- ENTREE de SECOURS -



jeudi 22 décembre 2016

Artist's Impression Of Obama's War On Terrorism

http://www.zerohedge.com/news/2016-12-21/artists-impression-obamas-war-terrorism

28 commentaires:

  1. Une vague de froid extrême frappe la Sibérie : -62°C !


    Le courrier de Russie
    lun., 19 déc. 2016 21:41 UTCCarte


    Mercredi 21 décembre, le thermomètre est descendu jusqu'à -62°C à Bolchoï Olkhovski, à 300 km à l'ouest de Sourgout, dans le district autonome des Khantys-Mansis, au nord de la Sibérie.

    Dans un parc de Sourgout, dans le district autonome des Khantys-Mansis, en Sibérie occidentale.

    « Hier [mardi 20 décembre, ndlr], il faisait -58°C. On ne voyait presque rien. Aujourd'hui, il faisait -62°C », a indiqué la directrice du département des relations publiques et extérieures de la région, Elena Choumakova, citée par RIA Novosti.

    Thermomètre montrant la température dans ce secteur de la région, le 21 décembre

    Ces températures très basses ont été relevées un peu partout dans la région. Mercredi, une cinquantaine de camions étaient notamment bloqués sur l'autoroute Sourgout-Salekhard. Dans la capitale régionale, Khanty-Mansiïsk, quelques automobilistes, face à l'impossibilité de démarrer leur voiture, ont même enfourché leur vélo, rapporte la chaîne NTV.

    Une grande partie des écoles du district sont fermées et de nombreux vols ont été annulés. Cette vague de froid devrait persister jusqu'à vendredi, a précisé Elena Choumakova, sans perdre son humour : « Ils nous promettent à peine -30°C pour vendredi : c'est quasiment la Crimée ! »

    https://fr.sott.net/article/29685-Une-vague-de-froid-extreme-frappe-la-Siberie-62C

    RépondreSupprimer
  2. Attentat de Berlin : les portes ouvertes, une «politique criminelle»

    22 déc. 2016


    Pour l'écrivain Alexandre Mendel, la politique des «portes ouvertes» de l'UE et l'absence des frontières intérieures mène à l'insécurité sur le continent européen en donnant de larges possibilités aux terroristes de commettre des attentats.

    Alexandre Mendel est journaliste, écrivain, auteur du livre La France djihadiste (Ed. Ring).

    RT : Pourquoi cela a-t-il pris tant de temps de désigner en tant que suspect de l'attentat de Berlin le Tunisien Anis Amri ?

    Alexandre Mendel (A. M.) : Je ne sais pas – il est curieux qu’ils aient trouvé ses papiers d’identité dans le camion deux jours après l'attentat. C’est beaucoup, ils auraient pu les trouver bien avant.

    RT : Quelles sont les chances de le retrouver ?

    A. M. : Cela ne va pas être facile : l’Allemagne a 83 millions d'habitants, et l'Union européenne a des frontières ouvertes. Il peut être en France en ce moment précis. Peut-être qu’il va s’attaquer à l’Italie… Nous ignorons où il est.

    RT : Il y a eu de nombreux avertissements concernant un probable attentat en Europe. Comment se fait-il que les attaques se répètent ? Croyez-vous qu’en termes de sécurité quelque chose a changé depuis le massacre de Nice ?

    A. M. : Cela a peut-être été inspiré par l’attentat de Nice, sur la Côte d’Azur, le 14 juillet, le jour de la Fête nationale. En fait, c’est une attaque très simple à réaliser : c’est plus simple de louer un camion que de se procurer une Kalachnikov, c’est bien plus simple de tuer des cibles faciles au marché de Noël que des soldats, ou [des gens] dans une synagogue ou dans une église. L’attaque qui s’est produite il y a deux jours à Berlin est peut-être la plus simple qui puisse avoir lieu dans un pays qui ne se défend pas. En France, en ce moment, tous les marchés de Noël sont sécurisés avec des barrières en béton armé. Ce n’est pas le cas en Allemagne. L’attaque qui s’y est produite il y a deux jours a été la plus simple en deux ans d'attentats.

    Lire aussi
    Attentat de Berlin : quatre arrestations lors de deux raids de la police à Dortmund et Emmerich
    Nous devons arrêter cela et mettre en place des frontières en Europe

    RT : Le suspect avait déjà été repéré pour ses liens avec l'Etat islamique. S'il était déjà connu des autorités, pourquoi ne l’ont-elles pas arrêté ?

    A. M. : Ce n’est pas la première fois que cela se produit. De nombreux assaillants en France étaient connus des services de police avant qu’ils commettent les attaques. La surprise... c’est que nous ne devrions pas être surpris. C’est probablement le cinquième attaquant dont nous savions que son attitude représentait un risque pour les Occidentaux. Si vous savez qu’il est salafiste, comment faire face aux salafistes ? Les emprisonner tous ? Vous ne pouvez pas le faire à moins qu’ils n’envisagent ou ne commettent un attentat.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  3. RT : Pensez-vous que les terroristes exploitent la politique allemande des «portes ouvertes» ?

    A. M. : Il faut reconsidérer cette politique qui est une politique criminelle. Nous devons fermer nos frontières immédiatement. Actuellement vous pouvez passer d’Allemagne en France sans être inspecté. Où donc sur Terre pourriez-vous imaginer cela ? Peut-être que cet homme est en France en ce moment. Nous devons donc mettre cela et mettre en place des frontières en Europe.

    Lire aussi : Sécurité à Berlin : la police «muselée» et «le public chloroformé sous Angela Merkel»

    https://francais.rt.com/opinions/31031-attentat-berlin-portes-ouvertes-politique-criminelle

    RépondreSupprimer
  4. Menace terroriste en Europe : «Il faut changer de gouvernement»


    22 déc. 2016


    Les autorités européennes négligent la sécurité et persistent dans la même voie politque tout en blâmant la Russie de tous les maux, explique Gerolf Annemans, membre du Parlement européen.

    Gerolf Annemans est un homme politique belge, membre du Parlement européen du parti Vlaams Belang.

    RT : La police estime que l’homme interpellé dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Berlin pourrait ne pas être l'assaillant. Pourquoi a-t-il fallu tout ce temps pour éclaircir ce point ?

    Gerolf Annemans (G. A.) : Je ne critique pas la police et les services de renseignement qui ont beaucoup de travail en ces tristes jours, il faut les laisser faire leur travail sans les critiquer. Il faut espérer qu’ils trouveront bientôt celui qui a commis ce crime.

    Il faut changer notre façon de penser et il faut réviser la présence islamique en Europe

    RT : Les pouvoirs allemands disent désormais qu’il faut renforcer les mesures de sécurité. Pourquoi étaient-elles négligées auparavant?

