- ENTREE de SECOURS -



samedi 16 juin 2018

FRANCE - LA CHANTEUSE JOAN BAEZ REFOULÉE À L'ENTRÉE DU CLUB


L'icône du folk s'est vu refuser l'entrée d'une boîte de nuit parisienne par le videur en raison de ses chaussures, jugées «trop légères».

On a beau être une icône du folk, on peut avoir du mal à entrer en boîte, comme n'importe quel quidam: c'est la mésaventure survenue jeudi soir à la chanteuse américaine Joan Baez, refoulée d'un club parisien, qui s'est ensuite excusé.

Chaussures en cause

«Devinez quoi ? J'étais avec un ami après mon 8e Olympia. On voulait aller danser au très chic Pachamama à Bastille, mais on nous a refusé l'entrée à cause de mes chaussures», a affirmé sur son compte Twitter la chanteuse de folk, photo des chaussures à l'appui. «Pour une fois que je portais des chaussures», a ajouté la chanteuse très «peace and love», qui effectue actuellement sa tournée d'adieux à la scène baptisée «Fare thee well». Elle sera encore sur la scène de l'Olympia samedi et dimanche.

 Devinez quoi ? J"étais seul avec #JoanBaez qui voulait aller danser ce soir après son 8ème Olympia. Nous étions devant le #Pachamama à Bastille qui nous a refusé l'entrée à cause des chaussures de Joan jugées trop légères d'après les 2 physionomistes : incroyable mais vrai !!!
12:55 AM - Jun 15, 2018 · Paris, France

«Nous sommes sincèrement désolés et tenons à présenter toutes nos excuses à madame Joan Baez suite au désagrément qu'elle a rencontré hier soir, avec le portier qui lui a refusé l'accès de l'établissement», a répondu le club parisien. Celui-ci a ajouté que «le portier ne s'attendait pas à voir arriver cette immense artiste aux alentours, sa venue n'ayant pas été annoncée au préalable».

«Il n'a pas reconnu Madame Joan Baez», a insisté vendredi la direction du Pachamama dans un communiqué, avant de réinviter la chanteuse «lors d'un prochain passage à Paris». «Nous partageons les valeurs de paix et d'amour que véhicule cette icône de la musique mais de la même manière, nous ne sommes que des humains, avec le pourcentage d'erreur parfois qui les caractérise», ajoute-t-il. Un communiqué qui se termine par le slogan : «Peace & Love».

La chanteuse a ensuite répondu au club. Assurant «ne pas être en colère», elle a néanmoins ajouté que ce ne serait «pas juste» de venir danser au Pachamama par rapport à quelqu'un qui aurait été «dans ses chaussures» sans être connu.

Le célèbre tube «Here's to you, Nicola and Bart»

47 commentaires:

  1. MALADIE X ': Une nouvelle souche de la grippe aviaire tue 40% de ceux qui contractent, 100 morts en Chine

    par Tyler Durden
    Ve, 15/06/2018 - 20:25


    Une "nouvelle" souche de la grippe aviaire baptisée "Maladie X" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a tué des centaines de personnes en Chine, et est à seulement trois mutations de devenir transmissible entre les humains, selon les experts.

    La souche H7N9 circule dans la volaille et a tué 623 personnes sur 1 625 infectées en Chine, soit un taux de mortalité de 38,3%. Bien qu'il ait été identifié pour la première fois en Chine en 2013, le virus H7N9 est apparu récemment comme une menace sérieuse, apparemment du jour au lendemain.

    Le professeur Jonathan Van-Tam, médecin en chef adjoint pour le Royaume-Uni, a déclaré à The Telegraph que le H7N9 pourrait provoquer une épidémie mondiale.

    "[H7N9] est un exemple d'un autre virus qui a prouvé sa capacité à transmettre des oiseaux aux humains", a déclaré Van-Tam, qui a ajouté "Il est possible que cela puisse être la cause de la prochaine pandémie".

    L'OMS dit que N7N9 est "un virus inhabituellement dangereux pour les humains" et "l'un des virus de la grippe les plus mortels que nous ayons vus jusqu'à présent"

    "Les virus H7N9 ont plusieurs caractéristiques généralement associées aux virus grippaux humains et ont donc un potentiel pandémique et doivent être surveillés de près", a déclaré le Dr Yoshihiro Kawaoka de l'Université du Wisconsin-Madison.

    Les chercheurs dirigés par James Paulson du Scripps Research Institute en Californie ont étudié les mutations qui pourraient potentiellement se produire dans le génome de H7N9 pour permettre une infection interhumaine.

    Les résultats de l'équipe, publiés jeudi dans la revue PLoS Pathogens, ont montré que des mutations dans trois acides aminés rendaient le virus plus capable de se lier aux cellules humaines, suggérant que ces changements sont essentiels pour rendre le virus plus dangereux pour les humains. -Japan Times

    Cela dit, les mutations devraient se produire relativement proches les unes des autres pour devenir plus virulentes, ce qui a une faible probabilité de se produire selon Fiona Culley, un expert en immunologie respiratoire à l'Imperial College de Londres.

    "Certaines des mutations individuelles ont été vues naturellement ... ces combinaisons de mutations ne l'ont pas été", et ont ajouté: "Les chances que ces trois phénomènes se produisent ensemble sont relativement faibles."

    Wenday Barclay, virologue et spécialiste de la grippe à l'Imperial College, affirme que les résultats de l'étude renforcent la nécessité de surveiller étroitement la grippe aviaire H7N9.

    "Ces études maintiennent le virus H7N9 en tête de la liste des virus qui devraient nous préoccuper", a-t-elle déclaré. "Plus il y a de personnes infectées, plus il y a de chance que la combinaison létale de mutations puisse se produire."

    RépondreSupprimer
  2. Selon le CDC, les infections humaines avec les virus de la grippe aviaire peuvent se produire quand suffisamment de virus pénètre dans les yeux, le nez ou la bouche, ou est inhalé. Cela peut se produire lorsque le virus est dans l'air (en gouttelettes ou peut-être de la poussière) et qu'une personne le respire, ou lorsqu'une personne touche un objet infecté, puis touche sa bouche, ses yeux ou son nez.

    Les signes et les symptômes d'infection par le virus de l'influenza aviaire A chez les humains variaient de légers à graves et comprenaient des conjonctivites, des syndromes grippaux (fièvre, toux, maux de gorge, douleurs musculaires) parfois accompagnés de nausées, de douleurs abdominales, de diarrhée, vomissements, maladie respiratoire sévère (p. ex. essoufflement, difficulté à respirer, pneumonie, détresse respiratoire aiguë, pneumonie virale, insuffisance respiratoire), changements neurologiques (altération de l'état mental, convulsions) et participation d'autres organes - CDC

    Des infections humaines rares avec certains virus aviaires se sont produites le plus souvent après un contact non protégé avec des oiseaux infectés ou des surfaces contaminées par des virus de l'influenza aviaire. Cependant, certaines infections ont été identifiées là où le contact direct n'était pas connu. La maladie chez les gens a varié de légère à sévère.

    Ne laissez pas cela vous arriver:

    - voir tableau de recommandations sur site:

    https://www.zerohedge.com/news/2018-06-15/disease-x-new-strain-bird-flu-kills-40-those-who-contract-100s-dead-china

    RépondreSupprimer
  3. Le Hitler d'Afrique du Sud raconte des Blancs, il ne les tue pas ... Pourtant !


    par Tyler Durden
    Ven, 15/06/2018 - 19:25
    Auteur de Simon Black via SovereignMan.com,


    Plus tôt cette semaine alors que la plupart du monde était fasciné par la Coupe du Monde, la poignée de main de Trump / Kim, ou une multitude d'autres événements, Julius Malema, alias Hitler d'Afrique du Sud, était occupé à dire aux Blancs qu'il n'était pas aller génocide de salaire contre eux. Encore.

    Dans une interview avec TRT World News publiée cette semaine, Malema a déclaré: "Nous n'avons pas appelé à tuer les Blancs. Au moins pour l'instant. Je ne peux pas garantir le futur. "

    Lorsque le journaliste a mentionné que certaines personnes pourraient considérer ces remarques comme un appel au génocide, Malema a répondu: «Crybabies. Crybabies ", mais plus tard a averti les Sud-Africains blancs que" les masses sont à bord "pour" une révolution non-dirigée et l'anarchie ".

    Malema est un homme politique éminent en Afrique du Sud et à l'avant-garde du mouvement de son pays pour confisquer la terre des propriétaires blancs et la redistribuer à la population noire du pays.

    Bien sûr, aucun détail précis sur le plan n'a été révélé.

    Donc, même si quelqu'un pense que cet accaparement des terres est une justice sociale, il est au moins raisonnable de reconnaître la corruption massive qui sévit dans le gouvernement sud-africain.

    Et supposer qu'une expropriation de plusieurs milliards de dollars ne serait pas entachée de corruption est tout simplement naïf.

    Il n'y a eu aucune reconnaissance que l'expropriation forcée de la propriété privée provoquerait une vague de défauts sur les hypothèques immobilières, déclenchant une crise bancaire massive et une récession impitoyable.

    L'Afrique du Sud a déjà un bel exemple des conséquences économiques: l'expropriation foncière du Zimbabwe a plongé ce pays dans un cataclysme économique s'étendant sur deux décennies.

    Pourtant, tout cela semble être des détails non pertinents.

    Malema est même allé jusqu'à minimiser la catastrophe économique du Zimbabwe, en disant: "Vous ne pouvez pas [mesurer] la révolution de Zimbawean basée sur la définition capitaliste."

    Je ne suis pas sûr de la définition marxiste qu'il utilise pour mesurer le succès.

    Mais nous savons que deux décennies après la redistribution des terres au Zimbabwe (qui était considérée comme le grenier de l'Afrique australe), plus d'un quart de la population risque de mourir de faim.

    Donc, même par les mesures les plus élémentaires, les politiques du Zimbabwe ont été un échec total. Les copier équivaut à un suicide.

    RépondreSupprimer
  4. Il est vraiment étonnant qu'une personne aussi dangereuse et déconnectée ait pu prendre le pouvoir. Et encore plus étonnant à quel point c'est arrivé rapidement.

    Il y a une dizaine d'années, peu de gens avaient entendu parler de Malema. Maintenant, il commande des millions et devient plus puissant chaque jour.

    Des changements rapides et radicaux comme celui-ci sont courants partout dans le monde et à travers l'histoire.

    En 1913, quelques années avant la révolution russe, les bolcheviks étaient un minuscule groupe de radicaux. Quatre ans plus tard, ils avaient pris le contrôle de tout le pays.

    En 1928, le parti nazi était une blague obscure, remportant seulement 2,6 % des voix aux élections nationales cette année-là.

    Même cinq ans plus tard, Adolf Hitler était chancelier allemand et avait reçu le pouvoir suprême par la loi d'habilitation de 1933.

    Point est, le monde peut changer très rapidement.

    C'est pourquoi je suis depuis longtemps un ardent défenseur d'un plan B.

    C'est génial de garder une attitude positive et de rester optimiste pour l'avenir. Je fais certainement. Mais parfois les circonstances ne se réalisent pas comme nous l'espérons.

    Parfois, un tyran s'élève au pouvoir. Parfois les marchés financiers s'écrasent du jour au lendemain. Parfois, les résultats les plus inattendus deviennent réalité.

    Reconnaître ces possibilités ne fait pas de vous un pessimiste ou un alarmiste.

    Au contraire, il est rationnel et prudent de prendre des mesures élémentaires et raisonnables pour protéger ce qui vous tient le plus à cœur et ce que vous avez travaillé si dur à réaliser.

    Par exemple, si vous gardez 100% de votre patrimoine et de vos investissements domiciliés dans le même pays que celui où vous vivez, vous prenez des risques inutiles ... surtout si votre pays est lourdement endetté et légendaire pour la confiscation de biens civils et les poursuites frivoles.

    Une tactique raisonnable serait d'envisager de transférer au moins une petite partie de votre patrimoine à une autre juridiction connue pour les lois fortes de protection des actifs.

    Une autre idée - certaines personnes peuvent être surprises de découvrir qu'elles sont éligibles à la citoyenneté dans un autre pays en raison d'un ancêtre perdu depuis longtemps.

    L'Irlande, la Pologne, l'Italie, l'Espagne et un certain nombre d'autres pays ont tous adopté des lois permettant aux descendants de leurs ressortissants de devenir citoyens.

    Et un deuxième passeport est un grand atout. Cela garantit que, quoi qu'il arrive, vous aurez toujours une autre option ... voyager, vivre, travailler, investir, faire des affaires et amener votre famille.

    C'est tout l'intérêt d'un plan B. Vous n'en aurez peut-être jamais besoin. Mais si vous pouvez prudemment réduire votre risque à un coût minime, il n'y a absolument aucun inconvénient à en avoir un. Cela a juste du sens.

