- ENTREE de SECOURS -



vendredi 22 décembre 2017

Est-ce qu'un souffle d'hiver majeur vient sur la côte Est ce Noël ?

par Tyler Durden
21 décembre 2017 15h50

Selon Michael Clark, un météorologue privé, son dernier rapport indique qu'une importante tempête hivernale se dirigera vers la côte est entre le 20 décembre 2017 et le 4 janvier 2018 ...

Comme le note BAMWX.com, le modèle est sur le point de changer énormément et il peut commencer le #Christmas Eve ! L'accumulation de neige est sur la table entre le 24 décembre et le 5 janvier.


Bien sûr, si une tempête éclate, c'est l'excuse parfaite pour retarder les dépenses ... malgré les réductions d'impôts ...


Vérifiez ici:

74 commentaires:

  1. Le taux de meurtre de Baltimore augmente de nouveau en 2017 (maintenant lié au Venezuela); Voici comment votre ville s'est enfuie ...


    par Tyler Durden
    21 décembre 2017 22h45


    Encore une fois cette année, le Centre Brennan pour la justice a analysé les statistiques sur les crimes violents dans les 30 plus grandes villes d'Amérique afin de donner un aperçu des tendances nationales. Sans surprise, le rapport de cette année est plein de mauvaises nouvelles pour les résidents de villes comme Baltimore et Chicago qui ont connu des pics dévastateurs dans les homicides au cours des deux dernières années.

    En ce qui concerne les homicides par habitant en 2017, Baltimore est clairement la plus grande ville des États-Unis avec un taux de meurtre supérieur à 4 fois la moyenne des autres grandes villes et 40% plus élevé que la deuxième ville la plus dangereuse de Detroit. Pour mettre les choses en perspective, le taux de meurtre à Baltimore est maintenant exactement égal avec le Venezuela à 57,2 meurtres pour 100 000 habitants.

    - voir graphique sur site -

    Bien sûr, comme nos lecteurs le savent sans doute, les taux élevés de criminalité violente dans des villes comme Baltimore et Chicago ne sont pas un phénomène nouveau. Par conséquent, nous avons décidé de jeter un coup d'œil aux changements d'une année à l'autre dans les taux d'homicides par ville et avons fait des découvertes intéressantes. Alors que Charlotte a connu la plus forte hausse en glissement annuel, des villes comme San Francisco et Seattle, qui connaissent toutes deux des booms économiques induits par les technologies, étaient également en tête de liste.

    - voir graphique sur site -

    Enfin, et ce n'est pas surprenant, en termes d'homicides totaux, la ville de Chicago est toujours le grand «gagnant» en 2017 avec presque le double du nombre de meurtres de Baltimore.

    - voir graphique sur site -

    Bien sûr, comme le note le Centre Brennan, ce ne sont pas toutes de mauvaises nouvelles puisque le crime global dans les 30 principales villes du pays a diminué de 2,7% ...

    Le taux global de criminalité dans les 30 plus grandes villes en 2017 devrait diminuer légèrement par rapport à l'année précédente, diminuant de 2,7%. Si cette tendance se maintient, les taux de criminalité resteront près des creux historiques.

    RépondreSupprimer
  2. Le taux de crimes violents diminuera également légèrement, de 1,1%, demeurant essentiellement stable. Les crimes violents demeurent près du bas de la tendance à la baisse des 30 dernières années.

    Le taux d'homicides commis en 2017 dans les 30 plus grandes villes devrait diminuer de 5,6%. Les fortes baisses enregistrées cette année à Chicago et à Detroit, ainsi que les faibles baisses dans d'autres villes, ont contribué à cette baisse. Le taux de meurtres à Chicago, qui a considérablement augmenté en 2015 et 2016, devrait diminuer de 11,9% en 2017. Il reste 62,4% supérieur à celui de 2014. Le taux de meurtre à Detroit est estimé à 9,8%. Le taux de meurtres de New York diminuera encore, à 3,3 tueries pour 100 000 personnes.

    Conclusion: "Qu'est-ce qui se passe à Chicago" ... et Baltimore et Detroit et Memphis et San Francisco et Seattle et ....
    - voir documents sur site :

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-21/baltimore-murder-rate-surges-again-2017-now-tied-venezuela-heres-how-your-city-fared

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L.A. 22ème !

      Tant qu'il y a les 'frontières' ouvertes à tous les vents, les armes, la drogues et les tueurs feront la loi. Ce n'est donc pas une question de déménagement.

      Supprimer
  3. Facebook utilise-t-il l'appareil photo et le microphone de votre téléphone pour vous espionner ?


    par Tyler Durden
    21 déc. 2017 22:25


    Avez-vous déjà l'impression d'être surveillé alors qu'il n'y a personne d'autre ?

    Il y a des décennies, si la réponse à cette question était «oui», les médecins vous auraient peut-être conseillé de voir ce qu'ils appelaient un serre-tête. Mais le progrès technologique a une drôle de façon de renverser les situations. Par exemple, au début du 20ème siècle, tout le monde avait des chevaux - mais seuls les riches avaient des voitures.

    Aujourd'hui, tout le monde a une voiture: mais seuls les riches ont des chevaux.

    Le même principe s'applique à la surveillance: Si vous ne croyez pas que vous êtes constamment espionné, alors vous devriez probablement faire examiner votre tête.

    Alors que les annonceurs affinent leurs techniques de microtargement de plus en plus sophistiquées, les utilisateurs ordinaires des médias sociaux rapportent des coïncidences troublantes comme celle que Jen Lewis a relatée au Daily Mail.

    Alors qu'il faisait ses courses, Lewis et un ami ont discuté de l'achat d'un appareil photo argentique. Pas 20 minutes plus tard, l'ami de Lewis a vérifié Facebook sur son téléphone et a découvert, à son alarme, une publicité ciblée pour le même appareil photo qu'elle avait juste envisagé d'acheter.

    Puis, moins de 20 minutes plus tard, une publicité est apparue sur le téléphone de Lois, pour le même produit. Même couleur, même modèle, même chose.

    «Ils écoutent, ils regardent», dit-elle.

    'Oh, ne sois pas stupide', répondis-je. Qui écoute ? Qui voudrait nous écouter ?

    «Je suis sérieux», dit Lois. Cela continue d'arriver. Ce n'est pas une coïncidence. Quelqu'un écoute nos conversations. Annonceurs Ils écoutent via les micros de nos téléphones.

    Au début, Lewis ne comprenait pas ce que son amie voulait savoir. Mais elle s'est rapidement rendue compte que Facebook enregistrait leur conversation et convertissait son contenu en fourrage pour des publicités ciblées - tout cela en temps réel ?

    "Regarde ça," dit Lois, me présentant avec son smartphone, où une publicité pour un petit appareil photo instamatique était affichée. Il avait surgi quelques secondes plus tôt, quand elle s'était connectée à Instagram.

    Elle a rencontré mon visage «et alors ?» Avec exaspération.

    De quoi parlions-nous ? Juste maintenant ? Dans la rue, là-bas?

    Effectivement, nous avions fait du lèche-vitrine avant notre réservation pour le déjeuner, et repéré un petit magasin de gadgets. Je me suis souvenu que Lois avait commenté les caméras instamatiques exposées (laissant tomber quelques indices pour son prochain 21ème anniversaire, je soupçonnais).

    Nous avions eu une brève conversation sur comment ils faisaient fureur dans les années 80, et comment un de mes souvenirs des fêtes de Noël chez mes parents était d'écouter ce «vrombissement» familier et de regarder les invités les plus riches battre des photos instantanées, comme tout le monde attendait qu'ils sèchent.

    RépondreSupprimer
  4. Bien sûr, Facebook et ses collègues mastodontes ont vigoureusement nié les affirmations selon lesquelles ils utiliseraient des caméras et des micros pour renforcer leurs capacités publicitaires ciblées. Mais la bataille pour la domination sur le marché de la publicité numérique est si féroce, il est difficile de soutenir que les incitations n'existent pas.

    Lewis a interviewé une autre personne qui a décidé de vérifier s'il était espionné par les annonceurs en éteignant le microphone et l'appareil photo de son téléphone.

    Et bien sûr, les publicités hypnotisés creepy ont disparu.

    Un utilisateur de Facebook est si convaincu que ses conversations sont surveillées qu'il a éteint le micro sur son smartphone - et, bien sûr, il n'y a plus eu de «coïncidences étranges» depuis.

    Tom Crewe, 28 ans, directeur du marketing de Bournemouth, a immédiatement été méfiant en mars lorsqu'il a remarqué une publicité sur Facebook pour une opération de greffe de barbe. Quelques heures plus tôt, il plaisantait avec un collègue à propos d'un seul, car ils restaient blonds malgré leur âge.

    «L'application Facebook de mon téléphone était activée à ce moment-là. En l'espace de quelques heures, une annonce est arrivée pour des greffes de cheveux et de barbe », dit-il.

    «Je pensais juste:" Pourquoi ai-je été ciblé ? "Je n'avais jamais googlé" greffe de cheveux ou de barbe "ou envoyé un e-mail à quelqu'un à ce sujet ou en ai parlé sur Facebook."

    Le fait que la publicité pour les greffes de barbe soit si inhabituelle et si spécifique lui faisait suspecter que son téléphone avait été espionné.

    Il est devenu convaincu quand, plus tard ce mois-là, il a reçu une annonce sur son téléphone - encore une fois bizarrement et très spécifiquement - pour les saucisses Peperami.

    Bien sûr, l'idée que les annonceurs (pour ne rien dire de la communauté du renseignement) enregistrent toutes nos frappes pour essayer de nous vendre des choses dont nous n'avons pas vraiment besoin est une chose à laquelle nous, en tant que société, nous sommes étrangement habitués. Mais l'idée que ces mêmes entités nous enregistrent et nous filment pour leur profit commercial a, pour beaucoup, encore coulé. Bien sûr, cette pratique répréhensible n'est pas explicitement illégale, et comme Lewis le fait remarquer. Si quelque chose, la plupart des gens habilitent par inadvertance les annonceurs en signant aveuglément les «accords d'utilisation» des plateformes de médias sociaux.

    Le suivi du comportement hors ligne des utilisateurs n'est pas un phénomène nouveau; Plus tôt cette année, nous avons souligné l'annonce récente de la part de Google de commencer à suivre les achats de cartes de crédit en magasin des utilisateurs.

    D'un autre côté, cet arrangement est ce qui nous permet d'utiliser Facebook, Instagram et Twitter sans les payer.

    Pourtant, imaginez comment ces entreprises réagiraient si les gens commençaient à exiger la confidentialité et un meilleur contrôle de leurs données ?

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-21/facebook-using-your-phones-camera-and-microphone-spy-you

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Ce sont TOUS les écrans plats (téléphones, ordis, tablettes, télés, appareils photos numériques, etc) qui possèdent des caméras ouvertes 24/24 h et micros.

      Voir:
      Touchez pas c'est collector !
      et
      Photos exclusives !

      Supprimer
  5. EFP Gold: preuve absolue que l'or papier est une fraude


    par Tyler Durden
    21 décembre 2017 21:25
    Rédigé par Stewart Dougherty via InvestmentResearchDynamics.com,


    Note de l'IRD: L'année dernière, l'utilisation des EFP (Exchange for Physicals) et des VCN (Transactions Privées Négociées) dans le règlement des contrats à terme d'or et d'argent Comex a sensiblement augmenté. En termes simples, les PEF et les VCN permettent aux contreparties d'un contrat à terme Comex ou LBMA de régler le contrat sous une forme acceptable autre que la marchandise physique réelle requise par les spécifications du contrat (par exemple, un contrat à terme sur or exige la livraison d'un contrat). oz barre d'or tel que qualifié par le Comex). À titre d'exemple, la contrepartie requise pour livrer de l'or en vertu des conditions contractuelles de Comex peut livrer un montant en dollars comparable d'actions GLD si la contrepartie en faveur de la livraison accepte de prendre livraison des actions GLD.

    Les EFP et les VCN plongent les opérations de Comex dans une opacité encore plus grande - vraisemblablement intentionnellement. Selon toute probabilité, les PEF et les VCN sont utilisés pour combler l'écart entre la quantité d'or (argent) qui doit être livrée et la quantité d'or (argent) disponible pour livraison. Le règlement du contrat a lieu en dehors du Comex. Ces dispositifs de règlement des contrats permettent en outre aux Banques Centrales de l'Ouest d'exécuter avec succès la manipulation du prix de l'or (argent).
    * * *

    Au cours des derniers mois, l'émission de contrats d'échange d'or pour les biens physiques (EFP) a bondi. Les EFP convertissent un contrat d'or Comex physiquement livrable en un contrat LBMA ou LME censé être livré ultérieurement à Londres et / ou à Hong Kong. Pour inciter les détenteurs de contrats Comex à accepter des EFP, une prime en espèces serait payée. Les EFP en argent sont également émis en grandes quantités, mais nous nous concentrerons sur l'or pour la brièveté.

    La plupart des observateurs du marché de l'or estiment que les EFP sont un gadget Comex conçu pour empêcher, ou au moins prévenir un échec formel de la livraison Comex. Nous croyons que l'histoire derrière les PEF est plus compliquée et dérangeante, et qu'elle implique la collusion, la conspiration et la fraude.

    Afin de comprendre pleinement la corruption au sein du marché de l'or, nous croyons qu'il faut d'abord comprendre toute l'ampleur de la corruption politique américaine, car les deux sont directement liés.

    Inférential Analytics, la méthode de prévision que nous avons développée et utilisée, est basée sur des liens, qui sont cruciaux pour la compréhension. S'il vous plaît, supportez-nous en faisant une brève visite du marécage politique de Washington DC. Il est crucial de comprendre le marais d'or.

    L'élection présidentielle américaine de 2016 n'a jamais été destinée à être une élection. Au lieu de cela, il s'agissait d'une charade Deep State conçue pour passer le relais présidentiel d'Obama à Clinton. Le règne d'Obama était une manne financière sans précédent pour ses gestionnaires de l'État profond, et ils étaient prêts à aller au pillage à la deuxième Maison-Blanche venant des Clintons motivés par l'argent.

    Les grands médias ont d'abord fait tout ce qui était en leur pouvoir pour faire dérailler la nomination de Trump, puis détruire ses perspectives aux élections générales. Quiconque comprend la politique américaine sait qu'il n'y avait aucun moyen que les candidats républicains non-Trump, comme Rubio, Cruz et Kasich, aient jamais battu la machine politique de Clinton à l'élection générale. Aucun des candidats républicains n'a jamais été supposé gagner; leur but spécifique était de perdre, tout en créant la fausse illusion d'une véritable campagne présidentielle et électorale.

    RépondreSupprimer
  6. L'establishment républicain attendait avec impatience la présidence de Clinton, car les rues politiques auraient été plus pavées d'or que jamais auparavant dans leur carrière. Ils pouvaient goûter la corruption, les pots-de-vin, les dons, payer les pots-de-vin et d'autres formes de compensation illicite.

    Quand l'establishment républicain réalisa que le phénomène initial de Trump n'était pas un coup de chance, Ryan, McConnell et leurs camarades de chambre respectifs firent tout ce qui était en leur pouvoir pour détruire la campagne de Trump, y compris recruter Mitt Romney pour tromper personnellement et professionnellement Trump. Mais les calomnies et les attaques ne marchaient pas, parce que Trump avait réglé le désespoir de millions d'électeurs américains survolés, et sa perspicacité dans leur douleur lui permettait de leur parler dans une langue qu'ils avaient faim et comprise. Ses paroles ont galvanisé leur colère et leur angoisse dans l'action. Contre toute attente et par rien de moins qu'un miracle de Dieu, Trump a gagné.

    Maintenant, plus d'un an plus tard, nous commençons à apprendre les hauteurs de la corruption montées par l'élite de l'État profond pour truquer les élections de 2016. Parmi de nombreux autres détails sordides révélés, nous avons appris qu'aux plus hauts niveaux, le ministère de la Justice et le FBI ont été corrompus et se sont transformés en exécuteurs de style mafieux, partisans et grossiers du programme de pillage de Deep State. Avec l'arrogance rarement vue et la fausse justice, les traîtres au sein de ces organisations ont décidé de subvertir la volonté du peuple américain, et de balancer l'élection en fonction de leurs goûts personnels et de leurs comptes bancaires.

    En novembre 2016, le peuple américain est venu à quelques milliers de voix d'être plongé dans la dictature communiste que les élites de l'État profond ont prévue pour nous. Si Trump n'avait pas gagné, les gens n'auraient jamais découvert ce qui leur est maintenant révélé sur une base horaire au sujet des profondeurs de la corruption de l'Etat profond, parce que tout cela aurait été déchiqueté et effacé, comme quelque chose de 1984 d'Orwell. La vérité sur l'élection et les nombreux scandales politiques connexes, tels que la véritable collusion russe, l'attentat terroriste des Clinton contre les citoyens des États-Unis, auraient été assassinés et enterrés au fond du marais DC.

    La preuve est maintenant irréfutable que, sur une base ajustée à l'inflation, les États-Unis sont devenus l'empire le plus corrompu de l'histoire. Nous voyons cette corruption partout, pas seulement dans la politique présidentielle. Nous le voyons dans les livres du gouvernement cuits et tordus qui ignorent totalement 21 billions de dollars en fraude comptable, et probablement, le vol pur et simple; dans les délibérations délibérées du gouvernement sur l'inflation, les ventes au détail, l'emploi et le PIB, perpétrés pour raconter de fausses narrations économiques et des marchés de premier plan qui réagiront de manière prévisible à leur égard; tout au long du système bancaire et financier, où les scandales et les amendes massives sont maintenant si routiniers que personne ne les remarque ou n'y prête attention plus; dans le truquage des taux d'intérêt des banques centrales, qui se répercute sur tous les autres marchés, les déformant tous; et dans le copinage qui a engendré l'inégalité de richesse la plus répandue dans notre histoire, et qui commence à ressembler à ce qui a été vu dans les anciennes monarchies et sociétés féodales; pour ne citer que quelques exemples de notre désintégration corruptive. Cette corruption endémique et systémique étouffe l'économie américaine, sans parler du rêve américain, ou de ce qu'il en reste.

    RépondreSupprimer
  7. C'est précisément cette corruption systémique avancée qui permet à la fraude de manipulation du prix de l'or de se poursuivre sans relâche. Si les hauts prêtres de la corruption pouvaient dépasser le ministère de la Justice des États-Unis et le FBI, ce qu'ils ont fait, ils peuvent aussi facilement contrôler le marché de l'or, ce qu'ils font. Et ils le font parce que la corruption du marché de l'or est le prérequis nécessaire et le facilitateur de toute autre forme de corruption officielle américaine, comme nous l'expliquerons plus tard.

    Ce qui nous ramène aux EFP d'or. La question importante est la suivante: les PEF sont-ils conçus uniquement pour prévenir l'échec de la livraison du Comex ? Nous ne le pensons pas. Nous pensons que l'histoire d'EFP est plus grande que cela.

    Comme nous l'avons souligné dans des articles récents, il est extrêmement important pour l'élite financière Deep State que le prix de l'or ne «bute pas». Si cela se produit, cela créerait une ruée d'achat qui se nourrirait d'elle-même. comptes de dépôt bancaires. Les banques font de l'argent en contrôlant l'argent des déposants, et précisément rien d'une boîte d'or Eagles enterrée dans la cour arrière de quelqu'un. Plus important pour les banques est que les dépôts individuels seront nécessaires pour les futurs renflouements bancaires et les contrôles de capitaux, et ne peuvent pas être autorisés à quitter les banques, qui deviendront bientôt des prisons monétaires, dans lesquelles ils résident actuellement. Comme l'ont souvent dit ceux qui les ont vécues par le passé, «il n'y a pas de fièvre comme la fièvre de l'or». Ce fait est bien connu de l'élite financière et fait tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la fièvre .

