- ENTREE de SECOURS -



vendredi 14 décembre 2018

Danger imminent - pacte mondial sur les migrations de l'ONU

https://www.youtube.com/watch?v=1pqpP2pnDGM
https://www.youtube.com/watch?v=Q0DuAb7sWY8

35 commentaires:

  1. C'est pas moins de 31 pays africains qui parlent le français soit pas moins de 116 millions (ajouté aux pays asiatiques musulmans aussi) qui peuvent, dès le 10 Décembre 2018 envahir la France et réclamer logement chez l'habitant condamnable en cas de refus d'accueillir plus de 20 ou 30 personnes dans son appartement !
    La mort c'est pour noel ? Non, bien avant !

    RépondreSupprimer
  2. Les leçons de l'échec de la croisade contre le changement climatique


    14 décembre 2018
    Par Larry Kummer.
    Sur le site Web de Fabius Maximus.



    Résumé: En dépit des efforts déployés depuis trente ans par la plupart des institutions d’élite américaines, les gouvernements américains n’ont guère pris de mesures pour lutter contre les changements climatiques. Alors qu’un épouvantable temps risque de faire paniquer l’Amérique sur l’adoption de la liste de souhaits des activistes, c’est aujourd’hui l’un des plus grands échecs politiques de l’histoire américaine moderne. Il est riche d'enseignements pour le moment où les scientifiques préviennent du prochain désastre. Le 21ème siècle nous donnera plus de tels défis. Essayons de faire mieux.

    Choix de changement climatique - dreamstime_50990297
    ID 50990297 © Kiosea39 | Le temps des rêves.
    L'énigme de la croisade contre le changement climatique

    Depuis que James Hansen a attiré l'attention sur le réchauffement climatique dans son témoignage au Sénat en 1989, les scientifiques travaillant pour une action politique agressive ont presque tous les avantages. Ils ont des agences de relations publiques (par exemple, la coûteuse vidéo de propagande à 10h10). Ils sont soutenus par la plupart des institutions d’élite américaines, y compris les agences gouvernementales, les médias, les universités, les fondations et même des fonds provenant des sociétés d’énergie. La majorité des scientifiques de tous les domaines soutiennent le programme.

    De l’autre côté, les «sceptiques», ont reçu des fonds d’entreprises énergétiques et de groupes conservateurs, un petit nombre de scientifiques et de météorologues, ainsi que d’amateurs bénévoles, se chargeant de lourdes charges.

    Ce que l’armée soviétique a appelé la corrélation des forces favorisait majoritairement ceux qui voulaient agir. Les politiques publiques américaines et occidentales auraient dû passer au vert il y a de nombreuses années. Mais les gouvernements américains ont peu fait. Le changement climatique se situe au bas de la plupart des enquêtes sur ce que les Américains considèrent comme nos plus grands défis? (Les PDG aussi.) En novembre, les électeurs de Washington ont catégoriquement rejeté une proposition ambitieuse de lutte contre le changement climatique.

    Et pas seulement aux USA. La politique de lutte contre le changement climatique a renversé le gouvernement australien. Les manifestations contre le gilet jaune en France sont le glas de l'action à grande échelle en France. Qu'est ce qui ne s'est pas bien passé ?

    Le récit donne des réponses

    Les réponses habituelles utilisent le modèle de déficit d’information, dans lequel le scepticisme du public sur la nécessité d’une action radicale résulte d’un manque d’information. Trente ans d’informations à volume et intensité croissants n’ont rien donné. Verser plus d'eau sur un rocher ne le rend pas plus humide.

    "La folie est la répétition des mêmes erreurs et attend des résultats différents."
    - Ancien adage des Alcooliques Anonymes. Plus à ce sujet ici.

    D'autres donnent des explications plus complexes, telles que «Entre confusion et déni: la politique de l'expertise climatique en Australie» de Peter Tangney dans le Australian Journal of Political Science.

    RépondreSupprimer
  3. «Ce document décrit une tension permanente entre les différentes utilisations des connaissances spécialisées, qui associe involontairement des faits à des valeurs qui enflamment un débat polarisé sur le changement climatique. La politique climatique indique la nécessité pour les experts de distinguer les faits contestés des engagements de groupe qui définissent l’identité. "{Voir l’article de Curry pour en savoir plus sur ce document.}

    Il existe des explications plus simples et plus puissantes à l’échec de la campagne. Leçons nous donnant des leçons utiles pour faire face aux menaces futures.

    Leçons apprises

    Leçon n ° 1: les normes sont élevées pour ceux qui sonnent l'alarme

    "La femme de César doit être au-dessus de tout soupçon."
    - Un proverbe romain dur, mais précis sur le plan opérationnel.

    Nous avons vu cela se reproduire à maintes reprises dans des livres et des films depuis la publication de When Worlds Collide en 1932. Un groupe de scientifiques voit une menace. Ils vont voir les dirigeants américains (ou du monde) et exposent leur cas, en présentant les données aux autres pour qu’ils les examinent et répondent aux questions. Ce processus comporte deux niveaux.

    Premièrement, le fondement des avertissements doit être évalué par une équipe interdisciplinaire d’experts extérieurs à la communauté qui sonne l’alarme. Les modèles climatiques sont au cœur de l'avertissement concernant le changement climatique. Ils n'ont jamais été aussi examinés. Peut-être pourrions-nous mettre fin aux guerres des politiques climatiques en testant les modèles. Quels que soient les coûts de tels examens et tests, ils seraient insignifiants par rapport à la nécessité d'établir la confiance du public dans ces modèles.

    Deuxièmement, il faut répondre aux questions du public. Bien entendu, ces avertissements sont accueillis avec scepticisme. Cela est naturel compte tenu de la nature extraordinaire de la menace et du vaste engagement des ressources nécessaires pour la combattre. Bien sûr, beaucoup de questions seront stupides ou ignorantes. Néanmoins, il faut répondre à toutes ces questions et mettre les données à l'appui à la disposition du public. Quel que soit le coût, cela est trivial par rapport au besoin.

    Les scientifiques qui cherchent à sauver le monde ne devraient jamais dire de telles choses…

    "En réponse à une demande de données justificatives, Philip Jones, un chercheur de renom {U of East Anglia} - a déclaré:" Nous avons environ 25 ans investis dans ces travaux. Pourquoi devrais-je mettre les données à votre disposition, alors que votre objectif est d'essayer de trouver quelque chose qui ne va pas ? "

    - D'après le témoignage de Stephen McIntyre devant le comité de la Chambre sur l'énergie et le commerce (audiences de juillet 2006 ayant donné lieu au rapport Wegman). Jones n'a pas publiquement nié cela.

    Les scientifiques qui cherchent à sauver le monde ne doivent pas détruire les archives essentielles, qui doivent être conservées et rendues publiques. Ils ne doivent pas forcer les gens à déposer des demandes d'accès à l'information pour obtenir des informations clés. Et la réponse aux FOI ne devrait jamais être comme ça…

    RépondreSupprimer
  4. «Les e-mails de {climategate} révèlent des tentatives répétées et systématiques de sa part et de ses collègues pour bloquer les demandes d'accès à l'information des sceptiques du climat qui souhaitaient accéder à des e-mails, des documents et des données. Ces mesures étaient non seulement contraires à l’esprit d’ouverture scientifique, mais, selon l’organe gouvernemental qui administre la loi sur la liberté de l’information, elles «ne sont pas traitées comme elles auraient dû l’être dans la législation». {The Guardian.}

    Steve McIntyre a documenté les efforts défensifs et autodestructeurs des climatologues pour garder des informations vitales secrètes, enfreignant souvent les politiques de divulgation des revues, des universités et des agences de financement gouvernementales. Pour beaucoup de laïcs, ces actions de scientifiques crient «quelque chose qui ne va pas».

    Pourtant, c’est le comportement commun des climatologues aux demandes d’informations émanant à la fois des scientifiques et des amateurs. Ce type de comportement, plus que toute autre chose, a provoqué le scepticisme. À juste titre ou non, ce manque de transparence laissait penser que les scientifiques qui sonnaient l'alarme cachaient quelque chose.

    Le fardeau de la preuve incombe à ceux qui avertissent le monde d'un danger nécessitant des milliards de dollars pour atténuer, voire modifier radicalement - voire abandonner - le capitalisme (comme dans Naomi Klein, dans le livre «Tout change: capitalisme contre le climat» et «In Fiery Speeches , {Pope} Francis Excoriates Global Capitalism “).

    Leçon n ° 2: ne pas être lié à des militants

    Les activistes s'accrochent aux menaces à leurs propres fins. Ils exagèrent les menaces, attaquent ceux qui posent des questions et empoisonnent le débat. Les scientifiques qui les traitent comme des alliés doivent se rappeler la règle ancienne selon laquelle «le silence signifie l'acceptation». L'absence de parole lorsque des militants présentent mal la science discrédite les deux groupes.

