- ENTREE de SECOURS -



lundi 18 décembre 2017

La dernière idée folle des experts économiques: Abolir de l'argent (mais ne pas le dire aux gens)

par Tyler Durden
17 décembre 2017 17h50
Via GEFIRA,

Dans un article récent - La macroéconomie du dé-encaissement, Alexei Kireyev, du Fonds monétaire international, conseille d'abolir les liquidités sans que les citoyens soient informés du processus.

En premier lieu, les grands billets doivent être retirés de la circulation, les prochaines transactions en espèces doivent être imposées, l'informatisation du système financier mondial et le contrôle des transactions internationales en espèces doivent être appliquées et, enfin, les entreprises privées doivent être encouragées à éviter les transactions en espèces.

M. Kireyev s'inspire des idées de l'ancien directeur du FMI, Kenneth Rogoff.

Dans son livre de 2016 "The Curse of Money", il a préconisé l'abolition de l'argent. Selon lui, il contribuerait à la lutte contre le crime, l'évasion fiscale et la réduction de la zone grise.

La BCE l'a obligé et a promis de ne pas imprimer le billet de 500 euros après 2018.

Le gouvernement de l'Inde a fait la même chose: le 9 novembre 2016, il a dévalué de manière inattendue tous les billets de 500 et 1000 roupies pendant la nuit - un coup sévère contre l'économie noire et la corruption. Le lendemain, le chaos régnait dans les rues de l'Inde - des gens devant les banques, des guichets automatiques vides - tout le monde voulait retirer son argent, échanger les anciennes roupies contre de nouvelles roupies, et il y avait même des pertes.

Les autres gouvernements ont suivi avec empressement ces idées de grands gourous économiques, ne s'inquiétant pas de ce qui se passait dans les rues indiennes:

L'Australie veut retirer ses billets de $100 de la circulation, et le Venezuela a déjà aboli le billet de 100 bolivars.

La France, l'Italie, l'Espagne et la Grèce ont déjà des plafonds pour les retraits d'espèces, et un plafond de 5000 euros est actuellement en discussion en Allemagne.

Dans certains pays, le renoncement à l'argent devient un moyen de lutte politique.

En Pologne, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a introduit les paiements sans numéraire au service postal public. Bientôt, il sera également possible de payer ses billets directement sur la voiture de patrouille. Tous les politiciens polonais n'aiment probablement pas l'idée que les fonctionnaires n'entreront pas en contact avec des espèces - par exemple, le chef de la Banque nationale polonaise, Adam Glapi ? Ski, qui a introduit la nouvelle note de 500 zlotys en même temps.

L'abolition de l'argent n'est qu'une étape sur la voie d'une folie encore plus grande: Kenneth Rogoff a d'autres idées folles derrière lui.

Le plus fou: il a demandé un intérêt négatif de la part des politiciens européens, au motif qu'ils sont nécessaires quand la prochaine crise viendra. Nous rappelons au lecteur que le taux d'intérêt négatif est limité par l'argent. Si l'intérêt devient trop négatif, les gens accumuleront de l'argent.

Quelles conséquences aurait son idée si elle était mise en œuvre ? Et si les taux d'intérêt négatifs étaient introduits ? L'argent provenant des comptes se traduirait par des actifs tangibles, en particulier des bijoux, des lingots d'or et d'autres métaux précieux. Leurs prix atteindraient des niveaux sans précédent, tout comme l'inflation tirée par la spéculation. Cela serait stimulé par la hausse des prix de l'immobilier, car les gens investiraient dans des maisons plutôt que dans de l'argent en plastique sans valeur. Le commerce de troc et le marché noir prospéreraient comme en temps de guerre - le contraire de ce qui est souhaité serait atteint. Et les criminels et les politiciens corrompus trouveraient certainement un autre moyen d'échange pour mener leurs affaires - il est bien connu que les marchands d'armes et les groupes terroristes payent avec des diamants. L'abolition de la monnaie et l'introduction du taux d'intérêt négatif déposséderaient les citoyens ordinaires, les rendant transparents aux autorités à tout moment - après tout, il serait plus facile de contrôler et d'influencer les personnes transparentes dont les vies peuvent être retracées.

Les économistes, les banquiers et les gouvernements renommés oublient que l'argent ne peut pas être aboli, seuls les billets imprimés par les banques centrales peuvent être abolis. Ils font le calcul dans leurs tours d'ivoire sans considérer l'hôte, sans citoyens ordinaires. Les citoyens seront indignés par cela et descendront dans la rue, comme ils l'ont fait après la dévaluation des billets de banque en Inde. À la fin, ils trouveront des devises alternatives pour faire leurs affaires sans l'ingérence du gouvernement.

Les gourous économiques ne s'en soucient pas - l'expérience sur l'organisme vivant est importante, même si elle les tue.

72 commentaires:


  1. C'est comme çà que les dictateurs qui dirigent veulent et feront la ruine DU MONDE ENTIER en un clic de souris ! 7 milliards de gens pauvres en une seconde ! (ils diront bien-sûr que ce sont des 'hackers russes ou chinois !).

    RépondreSupprimer
  2. La fin de la Net Neutrality, ou neutralité du net, est une bonne nouvelle pour la liberté de l’internet aux Etats-Unis

    Olivier Bault
    16 décembre 2017 18 h 00 min·


    Jeudi, la Commission fédérale des communications (FCC) des Etats-Unis votait comme prévu la fin de la Net Neutrality, c’est-à-dire des règles de « neutralité du net » imposées par le président Barack Obama en 2015. La neutralité du net est morte… Vive la liberté du net ! Cette décision est une bonne nouvelle en effet, car elle fait partie du démantèlement voulu par Donald Trump des ingérences de l’Etat fédéral orchestrées par son prédécesseur. Ces règles donnaient en réalité au gouvernement américain, par l’intermédiaire de la FCC, un pouvoir de contrôle sur Internet requalifié en service public au même titre par exemple que les réseaux de téléphone. En apparence, mais en apparence seulement, cette réforme d’Obama partait d’une bonne intention, puisqu’il s’agissait d’interdire aux fournisseurs d’accès internet des pratiques qui pouvaient au premier abord apparaître comme déloyales : blocage ou ralentissement délibéré de services Web concurrents, et priorité donnée aux services prêts à rémunérer le fournisseur d’accès.

    La neutralité du Net réglementée par l’Etat n’est pas un gage de liberté ni de neutralité

    Défense des libertés, donc ? Non, si l’on considère la liberté du marché. Les fournisseurs d’accès ont de bonnes raisons de vouloir privilégier leurs propres services ou les services qui leur offrent une commission pour obtenir un retour sur investissements et offrir à leurs clients des prix réduits, et la libre concurrence entre fournisseurs d’accès leur interdisait d’abuser de ces pratiques. En revanche, la Net Neutrality permettait à la FCC de décider du contenu auquel les internautes pouvaient avoir accès au moyen du concept un peu trop vague de contenu conforme au droit.

    En outre, dire, comme cela a été le cas, que ces nouvelles « règles de neutralité » allaient faire entrer les Américains dans l’ère de l’internet libre et ouvert était un double mensonge. L’internet n’était pas moins libre et ouvert avant l’adoption de ces règles en 2015, et ces règles ne s’appliquaient de toute façon qu’aux fournisseurs d’accès. Les fournisseurs de contenu tels Google, Amazon, Facebook, etc., tous en phase idéologiquement avec l’administration Obama, ont pu continuer de développer librement leurs outils de censure politique, une censure à laquelle est donc venue s’ajouter la capacité du gouvernement à imposer sa propre censure au niveau de l’accès à internet, par une prise de contrôle de l’accès au moyen de la régulation des tarifs et de l’imposition de règles de bonne conduite.

    RépondreSupprimer
  3. Avec la fin de la Net Neutrality, l’internet pourra rester libre et ouvert

    Ces problèmes créés par Obama appartiennent donc désormais au passé, et c’est d’autant plus appréciable que les mauvaises régulations sont rarement abrogées. La nomination par Donald Trump, à la tête de la FCC, d’Ajit Pai, qui s’était vigoureusement opposé, en tant que sénateur, à la Net Neutrality, a marqué le début de la fin de la régulation d’internet par le gouvernement. L’internet n’est plus considéré comme un service public et la FCC n’a plus de pouvoir sur lui. L’internet pourra donc rester libre et ouvert.

    http://reinformation.tv/neutralite-net-liberte-internet-neutrality-bault-78371-2/

    RépondreSupprimer
  4. Nucléaire et renouvelables seraient complémentaires ? La bonne blague !
    Le terme « complémentaire » évoque la rationalité et le soutien mutuel fécond. Il est pourtant mal choisi dans ce cas.

    Par Michel Gay.

    Le terme « complémentaire » évoque la rationalité et le soutien mutuel fécond. Il est pourtant mal choisi si les énergies renouvelables intermittentes (EnRI) sont chargées de détruire le nucléaire au moyen de règles arbitraires établies sur une ruineuse idéologie « verte ».

    Bien que déjà décarbonée à 95 %, l’électricité produite en France est parfois présentée comme encore insuffisamment « verte ». La complémentarité est donc une justification commode pour insérer des EnRI (donc hors hydroélectricité) dans un système jusque là robuste reposant principalement sur le nucléaire et qui a démontré depuis longtemps sa performance technique et économique.

    Des pays dont le mix électrique repose majoritairement sur des énergies fossiles (charbon et gaz), comme l’Allemagne, peuvent trouver avantage à leur substituer partiellement des sources non carbonées « complémentaires » comme des éoliennes ou des panneaux photovoltaïques.

    Ce n’est pas le cas de la France où il a fallu conditionner l’opinion publique à la réduction du nucléaire en faisant appel à des arguments irrationnels fondés sur l’émotion et la peur.

    LA CÉCITÉ FRANÇAISE SUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN ALLEMAGNE

    Les Allemands ont présenté le développement massif du solaire et de l’éolien comme un substitut au nucléaire, mais pas au charbon ni au gaz… défendus par leurs syndicats !

    Le nucléaire qui représentait 30 % de la production d’électricité en Allemagne il y a 10 ans n’en assure plus aujourd’hui qu’environ 15 % après l’arrêt imposé de 8 réacteurs en parfait état de marche. Tout devrait être arrêté dans l’allégresse générale, surtout celle des « gaziers », en 2021.

    Actuellement, les centrales à combustibles fossiles assurent toujours plus de la moitié de leur production (53%), et leurs émissions polluantes (particules fines, gazcarbonique,…) restent à un niveau élevé et… stable depuis 2005. Il faut bien compenser la variabilité, voire l’absence de production des sources éoliennes et solaires.

    Réduire encore le nucléaire ne devrait rien arranger. Le développement des énergies renouvelables devra forcément s’adosser à de nouvelles sources classiques (charbon allemand et gaz russe).

    RépondreSupprimer
  5. A côté d’une production d’EnRI capable de fournir plus que les besoins du pays certains jours, mais aussi de s’évanouir totalement les nuits sans vent, il a fallu maintenir un parc « bis » au charbon et au gaz pouvant honorer à lui seul toute la demande, mais qui ne peut pas être éteint durant les périodes sans vent ni soleil.

    Il s’ensuit souvent un excès de l’offre électrique dont l’Allemagne « se débarrasse » à vil prix (voire à prix négatif) chez ses voisins. Les électrons « noirs » et les électrons « verts » se mêlant alors sans vergogne pour alimenter les pays limitrophes.

    Ne pouvant pavoiser avec la diminution des émissions de gaz à effet de serre, l’Allemagne a mis en avant de mirifiques créations d’emplois qui se sont évaporés avec le temps qui passe…

    En France, où aucune des leçons édifiantes d’outre Rhin n’a été retenue, les projets envisagent toujours de tripler le parc éolien et photovoltaïque existant. Cette « pénétration forcée » (par la loi…) dans le réseau national contrarie son fonctionnement mais enrichit quelques individus grâce aux généreuses subventions accordées par l’Etat.

    Alors, pourquoi ne pas continuer cette martingale gagnante ? Le nouveau mot magique est « complémentarité ».

    Ce terme médiatisé place étrangement le nucléaire (qui pèse pour 75 % dans la production d’électricité) et les EnRI (6 % de la production) sur un pied d’égalité au prétexte fallacieux qu’il ne faudrait pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

    NUCLÉAIRE OU RENOUVELABLES : QUI DOIT S’ADAPTER À QUI ?

    Pour rendre possible cette « pseudo-complémentarité », seul le nucléaire est appelé à changer de mode de fonctionnement. Il peut effectivement compenser en partie les fluctuations chaotiques et vaguement prévisibles de la production des EnRI. Mais c’est à son détriment (perte de production et de rentabilité, et vieillissement accéléré).

    Cette complémentarité idéologiquement proclamée ignore sciemment ce qui est techniquement possible et financièrement soutenable (vous avez dit développement durable ?…).

    Jusqu’à présent, cette « complémentarité » à sens unique est un leurre. Les EnRI n’apportent aucune valeur ajoutée au système électrique. C’est même le contraire.

    RépondreSupprimer
  6. Toutes les études technico-économiques procèdent de considérations essentiellement politiques censées symboliser la modernité écologique de la France, sans tenir compte des coûts rédhibitoires de l’ensemble du système électrique.

    Même les publications des instances dirigeantes en charge de la production (EDF), de la gestion du Réseau du transport d’électricité (RTE), et même le CEA adoptent un profil « politiquement correct » et rassurant. « Tout va très bien Madame la marquise… ». Ne pas mordre la main qui fait et défait les carrières ?

    D’autres études moins « politisées » pointent pourtant le danger qui menace.

    OBJECTIF : DÉTRUIRE LE NUCLÉAIRE POUR EFFONDRER LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION

    Explicitement, ou en filigrane, la destruction du nucléaire reste l’objectif principal.

    Sinon, dans une logique de complémentarité féconde, pourquoi vouloir fermer des centrales nucléaires ? Ne sont-elles pas déjà capables de répondre à la demande électrique avec les barrages et les centrales à gaz existantes ? Pour passer les pointes de consommation de l’hiver, ne faudrait-il pas en ajouter ?

    Quelques centrales nucléaires ou à gaz supplémentaires reviendraient beaucoup moins cher que les EnRI et les systèmes associés (de stockage par batteries par exemple).

    En parallèle, des milliards d’euros de subventions sont prélevés annuellement sur tous les consommateurs et les contribuables pour subventionner les EnRI.

    Selon l’ingénieur général Pierre Audigier :

    Evoquer la complémentarité pour justifier le développement des EnRI ne peut conduire qu’à de graves malentendus.

    Qui a dit que le nucléaire et les énergies renouvelables intermittentes étaient complémentaires ? Des plaisantins sans doute pour faire une « bonne blague », puisque les EnRI ne répondent à aucun besoin de l’intérêt général en France.

    https://www.contrepoints.org/2017/12/18/305695-nucleaire-renouvelables-complementaires-bonne-blague

    RépondreSupprimer
  7. L’apocalypse arrive: la ville russe de Norilsk enterree sous des metres de neige

    18:29 17.12.2017


    La Russie est un pays de contrastes climatiques considerables. Alors que les habitants de Moscou font face a des pluies diluviennes, la ville de Norilsk, situee dans le nord du pays, s’est retrouvee «enterree» dans la neige.

    Une tempete de neige d'ampleur a frappe la ville russe de Norilsk ( à 2882 km de Moscou et 4877 de Paris) ce vendredi soir, ce qui l'a completement paralyse. Des internautes ont diffuse des videos et des cliches spectaculaires de cette apocalypse de neige.

    Dans cette video, on peut par exemple voir un homme qui est en train de désesperamment deterrer sa voiture.

    La tempete a provoque de nombreux accidents de la route dans les rues de la ville.

    Certains habitants plongeaient dans la neige comme dans un ocean ou un lac.

    - voir clip et photos sur site:
    https://fr.sputniknews.com/insolite/201712171034371187-apocalypse-ville-norilsk-neige/

    RépondreSupprimer
  8. Forget Megawatts, ABC invente une nouvelle unité de pouvoir - "taille de la Tasmanie"

    December 17th, 2017

    Un couple de l'Outback construit une ferme solaire pour prouver ses besoins en matière de production d'électricité. Panneaux solaires, reposant sur une rivière de subventions.
    Photo.
    Construire une ferme solaire de 14 millions de dollars est une façon coûteuse d'envoyer un message sur les prix de l'électricité, mais Doug et Lyn Scouller ont dit qu'ils n'avaient que peu d'options.

    À Normanton, à 500 kilomètres au nord de Mount Isa, dans le nord-ouest du Queensland, les Scoullers ont construit une ferme solaire suffisamment puissante pour alimenter une zone presque deux fois plus grande que la Tasmanie. fin de la grille.

    En termes démodés, la «ferme» produit cinq mégawatts. Mais hier, la Tasmanie n'utilisait pas 5MW et utilisait 1 072 MegaWatts. Ainsi, cette ferme solaire aurait fourni 0,2 % des maisons et des entreprises dans une zone «deux fois plus grande que la Tasmanie». Les seules zones de la Tasmanie qui fonctionneraient sur 5 MW sont dans le désert désert ou dans le Grand Océan Austral.

    Et nous nous demandons pourquoi certains Australiens pensent que l'énergie solaire n'est pas un problème. Si cette petite ferme peut fournir 120 000 km², nous en avons juste besoin de 60 autres, et nous pourrions faire tout le continent !

    Les journalistes d'ABC ne sont pas bons avec les chiffres. Si seulement ils avaient un milliard de dollars par an, ils pourraient peut-être se permettre une équipe scientifique spécialisée qui comprendrait que les unités d'électricité ne sont pas rapportées en kilomètres carrés. Oh, attendez…

    En passant, la ferme a coûté 14 millions de dollars (plus un autre million pour se connecter au réseau). Pour réellement alimenter la Tasmanie de cette façon coûterait 3 milliards de dollars (et si nous prétendons qu'il n'y a aucune perte dans les câbles de l'extrême nord du Queensland et les batteries sont libres).

    C'est une subvention sérieuse:

    En 2016, la Ferme solaire de Normanton a reçu une subvention de 8,5 millions de dollars de l'Agence australienne pour les énergies renouvelables (AREA), et sert maintenant de test pour générer des données sur l'investissement énergétique dans les franges de réseau.

    Les Scoullers s'attendent à ce qu'il leur faudra «huit ans pour obtenir un retour». Le contribuable australien, d'autre part, n'attend rien ...

    Au moins un ingénieur pense que le fait d'avoir un générateur à distance peut augmenter les pertes:

    Greg Elkins, l'ingénieur d'Ergon Energy qui a dirigé la mise en service, a déclaré que ses recherches préliminaires ont montré que la production d'électricité en fin de ligne pourrait augmenter la perte de transmission.

    "L'exigence de très longues lignes de transmission signifie qu'il y a beaucoup de pertes à avoir simplement la ligne allumée", a déclaré M. Elkins.

