- ENTREE de SECOURS -



dimanche 1 juillet 2018

SUPER HEROS MOVIE - Drake Bell, Pamela Anderson

https://www.youtube.com/watch?v=Bk2WOXHCwKM

54 commentaires:

  1. Antarctique : sous la glace, un volcan se réveille après plus de 2.000 ans d'inactivité


    Nathalie Mayer
    Futura-sciences
    mer., 27 juin 2018 16:05 UTC


    antarctique, antarcticC'est un peu par hasard que des chercheurs ont découvert, sous le glacier de l'île du Pin, dans l'ouest de l'Antarctique, les preuves d'une activité volcanique en cours.

    En traçant des gaz rares dans les eaux, ces chercheurs espéraient simplement mieux comprendre le rôle de l'océan dans la fonte du plateau de glace de l'ouest de l'Antarctique. Mais ils ne pensaient pas tomber sur des quantités relativement importantes d'hélium 3 du côté du glacier de l'île du Pin. Or, l'hélium 3 est un indicateur de volcanisme.

    Selon les mesures réalisées, il existerait dans cette zone une source dechaleur volcanique qui peut être qualifiée d'active, car 25 fois plus importante que ce que l'on pourrait attendre d'un volcan éteint. Et si l'on sait que l'inlandsis antarctique occidental repose sur un système volcanique, la dernière trace d'une activité remontait à quelque 2.200 ans.

    Entre janvier et mars 2014, des scientifiques ont embarqué à bord du brise-glace James Clark Ross pour tracer des gaz rares dans les eaux de l’Antarctique.

    Un volcan responsable de la fonte du glacier de l'île du Pin ?

    Mais alors, cette source de chaleur explique-t-elle la fonte rapide de cette partie du plateau de glace ? Les chercheurs assurent que non. « De nombreuses preuves montrent que le réchauffement climatique cause la majeure partie de la fonte des glaces, explique Brice Loose, océanographe à l'université de Rhode Island (États-Unis). Il est trop tôt pour se prononcer quant à l'impact de cette source de chaleur, car nous ignorons encore sa distribution exacte. »

    Il est cependant à noter que l'amincissement de la couche de glace dû au réchauffement climatique lève une partie de la pression exercée sur le manteau terrestre. Et augmente ainsi l'intensité de la chaleur volcanique qui s'échappe, réchauffant les eaux alentour.

    -- Commentaire : Vous êtes sûr ? Parce que ce n'est pas le seul volcan découvert sous la glace ou sous la mer et combien d'autres vont l'être ? :

    C'est le noyau chaud de la Terre, et non le réchauffement climatique, qui est responsable de la fonte de la calotte glaciaire du Groenland
    Découverte de volcans sous-marins au large de Sydney
    Les volcans sous-marins finalement pris en compte dans les changements climatiques de la Terre
    Des centaines de volcans découverts en mer de Norvège
    Si la glace fond, les volcans s'activent !

    et aussi :

    Réchauffement climatique : un des plus grands scandales de notre époque --

    Un volcan gît-il sous un kilomètre de glace en Antarctique ?

    En Antarctique occidental, des mouvements de magma dans la croûte terrestre trahiraient l'existence d'un volcan actif ou en passe de le devenir sous plus d'un kilomètre de glace. Pouvant survenir à tout instant, son éruption aurait néanmoins peu de chances de percer la calotte glaciaire. En revanche, la chaleur libérée pourrait accélérer son coulissement et ainsi participer à l'élévation du niveau des océans.

    RépondreSupprimer
  2. Article de Quentin Mauguit paru le 19/11/2013

    Le continent Antarctique est à 98 % recouvert d'une couche de glace de 1,2 km d'épaisseur en moyenne, ce qui n'a pas empêché quelques volcans d'y apparaître par le passé. Sur la terre Marie Byrd, dans la partie occidentale, il existe par exemple une chaîne volcanique visible en surface qui s'étend linéairement selon un axe nord-sud, sachant que l'âge des volcans qui la composent décroît dans cette direction.

    A l'extrémité septentrionale de l'Executive Committee Range se trouve le pic Whitney, apparu voici 13,7 à 13,2 millions d'années, tandis que le mont Waesche est sorti de terre il y a moins d'un million d'années à l'extrémité méridionale. Depuis lors, aucun indice trahissant une éventuelle activité magmatique n'a été trouvé... jusqu'à la mise en place par des scientifiques d'un réseau de sismographes entre 2007 et 2010. Son but premier était de récolter des informations sur les mouvements des plaques impliqués dans la formation et l'expansion du grand rift ouest-antarctique, mais il a finalement servi à autre chose.

    En janvier-février 2010 et en mars 2011, les détecteurs ont enregistré deux essaims sismiques caractérisés par des ondes P et S étonnamment lentes. Intrigués, Amanda Lough et ses collègues ont décidé d'exploiter les sismographes pour localiser la source des vibrations et en déterminer la cause. Cette chercheuse de l'université Washington de Saint-Louis (États-Unis) vient de livrer les résultats de l'investigation dans la revue Nature Geoscience. Un volcan inconnu jusqu'alors serait actif ou en passe de le devenir sous plus d'un kilomètre de glace.

    Cette carte permet de visualiser la position de la terre Marie Byrd, dans l’ouest de l’Antarctique. Ce territoire n’est actuellement réclamé par aucun pays, ce qui signifie qu’il s’agit de la seule région au monde avec le Bir Tawil dont aucun pays ne revendique la souveraineté.
    Un volcan invisible impliqué dans la hausse du niveau des océans

    Les ondes sismiques ont été générées entre 25 et 40 km de profondeur, environ 55 km au sud du mont Waesche. Détail curieux, cette localisation se trouve exactement dans l'alignement de l'Executive Committee Range, là où l'on pourrait s'attendre à voir apparaître un nouveau volcan au vu de l'histoire géologique de la région. La source n'a pas été identifiée avec certitude, mais plusieurs éléments suggèrent qu'il s'agirait de mouvements de magma propres à ceux observés sous des volcans, parfois à l'approche d'une éruption. En effet, de tels signaux ont déjà été enregistrés en d'autres points du globe, comme à Hawaï.

    Par ailleurs, des données géomagnétiques ont confirmé l'existence d'un léger renforcement du champ magnétique terrestre au niveau de la zone concernée. De plus, une cartographie radar a révélé un gonflement à la surface du sol. Or, ces deux phénomènes trahissent régulièrement l'existence d'une activité magmatique dans la croûte terrestre. Notons qu'une couche de cendres a été localisée au-dessus de la zone cible grâce au radar, à 1.400 m de profondeur. Cependant, elles auraient été émises par le mont Waesche voilà 8.000 ans.

    RépondreSupprimer
  3. Selon les scientifiques, une éruption pourrait survenir à tout instant, mais elle aura peu de chance de faire fondre l'épaisseur de glace qui surplombe le volcan (entre 1,2 et 2 km par endroit). Attention, cela ne signifie pas qu'elle sera sans conséquence. La chaleur dégagée par la libération de la lave pourrait faire fondre la calotte glaciaire par en dessous, ce qui générerait beaucoup d'eau, au point de lubrifier anormalement le mouvement descendant de la glace en direction de l'océan. Ainsi, s'il entre en éruption, le volcan pourrait insidieusement participer à l'élévation du niveau des mers, avec une importance qui reste à déterminer.

    https://fr.sott.net/article/32743-Antarctique-sous-la-glace-un-volcan-se-reveille-apres-plus-de-2000-ans-d-inactivite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://huemaurice5.blogspot.fr/2017/12/est-ce-que-40-000-volcans-sont.html

      https://huemaurice5.blogspot.fr/2015/03/les-volcans-sous-marins-finalement-pris.html

      https://huemaurice5.blogspot.fr/2018/01/la-terre-est-une-planete-froide.html

      https://huemaurice5.blogspot.com/2014/06/surprise-le-volcan-ouest-fait-fondre-la.html

      https://huemaurice5.blogspot.com/2018/06/biodiversite-biosphere-et-biomasse-cest.html

      Supprimer
  4. Surprise ! Les contribuables américains, pas Illinoisans, couvriront la plupart du financement public pour Obama-Land Fiasco à Chicago


    par Tyler Durden
    Dim, 07/01/2018 - 23:15
    Auteur de Mark Glennon via WirePoints.com,


    Ce n'est que maintenant qu'il est devenu évident que les contribuables fédéraux, et non les Illinois, vont financer la majeure partie du soutien public pour le controversé Centre Obama qui sera construit sur le côté sud de Chicago.

    Wirepoints a appris des autorités administratives et des législateurs qu'au moins 139 millions de dollars, soit 80 % du financement public du centre, seront presque certainement remboursés par le gouvernement fédéral. Le projet était déjà attaqué pour un certain nombre d'autres raisons, y compris un prétendu "discours contraint" du Premier Amendement qui forcerait les contribuables à financer un plaidoyer politique privé.

    Le centre a été initialement présenté comme une bibliothèque présidentielle privée. Beaucoup de contribuables de l'Illinois étaient donc furieux d'apprendre qu'au moins 174 millions de dollars étaient inclus dans le budget de 1 246 pages présenté en mai pour classer les membres de l'Assemblée générale quelques heures seulement avant leur vote. Le centre ne sera pas non plus une bibliothèque présidentielle.

    Cependant, il s'avère que ce sont les contribuables fédéraux qui seront obligés d'accorder la subvention. L'appropriation de l'Illinois est pour les reconfigurations de route et de transit nécessaires pour accueillir le centre, et 80 % de ces dépenses sont généralement remboursables par le gouvernement fédéral. Wirepoints a confirmé aux représentants de l'État que le remboursement fédéral d'au moins 139 millions de dollars est très probable.

    L'attiser la controverse est la mission déclarée du centre, qui est en partie politique. La demande de propositions initiale indiquait que le centre «renforcerait la poursuite des initiatives [du président Obama] au-delà de 2017». L'ancien président Obama a également commenté dans le même sens. Comme l'a dit le Chicago Tribune, "comme il le soutient depuis longtemps, Obama a dit qu'il envisageait son centre comme un endroit où les jeunes du monde entier peuvent se rencontrer, s'entraîner et se préparer à devenir la prochaine génération de leaders."

    Le centre est déjà soumis à un procès fédéral avec une réclamation du Premier amendement fondée sur le soutien des contribuables à des fins privées et politiques. Un procès de ce type est difficile à gagner, mais il peut être renforcé par la récente décision Janus par la Cour suprême des États-Unis. Janus était basé sur l'interdiction du discours forcé, et cette même doctrine sous-tend la revendication du Premier amendement sur le centre.

    Voici les détails et le contexte:

    Contrairement à sa description limpide et initiale en tant que bibliothèque présidentielle, il n'en sera pas une. Le centre sera détenu et géré par la Fondation Obama, et non par les Archives nationales et l'Administration des documents, comme le sont les bibliothèques présidentielles. Les dossiers, les artefacts et les papiers d'Obama ne seront pas là.

    RépondreSupprimer
  5. Les premières affirmations selon lesquelles il serait entièrement financé par de l'argent privé se sont également évaporées. "La construction et l'entretien seront financés par des dons privés, et aucun argent des contribuables ne sera versé à la fondation", a déclaré la porte-parole de la fondation. L'interprétation était que 100 % du financement privé assuré.

    Le rendu d'Obama Center, à construire sur une partie de Jackson Park

    WTTW, une chaîne de télévision publique à Chicago, a posé la question évidente quand l'idée de financement de l'Etat a commencé:

    "Comment une proposition de financement public pourrait-elle voler dans un état qui saigne à l'encre rouge, surtout quand les Obamas ont promis un financement privé à 100%?"

    C'est facile de répondre dans l'Illinois. Les politiciens de Chicago l'ont demandé et ils ont ce qu'ils veulent. "Un autre rapide de Chicago pols", comme l'écrit un journal de l'Illinois.

    "Pour donner du crédit quand le crédit est dû, quand les politiciens de Chicago / Illinois se réunissent sur un arrangement pour toquer le public et démontrer qu'ils sont une loi pour eux-mêmes, ils pensent grand."

    La poursuite fédérale a été déposée par Protect our Parks, un organisme sans but lucratif. Il allègue que le transfert de terres du Jackson Park de Chicago à la Fondation Obama, sans frais, a violé le droit de l'État de plusieurs façons. C'était un "appât et un interrupteur", dit la plainte légale. La terre a été transférée sous le prétexte d'être une bibliothèque présidentielle privée financée mais en fait sera utilisée à des fins privées.

    La revendication First Amendment dans le procès est particulièrement intéressante. La plainte a été déposée avant l'appropriation de l'argent par l'Illinois pour le centre. La demande repose plutôt sur l'autorisation d'une taxe foncière spéciale pour le centre. L'utilisation de toute source d'argent des contribuables à des fins politiques privées peut violer le Premier amendement parce que c'est un discours forcé.

    Mais maintenant, avec l'appropriation de l'Etat terminée et le remboursement fédéral découvert, beaucoup plus d'argent est en jeu et c'est une question pour tous les Américains.

    Et la semaine dernière, la Cour suprême des États-Unis a rendu l'avis de Janus, qui était particulièrement ferme sur l'interdiction du discours forcé. De l'opinion majoritaire:

    Forcer des individus libres et indépendants à endosser des idées qu'ils jugent répréhensibles est toujours humiliant, et pour cette raison, un de nos cas de liberté d'expression a dit qu'une loi commandant "dans l'affirmation volontaire" des croyances objectées exigerait "encore plus immédiat et motifs urgents "qu'une loi exigeant le silence.

    "Contraindre une personne à subventionner le discours d'autres orateurs soulève des préoccupations similaires au Premier amendement", a ajouté le tribunal. C'est ce qui est allégué dans le procès contre la Fondation Obama - forçant les contribuables à subventionner le centre à utiliser pour prêcher la politique d'Obama.

    RépondreSupprimer
  6. Il est concevable remboursement fédéral ne se matérialisera pas. Illinois pourrait choisir de payer vers le centre si une offre obligataire, auquel cas, nous sommes dits par des fonctionnaires de l'Etat, le remboursement n'est pas disponible. L'État pourrait également choisir d'utiliser son accès au remboursement fédéral pour d'autres projets. Encore une fois, cependant, ces possibilités ne sont pas prévues, selon nos sources, et le remboursement fédéral est entièrement prévu.

    En effet, lorsque quelques législateurs républicains se sont opposés à l'inclusion du financement du centre dans le budget, les dirigeants du parti leur ont dit de ne pas être inquiets à cause du remboursement fédéral. L'Illinois Rep. Jeanne Ives (R-Wheaton), m'a dit ceci:

    «Lors de la discussion sur le budget, lorsque des objections ont été soulevées concernant des dépenses d'infrastructure de 172 millions de dollars pour le projet Obama, les dirigeants républicains nous ont assuré de ne pas s'inquiéter car 80% du coût serait pris en charge par le gouvernement fédéral.

    Certains pourraient faire valoir que les dépenses pour la reconfiguration des routes et des transports en commun ne font pas vraiment partie du projet. C'est spécieux. Les dépenses sont entièrement nécessaires au projet. Cela fait partie intégrante du centre.

    Le montant exact de l'argent des contribuables à verser au Centre Obama est sujet à interprétation et à un différend, bien qu'il soit d'au moins 174 millions de dollars. Un crédit spécifique de 180 millions de dollars est prévu à la section 105 de la page 664 du nouveau budget de l'Illinois, bien qu'on nous dise que le coût actuel n'est que de 174 dollars. Un autre montant de 12 millions de dollars est affecté à la section 100 sur cette page pour une station de transport en commun, bien que l'on pense que la station est séparée du centre. Avec l'argent des autres stations de transit, le Washington Examiner a établi le total des crédits de l'Illinois à 224 millions de dollars. Par conséquent, les 80% remboursés par les contribuables fédéraux pourraient être considérablement plus élevés que 139 millions de dollars.