    G. A. : Ce dont l’Allemagne a vraiment besoin, c’est d'une autre espèce de politiciens. Nous avons maintenant 319 morts depuis l’attentat de Charlie Hebdo à cause de la violence islamique en Europe. Donald Trump a écrit sur Twitter ce matin qu'il fallait changer notre façon de penser, révoir la présence islamique en Europe et l’idée d’accepter toujours plus de gens d'obédience islamique venant de tous les coins du monde. C’est ce qu’il faut faire. Il faut remplacer les politiciens, remplacer Angela Merkel et les autres qui sont, de fait, politiquement responsables de ce qui s’est passé.

    RT : L'attaque du marché de Noël a suscité une forte réaction face à la politique migratoire allemande – certains politiciens affirment que la politique d’Angela Merkel a échoué. Quelles seront les conséquences de cette affaire pour la chancelière ?

    G. A. : J’espère que les Allemands et les autres peuples qui vivent avec la politique des frontières ouvertes de l’Union européenne comprendront que seuls les partis aux signaux forts, tels que le Front National de Marine Le Pen et l'AfD allemand, doivent être renforcés pour pouvoir prendre des mesures plus énergiques.

    RT : Pourquoi le gouvernement allemand a-t-il tardé à annoncer qu'il s'agissait là d'une attaque terroriste ?

    G. A. : La manière qu'a eu le gouvernement de communiquer est tout à fait typique. Comme si c’était un camion automatisé qui avait fendu la foule hier ! Il est évident que quelqu’un était au volant, et il est fort probable qu'il s'agissait d'un terroriste islamique.

    Lire aussi
    Des policiers sécurisent la zone de l'attentat Attentat de Berlin : Tunis accusé d'avoir retardé l'expulsion du suspect

    Nous voyons que le régime camouflait, et cache toujours, la réalité, parce que la vérité attire l’attention sur Angela Merkel et mène à l’idée de changement du régime.

    RT : Il y a eu des alertes concernant d'autres possibles attaques en Europe. Les autorités allemandes ont-elles échoué à résister à toute menace ?

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  5. G. A. : C’est absurde. Il faut poursuivre l’enquête, la vérité doit être révélée, mais il serait fou de tirer trop vite des conclusions. Ils blâment la Russie pour tous les maux de l’Union européenne. Je sais de ma propre expérience, que, indépendamment du problème, Jean-Claude Juncker et les autres désignent automatiquement la Russie comme coupable, comme Hillary Clinton le faisait, c’est une habitude. En tout cas, et en ce cas en particulier, je n’accuserais personne avant d’apprendre la vérité. Au moins, ça ne semble pas être une attaque catholique, ce n’était pas un routier polonais – il était déjà mort avant que son camion ait été détourné. Pour l'heure, il ne faut tirer aucune conclusion.

    Lire aussi : De Berlin à l'assassinat de l'ambassadeur russe à Ankara : Trump dénonce le «terrorisme islamique»

    https://francais.rt.com/opinions/31029-menace-terroriste-europe-changer-gouvernement

    RépondreSupprimer
  6. Snowden : «Face aux intox sur internet il faut encourager la pensée critique plutôt que la censure»


    22 déc. 2016, 09:52


    Dans une récente émission en direct, le lanceur d'alerte de la NSA, Edward Snowden, a déclaré que la solution aux «fausses informations» sur internet n'était pas la censure, mais la généralisation d'une pensée critique et d'un débat.

    Le célèbre lanceur d'alerte Edward Snowden s'est exprimé sur le fléau des fausses informations qui pullulent sur la toile et contre lequel le géant des réseaux sociaux Facebook et les gouvernements se sont récemment mis à lutter avec acharnement.

    En direct sur Periscope, Edward Snowden a débattu avec le Pdg de Twitter Jack Dorsey des affirmations selon lesquelles la diffusion de fausses informations avait contribué à influencer l'élection présidentielle américaine en faveur de Donald Trump.

    Lire aussi
    Campagne contre les «fausses informations» sur Facebook : une forme de censure ?

    Alors que Facebook a annoncé un partenariat avec ABC News, le site Internet Politifact et le média Snopes pour répérer les intox sur sa plate-forme, Edward Snowden a déclaré que la censure n'était pas la réponse au problème et que l'enseignement de la pensée critique serait bien plus bénéfique pour lutter contre ce fléau.

    Lire aussi : Guerre de l'information : Facebook accepte de confier le contrôle de ses contenus à des tiers

    Selon lui, le problème des fausses informations ne sera pas résolu grâce à un «arbitre-censeur», mais plutôt grâce à l'entraide des utilisateurs des réseaux sociaux et au débat ouvert. «La réponse à l'intox est le débat et l'information [...] Il nous faut répandre l'idée que la pensée critique importe aujourd'hui plus que jamais, étant donné que les mensonges sur la toile semblent devenir un fléau très répandu», a estimé Edward Snowden.

    Lire aussi : Chasse aux «fake news» : et si le problème venait surtout de Facebook et ses algorithmes ?

    Lorsqu'une entreprise a assez de pouvoir pour remodeler notre façon de penser, je pense que je n'ai pas besoin de rappeler à quel point cela est dangereux

    Il n'a pas précisé s'il croyait ou non que les fausses informations et les intox aient pu influencer l'élection américaine de quelque façon que ce soit. Au lieu de cela, il a souligné le danger que représentait l'utilisation de ce terme de «fausse information» par les entreprises qui s'en servent pour censurer un contenu qui ne leur plaît pas.

    «Lorsqu'une entreprise a assez de pouvoir pour remodeler notre façon de penser, je pense que je n'ai pas besoin de rappeler à quel point cela est dangereux», a expliqué le lanceur d'alerte.

    Ainsi, Snowden a appelé ses émules à dialoguer ouvertement et utiliser le débat contradictoire avec preuves et arguments à l'appui au lieu d'attendre que des censeurs décident de ce qui est ou non une intox.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  7. Lire aussi
    Une pierre tombale à Singapour portant une inscription ironique concernant les régulations pour les sites internet imposées par le gouvernement Fake news : «Les élites médiatiques sont en état de panique»

    Snowden avait déjà déclaré précédemment que les internautes devaient absolument cesser de prendre pour argent comptant les informations que leur fournissait toujours la même source, déplorant : « Il ne semble pas y avoir d'alternative aux médias mainstream.»

    Lire aussi : Martin Schulz veut mener la croisade contre les fausses informations au niveau européen

    Le 19 décembre dernier, le président de la commission européenne Martin Schulz a proposé que Facebook mette en place un service de veille permanent afin que les fausses nouvelles puissent être signalées et supprimées. Il a annoncé que des sanctions financières pourraient alors être prononcées si le réseau social ne prenait pas des dispositions rapidement.