    "Mettre de l'énergie à l'extrémité distante peut en fait provoquer une augmentation de la quantité de courant nécessaire pour que la ligne soit en ligne.

    http://joannenova.com.au/2017/12/forget-megawatts-abc-invents-new-unit-of-power-size-of-tasmania/

    RépondreSupprimer
  9. "Désolé Chump, vous ne l'avez pas écrit"

    par Tyler Durden
    18 décembre 2017 00:05
    Écrit par Eric Margolis via EricMargolis.com,

    Au moment où les États-Unis sont convulsés par l'hystérie anti-russe et la diabolisation de Vladimir Poutine, un recueil de documents de la guerre froide récemment déclassifiés révèle l'étendue stupéfiante des mensonges, duplicité et duplicité des puissances occidentales avec l'effondrement Union soviétique en 1990.

    Je couvrais Moscou à cette époque et j'ai rencontré quelques-uns des acteurs clés de ce drame sordide. Depuis, j'écris que le chef soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, et le ministre des Affaires étrangères Edouard Chevardnadze ont été trompés et trompés par les États-Unis, la Grande-Bretagne et leur appendice, l'OTAN.

    Toutes les puissances occidentales ont promis à Gorbatchev et Shevardnadze que l'OTAN ne s'élargirait pas d'un pouce si Moscou retirait l'Armée rouge de l'Allemagne de l'Est et lui permettait de se réunir pacifiquement avec l'Allemagne de l'Ouest. C'était une concession titanesque de Gorbatchev: elle a mené à un coup d'Etat manqué contre lui en 1991 par des extrémistes communistes.

    Les documents publiés par l'Université George Washington à Washington DC, auxquels j'ai assisté pendant un semestre, font une lecture écoeurante (voir en ligne). Toutes les puissances et tous les hommes d'État occidentaux ont assuré aux Russes que l'OTAN ne profiterait pas de la retraite soviétique et qu'une nouvelle ère d'amitié et de coopération germerait dans l'Europe de l'après-guerre froide. Le secrétaire d'Etat américain, Jim Baker, a offert des «garanties à toute épreuve»: il n'y aurait pas d'expansion de l'OTAN. Mensonges, tous les mensonges.

    Gorbatchev était un humaniste, un homme très correct et intelligent qui croyait pouvoir mettre fin à la guerre froide et à la course aux armements nucléaires. Il a ordonné à l'armée rouge de revenir d'Europe de l'Est. J'étais à Wunsdorf, en Allemagne de l'Est, au QG du Groupe des forces soviétiques, en Allemagne, et au QG de la police secrète de la Stasi à Berlin-Est juste après l'ordre de retrait. Les Soviétiques ont retiré leurs 338 000 soldats et 4 200 chars et les ont renvoyés chez eux à la vitesse de l'éclair.

    Les promesses occidentales faites aux dirigeants soviétiques par le président George W. Bush et Jim Baker se sont vite avérées vaines. Ils étaient des hommes honorables mais leurs successeurs ne l'étaient pas. Les présidents Bill Clinton et George W. Bush ont rapidement commencé à déplacer l'OTAN en Europe de l'Est, violant ainsi toutes les promesses faites à Moscou.

    RépondreSupprimer
  10. Les Polonais, les Hongrois et les Tchèques ont été introduits dans l'OTAN, puis en Roumanie et en Bulgarie, dans les Etats baltes, en Albanie et au Monténégro. Washington a tenté de faire entrer les anciennes républiques soviétiques de Géorgie et d'Ukraine dans l'OTAN. Le gouvernement ukrainien de Moscou a été renversé par un coup d'Etat américain. La route vers Moscou était ouverte.

    Tous les Russes confus et en faillite pouvaient faire était dénoncer ces mouvements vers l'est par les États-Unis et l'OTAN. La meilleure réponse de l'OTAN et de Washington était «il n'y avait pas de promesse écrite officielle», ce qui est digne d'un colporteur de rue qui vend des montres contrefaites. Les dirigeants des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Belgique et de l'Italie ont tous menti. L'Allemagne était prise entre son honneur et la réunification imminente. Ainsi, même son chancelier Helmut Kohl a dû accepter les prévarications de l'Occident.

    À l'époque, j'avais écrit que la meilleure solution serait la démilitarisation de l'Europe de l'Est autrefois contrôlée par les Soviétiques. L'OTAN n'avait pas besoin de se développer vers l'Est. Ce serait une provocation constante à la Russie, qui considérait l'Europe de l'Est comme un glacis défensif essentiel contre les invasions venues de l'Ouest.

    Maintenant, avec les forces de l'OTAN sur ses frontières occidentales, les peurs les plus profondes de la Russie ont été réalisées.

    Aujourd'hui, des avions militaires américains basés sur les côtes de la Roumanie et de la Bulgarie, anciens membres du Pacte de Varsovie, sondent l'espace aérien russe au-dessus de la mer Noire et le port stratégique vital de Sébastopol. Washington parle d'armer l'Ukraine chaotique. Les troupes américaines et de l'OTAN sont dans la Baltique, aux frontières nord-ouest de la Russie. Les ailiers de droite polonais battent les tambours de guerre contre la Russie.

    En 1990, le KGB et la CIA ont accepté le principe de «pas un pouce» vers l'est pour l'OTAN. L'ancien ambassadeur américain à Moscou, Jack Matlock, confirme le même accord. Gorbatchev, qui est dénoncé comme un idéaliste idiot par de nombreux Russes, a fait confiance aux puissances occidentales. Il aurait dû avoir un bataillon d'avocats du district de New York pour documenter ses accords en 1990. Il pensait qu'il avait affaire à des hommes honnêtes et honnêtes, comme lui.

    RépondreSupprimer
  11. Est-il étonnant après cet appât et de changer de diplomatie que la Russie n'a pas confiance dans les puissances occidentales ? Moscou observe que l'OTAN dirigée par les États-Unis suinte toujours vers l'est. Aujourd'hui, les dirigeants russes croient fermement que le plan ultime de Washington est de déchirer la Russie et de la réduire à une nation impuissante et indigente. Deux anciens dirigeants occidentaux, Napoléon et Hitler, avaient des plans similaires.

    Au lieu de continuer sur la duplicité de Hitler après Munich, nous devrions regarder notre propre comportement éhonté après 1990.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-17/sorry-chump-you-didnt-have-it-writing

    RépondreSupprimer
  12. Un sondage révèle que Nation est divisée entre «America First» et «Blame America First»

    par Tyler Durden
    17 décembre 2017 21h35
    Auteur de Ginni Thomas via The Daily Caller,


    Malgré les réelles possibilités d'aliéner les clients payants, la NFL, Starbucks, Target, Chick Fil-A et une foule d'artistes continuent à choisir des côtés dans une guerre culturelle escalade centrée sur le passé et l'avenir de l'Amérique. En tant que nouveaux documents de sondage, les citoyens craignent de plus en plus d'exprimer leur amour pour le pays ou d'exprimer leurs opinions politiques, par exemple en portant une casquette «Make America Great Again».

    George Barna, directeur exécutif de l'American Culture and Faith Institute, a récemment publié un sondage sur le patriotisme documentant un degré surprenant de polarisation et de politisation des Américains après la première année de gouvernance du président Donald Trump.

    Les différentes visions du monde, les valeurs et même les significations des mots fragmentent les citoyens ...

    Pour les conservateurs, selon le sondage, les organisations les plus patriotiques et les individus comprennent la National Rifle Association, Chick-Fil-A, le Parti républicain, Fox News et Hobby Lobby. Les moins patriotes aux conservateurs sont: CNN, le New York Times, la NFL, Planned Parenthood, Target, Starbucks, Colin Kaepernick, Michael Moore, Rachel Maddow et Al Sharpton.

    Les libéraux pensent que les institutions et les personnes les plus patriotiques sont le Parti démocrate, Colin Kaepernick, la Cour suprême des États-Unis, Planned Parenthood, Michael Moore, le New York Times et la NFL. Le moins patriotique des libéraux est Chick-Fil-A, Fox News et Hobby Lobby.

    Pour Barna, la controverse «prends le genou» de la NFL a été un point culminant culturel exigeant que les citoyens et les dirigeants prennent position. Son enquête a montré que les conservateurs étaient offensés par la NFL tandis que les libéraux étaient enthousiasmés par le courage de ceux qui prenaient position. Trump, dit Barna, a fait la bonne chose à peser, car les dirigeants élus ont la responsabilité de donner un sens à la réalité qui se déroule autour d'eux.

    91 % de ceux que Barna qualifie de SAGECONS (spirituellement actifs, gouvernants engagés, chrétiens conservateurs) se sont rendus aux urnes lors de l'élection présidentielle de 2016, et 93 % d'entre eux ont voté pour Trump. Alors que seulement 9 % des SAGECONS soutenaient Trump en juin 2015, 93 % d'entre eux ont voté pour lui en novembre 2016. Aussi surprenant, dit Barna, alors que 58 % des Américains ont voté à l'échelle nationale, 91 % de ces électeurs confessionnels sont venus vote. Ces électeurs motivés par la foi "ont eu un impact énorme" même s'ils n'étaient pas encore de grands fans de Trump, mais ils étaient devenus plus à l'aise avec lui sur certains problèmes de la vie et les juges constitutionnels.

    RépondreSupprimer
  13. Barna croit que la vision du monde des gens est la considération la plus importante pour l'avenir de l'Amérique, pourtant ces visions du monde concurrentes sont en train de séparer le pays. En tant que sociologue, il voit la valeur de la foi des gens comme une pierre angulaire de ce que l'Amérique devient et fait.

    Les progressistes ont mené des batailles culturelles et linguistiques dans nos écoles, églises, familles, médias et gouvernement pendant des décennies. Les libéraux dans le sondage Barna ont indiqué que la liberté d'expression était importante, mais pourtant il y a une intolérance croissante du débat civil et des opinions qui offensent l'élite culturelle politiquement correcte. La langue et les valeurs sont en train d'être redéfinies.

    "Les marxistes culturels ont gagné (dans nos institutions et notre culture), mais la bataille n'est pas terminée", a déclaré Barna.
    * * *

    Barna réalise des sondages d'opinion publique depuis les années 1970. Il a vendu son entreprise, The Barna Group, il y a neuf ans et a commencé l'American Culture and Faith Institute avec un travail axé sur ce que nous pouvons faire pour renverser la culture.

    Pour en savoir plus sur George Barna, lisez son livre «The Day Christs Changed America» qui résume quelque 45 enquêtes du cycle électoral de 2016 étudiant la façon dont la foi a influencé les électeurs sur les questions et les candidats. Voir son site Web pour explorer sa recherche ou s'abonner à son bulletin d'information gratuit.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-17/poll-shows-nation-divided-between-america-first-and-blame-america-first

    RépondreSupprimer
  14. Le commissaire de Chicago plaide avec l'ONU pour déployer des troupes étrangères sur le sol américain

    par Tyler Durden
    17 déc. 2017 18:25

    Sous prétexte d'arrêter les crimes violents, un commissaire du comté de Cook County, Illinois, s'est rendu à New York la semaine dernière pour demander aux Nations Unies de déployer des troupes étrangères à Chicago pour combattre le «génocide tranquille» de la ville.

    Peut-être, l'instabilité géopolitique sur la Pénisule coréenne et au Moyen-Orient n'est qu'une distraction géante. L'action réelle se déroule actuellement dans les centres-villes hors de contrôle de l'Amérique, tels que Chicago. Il y a une tendance émergente à travers les États-Unis, où les centres-villes comme Atlanta, Baltimore, Chicago, Cleveland, Détroit, Oakland, Mephesis et St. Louis connaissent des crimes violents incontrôlables avec des fonctionnaires locaux paralysés.

    Plus tôt cette année, le président Trump a menacé Chicago d'envoyer le gouvernement fédéral, après que les statistiques sur les crimes aient mis en garde contre une augmentation alarmante des crimes violents.

    Certains politiciens à Chicago ont recommandé le déploiement de la garde nationale pour combattre la violence armée, mais le commissaire du comté de Cook, Richard Boykin, est allé directement aux Nations Unies la semaine dernière et a plaidé avec Oscar Fernandez-Taranco de l'Argentine. troupes étrangères sur le sol des États-Unis. Boykin est à la recherche d'une aide internationale avec des «niveaux terribles de tirs» et des crimes violents principalement dans les communautés du West Side et du South Side.

    M. Boykin a déclaré jeudi à l'aéroport international O'Hare: "J'espère faire appel à l'ONU pour venir à Chicago et rencontrer les victimes de la violence, et peut-être même aider les efforts de maintien de la paix, parce que je pense que c'est essentiel pour nous de nous assurer que ces quartiers sont sûrs. "

    Boykin a déclaré à Inc avant sa réunion, "les Nations Unies ont un historique de protection des populations minoritaires. Il y a eu une guerre tribale entre les Tutsis et les Hutus en Afrique, et ils ont déployé des troupes de maintien de la paix là-bas pour aider à sauver ces populations et réduire l'effusion de sang. "

    "Nous devons faire quelque chose - les Noirs à Chicago représentent 30% de la population mais 80% de ceux qui sont tués par la violence armée", a t-il ajouté.

    Tout au long de l'année 2017, le président Trump a été assez vocal au sujet du carnage à Chicago. La semaine dernière, il s'est adressé aux diplômés du FBI à Quantico, en Virginie, et a posé une question simple: «Qu'est-ce qui se passe à Chicago ? » (Voir: «Ce qui se passe à Chicago» et autres faits saillants du discours de Trump au FBI Grads)

    Avec l'aide des statistiques de HeyJackAss !, voici un bref récapitulatif de «ce qui se passe à Chicago». Au total, 3 451 personnes ont déjà été abattues en 2017, soit environ 1 personne toutes les 2,4 heures, et 651 personnes en sont mortes. blessures.

    RépondreSupprimer
  15. Selon le tableau ci-dessous, le crime violent est un nuage persistant au-dessus de la ville de Chicago avec des fusillades et des meurtres qui se produisent quotidiennement.

    - voir graphique sur site -

    Pendant ce temps, cette carte à long terme montre pourquoi Boykin a rencontré les États-Unis pour l'aide des troupes étrangères à occuper Chicago. C'est la rapidité des homicides au cours des dernières années qui a effrayé les autorités locales.

    - voir graphique sur site -

    Et enfin, "nous ne pouvons pas attendre que le maire arrive avec 1 000 autres policiers pour essayer de rendre les rues plus sûres. Très franchement, les gens veulent être en sécurité maintenant dans leurs maisons et leurs quartiers, et nous voulons nous assurer qu'ils sont sécuritaires », a déclaré Boykin.

    * * *

    Pendant ce temps, dans le Maryland, juste à l'extérieur de l'enfer connu sous le nom de Baltimore, une unité entière de véhicules des Nations Unies lourdement armés se trouve derrière une mystérieuse usine de céréales de Kellogg (en septembre 2017).

    - voir clip sur site :

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-17/chicago-commissioner-pleads-un-deploy-foreign-troops-us-soil

    RépondreSupprimer
  16. La cocaïne au fentanyl dépasse Miami


    par Tyler Durden
    17 décembre 2017 14h30
    Auteur de Steve Birr via The Daily Caller,

    L'afflux rapide d'opioïdes synthétiques en Floride déclenche un avertissement d'urgence de la part des agents fédéraux qui affirment que les substances mortelles s'infiltrent dans les réserves de cocaïne.

    Les responsables de la Drug Enforcement Administration à Miami ont déclaré vendredi que la cocaïne coupée avec du fentanyl est en train de devenir un problème répandu dans tout l'Etat, en particulier dans le sud de la Floride. Les laboratoires d'Etat découvrent à la fois du fentanyl, un opioïde synthétique environ 50 à 100 fois plus puissant que la morphine, et du carfentanil, un analogue du fentanyl environ 10 000 fois plus puissant que la morphine utilisée comme tranquillisant d'éléphant, rapporte le Sun Sentinel.

    Plus de 180 échantillons de cocaïne provenant de 21 comtés de Floride analysés par des médecins légistes au cours des deux dernières années ont été testés positifs aux opioïdes puissants. Miami-Dade avait de loin l'offre de cocaïne la plus contaminée, avec 69 échantillons positifs pour les opioïdes comme le fentanyl et le carfentanil.

    Les décès liés à la cocaïne ont doublé depuis 2012 en Floride et ont fait plus de victimes en 2016 que tout autre médicament. Environ 36 personnes sont mortes chaque mois dans le comté de Miami-Dade à cause de problèmes liés à la cocaïne en 2016.

    "Les gens pensent qu'ils prennent de la cocaïne et, en fait, ils ne le font pas", a déclaré Justin Miller, chef des services de renseignement de la Miami Field Division de la DEA, au journal Sun Sentinel.

    "Maintenant, vous le voyez coupé ou mélangé avec des opioïdes synthétiques. C'est vraiment ce qui fait peur là-bas. "
    Puisque la cocaïne est souvent considérée comme une drogue sociale, les fonctionnaires craignent que les utilisateurs ne soient pas conscients des risques potentiellement mortels de fentanyl lorsqu'ils utilisent la substance, et «sont les plus susceptibles de souffrir d'une surdose et de la mort».

    Le fentanyl a dépassé l'héroïne en tant que substance la plus meurtrière aux États-Unis en 2016. Les opioïdes synthétiques, y compris le fentanyl et ses analogues, ont fait environ 20 100 morts en 2016, contre 9 945 l'année précédente.

    Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) estime que les décès par surdose de cocaïne sont passés d'environ 4 000 en 2009 à plus de 6 700 en 2015. Selon les autorités, les décès par surdose de cocaïne vont exploser en 2017 pour atteindre près de 11 000. Le sous-procureur général Rod Rosenstein a prévenu qu'il ne fallait que 2 milligrammes de fentanyl, «l'équivalent de quelques grains de sel de table», pour provoquer une surdose fatale.

    Les surdoses de drogue sont maintenant la principale cause de décès accidentel pour les Américains de moins de 50 ans et devraient tuer plus de 71 000 personnes en 2017.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-17/fentanyl-laced-cocaine-overtaking-miami

    RépondreSupprimer
  17. Des aliments que vous n’achèterez plus en apprenant ce qu’il y a dedans

    18:13 17.12.2017

    Sans même en avoir conscience, nous consommons quotidiennement des produits qui contiennent des ingrédients à faire vomir. Dans cette liste figurent, par exemple, des insectes ou de la laine de mouton.

    Certains aliments, qu'on avale presque tous les jours, sont fabriqués avec des ingrédients plus dégoutants les uns que les autres. En voici quelques beaux exemples.

    Yaourts, glaces ou gâteaux au goût vanille

    On peut lire souvent la mention «saveur vanille» sur les yaourts, glaces ou gâteaux qu'on achète au supermarché. Pourtant, cela ne veut pas dire que ce produit contient réellement de la vanille, mais uniquement des agents aromatiques. Un des plus célèbres est la vanilline.

    Il existe un autre arôme naturel dont le nom est castoréum, qui provient bel et bien de castors, notamment, de leurs postérieurs.