    Cette différence dans les chiffres importe peu.

    Il n'est pas non plus important que la revendication du Premier amendement soit vraiment viable devant les tribunaux.

    Ce qui compte, c'est que le financement par les contribuables pour le centre est mauvais et que le public a été dupé. Une bibliothèque présidentielle à financement privé s'est transformée en un monument à l'orgueil et à l'arrogance du pouvoir: Obamaland.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-07-01/surprise-us-taxpayers-not-illinoisans-will-cover-most-public-funding-obama-land

    RépondreSupprimer
  7. Snowden claque "corrompu" le gouvernement russe au milieu des rumeurs Il "marchandise la puce" dans le sommet de Trump-Russie


    par Tyler Durden
    Dim, 07/01/2018 - 15:25


    Alors que le président Trump et le président russe Vladimir Poutine préparent leur sommet historique à Helsinki, où ils devraient essayer de trouver un compromis qui pourrait ouvrir la voie à la reprise du G8 par la Russie - ou du moins à un assouplissement des sanctions américaines - La spéculation monte qu'Edward Snowden, l'ancien entrepreneur du gouvernement, qui a détruit les vastes programmes de surveillance intérieure de la NSA, est considéré par ses maîtres russes comme une monnaie d'échange potentielle, selon le Duran.

    Ceci, malgré le fait que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov ait insisté à plusieurs reprises sur le fait que le gouvernement russe n'avait pas l'intention de livrer Snowden aux Etats-Unis, où il serait probablement condamné à une longue peine de prison.

    "Je n'ai jamais discuté d'Edward Snowden avec l'administration de [Donald Trump]", a déclaré Lavrov à Cathy Newman de Channel 4. Il a ajouté que le président Vladimir Poutine avait abordé la question il y a quelques années.

    "Quand on lui a posé la question, il a dit que c'était à Edward Snowden de décider, nous respectons ses droits en tant qu'individu, c'est pourquoi nous n'étions pas en mesure de l'expulser contre sa volonté, car il se trouvait même en Russie. sans un passeport américain, qui a été interrompu car il volait de Hong Kong ", a rappelé Lavrov.

    Pourtant, ces menaces implicites n'ont pas empêché Snowden de cesser ses critiques du gouvernement russe.

    Dans une interview récente, il a critiqué le gouvernement russe "corrompu" et critiqué le président crypto-autoritaire du pays (selon Snowden) Vladimir Poutine.

    Snowden

    Alors que les citoyens russes sont «chaleureux et intelligents», Snowden a déclaré qu'il était «fortement» en désaccord avec les politiques du gouvernement.

    "Je pense que le public se sent démuni: les Russes ne sont pas naïfs, ils savent que la télévision d'Etat n'est pas fiable, le gouvernement russe est corrompu à bien des égards, c'est quelque chose que les Russes réalisent", a déclaré le quotidien allemand Suddeutsche Zeitung.

    [...]

    "Les Russes sont chaleureux, ils sont intelligents, c'est un beau pays, leur gouvernement est le problème et non le peuple".

    Après avoir divulgué des milliers de pages de documents détaillant des programmes secrets de la NSA en 2013, Snowden s'est vu accorder l'asile en Russie après son atterrissage de dernière minute à Moscou. Il fait face à trois accusations en vertu de la Loi sur l'espionnage qui pourrait entraîner une peine combinée de 30 ans de prison. Snowden peut légalement rester en Russie jusqu'en 2020.

    "Ça ne fait aucun doute, c'est un risque, peut-être que ça ne les dérange pas, parce que je ne parle pas le russe ... et je suis littéralement un ancien agent de la CIA, donc c'est très facile pour eux de discréditer mes opinions politiques. d'un agent américain de la CIA en Russie. "

    RépondreSupprimer
  8. Snowden a fui les États-Unis et son travail chez Booz Allen, un entrepreneur de la NSA, au printemps 2013, portant une mine de documents détaillant les programmes de surveillance massive de la NSA. Il a d'abord fui à Hong Kong, où il a commencé à verser ses documents à Glenn Greenwald du Guardian. Les fuites étaient sans aucun doute la plus grande nouvelle de l'année - et probablement l'une des plus grandes histoires de la décennie. Scénariste de la pop culture, Snowden a été salué par les défenseurs des libertés civiles pour avoir dénoncé l'infiltration de sociétés de technologie et de télécommunication par la communauté du renseignement, ce qui a permis à la NSA d'inonder des informations personnelles sensibles de citoyens américains.

    Cependant, Snowden a également été critiqué comme un traître par la communauté du renseignement, qui a fait valoir qu'il a mis en danger des programmes sensibles et peut avoir mis en danger la vie des agents américains. Bien avant de déclarer son intention de briguer le poste électoral le plus puissant en Occident, le président Donald Trump a spéculé que Snowden «aurait été exécuté» à une époque où les États-Unis étaient toujours respectés et redoutés par leurs adversaires géopolitiques et leurs alliés.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-07-01/snowden-slams-corrupt-russian-government-amid-rumors-hes-bargaining-chip-trump

    RépondreSupprimer
  9. Les Pays-Bas approuvent l'interdiction de la burqa


    par Tyler Durden
    Dim, 07/01/2018 - 11:50
    Auteur de Soeren Kern via The Gatestone Institute,


    Le Sénat néerlandais a approuvé une loi qui interdit le port de «vêtements couvrant le visage» dans les bâtiments publics, y compris les hôpitaux, les écoles et les bureaux du gouvernement, ainsi que dans les transports publics.

    Bien que l'interdiction ne s'étend pas aux rues publiques, la loi autorise la police à demander aux individus d'enlever les vêtements couvrant le visage pour établir leur identité.

    Ceux qui bafouent l'interdiction - qui comprend des voiles islamiques et des robes telles que la burqa (couvrant tout le visage) et les niqabs (qui couvrent tout le visage sauf les yeux), ainsi que les cagoules et les casques intégraux - seront soumis à une amende de 410 euros (475 dollars).

    La nouvelle loi, précédemment adoptée par la Chambre des représentants néerlandaise en novembre 2016, a été approuvée le 26 juin par 44 voix contre 31 au Sénat de 75 sièges.

    Dans une déclaration, le gouvernement, qui n'a pas encore dit quand la loi entrera en vigueur, a expliqué son but:

    "Dans un pays libre comme les Pays-Bas, tout le monde a la liberté et l'espace de se comporter et de s'habiller comme il le souhaite, parfois des limites peuvent et doivent être imposées à cette liberté. si la communication mutuelle est entravée ou si la sécurité est compromise.

    "La communication mutuelle par laquelle les gens peuvent se regarder en face est si importante que des règles uniformes ont maintenant été établies par la loi, ce qui permet à chacun de savoir ce qui est permis ou interdit dans ces situations."

    Un groupe d'activistes musulmans appelé "Restez loin de mon Niqab!" a déclaré que l'interdiction est inconstitutionnelle. Dans une lettre ouverte envoyée aux législateurs néerlandais, le groupe, qui compte plus de 5 000 abonnés sur Facebook, a demandé:

    "Pourquoi ne pas se rendre compte que cette loi mène à l'isolement des gens de la société ? Cette interdiction conduit à des femmes qui portent des vêtements couvrant le visage, qui aiment participer à la société, ne plus être en mesure de le faire efficacement parce qu'ils ont maintenant restriction à l'éducation, demandes de permis, déplacements en transport en commun, visite chez un médecin et bien plus encore ....

    "Est-ce que la constitution n'est plus applicable aux femmes avec des vêtements couvrant le visage ? Qu'en est-il du droit que chacun est libre de s'habiller comme il veut, sans distinction de race, de sexe, de religion ou de croyance ?

    "Qu'en est-il de l'article 6 de la Constitution qui énonce la liberté de religion et de croyance, y a-t-il un problème où chacun n'a pas le droit de confesser librement sa religion ou sa conviction, individuellement ou en communauté ?

    La porte-parole du groupe, Karima Rahmani, a ajouté:

    "Nous sentons que nous sommes lésés par une mesure répressive, c'est pourquoi nous essayons de faire entendre notre voix, il devient de plus en plus difficile d'être dans la rue avec un niqab, j'ai moi-même été menacé de mort et d'autres femmes ont même été physiquement attaqués.

    RépondreSupprimer
  10. "On parle beaucoup de moi, mais personne ne vient me demander:" Pourquoi portez-vous ce niqab ? " Cela fait partie de ma religion et je veux être libre de faire ce choix, c'est une expérience spirituelle que j'éprouve personnellement. "

    Le Conseil d'État, un conseiller indépendant du gouvernement sur la législation, a déclaré que l'interdiction était inutile et potentiellement inconstitutionnelle. Dans un rapport de novembre 2015, il a déclaré que le Cabinet néerlandais avait été trop guidé par des «sentiments subjectifs d'insécurité» qui «ne justifient pas une interdiction». Il a ajouté:

    "Le Conseil d'Etat souligne que le projet de loi semble avoir été motivé par des objections à porter des vêtements islamiques couvrant le visage ... Dans la mesure où des vêtements couvrant le visage (par exemple une burqa) sont portés pour exprimer une prescription religieuse vestimentaire, cela relève de la liberté de religion protégée par la Constitution et l'interdiction proposée par le gouvernement ne justifie pas, selon le Conseil d'Etat, de restreindre le droit à la liberté de religion. "

    La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), cependant, a déclaré à deux reprises que les interdictions de la burqa sont légales, ce qui rend peu probable que l'interdiction néerlandaise puisse être annulée devant les tribunaux.

    En juillet 2017, par exemple, la CEDH a maintenu une interdiction belge de porter la burqa dans les espaces publics. Il a déclaré que le gouvernement réagissait «à une pratique qu'il considérait comme incompatible, dans la société belge, avec la communication sociale et plus généralement l'établissement de relations humaines, indispensables à la vie en société ... indispensables pour assurer le fonctionnement d'une société démocratique. " En juillet 2014, la CEDH a confirmé l'interdiction de la burqa par la France, acceptant l'argument du gouvernement français selon lequel elle encourageait les citoyens à «vivre ensemble».

    Le gouvernement néerlandais a maintes fois insisté sur le fait que l'interdiction ne consiste pas à restreindre la religion mais à promouvoir la communication et la sécurité publique. Il a qualifié la nouvelle loi de «religion neutre» parce qu'elle ne se limite pas à la burka et au niqab, mais inclut également la cagoule et le casque intégral.

    Le ministre néerlandais de l'Intérieur, Kajsa Ollongren, a déclaré que la nouvelle loi représente "un juste équilibre" entre "la liberté de s'habiller comme on le souhaite" et "l'intérêt général de la communication et de la sécurité". Elle a également déclaré que loin de violer les droits fondamentaux, l'interdiction permettrait aux femmes musulmanes "d'accéder à une vie sociale plus large" car si elles ne couvrent pas le visage "elles auront plus de possibilités de contact, de communication et d'opportunités d'emploi marché."

    Une interdiction complète a été proposée à l'origine en décembre 2005 par Geert Wilders, le chef du Parti pour la liberté (PVV), qui a soutenu que les burqas et les niqabs sont des obstacles à l'intégration des femmes aux Pays-Bas:

    "Nous devons interdire la burqa, les visages des gens ne doivent pas être cachés dans la société, car ce sont nos visages qui nous donnent notre identité et nos moyens fondamentaux de communication avec les autres".

    RépondreSupprimer
  11. Les Pays-Bas sont le sixième pays européen à avoir approuvé une interdiction de la burqa, après la France, la Belgique, la Bulgarie, l'Autriche et le Danemark. La Bavière en Allemagne, la Catalogne en Espagne, la Lombardie en Italie et le Tessin en Suisse ont également imposé des interdictions régionales de la burqa, tandis que la Norvège a déposé une loi interdisant la burqa dans les écoles publiques. La Lettonie a proposé une interdiction de la burqa, mais elle n'a pas encore été promulguée.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-06-29/netherlands-approves-burqa-ban

    RépondreSupprimer
  12. Désormais, l'objectif premier du Pentagone est de «garantir une force meurtrière» au pays


    02:52 02.07.2018


    Le ministère américain de la Défense a modifié sur son site officiel l'article concernant ses objectifs pour annoncer que sa tâche principale consiste désormais à «garantir une force interarmées meurtrière» et «maintenir l'influence américaine à l'étranger», a annoncé le site Task & Purpose.
    Le Pentagone a changé la formulation de ses objectifs et de ses tâches sur son site officiel, a constaté le site Task & Purpose.

    Jusqu'ici il définissait sa mission comme celle de fournir «des forces armées pour la dissuasion et la sécurité du pays».

    Désormais, sa tâche première est de «garantir une force interarmées meurtrière pour défendre la sécurité du pays et maintenir l'influence américaine à l'étranger».

    Ces corrections, qui modifient radicalement la doctrine militaire des États-Unis, ont été apportées en secret, sans quelque annonce que ce soit. Toutefois, le texte concernant la stratégie de la défense nationale pour 2018 est resté inchangé.
    Le ministère n'a fourni aucun commentaire.

    Des médias ont appris mardi dernier que Donald Trump ne prêtait plus l'oreille aux conseils du chef du Pentagone, James Mattis. Selon NBC News, le Président américain compte de moins en moins sur les conseils du ministre, estime que ce dernier le considère d'un air hautain et freine exprès la concrétisation de ses initiatives dans le domaine de la politique étrangère.

    Le 18 juin dernier, le Président américain a ordonné au Pentagone de créer une Force spatiale en tant que nouvelle branche indépendante des Forces armées des États-Unis.

    https://fr.sputniknews.com/international/201807011037025291-usa-pentagone-force-meurtriere/

    RépondreSupprimer
  13. Fin des énergies renouvelables ? L'industrie ouverte pousse au gaz comme «carburant de destination» des changements climatiques


    Eric Worrall
    1 juillet 2018


    Alors que le public se rend compte que les énergies renouvelables ne donnent pas de résultats, les compagnies pétrolières poussent les décideurs à reconnaître le gaz comme un élément permanent de la solution au changement climatique, plutôt que de considérer le gaz comme un «carburant de transition».

    Le grand pétrole pousse le gaz comme réponse au combustible fossile

    Par Kevin Crowley, Rachel Adams-Heard et Naureen S Malik
    29 juin 2018, 09:00 GMT + 10 Mis à jour le 30 juin 2018, 07:59 GMT + 10

    Pour réduire les émissions et fournir une électricité abordable, le monde doit brûler plus de combustibles fossiles, pas moins.

    C'est le message que livrent les plus grandes entreprises énergétiques du monde lors de la Conférence mondiale sur le gaz à Washington cette semaine, où elles ont défendu le gaz naturel comme carburant de l'avenir, plutôt que de combler le fossé vers les énergies renouvelables.

    Le monde est confronté au double défi de la croissance de l'approvisionnement en électricité - qui, selon Royal Dutch Shell Plc, doit augmenter cinq fois au cours des 50 prochaines années - et de la réduction des émissions pour atteindre les objectifs de changement climatique. Les entreprises du secteur de l'énergie considèrent que le gaz fait double emploi: il produit la moitié des émissions de carbone du charbon lorsqu'il est utilisé dans la production d'électricité, il est abondant et relativement bon marché.

    Le «grand défi pour nous dans l'industrie est d'aider les gens à reconnaître le gaz comme carburant de destination, pas seulement comme carburant de transition», a déclaré Bob Dudley, PDG de BP Plc, lors d'une table ronde. "Il y a un autre camp, un camp surprenant, qui a l'intention de discréditer le gaz comme option."

