- ENTREE de SECOURS -



samedi 26 mars 2016

TOP 10 des PEURS 2015 USA

20 commentaires:


  1. Centrales nucléaires de Belgique craintes qu'elles soient vulnérables au terrorisme

    26 mars 2016
    par legitgov

    Comme un mouvement visant des agents de l'État islamique spirale sur Bruxelles et dans au moins cinq pays européens vendredi, les autorités ont été également mis l'accent sur une plus étroite mais plus en plus inquiétante menace : la vulnérabilité des centrales nucléaires de Belgique.
    L'enquête sur les attentats meurtriers de cette semaine à Bruxelles a déclenché l'alarme douce que l'État islamique cherche à attaquer, infiltrer, sabotage ou obtienne des matières nucléaires ou radioactives dans un pays avec une histoire déjà tumultueuse de la sécurité qui devient caduque à ses installations nucléaires, un appareil de faible intelligence et un réseau terroriste profondément enraciné.
    Vendredi, les autorités ont dépouillé des badges de sécurité plusieurs travailleurs à une des deux usines où tous les employés non essentiels ont été renvoyés chez eux quelques heures après les attentats à l'aéroport de Bruxelles et un métro plus achalandé de la ville de stations trois jours avant.
    Des images de surveillance d'un haut fonctionnaire à une autre installation nucléaire belge ont été découvertes l'an dernier dans l'appartement d'un militant présumé lié aux kamikazes qui a déclenché l'horreur ici à Bruxelles, ainsi que ceux qui ont perpétré le massacre qui a tué 130 personnes à Paris en novembre.

    http://www.legitgov.org/Belgium-Fears-Nuclear-Plants-Are-Vulnerable-Terrorism

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec les drones livreurs de pizzas ou de tartes à la crème, s'ouvre une immense voie libre aux drones livreurs d'armes ou de bombes à domicile ! Mais oui, puisque c'est permis ! Permis d'acheter comme de s'en servir ! Donc, aujourd'hui le drone n'est plus réservé aux paparazzis officiels qui filment ou photographient comme enregistrent du son grâce aux canons aéroportés, mais c'est un formidable élan au terrorisme où, ceux qui étaient appelés 'terroristes' pour être partis à l'étranger faire la guerre sont - en retour - appelés désormais des 'réfugiés' ! (Ce qui ne change en rien leurs actions) et, de plus, sont subventionnés à 670 €/mois ! pour chacun + 'envoloppes pour la dignité' dont on en ignore encore le nombre de millions qu'elles contiennent, en plus des allocation diverses et frais de soins hospitaliers gratuits dont doit jouir tous terroristes ! ("C'est pas vous qui payez, c'est l'Etat !").

      Ainsi, à la question ''les centrales nucléaire dans le monde sont-elles susceptibles d'être attaquées par des terroristes ?'', la réponse est: oui ! Oui parce que dès lors que des drones peuvent se permettre (avec l'accord du Gouvernement de merde en place) de survoler tous les bâtiments militaires ou pas, il est certain que des bombes peuvent donc être transportées par mini-drones ou, carrément, des ulm pilotés à distance.

      A la question "si les tuyauteries extérieures d'alimentation en eau des réacteurs qui courent au sol sont-elles protégées oui ou merde ?", là, comme pour Fukushima, je répondrai: non !

      Parce que: RIEN n'a été fait pour protéger d'un accident aérien (chute dessus de quelque chose) ou terrestre (tremblement de terre), car, les tuyauteries (PVC ou fer) ne sont PAS montées sur verin ! ni protégées par un 'petit toit couvrant. Ainsi, se peut-il que l'hiver les conduites d'eau gèlent !!! et que les tuyaux se détériorent mettant la vie mondiale en danger car, si les réacteurs nucléaires ne sont plus approvisionnés en eau: la température intérieure monte en passant de 300°C à 3000°C ! Et donc: Fuku 2 made in Belgium.

      Danger car, la Belgique n'est PAS le Japon et n'a pas d'océan à perte-de-vue à côté. Ainsi, si pour Fukushima les particules radioactives échappées lors de l'explosion des 3 réacteurs ont pu être contrôlées/redirigées au scalaire vers le pôle Nord (en un premier temps), il ne serait possible d'en faire autant avec l'autre monarchie(dans la colle) car elle serait de contaminer tous les pays riverains traversés !

      Supprimer
  2. WikiLeaks gouttes Hillary Email bombe qui pourrait mettre fin à sa campagne mais le FBI l'a censuré

    25 mars 2016
    par legitgov

    Mercredi, une importante archive contenant plus 30 000 d'e-mails Hillary ont été libérés. Bien que le département d'Etat a commencé à libérer les emails en mai l'an dernier - après une demande de la Freedom of Information Act - c'est la première fois que les messages ont été rendues facilement accessibles dans un format consultable, gracieuseté de WikiLeaks...