    Et pour continuer à apprendre à vous épanouir peu importe ce qui se passe dans le monde, je vous encourage à télécharger gratuitement notre Guide Perfect Plan B gratuit.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-06-15/hitler-south-africa-tells-white-people-he-wont-kill-themyet

    RépondreSupprimer
  5. Nouvelle normale ? Paris met des murs pare-balles massives autour de la tour Eiffel pour lutter contre les attaques terroristes potentiels


    par Tyler Durden
    Ven, 15/06/2018 - 15:48
    Rédigé par Gabrielle Okun via The Daily Caller,


    Paris met des murs pare-balles autour de la Tour Eiffel pour lutter contre les attaques terroristes potentielles dans le cadre d'un projet dévoilé jeudi par les autorités municipales.

    Une barrière sera placée autour de la célèbre attraction parisienne afin de la protéger contre d'éventuelles menaces terroristes, selon le New York Post. Les panneaux de 10 pieds ont une épaisseur de 2,36 pouces et il y en aura 450 au total sur les parties nord et sud de la Tour Eiffel.

    Les panneaux remplaceront les barrières en métal pour que les touristes puissent avoir une meilleure vue de la célèbre attraction. Le projet devrait être terminé en juillet et complètement terminé en septembre.

    "Le travail n'a pas diminué le nombre de visiteurs", a déclaré Bernard Gaudillère, le président de la Compagnie d'Exploitation de la Tour Eiffel, selon le Huffington Post.

    Gaudillère a dit espérer que l'attraction recevra entre 6 et 7 millions de touristes en 2018.

    Paris a d'abord approuvé le projet de 36 millions de dollars en février 2017.

    La Daily Caller News Foundation a contacté la Compagnie d'Exploitation Tour Eiffel et Gaudillère pour commentaires, mais aucune n'a été reçue au moment de la publication.

    * * *
    ZH: Les questions que nous avons sont - est-ce raciste ? Ne devrions-nous pas accueillir toute la nation et tous les peuples - terroristes ou non - pour voir les plus grands exploits techniques du monde ? Et qui devrait payer pour ce mur ?

    https://www.zerohedge.com/news/2018-06-15/new-normal-paris-puts-massive-bulletproof-walls-around-eiffel-tower-combat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La France (comme l''Europe') n'a pas de frontière, donc, tous les terroristes du monde entier y sont protégés par des allocations de millionnaires.

      Supprimer
  6. Armata«Nous devons nous inquiéter»: un média allemand dévoile des atouts de l’Armata


    22:35 15.06.2018


    L’Otan doit nourrir des inquiétudes au sujet du char russe T-14 Armata, surtout dans le cas d’une production de masse, a annoncé l’expert britannique Nicolas Drummond, qui a reconnu que ce véhicule surpassait tous les chars de même catégorie présents dans les forces de l’Alliance atlantique.

    Le char russe T-14 Armata surpasse tous les véhicules de l'Otan correspondant au même type d'armement, a indiqué l'expert militaire britannique Nicolas Drummond dans une interview accordée au magazine allemand Stern.
    Selon M.Drummond, la Russie a une longue histoire de production «d'excellents chars».

    «Aujourd'hui, le T-14 Armata est un nouveau projet innovant», a souligné l'expert.

    Il a ajouté qu'en Occident, le T-14 est considéré comme étant à un stade avancé.

    «Nous devons nous inquiéter, surtout si ces chars sont fabriqués en grand nombre», a déclaré l'interlocuteur de Stern.

    M.Drummond a également souligné certains atouts techniques de l'Armata, tels que la capsule blindée pour l'équipage et la tourelle, où les munitions sont stockées. Grâce à cette conception, le poids du cher est réduit alors, que sa mobilité et les chances de survie de l'équipage sont augmentées.
    L'expert a également prêté attention à l'armement de l'Armata.

    «Le nouveau canon de 152mm remplacera l'actuel canon de 125mm. Quand ce sera le cas, le T-14 pourra vaincre tous les chars de l'Otan, y compris le Leopard 2 allemand, étant hors de portée. Alors, nos chars seront désespérément inférieurs aux véhicules russes», a constaté M.Drummond.

    Il suppose que pour surpasser l'Armata, l'Allemagne devra créer une réelle modification au Leopard, en tenant compte de toutes les exigences des technologies modernes.

    https://fr.sputniknews.com/international/201806151036821174-media-allemand-atouts-armata/

    RépondreSupprimer
  7. LA RECHERCHE À VENIR BAISERA LE «CONSENSUS» ET MONTRERA QUE L'ANTARCTIQUE A TOUJOURS GAGNÉ DE LA GLACE

    18h15 15/06/2018
    Michael Bastasch


    Est-ce que l'Antarctique fond ou prend de la glace ? Un article récent affirme que la perte nette de glace en Antarctique a considérablement augmenté ces dernières années, mais les recherches à venir remettront en question cette affirmation.

    Jay Zwally, glaciologue de la NASA, a d'abord contesté le «consensus» sur l'Antarctique en 2015 lorsqu'il a publié un article montrant que la croissance de la calotte glaciaire dans l'est de l'Antarctique l'emportait sur les pertes dans la calotte glaciaire.

    Zwally remettra à nouveau en question le récit qui prévaut sur la manière dont le réchauffement climatique affecte le pôle Sud. M. Zwally a indiqué que sa nouvelle étude montrerait, une fois de plus, que la calotte glaciaire de l'est de l'Antarctique gagne suffisamment de glace pour compenser les pertes dans l'ouest.

    Tout comme en 2015, la prochaine étude de Zwally se heurtera au soi-disant «consensus», y compris un article publié par une équipe de 80 scientifiques dans la revue Nature mercredi. L'étude estime que l'Antarctique perd, au total, plus de 200 gigatonnes de glace par an, ajoutant 0,02 pouce à l'élévation annuelle du niveau de la mer.

    "Fondamentalement, nous sommes d'accord sur l'ouest de l'Antarctique", a déclaré Zwally au Daily Caller News Foundation. "L'Antarctique de l'Est continue de gagner en masse. C'est là que nous sommes en désaccord. "

    La fonte des glaces a été signalée principalement par l'instabilité de la calotte glaciaire de l'ouest de l'Antarctique, qui est emportée par les eaux chaudes de l'océan. Les scientifiques ont tendance à penser que la perte de glace a augmenté dans l'ouest de l'Antarctique et que la péninsule antarctique a augmenté.

    Cependant, les mesures de la calotte glaciaire de l'Est sont sujettes à de hauts niveaux d'incertitude. C'est là que les désaccords sont. (CONNEXES: La plus grande couche de glace de la Terre était stable pendant des millions d'années au cours d'une période chaude passée)

    "Dans notre étude, l'Antarctique de l'Est reste certainement la partie la moins certaine de l'Antarctique", a déclaré Andrew Shepherd, auteur principal de l'étude et professeur à l'Université de Leeds, au TheDCNF.

    "Bien qu'il y ait une variabilité relativement grande sur des périodes plus courtes, nous ne détectons aucune tendance à long terme significative sur 25 ans", a déclaré Shepherd.

    Cependant, Zwally travaille sur un papier qui montrera la calotte glaciaire de l'Est et qui augmente à un rythme suffisant pour au moins compenser les pertes accrues dans l'Ouest.

    RépondreSupprimer
  8. Les calottes glaciaires sont "très proches de l'équilibre en ce moment", a déclaré Zwally. Il a ajouté que l'équilibre pourrait changer à la fusion nette dans le futur avec plus de réchauffement.

    Alors, pourquoi y a-t-il une si grande différence entre la recherche de Zwally et ce que 80 scientifiques ont récemment publié dans la revue Nature ?

    Il y a plusieurs raisons au désaccord, mais la plus grande est la façon dont les chercheurs font ce qu'on appelle un ajustement isostatique glaciaire (AIA), qui prend en compte le mouvement de la Terre sous les calottes glaciaires.

    Les scientifiques utilisent des modèles pour mesurer le mouvement de la masse terrestre en réponse aux changements de la couche de glace qui se trouve au sommet. Par exemple, Zwally a déclaré que la masse terrestre de l'Antarctique de l'Est a diminué en réponse aux gains de masse de la calotte glaciaire.

    Ce mouvement des terres affecte les données des calottes glaciaires, en particulier dans l'Antarctique où de petites erreurs dans le GIA peuvent produire de grands changements dans l'équilibre de la masse de la calotte glaciaire - que la glace croisse ou rétrécisse. Il existe également des différences dans la façon dont les chercheurs modélisent le tassement du gazon et l'accumulation de neige.

    "Il doit être connu avec précision", a déclaré Zwally. "C'est une erreur de pouvoir modéliser. Ce sont des modèles qui estiment les mouvements de la Terre sous la glace. "

    L'étude 2015 de Zwally a indiqué qu'un ajustement isostatique de 1,6 millimètres était nécessaire pour harmoniser les mesures «gravimétrie et altimétrie» des satellites.

    L'article de Shepherd cite à plusieurs reprises l'étude de Zwally en 2015, mais estime seulement que les gains de masse de l'Antarctique de l'Est seraient de 5 gigatonnes par an - pourtant cette estimation s'accompagne d'une marge d'erreur de 46 gigatonnes.

    D'un autre côté, Zwally prétend que la croissance de la calotte glaciaire se situe entre 50 gigatonnes et 200 gigatonnes par an.

    Le document récemment publié par Shepherd a révélé que l'Antarctique avait perdu 219 milliards de tonnes de glace entre 2012 et 2017, soit environ le triple de la perte annuelle de masse de glace enregistrée au cours de la décennie précédente.

    "Il y a plusieurs raisons possibles au désaccord qui subsiste entre les différentes techniques satellitaires, comme les modèles que nous utilisons pour tenir compte des chutes de neige et de l'ajustement isostatique glaciaire", a déclaré Shepherd à TheDCNF.

    "Mais les pertes de glace que nous détectons dans l'ouest de l'Antarctique sont très précises, et dépassent de loin le signal ou l'incertitude dans l'Antarctique de l'Est", a-t-il dit.

    Zwally a déclaré que les calottes glaciaires réagissent au réchauffement climatique, la question est de savoir quand le recul commencera et jusqu'où ira-t-il.

    http://dailycaller.com/2018/06/15/antarctica-ice-sheets

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://huemaurice5.blogspot.fr/2017/12/est-ce-que-40-000-volcans-sont.html

      https://huemaurice5.blogspot.fr/2015/03/les-volcans-sous-marins-finalement-pris.html

      https://huemaurice5.blogspot.fr/2018/01/la-terre-est-une-planete-froide.html

      https://huemaurice5.blogspot.com/2014/06/surprise-le-volcan-ouest-fait-fondre-la.html

      https://huemaurice5.blogspot.com/2018/06/biodiversite-biosphere-et-biomasse-cest.html

      Supprimer
  9. La terre que le réchauffement climatique oublié


    15 juin 2018
    par David Archibald


    Pour la première fois, un grand parti politique s'est lancé dans une élection avec une plate-forme anti-verte et a gagné beaucoup de temps. Plus précisément, le programme du Parti conservateur pour les élections en Ontario le 7 juin promettait:

    Cela signifie qu'il n'y a pas de taxe sur le carbone ni de système de plafonnement et d'échange.
    Arrêtez les bonnes affaires en supprimant la Loi sur l'énergie verte.
    Les conservateurs ont aussi fait d'autres promesses, mais ce qui était intéressant à propos de la suppression de la taxe sur le carbone, etc., c'est l'absence d'agonie sur la science, la planète, les ours polaires, la Grande Barrière ou quoi que ce soit d'autre. Alors que l'administration Trump a récemment embauché un agonisateur climatique à la tête de la NASA, et que le chef de l'EPA n'a pas réagi aux conclusions sur le gaz carbonique, les électeurs de l'Ontario ont voté pour que le réchauffement climatique ne soit pas un problème. et continuer leur vie.

    Il se peut que l'Ontario ait connu ou non le réchauffement de la planète à la fin du XXe siècle, mais il y a un continent qui l'a raté ensemble. Le graphique suivant montre l'anomalie de température de la troposphère inférieure pour l'Australie depuis que les satellites ont augmenté en 1978. Les données proviennent du groupe du Dr Roy Spencer à l'Université d'Alabama, Hunstville.

    - voir graphique sur site -

    La température atmosphérique de l'Australie a été un modèle de stabilité. Il n'y a pas eu d'augmentation au cours des 40 dernières années. Depuis le réchauffement climatique doit commencer dans l'atmosphère, il n'y a pas eu de réchauffement climatique en Australie. Aucun Australien de moins de 40 ans n'a connu le réchauffement de la planète. Compte tenu de la façon dont le soleil va, ils risquent de manquer complètement.