    Poussés par les consommateurs, les gouvernements et certains actionnaires, les grandes entreprises énergétiques, en particulier en Europe, ont investi dans les énergies renouvelables. BP a annoncé jeudi son intention d'acquérir la plus grande compagnie de recharge de véhicules électriques du Royaume-Uni, tandis que Shell et Total ont acheté des services publics. La société norvégienne Equinor ASA établit un lien entre la rémunération des employés et la production d'énergie moins polluante à partir du niveau de la direction, entre autres mesures.

    Alors qu'Equinor restera «une société pétrolière et gazière dans un avenir prévisible», l'entreprise «poursuit toujours des objectifs d'émissions nouveaux et plus stricts» et la rentabilité, a déclaré Tor Martin Anfinnsen, vice-président exécutif du marketing, du secteur intermédiaire et du traitement.

    Lire la suite: https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-06-28/natural-gas-pushed-as-a-fossil-fuel-answer-to-global-warming

    RépondreSupprimer
  14. Pousser le gaz est potentiellement une stratégie intelligente, en particulier dans des pays comme l'Europe ou les États-Unis verts, où les politiciens sont confrontés au cauchemar croissant de dénouement de leurs erreurs politiques renouvelables. En février dernier, BP envisageait d'investir davantage dans les énergies renouvelables, ce qui incite les décideurs à considérer la transition vers le gaz comme un objectif climatique permanent plutôt que de viser un objectif climatique 100 % renouvelable.

    Mise à jour (EW): les compagnies pétrolières ne poussent pas (encore) pour l'élimination complète des renouvelables, ont mis à jour le poste pour le rendre clair

    https://wattsupwiththat.com/2018/07/01/end-of-renewables-open-industry-push-for-gas-as-a-climate-change-destination-fuel/

    RépondreSupprimer
  15. Théorie évolutionnaire et réchauffement global: Réponses prévisibles sans preuves empiriques


    Anthony Watts
    1 juillet 2018


    Preuve relative à ou basée sur une expérience. Pour que la preuve soit considérée comme empirique, elle doit rester la même peu importe qui observe la preuve. Des preuves empiriques sont nécessaires si une théorie va être acceptée. Parfois, les scientifiques effectuent des expériences similaires mais obtiennent des résultats différents. Si des informations différentes sont obtenues, les scientifiques doivent se réunir et expliquer leurs résultats. Plus d'expériences, plus de preuves et plus de communication sont nécessaires pour garantir des résultats concrets.
    Opinion d'invité; Dr. Tim Ball

    La plupart des réponses les plus bruyantes et les plus bruyantes à mon dernier article étaient prévisibles. Plusieurs sujets déclenchent des réponses immédiates, irrationnelles et émotionnelles. La mention, ou du moins l'interrogation, de la théorie évolutionniste de Darwin en fait partie. Tout ce que j'ai eu, c'était brandissant des bras et des références, mais pas une preuve empirique pour prouver la théorie. C'est la même réponse que vous obtenez lorsque vous demandez des preuves empiriques pour prouver la théorie anthropogénique du réchauffement climatique (AGW).

    Il y a un autre parallèle entre les deux. Beaucoup appellent AGW un canular, mais ce n'est pas le cas, en partie parce qu'un canular a une composante humoristique et qu'il n'y a rien de drôle dans la tromperie et son impact. Un canular scientifique réel et très efficace impliquait l'obsession de prouver la théorie de Darwin. Il est appelé le Piltdown Man Hoax après la carrière dans laquelle l'événement s'est produit. Comme un canular traditionnel, il a été conçu pour piquer la pomposité, pour souligner la faiblesse des revendications injustifiées et arrogantes, pour ouvrir les yeux fermés par l'obsession. L'ironie est la victime du canular, Charles Dawson, était déterminé à trouver le soi-disant «chaînon manquant». Il a cherché l'évidence fossile empirique qui fournirait le lien final dans l'évolution de l'homme des singes.

    Dawson était tellement obsédé par sa recherche et la croyance qu'un tel fossile existait qu'il était une proie facile. C'est ce genre d'obsession aveugle qui est la triste situation de tous ces partisans agitant la théorie de Darwin. Ce qui est étonnant, c'est que le monde académique et professionnel des musées et des sociétés a cru Piltdown pendant 41 ans. Il y avait des sceptiques, mais ils ont été écartés. Finalement, en 1953, le canular a été révélé quand il a été montré que le crâne de Piltdown comprenait une mandibule habilement vieillie et quelques dents d'un orang-outan et le crâne d'un humain.

    Un problème majeur avec cette recherche d'ascendance humaine est l'enregistrement fossile entier de plus d'un million d'années sur une table de salle à manger. Il est aussi rare que les données sur le réchauffement anthropique. Cependant, ce n'est qu'une partie du problème de la détermination de la théorie de l'évolution à partir des archives fossiles.

    RépondreSupprimer
  16. Les estimations indiquent qu'en moyenne, il faut 15 millions d'espèces pour survivre dans les fossiles. Combien d'espèces d'aujourd'hui apparaîtront dans le record de demain ? Ne pas oublier que c'est dans les espèces qui ont des parties qui peuvent se fossiliser. Une découverte remarquable a mis toute cette question en perspective dans une carrière appelée les Burgess Shales. C'est à la frontière entre les provinces canadiennes de l'Alberta et de la Colombie-Britannique. Ironiquement, la découverte originale par Charles Walcott s'est produite en 1909 avant le canular de Piltdown. Il a reconnu l'importance de la découverte car il s'agissait de créatures à corps mou qui survivent rarement dans les archives fossiles. Malheureusement, la pleine signification de ces fossiles n'a été reconnue qu'en 1962, quand Alberto Simonetta a réexaminé les fossiles et a réalisé toute l'étendue de leur signification.

    Aujourd'hui, nous ne sommes pas plus avancés car nous n'avons aucune idée du nombre d'espèces qui existent sur notre planète. Bien sûr, cela n'empêche pas les spéculateurs fantaisistes qui vont faire ce que Mark Twain a dit,

    "Il y a quelque chose de fascinant dans la science. On obtient de tels retours de conjectures sur un tel investissement de fait. "

    Considérez le fait que nous ne savons pas combien d'espèces végétales ou animales existent. Une estimation de 2011 dit environ 8,7 millions, 6,5 sur terre et 2,2 dans l'océan. Cela semble définitif jusqu'à ce que vous appreniez que la plage d'erreur est de ± 1,3 million. Au cours des dix dernières années, plus d'un million de nouvelles espèces ont été découvertes. Combien restent non découverts ? PLoS Biology suggère,

    "... une stupéfiante 86 % de toutes les espèces sur terre et 91 % de celles dans les mers doivent encore être découvertes, décrites et cataloguées."

    En 2012, une histoire est apparue avec le titre, "Un million de nouvelles espèces de plancton trouvé." L'expédition dirigée par le Dr Chris Bowler était en train d'examiner l'absorption de dioxyde de carbone dans les océans. Bowler a déclaré: «C'est la première fois que quelqu'un fait cette expédition en pensant spécifiquement à la vie du plancton, et c'est pourquoi nous en avons trouvé beaucoup.» Comment cela change-t-il les formules de cycles du gaz carbonique dans le système terrestre ?

    Il ne s'agit pas seulement de petites espèces. Il y a des histoires tout le temps.

    • Selon le rapport de 2010, «30 espèces inconnues ont été découvertes dans les forêts montagneuses équatoriennes par une équipe de chercheurs américains et équatoriens».

    • Selon le rapport de 2010, plus de 200 nouvelles espèces ont été découvertes en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le scientifique en chef a dit, il y a, "de grandes zones de Nouvelle-Guinée qui sont à peu près inexplorées biologiquement."

    • Rapport 2012 "Nouvelles espèces de singes identifiés en Afrique".

    RépondreSupprimer
  17. L'importance de l'événement Burgess Shales a fait l'objet d'une sensibilisation du public grâce au livre de Stephen Jay Gould, «Wonderful Life», et à une couverture de National Geographic. La découverte a repoussé l'origine des premières espèces 50 millions d'années avant les estimations précédentes. Cela semblait également indiquer un scénario d'évolution différent de celui de Darwin. Il a suggéré qu'il y avait une explosion de la vie avec une multitude d'espèces dont la plupart ont disparu. En d'autres termes, il s'agissait d'un nombre décroissant d'espèces, n'augmentant pas. Au fait, c'est Darwin qui a comparé ses idées à un arbre. Dans ses commentaires sur le travail d'Alfred Russel Wallace il a dit, ce n'était rien de nouveau et "Utilise ma comparaison d'un arbre (mais) il semble tout créer avec lui." Mais plus de cela plus tard.

    J'ai toujours été dérangé par le nombre d'étudiants en biologie qui ne connaissaient pas la définition des espèces. L'Oxford English Dictionary fournit cette définition.

    Un groupe d'organismes vivants composé d'individus similaires capables d'échanger des gènes ou de se reproduire. L'espèce est la principale unité taxonomique naturelle, se classant au-dessous d'un genre et désignée par un binôme latin, par exemple Homo sapiens.

    Cela semble clair et concis, mais ce n'est pas le cas même chez les espèces d'aujourd'hui. C'est encore plus difficile dans les archives fossiles. Par exemple, nous savons que les mules et les chevaux ne peuvent pas produire une progéniture viable. Si nous trouvons des espèces semblables dans les archives fossiles, il n'y a aucun moyen de savoir. Combien d'autres hybrides naturels existent-ils aujourd'hui ou dans les archives fossiles?

    La désignation des espèces provient du système de classification développé par Carolus Linnaeus et connu sous le nom de Système Linnéen. Les systèmes de classification sont une excellente idée pour essayer de donner un sens à une multitude de données. Le problème est, comme toutes les structures, ils sont rigides et ne parviennent pas à accueillir de nouvelles découvertes. L'exemple classique qui a défié le système linnéen était l'ornithorynque. Il n'est pas surprenant, et approprié à notre histoire, de nombreux scientifiques ont considéré comme un faux et un canular. Tout comme chez Piltdown, certains pensaient qu'un taxidermiste asiatique cousait un bec sur un mammifère aquatique. La réalité est la classification linnéenne est un système rigide, arbitraire et arbitraire qui a déterminé la plupart des pensées sur l'évolution.

    Certains des plus fantaisistes, tels que les oiseaux qui évoluent à partir de dinosaures illustrent le problème (Figure 1).

    - voir photo sur site -
    Figure 1

    Il n'y a aucune évidence empirique pour soutenir cette supposition. Une bonne partie de cela est basée sur le fait que certaines créatures se ressemblent. Ceci est clair dans le cas des humains et des singes (Figure 2).

    - voir photo sur site -
    Figure 2

    Cela ne me dérange pas d'être descendu d'un gorille. Ils sont meilleurs que certains de mes proches, cependant, beaucoup de gens le font. Ce ressentiment témoigne du problème dont Darwin était au courant, mais jamais traité efficacement.

    RépondreSupprimer
  18. Alfred Russel Wallace a publié un article sur la sélection naturelle en 1858, un an avant l'Origine des espèces de Darwin. Certains disent que cela a poussé Darwin à publier. D'autres disent que cela a poussé les partisans de Darwin à pousser pour la publication. L'article de Wallace contestait Charles Lyell parce qu'il s'opposait à son idée que les espèces étaient immuables.

    Le débat en cours sur Wallace et Darwin ne porte pas sur l'idée de la sélection naturelle. Il s'est concentré sur la place des humains dans le modèle de l'évolution. Wallace soutint publiquement le travail de Darwin. En 1889, il publie un livre intitulé Darwinism. Ses différences avec Darwin ont émergé d'une région différente, le grand écart entre les humains et toutes les autres espèces, en particulier les singes. Il a dit qu'une théorie devait inclure une explication de cette différence et que les idées évolutives de Darwin ne l'étaient pas. Darwin a essayé d'aborder le problème douze ans après Origin dans son livre The Descent of Man. Il a échoué. Il n'a pas expliqué comment les humains sont supérieurs à toutes les autres espèces. Ses idées ont conduit à la satire sur le fait que si vous aviez un certain nombre de chimpanzés travaillant sur des machines à écrire, ils finiraient par taper les pièces de Shakespeare (Figure 3).

    - voir photo sur site -
    figure 3

    L'ancien professeur de génétique David Suzuki fournit un bon exemple de la pensée bizarre quand il a dit,

    "L'économie est une idée très-chauvine d'espèce. Aucune autre espèce sur terre - et il y en a peut-être 30 millions - a eu le culot de mettre de l'avant un concept appelé économie, dans lequel une espèce, nous, déclare le droit de valoriser tout le reste sur terre, dans le vivant et monde non vivant. "

    Il a tort sur le nombre d'espèces. Il a tort de mettre une valeur sur les choses. Tous les animaux mettent une valeur sur tout. Puis-je le manger ? Seuls les humains mettent d'autres valeurs sur les choses. Aucun autre animal ne pourrait même penser à un concept comme l'économie. Au lieu de réaliser que les humains atteignent le succès et l'adaptabilité mieux que n'importe quelle autre espèce, comme Darwin l'a suggéré, il les considère comme des échecs. Il ne voit même pas les contradictions philosophiques dans son point de vue.

    La question est de savoir ce qui est vraiment derrière tout cela illogique et les attaques contre quiconque met en doute le darwinisme ou la sagesse dominante de sa théorie évolutionniste ? L'écart entre les humains et les autres animaux est l'un d'entre eux. C'est tellement génial que Wallace a eu l'audace de présenter l'idée de ce que nous appelons aujourd'hui «design intelligent». Ses défis font partie des questions d'aujourd'hui qui parlent de l'origine de l'Univers. Le problème pour les gens de la théorie de Darwin et du Big Bang est que la question ultime demeure. Qui ou quoi a créé le matériel pour le coup et qui l'a déclenché.

    RépondreSupprimer
  19. Ensuite, il y a le problème de la datation précise. Je me souviens d'une conférence sur le commerce de la fourrure, un historien a présenté un article sur une série d'événements qu'il a affirmé avoir changé le modèle d'exploration. Sa séquence découle des articles parus dans les journaux de la Compagnie de la Baie d'Hudson avant 1752. Il ne savait pas qu'en septembre de la même année, le gouvernement avait retiré onze jours du passage du calendrier julien au calendrier grégorien. Hubert Lamb a consacré une grande partie de son Volume 2, Présent, passé et avenir au climat, à discuter des méthodes, des limites et de l'importance de la datation absolue et relative. Les problèmes existent dans toutes les tentatives de reconstruction du passé, du climat aux archives fossiles.

    Une datation incorrecte rend impossible toute tentative de déterminer la cause et l'effet. La datation relative est quand vous avez une date spécifique pour un événement connu et peut dire si quelque chose s'est produit avant ou après. La datation absolue est quand vous avez une mesure naturelle spécifique telle que le taux de conversion de la matière radioactive d'une forme à l'autre. Les deux plus courants sont la datation au radiocarbone et au potassium / argon (K / A). Cela a causé des problèmes dans les reconstructions du climat avant. Par exemple, la séquence de Milankovitch indiquait des conditions de glace dans une région de l'Alaska, puis le radiocarbone sur des arbres fossilisés indiquait qu'ils poussaient en même temps. C'était une raison majeure pour laquelle Milankovitch, initialement accepté, fut rejeté plus tard. Au début de ma carrière, la mention de Milankovitch a immédiatement déclenché la dérision. Ce n'est qu'à la fin des années 1980 que j'ai assisté à une conférence et Milankovitch a été mentionné et personne n'a réagi. conférence sur le climat. Bien sûr, il s'est avéré que la nouvelle mesure «scientifique» de la datation au carbone était erronée parce qu'elle supposait un taux constant de production d'énergie solaire. En 2012, une nouvelle méthode d'étalonnage a été développée pour fournir des reconstructions plus précises. Ensuite, dans la première semaine de juin 2018, nous apprenons,

    L'archéologue Sturt Manning et ses collègues ont révélé des variations du cycle du radiocarbone à certaines périodes, affectant les normes fréquemment utilisées dans la recherche archéologique et historique concernant la région sud du Levant (Israël, sud de la Jordanie et Égypte). Ces variations, ou compensations, de jusqu'à 20 ans dans l'étalonnage de la datation précise au radiocarbone pourraient être liées aux conditions climatiques.