    WikiLeaks a accusé Facebook de la censure, disant que le site de réseautage social bloque l'accès des utilisateurs à la dernière expédition de Clinton. Les e-mails libérés ont découvert que la favorite présidentielle a contribué à répandre le chaos et l'extrémisme en Libye. Ils ont aussi révélé qu'elle a poussé pour la privatisation du pétrole au Mexique et transmis des courriels prétendant qu'une guerre sunnite-chiite serait une bonne chose pour Israël et l'Occident.

    http://www.legitgov.org/WikiLeaks-Drops-Hillary-Email-Bomb-Could-End-Her-Campaign-FB-Censored-It

    RépondreSupprimer
  3. L'Union européenne djihadiste


    Pepe Escobar
    Sputnik
    sam., 26 mar. 2016 10:44 UTC
    Traduit par Questions Critiques


    Il a fallu quatre mois pour attraper à Bruxelles, après une fusillade, Salah Abdeslam - l'un des présumés commandos des attaques du 13 novembre à Paris. Il n'a jamais fui vers la Syrie ; il n'a jamais bougé de sa chambre meublée de Molenbeek.

    Il n'a fallu que quatre jours pour que le coup tordu suivant se produise - une attaque djihadiste coordonnée à l'aéroport de Bruxelles et dans une station de métro à 500 mètres du siège de l'UE.

    Dans un scénario de retour de manivelle, c'était largement prévisible. Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, avait même prévenu au cours du week-end précédent que des attaques étaient imminentes. Plus préoccupant est la révélation selon laquelle les services secrets belges - de même que des services de renseignements occidentaux - avaient une info « précise » sur le risque d'une attaque à l'aéroport et d'une probable attaque dans le métro.

    Et ce qui encore plus important, avant l'arrestation d'Abdeslam, nul autre que le sultan néo-ottoman Erdogan, le dirigeant d'un « allié clé de l'OTAN », avait pressenti que la catastrophe était imminente : « Il n'y a aucune raison pour que la bombe qui a explosé à Ankara n'explose pas à Bruxelles, ou dans toute autre grande ville européenne ». Evidemment, Erdogan établissait un lien, horrible et faux, entre les Kurdes et les djihadistes-salafistes, tout en donnant l'air de délivrer un mélange de prophétie et de menace.

    Schengen mort-vivant

    Une fois encore, l'Europe s'est noyée dans cette même vieille litanie boiteuse. Deux frères djihadistes kamikazes. Un artificier expert de Daech - qui pourrait avoir fabriqué les vestes suicides utilisées à Paris, bourrées de triperoxyde de triacétone (TATP). Un poseur de bombe suicide ayant échappé à toute détection à l'aéroport et qui a laissé un testament sur son ordinateur portable. Un mystérieux fusil retrouvé près de l'un des djihadistes qui s'est fait sauter.Aucun passeport n'a été trouvé - du moins pas encore ; à la place, un drapeau de Daech accusateur.

    Un tsunami de policiers a congestionné les rues des capitales européennes pour « soulager l'angoisse du public » et pour « agir comme force de dissuasion ». - comme si cette démonstration de force mettrait en œuvre autre chose que de la peur.

    Le Département d'Etat américain - fidèle à son ineptie légendaire - a laissé échappé que Daech est « sous pression. Les diplomates américains auraient pu tout aussi bien avoir fait appel à « l'allié de l'Otan », Erdogan, pour lequel le faux « califat » peut être au minimum un agent actionnable pré-positionné sur l'échiquier moyen-oriental.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  4. Des quantités de politicards européens ont distillé leurs meilleures larmes de crocodiles sur leurs costumes Zegna en se lamentant d'une « attaque contre l'Europe démocratique » - une attaque, soit dit en passant, qui a été perpétrée par des citoyens qui sont nés et ont grandi en Europe, qui sont devenus des transformistes djihadistes dans cette guerre menée en Syrie par alliés interposés, laquelle est lourdement soutenue par des membres assortis de l'UE.

    L'audimat du dernier spectacle de l'UE - les chamailleries sauvages à propos du « défi de sécurité » de la forteresse Europe - a battu tous les records. Dans de nombreuses capitales européennes, les beffrois ont « célébré » avec avidité, à l'unisson, la diabolisation des réfugiés et la décapitation du multiculturalisme.

    Et Schengen, qui se trouvait en mode zombie, a été frappé par une carabine à canon scié et est maintenant, eh bien, plutôt mort.

    La fin de Schengen pourrait coûter à l'UE jusqu'à 100 milliards de dollars. Pour leur part, la xénophobie et l'islamophobie - qui sont offertes en bonus - n'ont jamais été aussi florissantes.

    Des sources à Europol jurent qu'au moins 5000 djihadistes sont entrés en Europe déguisés en réfugiés. Personne ne pose cette question : s'ils ont été positivement identifiés, alors comment se fait-il qu'ils n'aient pas été arrêtés ? Au moins 400 d'entre eux pourraient être prêts à provoquer le chaos dans toute l'Europe.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, contournant un fatras de désinformations, a au moins rappelé à tout le monde le triste résultat de la politique (européenne) du deux poids deux mesures, qui fait la distinction entre les « bons » terroristes (nos « rebelles modérés ») et les « mauvais » terroristes.

    Il se trouve que l'aéroport de Bruxelles est situé à quelque deux kilomètres du siège de l'OTAN - dont la mission présumée est de maintenir la sécurité en Europe tout en agissant, en fait, comme un Robocop, de l'Afrique à l'Asie centrale. Les Djihadistes, à la place, ont visé un aéroport sous sécurité quasi-maximale et une station de métro à deux pas du Berlaymont, le siège de la Commission européenne (CE). Ils auraient même pu prévoir d'attaquer deux centrales nucléaires, à Doel et à Tihange.