    Lire aussi : Allemagne : le gouvernement menace Facebook de lourdes amendes s'il ne supprime pas les intox

    https://francais.rt.com/international/31019-snowden-face-intox-sur-internet-liberer-pensee-critique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre du message devrait s'appeler 'Les arbitres'.

      Supprimer

  8. Génération Snowflake: Pourcentage de jeunes adultes vivant avec leurs parents n'a pas été aussi élevé depuis 1940
     

    Par Michael Snyder,
    le 21 décembre 2016


    Parce que nous avons échoué à cette génération de jeunes adultes en ne les équipant pas pour pouvoir gérer les dures réalités du monde réel ? Selon le Wall Street Journal, le pourcentage d'Américains âgés de 18 à 34 ans qui vivent actuellement avec leurs parents n'a pas été aussi élevé depuis 75 ans. À ce moment-là, près de 40 % de nos jeunes adultes de cette tranche d'âge vivent à la maison et beaucoup craignent que cela puisse avoir des répercussions alarmantes sur l'avenir de notre pays.

    Aux États-Unis aujourd'hui, plus de 60 millions de personnes vivent dans des ménages multigénérationnels, et c'est une bonne chose d'avoir une famille serrée. Mais à un moment donné, les jeunes adultes ont besoin d'apprendre à vivre leur propre vie indépendante et, dans des millions de cas, cette indépendance est retardée ou ne se produit jamais du tout.

    Il existe de nombreux facteurs impliqués dans cette tendance. Tout d'abord, il ya vraiment un manque de bons emplois, malgré ce qu'on nous dit au sujet d'une «reprise économique». Des millions de jeunes adultes sont diplômés de l'université seulement pour découvrir qu'il ya un nombre très limité de bons emplois disponibles pour nos diplômés d'université. Ainsi, certains diplômés des collèges sont en mesure d'obtenir les types d'emplois qu'ils espéraient, mais des millions d'autres ne le sont pas.

    Normalement, quand une récession se termine, le pourcentage de jeunes adultes vivant avec leurs parents commence à redescendre. Mais cela n'a pas eu lieu cette fois-ci. Au lieu de cela, le pourcentage de jeunes adultes qui vivent à la maison vient de continuer à augmenter ...

    La tendance va à l'encontre de celle des cycles économiques précédents, lorsque le nombre d'Américains plus jeunes vivant avec des parents a diminué au fur et à mesure que l'économie s'améliorait après une hausse liée à la récession.

    Le résultat est qu'il ya beaucoup moins de demande de logements que ce qui serait attendu pour la génération du millénaire, maintenant le plus important de l'histoire des États-Unis. Le nombre d'adultes de moins de 30 ans a augmenté de 5 millions au cours de la dernière décennie, mais le nombre de ménages pour ce groupe d'âge a augmenté de seulement 200 000 au cours de la même période, selon le Harvard Joint Center for Housing Studies.

    Un autre facteur important dans tout cela est le fait que les Américains se marient plus tard dans la vie que jamais et ils ont moins d'enfants que les générations précédentes.

    Autrefois, les gens se mariaient jeunes et ils établissaient leur propre ménage même s'ils étaient pauvres en saleté. Mais ces jours-ci, nous avons des hordes de jeunes adultes qui sont parfaitement contents de s'asseoir à la maison et éponge de maman et papa.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  9. Il semble y avoir un manque réel de résistance à cette génération de jeunes adultes, et beaucoup qui ont perçu ce manque de ténacité ont eu recours à se référer à eux comme «flocon de neige génération». Au cours des 12 derniers mois, ce terme est devenu si courant que le Guardian l'a surnommé «l'insulte de la définition de 2016» ...

    Jusqu'à tout récemment, pour appeler quelqu'un un flocon de neige aurait impliqué le mot «génération», aussi, car il était généralement utilisé pour décrire, ou insulter, une personne dans leur adolescence ou au début des années 20. Au début du mois de novembre, le Collins English Dictionary ajoutait «génération de flocon de neige» à ses mots de la liste de l'année, où il s'ajoute à d'autres nouveautés de la mode telles que «Brexit» et «hygge». La définition de Collins est la suivante: «Les jeunes adultes des années 2010, considérés comme moins résistants et plus enclins à s'offusquer que les générations précédentes». En fonction de ce que vous lisez, faire partie de la «génération de flocon de neige» peut être aussi bénin que de prendre selfies ou parler de sentiments trop, ou il peut inférer un sentiment de droit, un narcissisme indompté, ou une forme de politique identité qui est résistant À la liberté d'expression.

    La phrase est venue à l'importance au Royaume-Uni au début de 2016, après Claire Fox, directeur du thinktank Institute of Ideas, l'a utilisé dans son livre I Find That Offensive pour adresser une génération de jeunes qu'elle appelle «facilement offensé et mince «Peau».

    Bien sûr, il ya des exceptions. J'ai des amis proches qui sont de jeunes adultes dans cette tranche d'âge, et ils sont des gens extraordinaires.

    Mais dans l'ensemble, nous semblons avoir dramatiquement échoué cette génération. Peut-être est-ce parce que nous avons tendance à bébé de nos enfants à un âge très jeune, et nous voulons les protéger du danger si bien que nous ne leur permettons jamais d'être exposés aux défis qu'ils doivent affronter pour durcir et mûrir.

    Et il n'est certainement pas utile que beaucoup de nos jeunes adultes entrent dans le «monde réel» déjà noyé dans des dizaines de milliers de dollars de la dette. Selon CNN, environ 70 % de tous les diplômés des collèges aux États-Unis quittera l'école avec la dette de prêt étudiant, et le solde moyen des prêts pour les diplômés de collège est d'environ $ 28,950. Payer la dette de prêt étudiant peut être extrêmement douloureux, et il peut être financièrement paralysant pour les jeunes qui sont juste essayer de commencer leur nouvelle vie.

    Lorsque nos enfants du secondaire sont tournés vers l'avenir, nous les encourageons beaucoup à aller dans les meilleures écoles qu'ils peuvent éventuellement obtenir, et nous leur disons de ne pas même s'inquiéter du coût. Nous leur promettons qu'il y aura beaucoup de bons emplois une fois qu'ils seront diplômés, et nous les poussons dans ces prêts sans même les avertir d'examiner les implications futures.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  10. Selon un article étonnant dans le Wall Street Journal, de nombreux baby-boomers sont effectivement avoir de l'argent retiré de leurs chèques de sécurité sociale en raison de prêts étudiants non payés. Donc, quand vous allez dans la dette de prêt étudiant, il peut littéralement vous hanter pour le reste de votre vie ...