    Les problèmes avec la datation K / A sont plus profonds, en particulier pour les archives fossiles. Une étude à Hawaï a donné un âge de roche de 2,3 ± 0,3 million d'années. Je me fiche de l'âge spécifique sauf que c'est relativement récent géologiquement. Ce qui me trouble, c'est les ± 0,3 million d'années. C'est 300 000 ans ou une plage d'erreur complète de 600 000 ans. Combien est-il arrivé au cours des 600 000 dernières années ? Bien sûr, lorsque vous remontez dans le temps, l'erreur augmente. Une plage d'erreur d'un million d'années n'est pas inhabituelle.

    Il est intéressant que lorsque vous recherchez sur le Web des informations sur l'exactitude des méthodes de datation géologiques, plusieurs apparaissent qui sont parrainés par des groupes religieux. Certains s'identifient spécifiquement comme créationnistes.

    RépondreSupprimer
  20. Je ne plaide pas pour le créationnisme, mais cela semble influencer la science, de sorte qu'il y a une détermination irrationnelle et aveugle pour confirmer la théorie de Darwin. Ironiquement, nous assistons à une croyance dans l'environnement et AGW prend des positions religieuses, aveugles et religieuses. C'est donc avec Darwin. La minute même que vous soulevez le sujet, vous obtenez des réponses ondulantes hystériques, sans preuve empirique pour étayer leur position.

    Les gens en dehors de la science ont mis en garde contre ces réactions irrationnelles. Sir Arthur Conan Doyle, parlant à travers son personnage Sherlock Holmes a écrit,

    "C'est une erreur capitale de théoriser avant d'avoir des données. Insensiblement, on commence à tordre les faits pour convenir aux théories, au lieu de théories pour s'adapter aux faits. "

    Alternativement, comme l'a dit Mark Twain,

    Obtenez vos faits d'abord, et ensuite vous pouvez les déformer autant que vous s'il vous plaît.

    https://wattsupwiththat.com/2018/07/01/evolutionary-and-global-warming-theory-predictable-responses-with-no-empirical-evidence/

    RépondreSupprimer
  21. Le gaz augmente de 7,45% au 1er juillet : vive la transition énergétique !

    Après avoir poussé les Français à se chauffer au gaz par la réglementation thermique 2012, le gouvernement augmente les taxes sur les énergies fossiles dont le gaz.


    Par Michel Gay.
    1 JUILLET 2018


    Après une hausse de 2 % en juin, le tarif réglementé du gaz augmentera de 7,5 % à partir du 1er juillet. Le gouvernement a été au-delà des 6,5 % proposés par la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

    Pour un ménage moyen se chauffant au gaz (20.000 kWh par an avec une facture de 1300 €), cette hausse se traduira par un surcoût annuel d’environ 100 € (tout de même…).

    Après avoir poussé les Français à se chauffer au gaz par la réglementation thermique 2012 (RT 2012) qui, en pratique, bannit l’électricité (à 75 % nucléaire, horreur…), le gouvernement augmente les taxes sur les énergies fossiles dont le gaz (mais aussi sur le diesel et l’essence).

    HAUSSE DE LA FISCALITÉ

    Cette augmentation s’ajoute aux hausses précédentes, particulièrement celle de janvier, qui visait à intégrer dans les tarifs la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN), en hausse de… 44 %, et qui sert aussi à subventionner les énergies renouvelables.

    Cette hausse, votée par le Parlement en 2017, va se poursuivre pendant les cinq prochaines années, pour atteindre… 172 % (!) d’augmentation cumulée en 2022.

    Cette taxe finance notamment le chèque énergie de 150 euros, destiné aux 4 millions de foyers les plus modestes et la hausse importante de la contribution climat-énergie, aussi appelée « taxe carbone », qui est l’une de ses composantes.

    « Pour un certain nombre de ménages, c’est déjà trop élevé, et pourtant, la facture continue d’augmenter », déplore Nicolas Mouchnino, chargé de l’énergie à l’UFC-Que choisir. Il faut aussi intégrer le fait que les tarifs de l’électricité ou du gaz vont continuer à augmenter et que les consommateurs ont intérêt à réduire leur consommation ».

    LA SOBRIÉTÉ FORCÉE ET HEUREUSE EST EN MARCHE !

    Le gouvernement déclare à qui veut bien le croire (notamment la plupart des journalistes volontairement crédules pour être dans le sens du vent politique) que cette augmentation résulte de la hausse des prix du gaz.

    Mais, dans la facture de gaz des Français, pour une consommation de 143 € hors taxes de gaz (par exemple) de mars à mai 2018 (tarif B1 réglementé), il faut ajouter 106 € de taxes diverses et d’abonnement, soit plus de… 42 %.

    Au 1er juillet 2018, ce pourcentage augmentera de nouveau…

    Les associations de consommateurs s’inquiètent pour les foyers modestes. L’Observatoire nationale de la précarité énergétique (ONPE) estime que 6 millions de ménages sont dans une situation de précarité, et la hausse des tarifs pourrait peser l’hiver prochain et effacer le bénéfice du chèque énergie déjà payé par tous les contribuables.

    RépondreSupprimer
  22. De manière bien hypocrite, le gouvernement se dit « vigilant aux coûts d’Engie et rappelle la nécessité de leur maîtrise ». Mais Engie ne fait pas répercuter les coûts des taxes décidés par le gouvernement et voté par le Parlement !

    Ces taxes sont mêmes souhaitées par le ministère de la Transition écologique… et solidaire pour subventionner les chères énergies renouvelables et pour rendre inabordables les énergies fossiles afin que chacun s’en détourne !

    Nicolas Hulot déclare le 29 juin au Conseil économique social et environnemental (CESE) que « la transition énergétique doit être solidaire, juste et équitable » mais il applique le contraire de ce qu’il prétend faire et cette schizophrénie ne semble pas le fatiguer.

    Il déclare aussi que « l’énergie est le moteur de l’économie » et donc de l’emploi, mais il ne craint pas de la renchérir en appuyant sur l’accélérateur pour « passer à 40 % d’énergies renouvelables en 2030 en levant les incertitudes sur le stockage d’électricité »

    Les Français commencent (et ce n’est pas fini) à découvrir dans leur portefeuille les conséquences des décisions malheureuses qui ont été prises et qui vont continuer à être prise pour « accélérer » la transition énergétique vers le Nirvana des énergies renouvelables.

    DOGME ANTINUCLÉAIRE ET FOI ABSOLUE DANS LES RENOUVELABLES

    Il est triste de constater que de nombreux responsables de la politique énergétique de ce pays obéissent à des dogmes ou à du politiquement correct. Ils oublient l’intérêt général et le bien être des Français sous couvert de discours doucereux et mielleux.

    Le plus important pour eux semble être la réduction coûte que coûte du nucléaire. Pourtant, cette politique énergétique présente de nombreux inconvénients :

    pas de réduction des émissions de gaz carbonique
    forte augmentation du coût de l’électricité
    forte augmentation des taxes sur les énergies fossiles pour subventionner les renouvelables
    pari fou sur la résolution de l’intermittence de l’éolien et du solaire, loin d’être gagné et ne le sera peut-être jamais
    Il est triste de constater que les avertissements répétés des structures compétentes comme l’Académie des Sciences ou l’Académie de Technologie ne sont pas prises en compte en priorité afin d’alimenter les propositions faites aux décideurs politiques. Toutes les opinions ne se valent pas, surtout dans des domaines aussi techniques que l’énergie, même en démocratie.

    Le pire ennemi de la vérité n’est pas le mensonge mais la croyance. (Nietzsche)

    Beaucoup de Français semblent séduits par la perspective de systèmes de réseaux locaux de chaleur, d’hydrogène et d’électricité, combinant des productions réparties chez les consommateurs (les prosumers ) sans voir les conséquences financières globales.

    Les industriels sont aux aguets pour ramasser de juteuses subventions sur le dos des contribuables (100 M€ jetés pour promouvoir une utopique civilisation hydrogène) et les sociologues voient là de beaux champs de recherches.

    RépondreSupprimer
  23. L’argument suprême qui soutient cette vision étant que l’évolution vers la responsabilisation individuelle, la montée du « local », est inéluctable car portée par un mouvement de fond. C’est pourtant, au contraire, la mise en commun centralisée qui est solidaire et économique.

    Cette « connaissance commune immanente », ce consensus mou non argumenté ne serait plus discutable car « il va de soi ». Cette « évidence » est sans doute aussi puissante et toute aussi difficile à combattre que la peur de l’accident nucléaire.

    Tout va très bien Madame la Marquise, le docteur Folamour est aux manettes du bateau France.

    Un peuple peut courir à la catastrophe vers un gouffre (financier) comme les moutons de Panurge, mais à la condition d’être bien informé sur les dépenses et les conséquences.

    Or, qui présente au peuple des scénarios qui cherchent à minimiser les dépenses, notamment de gaz et d’électricité, et à maximiser le bien-être des Français ?

    https://www.contrepoints.org/2018/07/01/319430-le-gaz-augmente-de-745-au-1er-juillet-vive-la-transition-energetique

    RépondreSupprimer
  24. Le charbon, une industrie en voie de disparition, vient de devenir l'exportation numéro un de l'Australie (encore une fois)


    July 2nd, 2018

    Le charbon est une industrie en voie de disparition, mais heureusement pour l'économie australienne, le reste du monde n'est pas aussi intelligent que le Parti australien des Verts et du Travail et ils l'achètent toujours.

    Le charbon devrait regagner sa place de premier exportateur de la nation au milieu des prix plus élevés et de la demande croissante de l'Asie, déclenchant de nouveaux appels du gouvernement Turnbull pour que le Labour mette fin à sa «guerre au charbon».

    Les chiffres du ministère de l'Industrie, de l'Innovation et des Sciences montrent que les exportations totales de charbon devraient atteindre 58,1 milliards de dollars en 2018-2019, dépassant le minerai de fer (57,7 milliards de dollars) pour la première fois depuis près d'une décennie.

    Nous avons seulement 300 ans de ce genre de bénéfices de charbon pour aller.
    La grande question, est-ce que nous ouvrons maintenant plus de mines de charbon et ratissons la pâte, ou essayons-nous de rendre le temps plus agréable en mille ans ? Rusé…

    Le ministre des Ressources naturelles, Matthew Canavan, a déclaré que les nouvelles prévisions d'exportation renforçaient le dossier d'investissement de la mine Carmichael de 16,5 milliards de dollars proposée par Adani et le développement du bassin Galilée du Queensland, contre lequel les travaillistes fédéraux se sont opposés. "L'ouverture de la Galilée générerait 16 000 emplois miniers directs et des dizaines de milliards d'impôts".

    Que font les quatre grandes banques australiennes ? Demandez à Greenpeace des conseils d'investissement
    En 2015, la National Australia Bank et la banque du Commonwealth ont annoncé qu'elles refusaient de financer la mine de charbon Carmichael d'Adani. Puis l'ANZ a accepté, et finalement Westpac a sauté sur le train anti-charbon aussi. Apparemment, "le charbon australien est un gisement non bancable", du moins selon Daid Holmes, Maître de conférences, Communications et études des médias. Mais que saurait-il ? Autant que nos quatre plus gros banquiers.

    Donc, aucune de nos grandes banques ne financerait un projet majeur dans notre plus grande industrie d'exportation.

    Nation vissée.

    http://joannenova.com.au/2018/07/coal-a-dying-industry-just-became-australias-number-one-export-again/

    RépondreSupprimer
  25. Zimbabwe 2.0 ? La confiscation des terres nuira à la production alimentaire en Afrique du Sud, déclare le groupe des droits


    RT Nouvelles
    2 juillet 2018


    L'économie sud-africaine et la production alimentaire de la nation pourraient s'effondrer si le gouvernement s'emparait des terres des fermiers blancs et les redistribuait aux citoyens noirs, a déclaré à RT une organisation locale de relations interraciales.

    Cette initiative, approuvée par le Congrès national africain (ANC) au pouvoir en début d'année, vise la redistribution des richesses et une "transformation économique radicale". Le gouvernement envisage de mettre fin à ce qu'ils appellent l'héritage de l'apartheid, où 95 % de la richesse sud-africaine était détenue par 10 % de sa population blanche.

    Certaines organisations ont affirmé que l'initiative incite à la violence contre les fermiers blancs. Selon les statistiques du groupe de défense des droits des minorités AfriForum, 74 meurtres et 638 attaques visant principalement des fermiers blancs ont eu lieu en 2016-17.

    Le nouveau plan a également suscité l'indignation internationale, l'Australie approuvant des visas d'urgence pour les fermiers blancs sud-africains confrontés à de violentes attaques. Cependant, les agriculteurs qui cherchent refuge en Australie ont été qualifiés de racistes par certains politiciens sud-africains.

    Certains analystes insistent sur le fait que le plan de l'ANC pour redistribuer les terres compromettra l'agriculture commerciale dans la région, l'Afrique du Sud risquant de répéter l'erreur commise par un autre pays africain au tournant du millénaire. La production alimentaire du Zimbabwe a chuté après que le gouvernement du pays a autorisé la purge des fermiers blancs en 1999-2000.

    Pour approfondir la question, RT s'est entretenu avec des experts de l'Institut sud-africain des relations raciales, TLU SA.

    L'expropriation des terres sans compensation nuira à l'économie du pays, a déclaré l'organisation dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

    "Les banques ont des cautionnements sur les fermes pour une valeur de 180 milliards de rands. Si les fermes sont expropriées sans compensation, tout le secteur bancaire s'effondrera, et avec cela l'économie ", a déclaré le porte-parole de l'organisme à RT.

    L'organisation insiste sur le fait que la réforme ne va pas apporter des emplois, l'allégement de la pauvreté ou la sécurité alimentaire si la terre n'est pas utilisée pour apporter le produit désiré à la table. Cette mesure compromettrait la sécurité alimentaire pour l'ensemble de l'Afrique du Sud, un pays classé 7ème sur 10 pays d'Afrique qui bénéficient actuellement de la sécurité alimentaire, indique le communiqué.

    "Plus de 90 % de la nourriture en Afrique du Sud est produite par des agriculteurs commerciaux. A ce stade, environ 90 % des fermes qui ont été distribuées aux agriculteurs noirs par le gouvernement par leur propre admission sont sorties de la production ", dit TLU SA.

    Un autre expert a déclaré à RT que l'Afrique du Sud redistribuait les terres depuis le milieu des années 1990, mais à un rythme très lent. L'impact n'a pas été aussi profond, mais le taux d'autosuffisance de l'Afrique du Sud a diminué lentement, selon le professeur Martin C. Breitenbach, à la School of Economics de l'Université de Pretoria, en Afrique du Sud.

    RépondreSupprimer
  26. «Au niveau microéconomique, de nombreuses exploitations agricoles autrefois productives ne sont pas productrices aujourd'hui», a déclaré M. Breitenbach à RT. «Il a toujours été dit que si la redistribution des terres est faite de la bonne façon (entre autres partenariats entre les agriculteurs et les communautés qui réclament des terres et un soutien approprié aux communautés qui revendiquent des terres), cela peut fonctionner.

