- ENTREE de SECOURS -



samedi 5 mai 2018

En Finlande coucher avec une fillette de 10 ans n’est pas un viol

En Finlande coucher avec une fillette de 10 ans n’est pas un viol
09:22 05.05.2018

La Cour suprême de Finlande a refusé de qualifier de viol le crime d’un jeune homme de 23 ans sur une enfant de 10 ans et a confirmé sa condamnation pour abus sexuel.

La Cour suprême de Finlande a refusé de revenir sur la décision d'un tribunal inférieur qui avait condamné Juusuf Muhamed Abbud, 23 ans, pour abus sexuel sur une fillette de 10 ans, ne concluant pas au viol «faute de preuve que la victime n'ait pas été consentante», relatent les médias.

Juusuf Muhamed Abbud a abusé sexuellement une fillette en 2016 dans la cour d'un immeuble dans la petite municipalité finlandaise de Pirkanmaa. Il était venu en Finlande en tant que demandeur d'asile.

Il a écopé de 3 ans de prison, alors que le procureur du district avait demandé qu'il soit reconnu coupable de viol et donc condamné à une peine de 10 ans de prison.

La cour d'appel du district est parvenue à la même conclusion que le tribunal de district de Pirkanmaa. Selon les juges, les preuves n'étaient pas suffisantes pour démontrer que la victime avait eu une relation sexuelle non consentie avec l'accusé. Le viol aggravé n'a ainsi pas été retenu par les juges.

De nombreux experts ont regretté qu'Abbud n'ait pas reçu une sanction plus sévère. Des députés du parlement ont exigé de durcir le code pénal pour que ce genre de crimes soit puni plus sévèrement à l'avenir.

46 commentaires:

  1. Nouvelles du Japon : le « mix » énergétique de l’archipel


    le 5 mai 2018


    Depuis le grand tsunami du 11 mars 2011 qui fit près de 20000 morts*, détruisit de nombreuses usines et provoqua l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, le Japon, pays qui ne dispose d’aucunes ressources énergétiques naturelles, a été contraint de s’équiper dans l’urgence d’usines de production d’électricité à partir de gaz naturel liquéfié importé à grand frais. Toutes les installations électro-nucléaires ont été arrêtées afin d’améliorer leur sécurité en cas de nouvel évènement tectonique majeur. De ce fait le Japon s’est alors progressivement tourné vers le charbon pour la production domestique d’électricité car les énergies renouvelables, en particulier les moulins à vent sont très mal tolérées par la population et pour plusieurs raisons.

    Les Japonais considèrent que le paysage que la nature leur offre en spectacle ne peut pas être dénaturé par des installations gigantesques de production aléatoire d’électricité. De plus la construction d’importants barrages hydro-électriques est exclue dans la mesure où le moindre kilomètre-carré de plaine est occupé par l’agriculture et les habitations et en raison des risques permanents de tremblements de terre.

    Pour toutes ces raisons, alors qu’en 2010 le METI (ministère de l’industrie) avait décidé de réduire la consommation de charbon, le Japon s’est tourné à nouveau vers cette source d’énergie primaire beaucoup moins coûteuse que le gaz naturel liquéfié. Les ingénieurs japonais ont depuis lors créé des centrales électriques au charbon dites ultra-supercritiques comme par exemple à Yokohama qui produisent de la vapeur à très haute température tout en augmentant l’efficacité des turbines de 30 % – valeur moyenne d’une installation conventionnelle – à 45 %. Un tel rendement n’est qu’à peine égalé par des turbines à gaz.

    Cependant une telle installation a un coût et comme les cours internationaux du charbon sont déprimés et le seront durablement selon toute vraisemblance le Japon a mis en fonctionnement depuis 2011 huit nouvelles centrales électriques à charbon et il y en a actuellement 36 autres en construction !

    Autant dire que le Japon a tourné définitivement le dos au protocole de Kyoto car il en va de la survie de son économie. Quel enseignement tirer de la situation énergétique japonaise ? C’est tout simplement que pour réduire les émissions de carbone l’énergie nucléaire joue et jouera à l’avenir un rôle incontournable. Sur les 54 réacteurs nucléaires dont disposait le Japon seulement 7 sont de nouveau en opération. Les mouvements écologistes du pays ont fait à de nombreuses reprises obstruction devant les tribunaux à la remise en marche des réacteurs parfois pratiquement neufs et qui ont été à grands frais mis aux nouvelles normes de sécurité drastiques « post-Fukushima ».

    RépondreSupprimer

  2. Cette orientation vers le charbon (essentiellement australien) comme source d’énergie était prévisible et ainsi le Japon va devenir le troisième utilisateur de cette source d’énergie bon marché après la Chine et l’Inde. Les tenants des accords de Paris sur le climat ne peuvent que constater la totale ineptie de ces dispositions issues de la COP21 vues depuis l’Asie.

    Source : Sciencemag. Illustration : charbon du Surat Basin (Queensland) en attente d’être convoyé au port de Gladstone pour être exporté vers le Japon

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/05/05/nouvelles-du-japon-le-mix-energetique-de-larchipel/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. * Depuis le grand tsunami du 11 mars 2011 qui fit près de 20000 morts

      Précision: C'est à la fois le tremblement de terre sous-océanique (à 130 km à l'Est de l'île de Sendai et ville située à 300 km au Nord de Tokyo) et le raz-de-marée qui s'en est suivi qui a fait 20 000 morts et non la radioactivité émise par les 3 réacteurs déchapeautés par les explosions d'hydrogène en réacteurs secs !
      L'ONU a reconnu aucun mort suite à l'accident des tuyauteries extérieures du 11 Mars 2011 qui - cassées - n'ont pu approvisionner les réacteurs en eau.

      Rappel:

      CAPACITÉ CALORIFIQUE des COMBUSTIBLES

      Feu de bois: 16 MJ/kg

      Charbon: 13/30 MJ/kg

      Gaz naturel: 39 MJ/m3

      Pétrole brut: 45/46 MJ/kg

      Uranium (réacteur REP): 500.000 MJ/kg

      Supprimer
  3. Aucune industrie ne serait rentable si elle payait ses "taxes environnementales"


    2 MAI 2018
    Gauvain Dossantos


    Que se passerait-il si les plus grands producteurs de matières premières remboursaient les dégâts causés par leur activité économique ? Des chercheurs spécialisés dans le calcul de l'empreinte écologique ont montré que le coût de leurs externalités environnementales serait supérieur à leurs bénéfices. Par conséquent, ces industries ne seraient pas rentables.

    L'empreinte carbone, la taxe environnementale, le pollueur-payeur... tous ces concepts commencent à s'introduire dans les usages et ramènent à une idée: celui qui pollue doit rembourser la planète. Mais en pratique, il est peu courant de voir un état, une entreprise ou un individu s'acquitter d'une "taxe pollution". Excepté lorsqu'une entreprise est responsable d'un désastre écologique, il est rare de voir une entreprise payer pour les dégâts causés à l'environnement.

    L'une des raisons principales pour laquelle cette taxe n'existe pas et est pour l'instant difficilement applicable réside dans le fait qu'il est difficile d'évaluer l'impact causé par tout un chacun. Un groupe de chercheurs américains a tout de même tenté de le faire. Les analystes du cabinet Trucost, spécialisé dans le calcul des empreintes écologiques des entreprises, ont estimé le coût des "externalités environnementales" des plus grandes industries de la planète. Pour leur étude, intitulé "Natural Capital At Risk", ils ont comparé ce coût à celui des bénéfices de ces secteurs et la réponse est édifiante: le coût écologique dépasse les gains économiques.

    Externalités environnementales

    Cette étude a estimé en dollars la valeur de la nature que consomment les productions de matières premières (agriculture, foresterie, pêche, exploitation minière, exploration pétrolière et gazière, services publics) et certains procédés primaires les plus polluants (ciment, acier, pâtes et papiers, produits pétrochimiques). Au total, ce capital naturel représente, selon Trucost, 7,3 trillions de dollars (7,3 milliards de milliards). Soit 13% de l'économie globale en 2009.

    La majorité des dégâts environnementaux sur lesquels les chercheurs ont mis une valeur monétaire concerne les gaz à effet de serre (38%), l'utilisation de l'eau (25%), l'utilisation des terres (24%), la pollution de l'air (7%) et les déchets (1%).

    Les quatre principales régions concernées sont l'Asie du Sud, l'Asie de l'Est, l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud. Les industries les plus polluantes sont la production de charbon, l'agriculture du blé et l'élevage des bovins.

    Taxes plus élevées que les gains

    Sur tous les secteurs étudiés par Trucost, aucun ne génère suffisamment de bénéfices pour couvrir ses impacts environnementaux. L'industrie de l'élevage en Amérique du Sud, par exemple, produisait en 2009 un revenu de 16,6 milliards de dollars par an. Or, l'impact environnemental estimé par les chercheurs s'élève à 350 milliards de dollars par an. Soit un coût 22 fois supérieur aux gains causés par la pollution de l'air, des eaux, du sol et la production de gaz à effet de serre.Les externalités environnementales liés à la production d'énergie en Asie de l'Est ne sont pas aussi impressionnantes mais elles montrent clairement qu'une taxe carbone mettrait également rapidement ce secteur en faillite. Pour un revenu avoisinant les 443 milliards de dollars annuels, la taxe environnementale de ce secteur atteindrait les 453 milliards de dollars. Au lieu d'être bénéficiaire, l'industrie énergétique est-asiatique serait donc déficitaire d'une dizaine de milliards de dollars annuels.

    RépondreSupprimer
  4. À long terme

    Par conséquent, si les coûts du capital naturel sont incorporés dans les coûts de production des entreprises, le coût des produits vendus augmenteront et ce seront les consommateurs les premiers à payer la facture. Le risque pour les prix des produits agricoles et carnés est particulièrement frappant, dans le sens où le coût du capital naturel est nettement plus élevé que les revenus des secteurs.

    Cependant, cette étude n'a pas pour objet de pointer l'impossibilité d'appliquer une taxe environnementale aux grosses industries, écrivent les chercheurs. Son but est de pointer l'impact de leurs productions et les variations de coûts qui découlent de certains choix. Ainsi, la récente sécheresse qui a frappé les États-Unis - sécheresse résultant d'une absence de vision durable de la part des agriculteurs - montre que le coût de certaines pratiques économiques est parfois directement "internalisés" aux entreprises productrices.

    Par conséquent, les entreprises qui alignent les modèles d'entreprise sur l'utilisation durable du capital naturel dont elles dépendent devraient bénéficier d'un avantage concurrentiel grâce à une plus grande résilience, à une réduction des coûts et à une meilleure sécurité d'approvisionnement.

    https://fr.express.live/2018/05/02/aucune-industrie-ne-serait-rentable-si-elle-payait-ses-taxes-environnementales

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rendez vous compte que: Depuis des milliards d'années les volcans (terrestres ou sous-marins/sous-océaniques) polluent des milliards de fois plus que toute l'industrie depuis ses débuts ! Et, malgré cela... l'être humain est arrivé sur Terre et a subsisté !!!!

      Pourquoi ? Parce que TOUS LES GAZ se recyclent immédiatement ! Comme l'eau sale des océans qui ressort toute propre aux sources, comme la terre qui ne cesse de produire des plantes, des animaux qui s'en nourrissent et des humains qui se nourrissent des deux !

      Tous les arbres, animaux, humains meurent et se recyclent constamment et se retrouvent éparpillés dans les fruits, les légumes, les animaux et les humains !

      Supprimer
    2. Il est vrai que TOUTES les stations électrique (centrales nucléaire ou à charbon, fuel, gaz, etc) sont édifiées pour chauffer de l'eau (en bassins appelés réacteurs) et, que cette eau s'évapore et fait tourner les pales d'un rotor à l'horizontale au dessus. Rotation qui permet (comme pour une roue de bicyclette avec dynamo pour phare) de produire de l'électricité.
      Mais, bizarrement, alors que SEULE la vapeur d'eau pourrait éventuellement être supposée s'appeler 'effet de serre' (temps 'lourd' avant l'orage), AUCUN couvercle de récupération de la vapeur n'est posé sur les centrales électrique !!! Cà alors !!!