    Voici un exemple triste: «la pause». À partir de 2006, les climatologues ont constaté un ralentissement du réchauffement atmosphérique. En 2009, il existait des articles examinés par des pairs à ce sujet (par exemple, GRL) et la recherche était au centre de ses préoccupations (voir les liens vers ces 29 articles). En 2013, le Met Office britannique a publié une série de documents sur la pause, qui ont déplacé la discussion sur l'existence de la «pause» à la cause de la science du climat (voir les liens vers ces 38 documents). Certains scientifiques ont donné des prévisions de sa durée (voir liens vers 17 prévisions), puisqu'un pause est, par définition, temporaire.

    Au cours de cette période, les militants ont écrit des dizaines, voire des centaines d’articles, non seulement pour nier qu’il y avait une pause dans le réchauffement, mais aussi pour se moquer de «négateurs», citant la littérature à ce sujet. Par exemple, voir les articles de Phil Plait sur Slate ici et ici. Les leaders de la climatologie sont restés silencieux. Même ceux qui ont écrit des articles sur la pause sont restés silencieux tandis que les activistes ont ignoré leur travail.

    C’est une impressionnante démonstration de la discipline des scientifiques du climat, mais cela a détruit leur crédibilité pour ceux qui ont vu la science derrière le rideau de la propagande.

    RépondreSupprimer
  5. Apprendre de ses erreurs

    Conclusions

    “Le temps du débat est terminé”
    - Marcia McNutt (alors rédactrice en chef de Science et désormais présidente de la NAS) dans «L'au-delà de deux degrés», éditorial dans Science, 3 juillet 2015.

    Je suis d'accord avec McNutt: le débat de politique publique est terminé. Une masse critique du public américain a perdu confiance en la science du climat en tant qu’institution (c’est-à-dire en rejetant ses avertissements). En conséquence, les États-Unis ne prendront probablement aucune mesure substantielle pour se préparer à un éventuel changement climatique, sans même se préparer à la réapparition de conditions météorologiques extrêmes passées. La météo déterminera l’évolution de la politique et finira par prouver quel camp avait raison.

    Il ne reste plus qu'à discuter des leçons que nous pouvons tirer de cette débâcle pour pouvoir faire mieux à l'avenir. D'autres défis nous attendent, et nous aurons besoin de scientifiques pour évaluer les risques et trouver les meilleures réponses. Espérons que nous ferons mieux la prochaine fois.

    Pour plus d'informations

    Pour plus d'informations sur cette question vitale, consultez les clés pour comprendre le changement climatique et ces articles sur les moyens de mettre fin aux guerres climatiques…

    Important: les climatologues peuvent relancer le débat sur le changement climatique - et gagner.
    Thomas Kuhn nous dit ce que nous devons savoir sur la science du climat.
    Les idées de Daniel Davies sur les prévisions peuvent ouvrir le débat sur le changement climatique.
    Karl Popper explique comment ouvrir le débat sur la politique climatique dans l'impasse.
    Paul Krugman parle d'économie. Les climatologues peuvent apprendre de ses idées.
    L’avis de Milton Friedman sur la reprise du débat sur la politique climatique.
    Un climatologue candide explique comment résoudre le débat.
    Roger Pielke Jr .: la science du climat est une prise de pouvoir.

    https://wattsupwiththat.com/2018/12/14/lessons-from-the-failure-of-the-climate-change-crusade/

    RépondreSupprimer
  6. Protester contre les taxes sur le carbone avec les Gilets Jaunes

    Réflexions sur la couverture par la délégation de CFACT à Katowice de la manifestation des Gilets jaunes à Marseille

    Craig Rucker
    le 13 décembre 2018


    Les Gilets Jaunes représentent un large échantillon des classes rurales, ouvrières et moyennes françaises. Ce sont des bouchers, des boulangers et des constructeurs automobiles. Ce sont les gens qui cultivent la nourriture, conduisent les camions, construisent les bâtiments et réparent ce qui se casse. Ils sont la france. Ils en ont assez.

    Depuis des semaines, des millions d'entre eux manifestent dans les rues de Paris et d'autres villes françaises.

    Il y a quelques jours, le Comité pour un avenir constructif (CFACT) a profité du week-end de COP-24, la conférence des Nations Unies sur le climat, tenue à Katowice, en Pologne, pour mener des recherches en France. Après avoir interrogé de nombreux Gilets Jaunes et observé leurs manifestations, nous pouvons dire que les rues n'appartiennent ni au gouvernement ni à la police, mais aux hommes, femmes et enfants dans les gilets jaunes. Et contrairement à ce que vous avez pu voir dans les médias, la police est dans leur cœur avec les manifestants.

    En fait, les manifestants sont les amis, les voisins et les familles de la police déployés contre eux. Sauf cas extrêmes, la police se tient à l'écart et laisse le Gilet Jaunes aux commandes.

    À Marseille, des centaines de vestes jaunes ont avancé le long des quais. Alors que CFACT regardait, rejoignait, couvrait et photographiait la marche, deux voitures blindées s’approchaient dans la direction opposée.

    Dans une scène rappelant la fameuse confrontation entre un manifestant et un tank sur la place Tiananmen, une femme seule a couru en avant et a confronté les voitures blindées, agitant un mouchoir jaune qui coordonnait intelligemment son gilet jaune. Les mastodontes Berliet VXB-170 de douze tonnes ont poursuivi leur progression.

    La femme se tenait debout. La force approchante à deux pas, elle écarta les bras et les défia. Un instant, une héroïne courageuse a ralenti le pouvoir de l'État. Puis un officier de police en tenue anti-émeute l'a balayée et un peloton de policiers a marché sur les lieux. Inébranlables, les manifestants ont continué jusqu'à ce que la police cède sa place.

    (Allez ici pour voir les photographies et la vidéo d’Adam Houser sur les manifestations et cette courageuse «Marianne» des temps modernes conduisant le peuple à la liberté.)

    Il y a beaucoup de désinformation là-bas. Nous avons tous vu des images de Paris et d’autres villes montrant des voyous masqués portant des gilets jaunes brisant des fenêtres et allumant des feux. Presque toute cette violence est venue de la gauche radicale qui ne manque jamais une occasion d’émeute et de destruction.

    CFACT a rencontré ces mêmes voyous il y a trois ans à Paris lors de la COP-21 de l'ONU, bien avant que quiconque ne songe à enfiler un gilet jaune. Les vrais Gilets Jaunes sont mécontents que leur président et les médias utilisent les voyous violents pour les salir. Les observateurs français moyens connaissent les manifestants. Ils l'obtiennent.

    RépondreSupprimer
  7. Le gouvernement français réussira-t-il à enduire les gens sérieux et non-violents des gilets jaunes ailleurs dans le monde ? Douteux Mais à peu près tout le monde avec un agenda tente de se faire entendre. Cela inclut les militants pour le climat qui essaient de revendiquer les Gilets Jaunes comme étant les leurs. Ils ont posé dans des gilets jaunes pour les médias lors d’événements climatiques soigneusement organisés. Ne l'achetez pas une seconde.

    Nous avons discuté avec un large éventail de manifestants et leur avons demandé de façon tiède: Que pensez-vous des taxes sur le climat ? "Ils sont BULL SHIT" fait partie des exclamations les plus distinguées que notre question a engendrées. Voici les faits.

    Pour rappel, les Gilets Jaunes représentent un large échantillon de la classe ouvrière et moyenne française. Ce sont des bouchers, des boulangers et des constructeurs automobiles. Ce sont les gens qui cultivent la nourriture, conduisent les camions, construisent les bâtiments, surveillent les villes et réparent ce qui se casse. Ils sont la france. Ils en ont marre.

    Les Gilets Jaunes ont repris une grande station de péage sur la route de Marseille. CFACT était là. Ils ont réduit les voies, mais ont laissé passer le trafic. Les percepteurs de péages et la police les ont laissés complètement en charge. Les manifestants n'ont pas permis aux automobilistes de payer le péage. Ils sont prêts à affamer Leviathan.

    La France, à l'instar de nombreux pays européens, a beaucoup plus avancé sur la route du climat que les Américains. Les citoyens français ressentent déjà la douleur ressentie par les Californiens - et par le fait que de nombreux autres Américains les attendent si leurs classes dirigeantes locales, étatiques ou fédérales le leur permettent.

    Les taxes climatiques sur le carburant pour payer l'énergie éolienne et solaire variable et inefficace, ainsi que d'autres fantasmes climatiques sont des destructeurs de travail inutiles, et les personnes aux vestes jaunes le savent bien. Ils refusent de redistribuer davantage de ce qu'ils gagnent grâce à leur travail long et pénible… au nom du réchauffement climatique.

    Ils se rendent compte que les taxes sur le climat sont régressives et reprochent aux élites qui ont les revenus de supporter les taxes de confiscation.

    Le président Macron s'était engagé à réprimer et à survivre aux manifestants, montrant qu'il ne savait absolument pas ce qui alimentait leur colère et leur frustration. Il n'a pas d'amis parmi eux - et pas de compassion. «Nous devons taxer davantage les combustibles fossiles pour financer nos investissements dans les énergies renouvelables», a-t-il déclaré.

    Puis, alors que les manifestations de masse grandissaient, il suspendit pendant six mois la taxe climatique détestée - puis capitula et changea de cap à 180 degrés, abandonnant complètement le plan, du moins pour le moment.

