- ENTREE de SECOURS -



vendredi 7 décembre 2018

GILETS JAUNES - LA GRANDE MANIPULATION

https://www.youtube.com/watch?time_continue=162&v=J18zukKyDZs

10 commentaires:

  1. Macron annonce la fin de l'union


    par Tyler Durden
    Vendredi 12/07/2018 - 23:45
    Publié par Raul Ilargi Meijer via le blog The Automatic Earth,


    Le concept d’Union européenne aurait peut-être fonctionné, mais n’aurait pu le faire que si un boom économique sans fin aurait pu être fabriqué pour le guider sur son chemin. Mais il n'y aurait jamais eu un tel boom. Ou peut-être que si le butin qui était disponible pendant les périodes d'expansion et de ralentissement économique avait été réparti entre les nations riches et pauvres et les citoyens riches et pauvres un peu plus également, ce concept aurait peut-être encore porté ses fruits.

    Encore une fois, sa disparition était évidente bien avant la signature de l’Union, dans les philosophies, les délibérations et les réunions qui ont ouvert la voie à l’époque qui a suivi une seconde guerre mondiale en deux décennies et demi, principalement sur le continent européen.

    Avec le recul, il est difficile de comprendre comment il est possible que ceux qui se sont réunis et ont délibéré pour fonder l’Union, en soi une tâche bénéfique, du moins à la surface, à la suite du sang versé par tant de millions de personnes, n’étaient pas plus sages, plus intelligent, moins gourmand, moins motivé par la conception et les méthodes sociopathe. Ce n’est jamais le but qui a raté sa cible ou qui a échoué, c’est l’exécution.

    Néanmoins, peu importe à quel point nous pouvons rêver, combien certains des «pères fondateurs» bien intentionnés de l’Union ont pu rêver, sans cet essor économique éternel, elle n’aurait aucune chance. L'Union ne sera jamais tolérée, acceptée, adoptée par ses citoyens que s'ils peuvent ressentir et voir des avantages concrets dans leur vie quotidienne d'abandonner une partie de leurs propres pouvoirs de décision et de la souveraineté de leurs nations.

    Il y a actuellement 28 pays dans l'Union et l'un d'entre eux se prépare déjà à partir. Il y a aussi 28 cultures différentes et presque autant de langues. Cela allait toujours être une lutte difficile, une colline beaucoup trop raide pour une simple cupidité à maîtriser et à conquérir. L’histoire a imprégné l’Europe de beaucoup trop de diversité à travers les âges. Pour unifier toutes les milliers d'années de beauté et d'obscurité, de créativité et d'anéantissement, d'amour et de haine, transmises de génération en génération, il fallait bien plus qu'une soif nue et fade de richesse, de pouvoir et d'objets brillants.

    Et bien sûr, cela est peut-être arrivé en chemin, au moment où tout le monde se faisait de nouveaux amis et ne surveillait pas le dos pendant un moment. Mais ils auraient tous dû le voir venir, à cause de ces mêmes milliers d'années qui ont abouti à l'endroit où ils se sont trouvés. L'Union européenne est comme un mariage et un mariage sans accord préalable, où les partenaires ont trop peur de s'offenser mutuellement pour faire ce qui leur ferait regretter la cérémonie plus tard.

    Aujourd’hui, trop peu des 28 pays de l’Union européenne qui ont été sortis de leur pauvreté et d’autres conditions qui les ont amenés à vouloir rejoindre l’Union. Et dans beaucoup de pays, il y a beaucoup trop de gens qui sont et se sentent laissés pour compte. Bien que Bruxelles soit devenue un bastion du pouvoir qu'aucun des défavorisés ne puisse traiter correctement avec leurs griefs.

    RépondreSupprimer
  2. Le principal défaut de l'UE est que le plus grand parti à la table finit toujours par arriver quand les choses deviennent sérieuses. Les quelque 80 millions d'habitants de l'Allemagne dirigent de fait les 500 millions de l'Union, ou vous savez, les trois poignées qui gouvernent l'Allemagne. Aucune décision importante ne peut ou ne sera jamais prise avec laquelle Berlin n’est pas d’accord. Angela Merkel est la PDG de Europe Inc. depuis le 22 novembre 2005, gagnant de plus en plus de pouvoir au fil du temps. Cela n'allait jamais marcher si elle ne rendait pas tout le monde plus riche. Demandez aux Grecs à ce sujet.