      -- "Si nous sommes préoccupés par le réchauffement climatique causé par le gaz carbonique, cela ne serait-il pas pire si nous conduisions tous des voitures qui avaient de la vapeur d'eau à l'échappement ?"

      https://wattsupwiththat.com/2017/09/07/the-making-of-a-climate-skeptic-at-university/ --

      Supprimer
  5. L’existence de Dieu réfutée par les mathématiques


    08:15 05.05.2018

    Alors que la science s’interroge depuis la nuit des temps sur l’existence d’une créature suprême, un mathématicien américain de l’Institut de Santa Fe a scientifiquement formalisé l’impossibilité de l’existence de Dieu.

    David Wolpert, un scientifique américain de l'Institut de Santa Fe a mathématiquement formalisé l'impossibilité de l'existence de Dieu, écrit le portail Phys.org.

    Pour arriver à cette conclusion, le chercheur a utilisé la définition de «dispositifs d'interférence» (Inference Devices), un appareil qui est capable d'obtenir des informations sur l'Univers à l'aide de données sur les processus en cours, les enregistrer et prévoir leur résultat.

    Ainsi, cet appareil pourrait être, selon M.Wolpert, une créature suprême ou un chercheur, équipé d'un ordinateur super puissant avec des capacités illimitées.

    Selon la logique formelle, la machine est capable de répondre à la question sur l'état de l'Univers au moment donné. Néanmoins, la question et le moyen d'obtenir la réponse dépendent de l'état de l'Univers même.

    Autrement dit, les lois de l'Univers imposent des restrictions sur ce que la machine est capable de savoir. Il en est de même pour la possibilité de prévoir l'avenir.

    D'après le mathématicien, cela pourrait être analysé comme un analogue plus complet de l'expression que toute prédiction de l'avenir ne prend pas en considération son impact sur l'avenir.

    Le mathématicien a illustré que deux «dispositifs d'interférence» avec une volonté libre et la connaissance de tout ne pouvaient pas exister en même temps dans l'Univers.

    Par exemple, deux chercheurs, Bob et Alissa, possèdent des capacités de calcul illimitées.

    Dans ce cas-là, «la volonté libre» représente la capacité de Bob de se poser une question, sans limiter l'éventail des questions qu'Alissa peut se poser elle-aussi, et vice versa.

    En revanche, Bob ne pourra pas prévoir ce qu'Alissa va penser si cette dernière essaye de prévoir ce que Bob ne pense pas. Par plaisanterie, David Wolpert définit sa théorie comme «une preuve du monothéisme».

    D'après sa théorie, deux «dispositifs d'interférence» ne peuvent pas exister dans l'Univers puisque la créature suprême avec une volonté libre ne peut exister qu'à un moment bien déterminé.

    https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201805051036228508-dieu-science-mathematiques/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est nullement besoin de prouver ce qui n'existe pas, que personne n'a vu, entendu ou touché ! Il s'agit d'invention de psychopathes dictateurs qui ont - durant des millénaires - refusé l'existence de la Démocratie !

      Car, si le Peuple doit dire ce qu'il en pense, il dira à 100 % que ces idioties invisibles n'existent pas et n'ont jamais existé.

      Supprimer
  6. Australie: où les gouvernements ont dépensé des milliers de dollars pour irriguer des terres de premier ordre, puis subventionner une ferme solaire au sommet

    May 5th, 2018


    Évidemment, si vous êtes un panneau solaire assoiffé, l'Australie est l'endroit à être. Nous avons des terres agricoles irriguées de haute qualité prêtes à l'emploi qui seront recouvertes de panneaux solaires non rentables et peu fiables.

    Seuls les contribuables coercitifs sont assez stupides pour payer cela.

    C'est tellement stupide, des groupes d'agriculteurs de toutes sortes se rassemblent pour s'opposer aux déchets flagrants.

    Perte de terres agricoles de premier ordre ou énergie future en plein essor ? C'est l'énigme de la planification solaire pour Victoria

    Les résidents près de Shepparton sont préoccupés par le fait que les terres agricoles dans lesquelles le gouvernement victorien a investi dans le cadre du plan du bassin Murray-Darling seront perdues pour l'agriculture alors que l'État subit un boom de l'énergie solaire.

    Quatre demandes pour des fermes solaires dans la région de Greater Shepparton, qui pourraient produire jusqu'à 243 mégawatts d'électricité, ont été proposées pour Tatura, Tallygaroopna, Lemnos et Congupna, et ont été appelées par le ministre du plan victorien.

    Les critiques disent qu'il n'y a pas eu de pensée sur l'endroit où les fermes solaires sont placées et combien de terres agricoles de premier ordre sont perdues, et alors qu'il y a des terres convenables, plus arides disponibles à proximité.

    Au moins deux des fermes solaires ont récemment fait l'objet d'un investissement massif dans le cadre du plan du bassin Murray-Darling.

    Des dizaines de milliers de dollars ont été investis pour installer de nouvelles vannes d'irrigation - qui peuvent coûter environ 50 000 $ à installer - et des canaux d'irrigation centenaires ont été modernisés pour faire entrer les fermes dans le 21ème siècle.

    Il est rare que les pomiculteurs, les producteurs laitiers, les éleveurs, les retraités et les résidents s'entendent sur quoi que ce soit dans une petite collectivité agricole, mais ce groupe ne veut pas d'une ferme solaire de 100 MW et de 175 millions de dollars.

    Si le monde se refroidit, que voudrons-nous de plus: de la nourriture ou des électrons verts ?

    h / t Pat

    PS: Je suis impatient de participer à la fantastique conférence Friedman18 à laquelle je serai présent à Sydney avec Ian Plimer dans quelques semaines. Rejoignez-nous ! Vous pouvez obtenir une réduction de 10 % avec le code Nova18. Voyez une liste incroyable de conférenciers cette année les 25 et 27 mai à Sydney. Rencontrez, riez et partagez avec des gens sains !

    http://joannenova.com.au/2018/05/australia-where-governments-spent-thousands-to-irrigate-prime-land-then-subsidize-a-solar-farm-on-top/#comments

    RépondreSupprimer
  7. Les tremblements de terre artificiels sont croissants aux Etats-Unis centrale et orientale, selon une étude


    Rong-Gong Lin II,
    Jon Schleuss
    23 avril 2015, 15:00


    Pour la première fois, l'US Geological Survey a dévoilé une carte des tremblements de terre pensé pour être déclenché par l'activité humaine dans l'est et le centre des États-Unis.

    Oklahoma est de loin l'Etat le plus touché récemment, selon l'étude de l'USGS publié jeudi. L'état de l'an dernier avait plus de tremblements de terre de magnitude 3 ou plus que la Californie, une partie d'une énorme augmentation enregistrée au cours des dernières années.

    L'activité sismique au Texas près de la région de Dallas-Fort Worth a également considérablement augmenté récemment. Kansas, le Colorado, le Nouveau-Mexique et de l'Ohio ont tous connu des tremblements plus fréquentes dans la dernière année.

    Tous les domaines mis en évidence sur la carte "sont situés près des puits d'injection de fluide profondes ou d'autres activités industrielles capables d'induire des tremblements de terre», a déclaré l'étude.

    Mark Petersen, chef de projet de danger sismique national »l'USGS, a déclaré le motif de l'augmentation des tremblements de terre est troublant.

    "Ces tremblements de terre se produisent à un taux plus élevé que jamais, et posent un risque beaucoup plus grand et une menace pour les personnes vivant à proximité", a déclaré Petersen.

    La libération de la carte est que les fonctionnaires viennent à accepter l'idée que les eaux usées élimination après l'extraction de pétrole et de gaz est à l'origine plus de tremblements de terre. La fracturation hydraulique, ou fracking, implique le tournage d'un mélange à haute pression d'eau, de sable et de produits chimiques profondément sous terre pour extraire le pétrole et le gaz naturel. Les eaux usées est souvent obligé de métro ainsi, mais peut déclencher des tremblements de terre sur les défauts qui ne ont pas déménagé dans un temps très long.

    la classification de la ligne de faille
    - voir nombres sur site -

    Une méthodologie a été utilisée plus de compter les tremblements de terre 1960-2012

    La Commission géologique de l'Oklahoma a déclaré mardi que la forte hausse des tremblements de terre dans cet état est "très peu probable pour représenter un processus naturel», car ils se produisent sur la même zone qui a vu un saut énorme en matière d'élimination des eaux usées dans les dernières années.

    Le taux de sismicité en 2013 était 70 fois plus élevé que le taux de sismicité de fond observée dans l'Oklahoma avant 2008, fonctionnaires de l'Etat dit.

    RépondreSupprimer
  8. Séismes induits par l'homme ont scientifiques en difficulté parce qu'ils présentent un risque pour la sécurité publique - et parce qu'ils sont devenus plus grands. Un séisme de magnitude 5,6 aurait été provoqué par l'injection des eaux usées frappé près de Prague, Okla., En 2011, blessant deux personnes et détruisant 14 maisons. Cette même année, un séisme de 5,3 a frappé une partie reculée du Colorado, près de la ville de Trinidad à proximité de la frontière du Nouveau-Mexique, qui a précisé l'USGS a également été déclenchée par l'injection des eaux usées.

    L'histoire suggère que même les grandes tremblements de terre pourraient être en magasin.

    «Nous savons, par exemple, dans l'Oklahoma qu'il y avait un tremblement de terre d'une magnitude d'environ 7 il y a environ 1300 années", a déclaré William Ellsworth USGS géophysicien. "Nous devons être guidés par ce que nous avons vu dans le passé."

    L'idée que l'injection d'eau profonde dans le sol peut déclencher des tremblements de terre a été parlé depuis des décennies.

    Dans les années 1960, de nombreux scientifiques ont conclu que l'injection de liquide chimique des déchets dans le bassin Denver déclenché activité sismique, selon une étude à la fois dans la revue Science.

    la classification de la ligne de faille
    - voir nombres sur site -

    Avant 1976, les tremblements de terre étaient rares dans la ville désertique de Gazli dans l'ancienne république soviétique d'Ouzbékistan. Comme Oklahoma, cette région soviétique était loin des limites des plaques tectoniques géantes dont les accidents créer les énormes tremblements de terre bien connus dans des endroits comme la Californie.

    Puis deux grands tremblements de terre frappent la zone Gazli cette année, et un séisme de magnitude 7 frappé en 1984, tuant une personne et en blessant plus de 100. scientifiques écrivant dans le Bulletin de la Société sismologique d'Amérique au moment suggéré que le séisme aurait pu être induite par l'activité humaine sur le champ de gaz.

    Maintenant que les cartes USGS ont été libérés, une grande question est de savoir quoi faire au sujet des tremblements de l'homme.

    Géophysiciens USGS Art McGarr et Andy Michael appelé à un meilleur suivi des régions où l'activité sismique accrue. Certains domaines se appuient sur des capteurs sismiques relativement brutes qui ne peuvent identifier avec précision l'emplacement des tremblements de terre qui sont plus petits que celui de magnitude 3. Mais ces connaissances pourraient aider les scientifiques à identifier les domaines où la pression sismique est mise en place.

    Il serait également les aider à déterminer la taille des défauts non cartographiées dans ces domaines.

    "C'est un peu frustrant quand nous n'avons pas vraiment de bons emplacements du tremblement de terre", a déclaré Michael.

    RépondreSupprimer
  9. Et de meilleures données pourraient aider les scientifiques à gérer le risque de tremblement de terre. Non provoque tous injection des eaux usées des tremblements de terre, Ellsworth a dit, et les organismes de réglementation dans certains domaines peut choisir de restreindre l'injection des eaux usées dans les endroits où le risque est élevé.

    RAPPORT SPÉCIAL: Californie sécurité parasismique

    Les fonctionnaires à Kansas ont déjà commandé une réduction des injections d'eaux usées dans certaines zones, et les autorités sont en observant si elle sera suivie par une réduction des tremblements de terre.

    "Nous pensons que la société peut gérer le risque», a déclaré Ellsworth. "Nous n'avons pas à arrêter la production de pétrole et de gaz, mais nous pensons que nous pouvons le faire d'une manière qui permettra de minimiser le risque de tremblement de terre."

    Par exemple, le risque pourrait être réduit en plaçant de nouveaux sites d'injection des eaux usées plus loin des villes ou des installations sensibles où de grands tremblements de terre sont un gros souci, Ellsworth et McGarr écrit dans un essai publié dans la revue Science en Février.