    Colorants alimentaires rouges

    Très souvent, ces colorants sont utilisés pour produire des bonbons ou des yaourts. Pour parvenir à la couleur rouge, certaines entreprises ont recours à… des insectes écrasés.

    Certains industriels apposent même la mention «colorant naturel» sur les produits qui contiennent des ingrédients si peu ragoûtants.

    Glaçage de bonbons

    On achète régulièrement des bonbons, comme les skittles, à cause de leur aspect lisse et brillant. Mais rares sont ceux qui se rendent compte qu'une texture pareille n'est possibles que grâce à des sécrétions d'insectes importées très souvent de Thaïlande.

    Marshmallows

    Marshmallows et autres sucreries sont produites avec entre autres de la gélatine.


    Et la gélatine est fabriquée le plus souvent avec de la peau de porc, mais on peut également la produire à partir du bœuf, de la volaille ou du poisson.

    Certaines entreprises choisissent parmi ces dernières options pour des raisons de croyances religieuses ou idéologiques de leurs acheteurs potentiels.

    Chewing-gum

    La laine de mouton est employée dans l'industrie agroalimentaire pour extraire, entre autres, des ingrédients nécessaires à la fabrication du chewing-gum.

    https://fr.sputniknews.com/insolite/201712171034371037-aliments-dedans/

    RépondreSupprimer
  18. Bitcoin vaut maintenant plus que Wal-Mart (The Whole Company)

    Par Michael Snyder,
    le 17 décembre 2017

    Souhaitez-vous plutôt posséder 100 % de Wal-Mart ou de chaque Bitcoin existant ? À un moment donné, une telle question aurait été complètement absurde, mais maintenant les choses ont changé. Au moment où j'écris cet article, Wal-Mart a une capitalisation boursière de 287,68 milliards de dollars. Wal-Mart est le roi de l'industrie de détail en Amérique, et personne d'autre n'est même proche. Bitcoin, d'autre part, est une création entièrement numérique qui n'existait même pas avant 2009. Aucun gouvernement ou banque centrale dans le monde entier ne la reconnaît comme une monnaie légitime, et il y a très, très peu d'établissements de vente au détail qui sont prêts à accepter Bitcoin comme forme de paiement. Et pourtant, en ce moment, Bitcoin a une capitalisation boursière de 310 milliards de dollars.

    Lorsque l'année a commencé, Bitcoin venait de franchir le seuil des 1 000 $, et maintenant il se vend plus de 18 000 $. Bien sûr, d'autres cryptomonnaies ont augmenté à un rythme encore plus rapide. Nous n'avons jamais rien vu de tel auparavant, et certains avertissent que c'est une bulle géante qui est sur le point d'éclater ...

    Axel Weber, le président du conseil d'administration de la grande banque UBS, a mis en garde contre un éventuel crash de la devise de Bitcoin. Avec de plus en plus de petits investisseurs qui sautent sur le train de la crypto-monnaie, il est temps que les régulateurs interviennent, dit-il.

    Le Bitcoin est passé de 1000 dollars (CHF 990) en début d'année à plus de 16 000 dollars.

    Les risques sont dus à un défaut de conception, qui entraîne d'énormes fluctuations de devises dans les deux sens, a déclaré Weber dans une interview avec le lien NZZ am Sonntagexternal. "Nous, en tant que banque, avons mis en garde contre ce produit, car nous ne le considérons pas comme valable et durable", a déclaré Weber.

    Bien sûr, des choses similaires pourraient être dites sur le marché boursier. Le Dow Jones Industrial Average est en hausse de plus de 34% en 2017, même si l'activité économique sous-jacente ne supporte pas de telles évaluations ridicules.

    En fin de compte, la raison pour laquelle Bitcoin est si précieux aujourd'hui, c'est parce que les gens y croient.

    Ceux qui croyaient en Bitcoin depuis le tout début étaient implacables dans la promotion, et cette communauté soudée a jeté les bases de ce dont nous sommes témoins aujourd'hui. Ce qui suit vient de Wolf Richter ...

    Les libertaires ont afflué vers sa bannière, en raison du potentiel offert par Bitcoin, en tant que forme décentralisée d'argent. Bitcoin était pour la communauté, maintenu par la communauté et était la communauté.

    La communauté était un mot clé. C'était un mot qui était primordial pour le succès de Bitcoin. Sans cela, nous ne verrions pas les chiffres stupéfiants que nous voyons aujourd'hui. Cette poussée constante de la communauté est la raison pour laquelle Bitcoin a pu prendre pied et construire les bases dont elle avait absolument besoin pour survivre et prospérer.

    RépondreSupprimer
  19. Mais pourrait-il être possible que les puissances qui nous ont réellement voulus embrassent Bitcoin et d'autres cryptocurrencies ?

    Serait-il même possible que la technologie blockchain soit un jour utilisée comme fondement de la prochaine société sans numéraire dont nous avons tant entendu parler ?

    Je voudrais que vous preniez quelques instants pour examiner ce que Mike Adams de Natural News a rapporté ...

    Tout d'abord, jetez un oeil à ce document intitulé «Comment faire une menthe: la cryptographie de l'argent électronique anonyme». Ce document, publié en 1997 - oui, il y a vingt ans - détaillait la structure et la fonction de la crypto-monnaie Bitcoin.

    Qui a rédigé le document ? Essayez de ne pas être choqué quand vous apprenez qu'il a été écrit par "cryptographes mathématiques au Bureau de la recherche et de la technologie de la sécurité de l'information de l'Agence de sécurité nationale."

    La NSA, en d'autres termes, a détaillé les éléments clés de Bitcoin longtemps avant que Bitcoin ne soit créé. Une grande partie du protocole Bitcoin est détaillée dans ce document, y compris les techniques d'authentification de signature, l'élimination des contrefaçons de cryptocoin grâce à l'authentification des transactions et plusieurs fonctionnalités qui prennent en charge l'anonymat et la traçabilité des transactions.

    Sensationnel.

    J'étais stupéfait quand j'ai lu ça.

    Et Mike Adams a également souligné que "l'agence est également le créateur du hachage SHA-256 dont dépend chaque transaction Bitcoin dans le monde".

    Les pouvoirs en place auraient pu détruire Bitcoin et d'autres cryptocurrences il y a longtemps s'ils avaient voulu le faire.

    Mais ils ne l'ont pas fait.

    Cela m'a toujours intrigué, et jusqu'à récemment, je n'ai jamais eu une bonne réponse pour expliquer pourquoi cela n'était pas encore arrivé. Serait-il possible qu'ils aient voulu que le public adopte cette nouvelle technologie ? Brandon Smith semble certainement le penser ...

    Posez-vous la question suivante: pourquoi les banques centrales du monde entier (y compris la BRI et le FMI) investissent-elles dans Bitcoin et dans d'autres crypto-monnaies tout en développant leurs propres systèmes crypto basés sur un cadre similaire ? Se pourrait-il que CETTE infusion de capitaux et d'infrastructures de la part des grandes banques soit l'explication la plus probable de l'incroyable hausse du marché du bitcoin? Pourquoi les conglomérats bancaires mondialistes comme la technologie blockchain somptueuse de Goldman Sachs sont-ils loués dans leurs livres blancs ? Et pourquoi les banquiers centraux comme Ben Bernanke s'expriment-ils en faveur du crypto lors des grandes conférences de crypto-monnaie si la cryptographie est une telle menace pour le contrôle de la banque centrale ?

    RépondreSupprimer
  20. Réponse - parce que ce n'est pas une menace. Ils bénéficient d'un système sans numéraire, et les champions de la liberté aident à leur donner.

    Une fois que le public aura entièrement accepté la technologie blockchain, tout ce qu'il va falloir faire, c'est une sorte de «crise de crypto-monnaie» massive pour que les cris du contrôle du gouvernement atteignent un crescendo.

    Mais pour l'instant, la révolution de la crypto-monnaie se poursuit et le grand public adopte avec enthousiasme une technologie sans numéraire qui suit et enregistre en permanence chaque transaction. Comme l'a noté un éditorial sur Zero Hedge, l'élite pourrait mettre fin à cette expérience à tout moment, mais à la place, il semble que cela puisse effectivement servir leurs objectifs ...

    Peu importe si la blockchain est un réseau distribué qui ne peut pas être arrêté, tout ce qu'il faut faire est d'interdire l'utilisation et / ou la conversion de Bitcoin à la pièce locale du royaume pour arrêter immédiatement sa propagation rapide et rentable. Comme cela ne s'est pas produit jusqu'à présent, il faut conjecturer qu'il y a une raison de ne pas le faire.

    Tout ce que l'Etat policier doit faire, c'est crier à la sécurité nationale et le rideau tombe sur la production de Bitcoin (d). Vous n'avez pas besoin de détruire la force rebelle pour la rendre inefficace.

    Alors que l'état profond et ses serviteurs sont rarement d'accord sur une multitude de problèmes, témoins de luttes intestines et de prises de position constantes, rien n'éclaircit l'esprit ou clarifie son but comme la connaissance certaine de la mort imminente. Si Bitcoin, blockchain et les centaines d'autres cryptocurrencies étaient le danger mortel annoncé par les idéologies Bitcoin, il serait écrasé dans une minute de New York.

    Si l'élite avait essayé de forcer un système sans numéraire sur nous tous, il y aurait eu énormément de contrecoup.

    Mais maintenant, le monde entier embrasse joyeusement "la révolution de la cryptomonnaie", et la plupart ne réalisent même pas qu'il s'agit d'un pas de géant vers une société sans argent.

    Tant que «la révolution de la crypto-monnaie» restera en dehors de l'emprise des gouvernements et des banques centrales, ce sera une bonne chose. Mais une fois que l'élite commence à se fâcher et à prendre le contrôle, tout va changer.

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/bitcoin-is-now-worth-more-than-wal-mart-the-entire-company

    RépondreSupprimer
  21. 2 bonnes raisons de soutenir les paradis fiscaux

    En faveur des paradis fiscaux, voici un argument économique et un argument moral.

    Par Daniel J. Mitchell, depuis les États-Unis.

    Le regretté Mancur Olson, économiste universitaire très respecté, a décrit la malheureuse tendance des États à se comporter comme des « bandits stationnaires », cherchant à soutirer le maximum d’argent des contribuables.

    Je ne suis pas aussi raffiné, c’est pourquoi je parle plutôt d’« État voyou ».

    1. LES PARADIS FISCAUX FREINENT L’AVIDITÉ DES ÉTATS

    La concurrence fiscale est un moyen de décourager ce comportement autodestructeur. Les politiciens sont moins susceptibles de surtaxer et de dépenser des sommes excessives s’ils savent que les emplois et les investissements peuvent migrer des pays où les impôts sont élevés vers les pays où les impôts sont faibles1. Les frontières peuvent être une source de tracas, mais elles sont bénéfiques puisqu’elles représentent probablement une limite au périmètre du pouvoir d’un État.

    C’est pourquoi je suis un fervent partisan des prétendus « paradis fiscaux ».

    Je veux que les politiciens craignent que la poule aux œufs d’or s’envole. C’est l’une des raisons pour lesquelles les pays « offshore » jouent un rôle très important dans l’économie mondiale.

    Mais il est important de réaliser qu’il y a aussi un argument moral en faveur des paradis fiscaux.

    2. LES PARADIS FISCAUX PROTÈGENT LES INDIVIDUS CONTRE LES ATTEINTES À L’ÉTAT DE DROIT

    Posez-vous la question : si vous viviez en Russie, au Venezuela, en Chine ou au Zimbabwe, aimeriez-vous que l’État ait facilement accès à votre pécule (qu’il soit important ou faible) ?

    Autre question : si vous viviez dans un pays ayant des problèmes de corruption comme au Mexique, en Inde ou en Afrique du Sud, feriez-vous confiance à la bureaucratie pour protéger la confidentialité de vos renseignements financiers personnels ?

    Pour illustrer mon propos, voici une information rapportée par France24 :

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré dimanche que les hommes d’affaires qui déplacent des actifs à l’étranger commettent une « trahison », ajoutant que son gouvernement devrait mettre un terme à cette pratique. « Je sais que certains hommes d’affaires tentent de placer leurs capitaux à l’étranger. J’ai demandé au gouvernement de ne plus autoriser de telles manœuvres, car il s’agit d’actes de trahison », a déclaré Erdogan, lors d’une allocution télévisée, aux membres du parti de Mus, une ville de l’Est du pays.

    Permettez-moi de traduire les propos d’Erdogan : « Je ne veux pas que les potentielles victimes d’expropriation puissent pratiquer l’évasion fiscale ». Au fond, de façon cynique, il se plaint de ne pas pouvoir voler l’argent qui est placé à l’étranger.

    RépondreSupprimer
  22. C’est la raison pour laquelle la finance offshore est si importante.

    Dans un article de Bloomberg, le professeur d’économie Tyler Cowen nous livre quelques arguments :

    Je voudrais défendre les services bancaires offshore en tant que rempart essentiel contre la tyrannie et l’autocratie inique. Ce n’est pas tant que de nombreuses institutions financières offshore, telles que les fonds spéculatifs enregistrés aux îles Caïmans, soient tout à fait légales, mais aussi que la pratique consistant à camoufler des richesses à l’étranger a ses bons côtés. (….)

    Les comptes offshore compliquent la tâche des États autocratiques de saisir les revenus de leurs citoyens. C’est un frein aux dangers de la tyrannie.

    En se référant à certaines recherches, Tyler constate sans surprise que de nombreuses fuites de capitaux sont dues à des régimes instables.

    Une récente étude montre quels pays sont les plus susceptibles de recourir aux services bancaires offshore, mesurés en pourcentage de leur produit intérieur brut. (…)

    Selon des chiffres de 2007, les cinq principaux pays de cette liste, mesurés en pourcentage du PIB, sont les Émirats arabes unis, le Venezuela, l’Arabie saoudite, la Russie et l’Argentine. Dans tous ces cas, le risque de confiscations politiques arbitraires de richesses est relativement élevé. (…)

    Quand je regarde cette liste de pays, je ne trouve pas que les services bancaires offshore confidentiels sont une si mauvaise chose. (…)

    Intéressons-nous à certains des pays peu présents dans la finance offshore. La Chine et l’Iran, par exemple, ont des pourcentages assez faibles de leur PIB détenus dans des comptes offshore, en partie parce qu’ils ne sont pas bien intégrés aux marchés financiers mondiaux. (…)

    Sommes-nous si sûrs qu’il serait mauvais de trouver dans les banques offshore davantage de capitaux chinois et iraniens ? Ce serait une autre façon de retreindre le pouvoir des autocrates de confisquer les richesses et de neutraliser l’opposition politique.

    Alors, quel bilan dresser ? C’est simple : les gens doivent avoir les moyens de se protéger des États rapaces.

    Selon une optique libérale occidentale, les individus devraient être à l’abri des saisies arbitraires de leurs richesses, associées aux menaces contre leur vie et leur liberté, quand bien même ces individus ne gagnent pas ces richesses de façon juste ou honnête.

    RépondreSupprimer
  23. Il y a même une « clause relative aux recettes » intégrée dans la Constitution américaine. Au-delà de ces questions morales, de telles saisies pourraient faire fuir l’investissement étranger et freiner les progrès en faveur de l’État de droit.

    Soit dit en passant, l’argument moral ne devrait pas se limiter aux États ouvertement vénaux qui se livrent sans retenue à l’expropriation de richesses. Qu’en est-il des droits des peuples dans des pays, comme l’Argentine et la Grèce, où les gouvernements détruisent l’économie en raison d’une incompétence aveugle ? Ne devraient-ils pas avoir la possibilité de se protéger contre la destruction des richesses ?


    Sur le web. Traduction pour Contrepoints de Raphaël Marfaux.

    Le fait que les politiciens augmentent les taux d’imposition lorsque la concurrence fiscale est affaiblie est étayé par de nombreux arguments. ?

    https://www.contrepoints.org/2017/12/18/305661-2-bonnes-raisons-de-soutenir-paradis-fiscaux

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Tant que les dictatures ne sont pas des Démocraties, il y aura forcément pour protéger son argent des voleurs des lieux sûrs appelés 'paradis fiscaux'.

      Supprimer
  24. Laissez-les manger du gâteau (jaune) - D'où vient l'uranium ?

    par Tyler Durden
    18 décembre 2017 03h15

    L'uranium est très en demande, car il est utilisé comme combustible dans les centrales nucléaires du monde entier. Dyfed Loesche de Statista note que selon l'Institut allemand pour les géosciences et ressources naturelles BGR, le Kazakhstan est le plus grand producteur de métal radioactif. Le pays d'Asie centrale a produit environ 24 600 tonnes de cette substance en 2016. Cela représente près de 40% de la production mondiale.

    - voir graphique sur site -
    Infographie: D'où vient l'uranium | Statista
    Vous trouverez plus de statistiques sur Statista

    L'Australie arrive en troisième position avec 6 300 tonnes métriques. Cependant, en termes de ressources totales, l'Australie en a le plus. Environ 1,1 million de tonnes dorment dans ses terres, dont toutes ne peuvent actuellement pas être excavées à des coûts raisonnables.

    Partout dans le monde il existe des ressources connues d'environ 3,5 millions de tonnes, il n'y a donc pas de pénurie prévisible.

    Jusqu'à présent, les Etats-Unis restent le premier consommateur d'uranium, avec 18 200 tonnes métriques consommées en 2016 contre 5 300 tonnes en Chine.

    Cependant, les besoins en uranium de la Chine augmenteront probablement à l'avenir, puisque sur les 61 réacteurs qui sont construits dans 15 pays à travers le monde, 21 sont situés dans la République populaire. En Namibie, dans le sud-est de l'Afrique, la fosse de Husab en Chine a démarré sa production en 2016, qui pourrait devenir la plus grande unité de production d'uranium au monde.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-17/let-them-eat-yellowcake-where-uranium-comes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) 21 sont situés dans la République populaire. (...)

      En juin 2015, la Chine compte 27 réacteurs nucléaires opérationnels et 24 en construction. En 2014, ils ont produit 131 TWh soit 2,4 % de l'électricité chinoise

      Ce qui est relativement très peu pour 1 milliard 300 millions d'habitants face à la France qui se doit de fournir de l'électricité NUCLEAIRE à tous ses pays voisins qui en ont refusé l'usage !!!
      -------------------------
      Pays possédant le plus de réacteurs

      Les pays sont rangés par ordre d'importance du parc des réacteurs de production.
      À eux seuls, trois pays (les États-Unis, la France et le Japon) comptent 49 % des réacteurs nucléaires.

      En juin 2015, les États-Unis possèdent 99 réacteurs électronucléaires en exploitation répartis dans 62 centrales nucléaires, constituant ainsi le plus grand parc de réacteurs au niveau mondial4. 65 réacteurs appartiennent à la filière des réacteurs à eau pressurisée et les 34 autres à celle des réacteurs à eau bouillante. Ils représentent une puissance nette installée de 99,0 GW, soit environ 26 % de la puissance en exploitation dans le monde.