    La façon d'empêcher une ruée d'achat d'or est d'abaisser brutalement le prix de l'or, faisant de l'or un endroit terrible pour mettre de l'argent. Les êtres humains sont des chasseurs d'élan par nature, ce qui est largement évident dans les phénomènes actuels Bitcoin et marché boursier. En 2011, l'or était en train de devenir vertical, comme Bitcoin l'a fait par la suite, ce qui représentait une urgence pour l'élite financière au pouvoir. Depuis lors, ils ont abaissé le prix de 1 900 $ à 1 250 $ aujourd'hui, au cours d'une campagne morne et implacable maintenant dans sa septième année. Dans le processus, l'élite financière au pouvoir a fait un bénéfice sans précédent de 1 billion de dollars de la manipulation du marché de l'or, mais l'histoire complète est plus nuancée et complexe que le pillage et la corruption de l'élite.

    Le contrôle du prix de l'or est un processus technique et complexe. Certaines personnes se demandent pourquoi, si les manipulateurs pouvaient écraser le prix de 1 900 $ à 1 250 $, ils n'ont pas continué à le pousser pour en tirer encore plus profit ? Pourquoi ne l'ont-ils pas ramené à, disons, 1 000 $ ou 750 $ ?

    La réponse est que l'offre n'existe pas pour faire face à la demande accrue que les prix plus bas créeraient, en particulier de la part des acheteurs souverains tels que la Russie et la Chine. Ces acheteurs ont certains montants à investir régulièrement. En septembre 2017, par exemple, la Russie a acheté 1,1 million d'onces troy, soit 34,2 tonnes d'or. Le prix moyen de l'or ce mois-ci était de 1315,39 $.

    RépondreSupprimer
  8. Cela signifie que la Russie a dépensé environ 1,447 milliard de dollars en or ce mois-ci. Si l'or avait été ramené à, par exemple, 1 000 $ l'once, la Russie aurait été en mesure d'acheter 1,447 million d'onces d'or pour le même montant d'argent, ou 347 000 onces (31,6 %) plus d'or. La Chine, un énorme accumulateur d'or qui est beaucoup moins transparent sur l'ampleur et le calendrier de ses achats souverains et dont les citoyens achètent massivement de l'or, aurait également pu acheter 31,6 % plus d'onces avec tout ce qu'il a investi en or en septembre 2017. De même que tous les autres acheteurs d'or ce mois-ci, y compris les acheteurs souverains, industriels et de détail dans le monde entier.

    Mais avec l'offre et la demande déjà dans un équilibre ténu, d'où viendrait l'or supplémentaire ?

    Les manipulateurs de prix de l'or sont donc tenus de plafonner le prix non seulement à la hausse, mais aussi à la baisse. Si le prix du papier devait descendre plus bas que le prix d'équilibre offre / demande, cela déclencherait des échecs de livraison qui se répandraient comme une traînée de poudre alors que tout le monde se précipitait pour acheter de l'or de plus en plus rare. L'achat de stampedes est créé par la non-disponibilité des marchandises désirées par les consommateurs, car c'est la nature humaine que lorsque les gens se font dire qu'ils ne peuvent pas avoir quelque chose, leur désir pour cette chose devient exponentiel.

    Lorsque le prix de l'or se déplace trop bas, les manipulateurs doivent acheter de l'or en papier long pour soutenir et stabiliser le prix. Les manipulateurs sont donc dans la situation difficile d'avoir besoin d'osciller entre aller et venir, selon les circonstances, pour maintenir le prix dans la fourchette autorisée. Ils doivent maintenir deux positions longues et courtes, ou du moins la plupart du temps. Et tous les contrats qu'ils achètent doivent finalement être réglés, d'une façon ou d'une autre.

    La manipulation du prix de l'or est stratégiquement orchestrée aux plus hauts niveaux de l'élite financière de l'État profond, et est gérée pour l'élite par la Banque des règlements internationaux (BRI). Les instructions de la BRI sont ensuite communiquées aux banques centrales occidentales (WCB) qui, à leur tour, informent les banques de lingots des fourchettes de prix spécifiques dans lesquelles elles doivent conserver leur or. Ces objectifs de prix changent selon les conditions financières et économiques, et les objectifs de profit de manipulation de marché de Deep State (vol).

    Le rapport d'engagement des traders (COT), émis par la CFTC à partir des données fournies par la Comex, classe les positions détenues par les «spots publicitaires» (les banques d'investissement), les «non-commerciaux» (généralement considérés comme grands dollar hedge funds) et «non déclarables» (petits investisseurs tels que les fabricants d'or, les bijoutiers et les négociants de pièces de monnaie, qui doivent couvrir leurs positions de manière à ne pas être pénalisés financièrement par les fluctuations de prix).

    Les gens supposent que ces catégorisations de participants au marché sont honnêtes et exactes, mais nous ne le faisons pas. Le marché de l'or a été corrompu pendant des décennies, et cela inclut dans ses rapports. Nous pensons qu'il existe de nombreuses banques d'investissement (publicités) qui gèrent également des comptes «non commerciaux» fantômes (par exemple, des fonds de couverture). Par conséquent, à un moment donné, les banques d'or peuvent être à la fois long et court le marché de l'or, à la fois via des comptes commerciaux connus, et aussi inconnus, cachés, non commerciaux.

    RépondreSupprimer
  9. Si le rapport COT était honnête, il y aurait une quatrième catégorie de participants au marché: les manipulateurs officiels des prix (OPM), et toutes les activités officielles de manipulation des prix, longues et courtes, seraient signalées. Nous appellerons ces positions OPM Contracts. Bien sûr, la manipulation officielle des prix ne peut pas être admise ou détaillée, car elle exposerait le prix de l'or pour la fraude truquée qu'elle est. Par conséquent, les contrats OPM se cachent actuellement dans l'ombre des catégories d'investisseurs commerciaux et non commerciaux.

    Le rôle des banques d'investissement est de contrôler le prix de l'or selon les instructions de la BRI et des WCB. Les banques de lingots font d'énormes profits en tant que bénéfice secondaire d'être des contrôleurs de prix de l'or officiellement autorisés, puisqu'ils ont obtenu une licence Bondian de voler. Mais leur premier devoir est de s'assurer que le prix reste dans les fourchettes fixées par l'élite financière et les agents des banques centrales. En ce qui concerne la manipulation des prix, en soi, les banques de lingots n'ont pas l'intention de prendre livraison de l'or lorsque leurs contrats de longue durée expirent, ou de livrer de l'or lorsque leurs shorts expirent. Pour eux, la manipulation des prix de l'or est une opération de règlement en espèces.

    Il y a de nombreuses fois où les manipulateurs de prix doivent agir sans but lucratif pour maintenir le prix de l'or en ligne. Cela se produit lorsque le prix se rapproche du prix minimum ou maximum fixé par la BRI. C'est à ces moments-là que les banques d'investissement doivent agir en faveur de la BRI, pas elles-mêmes. En d'autres termes, lorsque le prix est intra-gamme, les banques d'investissement peuvent le manipuler pour leur propre profit; mais quand le prix menace de sortir de la fourchette, alors leur travail est de le contrôler, quel qu'en soit le prix.

    En s'acquittant de leurs droits de contrôle des prix de l'or BRI et WCB, les banques de lingots reçoivent une garantie que toutes les pertes qu'ils pourraient subir seront entièrement subventionnées. Parce que leurs actions viennent avec un grand risque exogène. Des nouvelles telles que la guerre, une attaque terroriste majeure, une faillite bancaire et même des résultats électoraux peuvent entraîner des changements immédiats et substantiels dans le prix de l'or. Par exemple, le soir des élections, en 2016 et le jour suivant, le prix a explosé puis chuté, les contrôleurs ayant fait des heures supplémentaires pour le maintenir dans les limites établies, produisant des gains et des pertes massives de papier pendant le processus. L'accord entre la BRI et les WCB, et leurs agents de manipulation des prix, les banques de lingots, est que Job One doit maintenir le prix de l'or dans la fourchette définie à tout moment.

    Imaginez une situation où le prix de l'or va trop bas, et les manipulateurs doivent intervenir pour le soutenir en allant longtemps. Imaginez aussi qu'il n'y a pas de participants au marché prêts à faire faillite à ce moment d'intervention nécessaire sur le marché. Par conséquent, il y a un déséquilibre d'ordre. Pour résoudre ce problème, les manipulateurs de la banque d'investissement vont simultanément à la fois long et court, pour fixer le prix là où il doit être. Gardez à l'esprit, ce sont des manipulations de prix, pas des métiers de l'argent. Les manipulateurs n'ont aucunement l'intention de les régler, que ce soit en espèces ou par livraison physique; ces métiers sont uniquement faits pour maintenir un prix d'or particulier et faux. Par conséquent, à mesure que ces contrats expirent, les manipulateurs doivent les vaporiser et les faire disparaître.

    RépondreSupprimer
  10. C'est ce que font les EFP. Les EFP sont l'endroit où les contrats OPM vont mourir et être enterrés. Les positions longues d'EFP compensent les contrats OPM courts Comex correspondants (qui sont également fantômes), ce qui maintient l'équilibre des comptes Comex.

    Nous reconnaissons qu'en période de stress lié à la livraison, le Comex pourrait avoir besoin de convaincre les investisseurs légitimes d'or (en d'autres termes, les Manipulateurs non-officiels des prix) d'accepter les EFP en leur offrant un bonus en espèces. Mais ce serait dans une minorité de cas, étant donné que les fonds spéculatifs non commerciaux sont généralement composés d'actions dynamiques, d'intervenants en règlement d'espèces et non d'investisseurs en or physique. Ils veulent des profits en espèces pour financer leurs salaires et leurs primes, pas l'or. Par conséquent, il est rare qu'ils se présentent à la livraison.

    La Comex est la propriété de la CME, une société cotée en bourse assujettie à la réglementation, aux vérifications et à la fiscalité. Si les CME devaient réellement verser des primes en espèces aux clients légitimes convaincus d'accepter les EFP, ils devraient les déclarer comme une dépense d'entreprise. Alors qu'ils essaieraient d'enterrer ces dépenses profondément dans les notes de bas de page de leurs rapports financiers, en cas de procès et de découverte légale, les paiements seraient révélés. Il s'agit d'un risque juridique que la FMC ne peut pas assumer, car le fait de soudoyer des clients pour accepter des EFP indiquerait un échec de facto de leur part. Si un EFP n'était pas différent d'un contrat Comex, pourquoi le CME aurait-il besoin de soudoyer un client pour l'accepter? Un échec de livraison non admis et minutieusement déguisé équivaudrait à une fraude, et le versement de pots-de-vin pour dissimuler un tel échec de livraison, en d'autres termes, pour couvrir la fraude, serait un acte criminel passible de poursuites.

    Par conséquent, tout paiement / pot-de-vin EFP doit être transféré au LBMA, le marché de l'or en vente libre à Londres, qui est opaque et peu réglementé, s'il est réglementé du tout. Gardez à l'esprit, la grande majorité des EFP disparaissent simplement, car ils sont la méthode concoctée de faire disparaître les contrats OPM.

    Comme l'ont souligné plusieurs experts du marché de l'or, il est inconcevable que la LBMA ait la capacité de livrer la quantité d'or physique représentée par le nombre massif d'EFP créés au cours des derniers mois. Mais nous croyons que cela manque de sens. Les banques d'investissement n'ont jamais eu l'intention d'exiger la livraison des contrats OPM, qui ne sont rien d'autre que des mécanismes fantômes de contrôle des prix.

    C'est pourquoi, malgré le fait que l'énorme volume d'opérations à terme sur l'or à New York et à Londres aurait presque certainement produit des échecs de livraison, s'ils étaient tous légitimes et réels, il n'y a eu aucun échec de livraison signalé. La seule explication à cela est qu'un grand nombre de ces contrats sont des contrats shadow OPM dont le seul but est de contrôler le prix de l'or, et qui sont ensuite vaporisés après avoir servi leur but de manipulation de prix.

    RépondreSupprimer
  11. S'il vous plaît gardez à l'esprit que le contrôle du prix de l'or par l'élite financière profonde de l'Etat n'est pas un jeu de salon qu'ils jouent pour leur plaisir; c'est une condition absolument critique pour empêcher l'effondrement du système frauduleux de contrefaçon de monnaie fiduciaire. Il y a littéralement des milliards de dollars en jeu, et toute l'escroquerie contrefaite pourrait imploser et presque certainement imploser si l'or «devenait Bitcoin». Si cela arrivait, l'or dirait au monde la sagesse monétaire, financière et économique qui a glosé 5000 ans d'étude, d'expérience et de réflexion. Le simple fait est que le système financier ne peut pas gérer la vérité que l'or connaît, et qu'il dirait, si c'était autorisé.

    Selon nous, nous sommes au point où la corruption officielle est si endémique et extrême qu'il est devenu une erreur de compter sur des rapports officiels d'or de toute sorte, que ce soit de la CFTC, de la CME, de la Comex, de la LBMA ou de la World Gold Conseil, les médias grand public, le gouvernement ou n'importe qui d'entre eux, dans la conduite de l'analyse du marché ou des prix, ou dans la prévision de l'évolution du marché de l'or à venir. En ce qui concerne la seule et unique monnaie, l'or, nous croyons que l'approche la plus logique et la plus rentable consiste simplement à se référer à l'histoire et à faire preuve de bon sens. L'antidote vieux de 5 000 ans, non seulement contre la fraude financière et la corruption, mais aussi contre les effets profondément corrosifs et dangereux de la fraude politique et de la corruption, a été l'or. Nous croyons que cet antidote est maintenant plus important que jamais dans l'histoire humaine. Le marécage de Washington, D.C. évolue d'un cloaque de vie, la respiration de la corruption hors de contrôle, dans un terreau silurien pour le mal épique, hautement évolué. Nous espérons que les révélations maintenant incessantes de la corruption peuvent au moins arrêter, sinon renverser la propagation de ce fléau destructeur, mais l'histoire dit que cela n'arrive jamais dans les empires déclinants. Par conséquent, nous croyons que ceux qui honorent leurs instincts élémentaires de bon sens pour acheter de l'or physique en guise de protection contre les conséquences de la corruption officielle et du mal seront récompensés par le temps de le faire.

    Veuillez noter: Harvey Organ est le principal expert en matière d'EFP. Il publie quotidiennement des données EFP détaillées, et si vous ne suivez pas déjà son travail, nous pensons que vous le trouverez éclairant. Personne n'est plus proche des détails quotidiens de la fraude EFP que Harvey. DAKOTA DU SUD.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-21/gold-efps-absolute-proof-paper-gold-fraud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le prix de l'or était fixé trop bas, tout le monde en achèterait et porterait des bijoux en or. Mais, comme il n'y aurait vite plus d'or chez les bijoutiers, des questions se poseraient.

      Pourquoi l'Allemagne qui a demandé le rapatriement de ces barres de N-Y ne s'est-elle pas contentée de papier ? (HAHAHAHAHA !).

      Le volume TOTAL de l'or extrait depuis toujours, représente sur le plan mondial un cube de 20,50 m d'arête. (pas plus.).

      Supprimer
  12. Nigeria, Venezuela et Etats-Unis - "Nous sommes plus mauvais aujourd'hui que 50 ans"


    par Tyler Durden
    21 décembre 2017 20h15


    Il y a cinquante ans, le monde était un endroit très différent.

    Les PC et les smartphones étaient l'essence de la science-fiction et de nombreuses nations se sont retrouvées à des carrefours cruciaux dans leur évolution.

    Alors que la Russie et les Etats-Unis pourraient être de retour dans une autre guerre froide, Pew Research a demandé à 43 000 personnes dans le monde si la vie était meilleure (ou pire) aujourd'hui qu'il y a 50 ans.

    Les résultats pourraient vous étonner...

    - voir liste des pays sur site -

    Au niveau national, certaines des évaluations les plus positives des progrès réalisés au cours des 50 dernières années se trouvent au Vietnam (88 % disent que la vie est meilleure aujourd'hui), en Inde (69 %) et en Corée du Sud (68 %) - toutes les sociétés ont vu transformations économiques dramatiques depuis la fin des années 1960, pour ne pas mentionner la fin du conflit armé dans le cas du Vietnam. Une majorité en Turquie (65 % de mieux) partagent également un sentiment de progrès au cours des cinq dernières décennies. Dans certains des pays les plus développés, les publics rapportent également que la vie est meilleure aujourd'hui, y compris 65 % au Japon et en Allemagne, et 64 % aux Pays-Bas et en Suède.

    Mais tout le monde n'est pas convaincu que la vie d'aujourd'hui est une amélioration par rapport au passé.

    Les Américains sont divisés sur cette question: 41 % disent que la vie est pire alors que 37 % disent mieux. Bien que le fossé est, comme avec tout le reste aujourd'hui, extrêmement partisan ...

    - voir graphique sur site -

    Pendant ce temps, la moitié ou plus dans des pays allant de l'Italie (50 %) et de la Grèce (53 %) au Nigeria (54 %) et au Kenya (53 %) au Venezuela (72 %) et au Mexique (68 %) disent que la vie est pire aujourd'hui.

    Il y a de grandes variations dans l'évaluation des 50 dernières années à travers le monde ...

    - voir carte sur site -

    Les Latino-Américains se distinguent par leur évaluation négative généralisée des progrès réalisés au cours du dernier demi-siècle. Les Vénézuéliens et les Mexicains (72 % et 68 % de la vie est la pire) sont les plus pessimistes, mais nulle part dans la région, plus de la moitié disent que la vie s'est améliorée pour les gens comme eux.

    Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les points de vue sur la vie aujourd'hui par rapport à il y a 50 ans varient considérablement d'un pays à l'autre. La Turquie enregistre le plus de progrès dans la région, avec 65 % déclarant que la vie est meilleure, suivie par Israël, où 52 % disent la même chose de leur pays. Les Tunisiens, les Jordaniens et les Libanais ont tendance à dire que la vie a empiré pour les gens comme eux, les Tunisiens exprimant la négativité la plus répandue (60 %).

    RépondreSupprimer
  13. En Afrique subsaharienne, les évaluations comparatives du présent et du passé sont plus également réparties. Une médiane de 46 % indique que la vie est pire aujourd'hui qu'il y a cinq décennies, contre 42 % qui pensent que la vie est meilleure. Les évaluations positives des progrès vont de 47 % «meilleurs» en Afrique du Sud à 36 % au Ghana.

    Le Nigeria et le Kenya sont les seuls pays sondés dans la région où plus de la moitié affirment que la vie est pire (54% et 53%, respectivement).

    Les Européens ont tendance à considérer le dernier demi-siècle comme une période de progrès. Une médiane régionale de 53 % décrit la vie comme meilleure aujourd'hui, comparativement à 30 % qui pensent le contraire. Les évaluations optimistes sont les plus fréquentes en Allemagne (65 % de mieux), aux Pays-Bas (64 %), en Suède (64 %), en Pologne (62 %) et en Espagne (60%). Les Grecs (53 % de moins) et les Italiens (50 %) sont les moins convaincus que la vie est meilleure qu'il y a 50 ans.

    La région Asie-Pacifique abrite certaines des évaluations les plus favorables des progrès. Le Vietnam (88% de mieux) se démarque, mais les points de vue sur la vie aujourd'hui par rapport au passé sont également plutôt encourageants en Inde (69 %), en Corée du Sud (68 %) et au Japon (65 %). Les Philippins sont les moins optimistes quant au progrès, moins de la moitié (43 %) déclarant que la vie est meilleure.

    En Amérique du Nord, les Canadiens ont largement fait état de progrès au cours des cinq dernières décennies (55%), tandis que moins d'Américains (37%) disent la même chose de la vie dans leur pays.

    Aux États-Unis, les républicains sont plus susceptibles de dire que la vie est meilleure aujourd'hui, par rapport aux démocrates - un changement d'attitude à la suite de l'élection de Donald Trump à la présidence en novembre 2016.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-21/nigeria-venezuela-usa-were-worse-today-50-years-ago

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A quel prix était le baril de pétrole il y a 50 ans et à quel prix il était vendu à la pompe ? Et aujourd'hui ?

      TOUS les marchés des Matières Premières sont truqués. TOUS !

      Supprimer
    2. Des plongeurs découvrent un navire russe coulé transportant du minerai d'or

      Par Associated Press.
      le 7 nov. 2012 à 13:17


      Le cargo Amurskaya avait disparu depuis le 28 octobre quand il a envoyé un appel de détresse de la mer d'Okhotsk, une branche du Pacifique.

