- ENTREE de SECOURS -



vendredi 19 décembre 2014

Antibiotique

29 commentaires:

  1. Le médicament générique grand RIP-OFF


    Soumis par Tyler Durden le 16/12/2014 20:50-0500
    Soumis par Charles Hugh-Smith de OfTwoMinds blog,


    Big Pharma a suivi la seule avenue à gauche pour récolter les bénéfices de milliard-dollar : soulevez le prix des génériques.

    Ce qui se passe quand les cartels rapaces plus de produits de milliard-dollar-profit ? Ils soulevent le prix de ce qui était auparavant peu coûteux. Et pourquoi sont-ils en mesure d'augmenter les prix de 388 à 8 000 % à volonté ? Parce qu'ils peuvent. C'est tout l'intérêt d'avoir un cartel qui est activé et appliqué par le cartel toadies et apologistes dans l'État central (fédéral): hausses de prix peuvent être imposées sur le gouvernement et le secteur privé à volonté.

    j'ai été alerté à la hausse des prix extraordinaires dans les médicaments génériques largement utilisés par les Ishabaka (M.D.), qui l'a transmis cette fiche d'information publiée par le Bureau du sénateur Bernie Sanders: (tableau est reproduit ci-après)

    Les augmentations de prix incroyable pour les médicaments génériques
    "REP Elijah E. Cummings et le sénateur Bernard Sanders envoyé des lettres à 14 fabricants de médicaments demandant des informations sur l'escalade des prix des médicaments génériques utilisées pour traiter tout, des conditions médicales communes à des maladies mortelles. Données ont été fournies par le Healthcare Supply Chain Association (HSCA) sur les récents achats de groupe achat d'organisations (GPO) des dix médicaments génériques".
    Voici les commentaires de Ishabaka :

    "Je tiens à mettre l'accent sur l'one - doxycycline haut de la page. Il s'agit d'un antibiotique très efficace pour la pneumonie, la bronchite et les maladies sexuellement transmissibles (chlamydia et gonorrhée). Tout au long de ma carrière médicale, il a été un médicament générique bon marché, j'ai utilisé tout le temps. Son coût est passé de 20 $ par prescription à plus de 1 600 $ par ordonnance dans les 12 derniers mois.

    Personnes à faible revenu utilisé pour être en mesure de payer la doxycycline, qui arrêterait la propagation de ces infections graves, parfois mortelles. Maintenant, ils ne peuvent pas, et il n'y a aucun médicament aussi bon que la doxycycline disponible à un prix avantageux. Je pense qu'il s'agit d'un outrage. Imaginez que si une bouteille générique d'aspirine a augmenté dans le prix de la bouteille de 10 $ à 800 $ la bouteille en 12 mois - américains pourraient marcher en signe de protestation".

    Le monde trouble de la tarification des médicaments est d'attirer une attention indispensable :

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  2. Les législateurs cherchent des moyens de procurer un soulagement pour la hausse de coût des médicaments génériques

    Depuis 30 ans, les médicaments génériques ont contribué à rendre les soins de santé moins cher. Pourquoi est en pleine progression leur coût ?

    Ce qui ne peut pas oser politicards et les grands médias État ouvertement est évident : le système de développement de médicaments et de tarification et de la distribution de médicaments génériques est rompu aux États-Unis, et la cause de base est la structure de type cartel de Big Pharma et le reste du système de santé.


    Bien que dans la bureaucratie ou les grands médias, personne ne peut dire publiquement, la raison de ces augmentations scandaleuses est douloureusement évidente : stable comme Big Pharma du feuillet milliards de dollars de médicaments hors brevet, leur pipeline de profit s'affaiblit.

    La pipeline de médicaments potentiellement milliards de dollar à but lucratif (médicaments dits blockbuster) est mince. Alors Big Pharma a suivi la seule avenue à gauche pour récolter les bénéfices de milliard-dollar : jack monter le prix des médicaments génériques et pousse le gouvernement à payer les augmentations scandaleuses par Medicare et Medicaid et forcer les augmentations sur les assureurs privés et les fournisseurs de. Si nous avons juste rouler en accepter les augmentations de 8 000 %, nous méritons le système corrompu, rapace, que nous avons.

    - voir tableau sur site:

    http://www.zerohedge.com/news/2014-12-16/great-generic-drug-rip

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...)Ce qui se passe quand les cartels rapaces plus de produits de milliard-dollar-profit ? Ils soulevent le prix de ce qui était auparavant peu coûteux. Et pourquoi sont-ils en mesure d'augmenter les prix de 388 à 8 000 % à volonté ? Parce qu'ils peuvent. C'est tout l'intérêt d'avoir un cartel qui est activé et appliqué par le cartel toadies et apologistes dans l'État central (fédéral): hausses de prix peuvent être imposées sur le gouvernement et le secteur privé à volonté. (...) !!!

      Supprimer
  3. Traité transatlantique : un effet nuisible sur l'économie européenne, démontré par deux études

    Elisabeth Schneiter
    Reporterre
    ven., 19 déc. 2014 14:05 CET

    Destructions d'emplois, baisse des salaires, pertes nettes en terme de PIB... Autant de répercussions négatives du TAFTA/TTIP sur l'économie européenne, pointées par deux nouvelles études qui contredisent l'optimisme affiché par la Commission européenne.

    En ce vendredi 19, une manifestation se déroule à Bruxelles contre le traité de libre échange, visant à encercler le Sommet européen qui se déroule ce jour.

    Le TAFTA/TTIP, l'accord commercial secret négocié par Bruxelles et Washington, coûterait à l'Europe 600 000 emplois. En France, l'accord entraînerait aussi une baisse des salaires de 5 500 euros par travailleur et le transfert de 8 % du produit intérieur brut (PIB) du travail vers le capital. Publiée en octobre 2014, l'étude de Jeronim Capaldo, de l'Institut mondial du développement et de l'environnement à l'Université Tufts aux États-Unis, décrit les conséquences graves qu'aurait le Tafa/TTIP pour l'Union et ses États membres.