    Le fait que Daech fasse sauter des citoyens de l'UE et de nombreuses autres nationalités juste sous le nez de l'OTAN ne peut que susciter l'étonnement. En particulier lorsque l'on sait que pour l'Otan et sa triste galerie de docteurs Folamour, à l'instar du Général Breedlove, l'« ennemi » n'est pas le djihadisme-salafiste, mais la Russie « diabolique ».

    Pourquoi pas un droit d'ingérence humanitaire pour l'Europe ?

    Il est toujours éclairant d'examiner la lecture que fait de la scène l'univers des think tanks américains. Après Paris, ils ont beaucoup fait l'éloge de la France lorsqu'elle s'est déclarée « en guerre », qu'elle a accru son « activité militaire » au Moyen-Orient, et qu'elle a voté un Patriot Act français destiné à rester en place pendant longtemps.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  5. A présent, les penseurs de l'Empire exceptionnaliste sont déprimés parce que l'UE ne dispose pas d'une armée (en fait, elle en a une : celle de l'Otan) et « ne peut donc pas réagir » à ce qu'ils ont sous-titré « le 11/9 belge ». Bien sûr, l'Otan peut « réagir » ; elle pourrait marcher sur Daech dans toute la « Syrak » en impliquant à juste titre le droit d'ingérence humanitaire (dans ce cas, pour protéger des centaines de millions d'Européens). Mais ce n'est pas une priorité, et ça ne l'a jamais été. Faire porter tout le chapeau à la Belgique en tant qu'Etat défaillant est trop facile. Cela fait partie de l'énigme, mais ce n'est pas le cœur du problème.

    Attendez-vous à ce que les « dirigeants » de l'UE tiennent un sommet imminent pour faire quelque chose, n'importe quoi, à propos de Daech. Peut-être leur offrir un deal - ou s'abaisser à en leur proposer un, comme celui récemment passé avec « l'allié de l'Otan » Erdogan (illégal selon la loi internationale), qui traite les migrants comme de la simple marchandise et bafoue des quantités de barrières logistiques et légales.

    Et, à point nommé, avec les cadavres à Bruxelles qui ne sont toujours pas enterrés, le Premier ministre turc Ahmat Davutoglu, a une fois encore appelé à une zone de sécurité, nulle part ailleurs qu'en Syrie, soulignant que la sécurité de l'Europe commence avec la Turquie.

    La crise européenne des réfugiés a également commencé en Turquie ; ce fut Ankara, en premier lieu, qui les libéra en masse de leurs camps de détention. Une question légitime est de savoir si Ankara aurait le culot d'inonder l'UE de réfugiés sans le feu vert de Washington ; la logique, dans ce cas, serait, pour améliorer son statut anti-russe, de « forcer » l'entrée de la Turquie dans l'UE - la condition d'Erdogan est que les négociations de l'entrée de la Turquie devrait s'accélérer.

    L'UE pourrait toujours proposer à Daech un « accord, vous ne nous bombardez pas ici en Europe et nous ne vous bombardons pas en 'Syrak' ». Mais attendez une minute ! Cet arrangement « officieux » existe déjà, à travers la coalition OTAN-CCG [Conseil de coopération du Golfe] dirigée par les USA.

    Ne vous attendez pas à ce que les politicards européens établissent le lien, comme avec la guerre secrète menée par l'UE en Syrie - en particulier à travers l'armement de quantités de « rebelles modérés » par l'Angleterre et la France - qui a produit un retour de manivelle. Attendez-vous à la place au renforcement drastique de la « sécurité » aéroportuaire jusqu'aux bouteilles de Perrier.

    Il est désormais plus qu'établi qu'il y a eu une « décision délibérée » à Washington de laisser Daech - qui a vu le jour à Camp Bacca, une prison américaine en Irak - se développer et prospérer. L'aéroport de Bruxelles se trouvait au niveau de sécurité le plus élevé possible. Une cellule djihadiste-salafiste est parvenu à échapper à une vaste chasse à l'homme dans tout Bruxelles pendant quatre mois. Une tactique de style opération Gladio - conduite par la CIA et l'OTAN, comme au bon vieux temps - reste une solide hypothèse de travail. L'Opération Gladio avait établi un principe occidental inflexible, selon lequel tuer des innocents pour une cause plus élevée est justifié.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  6. Contrecarrer une plus étroite coopération économique et commerciale entre la Russie et l'Europe reste l'objectif clé des USA. Cela induit également une intrigue secondaire : les médias institutionnels occidentaux continueront de se plaindre que ces horribles « musulmans » bafouent « nos valeurs » - tandis qu'en Russie, bien sûr, lorsque le terrorisme frappe, tout est de la faute de Poutine à cause de sa mainmise sur le nord du Caucase.

    Pourtant, dans un environnement 21ème siècle à la Gladio, les fausses bannières conduisant à une subversion de la démocratie à travers une stratégie de tension serviraient maintenant un but différent : contrôler et manipuler l'opinion publique européenne - au moyen de la peur, du terrorisme et d'agents provocateurs (Daech faisant amplement l'affaire) - avec l'objectif orwellien ultime de maintenir l'Europe assujettie aux impératifs géopolitiques des USA exceptionnalistes.