    «Le grand public est l'intervenant le plus important car ils peuvent être exposés à des risques de blessures et de dommages," la paire et leurs collègues ont écrit. "Si une séquence de séisme induit entraîne des dommages, alors blâme ne peut être avec des conséquences juridiques de la responsabilité. La question de savoir si une séquence de tremblement de terre a été induite ou naturel est de plus qu'un intérêt académique ".

    http://touch.latimes.com/#section/1780/article/p2p-83364855/

    https://huemaurice5.blogspot.fr/2015/04/les-tremblements-de-terre-artificiels.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fracturation pour l'exploitation par soutirage du gaz de shiste provoque - outre les tremblements de terre - l'empoisonnement irrémédiable des nappes phréatique pour des milliers d'années !!!
      Car ces bassins sous-terrains reçoivent des poisons inenlevables et polluent à mort l'eau du robinet !

      Supprimer
  10. HAARP PAR HA


    dimanche 25 mai 2014


    Sans vouloir entrer dans les débats obscurs des secrets et des stations HAARP disséminées autour du monde, une chose est certaine est que l'invention de Tesla a fait du chemin !

    Donc, sans aller plus loin que ses premières découvertes examinons les faits: Les ondes électromagnétiques diffusées par tous les émetteurs (comme le fait un simple talki-walki) peuvent en pleine puissance aller très loin (comme un jet d'eau sous pression). Sa découverte réside dans le croisement d'ondes permettant à cette addition de pousser des masses d'eau telles que les nuages dans le ciel.

    Soit. C'est bien. C'est compris. Çà va servir. Mais, comble de malchance, des États disent ne pas s'en servir !!! A bêh merde alors !! Si on peut pousser des nuages pour arroser quelque part et empêcher les inondations ailleurs ne serait pas bon ???! Un peu bizarre comme politique, non ?

    Donc, sachant que tous pays peut un jour ou l'autre (si ce n'est déjà fait) se construire chez lui sa petite 'station HAARP' personnelle, et, qu'il peut ou pourrait intervenir là où c'est demandé; pourquoi ne le fait-il pas ??! Est-il ou sont-ils soumis à des plus grosses dans le voisinage ?

    Là bien-sûr, il ne faut pas compter sur les médias gouvernementaux pour nous en dire plus vu qu'ils ne sont pas libre de le dire ou l'écrire.

    Pareillement qu'une centrale nucléaire peut dessaler des millions de m3 d'eau et les fournir aux habitants de la régions pour sa consommation ou l'arrosage agricole (c'est cette même vapeur d'eau qui s'échappe continuellement des hautes et larges tours des centrales), pourquoi ne s'en sert-elle pas aussi à cette fin ?

    Donc, nous voyons là deux ensembles suggestifs à aider quiconque mais qui ne sont (ou seraient) pas usés !

    Quoi de plus beau et de plus grandiose que de modifier la trajectoire d'un ouragan ? Quoi de plus fort et de plus généreux que d'offrir des pluies à des pays où il ne pleut pas ?

    Là, effectivement, vous vous rendez compte que l'on vous ment sur toute la ligne ! et depuis longtemps pour pas dire toujours !!

    Idem pour les coûts exact du prix du pétrole où, il doit (2 fois par jour à Londres et à New-York) passer par 'les cours du marché'. 'les cours du marché' mon cul, ouais ! La liberté pour un pays c'est de pouvoir acheter librement quelque chose au prix du marchand et non au tarif de la mafia. Ainsi, comme le pétrole est parfois même moins cher à exploiter que l'eau qui sort également toute seule de terre, pourrait-il y avoir du carburant à 5 ou 10 centimes à la pompe.
    .
    Mais... dans des pays où même l'eau a un prix !!! (faut rajouter du chlore et du fluor !), comptez pas sur ceux-là pour vous en dire plus sur la vérité du pour qui on vous prend !
    .
    Si bien que, pour ajouter l'insulte à l'injure, ils en sont même à examiner à vous faire payer... l'air que vous (osez) respirez ! ainsi qu'une amende pour l'avoir pollué et, comme le dit gazcarbonique serait désormais listé en tant que poison ! pourquoi pas l'échafaud pour avoir tué quelqu'un avec votre rejet pulmonaire !? (et, encore là je ne parle pas du méthane et de la taxe à venir sur les fayots !).
    .
    Mais là, pour 'les cours des marchés', un État pourrait très bien acheter par contrat du pétrole à 100$ le baril et s'en faire rembourser 90 par un autre moyen. Les 'petits arrangements' ne sont jamais exclus. Pareil pour toute autre Matière Première telle que le blé, le café ou le charbon. Mais, aucun pays n'est dénoncé de le faire ou de l'avoir fait ! Çà alors ?! Y aurait-il quelqu'un au-dessus des chefs d'Etats ? ou s'entendraient-ils tous comme larrons en foire ?

    https://huemaurice5.blogspot.fr/2014/05/haarp-par-ha.html

    RépondreSupprimer
  11. Les chercheurs clarifient l'identité des cellules souches du cerveau


    4 mai 2018,
    Université de Calgary


    Le système nerveux humain est une structure complexe qui envoie des signaux électriques du cerveau au reste du corps, nous permettant de bouger et de réfléchir. Malheureusement, lorsque les cellules du cerveau sont endommagées par un traumatisme ou une maladie, elles ne se régénèrent pas automatiquement. Cela peut entraîner une invalidité permanente.

    Mais dans le cerveau il y a un petit nombre de cellules souches qui persistent à l'âge adulte, offrant une source possible de nouvelles cellules pour réparer le cerveau endommagé.

    Les travaux de chercheurs de la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Calgary jettent un nouvel éclairage sur l'identité des cellules du cerveau qui présentent la fonction de cellules souches neurales.

    Un type, les cellules souches neurales astrocytaires, peut s'auto-renouveler et générer de nouveaux neurones, en particulier suite à une lésion cérébrale. L'autre type - appelé cellules épendymaires - fournit une doublure de soutien entre le cerveau et le liquide qui baigne le cerveau.

    «Fait important, les cellules épendymaires qui tapissent les cavernes du cerveau se trouvent également à côté des cellules souches neurales, suggérant qu'elles pourraient être des régulateurs importants de la fonction des cellules souches neurales», explique Jeff Biernaskie, Ph.D., Calgary Firefighters Burn Treatment Chaire de recherche sur la régénération de la peau et la cicatrisation des plaies, professeure agrégée de biologie des cellules souches à la Faculté de médecine vétérinaire.

    "Cependant, plusieurs études de haut niveau ont suggéré que les cellules épendymaires peuvent devenir elles-mêmes des cellules souches neurales, lorsqu'elles sont activées par une lésion cérébrale. Notre travail fournit des preuves que ce n'est pas le cas et donne un nouvel aperçu de leur contribution au cerveau. fonction."

    La recherche de Biernaskie est publiée dans l'édition du 3 mai de la revue Cell. Les co-auteurs principaux de l'étude sont Prajay Shah et Jo Anne Stratton.

    Dans l'étude, les chercheurs ont développé un processus leur permettant de marquer spécifiquement les cellules épendymaires dans le cerveau adulte, tout en évitant les cellules souches astrocytaires. Biernaskie dit que la recherche clarifie non seulement l'identité de la cellule souche neurale adulte, il fournit également un nouveau modèle pour étudier la fonction des cellules épendymaires et leur rôle dans le maintien de la fonction cérébrale normale.

    "Nous espérons que le modèle que nous avons développé sera un outil important pour comprendre l'impact de la dysfonction cellulaire épendymaire au cours du développement du cerveau et dans l'apparition des maladies neurodégénératives."

    https://medicalxpress.com/news/2018-05-identity-brain-stem-cells.html

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Il reste juste à convaincre le cerveau d'accepter une nouvelle batterie !

      Par contre, s'il faut refaire toute l'installation aux normes européennes...

      Tout ce qui vit est électrique jusqu'aux plantes. Entre le + et le - existe existentialisme de l'électricité

      Supprimer
  12. Les cyberpirates nigérians ont une opportunité en or pour vous attaquer : le RGPD


    5 MAI 2018
    Audrey Duperron


    Ironiquement, des escrocs en ligne exploitent la nouvelle réglementation de l'Union européenne - destinée à protéger les données personnelles des utilisateurs - pour lancer une nouvelle vague d'arnaques visant à leur extorquer ces données. C’est la conclusion des chercheurs de Redscan, une firme de cybersécurité.

    Le RGPD, c'est-à-dire la nouvelle réglementation de l'Union européenne concernant les données personnelles, entrera en vigueur le 25 mai prochain. Des cyberpirates profitent de cette échéance pour envoyer des e-mails émanant prétendument d'entreprises affectées par cette nouvelle réglementation.

    Une opportunité unique pour les pirates

    Le RGPD a pour but d’encadrer la manière dont les entreprises de l'Internet collectent, conservent et utilisent les données personnelles des internautes. Désormais, ces entreprises devront expliquer à leurs utilisateurs l’usage qu’elles réservent à leurs données personnelles dans un langage simple et dépourvu d'ambiguïtés. Elles devront également obtenir leur autorisation expresse et éclairée pour exploiter ces données personnelles de la manière prévue.

    Cela suppose donc qu’elles devront établir une communication pour donner ces informations, et recueillir le consentement des internautes, et c’est cette communication qui fournit une opportunité d’arnaque aux cyberpirates. Il leur est facile de se faire passer pour les entreprises soumises à ces contraintes pour extorquer des données personnelles, et éventuellement bancaires, à leurs victimes.

    Dans un cas qui a attiré l'attention, un escroc se faisant passer pour Airbnb demandait à ses victimes d'accepter une nouvelle politique concernant les données personnelles, avant de lui demander de lui communiquer des informations personnelles, y compris leur numéro de carte de crédit.

    Confrontés à une vague de courriers similaires, il y a fort à parier que de nombreux internautes baisseront la garde, et exécuteront presque machinalement les instructions qui leur seront données dans ces emails dans un grand nombre de situations.

    Des escroqueries farfelues... à dessein

    On pourrait croire qu’avec le développement de l’Internet, les escroqueries en ligne au moyen d'e-mails, provenant souvent du Nigéria, réclamant souvent à leurs récipiendaires de leur adresser une somme modeste pour accéder à un fabuleux pactole, feraient de moins en moins de victimes, mais il n’en est rien.

    Il y a quelques années, des chercheurs de Microsoft, qui s’étaient demandé pourquoi ces escrocs employaient des subterfuges aussi peu subtils, étaient parvenus à la conclusion que la faible crédibilité de leurs prétextes était totalement délibérée.

    RépondreSupprimer
  13. "Les histoires tirées par les cheveux de riches Africains de l’Ouest semblent comiques pour la plupart d’entre nous. Notre analyse suggère que c’est un avantage pour l’attaquant, et non un désavantage. Comme l’attaque ne permettra de toucher qu’une faible densité de victimes, l’arnaqueur nigérian a un besoin impérieux d’éliminer les fausses joies. En envoyant un email qui dissuade tout le monde, hormis les plus crédules, l’arnaqueur obtient les scores les plus prometteurs de sélection, et renverse le ratio de vraie touche contre fausse joie en sa faveur", avaient-ils expliqué.

    Les Yahoo Boys

    Les emails ont tout de même évolué pour être plus crédibles, et de nos jours, ces arnaques sont plus sophistiquées que jamais. Elles sont aussi devenues de véritables vaches à lait pour ces gangs indique Wired. Les Yahoo Boys, comme on surnomme les jeunes pirates nigérians qui exploitent ces emails, parce qu’ils se sont rendus célèbres en ciblant plus particulièrement les messageries sur Yahoo, se sont mués en une mafia, avec ses codes, ses initiés, son propre langage, et même sa musique.

    Désormais, ils imitent les messageries électroniques des entreprises, et les piratent même parfois pour adresser des e-mails aux petites entreprises, qui ont tendance à avoir plus de disponibilités sur leur compte en banque que les particuliers. D’après le FBI, entre octobre 2013 et décembre 2016, plus de 40 000 arnaques au moyen d’emails d’entreprises usurpés auraient permis de dérober 5,3 milliards de dollars (environ 4,4 milliards d’euros).

    Un réseau criminel très étendu

    Non seulement leurs tentatives sont de plus en plus sophistiquées, mais leurs cibles sont aussi de plus en plus grosses.