    Selon les statistiques compilées par TLU SA, le nombre d'attaques contre des fermes et des meurtres d'agriculteurs n'a cessé de croître. Au 4 juin de cette année, 435 attaques contre des fermes ont été enregistrées, entraînant 73 morts.

    "Cela a été une situation continue depuis de nombreuses années maintenant", a déclaré Breitenbach. "Le gouvernement sud-africain a surtout défendu sa position en disant que les attaques agricoles et les meurtres dans les fermes ne sont pas différents du reste du pays et que tous les Sud-Africains sont touchés par des crimes violents. Le gouvernement n'a donc jamais considéré les attaques à la ferme et les meurtres à la ferme comme une priorité du gouvernement. "

    L'Institut des relations interraciales a exhorté la communauté internationale à intervenir, car le gouvernement sud-africain nie que l'expropriation des terres et la violence que le projet de loi aurait provoqué soient un problème.

    "L'agriculteur blanc en Afrique du Sud fait partie d'un groupe minoritaire. Il est également inacceptable que des biens soient expropriés sans compensation. La communauté internationale doit faire pression sur le gouvernement sud-africain pour qu'il s'attaque au problème de la criminalité en Afrique du Sud ", a déclaré le porte-parole de la TLU SA.

    "Ils devraient également les contraindre à ne pas enlever la propriété légale de ses citoyens sans les indemniser."

    Les experts soulignent que les investissements internationaux sont vitaux pour la croissance de l'économie sud-africaine, tandis qu'une constitution autorisant l'expropriation sans compensation crée de l'incertitude et chasse les investisseurs. En mars, le président de TLU SA, Louis Meintjes, a déclaré que la réforme envoie un message négatif aux investisseurs internationaux.

    "Le résultat final de ce que le gouvernement est en train de mettre en place est l'effondrement de l'économie et la redistribution de la pauvreté qui affectera chacun d'entre nous. Les entreprises internationales investiront là où des profits pourraient être réalisés, et elles ne sont clairement pas disposées à risquer des investissements pour soutenir une idéologie défaillante ", a déclaré Meintjes. "Il n'est pas possible d'envoyer un message plus clair en exprimant l'intention d'exproprier sans compensation. Dans toute société développée, cela est considéré comme un vol, et les efforts pour déguiser l'intention de le faire constitutionnellement, ne changeront pas ce fait. "

    Reprinted from RT News.

    https://www.lewrockwell.com/2018/07/no_author/zimbabwe-2-0/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Voir clips publiés samedi 30 et vendredi 29 Juin

      Supprimer
  27. VITESSE, GAZ, CIGARETTES : LES HAUSSES DU 1ER JUILLET


    par OLIVIER SANCERRE
    01/07/2018


    Les routes secondaires passent à 80 km/h à compter du 1er juillet.

    Comme tous les débuts de mois ou presque, ce 1er juillet instaure des changements qui auront un impact sur la vie de tous les jours... et le portefeuille. Florilège des nouvelles mesures.

    La principale disposition qui touchera des millions de Français, c’est la mise en place des 80 km/h sur les routes secondaires bidirectionnelles sans séparateur central. 400 000 km de routes sont concernées par ce changement qui fait couler beaucoup d’encre depuis des mois. Les partisans de la mesure explique qu’il s’agit de sauver des vies : selon la sécurité routière, de 300 à 400 vies chaque année. Les opposants pointent une mesure venue « d’en haut » qui n’a pas prouvé son efficacité. Rendez-vous dans quelques mois pour déterminer qui a raison.

    Tabac en hausse

    Autre disposition qui va toucher quelques 5 millions de Français : la hausse importante des tarifs réglementés du gaz. Celle-ci est de 7,45% en moyenne, une progression très sensible pour cette énergie dont les prix s’alignent avec les cours du pétrole. Or, ces derniers sont en hausse continue ces dernières semaines... Les prix du tabac sont aussi en hausse, notamment pour les marques les moins chères dont les prix vont s’aligner plus ou moins avec le prix moyen : 7,90 euros actuellement sur un paquet de 20 cigarettes. À terme, c’est à dire à l’horizon 2020, le paquet atteindra 10 euros.

    Crédit d’impôt en baisse

    Le crédit d’impôt transition énergétique ne s’applique plus sur l’installation de chaudières fioul THPE ni sur le vitrage des fenêtres. En 2019, ce crédit d’impôt sera transformé en mécanisme de prime. Enfin, il y a tout de même une bonne nouvelle : ce 1er juillet, les allocations chômage sont revalorisées... de pas grand chose : +0,7 %, soit 29,06 euros contre 28,66 euros auparavant pour l’allocation minimale.

    http://www.economiematin.fr/news-vitesse-gaz-cigarettes--hausses-1er-juillet

    RépondreSupprimer
  28. LA PÉNURIE DE BIÈRE GUETTE !


    par OLIVIER SANCERRE
    01/07/2018


    Les Français consomment 2 milliards de litres de bière chaque année.

    Alerte à la pénurie de bière ! Alors que la coupe du monde de football bat son plein et que les températures ne cessent de grimper, l’Europe risque de se retrouver en pénurie de petites bulles.

    La bière, les sodas, mais aussi les glaces et même les producteurs de viandes font face à une pénurie inattendue de gaz carbonique qui frappe toute l’Europe. Ces industries utilisent le gaz carbonique pour donner le pétillant aux boissons, il sert aussi de réfrigérant pour la glace carbonique, et pour étourdir les animaux avant de partir à l’abattoir. La situation est critique pour tous ces secteurs, notamment celui de la bière.

    Pénurie de petites bulles

    Le Royaume-Uni est particulièrement touché par ces difficultés : le fournisseur Booker limite ses vente à dix caisses de bières et cinq de cidre ou de boissons sans alcool à ses fournisseurs ; le groupe Coca-Cola admet rencontrer un problème affectant l’approvisionnement de gaz carbonique dans le pays. Aux Pays-Bas, le géant Heineken fait des pieds et des mains pour s’approvisionner un peu partout en Europe. Que se passe-t-il ?

    La production va repartir

    Selon la revue spécialisée Gas World, cette situation est le résultat de l’entretien programmé des usines de production du gaz carbonique en Europe du Nord, ainsi que de la baisse de la production de l’ammoniac, dont est dérivé le gaz carbonique industriel utilisé par l’industrie agro-alimentaire. Cette pénurie ne devrait toutefois pas durer : en France, Air Liquide a assuré que la production allait être relancée le plus rapidement possible

    http://www.economiematin.fr/news-penurie-biere-guette-

    RépondreSupprimer
  29. Axios fuit le projet de loi Trump pour faire exploser l'Organisation mondiale du commerce


    par Tyler Durden
    Dim, 07/01/2018 - 20:55


    Après la fin d'un deuxième trimestre dont les hésitations du président Trump sur le commerce se rappelleront, Axios a laissé tomber une bombe du dimanche soir qui pourrait effrayer les marchés en attendant un répit de la rhétorique de la guerre commerciale au début de la seconde moitié de l'année: Le journaliste de la Maison Blanche Jonathan Swan a obtenu une copie d'un projet de loi, prétendument ordonné par Trump lui-même, qui permettrait aux Etats-Unis de "s'éloigner" de ses engagements envers l'Organisation mondiale du commerce.

    S'il est adopté, le projet de loi (intitulé «Loi américaine sur le tarif équitable et réciproque») ferait exploser l'OMC, une organisation que les États-Unis ont aidé à créer dans les années 90 en permettant à Trump d'ignorer unilatéralement les deux principes les plus importants:

    Le principe de la «nation la plus favorisée» (NPF) selon lequel les pays ne peuvent pas fixer des taux de droits différents pour différents pays en dehors des accords de libre-échange;

    "Taux de droits consolidés" - les plafonds tarifaires que chaque pays de l'OMC a déjà acceptés lors des négociations précédentes.

    "Ce serait l'équivalent de s'éloigner de l'OMC et de nos engagements là-bas sans que nous notifiions notre retrait", aurait dit une source anonyme à Axios.

    Le projet de loi demande au Congrès de donner à Trump un pouvoir unilatéral pour ignorer les règles de l'OMC et négocier des accords commerciaux unilatéraux.

    La fuite du projet de loi fait suite à un autre scoop d'Axios, publié par l'OMC la semaine dernière, selon lequel M. Trump a harcelé ses assistants à plusieurs reprises pour retirer les Etats-Unis de l'OMC, ce que le président a qualifié de "désastre".

    Les chances du projet de loi de passer à travers le Congrès sont extrêmement faibles. Cependant, si Trump nous a enseigné quelque chose au sujet de son programme commercial, il ne dit jamais jamais.

    "La bonne nouvelle est que le Congrès ne donnera jamais cette autorité au président", a ajouté la source, qualifiant le projet de loi de "fou".

    «Ce n'est pas réalisable à la frontière», étant donné que cela créerait potentiellement des dizaines de milliers de nouveaux taux de droits sur les produits. "Et cela nous enlèverait complètement de l'ensemble des règles commerciales mondiales."

    Trump aurait été informé sur le projet à la fin de mai. La plupart des personnes impliquées dans la rédaction du projet de loi pensaient qu'il serait «mort à l'arrivée» - c'est-à-dire Peter Navarro, un conseiller de Trump, qui encourageait à plusieurs reprises les positions anti-libre-échange de Trump. La Maison-Blanche, le représentant américain au commerce et le ministère du Commerce ont été consultés lors de la rédaction du projet de loi.

    RépondreSupprimer
  30. Alors que le projet de loi pourrait trouver assez de soutien pour passer dans la très pro-Trump House, les partisans républicains du libre échange au Sénat rechigneraient probablement à la possibilité de bafouer l'actuel ordre de libre-échange, tandis que les démocrates hésiteraient à autorité unilatérale au président.

    Il convient également de noter que le Congrès tente déjà de faire reculer les tarifs de l'acier et de l'aluminium de Trump sous la forme d'un projet de loi bipartite rédigé par les républicains Bob Corker et Pat Toomey et le sénateur démocrate Michael Bennet.

    Lors d'une réunion de la Maison Blanche pour discuter du projet de loi plus tôt cette année, le directeur des affaires législatives Marc Short a carrément dit à Navarro que le projet de loi était «mort à l'arrivée» et ne bénéficierait d'aucun soutien sur Capitol Hill.

    Navarro a répondu à Short qu'il pensait que le projet de loi obtiendrait beaucoup de soutien, en particulier des démocrates, mais Short a dit à Navarro qu'il ne pensait pas que les démocrates étaient d'humeur à remettre plus d'autorité à Trump.

    Lindsay Walters, porte-parole de la Maison Blanche, a reconnu que le projet de loi était authentique, mais a averti que le public ne devrait pas le prendre trop au sérieux - après tout, les frustrations de Trump avec l'OMC sont déjà largement connues.

    Mais Walters a signalé que nous ne devrions pas considérer ce projet de loi comme un accord conclu. "La seule façon dont cela serait une nouvelle, c'est que ce soit une législation que l'administration s'apprêtait à déployer, mais ce n'est pas le cas", a-t-elle dit.

    "Les directeurs ne se sont même pas rencontrés pour examiner un texte de législation sur le commerce réciproque."

    Entre les lignes: Notez la spécificité de la citation de Walters ci-dessus. Trump a demandé directement ce projet de loi et en a été verbalement informé en mai. Mais il n'a pas rencontré les directeurs pour revoir le texte.

    Le rapport a envoyé les contrats à terme américains plus bas alors que les tensions commerciales ont de nouveau fait leur apparition, bien que les BTFDers aient rapidement émergé, et avec leur non-chastance traditionnelle et leur indifférence pour le risque ou les nouvelles, ils ont rapidement renvoyé les contrats à terme inchangés.

    Le démantèlement de l'OMC risque d'entraîner une guerre commerciale mondiale qui pourrait avoir de très graves conséquences.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-07-01/axios-leaks-trump-bill-blow-world-trade-organization

    RépondreSupprimer
  31. La France une royauté populaire : ces privilèges qui nous tuent.


    dimanche, 01 juillet 2018 20:11


    Je vous propose de relire notre constitution.

    Dans son article premier elle déclare que la France est une république, qu’à ce titre elle est garante de l’égalité de tous les citoyens devant la loi.

    Dans son deuxième article elle précise que la France c’est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peule.

    Dans son préambule elle déclare se référer à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26/08/1789 qui, sans ambiguïté, garantit les droits naturels et imprescriptibles de l’homme que sont : la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

    Puis, pendant 87 articles, elle installe le pouvoir des politiques, sous toutes ses formes, sous tous les cieux. Plus de place pour le peuple qui ne gouverne plus rien du tout. Plus de place pour les libertés individuelles, pour la propriété, pour la sûreté et pour la résistance à l’oppression.

    Un premier constat s’impose, la constitution qui nous gouverne a confisqué le pouvoir au peuple, lui otant du même coup sa liberté et la propriété de ses biens.

    A cela nous devons rajouter la novlangue qui s’est déversée sur les français et a permis toute les dérives qui font d’eux les otages d’un système politique atypique à mi-chemin entre l’oppression et la dépendance, la dictature et l’esclavage.

    Cette situation génère un énorme quiproquo.

    Une grande majorité de français croit appartenir à la république issue des lumières, croit vivre d’après les règles durement acquises par leurs ancêtres au prix d’une révolution sanglante. Ils croient être dans un monde libre et démocratique. Il n’en n’est rien.

    Les français vivent sous une royauté populaire où ceux qui se sont donnés des privilèges remplacent ceux qui, avant la révolution, prétendaient les détenir de Dieu.Mais le résultat est le même, il y a d’un côté les privilégiés de l’autre les soumis, les cerfs contribuables, imposables à merci.

    Les privilèges

    Le privilège : « une disposition juridique conférant un statut particulier », dit Wikipédia. Donc tous ceux qui possèdent par la loi un avantage qui les met à l’abri des aléas de la vie sont des privilégiés.

    Evidemment les fonctionnaires avec la garantie de l’emploi sont aux premières loges. Mais tous les assistés aussi qui, par la loi, obtiennent des avantages sans rapport avec la vie de ceux qui sont confrontés à la réalité.

    C’est la recherche de l’obtention de ces privilèges qui explique la formidable poussée de l’immigration. Les émigrés ne cherchent, ni plus ni moins, que l’obtention des privilèges largement répandus dans notre société. N’oublions pas que nous sommes les champions mondiaux de l’assistance, le plus gros budget au monde pour la protection sociale, qui vue à l’image mondiale est un énorme privilège.

    RépondreSupprimer
  32. Les privilèges et l’organisation politique

    Tout comme sous la royauté, nos privilégiés ont une organisation politique à leur service. Les élections libres et démocratiques ne traitent plus de l’avenir du pays et de ses besoins, mais exclusivement des privilèges et des privilégiés. Au point que lors des dernières élections présidentielles on a même vu un candidat offrir carrément le privilège absolu : un salaire pour tous, sans obligation en retour.

    Tout comme Louis XIV achetait la société en distribuant les privilèges nobiliaires, nos politiques achètent leur pouvoir en distribuant des privilèges ciblés.

    Les privilèges et la novlangue

    Evidement, personne ne doit pouvoir prendre conscience de cette situation. La dernière fois que les privilèges ont dévasté le lien social, écrasé la société, sous Louis XVI, les conséquences furent terribles.

    Aujourd’hui, les privilégiés se font appelés bénéficiaires et affichent une servilité prétendue au bénéfice de l’Etat. En réalité, ils n’en branlent pas une. Tout n’est qu’attitude, comme à La Cour à Versailles en son temps.