    L'objectif orwellien est toujours de regarder de haut une Société Apeurée. Au moins, nous savons tous désormais que les casseurs du faux « califat » ne se donneraient jamais la peine d'attaquer l'Otan, le défenseur autoproclamé des « valeurs » de l'Europe. Le feraient-ils ?

    http://fr.sott.net/article/27948-L-Union-europeenne-djihadiste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Qui sème la tempête récolte le vent !"

      Supprimer
  7. 16 US navires qui ont aidé le Japon encore contaminés par les radiations


    14 mars 2016
    par Matthew M. Burke CAMP FOSTER, Okinawa -

    Seize navires américains qui ont participé aux efforts de secours après une catastrophe nucléaire du Japon il y a cinq ans restent contaminées par de faibles niveaux de rayonnement de la centrale nucléaire estropiée de Fukushima Dai-ichi, hauts responsables de la Marine ont dit Stars and Stripes.

    Au total, 25 navires ont pris part à l'opération Tomadachi, le nom donné pour les activités américaines d'aide humanitaire après le tremblement de terre de magnitude 9,0 et le tsunami le 11 Mars 2011. Le tsunami, dont les vagues atteint des sommets de déferlement de 130 pieds, estropié Fukushima plante, provoquant une fusion nucléaire.

    Dans les années depuis la crise, les navires ont subi des efforts de nettoyage, la Marine a dit, et 13 Marine et trois navires Military Sealift Command ont encore quelques signes de contamination, surtout pour les systèmes de ventilation, les moteurs principaux et des générateurs.

    "Les faibles niveaux de radioactivité qui restent sont dans des zones normalement inaccessibles qui sont contrôlés conformément aux procédures strictes," la Marine a déclaré dans un courriel à Stars and Stripes. «Le travail dans ces domaines se produit principalement lors de grandes disponibilités d'entretien et exige que les travailleurs de suivre les procédures de sécurité strictes."

    Tous les espaces normalement accessibles et de l'équipement à bord des navires ont été interrogés et décontaminés, le vice-amiral. William Hilarides, commandant de Naval Sea Systems Command, a écrit à Stars and Stripes.

    "La contamination radioactive trouvée sur les navires impliqués dans l'Opération Tomodachi est à des niveaux aussi bas que cela ne pose pas un problème de santé pour les équipages, leurs familles ou le personnel d'entretien», a déclaré Hilarides.

    Le plus grand navire américain à prendre part à l'opération de secours a été le porte-avions USS Ronald Reagan, qui porte normalement un équipage de plus de 5.000 marins. En 2014, trois ans après la catastrophe, le système de ventilation de l'Reagan a été contaminée par 0,01 millirems de rayonnement par heure, selon la Marine. les lignes directrices de la Commission de réglementation nucléaire conseille pas plus de 2 millirems de rayonnement en une heure dans une zone sans restriction, et 100 millirems au total dans une année civile à partir de sources internes et externes dans les zones non affectées et contrôlées, l'exposition à temps plein sur le Reagan serait inférieure à cette.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  8. Plume de rayonnement

    Dans les jours après le tsunami a frappé le complexe de Fukushima, l'usine a subi de multiples explosions et des réacteurs a commencé à fondre.

    Les fonctionnaires du CNRC a déclaré au Congrès que des niveaux extrêmement élevés de radiation ont été émis à partir de l'usine avec facultés affaiblies. experts nucléaires japonais a déclaré vents forcé un panache radioactif en mer, et les efforts pour maintenir les barres de combustible refroidir à l'eau de mer ont causé des tonnes d'eau rayonné à immerger dans l'océan.

    Le Reagan a été envoyé pour prendre part aux efforts de secours, en arrivant le lendemain. responsables de la Navy disent que le supercarrier à propulsion nucléaire Nimitz-classe est resté au moins 100 miles nautiques de la plante endommagée, mais de nombreux marins ont contesté la comptabilité de la Marine, en disant qu'ils étaient si proches qu'ils pouvaient voir la plante.

    La Marine a reconnu que le Reagan passé à travers un panache de rayonnement. images de la Marine ont montré les marins avec leurs visages couverts, frotter le pont du Reagan avec de l'eau et du savon comme une mesure de précaution après. Le Reagan et les marins sont restés au large des côtes du Japon pendant plusieurs semaines pour aider leurs alliés japonais.

    Le navire de plusieurs milliards de dollars, prévu pour durer au moins 50 ans après son lancement en 2001, puis a été mis hors ligne pendant plus d'un an pour «l'entretien profond et modernisation» au chantier naval de Puget Sound Naval Facility Intermediate Maintenance à Bremerton, Washington, selon les responsables de la Navy.

    "Les procédures étaient en place pour surveiller, contrôler et éliminer toute contamination résiduelle de bas niveau", a déclaré la Marine. "Le personnel travaillant sur les systèmes potentiellement contaminés ont été contrôlés avec des dosimètres sensibles, et aucune exposition aux rayonnements anormaux ont été identifiés."

    Mises à niveau et de nettoyage ont également eu lieu au prochain arrêt du navire à San Diego.

    Les marins qui ont effectué le travail dit qu'elle impliquait l'accès aux espaces dans les profondeurs du navire, les tests de niveaux élevés de rayonnement, et si elle a été trouvée, le ponçage, l'amorçage et la peinture des zones. Ils disent qu'il ont reçu peu ou pas de matériel de protection, une réclamation qui nie la Marine.

