- ENTREE de SECOURS -



samedi 28 avril 2018

Le « plus grand phénomène de refroidissement climatique en deux ans depuis un siècle »

James Delingpole - Breitbart
Sott.net
jeu., 26 avr. 2018 08:06 UTC


Notre planète vient de vivre l'événement de refroidissement climatique le plus extrême en deux ans depuis un siècle. Mais où avez-vous vu cela dans les médias grand public ? 

Vous ne l'avez pas vu, même si les chiffres sont assez spectaculaires. Comme le rapporte Aaron Brown ici à Real Clear Markets :

De février 2016 à février 2018 (le dernier mois disponible), les températures moyennes mondiales ont chuté de 0,56°C. Il faut remonter à 1982-1984 pour la prochaine baisse la plus importante sur deux ans, soit 0,47 °C, et ce, même pendant l'ère du réchauffement planétaire. Toutes les données de cet essai proviennent de l'équipe GISTEMP, 2018 : GISS Surface Temperature Analysis (GISTEMP). NASA Goddard Institute for Space Studies (jeu de données consulté le 2018-04-11 à 
https://data.giss.nasa.gov/gistemp/). C'est la source standard utilisée dans la plupart des reportages journalistiques sur les températures moyennes mondiales. 

Le « Big Chill » 2016-18 était composé de deux « Little Chills », la plus grande baisse de cinq mois jamais enregistrée (de février à juin 2016) et la quatrième plus grande (de février à juin 2017). Un événement similaire de février à juin 2018 ramènerait les températures moyennes mondiales en dessous de la moyenne des années 1980. Février 2018 a été plus froid que février 1998.

Pour replacer cette baisse de température dans son contexte, il suffit de considérer qu'elle est suffisante pour compenser plus de la moitié du réchauffement planétaire que la planète a connu depuis la fin du XIXe siècle. 

Depuis la fin du petit âge glaciaire dans les années 1880, la planète s'est réchauffée d'environ 0,8°C. Vous pourriez penser que ce n'est pas un niveau de réchauffement particulièrement drastique. Vous pourriez également noter qu'un tel taux de réchauffement est bien antérieur dans des périodes de l'histoire, comme pendant les périodes de réchauffement minoenne, romaine et médiévale. Néanmoins, cette hausse de 0,8°C - 0,9°C, sous l'effet d'une poussée - est le terrible événement climatique que l'establishment alarmiste a garanti que c'est la pire chose qui soit ces dernières décennies et que cela devrait terriblement nous inquiéter. 

Alors, ce refroidissement soudain, est-ce une chose encore pire ? Pas nécessairement. Comme l'explique Brown dans son article, il est impossible d'extrapoler des tendances à partir d'une échelle de temps aussi courte. Pas à moins d'être un alarmiste climatique.... Comme nous le savons par expérience, si cela avait été l'inverse - si la planète s'était réchauffée de 0,56°C au lieu de s'être refroidie, les médias auraient parlé de cette information de partout.

Ce que je veux dire, c'est que les anomalies statistiques montrant un refroidissement n'attirent pas l'attention des médias. Les chiffres de la température moyenne mondiale sortent tous les mois. S'ils montrent une nouvelle année record, c'est une grosse histoire. S'ils montrent une forte augmentation par rapport au mois précédent ou au même mois de l'année précédente, c'est une histoire. S'ils représentent une séquence de mois ou d'années de réchauffement, c'est aussi une histoire. Lorsqu'ils montrent un refroidissement de quelque sorte - et il y a eu plus de mois de refroidissement que de mois de réchauffement depuis le début du réchauffement anthropique - il n'y a pas d'histoire.

Entre-temps, une étude de Judith Curry et Nic Lewis - également largement non couverte par les médias grand public - confirme ce que les sceptiques disent depuis des années : les modèles informatiques utilisés par l'establishment alarmiste pour prédire le réchauffement climatique sont trop orientés à la hausse. 


Selon Investors Business Daily :

Dans l'étude, les auteurs Nic Lewis et Judith Curry ont examiné les relevés de température réels et les ont comparés à des modèles informatiques du changement climatique. Ce qu'ils ont découvert, c'est que la planète s'est montrée beaucoup moins sensible aux augmentations de gaz carbonique que ne le disent les modèles climatiques. Par conséquent, disent-ils, la planète se réchauffera moins que ne le prédisent les modèles, même si nous continuons à pomper du gaz carbonique dans l'atmosphère. 

Comme Lewis l'explique : "Nos résultats impliquent que, pour tout scénario d'émissions futures, le réchauffement à venir est susceptible d'être sensiblement inférieur au niveau simulé par le modèle informatique central projeté par le (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies), et qu'il est très peu probable qu'il dépasse ce niveau.

Ainsi, le "réchauffement planétaire" anticipé, qui était potentiellement dangereux, devient facilement gérable. C'est pourquoi, bien sûr, il est peu probable d'avoir l'attention d'un établissement scientifique et des médias complices qui préfèrent intensifier la peur du réchauffement de la planète - même lorsque les preuves ne l'étayent pas.

27 commentaires:

  1. Stratégie énergétique 2050: les Suisses ont 'accepté' la sortie du nucléaire, le pays est à un tournant énergétique


    le 21.05.2017 à 15:45

    Les énergies vertes seront encouragées, au détriment du nucléaire.

    La Stratégie énergétique 2050, voulue par le Conseil fédéral, a été acceptée par 58,2% des votants. Le texte veut mettre fin au nucléaire et encourager les énergies vertes.

    Les Suisses veulent renoncer à moyen terme au nucléaire en soutenant le courant vert et en économisant l'énergie. Ils ont été 58,2% dimanche à approuver la stratégie énergétique 2050, défendue par Doris Leuthard. L'UDC et une partie de l'économie s'y opposaient.

    La stratégie énergétique 2050 vise un virage modéré vers une Suisse sans atome. Pour y parvenir, la première étape soumise au peuple mise sur une augmentation de la production des énergies vertes à 11'400 gigawatts (GW) d'ici 2035.

    La consommation d'énergie annuelle devra être réduite de 43 % par rapport à 2000 et celle d'électricité devra baisser de 13 %. Les voitures devront devenir plus propres et les bâtiments moins énergivores.

    Le coup de pouce à l'injection de courant vert dans le réseau sera remplacé par un système de prime plus proche du marché. Une aide à l'investissement, limitée dans le temps, est prévue pour les projets qui ne peuvent participer à ce programme. Les grands barrages hydrauliques, souffrant des bas prix de l'électricité, bénéficieront aussi d'une aide pécuniaire.

    Efforts pas nouveaux

    Les efforts demandés à la population ne sont pas nouveaux. Depuis 2000, la consommation individuelle d'énergie a déjà baissé de 14,5%, selon l'Office fédéral de l'énergie (OFEN). Convaincus de la nécessité de ces mesures, 1,3 million de citoyens ont dit "oui", alors que près de 950'000 ont rejeté le projet.