    Le gouvernement a recueilli environ 1,1 milliard de dollars de la part des bénéficiaires de la Sécurité sociale de tous les âges pour aller vers des prêts étudiants non payés depuis 2001, dont 171 millions l'an dernier, a annoncé mardi le Government Accountability Office. La plupart des bénéficiaires touchés au cours de l'exercice 2015-114 000-étaient âgés de 50 ans ou plus et recevant des prestations d'invalidité, avec l'emprunteur typique perdre environ 140 $ par mois. Environ 38 000 étaient âgés de plus de 64 ans.

    Le rapport souligne la forte croissance des baby-boomers entrant en retraite avec la dette des étudiants, la plupart emprunté il ya des années pour couvrir leur propre éducation, mais certains utilisés pour payer pour la scolarité de leurs enfants. Dans l'ensemble, environ sept millions d'Américains âgés de 50 ans et plus ont dû environ 205 milliards de dollars en dette étudiante fédérale l'année dernière. Environ 1 sur 3 étaient en défaut, augmentant la probabilité que les garnitures augmentent à mesure que plus de baby-boomers se retirent.

    Ce que nous faisons ne fonctionne clairement pas, mais je ne suis pas particulièrement optimiste que ce système sera fixé dans un avenir proche.

    Si vous êtes un jeune, vous devez avoir un plan solide avant de poursuivre une éducation collégiale coûteuse. Beaucoup de jeunes seulement important dans tout ce qu'ils veulent sans même envisager si elle mènera à une bonne carrière. Et au lieu de travailler dur pour obtenir leur diplôme en quatre ans, beaucoup décident qu'ils veulent étirer l'expérience du collège pour cinq ou six ans afin qu'ils puissent faire la fête autant que possible avant d'entrer dans le monde réel.

    Le monde réel est un endroit froid et cruel, et si vous commencez votre vie nouvelle se noyer dans la dette qui va simplement rendre les choses encore plus difficile pour vous.

    Sur une note personnelle, je tiens à remercier tous ceux qui ont soutenu la croissance des Nouvelles les plus importantes. Il s'agit d'un centre central d'actualités où vous pouvez trouver tous mes articles, les articles d'auteurs invités incroyables et de nombreuses nouvelles importantes de partout dans le monde réunis en un seul endroit. Certains problèmes techniques ont forcé le site à être en baisse pendant de longues périodes de temps ces derniers temps, mais maintenant il est migré vers un serveur beaucoup plus puissant. Je ne vais pas le mettre à jour pendant la migration, mais je devrais reprendre un calendrier d'affichage normal à nouveau très bientôt.

    Et je tiens à remercier tous mes lecteurs pour faire de 2016 une année absolument fantastique. Je vous aime tous, et je vous souhaite tout le meilleur que nous nous dirigeons vers ce qui devrait s'avérer être un "très intéressant" 2017.

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/generation-snowflake-percentage-of-young-adults-living-with-their-parents-hasnt-been-this-high-since-1940

    RépondreSupprimer
  11. Pour les enfants, la pauvreté signifie déficits psychologiques en tant qu'adultes


    22 décembre 2016
    par Susan Kelley



    Un grand nombre et de plus en plus de recherches montrent que les enfants pauvres grandissent pour avoir une foule de problèmes physiques plus que les adultes.

    Maintenant ajouter des déficits psychologiques à la liste, les chercheurs Cornell dire.

    La pauvreté chez les enfants peut entraîner d'importants déficits psychologiques à l'âge adulte, selon une nouvelle étude approfondie. La recherche, menée par les participants au suivi sur une période de 15 ans, est la première à montrer que ces dommages se produisent dans le temps et dans un large éventail de façons.

    Les enfants appauvris de l'étude avaient plus de détresse psychologique que les adultes, y compris une conduite plus antisociale comme l'agression et l'intimidation et plus de comportement d'impuissance, que les enfants de milieux à revenu moyen. Les enfants pauvres ont également eu plus de stress physiologique chronique et plus de déficits dans la mémoire spatiale à court terme.

    «Ce que cela signifie, si vous êtes né pauvre, vous êtes sur la trajectoire d'avoir plus de ce genre de problèmes psychologiques», a déclaré Gary Evans, l'auteur de l'étude et Elizabeth Lee Vincent professeur d'écologie humaine, et Professeur dans les départements de conception et d'analyse environnementale, et le développement humain.

    Pourquoi ? En un mot, le stress.

    "Avec la pauvreté, vous êtes exposé à beaucoup de stress. Tout le monde a du stress, mais les familles à faible revenu, les enfants à faible revenu, en ont beaucoup plus", a déclaré Evans. "Et les parents sont également sous beaucoup de stress. Donc pour les enfants, il ya une exposition au risque cumulatif."

    Evans, psychologue de l'enfant spécialisée dans les effets du stress sur les enfants, est l'auteur de "La pauvreté de l'enfance et le bien-être psychologique des adultes", publié le 12 décembre dans les Actes de l'Académie nationale des sciences (PNAS).

    Les résultats sont importants parce que les enfants qui grandissent dans la pauvreté sont susceptibles de rester appauvris en tant qu'adultes, a déclaré Evans. Par exemple, il y a une chance de 40 pour cent que le revenu d'un fils sera le même que le revenu de son père. C'est parce que les États-Unis ont la moindre mobilité sociale de toute démocratie occidentale riche, a t-il dit.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  12. «Les gens se promènent avec cette idée dans leur tête que si vous travaillez dur, jouer selon les règles, vous pouvez aller de l'avant», a déclaré Evans. "Et ce n'est qu'un mythe, ce n'est pas vrai."

    Dans son étude, Evans a testé 341 participants, tous blancs, à 9, 13, 17 et 24 ans.
     
    La mémoire spatiale à court terme a été testée en demandant aux participants de l'étude adultes de répéter des séquences de lumières et de sons de plus en plus complexes en appuyant sur quatre blocs colorés dans l'ordre correct - semblable au jeu «Simon». Les adultes qui ont grandi dans la pauvreté avaient une capacité diminuée de rappeler les séquences, par rapport à ceux qui n'ont pas.

    "C'est un résultat important parce que la capacité de conserver l'information dans la mémoire à court terme est fondamentale pour une foule de compétences cognitives de base, y compris le langage et la réussite", a écrit Evans.

    Bien que les participants n'aient été évalués sur cette mesure que lorsqu'ils étaient adultes, ce test a été le plus fortement associé à la pauvreté chez les enfants des quatre mesures.