    Celle de Werner Raza (en allemand), directeur de la Fondation de la recherche autrichienne pour le développement international ÖFSE de Vienne, présentée le 19 octobre dernier, remet en question les pronostics optimistes des promoteurs du Tafta/TTIP, basés sur quatre études réalisées par Ecorys (2009), le CEPR (2013), le CEPII (2013) et Bertelsmann/ifo (2013).

    Hypothèses irréalistes

    Pour Jeronim Capaldo : « La plupart des évaluations des effets du Tafta/ TTIP prédisent des gains en termes de commerce et du PIB à la fois pour l'UE et les États-Unis. Certaines prédisent même des gains pour les pays hors TTIP, ce qui suggère que l'accord ne créerait aucun perdant dans l'économie mondiale. Si tel était le cas, le TTIP serait la clé d'une répartition plus efficace des ressources mondiales, avec quelques pays atteignant un bien-être plus élevé et tous les autres bénéficiant au moins du même bien-être qu'avant. »

    Malheureusement, explique Capaldo, « ces résultats optimistes s'appuient sur plusieurs hypothèses irréalistes et sur des méthodes qui se sont avérées inadéquates pour évaluer les effets de la réforme du commerce. En outre, une fois que les calculs sont examinés, il semble que plusieurs de ces études partagent le même modèle et la même base de données économiques discutables. La convergence de leurs résultats n'est donc pas surprenante et ne doit pas être interprétée comme une confirmation indépendante de leurs prédictions. »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  4. Promesses non prouvées, études peu fiables...

    Les problèmes du Tafta/TTIP sont si nombreux (manque total de transparence, inclusion d'une clause d'arbitrage privé ou ISDS, risques d'abaisser les normes protectrices en Europe sur la santé, la sécurité, l'environnement, le travail, etc.), que les promoteurs de cet accord ne trouvent plus que l'argent à proposer comme avantage.

    Pourtant, les études de la Commission européenne elle-même montrent que le résultat le plus ambitieux ne donnerait au PIB européen qu'un coup de pouce de 0,5 %, c'est-à-dire de 119 milliards d'euros. Mais ce chiffre est cumulatif et ne serait atteint qu'après dix ans, en 2027, soit une augmentation du PIB par an de seulement 0,05 % en moyenne, un résultat négligeable. C'est ce que confirme l'étude de Jeronim Capaldo, qui souligne aussi la fausseté évidente de l'assertion de la Commission européenne affirmant que les ménages de l'UE gagneraient 545 € de plus chaque année :

    « Ces estimations sont trompeuses, écrit-il, car les études ne fournissent aucune indication de la répartition des gains de revenus, qui sont simplement des moyennes. Comme la part des salaires dans le PIB de l'UE ne fait que baisser depuis le milieu des années 90, il est loin d'être certain que tous les gains globaux se traduiront par des augmentations de revenu pour les ménages vivant de leurs salaires (par opposition au capital). »

    Werner Raza explique que les tarifs douaniers moyens entre l'UE et les États-Unis sont déjà faibles (moins de 5 %), et que, par conséquent, 80 % des gains du Tafta/TTIP proviendraient de l'élimination ou de l'alignement de mesures non-tarifaires (MNT), tels que des lois, des règlements et des normes. « Dans la mesure où ils ont une finalité sociale, les MNT sont nécessaires pour la société », a-t-il expliqué. Or, la quasi-totalité des études sur le Tafta/TTIP réduisent ces textes législatifs à leur dimension de coûts pour les entreprises, sans considérer leur utilité publique et sociale.

    ...basées sur un modèle économique inadapté

    Capaldo critique, lui, les lacunes criantes du modèle d'Équilibre global calculable (EGC) sur lequel se basent les études utilisées par la Commission européenne. Cette approche comprend l'hypothèse étonnante que la situation de l'emploi ne changerait pas avec le Tafta/TTIP, parce que les pertes d'emplois inévitables dans certaines industries seraient équilibrées comme par magie, par la création d'emplois dans d'autres. Une autre énorme faille dans l'approche EGC est qu'elle ignore les coûts d'ajustement induits par l'application de ce traité.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  5. Jeronim Capaldo procède à une évaluation du Tafta/TTIP basée sur un modèle différent, et sur des hypothèses plus probables en matière de coûts d'ajustement économiques et de directions politiques :

    « Pour obtenir un scénario plus réaliste, et simuler ses effets sur l'économie mondiale, nous avons utilisé le Modèle des Nations Unies sur les politiques globales (GPM), un modèle économétrique global axé sur la demande, qui s'appuie sur un ensemble de données macroéconomiques cohérentes pour tous les pays. Cette simulation tient compte du contexte d'austérité prolongée, et des taux de croissance faibles qui caractérisent particulièrement l'Union Européenne et les États-Unis. »

    Des effets négatifs

    Werner Raza indique que le traité réduira les rentrées fiscales venant des tarifs douaniers et augmentera ainsi les problèmes du budget de l'UE. Pour lui, au bout de la période de transition de dix ans, cette perte de recettes s'élèvera au moins à vingt milliards d'euros, et les coûts du chômage, dont le chômage de longue durée, pourraient être très élevés.

    Selon Capaldo, à l'échéance de dix ans, en comparaison d'un scénario « sans Tafta/TTIP, les pays du nord de l'Europe subiraient les plus grosses pertes en terme d'exportation (2,07 % du PIB) suivis par la France (1,9 %), l'Allemagne (1,14 %) et le Royaume-Uni (0,95 %). Il entraînerait aussi des pertes nettes en termes de PIB, (- 0,48 % en France) et une baisse des salaires. La France serait le pays le plus durement touché avec une perte de 5 500 euros par travailleur. Le TTIP entraînerait la destruction de 600 000 emplois, dont 134 000 en France, et une diminution de la part des salaires dans le partage de la valeur ajoutée, renforçant une tendance qui a contribué à la stagnation économique actuelle. »

    Mais certains y gagnent !