    Bien plus, comme évidement tout cela a un coût, pour le dissimuler ils accusent le capital de mille mots. Ils perdent de vue que du capital ont est responsable, alors que du privilège ont est l’obligé, il ne s’agit pas de la même humanité.

    La novlangue traite de libéraux ceux qui sont confrontés à la réalité de la vie et, au contraire de citoyens responsables les privilégiés. Cela va loin.

    Mais ces privilèges ont un coût.

    Ce coût est incompressible, le système politique étant à son service. Entrepreneurs libéraux et capitalistes sont taxés. Ils finissent ruinés ou partent sous d’autres cieux.

    Pas plus que les privilégiés de l’ancien système ceux du nouveau ne sont capables de s’assumer. Nos privilégiés d’aujourd’hui dépendent étroitement du pillage par Bercy des forces vives du pays. Mais ce pillage a des limites toutes bêtes. Ce sont celles des règles de l’économie, dont justement les privilégiés prétendent s’affranchir.

    Le mur n’est pas loin.

    En ce qui me concerne je plains beaucoup nos privilégiés, dont je perçois tous les jours l’incurie, l’incompétence, la médiocrité, derrière leur masque de pouvoir.

    Je vois arriver la fin sans crainte, car c’est là que les privilégiés paient la facture. N’en n’étant pas un, je n’aurai rien à payer le jour des comptes.

    Vous non plus sans doute, si vous lisez ce blog.

    Bien cordialement. H. Dumas

    http://www.objectifeco.com/economie/politiques-economiques/liberalisme/la-france-une-royaute-populaire-ces-privileges-qui-nous-tuent.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La France est une république, donc: c'est une dictature telles que les monarchies ou empires. C'est-à-dire le contraire, l'opposé à la Démocratie. Car, la Démocratie c'est Par le Peuple Pour le Peuple. C'est-à-dire: la Suisse (seule Démocratie au monde !).

      En Démocratie c'est le Peuple qui dirige et non de FAUX représentants siègeants aux assemblées et votant des lois ignorées du Peuple et contre le Peuple.

      Une république est une escroquerie validée par les dictateurs.

      Petit résumé de l'histoire du monde

      lundi 3 novembre 2014

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2014/11/petit-resume-de-lhistoire-du-monde.html

      ---------------------
      Les hommes de l'ombre

      mardi 22 avril 2014

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2014/04/les-hommes-de-lombre.html

      Supprimer
  33. CHIRURGIE - VULVE «NORMALE» N'EXISTE PAS

    Les demandes d’interventions esthétiques au niveau du vagin explosent. Des chercheurs suisses ont voulu savoir s’il existait un modèle type auquel se référer.
    Les jeunes femmes ont tendance à s’épiler totalement, ce qui les amène à observer davantage leur sexe.


    PAR PASCALE BIERI
    02.07.2018, 07h09


    Si les hommes sont nombreux à être complexés sur la taille de leur pénis, ils ne sont pas les seuls à s’interroger sur les contours de leur sexe. De plus en plus de femmes s’inquiètent de l’aspect du leur. À tel point que les interventions chirurgicales au niveau du vagin ne cessent d’augmenter.

    Mais y a-t-il une norme – voire un canon – en ce domaine? C’est ce qu’ont voulu savoir des chercheurs de l’Hôpital cantonal de Lucerne en se penchant sur la vulve de 657 femmes blanches. Sous la direction de la Dr Anne Kreklau, ils ont ainsi analysé les lèvres internes et externes, le clitoris, l’ouverture vaginale ou encore le périnée de toutes ces volontaires, âgées de 15 à 84 ans.

    Clitoris de 0,5 à 34 mm

    Il en ressort une multitude de chiffres d’une précision chirurgicale. Mais, alors que les scientifiques espéraient trouver une «base de référence pour définir la vulve caucasienne normale», ils en ont conclu qu’il ne serait absolument pas pertinent d’établir un modèle type auquel on pourrait comparer tous les autres. Bref, si des moyennes ont bien été établies au sujet du sexe féminin, elles ne signifient rien au vu des variations observées dans chaque catégorie. Exemple: le clitoris. Sur l’échantillon étudié, sa longueur moyenne est de 7 millimètres, avec des variations de 0,5 mm à 34 mm! Il en va de même, en matière de grand écart, pour les lèvres: 80 mm de moyenne pour les lèvres externes (la plus petite étant de 12 mm et la plus grande de 180 mm); et 43 mm en moyenne pour les lèvres internes (avec des variantes de 5 à 10 mm).

    D’où la conclusion de l’équipe suisse: toutes les vulves sont différentes et aucune n’est plus normale qu’une autre. Un verdict qui ne surprend pas le Dr Pierre Quinodoz, chirurgien plasticien à Genève: «Chaque personne est différente, il y a des grands, des petits, des gros. Il en va logiquement de même pour les vulves, elles ont une morphologie globale identique, mais avec des variations.»

    Cela étant, le médecin constate une importante augmentation des demandes pour les interventions de labiaplastie, consistant à modifier la taille ou la structure des grandes ou petites lèvres, ce repli de peau externe entourant la vulve. Surtout de la part des jeunes femmes. «Avec la mode du laser, une majorité d’entre elles ont le pubis totalement épilé. Ce qui les amène à observer davantage leur sexe. S’ajoute à cela que l’accès aux films pornos s’est banalisé avec Internet et que cela amène ces femmes à se comparer avec des filles qui ont 18 ans, voire moins… Or les lèvres se relâchent avec l’âge (dès 23-24 ans), et l’accouchement. À nous, professionnels, d’expliquer aux patientes qu’elles sont normales. Cela étant, pour certaines, il est important pour leur image, et leur bien-être, d’avoir recours à une telle intervention.» La labiaplastie consiste alors à injecter de la graisse, prise ailleurs dans le corps, dans les grandes lèvres. Il peut également s’agir de réduire la taille des petites lèvres. (Le Matin)

    https://www.lematin.ch/suisse/vulve-normale-existe/story/20726304

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nombreuses sont les personnes arrivées en Europe qui veulent connaître, découvrir pour la première fois les 'plaisirs féminins' en se faisant reconstruire les parties excisées contre leur gré.

      Supprimer
  34. Un rôle physiologique de l’orgasme féminin ?


    le 2 juillet 2018


    Compte tenu des différences anatomiques et physiologiques évidentes entre la femme et l’homme, ce dernier – beaucoup plus que la femme d’ailleurs – a toujours tenté d’expliquer la nature de l’orgasme féminin afin de se considérer comme l’acteur principal de ce processus physiologique. Le plaisir sexuel féminin, pour certaines religions, n’a même pas lieu d’être, c’est dire à quel point il a été vilipendé au cours des siècles. Les « bons chrétiens » ne disait-ils pas il y a encore peu d’années que « une femme honnête ne doit pas avoir de plaisir« , l’orgasme masculin concrétisé par une éjaculation étant la seule forme de plaisir sexuel reconnue (par l’homme). Pour l’homme, donc, la nature même de l’orgasme féminin fut et est encore un sujet de débats dans la communauté scientifique (et au comptoir du café du commerce au coin de la rue). Il y a encore peu d’années, dans les années 1970, certains médecins avaient émis l’hypothèse que les règles contenaient une substance toxique qu’ils avaient appelé ménotoxine et puisqu’elle provoquait le flétrissement des fleurs (vraiment n’importe quoi …) l’homme courait un réel danger en voulant avoir un rapport sexuel avec une femme qui avait ses règles. Je n’invente rien c’est écrit en toutes lettres dans un article du Guardian !

    Lien : http://www.mum.org/menotox.htm

    La question centrale que les physiologistes (surtout masculins) se sont posé est l’utilité de l’orgasme féminin. S’il ne fait aucun doute qu’en ce qui concerne l’homme il est lié à la contraction des minuscules muscles des vésicules séminales pour expulser le sperme, dans la même problématique l’homme a tenté de lier l’orgasme féminin à ce qu’il a appelé pompeusement et par une sorte de mimétisme une éjaculation vaginale. En toute logique ce serait pour faciliter la pénétration du pénis or les physiologistes se sont rendu compte finalement que persévérer dans cette direction de recherche était erroné à moins qu’une relation sexuelle (hétérosexuelle) suive un protocole bien défini comme cela fut magnifiquement illustré dans le fameux film de Robert Mulligan « Un été 42 » : les préliminaires … Donc les physiologistes ont réalisé une étude minutieuse avec le lapin, un animal de laboratoire dont la femelle présente la particularité d’être sexuellement réceptive quel que soit son stade hormonal reproductif. Pour expliquer en effet un trait particulier apparaissant au cours de l’évolution il est judicieux d’étudier d’autres animaux placentaires afin de faire la part entre le rôle de l’orgasme de la femelle dans le processus de reproduction en liaison avec celui du mâle qui est crucial pour la transmission du sperme et donc de déterminer la signification de ce trait plutôt que son origine au cours de l’évolution. Cependant le choix du lapin pour de telles études apparut inapproprié car ces mêmes physiologistes ont constaté un peu trop tard que la lapine possédait effectivement un clitoris mais que celui-ci se trouvait à quelques millimètres à l’intérieur du vagin.

    RépondreSupprimer
  35. Deux constatations ont finalement abouti à une explication physiologique de l’orgasme féminin. D’une part le clitoris est plus éloigné de l’orifice vaginal chez la femme que chez tous les autres primates et la confirmation relativement récente de la présence des corps caverneux du clitoris entourant l’entrée du vagin a permis d’envisager une éventuelle relation entre la pénétration du pénis et l’orgasme féminin. D’autre part, et ce trait est commun chez tous les animaux placentaires, l’orgasme féminin provoque une véritable inondation de l’organisme par de l’ocytocine, une hormone neuro-hypophysaire essentielle pour l’ensemble du cycle de reproduction.

    Chez les lapins par exemple mais plus encore chez les félins l’orgasme de la femelle au cours d’une copulation stimule l’ovulation alors qu’elle est spontanée chez une grande majorité d’autres mammifères placentaires car l’ovulation est corrélée au cycle hormonal lié à l’ovulation. S’il est très difficile sinon impossible d’identifier un orgasme chez les femelles d’animaux la fonction de l’orgasme chez la femme a évolué vers le seul plaisir sans qu’il ait une signification physiologique majeure. Comme le dit le Docteur Elisabeth Lloyd, biologiste à l’Université de l’Indiana, je cite : « l’orgasme féminin est un fantastique bonus, même s’il a perdu toute sa signification au cours de l’évolution« .

    Reste la question des orgasmes multiples dont seulement entre 14 et 16 % des femmes déclarent être les bénéficiaires. Des études récentes ont montré que ces femmes, pour ainsi dire privilégiées, ont une activité cérébrale au niveau des ondes alpha différente de celle des femmes ne faisant l’expérience que d’un seul orgasme et parfois difficilement. Chez ces femmes ces ondes alpha sont significativement plus lentes. Aucune explication satisfaisante n’a pu encore être apportée à cette observation. De là à prétendre que l’orgasme féminin est plus cérébral que physique il n’y a qu’un pas que pour ma part je refuse de franchir mais qui l’a été par de nombreux hommes et en particulier les médecins généralistes qui se sont spécialisé dans la gynécolobie et l’obstétrique.

    Les physiologistes sérieux considèrent définitivement que l’orgasme réside dans une sensibilité du clitoris exacerbée par un afflux de sang lors de la stimulation sexuelle et que l’existence du point G (point de Gräfenberg) justifiant une origine vaginale de l’orgasme est un pur fantasme masculin monté de toute pièce par les hommes pour justifier le fait que la pénétration du pénis est indispensable pour que la femme atteigne un orgasme, encore une attitude totalement erronée de l’homme face au mystère de l’orgasme féminin. Et pour cause la pénétration met en contact l’os pubien de l’homme avec son homologue féminin. Or ce contact entraine naturellement une stimulation du clitoris pouvant parfois conduire à un orgasme chez la femme … Messieurs cessez de vous sentir maîtres dans ce domaine du mystère de l’orgasme féminin, vous n’êtes qu’un acteur subalterne le plus souvent inexpérimenté que ne recherche que son propre plaisir..

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/07/02/un-role-physiologique-de-lorgasme-feminin/#comments

    RépondreSupprimer
  36. L’agonie de l’Union européenne


    12:37 02.07.2018


    Le sommet de l’Union européenne de jeudi 28 juin a confirmé ce que l’on pressentait. Les pays de l’UE se sont efforcés de sauver les apparences. Mais, les difficultés extrêmes rencontrées pour aboutir au communiqué finale et la vacuité de ce communiqué sont les preuves de la profonde crise que traverse l’Union européenne.

    Un pays sort, à l'évidence, victorieux de ce sommet, et c'est l'Italie au gouvernement issu de l'alliance entre le M5S et la Lega.

    Le Premier ministre Italien, M. Giuseppe Conte avait annoncé ne pas vouloir signer un texte qui ne la soulagerait pas, vite et concrètement, l'Italie de sa mission de première ligne en Méditerranée, face à la Libye. Le texte qui est finalement issu de ce sommet laisse planer un flou sur l'organisation adoptée par les pays de l'UE, mais garantit en fait à l'Italie qu'elle pourra continuer sa politique actuelle (1). Derrière le paravent des mesures « volontaires », cet accord signe en réalité la fin de l'accord de Dublin et donne raison aux pays d'Europe centrale qui étaient arrivés à ce sommet vent debout contre l'idée de « quota » imposés par Bruxelles. Cet accord entérine aussi les décisions de groupes de pays au détriment de décisions prises par les 27. Il signe donc, en réalité, le début du démantèlement de la mécanique européenne. C'est en cela que ce sommet mérite d'être retenu.

    La crise politique de l'UE au travers du prisme des migrants

    La crise que connaît l'UE vient de loin. Mais, elle a connu un incontestable coup d'accélérateur avec la question des migrants clandestins.

    Le nouveau gouvernement italien et son Ministre de l'intérieur s'appuient sur des faits incontestables. Les pays de l'UE, par l'accord de Dublin, avaient décidé que les « pays d'accueil » enregistraient les clandestins, en faisaient le tri, et que les migrants éligibles seraient répartis sur l'ensemble du territoire de l'Union. Dans la réalité, et compte tenu du refus des pays (y compris la France) de remplir leurs obligations, on avait abouti à une accumulation de ces clandestins sur le territoire de l'Italie, accumulation qui a créé une situation aujourd'hui intenable. En acceptant désormais que l'ensemble de ce processus se fasse sur la base du « volontariat » des pays concernés, en se refusant même à nommer les dits « pays concernés », l'accord de la nuit du 28 au 29 juin enregistre la décomposition du cadre européen, qui est désormais réduit à un accord volontaire entres pays membres. Les conséquences de cela ne semblent pas avoir été mesurées par les divers dirigeants.
    Un gouvernement italien conforté

    Le gouvernement italien a été conforté dans son refus opposé aux ONG qui affrétaient les navires comme l'Aquarius ou le Lifeline de pouvoir débarquer les migrants. Arguant, et ceci a été confirmé, que ces navires se faisaient les complices objectifs des passeurs mafieux qui exploitent ces gens, un point que le Président français, Emmanuel Macron, a bien été forcé de reconnaître (2), il a vu sa position reconnue par les autres pays. Le gouvernement italien et son ministre de l'intérieur ont donc fait éclater l'hypocrisie massive du discours des « bien-pensants ». Ils ont aussi provoqué une crise, tant dans l'UE qu'en Allemagne, où la position de Mme Angela Merkel apparaît durablement fragilisée. L'ambiguïté de ses rapports avec son propre Ministre de l'intérieur, membre de la CSU le montre.