      Selon une déclaration du ministère des Transports, ses 11 membres d'équipage sont toujours portés disparus.

      Le bateau a été retrouvé par des plongeurs dans environ 75 mètres (230 pieds) d'eau mercredi, a rapporté l'agence de presse ITAR-Tass.

      La police a porté plainte contre le propriétaire du navire, qui est également le directeur du port de Nikolaevsk-sur-l'Amour, où le navire est immatriculé, pour avoir ordonné au navire de naviguer malgré les intempéries et les procédures de chargement inadéquates.

      Aucun détail sur la quantité d'or que le minerai pourrait contenir n'a été divulgué.

      https://www.kyivpost.com/article/content/russia/divers-find-sunken-russian-ship-carrying-gold-ore-315709.html

      Supprimer
  14. L'arrivée de grands froids (annoncée depuis des années par les scientifiques) met en danger des millions d'habitations dans l'hémisphère Nord (qui regroupe aujourd'hui 90 % de la population mondiale) qui, faute d'électricité ne pourront alimenter les chaudières ni avoir de moyens de communication en cas de rupture de lignes électrique.

    C'est d'ailleurs pourquoi les dictatures au pouvoir tendent à forcer l'achat de véhicules électrique et l'obligation de transactions électrique remplaçant les billets de banques !

    RépondreSupprimer
  15. Face à l’UE, la séance de musculation du Conseil fédéral

    Le Conseil fédéral n’avait pas d’autre choix que de riposter face à la décision inamicale prise par l’UE, estime notre éditorialiste. Même si, au final, les intérêts du pays exigent une désescalade

    jeudi 21 décembre 2017 à 20:07.

    On m’attaque, je contre-attaque. En menaçant l’Union européenne de mesures de rétorsion, jugeant la bourse suisse discriminée par Bruxelles, le Conseil fédéral acte un changement de stratégie dans sa politique européenne. Sous l’ère Didier Burkhalter, il s’agissait de se faire respecter mais de ne pas bomber le torse ni de provoquer, méthodes jugées vaines pour obtenir des résultats vis-à-vis du voisin européen.

    Aujourd’hui, la tactique d’un Conseil fédéral à claire majorité de droite et plus euromodéré change. Le gouvernement a ainsi répondu jeudi du tac au tac et de manière sèche à la décision de la Commission européenne de limiter à un an l’équivalence boursière accordée à la Suisse.

    Lire aussi: Face à l’UE, la sèche contre-offensive du Conseil fédéral :
    https://www.letemps.ch/suisse/2017/12/21/face-lue-seche-contreoffensive-conseil-federal

    Maintenir l'indépendance
    Sur le plan intérieur, le collège n’a pas vraiment le choix. Cette capacité à «se défendre» répond à une attente claire de l’opinion publique, tandis que les partis, du centre à la droite de l’échiquier politique, n’hésitent pas désormais à emprunter un vocabulaire belligérant pour parler des relations bilatérales avec l’Union européenne.

    Mais cette communication vise aussi à montrer aux Suisses que leur gouvernement reste garant de l’indépendance du pays et de la défense de ses intérêts. Si l’UE – sa Commission et ses Etats membres – ne l’a pas encore compris, un scrutin fort sensible se déroulera sans doute fin 2018 en Suisse sur l’initiative populaire d’autodétermination de l’UDC, qui vise les «juges étrangers». Cette initiative fait peser une hypothèque sur la conclusion d’un accord institutionnel entre Berne et Bruxelles. Or l’attitude de la Commission européenne en ce mois de décembre met du vent dans les voiles de l’UDC. Le Conseil fédéral ne pouvait rester les bras croisés.

    Lire aussi: Suisse-UE: le drôle de polar diplomatique:
    https://www.letemps.ch/suisse/2017/12/21/suisseue-drole-polar-diplomatique

    Pugnacité politique
    Voilà pour la forme. Mais sur le fond, la riposte musclée du gouvernement s’apparente davantage à un concours de body-building qu’à un combat de boxe. Le Conseil fédéral envisage la suppression du droit de timbre pour renforcer l’économie. Cette mesure répond certes à une vieille revendication des partis bourgeois, mais elle ne suffira pas à rendre la place financière zurichoise plus performante que celle de Francfort.

    RépondreSupprimer
  16. Et concernant le milliard de cohésion en faveur des pays de l’Est, le Conseil fédéral ne parle pas aujourd’hui de renoncer à le verser mais de revoir son projet. Aveu de faiblesse: il n’a guère d’autres leviers à actionner pour faire mal à Bruxelles. L’accord sur le transit terrestre n’est pas une option de négociation dans la mesure où la marge de manœuvre est infime.

    Lire aussi: L’étonnant retour du droit de timbre :
    https://www.letemps.ch/suisse/2017/12/21/letonnant-retour-droit-timbre

    Et chicaner les frontaliers reviendrait à léser des entreprises helvétiques. Si un certain angélisme suisse cède la place aujourd’hui à davantage de pugnacité politique dans les mots, le gouvernement sait aussi que l’intérêt du pays exige une désescalade et une dépolitisation des dossiers empoisonnés.

    https://www.letemps.ch/suisse/2017/12/21/face-lue-seance-musculation-conseil-federal

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Remarquez que nombreux sont les sites suisses d'information ( voir liste sur le net) qui désapprouvent la Démocratie !!! Refusent de la mettre en avant comme étant pourtant l'atout majeur et, comparent même la Suisse à la Catalogne qui 'baisse' les bras devant la dictature monarchique et la rejoint en chantant une plume dans le cul !

      Supprimer
  17. Bras de fer avec l’Union européenne: un Conseil fédéral bien impuissant

    21 décembre 2017
    Grégoire Barbey


    L’Union européenne a décidé de n’octroyer une équivalence à la Bourse suisse que pour une durée d’un an, contrairement à d’autres Etats tiers (comme les Etats-Unis) qui ont obtenu une équivalence illimitée dans le temps. Cette discrimination à l’égard de la Suisse a bien évidemment fait réagir le Conseil fédéral. Malheureusement, ses déclarations ont plutôt fait la démonstration d’un gouvernement impuissant à peser réellement dans les relations (tendues en l’occurrence) avec l’Union européenne. Sa menace de réévaluer le versement du fameux milliard de cohésion paraît en effet bien maigre.

    D’une part, l’octroi de ce montant de 1,3 milliard de francs pour des projets de développement des pays européens de l’Est n’a même pas encore été mis en consultation. L’Assemblée fédérale ne s’est donc pas encore prononcée sur le sujet. D’autre part, la Commission européenne estime que ce montant est une juste participation au développement des pays de l’Europe de l’Est qui ont adhéré à l’Union européenne. Cette extension du marché commun a bénéficié à ceux qui y participent, mais elle s’accompagne d’une grande disparité entre les anciens membres de l’Union et ses nouveaux adhérents de l’Est. Raison pour laquelle les Etats qui participent au grand marché unique sont appelés à verser leur obole.

    Pour la période 2014-2020, le Fonds de cohésion de l’Union européenne est doté d’un budget de 63,4 milliards d’euros. La contribution de la Suisse serait sans doute appréciée à sa juste valeur par l’Union, mais n’en demeurerait pas moins marginale dans les dépenses engagées par ce fonds. Il y a dès lors fort à parier que cet élément ne pèsera pas lourd dans le rapport de force qui oppose une Union européenne toujours sur ses gardes à une Suisse qui peine année après année à s’accorder sur une attitude vis-à-vis de ce grand partenaire accusé de tous les maux depuis vingt-cinq ans.

    Pire, l’utilisation de ce milliard de cohésion à des fins de chantage pourrait envenimer des relations qui n’ont vraiment pas besoin de ça. L’Union européenne acceptera-t-elle sans broncher la remise en cause de cette participation à la cohésion alors même qu’elle en fait un principe pour tous ceux qui participent au marché commun ? C’est difficile à croire. Et c’est sans évoquer le contexte actuel d’une Union qui négocie avec le Royaume-Uni les modalités de leur divorce. Ce climat implique un durcissement de l’Union européenne vis-à-vis des Etats tiers, en particulier la Suisse qui jouit à travers les bilatérales d’une relation privilégiée.

    Est-ce que la remise en question de ce milliard de cohésion est la seule arme du Conseil fédéral pour forcer l’Union européenne à réviser sa position concernant la durée limitée de la reconnaissance de l’équivalence boursière ? Si la réponse est positive, cela démontre non seulement son incapacité à se montrer crédible sur le dossier européen, mais cela risque également de conduire à de nouvelles désillusions. Comment croire sérieusement que l’Union européenne va soudainement infléchir sa position pour ce montant somme toute assez dérisoire ? Cela donne l’illusion aux quelques citoyens suisses un peu crédules que le Conseil fédéral tape du poing sur la table. Si le Conseil fédéral en est réduit à des effets de communication, c’est dire si l’avenir des relations avec l’Union européenne est encore loin d’être réglé.

    https://blogs.letemps.ch/gregoire-barbey/2017/12/21/bras-de-fer-avec-lunion-europeenne-un-conseil-federal-bien-impuissant/

    RépondreSupprimer
  18. Bienvenue dans le monde des énergies renouvelables: l'Australie prévoit des coupures de courant, injecte des milliards de dollars, mais ABC dit qu'elle sera "moins chère"

    December 21st, 2017
    La peur est palpable

    Combien de plaisir pouvez-vous vivre dans une expérience mondiale ? En Australie, l'été de pointe est sur le point de frapper dans un réseau électrique d'après Hazelwood. Il y a une série de rapports de comités à mesure que l'été avance. Tous les jours, il y a une autre histoire de Grid dans la presse, et un effort important est en cours pour éviter une fusion. Le ministre Josh Frydenberg a annoncé aujourd'hui que "nous avons tout fait pour empêcher les pannes massives". Ou comme il l'appelle, une répétition du spectacle d'horreur australien du sud. Les politiciens ont tellement peur d'un autre système de type SA qu'ils noircissent de l'argent: la "Snowy Hydro Battery" coûtera encore 2 milliards de dollars. Peu importe. C'est l'argent des autres.

    C'est ce dont ils ont peur:
    Les barres rouges signifient "Reserve Shortfall". La matière bleu foncé est "Génération". Le graphique couvre deux années (désolé pour la qualité) donc les deux éclats rouges sont l'été 2018 et l'été 2019.

    - voir graphique sur site -

    SA Prévisions à moyen terme MEdium, Outlook, AEMO, Mt PASA. Marché national australien de l'électricité, 2017, Australie du Sud, graphique.
    SA Prévisions à moyen terme, Outlook, AEMO, 16 novembre 2017, Australie-Méridionale.
    Bizarrement, nous nous dirigeons vers un moment critique, mais c'est le graphique le plus récent que je puisse trouver - merci à Wattclarity - du 16 novembre 2017. (Voici une version antérieure de mars 2017. et de décembre 2016). Peut-être y a-t-il une nouvelle prévision plus douce, mais curieusement, la page AEMO Medium Term Outloook ne fonctionne pas "jusqu'au début de 2018". Hmm? Il est étrange de l'enlever.

    Les mots dans cette case du haut (réécrits ci-dessous *) indiquent qu'ils font une nouvelle perspective toutes les deux semaines, mais je ne peux pas en trouver un sur Wayback Machine ou Google Cache. Peut-être que vous pouvez ? S'il vous plaît, faites-moi savoir.

    Les prix australiens de l'électricité devraient augmenter et diminuer en même temps
    L'ABC nous dit que les prix devraient tomber:

    - voir graphique sur site -

    La Commission australienne du marché de l'énergie (AMEC) a déclaré que la baisse des prix se produira à mesure que la production d'énergie éolienne et solaire variable sera mise en service, financée par l'objectif du gouvernement en matière d'énergie renouvelable.

    RépondreSupprimer
  19. Remarquez comment dans l'ABC financé par le gouvernement, "le gouvernement" semble payer pour beaucoup de choses, presque comme s'il générait un revenu ? Plus précisément, la cible d'énergie renouvelable du gouvernement oblige les clients à payer plus cher pour l'électricité produite par les producteurs de charbon et de gaz, ce qui, à son tour, en donne aux producteurs intermittents.

    À l'échelle nationale, les prix ont augmenté de près de 11% cette année, mais compte tenu de l'offre supplémentaire d'énergie éolienne et solaire, la commission prévoit qu'elle sera compensée par une baisse de 12% au cours des deux années suivantes.

    Onze pour cent ? Douze pour cent ? Louez les barres d'erreur !

    Toujours, toujours, l'électricité bon marché arrive. Bientôt.

    Le monde est plein de paradoxes. Tout le monde paye plus pour l'électricité et pourtant les générateurs les moins chers font faillite
    Les prix de gros de l'électricité en Australie sont plus élevés que jamais et se dirigent vers le soleil, avec une moyenne de 100 $ / MWh. Pourtant, le rapport d'AMEC a conclu «qu'au fil du temps, de faibles prix de gros ont contribué à la fermeture des centrales au charbon». Se pourrait-il que l'écart entre la réalité des prix de gros payés par les détaillants et les prix de gros que reçoivent les centrales au charbon a quelque chose à voir avec le LRET (Renewable Energy Target) qui est actuellement de 85MW $ / h ?

    Alors que les groupes gouvernementaux prévoient des prix moins élevés, les gens qui parient sur les prix et les marchés futurs prévoient davantage de bénéfices et des prix plus élevés. Qui croire ?

    Semble l'énergie plus libre que nous obtenons du vent et du soleil, plus les prix augmentent.
    Il y a dix jours, un rapport de Goldman Sachs a averti que les gens sous-estiment les hausses de prix futures en Australie.

    Les prix de gros de l'électricité de la Nouvelle-Galles du Sud et de l'Angleterre devraient augmenter de 50 % dans les années à venir, augmentant ainsi les profits des géants de l'énergie AGL et Origin.

    C'est ce que pensent les analystes de la banque d'investissement Goldman Sachs, qui affirment qu'un récent fléchissement des prix à terme de l'électricité sous-estime de 20 à 30 % le choc des prix à venir, même si la garantie nationale de l'énergie est mise en place. "Nous prévoyons que les prix de gros de l'électricité rebondiront vers un nouveau sommet entre 120 $ et 130 $ par mégawattheure", a déclaré Baden Moore, analyste de Goldman Sachs, dans une note aux clients.

    En Australie-Méridionale, les prix devraient atteindre en moyenne 150 dollars, tandis que dans le Queensland, où se trouvent des producteurs de charbon appartenant à l'État, les prix devraient tomber à environ 50 dollars. - Matt Chambers, The Australian, 12 décembre 2017

    GoldMan a amélioré les prévisions de bénéfices pour AGL et Origin.

    RépondreSupprimer
  20. - voir graphique sur site -
    Prévisions des prix sur l'Australian National Grid

    StopTheseThings fait valoir que la transition énergétique de l'Australie laisse 42 000 familles dans la pauvreté énergétique abject. (Malgré cette souffrance, il faut être rassurant de savoir que grâce à la «transition» énergétique, les tempêtes seront plus lentes en 2100.)

    Les Sydneysiders sont avertis du chaos, non préparés à une panne d'électricité
    Le rapport du groupe de travail sur la sécurité énergétique est présidé par Mary O'Kane, scientifique en chef de NSW. Aujourd'hui, il fait les gros titres:

    Jusqu'à 10.000 navetteurs de Sydney devraient être évacués, les routes de surface seraient bloquées et les ferries pourraient devoir déplacer les gens hors du CBD dans le cas d'un événement «noir» comme celui qui a frappé l'Australie du Sud l'année dernière . - Sid Maher, L'Australien

    Pendant ce temps, les hôpitaux publics ont seulement six heures de carburant dans leurs générateurs diesel de secours, selon le rapport. - news.com.au

    Le ministre de l'Energie de la Nouvelle-Galles du Sud, Don Harwin, a déclaré qu'un événement de système lblack est hautement improbable parce que le dernier s'est produit en 1964:

    M. Harwin a minimisé la possibilité d'un événement noir. "NSW n'a pas été soumis à un événement noir depuis 53 ans - il est donc hautement improbable qu'un tel événement se produise.

    Vous sentez-vous rassuré ?

    C'est probablement 9 - 15 heures sans électricité dans une ville de cinq millions de personnes:

    Selon le rapport du groupe de travail sur la sécurité énergétique, des preuves anecdotiques suggèrent que dans un système noir, Sydney serait sans électricité pendant au moins neuf à quinze heures, probablement plus longtemps, et serait l'une des dernières parties de l'État à rétablir le courant. . C'était parce que le CBD de Sydney se trouvait physiquement sur les bords du réseau par rapport aux générateurs principaux.

    Le même article souligne qu'il n'y a pas de mécanismes de communication prévus pour un système noir, bien que la RBA, l'ASX et les banques s'en sortiraient parce qu'ils "avaient structuré leurs plates-formes de communication de sorte qu'ils ne dépendaient pas du réseau national à large bande". NBN] et serait toujours opérationnel pendant une panne d'électricité. "

    Nos journaux vont dans le détail sanglant des pannes d'électricité dans notre plus grande ville:

    RépondreSupprimer
  21. L'équipement NBN ne fonctionnerait pas dans une panne de courant, mais les clients disposant d'une fibre jusqu'aux locaux et d'une alimentation électrique munie d'une batterie d'accumulateurs seraient en mesure de faire fonctionner leurs appareils pendant environ cinq heures. Les maisons avec fibre au noeud, la fibre au bâtiment, le câble et le sans fil fixe n'auraient pas l'Internet ou les téléphones opérationnels. Le rapport indique que les hôpitaux publics de Nouvelle-Galles du Sud disposaient de générateurs diesel de secours, mais que le carburant devrait être livré dans les six heures.

    Peut-être que quelqu'un peut m'expliquer à nouveau pourquoi nous dépensons 74 milliards de dollars pour la NBN ? Et si vous êtes admis à l'hôpital de Sydney, apportez peut-être du diesel avec vous, juste au cas où les camions de secours n'arriveraient pas à temps.

    Une façon d'éviter une panne est de charger manuellement le hangar. Quel est le bon terme pour les pannes délibérées - mais notez les coûts:

    Il y avait «des lacunes importantes dans les connaissances, la préparation et la planification de l'événement du système noir en Nouvelle-Galles du Sud» et les coûts pourraient atteindre 136 millions de dollars pour 200 MW de charge perdue dans la CDB pendant quatre heures.

    La grille NSW utilise environ 9 000 MW (ou plus). Le coût de 136 millions de dollars mentionné ci-dessus est de 200 MW pour quatre heures. Si les choses vont vraiment en forme de poire, ouvrez les portes de la voûte et regardez l'argent sortir à la vitesse de la lumière.

    Jetez un autre 4 milliards de dollars au problème créé par les énergies renouvelables ?
    Si l'énergie n'est pas stockée sous forme de combustible fossile, les autres méthodes de stockage sont, respirer, chères. Nous pensions que la grosse batterie de Snowy Hydro était chère, mais c'est deux fois plus chère:

    L'extension «Snowy 2.0» du premier ministre Malcolm Turnbull a reçu le feu vert, mais le système pourrait coûter 125 % de plus que prévu et ne sera pas allumé pendant au moins six ans.

    L'expansion avait un prix provisoire de 2 milliards de dollars, mais de nouveaux documents montrent que le coût pourrait même atteindre 4,5 milliards de dollars - sans compter les 2 milliards de dollars nécessaires pour améliorer les lignes de transmission des montagnes vers Sydney et Melbourne.

    Pour ce genre d'argent, nous pourrions commencer à parler de groupes électrogènes comme les centrales au charbon de l'USC ou les centrales nucléaires, des choses que l'Indonésie a déjà ou prévoit d'obtenir. La batterie pompée de Milou utilise de l'énergie pour pousser l'eau en montée, de sorte qu'elle peut récupérer une partie de cette énergie plus tard. (C'est une autre histoire pour un autre jour).

