- ENTREE de SECOURS -



dimanche 10 décembre 2017

LE COLIS - Emmanuel Bilodeau, Gildor Roy, Sylvie Léonard

https://www.youtube.com/watch?v=ofjW_OVRdb8&t=4810s

20 commentaires:

  1. AAA dit l'éthanol-carburant peut endommager certaines voitures, l'EPA demande de le retirer des pompes


    Par: Audrey Hudson
    30/11/2012 14:21

    L'utilisation de l'E15 récemment approuvé carburant fabriqué à partir de mélange d'essence et d'éthanol pourrait endommager les véhicules et les garanties vide, dit l'American Automobile Association (AAA), qui exhorte le gouvernement fédéral à l'interdire sur le marché.

    L'Environmental Protection Agency (EPA) a approuvé le carburant plus tôt cet été, mais AAA dit seulement cinq pour cent des véhicules sur la route sont approuvés par les fabricants d'utiliser le mélange spécial qu'ils disent provoque des problèmes importants tels que usure prématurée du moteur et de l'échec, de carburant d'endommager le système et faux "Check Engine" feux de détresse.

    Le club automobile a mené une enquête récente, il dit identifie la confusion chez les consommateurs quant aux véhicules peuvent utiliser du carburant - 95 pour cent des personnes interrogées n'avaient jamais entendu parler de l'E15, qui contient 15 pour cent d'éthanol.

    "Il est clair que des millions d'Américains ne sont pas familiers avec E15, ce qui signifie qu'il ya une forte possibilité que de nombreux automobilistes peuvent mal se remplir avec cette essence et les dégâts de leur véhicule», a déclaré Robert Darbelnet, président AAA. «Apporter E15 sur le marché sans garanties adéquates ne sont pas responsable de répondre aux besoins des consommateurs."

    Rép Jim Sensenbrenner (R-Wis.), ancien président du Comité scientifique de la Chambre, a déclaré que les résultats confirment les préoccupations sur la colline du Capitole que le carburant peut endommager les voitures.

    L'essence mélangée à l'éthanol à 10 pour cent est facilement disponible dans la plupart des stations du pays, mais E15 est vendu uniquement à quelques stations dans le Kansas, l'Iowa et le Nebraska.

    «La crainte d'E15 ne sont pas en baisse, elles sont en augmentation. Cela dit, "Sensenbrenner dit. «Quand une organisation comme AAA, une source de confiance à l'échelle nationale pour les automobilistes, appelle l'EPA, on pourrait penser que l'administration voulait l'entendre."

    L'EPA n'a pas encore répondu à la demande de l'AAA.

    Plusieurs fabricants dont BMW, Chrysler, Nissan, Toyota et Volkswagen refusent de couvrir les garanties de véhicules pour les dommages causés par E15. Plus ils sont de signalisation suivront, notamment General Motors, Ford, Honda, Hyundai, Kia, Mazda, Mercedes-Benz et Volvo, selon l'AAA.

    Les seuls véhicules actuellement approuvés par les constructeurs automobiles à utiliser E15 flex-fuel sont les modèles fabriqués en 2001 et après, dont certaines Porsche, General Motors et Ford. L'utilisation de l'E15 est expressément interdite dans les véhicules lourds y compris les bateaux, motocyclettes, équipement électrique, tondeuses à gazon et les véhicules hors route.

    RépondreSupprimer
  2. «La vente et l'utilisation de l'E15 devrait être suspendue jusqu'à l'obtention de l'étiquetage pompe à essence et les efforts d'éducation des consommateurs sont mises en œuvre pour atténuer les problèmes pour les automobilistes et leurs véhicules», a déclaré Darbelnet. «Les consommateurs devraient lire attentivement les étiquettes de la pompe et de savoir les recommandations de leur fabricant automobile pour aider à prévenir les problèmes de E15."

    http://www.humanevents.com/2012/11/30/aaa-says-certain-ethanol-fuel-can-damage-cars-asks-epa-to-remove-from-pumps/

    https://huemaurice5.blogspot.fr/2012/12/aaa-dit-lethanol-carburant-peut.html

    RépondreSupprimer
  3. Météo : douze départements en vigilance orange neige et vent
    La journée de dimanche s'annonce très agitée dans douze départements.

    le 9 Décembre 2017

    Alors que ce samedi a été calme niveau météo sur l'Hexagone, ce dimanche sera plus agité, prévient Météo France. "Des pluies et de fortes rafales concerneront la plupart des régions, seul le Sud-Est restant à l’écart des vents forts. Des neiges et pluies verglaçantes seront observées sur le nord et l’est du pays, avant l’arrivée des pluies (...) et il neigera abondamment sur les Alpes", prévient l'organisme.