    Le rapport de Capaldo montre que tout le monde ne sera pas perdant. La prédiction la plus révélatrice est que le TTIP déplacera encore plus la richesse du travail vers le capital. C'est-à-dire que la part des salaires allant aux travailleurs ordinaires va baisser proportionnellement à l'augmentation de la part représentée par les bénéfices, intérêts et dividendes. Le changement prévu en France est énorme, 8 % sur dix ans.

    Le TTIP entraînerait aussi une baisse des recettes fiscales (0,64 % du PIB en France), et les déficits publics en fonction du PIB, augmenteraient dans tous les pays d'Europe, les poussant vers ou au-delà des limites du traité de Maastricht. Le TTIP entraînerait donc une instabilité financière accrue et une accumulation des déséquilibres.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  6. Et la démocratie ?

    Il n'est donc pas étonnant, qu'en dépit d'une très faible couverture médiatique, plus d'un million de citoyennes et de citoyens européens avisés aient signé pour soutenir un projet d'initiative citoyenne européenne (ICE), demandant que la Commission européenne mette fin aux négociations sur TAFTA, et qu'elle ne conclue pas le CETA.

    Une ICE signée par plus d'un million de personnes peut contraindre la Commission à reconsidérer un aspect de sa politique et à organiser une audition publique devant le Parlement européen. Le 9 décembre, jour des soixante ans de Jean Claude Juncker, le président de la Commission européenne a reçu une carte géante signée par un million d'Européen(e)s... mais, pour l'instant, la Commission refuse d'enregistrer l'ICE.

    http://fr.sott.net/article/24239-Traite-transatlantique-un-effet-nuisible-sur-l-economie-europeenne-demontre-par-deux-etudes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand un chef d'entreprise s'exile à l'étranger il ne va pas s'amuser à faire des va-et-vient suivant les 'embellies' et les promesses non-tenues. Et donc, ce chiffre en moins d'un côté de la balance est un chiffre en plus de l'autre côté.

      Supprimer
  7. « Immobilier : vers l’interdiction des ventes entre particuliers »

    Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

    Le dernier jeu à la mode dans notre pays – tout en sachant que ce jeu vient du monde anglo-saxon et que là-bas, tout le monde y joue depuis des années –, c’est de mettre la loi et le travail des parlementaires au service non plus du bien commun et de l’intérêt général mais au service des professions et du business organisés en lobbies pas toujours franchement honnêtes.

    Entre corruption massive, méconnaissance évidente des élus ou encore incompétence crasse, nous ne parlons plus du tout de l’intérêt collectif, de l’intérêt du peuple. Le pouvoir devient une chambre d’amélioration des profits de certains.

    Les taxis sont embêtés par Uber ou autre société de VTC ? Qu’à cela ne tienne, montons au créneau en tant que profession et faisons interdire la concurrence… Peu importe que le service rendu soit minable ou très cher, il faut protéger la rente.

    Les agents immobiliers vivent la crise immobilière actuelle. C’est une évidence. Les profits des agences chutent, moins de ventes, plus de concurrence, et ces particuliers toujours plus nombreux à refuser de passer par une agence immobilière et posant simplement une annonce sur des sites gratuits comme Le Bon Coin. Insupportable pour un lobby. Interdisons donc aux gens de se vendre leurs biens immobiliers entre eux. L’agent immobilier (et la commission allant avec) doit être obligatoire.

    Le lobby de l’immobilier veut interdire les ventes de particulier à particulier

    C’est le titre de cet article de Libération que je vous invite à lire.

    « Deux députés socialistes suggèrent de limiter les ventes sans passer par les agences.
    «Je ne sais pas d’où est parti le coup, mais c’est sûr qu’il y a quelqu’un derrière tout ça. En tout cas ce n’est pas nous.» Ainsi parle le directeur d’un réseau immobilier, interrogé par Libération au sujet de deux questions d’actualité très curieuses, posées par deux parlementaires socialistes. Tour à tour, les députés PS Sylviane Bulteau et Jacques Cresta ont posé, à une semaine d’intervalle et dans des termes absolument identiques, une question au gouvernement, stigmatisant les ventes de logements réalisées entre particuliers sans passer par les fourches caudines des agents immobiliers.

    Les deux parlementaires prétextent de l’apparition de «certains sites d’annonces gratuites», pour déplorer «la concurrence» «tout à fait déloyale» faite aux professionnels de l’immobilier . «Un marché parallèle de l’immobilier» s’est installé, prétendent-ils. Comme si vendre par ses propres moyens un logement constituait un acte illégal. Leur argumentaire, favorable aux milieux de l’immobilier, est développé, sous couvert de non rentrées fiscales. »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  8. Il s’agit évidemment d’arguments parfaitement stupides aussi bien économiquement, qu’intellectuellement ou socialement parlant, et il est difficile de ne pas penser que ces deux députés, au pire, sont récompensés pour services rendus et au mieux, parfaitement incompétents pour relayer de tels messages.

    Comme le dit si bien Libération

    «L’argument de pertes de recettes de TVA n’est absolument pas recevable», tranche David Rodrigues, juriste à CLCV (Consommation, Logement et Cadre de vie), une association de consommateurs. «Quand je change un joint chez moi sans recourir à un plombier, c’est une perte de TVA pour l’État», ironise-t-il. «Va-t-on m’imposer de passer par un garagiste pour vendre ma voiture ou de passer par un jardinier pour tondre ma pelouse», poursuit-il.