    Selon la firme de sécurité Crowdstrike, ces gangs sont adossés à un vaste réseau criminel comprenant des ramifications dans les trafics en tous genres, la drogue, la prostitution, le blanchiment d’argent et la crybercriminalité. “On commence seulement à réaliser l’étendue de cette menace criminelle”, indique-t-elle.

    https://fr.express.live/2018/05/05/les-cyberpirates-nigerians-ont-une-opportunite-en-or-pour-vous-attaquer-le-rgpd

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet


      By lejournaldusiecle
      14 février 2013


      Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d’euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l’euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

      C’est le Daily Telegraph qui a révélé l’information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d’une campagne sans précédent de réorientation de l’opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

      Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l’opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique.

      Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s’agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

      Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu’expriment de plus en plus d’Européens, à savoir que "l’Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d’Europe", et non pas "moins d’Europe".

      Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu’est l’UE, dixit Barroso.

      En pleine crise économique, et alors que l’austérité est imposée aux États, l’UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu’une augmentation de près de 2 millions d’euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés l’an prochain.

      Nigel Farage a été l’un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l’UE ne valait pas mieux qu’une "république bananière".

      Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

      http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet

      Supprimer
  14. Un tremblement de terre majeur ébranle Hawaii, déclenchant plus d'éruptions volcaniques


    par Tyler Durden
    Sam, 05/05/2018 - 10:27


    Un jour après l'éruption du volcan Kilauea d'Hawaï, qui a fait fuir des milliers de personnes dans le magma, l'US Geological Survey a enregistré vendredi un séisme d'une magnitude de 6,9 situé à peu près au même endroit qu'un séisme meurtrier de 1975 cela a causé la mort de deux personnes, selon l'Agence France-Presse.

    Le séisme a déclenché plus d'éruptions en ouvrant cinq bouches de magma dans la région, a rapporté CNN. Un tremblement de terre de magnitude 5.4 plus petit et séparé a été enregistré plus tôt dans la journée, ainsi qu'un essaim de répliques plus petites. USGS a dit craindre que les tremblements de terre pourraient déclencher plus d'éruptions.

    L'USGS a déclaré que le séisme a frappé à 12h32 heure locale et était centré sur le flanc sud du volcan Kilauea, qui a éclaté jeudi après une série de secousses. Dans certains endroits, de la lave pourrait être vu bouillonnant à travers les fissures dans la rue dans un lotissement de tony connu sous le nom de Leilani Estates et Lanipuna Gardens.

    Quakes

    Les autorités ont dit à l'AFP d'attendre plus d'activité sismique.

    "L'activité continue", a-t-il déclaré, "Rien ne ralentit", a déclaré l'administrateur de la défense civile du comté d'Hawaii, Talmadge Magno.

    Environ 1.700 personnes vivent dans la région, qui abrite également 770 structures. Plus de 10 000 personnes vivent dans la zone plus vaste qui pourrait être touchée par les tremblements de terre et les éruptions. Aucune blessure n'a été signalée, mais plusieurs maisons ont été endommagées ou détruites.

    Éruption

    Des images de drones ont montré que la lave jaillissait du sol et traversait une forêt à proximité.

    Volcan

    Les autorités ont exhorté tous les résidents restants à évacuer et a averti des niveaux extrêmement élevés de vapeurs toxiques.

    «Le service d'incendie d'Hawaii signale des conditions de qualité de l'air extrêmement dangereuses en raison des niveaux élevés de dioxyde de soufre dans la zone d'évacuation», a déclaré l'Agence de défense civile du comté d'Hawaii.

    "Les personnes âgées, les jeunes et les personnes souffrant de problèmes respiratoires doivent se conformer à l'ordre d'évacuation obligatoire et quitter la zone", a indiqué un communiqué du bureau du maire.

    Mais ce n'est pas comme si ces éruptions étaient une surprise.

    Une résidente de la région qui a parlé à l'AFP a dit qu'elle était soulagée que le tremblement de terre ait eu lieu.

    RépondreSupprimer
  15. La résidente de Big Island, Janice Wei, qui a déménagé à Hawaii en provenance de Californie - connue pour son propre risque de tremblement de terre - a déclaré que l'éruption était presque un «soulagement».

    "Nous attendions de grands mouvements du cratère, après tant de petits tremblements de terre", a-t-elle déclaré à l'AFP.

    "Les Hawaïens et les populations locales ont vécu ici pour toujours", a-t-elle dit. "Vous savez ce qui se passe, nous avons des systèmes d'alerte.

    "Tout le monde devrait être préparé."

    Une géologue a déclaré à l'AFP qu'elle et son équipe suivaient depuis lundi une "intrusion de magma" qui a été déclenchée par l'effondrement d'un évent de cratère volcanique connu sous le nom de Puu Oo.

    La géologue Janet Babb, de l'Observatoire du volcan hawaïen, a déclaré à l'AFP que des scientifiques avaient suivi une "intrusion de magma" dans la zone du rift depuis lundi après-midi en prévision d'une éruption possible.

    Bien que les fissures dont émanait la lave étaient devenues dormantes, elle a souligné que "la préoccupation générale et l'événement global ne sont pas terminés".

    Le sénateur américain Brian Schatz d'Hawaii a déclaré que l'Agence fédérale de gestion des urgences mobilisait des ressources, ainsi que la surveillance des incendies de forêt, des pannes de courant et des problèmes d'approvisionnement en eau.

    L'île d'Hawaï, ou la grande île, est la plus grande des huit îles principales qui composent l'État américain du Pacifique, un archipel qui comprend des centaines d'îles volcaniques plus petites.

    Alors que le magma sous Kilauea continue de se former, l'USGS a rappelé aux habitants de la région de rester vigilants. Et nous imaginons que quiconque a vu les images drones de l'éruption devrait être prêt à faire exactement cela:

    https://www.zerohedge.com/news/2018-05-05/major-earthquake-rattles-hawaii-triggering-more-volcanic-eruptions

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) «Le service d'incendie d'Hawaii signale des conditions de qualité de l'air extrêmement dangereuses en raison des niveaux élevés de dioxyde de soufre dans la zone d'évacuation», a déclaré l'Agence de défense civile du comté d'Hawaii. (...)

      Toute cette pollution aérienne disparaîtra en qq heures. Tous les gaz se recyclent. Tous !

      Supprimer
  16. La tour de force est insuffisante: elle ne produit que 30% de la capacité


    5 mai 2018
    par Albert Parker


    Si l'on considère les données de base technologiques annuelles du Laboratoire national de l'énergie renouvelable (2017), [1] et [2], ils disent que la technologie représentative actuelle pour la concentration de l'énergie solaire est la tourelle à sel fondu. Ils admettent que la première (et la seule) grande centrale à sel fondu avec 10 heures de stockage est celle de Crescent Dunes, 110 MW, mise en service en 2015.

    Leur cahier des charges solaire est basé sur des tours solaires purement hypothétiques avec un stockage d'énergie thermique direct de 10 heures censé fournir des facteurs de capacité annuels (rapport de l'électricité réelle livrée en un an par rapport au produit de la puissance installée par le nombre d'heures en un an) dépassant largement la barre des 50%, plus précisément 56% dans une classe d'isolation 3 (Las Vegas, NV) ou 59% dans une classe d'isolation 5 (Dagget, CA).

    Ces facteurs de capacité de 56% et 59% correspondent à une production annuelle d'électricité par unité de capacité (puissance) de 4 906 et 5 168 kWh / kW qui ne sont nulle part visibles même à proximité des usines sur Terre.

    Si nous regardons les centrales solaires à concentration concentrées opérationnelles de plus de 50 MW dans le monde entier, cette liste comprend 34 stations, dont 31 sont paraboliques, une technologie d'énergie solaire concentrée beaucoup plus consolidée et fiable, 1 est un réflecteur de Fresnel, et seulement 2 d'entre eux sont la tour solaire.

    Les deux centrales sont situées aux États-Unis, le groupe électrogène Ivanpah Solar de 377 MW et le projet d'énergie solaire Crescent Dunes de 110 MW.

    Comme la production d'électricité réelle de ces usines est disponible auprès de l'Energy Information Administration des États-Unis [3], nous pouvons certainement vérifier si les numéros de NREL sont corrects.

    À titre de comparaison, nous considérons également les données d'une centrale à auge parabolique à concentration d'énergie solaire plus fiable construite de la même manière, la Genesis de 250 MW, qui n'a pas de stockage d'énergie thermique.

    Pour les 377 MW d'Ivanpah, la production d'électricité prévue était de 1 079 232 MWh par année, ce qui correspond à un facteur de capacité de 32,68%, avec un soutien minimal en brûlant du gaz naturel.

    Pour les Dunes Crescent de 110 MW, la production d'électricité prévue était de 500 000 MWh par an, ce qui correspond à un facteur de capacité de 51,89%.

    Pour Genesis, la production d'électricité prévue n'était que de 580 000 MWh par an, correspondant à un facteur de capacité de 26,48 %.

    La figure 1 présente les facteurs de capacité mensuels d'Ivanpah, de Crescent Dunes et de Genesis.

    Il est à noter que les facteurs de capacité mensuels varient selon la saison.

    Pour fournir un facteur de capacité annuel de 56 % ou de 59 % seulement, les facteurs de capacité estivale devraient être beaucoup plus importants que ceux qui compensent la baisse du printemps / automne et plus que les facteurs de capacité hivernale.

    RépondreSupprimer
  17. Ivanpah n'a pas de stockage d'énergie thermique, mais de stimuler par la combustion du gaz naturel. Jusqu'à présent, il a été capable d'atteindre un facteur de capacité annuel de 21,29 % ne tenant pas compte de la combustion importante de gaz naturel. Comme le gaz naturel peut être mieux brûlé dans une centrale à turbine à gaz à cycle combiné, le facteur de capacité annuel réel est réduit à 14,42 % lorsqu'il est corrigé pour la consommation de gaz naturel dans une centrale à turbine à gaz à cycle combiné.

    Crescent Dunes est la technologie représentative actuelle pour la concentration de l'énergie solaire par NREL.

    Le projet a livré jusqu'à présent beaucoup moins que la production d'électricité prévue, un facteur de capacité annuelle de 13,21 % dans la meilleure année.

    L'usine a eu un problème majeur dans le stockage d'énergie thermique qui a empêché la production d'électricité pendant une longue période, et ne récupère pas encore.

    La plus fiable Genesis a été capable de produire de l'électricité en atteignant un facteur de capacité annuel de près de 30 % sans aucune augmentation par la combustion de gaz naturel, une valeur encore meilleure que prévu.

    Il ne semble pas approprié de proposer comme "technologie actuelle" une technologie qui ne semble pas encore mature, tout en minimisant ce qui fonctionne déjà beaucoup mieux.

    Le stockage d'énergie thermique n'est pas une technologie aussi éprouvée et mature. De même, mais légèrement mieux, la technologie de la tour solaire est beaucoup plus gênante que la technologie parabolique.

    Tandis que NREL ne met pas à jour les chiffres pour correspondre à la réalité, le gouvernement sud-australien et le gouvernement fédéral australien ont récemment décidé de construire (environ) la même centrale de Crescent Dunes par le même promoteur à Port Augusta, Australie méridionale [4], [5]

    Fig. 1 - Facteurs de capacité mensuelle pour les centrales solaires à concentration d'Ivanpah, Crescent Dunes et Genesis. Les facteurs de capacité annuelle de conception sont de 32,68 % pour Ivanpah (mais avec un soutien minimal de la combustion du gaz naturel), de 51,89 % pour Crescent Dunes et de 26,48 % pour Genesis. Ivanpah a été en mesure d'atteindre un facteur de capacité annuel de 21,29 % en 2016, ne tenant pas compte de la combustion importante de gaz naturel. Crescent Dunes a fourni un facteur de capacité annuel de 13,21 % en 2016. Genesis a été en mesure de produire de l'électricité atteignant un facteur de capacité annuel de près de 30 % en 2006.

    References

    [1] National Renewable Energy Laboratory (NREL). 2017 Annual Technology Baseline. Golden, CO: National Renewable Energy Laboratory. www.nrel.gov/analysis/data_tech_baseline.html

    [2] National Renewable Energy Laboratory (NREL). Concentrating Solar Power. atb.nrel.gov/electricity/2017/index.html?t=sc&s=ov

    [3] Energy Information Administration (EIA). Electricity data browser – Plant Level Data.