    Enfin, nous découvrons que le câble d'interconnecteur Basslink s'est cassé parce qu'il était "trop chaud":

    RépondreSupprimer
  22. Ce fut l'une des plus spectaculaires débâcles dans le monde des réseaux électriques modernes. Basslink est l'interconnecteur sous-marin entre la Tasmanie (maison de l'hydroélectricité) et Victoria (ancien roi du charbon brun de l'Australie, mais "transition" à rapide rapide). Lorsque le câble s'est brisé en décembre 2015, il a coûté 560 millions de dollars aux Tasmaniens, qui ont mis 5 mois à être réparés. Ils avaient épuisé leurs bas barrages pour devenir riches en vendant de l'électricité «à faible teneur en carbone» à Victoria, mais ils avaient fermé leur dernière usine de gaz seulement quelques mois auparavant. Un El Nino était en cours d'exécution, de sorte que leurs barrages bas n'étaient pas réapprovisionnés

    Ce fut l'une des plus spectaculaires débâcles dans le monde des réseaux électriques modernes. Basslink est l'interconnecteur sous-marin entre la Tasmanie (maison de l'hydroélectricité) et Victoria (ancien roi du charbon brun de l'Australie, mais "transition" à rapide rapide). Lorsque le câble s'est brisé en décembre 2015, il a coûté 560 millions de dollars aux Tasmaniens, qui ont mis 5 mois à être réparés. Ils avaient épuisé leurs bas barrages pour devenir riches en vendant de l'électricité «à faible teneur en carbone» à Victoria, mais ils avaient fermé leur dernière usine de gaz seulement quelques mois auparavant. Un El Nino était en marche, de sorte que leurs bas barrages n'étaient pas réapprovisionnés avant mai ou juin. Pendant ce temps, ils volaient en masse les moteurs diesel pour maintenir les lumières allumées. Tout l'épisode a été couronné par l'incident où Tas Hydro a vu une tempête importante arriver, avec des avertissements d'inondation et a décidé que c'était un bon moment pour essayer l'ensemencement des nuages. Avoir de la cupidité?

    Le câble Basslink était censé permettre à 630 MW d'énergie d'aller et venir, mais selon Tas Hydro ne peut traiter que 500 MW.

    "BPL pensait que son câble pourrait fonctionner en toute sécurité et de manière fiable à 630 MW pendant de longues périodes sans surchauffer le cuivre et l'isolation et provoquer une probabilité déraisonnable d'échec", a déclaré M. Davy.

    "Malheureusement, ils avaient tort. Les rapports d'experts notent que le câble, tel qu'il est conçu et construit, ne peut pas satisfaire aux exigences d'exploitation minimales. "

    Il y a encore 130MW que Victoria espérait utiliser aux heures de pointe pendant l'été:

    «Les Victoriens s'attendaient à compter sur 630 MW de puissance maximale pendant l'été, et si cela est réduit à 500 MW, cela aura des répercussions importantes sur la façon dont Victoria s'approvisionne pendant les chaudes journées d'été», a-t-il déclaré.

    ----------------------
    Mots dans la case supérieure des perspectives à moyen terme d'AEMO.

    * Le processus du PASA est exécuté au moins une fois par semaine et fournit une prévision de réserve pour les deux prochaines années. Le graphique ci-dessous fournit un résumé
    des derniers résultats MTPASA pour les deux prochaines années pour les régions QLD, NSW, VIC, SA et TAS. Ces graphiques sont mis à jour à chaque publication des résultats MTPASA publics.

    h / t Dave B, Pat.

    http://joannenova.com.au/2017/12/welcome-to-renewables-world-australia-plans-for-blackouts-throws-billions-of-dollars-but-it-will-get-cheaper/#more-56545

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Supprimer l'électricité ou ne la réserver qu'aux riches suppriment la communication dans le monde en cas de guerre. Comprendre aussi qu'en cas de guerre, la dictature au pouvoir demandera la réquisition de l'énergie indispensable aux pouvoirs publics et très optionnelle vers les esclaves.

      Supprimer
  23. Aidez-moi. Le blogueur scientifique a besoin de soutien ...

    December 22nd, 2017

    Si vos bureaucrates veulent contrôler la météo avec les centrales électriques, vous avez besoin de civilisation Swat.Oops, s'il vous plaît. Le solde bancaire tend vers zéro, et je dois faire attention. Pouvez-vous économiser l'équivalent d'une bière, d'un steak ou d'un mois de bande passante (100 $) pour 2018 ? Moi, nous, serons toujours si reconnaissants.

    Nous pouvons le faire grâce à des philanthropes comme vous. C'est un témoignage des lecteurs fantastiques ici que neuf ans, 2.863 messages et 450.000 commentaires plus tard, ce blog est toujours en cours et en quelque sorte une famille de cinq se débrouille juste. Longue vie à internet!

    Merci pour votre contribution, quelle que soit sa taille, au «Tip Jar» via Pay Pal ou carte de crédit (ou situé en haut à droite de la page). Il existe également des options non paypal, de transfert direct, de carte de crédit, et le compte est heureux d'avoir $ A, $ US, et les livres, euros, CAD et NZD aussi. (Compte NAB BSB: 086420 Numéro: 563148308.
    Jo Nova
    Naturellement, la science indépendante a besoin d'un soutien indépendant.

    PS: Joyeux Noël à vous!

    Autres options paypal, non-carte de crédit (par exemple, les détails de courrier et de transfert direct).

    PS: Merci à WC, AJ, CK, AR, GC, BM, MB, TK, X, JL, KR, les gens qui aident régulièrement grâce à NAB et que je tiens à remercier. Tu sais qui tu es!

    http://joannenova.com.au/2017/12/help-science-blogger-needs-support/#more-52319

    RépondreSupprimer
  24. Les plus importants articles scientifiques de 2017… et les autres

    Fabien Goubet
    vendredi 22 décembre 2017 à 15:12.

    L’année écoulée fut riche en découvertes scientifiques. Tour d’horizon des travaux les plus prometteurs… et de ceux qui n’ont jamais été cités par les pairs

    C’est une tradition bien établie: la fin de l’année est l’occasion de voir fleurir dans les revues scientifiques Science et Nature un passage en revue des faits ayant marqué la science durant l’année qui s’achève. Quels ont été les résultats les plus excitants en 2017 ? Quelles personnalités ont pesé lors des douze derniers mois ? Enfin, éternelle question qui agite les scientifiques: combien d’articles n’ont-ils jamais été cités ? Le point sur ces questions.

    Les ondes gravitationnelles, encore elles !
    Pour les Américains de Science, l’un des articles les plus importants de 2017 fut la toute première observation d’une fusion de deux étoiles à neutrons. Ce phénomène à peine imaginable pour l’esprit humain a ni plus ni moins permis l’apparition d’une «nouvelle astronomie», avait alors écrit Le Temps en octobre. «Il y a 130 millions d’années, deux étoiles à neutrons ont fusionné dans la lointaine galaxie NGC 4993, libérant toutes sortes de messagers dans le cosmos, accueillis ce 17 août sur Terre et dans sa banlieue.»

    Lire aussi: Un duo d’étoiles disparaît, et c’est une nouvelle astronomie qui s’ouvre

    Et parmi ces messagers, certains ont beaucoup fait parler d’eux récemment: les ondes gravitationnelles. Ces infimes déformations de l’espace-temps, dont la première détection en 2015 a été récompensée cette année par le Prix Nobel de physique, ont donc bien montré qu’elles étaient un nouvel outil dans la trousse des astrophysiciens, et pas simplement une curiosité théorique.

    https://www.letemps.ch/sciences/2017/12/22/plus-importants-articles-scientifiques-2017-autres

    RépondreSupprimer
  25. Subway ferme 909 magasins en 2017: c'est le «début d'une crise»


    par Tyler Durden
    22 décembre 2017 08:18

    Plus tôt cette année, nous avons signalé que dans ses 52 ans d'activité, la chaîne sandwich Subway - pour la toute première fois - s'est contractée en 2016, fermant 359 sites américains. Bloomberg a décrit la situation comme le "plus grand repli dans l'histoire de la chaîne de restaurants" dont le nombre total de magasins a baissé de 1,3%, passant de 27 103 en 2015 à 26 744, alors que l'entreprise ne parvenait pas à suivre les dernières tendances du fast-food.

    "Subway est au milieu d'une transformation massive, et le changement de cette taille prend du temps", a déclaré un représentant de l'entreprise à Business Insider. "Notre objectif est de renforcer la marque Subway sur tous les marchés du monde afin de donner aux franchisés Subway la meilleure opportunité de développer leurs activités."

    Confirmant que Subway a effectivement atteint un sommet dans son cycle économique de 5 décennies, alors que la direction tente désespérément de concevoir un atterrissage en douceur, un représentant de Subway a déclaré que 909 autres sites ont été fermés en 2017, représentant plus de 3% magasins.

    C'est la deuxième année consécutive que le métro a fermé des centaines d'emplacements. La société exploite actuellement 25 835 magasins aux États-Unis, contre 26 744 à la fin de 2016. Les ventes en 2016 ont également diminué de -1,70% après le retrait de 359 sites. Il est évident que le ralentissement des ventes intérieures a fait son chemin à travers l'entreprise en 2017, et se poursuivra probablement jusqu'en 2018.

    Il y a plus de mauvaises nouvelles: l'activité internationale de l'entreprise a stagné avec le déclin de 471 magasins internationaux. En 2017, la chaîne comptait 44 014 établissements dans le monde, contre 44 485 en 2016. Subway n'a pas réussi à suivre le rythme des concurrents occasionnels: Panera, Starbucks et Sweetgreen, en tant que société, ne sont pas considérés comme cool par les millénaires.

    "Aujourd'hui, les gens sont de plus en plus éduqués sur la nutrition, l'approvisionnement alimentaire et les modèles d'entreprise holistiques éthiques", a déclaré Sara Bamossy, responsable de la stratégie à l'agence publicitaire Pitch, à Business Insider. «Pour créer (ou raviver) la loyauté et les ventes, il ne suffit pas d'étiqueter quelque chose de« naturel »et ce n'est pas suffisant pour être abordable.» En plus des problèmes de Subway, l'industrie de la restauration décline et pourrait faire rêver d'une transition en douceur par la direction.

    - voir graphique sur site -

    La société privée a subi des pressions non seulement en raison d'une baisse récente du trafic et des ventes de restaurants aux États-Unis - une industrie qui a récemment connu son pire effondrement depuis 2009 - mais aussi en raison des rabais et des promotions.

    RépondreSupprimer
  26. Mme Subway a également perdu une partie de son lustre en tant qu'option plus saine pour la santé, note M. Bloomberg qui travaille à restaurer son statut en éliminant les antibiotiques de son poulet et en passant à des œufs sans cage.

    Mitesh Raval, un propriétaire de franchise en Virginie, a déclaré que «l'objectif promotionnel national au cours des cinq dernières années ... nous a décimé et laissé de nombreux franchisés non rentables et même insolvables.» Plus de 400 franchisés se sont regroupés et ont signé une pétition proteste les plans de la chaîne pour lancer son fameux contrat de 5 dollars en janvier. "

    L'accord débute officiellement le 1er janvier 2018, alors que l'appétit pour une crise plus importante avec les franchisés pourrait être évident en 2018.

    Et bien sûr, personne ne peut oublier l'ancien porte-parole de Subway, Jared Fogle, qui s'est avéré être un creep, accusé d'avoir des relations sexuelles avec des mineurs et de posséder de la pornographie juvénile. Subway a parié sur la marque avec Fogle et a coupé les liens avec lui en 2015, juste au moment où les fermetures de magasins ont commencé.

    En résumé, l'effet cumulatif des fermetures de magasins, des tendances de restaurants, de l'industrie de la restauration en déclin et des choix médiocres de publicité ont finalement détrôné Subway, et contraint maintenant l'entreprise à une phase de contraction pour la deuxième année consécutive.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-22/subway-closes-909-stores-2017-its-beginning-crisis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus en plus de pauvres font eux-mêmes leurs sandwiches. L'avenir est au luxe, aux dépenses sans compter, aux riches a millions et, à la robotique.

      Supprimer
  27. SUISSE - L'OFSP BAISSE LE PRIX DE 350 MÉDICAMENTS

    Suite au réexamen annuel, les prix de plusieurs centaines de médicaments baisseront de 17% en moyenne dès janvier 2018.

    22.12.2017

    En 2018, le prix de 350 remèdes baissera en Suisse. C'est ce qu'a décidé l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans le cadre du réexamen annuel du prix des médicaments. Cela devrait permettre d'économiser quelque 60 millions de francs.

    Les prix baisseront en moyenne de 17%, a précisé vendredi l'OFSP dans un communiqué. Et d'avertir que certaines baisses décidées restent incertaines, car les titulaires d'autorisation concernés ont annoncé leur intention de déposer un recours.

    Cette année, l'OFSP a procédé à l'évaluation du prix de près de 1000 médicaments. Cela correspond à environ un tiers du nombre total de produits thérapeutiques remboursés par l'assurance-maladie de base. Ces derniers sont réexaminés tous les trois ans. L'évaluation porte sur l'efficacité et l'adéquation du médicament, mais aussi sur l'économicité et le prix fixé.

    Nouvelle méthode

    L'examen périodique du prix des médicaments a repris en 2017 après une pause de deux ans due à une bataille juridique entre l'OFSP et l'industrie pharmaceutique. Cette dernière avait contesté la méthode des autorités fédérales, qui se basait uniquement sur une comparaison des prix pratiqués à l'étranger.

    En décembre 2015, le Tribunal fédéral a donné raison aux entreprises pharmaceutiques. Le réexamen périodique doit aussi tenir compte du rapport coût-bénéfice des produits admis pour les mêmes indications thérapeutiques. Dans la solution retenue, la comparaison thérapeutique et celle avec les prix étrangers ont le même poids.

    180 millions d'économies sur trois ans

    C'est suite à l'entrée en vigueur de ces nouvelles dispositions le 1er mars dernier que l'OFSP a pu reprendre ses contrôles. Les baisses décidées cette année entreront progressivement en vigueur dès janvier 2018. L'OFSP table sur des économies de 180 millions pour la période 2017-2019.

    C'est moins qu'entre 2012 et 2014. L'OFSP avait ordonné des réductions de tarifs pour 1500 produits et permis 600 millions de francs d'économies. Ces estimations plus modestes sont en partie due à la nouvelle méthode d'évaluation. La prise en compte de la comparaison thérapeutique a plutôt tendance à freiner l'effet à la baisse des prix, avait reconnu en février le ministre de la santé Alain Berset.

    RépondreSupprimer

  28. Selon une enquête des faîtières des assureurs et de l'industrie pharmaceutique, santésuisse et Interpharma, publiée en avril, les médicaments protégés par un brevet sont 14% plus chers en Suisse qu'à l'étranger. C'est encore pire pour les génériques. Les Suisses paient plus du double que les Européens. (ats/nxp)

    https://www.lematin.ch/sante/ofsp-baisse-prix-350-medicaments/story/16739743

    RépondreSupprimer
  29. Zuesse: Les Américains commencent seulement à apprendre qu'ils vivent dans une dictature


    par Tyler Durden
    22 décembre 2017 22h25
    Rédigé par Eric Zuesse via The Strategic Culture Foundation,


    La première fois qu'il m'est apparu clairement que je vis dans une dictature, c'était en 2014, avant sa publication, l'étude empirique historique (et toujours la seule) empirique sur la question de savoir si les États-Unis Le gouvernement est, authentiquement, une démocratie - ou, alternativement, il s'agit plutôt d'une dictature que d'une démocratie.

    Cette étude a documenté de façon concluante que le gouvernement de l'Amérique est le dernier.

    Ainsi, le 14 avril 2014, j'ai titré: «Les États-Unis sont une oligarchie, pas une démocratie, dit une étude scientifique». Par la suite, mon éditeur l'a reliée à l'article publié dans le Journal où l'étude a été publiée, Perspectives on Politics, de l'American Political Science Association, et l'étude complète peut être lue ici.

    Le 30 avril 2014, a été publié sur youtube la vidéo qui reste, à ce jour, le résumé le plus clair et le plus clair de ce que cette étude académique mal écrite a prouvé. Voir son explication ici:

    - voir clip sur site -

    Le titre de ce résumé est aussi meilleur que le titre de mon article; cette excellente vidéo titre "Corruption is Legal in America", qui est une autre conclusion précise de cette étude. Chaque citoyen américain devrait savoir ce que cette vidéo de 6 minutes dit et montre de l'étude académique, car il explique comment les super-riches, en tant que classe, volent à tous les autres (tous ceux qui ne sont pas super-riches): Ils le font à travers la corruption.

    Ensuite, cette même personne qui a créé la vidéo en a fait une autre présentation, mais cette fois avec un texte accompagnant la vidéo, et cet article était intitulé «Un graphique montre comment les riches contrôlent la politique américaine», et il a montré comment. les riches exercent leur contrôle par la corruption, ce qui est légal en Amérique et qui peut être fait beaucoup plus par les riches que par les pauvres - les pauvres ne peuvent tout simplement pas acheter le gouvernement, et ceux qui tenteraient même de le faire utiliseraient seuls les moyens illégaux, que la Cour suprême des États-Unis dit constituer constituent le seul moyen illégal, et c'est la corruption flagrante, qui est la corruption de la classe inférieure, pas le type de corruption bien plus lucratif que les individus super-riches ont accès. la corruption qui n'est accessible qu'aux super-riches est légale en Amérique, c'est pourquoi les super-riches continuent de s'enrichir, alors que le reste de la population a de la chance si elle ne devient pas plus pauvre.

    Le 28 juillet 2015, l'ancien président américain Jimmy Carter a été franc à propos de cette situation; en tant qu'appelant à une émission de radio progressiste, il a dit cela au sujet de la corruption de plus haut niveau de l'Amérique:

    RépondreSupprimer
  30. Cela viole l'essence de ce qui a fait de l'Amérique un grand pays dans son système politique. Maintenant c'est juste une oligarchie avec une corruption politique illimitée qui est l'essence même de l'obtention des nominations à la présidence ou à l'élection présidentielle. Et la même chose s'applique aux gouverneurs, aux sénateurs américains et aux membres du congrès. Alors, nous venons de voir une subversion de notre système politique comme récompense pour les principaux contributeurs, qui veulent et s'attendent, et obtiennent parfois, des faveurs après la fin des élections. ...

    Actuellement, les titulaires, démocrates et républicains, considèrent cet argent illimité comme un grand avantage pour eux-mêmes. Quelqu'un qui est déjà au Congrès a beaucoup plus à vendre. "

    Trois jours plus tard, Huffington Post a publié mon article sur cette déclaration, intitulée "Jimmy Carter a raison de dire que les Etats-Unis ne sont plus une démocratie", et il avait plus de 60 000 likes sur Facebook (ici l'article est montré un peu plus tôt). il y en avait 56 000) mais HuffPo a réduit ce nombre à son chiffre actuel de 18 000; et cet article s'est avéré avoir été la dernière soumission des 100+ qu'ils ont accepté de moi. Ils ont rejeté toutes mes observations après cela. Aucune explication n'a jamais été donnée, et je n'ai plus jamais rien entendu d'eux.

    L'article scientifique sur le gouvernement américain a examiné 1 779 projets de loi entre 1981 et 2002 et a conclu que seuls les super-riches voulaient devenir loi: «Les préférences de l'Américain moyen semblent avoir seulement un impact minuscule, quasi nul, statistiquement non significatif sur les politiques publiques », ont-ils déclaré. Ce n'est certainement pas une démocratie.