    S'ils ont raté le réchauffement de la planète, peut-être ont-ils connu une élévation du niveau de la mer? Pas de chance là non plus. L'une des plus longues séries sur le niveau de la mer est celle de Fort Denison, dans le port de Sydney, avec des enregistrements datant de mai 1914. Voici comment se présentent ces données:

    - voir graphique sur site -

    Il semble y avoir une légère augmentation, mais c'est trompeur. Le premier record en mai 1914 était un niveau moyen de 1.111 mètres. Le dernier record, pour février 2018, est de 1,018 mètres - 93 mm plus bas. Il peut y avoir d'autres interprétations de ce que tout cela signifie, mais il n'y a pas d'urgence. Il n'y a même pas de tendance, à moins que le plat ne soit considéré comme une tendance. Et à la fin, les électeurs sont susceptibles de tirer un Ontario et de décider qu'il y a des choses qui sont plus importantes. Les conservateurs de l'Ontario ont promis de dépenser 100 millions de dollars canadiens pour l'autisme.

    https://wattsupwiththat.com/2018/06/15/the-land-that-global-warming-forgot/

    RépondreSupprimer
  10. FRANCE - SUICIDES EN SÉRIE: FRANCE TELECOM DEVANT LES JUGES

    L'entreprise française et son ex-patron sont jugés pour «harcèlement moral», après la vague de suicides de salariés à la fin des années 2000.

    15.06.2018, 22h00


    Les juges d'instruction ont ordonné un procès pour «harcèlement moral» contre France Telecom et son ancien PDG Didier Lombard dans l'affaire de la vague de suicides de salariés au sein de l'entreprise française à la fin des années 2000, a appris l'AFP vendredi de source proche du dossier. Frappée par une épidémie de suicides en 2008 et 2009, France Telecom a été la première entreprise du CAC 40 inculpée pour harcèlement moral.

    «Climat professionnel anxiogène»

    Au côté de l'ex-patron de France Telecom, devenu Orange, six autres dirigeants et cadres sont renvoyés devant le tribunal correctionnel de Paris, dont quatre pour «complicité» de harcèlement moral au travail, selon l'ordonnance des juges datée du 12 juin dont a eu connaissance l'AFP. Il s'agit de la première affaire de harcèlement moral institutionnalisé qu'aura à trancher un tribunal français, neuf ans après les premières plaintes.

    «Incitations répétées au départ», mobilités «forcées», missions «dévalorisantes», «isolement»: dans leur ordonnance de plus de 650 pages, les juges ont retenu une longue liste de pratiques répétées qui constituent selon eux, «une politique d'entreprise visant à déstabiliser les salariés» et «à créer un climat professionnel anxiogène».

    «Par la fenêtre ou par la porte»

    La procédure judiciaire avait retenu le cas de 39 salariés: 19 se sont suicidé, douze ont tenté de le faire, et huit ont subi un épisode de dépression ou un arrêt de travail.

    L'affaire avait éclaté en septembre 2009 avec la première plainte du syndicat Sud-PTT, suivie d'autres.

    A l'époque engagé dans le délicat virage de la privatisation et des nouvelles technologies, le groupe voulait supprimer 22'000 postes entre 2006 et 2008 et procéder à 10'000 changements de métier.

    Des propos de Didier Lombard à l'époque avaient marqué les esprits. «Ce sera un peu plus dirigiste que par le passé (...) En 2007, je ferai les départs d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte», avait-il lâché en octobre 2006 devant l'association des cadres supérieurs et dirigeants de France Telecom (Acsed).

    Dans un communiqué vendredi, le syndicat CFE-CGC, partie civile, «se félicite de cette décision» mais «regrette cependant que le chef d'homicide involontaire n'ait pas été retenu» par les juges. (ats/nxp)

    https://www.lematin.ch/monde/suicides-serie-france-telecom-juges/story/18459073

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suite à l'escroquerie Wanadoo sur les compteurs truqués.

      Supprimer
  11. ENVIRONNEMENT - LA DÉFORESTATION EN HAUSSE EN COLOMBIE

    La Colombie a perdu, sur la seule année de 2017, 2200 km² de forêts. Un chiffre en hausse de 23 % par rapport à 2016.


    16.06.2018, 05h11


    La déforestation en Colombie s'est accrue de 23 % en 2017 par rapport à 2016, selon un rapport publié vendredi par les autorités locales. Le pays a perdu en un an 2200 km² de forêts, soit quasiment la superficie du Luxembourg.

    Le phénomène est surtout marqué dans la partie amazonienne du pays, qui concentre 65 % des coupes, et où la déforestation a doublé en un an, selon l'institut d'hydrologie, de météorologie et d'études environnementales.

    «Si dans d'autres régions (dans le centre et sur la côte Pacifique), nous sommes parvenus à stabiliser voire enrayer la déforestation, en Amazonie nous avons eu une hausse très forte», a déploré devant la presse le ministre de l'environnement, Luis Gilberto Murillo. La Colombie est, après le Brésil, le second pays de la planète en matière de biodiversité. Ses forêts, qui couvrent 52% du territoire national, abritent 10 % des espèces animales connues dans le monde.

    Elevage, mines et bois

    L'élevage intensif, la construction d'infrastructures de transports, l'exploitation du bois, les mines et cultures illégales comptent parmi les causes de la déforestation, selon le rapport de l'institut.

    Pour Rodrigo Botero, directeur de la fondation pour la conservation et le développement durable, la déforestation est imputable à l'augmentation des activités humaines dans des zones auparavant vierges. Ces propos sont corroborés par les chiffres de l'institut, qui relève que les trois quarts des arbres abattus en Amazonie l'ont été près d'une route, et un quart près d'une rivière.

    La présence de groupes armés illégaux, qui se disputent le territoire depuis que l'ancienne guérilla des FARC a conclu la paix avec les autorités en novembre 2016, met également en danger la forêt. A l'inverse, les coupes forestières diminuent là où sont présentes des «communautés indigènes et noires», selon le ministre Murillo. (ats/nxp)

    https://www.lematin.ch/sante/environnement/deforestation-hausse-colombie/story/23063657

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Presque autant qu'en France où les urbanistes chassent les paysans !

      Au contraire de l'Europe, ce sont les paysans colombiens qui gagnent du terrain pour nourrir la planète car... les arbres ne nourrissent personne tandis que les cultures qui remplacent oui !

      Supprimer
  12. La Suisse contre l'électricité d'éoliennes

    JURA - LES DÉFENSEURS DU BARRAGE DE LA DISCORDE NE LÂCHENT RIEN

    La démolition du barrage d’une ancienne usine hydraulique sur le Doubs au profit de la faune est combattue près de Goumois.


    PAR VINCENT DONZÉ
    15.06.2018, 21h08


    «Sauvons le Theusseret», c’est un slogan visant la sauvegarde d’un barrage situé à la hauteur du restaurant «Le Theusseret», qui a fêté ses 120 ans en servant de la tête de veau sauce gribiche, le 2 juin dernier à Goumois (JU).

    Depuis deux ans, une association présidée par Georges Cattin milite pour empêcher la déstructuration du site où le Doubs est franco-suisse. La destruction du barrage est censée assurer la continuité écologique de la rivière et permettre le brassage génétique des espèces piscicoles, mais elle est perçue au restaurant comme «une atteinte paysagère».

    Georges Cattin s’appuie désormais sur un rapport rédigé par un spécialiste d’arasage de barrages: président d’une association proche d’Auxerre (F), Charles-François Champetier étudie des scénarios similaires depuis 2001. Selon lui, le Theusseret figure depuis 1977 dans l’inventaire des paysages et sites naturels d’importance nationale en France. Ce spécialiste n’y a pas trouvé d’apron, ce poisson emblématique qu’il s’agit de sauver.

    L’étude de Charles-François Champetier soutient que le barrage n’entrave pas la présence de poissons (truite, chabot, vandoise, vairon, ombre, loche), mais que «leur quantité varie logiquement au rythme du débit du Doubs qui oscille entre 3m³/seconde et 300m³/seconde». La suppression du barrage entraînerait celle d’une roselière utile pour des oiseaux comme le cincle plongeur. Enfin, un projet de micro-centrale hydroélectrique côté français justifierait le maintien du barrage.

    (Le Matin)

    https://www.lematin.ch/suisse/defenseurs-barrage-discorde-lchent/story/20430174

    RépondreSupprimer
  13. Et maintenant les trains à hydrogène : l’imbécillité humaine n’a vraiment pas de limite …


    le 16 juin 2018


    L’inénarable laryngophoniste qui sert à la France d’énergique ministre et qui donc, par définition, ne peut pas tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler puisque ses mots sortent hors de tout contrôle de son larynx en une bouillie verbale qui ferait saliver un psychiatre a maintenant focalisé ses pulsions sur l’élément chimique le plus abondant sur notre planète Terre, entièrement renouvelable, non polluant et … pas cher ( ? ) l’hydrogène. Lavoisier découvrit l’hydrogène et il finit la tête sous la lame de l’échafaud. Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour couper celle de cet individu malfaisant pour l’ensemble de l’économie française qui ne fait rien d’autre dans ses délires énergétiques que de suivre le catastrophique plan Energiewende allemand.

    Pour preuve l’Allemagne, qui n’en est pas à une erreur près dans ses élucubrations de « transition énergétique » et qui vient de racheter à prix bradé la division ferroviaire d’Alstom a mis un gros coup de pouce pour développer un train de banlieue propulsé par des piles à hydrogène, il fallait y penser. Le seul argument pour soutenir cette filiaire tient au seul fait, comme le démontra magistralement Lavoisier, que le rejet de la combustion de l’hydrogène n’est que de l’eau et cette propreté est tellement convaincante pour le public, totalement aveuglé par la propagande écologiste, que le laryngophoniste a trouvé là le prétexte pour se lancer à fond dans le « tout hydrogène » !

    Inutile de reprendre les arguments imparables de Michel Gay parus sur le site Contrepoints (voir le lien) mais il est opportun de reprendre ici un schéma concocté par un de ces multiples « laboratoires » bidon qui, forts des subventions gouvernementales fédérales américaines, vantent les bienfaits de l’hydrogène, le Florida Solar Energy Center (Université de Floride). Pour cette société c’est clair, la seule technologie qui « tient la route » pour la production massive d’hydrogène à « faible coût » est l’énergie photovoltaïque (voir le lien). Ce qui n’a pas l’air de préoccuper les décideurs et qui n’apparaît nulle part dans les calculs globaux du coût de l’hydrogène et de son utilisation dans un train, par exemple, est le ridicule rendement d’une pile à hydrogène sans oublier également le tout aussi ridicule rendement de la production électrique par un panneau solaire. mais qu’à cela ne tienne puisque l’argent des contribuables est « gratuit » et qu’il serait ridicule de s’en priver !

    Source et illustrations : notalotofpeopleknowthat.wordpress.com

    Lien : http://www.fsec.ucf.edu/en/consumer/hydrogen/basics/production.htm

    Note. L’article de Michel Gay sur le site Contrepoints explique en détail l’imbécilité totale du « plan hydrogène » : https://www.contrepoints.org/2018/06/04/215595-lhydrogene-cet-hallucinogene

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/06/16/et-maintenant-les-trains-a-hydrogene-limbecillite-humaine-na-vraiment-pas-de-limite/#comments

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’hydrogène, cet hallucinogène

      Les faits sont têtus et la physique impitoyable.


      Par Michel Gay.
      4 JUIN 2018


      Depuis plusieurs décennies des études et des articles nous font régulièrement miroiter que l’hydrogène (H2) pourrait être un moyen de stocker l’énergie, notamment, le surplus d’électricité produit par des énergies intermittentes comme les éoliennes et les panneaux photovoltaïques. Il serait alors injecté dans le réseau actuel de gaz naturel ou retransformé en électricité dans une pile à combustible (PAC), par exemple. Il pourrait aussi remplacer l’essence et le diesel dans nos véhicules.

      Certains évoquent même une future « civilisation de l’hydrogène ». Qu’en est-il vraiment ?

      L’hydrogène (H2) est une énergie qui apparaît merveilleuse. Elle est même euphorisante, voire « stupéfiante »…. Avec l’H2, certains voient la vie en rose et auraient tendance à prendre leurs rêves pour des réalités. L’avenir énergétique du monde devient simple, radieux et tout devient possible car cette énergie idyllique et « futuriste » semble avoir tous les atouts pour succéder aux carburants fossiles (pétrole, gaz, charbon).