    L'impuissance a été évaluée en demandant aux participants de résoudre un puzzle impossible. Les adultes qui ont grandi dans la pauvreté ont abandonné 8 pour cent plus vite que ceux qui n'étaient pas pauvres comme des enfants. Des recherches antérieures ont démontré que l'exposition chronique à des facteurs de stress incontrôlables - comme la tourmente familiale et le logement inadéquat - tend à induire l'impuissance.

    La santé mentale a été mesurée avec un indice bien validé et standardisé de la santé mentale avec des déclarations incluant «je discute beaucoup» et «je suis trop impatient». Les adultes qui ont grandi dans la pauvreté étaient plus susceptibles d'être d'accord avec ces questions que les adultes d'un milieu à revenu intermédiaire.

    Le stress physiologique chronique a été testé en mesurant la pression artérielle des participants, les hormones du stress et l'indice de masse corporelle. Les adultes qui ont grandi dans la pauvreté ont eu un niveau plus élevé de stress physique chronique tout au long de l'enfance et à l'âge adulte.

    L'étude a deux implications, a dit Evans. Premièrement, une intervention précoce pour prévenir ces problèmes est plus efficace et plus susceptible de travailler.

    "Si vous n'intervenez pas tôt, ça va être vraiment difficile et va coûter beaucoup d'intervenir plus tard", a t-il dit.

    Deuxièmement, l'augmentation des revenus des familles pauvres est le moyen le plus efficace de réduire l'exposition de l'enfant à la pauvreté et, à son tour, le risque de développer des problèmes psychologiques. Evans soutient la création d'un filet de sécurité, similaire au revenu supplémentaire de la Sécurité sociale pour les personnes âgées et handicapées. Si une famille est pauvre et a des enfants, le gouvernement fédéral devrait leur fournir des revenus supplémentaires suffisants pour participer à la société, a t-il dit.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  13. «Ce n'est pas vrai que vous ne pouvez rien faire à propos de la pauvreté, c'est juste qu'il y ait une volonté politique et que des gens soient prêts à recadrer le problème plutôt que de blâmer les pauvres et même plus absurdes de blâmer leurs enfants», dit.

    "Il s'agit d'une question de société, et si nous décidons de réaffecter des ressources comme nous l'avons fait avec les personnes âgées et la sécurité sociale, nous pourrions changer le type de données que cette étude montre", a t-il dit.

    "Pourrions-nous nous débarrasser de la pauvreté ? Probablement pas", a déclaré Evans. "Mais je pense que nous pourrions la changer radicalement."

    http://medicalxpress.com/news/2016-12-kids-poverty-psychological-deficits-adults.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le raisonnement de l'enfant n'est pas que familial mais évolue surtout dans une promiscuité scolaire qui l'impliqueront forcément dans de mauvaises directions. Ainsi, la présence d'étrangers à la région, au pays (barrière linguistique et religieuse), marqueront l'enfant victime qui reproduira plus tard les paroles et les gestes de ses congénères plutôt que ceux des parents adultes.

      (...) Par exemple, il y a une chance de 40 pour cent que le revenu d'un fils sera le même que le revenu de son père. C'est parce que les États-Unis ont la moindre mobilité sociale de toute démocratie occidentale riche, a t-il dit. (...)

      Notons que 'la mobilité sociale' dépend des modes de communications mis à disposition de l'enfant et non de 'l'ouverture de son pays aux étrangers incultes'.

      Supprimer
  14. La température stimule la biodiversité


    22 décembre 2016


    Pourquoi la diversité des animaux et des plantes est-elle si inégalement répartie sur notre planète ? Une équipe de recherche internationale dirigée par l'Université de Würzburg a fourni de nouvelles données sur cette question fondamentale de l'écologie. Les chercheurs ont constaté que la biodiversité dépendait de la température.

    La diversité des plantes et des animaux dans les régions arctiques de la Terre est modérée. Les latitudes tropicales, en revanche, regorgent d'espèces multiples, et de nouveaux organismes sont découverts tout le temps.

    Quelle est la cause de cette répartition inégale ? Pourquoi les tropiques abritent-ils plus d'espèces que de hautes latitudes ? "Cette question a intrigué les écologistes pendant un certain temps", explique le professeur Ingolf Steffan-Dewenter du Biocenter de l'Université de Würzburg. "Il y a environ 10 ans, les éditeurs de Science ont déclaré que c'était une des 25 questions les plus importantes de la science encore à répondre."

    Il existe de nombreuses hypothèses. L'une, par exemple, est que la productivité primaire d'un habitat est finalement décisive pour le nombre d'espèces qui y vivent. En termes simples: «Un gâteau plus grand peut soutenir plus d'espèces qu'un petit", selon l'écologiste Würzburg Dr. Marcell Peters. Une autre hypothèse suppose que la vitesse d'évolution et la spéciation dépendent de la température. Selon cette hypothèse, plus d'espèces prospèrent dans un climat plus chaud que dans un climat froid.

    Ces hypothèses ont généralement été examinées en se concentrant sur des groupes choisis d'espèces. Par exemple, les études n'ont observé que des oiseaux, des abeilles, des fourmis ou des fougères et ont analysé leur diversité dans différentes régions du monde, p. Ex. En Amérique du Nord, en Europe ou le long des gradients d'altitude dans les Alpes. «Certaines études appuient une hypothèse, tandis que d'autres soutiennent une autre hypothèse», dit Peters, et affirme qu'il est encore loin d'établir une «règle générale», que les écologistes visent.

     La température stimule la biodiversité

    Dans la revue Nature Communications, Peters et l'unité de recherche "FOR1246" présentent une nouvelle étude après quatre ans de travail: "Sur le mont Kilimandjaro, l'un des plus grands gradients climatiques de la Terre, nous avons observé tant de groupes d'animaux et de plantes en parallèle, »Dit le chercheur.

    Dans l'ensemble, l'équipe a examiné huit groupes de plantes et 17 groupes d'animaux, des abeilles aux chauves-souris. Trente-huit scientifiques d'Allemagne, de Tanzanie et d'autres pays ont participé à l'étude à grande échelle; Ils étaient soutenus par une cinquantaine de chauffeurs, de transporteurs et d'autres assistants locaux. "Nous avons dû grimper dans les régions montagneuses pendant plusieurs jours pour atteindre les plus hauts sites d'étude," dit Peters.
     

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  15. La zone d'étude s'étendait des savanes au pied de la montagne aux habitats à une altitude de 4.550 mètres qui ne supportent guère les plantes. Les données de tous les groupes ont été recueillies dans les mêmes zones et dans la même période, respectivement. «Cette approche nous a permis non seulement d'analyser la biodiversité de chaque groupe, mais aussi celle de communautés entières».