    Sur les 1.360 personnes à bord du Reagan qui ont été suivis par la marine après l'incident, plus de 96 pour cent ont été trouvés ne pas avoir contamination interne détectable, la Marine a dit. La dose maximale mesurée était inférieure à 10 pour cent de l'exposition annuelle moyenne à une personne vivant aux États-Unis.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  9. Les effets des rayonnements inconnus

    Les experts divergent sur les effets des rayonnements en général et, en particulier, pour ceux qui sont impliqués dans l'Opération Tomodachi.

    Huit marins Reagan, affirmant une foule de conditions médicales disent-ils sont liés à l'exposition aux radiations, ont porté plainte en 2012 contre l'opérateur de la centrale nucléaire, Tokyo Electric Power Co. Le costume affirme que TEPCO a menti, câline la marine plus proche de l'usine, même si il connaissait la situation était désastreuse. General Electric, EBASCO, Toshiba Corp. et Hitachi ont ensuite été ajoutés en tant que défendeurs pour des allégations de pièces défectueuses pour les réacteurs.

    Un porte-parole de TEPCO a refusé de commenter cette histoire en raison de la poursuite des marins, qui a été prévu pour aller de l'avant les appels en attente dans le 9ème Circuit Court of Appeals des Etats-Unis.

    Les maladies énumérées dans le procès comprennent les maladies génétiques du système immunitaire, des maux de tête, difficulté à se concentrer, des problèmes de thyroïde, saignements de nez, des saignements rectaux et gynécologique, la faiblesse des côtés du corps accompagnée de la diminution de la masse musculaire, la perte de mémoire, la leucémie, le cancer des testicules, des problèmes de vision, de haute hauteur bourdonnements dans les oreilles et l'anxiété.

    La liste des marins qui se sont joints à la poursuite, qui fait son chemin à travers les tribunaux, est passé à 370.

    Au début de 2014, le Congrès a ordonné Secrétaire adjoint à la Défense pour les affaires de la santé Dr Jonathan Woodson pour enquêter sur les revendications.

    Après une étude examinée par des pairs dans les niveaux d'exposition, Woodson a rendu compte au Congrès, défendant la réponse et les garanties de l'armée.

    Les maladies que les marins ont développé depuis l'opération ne sont pas à la suite de la campagne de secours, at-il dit.

    «Il n'y a pas de preuve objective que les marins ... expérimentés exposition aux rayonnements qui se traduirait par une augmentation du nombre attendu de maladies radiogéniques au fil du temps», a écrit Woodson. "Les doses de rayonnement estimées pour tous les individus dans le registre Opération Tomodachi, y compris les marins sur l'USS Ronald Reagan, étaient très petites et bien au-dessous des niveaux associés à des conditions médicales défavorables."

    En outre, Woodson a dit, plus de marins auraient été malade si les niveaux étaient suffisamment élevés pour que les maladies citées. Il y avait à la hausse de 5000 marins à bord du Reagan au moment de l'opération. Il a également dit les symptômes développés trop tôt pour être associé à l'opération.

    Mais Shinzo Kimura - professeur à l'Université médicale Dokkyo au Japon qui a étudié l'exposition aux rayonnements de Hiroshima et de Nagasaki à Tchernobyl et, maintenant, Fukushima - a dit qu'il était pas trop tôt pour les marins à montrer des symptômes de conditions liées à l'exposition. Les médecins ont vu des conditions chez les enfants vivant près de l'usine qui a fait surface plus tôt que normalement prévu.

    Kimura, engagé par le gouvernement de la ville de Nihonmatsu pour son expertise dans le domaine, a été le premier scientifique sur le terrain des lectures dans le sillage de la catastrophe de Fukushima. Il a dit chaque personne et la façon dont leur corps est affecté par le rayonnement est différent.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  10. Bien incapable de dire définitivement si les marins ont été écœurés par le rayonnement, Kimura a estimé que les niveaux à bord du Reagan étaient suffisamment élevés pour causer des maladies. Sinon, dit-il, pourquoi passer par la gêne de nettoyages répétés à abaisser les niveaux de rayonnement?

    «Il est impossible de spéculer ou de calculer combien les doses étaient avant les deux travaux de décontamination," at-il dit. "L'armée américaine est très bon à la gestion des risques. Considérant que, il est supposé que décontaminations ont été menées deux fois parce que les niveaux ne sont pas favorables."

    http://www.military.com/daily-news/2016/03/14/16-us-ships-that-aided-japan-still-contaminated-with-radiation.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors que ces mêmes navires ont servis bien avant et après à transporter des munitions à l'UA vers l'Irak, Afghanistan, libye et Syrie, voila que se pose la question du comment faire pour en décontaminer les navires ou avions transporteurs ?

      Solution la plus lucrative: accuser le Japon et au devoir de raquer !

      Supprimer
  11. Les limites physiques de la conception de puce : Elles ne pouvent pas être inférieures

    Angela Gruber
    Samedi, 26.03.2016 11:52

    Depuis cinquante ans les puces d'ordinateur ont été progressivement plus petites, moins chères et plus puissantes. Mais maintenant, bientôt la fin de la la Loi de Moore. Parce que le psy a une fin, se développe la révolution numérique ?

    Les premiers ordinateurs n'étaient qu'une chambre de remplissage. Quelques années plus tard, ils étaient encore énorme, parfois seulement encore maladroit. Aujourd'hui, un Smartphone normal a 120 millions de fois la puissance de calcul de l'ordinateur de contrôle du programme de lune d'Apollo de la NASA. L'iPad 2 serait encore en 1994 sur la liste des superordinateurs les plus rapides au monde.

