- ENTREE de SECOURS -



mercredi 12 décembre 2018

L'UE et les signes avant-coureurs du fascisme

par Tyler Durden
Mer 12/12/2018 - 03:30
Écrit par Kit Knightly via OffGuardian.com,


La situation échappe à tout contrôle en Europe, plus rapidement que prévu. En dehors du Brexit, il existe un fort sentiment anti-UE en Hongrie, en Espagne, en Italie, en Grèce et en France. L'UE risque de s'effondrer et les personnes craignant de perdre le pouvoir sont exposées à des actes extrêmes de contrôle dictatorial.

Combien de temps avant que l'UE ne devienne vraiment la force autoritaire que les peuples des deux bouts du spectre politique ont toujours craint ?

LA FORCE DE DEFENSE DE L'UE

Plus tôt cette année, l’UE a voté pour «punir» l’un de ses propres membres, la Hongrie, pour les politiques internes de son gouvernement élu. Soyons clairs: peu importe ce que vous pensez de Viktor Orban, il a été élu par le peuple hongrois. Il est leur chef démocratique légalement reconnu. La Hongrie a voté pour lui. En revanche, la Hongrie n'a voté pour aucun des 448 eurodéputés qui ont soutenu la proposition de l'eurodéputée néerlandaise Judith Sargentini:

Les Hongrois méritent mieux… Ils méritent la liberté de parole, la non-discrimination, la tolérance, la justice et l'égalité, autant d'éléments inscrits dans les traités européens. ”

Notez que le mot la «démocratie» ne figure pas sur cette liste. «Tolérance», «justice» et «égalité», mais pas la démocratie. Un bordereau freudien, peut-être.

Le vote du Parlement européen était lui-même un non-sens corrompu - un vote dans lequel les abstentions étaient ignorées afin que la majorité des deux tiers puisse être atteinte. Imposer une loi qui, essentiellement, appelle à un changement de régime en Hongrie via:

Des mesures appropriées pour rétablir la démocratie inclusive, la primauté du droit et le respect des droits fondamentaux en Hongrie »

Une sanction suggérée - «L’option nucléaire» - est une perte du droit de vote. La Hongrie serait toujours membre de l'UE, continuerait de cotiser à l'UE, continuerait d'obéir à toutes les lois et réglementations de l'UE, mais n'aurait plus son mot à dire quant à la nature de ces lois.

Ce serait théoriquement en défense de la «démocratie inclusive».

Combien de temps avant que la désapprobation et la punition de certains dirigeants se transforment en destitution ? Pouvons-nous vraiment dire que cela n'arriverait jamais ?

Ce mois-ci, Paris (et d’autres villes françaises) ont été témoins de l’énorme manifestation des Gilets Jaunes contre la taxe sur les carburants, l’austérité et les inégalités de revenus. La répression violente de ces manifestations n'a été critiquée ni par les États membres de l'UE, ni par l'UE elle-même. Cependant, un véhicule blindé portant l’insigne de l’Union européenne a été vu dans les rues de Paris.

Récemment, Macron et Merkel ont toutes deux évoqué la nécessité de créer une armée de l'Union européenne. Ces manifestations en France serviront-elles d'excuse à la mise en œuvre de ces plans ?

Supposons que l’armée de l’UE soit créée - fournissons à l’Union européenne sa "force de défense" tant convoitée. 250 000 hommes hypothétiques, issus de tous les états membres. Quel est leur but ? Quelle est leur fonction ?

Par exemple, auraient-ils été déployés en Catalogne l'année dernière pour «maintenir la paix» ? Une armée de l'UE aurait-elle agi contre un vote pacifique pour «défendre» l'intégrité de l'Union ?

Le gouvernement de Viktor Orban aurait-il le choix de déployer la Force de défense de l'UE à Budapest et d'éliminer l'homme qui constitue une menace pour «l'égalité»? Est-ce que cela compterait comme «des mesures appropriées pour restaurer la démocratie inclusive» ?

Si le Brexit est jugé «une menace pour les droits de l'homme» (ou une autre collection de mots à la mode), l'armée de l'Union européenne ferait-elle rouler des véhicules blindés dans les rues de Londres pour nous protéger de nous-mêmes ?

Dans le passé récent de l’Union européenne, il y a eu et il pourrait y avoir de nombreuses situations dans lesquelles une intervention militaire n'a été évitée que parce que ce n'était littéralement pas une option. Une armée de l'UE en ferait une option. Faisons-nous confiance à Bruxelles pour ne pas en profiter ?

Certains soutiennent qu’une armée de l’UE serait une bonne chose, car elle réduirait la dépendance de l’Europe vis-à-vis de l’OTAN et éliminerait l’influence américaine. Je ne crois pas que ce soit le cas, et à titre de preuve, je tiens à préciser que le Carnegie Endowment for International Peace, une ONG bien connue appuyée par les États-Unis, est très favorable au plan.

LE MINISTÈRE DE LA VÉRITÉ DE L’UE

Bien entendu, la possibilité croissante d'un consensus européen imposé par la force n'est qu'un aspect de la menace.

En dehors de la répression physique - tant de la part de l'UE (de la souveraineté nationale) que de l'État (du droit individuel de manifester) -, il existe des signes avant-coureurs de répression intellectuelle. Une répression à venir contre la liberté d'expression et d'opinion.

Il existe aujourd'hui un article effrayant sur The Guardian: «La Russie est une voie pavée pour les saisies de navires ukrainiens avec de fausses campagnes d'information». Ce n'est pas effrayant à cause du titre - ça fait peur à cause des motivations qui le sous-tendent et des implications pour l'avenir de l'Europe.

La viande de l’article est une allégation de malversation russe sans fondement, sans lien et sans preuves, et à ce titre, le rasoir de Hitchens s’applique.

La première moitié de l'article est truffée de mensonges, d'omissions et d'erreurs. C’est the gardian, vous vous y attendez. Ne tenez pas compte du babillage sur le choléra et les bombes nucléaires. Ne tenez pas compte des erreurs factuelles, même si elles sont nombreuses. Dans ce cas, rien de tout cela ne compte.

Tout ce qui compte, c’est la deuxième partie - la «solution» proposée au «problème» auquel cet article est une «réaction». À savoir, la désinformation en ligne. Plus précisément, désinformation «russe» en ligne.

Julian King, ancien ambassadeur du Royaume-Uni en France et actuellement commissaire à la sécurité de l'UE, souhaite que les entreprises de technologie prennent des mesures pour empêcher la propagation de "fausses informations". C’est une guerre contre la dissidence, avec trois fronts.

Un - établissez la "vérité":

La semaine dernière, la Commission européenne a annoncé la mise en place d'un système d'alerte rapide pour aider les États membres de l'UE à reconnaître les campagnes de désinformation

Essentiellement, il y aura une liste de «nouvelles» acceptables mandatée par l'Union européenne, et tout ce qui s'en écartera le moins du monde sera qualifié de «désinformation». Cela permettra aux gens d’écarter, plutôt que de s’engager, des points de vue différents des leurs.

Deux - éliminer la dissidence:

King a déclaré que les plateformes de médias sociaux devaient identifier et fermer les faux comptes diffusant de la désinformation.

Par «faux comptes», ils désignent des comptes qui répandent la «désinformation». Être un «bot» n’est pas une question de savoir si vous êtes ou non une personne réelle, mais bien d’avoir les bonnes opinions. Comme il a été démontré, ils ne savent pas ou ne se soucient pas de savoir qui est réel et qui ne l’est pas. Des personnes parfaitement réelles ont été qualifiées de «robots russes» dans les médias, lorsqu'il a été prouvé qu'elles ne sont ni des Russes ni des robots. Peu importe qu'il s'agisse d'incompétence ou de corruption, le fait est que les gouvernements ont montré qu'on ne pouvait pas faire confiance à cette affaire.

Trois - contrôler le récit:

Nous avons besoin de voir une plus grande clarté autour des algorithmes, des informations sur la manière dont ils hiérarchisent le contenu à afficher, par exemple. Si vous recherchez des informations relatives à l'UE sur Google, le contenu de sources de propagande russe telles que RT ou Spoutnik figure invariablement dans les premiers résultats… Tout cela doit être soumis à un contrôle et à un audit indépendants.

L'algorithme de Google permet d'afficher dans les résultats des informations qui ne sont pas en accord avec l'UE ou qui le critiquent directement. C'est inacceptable. Ce que le commissaire européen à la Sécurité veut, c’est que Google «répare» leur système, pour s’assurer que les informations qui s'écartent du programme de l’UE ne figurent pas dans leurs résultats.

Maintenant, si vous pensez que cela ressemble à de la censure, ne vous inquiétez pas, car [notre emphase]:

Ce que nous n’essayons pas de faire, c’est de censurer Internet. Rien ne dit que nous - ou qui que ce soit d’autre - devrions devenir les arbitres du contenu que les utilisateurs devraient ou ne devraient pas consommer en ligne. Il s’agit de transparence, pas de censure.

L’UE veut que Google supprime certains sites Web de leur algorithme, mais il s’agit de transparence, pas de censure. Donc ça va.

CONCLUSION
Pour résumer:

Les deux figures de proue de l’Union européenne sont toutes deux favorables à une armée de l’UE.

Le drapeau de l’Union européenne est peint sur des véhicules blindés réprimant les manifestations antigouvernementales en France.

L'Union européenne met de côté 4,6 millions de livres sterling (5 millions d'euros) pour «aider les citoyens à reconnaître la désinformation».

L’Union européenne veut faire pression sur les entreprises de médias sociaux pour qu’elles «ferment» des comptes qui répandent de «fausses nouvelles».

L'Union européenne souhaite que Google modifie son algorithme, promeuve des informations louant l'UE et rétrogradant des sites critiques.

L’Union européenne veut que nous comprenions qu’il s’agit de «transparence» et qu’il ne s'agit définitivement PAS de censure.

Est-ce que cela ressemble à une organisation dont nous voulons faire partie ? Sommes-nous censés aimer la «force de défense» multinationale proposée par l'UE qui organise des marches anti-européennes dans les rues de Barcelone ou de Rome ? Encourager l'idée que l'armée de l'UE puisse être envoyée dans des États membres non coopératifs afin d'éliminer les dirigeants «dangereux» élus, car ils constituent une menace pour «l'égalité» ?

Nous ne pourrons même pas en dire plus à ce sujet, car l’UE fournira à Twitter et à Facebook une liste de comptes de «fausses informations» sur les réseaux sociaux, qui les fermeront consciencieusement. Bien que Google modifie et retouche son algorithme pour s’assurer que toute information couvrant la répression de la démocratie par l’UE est poussée aussi loin dans les pages de résultats, elle n’existe peut-être pas.

La presse britannique, les experts et les têtes qui parlent se réfèrent constamment à la «crise du Brexit», mais ce n’est que de l’hystérie et de la peur. Re-négocier votre position dans un bloc commercial n'est pas une crise. Une crise est ce qui se produit lorsqu'une structure de pouvoir bureaucratique non élue sent que son emprise sur le pouvoir glisse et agit en conséquence.

Et une crise pourrait bien être à l'horizon. Les signes sont là, si vous voulez les voir.

53 commentaires:

  1. L’UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet


    By lejournaldusiecle
    14 février 2013


    Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d’euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l’euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

    C’est le Daily Telegraph qui a révélé l’information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d’une campagne sans précédent de réorientation de l’opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

    Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l’opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique.

    Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s’agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

    Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu’expriment de plus en plus d’Européens, à savoir que "l’Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d’Europe", et non pas "moins d’Europe".

    Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu’est l’UE, dixit Barroso.

    En pleine crise économique, et alors que l’austérité est imposée aux États, l’UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu’une augmentation de près de 2 millions d’euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés l’an prochain.

    Nigel Farage a été l’un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l’UE ne valait pas mieux qu’une "république bananière".

    Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

    http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet

    RépondreSupprimer
  2. Les « gilets jaunes » vus de Toronto par la journaliste Donna Laframboise


    le 12 décembre 2018


    Un mois de manifestations a mis le gouvernement français à genoux. Voici 5 remarques cruciales.

    Un. C’est une protestation spontanée venant du peuple. Les conducteurs français doivent de par la loi posséder un gilet fluorescent dans leur voiture. Les centaines de milliers de mères, de grand-mères, de frères et de soeurs, d’oncles et de cousins qui ont revêtu ces gilets sont connus comme « les gilets jaunes ». Ils englobent tout l’électorat français.

    Deux. Les images des scènes d’émeute parisiennes ont fait le tour du monde, mais dans la France provinciale les communautés de gilets jaunes ont été pacifiques. Ce mouvement a été catalysé par la taxe carbone sur l’essence et le diesel qui devrait entrer en application le premier Janvier prochain. Ces taxes carbone vont rendre les déplacements en voiture délibérément plus coûteux. Elles sont supposées encourager les transports publics, au nom du combat pour le climat. Alors que les habitants de Paris et de sa région peuvent disposer d’un bon réseau de transports ils ne représentent que 20 % des 67 millions de Français.

    Les gens ordinaires qui vivent en dehors des grandes agglomérations sont dépendants de leurs voitures. Ces personnes ont été outragées car, pour eux, utiliser des transports en commun n’est pas réaliste et le gouvernement a décidé de les pénaliser directement et indirectement : quand le prix de l’essence augmente il s’en suit qu’un paquet de farine, des couches pour bébé ou une boite de médicaments transportés d’un point A à un point B voient leur coût également augmenter.

    Trois. Ces taxes carbone ont été annulées. Initialement elles devaient faire l’objet d’un moratoire de 6 mois. Elle ont finalement été annulées..

    Quatre. Les protestations ont déstabilisé le gouvernement et provoqué de sérieux dommages à l’économie. Pour restaurer le calme, le Président Emmanuel Macron devrait démissionner après avoir accédé au pouvoir il y a seulement un an et demi.

    Cinq. Donner la priorité du changement climatique sur le bien-être des citoyens est un suicide.

    Note. Ce billet de Donna a été écrit avant l’allocution télévisée de Macron. Selon les analystes les décisions prises par le Président ne feront qu’aggraver la situation de la dette française et le déficit de l’Etat, deux « détails » qui pourraient énerver la Commission de Bruxelles. Mais au fait qui va prêter de l’argent à la France ? Sans aucun doute pour attirer les investisseurs les taux vont augmenter ce qui aura donc pour effet de rendre encore plus pesante la charge de la dette. Macron, tout banquier qu’il fut, n’a pas compris dans quelle impasse financière la France se trouve

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/12/12/les-gilets-jaunes-vus-de-toronto-par-la-journaliste-donna-laframboise/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les français n'ont pas la trouille, ils ont peur. Peur de voir des étrangers diriger la France (comme il en a été depuis longtemps avec des 'ministres' étrangers), peur de travailler pour rien avoir, peur de se faire attaquer sans moyens de défense, peur pour leur avenir encore plus assombri par les faux crimes de respirer et donc de rejeter du gaz carbonique qui serait mortel et tuerait des milliards de personnes !! peur que cette dictature qui succède à d'autres dictatures les empêche d'avoir seulement la Démocratie comme espoir !

      Supprimer
  3. Emmanuel Macron en chute libre


    Le début de la fin: la chute libre d’Emmanuel Macron commence - et il a été le dernier espoir et le principal symbole de «néolibérale», «démocratique», «progressiste», Nomenklatura de l’UE et ses scénaristes.