    La diversité augmente avec la température

    L'étude a révélé que la biodiversité dans les communautés est principalement déterminée par la température. Plus il fait chaud, plus la diversité est grande. "Plus les groupes d'animaux et de plantes que vous étudiez en parallèle, plus la signification de la température pour expliquer la biodiversité, alors que l'importance de toutes les autres variables diminue en conséquence.

    Les scientifiques pensent que ce sont des preuves solides soutenant l'hypothèse que la température est en fait plus décisive pour les modèles de distribution de la biodiversité globale que la productivité ou la taille des habitats.

    http://phys.org/news/2016-12-temperature-biodiversity.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) Pourquoi la diversité des animaux et des plantes est-elle si inégalement répartie sur notre planète ? (...)

      Whooâh, là, on sent l'intensité de la recherche et de la connerie qu'il va sortir.

      (...) Pourquoi les tropiques abritent-ils plus d'espèces que de hautes latitudes ? "Cette question a intrigué les écologistes pendant un certain temps" (...)

      Qu'est-ce que je disais ! Les écologistes (synonymes de gros cons) se seraient aperçu que la faune et la flore se développe mieux grâce à la chaleur ! Cà alors !

      (...) la productivité primaire d'un habitat est finalement décisive pour le nombre d'espèces qui y vivent. En termes simples: «Un gâteau plus grand peut soutenir plus d'espèces qu'un petit", selon l'écologiste Würzburg Dr. Marcell Peters. (...)

      Exemple: L'Arctique ou l'Antarctique sont des lieux immenses (gros gâteaux) qui abritent... rien ! Hahaha !

      (...) Plus il fait chaud, plus la diversité est grande. (...)

      Ils ont dû monter à 4.550 mètres pour apprendre çà !!

      Supprimer
  16. Une rescapée d'un réseau pédocriminel de l'élite témoigne : silence habituel des médias


    mercredi 21 décembre 2016


    Anneke Lucas est née en Belgique et a été vendue à un réseau de trafic sexuel à l'âge de six ans. Ce réseau a fait les gros titres en 2004 lors du scandale de pédophilie impliquant Marc Dutroux, qui affirmait faire partie d'"un réseau qui comprenait des membres de haut rang des forces de police et du gouvernement." A partir de 1969, Lucas a été abusée par le réseau qui a commis sur elle des actes de violences sexuelles et qui l'a torturé avant de la libérer en 1974 lorsqu'elle avait onze ans.

    Lucas affirme avoir reçu des instructions de survie par celui qui l'a sauvé qui comprenaient le fait de déménager à Londres, Paris et New York. Après avoir vécu dans les trois villes en tant que jeune adulte, elle a déménagé à Los Angeles en 1986 où elle a commencé la thérapie, le yoga et la méditation.

    Voici le récit de cette rescapée d'un réseau, de même type que celui évoqué dans le scandale du pizzagate, dont les médias ne veulent pas parler. La vidéo qui va suivre comporte des descriptions de sévices vraiment durent à entendre.

    "J'ai était élevé en Belgique et ai été vendue à un réseau pédocriminel aux alentours de mon 6ème anniversaire. J'ai été abusé dans ce réseau pendant 5 ans et demi. Des hommes adultes qui faisaient partis de ce club exclusif étaient là pour des raisons très variées.

    Il y avait beaucoup d'alcool et de drogues et les enfants servaient de marchandises, ils étaient les marchandises qui avaient le plus de valeur et étaient surtout violés mais il y a un certain nombre d'aristocrates qui faisaient parti de ce club et qui aimaient aussi tuer les enfants.

    Puis, un jour mon heure est venue. A l'âge de 11 ans, j'allais être tué. J'ai été torturé car quelqu'un qui m'avait protégé pendant un certain temps puis qui m'avait abusé vraiment violemment en avait fini avec moi. J'ai été attaché à un bloc de boucher. Il était noir à cause du sang de tous les enfants qui étaient passés par là avant moi.

    J'étais là pendant plusieurs heures. Mon corps est plein de cicatrices. Et chaque cicatrice me rappelle ce moment. Je pensais que j'allais être tué comme tous les enfants qui n'étaient pas assez appréciés pour qu'ils restent en vie. Et j'allais être oublié moi aussi. Et je n'étais pas prête à mourir. Quelqu'un appartenant à ce réseau m'aimait suffisamment pour me sauver. Cette torture a duré plusieurs heures.

    Cependant, j'étais dans ce réseau pendant 5 ans et demi. Pendant cette période, j'ai été violé, beaucoup, beaucoup, beaucoup de fois. Mes cicatrices ne permettent pas de mesurer à quel point j'ai été violé mais j'ai fais un calcul. Habituellement, il s'agissait d'une nuit entière pendant le weekend. Donc j'ai estimé que j'ai été violé environ 6 heures par semaines, 1716 heures de viols avant mes 12 ans...[...]"

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  17. - voir clips sur site -

    On pourrait penser qu'un témoignage aussi poignant et impliquant un réseau pédocriminel de l'élite ferait le tour des médias internationaux : pas du tout. Actuellement, on ne trouve son témoignage que sur la chaine Youtube de l'emission de RT "In The Now"...et c'est tout. Son témoignage a pourtant été publié il y a 2 jours sur la toile.

    Malheureusement, les termes "réseau pédocriminel" plus "élite" n'ont jamais fait bon ménage dans les médias qui préfèrent ne pas parler de ce sujet ou alors les faire passer pour de fausses informations. Pourtant, ces réseaux existent. Ils ne sont pas rares et cela n'a pas lieu qu'en Belgique.

    "Viols d'enfants : la fin du silence » est un reportage présenté par Elise Lucet sur France 3 le 27 mars 1999. Ce reportage révèle l'existence d'un réseau pédo-satanique actif sur la France en dévoilant l'enfer vécu par plusieurs enfants qui expliquent avoir été abusé au cours de cérémonies très étranges qu'ils représentent sur des dessins.

    Dans ce reportage et au cours du débat qui s'ensuit, il est question de viols, de meurtres rituels, de têtes coupées, de charniers d'enfants (notamment en région parisienne selon les propos du substitut du procureur Bouillon), mais il est aussi question de l'attitude étrange de la Justice qui malgré les nombreux éléments à charge du père, dont les extraits de différentes conversations éloquentes provenant d'écoutes téléphoniques, oblige ces enfants à retourner chez leur père contre leur gré et malgré leurs larmes.

