou du Service (notamment, le Lecteur YouTube et les technologies associées);
    vous vous engagez à ne pas accéder au Contenu par quelque moyen que ce soit autre que les pages de lecture vidéo du Site Internet lui-même, le Lecteur YouTube ou tout autre moyen que YouTube peut explicitement désigner à cet effet ;
    vous vous engagez à ne pas tenter et à vous abstenir de contourner, désactiver ou perturber de toute autre manière toute fonction du Service liée à la sécurité ou (i) empêchant ou restreignant l'utilisation ou la copie du Contenu ou (ii) imposant des limitations sur l'utilisation du Service ou du Contenu accessible sur le Service ;
    vous vous engagez à ne pas utiliser le Service (y compris le Lecteur YouTube) dans l’un des buts commerciaux suivants, sans l'autorisation préalable écrite de YouTube: (i) la vente de l'accès au Service ; (ii) la vente de publicité, promotions et de sponsoring placés sur ou dans le Service ou le Contenu ; (iii) la vente de publicité, promotions et de sponsoring sur toute page de tout blog ou site web recevant de la publicité et comportant le Contenu fourni via le Service, sauf si d’autres éléments n’ayant pas été fournis par YouTube apparaissent sur la même page et ont une valeur suffisante pour justifier cette vente.

    RépondreSupprimer
  41. 2.4 Nous vous conseillons d'imprimer ou d'enregistrer localement une copie de ces Conditions pour vos archives.

    3. Modifications des Conditions
    3.1 YouTube se réserve le droit de modifier périodiquement les Conditions, par exemple pour les adapter aux modifications législatives et réglementaires, ou modifier les fonctionnalités proposées dans le cadre du Service. Par conséquent, vous devez consulter régulièrement ces Conditions pour être informé des modifications effectuées. En cas de modification, la version modifiée des Conditions (les « Conditions Modifiées ») sera publiée à l’adresse http://www.youtube.com/t/terms ou disponible via le Service (pour chaque nouvelle modification). Si vous n’acceptez pas les Conditions Modifiées, vous devez cesser d’utiliser le Service. Continuer d’utiliser le Service au-delà de la date de publication des Conditions Modifiées vaudra acceptation des Conditions Modifiées.

    4. Comptes YouTube
    4.1 Pour accéder aux fonctionnalités du Site Internet ou à d'autres éléments du Service, vous devez créer un compte YouTube. Lorsque vous créez votre compte, vous devez fournir des informations complètes et exactes. Veillez à préserver la sécurité et la confidentialité de votre mot de passe.

    4.2 Vous devez avertir immédiatement YouTube de toute entrave à la sécurité ou de toute utilisation non autorisée de votre compte YouTube dont vous auriez connaissance.

    4.3 Vous reconnaissez que vous êtes seul responsable (envers YouTube et tout tiers) de toute activité effectuée à partir de votre compte YouTube.

    5. Restrictions générales d'utilisation
    5.1 YouTube vous autorise par les présentes à accéder et à utiliser le Service, sous réserve du respect des conditions suivantes. Vous reconnaissez que le non-respect de l'une d'elles constitue, de votre part, un manquement aux présentes Conditions :