    En outre, douze départements sont en vigilance orange Vent, Avalanches et Neige-Verglas. Il s'agit des départements suivants : Aisne (02), Alpes-de-Haute-Provence (04), Hautes-Alpes (05), Ardèche (07), Cantal (15), Drôme (26), Haute-Loire (43), Lozère (48), Nord (59), Pas-de-Calais (62), Savoie (73) et Somme (80).

    Lundi 11 décembre, un nouvel épisode très perturbé devrait suivre, avec des vents forts, soufflant possiblement en tempête sur une grande partie du pays.

    http://www.atlantico.fr/pepites/meteo-douze-departements-en-vigilance-orange-neige-et-vent-3250062.html#fIOgTbimeVHpQySQ.99

    RépondreSupprimer
  4. L'avenir de l'ingénierie des cultures

    8 décembre 2017

    L'avenir de l'ingénierie des cultures

    La photosynthèse est le processus qui sous-tend toute la croissance des plantes. Les scientifiques visent à stimuler la photosynthèse pour répondre à la demande mondiale croissante en nourriture en développant son enzyme clé, Rubisco. Maintenant, les chercheurs de l'Institut Max Planck de biochimie ont réussi à produire une plante fonctionnelle Rubisco dans une bactérie. Cela permet le génie génétique de l'enzyme. L'étude pourrait un jour conduire à de meilleurs rendements de culture et à des variétés végétales avec une efficacité accrue de l'utilisation de l'eau ou une meilleure résistance à la température. Les résultats ont été publiés dans Science.

    La population mondiale devrait dépasser 9 milliards en 2050. Avec plus de bouches à nourrir, il y a un besoin pressant d'améliorer la production alimentaire. Pour répondre à la demande alimentaire mondiale, les scientifiques visent à augmenter l'efficacité de la photosynthèse et donc la productivité des cultures.

    Stimuler la photosynthèse

    La photosynthèse est le processus biologique fondamental qui sous-tend toute la croissance des plantes et soutient la vie sur Terre. Les plantes utilisent l'énergie solaire pour convertir le gazcarbonique et l'eau en sucre et en oxygène (O2). L'enzyme critique dans ce processus est Rubisco. Rubisco catalyse la première étape dans la production de glucides dans les plantes, la fixation du de l'atmosphère. Ce faisant, les usines utilisent le gazcarbonique pour construire la biomasse et produire l'énergie nécessaire à la croissance. Cependant, Rubisco est une enzyme inefficace car elle capture le gazcarbonique lentement. Des réactions concurrentes avec O2 nuisent davantage à l'efficacité catalytique de Rubisco. Pour ces raisons, Rubisco limite souvent le taux de photosynthèse et finalement la croissance des plantes, faisant de Rubisco une cible brûlante pour le génie génétique.

    L'ingénierie de la plante Rubisco et la photosynthèse seraient améliorées par l'expression fonctionnelle de l'enzyme chez d'autres hôtes. Jusqu'à présent, cependant, les scientifiques n'ont pas réussi à produire une forme de plante Rubisco enzymatiquement active dans un hôte bactérien - un objectif qui a été recherché depuis de nombreuses décennies. Une équipe dirigée par Manajit Hayer-Hartl, responsable du groupe de recherche "Chaperonin-Assisted Protein Folding", a maintenant identifié les exigences pour l'expression et l'assemblage de la plante Rubisco dans une bactérie. Leurs résultats devraient accélérer grandement les efforts visant à améliorer la photosynthèse grâce à l'ingénierie de Rubisco.

    La chaîne d'assemblage Rubisco

    L'enzyme Rubisco se compose de huit grandes et huit petites sous-unités. Le repliement protéique des grandes sous-unités est assisté par des chaperonines spécifiques, des cages de repliement macromoléculaires, dans lesquelles les protéines nouvellement synthétisées peuvent assumer leur propre conformation fonctionnelle. Après le repliement, plusieurs protéines auxiliaires supplémentaires (chaperons) aident à l'assemblage correct des sous-unités dans le grand complexe enzymatique.

    RépondreSupprimer
  5. Les chercheurs ont généré la plante fonctionnelle Rubisco chez un hôte bactérien en exprimant simultanément les chaperons des plantes et Rubisco dans les mêmes cellules. Cela permet non seulement aux scientifiques de comprendre la voie d'assemblage complexe de Rubisco, mais aussi de modifier le gène Rubisco afin d'améliorer les propriétés de Rubisco. Une fois qu'ils ont obtenu une variante de Rubisco avec un trait désiré, ils peuvent réinsérer le gène modifié dans les cellules végétales. C'est une étape clé vers l'amélioration de la photosynthèse grâce à l'ingénierie de Rubisco. "Le système d'expression bactérien ressemble à une chaîne de montage pour voitures alors qu'auparavant chaque variante optimisée de Rubisco devait être minutieusement exprimée dans une plante transgénique, qui prend un an ou plus à générer - comme construire une voiture à la main - nous pouvons maintenant faire des centaines ou des milliers de variantes Rubisco en quelques jours ou quelques semaines, c'est comme construire des voitures dans une chaîne de montage automatisée », explique Hayer-Hartl.