    Par Ivan Daraktchiev
    12 décembre 2018


    Dans un article publié il y a dix-huit mois, j'ai écrit ce qui est devenu son titre, «L'agonie de la Nomenklaturocracy: le projet« Emmanuel Macron », la dernière chance de l'international Nomenklatura de retarder l'abandon inévitable de l'idée de l'UE lourdement discréditée et blessée à mort. Annoncez brièvement ce que le titre ci-dessus dit en plusieurs mots: Emmanuel Macron est en chute libre !

    Au cours de semaines de manifestations de rue organisées par un mouvement spontané intitulé «Gilets jaunes» (cartes jaunes), qui ont suscité la sympathie du public tout en condamnant les violences perpétrées par des bandes de délinquants qui se contentaient de prier pour l'action organisée et de piller des magasins, incendier des voitures et même combattu avec les forces de l'ordre, faisant couler le sang, le président français était notoirement absent (occupé avec des priorités plus élevées sur Jupiter, diraient certains, ajoutant que cela équivalait à un mépris visible).

    Et puis, aujourd'hui, il est revenu sur Terre, dans une performance théâtrale: beau, éloquent et humble, promettant de répondre à quelques-unes des exigences - et tout le monde sait qu'il n'y a pas d'argent, la dette souveraine se situe entre 110 et 120 % un PIB d'environ 2 000 milliards d'euros et le déficit budgétaire devra dépasser le plafond requis par la CE, c'est-à-dire davantage d'emprunts, c'est-à-dire continuer dans la spirale que la Nomenklatura promet d'éviter, à chaque cycle de planification budgétaire, encore et encore…

    Trop peu, trop tard: de nombreux groupes de manifestants, dispersés dans toute la France, sont venus à la télévision pour annoncer qu'ils continueraient à manifester ! Mais même s’ils cèdent et que cette vague s’atténue, les dégâts les plus graves que puisse subir un fantoche vendu comme un génie politique sont déjà commis et aucun recours n’est offert.

    Macron est allé jusqu'à admettre que son attitude n'était pas adéquate. Depuis le début de sa présidence, son comportement a toujours été hautain et arrogant, ce qui fait qu’il fait maintenant demi-tour. Son langage corporel apaisera peut-être une partie de la colère publique, mais le discours d'aujourd'hui est un aveu d'au moins une partie de la culpabilité: l'opposition a déjà formulé le blâme - il a promis des changements dans la politique de ses prédécesseurs, changements qui devaient apporter le La vie a été rétablie, mais sa politique a au contraire exacerbé la situation. Les pauvres s'appauvrissaient visiblement plus vite qu'avant, tandis que les riches s'enrichissaient encore plus vite que cela.

    Le président français a déclaré «l'urgence socio-économique». Bon, mais pas assez: (i) Cela aurait bien servi la France si cette urgence avait été annoncée par un couple de présidents avant Macron; et (ii) il n’ya pas d’argent !

    RépondreSupprimer
  4. Ce qui précède est essentiellement un rappel, ce qui signifie que la Nomenklatura vit dans son propre cocon et n’a aucune idée de la vie quotidienne de son citoyen moyen (et encore moins ailleurs dans le monde). De plus, signifiant Nomenklatura n’a aucune idée de la façon d’améliorer ce qu’il ne sait pas, mais au minimum - pour que le public s’apaise… La France est aujourd’hui exactement là où elle était il ya un demi-siècle, année après année. , lorsque son dirigeant ambitieux, le général Charles De Gaulle, a dû démissionner à la suite d'activités et de violences similaires dans la rue. La grande question est de savoir si le parallèle se termine là ou si nous devrions nous intéresser à la colère populaire contre Louis XVI ou Nicolas II…

    La révolte de «Gilets Jaunes» a marqué des points, simplement par le fait que Nomenklatura a cédé. Nous verrons si ce mouvement vraiment populaire, spontané, ex-politique, ex-idéologie (un véritable «nous le peuple») va évoluer plus loin, maintenant ou après avoir été calmé, mais dans mon esprit cela marquait déjà le début de la révolution française du 21ème siècle… Et ce n’est pas simplement mon fantasme: parmi plusieurs observateurs qui ont commenté à la télévision nationale les deux ou trois Les plus compétents et les plus expérimentés ont appelé les «porte-parole des manifestants» «des Trumpistes». C'était essentiellement pour dénoter l'attitude révolutionnaire de Donald Trump (paraphrasant), «l'intérêt de mon peuple d'abord», défiant la ligne de l'état Deep, que ses prédécesseurs ont dûment suivie, applaudie un front uni servile de pouvoir législatif et législatif qui mène aujourd'hui une campagne anti-présidentielle sans précédent.

    Nous, les dissidents européens, avons expliqué pourquoi Donald Trump devait être considéré comme l'initiateur et le premier exécuteur de la révolution américaine du XXIe siècle. La caractéristique principale de son portefeuille révolutionnaire, qui résonne chez les manifestants français, est son patriotisme - les «Gilets jaunes» se plaignaient du fait que leur sort était totalement négligé depuis des années alors que les immigrants entrants étaient traités plus généreusement (implicitement, à leurs dépens, implicitement, etc.) si la politique de l'UE est défiée et que le flux d'immigrants est arrêté, il y aura plus d'argent pour les «gens de chez nous»).

    Et c’est Emmanuel Macron, cet homme immature dans lequel ils ont voté (au lieu de «nationaliste» Marine Le Pen) en tant que président, qui a récemment parlé au nom de l’UE de la façon dont les Européens ne sont pas en faveur du nationalisme (du président des États-Unis). Ce sont certainement des «patriotes» mais pas des «nationalistes», vous voyez ? Les gens dans la rue semblent donc mieux savoir que ces deux personnes sont synonymes et que le «nationalisme» est accusé de connotation négative par ceux qui doivent colporter la propagande de quelqu'un. Et ils sont fiers d'être des «Trumpistes» - c'est-à-dire des patriotes français et des nationalistes à la fois - en leur demandant d'être écoutés, y compris en ne respectant pas les directives européennes qui les privent de fonds pour financer de plus en plus d'immigrés …

    Macron n'a pas mentionné une seule fois l'UE, ses politiques, ses directives, ses objectifs communs, l'accueil chaleureux réservé à de nouveaux immigrants jusqu'à la perpétuité…

    Les fissures dans l’Union européenne deviennent de plus en plus nombreuses et de plus en plus larges.

    https://www.lewrockwell.com/2018/12/no_author/emmanuel-macrons-free-fall/

    RépondreSupprimer
  5. Les émeutes en France ne concernent pas que les impôts


    par Tyler Durden
    Mer 12/12/2018 - 02:00
    Publié par Robert Wheeler sur le blog Organic Prepper de Daisy Luther,


    Les récentes manifestations en France semblent avoir surpris tout le monde, en particulier le gouvernement français. Le gouvernement Macron semble avoir sous-estimé les manifestations et la détermination des manifestants.

    Les médias occidentaux semblent confus dans leurs tentatives pour les comprendre ou les expliquer et le reste du monde semble surpris que, dans un pays «riche» occidental, les gens puissent être si mécontents de ce qui ne concerne ni la race, ni le genre, ni aucun autre. Les points chauds de la justice sociale leur sont donnés par les HSH et les universités, qu'ils descendraient dans la rue pendant des semaines.

    Toutes les indications dont nous disposons à ce stade montrent que les Français ont finalement et légitimement en avoir assez d’être opprimés par le gouvernement. Pourtant, personne ne sait vraiment où vont les manifestations et comment le gouvernement va réagir. Il a été question de manifestations plus nombreuses et plus importantes avec des inquiétudes quant à une plus grande violence et le gouvernement a fait allusion à la possibilité d'imposer la loi martiale.

    Au moment de la rédaction de cet article, il y avait essentiellement une guerre dans les rues de Paris toute la journée et il semble que la guerre va continuer toute la nuit.

    L'histoire officielle des manifestations

    Au début, on nous avait dit que les manifestations étaient le résultat d'un seul problème: les taxes. C'est assez crédible. Les gens protestent contre les taxes depuis des années. Mais ces manifestations semblent différentes. Premièrement, il ne s’agit pas d’une simple question financière, telle que les taxes qui ont longtemps été envisagées aux États-Unis (principalement parce que les taxes ont été relativement basses comparées aux pays socialistes d’Europe... Pour le moment), mais aussi parce que les taxes prétendument générées par les manifestations ont l’imposition d’une taxe sur les carburants sous le couvert de préoccupations environnementales.

    Le gouvernement Macron affirme que les taxes sont imposées afin de permettre à la France de sortir de la filière des énergies fossiles et de se tourner vers les énergies alternatives pour lutter contre le changement climatique.

    Les taxes sont, bien sûr, simplement plus éco-fascistes et volées par le gouvernement français, qui applique la grande tradition des gouvernements occidentaux utilisant le changement climatique, comme le Club de Rome l’a conçu, comme une crise qui «correspondrait à la facture» obliger les «riches» occidentaux à accepter beaucoup moins en termes de niveau de vie et de revenu disponible. Les taxes auraient fait augmenter le prix du diesel, le carburant le plus couramment utilisé en France, de 6,5 cents le 1er janvier. Cela fait suite à une hausse de 7,6 cents plus tôt cette année, qui avait fait monter les prix du carburant de 23%.

    Alors que les Européens acceptent généralement davantage les politiques éco-fascistes (en particulier celles qui ne protègent pas l’environnement), cette hausse des prix des carburants semble avoir été la goutte qui a fait déborder le vase en France. Comme d'habitude, les impôts auraient été dommageables pour une population déjà sérieusement surtaxée, surmenée et sous-payée de la classe moyenne, des travailleurs et des pauvres.

    RépondreSupprimer
  6. Et c’est précisément ceux qui sont venus manifester.

    La classe ouvrière en a marre.

    Du fait du libre-échange, de la «démocratie» à la soviétique, et de l’immigration sans entraves de l’Union européenne, l’économie française est en train de s’effondrer. Les salaires stagnent et baissent, le chômage augmente et les impôts augmentent partout.

    La protestation faisant partie de la culture française, des milliers de Français sont descendus dans la rue, revêtus du gilet jaune qu'ils sont tenus de garder dans leurs voitures conformément à la loi, symbole de «l'urgence». Ces chiffres ont augmenté de milliers à des dizaines de milliers. , à cent mille. Maintenant, il n’ya vraiment aucun moyen de dire combien de manifestants sont dans les rues car Paris est devenu un champ de bataille.

    Comme l'écrit Diana Johnstone,

    De plus en plus, la «gouvernance» est un exercice d'ingénierie sociale par des technocrates qui savent ce qu'il y a de mieux. Cet exercice particulier va directement à l'encontre d'une mesure d'ingénierie sociale antérieure du gouvernement qui utilisait des incitations économiques pour amener les gens à acheter des voitures fonctionnant au diesel. Maintenant, le gouvernement a changé d'avis. Plus de la moitié des véhicules personnels fonctionnent toujours au diesel, bien que ce pourcentage diminue. On demande maintenant à leurs propriétaires d'aller acheter une voiture électrique à la place. Mais les personnes vivant sur le bord ne peuvent tout simplement pas se permettre le changement.

    De plus, la politique énergétique est incohérente. En théorie, l’économie «verte» comprend la fermeture de nombreuses centrales nucléaires en France. Sans eux, d'où proviendrait l'électricité pour faire fonctionner les voitures électriques ? Et le nucléaire est «propre», pas de gaz carbonique. Alors, quoi de neuf? Les gens se demandent.

    Mais en réalité, les protestations vont au-delà des taxes

    Mais, comme d'habitude, l'histoire officielle n'est pas toute l'histoire. Il semble que les manifestations portent sur beaucoup plus que les taxes sur les carburants, mais que ces taxes ont été la source d'un plus grand mécontentement du système dans son ensemble. Les taxes sur les carburants ne sont qu'un autre exemple de la façon dont une population déjà surtaxée est taxée à des taux plus élevés encore une fois alors que tout ce qu'elles veulent, c'est travailler et survivre. Mais cela nous a rappelé à quel point les taxes sur le carburant et le carbone sont factices - c’est-à-dire qu’elles ne font rien pour l’environnement, mais elles abaissent le niveau de vie et rendent extrêmement difficile la survie des travailleurs qui tendent à être leur objectif.

    Mais les impôts ont également rappelé aux Français combien ils étaient déjà surtaxés partout ailleurs, que les personnes âgées peuvent à peine survivre avec leurs retraites et que les travailleurs, même ceux de la classe moyenne, voient leurs moyens de subsistance se réduire. Pour les pauvres, ils sont assis au ralenti et au chômage, impuissants.

    En plus de cela, ils regardent Emmanuel Macron leur dire qu'il n'y a pas de problèmes économiques. Si vous n’êtes pas au travail, il suffit de traverser la rue et d’en trouver un! En fait, Macron a en fait déclaré cela aux travailleurs sans emploi qui l’avaient interrogé sur ce qu’il allait faire pour remédier au chômage croissant en France, renforçant sa réputation de noble libéral limousine très déconnecté de la population.

    RépondreSupprimer
  7. Macron lui-même est un élément intéressant de toute cette situation. Il a été choisi par le courtier en pouvoir Jacques Attali et dirigé dans une banque Rothschild avant d’assumer la présidence pour imposer des mesures d’austérité, poursuivre les aventures de la France à l’étranger et détruire le pays plus par une immigration accrue.

    Les manifestations portent sur l'état de l'économie et pas seulement sur les impôts.

    Les manifestations semblent maintenant porter sur la situation générale du pays, et non sur la taxe sur les carburants en particulier. Ceci est relativement évident puisque peu après les manifestations, le gouvernement français a suspendu la taxe et que les manifestations se poursuivent.

    Bon nombre des signes observés lors de certains de ces rassemblements ont fourni une dimension intéressante. Par exemple, une image qui circule sur Internet (en supposant que la photo soit réelle) montre un signe indiquant «Schiappa por pedophile» (Schiappa est un pédophile), tandis qu'une autre indique «Vaccins contre poison» (Les vaccins sont un poison). Il convient de noter que Schiappa est Marlene Schiappa, la ministre française chargée de l’égalité des sexes.

    Il convient également de noter que la France connaît un mouvement anti-vaccination croissant alors même que le gouvernement français prend de plus en plus de mesures pour exiger et imposer des vaccins. Encore un autre exemple de la fracture croissante entre le gouvernement français et le peuple.

    Diana Johnstone décrit les manifestations dans son article, "FRANCE: Les‘ Gilets jaunes ’’ - Une flambée de détresse des gens que Macron ne devrait pas ignorer "où elle écrit,

    Les Yellow Vests ont tenu leurs premières manifestations le samedi 17 novembre sur les Champs-Elysées à Paris. C’était totalement différent des manifestations syndicales habituelles, bien organisées pour descendre le boulevard entre la place de la République et la place de la Bastille, ou l’inverse, portant des banderoles et écoutant les discours des dirigeants à la fin. Les Gilets Jaunes viennent d'arriver, sans organisation, ni dirigeants pour leur dire où aller ou pour haranguer la foule. Ils étaient juste là, dans les vestes jaunes, en colère et prêts à expliquer leur colère à tout auditeur sympathique.

    En bref, le message était le suivant: nous ne pouvons pas joindre les deux bouts. Le coût de la vie ne cesse d'augmenter et nos revenus continuent de baisser. Nous ne pouvons tout simplement plus le supporter. Le gouvernement doit arrêter, réfléchir et changer de cap.

    Les choses sont pires que nous réalisons en France

    Mais jusqu'à présent, le gouvernement avait réagi en envoyant des policiers pulvériser des torrents de gaz lacrymogène sur la foule, apparemment pour tenir la population éloignée de la résidence présidentielle voisine, l'Elysée. Le président Macron était ailleurs, se considérant apparemment au-dessus de tout.