      De 1966 à 1976, le canal de Panama était approvisionné en eau et en électricité par un réacteur à eau pressurisée embarqué sur un navire de l'armée américaine, le Liberty ship SS Charles H. Cugle, renommé à l'occasion MH-1A Sturgis.

      Derrière les États-Unis, la France compte 58 réacteurs en 2015 répartis dans 19 centrales en activité. Cependant la France est le pays qui produit le plus d'électricité d’origine nucléaire par habitant et en proportion par rapport aux autres sources (énergies fossiles et renouvelables). Les réacteurs nucléaires sont tous exploités par EDF et contrôlés par l’Autorité de sûreté nucléaire française.
      En 2014, les centrales nucléaires ont produit 416 TWh, soit 77 % de l’électricité produite en France
      En France se trouvent également l'Usine de retraitement de la Hague, l'usine Melox de production de combustible MOX à Marcoule, et des centres de stockage des déchets radioactifs en surface, exploités par l'ANDRA. Un centre d'enfouissement des déchets nucléaires est à l'étude conformément à la loi de programme relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs de juin 2006. Par ailleurs un nouveau réacteur pressurisé européen (EPR) est en construction à la Flamanville.

      La Russie utilise 34 réacteurs civils en 2015 dans 10 centrales en activité qui fournissent 169 TWh soit 19 % de l'électricité du pays.

      En juin 2015, la Chine compte 27 réacteurs nucléaires opérationnels et 24 en construction. En 2014, ils ont produit 131 TWh soit 2,4 % de l'électricité chinoise

      En Corée du Sud se trouvent 24 réacteurs électronucléaires dans 4 centrales en activité. Les deux réacteurs Shin-wolsung-1 et Shin-Kori-2 ont été raccordés au réseau en 2012 , puis Shin-wolsung-2 le 26 février 2015. En 2014, ils ont produit 149 TWh soit 30 % de l'électricité sud-coréenne

      L'Inde dispose de 21 réacteurs dans 7 centrales nucléaires. En 2014, ils ont fourni 33 TWh soit 3,5 % de l'électricité indienne. 6 nouveaux réacteurs sont en construction en 2015.

      Le Canada utilise 19 réacteurs électro-nucléaires dans 4 centrales en activité qui fournissent 101 TWh soit 17 % de l'électricité, et des réacteurs de recherche. Le réacteur nucléaire Gentilly-2 a été définitivement fermé le 28 décembre 2012 pour des raisons économiques.

      En Allemagne, une loi a été votée pour l'abandon de la production électro-nucléaire et la sortie du nucléaire civil, la dernière centrale devant fermer en 2021.

      En 2015, 9 réacteurs fonctionnent dans 8 centrales nucléaires, dont 7 réacteurs à eau pressurisée et 2 réacteurs à eau bouillante, d'une puissance totale de 12 GWe. Ces réacteurs produisent encore 16 % de l'électricité allemande.

      Supprimer
    2. Les 10 réacteurs nucléaires produisent 45 % des besoins d'électricité de la Suède, dans 5 centrales en activité. À la suite d'une décision du parlement et du référendum de 1980, la production d'énergie nucléaire doit être arrêtée progressivement.

      Les 5 réacteurs nucléaires de la Suisse produisent 40 % de l'électricité nationale dans 4 centrales en activité. À la suite de Fukushima, le conseil fédéral a annoncé le 25 mai 2011 que la sortie de la production d'énergie nucléaire sur le sol suisse se fera progressivement jusqu'en 2050

      La centrale nucléaire de Zwentendorf a été terminée en 1977; c'est l'unique centrale nucléaire autrichienne, elle n'a jamais été mise en service. Elle est ouverte au public depuis 2010.

      L'Autriche a voté, en 1978, une loi sur la non-production d’électricité d’origine nucléaire.

      L'Italie a effectué une sortie du nucléaire civil en 1987, et l'a maintenue durant toute la décennie 1990, où les cours du pétrole ne justifiaient pas de réexamen de cette option. Face à la flambée des cours du pétrole à partir de 2006, et aux engagements européens de réduction des gaz à effet de serre en mars 2007, un réexamen a été engagé.

      Le 22 mai 2008, le nouveau ministre italien du développement économique Claudio Scajola a annoncé devant la Confindustria que l'Italie allait s'engager dans la construction de centrales nucléaires de nouvelle génération. « Lors de cette législature, nous poserons la première pierre pour la construction dans notre pays d'un groupe de centrales nucléaires de nouvelle génération » a-t-il indiqué en présence du chef du gouvernement Silvio Berlusconi.

      Cependant, lors d'un référendum tenu le 13 juin 2011, plus de 95 % des voix se sont opposées à la reprise du programme nucléaire.

      La Lituanie a fermé ses deux réacteurs nucléaires, à la demande de l'Union européenne. La Lituanie était précédemment, avec la France, le pays dont la production d'électricité reposait pour la plus grande proportion sur l'électricité d'origine nucléaire.

      « Dans le cadre des négociations d'adhésion, l'Union européenne a demandé la fermeture de huit réacteurs nucléaires d'ici 2009 : Bohunice 1 et 2 (Slovaquie), Ignalina 1 et 2 (Lituanie) et Kozloduy 1 à 4 (Bulgarie). »

      Le Japon comptait 54 réacteurs nucléaires opérationnels avant l'accident nucléaire de Fukushima mais tous les réacteurs japonais sont à l’arrêt en mai 2012, puis à nouveau depuis septembre 2013.

      Supprimer
    3. Le gouvernement japonais a annoncé le 14 septembre 2012 l'abandon progressif du nucléaire sur 30 ans et de pallier ce manque d'énergie par des mesures d'économie d'énergie, le développement de sources d'énergies renouvelables, l'utilisation des ressources maritimes et l'importation de gaz naturel sans en préciser le détail.

      Le 11 août 2015 la société Kyuden relançait un réacteur de la centrale nucléaire de Sendai, suivi d'un deuxième le 15 octobre de la même année. La NRA a approuvée les mesures de sécurité de plusieurs centrales notamment celles de d’Ikata et celle de Takahama, les sociétés exploitantes envisageant à moyen terme le redémarrage d'une vingtaine de réacteurs

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_réacteurs_nucléaires

      Supprimer
  25. Le racket climatique mondial s’organise

    le 18 décembre 2017

    Le « One Planet Summit » fut une réunion mondaine coûteuse essentiellement destinée à organiser le racket légal de l’ensemble des peuples de l’OCDE avec le risque certain que l’économie et l’industrie de ces pays seront profondément impactées par les manigances honteuses des grands financiers du monde occidental, c’était en quelque sorte un genre de Davos-sur-Seine (lire un prochain billet).

    C’est avec un certain amusement que j’ai recherché l’origine du nom de l’île Seguin où s’est déroulé ce raout. En 1794, en pleine révolution française, l’entrepreneur Armand Seguin acheta ce bien au banquier Jean-Baptiste Vandenyver qui venait de l’acquérir du gouvernement révolutionnaire car les caisses de l’Etat étaient cruellement vides. Seguin y établit des tanneries industrielles et constitua une immense fortune. Cette île était donc déjà impliquée dans de grosses affaires de sous. En 1919, après avoir lui aussi fait fortune dans l’automobile durant la première guerre mondiale, Louis Renault, qui avait construit des usines au bord de la Seine à la hauteur de l’île, acquit cette endroit et accumula par la suite une immense fortune avec ses automobiles. Pendant la deuxième guerre mondiale la firme Renault prospéra en travaillant pour le régime hitlérien mais mal lui en prit car elle fut nationalisée à la libération …

    La semaine dernière, pour quelques heures qui vont avoir leur importance pour l’humanité toute entière, et pas seulement pour le climat, on a parlé à nouveau finance et gros sous dans cette île. HSBC et CalPERS – le plus gros fond de pension public américain – ainsi que divers gestionnaires de portefeuilles ont entériné la décision au cours de cette réunion très spéciale d’influer sur les grands pollueurs de la planète pour qu’ils respectent l’accord COP21 de Paris. Cent entreprises sont visées par cette action nommée « ClimateAction 100 » dont Chevron, Exxon, BP, Coal India mais aussi Airbus et Boeing, Ford, Volkswagen, Renault (!) et encore ArcelorMittal, BHP Billiton comme Glencore puisque le secteur énergétique est responsable des trois-quarts des émissions de gazcarbonique de la planète.

    Les 225 investisseurs qui ont pris cette décision conjointe représentent 26300 milliards de dollars d’actifs sous gestion. Ça fait beaucoup d’argent mais il en faudra encore plus … Alors au final ce seront les consommateurs d’énergie et le petit peuple qui paieront. Pas de souci à se faire pour les banquiers et les organismes financiers en tous genres, ils ne risqueront pas un seul bouton de culotte dans cette affaire d’autant plus qu’ils auront en charge la gestion des « droits à polluer » un autre gros business bien juteux …

    Finalement on découvre au fil des mois le but de ces accords de Paris : appauvrir les populations et provoquer une violente récession économique mondiale, le seul moyen efficace pour diminuer les émissions de gazcarbonique, CQFD !

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/12/18/le-racket-climatique-mondial-sorganise/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://huemaurice5.blogspot.fr/2013/05/vive-le-gaz-carbonique.html

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2013/11/effet-de-serre-gaz-carbonique-et-oxyde.html

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2013/10/le-changement-climatique-est-dominee.html

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2015/02/trou-dozone-cfc-et-propagande-climatique.html

      Supprimer
  26. SUISSE - LA NEIGE FAIT UN RETOUR FRACASSANT EN SUISSE ROMANDE
    Une perturbation a touché la Suisse romande tôt ce matin, les flocons tombent jusqu'en plaine.

    18.12.2017, 10h31

    La neige est de retour ! Des chutes importantes se sont produite tôt ce matin sur le Jura, le Plateau, le bassin lémanique, les Préalpes et le Chablais. «Une perturbation assez active touche la Suisse. Elle concerne principalement la Suisse romande», explique Météo Suisse.

    Ce nouvel épisode neigeux conséquent devrait se poursuivre jusqu'en milieu d'après-midi. «Durant la période critique, soit environ 12 heures, des cumuls de 5 à 10 cm sont attendus. Ils pourront localement avoisiner les 15 cm dans les régions les plus exposées, comme par exemple le Lavaux et les hauts de Lausanne. En fin de période, pluie et neige pourraient se mélanger dans les régions les plus basses, en particulier sur les rives du Léman. Le vent de sud-ouest constituera un facteur aggravant, et des congères sont à craindre sur les routes», poursuit Météo Suisse dans son dernier bulletin.

    Dimanche, un degré de danger niveau 3 a été annoncé pour la Romandie, tandis que la partie alémanique sera moins touchée. «En Suisse alémanique, un degré de danger 2 a été émis en raison de seuils d'avertissements plus bas. En outre, les quantités attendues dans l'Est devraient être moindres.» Près de la frontière, huit départements de l'est de la France, dont l'Ain, le Jura et le Doubs, ont été placés en vigilance orange «neige et verglas». (Le Matin)

    https://www.lematin.ch/suisse/neige-retour-fracassant-lundi-matin/story/24864355

    RépondreSupprimer
  27. Un tiers des PME suisses piratées

    PAR JOAN PLANCADE
    13 Décembre 2017

    36 % des PME suisses auraient déjà été victimes d'un virus ou cheval de Troie, selon une étude parue ce mardi. En cause notamment, un manquement aux règles d'hygiène de base de la cybersécurité.

    Ils sont encore 56 % de dirigeants de petites et moyennes entreprises suisses à se considérer bien protégés contre les attaques informatiques, et seulement 10 % à se croire menacés par une interruption de leur service, selon un sondage mené par un panel d'organisations, dont ICT Suisse, la faîtière des technologies de l'information, auprès d'un échantillon de 300 entreprises représentatives du tissu économique national. Pourtant, 36 % d'entre elles ont reconnu avoir été récemment victime d'un malware -virus ou cheval de Troie.

    Le constat ne surprend pas Martin Dion, responsable responsable EMEA delivery pour Kudelski security, à Cheseaux: «Aujourd'hui, chez les grandes entreprises, il y a eu une prise de conscience accompagnée de la mise en oeuvre de moyens humains et financiers. Les PME en revanche réfléchissent plus au capital d'exploitation, à la croissance de l'entreprise qu'à la sécurité, ce qui est compréhensible. Pourtant, ne pas investir dans la cybersécurité est un gros risque.»

    Des PME plus sujettes aux attaques «industrielles»
    Moins protégées, les PME sont victimes d'attaques plus simples et régulières, mais menées de façon automatisée, à grande échelle, comme le ransomware (paralysie ou cryptage d'un système, puis demande de rançon contre déblocage), qui fonctionne par vagues et a connu une explosion en 2016 et 2017. Un type d'attaques «industrielles», plus susceptible de toucher les PME, les attaquants demandant une rançon modérée, mais répercutée sur un grand nombre de cibles.

    La situation est d'autant plus préoccupante que le coût d'un blocage système peut facilement se révéler très élevé pour les entreprises touchées, estime Martin Dion: «On ne dispose pas de chiffrage de l'impact économique du hacking. Mais pour une entreprise de taille moyenne, 500 personnes, un système paralysé deux jours fait perdre 1000 jours-homme. Si on ajoute le coût du déblocage et de l'adaptation du système, on passe rapidement le million de francs.»

    Négligence face au risque
    Les moyens limités des PME ne suffisent pas à toujours à expliquer les manquements aux règles de base de l'hygiène de la cybersécurité, comme la mise à jour systématique des systèmes d'exploitation et des antivirus. Plusieurs vagues d'attaques par ransomware ont touché des entreprises qui n'avaient pas installé le patch gratuit de Microsoft qui aurait pu les protéger. Une négligence d'autant plus dommageable que selon le sondage, seule une entreprise sur cinq a mis en place un système de détection des attaques.

    RépondreSupprimer
  28. La mesure est pourtant essentielle selon Martin Dion: «Certaines attaques sont discrètes, et probablement beaucoup de PME sont infectées et ne le savent même pas. Nous travaillons avec des firmes spécialisées dans la détection d'attaques comme Crowdstrike, mais surtout pour de grands clients, moins pour les PME. Or une attaque qui dure parce qu'elle est ignorée se révèle beaucoup plus coûteuse. Il faut cesser de tout axer sur la prévention, et partir du principe qu'on sera attaqué ou qu'on est déjà attaqué.»

    Au risque opérationnel pourrait s'ajouter très prochainement le risque réputationnel. La nouvelle règlementation européenne relative à la protection des données (GDPR), qui prévoit amendes et obligation de publicité en cas de vol de données, sera applicable pour les entreprises suisses travaillant avec les données de ressortissants européens dès 2018. En attendant la transposition de cette directive dans le droit suisse.

    http://www.bilan.ch/techno-plus-de-redaction/un-tiers-pme-suisses-piratees

    RépondreSupprimer
  29. Les études montrent Wtc Building 1,2 & 7 n'aurait pas été tombé - Pourquoi nous restons-nous encore sur le 11 septembre ?

    Par Arjun Walia
    Evolution collective
    18 décembre 2017

    "Les trois bâtiments ont été détruits par des démolitions contrôlées soigneusement planifiées, orchestrées et exécutées."

    - Professeur Lynn Margulis, Département des géosciences, Université du Massachusetts à Amherst, et membre de l'Académie nationale des sciences, l'un des nombreux universitaires qui ont été très francs sur le 11 septembre (source) (source)

    Est-ce que le gouvernement, ses alliés et ceux qui siègent au-dessus des gouvernements et qui dictent la plupart des décisions et des politiques gouvernementales (sociétés et institutions financières, comprenant l'État profond) nous mentent ? C'est loin d'être une conspiration à penser ainsi. Si nous regardons le 11 septembre (un des nombreux exemples), environ 50 % des Américains ne croient pas à l'explication officielle de leur gouvernement, et pourquoi le devraient-ils ? Depuis le 11 septembre, plusieurs éléments de preuve ont émergé suggérant que quelque chose de louche est arrivé ici, et que «les pouvoirs en place» ont pu être responsables. En fait, si nous regardons à quel point les informations et les preuves ont émergé, il est presque impossible de dire qu'il n'y a pas eu de jeu déloyal. C'est peut-être pourquoi le gouvernement américain a toujours refusé de rouvrir l'enquête. D'ailleurs, le type d'information et de preuve mentionné ne reçoit que très peu d'attention, sinon aucune, des médias grand public.

    Qu'est-ce qui s'est vraiment passé ce jour-là ? Qui sait vraiment à coup sûr, mais imaginez que votre propre gouvernement crée un événement pour justifier l'invasion de plusieurs pays du moyen-orient. C'est ce qui semble s'être produit, et c'est ce que l'on appelle le terrorisme sous fausse bannière, de plus en plus de gens prennent conscience.

    Ce qui donne également plus de crédibilité à la théorie du terrorisme sous faux drapeau, c'est le fait que des organisations terroristes comme Al-Qaïda et Daech entretiennent depuis longtemps des relations avec des agences de renseignement occidentales. Ces groupes sont généralement financés et armés par les agences de renseignement occidentales. Ce fut l'un des sujets de discussion il y a quelques années à la Conférence internationale sur le nouvel ordre mondial, organisée et parrainée par la Fondation Perdana Global Peace, où des universitaires et des politiciens ont discuté de ces liens.

    Il y a quelques années au sommet du G20, le président russe Vladimir Poutine a révélé 40 pays différents qui ont des liens avec l'organisation terroriste connue sous le nom d'ISIS ou financent directement celle-ci (lire plus à ce sujet). sortir et dit qu'ils n'ont absolument aucune raison d'envahir l'Irak. Le général Wesley Clark a déclaré que les États-Unis ont l'impression qu'ils ont une armée puissante et qu'ils peuvent «renverser les gouvernements».

    L'élite mondiale a tendance à appeler cette mondialisation, mais c'est vraiment l'infiltration et l'invasion. Nos propres agences de renseignement ont infiltré de multiples élections et gouvernements, installant une présence qui correspond le mieux à leurs propres besoins dans leur pays. Le moyen-orient est jonché de bases militaires américaines.

    RépondreSupprimer
  30. Les hommes d'État inventeront des mensonges bon marché, blâmeront la nation attaquée, et tout homme se réjouira de ces faussetés apaisantes, et les étudiera avec diligence, et refusera d'en examiner les réfutations; et ainsi il se convaincra de lui-même que la guerre est juste, et rendra grâces à Dieu pour le meilleur sommeil qu'il apprécie après ce processus d'auto-tromperie grotesque.
    - Mark Twain (source)

    Mais les citoyens ne sont pas stupides. Il y a des raisons pour lesquelles si peu d'Américains croient ce que leur gouvernement dit sur plusieurs questions différentes, et c'est une preuve.