    Variantes supérieures de Rubisco

    Le génie génétique facilite les efforts pour générer des variantes de Rubisco avec des propriétés fonctionnelles améliorées. Cela pourrait non seulement conduire à une augmentation nécessaire des rendements des cultures, mais aussi à des variétés végétales présentant une efficacité accrue de l'utilisation de l'eau ou une résistance accrue à la température - des propriétés particulièrement importantes compte tenu du réchauffement climatique et de la pénurie d'eau.

    https://phys.org/news/2017-12-future-crop.html#jCp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'angoisse ne vient pas réellement du taux de rendement des plantes mais de la diminution voire l'absence d'agriculteur ! ON NE FORME PAS UN PAYSAN EN 6 MOIS OU EN 10 ANS ! Les idiots de bobos de la ville qui 'ont un jardin' pensent tous les jours instruire les paysans en publiant des vidéos sur 'comment faire' !!! Hahahaha !

      Supprimer
  6. Les forêts du Cerrado au Brésil ne seront pas sauvées par les promesses des entreprises sur la déforestation

    8 décembre 2017
    par Paul Jepson et Sergio Henrique Collaco De Carvalho, La Conversation


    Au sud du bassin amazonien se trouve une énorme savane connue sous le nom de Cerrado. Autrefois un mélange de prairies et de forêts, une grande partie du Cerrado a été transformée en vastes fermes de soja et en fermes de bétail qui ont fait du Brésil une superpuissance agricole. Il y a aussi beaucoup de terres vierges - mais la protéger nécessite une nouvelle approche de la déforestation.

    Récemment, 23 grandes entreprises agroalimentaires ont signé le "Manifeste du Cerrado" qui appelle à une action urgente pour s'assurer que "les chaînes d'approvisionnement de soja et de boeuf ne contribuent pas à la déforestation".

    La logique est qu'en signant la déclaration, les entreprises envoient un signal clair au marché: les consommateurs veulent des produits qui ne résultent pas de la déforestation - et la demande de soja et de bœuf peut être satisfaite par les cultures et les pâturages existants. En théorie, cela affaiblira les arguments en faveur de la conversion de la végétation naturelle à l'agriculture - mais si seulement c'était aussi simple.

    Certains rapports ont suggéré que la déforestation dans la région est en hausse en raison du succès des politiques de conservation qui ont «poussé» les entreprises agricoles hors de l'Amazonie. En réalité, le Cerrado a été largement transformé en monocultures agricoles il y a des décennies. Lorsque les entreprises alimentaires ont signé le Amazon Soy Moratorium en 2006, elles s'approvisionnaient déjà auprès du Cerrado.

    De la savane au soja

    Les éleveurs se sont d'abord installés dans les prairies indigènes au début du XXe siècle et ont fait paître les bovins à de faibles densités. Cela a peut-être épargné la végétation en imitant les habitudes de pâturage des animaux indigènes, dont beaucoup ont été décimés par les chasseurs.

    Dans les années 1950, la nouvelle capitale nationale, Brasilia, a été construite au cœur du Cerrado et reliée aux états «puissants» de Sao Paulo, Rio et Minas par de nouvelles autoroutes. Dans le même temps, les industries minières et sidérurgiques du Brésil se sont développées et les forêts de Cerrado ont fourni une source de bois prête à l'emploi.

    Pendant les années 1960, de lourds investissements dans la recherche agricole ont permis de développer des cultivars de soja et de coton qui pourraient pousser sur les sols acides de Cerrado. Au cours des décennies suivantes, les terres ont été consolidées en monocultures à grande échelle. Au début de 2002, l'agriculture avait atteint les limites de la savane:

    RépondreSupprimer
  7. au moins 50 % et peut-être 70 % de cette vaste région avait été convertie en agriculture.

    En revanche, la déforestation en Amazonie a vraiment décollé beaucoup plus tard, au milieu des années 1990. Au moment où le monde a commencé à se soucier de l'Amazonie, une grande partie du Cerrado avait déjà été perdu.

    Les forêts du Cerrado au Brésil ne seront pas sauvées par les promesses des entreprises sur la déforestation

    Les plantations de soja mangent dans la savane. Crédit: www.shutterstock.com
    Sauver le dernier du Cerrado

    Une zone restante de végétation indigène est assez grande pour mériter une action de conservation sérieuse. C'est une mosaïque de prairies, de bosquets et de veredas - un type d'oasis que l'on ne trouve nulle part ailleurs - dans la région de Matopiba, vers l'extrémité nord du Cerrado.