    Available online: www.eia.gov/electricity/data/browser/

    [4] ABC News (2017), Solar thermal power plant announced for Port Augusta ‘biggest of its kind in the world’.

    www.abc.net.au/news/2017-08-14/solar-thermal-power-plant-announcement-for-port-augusta/8804628

    [5] Renewable Economy (2017). Aurora: What you should know about Port Augusta’s solar power-tower.

    reneweconomy.com.au/aurora-what-you-should-know-about-port-augustas-solar-power-tower-86715/

    https://wattsupwiththat.com/2018/05/05/the-tower-of-power-falls-short-produces-only-30-of-capacity/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorsque des ordures utilisent tous les jours la planche-à-billets (pour imprimer des images de Mickeys ou de tête coupées de reines d'angleterre), il n'est pas inconvenant de vouloir construire des échelles pour aller sur la lune ou des porte-containers à voiles ou a rameurs !

      Partant du fait constaté que tout corps qui vit est électrique et que les humains (comme les autres) ont besoin de ressources énergétique pour se mouvoir, il est nécessaire de rechercher des carburants adaptés à la situation. Ainsi, l'humain n'a pas besoin de soleil pour vivre comme le sont les taupes ou les vers de terre mais seulement d'aliments adaptés à leurs constructions.

      Vouloir rechercher de l'énergie solaire aux heures où il n'y en a pas est aussi con que de construire des éoliennes pour alimenter nos appareils électrique sans tenir compte des hausses ou des baisses de productivité voire des absences !

      La SEULE adaptation régulière (et gratuite !) est expliquée dans:

      https://huemaurice5.blogspot.fr/2014/10/a-propos-denergie-gratuite.html

      Supprimer
  18. Énergies : la providence c’est vous !


    Par Michel Gay,
    le 27 mars 2015 dans Énergie


    Pourquoi s’acharner à promouvoir des solutions qui ne marchent pas au détriment de celles qui ont fait leurs preuves ?

    Pourquoi s’acharner à promouvoir une politique énergétique soutenant de manière délirante les énergies renouvelables (notamment éoliennes et photovoltaïque) au détriment de l’énergie nucléaire alors que, de toute évidence, cette politique est nuisible à la qualité de vie des Français et qu’elle précarise un pays, voire même un continent ?

    La réponse de l’économiste Paul Krugman, prix Nobel d’économie 2008, est d’une déconcertante simplicité : « De nombreuses études psychologiques montrent que des personnes qui ont des convictions profondes, ne changent pas d’avis même face à l’évidence. On sait même que plus elles en savent et plus elles résistent. Les gens ont leurs propres valeurs. Vous pouvez faire tous les calculs que vous voudrez pour leur démontrer qu’ils sont absurdes, vous n’obtiendrez que leur colère. Ils ne changeront pas d’avis ».

    Il n’est pas nécessaire d’aller dans le biotope de la Commission européenne pour trouver des incapables de penser techniquement et économiquement juste. Des faiseurs de pauvres et des idéologues nourris au biberon de la pensée « verte », il y en a jusque dans les couloirs du gouvernement. Leur prise de position dogmatique et leur influence leur permettent de prendre des décisions ou de faire voter des lois qui modifient notre vie en profondeur. Leurs costumes-cravates, leurs allées venues de par le monde et dans les hautes sphères du pouvoir ne jouent aucun rôle sur la compréhension des conséquences catastrophiques de leurs décisions sur le niveau de vie des Français.

    Certes, des associations d’opposants aux éoliennes parviennent, par exemple, à empêcher des maires de prostituer leur commune aux vendeurs de vent, afin de s’enrichir avec l’argent de tous les citoyens contribuables et consommateurs. Mais arriveront-ils à détourner la ministre de l’environnement et les députés, notamment EELV, de soutenir le projet de loi sur la « transition énergétique » qui aura des conséquences néfastes pour tous ?

    Avis donc aux intéressés : si vous ne voulez pas être victime de cette minorité verte active qui prétend vous priver de vos droits, de votre environnement et de votre niveau de vie en vous contraignant par des lois à « transiter » vers la sobriété forcée, alors réveillez-vous et réagissez. Combattez cette dictature verte en gestation.

    L’homme ou la femme providentiel, c’est vous !

    http://www.contrepoints.org/2015/03/27/202338-energies-la-providence-cest-vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) « De nombreuses études psychologiques montrent que des personnes qui ont des convictions profondes, ne changent pas d’avis même face à l’évidence. On sait même que plus elles en savent et plus elles résistent. Les gens ont leurs propres valeurs. Vous pouvez faire tous les calculs que vous voudrez pour leur démontrer qu’ils sont absurdes, vous n’obtiendrez que leur colère. Ils ne changeront pas d’avis ». (...)

      Effectivement, tant qu'il y aura des cons qui croiront en 'dieu' en espérant qu'il les aidera à trouver le tiercé de dimanche, ou la 'vie après la mort' (!)/Tout se recycle ! Tout !

      D'où les croyances des attardés mentaux dans l'énergie des éoliennes ou du voltaïque ! Hahahaha ! pour que leurs paluchages soient moins douloureux au poignet ! Hahaha !

      Malgré tous les efforts de constructions depuis toujours, notre planète manque de personnes intelligentes aptes à répondre dans toutes les évidences. Mais, pour certains, la vérité, comme la Démocratie est une chose dont il vaut mieux cacher pour croire qu'elle existe !

      Supprimer
  19. Les "arts obscurs" de l'intelligence artificielle (ou les machines peuvent-elles vraiment penser ?)


    par Tyler Durden
    Sam, 05/05/2018 - 21:45
    Rédigé par Alasdair Macleod via GoldMoney.com,


    L'intelligence artificielle (AI) est considérée à la fois comme une aubaine et une menace. Il utilise nos données personnelles pour influencer nos vies sans que nous nous en rendions compte. Il est utilisé par les médias sociaux pour attirer notre attention sur les choses que nous sommes intéressés à acheter, et par nos tablettes et ordinateurs pour prédire ce que nous voulons taper (bon). Il facilite le ciblage des électeurs pour influencer les élections (mauvais, surtout si votre camp perd).

    Peut-être que la vérité ou d'autres allégations telles que l'ingérence électorale devraient être considérées à la lumière des intérêts de leurs promoteurs. Les politiciens sont toujours prêts à accuser un adversaire d'être sans scrupules dans ses méthodes, y compris l'utilisation de l'IA pour promouvoir de fausses nouvelles, ou influencer les électeurs ciblés d'autres façons. Un cynique pourrait argumenter que la classe politique souhaite garder le contrôle de la propagande en manipulant les médias traditionnels qu'il comprend et craint qu'IA introduise les arts noirs à son désavantage. Quelles que soient les influences derrière le débat, il ne fait aucun doute que l'IA nous propulse dans un nouveau monde, et nous devons apprendre à l'adopter, que cela nous plaise ou non.

    Pour en discuter rationnellement, nous devrions d'abord définir l'IA. Voici une définition provenant d'une recherche Google (elle-même le résultat de l'IA):

    "La théorie et le développement de systèmes informatiques capables d'effectuer des tâches nécessitant normalement l'intelligence humaine, telles que la perception visuelle, la reconnaissance de la parole, la prise de décision et la traduction entre les langues."

    Cette description ne concerne que les avantages potentiels pour nous en tant qu'individus, en nous donnant des facilités que nous désirons tous. Il nous offre une utilisation plus efficace de notre temps, ce qui augmente la productivité. Mais une autre définition, qui pourrait sonner l'alarme, est celle de Merriam-Webster: «Une branche de l'informatique traitant de la simulation du comportement intelligent dans les ordinateurs. La capacité d'une machine à imiter un comportement humain intelligent. "

    Maintenant, nous imitons les humains, en particulier lorsque nous ajoutons la capacité des machines à apprendre et à s'adapter à de nouveaux stimuli. Sûrement, cela signifie que les machines prennent le contrôle des emplois et même de notre capacité à commander. Ce sont des aspects sensibles du débat sur l'IA, et même la Chambre des lords a mis sur pied un comité spécial pour en rendre compte, ce qu'elle a fait la semaine dernière. D'autres questions sérieuses ont également été soulevées, par exemple: qui devons-nous tenir responsable du développement d'algorithmes et de la qualité des données qui sont entrées ?

    RépondreSupprimer
  20. Cet article est une tentative de mise en perspective de l'IA. Il commence par une brève histoire, examine ses capacités et son potentiel, et enfin aborde le danger ultime de l'IA selon ses détracteurs: la capacité de l'IA et de l'apprentissage automatique à reproduire le cerveau humain et ainsi nous contrôler.

    Les bases de l'IA

    L'IA a toujours fait partie intégrante du développement informatique. Déjà en 1950, Alan Turing publiait un article, Computing Machinery and Intelligence, qui posait la question: "Les machines peuvent-elles penser ?". C'était le concept d'un «test de Turing» qui déterminait si une machine avait atteint la vraie IA, et le terme AI lui-même provenait de cette période. La décennie suivante a vu la création de grands centres universitaires pour l'IA aux États-Unis au MIT, à l'Université Carnegie Mellon de Stanford et à l'Université d'Edimbourg au Royaume-Uni.

    Les années 1980 ont vu les gouvernements s'impliquer, avec le projet de cinquième génération du Japon, suivi par le gouvernement britannique qui a lancé le programme Alvey pour améliorer la compétitivité de la technologie de l'information au Royaume-Uni. Cet effort a échoué dans son objectif central, et la complexité même de la programmation pour la complexité croissante des règles a conduit à une perte d'enthousiasme du gouvernement pour le financement du développement de l'IA. Aux États-Unis, l'Agence des projets de recherche avancée de la Défense a également réduit ses dépenses en IA d'un tiers.

    Cependant, à la fin des années 1980, le secteur privé a commencé à développer l'intelligence artificielle pour des applications dans les prévisions boursières, l'exploration de données et les systèmes de traitement visuel tels que la reconnaissance des plaques d'immatriculation dans les caméras de circulation. La méthode neuronale de filtrage des entrées à travers des couches de nœuds de traitement a été développée pour rechercher des modèles statistiques et autres.

    Ce n'est que depuis le début du siècle que le grand public est devenu de plus en plus familier avec le terme AI, à la suite des développements de l'apprentissage en profondeur utilisant des réseaux de neurones. Plus récemment, l'apprentissage en profondeur, utilisé par exemple pour la reconnaissance de la parole et de l'image, a été stimulé par la combinaison de la disponibilité croissante des données pour former les systèmes, l'augmentation de la puissance de traitement et le développement d'algorithmes plus sophistiqués. Les plates-formes cloud permettent désormais aux utilisateurs de déployer l'intelligence artificielle sans investir dans du matériel supplémentaire. Et les plateformes de développement open-source ont encore abaissé les barrières à l'entrée.

    Alors que les progrès de l'IA depuis l'article original de Turing ont été quelque peu inégaux, ces nouveaux facteurs semblent promettre un développement accéléré des capacités et des applications de l'IA à l'avenir. Les implications pour l'automatisation, la façon dont nous travaillons et le remplacement de nombreuses fonctions humaines ont soulevé des préoccupations qui semblent compenser les avantages. Il y a aussi des conséquences pour les gouvernements qui ne parviennent pas à saisir l'importance de cette révolution et qui, à travers les politiques publiques, cherchent à limiter son potentiel. Ensuite, il y a la question de l'utilisation des données et de la propriété des données. J'aborderai brièvement ces questions avant d'aborder la question philosophique de savoir si l'IA et l'apprentissage automatique peuvent finalement passer le test de Turing au sens général.

    RépondreSupprimer
  21. L'équilibre travail-AI

    L'IA et l'apprentissage automatique sont déjà avec nous de plusieurs façons que la plupart d'entre nous en sommes conscients. Une voiture moderne peut maintenant se conduire avec un minimum d'apport humain, et ces capacités ne sont plus seulement expérimentales, devenant de plus en plus communes sur toutes les voitures. Les systèmes de navigation utilisent l'IA pour déterminer les choix d'itinéraires à la lumière de l'encombrement actuel du trafic. Les contrôles aux frontières utilisent la reconnaissance de l'iris pour faire correspondre les données du passeport avec la personne. Les compagnies aériennes évaluent leurs sièges de manière dynamique, et l'IA est de plus en plus utilisée pour le diagnostic sanitaire, la détection des premiers signes de cancer en étant un exemple. Cachés de nous, les entreprises utilisent de plus en plus AI incorporé dans leurs systèmes internes pour fournir des services plus efficacement. L'IA et l'apprentissage automatique deviennent rapidement omniprésents.