    Les manifestants voient juste à travers cela. A Marseille, leur cri de bataille était: "Nous restons sur notre route".

    Samedi 8 décembre, plus de 120 000 citoyens français normaux, normaux et fatigués, sont de nouveau descendus dans les rues de tous les coins de leur pays. Le président Macron a déployé 89 000 policiers et 80 de ces véhicules blindés pour les arrêter. Il a échoué.

    RépondreSupprimer
  8. Pendant ce temps, activés et encouragés par les autorités des Nations unies et du GIEC, des militants intolérants du climat ont harcelé et crié contre des délégations des États-Unis et du CFACT qui essayaient simplement de présenter un peu de réalisme climatique à Katowice. Il est temps de mettre un terme à cette charade et à son financement.

    Vive la REVOLUTION ! Et qu’il se répande dans tous les pays.

    «Un changement climatique dangereux provoqué par l'homme» ne se produit pas. Des pays d’Afrique à l’Asie, en passant par l’Europe et au-delà, construisent des centrales au charbon et au gaz pour garantir une énergie abordable et fiable, et sortir des milliards de personnes de la pauvreté, alors que quelques pays ont fermé leurs centrales fiables et interdit le forage.

    Les familles et les pays pauvres ne devraient pas être punis par des taxes et des réglementations imposées dans le cadre d’efforts malavisés de contrôle du climat et des conditions météorologiques de la Terre.

    Craig Rucker est président de CFACT, le comité pour un demain constructif, un groupe de réflexion sur le marché libre consacré à la science solide tant pour les hommes que pour la planète.

    https://wattsupwiththat.com/2018/12/13/protesting-carbon-taxes-with-the-gilets-jaunes/

    RépondreSupprimer
  9. Démystifier la science derrière la biotechnologie


    13 Décembre 2018
    par Seppi
    Verenardo Meeme*


    Des scientifiques ont démontré l'efficacité de la biotechnologie végétale en montrant aux boursiers du Programme de Leadership Mondial de l'Alliance pour la Science de Cornell les différentes étapes du processus de fabrication de cultures génétiquement modifiées.

    La désinformation sur la biotechnologie au sein des communautés mondiales a incité les scientifiques à ouvrir leurs lieux de travail aux boursiers, dont certains ne sont pas des scientifiques, pour leur expliquer comment ils font progresser les connaissances en matière de sélection pour produire des aliments grâce à la science.

    Le Dr Matthew Willmann, directeur de l'Unité de Transformation des Plantes de l’Université de Cornell, a expliqué l’importance des scientifiques dans la communication sur la manière dont ils développent les cultures transgéniques. « J'ai interagi avec des participants qui pensaient que seules les plantes transgéniques ont de l'ADN, ce qui n'est pas vrai », a déclaré Willmann. « Toutes les plantes ont de l'ADN. »

    L'humanité a modifié la génétique des plantes depuis plus de 10.000 ans, d’abord en domestiquant des plantes qui avaient des caractéristiques souhaitables, a noté Willmann. Plus de 500 espèces de plantes et d'animaux ont été domestiquées par l'Homme. Il a ensuite modifié la génétique des plantes grâce à l'amélioration des plantes traditionnelle. Les scientifiques peuvent désormais utiliser en plus le génie génétique et l'édition des gènes.

    L'Unité de Transformation des Plantes soutient d'autres scientifiques en leur fournissant des plantes transgéniques et des plantes génétiquement éditées pour leurs recherches. L'Unité mène également des recherches pour améliorer ces technologies. « Comme la plupart des scientifiques universitaires, nous faisons ce que nous faisons pour essayer de fournir au monde de meilleures plantes qui répondent aux besoins nutritionnels d'une population croissante et lutter contre les effets des maladies des plantes et des changements climatiques sur la production agricole » a dit Willmann.

    Willman était l’un des chercheurs et des formateurs de premier plan qui ont travaillé avec les boursiers pour améliorer leurs connaissances sur la science derrière la technologie agricole.

    Le professeur Andrew Kniss de l’Université du Wyoming les a informés sur les pesticides, notant que sans une lutte antiparasitaire adéquate, les agriculteurs risquent de perdre de 50 à 80 % de leur récolte. L'utilisation de la technologie GE dans la gestion des mauvaises herbes a produit des résultats énormes, a déclaré Kniss.

    La Dre Michelle Heck, biologiste des vecteurs, a déclaré que la recherche en biotechnologie avait été utile pour comprendre comment les ravageurs, tels que la pyrale et la légionnaire d'automne, transmettent des maladies aux plantes et manipulent les plantes hôtes.

    RépondreSupprimer
  10. Le professeur Anthony Shelton de Cornell a démontré la sécurité de Bacillus thuringiensis (Bt), un gène utilisé dans la modification du maïs et du cotonnier. Il a goûté à la protéine Bt, qui, selon lui, était inoffensive pour les êtres humains, puis l'a partagée avec les boursiers passionnés pour qu'ils la goûtent eux-mêmes. Shelton a conclu : pour contrôler les insectes, préféreriez-vous utiliser le Bt, qui produit une protéine qui nuit aux insectes, ou traiter avec des pesticides, ce qui nuirait à l'environnement ?

    Shelton a observé que la biotechnologie, tout comme l'amélioration des plantes traditionnelle, a permis de modifier des plantes, ainsi que de nombreux produits non agricoles tels que les médicaments, d'une manière qu'on ne pensait pas possible, même ceux qui ont mené la Révolution Verte il y a quatre décennies.

    Shelton a noté que l'agriculture traverse une nouvelle révolution, mais cette fois-ci en tant que partie de la révolution bien plus grande de la génétique, proclamée troisième révolution technologique, après les révolutions industrielle et informatique.

    Les progrès sur les aspects techniques de la biotechnologie agricole ont été rapides, mais leur déploiement et leur impact ont été controversés.

    « Les plantes ont été génétiquement modifiées (GM) tout au long de l'histoire de l'agriculture, mais la technologie actuelle consistant à déplacer des gènes individuels grâce à la biotechnologie s'appelle de manière plus appropriée le génie génétique (GE) », a-t-il expliqué.

    Les plantes ont été conçues pour résister aux attaques des insectes et des maladies, tolérer des herbicides et prolonger la durée de conservation des produits. En outre, des plantes sont conçues pour de nouvelles utilisations telles que la bioremédiation des sols contaminés par des métaux, la production de vaccins et la supplémentation en nutriments, a déclaré Shelton.

    « Le nombre de pays dans lesquels les cultures transgéniques sont commercialisées est passé de 1 en 1992 à 13 en 1999, démontrant ainsi la confiance dans la technologie de la part des agriculteurs », a déclaré Shelton à l'Alliance pour la Science. « Il est également important de noter que des produits insecticides contenant des sous-espèces de Bt ont été commercialisés pour la première fois en France à la fin des années 1930 avec la Sporéine. »

    En 1995, l'EPA comptait 182 produits à base de Bt, mais même en 1999, les ventes totales de produits à base de Bt ne représentaient que 2 % de la valeur totale de tous les insecticides. Le Bt a été introduit pour la première fois pour les plants de tomates en 1987, a ajouté Shelton.

    Le Dr Walter De Jong, professeur agrégé de sélection végétale à l'Université Cornell, a observé que le génie génétique est un outil utile pour les pommes de terre et d'autres plantes-racines ou à tubercules car les progrès par des méthodes classiques de sélection sont lents et difficiles.

    Joyce Van Eck, directrice du Boyce Thompson Institute for Plant Research, a déclaré que les scientifiques développent des cultures GM plus productives, nutritives, résistantes aux maladies et capables de résister aux effets du changement climatique.

    Les OGM et les non-OGM sont similaires à l'exception de l'aspect modification, et les OGM sont réglementés par divers organismes gouvernementaux pour vérifier leur sécurité. « Si j'avais l'impression que ce type de travail avait quelque chose de néfaste, je ne serais pas impliquée dans cette activité », a-t-elle déclaré.

    RépondreSupprimer
  11. Okon Odiong Unung, chercheur nigérian et boursier AfS 2018, a déclaré que, selon les informations qu'il a obtenues des différents experts scientifiques, il recommande des cultures GM aux agriculteurs et aux consommateurs, car c'est l'un des outils pour assurer la sécurité alimentaire durable et l'amélioration de moyens de subsistance.

    Selon lui, l'agriculture conventionnelle ne peut plus répondre à la demande de nourriture en quantité suffisante en raison de la population toujours croissante, associée à la dynamique émergente du changement climatique rapide, à l'épuisement des ressources en eau, à la diminution des terres arables suite à l'urbanisation, aux maladies et à d’autres problèmes agronomiques.

    « Il convient également de noter que le génie génétique n’est pas une solution miracle pour parvenir à une sécurité alimentaire durable », a déclaré M. Unung. « Chaque agriculteur doit adopter des modes de gestion ou des pratiques agronomiques convenablement améliorées pour sa ferme et sa situation de production spécifiques afin d’assurer un rendement optimal. »

    Gerald Andae, journaliste kenyan et boursier de l'AfS 2018, a déclaré avoir appris qu'il y avait beaucoup de désinformation sur la biotechnologie, ce qui a joué un rôle négatif dans l'adoption de ces cultures dans le monde entier.