    Le manifeste appelle le gouvernement brésilien à créer plus d'aires protégées et à renforcer le "code forestier". Le code est une loi qui stipule que les propriétaires fonciers privés ne peuvent «convertir» que jusqu'à 80% de leur végétation naturelle - le reste doit être laissé intact. Il protège donc certaines terres, mais peut aussi être interprété comme légalisant la déforestation. En Amazonie, un changement de 2002 a réduit la proportion de terres disponibles pour la déforestation à seulement 20%, et les signataires du manifeste appellent à une action similaire dans le Cerrado.

    Mais les choses en Amazonie sont très différentes. Dans les années 1960, la plupart des terres n'avaient pas de titre légal et le gouvernement militaire du Brésil les avait placées sous la responsabilité fédérale. La redistribution subséquente a été lente et limitée, ce qui a permis de créer de vastes zones protégées et de rendre la restriction du code forestier moins coûteuse à mettre en œuvre.

    Au Cerrado tout est en propriété privée. L'économie brésilienne est trop faible pour que le gouvernement achète des terres ayant une valeur agricole - surtout quand la demande de soja reste élevée - ce qui lui laisse moins de pouvoirs. Diminuer l'allocation de 80% du code forestier n'est peut-être pas réalisable sur le plan politique. C'est parce que lorsque le code a été changé en Amazonie, les propriétaires fonciers en colère et inquiets se sont organisés politiquement en un puissant mouvement «ruralista». L'ingérence du gouvernement dans le Cerrado risque d'enflammer les appels à la réduction des protections environnementales.
    Que faire ?

    Peut-être un ange de la conservation milliardaire apparaîtra, celui qui est prêt à acheter des terres de grande valeur et à les rendre à la nature. Plus réaliste, le meilleur espoir est que les gouvernements étatiques et locaux utilisent efficacement leurs pouvoirs pour délimiter l'agriculture et mettre en œuvre le code forestier.

    RépondreSupprimer
  8. Les entreprises du secteur alimentaire doivent passer du «retrait» de la déforestation à la «réintégration» à la restauration du paysage. Il est difficile de se retirer réellement de la déforestation car les produits agricoles sont à nouveau agrégés, traités et agrégés à plusieurs reprises, ce qui les rend plus difficiles à retracer. La mise en place de «chaînes d'approvisionnement certifiées» est également complexe et coûteuse - il est beaucoup plus simple et moins coûteux pour les entreprises de choisir d'acheter (ou de ne pas acheter) dans une certaine région. En Amazonie, où les forêts sont vastes et l'agriculture relativement récente, ce genre de promesses de ne pas cultiver une certaine zone avait un sens. Au Cerrado, une promesse de restauration est obligatoire.

    Les initiatives visant à restaurer les terres dégradées à un mélange d'agriculture et de végétation naturelle prennent de l'ampleur. Par exemple, le Brésil a maintenant pour objectif de restaurer 220 000 km² de terres dégradées, en lien avec ses engagements dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat. Les entreprises pourraient s'engager à utiliser uniquement la nourriture produite dans les régions du Cerrado qui font partie de ce processus de restauration.

    Les engagements des entreprises pour éviter la déforestation sont salués par les médias, les ONG et les entreprises elles-mêmes. La dure réalité est que la vraie conservation se passe dans les bureaux du gouvernement local et des entreprises locales plutôt que dans les salles de réunion des entreprises. Si ces entreprises veulent jouer leur rôle, elles doivent s'engager à résoudre les problèmes plutôt que de les éviter.

    https://phys.org/news/2017-12-brazil-cerrado-forests-wont-corporate.html#jCp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) Récemment, 23 grandes entreprises agroalimentaires ont signé le "Manifeste du Cerrado" (...)

      Ces '23 entreprises' ne représentent PAS les millions de paysans brésiliens qui ne bouffent pas des arbres comme voudrait le faire croire l'auteur de l'article.

      Les brésiliens, comme tous les êtres humains ne bouffent pas des arbres mais des fruits & légumes et vivent aussi de l'élevage et de la pêche.

      Les plants de tomates, melons, pommes ou cerise consomment toutes du gazcarbonique et fabriquent toutes de l'oxygène comme les arbres !

      Supprimer
  9. Maduro a célébré le triomphe du parti au pouvoir de la Plaza Bolívar à Caracas
    Elu par le maire de la municipalité Libertador, Erika Farias, le premier président national a déclaré que le parti au pouvoir a remporté la victoire dans plus de 300 municipalités.

    le 11 décembre 2017 00:47


    Erika Farías est la première femme élue à la présidence de la municipalité de Libertador.
    Malgré le triomphe écrasant, Maduro a appelé à l'union de tous les Vénézuéliens et a ratifié sa volonté de dialoguer avec l'opposition.