    Cette évolution aurait été impossible sans puces toujours plus petites, plus puissantes et encore moins chères. Mais peut-être l'industrie de puce à un moment donné est arrivé quand elle doit - abandonner son principe de croissance exponentielle ou nouvelle façon de penser. La révolution numérique perd dès maintenant, où elle a commence à pénétrer dans presque tous les domaines de la vie, les virages ?

    Pendant des décennies, la règle simple de Gordon Moorea été jugé pour la fabrication de la puce. Le chimiste et physicien, a été un membre fondateur du fabricant l'instant mondial de semi-conducteurs Intel. En avril 1965, il a formulé une prévision qui, pour la validité de 50 ans, devrait garder incroyable dans le magazine « Électronique », avec une vue de la mise au point précédent : Moore a fait remarquer que le nombre de composants du circuit sur un circuit intégré double chaque année et prédit que cette seule fois s'allument. Plus tard, il a corrigé la durée à deux ans.

    Le colosse est considéré comme premier ordinateur numérique électronique programmable dans le monde. Il a été développé en 1943 durant la seconde guerre mondiale par l'ingénieur anglais des fleurs de Tommy. Qui devrait élaborer une machine au nom des britanniques, qui pourrait - déchiffrer la machine de Lorenz, de l'armée allemande et donc la communication de l'ennemi de la guerre. La vitesse de calcul de la Colusssus : 5000 opérations par seconde.

    Beaucoup comme le premier Super ordinateur est le 6600 CDC les données de contrôle de société US Corporation. Avec son lancement en 1965 ont été soudainement très différents calcul réalité services : il travaille autour de trois fois plus vite que le précédent ordinateur le plus puissant du monde, le tronçon de IBM 7030. Jusqu'à ce que son successeur, le CDC 7600, remplaça cinq ans plus tard comme l'ordinateur le plus rapide du monde. Le CDC 6600 avait raccourci à une vitesse de calcul de 3 millions par seconde, FLOPS opérations en virgule flottante.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  12. Le super-ordinateur troisième de la maison de Cray ne pouvait seulement s'attendre, mais il aurait pu tenir ici aussi lâche comme le design d'intérieur pour une discothèque. Sur d'autres modèles du constructeur, vous pouvez facilement prendre place : ils servent de sièges, de couleurs vives. Le Cray-2 dans l'image remplacé par le Cray X-MP comme chef de file parmi les mainframes : de 1985 à 1990, la calculatrice design futuriste a été l'ordinateur le plus rapide du monde. Vitesse : FLOPS 3,9 millions.

    L'ancien directeur de la national Supercomputing Research Center de Singapour, William Hale, sur une photo d'archives montre les Cray T94. Il vient de la série de Cray T90, qui a eu lieu en 1995. Le T94 a entre huit et 16 processeurs, tandis que son grand frère, le T932, jusqu'à 32 processeurs. Dans la grande version de la Cray n'était pas juste une bonne affaire : ça coûte environ $ 35 millions.

    L'Apple I est un des premiers ordinateurs, groupe de monde aujourd'hui Apple 1977 est vendu à l'époque par 666 dollars.

    Seul "chargement", puis "exécuter": Si vous avez commencé des programmes sur la désormais légendaire Commodore 64. Il a ouvert un nouveau monde - les enfants des années 1980 lorsque les prix d'achat de parents pourrait faire le 1495 marquent lâches. A coûté tellement le C64 à savoir lors du lancement en Allemagne en 1983.

    L'Earth Simulator de NEC electronics group a pris un fier 3250 mètres carrés. Un nouveau bâtiment qui était assez grand pour accueillir l'ordinateur géant avait été spécialement construit à Yokohama. Sa tâche consistait à, un modèle de données riche de climat de la terre pour pouvoir calculer, prévoir quant aux conséquences du réchauffement climatique. L'énorme puissance requise : de 2002 à 2004, l'Earth Simulator a été le superordinateur le plus rapide du monde. Vitesse : 35.860.000.000.000 tongs

    En 2008, le Roadrunner était la fierté d'IBM: à cette époque, la société a annoncé que l'ordinateur comme premier ordinateur du monde avait réussi plus de 1 Billiard opérations par seconde et donc sauter la barrière pétaflops.

    Mais dans le monde des ordinateurs, le compte rendu des Roadrunners IBM ne dura pas longtemps. Un an plus tard, en novembre 2009, les $ 133 millions de la chère calculatrice géante de son sommet est repérée comme l'ordinateur le plus rapide du monde a été remplacé - par un gros ordinateur nommé Jaguar. Vitesse : 1.105.000.000.000.000 tongs

    2013, le titre du superordinateur le plus rapide du monde a été déjà procédé sur l'American Oak Ridge National Laboratory à Knoxville. L'ordinateur local titane contenait de nombreuses composantes de son prédécesseur, l'ordinateur central Jaguar, mais toujours encore plus rapide. La fin fini titane de 2015 est toujours une position de tête parmi les super ordinateurs. Vitesse : 17.590.000.000.000.000 tongs. (Dix Sept Millions Cinq Cent Quatre Vingt Dix Mille Milliards).