    Mais ceux qui écoutaient pouvaient en apprendre beaucoup sur l’état de la France aujourd’hui. Surtout dans les petites villes et les zones rurales, où de nombreux manifestants sont venus. Les choses sont bien pires que ce que les officiels et les médias parisiens ont laissé savoir.

    RépondreSupprimer
  8. Il y avait des jeunes femmes qui travaillaient sept jours sur sept et qui désespéraient d’avoir assez d’argent pour nourrir et vêtir leurs enfants.

    Les gens étaient fâchés mais prêts à expliquer très clairement les problèmes économiques.

    Colette, âgée de 83 ans, ne possède pas de voiture, mais a expliqué à qui voulait l'entendre que la flambée des prix de l'essence ferait également mal aux personnes qui ne conduisent pas en affectant les prix des denrées alimentaires et autres produits de première nécessité. Elle avait fait les calculs et estimé que cela coûterait 80 € par mois à une personne retraitée.

    «Macron n’a pas tenu sa promesse de geler les retraites», a rappelé un gilet jaune, mais c’est ce qu’il a fait, parallèlement à l’augmentation de l’impôt de solidarité sur les retraités.

    Les soins de santé sont en train d'être minés.
    Une plainte importante et récurrente concernait la question des soins de santé. La France dispose depuis longtemps du meilleur programme de santé publique au monde, mais ce système est constamment mis à mal pour satisfaire le besoin primordial de capital: le profit.

    Au cours des dernières années, le gouvernement a lancé une campagne de plus en plus importante pour encourager et finalement obliger les citoyens à souscrire à une «mutuelle», c’est-à-dire un régime privé d’assurance maladie, afin de combler «les lacunes» qui ne sont pas couvertes par l’universitaire français. couverture santé. Les «lacunes» peuvent être les 15% non couverts pour les maladies ordinaires (les maladies graves sont couvertes à 100%), pour les médicaments retirés de la liste des «couverts» ou pour les soins dentaires, entre autres. Les «lacunes» à combler continuent de croître, de même que le coût de la souscription à la mutuelle. En réalité, ce programme, vendu au public comme amélioration modernisatrice, est un pas en avant vers la privatisation des soins de santé. C'est une méthode sournoise pour ouvrir tout le domaine de la santé publique aux investissements financiers internationaux. Ce jeu n'a pas dupé les gens ordinaires et figure en bonne place dans la liste des plaintes déposées par les Gilets Jaunes.

    La dégradation des soins dans les hôpitaux publics est une autre plainte. Il y a de moins en moins d'hôpitaux dans les zones rurales et il faut «attendre assez longtemps pour mourir» dans les salles d'urgence. Ceux qui en ont les moyens se tournent vers les hôpitaux privés. Mais la plupart ne le peuvent pas. Les infirmières sont surmenées et sous-payées. Lorsqu'on entend ce que les infirmières doivent endurer, on se rappelle qu'il s'agit bien d'une profession noble.

    Cela m'a rappelé une jeune femme que nous avons rencontrée lors d'un pique-nique public dans le sud-ouest de la France l'été dernier. Elle s’occupe des personnes âgées qui vivent seules à la maison dans les zones rurales, les conduisant de l’autre à les nourrir, les baigner, offrant un moment de bonne compagnie et de compréhension. Elle aime sa vocation, aime aider les personnes âgées, même si cela lui permet à peine de gagner sa vie. Elle fera partie de ceux qui devront payer plus pour passer d’un patient à l’autre.

    Les choses pour lesquelles ils paient des impôts sont en train d'être emportés.
    Les gens paient volontiers les impôts quand ils en ont pour leur argent. Mais pas lorsque les objets auxquels ils sont habitués sont enlevés.

    RépondreSupprimer
  9. Les fraudeurs sont les super-riches et les grandes entreprises avec leurs batteries d'avocats et de paradis, ou des intrus comme Amazon et Google. Entre-temps, les Français ordinaires ont été relativement disciplinés dans le paiement de leurs impôts en échange d’excellents services publics: soins de santé optimaux, transports en commun de première classe, service postal rapide et efficace, formation universitaire gratuite.

    Mais tout cela est assailli par le règne du capital financier appelé «néolibéralisme» ici.

    Dans les zones rurales, de plus en plus de bureaux de poste, d’écoles et d’hôpitaux sont fermés, les services de train non rentables sont supprimés et la «libre concurrence» est instaurée conformément aux directives de l’Union européenne - mesures qui obligent plus que jamais les automobilistes à conduire leur voiture. Surtout quand les grands centres commerciaux vident les petites villes de leurs magasins traditionnels.

    Les manifestations sont-elles réelles ou sont-elles autre chose ?

    À ce stade, les manifestations semblent tout à fait authentiques. Les problèmes abordés sont bien réels et les personnes qui assistent aux manifestations ne sont pas les suspects habituels. Les manifestants sont les pauvres, la classe ouvrière et la classe moyenne. En général, ce ne sont pas des syndicats importants, des partis politiques ou des activistes politiques typiques. Ces derniers groupes ont tendance à être les plus faciles à contrôler et à manipuler, en partie en raison de leur intérêt constant pour les événements politiques, de leur ignorance des solutions vraies et de la façon dont les mouvements de masse peuvent être contrôlés par les forces qu’ils pensent protester.

    En revanche, la classe moyenne et la classe ouvrière, ainsi que les pauvres, ont tendance à être moins impliqués ou intéressés par la politique jusqu'à ce que le point critique soit atteint, un point qui n'est presque jamais atteint par les protestations de radicaux, de militants ou de syndicats.

    Il semble également que les manifestations n’ont aucun parti pris politique. Les manifestants ne semblent ni à gauche ni à droite, bien que certains partis politiques «extrêmes» de gauche et de droite aient appelé leurs propres partisans à soutenir le mouvement du gilet jaune. Johnstone déclare

    Les manifestants sont-ils aussi radicaux qu’ils sont étiquetés ?

    J'ai peut-être manqué quelque chose, mais parmi les nombreuses interviews que j'ai écoutées, je n'ai entendu aucun mot qui tomberait dans les catégories «d'extrême droite», encore moins «fascisme» - ou même qui indiquait une préférence particulière en ce qui concerne partis politiques. Ces personnes sont entièrement concernées par des problèmes pratiques concrets. Pas un soupçon d'idéologie - remarquable à Paris!

    En effet, qualifier les manifestants de «fascistes» est non seulement inexact, mais bien la réaction prévisible des communistes et de l'extrême gauche pour qui toute résistance à leur agenda est considérée comme du «fascisme» et du «nazisme».

    RépondreSupprimer
  10. Peut-être est-ce parce que les manifestants portent le drapeau français lors de leurs manifestations qui provoquent tant de consternation chez les mondialistes. En 2018, toute fierté nationale est considérée comme un «nationalisme» et le «nationalisme», une autre apparence de l’idéologie nazie de Hitler. Ni est vrai, évidemment. Mais il n’est toujours pas surprenant qu’une classe dirigeante d’élite qui souhaite éliminer les frontières et imposer une politique mondialiste néolibérale trouve le drapeau français si sidérant.

    Le nationalisme n'est dangereux que s'il devient agressif envers les autres nations et légitimement xénophobe, et non lorsqu'il inspire la fierté et la participation.

    La violence se déchaîne

    Dans un autre développement, les anarchistes se sont présentés aux manifestations et, comme on pouvait s'y attendre, la violence aussi. Pour être clair, s'identifier comme anarchiste n'est pas synonyme de violence et la majorité des anarchistes sont effectivement non violents. Néanmoins, le présent des anarchistes dans un mouvement de protestation avec des revendications et des revendications légitimes est une recette pour un désastre puisque la seule contribution que les anarchistes peuvent apporter est la présence d'un corps au mieux. Autrement, la violence, la destruction de biens et les demandes d '«écraser l'État» ne font que donner à l'État une raison de dépeindre le mouvement de contestation comme déraisonnable et de justifier ainsi son contrôle du pouvoir ou son refus de céder à ces demandes.

    Les anarchistes ont également tendance à être la proie de programmes de manipulation pendant le mouvement de masse et, par conséquent, ils ont tendance à les marginaliser, à les consommer et à brûler le combustible révolutionnaire qu’ils auraient pu avoir sous le feu de la futilité. Pour cette raison, l’anarchiste est l’un des outils de base les plus efficaces du livre de jeu de l’État. Au lieu de briser l’État, ils ont tendance à briser la résistance à la tyrannie de l’État. Voir l'article «Le duper des révolutionnaires anarchistes - Le mouvement anarchiste moderne et la révolution russe».

    Il est donc important de séparer les «gilets jaunes» des anarchistes.

    Conclusion

    Jusqu'à présent, le mouvement semble être sans leader. D'une part, cela rend le mouvement plus susceptible d'être organique et authentique. Mais l'appareil d'Etat ne va pas rester en arrière et laisser son pouvoir être contesté. En l'absence d'un dirigeant, un dirigeant sera fourni, soit par les manifestants, soit par les services de renseignement ou par des organisations non gouvernementales si habiles à subvertir et à mal diriger les mouvements de masse.

    Pour l’instant, les manifestations demeurent authentiques, comme l’ont indiqué de nombreux contacts français de ces écrivains. Mais les gilets jaunes doivent rester concentrés et sur le message et se méfier des «leaders» ayant des liens avec de grandes fondations, ONG ou groupes «activistes».

    Seul un ensemble de principes directeurs, rigoureusement respectés, peut maintenir ce mouvement sur la bonne voie.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-11/riots-france-are-not-just-about-taxes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. METTONS BIEN LES CHOSES A PLAT ! Il est IMPOSSIBLE à la France de fournir de l'électricité à tous les véhicules électrique en plus des logements, car pour cela, il serait nécessaire de construire une centrale charbon, gaz ou pétrole DANS CHAQUE VILLE !

      Donc: LES CENTRALES NUCLÉAIRE SONT INDISPENSABLES, OBLIGATOIRE.

      Si une guerre devait détruire une centrale nucléaire, les milliards de Becquerels qui s'éparpilleraient (depuis l'étranger ou vers l'étranger) seraient un Fukushima sans océan Pacifique !

      Supprimer
  11. La fin de la France telle que nous la connaissons ?


    Par Thomas Luongo
    Gold Goats 'N Guns
    12 décembre 2018


    Quand un événement fait la une des journaux, comme les manifestations en France, j'ai tempéré mes réactions. Je n’ai pas beaucoup réfléchi aux manifestations du gilet jaune, au début, je ne voulais pas voir où elles mèneraient.

    Des manifestations comme celle-ci et même des manifestations plus importantes telles que l'indépendance de la Catalogne sont invariablement trahies par l'establishment politique européen. Ils deviennent une excuse pour aller vers un contrôle plus strict - plus de flics, plus de surveillance, des mesures répressives contre la liberté d'expression, etc.

    Il est donc parfois difficile de séparer l’émission de télé réalité fabriquée du soulèvement spontané de la frustration humaine.

    Mais après les deux derniers week-ends de violentes manifestations, après que le gouvernement français eut rejeté la nouvelle taxe sur le diesel, l’incident de cette histoire, on peut affirmer que c’est réel et que de véritables craintes se font jour parmi les élites politiques de l’Europe.

    Comme le souligne le révérend Steve Turley dans cette vidéo, les médias à travers l’Europe et les États-Unis ont peur de savoir où cela mène.

    Un retour de la souveraineté nationale à travers l'Europe n'est plus à venir. Je pense que c’est ici. Cela ne peut plus être géré comme une soupape de soulagement du mécontentement massif provoqué par les politiques néolibérales qui ont écrasé les Européens comme par le passé.

    Quelque chose de beaucoup plus important est ici. Ils ne peuvent pas boucler ce mouvement en France et l’utiliser pour diaboliser les dirigeants et, par extension, le peuple.

    Il a franchi les frontières. Cela fait partie du zeitgeist maintenant.

    Peu importe combien de fois des chiffons comme The Guardian, Der Spiegel et Politico appellent ces gens «d'extrême droite» ou «tout-droit» et les relient au nazisme, cela ne les empêche pas parce que les manifestants ne se voient pas ainsi.

    Et bien ils ne devraient pas parce qu’ils ne le sont pas.

    Macron a commis de nombreuses erreurs dans la gestion de cette manifestation. Mais le plus important a été d'ouvrir sa conversation avec les Français avec les mêmes insultes fatiguées utilisées dans le passé pour les salir et semer la division.

    Ont-ils rien appris au cours des trois dernières années?

    Le Brexit n'était pas un hasard.
    Trump n'était pas un hasard.
    Salvini n’est pas un hasard.
    Orban n’est pas un hasard.
    La France n'est pas un hasard.

    Ces élections représentent un sentiment de dégoût pour le chemin dans lequel se déroule le discours politique et économique. Et pleurer trop souvent le loup nazi finit par te faire manger.

    Ces gens en ont marre de la corruption et exigent des résultats, pas des mots. Pas des discours de campagne, mais des résultats.

    RépondreSupprimer
  12. Et si ces hommes ne livrent pas rapidement, ils seront en laisse. Très court dans le cas de Macron. Parce que ce n’est pas comme si 35% de la France n’était pas disposée à s’éloigner du statu quo l’année dernière et à voter pour Marine Le Pen.

    Macron a été vendu comme outsider, le réformateur, qui n’était pas au pouvoir une semaine avant de commencer à trahir les personnes qui ont voté pour lui. Et maintenant il est coincé.

    Les médias se sont rapidement retournés contre lui car ils savaient qu'il avait terminé. Leur travail sera maintenant de préparer le récit pour gonfler son remplaçant.

    Donner le ton à la canette, c'est remplacer l'ancien patron par un nouveau, qui n'est qu'un autre shill mondialiste et néolibéral.

    C’est ce qui se passe en Allemagne alors qu’Angela Merkel passe le flambeau de la CDU à une femme encore plus à l’esprit du programme de Merkel qu’elle ne l’a été.

    La tentative cynique de trahison du Brexit par Theresa May pourrait bien s’effondrer si le Parlement semble prêt à faire son travail.

    Nous nous sommes habitués à ce que la France soit l’épicentre de presque toutes les mauvaises idées venues de l’Europe pendant des décennies. Mais cela peut changer rapidement pour le mieux.

    Le vilain a toujours l'air imbattable quand le deuxième acte se termine et pourtant, le plus souvent, les héros finissent par l'emporter. Les Français sont prêts pour quelque chose de différent. Ils ont mis des gilets et des masques à gaz, ramassé des grenades et jeté les miettes que Macron les a rejetées dans son visage suffisant.

    Maintenant, la question est, qu'est-ce qui vient ensuite? Parce que les troubles politiques entraînent très rapidement des troubles financiers et que le marché n’a même pas commencé à intégrer la France dans les troubles en évolution de l’Europe.

    https://www.lewrockwell.com/2018/12/thomas-luongo/the-end-of-france-as-we-know-it/

    RépondreSupprimer
  13. LES FRANÇAIS RUINÉS PAR L'IMPÔT
    Gilets jaunes: la facture s’alourdit


    PAR JOAN PLANCADE
    2 décembre 2018


    Alors que l’exécutif français tente d’apaiser le mouvement et éviter un cinquième acte à Paris ce week end, les conséquences des blocages sur le commerce de détail s’aggravent en province. Les mesures de sortie de crise proposées par Emmanuel Macron pourraient coûter 10 milliards à l’Etat.