      En effet, on peut extraire l’H2 de l’eau. Et l’eau ne manque pas dans les océans et les fleuves. Après avoir brûlé l’H2 pour se chauffer, ou pour actionner directement un moteur à combustion, ou encore après l’avoir transformé en électricité dans une pile à combustible (PAC) pour alimenter un moteur électrique, il se recombine avec l’oxygène de l’air pour redonner… de l’eau. Extraordinaire ! Quoi de plus simple, de plus propre et de plus écologique ? Ce serait donc une énergie disponible en quantité inépuisable, renouvelable et quasiment non polluante. Pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt ? Pourquoi n’a-t-elle pas déjà remplacé le pétrole, le gaz naturel et le charbon depuis plus d’un siècle ? En effet, l’H2 a été découvert par Cavendish en 1766 et nommé par Lavoisier en 1783. Le procédé de la pile à combustible (PAC)1 a été découvert en 1838 et la première PAC a été construite en 1841…

      Y aurait t-il un complot mondial anti-hydrogène manigancé par des lobbies sournois pour défendre la suprématie du pétrole, du gaz et du charbon, voire du nucléaire ?
      D’où vient l’hydrogène ?

      Bien que l’hydrogène soit l’élément le plus abondant sur la planète, il n’existe pas de puits ni de source d’H2. Il est combiné à d’autres éléments, notamment à l’oxygène sous forme d’eau (H2O) et au carbone sous forme de méthane (CH4). Ce n’est pas une source d’énergie exploitable qui existe à l’état naturel sur terre2. L’H2, comme l’électricité, doit être produit et permet de transporter de l’énergie d’un endroit à un autre ou de la stocker avant son utilisation. On dit que c’est un vecteur d’énergie.

      La fabrication de l’H2 est coûteuse en énergie. Pour l’obtenir en grande quantité, il faut le séparer d’autres éléments, soit par électrolyse de l’eau (il faut donc produire de grandes quantités d’électricité), soit par des procédés thermiques ou chimiques à l’aide d’une autre énergie source… qui doit être abondante et bon marché. L’énergie nucléaire semble une bonne candidate (la seule ?) lorsqu’on a retiré le pétrole, le gaz et le charbon. Les énergies solaires et éoliennes ne pourront que servir d’appoints marginaux (surplus ponctuels de productions électriques) devant l’énormité des besoins d’un pays ou du monde.

      Supprimer
    2. Pour remplacer, même partiellement, les sept milliards de tonnes équivalent pétrole (7MdTep) de pétrole et de gaz (uniquement) consommées par an dans le monde3 par de l’H2, les seules solutions viables actuellement envisagées sont l’électrolyse et la thermolyse4 de l’eau pour produire les milliards de tonnes d’H2 nécessaires par an.

      Bien entendu, l’H2 n’est une énergie potentiellement formidable que si elle est extraite de l’eau !
      En effet, pour des raisons de coûts, l’H2 est aujourd’hui extrait du pétrole, du gaz et du charbon qu’il est censé remplacer… car c’est plus pratique et moins cher.

      COMMENT UTILISER L’HYDROGÈNE ?

      Les propriétés physiques de l’H2 en font un gaz encombrant.
      À la pression atmosphérique, trois mètres cubes (m3) d’H2 (3000 litres) contiennent l’équivalent en énergie d’un litre d’essence (9 kWh). On comprime donc généralement l’H2 à 200 fois la pression atmosphérique (200 bars5), ou à 700 bars, ou on le liquéfie, ce qui consomme de plus en plus d’énergie à chaque étape.

      Il ne faut alors plus que 7 litres d’H2 à 700 bars ou 4 litres d’H2 liquide (à – 253°C dans un contenant isolant et volumineux) pour disposer de l’équivalent énergétique d’un litre d’essence.

      Dans les véhicules ?

      L’hydrogène liquide est difficile à conserver dans des voitures particulières (fuites). Par rapport à l’essence, pour parcourir 600 km, aujourd’hui le meilleur compromis est le réservoir d’hydrogène sous pression à 700 bars qui est près de dix fois plus gros que le réservoir d’essence (400 litres au lieu de 42 litres) et six fois plus lourd (240 kg au lieu de 40 kg).
      On peut cependant encore l’insérer dans une voiture moyenne, même s’il y a forcément moins de place disponible et de charge utile restante.

      Il en coûterait aujourd’hui au minimum 17 € TTC pour faire 100 km avec de l’H2 issu d’une électrolyse industrielle6, alors que 7 l d’essence à 1,5€ TTC coûtent 10,5€ … et que 7l d’essence à 2€ coûtent 14€.
      Il faudrait atteindre au minimum 2,5 € le litre (7 x 2,5 = 17,5 €) pour commencer à être financièrement concurrentiel, compte tenu des inconvénients (poids, volume, autonomie, recharges,…).

      En stockage d’électricité ?

      À partir de l’électricité initiale, il y a une perte de 50 % d’énergie pour obtenir de l’H2 sous pression à 700 bars et jusqu’à 60% pour obtenir de l’H2 liquide. Puis, au minimum, une nouvelle perte de 50% intervient pour transformer l’H2 en électricité dans une PAC. Le rendement global en y incluant les pertes diverses (transport, stockage,…) est donc de moins de 25% (il y a plus de 75% de pertes).
      Pour 100 kWh d’électricité à stocker, le « système hydrogène » n’en restitue que 25 kWh.
      Le coût de l’électricité « sortante » (celle qui a été stockée sous forme d’H2) est donc au minimum quatre fois plus élevé que le prix de l’électricité « entrante » (qui sert à produire l’H2), sans compter l’amortissement du prix de la PAC et le coût de la main d’œuvre.

      La possibilité d’injecter l’H2 dans le réseau de gaz naturel soulève quelques problèmes techniques :

      par comparaison avec le gaz naturel, l’énergie dépensée pour son transport est trois fois plus importante,
      les fuites (dues à la petite taille de la molécule d’hydrogène) entraînent des pertes importantes dans le réseau. Après quelques centaines de km, que récupère-t-on à l’autre bout du « tuyau » (le gazoduc) ?

      Supprimer
    3. CONCLUSION

      L’usage énergétique de l’H2 est actuellement quasiment inexistant au niveau mondial (1 % pour les fusées) parce qu’il est difficile à manier, conditionner, transporter, stocker… ce qui le rend peu pratique à utiliser et très coûteux à exploiter.

      Dans ces conditions, en dehors d’opérations publicitaires ciblées et de projets expérimentaux (parfois « bidons ») subventionnés par les contribuables, l’H2 ne succédera certainement pas au pétrole ni au gaz naturel (méthane) avant longtemps. Le processus vers une « civilisation de l’hydrogène » ne débutera pas avant au moins 50 ans.

      Il faut surtout retenir que l’économie hydrogène consomme en amont 75 % à 90 % de l’énergie produite par une autre source d’énergie (nucléaire, vent, soleil, biomasse,…) pour n’en livrer que 10 à 25 % à l’utilisateur final à un coût durablement élevé. Il faudra vraiment en avoir besoin pour gaspiller autant d’énergie et donc … d’argent.

      S’engagera-t-on dans cette gabegie énergétique et financière ?

      En tant qu’énergie pouvant répondre aux besoins de l’humanité, l’H2 est une difficile solution d’avenir qui risque malheureusement de le rester longtemps.

      Annexes :

      L’hydrogène, cet hallucinogène – Annexe 1 (PDF)
      L’hydrogène, cet hallucinogène – Annexe 2 (PDF)

      Cet article a été publié une première fois en 2015

      1. http://www.planete-hydrogene.com/fr/lhydrogene/son-histoire-2/sa-decouverte.html ?
      2. Sauf sous forme diffuse découverte récemment et inexploitable. »Le Monde » du 11 avril 2013 http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/04/11/la-decouverte-de-sources-d-hydrogene-ouvre-la-voie-a-une-nouvelle-energie_3158136_3244.html ?
      3. En 2010, consommation monde (IEA 2012) : pétrole = 4,2 MdTep, gaz = 2,7 MdTe ?
      4. On chauffe l’eau entre 900°C et 3000 °C pour « casser » la molécule d’eau (H2O) en hydrogène et en oxygène. ?
      5. Par simplification on assimile un bar (b) = une atmosphère = 1013 millibars. 200 b = 200 fois la pression atmosphérique normale. ?
      6. Voir justifications en annexe 1. ?

      https://www.contrepoints.org/2018/06/04/215595-lhydrogene-cet-hallucinogene

      Supprimer
  14. "Si nous sommes préoccupés par le réchauffement climatique causé par le gaz carbonique, cela ne serait-il pas pire si nous conduisions tous des voitures qui avaient de la vapeur d'eau à l'échappement ?"

    https://wattsupwiththat.com/2017/09/07/the-making-of-a-climate-skeptic-at-university/

    RépondreSupprimer
  15. Trump à Macron: «Tous les terroristes sont à Paris»


    08:19 16.06.2018


    Donald Trump ne s’est pas montré avare en critiques à l’égard de ses partenaires lors du sommet du G7, selon The Wall Street Journal. En discutant de problèmes brûlants, le Président américain s’est permis des déclarations assez offensives.

    Lors du sommet du G7, le Président des États-Unis a lancé plusieurs déclarations acerbes à l'encontre de ses partenaires, écrit le journal The Wall Street Journal qui se réfère à un haut responsable de l'UE.

    Selon le média, ses propos sur les problèmes de l'immigration et du terrorisme ont été fermes.

    «Vous devez le savoir, Emmanuel, puisque tous les terroristes sont à Paris», a-t-il ainsi lancé à son homologue français.

    Trump explique sa décision sur le communiqué final du G7
    En parlant de l'immigration en Europe, Donald Trump s'est adressé au Premier ministre japonais Shinzo Abe.
    «Shinzo, vous n'avez pas ce problème mais je peux vous envoyer 25 millions de Mexicains et vous serez très vite démis de vos fonctions», a-t-il averti.

    Le Président de la Commission européenne Jean-Claude Junker n'a pas échappé à la critique du locataire de la Maison-Blanche qui l'a qualifié de «tueur brutal».

    Bien que les interlocuteurs de M.Trump aient semblé être irrités par ses propos, ils ont tenté de faire bonne figure en restant calmes et pragmatiques, indique The Wall Street Journal.

    Le sommet du G7 qui s'est déroulé les 8 et 9 juin au Québec a été marqué par des tensions entre ses participants. Donald Trump, qui avait quitté le Canada avant la clôture du sommet, a brusquement retiré son soutien au communiqué final malgré le compromis obtenu de haute lutte sur les questions commerciales quelques heures auparavant.

    https://fr.sputniknews.com/international/201806161036822454-trump-macron-terroristes-paris/

    RépondreSupprimer
  16. Quand la «bombe de la dette» américaine explosera-t-elle ?



    11:02 16.06.2018


    La dette est le problème principal de l’économie américaine et elle pourrait même la «tuer», estime un membre du Congrès. Selon lui, les autorités américaines n’ont pas le temps de temporiser sur ce sujet.

    Les États-Unis feront défaut d'ici huit à dix ans si les autorités ne réduisent pas les dépenses publiques de manière significative, a déclaré le congressiste Andy Biggs dans une interview pour Fox News. Selon lui, en 2018 les allocations budgétaires ont été de 1.300 milliards de dollars tandis qu'elles ne devraient pas excéder 700 milliards de dollars.

    «Cela dépend du "sentier". La voie que nous suivons, nous la connaissons, mais en sortir et en prendre une plus optimale est douloureux à courts termes. Ils [les élus, ndlr] estiment que cela se traduira par des pertes politiques. Mais si nous ne le faisons pas, chaque jour de retard nous privera de moyens de résoudre ce problème et de combler les lacunes. Le véritable problème est que nous avons un déficit structurel. Nous dépensons plus que nous ne recevons et nous sommes obligées d'emprunter de l'argent», a-t-il expliqué.

    Selon lui, les fonds destinés au système de l'assurance-santé Medicare seront épuisés vers 2026.
    «Je crois que nous nous rapprochons de l'abîme», a ajouté M.Biggs, interrogé sur la «bombe de la dette» susceptible de détruire l'économie américaine.

    Il a expliqué que d'ici huit à dix ans les États-Unis n'auront d'autres options que de «dévaluer sa devise, constater le défaut et tuer son économie».

    Le Trésor américain estime qu'en 2018 le déficit excèdera les 833 milliards de dollars, ce qui est supérieur d'un quart à l'année précédente.

    D'après le Bureau du budget du Congrès américain, en 2020 le déficit dépassera la barre des mille milliards de dollars.

    https://fr.sputniknews.com/economie/201806161036823371-bombe-dette-americaine/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il y a une bulle qui peut exploser sans faire de bruit c'est bien celle de la 'dette' !! Autant parler des religions et des 'dieux' invisibles que PERSONNE N'A VU NI ENTENDU NI RENCONTRÉ !!! Hahahahahaha !