    "La façon la plus simple d'effectuer une attaque par faux-drapeaux est de mettre en place un exercice militaire qui simule l'attaque que vous voulez mener. Comme je vais le détailler ci-dessous, c'est exactement la manière dont les auteurs du gouvernement aux États-Unis et au Royaume-Uni ont géré les attentats terroristes du 11 septembre qui étaient en réalité des attaques du gouvernement.
    - Eric H. May, ancien officier des renseignements et des affaires publiques de l'armée américaine (source)

    Le dernier élément de preuve vient de l'Université de l'Alaska Fairbanks, par le Dr J Leory Husley et son équipe de chercheurs, qui ont confirmé que l'explication officielle entourant le World Trade Center Building 7 et pourquoi elle est tombée est complètement fausse. Il est le président du département de génie civil et environnemental de l'université, et il a fait une présentation des résultats de l'étude en direct le 6 septembre 2017 à l'université d'Alaska Fairbanks. Il comprenait les conclusions détaillées et les conclusions de son équipe ainsi que les prochaines étapes de l'étude, qui incluaient un examen par les pairs ainsi qu'une période ouverte de commentaires et de critiques.

    Il a été affirmé dans l'explication officielle que le bâtiment est tombé à cause d'un incendie, et cette nouvelle étude a remodelé et recréé les événements de la journée entière autour du bâtiment 7 et a prouvé très éloquemment que l'explication

    Il a été allégué dans l'explication officielle que le bâtiment est tombé à cause du feu, et cette nouvelle étude a remodelé et recréé toute la journée autour du bâtiment 7 et a prouvé très éloquemment que l'explication est impossible et que la seule explication logique et physique est la démolition contrôlée.

    C'était le résultat attendu, étant donné que le bâtiment ne connaissait que des incendies sur quelques étages - il n'a pas été heurté par un avion. C'est le même bâtiment que de nombreux médias traditionnels ont rapporté avoir été effondrés avant même de le faire. Voir un exemple de la BBC ici.

    Vous pouvez accéder à l'étude complète ici.

    Voici notre interview avec Richard Gage à propos de ces nouvelles découvertes et plus encore. Vous pouvez regarder cette INTERVIEW complète dans notre Explorer Lounge demain.

    RépondreSupprimer
  31. Richard a eu beaucoup de succès en présentant un cas scientifique et logique pour soutenir le fait que l'histoire officielle autour du 11 septembre est fausse et a attiré plus de 2.900 architectes et ingénieurs avec des diplômes universitaires vérifiés, et dans la plupart des cas des licences professionnelles, pour signer le pétition demandant une nouvelle enquête sur la destruction des tours 1, 2 et 7 du World Trade Center.

    Une autre étude assez récente

    Steven Jones est un ancien professeur de physique à l'Université Brigham Young. Ses principaux intérêts de recherche ont été dans les domaines de la fusion, de l'énergie solaire et de l'archéométrie. Il est l'auteur ou le co-auteur d'un certain nombre d'articles documentant des preuves de températures extrêmement élevées pendant la destruction du WTC et des preuves de matériaux nanothermiques n'ayant pas réagi dans la poussière du WTC.

    Robert Korol est professeur émérite de génie civil à l'Université McMaster en Ontario, au Canada, et membre de la Société canadienne de génie civil et de l'Institut canadien des ingénieurs. Ses principaux intérêts de recherche ont été dans les domaines de la mécanique des structures et des structures en acier. Plus récemment, il a entrepris des recherches expérimentales sur la résistance post-flambement des colonnes en acier en forme de H et sur l'absorption d'énergie associée à la pulvérisation des planchers en béton.

    Anthony Szamboti est ingénieur en conception mécanique avec plus de 25 ans d'expérience en conception structurelle dans les industries de l'aérospatiale et des communications. Depuis 2006, il est l'auteur ou le co-auteur d'un certain nombre de documents techniques sur les échecs de grande hauteur du WTC qui sont publiés dans le Journal of 9/11 Studies et dans le International Journal of Protective Structures.

    Ted Walter est le directeur de la stratégie et du développement pour les architectes et les ingénieurs pour le 11 septembre (AE911Truth), une organisation à but non lucratif qui représente aujourd'hui plus de 2500 architectes et ingénieurs. En 2015, il a écrit «Au-delà de la désinformation d'AE-911Truth: ce que la science dit de la destruction des bâtiments 1, 2 et 7 du World Trade Center». Il est titulaire d'une maîtrise en politique publique de l'Université de Californie à Berkeley.

    Ensemble, ils ont récemment publié un article intitulé «15 ans plus tard: sur la physique des effondrements de bâtiments de grande hauteur» dans le European Scientific Journal.

    Nous savons cela pour un fait maintenant, mais il n'y a pas eu de rétraction dans les médias. Il n'y a même pas envie de rouvrir l'enquête. Pourquoi Richard Gage n'a-t-il pas fait appel aux médias grand public pour parler de ce qui s'est passé ?

    Tant de choses ont été construites à partir du 11 septembre, essentiellement toute la guerre qui a suivi et ce que nous en voyons aujourd'hui.

    Reproduit avec la permission de Collective Evolution.

    https://www.lewrockwell.com/2017/12/no_author/when-will-the-govt-stop-lying-about-9-11/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) environ 50 % des Américains ne croient pas à l'explication officielle de leur gouvernement, et pourquoi le devraient-ils ? (....)

      Pourquoi ce 'environ 50 % des Américains ne croient pas à l'explication officielle de leur gouvernement, et pourquoi le devraient-ils ? ' ? Parce que les 317 millions d'Americains boivent une eau fluorée et respirent les dépôts toxiques des chemtrails ! Car, si l'intelligence propre à chacun était là, il serait marqué : 100 % des Américains ne croient pas à l'explication officielle de leur gouvernement, et pourquoi le devraient-ils ?

      Supprimer

  32. Assad: les mains de la France «sont trempées dans le sang syrien»

    15:05 18.12.2017

    Les tentatives de la France et d’autres pays occidentaux de présenter Damas comme responsable de l’absence de progrès aux négociations de Genève sur la crise syrienne s’expliquent par le fait qu’ils apportent eux-mêmes une assistance aux terroristes.

    La France et d’autres pays qui affirment que le récent volet des négociations de Genève sur la Syrie a échoué en raison de la position de Damas, n’ont pas le droit de critiquer la Syrie après avoir soutenu eux-mêmes le terrorisme, a déclaré lundi le Président syrien Bachar al-Assad.

    «Quant à la France, il est de notoriété qu’elle a été en tête des pays qui ont appuyé les terroristes en Syrie. Ses mains sont trempées dans le sang syrien. Elle n’a pas le droit de jouer le rôle de critique lors des conférences prétendument organisées au nom de la paix. Celui qui a soutenu le terrorisme, n’a pas le droit de discuter de la paix. Leurs déclarations n’ont aucune importance pour nous. Elle sont creuses», a indiqué M.Assad devant les journalistes à Damas.

    Assad: le terrorisme en Syrie existe avec le soutien de l'Occident
    Le 8e volet des négociations inter-syriennes a pris fin jeudi dernier à Genève. Contre toute attente, il n’a pas donné de résultats tangibles, les délégations de Damas et de l’opposition unifiée syrienne n’ont pas entamé de négociations directes.

    Le ministère français des Affaires étrangères et l’envoyé spécial de l’Onu pour la Syrie Staffan de Mistura ont estimé que Damas était responsable de l’absence de progrès.

    «Il est normal qu’ils aient déclaré cela, parce qu’ils ne peuvent pas accuser les groupes qui défendent leurs intérêts. Les déclarations faites par la France et d’autres pays occidentaux confirment que ces groupes agissent pour leur compte au lieu d’œuvrer pour le bien de leur pays natal, la Syrie», a ajouté M.Assad.

    Lors des négociations de Genève, les représentants du gouvernement syrien ont qualifié d’inacceptable l’exigence de l’opposition qui insistait sur le départ du Président al-Assad. Mais l’opposition a maintenu cette exigence. L’envoyé spécial de l’Onu pour la Syrie Staffan de Mistura a estimé qu’une «chance en or» a été ratée lors du 8e volet de Genève.

    https://fr.sputniknews.com/international/201712181034381267-assad-france-syrie-negociations-critiques-soutien-terrorisme/

    RépondreSupprimer
  33. Le syndrome de la Reine Rouge

    samedi 24 novembre 2012
    Richard (Rick) Mills
    Ahead de la harde


    En règle générale, l'homme le plus réussi dans la vie, c'est l'homme qui a la meilleure information

    Tout au long de l'évolution humaine, nous avons eu des formes de plus en plus efficaces exploiter de l'énergie. De la puissance humaine à la puissance de cheval, de bois, de charbon, de gaz naturel et de l'uranium, nous avons travaillé notre chemin jusqu'à l'échelle de l'efficacité énergétique. En réalité, ce que nous avons fait est la recherche de la plus haute densité d'énergie pour faire de la production d'énergie plus efficace.

    "La libération de l'énergie de séparation d'un atome d'uranium se révèle être 2 millions de fois plus grande que la rupture de la liaison carbone-hydrogène dans le charbon, le pétrole ou le bois. Par rapport à toutes les formes d'énergie utilisées par l'humanité jamais, l'énergie nucléaire est hors échelle. Vent a moins de 1/10e de la densité d'énergie du bois, du bois de la moitié de la densité de charbon, le charbon et la moitié de la densité de l'octane. Ensemble, ils diffèrent par un facteur d'environ 50. Nucléaire a 2 millions de fois la densité énergétique de l'essence. " William Tucker, Comprendre E = MC2

    Avant le troupeau a récemment interviewé Richard (Rick) Mills sur le nuage sombre de sentiment négatif qui pèse sur l'industrie nucléaire .....

    Avant le troupeau (AOTH): réacteurs du Japon sont en ligne, la demande chinoise a ralenti considérablement aussi. Demande allemande s'est évaporée et de nombreux mineurs sont contraints de vendre leurs produits sur place et à moyen terme du marché. Cette vente a baissé le prix au comptant de l'uranium regardé beaucoup de livres US $ 40.00

    RM: inventaires du Japon sont considérés comme une avancée dans le marché au comptant ainsi que les ventes de stocks allemands. Il y a eu très peu de demande de la Chine ces derniers temps à cause de révision du pays horaire de construction de nouvelles centrales nucléaires.

    Les acheteurs sont assis sur la touche en attendant que les prix viennent à eux.

    AOTH: Les autorités chinoises ont pris un temps mort en ce qui concerne de nouvelles constructions nucléaires de mettre en œuvre des normes de sécurité strictes dans le sillage de la catastrophe de Fukushima.

    RM: Oui ils l'ont fait. Mais la Chine a récemment publié son nouveau plan énergétique et se termine effectivement la pause sur la construction de nouvelles centrales nucléaires. Tous les réacteurs actuellement en construction seront autorisés à poursuivre, mais de nouveaux réacteurs seront nécessaires pour utiliser la technologie de troisième génération, l'EPR ou AP1000.

    Il s'agit d'un catalyseur industrie importante car elle ouvre la voie à commencer la construction d'un grand nombre de réacteurs très bientôt. Actuellement, la Chine a 12,57 GW en fonctionnement avec 26 GW en construction. Le gouvernement chinois avait précédemment déclaré que son objectif était d'établir 40 GW de capacité nucléaire d'ici à 2015 et atteindre 80 GW d'ici 2020.

    RépondreSupprimer
  34. AOTH: Il n'est pas difficile de lever des fonds en Chine pour l'énergie nucléaire.

    RM: China Guangdong Nuclear recueilli 1,5 milliards de yuans ou de US $ 240 millions par le biais d'une * somme obligataire offre faible. L'offre a été sursouscrite par un facteur de quatre, cela équivaut à beaucoup d'intérêt.

    * Une obligation libellée en yuan chinois et publié à Hong Kong. Obligations dim sum sont attrayantes pour les investisseurs étrangers qui désirent une exposition à de yuans d'actifs libellés, mais sont limitées par les contrôles de capitaux de la Chine d'investir dans la dette intérieure chinoise - Investopedia.

    AOTH: Et où est le Japon ?

    RM: Le Parti actuelle démocrate du Japon (PDJ), le gouvernement a déposé une nouvelle politique énergétique nucléaire en Septembre 2012 qui verrait tous les réacteurs éliminées dans les années 2030. Le cabinet a refusé de le ratifier et électriciens japonais dépensent de l'argent moderniser leurs réacteurs et JOGMEC, le bras d'exploration japonais gouvernements, a conclu une joint-venture avec le gouvernement de l'Ouzbékistan à la prospection d'uranium à l'exportation vers le Japon, vous ne voudriez pas faire ces choses si vous n'alliez pas à redémarrer.

    AOTH: le Japon dispose d'un nouvel organisme de réglementation.

    RM: Oui, l'Autorité de réglementation nucléaire (NRA) remplace l'ancien CSRN. Les plats à emporter clé ici est que les services publics d'électricité, en plus des NRA-éclairage vert leur redémarrage, vous n'avez besoin que du consentement de la municipalité hôte et le gouverneur de la préfecture, pas plus hauts niveaux de gouvernement sont impliqués.

    Un cadre réglementaire initial sera rédigé par Mar-2013 et, après une période de consultation publique, inscrite dans la loi par Jul-2013. Inspections, pour voir si les plantes sont à la hauteur du nouveau code, ne sera autorisé avant que la législation Juillet alors je m'attends au redémarrage suivant du troisième trimestre de 2013.

    AOTH: Allemagne se détourne de l'énergie nucléaire et la vente de ses stocks de carburant.

    RM: Allemagne greenwashing le monde. Ils ont besoin d'importer de plus en plus d'électricité nucléaire produite à partir de la Hollande, la République tchèque et la France pour couvrir leur déficit de puissance auto-infligée. L'Allemagne se vante d'être l'enfant d'affiche pour l'énergie verte et pourtant ils sont d'aspirer l'énergie nucléaire produite à un rythme prodigieux, mais pas de réacteurs sur leur sol.

    Et ce n'est pas tout ce qu'il y a dans cette histoire. La France s'appuie sur des radiateurs électriques pour le chauffage de la plupart de ses maisons, de l'énergie du pays a besoin d'augmentation par rapport à 2000 MW, soit l'équivalent de deux centrales nucléaires, pour chaque baisse d'un degré de la température. Allemagne a permis de couvrir eux-mêmes, et la pénurie énergétique française, à l'aide de ses actuels des centrales au charbon. Il y a vingt trois nouvelles centrales électriques au charbon en cours de construction en Allemagne. Pourquoi tant de gens ? Parce que l'Allemagne s'inquiète de l'augmentation du coût de l'électricité.

    RépondreSupprimer
  35. Voici une réalité ahurissante, l'Allemagne a ouvert une centrale électrique de 3,4 milliards $ 2200 MW alimentées au charbon en août 2012. Elle vomit 13 millions de tonnes de gazcarbonique au lieu de 15 à l'ancienne celles faites en étant de 10 pour cent plus efficace et la gravure uniquement la plus "propre" du charbon, lignite. En un an, en un an ce brûleur à un charbon va générer un million de fois plus de gazcarbonique que Germanys toute la flotte nucléaire aurait fait en plus de 20 ans !

    Les cinq plus grands producteurs électriques au charbon sont: la Chine, les Etats-Unis, l'Inde, l'Allemagne et le Japon.

    AOTH: Les grands médias, blogueurs et écrivains bulletin sont «reporting» des États-Unis dispose de 100 ans d'approvisionnement en gaz naturel. Il y a une perception largement répandue selon laquelle il y a tant de découvertes de gaz naturel de schiste déployés aux États-Unis que l'énergie nucléaire est morte.

    RM: Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. La clé du boom américain du gaz naturel est l'utilisation des nouvelles technologies. La fracturation hydraulique, la fracturation, et le forage horizontal ont exploité les ressources énormes pensait auparavant irrécupérable.

    Toutefois, le taux de déclin des puits de gaz de schiste est très raide. Un an après son entrée en flux de production peut chuter à 20-40 pour cent de son niveau initial. Si les meilleures perspectives ont été développé en premier, et ils étaient, forages subséquents auront lieu sur les perspectives de moins en moins favorables. Pouvez-vous imaginer combien de forage devrait avoir lieu juste pour garder même avec le taux de production existante ? Non, imo, qui va se passer.

    Voici James Howard Kunstler, auteur de "The Long Emergency" et son point de vue sur la situation;

    «Afin de maintenir la production augmente, le nombre de puits devront continuer à augmenter à un rythme plus rapide que précédemment. C'est ce qu'on appelle "le syndrome de la Reine rouge» qui fait allusion au personnage de Alice au pays des merveilles qui célèbre pour avoir déclaré qu'elle devait courir plus vite et plus vite pour rester où elle est. "

    Voici quelque chose d'autre, c'est un morceau d'un entretien avec les puissances de l'énergie d'experts du projet de loi;

    «Ma thèse est que l'importance du gaz de schiste a été grossièrement exagérée; Les États-Unis a nulle part près d'une source de 100 ans. Ce mythe a été perpétué par leur propre intérêt de l'industrie, des médias et des politiciens. Leur mantra est que l'exploitation des ressources en gaz de schiste fera la promotion de la croissance économique inédite, de nouveaux emplois et de nous conduire vers l'indépendance énergétique.

    Dans le livre, je jette un regard très critique sur les faits. Et je conclus que les États-Unis entre un 100 de cinq à sept ans la fourniture de gaz de schiste, et non pas des années. C'est bien inférieur aux estimations optimistes diffusées par la US Energy Information Administration et d'autres. Dans le monde réel, de nombreuses sociétés prennent des dépréciations de leurs réserves ». Bill Powers, "froid, faim et in the Dark: Exploding the Myth approvisionnement en gaz naturel 'auteur dans un rapport de l'énergie entretien

    RépondreSupprimer
  36. AOTH: Quel est l'état du marché de l'uranium États-Unis ?

    RM: Les États-Unis dispose de 104 exploitations des réacteurs nucléaires nécessitant £ 55 millions d'uranium. Il s'agit de la plus grande flotte de réacteurs nucléaires et les États-Unis est le principal marché mondial d'uranium. Il y a aussi deux réacteurs actuellement en construction aux États-Unis

    Les mines d'uranium aux États-Unis produisent seulement 4,1 millions de livres U3O8 en 2011, trois pour cent de moins qu'en 2010.

    AOTH: Dans ses perspectives vient de sortir, l'AIE demande mondiale d'énergie devrait augmenter de plus d'un tiers au cours de la période de 2035, avec la Chine, l'Inde et le moyen-orient représentant 60 % de l'augmentation.

    RM: Nous avons besoin de dé-carboniser l'énergie. La population de la planète devrait passer de ses actuels sept milliards de personnes à plus de 10 milliards d'ici à 2050, l'essentiel de cette croissance de la population viendra des pays en développement. Toutes les personnes sans électricité et toutes les personnes nouvelles veulent le pouvoir, ils veulent TV, climatiseurs, machines à laver et sèche-linge, téléphone, eau potable propre etc, ils veulent de l'électricité. Ils veulent tous les mêmes commodités que nous en Occident tennont pour acquis, cela va prendre d'énormes quantités d'énergie.