    Ces applications ont toutes une portée étroite, dans le sens où elles effectuent des tâches spécifiques qui nécessiteraient l'intelligence d'un être humain. Ils impliquent une ou deux catégories de données et souvent les deux, selon l'application. Le premier type est celui des données générales, telles que celles utilisées pour générer des prévisions météorologiques et des prix, la seconde étant personnelle pour les individus.

    Les lois sur la protection de la vie privée concernant les données à caractère personnel deviennent de plus en plus restrictives à mesure que les gouvernements répriment leur utilisation. Plus les gouvernements font cela de manière agressive, moins la flexibilité d'une entreprise dans la conception de solutions AI pour ceux dont elle utilise les données est faible. Par conséquent, un gouvernement qui tient compte à la fois des problèmes de protection de la vie privée et des avantages de l'IA à portée restreinte verra vraisemblablement plus d'avancées économiques dans ce domaine que celui qui ne fait pas la distinction. Les gouvernements britannique et américain semblent être plus favorables aux chefs de file dans ce domaine que l'UE. L'UE a infligé des amendes à presque toutes les grandes entreprises technologiques américaines, souvent pour des motifs discutables, ne faisant guère preuve d'une attitude constructive face au développement technologique futur. Et tandis qu'il existe des poches d'entrepreneuriat en Europe continentale, ils ne sont pas en train de rivaliser avec le double jumeau de Londres et d'Oxford.

    Cela peut être important après le Brexit. Le mois dernier, le gouvernement britannique a annoncé un programme d'investissement de 1 milliard de livres avec l'ambition de faire du Royaume-Uni le meilleur endroit pour démarrer et développer une activité d'IA. Pendant ce temps, l'attitude de l'UE est largement paroissiale, protectionniste, anti-changement et semble être particulièrement antagoniste contre les grandes sociétés américaines qui ont tant fait pour faire progresser l'IA.

    RépondreSupprimer
  22. L'IA devient critique pour la création d'emplois. Chaque changement technologique dans l'histoire enregistrée a été condamné à l'avance comme destruction d'emplois, et chaque changement technologique a fini par les créer à la place et améliorer à la fois la qualité de vie et les gains de la personne moyenne. Il n'y a aucune raison de penser que l'IA sera différente. C'est cette chose incommensurable, appelée progrès, qui assure la création d'emplois et la création d'emplois est toujours le résultat de changements positifs.

    Comme presque toutes les autres inventions déployées pour le bénéfice ultime du consommateur, AI est une créature du secteur privé, pas du gouvernement. Un gouvernement démocratique n'a jamais pour fonction d'innover, il doit donc résister à la tentation d'empêcher les changements émanant du secteur privé, en particulier lorsqu'il s'agit de protéger des emplois. En outre, une réglementation inutile permet de faire progresser l'IA sur une plaque vers d'autres juridictions, comme la Chine, dont le gouvernement est semi-entrepreneur et développe et déploie agressivement l'IA pour son propre intérêt national.

    Ceux qui ont une compréhension limitée des marchés libres ne comprennent pas que l'IA, dans le sens étroit que nous abordons ici, produira ses propres solutions aux problèmes de données et d'automatisation. Par exemple, Sir Tim Berners-Lee développe actuellement avec le MIT un projet qui aboutira à une «véritable propriété des données et à une meilleure confidentialité», qui, en cas de succès, rendra non seulement redondante la réglementation récente sur la vie privée, mais aussi des opérateurs sans scrupules exploitant les failles de la réglementation et garantissant que les limites juridictionnelles de la loi ne peuvent plus être exploitées.

    L'équilibre entre le travail et l'IA, tant que les gouvernements adoptent une approche minimaliste de la réglementation, promet d'être extrêmement bénéfique pour les gens ordinaires, améliorant la qualité de vie, tout comme la révolution des données sur Internet depuis vingt-cinq ans. Nous ne pouvons pas prévoir le résultat précis, car le développement de nouvelles technologies est toujours de nature progressive, avec une étape menant à d'autres pas encore en vue. Cependant, la limitation de l'IA jusqu'à présent a été son application est toujours étroite dans son contexte, pour le bénéfice ultime des consommateurs. L'application de l'IA au sens général, où les ordinateurs et les robots acquièrent la capacité de contrôler les humains dans un nouveau monde cauchemardesque courageux est peut-être ce qui effraie les non-initiés, avec des commentaires tels que «Où tout cela va-t-il finir ?

    IA générale

    Toutes les IA ont été développées pour des applications au sens étroit, c'est-à-dire pour effectuer des tâches spécifiques intelligemment. Par intelligemment, nous nous référons à l'apprentissage automatique et à l'apprentissage profond appliqué uniquement dans un contexte spécifique. Un ordinateur peut maintenant battre un grand maître d'échecs, et dans une réalisation plus récente, DeepMind, une filiale de Google basée au Royaume-Uni, a maîtrisé le jeu de Go.

    Ces réalisations suggèrent que l'IA est maintenant supérieure à l'esprit humain, mais cela n'est vrai que pour des tâches définies. Jusqu'à présent, peu ou pas de progrès ont été réalisés dans l'IA pour des applications non spécifiques ou générales. Cela peut être dû en partie au fait qu'il y a peu de demande pour une machine avec des applications non spécifiques, ou que les données et le traitement requis sont non substantiels sur le plan économique. Peut-être que c'est une question pour la prochaine génération d'IA, qui pourrait tenter les algorithmes. Cependant, les obstacles pratiques sont une chose, et si cela peut jamais être réalisé est essentiellement une question philosophique.

    RépondreSupprimer
  23. Il y a un choc des sciences entre le monde de la physique, qui travaille pour les règles, les formules et les lois, et la nature humaine, qui n'est guidée que par elles. La machine et l'apprentissage en profondeur reposent sur la mise à jour continue des données historiques pour détecter les modèles de comportement humain à partir desquels les résultats peuvent être prévus. Le fait que les machines doivent continuellement apprendre de nouvelles entrées nous dit que l'IA est en quelque sorte une mauvaise appellation: le test d'Alan Turing, les machines pensent, doit et doit toujours être répondu de cette façon: elles semblent seulement penser.

    C'est une distinction essentielle. Oui, nous utilisons tous des données et de l'expérience pour nous aider à prendre nos décisions, et oui, l'apprentissage en profondeur permet à une machine de toujours traiter cette information mieux qu'un humain. Mais où les deux divergent est sur le choix. Une machine doit toujours choisir une sortie vrai / faux de toutes ses entrées. Un humain a toujours un choix qui, lorsqu'il est pris, peut paraître irrationnel à un observateur. Et nous pouvons alors poser la question, est-ce le sélecteur ou l'observateur qui est irrationnel? Pour faire ce point autrement, si la machine fait un choix qu'un humain n'accepte pas, l'humain peut l'ignorer, l'utiliser comme base pour faire un choix entièrement différent, ou même éteindre la machine.

    C'est la différence fondamentale entre l'apprentissage automatique et les processus de pensée humaine. Une machine produit des sorties essentiellement binaires: agir ou ne pas agir, transformer les entrées en une image reconnue ou non reconnue, et ainsi de suite. Un humain peut être logique, illogique ou même une combinaison des deux, et est rarement lié à des résultats binaires.

    Pour ces raisons, nous pouvons être sûrs que les machines ne nous prendront jamais au dépourvu, dans le sens qui est souvent prédit en science-fiction. Mais cela laisse toujours sans réponse la question de savoir pourquoi les algorithmes sont si efficaces dans la négociation d'instruments financiers, ce qui implique de prévoir l'action humaine qui fixe les prix de demain. Loin d'être la preuve de la supériorité intellectuelle d'une machine, elle fournit un bon exemple de la différence entre intelligence humaine et intelligence artificielle, et des limites de celle-ci.

    L'informatique, ou le trading algorithmique, a deux objectifs différents en tête. Il y a la négociation qui implique de traiter à la demande de l'homme, comme le rééquilibrage d'un indice-tracker, ou la réallocation des flux d'ETF et des sorties de fonds vers et depuis les investissements est conforme à l'objectif. Nous allons mettre cette fonction mécanique d'un côté. Alternativement, il est utilisé pour le commerce automatisé pour le profit, qui est où la controverse réside.

    Le trading automatisé n'est pas intelligent dans le sens humain, étant basé sur des règles appliquées aux données historiques, continuellement modifiées au fur et à mesure que de nouvelles données sont ajoutées. Il suppose que les modèles commerciaux passés seront répétés, puis à travers la magie de l'électronique bat les penseurs humains plus lents et les machines rivales en passant des commandes et les faire exécuter en millisecondes. Le commerce humain implique leur expérience, la reconnaissance des formes, des facteurs extérieurs au prix tels que les nouvelles, la capacité innée et l'émotion. La combinaison de ces facteurs rend la performance humaine à la fois réussie et infructueuse et introduit l'intuition. La force et le succès du commerce électronique sont dus au manque de facteurs humains dans le négoce de titres, et non parce qu'il les reproduit.

    RépondreSupprimer
  24. La présence croissante du commerce électronique sur les marchés étend sans doute les tendances cycliques aux territoires de surévaluation et de sous-évaluation. Cette affirmation est conditionnée par l'absence d'éléments de preuve contrefactuels solides pour le prouver, mais si une part significative du total des transactions d'un instrument particulier est menée uniquement sur une extension des tendances passées, cela semble probable. En d'autres termes, l'IA finit par générer des prix anticipés par l'IA, réduisant l'élément humain dans les prix au lieu de les prévoir.

    Les implications plus larges de ces distorsions dépassent la portée de cet article, qui est de débattre de savoir si l'IA est une aubaine ou une menace. Nous avons établi que l'IA et l'apprentissage automatique sont et seront une aide énorme pour l'humanité, et que les peurs d'un monde nouveau et courageux où les machines sont les maîtres et les humains les esclaves sont incompatibles avec la science. Les craintes concernant les pertes d'emploi de l'IA, tout comme les craintes liées à la sécurité de l'emploi avec tous les développements technologiques pervers, sont déplacées.

    Et si Alan Turin était vivant aujourd'hui, il serait intéressant de savoir si sa question, pensent les machines, a été répondue à sa satisfaction. La preuve est qu'il n'a pas et ne sera peut-être jamais.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-05-05/dark-arts-artificial-intelligence-or-can-machines-really-think

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'''Intelligence Artificelle' N'EXISTE PAS !
      A ne pas confondre avec des ordis ou calculettes qui ne sont que des commutateur électrique (pour allumer une ampoule) où est ajouter de la mémoire (comme elle l'est sur TOUS les ordis et calculettes de poche).

      - L'ordi ou calculette vont plus vite. C'est tout !

      Demandez leur à ces cons qui cherchent à vendre ce qui n'existe pas de les monter sur leurs éoliennes ou panneaux solaire ! HAHAHAHAHAHA !

      Supprimer
  25. Oui, le gouvernement américain peut encore confisquer l'or


    par Tyler Durden
    Sam, 05/05/2018 - 16:45
    Auteur de Tom Lewis via The GoldTelegraph,


    Les gens du monde entier aiment l'or. Il a toujours été la couverture la plus fiable contre l'incertitude économique. Pourtant, peu de gens considèrent que le gouvernement (qui est généralement responsable du refus) a le pouvoir de saisir votre or.

    Historiquement, le gouvernement va saisir l'or quand c'est le plus précieux, pendant les périodes où sa monnaie fiduciaire est devenue complètement dévaluée. Lorsque le président Roosevelt rendit la propriété des lingots d'or illégale en 1933, le mouvement fut précédé par le boom des années folles, puis le krach de 1929. Bien que Roosevelt ne l'appela pas confiscation d'or; il préférait le terme «thésaurisation de l'or».

    Dans les années 1930, le gouvernement américain était confronté à sa crise financière la plus grave, et il avait besoin d'or (quelque chose de valeur), pour stimuler l'économie qui fonctionnait sur les flammes de la monnaie fiduciaire. Donc, il a fallu l'or des gens. C'était aussi simple que ça. Le non-respect était menacé de sanctions sévères.

    Nous sommes peut-être confrontés à une autre crise financière, et il serait peut-être préférable d'éviter le rôle de «thésauriseur d'or» fugitif. À ce stade, il est illogique que le gouvernement confisque l'or privé, car une société sans argent contrôlera indirectement les peuples. finances.