    Très attendue, le mot est faible pour qualifier l’allocution d’Emmanuel Macron suivie par 21 millions de Français lundi soir. Pas certain pour autant que les décisions annoncées ne solutionnent immédiatement la crise et l’enlisement économique dans lequel l’hexagone plonge jour après jour suite aux blocage des zones commerciales et des centres de distribution.

    François Cathalifaud, responsable relation presse pour le groupe Auchan a confirmé à Bilan que le centre de distribution du groupe à Nimes, qui approvisionne les magasins du grand sud jusqu’en région lyonnaise et France voisine et bloqué depuis plus de trois semaines, restait à l’arrêt ce mardi matin encore.

    Aggravation des pertes

    «L’épicerie est principalement impactée par ce blocage, avec des ruptures sur des produits de base comme la farine, l’huile ou les pâtes», relève François Cathalifaud, qui met en avant une perte globale de 100 millions pour la seule enseigne Auchan, avec des baisses de 50 à 60% du chiffre d’affaires sur le premier week-end de blocage et 20% les suivants.

    Des mesures de chômage partiel ont été prises au niveau du dépôt gardois, mais les conséquences sur l’emploi pourraient être plus lourdes selon François Cathalifaud : «Nous embauchons 9000 personnes en fin d’année en contrats courts, mais les magasins n’ayant plus de marges de manœuvre, le chiffre pourrait tomber à 1500.»

    Malgré une mobilisation estimée plus faible par le gouvernement, la fréquentation des centres commerciaux a accusé le week end dernier un repli de 12,5%, plus marqué que les deux week end précédents selon le baromètre Quantaflow FR.

    A Epagny, au nord d’Annecy, le centre commercial autour d’Auchan n’a pas été épargné depuis le début du mouvement, avec des barrages filtrant au péage et des défilés de gilets jaunes dans les galeries commerciales. Le King Jouet d’Epagny réalise 50% de son chiffre d’affaires sur la période de fin d’année. Son directeur, Yanick Papetti met en avant un manque à gagner préoccupant, de l’ordre de 50% le premier week end, et 10 à 30% les suivants.

    Impact psychologique sur la clientèle suisse

    Le commerçant relève un impact psychologique qui touche également la clientèle suisse: «L’image véhiculée à l’étranger n’inspire pas la confiance, même si à Annecy, le mouvement est pacifique et se déroule sans heurts. Les Suisses se déplacent en général pour profiter de la ville et faire leurs courses en même temps, ils sont venus en beaucoup moins grand nombre.»

    RépondreSupprimer
  14. Yannick Papetti note un «effet amplificateur des réseaux sociaux» et la particularité d’un mouvement sans leader et moins organisé: «On ne connait pas forcément les endroits bloqués, même la veille. Le week end passé, les manifs étaient en centre-ville, mais les gens se sont quand même moins rendus dans les centres commerciaux périphériques par précaution.»

    S’il espère un rattrapage sur la fin d’année, Yannick Papetti reste conscient que «les grands gagnants sont Amazon, et les sites de vente en ligne» vers lesquels une partie des achats de noël se sont d’ores et déjà reportés. Selon une étude menée par Opinionway et révélée la semaine passée, 43% des français privilégieraient le commerce en ligne au vu de la conjoncture.

    Sortie de crise coûteuse

    La situation est d’autant plus critique que le commerce de détail n’est pas seul impacté. Le secteur du tourisme a tiré la sonnette d’alarme et la branche agroalimentaire a annoncé plus de 13 milliards de pertes. Au total, le mouvement aurait déjà coûté 0,1 points de croissance à la France.

    Le déblocage aura également un coût. Emmanuel Macron a annoncé lundi soir une série de mesures qui visent une sortie de crise rapide. Des concessions centrées sur le pouvoir d’achat avec notamment une hausse de revenus de 100 euros pour les salariés au SMIC, l’annulation de la hausse des contributions pour les petites retraites, ainsi que la défiscalisation des heures supplémentaires, toutes applicables dès 2019. Coût de la mise en œuvre pour le budget de l’Etat: entre 8 et 10 milliards d’euros.

    Le gouvernement peut espérer que l’inflexion de la politique de l’offre vers un soutien à la demande se traduise par une hausse de la consommation des ménages, pour relancer un commerce de détail très affaibli. Dans l’intervalle, le choix se paiera par un creusement de la dette de l’Etat. Le gouvernement a laissé entendre mardi matin que le déficit public pourrait repasser la barre des 3%, l’an prochain. Un écart «strictement temporaire», a tenté de rassurer mardi matin Richard Ferrand, président de l’assemblée nationale française.

    https://www.bilan.ch/economie/gilets-jaunes-la-facture-salourdit?mc_cid=584f1bee41&mc_eid=76fa28326a

    RépondreSupprimer
  15. Les manifestations des «gilets jaunes» peuvent-elles devenir mondiales ?


    par Tyler Durden
    Mar 12/12/2018 - 23:15
    Écrit par Mike Krieger via le blog Liberty Blitzkrieg,


    En ce qui concerne les relations entre les citoyens américains et les politiciens et les bureaucrates de Washington D.C., rien n’indique qu’il se passe quelque chose qui ressemble de loin à un gouvernement autonome. Au contraire, la relation ressemble beaucoup plus à celle d'un serviteur à un maître.

    Depuis le poste d'octobre: les Américains sont coincés dans des relations abusives avec le pouvoir

    Les manifestations des gilets jaunes, ou «gilets jaunes», ont apparemment surgi de nulle part il y a environ un mois et ont, en quelques semaines, ébranlé la structure du pouvoir politique français. Hier encore, le président Macron, extrêmement impopulaire, a pleuré son oncle et a offert une série de concessions aux manifestants. De nombreux commentateurs sont arrivés à la conclusion simpliste et erronée selon laquelle la violence fonctionnait, mais ce n’est pas les voitures en flammes ni les rues pleines de gaz lacrymogène qui ont vraiment effrayé Macron et les personnes qui l’entourent. C'était quelque chose de beaucoup plus profond que cela.

    Premièrement, les élites puissantes ont tendance à être des monstres de contrôle. L'abus de la loi, la corruption institutionnalisée et la surveillance invasive permettent généralement aux puissants de se sentir à l'aise avec leur position. Ce qui les fait vraiment trembler, c'est quand quelque chose de totalement inattendu se produit - et que la viralité et la force du mouvement gilets jaunes les ont pris au dépourvu.

    Deuxièmement, la nature diverse, nébuleuse et sans leader des participants et de leurs griefs rendait difficile la narration de récits à travers les médias ou les porte-parole du gouvernement. Il n’a pas été conçu par des partis politiques dissidents, ni même par les syndicats activistes français. Catalysée par la hausse des taxes sur le carburant diesel, elle est rapidement devenue un point de ralliement pour un méli-mélo d'individus confrontés à divers types de reproches sérieux contre Macron et sa politique néolibérale.

    Troisièmement, et le plus important, les manifestations ont été très populaires parmi la population française, avec des sondages au début de décembre accompagnés d’un soutien d’environ 70%. Pour Macron, un ancien banquier d’investissement Rothschild surnommé le «président des riches», ce type de soutien n’est pas facilement ignoré (même si je suis sûr qu’il a essayé).

    Lorsque les manifestations ont commencé à attirer de plus en plus l'attention de la communauté internationale, j'ai commencé à me demander si elles pourraient se propager spontanément à d'autres pays. En tant que tel, il était intéressant de voir des informations faisant état de manifestations de type gilet jaune en Belgique et, dans une moindre mesure, aux Pays-Bas, le week-end dernier. Hier soir, j’ai trouvé le titre suivant de l’AP.

    CAIRE (AP) - Les autorités égyptiennes ont discrètement restreint la vente de gilets réfléchissants jaunes, craignant que leurs opposants ne tentent de copier les manifestants français lors de l'anniversaire du soulèvement populaire de 2011 qui a renversé l'autocrate Hosni Moubarak, ont annoncé lundi des responsables de la sécurité et des détaillants.

    RépondreSupprimer
  16. Ils ont déclaré que les revendeurs d'équipements de sécurité industrielle avaient reçu pour instruction de ne pas vendre de gilets jaunes aux acheteurs occasionnels ni de limiter les ventes aux grossistes à des sociétés vérifiées, mais uniquement après avoir obtenu l'autorisation de la police. On leur a dit que les contrevenants seraient punis, ont précisé les responsables sans donner de précisions.

    Vous savez qu'un gouvernement faible et paranoïaque craint que des citoyens portent un vêtement coloré dans la rue, mais l'inquiétude est justifiée. Pas seulement en Egypte, mais dans le monde entier.

    Nous, êtres humains, sommes systématiquement manipulés pour nous considérer comme totalement différents et en désaccord les uns avec les autres, mais la vérité est que nous vivons presque tous sur cette belle planète et que nous partageons quelque chose de très important. Nous résidons tous dans des pays dirigés par et pour le bénéfice d'un groupe restreint de personnes sans foi ni loi et sans scrupules. Alors que certaines nations sont clairement dans une situation bien pire que d’autres, nous vivons tous dans des sociétés très corrompues et de moins en moins libres.

    Parce que les êtres humains sont facilement divisés et conquis, à la fois dans nos propres pays et au niveau mondial, peu d'entre eux sont capables de gouverner facilement parmi la majorité. Si nous pouvons en quelque sorte trouver un moyen de résister aux manipulations de l’élite dirigeante et de nous unir pour concentrer notre attention sur la véritable racine de nos problèmes, nous ne pourrons rien faire.

    À l’approche de Noël et du temps froid dans l’hémisphère nord, il est certainement possible que le mouvement des gilets jaunes s’efface un peu. Si tel est le cas, il ne fait aucun doute que le pays réapparaîtra encore plus fort à l'avenir, car rien de tout ce qui est systémique n'a été résolu avec les pitoyables concessions de Macron.

    Plus important encore, les Français ont fourni au reste du monde une leçon importante. Que les mouvements de protestation devraient idéalement puiser dans les griefs généralisés et capter le soutien des masses pour être le plus puissant et le plus efficace possible. Cela ne devrait pas être difficile pour personne, car je ne peux penser à aucun gouvernement majeur dans le monde qui ne soit pas complètement capturé par des intérêts spéciaux destructeurs.

    Plus important encore, les Français ont fourni au reste du monde une leçon importante. Que les mouvements de protestation devraient idéalement puiser dans les griefs généralisés et capter le soutien des masses pour être le plus puissant et le plus efficace possible. Cela ne devrait pas être difficile pour personne, car je ne peux penser à aucun gouvernement majeur dans le monde qui ne soit pas complètement capturé par des intérêts spéciaux destructeurs et des oligarques sans principes.

    Nous vivons dans une kakistocratie mondiale et nous sommes trop occupés à nous battre pour faire quelque chose de significatif à ce sujet. Arrêtons de faire ça.

    * * *

    Si vous avez aimé cet article et que vous aimez mon travail, envisagez de devenir un parrain mensuel ou visitez notre page d'assistance pour montrer votre appréciation des créateurs de contenu indépendants.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-11/can-yellow-vests-protests-go-global

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui se passe aujourd'hui (grâce à l'Internet) est qu'en France (comme de partout ailleurs bientôt) les gens se rendent compte qu'ils NE SONT PAS EN DÉMOCRATIE !! mais au contraire en républiques, monarchies ou empires !!

      La Démocratie c'est le Peuple qui dirige. 'La Démocratie c'est Par le Peuple, Pour le Peuple'. Il n'y a qu'UN SEUL PAYS AU MONDE en Démocratie !!!!! La Suisse.

      Supprimer
  17. «Mouvement de mécontentement général»: la géographie des Gilets jaunes s’élargit


    21:59 11.12.2018


    Alors que la France a connu son 4e acte de mobilisation des Gilets jaunes, des rassemblements similaires ont commencé aux Pays-Bas. Sputnik a interrogé Rogier Hop, militant du mouvement des Gilets jaunes à Maastricht, sur les motifs de ces actions.

    Il existe une multitude de raisons pour lesquelles les gens endossent des Gilets jaunes, et il est souvent très difficile d'en retenir la principale, a déclaré à Sputnik Rogier Hop, militant du mouvement des Gilets jaunes à Maastricht, qui filmait les manifestations des Néerlandais.

    «Par exemple, les Pays-Bas sont un pays très corrompu. D'habitude, on n'en parle pas, mais les gens ne veulent plus se taire. À mon avis, c'est l'un des motifs de ces protestations», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que tout commençait généralement par quelque chose d'insignifiant qui prenait de l'ampleur par la suite.

    Dans les pas des Gilets jaunes, des Tunisiens voient rouge
    «De plus en plus de personnes apprennent l'existence du mouvement des Gilets jaunes et pas seulement en France ou en Belgique, mais aussi dans leur propre pays. […] Pour le moment, le mouvement néerlandais n'est pas grand, mais il gagne en puissance», a poursuivi M.Hop.

    À la question de savoir si on pouvait le qualifier de «mouvement de mécontentement général», l'interlocuteur de Sputnik a répondu:

    «S'agissant de la politique néerlandaise, oui».

    Depuis plusieurs semaines, la France connaît la mobilisation des Gilets jaunes. Après la première action qui s'est déroulée le 17 novembre, des manifestants ont organisé le quatrième acte de leur mobilisation le samedi 8 décembre. Dénonçant à l'origine la hausse des carburants, ils expriment désormais une colère sociale bien plus profonde. Près de 136.000 personnes ont participé à cet acte 4 en France, soit un nombre pratiquement équivalent à celui du 1er décembre. Au total, quelque 2.000 personnes ont été interpellées le 8 décembre, selon la place Beauvau.

    https://fr.sputniknews.com/international/201812111039268473-gilets-pays-bas-protestations-mouvement/

    RépondreSupprimer
  18. Qu'ont en commun les émeutes de Paris et le manque de sexualité au Japon ?


    par Tyler Durden
    Mar., 12/11/2018 - 18:05
    Écrit par Simon Black via SovereignMan.com,


    L'épaisse fumée noire ... l'odeur de caoutchouc brûlé ... ont renversé des voitures en combustion.

    Les pillards ont brisé les vitrines des magasins et ont emporté tout ce qu'ils pouvaient emporter. Les anciens repères ont été profanés.

    Les soldats patrouillaient dans l'épave alors que des chars étaient garés au coin des rues.

    Les extraterrestres ont-ils attaqué ? Un dictateur du tiers monde a-t-il été destitué ? Le gouvernement a-t-il exigé le sacrifice du premier-né de chaque ménage ?

    Nan. La France a augmenté les taxes sur l’essence de quelques centimes par gallon. C'est ce qui a déclenché les émeutes du "gilet jaune" qui ont brûlé Paris.

    Voici la partie étrange… la même chose les a fait pop champagne il y a quelques années.

    Les gens ont célébré dans les rues la ratification de l'Accord de Paris sur le climat, enthousiastes à l'idée que les gouvernements agissent enfin pour lutter contre le changement climatique.

    Il y a deux ans, l’Arc de Triomphe était éclairé par le message «Accord De Paris c’es fait !» Signifiant «L’accord de Paris est terminé !».

    Maintenant, l’Arc de Triomphe porte le message suivant: «Nous avons coupé la tête pour moins que cela.»

    Qu'est ce qui a changé ?

    Je ne pense pas que les taxes sur l’essence devraient être augmentées. Il est juste remarquable qu'une augmentation aussi modeste des impôts puisse déclencher un tel pandémonium.

    Tout le monde demande au gouvernement d'intervenir pour réduire les émissions de carbone. Et quand cela se produit, tout le monde panique.