    Le tournant vert est principalement porté par la Suisse romande. Le canton de Vaud s'est montré le plus enthousiaste avec 73,5% de "oui". Il est suivi de Genève qui soutient le projet à 72,5%, de Neuchâtel à 69,6%. Le Valais, avec ses nombreux barrages hydrauliques, dit "oui" à 63,4 %, Fribourg à 63,2 % et le Jura à 62,7 %, le Tessin avec 56,7 %.

    De l'autre côté de la Sarine, les cantons de Bâle-Ville, Zurich et des Grisons se sont montrés les plus favorables avec respectivement 63,4 %, 58,8% et 58,7 % des voix.

    Faible refus

    Seuls quatre cantons ont rejeté le projet. Et l'opposition y est restée mesurée: la plus marquée vient du canton de Glaris avec 56,3% de "non".

    Le canton d'Argovie, où se trouvent les deux centrales de Beznau et celle de Leibstadt, refuse de justesse le projet avec un "non" à 51,7 %. Soleure, qui compte la centrale de Gösgen sur son territoire, a lui glissé un petit "oui" (50,6 %). Berne, avec la centrale de Mühleberg a lui aussi dit "oui" à 55,5%

    https://www.arcinfo.ch/dossiers/votation-federale-du-21-mai-2017/articles/strategie-energetique-2050-les-suisses-ont-accepte-la-sortie-du-nucleaire-le-pays-est-a-un-tournant-energetique-672459

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 100 % des suisses interrogés acceptent de se chauffer avec de l'électricité d'origine nucléaire française plutôt que devant leurs cadrans solaires 'Doris Leuthard'.

      Supprimer
  2. Doris Leuthard porte un coup fatal à l’agriculture


    12 octobre 2017


    Dans son discours prononcé aujourd’hui à la foire agricole OLMA à St-Gall, Doris Leuthard, présidente de la Confédération (Cheffe d'Etat de la Suisse 2017), a demandé à l’agriculture de veiller à plus de biodiversité, de s’adapter au changement climatique et de devenir plus compétitive au niveau international pour réagir à la réduction des obstacles aux importations. En clair, Madame Leuthard (Union Démocratique Chrétienne) n’hésite pas à porter un coup mortel à l’agriculture. Un peu plus de production de fleurs, une Suisse entretenue par des agriculteurs paysagistes, moins d’exploitations productrices, mais en lieu et place l’importation en masse de céréales, de légumes et de viande, en particulier d’Argentine, sans doute, un pays que la ministre a cité en exemple dans son exposé à côté du Pérou. Voilà manifestement sa conception de l’écologie. L’auditeur attentif n’en croit pas ses oreilles. Une présidente de la Confédération a-t-elle le droit de dire n’importe quoi ? Surtout trois semaines après la claire acceptation par le peuple d’un nouvel article constitutionnel qui vise la sécurité alimentaire ?

    Comme chaque année, l’ouverture de la foire agricole de Suisse orientale a été marquée par une intervention d’un représentant du gouvernement fédéral. Ce rôle est revenu cette année à Doris Leuthard (UDC). Par son discours, la présidente de la Confédération a passablement gâché l’ambiance de fête de ce 75e anniversaire de l’OLMA. Les exigences qu’elle a adressées à l’agriculture suisse – plus de biodiversité, adaptation au changement climatique, adaptation au contexte commercial international – sont impossibles à réaliser simultanément. Le renforcement de l’écologie augmente les coûts de production alors que l’ouverture des frontières pousse les prix à la baisse. Les domaines agricoles suisses disparaîtront à l’exception peut-être de quelques grandes exploitations du Plateau suisse et de quelques domaines bio des montagnes produisant des spécialités.

    Dans son exposé, Madame Leuthard a cité en exemple l’agriculture de l’Argentine et du Pérou. Il est évident que les conditions de production de ces pays ne sont pas comparables à celles de la Suisse. Pour couronner le tout, elle a osé qualifier de succès la suppression du contingentement laitier alors que les producteurs suisses doivent vendre leur lait largement en dessous du prix de production. Pour ces milieux, les déclarations de Madame Leuthard sonnent comme une mauvaise plaisanterie.

    La déclaration de la présidente de la Confédération est d’autant plus scandaleuse qu’elle intervient trois semaines après que 80 % des Suissesses et des Suisses ont approuvé un nouvel article constitutionnel sur la sécurité de l’approvisionnement alimentaire. Ce résultat devrait inciter le pouvoir politique à garantir la production nationale et non pas à la mettre en péril. Et c’est sans parler du refus que le Parlement a opposé à plusieurs reprises au libre-échange agricole. La présidente de la Confédération n’en a cure: que m’importent le peuple et le Parlement, je suis la présidente, voilà sa devise.

    RépondreSupprimer
  3. Les déclarations de la présidente de la Confédération doivent mettre en état d’alerte toute l’agriculture. La Suisse doit conserver ses bases vitales dont vit également le tourisme. C’est un défi lancé à tout l’espace rural et notamment à l’Union suisse des paysans qui a pu fêter l’acceptation de son initiative il y a trois semaines. Faute d’une réaction rapide et ferme, cette votation pourrait devenir une victoire à la Pyrrhus. Quant à l’UDC, elle continuera de se battre pour une agriculture indigène productrice.

    https://www.udc.ch/actualites/articles/communiques-de-presse/doris-leuthard-porte-un-coup-fatal-a-lagriculture/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) l’importation en masse de céréales, de légumes et de viande, en particulier d’Argentine, sans doute, un pays que la ministre a cité en exemple dans son exposé à côté du Pérou. (...)

      Tout est fait pour l'importation massive et exclusive de denrées étrangères traitées avec des produits chimiques mortels interdits en Europe sauf à Auschwitz !

      Supprimer
  4. Canton de Neuchâtel (Suisse): nouvelle loi sur l'énergie en consultation

    Pour les bâtiments neufs, il sera dorénavant exigé qu’une partie des besoins en électricité soit couverte par une production propre.


    LUCAS VUITEL
    PAR NHE


    Une loi cantonale sur l'énergie révisée a été mise en consultation par l'Etat de Neuchâtel. Elle prévoit plusieurs mesures visant à augmenter l'efficaité énergétique.

    Pour les bâtiments neufs, il sera dorénavant exigé qu’une partie des besoins en électricité soit couverte par une production propre. "Cette norme est en adéquation avec la transition énergétique et l’évolution du marché des panneaux solaires photovoltaïques", écrit le canton dans un communiqué. Les valeurs limites pour les besoins thermiques des bâtiments à construire sont par ailleurs légèrement abaissées.