    La citation ci-dessous est un article de James P. Hogan, l'énergie nucléaire, c'est No Contest

    «Opération Une année d'une centrale au charbon de 1000 MW produit 1,5 millions de tonnes de cendres - 30.000 chargements de camion, ou assez pour couvrir un miles et demi-carré jusqu'à une profondeur de 40 pieds - qui contient de grandes quantités de substances cancérigènes et des toxines, et qui peut être très acide ou alcaline en fonction de la teneur en soufre du charbon. En outre, paradoxalement, l'énergie la plus utilisé est jeté sous forme d'uranium trace dans les cendres de combustion est obtenu à partir de la houille. Se débarrasser de celui-ci est une tâche prodigieuse, et il finit par être déversés dans des décharges peu profondes qui sont facilement lessivés par les eaux souterraines, ou tout simplement entassés dans les montagnes sur un site pratique. Et ce n'est que les déchets solides. En outre, il y a des déchets qui sont cédés jusqu'à la cheminée, qui comprend 600 livres de gazcarbonique et dix livres de dioxyde de soufre par seconde, et la même quantité d'oxydes d'azote que 200.000 automobiles.

    Une nuke équivalent-taille, en revanche, ne produit rien en plus de son mètre cube de déchets de haute activité, car il n'y a pas de combustion chimique. Pas de cendres, pas de gaz, pas de cheminée, et pas besoin de l'ingénierie élaborée pour générer et contrôler les flux d'air énormes. Grâce à sa compacité, l'énergie nucléaire est la première technologie industrielle majeure pour laquelle il est effectivement possible de parler de tous les déchets contenant et de les isoler de la biosphère. "

    Systèmes au gaz naturel sont les plus importantes anthropique (se réfère aux émissions de gaz à effet de serre qui sont le résultat direct des activités humaines ou qui sont le résultat de processus naturels qui ont été touchées par les activités humaines) source d'émissions de méthane aux États-Unis en 2009. Le méthane est plus de 20 fois plus efficace que le gazcarbonique pour piéger la chaleur dans l'atmosphère.

    RépondreSupprimer
  37. AOTH: le cycle de vie des émissions certainement favoriser l'énergie nucléaire.

    RM: le cycle de vie du nucléaire émissions varient de 2 à 59 équivalents-grammes de gazcarbonique par kilowatt-heure. Seulement gamme hydroélectrique de rang inférieur de 2 à 48 grammes de gazcarbonique-équivalents par kilowatt-heure. Vent s'élève de 7 à 124 grammes et solaire photovoltaïque de 13 à 731 grammes. Les émissions provenant de centrales au gaz naturel variaient de 389 à 511 grammes. Le charbon produit 790 à 1182 grammes d'équivalent de gazcarbonique par kilowatt-heure.

    L'énergie nucléaire est la seule technologie éprouvée qui peut fournir l'électricité de base à grande échelle, 24 heures par jour, 7 jours par semaine, quel que soit le temps, sans produire d'émissions de gazcarbonique. Les centrales nucléaires n'émettent pas de pollution au carbone - pas de monoxyde de carbone, oxydes de soufre et sans aucun oxydes d'azote dans l'atmosphère - et ils ne doivent coûteuses options de stockage de l'électricité.

    En bout de ligne ? Une tonne d'uranium produit plus d'énergie que plusieurs millions de tonnes de charbon et de pétrole. Les frais de transport de carburant sont moins et il y a moins d'impact sur l'environnement de l'exploitation minière ou de fracturation du gaz de schiste.

    AOTH: Les centrales nucléaires ne sont pas pas chères à construire.

    RM: Ni sont 3,5 milliards de dollars plantes au charbon. Ici, c'est un peu plus du même article que j'ai cité plus tôt ...

    "Une des 1000 MW usine de conversion d'énergie solaire, par exemple - la même taille que je me sers pour les comparaisons de charbon et le nucléaire - couvrirait 50 à 100 miles carrés (12.949 ha à 25.899 ha) avec 35.000 tonnes d'aluminium, deux millions de tonnes de béton, 7.500 tonnes de cuivre, 600.000 tonnes d'acier, 75.000 tonnes de verre, et 1.500 tonnes d'autres métaux tels que le chrome et le titane - mille fois le matériel nécessaire pour construire une centrale nucléaire de même capacité. Ces matériaux ne sont pas pas cher, et de l'immobilier n'est pas venu pour rien. En outre, ces matériaux sont tous les produits de lourdes industries énergivores dans leur propre droit qui produisent de grandes quantités de déchets, une grande partie toxiques. Voilà pour «libre» et «propre» de l'énergie solaire. "

    Quand il s'agit de coûts, de l'argent dès le départ n'est pas tout.

    Comparer les coûts de l'énergie nucléaire / gaz, nucléaire / charbon ou le nucléaire / hydraulique. Le coût d'exploitation de l'énergie nucléaire était de 1,87 ¢ / kWh en 2008, soit 68 % du coût de l'électricité à partir du charbon et un quart de celle du gaz, et qui veut barrage un tas d'autres rivières ?

    Une livre de yellowcake (U3O8 - le produit final du procédé de broyage d'uranium) a l'équivalence d'énergie de 35 barils de pétrole. Un sept grammes de combustible d'uranium à granulés a une énergie équivalente à l'électricité de 17.000 pieds cubes (481 m3) de gaz naturel, 564 litres d'huile ou £ 1.780 de charbon, c'est la densité d'énergie.

    RépondreSupprimer
  38. Le gaz naturel représente 80 % du coût pour produire de l'énergie à partir d'une centrale électrique NG tout l'uranium représente 5-10 % du prix de l'énergie nucléaire. Le prix futur de l'uranium importe peu, mais si M. Powers est juste ce qui va se passer en ce qui concerne la tarification de l'électricité produite dans NG quelques années ? Peu importe le coût environnemental.

    AOTH: Sans un prix beaucoup plus élevé incitation à faire plus nouvelle production économique, nous nous dirigeons vers une grave pénurie d'uranium extrait. De nombreuses mines d'uranium existantes ne seront pas en mesure de résister à une période prolongée de prix dans le bas $ 40s-Unis, en particulier les entités publiquement appartenant à des mines à coûts élevés et une forte exposition à la place.

    RM: Il n'y a pas beaucoup de gens qui obtiennent que, pourtant, il semble assez simple que sans incitation suffisante des prix, la production minière pipeline continuera à éroder ce qui aggrave le manque à gagner futur. Il y a plusieurs gisements importants qui ont été progressent sur la voie du développement, mais ont été mis en attente en raison de la baisse du prix de l'uranium.

    Le côté offre de l'équation besoin d'au moins US $ 70/lb., Certains analystes disent aussi élevé que £ 85 $, pour encourager de nouveaux projets et il peut prendre jusqu'à dix ans pour développer, construire et permettre une mine d'uranium. Nous parlons de faits réels, les questions de l'offre qui va garder l'étroitesse du marché au cours des prochaines années. Projets attendus et / nouvelle production sont à risque aux prix courants.

    AOTH: Il y a des développements récents sauvegardez ce que vous dites.

    RM: L'Olympic Dam, Kintrye, Millennium et Langer Heinrich reports expansion de la phase 4 ont retiré 22 millions de livres d'U3O8 potentiels, ou 1.5x la fourniture prévue par Cigar Lake, du marché.

    Areva a placé ses 9 MLBS / an de développement du projet Trekkopje sur les soins et l'entretien citant une projection de US $ 75/lb prix d'équilibre.

    Energy Fuels (EFR-TSX) a déclaré le oct.-17-12 qu'il cessera ses activités dans deux de ses mines en raison des conditions actuelles du marché.

    Cameco a réduit son orientation tout au long terme prévisions de production d'uranium de rognage en £ 6 mm à 36 mm lb U3O8 en 2018.

    AOTH: la Chine est la chasse gisement d'uranium et la sécurité de l'approvisionnement va être un énorme problème aller de l'avant, en particulier pour les Etats-Unis, qui a été de courte £ 51 millions d'uranium en 2011.

    RM: Voici quatre exemples de ce qui se passe à l'approvisionnement futur.

    Chine Guangdong Nuclear Power Corp filiale minéraux Taureau fait une acquisition A 2,2 milliards de dollars australiens d'Extract Resources cotées. Extrait appartenant au projet d'uranium en Namibie Husab qui est dit par extrait pour être le quatrième plus grand gisement d'uranium seulement dans le monde après avoir mesuré les ressources de 84 millions de livres d'uranium et des ressources indiquées de 274 millions de livres (Uranium Swakop, c'est le local filiale en propriété exclusive du Taureau et se développe Husab).

    RépondreSupprimer
  39. Le Premier Ministre canadien Stephen Harper s'est entretenu avec le Premier ministre indien Manmohan Singh à accélérer le 2010 Inde-Canada accord sur le nucléaire donc beaucoup de l'uranium canadien se rendra en Inde.

    Australie-Inde entretiens qui ont récemment été conclu abouti à un accord pour voir uranium australien exportés vers l'Inde pour son programme nucléaire en attente immense pouvoir. Encore une fois c'est une bonne affaire attacher beaucoup d'uranium.

    La Turquie importe plus de 70 % de son énergie, les combustibles fossiles principalement, et la demande d'électricité a augmenté en moyenne de huit pour cent par an au cours de la dernière décennie. Les leaders turcs ont l'intention de transformer le pays en l'enfant d'affiche de l'énergie nucléaire. La Russie va construire et propre, les usines turques, de les exécuter sans doute alimenté en carburant par la mère patrie. C'est maintenant le modèle d'affaires adopté Russie pour la vente de sa technologie nucléaire aux nouveaux arrivants nucléaires. En cas de succès, et il n'y a aucune raison de croire qu'ils ne seront pas très compétitif, cela va prendre beaucoup de l'offre russe hors marché.

    Bien sûr, tous ces accords à long terme de verrouillage jusqu'à l'approvisionnement futur signifie moins d'uranium pour le reste du monde à l'avenir.

    AOTH: Il y a plus de réacteurs en construction et prévoit maintenant qu'il n'y en avait avant Fukushima.

    RM: Sans la hausse des prix, nous ne verrons pas les mines d'uranium nécessaires mises en service pour faire face à la demande sans cesse croissante d'uranium de l'industrie de l'énergie nucléaire.

    AOTH: Voyez-vous prix de l'uranium récupérer bientôt ?

    RM: Selon un récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en l'an 2035:

    «Capacité mondiale d'électricité nucléaire devrait générer croître à partir de 375 GWe nets (à la fin de 2010) à entre 540 GWe nets dans le cas de la faible demande et 746 GWe nets dans le cas de la demande élevée, augmente de 44 % et 99 % respectivement.

    Il y a plusieurs catalyseurs qui devrait stimuler les services publics pour ramasser leur terme de l'activité d'achat court.

    Le redémarrage des réacteurs japonais et la reprise chinoise de construction pour leurs réacteurs devraient à tout le moins très ferme monter les prix au comptant. Le nouveau plan énergétique chinoise réaffirme un objectif capacité nucléaire de 60-70 GW d'ici 2020 ce qui est conforme aux anticipations antérieures.

    Selon les termes de de 1993 par le gouvernement à gouvernement non-prolifération nucléaire accord (mégatonnes aux mégawatts programme), les États-Unis et la Russie ont convenu de mettre en œuvre un programme commercial de 20 ans pour convertir 500 tonnes d'uranium hautement enrichi (uranium 235 enrichi à 90 %) pris des ogives de l'ère soviétique, en uranium faiblement enrichi, l'uranium faiblement enrichi (moins de 5 % d'uranium 235). L'accord HEU se termine à la fin de 2013 et supprime £ 24 millions de fourniture d'uranium sur le marché américain.

    RépondreSupprimer
  40. AOTH: Les États-Unis, si les opposants comme Bill Powers s'avèrent justes, n'a pas de sécurité énergétique. Ils ne sont pas dans l'uranium, votre flux de puissance de la charge 24/7 de base et ne sont pas dans le gaz naturel. Fournir un pourcentage significatif de la population américaine de l'énergie renouvelable, solaire / éolien, est la tarte dans le ciel rêver.

    Est-ce que quelqu'un d'autre là-bas, outre les Indiens et les Chinois, comprendre l'importance absolue de la sécurité énergétique - sécurité d'approvisionnement ?

    RM: Oh absolument, EDF a chuté de la France 200 millions $ US en espèces une période de sept ans à l'avance de la livraison d'un producteur pour £ 13 MM, et a contracté £ 78 mm d'un autre.

    Trois milliards de dollars de contrats de vente des Emirats Arabes Unis semble couvrir une période de sept ans d'approvisionnement en uranium pour ses quatre premiers réacteurs.

    Je ne serais pas surpris si l'Arabie saoudite suit ces exemples et achète l'approvisionnement à long terme pour leurs 16 réacteurs prévus, si tout cela ne ressemble pas à vous soucier de la sécurité d'approvisionnement, alors rien fait.

    AOTH: Merci Rick.

    Conclusion

    Créé en 2008, le Comité sur les changements climatiques (CCC) était de conseiller le gouvernement britannique sur les questions de changement climatique. Leur tout premier rapport a déclaré: « Il serait possible de décarboniser la production d'électricité nucléaire avec le déploiement très important. "

    Les préoccupations concernant le changement climatique, l'empreinte carbone, la sécurité énergétique et la hausse du coût des combustibles fossiles ont suscité un regain d'intérêt pour la production d'énergie nucléaire. Au début de 2010, nous avons vu le début d'une d'une renaissance mondiale du nucléaire. Il a déraillé quand le malheureux accident de Fukushima-Daiichi centrale nucléaire en pause la renaissance.

    Si vous croyez en une renaissance du nucléaire ou non, la sécurité de problème d'approvisionnement de la flotte d'aujourd'hui réacteur global de 436, couplé avec la demande future pour les 60 réacteurs nucléaires en construction et les quelque 150 réacteurs prévus, est une question d'une importance capitale et devrait être sur chaque écran radar des investisseurs. La sécurité énergétique sur le vôtre ?

    Sinon, il faudrait peut-être.

    http://aheadoftheherd.com/Newsletter/2012/The-Red-Queen-Syndrome.html

    https://huemaurice5.blogspot.fr/2012/11/le-syndrome-de-la-reine-rouge.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a 80 ans, les français se chauffaient massivement au charbon. Une colonne de fumée noire sortait des cheminées de maisons. L'Allemagne a choisi de polluer, de tuer le plus possible de gens en construisant encore et encore des centrales a charbon. C'est un assassinat délibéré. Une colonne de fumée noire 10 000 fois plus importante que celle des maisons ! et... 24/24 h et 365 jours par an ! car, pour la production électrique n'est pas réservée qu'à l'hiver !!

      Supprimer
  41. Le vin est un meilleur placement que les actions ou l’or

    Audrey Duperron
    18 décembre 2017


    Les investisseurs en bons vins bénéficieront d’une performance supérieure à celle des actions des plus grandes firmes britanniques, ou même de l’or, rapporte le Financial Times. L’indice Liv-ex 1000, qui reflète les transactions sur plus d’un millier de marques sur le marché international du vin, exprimées en livres, était en hausse de 11,3 % à la fin du mois de novembre par rapport au début de cette année.

    Cette forte hausse s’explique par le regain d’intérêt pour les vins de Bourgogne et d’Italie. Par comparaison, l’indice FTSE 100, qui reflète les évolutions des cours des 100 plus grandes firmes britanniques, n’a enregistré qu’une progression de 6,6 % au cours de la même période. L’or, de son côté, n’a gagné que 1,4 %.

    Livres et dollars
    Les rapports sont encore plus importants en dollars. En effet, la plupart des négociants d’actifs liés aux vins sont basés à Londres, et les titres sont négociés sur le second marché de cette ville en livres.

    Mais en raison de la faiblesse du dollar, un investisseur américain détenant un portefeuille d’actifs associés au vin aurait obtenu un rendement de 21,8 %, un rapport supérieur aux 20,5 % du S & P 500, un indice boursier basé sur 500 firmes cotées sur les marchés financiers américains. De même, aux Etats-Unis, l’or n’a gagné “que” 11 % au cours des 11 derniers mois.

    Les vins de Bordeaux, et les autres

    Les investisseurs chinois, confrontés aux campagnes d’austérité et de lutte contre la corruption dans leur pays, avaient déserté le marché des vins ces dernières années. Mais ils sont de retour, et désormais, ils cherchent à se diversifier sur d’autres crus français (notamment les vins de Bourgogne) et italiens (vins de Barolo). Cet engouement a fait monter les cours. D’autres origines, comme les vins australiens de Penfolds, suscitent aussi de l’intérêt.

    De même, les prix des actifs basés sur les vins fins avaient fortement rebondi l’année dernière après le vote pour le Brexit, suite à la chute de la livre sterling. Cette hausse s’est tassée à partir du mois d’avril, à la faveur de la remontée de la parité de la monnaie britannique.

    Mais le renforcement de l’euro, et donc le nouvel affaiblissement relatif de la livre cet été, combiné à la nécessité de se fournir en perspective du Nouvel an chinois, ont conduit à une nouvelle vague de transactions, qui ont fait remonter les cours.

    Les experts pensent que cette hausse va se poursuivre l’année prochaine. Mais ils soulignent que la volatilité de la livre confère une grande incertitude à ce marché.

    https://fr.express.live/2017/12/18/vins-fins-rendements/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Effectivement, compte-tenu du nombre exponentiel (explosif !) de très riches dans le monde, ce n'est pas dans les pommes de terres ou les fayots qu'il faut investir (malgré que le nombre de consommateurs soit lui aussi exponentiel) mais dans tout ce qui coûte 'la peau du cul' ! Le luxe, le luxe, le luxe !

      Supprimer
  42. Tout le monde coupe l'utilisation du charbon, sauf pour la plupart du monde et la plupart des banques

    December 19th, 2017

    La situation avec notre actif énergétique le plus détesté
    Les quatre grandes banques australiennes se battent pour ne pas profiter des prêts au charbon et dire au monde entier. Il y a quelques mois, Westpac a adopté un régime à faible teneur en charbon, déclarant comme une sorte de vegan-céto-banquier qu'il ne considérerait un prêt que si le charbon extrait a au moins 6 300 kilocalories par kilogramme. Ils vont perdre du poids, ou au moins alléger par quelques actionnaires. La semaine dernière, notre National Australia Bank a annoncé qu'elle attendait que la fée de capture du carbone conquière certaines lois de la chimie et de l'économie avant de financer les mines de charbon. (Bien qu'ils se limitent à ne mépriser que de nouveaux clients et le «charbon thermique» dans une sorte de politique «mangez-goutez-mangez-la-moitié-le gâteau».)