    CARACAS Président de la République, Nicolas Maduro, a célébré la victoire du parti au pouvoir lors des élections municipales a eu lieu aujourd'hui, le vainqueur du maire de la municipalité Libertador, Erika Farias, de la Plaza Bolivar Caracas.

    « Vive la patrie, pour vivre le rebelle Venezuela » a commencé son discours, le président, tout en soulignant qu'il avait remporté une grande victoire dans ces élections « 158 ans de la victoire de la bataille de Santa Inés ».

    Après avoir dit que le CNE avait autorisé les conseils régionaux pour donner les résultats, il a dit qu'ils avaient gagné plus de 300 municipalités de la 335 qui est propriétaire du pays, ainsi que de déclarer que 9,139,564 personnes qui ont voté aujourd'hui sont un "record dans une élection municipale".

    Il a félicité Farías pour avoir été la première femme élue maire de la commune de Libertador, en étendant ces félicitations aux candidats de l'opposition, en disant que, outre le maire de San Cristobal (données offert le premier bulletin officiel CNE) avait également été gagnants municipalités Chacao, Baruta et El Hatillo.

    Président instamment invités à rester le même CNE « pendant de nombreuses années » avant « leur travail exemplaire » après les dernières élections, veiller à ce que nous avons l'un des meilleurs systèmes électoraux dans le monde.

    Bien qu'il ait affirmé que «l'espoir populaire a triomphé», il a appelé à l'union de tous les Vénézuéliens et a ratifié sa volonté de dialoguer avec l'opposition.

    Valentín Romero

    http://www.eluniversal.com/noticias/politica/maduro-celebro-triunfo-del-oficialismo-desde-plaza-bolivar-caracas_680643

    RépondreSupprimer
  10. COP23 : échec conjoncturel ou structurel ?

    Allocution faite à l’occasion de la Journée de conférences/débats sur la question climatique organisée par l’Association des Climato-Réalistes le jeudi 7 décembre 2017 à Paris.

    Par Drieu Godefridi.

    Allocution faite à l’occasion de la Journée de conférences/débats sur la question climatique organisée par l’Association des Climato-Réalistes le jeudi 7 décembre 2017 à Paris (Musée Social, 5 rue Las Cases).

    Monsieur le Président Václav Klaus,

    Mesdames et Messieurs,

    De l’avis général, la COP23 est un échec. Est-ce réellement le cas ? Pour s’en assurer, je vous propose d’analyser la résolution adoptée au terme de cette réunion « Conférence des parties » (COP) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques qui vient de se tenir à Bonn, en Allemagne.

    Le communiqué final de la COP23 débute par cette phrase :

    --{ Les pays se sont mis d’accord aujourd’hui pour mettre en œuvre les prochaines étapes en vue d’une plus grande ambition en matière d’action climatique avant 2020.}

    Une phrase qui ne veut, bien entendu, strictement rien dire, puisqu’il s’agissait par hypothèse de faire le bilan (passé) de la réunion qui venait de se tenir et non d’annoncer de futures réunions. Le ton est donné.

    Il est ensuite rappelé que

    --{ L’objectif central de l’Accord de Paris est de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C et la plus proche possible de 1,5°C – la limite inférieure est jugée cruciale pour la survie de nombreuses petites îles et de pays vulnérables }

    La survie ! C’est de la survie de pays entiers qu’il est donc question ! Une affirmation qui, d’un strict point de vue scientifique, est sans fondement.

    Est ensuite annoncée l’adoption d’un « Plan d’action pour l’égalité des sexes », dont la mention dans la résolution finale d’une réunion sur le climat n’étonnera que ceux qui ne sont pas familiers de la glorieuse littérature onusienne.

    La COP23 se réjouit de l’adoption d’ « un rapport scientifique spécial, réalisé pour la Conférence par Future Earth et Earth League« , deux ONG environnementalistes qui n’ont bien sûr rien de scientifique.

    RépondreSupprimer
  11. -- { La COP23 à Bonn, poursuit le communiqué, s’est déroulée dans un contexte de catastrophes naturelles sans précédent qui ont détruit logements, familles et économies d’Asie, des Caraïbes et des Amériques.}

    Ce qui est doublement erroné : d’une part, la science n’indique en aucune façon une aggravation des occurrences ou intensité des catastrophes naturelles (mensonge n°1), d’autre part le lien entre catastrophes naturelles et réchauffement climatique n’a jamais été établi (mensonge n°2).