    Davantage d'énergies renouvelables

    Concernant les bâtiments existants, de nouvelles exigences pour l’établissement du certificat énergétique des bâtiments doivent permettre à une grande partie des propriétaires de connaître, à terme, les qualités énergétiques de leur(s) bâtiment(s). Lors du remplacement de la production de chaleur dans les bâtiments d’habitation, cette opportunité devra être saisie pour couvrir au moins 10% des besoins thermiques par des énergies renouvelables ou pour les diminuer par des mesures constructives.

    Afin de tenir compte des mesures déjà réalisées par le propriétaire pour réduire ses besoins énergétiques ou les couvrir avec des énergies renouvelables, cette exigence sera aussi respectée s’il est démontré que le bâtiment répond avant le remplacement de la chaudière à la classe D du Certificat énergétique cantonal des bâtiments global ou au standard Minergie.

    Pas de changement pour les gros consommateurs

    Pour les grands bâtiments non liés à l’habitat, dont la consommation dépasse la limite de 200'000 kilowattheures, la loi introduit l’obligation d’en optimiser l’exploitation et ceci de manière périodique. Cette disposition ne s’appliquera pas aux gros consommateurs d’énergie qui ont établi une convention d’objectifs car ils prennent déjà des mesures importantes pour améliorer l’efficacité énergétique de leur consommation.

    Si l’exemplarité de l’État figurait dans la loi et était appliquée lors de constructions ou de rénovations de bâtiments, la mention de cette volonté lors d’achats de véhicules était absente, une lacune désormais comblée.

    RépondreSupprimer
  5. Huit millions de subvention

    Cette nouvelle loi cantonale sur l’énergie, élaborée dans le sillage de la Stratégie énérgétique 2050 de la Confédération, concrétise la mise en oeuvre de la Conception directrice cantonale de l’énergie adoptée en janvier 2017 par le Grand Conseil. Elle est accompagnée par les mesures de soutien financier du Programme Bâtiments. Ainsi dès cette année, 8 millions de francs de subventions seront disponibles annuellement pour les propriétaires d’immeubles, les communes et les entreprises du canton. Elles généreront quelque 50 millions de francs d’investissements dans la rénovation du parc immobilier neuchâtelois.

    https://www.arcinfo.ch/articles/regions/canton/canton-de-neuchatel-nouvelle-loi-sur-l-energie-en-consultation-753100#comments-container

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nouvelles lois sur 'l'énergie' qui propose aux esclaves domestiqués de s'affranchir d'une note de 'renforcement de l'épaisseur des cloisons afin que la chaleur intérieure des habitations n'en sorte et ne vienne perturber l'axe préétabli des nuages immigrés. Autant dire que ces enculés-de-la-redevance-lèche-cul-gouvernementale devraient s'acheter des pull-over plutôt qu'à gaspiller l'argent de la dictature dans un chauffage dont la nécessité en plein hiver mérite discussion suite au 'réchauffement climatique'!

      (...) il sera dorénavant exigé qu’une partie des besoins en électricité soit couverte par une production propre (...)

      Toutes branlettes devront s'exécuter avec des gants !

      (...) partie des besoins (...)

      Un peu de merde, mais pas plus !

      (...) des besoins en électricité (...)

      Dans le cas où vous en chiriez pour payer facture !

      (...) soit couverte par une production propre (...)

      Pouvez quand même y pisser dessus si vous n'avez pas bu d'alcool où que votre taux de pédophilie ne soit pas de couleur marron merde !

      Maintenant, si vous regardez bien les ordres de la dictature, vous vous apercevrez que vu que les 'énergies' de remplaçage ne fournissent rien (ou moins que), vous vous devez de conserver votre propre chaleur corporelle dans vos lieux dits d'aisance (voire d'habitat). Attention-attention !

      Des drones munis d'infra-rouge thermique permettant de dénoncer celles ou ceux qui jettent des milliards de degrés centrifuges par la fenêtre (ou les murs) seront passibles de la peine capitale en place de Grêve (Canton du Syndicat) où l'échafaud est déjà monté !

      Supprimer
  6. La « matière noire » s’éclaircit …


    le 28 avril 2018


    Je ne suis pas astrophysicien et la cosmologie n’est pas non plus un centre d’intérêt dans mes préoccupations. Je ne me suis jamais plongé dans les équations compliquées qui expliquent qu’il doit exister une matière noire dans les galaxies pour une raison qui m’échappe totalement. Sans vouloir contester les hypothèses et les théories variées expliquant pourquoi et comment l’Univers est ce qu’il est, c’est-à-dire ce qui est observable, j’ai déja été un peu interpellé par la théorie du « Big-Bang » et l’existence même d’une matière noire m’a paru invraisemblable puisque par définition on ne peut pas l’observer et par conséquent il sera toujours difficile d’en montrer la vraie nature.

    Dans « notre » galaxie on sait qu’il existe en son centre un trou noir super-massif. Le centre de la galaxie se trouve dans la constellation du Sagittaire et ce trou noir s’appelle Sagittarius A* (Sag A*). Comme les trous noirs n’émettent pas de lumière car ils sont trop denses ils sont cependant détectables par les émissions intenses de rayons X depuis chacun de leurs pôles et pour les détecter encore faut-il que ces faisceaux très fins de rayons X soient orientés vers notre planète Terre. Selon les astrophysiciens de l’Université Columbia la probabilité d’observer un trou noir est faible, de l’ordre d’une observation chaques 100 ou 1000 ans. En étudiant de très près toutes les observations de Chandra, un satellite artificiel tournant autour de la Terre en 64 heures et opérationnel depuis près de 20 ans et dédié à l’observation des rayons X, ces astrophysiciens ont découvert qu’il existait autour de Sag A* une multitude d’autres trous noirs. Sag A* fut localisé par l’observatoire Chandra en 2001 et périodiquement cet appareil explore ce qui se passe autour de Sag A* dans un rayon de 4 années-lumière soit la distance entre le Soleil et l’autre étoile la plus proche de nous, Alpha du Centaure.

    Selon les résultats de la compilation effectuée il existe des dizaines de milliers de trous noirs autour de Sag A* et à moins de 4 années-lumière de celui-ci. Les prévisions estiment que plus loin du centre de la Galaxie il y en aurait des centaines de milliers sinon des millions résultant de la fusion d’étoiles binaires ou de l’explosion de supernova. Que les astrophysiciens se rassurent : la fameuse matière noire existerait donc bien et elle serait constituée d’une multitude de trous noirs dont on n’a pu observer pour l’instant qu’une infinitésimale fraction …

    Liens : https://en.wikipedia.org/wiki/Chandra_X_ray_Observatory

    Nature, doi : 10.1038/nature2502Illustration : vue du Ciel en direction de la Constellation du Sagittaire. En ce moment la planète Mars se trouve dans la constellation du Sagittaire et Jupiter près du Scorpion.