    Mais alors que les petites banques australiennes annoncent leur statut de star du doogooder, les institutions financières canadiennes investissent 2,9 milliards de dollars dans la construction de nouvelles centrales à charbon à l'étranger. Et au cours des trois dernières années, les banques chinoises ont dépensé 630 milliards de dollars dans le charbon (mais même si elles ne veulent pas investir de l'argent dans le charbon d'Adani en Australie, l'environnement politique est si mauvais).

    Le reste du monde ne regarde absolument pas les banques australiennes. Après avoir été à plat pendant quelques années, l'AIE prévoit dans un nouveau rapport que l'utilisation du charbon augmentera de nouveau jusqu'en 2022, du moins de façon modérée. Cela semble largement dû à Narenda Modi, qui a annoncé en août que le reste de l'Inde devrait avoir de l'électricité et d'ici l'année prochaine, donc 40 millions de foyers doivent être connectés pour un coût de 2,5 milliards de dollars US.

    Les statistiques clés de l'énergie 2017 de l'AIE mettent un peu en perspective.
    Global Energy by Fuel, source, graphique IEA, 2017.
    - voir graphique sur site -
    IEA Key Energy Statistics 2017

    La plupart des énergies renouvelables se présenteront sous la forme de turbines près des barrages.
    Pas encore mort
    La croissance de l'utilisation du charbon s'est aplatie au cours des cinq dernières années, ce qui a incité le Guardian, désireux de le faire, à décréter qu'il est en déclin, à un tournant et sur le plan de la survie. Au lieu de cela, l'AIE prédit qu'elle va reprendre. La situation telle qu'elle était de 1971 à 2015.
    - voir graphique sur site -
    AIE, Graphique, Consommation mondiale de charbon, graphique de l'AIE, 2017.
    - voir graphique sur site -
    Statistiques clés de l'énergie de l'AIE 2017, page 38.
    Notez l'impact énorme que le vent et l'énergie solaire ont eu sur la consommation totale d'énergie au cours des 40 dernières années:
    - voir graphique sur site -
    Consommation d'énergie mondiale par carburant, graphique IEA, 2017.
    - voir graphique sur site -
    4: L'autre inclut la chaleur, l'énergie solaire thermique et la géothermie.
    Toujours un monde alimenté par des combustibles fossiles.

    http://joannenova.com.au/2017/12/everyone-cutting-coal-use-except-for-most-of-the-world-and-most-of-the-banks/

    RépondreSupprimer
  43. The Dumbing Down Of America: "Les nombres parlent des volumes"

    par Tyler Durden
    18 décembre 2017 22h25
    Rédigé par Mac Slavo via SHTFplan.com,

    Presque tout le monde peut voir que le dénigrement de l'Amérique est en plein effet. Une décomposition vidéo d'une pièce de Psychology Today de 2014 qui détaille l'anti-intellectualisme que la plupart d'entre nous avons déjà vécu d'une manière ou d'une autre.

    Selon Signs of the Times, il existe une longue tradition d'anti-intellectualisme en Amérique, contrairement à la plupart des autres pays occidentaux. Richard Hofstadter, qui a remporté un prix Pulitzer en 1964 pour son livre Anti-Intellectualism in American Life, décrit comment les vastes fondements de l'anti-élite, anti-raison et anti-science ont été infusés dans le tissu politique et social américain. Mark Bauerlein, dans son livre, The Dumbest Generation, révèle comment toute une génération de jeunes se fait berner par leur aversion à lire quelque chose de substance et leur dépendance à la «merde» numérique qui est composée sur les médias sociaux.

    Joe Joseph de The Daily Sheeple le décompose dans sa nouvelle vidéo.
    - voir clip sur site -
    "Vous avez beaucoup de ces experts qui sonnent l'alarme," dit-il.

    "Gardons les choses simples", poursuit-il. "Je demande à tout le monde une question très simple. Si vous pensez à ce que vous avez appris de la maternelle à la douzième année, donnez-vous un pourcentage de ce que vous utilisez réellement dans votre vie de tous les jours. De toutes ces informations ... maintenant, réfléchissez à l'importance de votre expérience de vie. "

    Joseph passe ensuite en revue les statistiques qui ont été compilées qui sont la preuve que les Américains deviennent plus stupides au cours de la décennie. C'est en partie à cause de la baisse de la qualité de l'enseignement supérieur. Après avoir dirigé le monde pendant des décennies chez les 25-34 ans avec des diplômes universitaires, les États-Unis occupent maintenant la 12e place. Le Forum économique mondial a classé les États-Unis au 52e rang parmi 139 pays en ce qui concerne la qualité de l'enseignement universitaire en mathématiques et en sciences en 2010.

    Selon l'Évaluation nationale du progrès en éducation 2009, 68% des élèves des écoles publiques des États-Unis ne lisent pas bien au moment où ils terminent leur troisième année. Et les États-Unis News & World ont rapporté que à peine 50% des étudiants sont prêts pour la lecture au niveau collégial lorsqu'ils obtiennent leur diplôme:

    RépondreSupprimer
  44. Nous créons un monde de mannequins. Des mannequins en colère qui estiment avoir le droit, l'autorité et la nécessité non seulement de commenter tout, mais de s'assurer que leur voix est entendue au-dessus du reste et de faire tomber les opinions opposées par des attaques personnelles, des répétitions et des affrontements. - Signes du temps

    La nouvelle élite sont les affiches de médias sociaux en colère; ceux qui peuvent crier le plus fort et le plus souvent, une clique d'intimidateurs et de mécontents qui se bousculent comme des chiens qui accourent à un renard.

    La pensée rationnelle est l'ennemi, dit Bill Keller, écrivant dans le New York Times.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-18/dumbing-down-america-numbers-speak-volumes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dites vous bien une chose: Quelqu'un qui achète une arme a autant de valeur que celui qui est à la colline ou Pennsylvania Ave. !

      Supprimer
  45. Les résidents de Baltimore perdent leurs maisons et les factures d'eau augmentent pour financer l'infrastructure en ruine

    par Tyler Durden
    18 décembre 2017 20h25

    Avec sa violence grandissante et ses échecs dans les écoles publiques, être un résident de Baltimore ces jours-ci ne semble pas être une proposition aussi alléchante. Malheureusement, l'infrastructure de l'eau qui s'effondre ne fait qu'ajouter à l'agonie des résidents qui occupent ce qui ressemble de plus en plus à une ville en faillite. Comme le note le Baltimore Sun aujourd'hui, une nouvelle étude menée par l'économiste Roger Colton a conclu qu'une série de hausses de factures d'eau, un effort visant à amasser des fonds pour réparer l'infrastructure de l'eau de la ville, leur revenu mensuel.

    Dans 8 % des secteurs de recensement de la ville, le cinquième le plus pauvre des ménages fait face à des factures d'eau qui représentent plus de 20 % de leur revenu, estime Colton. Dans un quart des tracts, les factures de cinquième face les plus pauvres représentent entre 10 et 20 % de leurs revenus.

    D'ici 2019, a conclu M. Colton, l'eau ne sera pas abordable pour les ménages qui touchent 150 % du taux de pauvreté fédéral, soit 36 450 $ pour une famille de quatre personnes. Un tiers des ménages de la ville en font autant ou moins.

    Colton a défini l'abordabilité comme un ménage payant moins de 2 % de son revenu pour l'eau. L'Agence fédérale de protection de l'environnement utilise un seuil de 4,5%.

    «Les gens n'ont vraiment pas les moyens de payer des tarifs d'eau en constante augmentation», a-t-elle déclaré.

    Sans surprise, peu de ménages de Baltimore ont budgétisé 20 % de leurs revenus annuels pour les dépenses d'eau, ce qui a fait sauter de nombreux paiements et d'autres ont même perdu leur maison ... événements qui ont incité les élus locaux à envisager des réformes radicales est prix.

    Comme de plus en plus de gens n'ont pas les moyens de payer, la ville pourrait se retrouver dans une «spirale descendante», obligée d'imposer des hausses de prix de plus en plus importantes pour financer les améliorations des infrastructures ordonnées par le tribunal, a déclaré l'économiste Roger Colton.

    "Même si Baltimore augmente ses tarifs d'eau et d'égout, elle voit aussi cette augmentation incroyablement élevée de la somme d'argent qu'elle ne collecte pas de sa facturation", a déclaré Colton.

    Les défenseurs des pauvres résidents de Baltimore, qui ont commandité l'étude, affirment que les résultats ont incité le conseil municipal à adopter un vaste programme d'accessibilité à l'eau. La proposition plafonnerait les factures pour les ménages à faible revenu à une proportion abordable de leur revenu.

    L'idée est de protéger les pauvres contre la perte de leur logement, qui peut être à risque s'ils accusent un retard sur leurs factures et finissent dans le système de vente d'impôts de la ville. Il pourrait également apporter à la ville plus de revenus en émettant des factures que les clients peuvent se permettre.

    RépondreSupprimer
  46. Comme le note le Sun, le département de l'eau est dans une situation difficile après des années d'emprunt d'argent pour payer les améliorations de tuyauterie et d'égout ... prêts qui doivent maintenant être amortis par les revenus des clients de l'eau. "La ville de Baltimore n'a pas la discrétion de ne pas faire ces investissements", écrit Colton dans un rapport de 109 pages publié la semaine dernière. "Cependant, et c'est un énorme" cependant, "le besoin de faire des investissements ne rend pas la capacité de payer des clients de Baltimore plus grande."

    Tout ce qui est juste une autre raison fantastique pour les résidents de Baltimore à déménager rapidement au Texas.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-18/baltimore-residents-losing-homes-amid-crippling-increases-water-bills-pay-crumbling-

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. L'eau sort gratuitement des sources et est polluée ensuite avec du fluor et javel avant d'être vendue aux victimes.

      Supprimer
  47. L'histoire de croissance de la Chine ... Ne cherchez pas une fin heureuse !

    par Tyler Durden
    18 décembre 2017 19:50
    Auteur de Chris Hamilton via le blog Econimica,

    De nombreux économistes suggèrent que la Chine est sur le point de connaître une croissance significative de la demande intérieure.

    Cette croissance de la demande intérieure couplée à la poursuite de la croissance en tant qu'exportateur mondial va encore pousser l'économie mondiale. Cependant, je vais montrer brièvement pourquoi aucun de ces résultats n'est à distance probable.

    Problème # 1 - La Chine en tant que consommateur
    Selon les données de l'ONU, la population féminine en âge de procréer de 15 à 40 ans a atteint un sommet en 2005 et a rapidement diminué depuis. Depuis 2005, la population chinoise capable de produire plus de chinois a diminué de 83 millions de personnes, soit une baisse de 14,3 %. En 2030, la population féconde de la Chine aura diminué de 157 millions, soit une réduction de 27 % de ceux qui sont capables d'accoucher (aucune estimation ici ... cela ne fait que déplacer la population existante à l'âge adulte). Accompagner un déclin massif de la population en âge de procréer et la persistance d'un taux de natalité négatif et d'un dépeuplement grave (en particulier dans les régions rurales) est non seulement possible mais de plus en plus probable. Des augmentations mineures des salaires ne vont pas à l'encontre des baisses massives de la base de consommateurs.

    Le graphique ci-dessous montre la population totale de la Chine de 15 à 40 ans (en bleu) et la variation annuelle (en rouge).

    - voir graphique sur site -

    En ce qui concerne la population âgée de 40 à 65 ans en Chine, la croissance annuelle maximale est bien dans le rétroviseur, mais une dernière augmentation de la croissance démographique demeure avant que la dépopulation ne s'ensuive. Cependant, la légère accélération de la croissance sera plus que compensée par la baisse de 15 à 40 ans. En termes simples, la Chine a connu un pic de consommation domestique et une demande de pointe. Les déclins directs imminents ne sont retardés que par une monétisation centrale massive.

    - voir graphique sur site -

    Problème n ° 2 - La Chine en tant qu'exportateur
    À qui la Chine continuera-t-elle d'exporter ? Les principaux importateurs des produits chinois sont l'Amérique du Nord (États-Unis / Canada), l'Europe (y compris la Russie et l'Europe de l'Est), l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Ces nations représentent environ un septième de la population mondiale, mais consomment plus de la moitié de la production mondiale de pétrole. Mais là encore j'ai le même problème; La population combinée féconde a atteint un sommet en 1988 et a diminué depuis. La population capable d'accoucher a chuté de plus de 40 millions, soit près de 10 % depuis le pic de 1988. En 2030, malgré le fait que beaucoup de ces pays autorisent, promeuvent et / ou endurent de grandes migrations précisément de cet âge de migrants, la population devrait être 60 millions de moins que durant le pic, soit une baisse de 15 % par rapport au pic. La base de la croissance actuelle et future de la demande est simplement inexistante.

    RépondreSupprimer
  48. - voir graphique sur site -

    En ce qui concerne les États-Unis, le graphique ci-dessous montre le changement prévu aux États-Unis pour la population en âge de procréer. Cependant, comme je l'ai détaillé ICI, la population féconde des États-Unis a diminué en 2017, apparemment en raison de l'émigration nette d'étrangers illégaux. De toute évidence, si cette tendance se poursuit, les États-Unis ont également connu une population en âge de procréer accompagnée de taux de natalité négatifs entraînant un dépeuplement potentiel important aux États-Unis.

    - voir graphique sur site -

    En ce qui concerne le changement dans la population combinée de N américains / européens / japonais / australiens / néo-zélandais âgés de 40 à 65 ans qui a le revenu le plus élevé et dépense bien au-delà de tout autre segment de population ... maintenant en déclin. Bien que le graphique ci-dessous ne soit valable qu'en 2030, la baisse s'accélère vraiment de 2030 à 2050.

    - voir graphique sur site -

    Qu'en est-il de l'Inde et de l'Asie du Sud en remplacement de la diminution de la clientèle des pays développés ? Comme le montre le graphique ci-dessous, la croissance de la population féminine en âge de procréer de l'Asie du Sud (Inde, Pakistan, Afghanistan, Iran, Bangladesh, Sri Lanka, Népal) décélère rapidement. La croissance annuelle a culminé en 2000 et a décéléré à 8 millions en 2018. D'ici 2030, la croissance de la population féconde de ces pays cessera essentiellement. Le revenu disponible minimal associé à la croissance décélérée de la base de consommateurs potentiels ... ce que la Chine ne cherche pas.

    - voir graphique sur site -

    Peut-être qu'un coup d'œil au sud de la frontière américaine en vaut la peine. Cependant, la même dynamique d'une croissance annuelle qui décélère rapidement et qui se transforme en dépeuplement total d'ici 2030 est visible pour la région combinée de l'Amérique du Sud, de l'Amérique centrale et des Caraïbes.

    - voir graphique sur site -

    Enfin, la seule région où la croissance féconde est la plus rapide est l'Afrique. Malheureusement pour la Chine, l'Afrique n'a guère d'argent, peu d'épargne et un accès relativement dérisoire au crédit (la situation de l'Afrique est détaillée ici). Indépendamment de la croissance démographique incroyable, l'Afrique n'est pas et ne sera probablement jamais un important importateur de produits chinois.

    - voir graphique sur site -

    Le dépeuplement signifie une base de consommateurs déclinante au niveau national en Chine et dans le monde parmi ceux qui sont capables d'importer des produits chinois. Sans la «croissance» de la Chine (détaillée ici), la décélération économique et la surcapacité devraient s'accélérer. Mais ne vous attendez pas à ce que les prix des actifs chutent ou à ce que les indicateurs économiques suggèrent que les choses s'écroulent. Au contraire, plus les fondamentaux sont défavorables, plus les prix des actifs sont élevés partout dans le monde.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-18/chinas-growth-story-dont-look-happy-ending

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Quels soucis peut avoir un pays qui a le frigo plein et la population de consommateurs qui dépasse les 1 milliard 300 millions de personnes ?

      Supprimer
  49. 2017 a été la meilleure année pour le marché boursier JAMAIS

    Par Michael Snyder,
    le 18 décembre 2017

    Nous n'avons jamais vu une meilleure année pour les stocks dans toute l'histoire des États-Unis. Cinq jours seulement après l'entrée de Donald Trump à la Maison-Blanche, le Dow Jones Industrial Average atteignait la barre des 20 000 pour la première fois. Lundi, le Dow a clôturé à 24.792.20, et il ne semble pas y avoir de fin à la manifestation en vue. Globalement, le Dow Jones Industrial Average a progressé de plus de 5 000 points à ce jour en 2017, ce qui brise complètement tous les vieux records. Auparavant, le plus que le Dow avait augmenté en une seule année était de 3 472 points en 2013.

    Oui, je sais que cela peut sembler bizarre pour un site Web qui raconte continuellement notre «effondrement économique» en cours de parler d'un boom des prix du marché boursier. Mais bien sûr, il n'y a pas eu de boom économique correspondant à la hausse des prix des actions. Cette bulle boursière artificielle a été créée par une intervention sans précédent de la banque centrale, et chaque bulle boursière de notre histoire s'est terminée par un effondrement horrible.

    Mais pour le moment, il est certainement approprié d'être impressionné par ce qui s'est passé sur les marchés financiers en 2017. Jamais nous n'avons vu le Dow clôturer à un niveau record 70 fois en une seule année, et nous avons encore presque deux semaines aller.

    Les stocks ont augmenté chaque mois en 2017, et c'est la toute première fois que cela arrive. Peu importe combien de mauvaises nouvelles sont sorties, les prix des actions ont juste continué à grimper, grimper et grimper.

    Depuis la victoire électorale surprise de Donald Trump en novembre dernier, le Dow Jones a bondi de 34 %.

    34 pour cent !

    Wall Street n'a jamais connu de meilleurs moments que celui-ci. Globalement, les actionnaires américains ont vu plus de 5 milliards de dollars de gains papier depuis que M. Trump a été élu, ce qui a créé un boom immobilier dans certaines des régions les plus riches du pays.

    Bien sûr, les marchés diminuent beaucoup plus vite qu'ils ne le font et 5 000 milliards de dollars de gains en papier pourraient être effacés très rapidement en cas de catastrophe majeure, mais pour le moment les investisseurs sont absolument ravis de ce qui s'est passé.

    Bien sûr, il y a des drapeaux rouges partout, mais pas beaucoup de gens font même attention à ce stade. À l'heure actuelle, le S & P 500 est le plus suracheté depuis 1958 et, plus tôt aujourd'hui, un article de la CNBC a déclaré que les actions américaines sont «très, très surachetées», mais cela encouragera probablement les gens à acheter encore plus.

    Ces jours-ci, si les stocks sont en hausse est un signal d'achat, et si les stocks sont en baisse, c'est un signal d'achat.

    Bien sûr, nous avons été témoins d'une euphorie similaire juste avant l'éclatement de la bulle Internet et juste avant la crise financière de 2008, mais la plupart des Américains ont des souvenirs extrêmement courts.

    Pour la plupart d'entre nous, ces accidents pourraient aussi bien être l'histoire ancienne.

    RépondreSupprimer
  50. Mais comme dans chacun de ces cas, l'euphorie du marché tend à atteindre un sommet avant que les choses ne se désagrègent complètement. Bill Stone, stratège en chef des investissements chez PNC Asset Management Group, a récemment présenté ce point de manière très succincte ...