      Supprimer
    2. - Il faudra 398 879 561 ans pour rembourser la dette du gouvernement américain

      jeudi 23 octobre 2014

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2014/10/il-faudra-398-879-561-ans-pour.html

      Supprimer
  17. La Russie en a-t-elle marre d’être la créancière des USA ?


    12:11 16.06.2018


    La Russie se débarrasse des obligations américaines, constate le Trésor américain. Et ce n’est pas le seul pays qui ne veut plus investir dans la dette américaine.

    La Russie a vendu en avril la moitié de ses obligations du Trésor américain dont le montant s'élèvait à 47,5 milliards de dollars, d'après les données publiées par le département du Trésor des États-Unis.

    Quand la «bombe de la dette» américaine explosera-t-elle ?
    Par conséquent, la Russie est descendue de la 16e à la 22e place parmi les pays détenteurs de la dette américaine. Les leaders sont la Chine et le Japon qui détiennent des obligations pour un montant de 1.180 milliards et 1.030 milliards de dollars respectivement.

    En avril, les médias avaient fait savoir que Pékin avait mis en œuvre sa stratégie de vente d'obligations américaines en réponse à l'adoption par le Président américain Donald Trump de taxes sur les marchandises chinoises. Le 15 juin Donald Trump a annoncé que des droits de 25 % allaient être appliqués sur 50 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine.

    En mars la dette publique américaine a franchi la barre des 21.000 milliards de dollars.

    https://fr.sputniknews.com/economie/201806161036824275-russie-creanciere-usa/

    RépondreSupprimer

  18. Un parasite mangeur de cerveau mortel frappe l'approvisionnement en eau de la Louisiane


    16:26 16.06.2018


    Une amibe mangeuse de cerveau a été détectée dans le système d'approvisionnement en eau de la Louisiane, ce qui constitue le troisième cas où ce micro-organisme potentiellement mortel est détecté dans le même district depuis 2015.

    Naegleria fowleri, un parasite qui provoque un gonflement cérébral mortel et la destruction des tissus avoisinants, a été détecté dans l'eau de la paroisse de Terrebonne. Toutes les sources d'eau douce ont été touchées, y compris l'eau potable, l'eau des bayous et des bassins, et l'eau utilisée pour les douches et les bains.

    Le taux de mortalité pour les personnes infectées par ce parasite est de plus de 97 % selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

    Les responsables des Consolidated Waterworks indiquent toutefois que l'eau est «parfaitement potable», l'infection se développant lorsque l'eau contenant des amibes pénètre dans le corps par le nez et se déplace vers le cerveau où elle détruit les tissus.

    «Normalement, nous rencontrons cette amibe dans l'eau de surface. Quand on se baigne, les amibes pénètrent dans nos sinus et provoquent le développement de l'infection», a expliqué Jimmy Guidry, directeur médical du Département de la Santé de Louisiane. Les symptômes sont alors similaires à ceux de la méningite, a-t-il ajouté.

    Une notification a été toutefois envoyée dimanche aux résidents de la communauté de Pointe-aux-Chênes et un lavage au chlore pur de 60 jours a été appliqué pour tuer les microbes présents dans l'eau.

    C'est la troisième fois en trois ans que l'amibe a été détectée dans la région. En juin dernier, le système d'eau de la paroisse de Terrebonne avait déjà été testé positif pour l'amibe de l'Isle de Jean Charles, où il avait été trouvé trois ans auparavant.

    En 2013, un garçon de Louisiane âgé de cinq ans était devenu le premier à contracter l'amibe mortelle par l'eau du robinet. Le garçon, qui est décédé plus tard, aurait été contaminé au cours de l'utilisation de son trampoline situé dans la cour arrière.

    Un total de 40 cas de maladie ont été signalées aux États-Unis entre 2007 et 2016, selon le CDC.

    https://fr.sputniknews.com/societe/201806161036826534-parasite-cerveau-deces-louisiane/

    RépondreSupprimer
  19. PROTECTION INTELLIGENTE:

    MIGRATION - L'ITALIE INTERDIRA ENCORE L'ACCÈS DE SES PORTS

    Le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini, qui a déjà refusé d'accueillir l'Aquarius, a averti que les organisations non-gouvernementales «devront chercher d'autres ports».

    Matteo Salvini persiste et signe: les ports italiens resteront fermés aux ONG qui transbordent des migrants.


    16.06.2018, 14h09


    Le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini a une nouvelle fois interdit samedi l'accès aux ports italiens à deux navires d'une ONG naviguant au large des côtes libyennes, a-t-il déclaré sur Facebook. L'Italie avait déjà refusé d'accueillir l'Aquarius.

    «Alors que le navire Aquarius navigue vers l'Espagne (arrivée prévue dimanche matin) deux autres navires d'ONG battant pavillon des Pays-Bas (Lifeline et Seefuchs) sont arrivés au large des côtes libyennes, en attente de leur cargaison d'être humains abandonnés par les passeurs», a déclaré M. Salvini qui est aussi vice-premier ministre et chef de file de la Ligue (extrême droite).

    «Que ces messieurs sachent que l'Italie ne veut plus être complice du business de l'immigration clandestine, et il devront donc chercher d'autres ports (non italiens) vers lesquels se diriger. En ministre et en père, je le fais pour le bien de tous», a ajouté M. Salvini.

    Crise politique

    Il refuse l'accès des ports italiens aux ONG car, selon lui, certaines de ces organisations seraient les complices des passeurs. «Que le navire s'appelle Aquarius ou See-Watch 3 ne change pas grand chose, nous voulons mettre fin à ce trafic d'êtres humains et s'il y a d'autres navires, d'autres ONG battant pavillon étranger, nous tiendrons le même raisonnement», a affirmé cette semaine M. Salvini.

    Une déclaration qui laisse la possibilité à d'autres bateaux, dont ceux de la marine italienne ou des gardes-côtes, de rejoindre les côtes italiennes avec des migrants secourus à leur bord. Tel sera le cas du navire de la marine américaine US Trenton, qui fait route vers un port italien non encore défini après avoir secouru en début de semaine une quarantaine de migrants dont l'embarcation avait fait naufrage à une vingtaine de milles des côtes libyennes.

    Le refus de l'Italie, le 10 juin, d'accueillir l'Aquarius, un navire humanitaire avec plus de six cents migrants à son bord a plongé l'Europe dans une nouvelle crise politique sur la question migratoire. Le bateau s'est retrouvé sans destination, avant que l'Espagne ne propose de l'accueillir dans le port de Valence.

    L'Aquarius dans les eaux espagnoles

    Une partie des passagers a été transférée à bord de deux navires italiens. L'Aquarius passait samedi à la mi-journée au large de l'île de Majorque (archipel espagnol des Baléares), selon le site internet Marine Traffic, permettant de suivre en temps réel les mouvements des navires.

    «Ils arriveront vraisemblablement dimanche vers 12h00 heures», a estimé le président de Médecins sans frontières (MSF) Espagne, David Noguera, cité dans le communiqué du gouvernement de la région de Valence. «Un navire militaire espagnol leur a souhaité 'la bienvenue'» dans les eaux espagnoles, selon ce communiqué. (ats/nxp)

    https://www.lematin.ch/monde/italie-interdira-encore-lacces-ports/story/12979880

    RépondreSupprimer
  20. LA CHAUX-DE-FONDS - IL INVENTE LA MACHINE À COLLER SANS COLLE

    Un ingénieur a mis au point un appareil qui permet de lier le verre à d’autres matériaux, mais sans glu. Une révolution dans de nombreux domaines, dont celui de la santé.
    L’ICB (Impulse Current Bonding) lie les matières grâce à des impulsions électromagnétiques.


    ANNE-CHARLOTTE MÜLLER
    16.06.2018


    Il existe des inventions qui, l’air de rien, améliorent considérablement la vie quotidienne. Pas directement, mais par leur utilisation dans de nombreuses applications, permettant ainsi de renforcer la solidité ou la sécurité de nombreux objets.

    C’est le cas de la nouvelle technologie d’assemblage de Sébastien Brun, ingénieur et fondateur de la start-up neuchâteloise SYandSE, qui a reçu il y a quelques mois le Prix BCN Innovation, permettant de lier le verre à des métaux ou à de la céramique, à basse température, sans utiliser une seule goutte de colle.

    À première vue, pas de quoi bouleverser le quotidien, vous me direz. Et pourtant si: rendre les smartphones étanches à l’eau, augmenter la durée de vie des montres, freiner la prolifération des bactéries dans les hôpitaux seraient des innovations rendues possibles grâce à cette nouvelle machine.

    Lien sans corps étranger

    «Actuellement nous avons recours au collage pour lier le verre aux métaux, mais cette méthode fragilise l’assemblage et détériore l’étanchéité des systèmes.» Dans la machine brevetée de Sébastien Brun baptisée l’ICB (Impulse Current Bonding), les matières sont liées grâce à des impulsions électromagnétiques, donc sans ajout de corps étranger. «On évite ainsi les phénomènes de corrosion et on améliore la robustesse de l’assemblage, son étanchéité et sa durabilité», détaille-il.

    Pour développer cette machine, Sébastien Brun et son équipe se sont appuyés sur une technique développée aux États-Unis durant la fin des années 1960, tout en réussissant à descendre la température d’assemblage à moins de 180 °C, afin de préserver l’intégrité des matériaux.

    «Notre objectif maintenant est de descendre la température au plus bas, à la température ambiante. La technologie a deux années seulement, elle a encore tout un potentiel de développement», souligne l’inventeur.

    Cette innovation trouvera des champs d’applications dans de nombreux domaines, puisqu’elle pourra être utilisée partout où l’on assemble verre et métaux ou verre et céramique: le médical et le biomédical, les télécoms, l’optique, l’architecture, l’industrie, le traitement de l’eau, le bâtiment, l’aérospatial pour n’en citer que quelques-uns. Dans le domaine médical, Sébastien Brun prévoit même de faire reculer la prolifération des bactéries dans les hôpitaux. «Beaucoup d’instruments chirurgicaux sont assemblés par collage, comme l’endoscope (ndlr: instrument qui sert à examiner les cavités du corps en les éclairant) par exemple. Ceux-ci se dégradent naturellement avec le temps et dramatiquement sous les cycles de nettoyage, de stérilisation et de désinfection.»

    RépondreSupprimer
  21. Il explique que l’accroissement de la résistance bactérienne implique une exigence accrue dans les domaines de la stérilisation et de la désinfection. Ce qui engendre une détérioration souvent rapide des matériaux et une prolifération de bactéries et autres agents pathogènes. «L’assemblage par notre nouvelle technologie enlève tous risques de développement d’agents infectieux puisqu’elle n’utilise pas de colle», relève-t-il.

    Dans les activités de l’horlogerie, lier des métaux ou des céramiques aux verres, comme le verre au boîtier est une opération courante. L’ICB permettra de produire des assemblages plus résistants et plus étanches. «Les coûts d’assemblages avec l’ICB seront similaires à ceux du collage», confie l’ingénieur. Et pour la suite? La start-up de Sébastien Brun prépare actuellement une levée de fonds pour produire des machines à l’échelle industrielle. (Le Matin)

    https://www.lematin.ch/economie/invente-machine-coller-colle/story/14525320

    RépondreSupprimer
  22. Ce qu'un ingénieur trouve incroyable à propos des allégations de fonte arctique et antarctique


    16 juin 2018
    Ronald D Voisin


    C'est tout simplement incroyable de voir comment, en tant que société, nous pouvons laisser les idées globales de groupe agir de manière fantastique et publique lorsque l'observation scientifique directe réfute totalement la base même des idées. Les scientifiques alarmistes (je pense ici à Mann, Alley, Schmidt, Hansen, etc.) ne peuvent-ils pas être un peu honnêtes sur ce qui se passe réellement ?

    L'élévation du niveau de la mer est largement rapportée chaque jour comme une catastrophe climatique imminente provoquée par l'homme. Des parties du Groenland fondent et des parties de l'Antarctique fondent. sont présentés comme des preuves positives que la combustion humaine des combustibles fossiles provoque un réchauffement excessif de la Terre et donc la cause de ces fonte ... qui conduiront à l'inondation côtière ... et nous devons donc changer nos façons de faire à tout prix.

    Cependant, il se trouve que ces mêmes parties du Groenland et de l'Antarctique fondent maintenant sur des sites géothermiques très actifs ... et que 100% de la masse fondue observée est facilement et facilement attribuable à la libération de chaleur géothermique actuelle.

    - voir cartes sur site -

    91 VOLCANS SOUS-MARINS ANTARCTICA

    Maintenant, exactement pourquoi c'est que la libération de la chaleur géothermique accrue est en train de se produire tout à l'heure, est inconnue. Mais cela n'a certainement rien à voir avec la consommation humaine de combustibles fossiles. Peut-on soutenir que cette fausse représentation de cause à effet est néanmoins dans l'intérêt public?