    Merkel était à la fois la dirigeante de l'Allemagne et de l'Europe. Quand la situation devint précaire, elle choisit de laisser les intérêts allemands l'emporter sur ceux d'Italie ou de Grèce. C’est la faille fondamentale et l’échec de l’Union en un mot. Toutes les autres choses, la crise grecque, Salvini, Macron, Brexit, ne sont que les conséquences de cette faille. En l'absence d'un boom économique permanent, il n'y a plus rien sur lequel compter.

    Les partis de droite / gauche traditionnels ont été détruits dans toute l'Europe lors des récentes élections nationales. Et ce sont ces partis traditionnels qui détiennent toujours le pouvoir à Bruxelles. Autant que quiconque, à l'exception de l'Allemagne et peut-être de la Commission européenne, ne détient aucun pouvoir. Les changements survenus dans le spectre politique de nombreux pays ne sont pas encore reflétés au Parlement européen. Mais il y a des élections européennes dans moins de 6 mois, du 23 au 26 mai 2019.

    Environ un quart des votes lors de la dernière élection de ce type, en 2014, ont été remportés par des partis eurosceptiques. N’imagine pas que l’imagination obtiendra la moitié des voix cette fois-ci. Nous aurons alors la moitié ou plus de représentants parlant pour des personnes qui ne croient pas en ce qu’elles représentent.

    D'autre part, l'élite bruxelloise continue de propager l'idée que les problèmes de l'Europe peuvent au mieux être résolus, voire seulement, avec davantage d'Europe.

    D'autre part, l'élite bruxelloise continue de propager l'idée que les problèmes de l'Europe peuvent au mieux être résolus, voire seulement, avec davantage d'Europe. De cette élite, Emmanuel Macron est le plus récent et le plus enthousiaste le plus enthousiaste depuis le début, grand prêtre. Ce qui ne se voit pas en dehors de sa cote de popularité nationale en matière de plongée sous-marine, et certainement pas des manifestations contre la veste jaune et des émeutes.

    Macron a remporté sa présidence l'année dernière uniquement parce qu'il s'était présenté contre Marine Le Pen au deuxième tour des élections et qu'une vaste majorité des Français ne votera jamais pour elle. ils vont littéralement voter pour quelqu'un d'autre à la place. Au premier tour, alors que ce n’était pas un contre un, Macron a obtenu moins de 25% des voix. Et maintenant, la France veut qu'il parte. C'est l'essence des manifestations. Sa présidence semble déjà terminée.

    Parmi les 28 pays de l’UE, le Royaume-Uni est un exemple euroskeptique très clair. C’est censé partir en mars 2019, mais c’est loin d’être acquis. Ensuite, il y a l'Italie, où les dernières élections ont mis en place un gouvernement fortement eurosceptique. Il y a les quatre pays de Visegrad, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie. Aucun amour perdu pour Bruxelles là-bas. Hier en Belgique, la Nouvelle Alliance flamande, alliée du Premier ministre Michel au gouvernement, a voté contre le Pacte mondial pour les migrations des Nations Unies.

    RépondreSupprimer
  3. L’Espagne Mariana Rajoy a été soutenue par l’UE contre la Catalogne et a ensuite été écartée. Le prochain gouvernement est issu de la gauche et de l’UE, mais compte tenu de la récente victoire de la droite en Andalousie, il est clair que rien n’est stable là-bas. L'Autriche a un Premier ministre anti-immigration de droite. Le parti allemand CDU a élu aujourd’hui un successeur à Merkel (lors du premier vote de ce type depuis 1971!), Mais ils ont perdu énormément lors des élections de l’année dernière, et leur partenaire de la CSU s’est lui aussi imposé, favorisant l’AfD anti-immigrés de droite.

    Et avec Macron parti ou parti, on ne peut plus compter sur la France pour soutenir Bruxelles. Alors que reste-t-il, quo vadis Europa ? Eh bien, il y a les élections européennes. Dans lesquels les partis nationaux, souvent en tant que membres d’une "alliance de vote", choisissent leurs candidats potentiels au Parlement européen, puis deviennent membres d’une alliance européenne plus vaste, et finalement souvent d’une alliance encore plus vaste. Vous avez bien deviné, le taux de participation aux élections européennes est très très bas.

    Bien sûr, Bruxelles est sourde à tous les problèmes qui l’assaillent. Les plus grandes alliances de partis, le PPE (parti populaire) et les «socialistes», ont choisi le prince héritier 'spitzenkandidat' pour succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne et s'attendent à ce que les choses se poursuivent plus ou moins comme prévu. habituel. Les deux principaux prétendants sont Manfred Weber et Frans Timmermans, eurocrates convaincus. Comment cela fonctionnera-t-il si 50 % ou plus des parlementaires sont euroskeptiques, me dites-vous. Qu'en est-il qu'ils forment leur propre alliance ?