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/04/28/la-matiere-noire-seclaircit/

    RépondreSupprimer
  7. Miami: la hausse du niveau de la mer a un impact majeur sur le marché de l'immobilier


    28 AVRIL 2018
    Marc Horckmans


    Dans la métropole américaine de Miami, les biens le long de la côte sont souvent offerts à un prix moins elevé que les propriétés situées sur les hauteurs. C'est une étude menée par des scientifiques de l'Université d'Harvard qui le prouve. Selon les chercheurs, ce phénomène montre très clairement que le changement climatique a un impact direct sur l'économie.

    "Dans le comté de Miami-Dade, les prix des maisons familiales situées au niveau de la mer augmentent moins rapidement que pour celles situées en hauteur", explique Jesse Keenan, professeur en immobilier à l'Université d'Harvard. "Les propriétaires potentiels semblent prendre en compte le risque d'une plus grande fréquence d'inondations à court terme."

    "Nous craignons que dans le long terme, la revente de tels bien ne devienne impossible, car la région pourrait être finalement complètement inondée par la mer. Il est étonnant que les propriétaires ordinaires prennent déjà en compte le futur niveau de la mer."

    Zone d'essai

    Miami pourrait devenir une importante zone d'essai pour voir l'impact du changement climatique sur l'immobilier qui pourrait être visible dans d'autres villes côtières. Car Miami ne dépasse pas le niveau de la mer. De plus, le sous-sol de la ville se compose essentiellement de couches d'argile poreuse particulièrement sensibles à la hausse du niveau de la mer.

    Des recherches menées par des scientifiques de l'Université du Colorado et de l'Université d'État de Pennsylvanie montrent que des tendances similaires pourraient être observées ailleurs aux États-Unis. Le chercheur Ryan Lewis, professeur d'économie à l'Université du Colorado, a calculé que le prix de vente d'habitation au niveau de la mer est aujourd'hui 7% inférieur au marché.

    "La plus forte sensibilité aux prix pour les inondations potentielles est surtout présente chez les investisseurs et les propriétaires de résidences secondaires, car ce sont eux qui ont le plus de choix quant au lieu de leur achat", explique Lewis. "Mais à Miami, où les risques sont connus, les acheteurs de maisons principales montrent aussi une sensibilité pour les risques d'inondation."

    "En fin de compte, cela peut avoir un impact majeur sur le marché immobilier." La baisse des prix pourrait être un signe pour les développeurs et les investisseurs qu'il ne faut pas miser trop d'argent sur une zone qui pourrait être inondée dans vingt ans."

    RépondreSupprimer
  8. Biens de luxe

    Dans le comté de Miami-Dade, les inondations peuvent être causées par de fortes pluies ou des marées. Il y a plus ou moins cinq ans, une étude a montré que sur une période de six ans, on a enregistré une augmentation de 33% des précipitations. Mais si l'on prend le problème d'inondation du côté des marées, là, c'est une augmentation de 400%.

    Et pourtant, malgré ces chiffres, tout le monde de croit pas au danger des inondations et à l'impact que cela pourrait avoir. La preuve: de nombreuses villas de luxe sont encore construites aujourd'hui le long de la côté de Miami pour des coûts qui peuvent atteindre plusieurs millions de dollars.

    Le professeur Keenan admet que les villas de luxe ne connaissent pas encore cette tendance négative des prix. "Cependant, le groupe le plus riche de la population peut se permettre un investissement plus important car il est généralement assuré et pourra récupérer tout dommage", note le chercheur.

    "Par ailleurs, ce groupe est également moins sensible à une éventuelle perte de valeur de son bien immobilier. Les riches peuvent se permettre plus facilement une perte de capital. Mais cette résilience connait aussi son point de rupture. À un certain moment, les riches seront aussi obligés de quitter la région."

    https://fr.express.live/2018/04/28/miami-la-hausse-du-niveau-de-la-mer-un-impact-majeur-sur-le-marche-de-limmobilier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le site du trou de la pédale nazional socialiste (belge !) refuse de montrer le prix du m² de terrain sur Everest ou l'Himalaya !

      Relevons tout de même que les personnes susceptibles d'acheter une propriété de bord de mer (pied dans l'eau ou en hauteur) est à la fois rare et plutôt de type instruit !

      Ce qui fait que, comme un enfant de 4 ans est capable tout seul de voir que si un glaçon font il perd du volume (et non en gagne !) et que depuis des millions d'années il y a des milliards de km³ d'eaux douces (venus des pluies, des fleuves & des rivières) qui se sont déversés dans les mers & océans... SANS QU'ELLES OU ILS NE MONTENT !!! Çà alors ! Tout simplement parce que l'eau s'infiltre continuellement dans les planchers océaniques et maritimes vers le magma où cette soupe toxique (les poissons chient dans la mer !) y est chauffée/bouillie et remonte donc (comme dans une cafetière électrique) vers les sources (chaudes ou froides suivant l'altitude) et vers les nappes phréatique qu'elle remplit.

      Le site prendrait tout le monde pour des sodomisés !

      Supprimer
  9. CINÉMA - UNE CITÉ GRANDE COMME «HOLLYWOOD» EN CHINE

    Un complexe pharaonique, grand comme 500 terrains de foot, va être construit dans la ville balnéaire de Qingdao, dans l'est de la Chine.

    Le centre comprendra trente studios (dont un géant de 10'000 mètres carrés) «


    28.04.2018

    Une immense «Cité du cinéma», grande comme 500 terrains de football et destinée à concurrencer Hollywood, a ouvert samedi en Chine avec l'ambition d'attirer les productions étrangères et de doper l'industrie chinoise du film.

    Cinquante milliards de yuans (6,5 milliards d'euros) ont été dépensés pour construire ce complexe de 376 hectares situé dans la ville balnéaire de Qingdao (est), selon le conglomérat privé chinois Wanda, initiateur du projet.

    Trente studios (dont un géant de 10'000 mètres carrés) «répondant aux plus hautes normes internationales» ont déjà été construits. Dix autres suivront dans les prochaines années, promet le groupe spécialisé dans l'immobilier, l'hôtellerie et le sport.

    #Chine Wanda ouvre le plus grand studio de #cinéma au monde "La réponse de la Chine à Hollywood"
    https://t.co/3FHVITTlby pic.twitter.com/kbIKHw3X7G

    — AsieNews (@AsiaNews_FR) 28 avril 2018
    Ce site pharaonique comprend également une salle de spectacle, une école, un hôpital, des hôtels de luxe ou encore un yacht club - inspiré par celui de Monaco.

    Peu d'oeuvres chinoises à l'étranger

    Sont aussi prévus un centre commercial de 360'000 mètres carrés, comprenant une patinoire, un parc d'attraction et le «plus grand cinéma d'Asie».