    RépondreSupprimer
  37. Aujourd'hui, avec le communiqué final du sommet des 28-29 juin (3), les pays cherchent désormais des solutions soit dans des accords négociés avec d'autres pays, soit de manière individuelle.

    Quoi qu'en dise Emmanuel Macron, ceci ne pourra-t-être que renforcé par le caractère « volontaire » des mesures annoncées par le communiqué. Emmanuel Macron s'est présenté comme le chantre d'une UE intégrée et fédérale. Il doit aujourd'hui accepter le principe d'accords bilatéraux entre pays et accepter de se faire sèchement reprendre par le Premier ministre italien (4). Même si ceci n'est pas (encore) relevé dans la presse, c'est une défaite massive, une défaite publique pour lui et pour tous ceux qui sont sur sa position. Cette situation montre parfaitement l'état de désagrégation de l'UE aujourd'hui.

    De plus, la déclaration de Merseberg, qui était la concrétisation des espoirs d'Emmanuel Macron est restée un projet mort-né. Douze pays de l'UE se sont déclarés opposés tant à cette déclaration qu'aux ambitions du Président français qui entendait faire évoluer vers un statut plus « fédéral » tant l'UE que la zone Euro (5). Après l'envoi d'une lettre très ferme du ministre des Finances néerlandais Wopke Hoekstra au président de l'Eurozone Mario Centeno pour afficher publiquement sa désapprobation, ce sont onze autres pays qui ont décidé de signer cette lettre (6). De fait, l'idée d'un « budget fédéral » est morte. Or, toute la construction française, à laquelle l'Allemagne avait été associée non sans réticences ni arrières pensées pour cette dernière, reposait sur cette idée. Par ailleurs, Mme Angela Merkel n'est clairement plus en état de défendre en Allemagne même un tel projet, si tant est qu'elle l'ait réellement voulu…

    «Troll politique»: comment Trump divise l'UE

    Les tensions vont donc rapidement réapparaître au sein de la Zone Euro. Car, il y a une réalité qui s'imposera, encore et toujours, par-delà les discours. La mise en place de l'Euro a entrainé une accentuation des divergences au sein des pays membres de l'UEM (7). Ces divergences se sont aggravées considérablement depuis une dizaine d'années (8). Les travaux du FMI (9), mais aussi une récente étude de l'OFCE (10), en témoignent. Cette divergence, sauf mécanismes budgétaires de redistribution du surplus commercial de l'Allemagne, conduira l'Euro à exploser. Tel est d'ailleurs la conclusion des auteurs de l'étude de l'OFCE, une conclusion récemment partagée par Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie (11).

    (1) http://www.lefigaro.fr/international/2018/06/29/01003-20180629ARTFIG00012-union-europeenne-un-accord-trouve-sur-les-migrations.php

    (2) Voir la déclaration faite à Rome le 26 juin par Emmanuel Macron: AFP via https://actu.orange.fr/france/lifeline-la-france-accueillera-une-partie-des-migrants-mais-macron-critique-l-ong-CNT0000014pSvn.html

    (3) http://www.consilium.europa.eu/media/35943/28-euco-final-conclusions-fr.pdf

    (4) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/06/30/97001-20180630FILWWW00031-centre-d-accueil-de-migrants-macron-etait-fatigue-dit-conte.php

    (5) https://francais.rt.com/economie/51866-12-pays-europeens-s-opposent-a-un-futur-budget-de-la-zone-euro

    RépondreSupprimer
  38. (6) Soit la Belgique, le Luxembourg, l'Autriche, le Danemark, la Suède, l'Irlande, Malte, la Finlande, l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie.

    (7) Voir Sapir J., « La Crise de l'Euro: erreurs et impasses de l'Européisme » in Perspectives Républicaines, n°2, Juin 2006, pp. 69-84 et Sapir J., « Krizis evrozony i perspektivy evro », [La crise de la zone Euro et les perspectives de l'Euro] in Problemy Prognozirovanija, n° 3 (126), 2011, pp. 3-18.

    (8) iAGS, 2014, « The independent Annual Growth Survey 2015: A Diverging Europe on the Edge », téléchargeable à l'adresse http://www.iags-project.org/documents/iags_report2015.pdf

    (9) Voir http://www.imf.org/en/Publications/Policy-Papers/Issues/2017/07/27/2017-external-sector-report et http://www.imf.org/en/Publications/Policy-Papers/Issues/2016/12/31/2016-External-Sector-Report-PP5057

    (10) Villemot S., Ducoudré B., Timbeau X., « TAUX DE CHANGE D'ÉQUILIBRE ET AMPLEUR DES DÉSAJUSTEMENTS INTERNES À LA ZONE EURO », Revue de l'OFCE, 156 (2018), pp. 1-32.

    https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201807021037031640-union-europeene-agonie/

    RépondreSupprimer
  39. Pourquoi les programmes de déradicalisation britanniques échouent


    par Tyler Durden
    Lun, 07/02/2018 - 03:30
    Auteur de A, Z, Mohamed via The Gatestone Institute,


    La grande majorité des programmes de déradicalisation au Royaume-Uni sont au mieux inefficaces et au pire contre-productifs, selon une étude récente de Behavioral Insights Team (BIT, également connue sous le nom de «nudge unit»), une société à but social partiellement détenue par le gouvernement britannique, mais cela fonctionne en partenariat avec le Cabinet Office.

    Comme l'a récemment rapporté le Times, BIT a examiné 33 programmes de déradicalisation en Grande-Bretagne, dans des écoles, des centres de jeunesse, des clubs sportifs et des cours d'anglais. La plupart d'entre eux font partie de Prevent - une stratégie présentée en 2011 au Parlement britannique par le secrétaire d'État pour le ministère de l'Intérieur - conçue pour empêcher les citoyens vulnérables de devenir des terroristes ou soutenir toute forme d'extrémisme violent inspiré par les islamistes radicaux ou de droite idéologies BIT a constaté que seulement deux des programmes ont été couronnés de succès.

    La principale raison de l'échec des 31 autres programmes, selon le rapport du Times sur l'étude, est:

    "... que les facilitateurs étaient mal à l'aise de traiter des sujets sensibles et refusaient souvent de s'engager s'ils étaient élevés. BIT a constaté que les enseignants en particulier avaient peur d'aborder les questions de race et de religion avec leurs élèves sans paraître discriminatoires, les provoquant souvent refuser de parler entièrement de ces sujets. "

    Les deux initiatives efficaces, selon le Times, étaient «l'une qui défie la rectitude politique et aborde de front les questions difficiles et l'autre qui traite directement de l'extrémisme dans les textes religieux [islamiques]».

    En Grande-Bretagne, la majorité (82 %) des 228 personnes détenues pour des infractions liées au terrorisme se rallient à l'extrémisme islamiste. En août 2017, le coordinateur de l'UE pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, a déclaré que le Royaume-Uni avait plus radicalisé les musulmans que n'importe quel autre pays européen. Il a ajouté que la Grande-Bretagne "a identifié 20 000 à 35 000 radicaux, dont 3 000 s'inquiètent pour le MI5, et parmi ceux-ci 500 sont sous une attention constante et particulière".

    Dans un discours prononcé à Londres le 4 juin, le ministre britannique de l'Intérieur récemment nommé, Sajid Javid, a déclaré que

    "... la plus grande menace (aujourd'hui) est le terrorisme islamiste - y compris Al-Qaïda, mais particulièrement de Daech.

    "Alors que le soi-disant califat est une chose du passé, Daesh continue de planifier et d'inspirer des attaques ici et à l'étranger ainsi que de recruter des citoyens britanniques pour se battre.

    "Au cours des 5 dernières années, nos services de police et de renseignement ont déjoué plus de 25 complots liés aux islamistes."

    "Mais la menace ne vient pas seulement de Daesh.

    "Le terrorisme d'extrême droite est également une menace croissante ... Daech et l'extrême droite sont plus proches qu'ils ne le pensent.

    RépondreSupprimer
  40. "Ils exploitent les griefs, déforment la vérité et sapent les valeurs qui nous unissent.

    "Et ils n'hésitent pas à apprendre des leçons les uns des autres."

    "La stratégie Prevent restera une partie essentielle de notre travail de contre-terrorisme.

    "Oui, je reconnais les critiques, mais je suis tout à fait d'accord.

    "Les malentendus autour de Prevent sont souvent basés sur des distorsions.

    «Ils sont basés sur un manque de compréhension du travail de base impliqué et des efforts déployés par les groupes de la société civile et les travailleurs du secteur public pour protéger les personnes vulnérables.

    "Nous avons l'obligation morale et sociale de protéger les personnes vulnérables de la propagande tordue de ceux qui cherchent à les radicaliser.

    "Et Prevent est sur le point de faire exactement cela."

    Pour illustrer les avantages des programmes Prevent, Javid a raconté l'histoire d'un garçon de 13 ans:

    Il a été témoin de violence conjugale à la maison et a été victime de harcèlement raciste à l'école. Il a commencé à regarder de la propagande violente en ligne et à manifester de l'intérêt pour Daech, mais il a reçu le mentorat et le soutien dont il avait besoin pour l'empêcher de Maintenant, sa mère dit, et je cite, 'il n'est plus sur le chemin de la radicalisation et tout ce qu'il veut être, c'est un vendeur de voitures.' "

    Sans le vouloir, en racontant cette histoire, Javid a montré pourquoi les programmes de déradicalisation qu'il défend ne fonctionnent pas. Il a réduit la radicalisation d'un adolescent musulman à la violence domestique, au harcèlement raciste à l'école et à la propagande violente en ligne. Il n'a rien dit de la foi religieuse de la famille du garçon, de l'Islam radical ou du récit de la haine et de l'intolérance fondé sur une interprétation «radicale» du Coran et de la Sunna à laquelle le garçon aurait pu être exposé chez lui, à la mosquée et sur Internet. Au lieu de cela, Javid a fourni un récit politiquement correct pour étayer son affirmation selon laquelle Prevent n'est pas seulement un succès, mais une partie de la «nouvelle stratégie antiterroriste» qu'il dévoilait.

    Javid a ensuite consacré toute une partie de son discours à ses compatriotes musulmans en Grande-Bretagne:

    "Après toute attaque [terroriste], beaucoup de gens bien intentionnés s'aligneront pour dire que cela n'a rien à voir avec l'Islam, que les auteurs ne sont pas de vrais Musulmans, je comprends cette réaction, je sais qu'ils ne sont pas de vrais Musulmans. il n'y a pas à éviter le fait que ces personnes s'identifient comme des musulmans.

    "Soyons très clairs: les musulmans ne sont en rien responsables des actes d'une minuscule minorité qui déforme leur foi, et je sais qu'il n'existe pas de communauté musulmane homogène et homogène. La vie et la société britanniques.

    "Globalement, les musulmans sont de loin les plus grandes victimes du terrorisme islamiste et les musulmans se battent et meurent chaque jour en première ligne de la lutte contre le terrorisme.

    RépondreSupprimer
  41. "Il serait absurde de dire que les actions d'une toute petite poignée représentent en quelque sorte une religion merveilleuse et pacifique partagée par un milliard de personnes dans le monde.

    "C'est exactement pourquoi, bien que nous partagions tous la responsabilité de la lutte contre le terrorisme, les musulmans ont un rôle unique à jouer pour contrer cette menace.

    "Les musulmans britanniques de tout le pays mènent la lutte contre les extrémistes islamistes en les expulsant de leurs mosquées et en combattant le poison en ligne et dans la rue." C'est incroyablement puissant quand un jeune musulman se détourne des prédicateurs de la haine, et dites: "Votre fanatisme et votre soif de sang n'ont pas leur place dans le monde moderne".

    "Je veux dire à tous ceux qui se lèvent contre toutes les formes d'extrémisme que ce gouvernement est avec vous ..."

    Le problème avec l'hommage de Javid aux musulmans qui "se lèvent contre toutes les formes d'extrémisme" est que le fanatisme et la soif de sang ne sont pas de simples images des extrémistes islamistes qui mènent à leur conduite violente. Ils découlent d'une interprétation authentique des versets coraniques et des hadiths qui, selon l'auteur londonien Melanie Phillips, "bien que des millions de musulmans n'y souscrivent pas, domine actuellement le monde islamique". Malheureusement, dans le monde entier, les musulmans sont également victimes de la violence musulmane.

    Pour que les programmes de déradicalisation - et les initiatives antiterroristes - fonctionnent, ils doivent d'abord défier le politiquement correct, s'attaquer aux causes profondes de l'extrémisme islamiste et aborder toutes les questions sensibles connexes, y compris celles qui apparaissent dans les textes islamiques. Les musulmans britanniques ne devraient pas seulement participer à cette entreprise, mais être en première ligne, surveiller les premiers signes de radicalisation et cesser de manifester de la sympathie ou de rationaliser la violence.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-07-02/why-britains-deradicalization-programs-are-failing

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand des dictateurs sanguinaires laissent entrer des fous criminels dans un pays et, demandent après qu'ils se soignent eux-mêmes...

      Musul man (tueur d'homme). Ils ne pensent qu'à çà.

      Supprimer
  42. ETATS-UNIS - DES PROFS SE FORMENT POUR ÊTRE ARMÉS À L'ÉCOLE

    Des enseignants apprennent à manier une arme, à tirer et à réagir en cas d'irruption d'un tireur. Mais la pratique est loin de faire l'unanimité.
    Plus de 214'000 élèves ont vécu une fusillade dans une école depuis 1999, selon le Washington Post.


    02.07.2018


    Il y a quelques mois, le président des Etats-Unis Donald Trump provoquait colère et stupéfaction en proposant d'armer des enseignants pour riposter à d'éventuels tireurs dans les écoles. Or, des formations existent déjà pour eux depuis des années, notamment dans le Colorado.

    L'association FASTER, créée après la mort de 26 personnes en 2012 dans une école primaire de Sandy Hook, a déjà formé plus de 1300 employés d'écoles au maniement des armes pour qu'elles soient prêtes en cas d'attaque. Soixante-trois ont suivi cet entraînement dans l'Etat du Colorado, où s'est déroulée la tuerie de Columbine en 1999 (13 morts).

    «Je pense que cela fait peur aux gens d'amener une arme à l'école», reconnaît Katie, institutrice dans le comté de Jefferson, à l'ouest de Denver. «Ils voient juste l'aspect négatif, pas le côté positif des armes qui peuvent sauver des gens», dit à l'AFP la jeune femme de 27 ans qui suit une formation de trois jours, pour 1000 dollars, à Commerce City, dans le nord-est de Denver.

    Une fusillade par semaine

    Selon Everytown for Gun Safety, un groupe cherchant à limiter l'usage des armes à feu, une fusillade a lieu chaque semaine en moyenne dans une école aux Etats-Unis. La violence par armes à feu tue près de 33'000 personnes par an dans le pays, dont quelque 20'000 suicides. Plus de 214'000 élèves ont vécu une fusillade dans une école depuis 1999, selon une base de données du Washington Post.

    Avec la fréquence des fusillades et la paralysie du congrès américain, FASTER dit avoir vu ses affaires croître, et ce avant même que le président ne propose d'armer les enseignants dans la foulée d'un massacre perpétré le jour de la Saint-Valentin, en Floride.

    «J'ai dû ajouter quatre cours à notre programme pour répondre à la demande cette année, mais je ne pense pas que ce soit lié à M. Trump», a confié à l'AFP Joe Eaton, responsable de l'association en Ohio.