    Inévitablement, les solutions politiques à de grands problèmes sont diluées par les politiciens ou arrêtées par l'hystérie de masse.

    C’est la même histoire partout dans le monde.

    Considérons le Japon ...

    Le Japon a un problème démographique, c'est le moins que l'on puisse dire.

    Chaque femme japonaise ne compte qu'environ 1,4 bébé au cours de sa vie. Un taux de fécondité inférieur à 2 signifie que la population diminue.

    1.4 signifie que la population est sur le point de déposer une falaise.

    Le Japon compte le plus grand pourcentage de personnes de plus de 65 ans au monde, soit près du tiers de sa population. Bientôt, il n'y aura presque plus assez de personnes qui cotisent au système de retraite pour s’occuper de la population vieillissante.

    RépondreSupprimer
  19. Bien sûr, le Japon n’a pas que des problèmes de retraite: les retraites du monde entier sont terriblement sous-financées.

    Mais il ne s’agit pas que des pensions au Japon. Ils n’ont même pas assez de personnel pour pourvoir les postes de personnes âgées.

    Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a donc lancé un nouveau programme visant à amener les étrangers à occuper des emplois peu qualifiés.

    C'est un petit pas en avant pour assouplir les exigences strictes en matière de résidence au Japon. Ils doivent prouver que leur famille ou un membre de leur famille vaut au moins 1 600 dollars par mois. Et ils doivent encore savoir parler japonais pour être admissibles au programme.

    La culture est très isolationniste, voire xénophobe. Environ 2% seulement des résidents japonais sont nés à l'étranger.

    Si les mesures drastiques adoptées par le Premier Ministre sont approuvées plus tard ce mois-ci, le Japon autorisera l’arrivée de 345 000 nouveaux travailleurs étrangers dans le pays.

    Cela représente une augmentation de 0,27% de la population… Essayez bien le Japon.

    Il n’y a jamais beaucoup de volonté politique de résoudre ces problèmes tant que vous pouvez réellement…

    Et quand vous ne pouvez plus les ignorer, c’est bien trop petit et pathétiquement en retard.

    Donc, à moins que le Premier ministre Abe ne veuille personnaliser l’initiative et commence à imprégner une grande partie de la population japonaise d’une version de prima nocta… sa solution est une goutte dans un océan de problèmes.

    Mais si un politicien fait quelque chose qui puisse réellement résoudre le problème, observez leur cote de popularité s'effondrer.

    Pendant des années, Vladimir Poutine a maintenu une très grande popularité. Il a été réélu avec 77% des voix en mars dernier.

    Mais même l’équitation sans chemise ne peut pas sauver sa cote d’approbation après avoir relevé de cinq ans l’âge de la retraite pour les retraites (décision à prendre pour sauver le système de retraite russe).

    C’est l’une de ces dures vérités sur les retraites et la sécurité sociale dont nous avons parlé… Quelque chose doit donner.

    Cela pourrait être un relèvement de l'âge de la retraite ou une réduction des prestations. Mais il n'y a pas de sort magique qui puisse remettre les pensions sur les rails.

    Maintenant, les hommes russes doivent attendre 65 ans pour pouvoir prendre leur retraite et les femmes 60 ans.

    Après l’annonce de ce changement, le taux d’approbation de Poutine a chuté de plus de 20 points depuis l’élection, à 56 %. C’est peu pour un autoritaire russe comme Poutine. Ceux qui désapprouvent ont presque doublé, passant de 17 % à 33 %.

    RépondreSupprimer
  20. Donc, il y a vos solutions. Vous obtenez des actions diluées et inefficaces de la part des politiciens. Ou vous avez des foules émeutes énervées qui empêchent tout changement.

    Les politiciens ne veulent pas faire tanguer le bateau. Et les gens ne veulent pas entendre la vérité.

    Donc, si vous voulez du changement, vous devez créer votre propre solution.

    Espérons qu’il n’incluera pas le renversement de voitures et le bris de vitres.

    Cela devrait inclure de devenir un meilleur investisseur. Économisez un peu plus, obtenez un meilleur rendement et obtenez des centaines de milliers de dollars supplémentaires quelques décennies plus tard.

    Sinon, vous laissez votre destin aux administrateurs de fonds de pension qui misent votre argent sur des biens immobiliers risqués, comme nous en avons parlé la semaine dernière.

    Vous pouvez également tirer parti de différentes structures d’épargne-retraite, comme un solo 401 (k) ou un IRA autogéré.

    Celles-ci augmentent considérablement vos limites de contribution et élargissent vos options de placement.

    Les politiciens iront toujours à l’extérieur ou s’attaqueront à tout changement réel au moment critique.

    Et les gens vont absolument perdre la raison lorsqu'une solution réelle est mise en œuvre ou lorsque vient le jour du jugement.

    Ne faites pas partie de cette foule.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-11/what-do-paris-riots-japans-lack-sex-have-common

    RépondreSupprimer
  21. Trois dénonciateurs de la Fondation Clinton témoigneront au sujet de la fraude fiscale et du paiement à l'acte


    par Tyler Durden
    Mar, 12/11/2018 - 22:05


    Suite à des allégations de comptabilité bâclée, de fraude fiscale potentielle et de pay-to-play, la Fondation Clinton sera sous le microscope du Congrès cette semaine après que trois lanceurs d'alerte se soient manifestés et ont accepté de témoigner - l'un d'entre eux a secrètement soumis 6 000 pages de documents à l'IRS et le FBI en août 2017, et les trois ont soumis divers documents aux enquêteurs du Congrès.

    Mark Meadows (R-NC), président du House Freedom Caucus, a déclaré à Martha MacCallum de Fox News lundi soir que trois lanceurs d'alerte avaient passé les deux dernières années à enquêter sur la Fondation Clinton et qu'ils portaient des accusations "explosives". partageront au cours de jeudi des témoignages sur la colline du Capitole.

    MACCALLUM: OK. En ce qui concerne l’enquête sur la fondation Clinton, qui n’attire pas beaucoup d’attention, le ministère de la Justice a chargé John Huber d’examiner la question. Ils disposent de 6 000 pages de preuves. La fondation a levé 2,5 milliards de dollars et étudie des irrégularités potentielles.

    Quelle est la suite de cette enquête ?

    MEADOWS: Eh bien, je pense que pour le peuple américain, ils veulent mettre un terme à leurs activités, pas seulement quelques sons, ici ou là, nous allons donc avoir une audience cette semaine, pas seulement pour couvrir les 6 000 pages dont vous parlez, mais écoutez directement trois dénonciateurs qui ont passé la majorité de leur temps à enquêter sur cette affaire.

    Certaines des allégations qu'ils font sont assez explosives, Martha. Et comme - nous ne regardons que les contributions. Maintenant, tout le monde se concentre sur les contributions pour la Fondation Clinton et sur ce qui s’est passé au cours de la dernière année. Mais si vous le regardez, il y a eu une très forte augmentation à la minute où elle a été choisie comme secrétaire d'État. Il a plongé quand elle n'était plus là.

    Et puis se leva encore, quand elle décida de se présenter à la présidence. Donc, il y a toutes sortes d'allégations de pay-to-play et ce genre de chose.

    Comme nous l'avons noté à la fin du mois de novembre, la Fondation Clinton a vu ses dons chuter d'environ 90% sur une période de trois ans entre 2014 et 2017.

    Bien qu'Hillary Clinton ait été secrétaire d'État d'Obama, le département d'État a autorisé 151 milliards de dollars à conclure des accords négociés avec le Pentagone avec 16 pays ayant fait un don à la Fondation Clinton, soit une augmentation de 145% des ventes réalisées dans ces pays au cours de la même période. administration, selon IBTimes.

    Par ailleurs, John Solomon de The Hill a rapporté mardi qu'un dénonciateur qui avait soumis 6 000 pages de preuves par l'intermédiaire d'une société composée d'anciens enquêteurs fédéraux chargés de l'application de la loi, MDA Analytics LLC., Avait fourni la preuve d'infractions fiscales potentielles ainsi qu'une "culture de non-conformité". . "

    Cette soumission faite avec l'IRS, et finalement fournie au ministère de la Justice à Washington et au FBI à Little Rock dans l'Arkansas, allègue qu'il y a une "cause probable" de croire que la Fondation Clinton a enfreint la loi de l'impôt fédéral et doit peut-être des millions de dollars d'impôt pénalités. Cette présentation, ainsi que les preuves à l’appui de celle-ci, feront l’objet d’une audience du Congrès tenue par le GOP, jeudi à la Chambre.

    RépondreSupprimer
  22. La fondation nie fermement tout acte répréhensible. Mais il reconnaît ses propres examens juridiques internes effectués en 2008 et 2011, citant les préoccupations des employés allant des promesses de contrepartie aux donateurs, en passant par la répartition inappropriée des activités personnelles et caritatives. -La colline

    Dans certains cas, la Clinton Foundation semble avoir induit l’IRS en erreur ou menti en remplissant des formulaires. Par exemple, la Fondation a retiré sa candidature à la collecte de fonds dans l’Utah après avoir refusé de corriger une erreur de classement que des représentants de l’État n’auraient pas autorisée.

    Lorsqu’elle a été contactée pour des commentaires, la Fondation Clinton a admis leurs erreurs, mais a déclaré à Solomon qu’elles étaient assimilables à "des infractions mineures dans la circulation".

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-11/three-clinton-foundation-whistleblowers-testify-about-tax-fraud-pay-play

    RépondreSupprimer
  23. Un nouveau rapport gouvernemental révèle que des pannes de courant catastrophiques menacent gravement les États-Unis


    par Tyler Durden
    Mar 12/12/2018 - 22:45
    Écrit par Mac Slavo via SHTFplan.com,


    Les États-Unis ne sont pas préparés à une panne de courant catastrophique, selon un nouveau rapport alarmant publié par le Conseil consultatif sur les infrastructures du président (National Infrastructure Advisory Council - NIAC).

    Le rapport, intitulé Survivre à une panne de courant catastrophique, explique les conclusions du conseil, qui est chargé d’examiner la «capacité de la nation à réagir à une panne de courant catastrophique d’une ampleur dépassant l’expérience moderne, dépassant les événements antérieurs, durée et conséquence. En termes simples, comment le pays peut-il au mieux se préparer et se remettre d'une panne de courant catastrophique, quelle qu'en soit la cause ?

    Cela commence par une déclaration sinistre dans le résumé:

    Après des entretiens avec des dizaines de hauts responsables et d’experts et un examen approfondi d’études et de statuts, nous avons constaté que les plans nationaux, les moyens d’intervention et les stratégies de coordination existants seraient dépassés par une panne de courant catastrophique. Ce risque important nécessite un nouvel objectif national.

    Le NIAC définit une panne de courant catastrophique comme suit:

    Événements dépassant l'expérience moderne qui épuisent ou dépassent les capacités d'aide mutuelle

    Susceptible d'être des événements sans préavis ou à préavis limité qui pourraient être compliqués par une attaque physique physique

    Longue durée, de plusieurs semaines à plusieurs mois en raison de dommages à l'infrastructure

    Affecte une vaste zone géographique, couvrant plusieurs états ou régions et touchant des dizaines de millions de personnes

    Provoque de graves répercussions en cascade qui obligent les secteurs critiques - systèmes d'approvisionnement en eau potable et de traitement des eaux usées, communications, transports, services de santé et services financiers - à fonctionner dans un état dégradé

    Les actions que tous les niveaux de gouvernement doivent entreprendre pour se préparer sont décrites dans le rapport, qui est résumé dans ce tableau:

    - voir sur site -

    Voici un extrait du rapport de 94 pages (c'est nous qui soulignons):

    RépondreSupprimer
  24. La NIAC a été mise au défi de penser au-delà de nos interruptions de service les plus graves, imaginant une panne qui durerait des jours, des semaines, des mois, voire des années, et affecterait de vastes régions du pays. Contrairement aux catastrophes météorologiques extrêmes, une panne d'électricité catastrophique peut survenir sans préavis, et résulter de multiples types de scénarios: par exemple, une cyberattaque physique sophistiquée entraînant de graves dommages à l'infrastructure physique; les attaques doivent suivre et exacerber une catastrophe naturelle majeure; un incendie de forêt, un séisme ou un événement géomagnétique à grande échelle; ou une série d’attaques ou d’événements sur une courte période qui aggravent les dommages matériels causés à l’infrastructure de notre pays. Un événement de cette gravité peut également être un acte de guerre nécessitant une réponse militaire simultanée faisant appel à des ressources limitées. Aux fins de la présente étude, le CANI ne s'est pas concentré sur la cause, mais plutôt sur les conséquences, qu'il est préférable de classer comme graves, généralisées et durables.

    Bien que le rapport se concentre principalement sur les actions que les agences gouvernementales doivent prendre, le rapport (page 14) mentionne également la préparation des individus:

    Les gens ne gardent plus assez d'articles de première nécessité chez eux, ce qui réduit leur capacité de subvenir à leurs besoins en cas de panne prolongée. Nous devons améliorer la préparation individuelle.

    La plupart des campagnes de préparation appellent les citoyens à se préparer à une période d'urgence de 72 heures, mais le nouveau standard émergent est de 14 jours.

    Par exemple, Washington, l'Oregon et Hawaii ont pour norme que les personnes ont assez de nourriture et d'eau pour subvenir à leurs besoins pendant 14 jours. Ces efforts pourraient servir de modèle pour les ressources, les campagnes et la formation en matière de préparation du gouvernement fédéral et des États.

    L'idée de préparation individuelle n'est pas un nouveau concept. La défense civile, ancien terme utilisé pour élever le niveau de préparation individuelle et activer les communautés, était plus largement acceptée.

    La FEMA propose un certain nombre d’outils, de ressources et d’orientations sur la préparation aux situations d’urgence, notamment des efforts récents axés sur une meilleure préparation financière aux catastrophes et une collaboration avec des partenaires interinstitutions sur des cahiers d’activités et des cours pour sensibiliser les étudiants à la préparation aux situations d’urgence.

    Le NIAC n’est pas le seul groupe à avoir récemment publié un rapport contenant des avertissements pour les États-Unis. Il y a à peine deux semaines, le groupe de travail sur la défense électromagnétique de l'armée de l'air américaine (EDTF) a publié un rapport selon lequel «l'impulsion électromagnétique (EMP) et d'autres menaces électromagnétiques constituent une menace sans précédent pour la puissance militaire et la survie nationale des États-Unis».

    Le rapport du groupe de travail EDTF a examiné les menaces de l'ensemble du spectre électromagnétique, y compris les EMP nucléaires et non nucléaires, les perturbations géomagnétiques, les lasers et l'optique, l'énergie dirigée et les hyperfréquences à haute puissance, ainsi que la gestion de ces menaces.

    RépondreSupprimer
  25. Le Dr Peter Pry (qui a été chef de cabinet de la Commission EMP du Congrès, membre du personnel de la Commission des services armés de la Chambre et de la CIA) a mis en exergue certaines des conclusions du rapport dans un article paru dans The Daily Caller:

    Une coupure de courant prolongée du réseau électrique pourrait amener les réacteurs nucléaires américains à «se rendre à Fukushima» et contaminer de vastes régions par la radioactivité, paralysant les capacités des États-Unis à mobiliser et à projeter leur puissance militaire et menaçant la vie du peuple américain.

    Les bases militaires américaines dépendent du réseau électrique civil et seraient paralysées par une panne de courant prolongée.

    Les communications, les transports, la nourriture et l’eau qui alimentent à la fois l’armée américaine et la population civile sont tous menacés par des menaces électromagnétiques.