    Pourquoi le gouvernement va-t-il saisir l'or ? En 1933, en vertu de la Federal Reserve Act de 1913, le dollar devait être soutenu par 40% d'or. Cela donnerait à la Réserve Fédérale la possibilité d'imprimer de l'argent en cas de besoin. Qu'est-ce qu'un gouvernement doit faire lorsqu'il doit imprimer de l'argent, mais n'a pas les réserves d'or nécessaires pour le sauvegarder ? Il passe un décret rendant la propriété d'or illégale, mais achète l'or illégal lui-même. C'est ce que Roosevelt a fait. Lorsque le gouvernement a continué à imprimer plus d'argent, il a déclaré la propriété de l'argent illégal un an plus tard.

    Peu après que le gouvernement ait confisqué tout l'or, le prix a augmenté de 40 %. Comme par magie, le gouvernement américain avait beaucoup plus de fonds qu'auparavant. Ce qui se passe, c'est que le gouvernement achète votre or avec de l'argent, puis dévalue l'argent et augmente la valeur de l'or. Ça gagne, tu perds.

    Alors que le gouvernement attribue une valeur artificielle à l'argent, il peut faire et fait de même pour la valeur de l'or. Le gouvernement détient actuellement 261 millions d'onces d'or en réserve à 42,22 $ l'once. C'est une valeur totale de 11 milliards de dollars. Ou est-ce ? La juste valeur marchande de l'or aujourd'hui est d'environ 1 300 $ l'once. Comme Jim Rickards l'a souligné dans le New Case For Gold, l'or est ce qui a gardé la Réserve fédérale solvable en 2008.

    Il est important de savoir que, dans des circonstances extrêmes, le gouvernement des États-Unis peut toujours vous empêcher de «thésauriser» l'or s'il le souhaite.

    RépondreSupprimer
  26. De nombreux pays ont récemment rapatrié leurs réserves d'or pour garder le métal précieux plus près de chez eux. L'Allemagne n'est qu'un des pays qui a rappelé tout son or. Lorsque cela se produit, les pays se préparent souvent à des événements géopolitiques et financiers. Les gens achètent de l'or pour la même raison.

    Puisque le dollar américain n'est plus soutenu par aucune quantité d'or, pourquoi le gouvernement voudrait-il le confisquer ces jours? Le gouvernement se maintient à flot en imprimant autant de monnaie fiduciaire que possible. Plus il imprime, moins le dollar devient précieux, tandis que l'or prend de la valeur. Un gouvernement désespéré pourrait très bien commencer à considérer l'or privé comme la solution à ses problèmes.

    @GoldTelegraph_
    Voulez-vous savoir un fait triste ?

    20,00 $ en 1971 a le même pouvoir d'achat que 123,88 $ en 2018 ... en d'autres termes, l'inflation a détruit l'épargne.

    L'argent est censé être:

    a) moyen d'échange
    b) unité de compte
    c) MAGASIN DE VALEUR

    Les devises de Fiat NE stockent PAS de valeur; ça l'érode.

    Il est peu probable que le gouvernement confisque votre or à court terme. Mais tout le but de garder l'or est à long terme, alors c'est une bonne idée d'être préparé. Garder un peu d'or physique en toute sécurité est toujours une bonne idée.

    Les investisseurs qui souhaitent se couvrir contre l'inflation doivent savoir que les pièces d'or anciennes et rares conservent leur valeur sans tomber dans la définition de l'or qui peut être saisie par le gouvernement. Une fois que vous obtenez la prime lourde, des pièces d'or rares peuvent être conservées et conservées même si elles ont été déclarées illégales. Actuellement, de nombreuses pièces rares sont toujours exemptes de saisie.

    Si un gouvernement devait confisquer l'or, ce serait pour permettre aux gouvernements, au lieu du libre-échange, de contrôler l'économie. Plus le gouvernement revendique de pouvoir, moins il a de pouvoir entre les mains de ses citoyens.

    L'or a été la forme la plus fiable d'argent en étant un magasin de valeur fiable. Ses propriétés physiques sont la raison pour laquelle l'or est resté un atout convoité depuis plus de cinq mille ans.

    Avec la «bulle de tout» qui ne fait que grossir, le gouvernement américain voudra-t-il que l'or soit sous son contrôle ou sous le contrôle de ses citoyens ?

    Le temps nous le dira…

    https://www.zerohedge.com/news/2018-05-05/yes-us-government-can-still-confiscate-gold

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Rassurez vous, l'or n'A JAMAIS SERVI de référence dans aucun pays du monde et, même les marchés sont truqués !!!

      Supprimer
  27. La plus grande tromperie de l'humanité a provoqué la tromperie du réchauffement climatique


    Anthony Watts
    5 mai 2018
    Dr. Tim Ball



    Il est probable que chaque année, la variance annuelle de la quantité de vapeur d'eau dans l'atmosphère dépasse les effets de réchauffement du gaz carbonique humain. Je ne peux pas le prouver, mais personne ne peut le réfuter avec des preuves raisonnables parce qu'il n'y a pas suffisamment de données ou de compréhension des processus naturels. Cependant, c'est probablement vrai, et à lui seul détruit le récit de réchauffement de la planète causé par l'homme (AGW). C'est l'une des raisons pour lesquelles AGW est la plus grande, la plus omniprésente et la plus longue histoire de «fausses nouvelles» à ce jour. C'est aussi une histoire «d'état profond» créée et perpétuée par et à travers les bureaucraties.

    Une partie de la raison pour laquelle la tromperie persiste est due à l'incapacité des sceptiques à expliquer les problèmes scientifiques de l'allégation AGW d'une manière que les gens peuvent comprendre. Comme je l'ai écrit, la plupart des gens, c'est-à-dire les 85 % qui manquent de compétences scientifiques, trouvent les arguments scientifiques de la plupart des sceptiques trop obscurs.

    Cependant, il existe des problèmes des deux côtés du débat qui empêchent, ou du moins limitent sérieusement, la possibilité d'une compréhension et d'une explication claires. C'est le manque de données. Il y a tellement de spéculations sans faits qu'il est temps de considérer les leçons de résolution de problèmes identifiées par Sir Arthur Conan Doyle à travers son détective Sherlock Holmes.

    "C'est une erreur capitale de théoriser avant d'avoir des données. Insensiblement, on commence à tordre les faits pour convenir aux théories, au lieu de théories pour s'adapter aux faits. "

    Il est important d'utiliser une source fictive pour ce rappel car, dans le monde réel, les faits et les données ne sont plus une condition préalable. Il n'y a pratiquement pas de données météorologiques ou climatiques réelles, mais les gens des deux côtés du débat construisent des modèles informatiques et spéculent à l'infini. Ils finissent par faire exactement ce que Holmes a prédit. Il est effrayant le nombre de personnes qui sont si certaines de l'hypothèse AGW mais ne savent pratiquement rien.

    Une autre histoire de Holmes identifie deux autres problèmes créés par le manque de données et de spéculations. Le premier est l'ignorance des variables.

    Gregory (détective de Scotland Yard): "Y a-t-il un autre point sur lequel vous souhaiteriez attirer mon attention ?"

    Sherlock Holmes: "Pour l'incident curieux du chien dans la nuit."

    Gregory: "Le chien n'a rien fait pendant la nuit."

    Holmes: "C'était l'incident curieux."

    Pourquoi le GIEC et les promoteurs d'AGW ignorent-ils et même omettent-ils délibérément des variables majeures dans la complexité qu'est le temps et le climat ? Comment sont-ils autorisés à revendiquer la validité de leurs prédictions quand pratiquement tout est omis ?

    La seconde implique d'être si enveloppé dans la complexité que vous ignorez l'évidence. Cette histoire n'est pas née avec Conan Doyle, mais utilise l'approche de Sherlock pour garder son calme et ne pas perdre de vue.

    RépondreSupprimer
  28. Sherlock Holmes et le Dr Watson font un voyage de camping. Après un bon dîner et une bouteille de vin, ils se retirent pour la nuit et s'endorment. Quelques heures plus tard, Holmes se réveille et pousse son fidèle ami. "Watson, lève les yeux vers le ciel et dis-moi ce que tu vois."

    "Je vois des millions et des millions d'étoiles, Holmes", réplique Watson.

    "Et que déduisez-vous de cela ?"

    Watson réfléchit une minute. "Eh bien, astronomiquement, cela me dit qu'il y a des millions de galaxies et potentiellement des milliards de planètes. Astrologiquement, j'observe que Saturne est en Lion. Horologiquement, je déduis que le temps est environ trois heures et quart. Météorologiquement, je soupçonne que nous aurons une belle journée demain. Théologiquement, je peux voir que Dieu est tout puissant, et que nous sommes une partie petite et insignifiante de l'univers. "

    Qu'est-ce que ça vous dit, Holmes ?

    Holmes est silencieux pendant un moment. "Watson, espèce d'idiot!" Dit-il. "Quelqu'un a volé notre tente !"

    Il y a une multitude de variables négligées ou ignorées. Presque tous sont non mesurés ou même mesurés de façon minimale. Il y a autant de données synthétiques créées par les modèles qui sont ensuite utilisées comme données réelles dans un autre modèle. Les résultats des modèles montrent la consanguinité. Lorsque vous considérez la revendication la plus extrême de l'effet du réchauffement climatique du gaz carbonique humain, elle se situe dans l'erreur de l'estimation de presque toutes les variables. Le niveau d'albédo varie davantage d'une année à l'autre, créant une variation d'énergie qui dépasse probablement l'impact estimé du gaz carbonique humain. Allez voir le travail de Kukla et Kukla pour une prise de conscience précoce de ce problème. Les travaux se sont poursuivis sur la variabilité naturelle de l'albédo due à la couverture de neige. Plus récemment, nous avons appris,

    En raison de sa grande variabilité saisonnière et de ses propriétés physiques distinctives, la neige joue un rôle majeur dans le système climatique grâce à de fortes rétroactions positives liées à l'albédo [par exemple, Groisman et al., 1994a] et d'autres réactions plus faibles. l'isolation de la surface sous-jacente [Stieglitz et al., 2003].
    Le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) fournit cette évaluation de la situation dans le Rapport d'évaluation.

    En plus de réduire l'étendue de la couverture de neige, ce qui réduira la réflectivité moyenne de régions particulières, la réflectivité (albédo) de la neige elle-même peut également changer en réponse aux activités humaines.

    Comment savent-ils ? C'est de la pure spéculation. Ensuite, ils envoient un message très confus.

    Cependant, des études spatialement détaillées sur les impuretés dans la neige arctique à la fin des années 2000 et au milieu des années 1980 ont suggéré que les impuretés diminuaient entre ces deux périodes (Doherty et al., 2010). glace et neige.

    Le reste de l'article traite des conditions générales sous le titre «Interactions de la neige dans la cryosphère». Dans le chapitre sur les modèles climatiques, ils disent:

    RépondreSupprimer
  29. Il existe une forte corrélation linéaire entre l'étendue de la couverture de neige au printemps de l'hémisphère Nord et la température de l'air de surface moyenne annuelle dans les modèles, ce qui concorde avec les observations disponibles. La tendance négative récente de la couverture nivale printanière est sous-estimée par les modèles CMIP5 (et CMIP3) (Derksen et Brown, 2012), associés à une sous-estimation du réchauffement de la surface terrestre boréale (Brutel-Vuilmet et al., 2013).

    Ils ne savent pas et ce qu'ils utilisent sous-estime la réalité, qu'ils ne connaissent pas non plus. Malgré cela, dans le rapport de synthèse AR5, ils déclarent:

    On estime très fortement que l'étendue de la couverture neigeuse de l'hémisphère nord a diminué de 1,6 [0,8 à 2,4]% par décennie en mars et en avril, et de 11,7 % par décennie en juin, de 1967 à 2012 .

    Ils ne nous ont pas dit quelle part de cette diminution était due au réchauffement causé par l'homme. Ils ne peuvent pas le faire parce qu'ils ne savent pas quelle est la variabilité naturelle à tout moment avant les données satellitaires, mais même après parce que, comme ils le reconnaissent, les données complètes et précises ne sont pas disponibles. Rappelez-vous, ce n'est qu'une variable parmi une myriade de variables.