    La semaine passée, vingt-quatre employés d'écoles du Colorado, notamment des proviseurs, enseignants ou prêtres, ont suivi une formation de trois jours, menée par quatre policiers en exercice. Ils apprennent à manier une arme, à tirer et à réagir en cas d'irruption d'un tireur.

    Massacre en quelques minutes

    La législation du Colorado interdit le port d'armes à l'école, sauf pour les policiers chargés de protéger les établissements et pour les agents de sécurité. Mais beaucoup de participants espèrent que leurs nouvelles compétences inciteront les autorités à changer d'avis.

    Selon Wayne, directeur d'une école rurale, il faudrait 20 à 25 minutes pour que les forces de l'ordre réagissent à un incident dans son établissement, où aucun policier n'est stationné.

    RépondreSupprimer
  43. A Columbine, il n'a fallu que sept minutes et trente secondes à deux adolescents pour commettre un massacre dans la bibliothèque, se souvient Evan Todd. Ce survivant, âgé de 35 ans aujourd'hui, se dit «absolument» convaincu qu'il y aurait eu moins de victimes si les enseignants avaient été armés. Un avis qui est loin de faire l'unanimité.

    Enseignants, pas policiers

    «Je comprends que cela puisse être plus compliqué dans nos zones très rurales», dit à l'AFP Tom Mauser, porte-parole du Colorado Ceasefire, organisation militant pour un encadrement plus strict des armes à feu. Son fils Daniel est mort à Columbine. Il avait 15 ans.

    «Les enseignants devraient juste être des enseignants, pas des membres du SWAT», souligne M. Mauser, faisant référence à la force d'intervention d'élite de la police américaine.

    A l'issue de la formation, 21 personnes sur 24 disposaient du niveau requis en maîtrise des armes pour le Peace Officer Standards and Training (POST) du Colorado, soit le même niveau que les policiers sortant de l'académie.

    Les établissements pourraient peut-être alors les considérer comme des agents de sécurité, et donc les autoriser à avoir des armes dissimulées pendant les cours. FASTER, qui veut programmer des formations dans l'Indiana, le Wyoming et peut-être New York, encourage les écoles à divulguer qu'elles ont du personnel armé pour dissuader ceux qui envisageraient de les attaquer. (ats/nxp)

    https://www.lematin.ch/monde/profs-forment-armes-ecole/story/14722401

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) L'association FASTER, créée après la mort de 26 personnes en 2012 dans une école primaire de Sandy Hook (...)

      Il n'y a eu AUCUN mort à Newton dans l'école 'Sandy Hook' ! AUCUN 'parent' n'a pu récupérer le corps de 'son' enfant et, les dits 'parents d'élèves' rigolaient même lors des interview !!
      C'était une nouvelle mise-en-scène comme pour le 'Marathon de Boston' avec l'unijambiste qui perdait ses (fausses !) jambes lors de l'explosion d'une cocotte-minute !!

      Supprimer
  44. Une guerre sinistre sur notre droit de garder de l'argent


    F. William Engdahl
    21.08.2017



    Si on se sert des moyens électroniques de paiement et pas d’argent liquide, de toute évidence, les banques nous feront admettre que nous sommes de plus en plus nombreux à payer par ce moyen et, la facilité attachée à ce mode de paiement, font que la monnaie fiduciaire, n’a plus lieu d’être. Ce qui n’était qu’une « suggestion » de Bruxelles mais, qu’il lui est impossible de mettre en œuvre, pour cause de refus massif par les peuples, va être imposé par les banques qui elles, ne s’embarrasseront pas de l’avis de leurs clients.

    Avec ces moyens « bien pratiques », cartes, contact etc… on saura où vous étiez tel jour, à telle heure et ce que vous avez acheté. Inutile de souligner que la liberté ne sera qu’un lointain souvenir… Ne laisser en banque que le nécessaire pour les factures et prélèvements, et payer en argent liquide devient urgent.. Pour l’instant, les banques veulent mutualiser les DAB et les banques françaises se font tirer l’oreille.

    Une opération qui a commencé comme une discussion académique assez obscure il y a trois ans est en train de devenir une campagne de propagande massive par certaines des institutions les plus puissantes du monde industrialisé.

    C’est ce qu’on appelle à juste titre la guerre contre le cash. Comme la guerre contre la terreur, la guerre contre le cancer ou la guerre contre les drogues, son véritable agenda est sinistre et opaque. Si nous sommes assez sots pour avaler la propagande de l’élimination complète du cash en faveur de l’argent bancaire purement numérique, nous pouvons bientôt dire adieu à notre autonomie restante et à notre vie privée. La dystopie de George Orwell, 1984, sera devenue réalité et sous stéroïdes.

    Permettez-moi d’être bien clair. Nous ne discutons pas ici de diverses technologies numériques comme la blockchain, appelées crypto-monnaies. Nous ne traitons pas ici des systèmes de paiement privés tels que le système chinois, WeChat. Nous ne discutons pas non plus du commerce électronique ou de l’utilisation de cartes bancaires telles que Visa ou Master Card ou d’autres. Ces moyens sont d’une qualité totalement différente de l’objectif de la sinistre guerre en cours contre le cash. Ce sont tous des services privés non étatiques.

    Ce dont nous discutons, c’est d’un complot. Et c’en est un, dirigé par les banques centrales, des gouvernements choisis, le Fonds monétaire international en collusion avec les principales banques internationales pour forcer les citoyens – c’est-à-dire nous ! – à abandonner le cash pour payer nos achats. Au lieu de cela, nous serions forcés d’utiliser les unités bancaires numériques. La différence, aussi subtile qu’elle puisse paraître d’abord, est énorme. Comme en Inde à la suite de la folle guerre contre le cash de Modi, inspirée par les États-Unis, à la fin de 2016, les citoyens perdraient pour toujours leur liberté personnelle de décider comment payer ou autrement dit leur vie privée en termes d’argent. Si je veux acheter une voiture et payer avec de l’argent liquide pour éviter les frais des intérêts bancaires, je ne peux pas. Ma banque limitera le montant d’argent numérique que je peux retirer un jour donné. Si je veux rester dans un bel hôtel pour célébrer une journée spéciale et payer avec de l’argent liquide pour des raisons de confidentialité, ce n’est pas possible. Mais ce n’est que la surface des choses.

    RépondreSupprimer
  45. Visa se joint à la guerre

    En juillet, Visa International a lancé ce qu’il appelle « Le défi Visa du sans cash ». Avec des mots-clés soigneusement calibrés pour montrer la façon dont la technologie a transformé le commerce mondial, Visa a annoncé un programme pour payer certains petits propriétaires de restaurants aux États-Unis s’ils acceptent de refuser d’accepter l’argent liquide de leurs clients en ne prenant que les cartes de crédit. Le site officiel de Visa annonce : « Jusqu’à 500 000 $ de prix. 50 propriétaires de services alimentaires admissibles. La quête du 100% sans cash. » Maintenant, pour une société gigantesque comme Visa avec des revenus annuels dans une fourchette de 15 milliards de dollars, un montant de 500 000 $ est une broutille. De toute évidence, ils croient que cela va faire progresser l’utilisation des cartes Visa dans un marché qui préfère jusqu’à présent l’argent liquide, celui du petit restaurant familial.

    Le « défi » de Visa pour atteindre ce qu’il appelle la « quête du 100% sans cash »n’est pas un jeu en toute décontraction. Cela fait partie d’une stratégie très réfléchie non seulement de Visa, mais aussi de la Banque centrale européenne, de la Banque d’Angleterre, du Fonds monétaire international et de la Banque de Réserve de l’Inde pour n’en citer que quelques-uns.

    FMI fait bouillir les grenouilles

    En mars de cette année, le Fonds monétaire international à Washington a publié un document de travail sur ce qu’ils appellent « la réduction du cash ». Le document recommande que la « suppression complète du cash devra être progressivement échelonnée ». Il constate qu’il existe déjà « des étapes initiales et des mesures largement non contestées, telles que l’élimination progressive des coupures de gros montants, le placement de plafonds sur les opérations de trésorerie et la déclaration des mouvements de trésorerie à travers les frontières. D’autres mesures pourraient inclure la création d’incitations économiques pour réduire l’utilisation du cash dans les transactions, en simplifiant l’ouverture et l’utilisation de dépôts transférables et en informatisant davantage le système financier ».

    En France, depuis 2015, la limite pour une personne voulant payer une entreprise en espèces est de seulement 1000€, «… pour lutter contre le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale ». En outre, tout dépôt ou retrait de cash d’un compte bancaire excédant 10 000 € par mois sera automatiquement signalé à Tracfin, une unité du gouvernement français chargée de lutter contre le blanchiment d’argent, des « étapes largement non contestées » et qui n’augurent rien de bon.

    Le document du FMI ajoute encore comme argument pour éliminer l’argent liquide que la « suppression du cash devrait améliorer la collecte des impôts en réduisant l’évasion fiscale ». Dit autrement, vous allez être obligé d’utiliser uniquement des transferts d’argent numériques depuis une banque. Les gouvernements de presque tous les pays de l’OCDE ont aujourd’hui un accès juridique aux données bancaires de leurs citoyens.

    En avril, un mois après le document du FMI sur la fin du cash, la Commission européenne de Bruxelles a publié une annonce qui déclare :

    RépondreSupprimer
  46. « Les paiements en espèces sont largement utilisés dans le financement d’activités terroristes. Dans ce contexte, la pertinence des limites supérieures potentielles de paiements en espèces pourrait également être explorée. Plusieurs États membres ont mis en place des interdictions pour des paiements en espèces supérieurs à un seuil spécifique. »

    Même en Suisse, à la suite de campagnes implacables de Washington, leur secret bancaire légendaire a été gravement compromis dans le cadre d’un argument fallacieux d’entrave au financement d’organisations terroristes. Un coup d’œil sur les récents titres de presse européens sur les attaques de Barcelone, à Munich, à Londres, à Charlottesville expose cet argument comme un simulacre.

    Aujourd’hui, dans l’UE, suite à la pression de Washington, en vertu de la Loi sur la conformité à la taxe sur les comptes étrangers (FATCA), les banques extérieures aux États-Unis où les citoyens américains détiennent un dépôt, sont obligées de déposer des rapports annuels sur les actifs de ces comptes au Financial Crimes Enforcement Network du Trésor des États-Unis. De manière opportune, les États-Unis en tant que principal paradis fiscal émergent, ont refusé pour eux-mêmes, bien que ce soit spécifié dans la loi, de se joindre à la loi FACTA.

    En 2016, la Banque centrale européenne a cessé d’émettre des billets de 500€ en arguant que cela entraverait le crime organisé et le terrorisme, une mauvaise blague, comme si les réseaux sophistiqués de criminalité organisée dépendaient encore des devises papier. Aux États-Unis, les principaux économistes comme l’ancien président de Harvard, Larry Summers, défendent l’élimination des billets de 100 dollars pour la même raison.

    Limite de 10 dollars ?

    Le but réel de la guerre contre le cash a cependant été souligné dans un journal de Wall Street, OpEd, par l’économiste de Harvard et ancien économiste en chef au FMI, Kenneth Rogoff. Celui-ci fait valoir qu’il devrait y avoir une réduction drastique de l’émission de cash par la Réserve fédérale. Il demande que tous les billets au-delà de 10 $ soient retirés de la circulation, ce qui obligera les gens et les entreprises à dépendre uniquement des paiements numériques ou électroniques. Il répète le faux mantra que son plan réduira le blanchiment d’argent, réduira ainsi le crime tout en exposant les tricheurs qui échappent à l’impôt.

    Cependant, l’agenda caché de cette guerre contre le cash, c’est la confiscation de notre argent lors de la prochaine crise financière inévitable, que ce soit dans les pays membres de l’UE, les États-Unis ou des pays en développement comme l’Inde.

    Déjà, plusieurs banques centrales ont utilisé une politique de taux d’intérêt négatifs alléguant, faussement, que c’était nécessaire pour stimuler la croissance suite à la crise financière et bancaire de 2008. En plus de la Banque centrale européenne, la Banque du Japon, la Banque nationale danoise adhère à cette politique étrange. Toutefois, leur capacité à baisser encore plus les taux d’intérêt des banques membres est limitée tant que les liquidités sont abondantes.

    RépondreSupprimer
  47. Ici, le document du FMI ci-dessus permet de dévoiler le pot aux rose. Il y est dit :

    « En particulier, la politique de taux d’intérêt négatif devient une option disponible pour la politique monétaire si les économies en devises physiques sont découragées et considérablement réduites. Avec la fin du cash, la plupart des fonds seraient stockés dans le système bancaire et, par conséquent, seraient facilement affectés par des taux négatifs, ce qui pourrait encourager les dépenses de consommation… »

    C’est parce que votre banque commencera à vous facturer le « service » consistant à vous permettre de déposer votre argent chez eux, d’où il peuvent l’utiliser [comme collatéral, NdT] pour gagner plus d’argent. Pour éviter cela, on nous dit que nous devrions dépenser comme s’il n’y avait pas de lendemain. De toute évidence, cet argument est faux.

    Comme le souligne l’économiste allemand Richard Werner, les taux négatifs augmentent les coûts de fonctionnement des banques.

    « Les banques répondent en transmettant ce coût à leurs clients. En raison des taux de dépôt déjà nuls, cela signifie que les banques augmenteront leurs taux d’intérêts pour les crédits. »

    Comme le note Werner,

    « Dans les pays où une politique de taux d’intérêt négatif a été introduite, comme le Danemark ou la Suisse, la découverte empirique est que ce n’est pas efficace pour stimuler l’économie. C’est plutôt l’inverse. Et cela parce que les taux négatifs sont imposés par la banque centrale sur les banques – pas sur le public emprunteur. »

    Il souligne que la politique de taux d’intérêt négatif de la BCE vise à détruire le fonctionnement, traditionnellement conservateur des caisses d’épargne de l’UE telles que l’allemand Sparkassen et Volksbanken en faveur du sauvetage en douce des méga-banques géantes et financièrement corrompues telles que Deutsche Bank, HSBC, la française Société Générale, Banque Royale of Scotland, Alpha Bank of Greece, ou Banca Monte dei Paschi di Siena en Italie et beaucoup d’autres. Le président de la BCE, Mario Draghi, est un ancien partenaire de la méga banque, Goldman Sachs.

    Pourquoi maintenant ?

    La question est pertinente de savoir pourquoi maintenant, soudainement, y-a-t-il urgence à pousser à l’élimination du cash par les banques centrales et des institutions telles que le FMI ? Les roulements de tambour pour l’abolition du cash ont commencé nettement après le forum mondial de l’économie de Davos, en janvier 2016, où les principales personnalités des gouvernements occidentaux, les banquiers centraux et les sociétés multinationales ont été rassemblés. L’offensive de propagande préparant l’offensive actuelle de la Guerre contre le Cash a commencé immédiatement après les discussions de Davos.

    Plusieurs mois plus tard, en novembre 2016, guidés par des experts de l’USAID et, et oui, Visa, le gouvernement indien de Narenda Modi a annoncé la démonétisation immédiate ou le retrait forcé de tous les billets de 500 roupies (8 US $) et de 1000 roupies (16 US $) sur la recommandation de la Reserve Bank of India. Le gouvernement Modi a affirmé que cela réduirait l’économie de l’ombre et restreindrait l’utilisation de l’argent illicite et contrefait pour financer les activités illégales et le terrorisme.

    RépondreSupprimer
  48. F. William Engdahl est conseiller et conférencier en risques stratégiques, il est titulaire d’un diplôme en politique de l’Université de Princeton et est l’auteur le plus vendu du pétrole et de la géopolitique, exclusivement pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.

    https://journal-neo.org/2017/08/21/a-sinister-war-on-our-right-to-hold-cash/

    RépondreSupprimer