    vous vous engagez à ne pas distribuer tout ou partie du Site Internet ou du Service, notamment le Contenu, sur tout support, sans l'autorisation préalable écrite de YouTube, sauf si YouTube fournit les moyens d’une telle distribution via une fonctionnalité offerte dans le cadre du Service (comme par exemple le Lecteur YouTube) ;
    vous vous engagez à ne pas modifier ni altérer toute partie du Site Internet ou du Service (notamment, le Lecteur YouTube et les technologies associées);
    vous vous engagez à ne pas accéder au Contenu par quelque moyen que ce soit autre que les pages de lecture vidéo du Site Internet lui-même, le Lecteur YouTube ou tout autre moyen que YouTube peut explicitement désigner à cet effet ;
    vous vous engagez à ne pas tenter et à vous abstenir de contourner, désactiver ou perturber de toute autre manière toute fonction du Service liée à la sécurité ou (i) empêchant ou restreignant l'utilisation ou la copie du Contenu ou (ii) imposant des limitations sur l'utilisation du Service ou du Contenu accessible sur le Service ;
    vous vous engagez à ne pas utiliser le Service (y compris le Lecteur YouTube) dans l’un des buts commerciaux suivants, sans l'autorisation préalable écrite de YouTube: (i) la vente de l'accès au Service ; (ii) la vente de publicité, promotions et de sponsoring placés sur ou dans le Service ou le Contenu ; (iii) la vente de publicité, promotions et de sponsoring sur toute page de tout blog ou site web recevant de la publicité et comportant le Contenu fourni via le Service, sauf si d’autres éléments n’ayant pas été fournis par YouTube apparaissent sur la même page et ont une valeur suffisante pour justifier cette vente.

    RépondreSupprimer
  42. 2.4 Nous vous conseillons d'imprimer ou d'enregistrer localement une copie de ces Conditions pour vos archives.

    3. Modifications des Conditions
    3.1 YouTube se réserve le droit de modifier périodiquement les Conditions, par exemple pour les adapter aux modifications législatives et réglementaires, ou modifier les fonctionnalités proposées dans le cadre du Service. Par conséquent, vous devez consulter régulièrement ces Conditions pour être informé des modifications effectuées. En cas de modification, la version modifiée des Conditions (les « Conditions Modifiées ») sera publiée à l’adresse http://www.youtube.com/t/terms ou disponible via le Service (pour chaque nouvelle modification). Si vous n’acceptez pas les Conditions Modifiées, vous devez cesser d’utiliser le Service. Continuer d’utiliser le Service au-delà de la date de publication des Conditions Modifiées vaudra acceptation des Conditions Modifiées.

    4. Comptes YouTube
    4.1 Pour accéder aux fonctionnalités du Site Internet ou à d'autres éléments du Service, vous devez créer un compte YouTube. Lorsque vous créez votre compte, vous devez fournir des informations complètes et exactes. Veillez à préserver la sécurité et la confidentialité de votre mot de passe.

    4.2 Vous devez avertir immédiatement YouTube de toute entrave à la sécurité ou de toute utilisation non autorisée de votre compte YouTube dont vous auriez connaissance.

    4.3 Vous reconnaissez que vous êtes seul responsable (envers YouTube et tout tiers) de toute activité effectuée à partir de votre compte YouTube.

    5. Restrictions générales d'utilisation
    5.1 YouTube vous autorise par les présentes à accéder et à utiliser le Service, sous réserve du respect des conditions suivantes. Vous reconnaissez que le non-respect de l'une d'elles constitue, de votre part, un manquement aux présentes Conditions :

    vous vous engagez à ne pas distribuer tout ou partie du Site Internet ou du Service, notamment le Contenu, sur tout support, sans l'autorisation préalable écrite de YouTube, sauf si YouTube fournit les moyens d’une telle distribution via une fonctionnalité offerte dans le cadre du Service (comme par exemple le Lecteur YouTube) ;
    vous vous engagez à ne pas modifier ni altérer toute partie du Site Internet ou du Service (notamment, le Lecteur YouTube et les technologies associées);
    vous vous engagez à ne pas accéder au Contenu par quelque moyen que ce soit autre que les pages de lecture vidéo du Site Internet lui-même, le Lecteur YouTube ou tout autre moyen que YouTube peut explicitement désigner à cet effet ;
    vous vous engagez à ne pas tenter et à vous abstenir de contourner, désactiver ou perturber de toute autre manière toute fonction du Service liée à la sécurité ou (i) empêchant ou restreignant l'utilisation ou la copie du Contenu ou (ii) imposant des limitations sur l'utilisation du Service ou du Contenu accessible sur le Service ;
    vous vous engagez à ne pas utiliser le Service (y compris le Lecteur YouTube) dans l’un des buts commerciaux suivants, sans l'autorisation préalable écrite de YouTube: (i) la vente de l'accès au Service ; (ii) la vente de publicité, promotions et de sponsoring placés sur ou dans le Service ou le Contenu ; (iii) la vente de publicité, promotions et de sponsoring sur toute page de tout blog ou site web recevant de la publicité et comportant le Contenu fourni via le Service, sauf si d’autres éléments n’ayant pas été fournis par YouTube apparaissent sur la même page et ont une valeur suffisante pour justifier cette vente