    Une réponse intellectuellement honnête, potentiellement erronée et irréparable, mais probablement méritoire, sur les raisons pour lesquelles la libération de chaleur géothermique pourrait être actuellement améliorée, peut être trouvée ici:

    https://wattsupwiththat.com/2017/04/09/an-engineers-explanation-of-climate-change

    A propos de l'auteur

    Ronald D Voisin est un ingénieur à la retraite. Il a passé 27 ans dans l'industrie des équipements de lithographie de semi-conducteurs principalement dans la Silicon Valley en Californie. Depuis qu'il a pris sa retraite en 2007, il s'est consacré à l'étude du changement climatique. Ron a reçu un diplôme SEE de l'Univ. du Michigan - Ann Arbor en 1978 et a occupé divers postes de direction à la fois dans les entreprises d'équipement de semi-conducteurs établies et les start-up qu'il a aidé à initier. Ron est l'auteur / co-auteur de 31 demandes de brevet, dont 27 ont été publiées.

    - voir graphique sur site:

    https://wattsupwiththat.com/2018/06/16/what-an-engineer-finds-amazing-about-the-claims-of-arctic-and-antarctic-melting/

    https://huemaurice5.blogspot.fr/2017/12/est-ce-que-40-000-volcans-sont.html

    https://huemaurice5.blogspot.fr/2015/03/les-volcans-sous-marins-finalement-pris.html

    https://huemaurice5.blogspot.fr/2018/01/la-terre-est-une-planete-froide.html

    https://huemaurice5.blogspot.com/2014/06/surprise-le-volcan-ouest-fait-fondre-la.html

    https://huemaurice5.blogspot.com/2018/06/biodiversite-biosphere-et-biomasse-cest.html

    RépondreSupprimer
  23. Neo-fascisme ? Les médias alignés seront dispensés de la loi sur les Fake News


    FranceFrexit
    ven., 15 juin 2018 16:51 UTC


    Fascisme : définition - Attitude autoritaire, arbitraire, violente et dictatoriale imposée par quelqu'un à un groupe quelconque, à son entourage. (Source : Dictionnaire Larousse).

    En indiquant à l'Assemblée que la "presse professionnelle" sera exonérée de la loi "Fake news" le Gouvernement impose une inacceptable inégalité de traitement entre la presse mainstream et les autres sources d'informations

    Merci de RT pour attirer l'attention du @Conseil_constit pic.twitter.com/JvyTpZwrcg

    - Olivier Berruyer (@OBerruyer) June 8, 2018
    « En indiquant à l'Assemblée que la « presse professionnelle » sera exonérée de la loi « Fake news » le Gouvernement impose une inacceptable inégalité de traitement entre la presse mainstream et les autres sources d'informations » (source Olivier Berruyer, lerscrises.fr).

    Cet arbitraire inique visant à terroriser les sites d'informations indépendants en les plaçant sous la loi liberticide et autoritaire des fakes news, tout en protégeant ses petits copains, ne peut-il pas être rapproché de la définition même du fascisme, qui serait alors imposé par un gouvernement à ses administrés ?

    Un néo-fascisme qui serait alors et pour le coup euronationaliste, où le nationalisme ne serait pas à l'échelle d'un pays mais plutôt à l'échelle d'un continent !

    Car cette loi sur les fake news doit également rentrer en action en Allemagne, avec quelques ajustements ici et là, et dans l'ensemble des pays de l'UE !

    Affolant.

    France Frexit combattra le fascisme de manière non violente mais déterminée, comme tous les Résistants à cet ordre euro-atlantiste de plus en plus totalitaire et inique.

    https://fr.sott.net/article/32678-Neo-fascisme-Les-medias-alignes-seront-dispenses-de-la-loi-sur-les-Fake-News

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. De la même façon que dictature ne peut pas être aussi une Démocratie les républiques refusent de marquer le mot 'dictature' aux frontons des édifices. Les merdias prostitués de naissance ne peuvent être poursuivis pour obéissance à leur chef nazi.

      Supprimer
  24. L'Aide publique au développement détournée pour durcir les politiques migratoires


    Jérôme Duval
    Basta !
    mar., 12 juin 2018 20:49 UTC


    L'Aide publique au développement doit en principe financer des projets dans les pays du Sud pour lutter contre la pauvreté et appuyer leur essor économique. De plus en plus, les budgets alloués sont en fait utilisés pour des politiques de contrôle migratoire.

    L'augmentation de façade de cette aide s'explique ainsi en partie par son détournement pour stopper les personnes migrantes aux portes de l'Europe. Un nouvel exemple en est le "Fonds fiduciaire d'urgence" de l'Union européenne. Explications de Jérôme Duval, du Comité pour l'abolition des dettes illégitimes (CADTM)

    L'aide publique au développement (APD) est l'ensemble des dons et prêts accordés par des organismes publics de pays parmi les plus riches de la planète à des pays parmi les plus pauvres [1] Cette aide a atteint 146,6 milliards de dollars en 2017. La France fait partie des cinq premiers pays donateurs (avec les États-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni et le Japon).

    Mais à quoi cette aide est-telle utilisée exactement ? S'agit-il de programmes de lutte contre la pauvreté et d'aide à l'essor économique et social dans les pays les moins développés ?

    De moins en moins. Déjà, sont comptabilisées dans l'Aide au développement certaines dépenses consacrées aux réfugiés pendant la première année qui suit leur arrivée : transferts, centres d'accueil, hébergements d'urgence, services d'accompagnement social, nourriture et formation... Et ce, même si ces personnes sont expulsées au bout du compte.

    Ainsi l'augmentation des coûts de prise en charge des demandeurs d'asile transforme la majorité des contributeurs européens de l'Aide au développement en premiers bénéficiaires de leur propre aide au bout du compte. Ces sommes, dépensées dans les pays donateurs et non dans les pays dit « en voie de développement » ont enregistré une hausse de 27,5 % entre 2015 et 2016 pour atteindre le montant de 15,4 milliards de dollars. Soit plus de 10 % de l'APD totale en 2016, contre 2 % seulement en 2008.

    Ainsi, les mécanismes qui consistent à dévier les fonds de l'APD aux dépens des populations les plus pauvres ne sont pas nouveaux. Mais la politique migratoire de l'Union européenne tend à les renforcer depuis 2015. Elle est de plus en plus détournée pour financer des politique de contrôles des frontières dans les pays d'origine et de transit des migrations. Le Fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique (FFU), créé par l'UE en 2015, permet de détourner l'APD pour inciter les pays destinataires de l'aide à mettre en place des politiques axées sur la gestion des flux migratoires, le renforcement du contrôle des frontières ou le soutien aux retours et aux réadmissions des migrants.

    L'argent du développement utilisé pour réprimer, déporter et freiner l'arrivée de migrants en Europe

    RépondreSupprimer
  25. Un récent rapport de l'ONG Action santé mondiale détaille l'ampleur du phénomène. En mai et juin 2017, l'ONG s'est rendue au Sénégal et au Niger afin d'examiner la mise en œuvre du Fonds fiduciaire pour l'Afrique. Les conclusions de son rapport sont sans équivoque : l'ONG considère que « l'approche du fonds est inefficace d'un point de vue politique et de développement ».

    Le Fonds fiduciaire pour l'Afrique dispose de plus de 3,3 milliards d'euros. Ils est financé à 90 % sur l'Aide publique au développement venue d'Europe, principalement issue du Fonds européen de développement (2,9 milliards) et des États membres (234 millions). Annoncé par le président de la Commission européenne, le Fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique a été lancé à l'occasion du Sommet de La Valette en novembre 2015. Ce sommet visait à externaliser la gestion des flux migratoires aux pays d'Afrique. Le "plan d'action" adopté à La Valette intégrait les questions de migration dans la coopération au développement afin de détourner les fonds de l'aide publique au développement de leur objectif affiché.

    Des projets décidés à Bruxelles sans l'accord des pays concernés

    Bien que le "plan d'action" de La Valette visait à « favoriser la mobilité [légale] des étudiants, des chercheurs et des entrepreneurs entre l'Afrique et l'Europe », les sommes versées via le Fonds pour l'Afrique sont en réalité majoritairement destinées au contrôle des migrations et des frontières. Par quels moyens ? En renforçant la coopération et l'assistance militaires (fourniture d'équipements, partage d'informations et de renseignements), avec toutes les dérives que cela peut induire en matière de protection des droits humains.

    Ainsi, les projets du Fonds fiduciaire doivent en fait contribuer à réduire l'immigration irrégulière vers l'Europe. Ils sont localisés géographiquement dans des zones considérées comme lieux d'origine, de transit ou de destination des migrants, et ne tiennent pas compte des priorités nationales et des besoins fondamentaux des populations sur place. De plus, ces projets, identifiés par les délégations de l'UE dans les pays tiers avant d'être majoritairement élaborés à Bruxelles, ne nécessitent pas l'accord formel du pays partenaire. Le rôle des pays africains se résume à celui d'observateurs, puisqu'ils prennent part aux réunions du Conseil stratégique qui approuvent les programmes, mais ne sont pas habilités à prendre des décisions. Seuls le Service européen pour l'action extérieure, les États membres de l'UE et les bailleurs de fonds dont la contribution dépasse 3 millions d'euros disposent d'un droit de vote. En outre, aucun outil d'évaluation n'a véritablement été établi.

    Des politique migratoires qui font « écho à l'histoire coloniale honteuse de l'Europe »

    En décembre 2017, la Commission européenne avait approuvé 131 projets dans le cadre de ce fonds, pour une valeur totale de 2,1 milliards d'euros, dans trois régions : la région du Sahel et le bassin du lac Tchad, la Corne de l'Afrique et l'Afrique du Nord. Malheureusement, la grande majorité de ces projets criminalise les migrants, considérés comme un problème qu'il faut d'urgence évacuer par tous les moyens. L'obsession sécuritaire de l'UE qui caractérise ses politiques anti-migratoires l'amène à verser des millions d'euros aux pays tiers pour leur imposer des politiques de restriction migratoires comme prioritaires alors que les populations concernées sont les plus dans le besoin. En outre, ces projets offrent une reconnaissance et une légitimité internationale à des régimes autoritaires qui oppriment leurs peuples comme l'Érythrée, l'Éthiopie ou le Soudan.

    RépondreSupprimer
  26. Ils ne contribuent pas à l'éradication de la pauvreté des populations des pays dits « en développement », comme stipulé dans le Traité de Lisbonne, base politique de l'Union européenne, qui dit : « La politique de coopération au développement doit avoir pour objectif principal la réduction et, à long terme, l'éradication de la pauvreté. » Enfin, ces accords contribuent en fait aux causes profondes des migrations et renforcent les relations inégales entre les continents. Comme le soulignait en mai le rapport "Expanding the Fortress" des ONG Transnationbal Institue et et Stop Wapenhandel, « bien que l'UE et ses États membres ne "possèdent" pas les pays tiers comme ils l'ont fait pendant la période coloniale, leurs politiques migratoires indiquent clairement un niveau de contrôle et de priorité des intérêts européens par rapport aux intérêts africains qui font écho à l'histoire coloniale honteuse de l'Europe. »

    https://fr.sott.net/article/32676-L-Aide-publique-au-developpement-detournee-pour-durcir-les-politiques-migratoires

    RépondreSupprimer
  27. Climat:15 vérités qui dérangent 1/3: Nature du GIEC


    13 novembre 2015


    Climat: 15 vérités qui dérangent est un livre écrit par un collectif, sous la direction d'István Markó, professeur de chimie à l'Université Catholique de Louvain. Font également partie de ce collectif, s'exprimant à titre personnel, les intellectuels et les scientifiques belges suivants:

    - Anne Debeil, ingénieur civil chimiste, ingénieur conseil en sécurité et environnement
    - Ludovic Delory, essayiste et journaliste
    - Samuel Furfari, ingénieur civil chimiste, maître de conférences à l'Université Libre de Bruxelles
    - Drieu Godefridi, docteur en philosophie, essayiste et administrateur de société
    - Henri Masson, ingénieur civil, docteur en sciences appliquées, professeur émerite de l'Université d'Anvers
    - Lars Myren, ingénieur civil chimiste, ingénieur conseil en sécurité et environnement
    - Alain Préat, docteur en géologie, professeur à l'Université Libre de Bruxelles

    Ce livre poursuit deux objectifs essentiels:
    - déverrouiller le débat sur le changement climatique
    - exprimer les raisons d'un triple questionnement, qui se traduit par 15 vérités qui dérangent, allusion non voilée au film de propagande de David Guggenheim, Une vérité qui dérange (2006), où Al Gore tient la vedette.
    Aujourd'hui la recension de ce livre porte sur le premier terme de ce questionnement, à savoir la Nature du GIEC et les 5 vérités qui dérangent à son propos.
    Quelle est donc la nature du GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat

    1) Le GIEC n'est pas un organisme scientifique
    Le GIEC, ça a la couleur de la science, ça a le goût de la science mais ce n'est pas de la science.
    Le GIEC comprend trois groupes consultatifs (600 scientifiques):
    - le Groupe I fait la synthèse des travaux qui sont publiés sur les changements climatiques causés par l'homme
    - le Groupe II évalue les impacts négatifs pour l'homme de ces changements
    - le Groupe III évalue les moyens à mettre en oeuvre pour limiter ces effets négatifs
    On l'aura remarqué: le GIEC a un préjugé de départ: il ne s'intéresse qu'aux changements climatiques causés par l'homme...
    En dehors de ces trois groupes, il y a une assemblée plénière, composée majoritairement de non-scientifiques, représentant les gouvernements (au total 2'500 personnes sont mobilisées pour la cause); c'est elle qui a le pouvoir décisionnel.
    Le GIEC est donc bien avant tout un organisme politique.