    Il y a eu des spéculations sur la façon dont, historiquement, le gouvernement américain par l'aristocratie (ou, simplement, l'Amérique étant une aristocratie - une règle sur le public par les quelques super-riches, une «oligarchie») a été en vigueur. Avant la présidence de Ronald Reagan, en remontant à l'époque où FDR est mort au pouvoir en 1945 en tant que président, la distribution des revenus et de la richesse était beaucoup plus égale en Amérique qu'elle ne l'était au début de l'entrée de Reagan à la Maison Blanche. la domination subséquente de l'économie de l'offre, qui repose sur la croyance selon laquelle les richesses coulent des quelques riches, au lieu de (selon FDR) d'une manière tirée par la demande, qu'elle s'infiltre parmi les nombreux pauvres. FDR croyait que ce qui motive une économie, ce sont les besoins, pas les produits et les services qui répondent aux besoins. Reagan croyait au contraire, la loi de Say, qui dit que tout ce qui est produit répondra aux besoins (ou du moins aux désirs) - que la production est ce qui motive une économie, et que les besoins (et les désirs) prennent soin d'eux-mêmes. Ainsi, FDR se concentrait sur «l'homme ordinaire» et surtout les pauvres, mais Reagan se concentrait sur les «entrepreneurs» ou les propriétaires d'entreprises. (La classe moyenne n'est pas un problème ici, mais est simplement la partie la plus riche des pauvres.) Historiquement, cela a été le cas: par exemple, la classe moyenne américaine a diminué alors que les pauvres se sont multipliés, mais les 5% les plus riches des gains, et la plus grande partie va au-dessus de 1% ou même moins.Alors: "pauvres" ici comprend la classe moyenne, et, pour se référer à "l'Amérique de la classe moyenne" est maintenant comme se référant à une race en voie de disparition - mais c'est une race de pauvres, pas de riches.)

    RépondreSupprimer
  31. Cependant, la corruption extrême au sommet dans ce pays apparaît plus clairement que jamais dans les documents du gouvernement américain récemment déclassifiés sur l'assassinat de JFK - apparaissant comme ayant commencé beaucoup plus tôt que ce qui était généralement suspecté, commencé au moins à l'époque où le président Kennedy est entré en fonction le 20 janvier 1961. Kennedy s'est retrouvé entouré par le complexe militaro-industriel que son prédécesseur, Eisenhower, avait cultivé alors qu'il était à la Maison Blanche et que "Ike" a hypocritement mis en garde le public américain contre sa sortie de fonction, seulement le 17 janvier 1961 - trois jours avant l'inauguration de Kennedy. Certains de ces gens corrompus étaient ceux que Kennedy lui-même avait amenés. Ils n'étaient pas tous des hold-up d'Ike. Mais Kennedy était apparemment choqué, néanmoins.

    Les débuts de cette corruption profonde remontent peut-être à des taupes du gouvernement (comme les frères Dulles, Averell Harriman et Prescott Bush) qui avaient construit leur carrière après la Première Guerre mondiale en utilisant et en maîtrisant la porte tournante entre le Établissement de politique étrangère du gouvernement et Wall Street.

    À partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, les agents de ces taupes ont mis fin au Bureau des services stratégiques de FDR et ont créé la CIA de Truman. Dès le départ, la CIA était profondément corrompue, comme l'indique clairement le documentaire de la BBC, diffusé en deux heures et demie, en 1992:

    Opération Gladio - Documentaire de 1992 complet BBC

    Selon les témoignages d'anciens membres de la CIA en Europe, la CIA avait engagé des aristocrates européens et avait engagé des fascistes et même des «anciens» nazis pour mettre en place des incidents terroristes en Europe afin d'être blâmés par le public contre les communistes et contre toute entités qui étaient favorables à l'Union soviétique. D'innombrables Européens ont été blessés et tués dans des incidents terroristes qui ont été mis en place par la CIA pour être, fondamentalement, de la propagande anti-communiste. Cette opération de la CIA s'appelait "Gladio", et elle continue à ce jour, même si le communisme lui-même a disparu.

    Par la suite, une vidéo de 50 minutes a été réalisée, qui commence par des interviews de quelques-uns des survivants de ces opérations de la CIA et de l'OTAN, ce qui fait que le documentaire de la BBC est beaucoup plus long:

    Armées secrètes de l'OTAN (2009)

    Lorsque Kennedy devint président, il se retrouva entouré de conseillers qui le pressaient comme le faisait le 22 mars 1962 le frère de John Kennedy et le procureur général des États-Unis, Robert F. Kennedy, lorsque RFK eut une réunion pour discuter de la possibilité de fabriquer aux États-Unis. ou l'acquisition d'avions soviétiques "parce que:

    "Il est possible que de tels avions puissent être utilisés dans une opération de déception destinée à confondre les avions ennemis dans l'air, à lancer une attaque surprise contre des installations ennemies ou à une opération de provocation dans laquelle des avions soviétiques afin de fournir une excuse pour l'intervention américaine. Si les avions devaient être utilisés dans de telles opérations secrètes, il semblerait préférable de les fabriquer aux États-Unis. "

    Et, comme cela (le 12 avril 1962, d'un major général et d'un officier de la CIA - voir à la page 16):

    RépondreSupprimer
  32. "Nous pourrions développer une campagne de terreur cubaine communiste dans la région de Miami, dans d'autres villes de Floride et même à Washington. La campagne de terreur pourrait être dirigée contre les réfugiés cubains en quête de refuge aux États-Unis. Nous pourrions couler une cargaison de Cubains en route vers la Floride (réelle ou simulée). Nous pourrions encourager les tentatives de vie de réfugiés cubains aux États-Unis, même au point de les blesser dans des cas qui seront largement diffusés. Exploser quelques bombes en plastique dans des endroits soigneusement choisis, l'arrestation d'un agent cubain et la publication de documents prouvant l'implication cubaine seraient également utiles pour projeter l'idée d'un gouvernement irresponsable. "

    Même le propre frère de JFK, RFK, et le secrétaire à la Défense, Robert McNamara, et le secrétaire d'Etat Dean Rusk - ainsi que de nombreux reports de l'administration Eisenhower - pensaient que ce genre de chose valait le président des Etats-Unis. Heureusement, JFK ne l'a pas fait.

    Michael Ellison avait vu un peu du document du 12 avril 1962 des décennies plus tôt et il l'avait rapporté le 2 mai 2001 dans le journal britannique The Guardian sous le titre "Memos dévoile un complot de guerre froide américain pour encadrer Castro". Ellison a écrit que "l'idée était un élément dans un plan plus large qui" pourrait être le plan le plus corrompu jamais créé par le gouvernement américain ", affirme James Bamford." Bamford est peut-être le plus grand journaliste et historien du monde. Il a même été surpris en 2001 par le fait que le gouvernement américain, à son plus haut niveau, était principalement composé de personnes qui se creusaient la tête pour trouver des façons de simuler le terrorisme et les attaques soviétiques. Alors que les Etats-Unis et l'OTAN ont un prétexte pour envahir l'Union Soviétique, cela montre combien nous sommes devenus plus cyniques après les mensonges de George W. Bush sur les 'ADM de Saddam' comme prétexte pour envahir et détruire l'Irak. En 2003, John Kennedy a été surpris de le découvrir en 1962, mais James Bamford a été surpris de le découvrir en 2001. Bamford en 2001 n'aurait peut-être pas dit ce qu'il avait dit s'il avait vu le document de 1992 de la BBC. Ce qui a montré que le plus haut niveau de la CIA avait été comme celui-ci depuis le début de la CIA en 1947. Mais avec tant d'histoire derrière nous et qui était encore une information classifiée, et donc non publique, jusqu'en 2001 Bamford a déclaré que le document du 12 avril 1962 décrivait "le plan le plus corrompu jamais créé par le gouvernement américain", nous ne sommes pas du tout surpris aujourd'hui de le découvrir.

    La corruption au sommet du gouvernement américain a depuis longtemps débordé ses banques, dans la conscience du public. Tous les chevaux du roi et tous les hommes du roi ne peuvent pas réconcilier le mythe de la décence du gouvernement américain.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-22/zuesse-americans-are-only-now-beginning-learn-they-live-dictatorship

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) Jimmy Carter a raison de dire que les États-Unis ne sont plus une démocratie" (...)

      Hahahaha ! Les États-Unis n'a JAMAIS été une Démocratie ! JAMAIS ! Éric Zuesse a encore beaucoup à apprendre.

      Supprimer
  33. Les États-Unis peuvent-ils survivre à une attaque EMP ?


    par Tyler Durden
    22 décembre 2017 22:05

    Même s'il ne fait aucun doute qu'une attaque nucléaire contre les États-Unis continentaux serait dévastatrice, ce n'est pas la seule façon pour un État voyou comme la Corée du Nord de tuer des millions de civils américains d'un seul coup.

    Une autre possibilité étudiée par les législateurs et les responsables du Pentagone est - comme la Corée du Nord elle-même - un vestige de la guerre froide. Nous faisons bien sûr référence à une impulsion électromagnétique. En faisant exploser une bombe à hydrogène juste au bon endroit au-dessus de la surface de la Terre, le Nord pourrait endommager de façon permanente le réseau électrique américain - peut-être même le mettre complètement hors ligne. En volant des pans entiers de l'électricité aux États-Unis, le Nord pourrait précipiter des milliers, voire des millions, de décès.

    Le Nord a d'abord menacé une attaque du PEM au cours de l'été, et les médias nord-coréens et son peuple l'ont mentionné plusieurs fois depuis.

    Compte tenu du succès des essais de missiles dans le Nord, le Congrès a augmenté le financement de la Commission d'évaluation de la menace électromagnétique des États-Unis dans le cadre de la Loi sur l'autorisation de défense nationale en septembre dernier.

    Le mois dernier, les agences fédérales et les responsables des services publics ont tenu GridEx IV, un événement biennal où les responsables de centaines d'entreprises locales jouent sur des scénarios dans lesquels le réseau électrique nord-américain pourrait échouer. Sans surprise, avec la menace nord-coréenne imminente, ces discussions ont pris un tout nouveau niveau d'urgence, comme l'explique Bloomberg.

    Cette année, l'événement a pris une urgence supplémentaire compte tenu de l'inquiétude grandissante suscitée par une arme sortant de la guerre froide: une impulsion électromagnétique émanant d'une explosion nucléaire, en particulier celle d'un missile nord-coréen ou d'un satellite détonant au-dessus La terre. Bien que GridEx IV ne pose pas ce scénario exact, les experts de l'industrie admettent qu'il n'y a pas de plan clair pour y faire face.

    Un EMP pourrait endommager les circuits électroniques sur de vastes zones, en fonction de la configuration de l'arme et de la hauteur de son explosion, bien qu'il y ait un désaccord sur l'efficacité d'une telle tactique. Les scientifiques soulignent également qu'une bombe nucléaire qui frappe une cible au sol est beaucoup plus inquiétante. Néanmoins, avec les tests de missiles et d'ogives de plus en plus réussis de la Corée du Nord, le Congrès a décidé de renouveler le financement de la Commission pour évaluer la menace électromagnétique des États-Unis dans le cadre de la Loi sur l'autorisation de défense nationale.

    En septembre, les hauts responsables de la commission ont averti les législateurs que la menace d'une attaque du PEM d'une nation voyou "devient l'une des rares façons qu'un tel pays pourrait infliger des dommages dévastateurs aux Etats-Unis".

    Les participants à GridEx IV ont déclaré que l'utilisation d'un PGE, aussi improbable soit-il, a été à l'ordre du jour. Lisa Barton, vice-présidente exécutive de l'unité de transmission d'American Electric Power Co. basée à Columbus, Ohio, a déclaré que l'Electric Power Research Institute, une branche de la recherche industrielle, analysait le risque. Un rapport de l'EPRI publié cette semaine a souligné que des dégâts considérables étaient effectivement possibles suite à une telle attaque.

    RépondreSupprimer
  34. Le consensus n'était guère rassurant. Quelle serait l'ampleur d'une attaque EMP ? Eh bien, personne ne peut dire à coup sûr. Mais selon un rapport de l'Electric Power Research Institute, un EMP pourrait facilement déclencher un «événement de masse», même si son impact était limité à une région spécifique, comme l'a suggéré l'une de leurs simulations ...

    Pourtant, le rapport EPRI dresse une image difficile à ignorer. Des simulations ont montré que faire exploser une arme nucléaire à environ 250 miles au-dessus de la Terre avec une bombe de 1,4 mégatonne, presque 100 fois plus puissante que celle larguée sur Hiroshima, réduirait probablement la tension régionale, affectant plusieurs états mais pas l'ensemble des réseaux occidentaux. "Aucun des scénarios qui ont été évalués n'a abouti à un effondrement du réseau à l'échelle nationale", indique le rapport. Le temps de récupération d'un PSE à haute altitude dépendrait des dommages à l'équipement, ce que l'EPRI a déclaré qu'il prévoit d'étudier l'année prochaine et de «développer des options rentables pour l'atténuation».

    Heureusement, les opérateurs des réseaux électriques américains ont une certaine expérience dans l'élaboration de scénarios d'intervention d'urgence pour un PGE. En fait, un EMP imiterait essentiellement les effets d'une éruption solaire extrêmement puissante. Les opérateurs de réseaux électriques sont constamment à l'affût des fusées éclairantes et ont théorisé les améliorations qui pourraient être nécessaires pour rendre les réseaux électriques totalement résistants.

    PJM Interconnection LLC, opérateur du réseau électrique desservant un cinquième de la population américaine, a beaucoup d'expérience dans la protection des systèmes contre l'activité solaire. PJM a également travaillé avec des propriétaires de transmission pour se protéger contre d'autres menaces, dont beaucoup ont deux caractéristiques spécifiques: faible probabilité et potentiel élevé de catastrophe, a déclaré Mike Bryson, vice-président des opérations de Valley Forge, opérateur basé en Pennsylvanie. Un EMP est l'un d'entre eux.

    Les compagnies d'électricité ont pris quelques mesures pour se protéger contre les interférences électromagnétiques. Certains exploitants de réseaux et propriétaires d'infrastructures de transmission mettent en place des enceintes dites de Faraday, des boucliers de matériaux conducteurs utilisés pour protéger les équipements et les installations électroniques. Les services publics ont également commencé à stocker des pièces de rechange pour remplacer celles qui sont endommagées par un événement EMP, des tempêtes ou d'autres catastrophes.

    "Je ne pense pas que nous ayons l'illusion que nous allons l'empêcher", a déclaré Bryson dans une interview. "C'est vraiment le travail du gouvernement."

    Les fortifications coûteuses connues sous le nom de cages de Faraday pourraient aider à diffuser le pouls d'énergie, l'empêchant peut-être de submerger un réseau électrique. Une autre option consisterait à installer des systèmes de contrôle automatisés qui réguleraient la réponse du réseau à un PGE, ce qui permettrait éventuellement de le récupérer plus rapidement.

    RépondreSupprimer
  35. Duke Energy Corp., l'un des plus importants propriétaires de services publics du pays, travaille avec EPRI pour étudier sa menace pour l'infrastructure civile. Lee Mazzocchi, vice-président senior des solutions de réseau chez Duke, a déclaré: «Nous voulons vraiment utiliser la science et la recherche pour valider si et dans quelle mesure une menace du PEM pourrait exister.

    Jon Rogers, un scientifique de Sandia National Laboratories, étudie la menace depuis les années 1990. Le laboratoire a examiné comment les systèmes de contrôle automatisés pouvaient aider les systèmes à se rétablir. Rogers a fait remarquer que le réseau est déjà équipé de parafoudres qui protègent contre les impacts, ce qui pourrait être utile dans le cas d'un EMP. "Il y a des questions ouvertes", a-t-il dit.

    "De retour dans la guerre froide, nous nous sommes inquiétés des échanges massifs à l'époque avec le bloc soviétique", a déclaré Rogers. «Les attaques ciblées sur des éléments spécifiques de l'infrastructure sont considérées comme plus probables, y compris« l'utilisation d'un PEM sans passer au nucléaire », a ajouté Jeff. Engle, vice-président du gouvernement et des affaires juridiques pour United Data Technologies, une entreprise de services de sécurité.

    "La technologie EMP elle-même a progressé avec des appareils de plus en plus petits, plus efficaces", a déclaré Engle, qui a refusé de donner des exemples précis. Dans le même ordre d'idées, la position de l'industrie a consisté à se préparer à des PEM moins intenses dus à des éclairs irréguliers, à des éruptions solaires et, éventuellement, à des attaques localisées.
    Les chercheurs de l'Edison Electric Institute croient qu'un PEM serait extrêmement dommageable pour une vaste gamme d'infrastructures critiques ...

    Pour les PGE résultant des explosions nucléaires, l'Edison Electric Institute, un groupe industriel, a déclaré que les effets possibles ne sont pas entièrement compris et que les solutions proposées restent non prouvées et peu pratiques.

    "D'autres secteurs de l'économie seront probablement touchés par une attaque nucléaire du PEM, y compris d'autres secteurs d'infrastructures critiques dont dépend le secteur électrique", a déclaré le groupe dans un document de 2015 intitulé "Pulses électromagnétiques" (PEM):

    Mythes contre faits. "Il est peu logique de protéger le réseau électrique en ignorant ces autres secteurs d'infrastructures essentielles."
    ... Mais les coûts d'une telle attaque seraient astronomiques - comme l'a dit un scientifique. Rendre l'ensemble du réseau électrique américain à l'abri d'un EMP coûterait des centaines de millions, voire des milliards de dollars.

    RépondreSupprimer
  36. Richard Mroz, président du Conseil des services publics du New Jersey, a averti que le coût de la prévention des pannes généralisées d'un EMP serait "astronomique". Placer des transformateurs ou des sous-stations dans des cages blindées coûterait des centaines de millions de dollars Les actifs critiques d'un système de distribution comme celui du New Jersey pourraient atteindre des milliards de dollars.

    "Gérer ce genre de menace en ce moment-personne n'a vraiment les ressources pour le faire", a déclaré Mroz.
    Comme nous l'avons signalé en octobre, un expert a déclaré au Congrès qu'un EMP pourrait tuer 90% de la population américaine. Les gens qui ont vécu le black-out de New York en 1977 se rappelleront comment les pillages et le crime ont explosé alors que les lumières étaient éteintes. Un phénomène similaire se produirait probablement à la suite d'un PGE, car les forces de l'ordre seraient entravées et impuissantes à contenir un comportement criminel.

    Pensez à la façon dont les ouragans Irma et Maria ont dévasté Porto Rico en détruisant toute l'infrastructure de communication et d'électricité. Trois mois plus tard, il n'a pas encore été entièrement restauré. Pendant ce temps, le nombre de victimes des tempêtes est en voie d'éclipser les milliers de personnes qui sont mortes lors de l'ouragan Katrina.

    ... Imaginez maintenant ce scénario qui se joue sur toute la côte atlantique ...

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-22/can-us-survive-emp-attack

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne s'agit pas là d'évoquer la venue d'un super-missile lointain porteur d'EMP, mais d'une approche tout-à-fait discrète qui consiste à envahir un pays - non pas avec de la poudre blanche ou des armes de gros calibres - mais avec l'EMP. L'EMP partout. Aux quatre coins des USA !

      Jetez un œil sur le site 'VENTUSKY' et voyez ce qui se prépare. Maintenant, imaginez une coupure d'électricité... Vous y êtes ? Bêh voilà. Tous morts.
      La dictature dire "C'est pas nous !' (c'est Gakona !).

      Supprimer
  37. Un rapport de l'EPRI suggère des ruptures de réseau régionales résultant d'une impulsion électromagnétique à haute altitude

    20 décembre 2017

    PALO ALTO, Californie (20 décembre 2017) - Une nouvelle étude sur le risque potentiel pour le réseau électrique américain d'un événement d'impulsion électromagnétique à haute altitude (HEMP) suggère que l'interruption de service due à l'impulsion de fin de se limiter à un niveau régional et ne déclencherait pas une défaillance du réseau national.

    Le rapport de l'EPRI (Electric Power Research Institute) se concentre sur l'interruption probable du service sur le réseau électrique à partir de la détonation d'une arme nucléaire au-dessus de la surface de la Terre. Un tel événement libérerait des impulsions électromagnétiques distinctes qui pourraient perturber le flux d'électricité sans la destruction physique généralisée et les retombées radioactives provenant des attaques nucléaires ciblées au sol.

    Trois types d'impulsions électromagnétiques susceptibles d'avoir un impact sur le réseau électrique sont: une impulsion de courte durée de grande amplitude (E1), une impulsion intermédiaire similaire à la foudre (E2) et une composante de fin de période (E3), similaire à événement de perturbation géomagnétique grave. Ce rapport le plus récent a évalué les effets de l'impulsion E3.

    EPRI a conduit 11 simulations différentes d'un événement HEMP à travers les États-Unis. Cinq des simulations auraient déclenché une panne d'électricité régionale affectant potentiellement plusieurs états. Deux auraient conduit à des échecs plus localisés.