    L’Union semble mortellement blessée, et cela avant même que la prochaine crise financière ne se matérialise. En parlant de cela, la Fed a augmenté ses taux et peut encore les baisser un peu si elle le souhaite, mais une grande partie de l’Europe fonctionne déjà sur des taux négatifs. Cette prochaine crise pourrait être un doozy.

    Mais nous sommes en avance sur nous-mêmes.

    La première chose au menu est demain, Macron, et les vestes jaunes dans les rues de Paris et de nombreuses autres villes françaises et zones rurales. Il a appelé 90 000 policiers dans les rues, mais ils se retrouveront face à face avec leurs pairs, qui sont des pompiers, des ambulanciers, etc., beaucoup de gens qui travaillent également pour le gouvernement. Vont-ils ouvrir le feu ?

    Macron peut-il permettre que des Français soient tués dans les rues ? Presque certainement pas. Il y aura des fourches et des guillotines. La seule issue, le seul moyen de calmer le jeu, peut être d'annoncer sa démission. Les Français ne rigolent pas quand ils protestent. Et qui reste-t-il alors pour mener la réforme de l’Europe ? Pas Merkel, elle est partie, même si elle veut être chancelière allemande pendant encore trois ans. Mais alors qui ? J'essaie de penser à quelqu'un, honnêtement, mais je ne peux pas.

    Ce sera toute la journée samedi à Paris.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-07/macron-heralds-end-union

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que les bananiers poussent en France ! Ils en vendent même dans les supermarchés ! Oui mais... avant qu'ils portent des bananes... Faudrait voir de les 'acclimater' !
      Mais ATTENTION ! Regardez bien les 'leaders' politique: AUCUN ne veut la Démocratie pour remplacer la république ! AUCUN !

      Supprimer
    2. En Finlande coucher avec une fillette de 10 ans n’est pas un viol

      samedi 5 mai 2018

      https://huemaurice5.blogspot.com/2018/05/en-finlande-coucher-avec-une-fillette.html

      Supprimer

  4. La dette historique est au cœur de notre déclin


    par Tyler Durden
    Vendredi 12/07/2018 - 19h45
    Écrit par Brandon Smith via Alt-Market.com,
    Cet article a été publié à l'origine chez Birch Gold Group


    Comme je l'avais prédit juste après l'élection présidentielle de 2016, un blâme théâtral a éclaté sur l'état de l'économie américaine, les doigts pointés partout sauf dans (dans la plupart des cas) les véritables coupables du crash. Certaines personnes évoquent l'administration actuelle et sa poursuite d'une guerre commerciale. D'autres font référence à la Réserve fédérale, avec ses hausses de taux d'intérêt défavorables à la faiblesse économique et ses réductions de bilan.

    Certains reprochent aux démocrates d'avoir doublé la dette nationale sous l'administration Obama et d'avoir créé des déficits commerciaux et budgétaires considérables. Et d'autres se tournent vers les républicains pour ne pas encore endiguer la dette et les déficits nationaux en augmentation constante.

    Dans le paysage économique actuel, le problème de la dette est absolument crucial. Bien qu’il soit souvent évoqué à propos de notre incertitude fiscale, il est rarement suffisamment exploré.

    Je crois que les événements de crise économique sont délibérément manipulés par l'élite financière afin de créer des conditions avantageuses pour eux-mêmes. Pour comprendre pourquoi, il est important de connaître la racine de leur pouvoir.

    Sans conditions d'endettement extrêmes, les récessions économiques ne peuvent pas être créées (ou du moins durées longtemps). Selon le montant de la dette alourdissant un système, les institutions bancaires peuvent prédire les résultats de certaines actions et influer sur certains résultats finaux. Par exemple, si la Fed souhaitait créer une bulle basée sur la dette, une stratégie classique consisterait à fixer des taux d'intérêt artificiellement bas pendant trop longtemps. À l’inverse, relever les taux d’intérêt en menant une faiblesse économique est une stratégie qui peut être utilisée pour éliminer une bulle. C’est ce qui a déclenché la Grande Dépression, c’est ce qui a déclenché le crash de 2008 et c’est ce qui se passe aujourd’hui.

    Le lourd fardeau de la dette rend la reprise difficile, voire impossible, et le système dépend donc de plus en plus des élites bancaires pour résoudre le problème.