    « Il est évident qu'aux dires des scientifiques les cultures génétiquement modifiées sont sûres et peuvent jouer un rôle majeur dans la promotion de la sécurité alimentaire dans le monde et également améliorer la vie économique des agriculteurs grâce à des revenus accrus, comme ce fut le cas avec les papayers d'Hawaï » a dit Andae.

    ____________

    * Verenardo Meeme est un journaliste basé au Kenya et Global Leadership Fellow 2018.

    Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2018/09/demystifying-science-behind-biotechnology/

    http://seppi.over-blog.com/2018/12/demystifier-la-science-derriere-la-biotechnologie.html

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) L'humanité a modifié la génétique des plantes depuis plus de 10.000 ans, d’abord en domestiquant des plantes qui avaient des caractéristiques souhaitables, a noté Willmann. Plus de 500 espèces de plantes et d'animaux ont été domestiquées par l'Homme. Il a ensuite modifié la génétique des plantes grâce à l'amélioration des plantes traditionnelles. Les scientifiques peuvent désormais utiliser en plus le génie génétique et l'édition des gènes. (...)

      Ce qui est parfaitement vrai dans la mesure où il n'y a pas que les abeilles, le vent ou la pluie qui créé des OGM.
      Sans les OGM ce serait l'inceste (végétal) !

      Supprimer
  12. Agression au couteau en série contre des femmes à Nuremberg


    15:39 14.12.2018


    Trois femmes ont été grièvement blessées lors d’attaques au couteau, à Nuremberg, jeudi 13 décembre au soir. Les attaques ont eu lieu en l’espace de quelques heures. Il n'est pas exclu que les trois agressions aient pu être commises par la même personne. Pour le moment, le ou les agresseurs sont toujours en fuite.

    Trois femmes ont été victimes de coups de couteau jeudi 13 décembre au soir. Les attaques se sont produites en l'espace de quelques heures dans le quartier St.-Johannis à Nuremberg, en Allemagne, ont rapporté les médias locaux.

    Selon le quotidien Süddeutsche Zeitung, les agressions auraient pu être perpétrées par la même personne. Pour le moment le ou les assaillants sont toujours recherchés.

    La première victime, une femme de 56 ans, a été grièvement blessée dans la région supérieure du corps vers 19h30, heure locale. Elle a été hospitalisée d'urgence par les secours et immédiatement opérée.

    Les deux autres femmes, âgées respectivement de 26 et 34 ans, ont également été gravement touchées plus tard dans la soirée. Elles ont à leur tour subi une intervention chirurgicale. D'après les médias, leur pronostic vital est engagé.

    Les victimes décrivent l'agresseur comme un homme fort, âgé de 25 à 30 ans et mesurant environ 1,75-1,80 mètre.
    La police a déployé une opération de recherches d'envergure. Des maîtres-chiens et un hélicoptère de police ont été mobilisés.

    Comme l'indiquent les médias, la piste terroriste est, pour le moment, écartée.

    https://fr.sputniknews.com/international/201812141039306891-allemagne-nuremberg-agressions-couteau-attaque-femmes-blesses/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trois femmes ont-elles agressé un homme ? Pas du tout, juste que l'assassin haïssait les femmes comme c'est coutumier dans des religions d'excisés.

      Ces gestes criminels sont-ils à-même de se répéter ? Oui, partout ailleurs (pas seulement en Allemagne) où sont arrivés des hommes qui haïssent les femmes.

      Les femmes peuvent-elles se défendre ? Interdit ! Ce serait là faire un affront à Merkel et à critiquer sa politique migratoire mise en place sans l'accord du Peuple.

      Supprimer
  13. Pour étudier en France, va-t-il falloir être 10 fois plus riche ?


    18:40 14.12.2018
    Oxana Bobrovitch


    L'augmentation des prix de la scolarité universitaire différenciée pour les étudiants européens et non-européens crée une inégalité au cœur même de l'institution censée former les futurs cerveaux.

    La décision, prise «dans le cadre de la stratégie d'accueil et d'attractivité et à compter de la rentrée 2019» par le Premier ministre, de multiplier par 10 ou 15 les droits d'inscription universitaires pour les étudiantes et étudiants hors Union européenne nouvellement inscrits dans un cycle les obligera à débourser annuellement 3.770 euros en master et en doctorat (contre 243 euros en master et 380 euros en doctorat actuellement).

    Si l'augmentation galopante du coût de la scolarité universitaire n'étonne plus, une si grande disparité dans les taux peut surprendre. On parle beaucoup dans le dossier présenté de mesures qui permettraient aux étudiants étrangers de s'intégrer en France: faciliter l'accès au logement ou simplifier les démarches administratives. Mais on ne se gêne pas pour instaurer d'emblée une inégalité entre étudiants européens et extra-européens.

    «Les formations que nous dispensons sont orientées vers les échanges internationaux et ont donc vocation à accueillir des étudiants venant du monde entier, au bénéfice de tous», annoncent les signataires d'une tribune dans L'Obs.

    «La France est le premier pays d'accueil non-anglophone», déclare Campus France. La France a accueilli en 2017 5.242 étudiants russes. Mais pas que. 1.829 Ukrainiens ont étés inscrits en même temps dans les universités françaises. Et si les mesures à l'encontre des Russes auraient pu être expliquées par une mode des sanctions à tout va, les étudiants ukrainiens qui bénéficient du régime sans visa, accordé par l'UE, trinquent pour de bon.

    Et le fait de doubler le nombre de bourses (7.000 qui passeront à 15.000) ne va pas sauver la situation, puisqu'elles «concerneront prioritairement les étudiants en provenance du Maghreb et des pays d'Afrique». Même si le nombre de bourses d'échange du type Erasmus+ augmente, les Européens et les non-Européens ne seront pas traités de la même manière.

    On oublie brusquement que d'Érasme à nos jours, l'histoire européenne a toujours été appréhendée au miroir des lieux, des acteurs et des dynamiques qui ont conduit à la construction d'une sociabilité intellectuelle et à une libre circulation des idées. On crée l'inégalité au cœur même de la naissance d'idées, dans les universités.

    Le prix de la scolarité additionné au coût de la vie, risquent d'inverser les flux. La Russie, par exemple, avec une progression de 50% en cinq ans, s'impose ainsi parmi les principaux pays d'accueil et talonne désormais l'Allemagne et la France. Le nombre de programmes éducatifs, de stages et d'échanges d'expériences entre représentants des cercles éducatifs des deux pays ne cesse de croître. Et le coût de la vie en Russie est largement moins cher qu'en France.

    Le 17 janvier dernier, lors du forum Gaïdar à Moscou «La Russie et le monde: objectifs et valeurs», a été organisée une discussion entre experts sur le thème «Dialogue de Trianon: Coopération franco-russe en matière d'éducation». La stratégie du renforcement des positions des universités russes et françaises dans l'espace éducatif international a été analysée.

    RépondreSupprimer
  14. «L'université est le point où la société est confrontée à différents types de défis, non seulement éducatifs, mais également politiques et sociaux», avait à l'époque déclaré l'attaché de coopération universitaire de l'ambassade de France en Russie, Pascal Cauchy.

    Le diplomate avait également soutenu l'idée que le partenariat entre les universités était en train de devenir une politique d'État. «La Russie et la France connaissent une période similaire de modernisation des systèmes éducatifs: l'internationalisation de l'enseignement supérieur», déclarait-on à l'époque. Mais qu'est-ce qui resterait de ces intentions quand la France va adopter la nouvelle grille de frais de scolarité universitaire: à deux poids, deux mesures?

    https://fr.sputniknews.com/france/201812141039311164-pour-etudier-france-va-t-il-falloirt-etre-10-fois-plus-riche/

    RépondreSupprimer
  15. La police française se prépare à la cinquième vague de manifestations contre le gilet jaune


    par Tyler Durden
    Vendredi, 14/12/2018 - 11:00


    La France devrait déployer samedi des dizaines de milliers de policiers et de gendarmes dans le pays, dont 8 000 à Paris, pour faire face à un cinquième week-end de manifestations contre le gilet jaune, quelques jours seulement après le décès de trois personnes et 13 blessés après une fusillade massive dans la capitale. ville de l'est de strasbourg.

    Le chef de la police parisienne, Michel Delpuech, a déclaré que les autorités surveillaient les "groupes violents" infiltrés dans les manifestations et que des officiers anti-émeute protégeraient des sites emblématiques tels que l'Arc de Triomphe et le palais présidentiel, rapporte l'agence Reuters.

    "Nous devons être prêts pour le pire des scénarios", a déclaré à RTL Radio Delpuech, ajoutant qu'il ne s'attendait pas à ce que les entreprises de la capitale subissent les mêmes perturbations qu'au cours des trois dernières semaines. les hôtels ont subi une chute spectaculaire de leurs activités, les touristes évitant le secteur.

    Les manifestations du gilet jaune de ce week-end, surnommées "Acte V", marquent la cinquième semaine d'indignation antigouvernementale qui a débuté face à l'opposition à une taxe sur les carburants annoncée destinée à financer les politiques de lutte contre le changement climatique.

    Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré qu'il était temps que les gilets jaunes atténuent leurs protestations et reconnaissent qu'ils avaient atteint leurs objectifs après que le président français Emmanuel Macron a mis en place une série d'incitations économiques et fiscales, notamment une augmentation du salaire minimum et l'absence de taxe sur les heures supplémentaires. payer, des primes de fin d’année libres d’impôt et un retard de six mois sur la taxe sur les carburants.

    Alors que la plupart des Français interrogés par Odoxa ont déclaré qu'ils trouvaient la proposition de Macron "satisfaisante", 59 % des sondés ont déclaré qu'ils n'étaient "pas convaincus" par les mesures.

    54 % des personnes interrogées ont déclaré que les manifestations contre le gilet jaune devraient continuer.

    Selon European-Views, bon nombre des gilets jaunes ont catégoriquement rejeté les propositions de Macron.

    Il essaie de faire une pirouette pour se remettre sur ses pieds mais nous pouvons voir qu’il n’est pas sincère, que ce n’est que de la fumée et des miroirs », a déclaré Jean-Marc, un mécanicien automobile en ville du sud de Le Boulou qui a rassemblé environ 150 vestes jaunes dans la pièce.

    «C’est juste une façade, pour les médias, des mesures triviales, cela ressemble presque à une provocation», a déclaré Thierry, 55 ans, mécanicien de bicyclettes.

    «Tout cela, c’est du cinéma, on ne s’attaque pas aux problèmes de fond. "Nous sommes vraiment terminés, nous retournons au combat", a-t-il déclaré à l'AFP avant de prendre part au blocage de l'autoroute à péage Boulou à la frontière franco-espagnole.

    RépondreSupprimer

  16. "Peut-être que si Macron avait prononcé ce discours il y a trois semaines, cela aurait calmé le mouvement, mais il est maintenant trop tard." Pour nous, ce discours est un non-sens », a déclaré Gaëtan, 34 ans, l'un des« Lapins jaunes de Rennes ».

    Un responsable français âgé de 35 ans a déclaré que Macron "est pris en otage, alors il laisse tomber des miettes".

    Entre-temps, plus de 700 policiers ont été redéployés à Strasbourg pour une chasse à l'homme après le tir de masse de mardi sur un marché de Noël populaire. Le tireur a été abattu dans un échange de coups de feu jeudi soir. Castaner a déclaré qu'il était temps que les gilets jaunes donnent une pause aux policiers.

    "Je préférerais que les forces de police fassent leur vrai travail, chassant les criminels et combattant la menace terroriste, au lieu de sécuriser des carrefours giratoires où quelques milliers de personnes occupent beaucoup de policiers", a déclaré le ministre de l'Intérieur.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-14/french-police-brace-fifth-wave-yellow-vest-protests

    RépondreSupprimer
  17. FRANCE «GILETS JAUNES» DÉTERMINÉS AVANT «L'ACTE V»

    Les annonces du président Macron ne suffisent pas à arrêter le mouvement des «gilets jaunes», enclenché depuis un mois. Une nouvelle manifestation est prévue samedi.


    14.12.2018


    Le mouvement, né le 18 octobre 2018, voulait protester contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement. Depuis, il représente une colère sociale plus large.

    Un mois après le début de leur mouvement, les «gilets jaunes» maintenaient la pression vendredi à la veille d'un «acte V» qui fait débat après une semaine marquée par les annonces d'Emmanuel Macron et l'attentat de Strasbourg.

    Les mesures dévoilées lundi par le chef de l'Etat - hausse de 100 euros des revenus au niveau du Smic, exemption de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros par mois... - et les appels à «suspendre» le mouvement après l'attentat du marché de Noël mardi soir n'ont guère entamé la détermination des «gilets jaunes».

    «C'est le moment où justement il ne faut pas lâcher (...). On doit continuer», a exhorté jeudi Eric Drouet, un des initiateurs du mouvement, dans une vidéo sur Facebook : «Ce que Macron a fait lundi, c'est un appel à continuer parce qu'il commence à lâcher quelque chose et, venant de lui, c'est inhabituel.»

    «Dans l'Ariège, ça ne désarme pas, les annonces de Macron ne suffisent pas. Les gens au pouvoir sont très déconnectés de ce que les Français vivent», estime Guilhem Boudon, pasteur à Mirepoix venu à Paris dès vendredi en vue de l'acte V.

    «Le temps du dialogue est venu»

    Après quatre samedis de mobilisation, dont trois émaillés de spectaculaires violences et dégradations, certains prônent toutefois l'apaisement. Le collectif des «gilets jaunes libres», qui a fait dissidence du «canal historique» qu'ils jugent trop radical, appelle ainsi à une «trêve», estimant que «le temps du dialogue est venu».

    L'association Robin des Bus, qui a amené des «gilets jaunes» nordistes depuis trois weekends, a, elle, annulé les départs prévus samedi, signe que les manifestants ne «se sont pas mobilisés pour aller à Paris», a déclaré Thibault Vayron, son président, à l'AFP.

    Mais sur Facebook, principal canal de mobilisation de ce mouvement, les nombreux appels à un «acte V» réunissent toujours plusieurs milliers de «participants».

    Samedi dernier, la quatrième journée de mobilisation a rassemblé 136'000 manifestants en France, selon le ministère de l'Intérieur, et s'est soldée par un nombre record d'interpellations (près de 2000), plus de 320 blessés et des dégâts et affrontements dans plusieurs villes, comme Paris, Bordeaux et Toulouse.

    Le dispositif policier dans la capitale sera «assez semblable» à celui du 7 décembre, avec 8000 forces de l'ordre déployées et appuyées notamment par 14 véhicules blindés à roues (VBRG), a indiqué le préfet de police Michel Delpuech.

    Le weekend dernier, un total de 89'000 forces de l'ordre avait été déployées sur le territoire.

    RépondreSupprimer
  18. Référendum

    Les initiateurs du mouvement réclament désormais un référendum sur quatre propositions, notamment l'instauration d'un référendum d'initiative citoyenne et la baisse des taxes sur les produits de première nécessité.

    «Ces demandes, c'est ce qu'on a recueilli (via des sondages Facebook) et on aimerait que le président les soumette aux citoyens par voie de référendum. L'idée n'est pas d'imposer quoi que ce soit à qui que ce soit mais de faire un référendum pour voir si tout le monde est d'accord sur ces points», a expliqué jeudi Priscillia Ludosky, une autre figure à l'origine du mouvement.

    Après l'attentat de Strasbourg qui a fait ressurgir le spectre terroriste et dont l'auteur a été tué jeudi soir, de nombreuses voix, notamment au sein de la majorité et du gouvernement, s'étaient toutefois élevées pour appeler à la «responsabilité» et à ne pas manifester.

    «Je préfèrerais que les forces de l'ordre soient en train de faire leur vrai métier, c'est-à-dire poursuivre les criminels, diminuer le risque terroriste plutôt que de devoir sécuriser des ronds-points», a rappelé vendredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur Europe 1.

    «Quel rapport entre le tueur de Strasbourg et le mouvement des gilets jaunes ? Aucun. Si on commence à céder à un assassin en modifiant toute notre vie, c'est lui qui a gagné», s'était indigné la veille le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

    La détermination des «gilets jaunes» inquiète aussi les commerçants et le secteur de la distribution, frappée de plein fouet en pleine période d'achats de Noël.

    L'activité du secteur privé est tombée en décembre à son plus bas niveau en deux ans et demi, selon le cabinet IHS Markit. (afp/nxp)

    https://www.lematin.ch/monde/gilets-jaunes-determines-acte-v/story/25632022

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Va t-on vers la Démocratie forcée ? Malgré l'invasion d'illettrés pro-marron et qui se verraient attribuer le droit de vote, la France est peut-être à un tournant dans son histoire d'être très bientôt la 'nouvelle Suisse' !

      C'est vrai que si le Peuple français avait la liberté de s'exprimer (par référendum pour TOUTES les lois) ... les choses changeraient radicalement !!

      Supprimer
  19. SUISSE - PACTE DES MIGRATIONS: NOTRE PARLEMENT DÉCIDERA

    Le DFAE transmettra un arrêté fédéral simple aux Chambres pour leur permettre de se prononcer sur la signature ou non par la Suisse de ce pacte onusien qui fait débat.


    14.12.2018, 18h51


    Le Conseil fédéral a formellement mandaté vendredi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) de préparer un arrêté fédéral simple permettant aux Chambres de se prononcer sur la signature ou non par la Suisse de ce pacte onusien qui fait débat.

    Cette décision du gouvernement fait suite à la volonté exprimée par l'Assemblée fédérale lors de la session de décembre de pouvoir débattre de cette question, rappelle le Conseil fédéral dans un communiqué.