    D’ailleurs, même dans les rangs socialistes le doute s’installe sur l’objectivité de la démarche, les fils semblent trop gros !
    L’argumentaire développé dans les questions des deux députés – publiées au Journal officiel les 21 et 28 octobre – surprend jusque dans les rangs du groupe PS. «Le fait qu’elles soient rédigées dans des termes absolument identiques veut dire qu’elles n’ont pas été écrites par leurs auteurs», considère un député socialiste. »

    On apprend même au détour de cet article que…

    « Tout ceci n’est pas très surprenant, laisse-t-on entendre à la CLCV. «Depuis quelque temps, il y a un lobbying des professionnels de l’immobilier pour tenter d’imposer un recours obligatoire à leurs services», souligne David Rodrigues . Il ne croit pas si bien dire. Un communiqué publié mardi par Capi France, un réseau de 7 000 agents indépendants… »

    Voilà, rendons obligatoire l’intervention du plombier en cas de fuite, de l’agent immobilier en cas de vente, rendons tout obligatoire, il y a dans ce pays encore beaucoup trop de libertés que nos députés, dans leur immense sagesse législative, sauront combler, le stylo tenu par des lobbies nous voulant forcément du bien.

    Mais comment peut-on, en tant qu’élu du peuple, faire preuve a minima d’une aussi grande naïveté et s’avérer au mieux aussi manipulable ?

    Le choc de simplification ne peut pas fonctionner avec des députés voulant légiférer sur tout !

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  9. Peu importe le sujet, ils veulent légiférer sur tout, encadrer tout. La cigarette électronique ? Vite, une loi sur la taille des pipettes et des vapoteuses, sur la contenance des réservoirs, sur les mentions à porter sur les flacons et la procédure de la taille de la police ! Vite, encadrons la puissance de la batterie et la contenance des bidons, vite, vite… des lois ! Pensez donc, voilà des décennies que l’on nous vend des patchs et des gommes à mâcher à la nicotine qui ne fonctionnent pas mais fabriqués par des labos pharmaceutiques pouvant se payer des lobbyistes et que l’on fait même rembourser ces produits par les mutuelles… Voici un produit qui aide vraiment les fumeurs à ne plus fumer, vous comprendrez qu’il faut tout faire pour le rendre moins efficace… Les taxes sur le tabac rapportent tellement !!

    Alors nos députés ne simplifient rien, d’ailleurs ce n’est pas leur raison d’être. Leur but, dans la vie, c’est d’être utile, et nos députés ne peuvent être utiles qu’en faisant, écrivant et votant tout plein de nouvelles lois (sinon le peuple s’apercevrait qu’ils ne servent à rien).

    La dérive évidente du lobbying et le problème démocratique qui en découle…

    Cet exemple de cette idée sur l’obligation de passer par un professionnel de l’immobilier, fut-il complètement nul, et de renchérir encore le coût de l’immobilier n’est pas le fruit du hasard mais le résultat d’une dérive.

    Nous laissons les députés, nos députés, aux mains des lobbies qui savent avec finesse faire passer les bons messages en activant les bons réseaux en ayant les bons carnets d’adresses. Dans tout cela, il n’y a rien de démocratique. Rien. Le lobbying c’est même la négation de la démocratie et de notre représentation nationale.

    Être député élu du peuple ce n’est pas rien. C’est même un immense honneur que nous, peuple de sans-dents, nous faisons à certains d’entre eux en leur donnant la possibilité de nous représenter. C’est nous, le peuple, qu’ils doivent représenter. Tel est leur mandat. Tel est l’esprit de notre Constitution. Le député ne défend pas une corporation quelle qu’elle soit mais son peuple et l’intérêt général de ce dernier.

    Entre une Europe profondément antidémocratique et non représentative ainsi que des lobbies qui ont su se frayer un chemin au plus profond de l’Assemblée nationale, nous devons prendre conscience que la démocratie française est définitivement morte. Nous avons laissé notre souveraineté à l’Europe et pour le peu qu’il nous en reste, nous la laissons aux lobbies. Pendant ce temps, nous nous affalons dans nos canapés pour regarder nos écrans lobotomisateurs d’esprits.
    Le réveil sera difficile, mais un peuple qui abdique sa propre liberté et sa représentativité ne doit pas s’attendre à autre chose.

    Évidemment, « Libération a tenté de joindre par téléphone à l’Assemblée et par mail, les deux parlementaires. Sans succès ».

    Il est déjà trop tard, préparez-vous.
    À demain… si vous le voulez bien !!
    Charles SANNAT

    http://www.lecontrarien.com/immobilier-vers-linterdiction-des-ventes-entre-particuliers-19-12-2014-edito?utm_source=Le+Contrarien+Matin&utm_campaign=715e90db5e-daily_newsletter_2014_12_19&utm_medium=email&utm_term=0_b6dd3f3e5f-715e90db5e-45320805

    RépondreSupprimer
  10. Énergie : L'Allemagne menacée de chaos par le compteur d'électricité

    Stefan Schultz

    Du 1er janvier, compteur d'électricité toujours plus intelligents seront montés dans les foyers allemands. Il n'y a pas de lignes directrices claires, car le gouvernement avec les règlements correspondants dans les délais. Experts avertissent du chaos.

    Un chaos de planification nouvel menace Hambourg - la révolution de l'énergie. Qui construit une maison, rénovations majeures de l'entreprise dans son appartement ou dans l'année consomme plus que 6 000 kilowattheures d'énergie, est obligé d'intégrer des systèmes de mesure intelligents soi-disant selon l'industrie de l'énergie Loi du 1er janvier 2015. Mais maintenant, c'est quoi exactement - peut donc un système de mesure intelligent et exactement comment cette intervention critique dans l'infrastructure n'est pas toujours clairement, environ deux semaines avant l'expiration de la date.