    «C'est le plus grand investissement de l'histoire mondiale dans le secteur du cinéma et de la télévision», assure Wanda.

    Le groupe, dirigé par l'homme d'affaires Wang Jianlin (4e fortune de Chine selon l'agence Bloomberg), n'est pas un novice en cinéma. Il produit des films, a acquis la chaîne américaine de salles obscures AMC en 2012, et a racheté le studio hollywoodien Legendary (Jurassic World, Interstellar, Godzilla) en 2016.

    Deux blockbusters sino-américains ont déjà été tournés dans cette Cité du cinéma: «La Grande Muraille» (2016, avec Matt Damon) et «Pacific Rim Uprising» (2018).

    «Ce site va aider le cinéma chinois dans son développement, et va promouvoir sa marche vers l'international», s'est enthousiasmé samedi Wang Jianlin dans son discours d'ouverture. Peu d'oeuvres chinoises s'exportent pour l'instant à l'étranger.

    Le chantier avait été lancé en grande pompe en 2013, en présence de Nicole Kidman et de Leonardo DiCaprio. Mais aucune vedette étrangère n'était présente samedi lors d'une cérémonie volontairement minimaliste.

    De fait, concurrencer Hollywood sera difficile pour Wanda, actuellement très endetté après une frénésie d'achats à l'étranger. Depuis 2017, il a dû céder de nombreux hôtels ou encore la part de 20% qu'il détenait dans le club de football espagnol Atletico Madrid.

    Quant aux studios inaugurés samedi, il a été contraint de les vendre l'an passé à un rival du secteur immobilier, se contentant désormais d'en assurer la gestion. (afp/nxp)

    https://www.lematin.ch/news/standard/cite-grande-hollywood-chine/story/13493434

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nollywood est un mot-valise évoquant l'importance du cinéma du Nigeria. Deuxième puissance cinématographique au monde quant au nombre de films depuis 2009 derrière l'Inde (Bollywood) et devant les États-Unis (Hollywood), le Nigéria produit chaque année 2 000 films vidéos, dont le coût estimé ne dépasse pas 20 millions d'euros. Son public régulier est estimé à 150 millions de spectateurs.

      Pas difficile pour la Chine (Chinollywood) de rattraper le Nigéria (2ème) et l'Inde (1ère) ! Surtout si les 'maisons de Production' acceptent désormais de publier les scénarios réels (écrits par les auteurs-scénaristes) et non réécrits par la dictature pour glorifier l'action nazie et censurer les films pacifiques !

      Supprimer
  10. Zurich: par erreur elle paie 7700 francs de pourboire pour trois consommations


    28.04.2018, 08:50


    En inscrivant son code à la place du montant du pourboire, une femme a laissé un pourboire de quelque 7'700 francs.

    ERREUR En inscrivant son code à la place du montant du pourboire, une femme a laissé un pourboire de quelque 7'700 francs. Elle essaie de récupérer son argent. En vain.

    En payant par carte de crédit, une Russe a introduit par erreur son code secret à la place d'un montant de pourboire. Au lieu de payer 23,70 francs ($24) pour deux cafés et un chocolat dans un tea-room de Dietikon (ZH), elle a réglé une somme de plus de 7700 francs ($7,797.69).

    Agée de 37 ans, la femme, qui habite en France, ne s'est rendue compte de son erreur qu'au moment de recevoir la facture de sa carte de crédit, à la fin du mois, explique-t-elle dans une interview accordée au Blick. Depuis, la cliente qui était accompagnée d'une amie et de son fils lors de sa coûteuse pause-café en février, essaie de récupérer son argent. En vain.

    Pour l'entreprise de cartes de crédit ainsi que la police, il ne s'agit pas d'un cas de tromperie, explique la malheureuse. Le responsable de l'établissement avait initialement promis de lui restituer la somme. Mais elle est sans nouvelle depuis le mois de mars. Et le restaurant est désormais fermé en raison d'un changement de propriétaire !

    https://www.arcinfo.ch/articles/suisse/zurich-par-erreur-elle-paie-7700-francs-de-pourboire-pour-trois-consommations-753702

    RépondreSupprimer
  11. Le pétrole est redevenu cher. Quelles conséquences ?


    26 avril 2018
    Yves Montenay


    Le prix du pétrole varie fortement, tout le monde s’y intéresse mais n’en tire pas forcément les bonnes conclusions.

    Si en juin 2014 le pétrole valait 115 $ le baril, il n’en valait plus que 47 six mois plus tard et 30 en janvier 2016. Affolement général, baisse des bourses. Pourquoi ? « Les pays producteurs auront moins d’argent et passeront moins de commandes ». Accessoirement (d’un point de vue financier), les écologistes se désolaient : « cela va encourager la consommation d’énergies fossiles et accroître la production de gaz carbonique. »

    Or ce fut l’inverse !

    Je publie alors un article menant aux conclusions inverses : le prix élevé du pétrole est un handicap pour tous, du pauvre paysan indien à l’Occidental prospère propriétaire d’une voiture. Donc la baisse améliorera les résultats des entreprises, que l’effet soit direct si elles en consomment ou indirect via l’augmentation de la demande des autres biens dopée par les moindres dépenses énergétiques.

    Certes les ressources des pays producteurs ont baissé, mais elles n’étaient pas totalement dépensées. Le reste alimentait les gigantesques placements financiers des pays pétroliers, pas toujours appréciés. Ces placements ont diminué mais ont été largement compensés par l’amélioration des marges des entreprises, et de toute façon la politique de création monétaire des banques centrales a fourni tout ce qu’il fallait, et au delà. Donc globalement, tout ira mieux ai-je écrit à l’époque.

    Rappelons aux non-financiers que tous ces raisonnements ne sont valables qu’à moyen terme c’est-à-dire de quelques mois à deux ans.

    La suite m’a donné raison : après la chute des prix du pétrole, les bourses ont remonté au vu des bons résultats des entreprises.

    Par ailleurs j’espérais que la baisse des prix chamboulerait les pays producteurset les obligerait à des réformes, et, s’agissant de l’Arabie, réduirait le financement des groupes islamistes.

    Là aussi, c’est effectivement ce qui est arrivé en Arabie avec les réformes du prince héritieret le désengagement de certains mouvements islamistes syriens. Remarquons par contre que l’Algérie est restée paralysée, avec son président de plus en plus absent, et qu’aucune réforme n’y a eu lieu. Ce pays a puisé dans ses réserves et la population s’est appauvrie du fait de l’inflation, le pouvoir ayant tenté de masquer ses problèmes par la création monétaire. Il n’y a pas eu non plus eu de réformes en Russie.

    Mais cette période de bas prix du pétrole est terminée

    Aujourd’hui, 24 avril 2018, le pétrole est remonté à 75 $ le baril. Ce n’est plus un prix bas. À ce niveau l’Arabie et la Russie retrouvent de l’oxygène. Mais ce n’est pas suffisant pour l’Algérie.