    Le rapport a également identifié des étapes qui pourraient potentiellement limiter l'impact de l'E3 lors d'un événement HEMP. Ces étapes comprennent: l'installation de technologies pour réduire ou bloquer le flux de courants induits géomagnétiquement (GIC) ou l'ajout de commandes pour déconnecter automatiquement les charges du système d'alimentation pendant l'événement.

    Le rapport de l'EPRI, Magnetic Hydrodynamique Pulse (MHD-EMP) Évaluation de la grille électrique continentale américaine: Analyse de stabilité de tension a appelé à une étude plus approfondie pour déterminer les effets combinés de E1, E2 et E3 sur le réseau électrique.

    "Ce rapport est une autre étape dans la fourniture de la base technique nécessaire avant qu'une stratégie efficace pour atténuer les effets du HEMP puisse être développée", a déclaré le président et chef de la direction de l'EPRI, Michael W. Howard. "Nous continuerons sur cette voie alors que nous identifions et testons des mesures rentables pour réduire la vulnérabilité du réseau à un événement HEMP."

    Le rapport publié aujourd'hui était la deuxième des deux principales études EPRI sur l'impact potentiel de l'E3 d'un événement HEMP. Le premier rapport publié en février mettait l'accent sur le risque de dommages thermiques sur les transformateurs de puissance en vrac à la suite d'un seul événement HEMP. Il a conclu que trois à quatorze des transformateurs seraient exposés à des dommages thermiques.

    RépondreSupprimer
  38. Les simulations d'E3 ont supposé un événement impliquant une bombe de 1,4 mégatonne explose 400 kilomètres (approximativement 250 milles) au-dessus de la terre. Une bombe de 1,4 mégatonne aurait la puissance explosive de 1,4 million de tonnes de dynamite, près de 100 fois plus que la bombe nucléaire larguée sur Hiroshima. L 'impulsion électromagnétique utilisée dans cette étude est basée sur les données d' un test atmosphérique réalisé par le gouvernement américain en 1962 (Starfish Prime).

    "Prises ensemble, les deux études EPRI ont considérablement augmenté notre compréhension de l'impact d'une impulsion E3 sur le réseau électrique.Même si les résultats devraient aider à apaiser nos pires craintes, nous avons encore beaucoup à apprendre", a déclaré Rob Manning, vice-président de Transmission et de Distribution à l'EPRI. "Il est important de s'appuyer sur ces analyses pour identifier et tester des moyens de limiter les impacts de ces légumineuses sur tous les principaux composants et systèmes de la grille."

    La dernière évaluation E3 indiquait également que l'ampleur de la panne de courant provoquée uniquement par une impulsion E3 serait cohérente avec les événements précédents de grande envergure, mais les temps de récupération pourraient être affectés par des dommages à l'électronique critique et autres équipements et systèmes causés par E1. ou des impulsions E2 déclenchées par le même événement HEMP. Les futures études EPRI examineront ces problèmes.

    La recherche EPRI se poursuit en partenariat avec National Labs et le ministère de l'Énergie, cherchant à identifier les impacts potentiels des impulsions électromagnétiques à haute altitude sur le système d'alimentation en vrac et à développer des options rentables pour atténuer les impacts potentiels. La recherche EPRI en 2018 se concentrera sur:

    Modélisation des effets de E1 et E2 sur l'infrastructure électrique et développement de la capacité à simuler les effets combinés de E1, E2 et E3;
    Développer des scénarios E1 et E3 supplémentaires non classifiés et des capacités de modélisation pouvant être utilisés pour effectuer des évaluations de systèmes d'alimentation en masse;
    Tester la résilience des dispositifs électroniques intelligents lors d'un événement HEMP; et,
    Recherche et développement de moyens rentables de limiter les impacts d'un HEMP.


    À propos de l'EPRI:
    L'Institut de recherche en énergie électrique, Inc. (EPRI, www.epri.com) mène des activités de recherche et de développement liées à la production, à la livraison et à l'utilisation de l'électricité pour le bénéfice du public. Une organisation indépendante à but non lucratif, EPRI rassemble ses scientifiques et ingénieurs ainsi que des experts du monde universitaire et de l'industrie pour aider

    https://www.epri.com/#/pages/pr/EPRI%2520Report%2520Suggests%2520Regional%2520Grid%2520Disruptions%2520Resulting%2520%2520From%2520a%2520High-Altitude%2520Electromagnetic%2520Pulse

    RépondreSupprimer
  39. Silicon Valley Obscénité - 1 à 4 personnes sont dans l'"Insécurité alimentaire"

    par Tyler Durden
    22 décembre 2017 21:25


    Au cours des années qui ont suivi l'éclatement de la première bulle Internet, la Silicon Valley est devenue emblématique de l'inégalité croissante des richesses qui rend la vie de plus en plus inabordable pour des millions d'Américains de la classe ouvrière et de la classe moyenne.

    Et tandis que la création de richesse sans précédent dans la région a contribué à enrichir des centaines de milliers de techniciens et d'entrepreneurs, pratiquement tous les autres dans la région - des étudiants aux cafétérias et aux concierges qui desservent les sièges sociaux des entreprises technologiques comme Google et Facebook. a souffert de la hausse des loyers et d'un coût de la vie qui dépasse de loin l'inflation salariale.

    Maintenant, une étude a révélé que plus d'un résident de la Silicon Valley sur quatre souffre d'insécurité alimentaire, ce qui signifie qu'ils ne mangent pas au moins un repas ou qu'ils manquent de ressources financières, selon des chercheurs de la banque alimentaire Second Harvest.

    En utilisant des centaines d'entrevues communautaires et la modélisation des données, une nouvelle étude suggère que 26,8 % de la population - près de 720 000 personnes - rencontrent cette désignation ignominieuse. De plus, près du quart sont des familles avec enfants.

    «Nous l'appelons le paradoxe de la Silicon Valley», explique Steve Brennan, directeur du marketing de la banque alimentaire. «À mesure que l'économie s'améliore, nous semblons servir plus de gens.» Depuis la récession, Second Harvest a vu la demande grimper de 46 %.

    The Guardian a interviewé des résidents locaux qui se qualifient d'insécurité alimentaire pour une histoire sur l'écart de richesse qui s'aggrave dans l'une des régions les plus riches des États-Unis.

    Karla Peralta est entourée de nourriture. En tant que cuisinière à la cafétéria de Facebook, elle passe ses journées à préparer des repas gratuits pour le personnel de la firme de technologie. Elle a travaillé dans les cuisines pendant la majeure partie de ses 30 années aux États-Unis, construisant une vie dans la Silicon Valley en tant que mère célibataire élevant deux filles.

    Mais à la maison, la nourriture est une histoire différente. La hausse des loyers de la région et le coût élevé de la vie signifie que même avec un emploi à temps plein, mettre de la nourriture sur la table n'a pas été simple. Au fil des ans, elle a eu de la difficulté à faire ses courses - à un moment donné, elle a nourri sa famille de trois avec des coupons alimentaires de 75 $ par semaine, soit à peu près la moitié du budget alimentaire économe du gouvernement. "Je pensais, quand est-ce que je vais passer à travers cela ?" dit-elle.

    RépondreSupprimer
  40. Dans une région réputée pour sa culture gastronomique, où les nantis peuvent manger des steaks mouchetés d'or, des menus dégustation à 500 $ et des miches de pain à 29 $, la faim est alarmante, selon une nouvelle étude partagée exclusivement avec le Guardian.

    Selon le Guardian, la banque alimentaire est littéralement au centre du boom de la Silicon Valley - à la fois littéralement et au figuré. Il se trouve à un kilomètre du siège de Cisco et compte parmi ses principaux donateurs Sheryl Sandberg de Facebook. Mais le besoin qu'elle sert est exacerbé par la richesse de cette industrie; Alors que les entreprises de haute technologie prennent de l'expansion, le coût de la vie augmente pour tous les autres.

    Comme nous l'avons souligné, certains des locataires les plus chers du pays se sentent exclus de la région de la baie de San Francisco et recherchent des solutions de rechange moins coûteuses comme vivre dans leur voiture ou faire la navette tous les deux heures pour aller travailler dans les deux sens .

    Tout cela se produit alors que le Nasdaq - qui comprend de nombreux géants de la technologie comme Facebook, Google et Apple basés dans la région - a atteint un record historique de plus de 7 000 lundi.

    L'insécurité alimentaire accompagne souvent d'autres indicateurs de pauvreté, tels que le sans-abrisme. San Jose, la plus grande ville de la Silicon Valley, comptait plus de 4 000 personnes sans abri lors d'un récent recensement.

    Pour des travailleurs comme Karla Peralta - l'employée de la cafétéria Facebook qui a partagé l'histoire de ses luttes quotidiennes avec le Guardian - il y a une division nette entre les employés techniques bien payés de Facebook et d'autres comme elle qui travaillent sous contrat.

    Pire encore, de nombreux travailleurs comme Peralta se retrouvent embourbés dans une zone grise inconfortable: ils font trop pour être admissibles à l'aide gouvernementale, mais pas assez pour s'en sortir.

    Ces jours-ci Peralta gagne trop pour se qualifier pour les bons d'alimentation, mais pas assez pour ne pas s'inquiéter. Elle paie 2 000 $ par mois - soit les trois quarts de son salaire - pour louer le petit appartement qu'elle partage avec sa plus jeune fille. «Même pour nous deux, c'est toujours difficile.» Une fois par mois, elle prend des provisions à la banque alimentaire pour compléter ce qu'elle achète au magasin.

    Elle n'est pas du genre à se plaindre, mais reconnaît le vaste fossé qui sépare les besoins des employés de Facebook et ceux des contractuels comme elle. "La première chose qu'ils font [pour les employés de Facebook] est de vous acheter un iPhone et un ordinateur Apple, et tous ces autres avantages", elle rit. "C'est comme, wow."

    RépondreSupprimer
  41. Second Harvest est la seule banque alimentaire desservant la Silicon Valley. C'est aussi l'un des plus grands du pays. Au cours d'un mois donné, il fournit des repas à 257 000 personnes. Il a servi 66 millions de livres de nourriture l'année dernière. Lorsque le Guardian a visité son caverne, 75 000 pieds carrés d'espace d'entrepôt principal, des boîtes de produits tendus jusqu'au plafond. Les lumières de bande ont illuminé des caisses de concombres et des palettes de patates douces avec une lueur froide. Les volontaires dans PayPal T-shirts emballés des choux et des pommes qui sont arrivés dans des boîtes aussi grandes que des pataugeoires, tandis que dans les dindes-walk-in attendaient de décongeler.

    Pour les riches techniciens de la Silicon Valley, les luttes des centaines de milliers de travailleurs pauvres de la région sont souvent invisibles.

    "Souvent, nous pensons à quelqu'un qui a faim, le sans-abri traditionnel", a déclaré Brennan. "Mais cette étude met en lumière les sans-abri non-traditionnels: les gens qui vivent dans leur voiture ou dans un garage, les travailleurs qui doivent choisir entre le loyer et la nourriture, les personnes sans accès à une cuisine."

    Il a ajouté: «Vous ne pensez pas quand vous prenez vos chemises de nettoyage à sec, ou faire votre aménagement paysager, ou aller au restaurant, ou prendre soin de votre enfant, est-ce que cette personne a faim?» Il est très facile de supposer ils vont bien."

    Le coût du logement est l'un des principaux facteurs de l'inégalité - et la principale raison pour laquelle de nombreux travailleurs de la région sont forcés d'avoir faim. Dans le comté de Santa Clara, le prix médian d'une maison familiale a atteint un nouveau sommet de 1,125 million de dollars, tandis que l'offre de maisons continue de diminuer. Une famille de quatre personnes gagnant moins de 85 000 $ est maintenant considérée comme un faible revenu. Pendant ce temps, le revenu médian aux États-Unis est inférieur à 60 000 $.

    Ces réalités entraînent une réduction de l'insécurité alimentaire en fonction de la race, de l'âge et du statut professionnel.

    Les communautés minoritaires de la Bay Area ont été les plus durement touchées.

    Selon Vicky Avila-Medrano, spécialiste de la connexion alimentaire, la communauté latino-américaine «traverse une période difficile». Elle dirige un programme qui envoie les usagers actuels et anciens des banques alimentaires dans la communauté, qui a été touchée de façon disproportionnée par la crise du coût de la vie.

    "Ici, dans la Silicon Valley, nous avons un gros problème. C'est un bel endroit où vivre pour les gens de l'industrie de la technologie, mais nous ne travaillons pas dans cette industrie. "
    Bien sûr, les problèmes posés par la hausse des loyers ne sont pas uniques à la région de la baie de San Francisco. Comme nous l'avons noté en octobre, les coûts de location augmentent plus vite que le revenu disponible pendant 22 mois consécutifs. En septembre, le loyer a augmenté davantage le revenu disponible qu'à aucun autre moment de l'histoire.

    RépondreSupprimer
  42. Tout cela souligne l'hypocrisie de la région ultra-libérale de Bay. Tandis que les travailleurs techniques bien nantis rejettent toute personne qui s'oppose à leur vision étroite du monde au nom du progrès, beaucoup de ces mêmes travailleurs dérivent dans leurs routines quotidiennes ignorant en grande partie les circonstances désastreuses des gens qui s'occupent du nettoyage à sec et préparent leur nourriture. .

    Google a licencié l'ancien ingénieur James Damore pour avoir publié une lettre ouverte soulignant les failles du programme de recrutement de la société.

    Pendant ce temps, les plus de 10 000 employés qui travaillent au Googleplex à Mountain View, en Californie sont parmi les plus grands contributeurs à l'inégalité de la richesse dans la région.

    Bien que nous soyons sûrs que l'insistance de la Bay Area sur l'égalité sociale au travail est bien intentionnée, les progrès ne nourriront pas les travailleurs pauvres.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-19/one-four-silicon-valley-residents-food-insecure

    RépondreSupprimer
  43. Le rapport Bombshell révèle que jusqu'à 30% des détenus sous responsabilité fédérale sont des immigrants illégaux

    par Tyler Durden
    22 décembre 2017 20h45


    Le Department of Homeland Security (DHS) a publié ses conclusions sur le statut d'immigration des détenus de la prison fédérale, comme prévu dans un décret controversé signé pendant la première semaine du président Trump à la Maison Blanche. Le rapport révèle que sur les 37 557 immigrants confirmés dans le système carcéral fédéral, 35 334 (94%) se trouvent illégalement aux États-Unis, ce qui signifie que sur un total de 185 507 personnes incarcérées au fédéral, plus de 19% sont des immigrants illégaux confirmés. qui, en 2014, a coûté 1,87 milliard de dollars aux contribuables américains.

    Il convient de noter que le chiffre de 19% est basé sur les illégaux connus dans les prisons fédérales - tandis que 58 766 personnes sont «connues ou soupçonnées» d'être illégales. Si nous appliquons le taux illégal confirmé de 94% à la population «connue ou soupçonnée», cela porte le nombre total d'immigrants illégaux incarcérés à 55 240 - soit 30% des incarcérations fédérales.

    (DHS Alien Incarceration Report, T4 2017)

    Le rapport souligne également que la population carcérale fédérale est d'environ 10%, avec des installations étatiques et locales contenant la grande majorité des personnes incarcérées aux États-Unis.

    "Le peuple américain mérite un système légal d'immigration qui serve l'intérêt national", a déclaré le procureur général Jeff Sessions, ajoutant: "Mais à la frontière et dans les communautés à travers l'Amérique, nos citoyens sont victimes d'étrangers illégaux qui commettent des crimes. Nous savons que, d'après les données sur la détermination de la peine, les non-citoyens commettent un nombre considérablement disproportionné d'infractions liées à la drogue, ce qui contribue à notre crise nationale de l'abus de drogues. un étranger criminel est en fin de compte évitable. "

    De façon prévisible, les groupes de défense des droits des immigrants ont eu un problème majeur avec le rapport, revendiquant le racisme et manipulant des données.

    "Le rapport prouve une seule chose: l'administration saisira toutes les occasions de déformer les faits pour diaboliser les immigrés", a déclaré Tom Jawetz, vice-président de la politique d'immigration du très libéral Center for American Progress. sont là pour les crimes que seuls les immigrants peuvent être accusés - entrée illégale et entrée illégale après le retrait.Lorsque vous cuisinez les livres, vous ne devez pas prétendre être surpris par les résultats. "

    Le décret du 25 janvier, 13768; «Améliorer la sécurité publique à l'intérieur des États-Unis» a été conçu pour utiliser toutes les ressources disponibles pour expulser les personnes incarcérées illégales et appliquer les lois existantes en matière d'immigration. L'ordre stipule: «Nous ne pouvons pas exécuter fidèlement les lois sur l'immigration des États-Unis si nous excluons des classes ou des catégories d'étrangers amovibles de l'exécution potentielle.Le but de cet ordre est d'ordonner aux ministères et organismes exécutifs d'employer tous les moyens légaux les lois sur l'immigration des États-Unis. "

    RépondreSupprimer
  44. L'ordre appelle à l'embauche de 10.000 agents d'immigration supplémentaires, permet d'infliger des amendes et des sanctions aux étrangers illégaux, permet aux forces de l'ordre locales et nationales d'agir en tant qu'officiers de l'immigration, et retire l'argent des villes sanctuaires. un juge de Chicago et jugé inconstitutionnel par le comté de Santa Clara, juge CA William Orrick III.

    Ce qui n'a pas été tué par les juges militants, cependant, était le mandat de l'exécutif de fournir des rapports trimestriels sur les immigrants incarcérés. L'EO se lit comme suit:

    Afin de promouvoir la transparence et la connaissance de la situation des étrangers criminels aux États-Unis, il est ordonné au secrétaire et au procureur général de recueillir des données pertinentes et de fournir des rapports trimestriels sur ce qui suit:

    a) le statut d'immigration de tous les étrangers incarcérés sous la surveillance du Federal Bureau of Prisons;

    b) le statut d'immigration de tous les étrangers incarcérés en tant que détenus avant jugement fédéraux sous la supervision du Service des commissaires des États-Unis; et

    c) le statut d'immigration de tous les étrangers condamnés incarcérés dans les prisons d'État et les centres de détention locaux des États-Unis.
    L'Ordre prévoit également des mesures d'exécution, qui «donneront la priorité à l'élimination des étrangers décrits par le Congrès ... ... extraterrestres amovibles qui:

    a) Avoir été reconnu coupable d'une infraction pénale;

    (b) ont été accusés d'une infraction criminelle, lorsque cette accusation n'a pas été résolue;

    c) Avoir commis des actes constituant une infraction pénale passible de poursuites;

    (d) Avoir commis une fraude ou une fausse déclaration intentionnelle relativement à une affaire officielle ou une demande devant un organisme gouvernemental;

    (e) Avoir abusé de tout programme lié à la réception d'avantages publics;

    f) font l'objet d'une décision définitive de révocation, mais qui n'ont pas respecté leur obligation légale de quitter les États-Unis; ou

    (g) Dans le jugement d'un agent d'immigration, poser un risque pour la sécurité publique ou la sécurité nationale.

    L'une des questions les plus importantes à présent est de savoir ce que Jeff Sessions, en apparence somnambule, fera à ce sujet.

    RépondreSupprimer
  45. En mai, Sessions a annoncé l'expansion et la modernisation du Programme d'audiences institutionnelles du ministère de la Justice, qui est responsable des audiences d'expulsion des personnes incarcérées. Les mesures visent à accélérer la déportation des immigrants illégaux reconnus coupables de crimes, ce qui, selon les sessions, accélérera le processus en retirant l'immigrant criminel dès que sa peine est terminée - par opposition à les envoyer dans un autre établissement pour attendre déportation.

    "Nous devons au peuple américain de veiller à ce que les étrangers illégaux qui ont été reconnus coupables de crimes et qui purgent une peine dans nos prisons fédérales soient rapidement expulsés de notre pays comme la loi l'exige", a déclaré M. Sessions dans un communiqué.