    Systèmes intelligents de mesure pour déterminer la consommation dans chaque foyer dans chaque minute et obtenez transmis en bref intervalle de temps, combien de puissance seulement sur les réseaux est disponible. La consommation devrait donc être adaptée aux ménages par millions sur l'alimentation, qui varie de plus en plus en raison de la multiplication du vent et des installations solaires.

    Mais un ensemble de règlements du gouvernement fédéral pour Intelligent measuring systems est des années de retard. En conséquence, quelles sont les fonctions doivent avoir les dispositifs et exactement comment ils doivent travailler avec les systèmes de mesure, d'autres fabricants n'est pas précisément défini.
    Aussi n'a pas jusqu'à présent le Bundesamt für Sicherheit in der Informationstechnik (BSI), de présenter une directive technique qui définit exactement les exigences minimales pour les systèmes intelligents de mesure. En conséquence, il a libéré les ensembles de mesurage de provenant de fabricants différents pour l'instant pas par certificat pour la vente. Jusqu'ici, le BSI n'a pas répondu à une demande d'avis.

    Une infrastructure unique en péril

    Depuis la fin de l'année qu'aucuns directives claires ne face plus pour le compteur d'électricité, le gouvernement fédéral sur le tâtonnement a déménagé. Le Cabinet a décidé mercredi que « au moins » jusqu'à fin 2015 aussi « non-BSI mesure certifiée en général peut être construit », il est dit dans une réponse du ministère des affaires économiques sur le Green Bundestag groupe vice-président Oliver Krischer, le miroir en ligne existe.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  11. Par conséquent, les experts craignent un gâchis de planification. "En attendant le remplacement des centaines de milliers de mètres dans l'année à venir", dit Sebastian Schnurre par l'Association fédérale de l'énergie nouvelle (RNB), les réseaux intelligents, conseiller le gouvernement sur la question depuis longtemps. « Il menace un étalement massif. » Il n'est pas encore clair si les compteurs de différents fabricants sont compatibles. Établissement d'une infrastructure unique qui garantit l'approvisionnement en énergie de l'avenir, est donc compromise.

    Les compteurs intelligents permettront aux ménages de bénéficier des fluctuations des prix sur la bourse de l'électricité : lorsqu'il y a un surplus d'électricité, travaux de vent et systèmes d'énergie solaire juste à pleine vitesse, le prix relèverait de clients finaux, rejoindre un manque. Le client final doit adapter leur consommation d'énergie, passer dans la machine à laver heures riches en énergie, le chauffage ou pompe à chaleur ou, dans un avenir plus tard, recharger votre voiture électrique. D'une part, qui pourrait stabiliser l'approvisionnement qui dépend de plus en plus fluctuante des énergies renouvelables. En revanche, les consommateurs aurait la possibilité d'économiser de l'argent.

    Cette vision met un chaos planification imminent et nouveaux retards dans le lointain. "Dans le pays de haute technologie encore million mètre de l'époque de l'empereur d'Allemagne sont installés," Krischer dit. « Mais grâce à l'Union et le SPD, la technologie de compteur intelligent, y compris toute possibilité technique et économique revient suite à l'Allemagne. »

    http://www.spiegel.de/wirtschaft/unternehmen/energiewende-drohender-wildwuchs-bei-stromzaehlern-a-1009289.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si en plus le compteur dit 'intelligent' intègre la source de l'énergie et son besoin pressant de renflouement (éoliennes/photovoltaïque), ou provenant de centrales électrique à charbon bien noir qui tue et donc ajoutant une amende pour meurtres intentionnels... le con bien sûr sera celui qui l'accepte. Mais, comme en Germany il sera obligatoire d'en être un pour avoir de l'électricité ...

      Supprimer
  12. Obligations à haut risque vont nous dire où il se dirige le marché boursier en 2015



    Par Michael Snyder,
    le 18 décembre 2014


    Vous voulez savoir si le marché boursier va s'écraser l'année prochaine ? Il suffit de garder un œil sur les obligations à haut risque. Avant l'effondrement horrible des stocks en 2008, la dette à haut rendement s'est effondré tout d'abord. Et comme vous le verrez ci-dessous, l'emprunt à rendement élevé est en train de se bloquer à nouveau. La raison principale de ceci est le prix du pétrole. Les comptes du secteur énergétique d'environ 15 à 20 % du marché entier "junk bond" et ces liens d'énergie prennent un énorme battant dès maintenant. Cette panique en énergie obligations infecte le plus vaste marché de la dette à haut rendement, et les investisseurs ont été tirant l'argent à un rythme effrayant. Et comme j'ai écrit au sujet auparavant, obligations à haut risque presque chaque fois baisser sensiblement, stocks finissent par costume suivant. Donc ne soyez pas dupé par le fait que certaines paroles réconfortantes de Janet Yellen causé le cours des actions sauter par-dessus les deux derniers jours. Si vous voulez vraiment savoir où il se dirige le marché boursier en 2015, garder un œil sur le marché pour la dette à haut rendement.

    Si vous n'êtes pas familier avec les obligations à haut risque, le concept est en fait très simple. Les sociétés qui n'ont pas de cotes de crédit élevées en général doivent payer des taux d'intérêt à emprunter de l'argent. Voici comment USA Today décrit ces liens...

    Obligations à rendement élevé sont des reconnaissances de dette à long terme émises par des sociétés avec des cotes de crédit fragiles. Tout comme les utilisateurs de carte de crédit, les compagnies avec le crédit pauvre doivent payer des taux d'intérêt sur les prêts que ceux ayant des antécédents de crédit plaqué or.
    Mais ces dernières années, les taux d'intérêt sur les obligations à haut risque ont baissé à un niveau ridiculement bas. Il s'agit d'une nouvelle bulle qui a été créée par des politiques de la réserve fédérale, et c'est une catastrophe colossale à retardement. Et malheureusement, il y a déjà des signes que cette bulle commence à éclater...