    "Sur la base de la totalité des données disponibles, le groupe de travail soutient que les effets des deuxième et troisième ordres d'une attaque de type EMS [spectre électromagnétique] peuvent constituer une menace pour les États-Unis, la démocratie et l'ordre mondial."

    Les deux rapports devraient fournir une incitation à se préparer pour un événement de réduction de réseau, si vous n’avez pas déjà préparé suffisamment.

    Il y a quelques choses (totalement fous) que vous pouvez attendre lors d'une panne de réseau.

    Si vous recherchez un guide simple pour les débutants ou des préparateurs plus expérimentés pour vous aider à vous préparer à une éventuelle panne du réseau électrique, essayez de lire le document intitulé The Prepper’s Blueprint. Écrit par Tess Pennington, le livre décrit de manière experte des moyens efficaces pour que chacun puisse commencer à se préparer à toute situation apocalyptique.

    "Si nous avons appris une chose en étudiant l’histoire des catastrophes, c’est la suivante: ceux qui sont préparés ont de meilleures chances de survie que ceux qui ne le sont pas."

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-11/catastrophic-power-outage-poses-profound-threat-us-new-government-report-finds

    RépondreSupprimer
  26. Les maladies ressemblant à la polio se propagent; Un nombre record de cas déclarés d'enfants atteints de paralysie


    par Tyler Durden
    Mar., 12/11/2018 - 21:45

    Selon les autorités sanitaires américaines, en 2018, un nombre record de cas de maladie ressemblant à la polio a paralysé les enfants.

    Les experts ne savent toujours pas ce qui fait que les enfants de tout le pays perdent la capacité de bouger leurs bras, leurs jambes, leur visage, leur diable ou leur dos - environ une semaine après le diagnostic de fièvre et de maladie respiratoire chez les patients. La maladie rare qui commence comme le rhume affecte le système nerveux, "plus précisément la zone de la moelle épinière appelée matière grise, qui affaiblit les muscles et les réflexes du corps", selon le CDC.

    Environ la moitié des enfants diagnostiqués ont été admis dans des unités de soins intensifs hospitaliers, dont beaucoup ont besoin d'appareils respiratoires. Les responsables ne savent pas non plus pourquoi certains enfants guérissent de la maladie, tandis que d'autres sont paralysés.

    Remontant à 2012, la mystérieuse maladie connue sous le nom de myélite aiguë flasque (MFA) a frappé 158 personnes dans 36 États cette année, alors que 311 rapports sont toujours en cours d'évaluation. Le Texas a enregistré le plus grand nombre de cas à 21 ans, tandis que le Colorado s'est classé deuxième à 15.

    Ce qui est également étrange, c’est le cycle de deux ans observé dans la maladie qui commence en septembre et s’efface à la fin du mois de novembre.

    Les enquêteurs ont suspecté un virus appelé EV-D68. La vague de 2014 a coïncidé avec de nombreuses infections à EV-D68 et le virus "reste l'hypothèse dominante", a déclaré le Dr Ruth Lynfield, membre du groupe de travail de 16 membres de l'AFM créé le mois dernier par la CDC pour conseiller les détectives de la maladie. .

    Cependant, on ne s'entend pas sur la force d'un suspect EV-D68. Les vagues d’AFM et de virus n’ont pas coïncidé au cours des années précédentes, et les tests ne permettent pas de détecter le virus dans tous les cas. Les responsables des CDC ont été de plus en plus prudents en affirmant que le virus avait déclenché la maladie dans cette épidémie. -AP

    Également un mystère - alors que plus de 17 pays ont signalé des cas épars de MFA, aucun d’entre eux n’a connu de flambée cyclique comme aux États-Unis.

    - voir sur site -

    Image au microscope électronique de 2014 de l'entérovirus EV-D68
    Le CDC a mis en place un groupe de travail en réponse à AFM qui étudiera ses causes, les traitements possibles et mettra en place un suivi post-AFM.

    "Je tiens à réaffirmer aux parents, aux patients et à l'engagement de notre pays, le CDC, à l'égard de cette maladie grave", a déclaré le directeur du CDC, Robert Redfield, MD. "Ce groupe de travail veillera à ce que la communauté scientifique soit pleinement mobilisée et travaille de concert pour apporter des réponses et des solutions importantes permettant de détecter activement, de traiter plus efficacement et, en fin de compte, de prévenir l'AFM et ses conséquences." Redfield dit que AFM est la priorité absolue de l'agence.

    RépondreSupprimer
  27. "Nous voulons tirer parti de toutes nos ressources pour comprendre ce qui cause l'AFM", a déclaré Messonnier, qui a déclaré que la présence d'agents pathogènes dans le liquide céphalo-rachidien est l'un des meilleurs indicateurs de l'AFM. signifie nécessairement que les agents pathogènes sont la cause.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-11/polio-disease-spreads-record-number-cases-reported-children-suffer-paralysis

    RépondreSupprimer
  28. VOYEZ CE QUE FONT LES ORDURES QUI DIRIGENT !
    De plus en plus d'oiseaux marins affamés par la surpêche industrielle


    Les oiseaux marins manquent de nourriture car la pêche industrielle s’intensifie, s'inquiètent les scientifiques dans une étude publiée début décembre dans la Revue Current Biology.

    Quelque 38 % des espèces d'oiseaux marins sont menacées par cette famine, selon cette étude des chercheurs du CNRS et de l'Université canadienne de Colombie-britannique qui porte sur 40 ans, entre 1970 et 2010.

    C'est la première fois qu'une telle enquête est menée. Elle met en avant le niveau de compétition entre cette pêche et les oiseaux marins dans plus de 270 pays, a expliqué David Grémillet, directeur de recherche au CNRS, et co-auteur de l'étude, dans La Matinale de mercredi.

    Aires protégées

    La pêche industrielle vide les mers de poissons comme les sardines ou les anchois, qui servent de nourriture aux oiseaux marins. Pour stopper le phénomène, les chercheurs proposent de transformer les eaux internationales en aires marines protégées ou même d'interdire la pêche de masse, comme cela s'est fait au large des côtes de l'Ecosse, en mer du Nord, a encore relevé David Grémillet.

    Cette pêche qui affame les oiseaux marins ne sert pas uniquement à remplir nos assiettes. Certains poissons sont transformés en farine alimentaire, qui servira de nourriture pour d'autres animaux d'élevages.

    Natacha Van Cutsem/lan

    https://www.rts.ch/info/sciences-tech/10061852-de-plus-en-plus-d-oiseaux-marins-affames-par-la-surpeche-industrielle-.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au lieu de titrer qu'x millions de personnes meurent de faim, ils osent titrer que c'est la famine qui guetterait les oiseaux !!

      A savoir que, rien que pour les truites, la ponte s'élève à 500 000 œufs !!! dont 250 000 environ seront des femelles qui, pondront à leur tour 500 000 œufs !!!

      Et là, je ne parle que pour la truite, idem pour l'esturgeon (caviar), thon, sardines, harengs, etc, etc qui représentent des milliards de milliards de poissons. Et là, les ordures, interviennent pour sauver... les oiseaux d'une éventuelle diète alors que chaque année, des milliers de marins perdent la vie au devoir d'aller chercher très loin la nourriture de bord de mer qui manquent à cause de la prolifération des oiseaux non-chassés qui leur vole la nourriture !

      Supprimer
  29. La dette américaine approche les 22 milliards de dollars alors que les "nuages orageux" annoncent "une autre crise financière"


    par Tyler Durden
    Mer., 12/12/2018 - 08:51
    Rédigé par Michael Snyder via le blog The Economic Collapse,


    L’explosion rapide de la dette publique américaine est sur le point de franchir un autre seuil critique. Selon le Trésor américain, la dette du gouvernement fédéral se situe actuellement à 21 854 296 172 540,94 dollars et, à notre rythme actuel, nous atteindrons probablement la barre des 22 000 milliards de dollars le mois prochain.

    C'est une crise nationale horrifiante, et pourtant rien n'est fait pour y remédier. Lorsque Barack Obama est entré à la Maison-Blanche en janvier 2008, les États-Unis avaient une dette de 10,6 milliards de dollars. Cela signifie donc que nous avons ajouté 11,2 milliards de dollars de nouvelle dette à ce total en moins de 11 ans. Il va sans dire qu’il ne faut pas un génie des mathématiques pour comprendre que nous ajoutons en moyenne plus d’un billion de dollars par an à la dette nationale depuis plus de 10 ans. Mais au lieu de contrôler notre appétit insatiable pour la dette, le Congrès accélère nos dépenses. À ce stade, il n’existe aucun scénario possible dans lequel cette histoire se termine bien.

    Pendant ce temps, l'élite financière mondiale commence vraiment à parler de la possibilité d'une nouvelle crise financière.

    Par exemple, le chef adjoint du FMI vient de dire qu'il voit «la formation de nuages ??d'orage»…

    La tempête de la prochaine crise financière mondiale se prépare alors que le système financier mondial n’est pas préparé à un nouveau ralentissement, a prévenu le vice-président du Fonds monétaire international.

    David Lipton, le premier directeur général adjoint du FMI, a déclaré que "la prévention des crises est incomplète", plus d'une décennie après le dernier effondrement du système bancaire mondial.

    «Comme nous l’avons dit,« réparez le toit pendant que le soleil brille ». Mais, comme beaucoup d’entre vous, je vois des nuages d’orage se former et je crains que le travail de prévention des crises soit incomplet. »

    Et selon CNBC, Janet Yellen met en garde que "nous pourrions avoir une autre crise financière"…

    "Je pense que les choses se sont améliorées, mais ensuite, je pense qu'il y a de gigantesques failles dans le système", a déclaré Yellen lundi soir lors d'une discussion modérée par le chroniqueur Paul Krugman du New York Times à CUNY. «Les outils disponibles pour faire face aux problèmes émergents ne sont pas géniaux aux États-Unis.»

    RépondreSupprimer
  30. Yellen a évoqué le problème des prêts à effet de levier, ce qui a également été mentionné par les dirigeants de la Fed. Elle a déclaré que les régulateurs ne peuvent traiter de tels problèmes que dans des banques individuelles et non dans le système financier. L'ancien président de la Fed, maintenant chercheur à la Brookings Institution, a déclaré qu'il restait un programme de réglementation inachevée. «Je ne suis pas sûr que nous travaillions sur ces problèmes comme il se doit, et puis il reste des failles, puis il y a un recul de la réglementation. Donc, je crains que nous ne puissions avoir une autre crise financière. "

    On dirait presque qu'ils ont lu le blog The Economic Collapse. Bien sûr, ils ne le sont probablement pas, et la vérité est qu’à ce stade, la prochaine crise est si proche que tout le monde devrait pouvoir le voir.

    Alors, que peut-on faire ?

    Eh bien, le gestionnaire de fonds de couverture du Texas, Kyle Bass, souhaite investir un billion de dollars dans de nouvelles dépenses d’infrastructure.

    Cela semble bien, mais nous ajoutons déjà chaque année plus d’un billion de dollars à notre dette nationale. Si nous voulons dépenser un billion de dollars pour réparer notre infrastructure en ruine, d'où viendra cet argent ?

    Nous avons dépensé beaucoup, beaucoup plus d'argent que ce que nous avions rapporté, et cela soutient notre économie depuis un certain temps déjà. Mais nous aggravons progressivement nos problèmes à long terme et il est impossible de maintenir ce système de Ponzi plus longtemps.

    Et ce n’est pas seulement la dette nationale qui pose problème. Les consommateurs américains ont une dette de plus de 13 billions de dollars, et un nouveau rapport a révélé que la dette de carte de crédit continue de monter en flèche…

    Les Américains ont une dette de carte de crédit record, selon une nouvelle étude. La famille américaine moyenne a une dette renouvelable d’environ 7 000 dollars, contre 6081 dollars à la même période l’an dernier. Et à mesure que les taux d’intérêt augmentent, les versements mensuels destinés au service de ces dettes augmenteront également.

    Le rapport de cette année était axé sur la dette renouvelable (dette reportée mois après mois), car c’est un «indicateur plus précis» des difficultés financières, a déclaré NerdWallet, qui a rédigé le rapport. "La dette de carte de crédit tache des millions de dollars des finances américaines et ne disparaît jamais si facilement", déclare Kimberly Palmer, experte en cartes de crédit chez NerdWallet. «Les taux d’intérêt élevés, combinés à des dépenses qui continuent de dépasser les revenus, empêchent certains ménages de se débarrasser totalement de leur dette et, en fait, d’en assumer davantage.»

    Notre société est complètement accro à la dette à bon marché, mais les taux d’intérêt augmentent, ce qui entraînera d’énormes problèmes financiers.

    Notre monde n'a jamais rien vu de comparable à la bulle de la dette à laquelle nous sommes confrontés en ce moment, et la majeure partie de cette dette a été accumulée lorsque les taux d'intérêt étaient bas. Le système ne peut tout simplement pas gérer des taux plus élevés à ce stade, et selon Michael Pento, «une dépression mondiale se produira comme jamais auparavant»…

    "Malheureusement, une dépression mondiale s'annonce comme jamais auparavant car nous n'avions jamais vu autant de dettes recouvrer des taux d'intérêt artificiellement déprimés", a déclaré Pento lors d'un entretien avec Greg Hunter, de USA Watchdog, en mai.

    RépondreSupprimer
  31. «L'orgueil et l'arrogance des banques centrales d'enlever cela, elles sont beaucoup trop en retard pour le faire et pensent pouvoir le faire en toute impunité. Ils ont complètement tort. Elles (les banques centrales) ont toujours provoqué des récessions. Nous nous dirigeons vers une dépression mondiale. "

    Chaque fois que vous contractez des dettes pour jouir d'un niveau de vie supérieur à celui que vous méritez actuellement, vous bénéficiez d'avantages à court terme, mais de difficultés à long terme.

    Pendant des décennies, l’Amérique a volé l’avenir pour rendre le présent plus agréable, mais nous nous sommes maintenant retrouvés dans un coin.

    Si nous avions fait des choix plus sages, les choses auraient pu se passer différemment, mais cela n’a pas été le cas.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-12/us-debt-nears-22-trillion-mark-storm-clouds-indicate-another-financial-crisis-looms

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont fait çà pour nous faire peur, pour nous tuer ou - au mieux - être leurs esclaves de pères en fils éternellement tant que le Peuple ne saura pas ce qu'est la Démocratie !
      Rendez vous compte qu'aujourd'hui, 90 % des gens du monde disent vivre en... Démocratie !!
      Cela doit être vrai puisque c'était écrit dans le journal ! Hahahaha !

      Il n'y a qu'UN SEUL PAYS au monde en Démocratie. La Suisse.

      La Démocratie c'est Par le Peuple, Pour le Peuple.
      Le Peuple propose SES propres lois et vote SES propres lois. Et non votées par les 'représentants du Peuple' comme en dictatures.

      - Il faudra 398 879 561 ans pour rembourser la dette du gouvernement américain

      jeudi 23 octobre 2014

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2014/10/il-faudra-398-879-561-ans-pour.html

      Supprimer
  32. "Toujours en liberté" - Un suspect de tir à Strasbourg déclaré coupable 27 fois auparavant a crié "Allahu Akbar"


    par Tyler Durden
    Mer., 12/12/2018 - 08:28


    La police française a arrêté cinq personnes en lien avec l'attentat meurtrier de mardi contre un marché de Noël très prisé de la ville française de Strasbourg - qui s'est déroulé à quelques pâtés de maisons du Parlement européen. Cependant, le tireur, qui aurait été blessé dans l'attaque avant de prendre un taxi pour s'échapper, est toujours en fuite et les autorités françaises craignent qu'il ne se soit enfui en Allemagne, selon le Financial Times.