    2) Le GIEC entretient la confusion entre les registres scientifique et politique
    La science s'occupe des faits, de ce qui est. La politique s'occupe de ce qu'il faut faire, de ce qui doit être. A partir du moment où un scientifique ne dit pas seulement ce qui est, mais ce qu'il faut faire, il sort de son domaine. Il a bien sûr le droit de le faire, mais ce faisant il fait de la politique:
    Une obligation morale ne découle pas d'un fait.

    RépondreSupprimer
  28. 3) Le GIEC est au coeur d'une puissante coalition d'intérêts particuliers
    Le GIEC est le soleil d'une galaxie. Gravitent autour de lui:
    - les gouvernements, qui le font vivre et en contrepartie reçoivent sa caution scientifique
    - les ONG, qui reçoivent cette même caution et à qui en contrepartie le GIEC renvoie l'ascenseur en s'inspirant de leurs travaux
    - les partis politiques (N de l'A: qui jouent sur la peur pour justifier leur importance)
    - les instituts et centres de recherche, auquel le GIEC donne une raison d'être et qui sont autant de relais pour lui
    - les universitaires, qui bénéficient d'une visibilité médiatique bénéfique pour leurs carrières et qui apportent au GIEC leur caution intellectuelle
    - les médias (N de l'A: qui ne se posent pas de questions et se complaisent dans un alarmisme vendeur)
    - les entreprises des technologies vertes, qui doivent au GIEC leur existence et à ses normes leur pérennité.

    4) Le GIEC refuse généralement le débat scientifique argumenté avec les scientifiques opposés à ses thèses
    Le collectif énumère une vingtaine d'arguments, regroupés en quatre types diférents et utilisés par le GIEC pour refuser le débat:

    - la science a déjà tranché: les thèses opposées émaneraient de minoritaires (au regard des 600 scientifiques patentés GIEC, que pèsent les 700 scientifiques renommés, recensés par le Sénat américain, qui s'opposent aux travaux du GIEC); il y aurait consensus sur l'origine anthropique du réchauffement climatique (que vaut un consensus décrété par ceux qui décident qui est consensuel); le débat serait clos (une théorie qui ne peut pas être débattue ne perd-elle pas son caractère scientifique).

    - les climato-sceptiques ne sont pas crédibles: ils ne sont pas tous scientifiques (et Al Gore et Nicolas Hulot); ils sont rarement climatologues (les experts du GIEC le sont-ils tous); ils ne procèdent pas dans leurs travaux comme d'authentiques scientifiques (le scepticisme n'est-il pas à la base de toute démarche scientifique); ils ne publient pas beaucoup dans les revues scientifiques peer review (ne sont-elles pas souvent aujourd'hui aux mains des partisans du réchauffement d'origine anthropique) etc.

    - les climato-sceptiques sont malhonnêtes: ils sont stipendiés par l'industrie des énergies fossiles (ne fait-elle pas pourtant maintenant des recherches sur les énergies renouvelables); ils sèment le doute sans croire nécessairement à ce qu'ils affirment (ne proposent-ils pas des explications alternatives? leurs adversaires ne sont-ils pas des semeurs de peur); ils sont des révisionnistes, voire des négationnistes (l'insulte n'est-elle pas l'argument ultime de ceux qui ont tort? que peuvent-ils bien nier d'abord, puisqu'il n'y a pas de lien scientifique établi entre l'activité humaine et le réchauffement).

    - discuter avec les climato-sceptiques est une perte de temps: il y a urgence (et si on se trompe lourdement sur le diagnostic); il y a quantité de sites pour démolir leurs arguments (ces arguments ne sont-ils pas caricaturaux n'est-il pas facile de démentir un contradicteur en son absence); la science ne se décide pas dans les médias (leurs adversaires ne refusent-ils pas tout débat dans d'autres enceintes n'utilisent-ils pas eux-mêmes les médias pour diffuser leurs thèses).

    RépondreSupprimer
  29. 5) Le GIEC dénigre, calomnie et entrave la liberté d'expression de ceux qui ne partagent pas ses thèses
    Il ne s'agit pas là d'une accusation faite à la légère. Le collectif cite le bienheureux Al Gore:
    Vous avez le devoir de réduire au silence ceux qui s'opposent au GIEC.
    (Conférence donnée à l'American Geophysical Union, San Francisco, 2008)
    Et les fidèles de la religion climatique appliquent le précepte: Jean-Pascal van Ypersele, Vice-Président du GIEC, a, par exemple, fait interdire, le 1er septembre 2011, la conférence de deux professeurs internationaux organisée par la Fondation Universitaire de Bruxelles...
    Autre exemple: une pétition n'a-t-elle pas été lancée à l'Université Catholique de Louvain pour que soit sanctionné István Markó qui a l'outrecuidance d'exprimer son scepticisme sur les travaux du GIEC
    Francis Richard

    Climat: 15 vérités qui dérangent, Collectif sous la direction d'István Markó, 320 pages, Texquis
    Prochain épisode : Rapports "scientifiques" du GIEC.

    http://www.francisrichard.net/2015/11/climat-15-verites-qui-derangent-1-3-nature-du-giec.html

    RépondreSupprimer
  30. Un grain ou un oeuf qui peut tout faire


    dimanche 5 janvier 2014


    Nous avons vu dernièrement que un seul humain peut faire vivre un grand nombre de personnes (fonctionnaires - salaire/primes/vacances/retraite - ainsi que les chômeurs, les militaires, les enfants, etc), plus encore, le salaire d'un seul humain permet de construire des routes et des ponts, des bâtiments, des avions, tanks, paquebots, sous-marins, etc

    Aujourd'hui, nous allons comparer l'humain a un grain de riz ou de blé. Un grain va donner un plant avec un épi de 20 ou 30 grains. Chaque grain semé va donner autant de plant et 20 ou 30 fois plus de grains. Qui à leurs tours vont donner... etc

    Pareil pour une tomate avec ses graines, ou une pomme, une orange. C'est ce qui se passe aussi dans l'eau des océans ou des rivières. Une truite pond jusqu'à 500.000 oeufs ! Sur ces 500.000 oeufs, environ la moitié sont des truites femelles qui, à leurs tours, vont pondre chacune jusqu'à 500.000 oeufs ! etc, etc ! De sorte que, si nous protégeons leurs oeufs des prédateurs qui s'en nourrissent, nous aurons donc (comme pour le caviar) des millions, des dizaines de millions, des centaines de millions de poissons, etc.

    Donc - en tant qu'êtres intelligents - nous sommes loin de connaître une famine naturelle dans les jours ou années à venir voire de notre vie. Pourtant, pourtant des personnes mal intentionnées (dissimulées sous des paravents d'organismes autant flous qu'anticonstitutionnels) nous promettent, nous menacent, nous avertissent que cette 'fin du monde' peut exister et même va exister !

    Jusqu'au... manque d'eau !!! (et pourquoi pas d'air ?!!). Alors que l'eau des rivières se jettent en fleuves/océans et s'infiltre en fond vers 'le centre de la Terre' pour y être réchauffée/bouillie qui la fera remonter et ressortir (chaude/geyser ou froide et/ou pétillante) en sources (de montagnes ou sous-marines) et toute propre. Depuis des millions d'années il n'y a pas une goutte d'eau en plus ou en moins et... et pourrait manquer ! (pour aller ou ?!) ou même, elle... elle pourrait monter ! monter jusqu'à 70 m ! Envahir, inonder, se répandre, noyer peut-être des millions de personnes suite à... la fonte des glaces ! Hahahaha !

    Rendez-vous compte que désormais un glaçon peut rendre plus d'eau qu'il ne contient ! Oui ! Vous avez bien lu ! (ou vu/entendu dans les médias), ils vous prennent pour des cons, chefs d'Etats compris, et, ils comptent sur vous pour les réélire, les conforter, les admirer, les soutenir grâce surtout à vos revenus !

    Le pétrole (comme l'eau) n'a nullement besoin d'être pompé, il sort tout seul sous pression, et, les années passant et le progrès venant, tout devrait donc être moins cher qu'avant, et surtout: l'eau gratuite ! Mais, comme l'humain est débordant et, plus il est intelligent plus il est intelligent, il va forcément (un jour ?) finir par comprendre ce qui l'entoure et se poser question du pourquoi des factures et d'où viennent les justifications ! Mais il est sans cesse 'obligé' d'avoir le dernier modèle coûteux pour être ce con qu'il est de se l'être payé alors qu'il est gratuit !

    C'est donc là un retardateur, barrière, embûche pour l'empêcher de progresser encore et encore car, l'homme d'aujourd'hui, en sait autant (sinon plus) que les 'Dirigeants' et... ils s'en sont aperçu !

    https://huemaurice5.blogspot.com/2014/01/un-grain-ou-un-oeuf-qui-peut-tout-faire.html

    RépondreSupprimer
  31. Zones sinistrées américaines: vivez-vous dans un endroit où les catastrophes sont courantes ?


    par Tyler Durden
    Sam, 16/06/2018 - 22:15
    Auteur de Sara Tipton via ReadyNutrition.com,


    Avec le bombardement médiatique constant des craintes d'une guerre nucléaire, beaucoup ont commencé à se préparer à une catastrophe. Mais l'incertitude du gouvernement n'est pas la seule chose qui préoccupe les masses. L'activité volcanique semble augmenter et les tremblements de terre semblent devenir plus graves.

    Cela soulève la question: vivez-vous dans une zone sinistrée ?

    Au cours des 16 dernières années, des parties de la Louisiane ont été frappées par six ouragans. Les zones près de San Diego ont été dévastées par trois saisons de feux de forêt particulièrement vicieux. Et une ville dans l'est du Kentucky a été martelée par au moins neuf tempêtes suffisamment graves pour justifier une aide fédérale. Ce sont des zones de drapeau rouge évidentes, mais qu'en est-il du reste du pays ?

    Le New York Times a dressé une carte indiquant quelles régions des États-Unis ont subi le plus de catastrophes, ce qui a entraîné des pertes monétaires par code postal entre 2002 et 2017.

    Les statistiques pour vivre dans les «zones rouges» de la carte ci-dessus ne sont pas réconfortantes non plus. Environ 90 pour cent des pertes totales à travers les États-Unis ont eu lieu dans les codes postaux qui contiennent moins de 20 pour cent de la population nationale, selon une analyse des données de la Small Business Administration.

    Au cours des trois premiers mois de 2018, des tempêtes d'un milliard de dollars ont frappé trois fois les États-Unis. En revanche, au cours des trois premiers mois d'une année moyenne, une seule catastrophe qui cause plus d'un milliard de dollars de dommages se produit, selon les dossiers de l'Administration océanique et atmosphérique nationale datant de 1980.

    La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) tente de calculer le coût total des catastrophes majeures, à savoir celles qui causent plus d'un milliard de dollars de dommages et intérêts. Il estime que 2017 a été l'année la plus coûteuse jamais enregistrée, avec des catastrophes de 16 milliards de dollars qui, ensemble, ont coûté aux États-Unis plus de 300 milliards de dollars. Alors que les catastrophes naturelles sont souvent imprévisibles, les pertes annuelles dues aux catastrophes d'un milliard de dollars, ajustées en fonction de l'inflation, ont augmenté au cours des 40 dernières années.

    Parce que le gouvernement fédéral continue d'utiliser les fonds des contribuables pour subventionner les zones sinistrées, les critiques estiment que l'argent est gaspillé en continuant d'aider les gens à vivre dans des endroits qu'ils savent touchés par un ouragan ou une tempête meurtrière. Christina DeConcini, directrice des affaires gouvernementales au World Resources Institute, a déclaré qu'au lieu d'être juste réactive, le gouvernement devrait mettre l'accent sur la construction de la résilience contre les catastrophes qui continuent à coûter de l'argent aux gens.