    En politique intérieure française, le résultat s’est déjà fait sentir : la hausse du prix de l’énergie a noyé l’augmentation de la feuille de paye des salariés financée par la CSG sur les retraités. Les premiers n’ont pas vu l’augmentation de leur niveau de vie, et les seconds sont furieux.

    RépondreSupprimer
  12. En matière d’environnement, les concurrents du pétrole, énergies renouvelables, nucléaire, charbon vont de nouveau être favorisés. Si les énergies renouvelables sont encore marginales et si les délais de décision puis de construction des centrales nucléaires sont extrêmement longs, par contre la construction de centrales à charbon, les plus polluantes, va encore s’accélérer. La hausse des prix du pétrole n’est donc pas forcément aussi favorable à l’environnement qu’on le proclame.

    D’autant qu’à ce prix, le pétrole de schiste américain devient extrêmement rentable, alors que son impact sur l’environnement est controversé (j’avoue que personnellement, et bien que scientifique, j’ai du mal à voir clair dans les propagandes opposées sur ce sujet). Et il n’y a pas qu’en Amérique que la géologie y est favorable. La Chine en aurait de vastes réserves. Elles seraient également importantes en France mais il est interdit d’en envisager l’exploitation et même le recensement.

    Pourquoi cette remontée du prix du pétrole ?

    L’explication la plus couramment présentée est celle de l’action de l’Arabie, à la baisse d’abord, puis à la hausse avec l’aide de la Russie.

    L’Arabie a d’abord inondé le marché pour faire baisser les prix et casser ainsi la production américaine de pétrole de schiste, dans laquelle elle voyait à juste titre un concurrent. Mais les Américains ont rapidement augmenté leur productivité, et leur seuil de rentabilité est tombé à 40 $ et même moins. Et l’Irak et l’Iran sont revenus sur le marché, augmentant eux aussi l’offre.

    La stratégie de l’Arabie s’est alors inversée. Voyant fondre ses réserves financières, elle a convaincu d’autres pays, dont la Russie, qui souffrait beaucoup, de restreindre leur production pour faire remonter les prix. Cela a marché, avec l’aide de l’amélioration de la conjoncture mondiale qui a augmenté la demande de pétrole

    Que va-t-il se passer ?

    Pour commencer, l’inverse des effets de la baisse : un appauvrissement des pays consommateurs, moins marqué toutefois qu’en 2011-2014 et qu’avant la crise de 2008, car nous ne sommes qu’à 75 $ le baril et non dans la zone des 110. Néanmoins le passage de la zone des 40 à la zone des 75 reste rude et est probablement une cause du léger ralentissement actuel de l’économie de la zone euro.

    Mais au-delà des effets conjoncturels, la question à long terme est de savoir si l’on aura trop ou pas assez de pétrole, et, corrélativement, quel niveau de prix.

    Je remarque que les prophètes sont toujours trompés : quand les prix sont élevés, les raisonnements se multiplient pour montrer que la production de pétrole a passé son « pic », donc qu’il sera produit à l’avenir en quantité insuffisante, donc que les prix vont monter ou resteront élevés. Depuis la production croissante de pétrole de schiste américain, on entend beaucoup moins parler de ce « pic » qui semblait pourtant être une vérité absolue.

    Va-t-on alors vers l’abondance ? En Amérique, on ne sait pas, car les puits ne restent productifs que quelques années et il faut multiplier les nouveaux. En cas de plafonnement, voire de baisse, d’autres pays, la Chine par exemple, prendront-ils le relais ?

    RépondreSupprimer
  13. Mon métier n’est pas la prophétie, mais l’analyse. Si j’étais chef d’État, je serais prudent et veillerais à une diversification des ressources. Notamment je ne sacrifierai pas mon nucléaire qui a l’avantage d’exister, d’utiliser un combustible peu volumineux que l’on peut stocker pour en avoir des réserves de plusieurs années, et enfin de ne pas être polluant. Mais quid des déchets direz-vous ? On en parle beaucoup mais ils ne prennent qu’un tout petit volume même si leur radioactivité doit durer très longtemps. On peut donc imaginer des solutions provisoires en attendant que les progrès de la technique (la fusion ?) permettent de les détruire.

    Et puis, la meilleure source d’énergie, c’est de l’économiser. C’est mon ancien métier. Des progrès considérables ont déjà été faits en Occident, mais à l’échelle planétaire ils ont été annulés par les besoins de la Chine, de l’Inde et des autres pays en développement. Les gouvernements de ces pays prennent conscience du problème. Reste à espérer qu’ils seront efficaces. Les entreprises françaises sont compétentes dans ces domaines et devraient en profiter.

    https://www.yvesmontenay.fr/2018/04/26/le-petrole-est-redevenu-cher-quelles-consequences/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) En Amérique, on ne sait pas, car les puits ne restent productifs que quelques années et il faut multiplier les nouveaux. (...)

      Comme de partout, le pétrole abiotique (éternel) est pompé puis, le derrick doit attendre 10 ou 15 ans parfois avant que la nappe en sous-sol se régénère et qu'elle porte une pression suffisante.

      Supprimer
  14. Freddie Mac lance une hypothèque "3 % en baisse" sans restriction de revenu


    par Tyler Durden
    Sam, 28/04/2018 - 11:40


    Cela fait un moment que les Etats-Unis ont fait de gros efforts pour attirer plus de liquidités et de ménages dans le rêve américain toujours plus inabordable de posséder une maison, trois ans exactement, quand l'agence de logement nationalisée Freddie Mac a lancé un hypothèque conventionnelle qui a seulement exigé une mise de fonds de 3% pour certains emprunteurs.

    Le problème est que les exigences modestes du programme hypothécaire en 2015 signifiaient que la plupart des Américains qui en avaient besoin devaient être exclus. Le programme, qui, comme nous l'avons décrit à l'époque, a été conçu pour qualifier (c'est le mot clé) les emprunteurs à revenu faible ou modeste - Millennials - a connu des progrès limités au cours des dernières années, le directeur de FHFA Mel Watt l'année où le programme de 3 % de Freddie (ainsi que celui de Fannie Mae) continuait de croître.

    Il ne progressait pas assez vite, parce que même si la réduction de 3% n'était peut-être pas particulièrement difficile pour la plupart des Américains, avoir même le revenu modeste nécessaire pour le faire, était.