    La dette est le carburant qui permet à la machine à centraliser de fonctionner. Je ne parle pas de prêt standard, bien que cela puisse être un facteur. Ce dont je parle, c’est la dette créée par la politique; dette créée en un instant grâce à des mesures subversives et arbitraires, telles que des initiatives de bilan ou des taux d’intérêt de la banque centrale. Et, la dette créée par la collusion entre banques centrales, banques internationales, agences de notation et gouvernement utilisant la suppression de réglementations ou la mise en œuvre de normes réglementaires injustes.

    La dette est une drogue. Les banques le savent depuis un certain temps et ont exploité l'opiacé de l'argent facile pour transformer des nations et des cultures entières en servitude ou en autodestruction. Pour illustrer ce point, regardons les chiffres de la dette aujourd'hui.

    La dette nationale se rapproche de 22 000 milliards de dollars, auxquels s’ajoutent actuellement plus d’un billion de dollars par an pour le contribuable américain.

    RépondreSupprimer
  5. La dette des entreprises est à des sommets sans précédent depuis 2008, S & P Global déclarant plus de 6,3 billions de dollars de dettes et les plus grandes sociétés ne détenant que 2,1 billions de dollars de liquidités.

    La dette des ménages américains s’élève actuellement à environ 13 300 milliards de dollars, soit une augmentation de 618 milliards de dollars par rapport au dernier sommet de 2008, pendant la crise du crédit.

    La dette de carte de crédit américaine a dépassé le billion de dollars pour la première fois en 2018, son plus haut niveau depuis 2007 (nous constatons une fois de plus que le niveau de la dette dépasse les seuils franchis juste avant le krach de 2008).

    Alors, comment exploiter cette dette pour créer une crise économique?

    Commençons par l’endettement des ménages et des consommateurs.

    On pourrait penser qu'avec autant de prêts et de dettes de consommation, nous assisterions à une expansion massive des marchés de l'habitation et de l'automobile. Et pendant un temps, nous l'avons fait. Le problème était que la plupart des achats de maisons étaient effectués par de grandes entreprises telles que Blackrock, qui dévoraient des milliers d’hypothèques en détresse et transformaient ensuite ces maisons en loyers. Sur le marché de l’automobile, les achats ont été en forte hausse, mais les prêts ont été consentis au moyen de prêts de type ARM, des prêts du même type et aux normes laxistes qui ont contribué à la crise des prêts hypothécaires en 2008.

    Aujourd'hui, tant sur le marché du logement que sur celui de l'automobile, un effondrement est en train de se produire alors que la Fed relève les taux d'intérêt et rend la détention de ces prêts encore plus chère.

    Les ventes de logements en attente ont atteint leur plus bas niveau en quatre ans, puisqu'un logement sur quatre sur le marché est désormais contraint de baisser ses prix. La dette devient coûteuse et, par conséquent, la demande s'effondre.

    Dans l’ensemble, les ventes d’autos aux États-Unis ont amorcé une baisse abrupte en septembre, qui s’est poursuivie jusqu’en novembre, principalement en raison de la hausse des taux d’intérêt.

    Il est clair qu'un ralentissement économique, que certains appellent simplement un marché baissier, est indiqué par le déclin rapide du logement et de l'automobile, deux des secteurs de consommation les plus vitaux.

    Mais qu'en est-il de la dette des entreprises? Utilisons GE, GM et Ford comme tests décisifs.

    GE est actuellement dans le rouge pour plus de 115 milliards de dollars. Et cela n'inclut pas ses promesses de pension aux employés, qui s'élèvent à plus de 100 milliards de dollars. Sachant que seulement 71 milliards de dollars ont été affectés à la couverture des paiements, toute hausse de taux de la part de la Fed constitue une pierre angulaire pour GE. Le résultat probable sera la poursuite des mises à pied. En décembre dernier, GE avait annoncé la suppression de 12 000 emplois jusqu'en 2018, et il est probable que les suppressions se poursuivront en 2019.

    GM, avec une dette à long terme de 102 milliards de dollars (en septembre) et des encaisses d’environ 35 milliards de dollars, supprime maintenant plus de 14 000 emplois et ferme plusieurs usines aux États-Unis. Cela est dû, en partie, à une combinaison de hausses de taux d’intérêt et les tarifs. Cependant, le véritable point de fracture est dû à la dette expansive dont GM est responsable. Sans une telle dette, ni les hausses de taux ni les tarifs de Trump n’auraient un effet aussi intense sur ces sociétés.