    Le DFAE a jusqu'à fin 2019 pour préparer l'arrêté. Le Pacte de l'ONU sur les migrations vise à définir des critères harmonisés pour une migration ordonnée. Il a donné lieu à des débats animés, notamment à la Chambre du peuple. (ats/nxp)

    https://www.lematin.ch/suisse/pacte-migrations-parlement-decidera/story/17257158

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. AUCUN PAYS AU MONDE n'a jusqu'alors refusé des touristes ! Mais là... IL NE S'AGIT PAS DE TOURISTES ! Ni de personnes qui entrent dans un pays qu'ils aiment et qu'ils respectent !!!

      C'est même plutôt le contraire !

      Alors, pourquoi cette volonté d'invasions d'intrus dangereux ? C'est UNE GUERRE qui se profile à l'horizon ! Rien d'autre qu'une guerre !

      Supprimer
  20. Les scientifiques vont commencer une expérience de géoingénierie et essayer de bloquer le soleil


    par Tyler Durden
    Ven., 14/12/2018 - 23:05
    Écrit par Mac Slavo via SHTFplan.com,


    Les scientifiques ont décidé de tenter publiquement une expérience de géoingénierie. Les chercheurs de l'Université Harvard vont essayer d'utiliser des particules pour bloquer le soleil afin de sauver l'humanité du réchauffement climatique et de rafraîchir la planète.

    Selon Popular Mechanics, cette idée incroyablement mauvaise semble résulter d'un événement réel. En 1991, le volcan Mont Pinatubo est entré en éruption aux Philippines, projetant des millions de tonnes de cendres et de dioxyde de soufre dans l'atmosphère. Cette couche de particules a en fait abaissé les températures globales de presque un degré Fahrenheit pour les deux années suivantes.

    Les chercheurs ont émis l'hypothèse qu'en remplissant l'atmosphère avec un niveau similaire de particules qui avaient été projetées dans le ciel lors de l'éruption de 1991, tout en évitant la lave et les explosions, ils pourraient peut-être réduire les températures globales suffisamment pour arrêter ou retarder certaines des conséquences les plus graves. «changement climatique».

    Mais même les êtres humains les plus gauchistes ne tentent pas de modifier artificiellement le climat mondial. Après tout, n’est-ce pas ce que les tyrans et les élites politiques que les péons continuent de voter continuent de nous dire que c’était le problème en premier lieu ? Toute petite erreur pourrait détruire de manière radicale et permanente les écosystèmes fragiles et les climats globaux pendant des siècles.

    En particulier, une étude publiée l'année dernière a révélé que la pulvérisation de particules dans l'atmosphère autour du golfe du Mexique pourrait provoquer des sécheresses en Afrique subsaharienne. Mais les scientifiques tentent d’assurer à tous que leur test n’aura pas d’effet majeur sur le climat.

    L’essai consisterait en un ballon de haute altitude capable de voler dans l’atmosphère sur plusieurs kilomètres et de libérer moins d’une livre de carbonate de calcium (une alternative moins nocive au dioxyde de soufre produit par les volcans), puis de survoler environ une journée de vol. nuage pour mesurer ses effets. Le but de ce test est de déterminer exactement comment la substance se comporte dans notre air afin que les scientifiques puissent construire des simulations plus précises.

    Bien entendu, d'autres ont rassemblé une foule de preuves suggérant que la manipulation du climat se produit déjà sous notre nez. Dane Wigington a un site Web entier intitulé GeoengineeringWatch.org dans lequel il publie toutes les preuves rassemblées prouvant que les gouvernements ont manipulé la météo depuis longtemps. En fait, ils pourraient être responsables du «changement climatique» qu'ils accusent le grand public et nous font tous payer.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-14/scientists-will-begin-geoengineering-experiment-and-try-block-sun

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces nano-particules (1 milliardième de mètre, 1 millionième de centimètre, 1 millième de millimètre) pénètrent dans les poumons lors de l'inspiration? Elle passent et dans le sang et se stocke dans le cerveau. Ces particules chemtraillées tous les jours provoquent la maladie d'Alzheimer et de Parkinson.

      Ils vous tuent et disent que c'est pour votre bien !

      Supprimer
  21. Pollution de l’air en France : 48 000 ou… 11 morts par an ?

    Le chiffrage de 48 000 morts est la fourchette haute d’un intervalle dont la fourchette basse est de… 11 morts !


    Par Michel Gay
    15 DÉCEMBRE 2018.


    C’est à peine croyable et pourtant c’est vrai. Les 48 000 morts par an en France à cause de la pollution atmosphérique évoqués par les plus hauts responsables de l’État, et repris complaisamment par de nombreux media, reposent sur une étude de 2016 aux apparences savantes mais… bidon !

    Le plan anti-pollution du gouvernement français présenté en juillet 2018 indique en toute lettre que la pollution de l’air par les particules fines causerait 48 000 décès prématurés par an en France. Malgré son caractère surprenant (9 % environ des décès en France seraient provoqués uniquement par la pollution de l’air), ce chiffre n’a pas fait l’objet de réserves dans la presse — à quelques exceptions près, dont celle de Contrepoints — ni dans les milieux politiques. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, s’était déjà appuyée sur cet argument en 2017 pour le plan anti-pollution de la Ville de Paris, et il a été repris par le président de la République le 27 novembre 2018 pour justifier les taxes sur les carburants.

    La source semble sérieuse puisqu’il s’agit d’un rapport de l’agence « Santé Publique France » (SPF), qui a évalué le nombre de décès prématurés attribuables, en France, aux particules de rayon inférieur ou égal à 2,5 mm (PM 2,5), en utilisant un nouveau modèle mathématique.

    Que mesure exactement ce chiffre de 48 000 morts ?

    Une lecture attentive du rapport SPF révèle bien des surprises pour les habitués des études épidémiologiques…

    UNE FOURCHETTE D’INCERTITUDE ENTRE 48 000 MORTS ET… 11 MORTS !

    Il est à noter que le nombre de décès prématurés calculés par le modèle de SPF varie fortement en fonction de la référence de pollution considérée comme normale. Ce nombre varie tout de même de 48 000 décès annuels en prenant comme référence les parties du territoire français les moins polluées… à 11 décès en prenant comme référence le seuil de particules fines recommandé par l’Union Européenne !

    SPF a pourtant privilégié l’interprétation maximaliste de 48 000 décès, ce qui revient à remettre en cause les normes actuelles sur la pollution de l’air de l’OMS. Et c’est le seul chiffre retenu et cité par les journaux.

    UN RÉSULTAT THÉORIQUE ET NON VALIDÉ PRÉSENTÉ COMME UNE VÉRITÉ ÉTABLIE

    Le rapport de SPF présente des lacunes pour le moins surprenantes.

    Il ne contient AUCUN résultat de validation du modèle utilisé (aucune comparaison entre les mortalités calculées par leur modèle dans chaque commune, et les mortalités réellement enregistrées). Quand les auteurs affirment que leur modèle correspond bien à la réalité, il faut les croire sur parole…
    Ce calcul de mortalité repose sur l’application d’un risque relatif (qui définit la relation entre la mortalité et la concentration en particules fines de l’air) choisi par les auteurs, et d’une valeur double de celle retenue habituellement par les méta-analyses citées dans leur bibliographie.

    RépondreSupprimer
  22. POLLUTION DE L’AIR ET FACTEURS DE CONFUSION

    Le modèle statistique utilisé calcule des corrélations géographiques entre la mortalité (toutes causes non accidentelles confondues) et le niveau de pollution de l’air.

    Or, ce type de corrélations est susceptible d’être affecté par des facteurs de confusion (voir aussi l’étonnant paradoxe de Simpson) difficiles à corriger.

    Ainsi, l’espérance de vie est fortement liée à la catégorie socioprofessionnelle, et, dans les grandes villes, les personnes les plus aisées habitent rarement les quartiers les plus pollués. Il y a donc là un biais, en particulier pour des actifs sur de grandes agglomérations.

    À l’échelle d’un pays, les zones les moins polluées sont souvent des zones rurales avec des modes de vie et d’alimentation distincts de ceux de populations urbaines. Il est donc hasardeux de comparer leur niveau de mortalité à celui des villes polluées.

    De plus, dans le cas de la France, la comparaison à grande échelle géographique est compliquée par des inégalités régionales d’espérance de vie, constatées depuis longtemps par les démographes. En particulier un axe Nord-Sud d’augmentation d’espérance de vie est généralement expliqué par les bienfaits du régime alimentaire méditerranéen…

    Par conséquent, l’effet de l’alimentation pourrait être un facteur de confusion avec l’effet de la pollution, mais cette question n’est pas abordée par SPF. L’effet sur l’espérance de vie que cette agence attribue à la pollution (3 à 4,5 ans d’écart entre les zones les plus et les moins polluées) expliquerait à lui seul la différence entre les départements.

    Comme l’effet de l’alimentation irait globalement dans le même sens, il devrait donc s’ajouter à celui des PM 2,5 mais il n’en est rien. Donc un des deux effets est imaginaire…, ou alors les deux existent mais ils sont tous deux surestimés !

    Selon SPF, la pollution expliquerait à elle seule la majeure partie des hétérogénéités régionales de mortalité. C’est bien sûr possible, mais c’est surprenant. Pour valider cette hypothèse de l’effet dominant des PM 2,5 sur la mortalité, il faudrait vérifier l’accord entre mortalité et pollution à des échelles géographiques plus fines.