    La semaine dernière, Freddie Mac a annoncé qu'elle était sur le point de suralimenter son programme de baisse de 3% et de lancer une expansion généralisée de l'offre en annonçant le lancement d'une nouvelle option conventionnelle d'acompte de 3% les acheteurs d'une première maison, - effectivement les mêmes que le programme de 2015 ... avec une petite différence: il n'y aurait pas de restrictions géographiques; Plus important encore, il n'y aura plus de restrictions de revenu. En être témoin:

    En d'autres termes, alors que beaucoup d'Américains ne pouvaient pas se qualifier pour le programme original de 3% parce que, bien, ils ont manqué pratiquement n'importe quel revenu, cela ne sera plus un obstacle et le gouvernement va efficacement soutenir le manque de revenu comme une nouvelle vague de "Les Américains se ruinent pour acheter des maisons.

    Amusant, le nouveau programme, qui s'appelle HomeOne (brochure complète ci-dessous), met Freddie Mac en concurrence directe pour les affaires hypothécaires avec la Federal Housing Administration, qui exige également seulement 3% de baisse sur certaines hypothèques.

    De plus, selon Freddie Mac, cette nouvelle offre ne remplace pas ses prêts hypothécaires Home Possible 3% down. Au contraire, le programme est destiné à compléter le programme Home Possible, qui sera toujours disponible pour les emprunteurs à revenu faible ou modeste.

    «L'hypothèque HomeOne de Freddie Mac fait partie des efforts continus de la société pour soutenir les prêts responsables, assurer une accession à la propriété durable et améliorer l'accès au crédit», a déclaré Danny Gardner, vice-président senior des prêts abordables et de l'accès au crédit chez Freddie Mac. déclaration.

    RépondreSupprimer
  15. On ne sait pas très bien comment il est responsable de prêter de l'argent aux ménages qui ont économisé seulement assez pour mettre en valeur 3% des capitaux propres, oh, et qui n'ont aucun revenu pour donner la fausse impression que leur participation pourrait augmenter dans le futur.

    Ça s'ameliore. Comme Logement résume les termes de HomeOne, Freddie Mac a déclaré que la nouvelle hypothèque est conçue pour les accédants à la propriété, qui représentent actuellement près de la moitié de tous les achats de maison.

    Selon Freddie Mac, une hypothèque HomeOne doit être souscrite auprès de son conseiller en produits de crédit, qui effectue une évaluation complète des risques en fonction de plusieurs facteurs en ce qui concerne le crédit, la capacité et la garantie.

    De plus, l'hypothèque HomeOne est offerte uniquement pour les hypothèques à taux fixe conformes qui sont garanties par une résidence principale de 1 unité. Et, au moins un des emprunteurs doit être un acheteur de maison pour la première fois.

    Il y a un obstacle potentiel: lorsque tous les emprunteurs sont des accédants à la propriété, au moins un emprunteur doit participer à l'éducation à la propriété afin de se qualifier pour l'hypothèque.

    Oui, on peut n'avoir aucun revenu et être admissible à condition de regarder quelques vidéos expliquant pourquoi avoir un revenu est essentiel pour éviter d'avoir un autre accident du marché du logement, ou quelque chose comme ça.

    Rien de tout cela ne compte cependant, car le gouvernement américain est encore une fois nettement plus intéressé par une véritable bulle immobilière, où pas de Countrywide ou New Century, mais le gouvernement lui-même émet des prêts NINJA.

    "L'hypothèque HomeOne offrira à nos clients la flexibilité dont ils ont besoin pour aider les emprunteurs partout au pays à franchir le cap de l'accession à la propriété et à surmonter l'obstacle de la mise de fonds commune", a ajouté M. Gardner. échelon de l'échelle de la propriété et profiter des avantages financiers et sociaux de la participation à la propriété. "

    Ce qui était non dit, c'est que maintenant que les taux augmentent, rendant les maisons encore plus inabordables et les prêts hypothécaires ARM plus élevés, le généreusement financé par les contribuables HomeOne assure également une autre crise du logement, et encore plus de renflouements GSE / Fredde / FHA dans un proche avenir .

    Le plaisir commence le 29 juillet 2018, lorsque la nouvelle hypothèque HomeOne deviendra disponible. Pour en savoir plus, consultez les détails du programme et les documents marketing de Freddie Mac.

    - voir fac-similé sur site:

    https://www.zerohedge.com/news/2018-04-28/freddie-mac-launches-3-down-mortgage-no-income-restrictions

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez des parents, des voisins qui rêvent de vous aider même à tout perdre ? Contactez-les vite, la maison est à vous !

      Hahahahaha !

      Supprimer
  16. 800 000 personnes vont fuir New York et la Californie dans les trois prochaines années


    par Tyler Durden
    Sam, 28/04/2018 - 10:20


    Au cours de la dernière décennie, plus de 3,5 millions d'Américains ont quitté les États bleus à forte fiscalité comme la Californie, New York et bien d'autres dans le Nord-Est pour des états à faible taux d'imposition comme l'Arizona, la Floride et le Texas.

    Alors que la migration a eu lieu pendant des années, les économistes conservateurs Arthur Laffer et Stephen Moore prévoient que le prochain mouvement important des États bleus pourrait être au coin de la rue.

    Plus tôt cette semaine, dans un éditorial du Wall Street Journal intitulé "So Long, Californie. Sayonara, New York, "Laffer et Moore ont parlé d'une disposition dans la toute nouvelle loi fiscale qui pourrait créer une migration massive d'environ 800 000 personnes - fuyant leurs propriétés en Californie et à New York pour des jours meilleurs dans les États trois ou trois années.

    Les deux auteurs ont dit que plafonner la déduction des impôts locaux et locaux (SALT) à 10 000 $ accélèrerait la migration des travailleurs à revenu élevé du Nord-Est et de la Californie vers des régions comme l'Arizona, le Nevada, le Tennessee, le Texas et l'Utah.

    "Les hauts revenus dans les endroits avec de lourds impôts sur le revenu - pas seulement la Californie et New York, mais aussi le Minnesota et le New Jersey - supporteront une plus grande partie du coût réel de leur gouvernement.

    Le Connecticut et l'Illinois sont également en grande difficulté, où le fardeau fiscal national et local (taxes foncières en particulier) est si lourd que les résidents à revenu élevé se sentiront maintenant incapables de déduire ces coûts de leurs revenus fédéraux. De l'autre côté se trouvent neuf États - dont la Floride, le Nevada, le Texas et Washington - qui n'imposent aucune taxe sur le revenu gagné.

    Pendant des années, les États bleus à fiscalité élevée ont exporté un tiers de leur fardeau fiscal ailleurs. Heureusement, cette subvention #SALT est maintenant plafonnée. Il est temps que ces États réduisent leurs impôts et prennent la compétitivité fiscale au sérieux! @ALEC_states @NACoTweets @NCSLorg @Taxeconomist https://t.co/CHmENfOgje

    - Stephen Moore (@StephenMoore) 26 avril 2018

    Les auteurs décrivent comment un salarié à revenu élevé de la Silicon Valley ou de Hollywood verrait son taux effectif d'impôt sur le revenu passer de 8,5% à 13% en Californie. La paire a également déclaré que des chiffres similaires seraient perçus à Manhattan, une fois l'impôt sur le revenu de New York pris en compte. Cela signifierait qu'un salarié à revenu élevé de New York gagnant 10 millions de dollars ou plus pourrait voir une hausse potentielle de 50%.