    -- { Bonn a mis en évidence que le soutien à l’Accord de Paris est fort et que ce voyage que le monde a entrepris est un mouvement irrépressible, soutenu par toutes les sphères de la société, partout dans le monde.}

    « Irrépressible », soutenu par « toutes » les sphères de la société, « partout » : même Ceauescu n’aurait pas osé. Surtout après le retrait américain.

    Est ensuite annoncée une série d’initiatives locales visant à promouvoir les énergies renouvelables. Des initiatives qui ont en commun d’être très « locales » en effet, dans un futur hypothétique, et toujours financées par l’Occident.

    Est ensuite annoncée la « création d’une nouvelle association visant à renforcer la couverture médiatique et les reportages sur le climat dans le Pacifique », ce qui ne manquera pas de réjouir ceux qui estiment que nos médias ne parlent pas encore assez du climat.

    « L’Alliance pour la sortie du charbon » est également célébrée et signée entre autres par la Belgique qui n’a, simple détail, aucune centrale au charbon en activité.

    N’oublions pas de relever, pour conclure, l’initiative « America’s Pledge », qui

    -- { rassemble des dirigeants des secteurs privé et public pour garantir que les États-Unis demeurent un chef de file mondial en matière de réduction des émissions, et qu’ils respectent les objectifs climatiques du pays dans le cadre de l’Accord de Paris.}

    Dit autrement, un organisme onusien met en place un mécanisme pour contrevenir à la politique officielle de la présidence et de la majorité parlementaire des États-Unis d’Amérique. Good luck, et tellement révélateur d’une certaine arrogance onusienne sans le moindre égard pour la volonté démocratique des peuples.

    N’étaient les sommes considérables qui sont en jeu, on serait tenté de qualifier la COP23 de risible mascarade et de passer immédiatement à autre chose, tant ce communiqué ridiculise ses auteurs et les participants de la COP23.

    Cet échec est-il conjoncturel ou structurel ?

    On assiste, selon moi, à la fin d’un processus. Quand le 1er juin 2017, le président des États-Unis annonce sur la pelouse de la Maison-Blanche que son pays se retire de l’Accord de Paris, la fête est finie.

    En effet, quelle est la substantifique moelle de l’Accord de Paris ? La décarbonisation de l’Occident, financée par l’Occident et la décarbonisation du reste du monde, également financée par l’Occident. En réalité, seule la première de ces deux décarbonisations commence maintenant puisque le reste du monde se voit reconnaître de facto — notamment la Chine — le droit de continuer à augmenter ses émissions de gazcarbonique au moins jusqu’en 2030 (sic).

    RépondreSupprimer
  12. Cette résurgence tardive du tiers-mondisme se concrétise par le Fonds vert, alimenté chaque année à concurrence de 100 milliards de dollars — chaque année ! — au profit, concrètement, de chefs d’État asiatiques, africains, etc.

    Comment ces États pourraient-il ne pas défaillir de plaisir en contemplant la perspective de cette manne ? Comment la haute finance pourrait-elle ne pas s’en réjouir, elle qui serait immanquablement appelée à gérer ces sommes astronomiques directement prélevées dans la poche des contribuables occidentaux au profit de chefs d’État étrangers ?

    Tel est, Mesdames et Messieurs, la formule magique de l’Accord de Paris.

    Était. Car maintenant que les Américains se sont retirés, il revient aux seuls Européens d’alimenter les Fonds vert. Or, les États européens, qui sont à la fois surendettés et qui pratiquent des prélèvements fiscaux déjà confiscatoires et les plus élevés au monde, sont financièrement incapables de se substituer aux Américains. Dès lors, l’Accord de Paris devient déjà nettement moins séduisant pour le « reste du monde » (ceux qui vont recevoir l’argent des contribuables occidentaux tout en continuant d’augmenter leurs émissions de gazcarbonique). Il le deviendra moins encore quand il s’avérera que les Européens ne sont pas même aptes à honorer leurs propres engagements — ce qui immanquablement arrivera, car les caisses sont vides.

    Et puis, il y a la réalité économique. Déjà aujourd’hui, l’électricité allemande est trois fois plus onéreuse que l’américaine. Il n’y a pas une seule entreprise allemande — à l’exception de quelques grandes — pas une seule PME, pas n seul entrepreneur et, surtout, pas un seul ménage, qui ne s’en trouve cruellement pénalisé. À politiques inchangées, cette divergence transatlantique ira s’accentuant, jusqu’à atteindre des niveaux intenables même pour l’économie allemande, a fortiori pour des nains économiques tels que la Belgique.

    Par ces deux motifs, parfaitement rationnels et purement analytiques, nous sommes en mesure de diagnostiquer, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, le caractère structurel et non plus seulement conjoncturel de l’échec de la COP23.