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  13. iPhone, MacBook Air, iPad 2 dans un magasin et affichage : la puissance de calcul de la technologie a évolué rapidement, que l'iPad sur la photo 2 en 1994 pour les ordinateurs les plus rapides du monde serait ont compté.

    L'ordinateur actuellement le plus rapide du monde est en Chine, au Centre national de super-ordinateur à Guangzhou. Le Tianhe-2 est au moins sur un rang mondial de la première place parmi les supercalculateurs novembre 2015. Il précède de Cray et le séquoia par IBM avant le titane et avait déjà une puissance de calcul de 33,86 pétaflops dans sa phase d'expansion. Et bien sûr devrait être encore plus.

    « La loi de Moore est à la fin, » explique un chercheur d'IBM

    Comme la Loi de Moore, Loi de Moore, était la prévision au pilier évident pour le principe directeur de l'industrie. Elle a beaucoup plus de temps que jamais il serait attendu Moore lui-même. Des sociétés comme Apple et Microsoft peuvent compter pendant des décennies sur les puces - ensuite comme une loi de la nature - correspondant à la prévision.

    Dans les années 1990 a été discutée, mais, lorsque le développement des ordinateurs toujours plus petites puces avec plus de puissance augmentera. Le fabricant de circuits intégrés ont affiné leurs techniques, a interjeté appel pour chaque avantage, eux-mêmes temps - jusqu'à présent.

    « Loi de Moore est à la fin, » dit Thilo Maurer. Il a étudié la technologie des semi-conducteurs pour IBM. « Il y a des limites physiques auxquels nous ne pouvons pas secouer. » La fin proche de la principe de rétrécissement a également averti le commerce magazine « Nature » en février .

    L'actuelle Intel chef Brian Krzanich annoncé l'an dernier qui prolongera la période de développement d'une génération de processeurs Intel pour les prochaines années de deux ans et demi. La période de deux ans définie par Moore a été n'est plus stable - même si les Krzanich se fait rapidement remarquer, il pourrait aussi être simplement une dent temporaire de développement. Mais qui apparaît de plus en plus improbable.

    Moins de quelques atomes n'est pas - et ne vaut pas

    L'industrie de la puce pense déjà à inimaginable de petites tailles. Ils ont confiance en nanomètres, donc en millièmes de millimètre. À l'œil nu, une telle largeur de structure ne peut plus être vu, un cheveux agit par rapport épais comme un tronc d'arbre. Sur un processeur moderne avec seulement quelques millimètres carrés de taille, plusieurs milliards de transistors peuvent aujourd'hui être pressant. Processeur Intel 4004 1971 inclus seulement 2300 transistors.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  14. Les traces d'aujourd'hui sont seulement quelques atomes de larges. Arrivé à cette petite taille, les lois de la mécanique quantique dans le jeu, les chercheurs d'IBM ont dit Maurer. Vous gâcher le comportement de la particule. « La technologie silicium gère attendue à seulement sept ou cinq nanomètre à venir », il estime. Puis se termine par la miniaturisation.

    Les derniers processus qui rétrécit physiquement possibles son également « frais d'aménagement significativement plus élevées » connectés. Plus il se rétrécira encore l'architecture de puce, il devient plus cher.

    La Loi de Moore a également continué, parce que l'industrie s'apprêtait à investir de l'argent pour le progrès. Certains fabricants renoncent bien avant la limite de cinq nanomètres. Toshiba en 2015 a annoncé qu'ils ont utilisé largement ce que l'on appelle NAND Flash mémoire n'est plus rétrécir veut quitter. N'ont aucun sens de vouloir venir sur moins de 15 nm.

    Qui pratiquait jusqu'à présent résumé de transistors sur une puce, comment elle décrit Moore pousse leurs limites, moyens mais pas la fin de la conception de puce. L'industrie de recherche sous la devise « More than Moore » sur des idées nouvelles.

    « La discussion sur la Loi de Moore devrait prendre en compte, qu'il y a plus de miniaturisation », cela signifie de fabricant de circuits intégrés Infineon. « Les possibilités techniques, plus petites, moins cher et en même temps possible de faire des semi-conducteurs, ne sont toujours pas atteint son apogée. »

    De nombreux fabricants utilisent, par exemple, de se spécialiser dans leurs processeurs et d'atteindre des performances supérieures en intégrant divers jetons spéciaux dans un système. Vous pouvez obtenir des performances supérieures dans leur mission comme un transformateur généralement aligné.

    Puces poussent maintenant dans la hauteur

    Si elle ne sont plus petites, est également proche de faire meilleur usage du terrain existant. Fabricants de puces donc développent de nouvelles techniques de construction et de la connexion - par exemple les cheminées verticales ou la distribution horizontale dans un logement commun à haute pression.

    Toshiba peut avoir été interrompu ses composants NAND-Flash - cela s'applique uniquement à la 2D-Variante, dit Axel Sanogo de Toshiba. Au lieu de cela, il met l'accent sur le développement de la 3D-Varianten. Ainsi, il est possible de performances significativement plus de temps. La Loi de Moore doit donc, mais pas encore être amortie.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  15. Vous pouvez l'imaginer quelque chose comme la construction en 3D comme dans une ville qui est réglée chez l'homme de plus en plus dense, inquiétant, dit traiter surtout avec mémoire Flash pour Toshiba. À un certain moment, tous les secteurs de la construction sont exploités. Si la surface utilisable dans la hauteur cesse de croître. Ceci est causé par les gratte-ciels et immeubles de grande hauteur.