    Laffer et Moore spéculent que ces hausses pourraient être le point de déclenchement pour déclencher un exode des résidents hors des états libéraux fortement fiscaux pour abaisser ou aucune région d'impôt sur le revenu.

    "Dans les années à venir, des millions de personnes, des milliers d'entreprises et des dizaines de milliards de dollars de revenus nets fuiront les Etats bleus à fiscalité élevée pour des Etats rouges à faible taux d'imposition. Cette migration a eu lieu pendant des années. Mais le plafond de la facture fiscale Trump sur la déduction pour les impôts locaux et locaux, ou SALT, va accélérer le rythme. Les perdants seront la plupart du Nord-Est, avec la Californie. Les gagnants sont probablement des États comme l'Arizona, le Nevada, le Tennessee, le Texas et l'Utah. "

    RépondreSupprimer
  17. Bien que 90% des contribuables ne soient pas touchés par le changement, les contribuables à revenu élevé dans des régions à fiscalité dominante - comme la Californie, New York, le Minnesota et le New Jersey - «supporteront plus le coût réel de leur gouvernement». paire. Les États libéraux comme le Connecticut et l'Illinois pourraient avoir de sérieuses difficultés, car les personnes à revenu élevé «ressentiront la brûlure maintenant qu'elles ne peuvent pas déduire ces coûts de leur rendement fédéral», ajoutent les auteurs. Cependant, d'un autre côté, il y a neuf États - dont la Floride, le Nevada, le Texas et Washington - qui n'imposent aucune taxe sur le revenu gagné.

    Depuis la crise financière mondiale de 2008, les États à faible taux d'imposition comme le Texas et la Floride ont gagné près de 1,4 million et 850 000 résidents par rapport aux autres États. D'un autre côté, la Californie et New York ont ??collectivement perdu plus de 2,2 millions de résidents dans la même période, selon Laffer et Moore.

    La paire a déclaré que l'exode pourrait forcer une crise pour les Etats libéraux, pendant ce temps, les Etats rouges devraient se préparer à un afflux de nouveaux résidents.

    "Les Etats rouges doivent se préparer: les Yankees arrivent et apportent leur argent avec eux. Pendant ce temps, l'exode pourrait percer des trous importants et inattendus dans les budgets de l'Etat bleu. "

    Ils ont également déclaré que les Etats bleus à forte fiscalité devraient réaliser que le changement pourrait forcer un "bain de sang fiscal".

    "Pour autant que nous puissions le voir, la seule façon pour les Etats bleus d'empêcher ce bain de sang fiscal à venir est de commencer à prendre la compétitivité fiscale au sérieux - et de réduire leurs taux d'imposition en réponse. Les progressistes devraient faire le calcul: un taux d'imposition de 13% ne rapporte aucun revenu à quelqu'un qui quitte l'État pour des climats plus favorables.

    "Les Etats bleus devraient être en mesure de baisser leurs impôts et leurs dépenses de manière spectaculaire sans compromettre les services vitaux", écrivent les deux, avertissant que la bataille pour les résidents des Etats se réchauffe, les Etats bleus devront soit baisser leurs impôts, soit faire face à "Bain de sang fiscal."

    Pendant ce temps, le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, a tiré le premier coup de feu sur les résidents du New Jersey la semaine dernière, les incitant à migrer vers le Texas pour réduire les impôts.

    Hey, Jersey, ne bouge pas à Fla pour éviter les taxes élevées, viens au Texas. Amour, gouverneur Abbott | Opinion https://t.co/JFrZCDm76G pic.twitter.com/1tGpQpPbXM

    - Le Star-Ledger (@starledger) 17 avril 2018

    https://www.zerohedge.com/news/2018-04-28/liberal-crisis-800000-people-are-about-flee-new-york-california

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les États-Unis n'ont plus 50 États ! Ils en ont 320 millions... de camping-cars !

      Supprimer
  18. La neige dans les Andes aussi propre que l'Arctique canadien: étude


    28 avril 2018



    La neige qui recouvre la cordillère des Andes est aussi propre que l'Arctique canadien, ont annoncé vendredi des scientifiques après des centaines de tests visant à déterminer la présence de dépôts de carbone noir ou d'autres polluants.

    Après des tests approfondis le long de la vaste chaîne de montagnes, qui s'étend sur environ 7 000 kilomètres le long de la côte ouest de l'Amérique latine, les experts ont dit qu'ils ont trouvé moins de 14 nanogrammes de suie par gramme de neige.

    Les résultats ont mis la neige dans les Andes "au même niveau qu'en Alaska ou dans l'Arctique canadien", a déclaré Raul Cordero de l'Université de Santiago, qui a dirigé l'étude.
    La recherche faisait partie d'un projet examinant la présence de dépôts de carbone noir dans les régions gelées des Andes, connues sous le nom de cryosphère.

    "La concentration de dépôts de carbone noir trouvés dans la neige andine implique une réduction de la réflectivité ou de l'albédo de la neige de moins de 2,0%", a-t-il dit.

    L'albédo est une mesure de la réflectivité de la lumière qui est la plus élevée dans les régions gelées du monde, et la neige propre avec des niveaux élevés d'albédo reflète plus de l'énergie du soleil qu'elle n'en absorbe.

    Mais les dépôts de carbone noir, émis par la combustion du diesel, du bois et des combustibles fossiles, assombrissent la surface de la neige et abaissent son albédo, ce qui signifie qu'elle fond plus vite.

    L'étude des concentrations de carbone noir peut être importante pour prédire les futurs taux de fusion.

    Cordero a déclaré que l'étude a montré que "la contamination à elle seule ne peut pas expliquer la réduction de la couverture de neige et le recul des glaciers qui a été observée dans les Andes au cours des dernières décennies."

    https://phys.org/news/2018-04-andes-canadian-arctic.html#jCp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Primo le froid n'attire pas ! C'est-à-dire que les sommets enneigés ne reçoivent que très peu de particules polluantes émises par la Terre et, ces particules polluantes viennent essentiellement d'éruptions volcaniques et non des industries.

      Secundo comme la chaleur monte (elle attire et crée les vents) elle emporte des particules mais, ces dernières (dans la froidure des altitudes) retombent bien avant d'arriver aux pôles ou aux sommets des montagnes.

      Tertio, les particules sombres retrouvées en faible nombre en altitudes ne peuvent contribuer à constituer une 'couverture' ou 'effet de serre' pour faire fondre quoi que ce soit !

      Supprimer