    Je vous remercie pour votre attention.

    https://www.contrepoints.org/2017/12/11/305186-cop23-echec-conjoncturel-structurel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un ramassis d'escrocs qui - comme pour le GIEC - interdit l'invitation de scientifique et de leur allocution publique !

      Supprimer
  13. L’UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

    By lejournaldusiecle
    14 février 2013


    Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d’euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l’euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

    C’est le Daily Telegraph qui a révélé l’information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d’une campagne sans précédent de réorientation de l’opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

    Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l’opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique.

    Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s’agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

    Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu’expriment de plus en plus d’Européens, à savoir que "l’Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d’Europe", et non pas "moins d’Europe".

    Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu’est l’UE, dixit Barroso.

    En pleine crise économique, et alors que l’austérité est imposée aux États, l’UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu’une augmentation de près de 2 millions d’euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés l’an prochain.

    Nigel Farage a été l’un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l’UE ne valait pas mieux qu’une "république bananière".

    Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

    http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet

    RépondreSupprimer
  14. Qu'y a-t-il vraiment dans les chocolats de Noël vendus au supermarché Un artisan chocolatier nous dit tout

    Certaines boîtes de chocolats contiennent tout un tas d'ingrédients, mais pas de cacao.

    09/12/2017 03:12 CET
    Esther Degbe Esther est journaliste

    NOËL - La période des Fêtes fait partie des rares moments de l'année où l'on peut se goinfrer de chocolats sans se sentir coupable... Les rayons des supermarchés se garnissent dès la fin du mois de novembre de pères Noël en chocolat et de boîtes de marques plus ou moins prestigieuses. Mais saviez-vous que la plupart d'entres-elles ne contiennent pas de cacao

    Curieux de savoir ce que l'on avale réellement, nous avons demandé au chocolatier Jérôme Badens, artisan aux Chocolatiers La Factory dans les Hauts-de-Seine, de décrypter avec nous les étiquettes de ces boîtes.

    http://www.huffingtonpost.fr/2017/12/08/quy-a-t-il-vraiment-dans-les-chocolats-de-noel-vendus-au-supermarche-un-artisan-chocolatier-nous-dit-tout_a_23294452/?ncid=tweetlnkfrhpmg00000001

    RépondreSupprimer
  15. Le rapport du GIEC sur le changement climatique: la Grande-Bretagne devrait «s'habituer» à plus d'inondations et de tempêtes

    Universitaire britannique, s'exprimant lors du lancement du rapport du GIEC sur le changement climatique, prévient que le Royaume-Uni doit se préparer à une augmentation du «réfugiés climatiques»

    Par Danielle Demetriou à Yokohama
    09:08 BST le 31 mars 2014

    La Grande-Bretagne doit se préparer à une hausse des inondations, vagues de chaleur et les tempêtes côtières, un universitaire britannique impliqué dans l'étude la plus complète à ce jour sur l'impact du réchauffement de la planète a averti lundi.

    Le Royaume-Uni est susceptible de faire face à un nombre croissant de scénarios météorologiques extrêmes en raison du réchauffement climatique, selon Neil Adger, un professeur de géographie à l'Université d'Exeter et auteur du dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental de l'ONU sur les changements climatiques (GIEC).

    Ces modèles seront également alimenter une flambée des britanniques "réfugiés du changement climatique", y compris les familles forcées de quitter leurs maisons à cause des inondations, ainsi que l'augmentation des décès liés à des vagues de chaleur extrêmes.

    "Les impacts du changement climatique sont déjà là et ils font sentir partout dans le monde", a déclaré The Telegraph.
    "Il n'y a aucun pays, aucune région qui est en fait à l'abri des changements climatiques.

    Ces impacts se font déjà sentir et ils vont être en conséquence entrer dans l'avenir. Tous ces messages s'appliquent au Royaume-Uni ".

    Les observations du professeur Adger ont été faites comme le Royaume-Uni a émergé de sa plus humide l'hiver sur le disque, ce qui entraîne 7.000 foyers à travers le pays inondé, 11 morts et un coût de petites entreprises autour £ 830.000.000.

    Il parlait à Yokohama, au Japon, où le rapport complet du Groupe de travail II du GIEC examine l'impact global du réchauffement climatique a été publié le lundi, compilé par plus de 300 auteurs de 70 pays différents.

    "Les documents montrent déjà qu'il y a eu une augmentation des précipitations," a déclaré le professeur Adger. "Pluie vient dans des périodes plus courtes que nous avons une augmentation de l'intensité des précipitations. C'est ce qui conduit à un risque accru d'inondations."

    Se référant à une série de défis susceptibles d'influencer le Royaume-Uni - y compris les inondations, les pénuries d'eau et des vagues de chaleur - il a ajouté: «Nous allons avoir à s'habituer à ces choses Ces risques ne sont pas négligeables.».