    C'est aussi quelque chose comme le 3D-Nand-Flash. Actuellement Toshiba 48 couches de piles, à l'étape suivante, il devrait être déjà 64, esturgeon homme dit. "Nous avons besoin d'examiner dans quelle mesure nous pouvons obtenir dans la production. Je suppose que plus d'une centaine de couches sont possibles, mais pas beaucoup plus. »

    Le cerveau humain comme modèle

    Les limites de la Loi de Moore sont aussi l'élan nécessaire pour explorer des approches radicales et à rendre évidente l'industrie : l'un sera la composante fondamentale de la technologie des semi-conducteurs, le silicium à l'épreuve. L'Institut Leibniz pour la microélectronique innovante sur étudie pas germanium ou graphique mieux pour les puces pouvait acquérir.

    Maurer et ses collaborateurs dans le projet SyNAPSE avec neuromorphen recherche sur les systèmes plus chez IBM. Ces systèmes sont basés sur les structures du système nerveux des personnes. L'architecture des puces est fondamentalement changé avec le cerveau humain comme modèle. Qui devrait apporter plus de performance et d'économie d'énergie – les nouvelles puces auraient besoin de beaucoup moins d'énergie que les précédentes puces, IBM promet.

    « Nous pouvons établir un tout nouveau genre de traitement des données », dit Maurer. Que c'est un objectif assez noble, il sait. La fin de Moore mais juste n'est pas la fin du cours.

    Dispositifs à semi-conducteurs : les serviteurs de calcul de l'âge de l'informatique

    - Transistor Deutsches MuseumTransistors peuvent amplifier les signaux électriques (importants pour une utilisation dans des radios) ou servent de commutateurs non mécanique. Transistors de commutation peut constituer les deux États de base du système binaire : puissance ou aucun pouvoir, 1 ou 0 - la base des technologies de l'information.

    - Un circuit intégré combine des éléments tels que les transistors, les résistances et les condensateurs. Sur les processeurs d'ordinateur des millions de transistors placés - on en trouve 820 millions par exemple sur Intel "Penryn" chips série aujourd'hui.

    http://www.spiegel.de/netzwelt/web/moore-s-law-die-goldene-regel-der-chiphersteller-broeckelt-a-1083468.html

    RépondreSupprimer
  16. Après les oliviers, c’est au tour des frênes

    le 26 mars 2016
    par jacqueshenry

    On en parle peu car après tout les frênes, en dehors de la confection de manches de pioche pour la future révolution, n’ont pas vraiment d’intérêt économique contrairement aux oliviers. Les ormes ont subi un sort funeste dans les années 70 et ont disparu du paysage forestier. Les frênes vont-ils subir la même destinée ? C’est la question que les spécialistes de l’environnement se posent très sérieusement. En effet les frênes subissent l’attaque de deux ravageurs, un coléoptère et un champignon. Depuis le début des années 2000 des millions de frênes sont morts à cause de ce scarabée originaire d’Asie après que sa présence ait été détectée en Amérique du Nord. Sa présence a été signalée dans la région de Moscou en 2003 et sa progression a été spectaculaire dans l’Europe entière puisqu’il arrive maintenant dans le nord de l’Allemagne.

    La larve de cet insecte (Agrilus planipennis) ravage l’écorce des branches de l’arbre qui finit par mourir. Le scarabée en lui-même n’est pas trop dangereux pour l’arbre, quelques feuilles lui suffisent chaque jour mais les larves annihilent le transport de la sève et les branches meurent les unes après les autres. Ci-dessous l’aire de répartition des frênes en Europe.

    Une autre plaie s’abat sur les frênes et elle est tout aussi mortelle. Il s’agit d’un champignon ascomycète appelé Hymenoscyphus fraxineus. Il s’agit d’une sorte de mutant d’un autre champignon qui n’était pas considéré comme fatal pour la végétation et déjà décrit au milieu du XIXe siècle. Cette nouvelle sous-variété d’ascomycète comporte en effet deux cycles de vie, une forme végétative constituée d’un mycélium qui attaque l’écorce des branches et une forme sexuée qui produit des spores aisément transportés par le vent. C’est la raison pour laquelle la progression de la maladie des frênes a été spectaculaire. Il semble que cette forme mutée soit apparue en Pologne où elle fut décrite pour la première fois en 1992. Aujourd’hui les frênes de l’Europe entière, y compris ceux des Iles Britanniques, sont infectés (voir le lien sur ce blog) et l’arrivée prévue du scarabée dont la progression est impossible à enrayer terminera le travail des ascomycètes. Des forêts européennes entières pourraient être défigurées à court terme …

    Source : The Guardian, illustrations The Guardian, Wikipedia et onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1365-2745.12566/full

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/11/02/quand-les-eoliennes-remplacent-les-arbres/

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/03/26/apres-les-oliviers-cest-au-tour-des-frenes/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai et confirmé que TOUTES les plantes comme les arbres attrapent des maladies comme subissent les attaques de bestioles... faute d'être traités. Ainsi, en plus des plantes et fruits d'arbres consommables faudrait-il désormais apporter des produits de traitement - voire d'en modifier les organismes à bon escient comme le sont les autres OGM sortis de laboratoires - pour en défendre leur vie.

      Si le jeu en vaut la chandelle...

      Supprimer