    Malheureusement, les auteurs ne fournissent aucun résultat de validation de leur modèle.

    38 000 MORTS DANS LE MONDE… DONT 48 000 EN FRANCE ?

    Cette étude de SPF penche donc dangereusement vers la… pseudo-science.

    La présentation embrouillée laisse croire que les mortalités invoquées ont été calculées à partir des données de mortalité réelles, alors qu’il s’agit de simulations théoriques faites par un modèle non validé, et dont les facteurs de confusion potentiels ne sont pas étudiés.

    Avant cette publication, plusieurs autres travaux reposant sur les mêmes méthodes, avaient déjà obtenu des résultats de l’ordre de 40 000 décès prématurés par an en France. Cette estimation a donc fini par s’imposer en dépit de son caractère surprenant.

    Tout se passe donc comme si la mortalité chronique due aux PM 2,5 était devenue un dogme que les spécialistes de la pollution ne cherchent même plus à vérifier.

    RépondreSupprimer
  23. Or, au même moment, un article paru dans Nature a chiffré les décès dus aux PM 2,5 (et en plus aux oxydes d’azote) à 38 000 morts par an… dans le monde, dont 28 000 dans l’Union Européenne !

    À comparer aux 48 000 morts par an pour la France seule (uniquement pour les PM 2,5…) calculés par SPF ! Cherchez l’erreur !

    QUI VEUT NOYER SON CHIEN…

    En résumé, ce chiffrage de 48 000 morts est la fourchette haute d’un intervalle dont la fourchette basse est de… 11 morts !

    Ces chiffres sont sans fondement. Ils proviennent d’un modèle statistique purement théorique avec un choix méthodologique inhabituel (risque relatif choisi a priori d’une valeur double de la valeur habituelle par les auteurs et non calculé à partir des données réelles de mortalité), et d’hypothèses « audacieuses » qui auraient besoin d’être démontrées.

    Ce comportement est surprenant pour une agence d’évaluation sanitaire censée s’appuyer sur des méthodologies scientifiques éprouvées… et validées au niveau international !

    Par curiosité, il serait intéressant de voir à quel pourcentage de mortalité ce modèle arriverait (80 %, 150 % ?) pour une ville comme Pékin, incomparablement plus polluée que les pires villes françaises.

    RAISON ET NORME

    Les auteurs du rapport de SPF déclarent sans sourciller que le nombre de décès en excès causés par la pollution serait bien de… 11 en prenant comme référence le seuil européen de 25 µg de PM 2,5/m3 d’air. Mais, en prenant leur propre référence, il est bien de… 48 000. Ce qui revient à dire que la norme européenne sous-estime d’un facteur supérieur à 4000 le nombre de victimes de la pollution !

    Pourquoi pas ? Mais « Wouaouh ! » comme dirait Nabila…

    Cela mériterait une validation à l’international, sauf si les Français sont particulièrement sensibles à la pollution.

    La prudence scientifique la plus élémentaire aurait donc dû conseiller de ne pas publier de tels chiffres incertains et alarmants fondés sur une hypothèse audacieuse (farfelue ?) sans fournir de comparaisons avec les données réelles de mortalité, et sans avoir testé sa plausibilité dans d’autres pays que la France.

    Mais quand une hypothèse répond si bien aux préoccupations politiques du moment, il est difficile de résister à la gloire de la notoriété et du succès médiatique… au détriment de l’intérêt général.

    https://www.contrepoints.org/2018/12/15/332493-pollution-de-lair-en-france-48-000-ou-11-morts-par-an

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme Michel Gay le sait très bien, il y a particules et particules.

      Les particules émises par la combustion du charbon ou diesel demeurent en l'état et, pénétrant dans les poumons provoquent effectivement des cancers comme le sont les particules d'aluminium chemtraillées tous les jours qui provoquent la maladie d'Alzheimer et de Parkinson.

      Le nombre de morts dépasse largement les 11 par jour !

      Puis, il y a les particules inoffensives telles que celles émises par le corps humain et qui s'appellent le gaz carbonique. Le gaz carbonique est nécessaire et constitue nos os et fait pousser les plantes qui donnent de l'oxygène.

      Donc, ne confondons pas ce que nous respirons !

      Supprimer
  24. Crise d'incarcération: 50 % des Américains ont fait condamner un membre de leur famille à la prison


    par Tyler Durden
    Ven, 14/12/2018 - 20:05


    L’incidence de la crise de l’incarcération sur les familles et les communautés américaines a été stupéfiante, selon une nouvelle enquête réalisée par FWD.us et l’Université Cornell de la justice pénale.

    L'enquête a révélé que le taux actuel d'incarcération s'établissait à 710 détenus pour 100 000 habitants, contre 147 au Royaume-Uni, 118 au Canada et 98 en France.

    FWD.us et la Cornell University soulignent que plus de 1,5 million de personnes sont actuellement derrière les barreaux dans des prisons d'État ou fédérales aux États-Unis. Les admissions dans les prisons ont dépassé les 10 millions par an depuis au moins deux décennies. Ces chiffres expliquent comment plus de 50% des adultes (environ 113 millions de personnes) ont fait incarcérer un membre de leur famille immédiate au moins une nuit en prison.

    - voir graphique sur site -

    Un adulte sur sept a un membre de la famille immédiate en prison depuis plus d'un an et un adulte sur 34 a au moins un membre de la famille passé au moins dix ans en prison. Selon l'enquête, environ 6,5 millions de personnes ont un membre de leur famille immédiate actuellement incarcéré en prison ou en prison (1 sur 38).

    Les effets néfastes des personnes incarcérées après leur incarcération ont été bien documentés, mais il reste encore beaucoup à faire pour analyser les torts et les inconvénients directs et indirects dont souffrent les familles et les communautés.

    L'étude montre que l'incarcération touche tous les types d'Américains ", les taux d'incarcération familiale sont similaires pour les républicains et les démocrates - mais l'impact est inégalement supporté par les communautés de couleur et les familles à faible revenu. Les Noirs sont 50% plus susceptibles que les Blancs personnes ayant eu un membre de la famille incarcéré et trois fois plus susceptibles d'avoir un membre de la famille incarcéré depuis au moins un an (61%) sont 61% plus susceptibles que les personnes gagnant plus de 100 000 $ par an d'avoir une famille membre incarcéré et trois fois plus susceptible d’avoir un membre de la famille incarcéré depuis un an ou plus ", a indiqué le sondage.

    Les infographies suivantes illustrent les chiffres de l’enquête et mettent en lumière les réalités choquantes de la crise:

    L'incarcération n'a pas seulement un impact sur la personne qui est envoyée en prison, elle se répercute sur les familles et détruit les communautés. La plus grande menace pour les Américains est donc l’État policier américain.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-11/incarceration-crisis-50-americans-have-had-family-member-jailed

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grâce à l'arrivée de centaines de millions de musulmans en France ce seront jusqu'à 100 % des français qui seront derrière les barreaux.

      Supprimer
  25. FRANCE - PREMIERS «GILETS JAUNES» SUR LES CHAMPS-ELYSÉES

    Les annonces de Macron ne suffisent pas à arrêter les «gilets jaunes» qui s'apprêtent à redescendre dans la rue pour un 5e samedi sous haute tension.

    15.12.2018, 07h40

    «Gueuler pour se faire entendre»: les premiers «gilets jaunes» convergeaient samedi sur les Champs-Elysées, encadrés par un dispositif sécuritaire d'ampleur, pour l'«acte V» d'une mobilisation nationale sous l'oeil inquiet du pouvoir qui espère un apaisement après les annonces d'Emmanuel Macron en faveur du pouvoir d'achat.

    «La dernière fois, on était là pour les taxes, cette fois, c'est plus pour les institutions: on veut plus de démocratie directe», résume Jérémy, intérimaire de 28 ans venu de Rennes «gueuler pour se faire entendre». Dans un froid mordant, des manifestants arrivaient par groupes peu après 8h.

    L'ampleur des manifestations, qui ont réuni 136'000 personnes lors des deux derniers épisodes marqués par des scènes de guérilla urbaine et un dispositif sécuritaire exceptionnel, va être scrutée de près par un exécutif en proie à une crise sociale inédite.

    14 véhicules blindés

    Autour de l'arc de Triomphe, des fourgons de gendarmes mobiles étaient positionnés peu après 7h, tandis qu'un canon à eau était aperçu sur les Champs-Elysées, devenus au fil des semaines l'épicentre des manifestations. 8000 membres des forces de l'ordre ont été déployés dans la capitale, appuyés par 14 véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG).

    A 100 mètres de la place de l'Etoile, à la brasserie «Le vin coeur», Maria, la responsable, craignait de nouvelles dégradations. «Dès que ça gaze, on a ordre de fermer et de remonter le store de la terrasse», témoigne-t-elle. Pour elle, «qu'ils manifestent, pas de souci, mais cette casse, c'est affligeant».

    «On s'attend à un mobilisation un peu moindre mais avec des individus un peu plus déterminés», a déclaré vendredi soir le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez.