    En juin, le rendement de "junk bond" moyenne était de 3,90 points de pourcentage plus élevés que les titres du Trésor. L'énergie moyenne "junk bond" cédé 3,91 points de pourcentage plus élevés que les bons du Trésor, dit Lonski.

    Que la propagation s'est élargi à 5,08 points de pourcentage pour les obligations à haut risque contre 7,86 points de pourcentage pour les obligations d'énergie — une indication des investisseurs inquiets comment sont tout défaut, particulièrement pour les petites, très endettés entreprises dans le secteur de la fracturation hydraulique.

    Pourquoi tant d'analystes sont devenir extrêmement préoccupés par ce changement d'obligations à haut risque est parce que nous avons également vu cela se produire juste avant le grand krach de 2008. Dans le tableau ci-dessous, vous pouvez voir comment les rendements sur les obligations à haut risque a commencé tout à fait monter en flèche en septembre de la même année...

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  13. - voir graphique sur site -

    Bien sûr, nous n'avons pas vu un mouvement de cette ampleur tout à fait encore cette année, mais sans aucun doute les rendements ont été de fortification. La liste suivante que j'ai envie de partager est de cette année. Comme vous pouvez le voir, le mouvement au cours du dernier mois a été assez important...

    - voir graphique sur site -

    Et bien sûr, je suis loin d'être le seul qui est à regarder cela. En fait, il sont a quelques requins à Wall Street ce plan pour faire une cargaison absolue de trésorerie comme accident d'obligations à rendement élevé.

    L'un d'eux est Josh Birnbaum. Correctement, il fait un pari géant contre les prêts hypothécaires à risque en 2007, et maintenant il fait un pari géant contre obligations pourries...

    Quand Josh Birnbaum a été chez Goldman Sachs en 2007, il a fait un énorme pari contre des prêts hypothécaires à risque.

    Maintenant, il fait le pari contre quelque chose d'autre : obligations à haut rendement.

    Du Wall Street Journal:

    Joshua Birnbaum, l'ex-Goldman Sachs commerçant Inc. Group, qui a fait de Paris contre les prêts hypothécaires à risque pendant la crise financière, a maintenant plus de $ 2 milliards à Paris contre des obligations à rendement élevé à sa firme de fonds spéculatifs Tilden parc Capital Management LP, selon des documents de l'investisseur.
    Pourriez-vous imaginer Paris 2 milliards de dollars sur quelque chose ?

    S'il a raison, il va faire énormément d'argent.

    Et j'ai le sentiment qu'il sera. Comme un récent article américain nouvelle détaillée, il y a déjà panique dans l'air...

    C'est une manie, dit Tim Gramatovich de Peritus Asset Management qui supervise un portefeuille obligataire de $ 800 millions: "tout ce qui devient une manie — se termine mal. « Et il s'agit d'une manie ».

    Bill Gross, qui a utilisé pour exécuter le portefeuille obligataire gigantesque de PIMCO et conseille maintenant le Janus Capital Group, a expliqué que « il y très peu de liquidités » en obligations à haut risque. Il s'agit de la langue, qu'un gestionnaire de fonds obligataires utilise pour dire aux gens que personne n'achète, tout le monde se vend. Gross a ajouté: « Tout le monde essaie de faufiler dans une très petite porte ».

    Obligations émises par les développeurs individuels d'énergie ont obtenu martelées. Par exemple, producteur d'énergie XXI, un pétrolier et gazier, a publié plus de $ 2 milliards en obligations juste au cours des quatre dernières années et, jusqu'à quelques semaines auparavant, elles se vendaient à 100 cents sur le dollar. Le vendredi les acheteurs offraient seulement 64 cents. $ 700 millions de midstates Petroleum en obligations — appréciation "indésirable" par tant de Moody's et Standard and Poors — se vendent à 54 cents sur le dollar, si les acheteurs peuvent être trouvés.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  14. Donc y a-t-il quelque chose qui pourrait arrêter les obligations à haut risque de s'écraser ?

    Oui, si le prix du pétrole remonte jusqu'à 80 dollars ou plus à un canon qui irait un long chemin à la décantation des choses vers le bas.

    Malheureusement, de nombreux analystes sont convaincus que le prix du pétrole est aller tête encore plus bas à la place...

    « Nous sommes continuant à chercher un bas et pourraient même voir une autre chute importante avant la fin de l'année, » a déclaré Gene McGillian, analyste chez Energy de Tradition à Stamford (Connecticut).
    J'écris ceci, le prix du pétrole aux États-Unis a déchu de 1,69 $ aujourd'hui à 54,78 $.

    Si le prix du pétrole reste ce faible, obligations à haut risque vont continuer de s'écraser.

    Si les obligations pourries garder s'écraser, le marché boursier va presque certainement suivre.

    Pour les lectures complémentaires sur ceci, s'il vous plaît voir que mon précédent article intitulé "« Près de la parfaite » indicateur que précède presque chaque bourse Correction est clignotant A Signal d'avertissement".

    Mais comme dans les années précédant le krach de 2008, il y a toutes sortes d'opposants proclamant qu'un effondrement n'arrivera jamais.

    Même si nos problèmes financiers et nos fondamentaux économiques sous-jacents ont obtenu beaucoup pire depuis la dernière crise, ils sont absolument convaincus que les choses vont en quelque sorte à être différent cette fois.

    En fin de compte, beaucoup de ces sceptiques vont perdre une énorme quantité d'argent quand les dominos commencent à tomber.

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/junk-bonds-going-tell-us-stock-market-heading-2015

    RépondreSupprimer
  15. Le Blob vert et le vert B-Hall


    20 décembre 2014


    Il est temps de cerner la définition du Blob vert

    Owen Patterson reçoit le crédit pour la définition de cette expression en usage populaire (autant que je sache). Ici, c' est sa définition:

    Owen Paterson : je suis fier de tenir tête au lobby vert.
    J'entends par là le réseau solidaire des groupes de pression environnementaux, sociétés d'énergie renouvelables et certains fonctionnaires qui tiennent mutuellement bien fourni avec fonds somptueux, histoires effrayantes et ruban vert. Ce triangle enchevêtré d'intrigantes non élus prétend avoir les intérêts de la planète et la campagne au coeur, mais il est de plus en plus évident que c'est en se concentrant sur les questions de mauvaises et faisant un dommage réel tout en profitant grassement.