    RépondreSupprimer
  43. 5.6 Vous reconnaissez que vous êtes seul responsable (et que YouTube n'a aucune responsabilité envers vous ou tout tiers) de tout manquement à vos obligations en vertu des Conditions et des conséquences de ce manquement (y compris les pertes et les dommages subis par YouTube).

    6. Politique de protection des droits d'auteur
    6.1 YouTube met en œuvre une politique claire de protection des droits d'auteur pour tout Contenu pour lequel un tiers nous aurait fait part d’une violation de ses droits d’auteur. Pour de plus amples détails concernant cette politique de protection des droits d'auteur, veuillez vous rendre à l'adresse http://www.youtube.com/t/copyright_notice.

    6.2 Dans le cadre de la politique de protection des droits d'auteur de YouTube, YouTube mettra fin à l'accès au Service d’un utilisateur, si celui-ci est un contrefacteur récidiviste. Un contrefacteur récidiviste est un utilisateur ayant été avisé à plus de deux reprises d'une activité présumée de contrefaçon, suite à une notification émanant d’un tiers.

    7. Contenu
    7.1 En tant que détenteur d'un compte YouTube, vous pouvez soumettre du Contenu. Vous reconnaissez que YouTube ne garantit pas la confidentialité du Contenu, que celui-ci soit ou non diffusé.

    7.2 Vous conservez tous vos droits de propriété intellectuelle sur votre Contenu, mais vous êtes tenu de concéder des droits limités à YouTube et aux autres utilisateurs du Service. Ces droits sont décrits à l'article 8 de ces Conditions (intitulé « Les droits que vous concédez »).

    7.3 Vous reconnaissez et acceptez que vous êtes seul responsable de votre propre Contenu et des conséquences de sa diffusion. YouTube ne cautionne aucun Contenu, ou opinion, recommandation ou avis exprimé dans celui-ci, et YouTube décline expressément toute responsabilité relative à ce Contenu.

    7.4 Vous déclarez et garantissez que vous disposez (et continuerez à disposer pendant l'utilisation du Service) de tous les droits, licences, consentements et autorisations nécessaires pour permettre à YouTube d'utiliser votre Contenu dans le but d'offrir son Service et plus généralement dans les conditions envisagées par les présentes Conditions et le Service.

    7.5 Vous vous engagez à ce que votre conduite sur le Site Internet (et l’ensemble de votre Contenu) respecte les Règles de la Communauté YouTube, disponibles à l'adresse http://www.youtube.com/t/community_guidelines et régulièrement mises à jour.

    7.6 Vous vous engagez à ne pas mettre en ligne ni diffuser un Contenu comportant des éléments que vous n'êtes pas légalement autorisé à détenir dans votre pays de résidence ou que YouTube ne pourrait légalement utiliser ou détenir, pour la fourniture du Service.

    7.7 Vous vous engagez à ne pas soumettre au Service du Contenu sur lequel des tiers détiennent des droits (y compris le droit de propriété, le droit au respect de la vie privée et le droit à l'image), sauf si vous avez obtenu du tiers concerné l'autorisation formelle de diffuser les données en cause et de concéder à YouTube les droits spécifiés à l'article 8.1 ci-dessous.