    Quelque 350 policiers et gendarmes recherchent activement le suspect. La France a lancé une alerte "urgence attentat" qui étend temporairement les pouvoirs de la police et oblige les officiers à maintenir "un degré de vigilance supérieur", selon la BBC. La police a déclaré qu'ils avaient bouclé des zones dans le sud de la ville et resserré les contrôles aux frontières. Dans le même temps, les procureurs de Paris ont ouvert une enquête pour meurtre ainsi qu'une enquête sur "une tentative de meurtre liée à une entreprise terroriste".

    Les premiers coups de feu ont retenti dans le centre-ville de Strasbourg vers 20 heures, heure locale (13 heures HE). Un procureur français a déclaré que le suspect avait crié "Allahu Akbar" - "Dieu est grand" en arabe - lors de la fusillade.

    Le maire de Strasbourg, Roland Ries, a annoncé que le marché de Noël serait fermé mercredi et que les drapeaux seraient mis en berne à l'hôtel de ville. La fusillade s’est déroulée au cours d’une session ordinaire du Parlement européen, situé à environ 1,5 km du centre-ville où la fusillade s’est déroulée. Quelque 2 000 députés européens et leur personnel ont reçu l'ordre de rester à l'intérieur du bâtiment pendant des heures.

    Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a déclaré que l'assemblée ne serait "pas intimidée par des attaques terroristes ou criminelles". "Continuons. Nous continuerons à travailler et à réagir, renforcés par la liberté et la démocratie contre la violence terroriste."

    Peu d'informations sur le suspect ont été publiées. Néanmoins, une photo non confirmée de ce que l’on pense être l’attaquant a été diffusée sur les médias sociaux.

    Le dernier bilan dénombre trois morts, tandis que 13 personnes ont été blessées, dont huit grièvement, selon la BBC (bien que le nombre de morts varie d'un média à l'autre).

    Voici un bref aperçu de ce que nous savons de l’attaquant (texte gracieuseté de RT et du Guardian):

    Le suspect, Cherif Chekatt, 29 ans, est né et a grandi à Strasbourg.

    Ses activités au sein de la communauté islamique radicale locale ont soulevé des drapeaux rouges et il a été ajouté à une liste de surveillance du terrorisme.

    Il était connu comme un risque potentiel pour la sécurité

    Le jeune homme de 29 ans a été envoyé en prison par un tribunal de la ville allemande de Singen pour un vol qualifié commis en Allemagne. Après avoir purgé sa peine, Chekatt, un ressortissant français d'origine nord-africaine, a été renvoyé en France en 2017.

    Il a également passé du temps en prison en France et se serait radicalisé en prison. Il a été qualifié de "notoire" par la police, avec un long casier judiciaire

    RépondreSupprimer

  33. Au total, le procureur a déclaré que le suspect avait été condamné 27 fois en France, en Allemagne et en Suisse.

    La police avait l'intention d'arrêter Chekatt en lien avec un vol à main armée plusieurs heures avant qu'il aurait ouvert le feu sur le marché de Noël - mais il n'a été retrouvé nulle part lors de l'attaque de son domicile. La police a toutefois découvert une grenade

    Les enquêteurs travaillent toujours pour établir un motif dans l'attaque

    Le suspect a tiré trois fois dans la foule sur le marché de Noël puis s'est engagé à deux reprises dans des patrouilles de soldats de l'opération Sentinelle, une opération de sécurité nationale mise en place à la suite d'une série d'attaques terroristes à Paris en 2015.

    L’agression de Strasbourg s’est déroulée au cours d’une période de tension alors que la France se débattait encore avec de violentes manifestations contre le gouvernement d’Emmanuel Macron. C'était également le dernier d'une série d'attaques terroristes en France et dans les pays voisins, notamment l'assaut de 2016 sur un marché de Noël à Berlin.

    Enfin, et pour faire bonne mesure, le président Trump a jugé bon de sonner au mur ...

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-12/wounded-strasbourg-shooting-suspect-still-large-may-have-fled-germany

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après ils 's'étonnent' que le Peuple soit dans la rue !!

      Supprimer
  34. Les Gilets jaunes ont créé «un terrain de jeu extraordinaire pour les terroristes»


    17:09 12.12.2018
    Elliot Lelievre


    Alors que le plan Vigipirate vient d'être élevé à son niveau d'alerte maximum et que se profile un acte V des Gilets jaunes, les Institutions sont-elles en mesure d'assurer la sécurité des Français ? Sputnik a posé la question à Jean-Louis Esquivié, Général de gendarmerie et numéro 2 de la cellule antiterroriste de l'Élysée dans les années 1980.

    C'est officiel: la menace terroriste vient s'ajouter aux violences qui ont secoué le pays en marge des mobilisations de Gilets jaunes depuis près d'un mois. La fusillade du 11 décembre dernier sur le marché de Noël de Strasbourg a poussé le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, à déclencher le niveau d'alerte maximum du plan Vigipirate, l'échelon «urgence attentats».

    Dans un contexte difficile social difficile, la capacité de réaction de l'État est mise à l'épreuve par deux menaces distinctes, mais simultanées: les violences urbaines et le terrorisme islamiste.

    Alors que la dernière mobilisation des Gilets jaunes a fait près de 180 blessés et a mobilisé pas loin de 90 000 membres des forces de l'ordre, la question de savoir si l'État a les moyens d'assurer la sécurité des Français se pose. Et pour y répondre, Sputnik a interrogé Jean-Louis Esquivié, général de division de la gendarmerie et numéro 2 de la cellule antiterroriste de l'Élysée de 1983 à 1986.

    Sputnik: On a beaucoup parlé ces dernières semaines de l'état d'épuisement des forces de l'ordre. Sont-elles, selon vous, dotées de suffisamment de moyens et d'effectifs pour assurer la sécurité si la menace terroriste vient s'ajouter aux violences qui ont eu lieu en marge des mobilisations de Gilets jaunes ?

    Jean-Louis Esquivié: «Ma réponse est oui. Je ne suis plus aux affaires, mais j'ai quand même participé à un certain nombre de choses, y compris au plus haut niveau de l'État, pour avoir une idée plausible de ce qui se passe.

    Souvenez-vous lorsque le Président Hollande a engagé l'armée française au Mali et, dans le même temps, a essayé de délivrer, avec une opération assez exceptionnelle, un membre des forces spéciales qui avait été pris en otage. On avait dit à l'époque que peu de pays étaient capables de mener, de façon simultanée, deux opérations comme celle-ci.

    Nous sommes, sur le plan de la sécurité, une grande force. Il faut aussi savoir que, curieusement, depuis plusieurs semaines, le côté régalien de l'État s'est manifesté à travers les forces aussi bien militaires que de police, de gendarmerie et à travers tous les services comme les pompiers et les hôpitaux. Ces forces-là ont maintenu la démocratie, mais aussi l'ordre et les grandes valeurs de notre pays.

    Il est évident que la fatigue est là que les unités sont probablement au maximum de ce qu'elles peuvent faire. Mais je connais bien la gendarmerie et à partir du moment où il y a urgence, je ne vois pas un gendarme compter ses heures s'il y a péril en la demeure.»

    Sputnik: Qu'en est-il du pouvoir en place ? N'est-ce pas dommageable qu'il y ait, en temps de crise, deux hommes —Christophe Castaner et Laurent Nuñez- à la tête du ministère de l'Intérieur?

    RépondreSupprimer
  35. Jean-Louis Esquivié: «C'est une question politique. Si je ne suis plus aux affaires, je reste attaché à la chose militaire et à mon statut. J'aurais plutôt tendance à penser que quelqu'un comme monsieur Nuñez, qui est un personnage qui a fait toutes ses preuves à l'intérieur des ministères et de l'action des différentes forces, est compétent d'un point de vue technique. Le ministre, lui, est un homme politique. Il y a de la politique à faire quand on est ministre de l'Intérieur.

    Je dirais plutôt, et je pense que c'est l'opinion de mes camarades, qu'il y a une complémentarité qui est plutôt intéressante. Il y a toujours eu, à ma connaissance, auprès du ministre très politique, des gens extrêmement techniques. Je ne pense pas que ce soit de nature à inquiéter ni les gens du ministère de l'Intérieur ni ceux de la gendarmerie.»

    Sputnik: L'exécutif peut-il, selon vous, faire face à la fois à la gronde populaire exprimée par les Gilets jaunes, à la violence des extrêmes et des jeunes de banlieues et à la menace terroriste ?

    Jean-Louis Esquivié: «C'est une très bonne question et il vous appartient à vous, médias, de poser ce type de questions.
    Il est clair que, depuis un mois, on a une démonstration de la force et du côté absolument indispensable de ces forces démocratiques et républicaines que sont les forces de l'ordre et l'armée. On l'observe à travers trois éléments successifs. Le premier, c'est le succès du Général de Villiers à travers ses livres et ses interviews. Quand on écoute les gens, ils se disent bluffés par la qualité d'un personnage comme ça. Le deuxième événement, c'est que les forces de l'ordre —même s'il y a eu des choses épouvantables comme à l'Arc de Triomphe, ont permis un retour de l'ordre. On le doit aux forces de l'ordre. Le troisième élément, c'est que ce sont les forces de l'ordre qui sont sur le terrain depuis le début. Dans cette période trouble, ce sont des forces régaliennes qui ont été les vedettes.

    N'arrive-t-on pas au bout ? L'État est-il capable de faire face à tout cela ? On ne peut pas dire qu'il est "au taquet". La dernière réquisition pour la gendarmerie a été de 106 escadrons (sur 120). Je n'ai jamais vu ça. Ça représente presque 90% des unités. Sachant qu'il y a un système de relève, de repos, il y a globalement 50% d'unités hyper-opérationnelles en permanence. Être au taquet, c'est possible. S'il y avait un péril important, on pourrait compter, entre le ministère de l'Intérieur et celui de la Défense —à beaucoup de gens qui sont prêts à donner de leur temps et conscients du rôle qu'ils ont joué le dernier mois. Les institutions régaliennes ont eu un rôle éminent, presque plus fort que celui du politique, par rapport au maintien du calme.»

    Sputnik: Le gouvernement pourra-t-il, après l'attentat de Strasbourg, compter sur une forme d'unité nationale comme en 2015 ?

    Jean-Louis Esquivié: «Je ne vois pas comment il ne peut pas y avoir une certaine unité. L'unité va être naturelle. Avec ce qui est arrivé à Strasbourg, les manifestations prévues ce week-end par les Gilets jaunes vont à mon avis, être atténuées d'elles-mêmes. C'est déjà un signe d'unité.

    Ensuite, je ne vois pas un leader politique ne pas avoir de discours de compassion, de sérénité. Je pense que, là-dessus, il n'y a pas de souci. On va avoir un certain calme, c'est fortuit, mais ça arrive juste au moment pour mettre fin à une précédente crise. Je le vois comme ça.»
    Sputnik: Pensez-vous que le terrorisme puisse d'une certaine manière «profiter» des mouvements des Gilets jaunes qui appellent à «marcher sur l'Élysée» pour mener des actions violentes ?

    RépondreSupprimer
  36. Jean-Louis Esquivié: «Avec mon expérience de plusieurs années dans la lutte antiterroriste, y compris sur le terrain, c'est complètement évident. Une crise comme celle que nous venons de subir est un terrain de jeu extraordinaire pour eux [les terroristes, ndlr].

    Quelques penseurs s'adonnent à la réflexion de savoir quels sont les points de jonction, les points d'inflexion entre des extrémistes qui veulent mettre la France à feu et à sang et des djihadistes. Qu'est-ce qui les lie? Je n'ai pas la réponse, mais c'est une situation tout à fait favorable.

    On pourrait se poser la question de savoir comment les dernières manifestations se sont passées sans que les djihadistes en aient profité. Passez-moi l'expression, mais je pense qu'il y avait assez de bordel pour que ça les rassure, qu'ils se disent "on en profitera". D'autre part, j'ai lu un article venant du Caire disant que certains groupes salafistes n'étaient pas forcément étrangers à certains pillages. Je ne peux pas le confirmer, je ne pense pas que ce soit une fake news puisque c'était écrit et signé, mais je ne peux pas vérifier.

    Pour répondre à votre question, c'est un terrain hyper-favorable. Le lien avec les djihadistes, c'est le désordre nihiliste engendré par les casseurs qui ont transformé le mouvement des Gilets jaunes en une catastrophe momentanée.

    https://fr.sputniknews.com/france/201812121039280613-gilets-jaunes-cree-terrain-jeu-extraordinaire-pour-terroristes/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Le but recherché dans une dictature c'est la guerre. L'élimination, quel que soit les motifs, les faux drapeaux, les vrais arguments.

      Ceux qui sont dans la rues et demandent 'la grâce présidentielle' ne sont pas des hommes mais des condamnés dans le couloir de la mort.

      Une dictature ne se maintient que par les armes données aux forces de l'ordre et non par les 'lois' qu'elle vote sans consulter l'approbation du Peuple. C'est pourquoi dans toutes les dictatures il y a de la violence, des meurtres et des arrestations. Faut dire que le Peuple n'a pas le choix. Tôt ou tard il haïra ceux qui dirigent parce que c'est inscrit dans les gènes de chaque individu. Qu'ils soit dans le Peuple ou dans la dictature en place. Les dirigeants savent tous que le Peuple représente des millions de cerveaux supérieurs à eux et qu'il ne lui manque que les armes. Le Peuple sait très bien que les 'dirigeants' sont inutiles, sont malhonnêtes, sont de dangereux criminels et se méfient.

      Une dictature n'est pas un pays, c'est un camp de la mort. C'est pourquoi existe la corruption. Que les gens soient riches ou pauvres ils vivent mal. Ils vivent dans la peur de ne pouvoir vivre demain.

      Supprimer
  37. Pacte de Marrakech: la Russie dit «niet» à la «responsabilité partagée»


    15:59 12.12.2018


    La Russie estime que les pays qui n’étaient pas impliqués dans l’«ingérence» au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ne doivent pas être tenus pour responsables de la crise migratoire, a déclaré l’ambassadeur russe à Rabat après l’adoption du Pacte mondial sur les migrations.

    La Russie s'oppose au concept de «responsabilité partagée», par lequel le poids de l'accueil des migrants est répercuté sur des pays qui n'ont aucun lien avec leur exode massif, a déclaré mardi l'ambassadeur de Russie au Maroc, Valerian Shuvaev, lors de la conférence de Marrakech sur les migrations.

    «Nous ne sommes pas en faveur du transfert de la responsabilité à d'autres alors que la situation actuelle, compliquée en matière de migration, est largement le résultat d'une ingérence irresponsable dans les affaires intérieures des États souverains du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord», peut-on lire dans le communiqué publié sur le site de l'ambassade russe à Rabat.

    Selon lui, ce sont les pays qui étaient «impliqués dans ces ingérences de manière active» qui doivent «en porter la responsabilité la plus lourde».

    Dans le même temps, M. Shuvaev a salué l'adoption du Pacte mondial sur les migrations, en soulignant que la Russie était «ouverte à la collaboration avec tous les pays».

    Le pacte mondial sur les migrations des Nations unies a été formellement approuvé lundi à Marrakech, après la proclamation orale et le traditionnel coup de marteau, devant quelque 150 pays réunis en conférence intergouvernementale.