    "Il va arriver à un point où il ne peut plus aller mieux", a-t-il dit. "Sur le marché, c'est toujours le plus brillant avant qu'il ne fasse nuit."

    D'autres sont encore plus directs. Par exemple, le prévisionniste de tendances Gerald Celente est convaincu que "les marchés boursiers du monde vont s'écraser" en 2018 ...

    "Oui. Tout le monde sait que les marchés sont surévalués. Les ratios Schiller PE rivalisent avec ceux du krach boursier d'avant 1929 et de la bulle Dot-Com ... The Black Swan Event: Quand la guerre éclatera au Moyen-Orient, les marchés boursiers du monde entier vont s'effondrer. Le Black Swan qui va créer 'Shock Market' va être une explosion de guerre au Moyen-Orient. Et quand cela arrivera, vous verrez de l'or et de l'argent monter en flèche. C'est notre prévision pour l'une des 10 meilleures tendances de 2018. "

    Personnellement, je n'ai jamais cru que la bulle boursière pourrait jamais être gonflée à des proportions aussi absurdes, et je suis juste admiratif de ce qui se passe à Wall Street.

    Depuis la dernière crise financière, notre dette nationale a doublé, la dette des entreprises a doublé, les consommateurs américains sont maintenant 13 billions de dollars, notre infrastructure économique continue d'être éventrée, plus de 40 millions d'Américains vivent dans la pauvreté et nos institutions financières sont plus imprudent qu'à aucun autre moment de toute notre histoire.

    Mais pour le moment, ça marche. Depuis la fin de la dernière récession, nous avons connu la plus forte frénésie de l'histoire du monde et la plupart des gens semblent croire que le niveau de vie alimenté par la dette dont nous jouissons actuellement sera viable d'une manière ou d'une autre.

    Rien sur nos perspectives économiques à long terme n'a fondamentalement changé. Ce n'est pas parce que les autorités ont pu prolonger cette bulle encore longtemps que nous allons échapper aux conséquences de décennies de décisions incroyablement stupides.

    Nous continuons à hypothéquer l'avenir, mais la chose la plus amusante à propos de l'avenir, c'est que ça finit par arriver.

    Et quand notre jour de compte arrive enfin, la douleur qu'il va causer va être complètement hors des charts.

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/2017-has-been-the-best-year-for-the-stock-market-ever#disqus_thread

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Les stocks se gèrent. Coûtent de l'argent à l'achat et au conditionnement (froid, chaud, hydrométrie, surveillance, assurance, etc), et, quand de nouveaux produits arrivent sur le marchés, les stocks apparaissent comme 'en trop' ! En trop veut dire baisse des prix pour liquider !

      Supprimer
  51. Le feu «No Billag» s'étend en Suisse alémanique
    Redevance radio-TVDes sénateurs inquiets interpellent le Conseil fédéral sur la SSR. Cette dernière est passée au lance-flammes dans la NZZ.

    19.12.2017, 07h19

    «Un champ de ruines.» Voilà ce que craint Beat Vonlanthen le 4 mars quand les Suisses se prononceront sur l’initiative «No Billag». Le conseiller aux États (PDC/FR) est un opposant résolu à ce texte qui veut supprimer la redevance obligatoire en faveur des radios-TV publiques (SSR) et de stations privées. Mais il juge la situation actuelle explosive. Il vient de déposer une interpellation, cosignée avec des sénateurs de tous bords politiques, où il tire la sonnette d’alarme. «Il faut que le Conseil fédéral agisse maintenant, sinon on court à la catastrophe. Il n’y a pas de plan B si l’initiative passe.» Quel est le problème selon lui ? Il voit trois foyers d’opposition principaux en Suisse alémanique: les jeunes qui ne veulent pas d’une redevance obligatoire et forfaitaire, l’USAM qui relaie le mécontentement des entreprises, dont certaines seront davantage taxées, et les éditeurs qui critiquent fortement l’emprise de la SSR sur Internet et sur le marché publicitaire.

    Selon le Fribourgeois, il faut tranquilliser les entreprises en réexaminant celles qui seront frappées le plus lourdement par la redevance. Il faut surtout rassurer les éditeurs en restreignant le champ de la SSR. Il cite plusieurs possibilités: plus grande part de la redevance en faveur des radios-TV privées, limitation de la publicité et même abandon de la régie Admeira, éviter des journaux élaborés sur les plates-formes Internet SSR pour ne pas concurrencer de façon déloyale les privés, etc. «Il faut répondre de façon convaincante sur ces points pour empêcher un Waterloo», conclut Beat Vonlanthen. Cette interpellation n’est pas anodine. Car le PDC est d’ordinaire le bastion politique de la SSR. Ses membres peuplent depuis longtemps les organes dirigeants, à l’instar de Jean-Michel Cina, le président du conseil d’administration. Le chef de groupe parlementaire PDC, Filippo Lombardi, a aussi cosigné le texte. «Je suis inquiet. Des questions sur la place des médias auraient dû être traitées depuis longtemps.» Il attend un geste du Conseil fédéral avant la votation sur la SSR, sans vouloir dire lequel. Mais il s’empresse de préciser. «Ce n’est pas parce que la Suisse médiatique provoque des maux de tête en raison de la proéminence de la SSR qu’il faut la décapiter.»

    Le conseiller aux États Josef Dittli (PLR/UR), également signataire, ne croit pas trop à des mesures de dernière minute. Il plaide plutôt pour que le Conseil fédéral présente avant le vote un plan B, C et D en cas d’acceptation de l’initiative. «Il faut prévoir plusieurs variantes. Cela dit, je ne vois heureusement pas comment l’initiative pourrait passer la barrière du vote des cantons.»

    À propos des cantons, les gouvernements de la Suisse occidentale ont publié un communiqué lundi qui condamne et rejette «No Billag». Et d’expliquer: «La SSR assure une mission fondamentale. Elle reflète la réalité suisse sur le plan national, régional et local. Aucun média privé ne peut remplir une telle mission nationale dans un petit pays multiculturel.» La Conférence y voit donc une attaque contre la cohésion nationale. De l’autre côté de la Sarine, pourtant, l’incendie «No Billag» s’étend. Samedi dernier, c’est le rédacteur en chef de la NZZ, Eric Gujer, qui passait au lance-flammes la SSR. Le titre de son édito claque à la une: «La Suisse n’a pas besoin de médias d’État.» Il dépeint la SSR en «dinosaure» de la guerre froide, qui essaie de nous persuader que l’évolution n’existe pas. Il s’en prend ensuite à la gauche et à Doris Leuthard qui veulent prendre le contrôle des médias privés en les subventionnant, tout en assurant une place disproportionnée à la SSR et à ses satellites.

    RépondreSupprimer
  52. L’article a provoqué une déflagration sur les réseaux sociaux. Et ce n’est pas tout. Le directeur de la SSR, Gilles Marchand, avait été épargné jusque-là. Or Kurt Zimmermann, le rédacteur en chef de Schweizer Journalist, vient de le qualifier de «capitaine par beau temps», en raison de son refus d’élaborer un plan B si l’initiative passe. (24 heures)

    https://www.24heures.ch/suisse/feu-no-billag-s-etend-suisse-alemanique/story/28592346

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Les Suisses luttent contre la dictature de l'information trompeuse des grands groupes de presse. Ils jugent que la redevance télé n'est PAS a payer obligatoirement puisque d'autres écrans proposent mieux et gratuit !
      C'est la lutte de la Démocratie contre les nano-groupuscules de pouvoirs en place.

      Supprimer
  53. La chaîne publique russe RT émet en français

    Média
    19.12.2017, 07h22

    Avec un budget de départ de 20 millions d'euros, RT France est l'un des plus ambitieux projets du groupe russe.

    Le groupe de télévision public russe RT a lancé lundi sa chaîne en français en se donnant quelques mois pour prouver au monde francophone son indépendance. Cette chaîne est considérée par Washington comme un organe de propagande pro-Kremlin.

    RT France a émis ses premiers journaux en français à partir de 19h00 sur le câble, le satellite et sur son site internet. RT (ex-Russia Today) a pris pied dans le pays en 2015 avec un site internet dans la langue de Molière et s'y montre très active sur YouTube où ses vidéos, doublées ou sous-titrées, totalisent parfois des centaines de milliers de visionnages.

    Avec un budget de départ de 20 millions d'euros, RT France est l'un des plus ambitieux projets du groupe russe. Outre Paris, RT possède notamment des bureaux à Londres, Washington, Tel Aviv et Moscou. Elle émet en anglais, espagnol, arabe et bientôt français.

    La chaîne basée à Paris, qui emploie 80 journalistes, tentera désormais de se placer sur le marché hautement compétitif en France de l'information en continu. Et cela, sous la loupe du Conseil supérieur de l'audiovisuel français (CSA), dont le président Olivier Schrameck n'a pas caché sa méfiance.

    Sous l'oeil du CSA

    M. Schrameck a prévenu que le CSA observerait «constamment» les programmes de cette future chaîne et agirait avec «promptitude» en cas d'«anomalies». RT est régulièrement au coeur d'escarmouches diplomatiques entre Moscou et les pays occidentaux, dont les relations se sont dégradées depuis la crise en Ukraine et l'annexion en mars 2014 de la péninsule ukrainienne de Crimée.

    La chaîne se veut un contrepoids aux médias «mainstream» accusés d'avoir un biais pro-occidental. Ses détracteurs lui reprochent de se faire l'écho de théories conspirationnistes et de donner la parole à des personnalités d'extrême droite ou se revendiquant «anti-establishment» qui fustigent la corruption et l'hypocrisie occidentales.

    Aux États-Unis, RT et Sputnik sont accusées de relayer la propagande du Kremlin et soupçonnés d'avoir tenté d'influer sur la présidentielle de 2016. La chaîne a dû se soumettre aux exigences de Washington et s'enregistrer en tant qu'«agent de l'étranger». En réaction, Moscou a classé à son tour plusieurs médias américains sous le même statut.

    La présidente de RT France, Xenia Fedorova, s'insurge contre les accusations: «Nous ne venons pas en France avec l'intention de diffuser des informations fausses ou partiales», déclarait-elle récemment. «RT va apporter quelque chose de nouveau et rafraîchissant. Notre slogan est: Osez questionner», a ajouté Mme Fedorova. (ats/nxp)

    https://www.24heures.ch/monde/chaine-publique-russe-rt-emet-francais/story/31742044

    RépondreSupprimer
  54. Les tentatives pour mettre au pas le darknet se multiplient
    CybercriminalitéMardi, Une vingtaine d’experts débattront de cybercriminalité à l'EPFL, un fléau qui coûte des milliards à l’économie.

    19.12.2017, 07h18
    Par Olivier Wurlod

    Pour la majeure partie de la population, le darknet interpelle. Les réactions sont le plus souvent divisées entre peur et fantasme au vu des possibilités généralement attribuées à l'ensemble des réseaux qui le composent. Ces derniers, au bénéfice d’un anonymat total (les adresses IP de leurs utilisateurs sont anonymes), laissent la place à toutes les dérives, à tous les interdits. Drogues, fausses identités, armes, données volées… même les virus informatiques circulent sur le darknet.

    D’après les experts, dont ceux de la société de sécurité informatique Norton, un tiers des menaces cybercriminelles proviendraient actuellement des réseaux du darknet. Des attaques qui coûtent très chères à l'économie. Rien qu'en 2015, à l'échelle mondiale, la cybercriminalité aurait provoqué pour plus de 125 milliards de dollars de dégâts.

    Interventions sur le darknet

    Au vu des dommages considérables engendrés par de telles activités, les tentatives pour mettre au pas ces réseaux se multiplient. Durant l’été, en collaboration avec Europol, le FBI a mis un terme aux activités d’AlphaBay et de Hansa, soit deux des plus grosses plates-formes de vente issues du darknet.

    En Suisse, Swisscom fait partie des sociétés particulièrement engagées dans cette lutte. En plus de s’associer avec des hackers pour percer à jour d’éventuelles failles dans la sécurité de ses systèmes informatiques, l’opérateur suisse confirmait récemment dans une chronique publiée sur son site être présent sur le darknet. L’un de leurs experts en sécurité a ainsi la tâche de passer au peigne fin les sites de vente disponibles afin de déceler toute activité criminelle apte à menacer l’entreprise.

    Une lutte coûteuse

    Plus globalement, la dernière étude en date d’EY montre toutefois que la lutte contre la cybercriminalité reste trop chère pour beaucoup de sociétés. Alors que 87% concèdent qu’elle devrait augmenter drastiquement leurs moyens pour augmenter leur cybersécurité, seules 12% d’entre elles envisagent réellement d’investir suffisamment pour optimiser leurs défenses.

    «Les hautes sphères ne comprennent pas encore et ne sont pas conscientes de l’importance de cette question», critique Tom Schmidt, directeur de la cybersécurité d’EY Suisse qui estime qu'au vu des dernières attaques, il n'y a plus d'excuse à l'inaction. (24 heures)

    https://www.24heures.ch/economie/tentatives-mettre-darknet-multiplient/story/20637510

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ni les routes ni les voitures ne seront supprimées parce qu'elles sont la cause d'accidents.
      Le Darknet est infesté (comme Internet) par des trolls payés par Bruxelles. Ils cherchent à lutter contre la liberté de parole et l'expansion quotidienne de la Démocratie.

      Supprimer
  55. La neige enferme des passagers dans un bus
    MétéoLes flocons tombés lundi ont engendré des sorties de route sans gravité et un incident sur la ligne 9.

    Le Canton s'est réveillé sous la neige. Ô joie, ô bonheur: voici une petite compilation des vidéos publiées sur Instagram par des Vaudois et des Vaudoises très content(e)s.

    Vidéo: Fabien Grenon
    Par Romaric Haddou
    18.12.2017

    Après le chaos du week-end dernier, le retour de la neige sur les routes vaudoises était scruté de près. Si le canton s’est effectivement paré de blanc dès l’aube, peu de grosses perturbations ont été recensées.

    Seuls les Transports publics lausannois rapportent une matinée un peu délicate. «Il y a eu pas mal de retards à partir de 7 h 30, en particulier sur les lignes 60, 62 et 65, détaille la porte-parole Valérie Maire. Le report de la sortie d’autoroute sur les hauts de Lutry a aussi engendré du retard sur la ligne 9.» A noter qu’un convoi (un bus tirant une remorque ndlr) a connu un souci sur cette même ligne 9. La partie arrière, soit la remorque, a dévié de sa trajectoire, venant heurter un mur et empêchant l’ouverture des portes. Les passagers sont restés à l’intérieur du véhicule durant 45 minutes jusqu’à l’arrivée du dépanneur, freiné par la circulation difficile.» Les TL rappellent par ailleurs que tous leurs véhicules sont équipés de pneus d’hiver.

    Il a aussi neigé ailleurs en Suisse:

    La police cantonale annonce pour sa part une quarantaine d’interventions, «essentiellement pour de la tôle froissée, de petites sorties de route et des poids lourds à la peine mais sans avoir à déplorer de blessés». La circulation était difficile par endroits et quelques bouchons se sont même formés. «Mais la situation est revenue assez vite à la normale», ajoute la police. Le Touring Club Suisse évoque une «surcharge presque habituelle».

    Du côté des CFF, la plus importante des perturbations n’avait rien à voir avec les conditions météo. «Un train est tombé en panne aux alentours de 8 heures à Burier. L’incident a bloqué la circulation durant 25 minutes et occasionné quelques retards sur la circulation alentour, signale le porte-parole Jean-Philippe Schmidt. Contrairement au dimanche 10 décembre, où il y avait notamment des congères, l’épisode neigeux de ce lundi nous dérange assez peu.» (24 heures)

    https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/neige-enferme-passagers-bus/story/30158411

    RépondreSupprimer
  56. Le défi climatique est aussi une chance
    L’invitée - Jacqueline de Quattro déclare sa flamme au développement durable.

    Jacqueline de Quattro
    14.12.2017, 14h00

    La nature nous met face à nos responsabilités. Les catastrophes naturelles qui se sont multipliées ces derniers mois montrent non seulement la nécessité mais aussi l’urgence d’agir. Les études scientifiques révèlent que les changements climatiques extrêmes que nous connaissons se répéteront et gagneront en intensité.

    Le réchauffement est la nouvelle réalité de la planète. 2016 a enregistré un record de concentration de gazcarbonique. Et les cinq dernières années ont été les plus chaudes depuis le début des mesures de température, en 1864. Il est temps de réduire ces émissions qui mettent en péril la planète.

    Les États qui ont signé l’Accord de Paris sur le climat dont la Suisse, il y a deux ans, se sont engagés à contenir le réchauffement global moyen en dessous de 2° centigrades. Or nous en sommes encore loin. Et l’objectif de 100 milliards de dollars par an, promis par les pays développés, n’est pas atteint non plus.

    Toute forme d’attentisme coûtera très cher et nous risquons de perdre la bataille du climat, comme l’affirme Emmanuel Macron.

    La Suisse a dès lors proposé un objectif de réduction de ses émissions de gazcarbonique d’au moins 30 % d’ici à 2030, par rapport au niveau de 1990. Notre pays estime, avec raison, que ce sont les efforts locaux qui feront la différence.

    D’autant plus que le territoire helvétique sera de toute façon touché par les dérèglements climatiques. Les glaciers fondent déjà. Les scientifiques s’attendent à ce que les Alpes connaissent même une hausse de la température de 4 degrés. Le climat est l’affaire de tous.

    Le Conseil d’État vaudois est également passé à l’action. Il a inscrit dans son programme de législature 2017-2022, placé sous l’égide du développement durable, l’élaboration d’un Plan climat. Nous allons établir un état des lieux, notamment en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Un inventaire des émissions de gazcarbonique est déjà en voie de finalisation. Des mesures de réduction seront ensuite proposées.

    Le Plan climat prévoira aussi des plans d’actions sectoriels comme, par exemple, la gestion intégrée des dangers naturels afin de nous adapter aux changements. Il observera enfin l’évolution des températures et mesurera les impacts des actions lancées afin de pouvoir les modifier si la situation l’exige.

    Le Conseil d’État vient de donner son feu vert à cette démarche. Il se prononcera l’année prochaine sur une feuille de route. Le projet est ambitieux mais il est à la hauteur des enjeux qui nous attendent.

    La nature nous impose de relever le défi climatique. Mais c’est aussi une chance qu’elle nous offre de construire un monde plus durable pour les générations à venir. (24 heures)

    https://www.24heures.ch/signatures/reflexions/defi-climatique-chance/story/29613178

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un tissu de mensonges ! Notre planète se refroidit. Le gazcarbonique n'est ni un poison ni un GES ! La fonte d'un glacier (un !) n'a rien de dramatique car, il y a des milliards de sources d'eaux chaudes dans le monde entier qui transforment des territoires terrestres grâce aux courant marins et venteux.
      Jacqueline de Quattro n'est PAS une scientifique.

      Supprimer