    RépondreSupprimer
  44. 7.8 S’il est informé d’une éventuelle violation de ces Conditions, YouTube se réserve le droit (sans y être obligé) de décider si le Contenu respecte les exigences spécifiées dans les présentes Conditions et peut supprimer tout Contenu qui violerait ces Conditions, et/ou d’interdire l'accès d'un utilisateur au Service en raison de la soumission d'un tel Contenu, à tout moment, sans préavis et à son entière discrétion.

    7.9 Vous reconnaissez également que, par le simple fait d'utiliser le Service, vous pouvez être exposé à du Contenu inexact, choquant, indécent ou autrement négatif. En sa qualité d’hébergeur et en vertu de l’article 13.1 ci-dessous, YouTube ne saurait en aucun cas être considéré comme responsable pour la diffusion de ce type de Contenu.

    7.10 YouTube traitera tout contenu audio ou audiovisuel que vous avez mis en ligne sur le Service conformément aux Conditions de Traitement des Données de YouTube (www.youtube.com/t/terms_dataprocessing), sauf dans les cas où vous avez mis en ligne ledit contenu à des fins strictement personnelles. Pour en savoir plus: support.google.com/youtube/?p=data_applicability.

    8. Les droits que vous concédez
    8.1 Lorsque vous soumettez du Contenu sur YouTube, vous concédez :

    à YouTube, le droit non exclusif, cessible (y compris le droit de sous-licencier), à titre gracieux, et pour le monde entier d'utiliser, de reproduire, de distribuer, de réaliser des œuvres dérivées, de représenter et d'exécuter le Contenu dans le cadre du Service ou en relation avec la mise à disposition de ce Service et l'activité de YouTube, notamment, sans limitation, pour la promotion et la redistribution de tout ou partie du Service (et des œuvres dérivées qui en résultent), en tout format, sur tout support et via tous les canaux média ;
    à chaque utilisateur du Service, le droit non exclusif, à titre gracieux, et pour le monde entier d'accéder à votre Contenu via le Service et d'utiliser, de reproduire, de distribuer, de réaliser des œuvres dérivées, de représenter, d'exécuter le Contenu dans la mesure autorisée par les fonctionnalités du Service et par les présentes Conditions.
    8.2 Les droits que vous concédez ci-dessus sur le Contenu cessent lorsque vous retirez ou supprimez votre Contenu du Site Internet. Les droits que vous concédez ci-dessus sur les commentaires textuels que vous soumettez en tant que Contenu sont cédés pour la durée d’existence de ces droits, mais sans préjudice des droits de propriété que vous conservez conformément aux termes de l'article 7.2 ci-dessus.

    9. Contenu YouTube sur le Site Internet
    9.1 A l'exception du Contenu que vous soumettez dans le cadre du Service, tout autre Contenu disponible par le biais du Service constitue la propriété de YouTube ou est concédé par licence à YouTube; ce contenu est protégé par le droit d'auteur, le droit des marques et tous autres droits de propriété intellectuelle détenus par YouTube ou ses concédants. Toutes les marques figurant dans un Contenu qui n’a pas été soumis ou diffusé par vous, constituent des marques détenues par leurs propriétaires respectifs. Un tel Contenu ne peut être téléchargé, copié, reproduit, distribué, transmis, diffusé, affiché, vendu, concédé sous licence ou exploité de toute autre manière à quelque finalité que ce soit, sans l'accord préalable écrit de YouTube ou de ses concédants. YouTube et ses concédants se réservent tous les droits non expressément concédés sur leur Contenu.

    RépondreSupprimer
  45. 10. Liens depuis YouTube
    10.1 Le Service peut contenir des hyperliens pointant vers d'autres sites Internet qui n'appartiennent pas à YouTube ou ne sont pas contrôlés par YouTube. YouTube n'exerce aucun contrôle sur le contenu, les chartes de protection des données personnelles ou les pratiques des sites tiers et décline toute responsabilité à cet égard.