    Ce document vise en premier lieu à renforcer «la coopération relative aux migrations internationales sous tous leurs aspects». Le pacte n'est juridiquement pas contraignant, mais les pays qui l'ont rejeté ont fait valoir qu'ils voulaient conserver une gestion nationale des flux migratoires et qu'ils redoutaient l'utilisation du Pacte lors de recours devant la justice.

    https://fr.sputniknews.com/international/201812121039278693-pacte-marrakech-russie-contre-responsabilite-partagee/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) Le pacte n'est juridiquement pas contraignant, (...)

      Ce qui est entièrement faux puisque (en dictature) PERSONNE ne peut s'opposer, déloger un étranger de son habitat comme de son pays !

      Supprimer
  38. SUISSE - UN VOYAGE CHEZ EUX LEUR COÛTERA LEUR DROIT D'ASILE

    Le Parlement veut un durcissement de la politique d'asile. En revanche le National et les Etats veulent garder des exceptions.
    Les réfugiés reconnus ont déjà l'interdiction de se rendre dans leur pays d'origine.


    12.12.2018, 16h58


    Les réfugiés qui font un voyage dans leur pays devraient perdre l'asile en Suisse. Le Parlement a décidé de serrer la vis, mais le National s'est finalement rallié mercredi au Conseil des Etats pour conserver des exceptions au couperet.

    Les réfugiés reconnus ont déjà l'interdiction de se rendre dans leur pays d'origine ou de provenance. Grâce à la révision de la loi sur les étrangers et l'intégration, la règle sera inscrite dans la loi et les autorités suisses n'auront plus besoin de prouver que le réfugié a fauté.

    Fin septembre, la Chambre du peuple avait voté de justesse pour un retrait automatique du statut de réfugié. Le Conseil des Etats a refusé d'aller aussi loin. Selon lui, les autorités devraient y renoncer si le réfugié rend vraisemblable qu'il s'est vu contraint de se rendre dans son pays.

    La majorité du National s'est rangée derrière cet avis par 109 voix contre 66. Seule l'UDC a encore plaidé contre toute exception. «Il faut garantir un minimum de crédibilité à la politique d'asile suisse», a plaidé Jean-Luc Addor (UDC/VS).

    La gauche aurait voulu comme le Conseil fédéral une marge de manœuvre pour certains retours volontaires, mais a renoncé à l'exiger au profit de la solution des sénateurs. Interdire toute exception serait inhumain, a commenté la ministre de justice et police Simonetta Sommaruga.

    Pays voisins

    Les deux Chambres s'étaient déjà entendues au sujet des voyages dans les pays limitrophes de la patrie des réfugiés. Pour éviter par exemple que des Érythréens passent par l'Ethiopie pour rentrer chez eux, les autorités pourront interdire les séjours dans certains Etats pour l'ensemble des réfugiés d'un pays donné, mais autoriser des exceptions.

    La réforme doit aussi améliorer l'intégration des étrangers. Chargée de coordonner les efforts des communes et des cantons, le Secrétariat d'Etat aux migrations ne pourra toutefois pas désigner d'organe chargé de l'assurance qualité des mesures prises. Le Parlement a biffé cette disposition.

    Poursuites pénales

    Il a également remodelé les dispositions concernant les poursuites pénales en cas de séjour illégal. L'autorité compétente ne pourra y renoncer que si le prononcé ou l'exécution de la peine fait obstacle à l'exécution immédiate du renvoi.

    La détention avant un renvoi ou pour insoumission devra se dérouler dans des établissements ad hoc. Si ce n'est exceptionnellement pas possible, notamment pour des raisons de capacités, les étrangers devront être détenus séparément des personnes en détention préventive ou purgeant une peine.

    RépondreSupprimer
  39. Droit des prostituées

    Avec la réforme, toutes les personnes admises provisoirement en Suisse, mais qui n'ont pas demandé l'asile pourront bénéficier de l'aide au retour. Les droits des prostituées étrangères ne seront en revanche pas spécifiquement renforcés.

    Le Conseil fédéral voulait pouvoir accorder un titre de séjour ou une aide au retour aux personnes victimes d'une atteinte directe à leur intégrité physique, psychique ou sexuelle dans l'exercice de la prostitution. Les Chambres ont refusé de préciser le droit actuel qui ne prévoit qu'une protection des personnes particulièrement menacées d'exploitation dans l'exercice de leur activité lucrative. (ats/nxp)

    https://www.lematin.ch/suisse/voyage-coutera-droit-asile/story/23121289

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) Avec la réforme, toutes les personnes admises provisoirement en Suisse, mais qui n'ont pas demandé l'asile pourront bénéficier de l'aide au retour. (...)

      Mais, comme le pays choisi n'est pas forcément celui de naissance qu'ils ont fui, une liste leur sera proposée:
      - Corée du Nord
      - Arabie Saoudite
      - Irak
      - Tahiti
      Cochez la case choisie (!)

      Supprimer
  40. La Grande-Bretagne est confrontée à un hiver glacial alors qu'El Niño introduit un vortex polaire pour faire chuter les températures au cours de la seconde moitié de la saison

    La Grande-Bretagne est confrontée à un hiver long et très froid, un phénomène El Niño provoquant la formation d'un «vortex polaire» sur le Royaume-Uni

    Des températures glaciales sont attendues dans tout le pays en raison des conditions météorologiques instables de l'océan Pacifique.

    Un événement El Niño est à l'origine de la montée d'air chaud dans l'ouest du Pacifique, qui à son tour force l'air froid et sec au Royaume-Uni.

    Pendant ce temps, le Met Office prévoit que la neige tombera probablement ce week-end avec des températures qui chutent


    Par ALEXANDER ROBERTSON
    POUR MAILONLINE
    19h14 GMT, le 12 décembre 2018


    Des températures glaciales sont attendues dans tout le pays, car les conditions météorologiques instables dans l'océan Pacifique entraînent une chute soudaine du mercure. Si le «vortex polaire» s'empare du Royaume-Uni, il pourrait entraîner des vents violents. Le vortex polaire est une circulation de vents très haut dans la stratosphère, jusqu'à 50 km au-dessus de la terre. Les vents peuvent régulièrement dépasser 155 milles à l'heure à leur maximum.

    Un événement El Niño, qui se produit lorsque la surface de l’océan se réchauffe toutes les deux ou trois années, fait monter l’air chaud à l’ouest du Pacifique, ce qui oblige l’air sec et glacial à dériver vers les îles Britanniques.

    Les prévisionnistes estiment que cet air plus froid va frapper le Royaume-Uni dans la seconde moitié de l'hiver, alors que les températures vont commencer à chuter après Noël.

    La Grande-Bretagne fait face à un hiver très froid alors qu'El Niño apporte le vortex polaire

    Ce soir, les travailleurs se déplaceront froidement (à gauche), le Met Office prévoyant que la neige tombera probablement ce week-end avec des températures tombant en dessous du point de congélation au Royaume-Uni.

    Le Met Office prévoit que la neige tombera probablement ce week-end avec des températures tombant en dessous du point de congélation au Royaume-Uni.

    Un système météorologique à basse pression en train de se développer dans l’Atlantique risque de se heurter à l’air froid dans tout le Royaume-Uni, ce qui pourrait faire pleuvoir des pluies dans certaines régions.

    Le Met Office a déclaré qu'il existait toujours une incertitude quant à l'étendue de la neige dans le sud de l'Angleterre, mais que 10 à 20 cm de neige sont prévus dans les Highlands écossais et le nord de l'Angleterre.

    Le Met Office a déclaré qu'il subsistait une incertitude quant à l'étendue de la neige dans le sud de l'Angleterre.

    Un prévisionniste du Met Office a déclaré: «Dans les régions centrale et orientale, il fera plus froid que la moyenne, avec des températures maximales variant entre quatre et six degrés par jour.

    «La nuit, nous verrons des températures gelées ce soir puis des températures inférieures à zéro demain.»

    RépondreSupprimer
  41. Le centre de l'Angleterre et le pays de Galles pourraient voir les températures nocturnes chuter à -7 ° C, ont annoncé les prévisionnistes.

    Un système météorologique à basse pression en train de se développer dans l’Atlantique risque de se heurter à l’air froid dans tout le Royaume-Uni, ce qui pourrait entraîner une pluie dans certaines régions au cours des prochains jours (photo).

    Des vents violents devraient également frapper le pays, atteignant entre 40 et 45 milles à l'heure. Les prévisionnistes ont déclaré que les vents s'atténueraient un peu vendredi mais qu'ils reprendraient le week-end en raison du système de basse pression.

    Les prévisionnistes ont déclaré que le nord-est de l'Angleterre risquait de connaître des conditions météorologiques défavorables en raison de la limite d'air chaud et d'air froid.

    Il est prévu que le Met Office émettra des avertissements initiaux jeudi concernant la pluie, le grésil et la neige dans les zones touchées.

    "Nous verrons les choses se refroidir un peu à la fin de la semaine. Vendredi sera un jour froid", a déclaré le Met Office.

    Selon les prévisionnistes, les conditions météorologiques pourraient être perturbées par la météo.

    Qu'est-ce que le phénomène El Niño dans l'océan Pacifique?
    El Niño et La Niña sont respectivement les phases chaude et froide d'un phénomène climatique récurrent dans le Pacifique tropical: le phénomène El Niño-Oscillation Australe, ou ENSO.

    Le schéma peut basculer irrégulièrement tous les deux à sept ans et chaque phase déclenche des perturbations prévisibles de la température, des vents et des précipitations.

    Ces changements perturbent le mouvement de l'air et affectent le climat mondial.

    ENSO a trois phases, il peut être:

    El Niño: réchauffement de la surface de l'océan ou températures de la surface de la mer supérieures à la moyenne dans l'océan Pacifique tropical central et oriental. Sur l’Indonésie, les précipitations diminuent tandis que les précipitations augmentent sur l’océan tropical tropical. Les vents de surface à basse altitude, qui soufflent normalement d'est en ouest le long de l'équateur, s'affaiblissent ou, dans certains cas, commencent à souffler dans l'autre direction d'ouest en est.

    La Niña: refroidissement de la surface de l'océan ou température de surface de la mer inférieure à la moyenne dans l'océan Pacifique tropical central et oriental. Sur l’ensemble de l’Indonésie, les précipitations ont tendance à augmenter tandis que les précipitations diminuent dans le Pacifique central tropical. Les vents d'est normaux le long de l'équateur deviennent encore plus forts.

    Neutre: Ni El Niño ni La Niña. Les SST du Pacifique tropical sont souvent proches de la moyenne.

    https://www.dailymail.co.uk/news/article-6488509/El-Nino-brings-Polar-Vortex-send-temperatures-plummeting-UK.html

    RépondreSupprimer

  42. Des scientifiques veulent vaporiser des produits chimiques dans l’atmosphère pour lutter contre le réchauffement climatique


    mardi 11 décembre 2018


    * Outre les centaines de millions, voire les milliards de dollars, qui sont et qui seront donnés par les gouvernements aux instituts universitaires et centres de recherches militaires et privés pour l'utilisation des technologies de géo-ingénierie pour "sauver la planète d'une mort certaine", je me questionne sur la véritable visée de ces technologies puisque je ne crois pas une seule seconde à la théorie du réchauffement climatique.

    Contrer la menace d'un danger non divulgué ("secret défense") et qui menace le "monde du vivant", comme par exemple l'entrée de rayons cosmiques hautement cancérigènes dans notre atmosphère capables de modifier ou de briser les molécules d'ADN?

    Les rayons cosmiques qui frappent la Terre "sont nocifs et s'intensifient" dit la NASA: le "minimum solaire" à venir pourrait avoir des conséquences désastreuses sur la climatologie, sur les infrastructures et la santé humaine
    http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2018/03/les-rayons-cosmiques-qui-frappent-la.html

    - voir carte sur site -

    Refroidir l’atmosphère pour lutter contre le réchauffement de la planète, vraiment ??

    C’était il y a tout juste un mois : le Giec (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat) prévenait qu’à +1,5°C ou à +2°C, le monde ne sera pas le même, décrivant des risques accrus pour les espèces comme pour les économies. Preuves s’il en faut que le dérèglement climatique s’abat de plein fouet sur notre planète, les plus hauts sommets fondent comme neige au soleil et l’ours polaire ne trouve plus assez de phoques pour se rassasier. Pour faire face à ces changements alarmants, des chercheurs de Harvard mettent actuellement au point une expérience visant à tester les effets de la géo-ingénierie solaire sur la surface terrestre, nous apprend MACH. En pratique, il s’agirait d’injecter artificiellement des aérosols chimiques dans l’atmosphère afin de faire réfléchir la lumière du soleil, et ainsi refroidir notre planète. Leur idée, qu’ils espèrent concrétiser déjà courant 2019, n’est pas bien vue par tous.

    RépondreSupprimer
  43. Le projet – baptisé SCoPEx (Expérience de perturbation stratosphérique contrôlée) – s’inscrit dans un programme sur la géo-ingénierie solaire de l’Université de Harvard. L’idée consiste à envoyer un ballon dans la stratosphère, à une vingtaine de kilomètres d’altitude, pour ensuite libérer un petit panache de carbonate de calcium en aérosol. Une fois libérés, les produits chimiques se disperseront pour former une masse d’environ 1 km de long pour 100 mètres de large. Muni d’instruments de mesure, le ballon traversera alors ce nuage dans le but d’évaluer si oui ou non les particules réfléchissent la lumière du soleil, et si elles ont la capacité de refroidir la surface de la planète ou non.

    Des questions restent néanmoins sans réponses. Certaines études suggèrent qu’un programme de géo-ingénierie pourrait avoir de graves conséquences. On pense notamment à celles sur les cultures, sur le comportement de la couche d’ozone, ou encore sur le climat en lui-même. À ce propos, une étude a été publiée il y a quelques mois dans la revue Nature. Selon cette dernière, le fait d’injecter de manière artificielle des aérosols dans l’atmosphère de l’hémisphère nord réduirait l’activité des cyclones tropicaux, et entraînerait en même temps une augmentation des risques de sécheresse en Afrique subsaharienne.

    Régler un problème d’un côté pourrait ainsi en créer davantage en parallèle. Science Post rappelle par ailleurs que le fait de refroidir artificiellement la planète n’est pas la solution miracle. C’est plus une réponse de dernier recours, tel un pansement qui finira par se décoller, et de plus potentiellement dangereuse. Le véritable problème devra être réglé en amont : s’attaquer aux véritables sources de réchauffement climatique. On pense notamment aux problèmes de l’élevage intensif, ou encore de l’utilisation de carburants fossiles.

    Source:
    https://parismatch.be/actualites/environnement/213731/idee-controversee-des-scientifiques-veulent-refroidir-latmosphere-pour-lutter-contre-le-rechauffement-climatique?fbclid=IwAR2cUUt9-lVYcci8mgGt1zkaVt6UlbTOQ-tsP7Mpns8CXsHNObssbSakGTI

    http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2018/12/des-scientifiques-veulent-vaporiser-des.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne se passe pas un jour sans que des ordures (au service de la dictature en place) ne sorte un 'justificatif' pour expliquer la disparition ou l'utilisation très coûteuse du pognon volé au Peuple !!

      Faut dire que chaque seconde, ce sont des milliers de nouvelles machines, robots, ordinateurs qui voient le jour et remplacent ou facilitent le travail des individus, et donc font gagner un argent fou à ne plus savoir qu'en faire !!
      D'où les problèmes à faire demeurer pauvre quelques 7 milliards d'habitants dans le monde qui devraient tous aujourd'hui être multi-millionnaire !

      Supprimer