    La proposition de mai des Sessions a établi 14 prisons fédérales et six installations contractuelles pour les procédures d'expulsion, ce qui, selon le procureur général, est une priorité pour l'avenir.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-22/bombshell-dhs-report-reveals-30-federal-inmates-illegal

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Tant qu'il s'agit d'aller assassiner des millions de femmes d'enfants et d'hommes sans arme en pays étrangers, là, l'US montre sa supériorité. Mais, quand il s'agit de lutter contre les terroristes qui habitent aux USA... là...

      Supprimer
  46. "Le monde est criminellement corrompu et brisé" - Une conversation de dîner surprenante avec la jeune génération


    par Tyler Durden
    22 décembre 2017 18:25
    Auteur de Mike Krieger via le blog Liberty Blitzkrieg,


    Vêtue de velours rouge, elle piétinait sous ses pieds imprudents les fleurs égarées tombées des autres têtes, et tendait aux deux amies un salivier avec des mains imprudentes. Les bras blancs se détachaient en relief sur le velours. Fier de sa beauté; fière (qui sait?) de sa corruption, elle était comme une reine du plaisir, comme une incarnation de la jouissance; la jouissance qui vient de gaspiller les accumulations de trois générations; qui se moque de ses progéniteurs et se moque d'un cadavre; cela dissoudra les perles et détruira les trônes, transformera les vieillards en garçons, et rendra les jeunes hommes prématurément vieux; la jouissance n'est possible qu'aux géants fatigués de leur pouvoir, tourmentés par la réflexion, ou pour qui la lutte est devenue un jouet.
    - Honore De Balzac, La peau magique

    Je ne sors pas beaucoup de choses ces jours-ci, mais hier soir, j'ai eu une conversation vraiment engageante et éclairante. Était présent un 47 ans investisseur immobilier commercial et un autre résident de Boulder avec qui je suis devenu ami, un joueur de poker professionnel de 32 ans qui cherche à déménager ici, et un fondateur de start-up technologique de 28 ans. Même si je n'avais pas rencontré les jeunes participants auparavant, il est devenu évident que tout le monde était très intelligent et très impliqué dans le monde qui les entourait.

    Nous avons discuté de la religion, de la philosophie, des atouts crypto, de l'importance de la nature pour les humains, des voyages et plus encore. Cela dit, la raison pour laquelle j'écris ce post est due à certaines des observations générationnelles que j'ai rencontrées. Il a confirmé la thèse globale que j'ai discutée en détail dans le post du mois dernier, The Generational Wheels Are Turning.

    Voici quelques passages de cette pièce pour vous rafraîchir la mémoire:

    La génération des baby-boomers, qui a dominé tant d'aspects de notre pays pendant tant de décennies - y compris la narration générale de tout - se dirige enfin vers le soleil couchant.

    Ce n'est pas tellement qu'ils expirent physiquement, mais leur influence commence à décliner de manière significative. Ce n'est pas encore tout à fait évident puisque notre monde continue d'être défini par les institutions et les idéaux qu'ils défendaient, mais dans le cœur et l'esprit de tant de personnes, en particulier les jeunes générations, le monde qu'ils nous ont légué est désespérément corrompu, archaïque être déplacé assez rapidement.
    Alors que je dînais hier soir, j'ai essayé d'écouter le plus fidèlement possible comment les plus jeunes voyaient le monde et où il se dirigeait.

    RépondreSupprimer
  47. Je ne dirais pas que leur vision de l'avenir était extrêmement optimiste, mais il n'y avait pas non plus de crainte ou de pessimisme. Il y avait une ambiance de, ouais notre génération a été foutue, le gouvernement craint et il en va de même de toutes ces institutions corrompues, mais nous allons sortir et faire de notre mieux. J'ai remarqué cette vision du monde de manière constante au fil des années, à partir de gens environ dix ans plus jeunes que moi, c'est-à-dire le cœur de la génération du millénaire. Non seulement ma femme est-elle dans ce groupe d'âge, mais beaucoup de mes amis proches le sont aussi à l'heure actuelle, et cette philosophie a été assez constante d'après mon expérience.

    Ils ne font pas confiance au gouvernement, aux entreprises ou à toute personne ayant le pouvoir de faire la bonne chose. C'est pourquoi ils n'ont pas acheté avec enthousiasme le kool-aid de Hillary Clinton, bien qu'ils n'aient pas aimé Donald Trump non plus.

    Il semble que le fait d'être poussé à l'âge adulte avec un emploi terrible et les perspectives salariales ont entraîné une très bonne dose de cynisme sur la façon dont les choses fonctionnent. Il y a une très claire appréciation que le monde comme les fonctions aujourd'hui est criminellement corrompu et brisé.



    Quand je sors et que je discute avec des personnes de mon âge et plus, je remarque un ton complètement différent de ce que je fais lorsque je m'engage avec les jeunes générations. Une chose est limpide. Les plus vieux de mes amis ne pensent pas seulement que le statu quo frappera des forces extrêmement perturbatrices comme Bitcoin et les actifs crypto, ils pensent aussi que le statu quo va gagner. Ils s'attendent à un retour à l'étalon-or, ou à une monnaie numérique mondiale mon- diale du FMI, pour fournir un cadre au système de monnaie de réserve post-dollar. D'une manière générale, la plus grande différence entre les deux groupes est que l'on s'attend à ce que la structure de pouvoir actuelle survive habilement à cette période actuelle, tandis que les jeunes pensent que le monde peut et sera fondamentalement changé pour le mieux. Tu sais dans quel camp je suis.

    D'une manière générale, les personnes âgées ont tendance à être fortement ancrées dans le paradigme du monde tel qu'il existe, tandis que les plus jeunes sont naturellement plus ouverts aux perturbations et aux bouleversements massifs. Je dirais que la jeune génération actuelle est encore plus disposée à renverser la situation et à construire des structures entièrement nouvelles que la plupart des gens réalisent. La popularité des actifs crypto parmi cette génération n'est qu'une manifestation de ce désir. Cela ne veut pas dire que les optimistes sont naïfs et s'attendent à ce que ce soit une transition en douceur sans se battre, mais c'est à dire que nous croyons au niveau du paradigme, un changement positif est non seulement possible, mais probable. Ce qui est précisément l'attitude que vous devez avoir si vous voulez gagner. Si vous allez dans une bataille en espérant perdre, le résultat est évident.

    RépondreSupprimer
  48. Ce qui m'intéressait le plus était la réaction du plus jeune membre de la table au sujet de l'or. Il a dit quelque chose comme: «Je reçois la thèse de l'investissement, je comprends le concept, mais ce n'est pas quelque chose qui m'intéresse.» Il a ensuite expliqué pourquoi.

    Il l'a comparé à l'achat d'un bien, en le serrant fort, et en attendant que le monde brûle autour de lui pour en tirer profit. Cela m'a bouleversé parce que j'ai entendu exactement le même sentiment, presque mot pour mot, d'autres personnes de son âge auparavant. Ils ont de l'or et ils comprennent la thèse de l'investissement, mais ils ne s'y intéressent tout simplement pas pour des raisons très spécifiques et intéressantes. Beaucoup de personnes âgées pensent que les millénaires agissent simplement de manière stupide et naïve avec leur intérêt pour les actifs crypto. Ils pensent que ces enfants ne connaissent rien de l'histoire de l'or ou de l'argent, c'est pourquoi ils sont attirés par ces nouvelles formes numériques de valeur, mais si vous leur parlez vraiment, vous verrez que ce n'est pas le cas. J'ai eu trop d'expériences comme celle décrite ci-dessus avec des millénaires intelligents et conscients pour être de plus en plus confiant de cette conclusion.

    Cela m'a rappelé ce que j'ai écrit le mois dernier:

    C'est là que beaucoup de personnes âgées qui comprennent à quel point le système actuel est frauduleux et terminal semblent se laisser distraire. Pour eux, la prochaine étape logique lorsque nous entrons dans un nouveau système financier doit être de passer par l'or. Beaucoup plus ridiculement, certaines personnes poussent même l'idée spectaculairement idiote qu'un SDR deviendra la monnaie mondiale acceptée de l'avenir. Bien que je ne prétende pas savoir exactement comment les choses se dérouleront, j'essaie de garder l'esprit ouvert, alors que d'autres rejettent avec arrogance Bitcoin complètement.

    Ce n'est pas une coïncidence si beaucoup de ceux qui sont particulièrement condescendants envers Bitcoin appartiennent à des générations plus anciennes. Ils font ce que les humains ont tendance à faire, c'est-à-dire prendre leur propre compréhension du monde et des expériences de la vie et les extrapoler dans le futur. Quelqu'un qui a vécu 30 ans ou plus avant qu'Internet vienne à dominer tout aura naturellement une perspective radicalement différente du monde et où il se dirige que quelqu'un qui n'a jamais connu la vie sans elle. C'est précisément pourquoi une personne plus jeune comprendra intrinsèquement la valeur et la proposition d'utilité de quelque chose comme Bitcoin beaucoup plus facilement que quelqu'un de beaucoup plus âgé.

    La seule personne à la table qui ne possédait aucun actif crypto était la plus âgée (bien qu'il soutienne totalement l'espace). Ce modèle est répété encore et encore dans mon expérience. Quand je sors avec des amis de mon âge ou plus, ils ne sont presque jamais impliqués, mais quand je sors avec les jeunes générations, ils le sont presque toujours. Certaines personnes vont écrire le tout comme une mode, mais mes observations me pointent dans une direction complètement différente. L'évolution et le succès des actifs Bitcoin et crypto ne sont pas seulement une fonction de la technologie révolutionnaire introduite dans le monde. Son taux d'adoption fulgurant est le reflet d'une conscience globale qui se développe parmi les jeunes générations. C'est le reflet d'un désir ardent d'un monde plus dynamique, sans confiance et décentralisé, et ce sera à eux de veiller à ce que cela se produise.

    RépondreSupprimer
  49. Aucun d'entre nous ne sait exactement comment l'avenir se déroulera, mais je vais prendre mes repères des jeunes générations. Leurs valeurs et leurs désirs seront ce qui façonne le monde alors que les générations plus âgées se retirent et meurent. Si vous ne leur parlez pas et n'étudiez pas la façon dont ils voient les choses, vous allez être complètement aveuglé par les 10 à 20 prochaines années.

    * * *

    Si vous aimez cet article et appréciez mon travail, envisagez de devenir un parrain mensuel, ou visitez notre page de support pour montrer votre appréciation pour les créateurs de contenu indépendants.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-22/world-criminally-corrupt-broken-surprising-dinner-conversation-younger-generation

    RépondreSupprimer
  50. Comment l'unité secrète de Facebook a créé des armées de trolls de propagande numérique pour influencer les élections

    par Tyler Durden
    22 décembre 2017 17:06
    Rédigé par Shelley Kasli via GGI News,

    Quelques jours après que GreatGameIndia a révélé comment les entreprises américaines et japonaises pourraient pirater les élections indiennes, un récent rapport Bloomberg a révélé comment une unité secrète de Facebook a aidé à créer des armées trolls pour les gouvernements du monde entier. Le co-fondateur Mark Zuckerberg a critiqué le rôle joué par Facebook Inc. en tant que plateforme de propagande politique, affirmant que sa mission est au-dessus de la partisanerie.

    Mais Facebook, il s'avère, n'est pas un spectateur dans la politique mondiale. Ce qu'il n'a pas dit, c'est que son entreprise travaille activement avec les partis politiques et les dirigeants, y compris ceux qui utilisent la plate-forme pour étouffer l'opposition - parfois avec l'aide des «armées trolls» qui propagent la désinformation et les idéologies extrémistes.

    L'initiative est dirigée par une équipe gouvernementale et politique peu connue de Facebook dirigée par Washington par Katie Harbath, une ancienne stratège numérique républicaine qui a travaillé sur la campagne présidentielle de 2008 du maire de New York Rudy Giuliani ainsi que sur les élections indiennes de 2014.

    Depuis que Facebook a embauché Harbath pour diriger leur secrète unité gouvernementale et politique mondiale trois ans plus tard, son équipe a parcouru le monde (y compris l'Inde aidant les clients politiques à utiliser les outils numériques puissants de l'entreprise pour créer des armées trolls pour la propagande numérique.

    En Inde (beaucoup d'autres pays également), les employés de l'unité sont devenus des travailleurs de campagne de facto. Et une fois qu'un candidat est élu, l'entreprise continue dans certains cas de former des employés du gouvernement ou de fournir une assistance technique pour les diffusions en direct lors d'événements officiels de l'État.

    Aux États-Unis, l'unité a intégré des employés dans la campagne de Trump. En Inde, la société a contribué à développer la présence en ligne du Premier ministre Narendra Modi, qui compte désormais plus de partisans Facebook que tout autre leader mondial.

    Lors de réunions avec des campagnes politiques, les membres de l'équipe de Harbath sont assis aux côtés du personnel de vente de publicité Facebook qui aide à monétiser l'attention souvent virale suscitée par les élections et la politique. Ils forment les politiciens et les dirigeants à la mise en place d'une page de campagne et à l'authentification avec une coche de vérification bleue, à l'utilisation optimale de la vidéo pour engager les spectateurs et à la ciblage des publicités sur les blocs électoraux critiques. Une fois que ces candidats ont été élus, leur relation avec Facebook peut aider à étendre la portée de l'entreprise au gouvernement de manière significative, par exemple en étant bien placée pour s'opposer à la réglementation.

    RépondreSupprimer
  51. Ce problème est exacerbé lorsque le moteur de la démocratie de Facebook est déployé de manière non démocratique. Un rapport publié en novembre par Freedom House, un organisme américain à but non lucratif qui défend les droits politiques et humains, a révélé qu'un nombre croissant de pays «manipulent les médias sociaux pour saper la démocratie». Un de ces aspects est la «pêche à la traîne patriotique». du harcèlement soutenu par le gouvernement et de la propagande destinée à contrôler le récit, à faire taire les dissidents et à consolider le pouvoir.

    En 2007, Facebook a ouvert son premier bureau à Washington. L'élection présidentielle de l'année suivante a vu l'émergence du premier «président Facebook» au monde chez Barack Obama, qui, avec l'aide de la plateforme, a pu atteindre des millions d'électeurs dans les semaines précédant les élections. Le nombre d'utilisateurs de Facebook a bondi autour des soulèvements du printemps arabe au Moyen-Orient vers 2010 et 2011, démontrant le large pouvoir de la plate-forme pour influencer la démocratie.

    Au moment où Facebook a nommé Harbath, l'ancien assistant de Giuliani, pour diriger son unité politique et gouvernementale mondiale, les élections devenaient des attractions majeures dans les médias sociaux. Facebook a commencé à s'impliquer dans les hotspots électoraux du monde entier.

    Facebook s'est intégré à certains des mouvements politiques les plus controversés du monde tout en résistant à la transparence. Depuis 2011, il a demandé à la Commission électorale fédérale américaine des exemptions générales des règles de divulgation de la publicité politique qui auraient pu l'aider à éviter la crise actuelle sur les dépenses publicitaires de la Russie avant les élections de 2016.

    La relation de l'entreprise avec les gouvernements reste compliquée. Facebook a été critiqué dans l'Union européenne, y compris pour la propagation de l'extrémisme islamique sur son réseau. La société vient de publier son rapport de transparence annuel expliquant qu'elle ne fournira des données d'utilisateur aux gouvernements que si cette demande est juridiquement suffisante, et repoussera en justice si ce n'est pas le cas.

    Facebook Troll Armies en Inde
    L'Inde est sans doute le marché le plus important de Facebook récemment sorti des États-Unis comme le plus grand de l'entreprise. Le nombre d'utilisateurs augmente deux fois plus vite qu'aux États-Unis. Et cela ne compte même pas les 200 millions de personnes qui utilisent le service de messagerie WhatsApp de l'entreprise en Inde, plus que partout ailleurs dans le monde.

    Au moment des élections de 2014 en Inde, Facebook avait travaillé pendant plusieurs mois avec plusieurs campagnes. Modi s'est fortement appuyé sur Facebook et WhatsApp pour recruter des bénévoles qui, à leur tour, ont diffusé son message sur les médias sociaux. Depuis son élection, les abonnés Facebook de Modi ont augmenté à 43 millions, presque deux fois le nombre de Trump.

    RépondreSupprimer
  52. Quelques semaines après l'élection de Modi, Zuckerberg et Sheryl Sandberg, chef de l'exploitation, ont tous deux visité l'Inde alors qu'elle déployait un service Internet gratuit critique qui a été freiné plus tard en raison de manifestations massives. Harbath et son équipe ont également voyagé ici, offrant une série d'ateliers et de sessions qui ont formé plus de 6 000 fonctionnaires du gouvernement.

    Alors que la portée des médias sociaux de Modi augmentait, ses adeptes se tournaient de plus en plus vers Facebook et WhatsApp pour cibler les campagnes de harcèlement contre ses rivaux politiques. L'Inde est devenue un foyer pour les fausses nouvelles, avec une histoire de canular cette année qui a circulé sur WhatsApp menant à des battements de foule ayant pour résultat plusieurs décès. La nation est également devenue un endroit de plus en plus dangereux pour les partis d'opposition et les journalistes.

    Cependant, ce n'est pas seulement Modi ou le parti Bharatiya Janata qui a utilisé les services de Facebook. La société affirme qu'elle offre les mêmes outils et services à tous les candidats et gouvernements, indépendamment de leur affiliation politique, et même aux groupes de la société civile qui peuvent avoir une voix moindre.

    Ce qui est intéressant, c'est que Mark Zukerberg lui-même veut être le président des Etats-Unis et a déjà employé successivement David Plouffe (conseiller de campagne de Barack Obama en 2008) puis Ken Mehlman (conseiller de campagne de George Bush Jr. en 2004). Il emploie actuellement Amy Dudley (ancien conseiller du sénateur Tim Kaine), Ben LaBolt (ancien conseiller de presse de Barack Obama) et Joel Benenson (ancien conseiller de Hillary Clinton en 2016).

    Comment fonctionne l'écosystème des fausses nouvelles en Inde
    La plupart d'entre nous ne réfléchissons pas beaucoup à ce que nous affichons sur les médias sociaux, et une grande partie de ce que nous voyons sur les médias sociaux est plutôt anodine. Cependant, il semble seulement de cette façon à première vue. La vérité est que ce que nous publions en ligne a un potentiel effrayant. Selon des recherches récentes du Pacific Northwest National Laboratory et de l'Université de Washington, les choses que nous affichons sur les médias sociaux pourraient être utilisées par un logiciel pour prédire les événements futurs - peut-être même le prochain Premier ministre de l'Inde.

    Dans un article qui vient d'être publié sur Arxiv, l'équipe de chercheurs a découvert que les médias sociaux peuvent être utilisés pour «détecter et prédire les événements hors ligne». L'analyse de Twitter peut prédire avec précision les troubles civils, par exemple, parce que les gens utilisent certains hashtags pour discuter des problèmes en ligne avant que leur colère ne s'envole dans le monde réel.

    RépondreSupprimer
  53. L'exemple le plus connu est celui du Printemps arabe, où des signes évidents de protestations et de troubles imminents ont été constatés sur les réseaux sociaux quelques jours avant que les gens ne descendent dans la rue.

    L'inverse de ceci est également vrai. Cela signifie que la colère peut également être fabriquée sur les médias sociaux et une fois qu'elle atteint un niveau optimal, cibler sur les événements de la vie réelle dans la rue comme nous l'avons vu depuis au moins quelques années en Inde avec des cas de lynchages de foule et autres.

    En Inde, une fausse industrie de l'information massive a vu le jour en exerçant une influence sur le discours traditionnel de la politique et a le potentiel de devenir un défi de sécurité comme le Printemps arabe si elle n'est pas tenue en échec. Alors que le débat sur le lynchage en Inde fait rage, il faut comprendre que de tels incidents n'auraient pas eu un effet aussi rapide et massif si les jeunes n'avaient pas eu accès à Facebook, Twitter, YouTube et autres médias sociaux qui autorisaient les fausses nouvelles. l'industrie pour organiser et partager des vidéos et des informations inventées. Le lynchage de la foule depuis les dernières années est le résultat direct de l'industrie des nouvelles fausses débordant des médias sociaux au monde réel.