    RépondreSupprimer
  32. Selon Robert Mendelsohn, économiste à l'Université de Yale, qui étudie les dommages causés par les ouragans, environ 4% de tous les ouragans qui touchent le monde touchent les Etats-Unis. Cependant, 60 % des dommages causés par les ouragans dans le monde se produisent aux États-Unis. M. Mendelsohn attribue cette situation en partie aux programmes du gouvernement fédéral qui découragent les citoyens et les gouvernements locaux de construire des murs pour protéger les habitations près de la côte. Ce n'est qu'aux Etats-Unis que les programmes de secours et l'assurance subventionnée rendent attrayant le déplacement des populations vers des zones sujettes aux catastrophes, a-t-il déclaré au New York Times.

    Les gens continuent à vivre dans les zones sinistrées principalement en raison de leur situation financière, que ce soit beaucoup ou pas assez d'argent. Phil Klotzbach, un scientifique de l'atmosphère à la Colorado State University, a déclaré que l'augmentation de la population et de la richesse près des côtes contribuait à la plus grande partie de l'augmentation des destructions causées par les ouragans. Les maisons plus grandes et plus chères ont besoin de plus d'argent pour être réparées en cas de catastrophe naturelle, et beaucoup, même dans la classe moyenne, sont expulsés des zones côtières en raison du coût de la vie. En 2016, il y avait plus de 3,6 fois plus de maisons dans les États qui bordent le golfe du Mexique et l'océan Atlantique qu'en 1940, selon le Census Bureau.

    D'autres disent que leurs liens familiaux et le manque de fonds pour soutenir un déménagement les maintiennent dans des zones sujettes aux catastrophes naturelles. Linda Lowe, la présidente d'une société historique à Olive Hill, dans le Kentucky, a déclaré qu'au lieu de déplacer la ville, «il est plus facile de lever la main et de dire:« Oublie ça ».» Dr Irwin Redlener, directeur de Le Centre national de préparation aux catastrophes de l'Université de Columbia a déclaré que la rationalité disparaît souvent lorsque l'on discute de choses telles que les catastrophes et leur potentiel destructeur sur la vie d'une personne.

    «Abandonner un lieu et déplacer une ville est logique d'un point de vue scientifique, mais le fait est que se rendre à un endroit culturellement et psychologiquement où cette conversation peut être tolérée est une chose difficile à imaginer», a déclaré Redlener.

    "Ce n'est pas très rationnel, mais je suppose que beaucoup de ces choses ne sont pas vraiment rationnelles", a-t-il ajouté, selon le New York Times.

    Mais certains résidents ont décidé de rester dans les zones sinistrées et d'utiliser leur temps entre les ouragans pour se préparer à la prochaine tempête. C'est souvent le meilleur moyen de se protéger contre les pertes monétaires et de vie, a déclaré un résident de la Louisiane. Susan McClamroch, qui travaille dans un musée à Slidell, en Louisiane, a dit que les locaux plaisantaient sur le fait qu'ils "commencent à tout manger dans le congélateur" en raison de la probabilité d'une panne de courant après un ouragan.

    Si vous ne pouvez pas déménager, ou si vous ne souhaitez pas déménager, pensez à stocker de la nourriture et de l'eau dans un endroit sûr au cas où une catastrophe se produirait.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-06-16/us-disaster-zones-are-you-living-place-where-disasters-are-common

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces 'statistiques' ne prouvent rien. Ce sont des cas où les volcans grondent, les tremblements de terres se font et les ouragans passent. C'est comme çà. Comme de la neige en montagne et l'eau qui coule de haut en bas.

      Supprimer
  33. Les sources de recettes fiscales pour chaque État américain, dans un graphique


    par Tyler Durden
    Sam, 16/06/2018 - 21:45


    À la suite de la réforme fiscale de Trump, dont beaucoup d'États côtiers se plaignaient, les recettes de l'impôt sur le revenu et les prix de l'immobilier auraient été réduites à néant. S & P annonçait une bonne nouvelle: dans un rapport du 30 mai, l'agence de notation Beaucoup de joie, "notant le ralentissement actuel dans les inscriptions Medicaid et des recettes de recettes considérablement plus élevées, à hauteur de 9,4 %, renforcent considérablement les positions budgétaires de l'Etat.

    Pourtant, l'agence est d'avis que les conditions actuelles sont «très probablement un répit temporaire» (très semblable à ce qui se passe au niveau fédéral) signifie que l'agence est susceptible de se concentrer sur «la gestion financière et la performance budgétaire d'un État pendant ces «bonnes» périodes «pour déterminer sa« résilience au stress lorsque l'économie finit par se ramollir »selon BofA.

    À cette fin, S & P prévient que:

    "[f] ou ces [états] qui soit trébuchent dans la dysfonction politique ou - par opportunisme - supposent que les tendances récentes persisteront, ce moment de quiescence fiscale pourrait s'avérer être un mirage."

    Pour l'instant, cependant, que les bons moments roulent, et avec le suivi du PIB réel à 3,8 % pour le 2T18, les recettes fiscales des États devraient augmenter de plus de 10 % selon les modèles de corrélation historiques, la croissance continuant à 9 % et 8 % aux troisième et quatrième trimestres.

    Il s'agit d'une nouvelle pour les Etats qui s'attendaient à une forte baisse des recettes, et qui est particulièrement importante pour les Etats fortement influencés par l'impôt sur le revenu puisque les recettes de cette source devraient augmenter de plus de 14 % selon les calculs de BofA.

    Enfin, le tableau BofA ci-dessous est utile pour deux raisons: premièrement, il montre les états les plus dépendants de l'impôt sur le revenu des particuliers tirés de la plus récente enquête annuelle du Census Bureau sur les statistiques fiscales. L'Oregon - avec 69,4 % du total des impôts - est le plus tributaire de l'impôt sur le revenu des particuliers, suivi par la Virginie (57,7 %), New York (57,2 %), le Massachusetts (52,9 %) et la Californie (52,0 %). Plus particulièrement, il montre la répartition relative des recettes perçues par les États, des États non imposables tels que la Floride, le Texas, Washington, le Tennessee et le Nevada, à l'Alaska, au Vermont et à Le Wyoming, le Dakota du Nord et l'Alaska, et tout le monde entre les États-Unis: c'est ainsi que les États-Unis se financent.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-06-11/sources-tax-revenue-every-us-state-one-chart

    RépondreSupprimer
  34. Cette ville suédoise s'en prend à ses mendiants


    Natalia Silvestrova
    23:23 16.06.2018


    Il sera bientôt impossible de pratiquer la mendicité à Eskilstuna sans avoir une autorisation ad hoc. Selon certains des magistrats de cette ville suédoise, cette mesure doit non seulement mettre de l'ordre en la matière mais aussi aider les personnes mendiantes, dont des Roms de Roumanie et de Bulgarie, à «rentrer dans leur pays».

    Le conseil municipal d'Eskilstuna, en Suède, a adopté jeudi un arrêté obligeant les mendiants à demander un permis de façon à recenser les populations nécessiteuses et identifier les trafics, écrit l'AFP se référant à la radio publique suédoise.

    En Inde, Ivanka Trump ne verra pas de mendiants

    «Une autorisation des autorités policières pour la collecte passive d'argent est obligatoire dans certaines zones géographiques», stipule le texte adopté à la majorité absolue avec les voix des sociaux-démocrates, conservateurs, centristes et extrême droite.

    Dès l'entrée en vigueur de l'arrêté le 1er octobre, ce permis coûtera 150 couronnes (15 euros), les mendiants qui ne pourront pas le produire encourront une amende.

    Ecologistes, Parti de Gauche, Libéraux et chrétiens-démocrates ont voté contre.

    «Nous sommes une société civilisée, où règne l'ordre, avec de la bureaucratie, des institutions. Mais aussi une société où la marge s'accroît, en dehors de la loi», a justifié un adjoint social-démocrate, Jimmy Jansson.

    L'idée n'est pas d'entraver la mendicité mais de permettre aux associations ou aux services d'aide sociale d'entrer en contact avec les personnes vivant de la mendicité, font valoir ses promoteurs. Et le cas échéant «pour les aider à rentrer dans leur pays», a ajouté l'élu.

    La Suède, nouvel eldorado des mendiants roms

    Le Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven a jugé l'initiative «intéressante» tout en rejetant la proposition des conservateurs et de l'extrême droite d'interdire la mendicité au niveau national.

    Le texte doit encore obtenir l'aval du comté et il pourrait être jugé inconstitutionnel.

    A Eskilstuna, ville de 69.000 habitants située à une centaine de kilomètres à l'ouest de Stockholm, comme dans de nombreuses communes du pays, des Roms de Roumanie et de Bulgarie pratiquent la mendicité depuis plusieurs années.

    https://fr.sputniknews.com/societe/201806161036830900-suede-mendiants/

    RépondreSupprimer
  35. Rencontrez les diplômés du génie nucléaire vert qui veulent sauver la planète du changement climatique


    Eric Worrall
    16 juin 2018


    Selon NPR, depuis 2001, il y a eu une augmentation du nombre de jeunes diplômés de l'ingénierie nucléaire, animés par le désir de convaincre leurs collègues verts d'adopter la voie nucléaire vers un avenir zéro carbone.

    En tant que luttes nucléaires, une nouvelle génération d'ingénieurs est motivée par le changement climatique

    15 juin 20185: 01h00 ET
    Entendu sur toutes les choses considérées
    JEFF BRADY

    Le nombre de diplômés en génie nucléaire a plus que triplé depuis un point bas en 2001, et beaucoup sont passionnés par leur motivation.

    «Je suis ici parce que je pense que je peux sauver le monde avec l'énergie nucléaire», a déclaré Leslie Dewan à la foule lors d'un événement en 2014 alors qu'elle préparait la conception de son entreprise pour un nouveau type de réacteur.

    Dewan affirme que le changement climatique, et le fait que les centrales nucléaires n'émettent pas de gaz à effet de serre, sont la principale raison pour laquelle elle est devenue ingénieur nucléaire. Et elle n'est pas la seule.

    "La raison pour laquelle presque tous nos étudiants viennent dans ce domaine est le changement climatique", explique Dennis Whyte, chef du Département des sciences et de l'ingénierie nucléaires au Massachusetts Institute of Technology.

    «Si vous êtes préoccupé par le changement climatique ou préoccupé par l'environnement, vous devriez être très préoccupé par l'avenir de [Three Mile Island]», a déclaré David Fein, vice-président des affaires gouvernementales et réglementaires d'Exelon.

    La société mère de TMI, Exelon, a annoncé l'an dernier qu'elle fermera l'unité 1 de Three Mile Island en 2019, à moins qu'il y ait des changements de politique qui rendraient l'usine rentable à nouveau. Un réacteur différent sur le site près de Middletown, Pennsylvanie - Unité 2 - a été impliqué dans le pire accident nucléaire du pays en 1979.

    Fein fait partie de ceux qui soutiennent que les centrales nucléaires devraient être reconnues comme énergie propre et payées pour le bénéfice public de ne pas émettre de gaz à effet de serre ou d'autres polluants. C'est une stratégie qui a fonctionné dans d'autres états: Illinois, New York et - plus récemment - New Jersey.

    Lire la suite:
    https://www.npr.org/2018/06/15/619348584/as-nuclear-struggles-a-new-generation-of-engineers-is-motivated-by-climate-chang

    Je suis bon avec les ingénieurs nucléaires verts. Même s'ils ont tort à propos du changement climatique, leur vision de l'avenir a au moins un sens économique.

    La France a prouvé dans les années 1970 que vous pouviez aller au nucléaire sans ruiner votre économie. La France a maintenu les coûts à la baisse avec la production de masse, en produisant des modules nucléaires standardisés et en procédant à un retraitement à grande échelle du combustible usé.

    RépondreSupprimer

  36. Je soupçonne que les ingénieurs nucléaires verts ont du mal à convaincre certains de leurs compagnons de voyage. D'un autre côté, c'est peut-être le vieux style pastèque qui est déconnecté, qui croit bêtement qu'il y a une chance de convaincre la génération Z d'abandonner tous ses jouets électroniques et d'adopter une dictature froide et froide pour la planète. .

    Je soupçonne ces ingénieurs nucléaires verts de trouver un public réceptif avec une jeune génération de verts habitués à un confort illimité et à un mode de vie de dépense énergétique et de voyage à longue distance, qui voient la vision basse énergie de communautés vertes vivant de la terre comme paysans médiévaux avec quelque chose entre l'incompréhension et le dégoût.

    https://wattsupwiththat.com/2018/06/16/meet-the-green-nuclear-engineering-graduates-who-want-to-save-the-planet-from-climate-change/

    RépondreSupprimer