    RépondreSupprimer
  16. En plus des zones côtières et de basse altitude vulnérables, villes à travers le Royaume-Uni ont également été signalées comme étant à risque particulier, avec des vagues de chaleur et les décès liés chez les personnes âgées deviennent un problème croissant.

    «Le plus grand mouvement unique de personnes dans le monde est encore dans les villes, en particulier les villes urbanisées," a t-il dit. «Ces villes sont de plus en plus - et c'est là le creuset de l'impact va se faire sentir."

    Il a ajouté: "La canicule 2013 d'été au Royaume-Uni a conduit à la surmortalité d'au moins 2.000 personnes dans le sud-est de l'Angleterre, principalement à Londres juste d'un seul événement..

    "Nous allons avoir à traiter avec plus de canicules, alors que les températures moyennes mondiales augmentent."

    Exhortant le gouvernement britannique à "lire le rapport", il a également mis en évidence la façon dont les risques associés aux changements climatiques devaient être intégrées dans les politiques à travers le spectre de suspendre la réalisation de pires scénarios de réchauffement de la planète.

    "Les mesures immédiates que le gouvernement doit prendre sont de prendre en compte les risques dans toutes leurs politiques - en termes de planification environnementale et les inondations, ainsi que du littoral, l'agriculture et la planification de la santé publique."

    Le dernier rapport du GIEC, la première mise à jour depuis sept ans, confirme que les scientifiques du climat semblent plus certain que jamais que le comportement humain est le coupable clé du réchauffement climatique.

    Déclaration de la tendance au réchauffement «sans équivoque», il met en lumière la façon dont les températures pourraient augmenter autant que 4.8°C d'ici la fin du siècle - avec une augmentation minimale de l'ordre de 0,3° C si les gouvernements réussissent à couper fortement les taux d'émission à effet de serre.

    "Une chose qui est très claire, c'est que nous ne sommes pas prêts pour les questions climatiques auxquels nous sommes confrontés», Chris Field, directeur de l'écologie mondiale à la Carnegie Institution à Washington et co-président du rapport, a déclaré au Telegraph "Mais elle a aussi est clair que "quand on regarde la littérature sur le changement climatique et l'adaptation, que l'investissement dans l'amélioration de l'adaptation et de réduire la vulnérabilité au risque auquel nous sommes confrontés aujourd'hui, est un très bon point de départ pour faire face aux risques auxquels nous serons confrontés à l'avenir.

    http://www.telegraph.co.uk/earth/environment/climatechange/10733869/IPCC-climate-change-report-Britain-should-get-used-to-more-flooding-and-storms.html

    https://huemaurice5.blogspot.fr/2014/03/le-rapport-du-giec-sur-le-changement.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) Le rapport du GIEC sur le changement climatique: la Grande-Bretagne devrait «s'habituer» à plus d'inondations et de tempêtes (...)

      Hahaha ! C'est vrai qu'avec la politique de merde qu'entretient la queenne du non-dragage des cours d'eau, Londres va devenir la 'Venise britannique' !

      (...) Universitaire britannique, s'exprimant lors du lancement du rapport du GIEC sur le changement climatique, prévient que le Royaume-Uni doit se préparer à une augmentation du «réfugiés climatiques» (...) ???!! Hahaha ! 'Un universitaire'... qui prend les autres pour des cons ! Car, s'il y a des 'réfugiés en Angleterre'... là, déjà, faut être un peu timbré sur les bords et 'qui s'assemble se ressemble', car, j'imagine mal une personne qui veut être sauvé (de-je-ne-sais-quoi) choisisse d'être noyée ! Donnera t-il son corps aux 'Ponts & Chaussées' pour qu'ils s'en servent comme 'sac de sable' sur les rives ?

      Donc, que 'l'El Nino' nous fasse un été plus chaud, et alors ? Je ne vois pas pourquoi des africains sans eau à proximité ni 'air conditionné' montés en série dans toutes les cases seraient plus susceptibles de tenir que les britanniques enfermés à l'ombre devant les ventilos !
      Donc, il n'y a pas 'le feu au lac' qu'il arrive (ou pas) une 'vague de chaleur'.

      Par contre, ce que les idiots du 'GIEC' n'expliquent toujours pas est que le niveau de l'océan... refuse de monter ! Putaing de sa mer ! Et donc, s'il y a inondation, elle sera ou seront dues à des pluies normales que la monarchie à décider de non laisser s'évacuer vers les canaux qui sont normalement été creusés pour çà ! Et, comme ils le disent si bien:

      (...)"Une chose qui est très claire, c'est que nous ne sommes pas prêts pour les questions climatiques auxquels nous sommes confrontés» (...) !!! Tu l'as dit gros con ! quand tu 'seras prêt', fais-moi signe !

      Supprimer