    10.2 Vous reconnaissez et acceptez que YouTube n'est pas responsable de la disponibilité de ces sites et ressources externes et ne cautionne ni la publicité, ni les produits ou autres liens ou données figurant sur ces sites Internet ou ressources externes, ou accessibles depuis ceux-ci.

    10.3 Vous reconnaissez et acceptez que YouTube ne peut être tenu responsable des pertes ou dommages que vous pourriez subir du fait de l’existence de ces sites ou ressources externes ou du fait de la confiance que vous accordez quant à l'exhaustivité, l'exactitude ou l'existence de toute publicité, tout produit ou autres données sur ces sites Internet ou ressources externes, ou accessibles depuis ceux-ci.

    10.4 YouTube vous encourage à être vigilant lorsque vous quittez le Site Internet et à lire les conditions générales et les principes de protection des données personnelles des autres sites que vous pouvez visiter.

    11. Cessation de votre relation avec YouTube
    11.1 Les présentes Conditions continueront à s'appliquer jusqu'à leur résiliation par vous ou par YouTube dans les conditions exposées ci-dessous.

    11.2 Si vous souhaitez résilier le contrat qui vous lie à YouTube, vous pouvez le faire soit (a) par notification à YouTube à tout moment, soit (b) en fermant votre compte YouTube. Votre notification doit être adressée par écrit à l'adresse de YouTube indiquée en tête de ces Conditions.

    11.3 YouTube peut à tout moment résilier votre contrat si :

    vous ne respectez pas l'un quelconque des termes de ces Conditions (ou agissez d'une façon qui montre clairement que vous n'avez pas l'intention ou que vous êtes dans l'incapacité de respecter les termes de ces Conditions) ; ou
    YouTube y est contraint en vertu de la loi (par exemple, si le fait de vous fournir le Service devient illégal) ;
    11.4 YouTube peut résilier votre contrat si :

    YouTube s'apprête à cesser de fournir le Service aux utilisateurs dans votre pays de résidence ou dans le pays où vous utilisez le Service ; ou
    le Service que YouTube met à votre disposition n'est plus commercialement viable du point de vue de YouTube,
    et en cas de survenue des événements indiqués aux points A ou B, lorsqu’il lui est possible de le faire, YouTube peut notifier l’intéressé dans un délai raisonnable.

    11.5 Dès la résiliation des Conditions, toutes les obligations légales ou les clauses qui par leur nature survivent aux Conditions ou qui sont prévues pour survivre aux Conditions, ne seront pas affectées par ladite résiliation et les termes de l'article 14.6 continueront à s'appliquer à ces clauses.

    12. Exclusion de garanties
    12.1 Aucun terme des présentes Conditions n'affectera les droits d’ordre public auxquels vous pouvez prétendre en qualité de consommateur et auxquels vous ne pouvez pas renoncer en vertu d’un contrat.

    RépondreSupprimer
  46. 12.2 Le Service est fourni en l'état et YouTube n'accorde aucune garantie à cet égard.

    12.3 En particulier YouTube ne déclare ni ne garantit que :

    l'utilisation du Service répondra à vos besoins,
    votre utilisation du Service sera ininterrompue, opportune, sécurisée ou exempte d'erreur,
    toute information que vous aurez obtenue en utilisant le Service sera exacte ou fiable, et
    les défauts dans le fonctionnement ou les fonctionnalités de tout logiciel qui vous aura été fourni dans le cadre du Service seront corrigés.
    12.4 Sous réserve des garanties expressément prévues aux présentes Conditions, aucune condition, garantie ou autre terme (y compris toute garantie implicite de qualité satisfaisante, d’adéquation à un usage particulier ou de conformité à la description) ne s'applique au Service.