    Un «gilet jaune» du Vaucluse, Christophe Chalençon, qui fait pourtant partie des représentants «constructifs» du mouvement, a appelé à «devenir encore plus ferme», prévoyant de manifester samedi «jusqu'à la démission» du président.

    Environ 69'000 membres des forces de l'ordre ont été déployés, contre 89'000 samedi dernier. En régions où de nombreuses manifestations sont annoncées, des renforts sont prévus là ont eu lieu des violences, comme Bordeaux ou Toulouse.

    «100 euros, c'est du flan»

    De nouveau, des contrôles en amont doivent avoir lieu sur les routes, dans les gares et les transports en commun menant vers Paris et les manifestants en possession de projectiles susceptibles d'être lancés contre les forces de l'ordre seront placés en garde à vue.

    RépondreSupprimer
  26. Samedi dernier, près de 2000 personnes avaient été interpellées, un record. L'A6 a été coupée dans les deux sens à la limite entre la Saône-et-Loire et le Rhône par le préfet par précaution face à la mobilisation attendue de «gilets jaunes».

    Dans la capitale, les accès aux institutions (Palais de l'Elysée, Hôtel Matignon, Assemblée nationale, ministère de l'Intérieur, etc.) sont protégés.

    En revanche, signe que la tension retombe un peu, la Tour Eiffel, l'Opéra Garnier, les musées du Louvre, d'Orsay et le Grand palais, fermés samedi dernier, restent ouverts, tout comme les grands magasins à l'approche de Noël.

    Les images de Paris en état de siège, avec feux de véhicules, barricades et gaz lacrymogène, ont fait le tour du monde.

    A Bordeaux, l'office de tourisme a annulé toutes ses visites guidées prévues samedi après-midi et fermera ses portes à la mi-journée. De nombreux services et établissements culturels publics garderont leurs portes closes.

    Emmanuel Macron, vilipendé dans les manifestations, a lancé vendredi un appel à un retour au «calme», à «l'ordre» et à «un fonctionnement normal» du pays.

    Ses annonces dévoilées lundi, dont la plus emblématique porte sur une hausse de 100 euros des revenus au niveau du Smic, ont été diversement reçues par des Français réclamant moins de taxes et plus de pouvoir d'achat.

    «100 euros de plus pour les smicards c'est du flan, ça ne concerne qu'une minorité de personnes», a regretté samedi à Paris Ludovic, 40 ans, conditionneur cariste venu manifester d'Amiens.

    Après l'attentat djihadiste, de Strasbourg mardi qui a fait quatre morts, les appels, notamment au sein de la majorité et du gouvernement, à ne pas manifester ont aussi été rejetés par une partie des «gilets jaunes», n'y voyant aucun rapport.

    Si les modérés, représentés par le collectif des «gilets jaunes libres» ont appelé à une «trêve» et estimé que «le temps du dialogue est venu», d'autres ont affiché leur détermination à redescendre dans la rue pour obtenir de nouvelles avancées sociales et économiques. (afp/nxp)

    https://www.lematin.ch/monde/nouveau-samedi-noir-france/story/15250081

    RépondreSupprimer
  27. La Chine demande aux États-Unis de donner de l'argent à la Chine en raison du changement climatique



    14 décembre 2018



    La Chine demande aux États-Unis et aux autres pays développés de lui verser d'importantes sommes d'argent, car ils doivent à la Chine et à d'autres pays en développement des contributions historiques aux États-Unis en matière de gaz à effet de serre.

    La Chine demande également à un «pays en développement» indulgent un contrôle comptable sur la manière dont ces transferts monétaires pour le climat des États-Unis à la Chine sont dépensés.

    La Chine demande aux pays développés de payer leurs dettes face au changement climatique

    Le point de blocage des négociations de l'ONU est la manière dont les pays devraient comptabiliser leurs émissions de gaz à effet de serre.

    La Chine a appelé les pays riches à "payer leurs dettes" sur le changement climatique lors des négociations mondiales de jeudi, critiquant les pays développés pour ne pas en faire assez pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et fournir un financement pour aider les pays pauvres à faire de même.

    Xie Zhenhua, ministre qui dirige la délégation chinoise et ancien combattant des négociations sur le climat à l'ONU, intervient alors que la Chine doit faire face à une pression croissante pour modifier sa position sur certaines des règles essentielles requises pour la mise en œuvre de l'accord de Paris de 2015.

    Il a déclaré à un petit groupe de journalistes: «Les pays en développement ne sont ni à l'aise ni heureux. [Nous devons] voir si les pays développés ont honoré leurs engagements. Certains pays n'ont toujours pas commencé leurs efforts d'atténuation ni fourni un soutien financier [aux pays pauvres]. Nous les exhortons vivement à payer leurs dettes. "



    Les pays développés préfèrent des normes strictes mais les pays en développement ont toujours eu une marge de manœuvre, reconnaissant que leurs structures de gouvernance et leurs capacités peuvent être à la traîne.

    Mais l'UE et d'autres pays développés craignent que de grandes économies en développement rapide telles que la Chine n'acceptent pas une transparence suffisante dans la comptabilisation de leurs émissions.

    Xie a déclaré que les négociations étaient "dans l'impasse", mais a affirmé que la Chine devrait continuer à être traitée comme un pays en développement et que les pays en développement devraient disposer d'une marge de manœuvre suffisante pour respecter les règles de transparence.



    En savoir plus: https://www.theguardian.com/science/2018/dec/13/china-demands-developed-countries-pay-their-debts-on-climate-change

    La situation est encore plus ridicule quand on considère que le gouvernement fédéral américain est en grave déficit, il emprunte des milliards de dollars chaque année. Une grande partie de cet argent emprunté provient de Chine.

    La position du négociateur chinois Xie Zhenhua revient donc à demander aux États-Unis d’emprunter de l’argent à la Chine, de remettre le principe à la Chine, puis de rembourser le prêt qu’ils venaient de donner à la Chine.

    Ma question - le président Obama aurait-il accepté la demande chinoise?

    https://wattsupwiththat.com/2018/12/14/china-demands-usa-give-money-to-china-because-climate-change/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pollution et pollution


      jeudi 13 novembre 2014


      http://globaleconomicanalysis.blogspot.fr/2014/11/historic-hype-over-global-warming.html

      Pareillement qu'il est facile d'accuser une famille nombreuse de plus consommer qu'un célibataire et donc de taxer le grand nombre de tous les maux de la Terre, dernièrement un économiste a publié un graphique sur les pays les plus gros consommateurs de pétrole (donc: pollueurs). Graphique qui montrait la Chine, les USA, l'Inde et la Russie les quatre premiers d'une liste de 19 pays sélectionnés comme étant les plus pollueurs.

      Oui mais, de la même façon que l'on peut citer Monaco et Macao comme étant les pays les plus peuplés de la Terre (au km²), je répondrais pour les pollueurs que c'est en fait le contraire !

      Compte tenu du nombre d'habitants et de la quantité de pétrole consommée, l'Arabie Saoudite arrive largement en tête des pays les plus pollueurs de la Terre ! Cela vous étonne ? C'est bien d'ailleurs la première fois que vous lisez un tel article face au bassinnage médiatique quotidien que c'est La Chine qui est le plus gros pollueur monstrueux de la Terre !

      1 -- Arabie Saoudite
      2 -- Australie
      3 -- Canada
      4 -- USA
      5 -- Corée du Sud
      6 -- Russie
      7 -- Allemagne
      8 -- Afrique du Sud
      9 -- Japon
      10 - Italie
      11 - Royaume-Uni
      12 - Chine
      13 - Turquie
      14 - Argentine
      15 - Mexique
      16 - Inde
      17 - Indonésie
      18 - France
      19 - Brésil

      C'est bien en divisant la quantité de pollution émise par le nombre d'habitants que l'on peut mieux se rendre compte de la vérité cachée !

      Car, c'est bien au nombre d'habitants qu'il faut regarder (et non à la superficie d'un pays). L'Alaska avec ses 731.000 hab. et 1.717.854 km² consomme plus d'énergie par le fait qu'il y fait froid et que la lumière est manquante dans l'hiver long. Pareillement que le sont d'autres en Europe du Nord (Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Islande, etc) mais qui ne sont listés dans les 19 choisis, la consommation de pétrole par habitant doit être plus élevée qu'en Afrique, car je ne pense pas qu'ils aient choisi de brûler du bois des forêts où les arbres poussent lentement, ni qu'ils se contentent de se chauffer avec des arètes de poissons !

      Et c'est bien pourquoi la Chine et le Brésil (entr'autres) ont toujours refusé de s'acquitter de la taxe aéroportuaire pour les avions en ce qui concerne le gazcarbonique décrit comme étant La pollution !!

      Ce qui est malheureusement désigné comme pollution est le gazcarbonique que nous rejetons continuellement en respirant, d'où chaque habitant de la Terre (animaux y compris) montré comme pollueur !! Pareillement que le fumier est une pollution, c'est bien cette pollution qui fait pousser les plantes !! et NOUS NOURRIT TOUS LES JOURS !

      D'où le merci à la pollution d'être là sans quoi nous n'y serions pas !

      https://huemaurice5.blogspot.com/2014/11/pollution-et-pollution.html

      Supprimer