    Les témoignages des enfants sont discrédités sous prétexte qu'ils sont doués d'un imaginaire fantasmatique particulièrement fertile alors que plusieurs psychiatres et spécialistes affirment qu'ils ne peuvent pas avoir inventé ce qu'ils racontent avoir vécu. En visionnant cette vidéo sur Internet, vous percevrez à travers leurs témoignages, l'intensité de leurs souffrances, de leurs peurs lorsqu'ils expliquent avec leurs mots d'enfant ce qu'ils ont vécu et ne veulent surtout plus vivre. Ce genre de témoignages ne permets pas de douter de la véracité des faits."

    http://www.fawkes-news.com/2016/12/une-rescapee-dun-reseau-pedocriminel-de.html#6eYJyLo2M5BTaXhJ.99

    RépondreSupprimer
  18. Europe : la menace des enfants djihadistes



    22 déc. 2016, 19:49


    L'Europe fait face a de plus en plus de cas d'enfants radicalisés et prêts à passer à l'action. L'Allemagne a arrêté un adolescent de 12 ans qui préparait des attaques terroristes. Des cas similaires ont été mis au jour en France et en Belgique.

    La récente attaque de Berlin a éclipsé l’émergence du phénomène des djihadistes mineurs en Europe. Début décembre, un enfant allemand d’origine irakienne aurait tenté de faire sauter un engin explosif de fabrication artisanale, remplis de clous, près d’un marché de Noël. Le suspect, âgé de seulement 12 ans, a été décrit par les autorités allemandes comme radicalisé et envisageant de rejoindre l'Etat islamique. Il est le plus jeune détenu d’Europe dans le cadre d’une affaire terroriste.

    Son cas n’est cependant pas isolé, deux adolescents âgés de 15 et 17 ans ont également été arrêtés dans le sud de l'Allemagne en décembre. Ils auraient été interpellés alors qu'ils étaient en train de se procurer des armes à feu pour commettre des attaques à Francfort.

    La question de la radicalisation des jeunes est prise très au sérieux en Allemagne, le ministère de l'Intérieur indique dans un rapport daté de septembre avoir identifié plus de 340 imams radicaux à être entrés en contact avec des réfugiés. Le ministère précise que les enfants non-accompagnés sont particulièrement sensibles à ces messages extrémistes. Une étude réalisée conjointement par le Centre d'information contre l'extrémisme hongrois, la police judiciaire et le Service de renseignement allemands, estime par ailleurs à 7% le nombre de mineurs parmi les djihadistes allemands partis en Syrie et en Irak.

    La France n'est pas épargnée par le phénomène, ces derniers mois les affaires terroristes impliquant des mineurs se sont multipliées. Depuis le mois de juin, une jeune Lyonnaise de 15 ans est détenue à Fleury-Mérogis, soupçonnée d'avoir participé à la préparation d'un attentat devant toucher la capitale française.

    Des agents de la DGSI ont également arrêté, dans le XXe arrondissement, un adolescent âgé de 15 ans «en lien avec le djihadiste français Rachid Kassim», et qui s'était proposé pour une action terroriste.

    Les autorités belges ont indiqué de leur côté qu’elles traitaient actuellement une dizaine de dossiers de mineurs en contact avec l’organisation terroriste Daesh. Les jeunes concernés, tant des garçons que des filles, étaient «impliqués de près ou de loin dans des activités liées à l'Etat islamique».

    Lire aussi : Dans une vidéo choquante, des parents djihadistes envoient leurs filles se faire exploser en Syrie

    https://francais.rt.com/international/31056-europe-menace-enfants-djihadistes

    RépondreSupprimer
  19. Dans une vidéo choquante, des parents djihadistes envoient leurs filles se faire exploser en Syrie


    22 déc. 2016, 15:06


    Un père s’est filmé en train de donner ses dernières recommandations à ses fillettes de sept et neuf ans pour qu’elles commettent un attentat suicide contre les forces du gouvernement syrien à Damas. La plus jeune serait parvenue à ses fins.

    Une vidéo particulièrement perturbante a circulé ces derniers jours sur les réseaux sociaux, montrant un père djihadiste demander à ses deux fillettes d’aller commettre une attaque kamikaze contre des infrastructures du gouvernement syrien de Bachar el-Assad.

    «Fatima, que vas-tu faire aujourd’hui ?», demande le père à sa fille de neuf ans, qui lui répond : «Je vais faire un attentat-suicide.»

    «Tu ne vas pas avoir peur car tu iras au paradis, pas vrai ?», lance l’homme à son autre fille âgée de sept ans, Islam, avant de faire scander aux deux enfants : «Allahou Akbar».

    Selon le journal britannique Daily Mail, qui cite des sources locales, l’homme dans la vidéo serait un combattant du groupe rebelle djihadiste Jabhat Fatah al-Cham, anciennement Jabhat al-Nosra et lié à al-Qaïda. Citant des comptes Twitter pro-rebelles, le site d’information indépendant Al-Masdar News confirme cette information, présentant l’homme comme un certain Abou Nimr.

    Dans une autre séquence lugubre mettant en scène les mêmes petites filles, on peut voir une femme vêtue d'une burqa, présentée comme leur mère, étreindre ses rejetons et leur dire au revoir.

    Le 16 décembre, le journal syrien Al Watan a rapporté qu’une fillette de sept ans s’était faite exploser dans un commissariat de police du quartier de Midane, à Damas. Elle serait parvenue à pénétrer dans l’enceinte en prétextant qu’elle était perdue, puis aurait actionné sa veste explosive. Selon le quotidien, trois officiers de la police syrienne aurait été blessés dans l’attaque et l’enfant serait décédée. L’agence de presse russe RIA Novosti avait pour sa part évoqué un bilan de trois morts et cinq blessés.

    En raison de leur caractère profondément perturbant, RT France a choisi de ne pas diffuser directement les deux vidéos choquantes sur son site. Si vous souhaitez malgré tout les consulter, vous pouvez les retrouver sur Twitter ici et là:

    https://francais.rt.com/international/31038-video-choquante-parents-djihadistes-envoient-filles-se-faire-exploser-syrie

    RépondreSupprimer
  20. 7 000 terroristes présumés dans la nature en Allemagne selon un ex-chef du renseignement britannique


    22 déc. 2016, 19:47


    Alors que le suspect de l’attentat de Berlin était connu pour sa dangerosité avant son passage à l’acte présumé, l’ancien chef du renseignement antiterroriste de Grande-Bretagne estime que des milliers de terroristes potentiels sont dans la nature.

    Ancien dirigeant du département antiterroriste du MI6, les services secrets britanniques, Richard Barrett a indiqué, dans le journal britannique Daily Mail, qu'Anis Amri, principal suspect de l’attentat de Berlin qui a fait 12 morts et 48 blessés le 19 décembre, n’était qu’un parmi les milliers de «terroristes potentiels très extrêmes [dont le nom apparaît] dans les registres».

    «De plus, si l’on inclut l’ensemble des Länder d’Allemagne, ils ont environ 7 000 cas existants», a-t-il ajouté, précisant que ces individus étaient impossibles à pister.