    13. Limitation de responsabilité
    13.1 Dans le cadre de ces Conditions, il est expressément entendu que YouTube intervient en qualité d’hébergeur de contenus. A ce titre, YouTube n’est tenu à aucune obligation générale de surveillance de tout Contenu soumis ou diffusé via le Service.

    13.2 Aucun terme des présentes Conditions ne pourra limiter ou exclure la responsabilité de YouTube en cas de pertes qui ne peuvent être exclues ou limitées en vertu de la loi applicable.

    13.3 Sous réserve de la stipulation générale de l'article 13.2 ci-dessus, YouTube ne sera pas responsable à votre égard de :

    tout dommage indirect qui pourrait vous être causé, y compris toute perte de profit (qu'elle soit directe ou indirecte), toute perte de clientèle ou de notoriété commerciale ou toute perte de données que vous pourriez subir ;
    toute perte ou tout dommage que vous pourriez subir du fait de :
    la confiance accordée à l'exhaustivité, l'exactitude ou l'existence de toute publicité ou résultant de toute relation ou transaction entre vous et l'un quelconque des annonceurs ou sponsors dont la publicité figure dans le Service ;
    tout changement que YouTube pourrait apporter au Service ou toute suppression temporaire ou définitive dans l'offre de Service (ou les fonctions proposées dans le cadre du Service) ;
    la suppression, l’endommagement ou le défaut de stockage du Contenu et de toute autre donnée de communication conservée ou transmise dans le cadre du Service ;
    le défaut de communication par vous à YouTube des informations précises concernant votre compte ;
    votre incapacité à conserver en toute sécurité et confidentialité votre mot de passe ou les informations de votre compte YouTube.
    13.4 Les limitations de responsabilité de YouTube à votre égard figurant à l'article 13.2 ci-dessus s'appliqueront, que YouTube ait été averti ou non de l'éventualité de la survenance de telles pertes et qu'il ait dû en avoir ou non connaissance.

    RépondreSupprimer
  47. 14. Stipulations générales
    14.1 Les présentes Conditions constituent l'intégralité de l'accord entre vous et YouTube quant à votre utilisation du Service et remplacent dans leur intégralité tous accords antérieurs intervenus entre vous et YouTube et relatifs au Service.

    14.2 Vous acceptez que YouTube vous adresse des notifications, y compris celles modifiant les présentes Conditions, par courriel, par courrier postal ou par diffusion sur le Site Internet.

    14.3 Vous reconnaissez que si YouTube n'exerce pas ou ne fait pas valoir tout droit ou recours prévu aux présentes Conditions (ou dont YouTube peut bénéficier en vertu de toute loi applicable), cela ne constitue pas une renonciation formelle de YouTube à ses droits, et ces droits et recours resteront valables et applicables pour YouTube.

    14.4 Si l'un des termes de ces Conditions est jugé nul par toute décision d'un tribunal compétent, celui-ci sera supprimé sans affecter les autres termes des Conditions. Les termes restants demeureront valables et applicables.

    14.5 Vous reconnaissez et acceptez que chaque membre du groupe de sociétés auquel appartient YouTube soit considéré comme un tiers bénéficiaire des Conditions et que ces autres sociétés soient autorisées à faire valoir directement et à se fonder sur les termes de ces Conditions dont elles bénéficient. A l'exception de ce qui est précisé ici, aucune autre personne ou société ne sera considérée comme un tiers bénéficiaire des présentes Conditions.

    14.6 Les présentes Conditions et votre relation avec YouTube en vertu de ces Conditions sont régies par la loi française. Vous acceptez avec YouTube de vous soumettre à la compétence exclusive des tribunaux français en cas de litige résultant de l’application de ces Conditions. Nonobstant ce qui précède, vous reconnaissez que YouTube pourra solliciter des mesures conservatoires (ou toute mesure d'urgence ou d’injonction équivalente) auprès des juridictions de tout pays.

    En vigueur depuis le 22 janvier 2019 (afficher la version précédente)

    RépondreSupprimer