    Les environnementalistes locaux sur le terrain faire merveilleux travail pour protéger et améliorer les paysages sauvages, comme le font les agriculteurs, les entreprises rurales et les gens ordinaires. Ils sont loin les globe-trotters grassement payés du Blob vert qui m'assiégé avec leurs exigences égoïstes, dont beaucoup seraient ont nui à l'environnement naturel.

    Pressée à la main de Fenbeagle le Blob vert est devenu le Lobby vert B.Qui ajoute ce bord — le blob amorphe devient un blob de Lobby .



    Pardonnez-moi, Fenbeagle, pour rendre le dessin animé en gif qui utilise moins de mémoire, mais détruit les gradients. (Pour voir l'art original, qui est encore mieux, visitez son site ). Publié avec l'autorisation.

    Exactement quel genre de Blob et Dupont entendons-nous ?

    James Murry modifications BusinessGreen et, sans surprise, n'est pas trop vif sur le terme de « Blob vert ». Il a soutenu en juillet qu'il a si largement défini c'est vide de sens, ou plutôt, dangereux, car il allie les questionneurs sensées éco-anarchistes :

    Comme Michael Gove compris devant lui, si vous caractérisent tous vos détracteurs comme une masse indéterminée maudits ceux qui ont des préoccupations légitimes et bien intentionnées par association avec ces voix partisane qui invariablement Regarde un peu détraqué quand visant hyperbolique critiques aux ministres du cabinet. Donc, par tous ceux qui sont préoccupés par la fracturation hydraulique et le changement climatique, avec ceux qui s'opposent aux OGM, omettant blaireau abattages et pesticides douteux et puis encore comment associer tous les individus scandaleux et pitoyable qui aurait été lui a envoyé des menaces de mort que Paterson cherche à rejeter toutes ses détracteurs comme étant de connivence avec l'éco-anarchiste plus trompé.

    Le problème est qu'en faisant le « blob vert » apparaissent donc ridicule et englobante Paterson ne sert qu'à noyer sa poignée de questions légitimes dans une mer de sa propre preuve-lite vitriol.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  16. Commentaires de Murry sur les étiquettes de façon abusive à étouffer le débat et d'enterrer les critiques sensibles avec des illusions est un point raisonnable. Termes doivent définir. Je l'ai dit des choses similaires sur l'utilisation du terme « denier » — un terme pour une maladie il défini groupes lauréats du prix Nobel de physique avec les lycéens et les gens qui s'opposent pour des raisons économiques, avec des gens qui sont en désaccord sur la physique radiative.

    Mais Paterson définit ses termes (voir le haut de ce post). Il fait clair, il vise les verts égoïstes qui font semblant de prendre soin de l'environnement, alors qu'ils en profitent. Il ne vise pas écologistes, ni les personnes qui obtiennent ce qu'ils ont entrepris de réaliser pour l'environnement. Par exemple, le vert Blobby sont ceux qui prétendent qu'ils veulent changer le climat et dire qu'ils peuvent le faire que par des réductions de CO2, mais en fin de compte, le Dupont choisit des méthodes telles que le commerce du carbone et énergie éolienne pour le faire, même si les centrales au charbon supercritique ou des centrales nucléaires serait une meilleure façon d'atteindre l'objectif qu'ils veulent prétendument.

    James Murray est préoccupé par l'effet sur la conversation de l'expression "le Blob vert", mais pas au courant que tout ce qu'il dit et eux certains, s'applique à son propre usage de « Négationniste ». Il n'est pas entièrement satisfait de l'expression, mais il arrive avec quelques raisons assez bizarres pourquoi :

    “Comment faire valoir avec « climatosceptiques »

    Nous avons besoin d'une nouvelle période d'application. « Denier climatique » ne fonctionne pas car nombreux climatosceptiques maintiennent maintenant qu'ils ne nient pas que le changement climatique qui se passe (bien que j'ai souvent un moment difficile de croire leur conversion partielle Damascène), "anti-vert" est trop maladroit et "eco-sceptique" a le même problème que "scepticisme climatique" dans son appropriation du mot "sceptique".

    Note à Murray : Étude de votre sujet. Aucune conversion Damascène n'était nécessaire, la plupart des sceptiques ont convenu toujours que le monde s'est réchauffée depuis le petit âge glaciaire. La seule conversion qui s'est produite était dans les propagande sur les sceptiques.

    Ne mâche pas ses choses vers le haut. Le terme denier climatique ne fonctionne pas parce que c'est un terme sans signification namecalling qui littéralement s'applique à la personne sur cinq. Scepticisme scientifique est parfait, (comme c'est unskeptical scientifique).

    Méditer sur l'oxymore de deniers qui passent leurs points de vue. Étant donné que le nombre de sceptiques s'accroît, le nombre de sceptiques qui utilisé-à-être-croyants (comme moi) est de plus en plus. Quel type de denier bascule côtés ? — Imaginaires.