    RépondreSupprimer
  6. Ford, pour ne pas être surpassé par GM, devrait annoncer jusqu'à 25 000 suppressions d'emplois, bien que la plupart d'entre elles puissent être appliquées en Europe. Ford a qualifié ce rapport de Morgan Stanley de "prématuré", mais nous avons assisté à de nombreuses "dénégations négatives" similaires de ce type de fuites d'informations lors de l'accident de 2008, et la plupart d'entre elles ont fini par être vraies. Au début de l’année, Moody’s avait abaissé la note de sa dette à un niveau supérieur à celui des actions indésirables. Avec un passif actuel d’environ 100 milliards de dollars et seulement 25 milliards de dollars de liquidités, Ford est une autre entreprise sur le point de s’effondrer du fait d’un énorme passif pour lequel elle ne peut pas payer plus d’intérêts.

    Nous pouvons voir le stress que la Fed est capable de mettre sur les entreprises en examinant leurs dépenses de rachat d’actions au cours des dernières années. Jusqu’à récemment, c’était les faibles taux d’intérêt, les emprunts au jour le jour et les achats au bilan de la Fed qui permettaient aux entreprises de racheter leurs propres actions et ainsi de soutenir artificiellement les marchés. En fait, on pourrait affirmer que sans les rachats d'actions, le rallye de taureaux qui a débuté en 2009 se serait éteint il y a longtemps et que nous aurions retrouvé les conditions de l'écrasement beaucoup plus tôt.

    Eh bien, c'est exactement ce qui se passe aujourd'hui. Les rachats d’actions au cours du second semestre de 2018 sont en baisse alors que la Fed durcit sa politique et que les taux d’intérêt se rapprochent de plus en plus du «taux neutre» désigné de l’inflation. Tout ce qu’il a fallu comme une augmentation maigre de 2% de l’intérêt pour créer une crise, mais avec le niveau de la dette qui étouffe le système, cela ne devrait surprendre personne.

    En ramenant les taux d'intérêt à un niveau proche de zéro, la Fed a créé une culture de risque irresponsable, et je pense qu'elle l'a fait en connaissance de cause. Même Donald Trump s'est attaché à la performance du marché boursier et a adopté le penchant pour la dette, plaidant pour que la Fed arrête ou réduise les hausses de taux d'intérêt afin de maintenir la dette. Cependant, avec la Maison Blanche de Trump rampant avec des agents bancaires internationaux et des goules de groupes de réflexion, il pourrait bien y avoir beaucoup plus que ce que l’on pourrait bien voir, puisque Trump s’ancre de la performance du Dow.

    La Fed ne va pas s'arrêter. Pourquoi le feraient-ils? Ils ont créé la bulle parfaite. Une bulle qui englobe non seulement la dette des entreprises, la dette des consommateurs et les marchés boursiers, mais aussi les marchés obligataires et le dollar américain lui-même. Si l'objectif est de centraliser le pouvoir, les élites des banques ont l'arme de crise idéale entre leurs mains et elles ont à peine besoin de lever le doigt (ou d'augmenter les taux) pour déclencher l'événement.

    Comme indiqué précédemment, ce ne sont pas seulement les investisseurs en actions qui dépendent des taux d’intérêt de la Fed, mais également le gouvernement américain, car la dette du Trésor devient moins souhaitable pour les acheteurs étrangers. Plus la barrière d'intérêt potentielle est élevée pour les États-Unis, plus le coût est élevé et moins les acheteurs étrangers ont confiance dans notre capacité à couvrir notre passif alors que la Fed continue de se resserrer.

    La Chine et le Japon réduisent discrètement leurs avoirs et leurs achats de trésorerie. Les adjudications d’obligations échouées ont été citées comme un déclencheur de la flambée des rendements du Trésor depuis le début de 2018. Encore une fois, même la dette américaine et le dollar sont entraînés dans la «bulle totale».

    RépondreSupprimer
  7. La dette en soi n’est pas nécessairement un simple outil permettant d’accroître la richesse; c'est aussi un outil pour changer et modeler les sociétés par le biais d'un effet de levier financier et d'une catastrophe. Pour comprendre qui crée un ralentissement fiscal et pour savoir qui profite de la crise économique, il suffit de se demander qui contrôle la dette.

    * * *

    Si vous souhaitez soutenir la publication d'articles comme celui que vous venez de lire, visitez notre page de dons ici. Nous apprécions grandement votre patronage

    https://www.zerohedge.com/news/2018-12-07/historic-debt-core-our-decline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. - Il faudra 398 879 561 ans pour rembourser la dette du gouvernement américain

      jeudi 23 octobre 2014

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2014/10/il-faudra-398-879-561-ans-pour.html

      Supprimer