    L’intervention de Richard Barrett survient après la révélation que le suspect de l’attaque au camion-bélier d’un marché de Noël berlinois, Anis Amri, était connu des services de police pour ses penchants extrémistes et sa dangerosité.

    https://francais.rt.com/international/31055-7000-terroristes-dans-nature-allemagne-ex-chef-renseignement-britannique

    RépondreSupprimer
  21. Crise bancaire italienne : lâchée par l'UE, Rome s'apprête à renflouer toute seule la Monte Paschi


    22 déc. 2016, 17:09


    Après avoir échoué à se refinancer sur les marchés financiers, et après le refus de la BCE de lui accorder plus de temps, le sauvetage de la Monte Paschi par les contribuables italiens apparaît comme la dernière solution possible pour éviter le pire.

    La Banca Monte Paschi di Siena (BMPS) semble se diriger vers un renflouement par l'Etat italien. Le parlement italien en a déjà accepté le principe en votant à 389 voix contre 134 une (grosse) enveloppe de quelque 20 milliards d'euros afin d'éviter que les banques italiennes, et au premier chef la BMPS, ne s'effondrent. De quoi charger encore davantage le fardeau d'une dette nationale de plus de 2 360 milliards d'euros, soit 130% de son produit intérieur brut.

    La plus vieille banque du monde est toujours sous perfusion, et, après l'échec du référendum porté par Matteo Renzi, la Banque centrale européenne (BCE) se montre intransigeante. Matteo Renzi était en effet le garant des réformes économiques – dont celle du marché du travail – que Bruxelles exigeait en échange de son soutien au banques italiennes.

    Non-assistance de la BCE

    Le 9 décembre 2016, la banque centrale refusait ainsi à la Monte Paschi, troisième plus grande banque italienne, un délai supplémentaire pour se renflouer. Sur les 5 milliards nécessaires pour parer au plus pressé, la BMPS n'avait réussi à lever qu'un seul petit milliard, un fonds d'investissement souverain du Qatar initialement pressenti n'ayant finalement pas contribué au pot. La BCE a ainsi jugé qu'un report du délai au 20 janvier 2017 ne servirait à rien et a invité l'Etat italien a renflouer lui-même la Monte Paschi, et le cas échéant les autres établissements bancaires de la péninsule en difficulté, telle Unicredit ou la Banca Popolare.

    Les banques italiennes ont en effet besoin d'aide et c'est urgent. Plombées par leur 360 milliards d'euros de dette, leur faillite toucheraient des milliers de petits épargnants, mais ce n'est pas tout. Avec un effondrement des banques italiennes, c'est le secteur bancaire européen dans son ensemble qui est menacé. Derrière l'«arbre italien», se cache une forêt de banques grevées par des «créances douteuses» et des «prêts non performants», appellation pudique pour des actifs pourris, c'est-à-dire qui ne seront probablement jamais recouvrés.

    Rome seule, malgré l'Union bancaire européenne

    L'Italie s'emploie depuis juin 2016 à ce que ses banques ne soient pas le premier domino de l'après-Brexit, de faillites en cascades qui entraîneraient le secteur bancaire européen tout entier dans la tourmente.

    Lire aussi
    La victoire du «non» et la défaite de Renzi

    Afin de parer à des faillites systémiques, le parlement de l'Union européenne a voté en avril 2014 la création d'un Mécanisme de supervision unique (MSU), dispositif de surveillance qui implique une nouvelle délégation de souveraineté au profit de l'entité supranationale européenne. Le MSU fait de l'Union européenne le tuteur en dernier ressort des banques européennes. Mais, en réalité le MSU est en fin de compte adossé à la Banque centrale européenne.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  22. En clair, le dispositif n'intervient que si la BCE donne son accord et accepte de fournir les «liquidités» – en réalité de simples lignes d'écriture de monnaie électronique, alias planche à billet – nécessaires pour racheter les créances douteuses des banques. Quel que soit le jargon utilisé, l'Union bancaire européenne pose la BCE en tuteur des banques européennes, dont nombre sont plombées par les titres de dette souveraine – celle émise par les Etats – qu'elle détiennent. Une dette d'ailleurs émise après la crise financière de 2008 afin de renflouer... les géants bancaires, précisément considérés comme «too big to fail».

    Lire aussi : Matteo Renzi remplacé par Paolo Gentiloni à la tête du gouvernement italien

    https://francais.rt.com/economie/31044-crise-bancaire-monte-paschi-aide-etat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) le sauvetage de la Monte Paschi par les contribuables italiens (...) !!!!!!!

      Supprimer
  23. Souriez, vous êtes filmés, traqués, fliqués, suspects


    RTS
    ven., 23 déc. 2016 04:33 UTCCarte


    Les caméras de vidéosurveillance sont partout sur le domaine public. Avec le terrorisme et le sentiment d'insécurité ambiant, elles rassurent une population qui, dans l'ensemble, les voit d'un oeil bienveillant. Mais ce système de lutte contre la criminalité est controversé. On craint des atteintes massives à la protection de la personnalité, qui feraient que chacun de nos faits et gestes serait désormais épié, espionné. Ainsi à Genève, une expérience unique en Suisse, celle d'une surveillance en direct 24 h sur 24 h de tout un quartier, vient d'être terminée. Dans d'autres villes par contre, comme Thoune, on a fait ses comptes et finalement retiré toutes les caméras des rues !

    -- Commentaire : Inutile d'espérer un possible retour en arrière : la majorité des citoyens n'est pas gênée par la présence des caméras de surveillance. A quelques exceptions près, on constate que la propagande sécuritaire fait correctement son (sale) boulot. Même s'il est prouvé que l'espionnage constant n'empêche absolument pas l'apparition d'accident, d'agression et de bombes qui explosent. --

    Une société qui s'érige en modèle de vertu et de liberté, mais qui se surveille elle-même, qui considère les éléments qui la constitue comme possiblement dangereux, suspects, coupables... Cette société peut-elle produire des individus psychologiquement sains, forts, indépendants, libres ? Évidemment non. Elle produira certainement une population consentante, soumise, effrayée, ou chaque nouvelle génération biberonné au numérique devient toujours plus dépendante du Système que la précédente.

    https://fr.sott.net/article/29690-Souriez-vous-etes-filmes-traques-fliques-suspects

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Il y a qq années, Londres (8,6 millions d'hab.) affichait 500 000 caméras de surveillance !

      Si un surveillant regarde 10 écrans= 50 000 employés
      50 000 employés x 6 h/j = 200 000 employés payés par les contribuables !!! (rien qu'à Londres !!).

      Supprimer