    Je vais me concentrer sur la vapeur d'eau parce qu'elle est la moins mesurée, la moins comprise, et pourtant essentielle à toute la base du réchauffement dû à l'ingérence humaine dans la théorie des gaz à effet de serre. Le GIEC a pu essentiellement ignorer une cause de réchauffement par la définition du changement climatique qui ne comprend que des causes humaines. Ironiquement, comme je vais l'expliquer, ils l'utilisent et le manipulent pour renforcer leur tromperie.

    L'objectif politique obsessionnel était d'isoler et de diaboliser le gaz carbonique des sources humaines en tant que cause du réchauffement climatique. Cela a été principalement réalisé en demandant au groupe contrôlé de personnes non redevables, principalement des bureaucrates, de ne considérer que les causes humaines du changement climatique. Cela élimine le Soleil parce que, comme l'a montré King Canute, il y a des choses qu'aucun dirigeant (personne) ne peut contrôler.

    Malgré cela, le GIEC a inclus une catégorie «soleil» dans sa liste de variables «forçant». Pourquoi ? Les humains ne font pas et ne peuvent pas faire varier l'insolation solaire. Tout au plus ils peuvent argumenter que les humains ajoutent des particules dans l'atmosphère et filtrent l'insolation. Le problème est que nous n'avons aucune idée de la quantité de particules présentes dans l'atmosphère ou de leur variation dans le temps ou dans l'espace. Nous en avons vu un exemple lorsque les promoteurs d'AGW ont prétendu que le refroidissement de 1940 à 1980 était dû à l'augmentation des niveaux de sulfate provenant des humains. Comment ont-ils su ? Ils ont simplement ajouté suffisamment de modèles pour se rapprocher du refroidissement. Le problème a été après 1980, il a commencé à se réchauffer, malgré aucun changement dans les niveaux de sulfate.

    RépondreSupprimer
  30. Les décisions ont été plus difficiles en ce qui concerne les gaz à effet de serre (GES) parce que les humains les produisent tous en quantités variables. Pire, celui qu'ils voulaient diaboliser était, au début des années 1980, moins de 4% du total. La vapeur d'eau représentait 95 % du total et les humains l'ont ajouté à l'atmosphère. Le GIEC a reconnu la production humaine, mais a ensuite déclaré que la quantité était si petite par rapport au volume total qu'ils l'ont exclu de leurs calculs. Ils ont fait ce que les premiers modèles informatiques ont fait avec l'évaporation des océans. Ils n'avaient pas de mesures et ont donc adopté ce que l'on appelait une approche marécageuse qui évaporait 100% tout le temps.

    Avec le gaz carbonique, ils ont supposé, à tort, comme l'a révélé plus tard le satellite Ogaz carbonique, qu'il est réparti uniformément dans l'atmosphère. La vapeur d'eau varie plus en volume et en distribution dans l'atmosphère que tout autre gaz. C'est pourquoi la météorologie a développé quatre mesures différentes, le rapport de mélange, l'humidité spécifique, l'humidité absolue et l'humidité relative, pour essayer de comprendre la vapeur d'eau et son rôle dans l'atmosphère. Le dernier est le plus connu, mais le plus insignifiant d'un point de vue scientifique. La quantité de vapeur d'eau dans l'air peut varier de presque zéro à environ 4 %. Cela soulève la question, combien d'eau est dans l'atmosphère et comment cela varie-t-il avec le temps ?

    L'United States Geological Survey (USGS) possède une école des sciences de l'eau. Ils disent:

    Une estimation du volume d'eau dans l'atmosphère à n'importe quel moment est d'environ 3 100 milles cubes (mi3) ou 12 900 kilomètres cubes (km3). Cela peut sembler beaucoup, mais il ne représente qu'environ 0,001% du volume d'eau total de la Terre, soit environ 332 500 000 mi3 (1 385 000 000 km3), comme le montre le tableau ci-dessous. Si toute l'eau de l'atmosphère pleuvait à la fois, elle ne couvrirait le globe qu'à une profondeur de 2,5 centimètres, soit environ 1 pouce.

    Remarquez comment ils minimisent sa signification atmosphérique en la comparant au volume d'eau total sur la planète. Ils parlent de l'eau dans sa phase liquide, mais elle est aussi importante qu'un gaz et un solide d'un point de vue météorologique. Quel est le pourcentage d'eau dans l'atmosphère dans chacune des trois phases et comment cela varie-t-il au fil du temps ? La réponse est que personne ne sait ou n'a même une estimation brute, comme l'échec des modèles informatiques pour simuler des nuages et leur effet prouve. Non seulement cela, mais les changements de phase peuvent se produire dans de grands volumes en quelques secondes.

    Le GIEC a mis de côté la vapeur d'eau en tant que variable de GES en supposant qu'elle reste constante. Ils devaient le faire parce qu'ils ne savent pas à quel point cela varie au fil du temps. Ils se sont concentrés sur le gaz carbonique mais ont rapidement découvert qu'il y avait une limite supérieure à l'effet de réchauffement avec une augmentation de gaz carbonique. J'ai appelé cela le problème de la «peinture noire». Si vous voulez bloquer la lumière en passant par une fenêtre, appliquez une couche de peinture. Cela bloquera la plupart de la lumière. Une seconde couche réduit seulement la lumière de manière fractionnaire. Le niveau actuel de gaz carbonique est comme la couche de peinture. Doubler le niveau a un effet fractionnaire. Une mesure du peu de compréhension de cet effet se reflète dans les différentes estimations de l'effet (Figure 1). Le problème continue comme en témoigne la baisse continue de la sensibilité au gaz carbonique.

    RépondreSupprimer
  31. - voir graphique sur site -

    La réponse à ce problème était de créer une rétroaction positive. Cela a affirmé qu'une augmentation de gaz carbonique provoque une augmentation de la température, ce qui augmente l'évaporation et plus de vapeur d'eau dans l'atmosphère. Cela maintient la température au-delà de la capacité du gaz carbonique. J'accepte l'argument selon lequel cela semble théoriquement solide, mais il n'est pas étayé par des preuves empiriques. Il ne permet pas de rétroaction négative, par exemple, car plus de nuages forment l'albédo. Quoi qu'il en soit, il n'y a pas de données empiriques et les seules données dont ils disposent sont générées dans un modèle informatique. Le résultat est déterminé par les données utilisées pour construire le modèle mais il n'y a pas de données significatives ou même de bonnes estimations. La séquence est alors la production de données en utilisant des modèles pour lesquels il n'y a pas de données et le résultat est ensuite utilisé dans des modèles pour lesquels il n'y a pas de données. La quantité de vapeur d'eau augmente soudainement devient important dans leur récit. Mais combien évaporation accrue était nécessaire pour créer une rétroaction appositive. Comment peuvent-ils déterminer le montant si vous ne savez pas quel était le volume original ou comment il a changé au fil du temps ? Permettez-moi de mettre un numéro sur ma demande d'ouverture. Il est probable que même une variation de 1% de la vapeur d'eau atmosphérique égale ou dépasse tous les effets du gaz carbonique d'origine humaine.

    Donc, non seulement Sherlock et Watson ont perdu leur tente, mais ils sont maintenant exposés aux précipitations. Malheureusement, le GIEC et ses modèles ne sauront pas quelle forme il prendra. Sherlock saurait pourquoi. C'est parce qu'ils n'ont pas de données et théorisent et spéculent.

    https://wattsupwiththat.com/2018/05/05/the-biggest-deception-in-the-human-caused-global-warming-deception/

    RépondreSupprimer
  32. Dégager l'échelle énergétique - Comment l'écologisme détruit l'espoir pour les plus pauvres


    Anthony Watts
    5 mai 2018


    Il y a un nouveau livre blanc du GWPF qui illustre les dommages causés aux populations des pays pauvres par l'obsession des écologistes pour la décarbonisation dans leur quête imaginaire d'éviter le réchauffement climatique. Comme le disait le Dr John Christy:

    "Sans énergie, la vie est brutale et courte"

    Le rapport, rédigé par l'éminent épidémiologiste Mikko Paunio, indique que les organismes internationaux et les ONG essaient d'empêcher les pays pauvres d'accroître leur utilisation de carburants conventionnels, ont abandonné la soi-disant «échelle énergétique» - le passage progressif à des types de carburants plus propres. le nettoyage de la qualité de l'air dans les pays industrialisés.

    Comme l'explique le Dr Paunio, cela aura des conséquences dévastatrices:

    "La pollution de l'air intérieur par les incendies domestiques tue des millions chaque année. Mais au lieu d'aider les pauvres à gravir l'échelle énergétique et à assainir l'air dans leurs communautés, les plus pauvres reçoivent des trucs comme des fourneaux, qui font peu de différence pour la qualité de l'air, et des panneaux solaires qui ne sont qu'une blague.

    Pire encore, les verts à l'intérieur et à l'extérieur de la communauté du développement accusent la pollution de l'air des centrales électriques, de l'industrie et des voitures, comme un moyen d'empêcher tout passage à la production d'énergie industrielle. Comme le précise le Dr Paunio, la pollution atmosphérique dans les pays pauvres est en grande partie causée par la combustion de biocarburants de mauvaise qualité et de charbon dans les poêles domestiques:

    "Essayer de blâmer les centrales électriques pour la pollution de l'air intérieur pourrait faire croire aux verts qu'ils sauvent la planète, mais la réalité est qu'ils permettent à des millions de morts de la pollution atmosphérique de continuer. Le compte de corps va rivaliser avec celui des régimes totalitaires du XXe siècle. "

    Résumé

    La combustion domestique de (bio) carburants solides est de loin le problème numéro un de la pollution mondiale. 4,3 millions de décès par an sont directement attribuables à la pollution de l'air intérieur (IAP) selon l'Organisation mondiale de la santé. La combustion domestique de biocombustibles solides tue près de six millions de personnes par an lorsque ses effets sur la qualité de l'air ambiant sont également pris en compte.

    La soi-disant «échelle de l'énergie» a été introduite en tant que moyen de comprendre comment les décès causés par le PEI pourraient être évités. L'échelle énergétique cherche à reproduire l'expérience des pays riches, où les ménages se sont éloignés des biocarburants et ont été de plus en plus connectés aux réseaux électriques ou aux systèmes de chauffage urbain, résolvant le problème du PEI pour de bon.

    Cependant, la résistance croissante du mouvement environnemental a éliminé cette approche bénéfique du programme de développement. Les écologistes craignent qu'en prenant des mesures ascendantes sur l'échelle énergétique, des combustibles solides sales comme la bouse de vache ou les résidus de culture, et en utilisant l'électricité, les pays pauvres deviennent plus riches et augmentent ainsi leur consommation d'énergie et leur intensité carbone. Ils ont réussi à persuader tous les importants organismes multilatéraux de développement et l'OMS d'abandonner complètement l'échelle de l'énergie. Au lieu de cela, ils contraignent maintenant les pays les plus pauvres à adopter des politiques énergétiques utopiques fondées sur les énergies renouvelables. Le résultat est que la lutte contre le PAI, par exemple en Afrique subsaharienne, devient impossible.

    RépondreSupprimer
  33. La décarbonisation agressive figure désormais en bonne place sur l'agenda politique. Contrairement aux revendications largement diffusées des acteurs mondiaux importants, cela ne résoudra pas le problème de l'IAP. En outre, il entravera l'expansion des réseaux électriques, qui est une condition préalable critique pour fournir des approvisionnements en eau adéquats, sans lesquels il sera impossible de reproduire le miracle de santé publique vécu dans les pays riches.

    Ces politiques «ambitieuses» d'atténuation du changement climatique laissent les problèmes de santé environnementale parmi les pauvres et entraîneront la perte de plus de 200 millions de vies d'ici 2050. Elles sont également peu probables - même en théorie - pour prévenir les 250 000 décès annuels que l'OMS spéculera: attribuable au changement climatique entre 2030 et 2050: des recherches de grande qualité liées au GIEC ont récemment montré que la combustion de la biomasse solide augmente les émissions de gaz carbonique, au moins au cours des 100 prochaines années, par rapport aux combustibles fossiles.

    https://wattsupwiththat.com/2018/05/05/kicking-away-the-energy-ladder-how-environmentalism-destroys-hope-for-the-poorest/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) Comme le disait le Dr John Christy:

      "Sans énergie, la vie est brutale et courte" (...)

      HAHAHAHA ! 'Dr' ?? Docteur-de-mes-deux !
      IL N'Y A PAS DE VIE SANS ÉNERGIE.

      Supprimer