    Cela prend une toute nouvelle dimension maintenant qu'il a été révélé que Facebook et WhatsApp se sont associés avec l'establishment en créant de tels «troll arimes» pour la propagande numérique, résultant directement de la violence sur le sol indien. C'est un cas clair de terrorisme. Le terrorisme est défini comme «l'utilisation systématique de la terreur ou de la violence par un individu ou un groupe pour atteindre des objectifs politiques». Dans ce cas, ce terrorisme est perpétré par une entreprise étrangère Facebook sur le sol indien en utilisant la guerre de l'information numérique. Qu'attend-on de plus pour répondre à un tel acte ?

    Fake News a été utilisé très efficacement lors des élections présidentielles américaines. Il faisait partie de la campagne officielle elle-même menée en collaboration avec des entreprises technologiques et il est également allégué que même les Russes ont également géré leur propre réseau. La même méthode a été utilisée pour façonner le débat sur le Brexit. Au moment où nous écrivons cela, l'industrie de la fausse information étend ses tentacules en Inde également. Beaucoup de grands sportifs indiens, célébrités, économistes, politiciens en ont déjà été victimes en diffusant ce faux contenu. C'est une tendance dangereuse qui devrait être surveillée par nos services de renseignement afin d'éviter de futurs désastres.

    La façon dont cela fonctionne en un mot est comme ça. De nombreux sites Web et portails de degré de légitimité et de financement variables sont proposés. Des contenus d'actualités spécifiques sont générés pour différents groupes en fonction de leur région, de leur idéologie, de leur âge, de leur religion, etc., qui est mélangé à une forte dose de soft porn pour se fondre lentement dans leur objectif. Ces faux contenus sont ensuite colportés dans les médias sociaux et dans des groupes spécifiques ciblés via des outils d'analyse développés par des entreprises technologiques. Comme beaucoup de ces faux contenus sont générés lentement, ils commencent à prendre de l'ampleur et, quelque part, ils sont pris en charge par une personne d'influence insoupçonnée - des célébrités, des politiciens et même des journalistes eux-mêmes. Qu'est-ce qui se passe après ce point est la folie pure.

    RépondreSupprimer
  54. Que ce soit par choix ou par ignorance, même les médias traditionnels commencent à colporter ces absurdités, consacrant leurs émissions de nouvelles en prime time à analyser les fausses nouvelles, qui ont dit quoi et pourquoi et bla bla ... au lieu d'identifier où le faux contenu a été généré le faire fermer. En raison de la nature et du sensationnalisme du contenu généré et aussi parce que son écho par des personnes influentes avec le temps cette fausse vision du monde a le potentiel de déborder dans le monde réel avec des pertes physiques, comme nous l'avons vu dans de nombreux cas de lynchages. S'il n'est pas tenu en échec, il pourrait capturer et prendre en charge tout le discours national. Nous atteindrons un point où il sera très difficile de garder trace de ce qui est un fait ou de la fiction et la société entière sera radicalisée en différents camps opposés, tous basés sur des mensonges.

    Facebook et élections indiennes
    Qui plus est, la Commission électorale indienne elle-même s'est associée à Facebook pour l'inscription des électeurs lors du processus électoral. Dr. Nasim Zaidi, commissaire en chef des élections, Commission électorale de l'Inde, a déclaré: "Je suis heureux d'annoncer que la Commission électorale de l'Inde va lancer une campagne spéciale pour inscrire les électeurs exclus, en particulier les nouveaux électeurs. C'est un pas en avant vers l'accomplissement de la devise de l'ICE, à savoir «PAS D'ÉLECTEUR À GAUCHER». Dans le cadre de cette campagne, Facebook diffusera un rappel d'inscription des électeurs en plusieurs langues indiennes à tous les utilisateurs de Facebook en Inde. J'exhorte tous les citoyens admissibles à s'inscrire et à VOTER, c'est-à-dire à reconnaître votre droit et à accomplir votre devoir. Je suis sûr que Facebook renforcera la campagne d'inscription de la Commission électorale de l'Inde et encouragera les futurs électeurs à participer au processus électoral et à devenir des citoyens responsables de l'Inde. "

    Les 17 agences de renseignement américaines ont exprimé de sérieuses inquiétudes quant à l'impact de cette fausse industrie de l'information sur leur processus électoral et leur société. Selon une étude menée par le Pew Research Center, une majorité d'Américains (un chiffre impressionnant de 88%) croient que les nouvelles complètement inventées ont laissé les Américains confus au sujet même des faits de base. Et nous en Inde nous dirigeons vers un pire scénario que celui-ci. Pourquoi ? Parce que contrairement à l'Inde, le gouvernement américain et la communauté du renseignement ont publiquement abordé cette question et travaillent à la résolution de cette menace. Le gouvernement indien va-t-il s'attaquer à cette ingérence de Facebook dans les affaires intérieures de l'Inde ?

    RépondreSupprimer
  55. Les comités après la mise en place des comités, les audiences du Sénat sont convoquées pour aller au fond des choses et de nouvelles unités sont créées pour contrer efficacement cette menace pour leur société. Alors que Facebook fait l'objet d'une enquête pour ingérence dans les élections présidentielles américaines, on ne s'est pas beaucoup intéressé à la manière dont l'unité secrète de Facebook a influencé les élections en Inde. À la lumière de ces révélations, l'ingérence de Facebook dans les élections en Inde devrait faire l'objet d'une enquête approfondie. Bien entendu, pour le faire d'abord, le gouvernement devrait reconnaître l'existence de cette fausse industrie de l'information afin de prendre des mesures contre elle.

    Parallèlement à Facebook, American Microchip Inc et Renesas japonais engagé par la Commission électorale pour la fusion de code secret EVM devraient également être étudiés pour s'ingérer dans les élections en Inde et tous ceux qui se sont associés avec eux. Ce serait une grave erreur de prendre à la légère cette menace de l'ingérence des entreprises étrangères dans les élections en Inde.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-22/how-facebooks-secret-unit-created-troll-armies-digital-propaganda-influence-election

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet


      By lejournaldusiecle
      14 février 2013


      Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d’euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l’euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

      C’est le Daily Telegraph qui a révélé l’information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d’une campagne sans précédent de réorientation de l’opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

      Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l’opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique.

      Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s’agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

      Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu’expriment de plus en plus d’Européens, à savoir que "l’Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d’Europe", et non pas "moins d’Europe".

      Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu’est l’UE, dixit Barroso.

      En pleine crise économique, et alors que l’austérité est imposée aux États, l’UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu’une augmentation de près de 2 millions d’euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés l’an prochain.

      Nigel Farage a été l’un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l’UE ne valait pas mieux qu’une "république bananière".

      Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

      http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet

      Supprimer
  56. VATICAN - UN CARDINAL S'EN EST MIS PLEIN LES POCHES
    Proche du pape et partisan d'une Eglise pauvre, il était payé 35'000 euros par mois par une université catholique du Honduras.
    Le cardinal hondurien Oscar Maradiaga, l'un des plus proches conseillers du pape François, s'est défendu vendredi contre les allégations de malversations. Selon un hebdomadaire italien il aurait fait main basse sur des sommes astronomiques versées par une université catholique de son pays.

    18:00 - 21 déc. 2017

    «Le puissant cardinal Oscar Maradiaga, fervent partisan d'une Eglise pauvre (...) a reçu pendant des années environ 35'000 euros (41'000 francs) par mois» des caisses d'une université catholique, écrit le journaliste d'enquête de L'Espresso, Emiliano Fittipaldi, sur son site internet.

    Selon cet auteur d'enquêtes-choc sur le Vatican, l'archevêque aurait reçu pour la seule année 2015 environ 500'000 euros. Et le prélat touchait cette somme depuis une dizaine d'années en tant que «Grand chancelier» de l'université catholique de Tegucigalpa.

    Dans sa réponse, livrée vendredi au site Catholic news agency (CNA), le cardinal explique que le même type de «calomnies» avaient été publié de manière anonyme il y a plus d'un an. Il indique que l'université catholique est la propriété de l'archidiocèse de Tegucigalpa et a essaimé en onze campus à travers le pays.

    L'archevêque-cardinal de Tegucigalpa précise que les sommes évoquées par l'hebdomadaire italien sont versées à l'archidiocèse et non à lui-même. Il réfute aussi les investissements à l'étranger détaillés par l'«Espresso». L'argent est employé pour «payer les frais de scolarité des séminaristes, financer la construction et la rénovation d'églises et procurer une assistance aux prêtres dans des zones rurales ou à ceux sans moyen de subsistance», explique le prélat.

    Enquête voulue par le Saint-Père

    Dans une très courte réaction vendredi, le directeur de la salle de presse du Vatican, Greg Burke, avait confirmé l'existence «d'une enquête voulue en personne par le Saint-Père».

    «L'Espresso» précise qu'un envoyé du pape, un évêque argentin, s'est rendu dans le pays en mai dernier pour écrire un rapport, sur la base d'une cinquantaine de témoignages (personnel de l'université, religieux, chauffeur et secrétaire du cardinal). Sur ce point, le cardinal Maradiaga a stipulé à CNA que l'enquête papale portait en réalité sur son bras droit et évêque auxiliaire, Juan José Pineda, qui l'avait lui-même sollicitée «afin de blanchir son nom» entaché par des rumeurs.

    «L'Espresso» met effectivement en cause ce responsable, en évoquant des dépenses qui pourraient avoir été effectuées avec l'argent de l'Eglise locale, notamment des somptueux cadeaux fait à un proche ami qui vit sous son toit. (afp/nxp)

    https://www.lematin.ch/monde/cardinal-s-mis-plein-poches/story/23991168

    RépondreSupprimer
  57. Comment terrasser les «fake news»

    Réuni cette semaine au Palais des Nations à Genève, le 12e Forum de l’ONU sur la gouvernance de l’Internet s’est penché sur les remèdes à ce poison qu’est pour la démocratie la désinformation pratiquée à l’échelle industrielle

    Stéphane Bussard
    vendredi 22 décembre 2017 à 21:44.

    Donald Trump en a fait sa marque de fabrique pour discréditer les médias qui publient des nouvelles qui ne lui plaisent pas: les fake news. Sa porte-parole Kellyanne Conway avait même trouvé une nouvelle phraséologie pour les qualifier: les faits alternatifs. Le phénomène est loin d’être nouveau. Il a plus d’un siècle. Dans un document pour le Conseil de l’Europe, la chercheuse Claire Wardle montre les sérieux dangers qu’il représente pour la démocratie.

    Cette dernière juge le vocable fake news inadapté parce qu’il ne prend pas en compte «le phénomène complexe de la pollution informationnelle». Elle préfère parler de mésinformation et de désinformation, l’une étant simplement fausse et l’autre étant fausse et visant à nuire.

    En pratiquant la désinformation sur Twitter, Facebook ou même des chaînes de télévision câblées, ses promoteurs ont un objectif: créer la confusion, saper l’autorité des institutions et introduire un relativisme qui pousse chacun à mettre tout sur un même plan. Le président américain, porté à la Maison-Blanche en partie grâce à Twitter et Facebook, est un maître dans l’usage de ce poison démocratique. Mais il n’est pas le seul. Quand la Russie diffuse de fausses nouvelles sur le président français Emmanuel Macron ou la démocrate américaine Hillary Clinton, elle cherche elle aussi à provoquer le désordre général qui ouvre la porte à une remise à l’ordre autoritaire.

    "Le problème est clairement politique. Nos valeurs démocratiques sont attaquées"
    - Mariya Gabriel, commissaire européenne à l’Economie et à la société numériques

    C’est sur cette toile de fond que, cette semaine, le 12e Forum sur la gouvernance de l’Internet, qui a réuni 2000 experts du Web au Palais des Nations à Genève, a consacré plusieurs sessions aux fausses nouvelles et énoncé des pistes pour les contrer. Dans une étude menée dans dix-huit pays en septembre dernier, BBC World Service a établi que 79% des personnes interrogées estimaient être préoccupées par la difficulté de distinguer les fausses des vraies nouvelles sur Internet.

    «Il est évident qu’au vu de l’impact de la numérisation, il importe de reconquérir la confiance des utilisateurs, explique la Bulgare Mariya Gabriel, commissaire européenne à l’Economie et à la société numériques. La propagande à travers les fausses nouvelles reflète un malaise manifeste au sein de la société. Le problème est clairement politique. Nos valeurs démocratiques sont attaquées.»

    RépondreSupprimer
  58. Un immense défi
    Malavika Jayaram, directrice du Digital Asia Hub, ne cache pas que le défi est immense: «Il faut se rendre à l’évidence. Pour l’heure, nous avons une technologie 4.0 et, pour combattre les fake news, un pouvoir politique 2.0.» Dans ce contexte de désordre informationnel, le directeur de l’Union européenne de radio-télévision (UER), Noel Curran, voit le service public comme un rempart: «Selon une étude réalisée dans 33 pays, 80 % des sondés ont confiance dans le service public. En comparaison, les réseaux sociaux bénéficient d’une confiance de 21 % et celle-ci continue de baisser.» Pour Noel Curran, le service public doit injecter de l’argent dans des secteurs où d’autres ne le font pas, comme le journalisme d’investigation de qualité. «87 % des membres de l’UER investissent au total 18 milliards de francs par année. C’est une contribution unique à la société européenne.»

    Combattre la désinformation par une régulation plus stricte est une piste que l’UE suit, mais ce n’est toutefois pas suffisant. Dunja Mijatovic, experte internationale de la liberté des médias auprès d’Access Now, met en garde contre une régulation excessive. «Nous sommes en train de surréagir. Je ne vois pas pourquoi on devrait aujourd’hui confier à une organisation, à un gouvernement la tâche de nous dire ce qui est juste et ce qui ne l’est pas. Je ne veux pas qu’on filtre mon esprit à ma place.»

    "Il est possible de transformer en arme de propagande tout programme télévisé, même ceux destinés aux enfants"
    - Dunja Mijatovic, experte internationale de la liberté des médias auprès d’Access Now

    Dunja Mijatovic relève que les unités de vérification des faits (fact-checking) sont peut-être utiles, mais qu’elles exonèrent les autres acteurs de leurs responsabilités. A ses yeux, il est beaucoup plus urgent que les Etats investissent dès la maternelle dans la formation des enfants pour que le public soit mieux à même d’appréhender l’ère digitale. Cofondateur du site StopFake.org et directeur de l’école de journalisme Mohyla à Kiev, en Ukraine, Yehven Fedchenko abonde dans le même sens: «Il est possible de transformer en arme de propagande tout programme télévisé, même ceux destinés aux enfants.»

    Professeure à l’Université américaine du Caire, Rasha Abdulla a une approche plus circonspecte: «Les fake news sont l’excuse parfaite (côté gouvernemental) pour étouffer toute voix dissidente.» Elle relève qu’il y a une semaine, le célèbre journaliste Wael Abbas, qui a documenté pendant des années les violations des droits de l’homme en Egypte, a vu son compte Twitter fermé.

    L’importance du narratif
    Pour contrer la désinformation, ajoute Claire Wardle, il ne suffit pas d’injecter des tonnes d’informations factuelles dans le système. «Ce ne serait pas vraiment comprendre les éléments émotionnels et rituels de la communication.» De fait, les fake news s’accompagnent souvent d’un puissant narratif qu’il est difficile d’infléchir. Quand la rumeur laisse entendre que Barack Obama est musulman, la meilleure manière de démentir l’information n’est pas de dire qu’il ne l’est pas, mais de raconter une histoire montrant le même Obama dans une église chrétienne avec sa famille.

    RépondreSupprimer
  59. "Il est essentiel qu’il y ait une transparence totale sur les algorithmes et les données personnelles utilisées par les plateformes digitales et sur qui est derrière l’information fournie"
    - Paolo Cesarini, chef d’unité à la Direction générale de la concurrence de la Commission européenne

    Chef d’unité à la Direction générale de la concurrence de la Commission européenne, Paolo Cesarini avance ses solutions: «Pour que le citoyen soit capable de discerner le vrai du faux, il est essentiel qu’il y ait une transparence totale sur les algorithmes et les données personnelles utilisées par les plateformes digitales et sur qui est derrière l’information fournie.»

    Le Conseil de l’Europe a lui-même établi toutes une série de recommandations. Les Etats doivent exiger des plateformes digitales qu’elles mentionnent la provenance des publicités et réguler les réseaux sociaux afin qu’ils ne puissent pas gagner de l’argent en diffusant des fake news. Les médias eux-mêmes sont appelés à éviter d’être manipulés par ceux qui veulent amplifier un phénomène de désinformation.

    https://www.letemps.ch/monde/2017/12/22/terrasser-fake-news

    RépondreSupprimer
  60. La désaffectation des centrales coûte toujours plus cher

    PAR AWP
    22 Décembre 2017


    Les coûts de désaffectation des centrales nucléaires et de gestion des déchets radioactifs continuent de grimper. Selon une étude, il faut tabler sur 23,5 milliards de francs.

    Les coûts de désaffectation des centrales nucléaires et de gestion des déchets radioactifs continuent de grimper et de dépasser les estimations. Des experts indépendants ont examiné l'étude de coûts 2016: selon eux, il faut tabler sur 23,5 milliards de francs.

    Il y a un an, swissnuclear avait estimé les coûts totaux à 21,767 milliards de francs. Son étude réalisée pour le compte de la commission pour le fonds de désaffectation et le fonds de gestion des déchets (STENFO) a été contrôlée par quatre groupes d'experts indépendants et en partie étrangers, ont expliqué jeudi les responsables de STENFO à la presse.

    Dans leur examen mené au cours des derniers mois, ils ont comparé les résultats de l'étude aux coûts de désaffectation et de gestion des déchets de centrales nucléaires étrangères. Conclusions: le calcul de swissnuclear est "solide et correct", mais certains points doivent être adaptés, ce qui fait grimper les coûts totaux à 23,484 milliards de francs.

    La note de désaffectation par réacteur se monterait à 747 milliards de francs, a détaillé le président de STENFO Raymond Cron. C'est plus cher en Allemagne, mais nettement moins en France ou en Suède.

    La facture de désaffectation des installations nucléaires est en effet désormais chiffrée à 3,733 milliards au lieu de 3,406 milliards. L'essentiel résulte du fait que swissnuclear a visé le retour au stade de friche industrielle au lieu de celui d'un site sans aucune installation (objectif "prairie verte").

    Supplément de sécurité général

    Les experts ont également inclus 145 millions de supplément de sécurité général, une somme destinée à corriger un excès d'optimisme et fondée sur les expériences étrangères. La facture de gestion des déchets est elle aussi alourdie principalement par un supplément de sécurité général de 1,029 milliard. Au total, elle s'inscrit à 19,75 milliards au lieu de 18,36 milliards.

    La commission a tenu compte de l'opportunité d'un dépôt combiné de déchets radioactifs en couches géologiques profondes qui permettrait une économie de 1,6 milliard, mais seulement à hauteur de 40%. Swissnuclear avait tablé sur 50% de l'économie.

    Sur la base des nouveaux chiffres, les exploitants de centrale nucléaire devront presque doubler leurs contributions aux fonds. Leur note passe de 107 à 212,4 millions pour le fonds de désaffectation et de 248,5 à 265 millions pour le fonds de gestion des déchets.

    Le Département fédéral de l'énergie devrait fixer les coûts probables pour la période 2017-2021 d'ici à la mi-2018. Sur cette base, STENFO fixera à l'automne les contributions provisoires dues par les exploitants de centrales nucléaires. Les contributions définitives pour la période ne seront établies qu'à la mi-2019. Les exploitants devront rattraper immédiatement une différence éventuelle par rapport aux estimations.

    http://www.bilan.ch/economie/desaffectation-centrales-coute-toujours-plus-cher

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Dès lors qu'une entreprise qui a osé s'établir dans une Démocratie s'adresse à une dictature pour le retraitement, voire démontage de centrales...

      Notons bien que doit être mis (prochainement) en balance l'origine de l'hydrau-électricité produite par les barrages et la réaffectation au... marché privé !!! C'est-à-dire que, comme aucun Suisse n'a des milliards en poche, la privatisation des barrages pourrait être le DERNIER PAN DE DÉMOCRATIE qui s'effondre en Suisse (avec la redevance demandée pour la télé-radio-journaux anti Démocratie !!!! ).

      Supprimer