    Cher James — vous avez craqué pour l'appât — tant que vous utilisez le terme « denier » votre cerveau ne fonctionnera pas. Vous ne serez pas capable de lire quoi que ce soit sur le thème du climat sans se sentir aveuglément béat que vous en savez plus sur le climat que les professeurs qui débat sur les conclusions du GIEC. Prendre vos propres conseils, s'en tenir aux conditions, vous pouvez définir et fixez-vous l'objectif de ne pas confondre une insulte de namecalling pour un mandat de la science.

    http://joannenova.com.au/2014/12/the-green-blob-and-the-green-b-lobby/#more-39697

    RépondreSupprimer
  17. "La Russie et la Chine ne sont pas alliés contre l'Occident" : Global Times

    Journaliste
    2014-12-19
    10:56 (GMT + 17)

    Un nombre croissant d'experts provenant des États-Unis et l'Europe commencent à douter de l'efficacité de nous et des sanctions de l'UE vis-à-vis de la Russie, selon un rapport le 17 décembre par un expert russe cité par le tabloïd nationaliste chinois Global Times.

    Les experts sans nom ne sont pas seulement concernés concernant des pertes économiques en raison de la détérioration de la relation avec la Russie ou comment pouvoir de Poutine sera davantage consolidée du fait des sanctions, mais ils craignent également de tour de la Russie à l'Asie, plus précisément de Chine. Récemment, les deux géants voisins ont signé une série d'accords économiques et ont maintenu des liens politiques étroits. Ils ont également convenu d'organiser des exercices militaires conjoints en mer Méditerranée, une région qui ne porte aucune connexion directe à chaque nation, comme une réponse hypothétique à des exercices effectués par l'OTAN et les Etats-Unis près des frontières de la Russie et la Chine.

    Les commentateurs occidentaux ont supposé que ce genre d'action commune implique une alliance entre la Chine et la Russie, un spectre d'ère de guerre froide pour l'Occident. Cela a engendré des craintes que si la technologie nucléaire et les ressources de la Russie devaient être combinée avec la puissance économique de la Chine, le statut des Etats-Unis comme la puissance dominante du monde peut-être être menacé.

    Ce genre d'action ne signifie pas que la Russie et la Chine sont formant une alliance cependant, le papier a déclaré. La Chine a déclaré qu'il ne rejoindra pas toute alliance contre n'importe quel pays, et qu'il faut une attitude neutre sur les conflits entre les autres pays, ce qui lui permet de bénéficier d'échanges avec les deux parties. Si la Russie a rompu avec ce que le papier appelé « système juridique international centrée sur les États-Unis », il peut être avantageux à la Chine, mais la Chine n'est pas disposée à se tenir avec la Russie et recevoir flak des nations occidentales ainsi.

    La Russie n'a pas besoin d'une alliance avec la Chine soit et a peur de devenir excessivement sur sa populeuse et voisin du Sud faim de ressources, dit le document. Des analystes politiques russes cités par le journal a déclaré que la Chine peut tenter de tirer profit de la Russie sur le prix du gaz naturel si qui devait devenir le cas. C'est pourquoi la Russie « tour d'Asie » s'adresse à tous les pays de l'Asie et de la Chine non seulement. Pour équilibrer ses liens avec la Chine, la Russie a également tendu la main à deux des rivaux régionaux de la Chine, l'Inde et le Japon. Le Président russe Vladimir Putin a récemment visité la capitale indienne, signant une série économiques, territoriales et des accords de défense. Les îles de Kouriles contestées ont entravé les relations entre la Russie et le Japon car certains sont de temps, mais il espère que ce conflit va bientôt être mis au repos, le livre dit citant « conseils » du premier ministre japonais Abe Shinzo. Si les relations entre la Russie et le Japon sont à améliorer, les deux côtés doivent faire un effort, mais des préoccupations communes sur le gouvernement chinois en sera susceptible de pousser les deux plus proches ensemble.

    http://www.wantchinatimes.com/news-subclass-cnt.aspx?id=20141219000061&cid=1101

    RépondreSupprimer
  18. Bot épique fraude : Jusqu'à 50 % de tout le trafic Editeur sont de faux clics ; Milliards en revenus publicitaires en péril


    Soumis par Tyler Durden le 19/12/2014 11:39-0500


    Une des histoires des plus divertissantes de la journée a à voir avec la répression par Instagram pour purger des millions d'utilisateurs de faux, dans le processus d'exposer des "Célébrités" qui étaient telles que grâce à l'achat excessif d'adeptes, mais pire encore, une fois de plus que révélateur sur la marge, la plus forte croissance pour les médias sociaux services comme Instagram, Facebook, Twitter et ainsi de suite, continue d'être de faux comptes provenant de shady clickfarm entreprises dérivées, dont le seul rôle est de percevoir des honoraires modestes en échange de "suivant" ou "aimer" avec des comptes inexistants qui engagera jamais avec l'utilisateur, ou avec les annonceurs.

    Voici ce que le New York Times a dit :

    Cette semaine, nous avons eu un coup d'oeil au juste combien de comptes indésirable il y a vraiment sur Instagram, un four-year-old photo et le service de partage vidéo détenue par Facebook. En ce qui a été appelé le "ravissement Instagram", la société supprime tous les comptes qu'il avait auparavant désigné comme « spam » de comtes adepte de ses utilisateurs. Et pour certains comptes de grande envergure, beaucoup d'utilisateurs ont été vaporisé.

    Aucun compte n'a perdu plus d'utilisateurs que le compte principal de l'Instagram. Plus de 29 % des adeptes de Instagram, ou 18,9 millions d'utilisateurs, disparaissent de mercredi à jeudi, selon un graphique des top 100 comptes Instagram compilé par Zach Allia, un développeur de logiciels.



    Célébrités a également vu des millions d'adeptes s'évanouissent. Le chanteur Justin Bieber a perdu 3,5 millions de fans, ou 15 % de son total, selon les calculs de M. Allia. Kim Kardashian a perdu 1,3 millions d'adeptes, ou 5,5 % de son ventilateur de base sur le service.

    Il n'est pas seulement le service utilisé par les gens de partager des images artistiques de leur dîner : chaque autre point de vente comparable, si popularité ou maîtres est déterminée par les disciples, parts ou goûts sont régies par le même gréement. Un gréement tellement répandu dans toute l'industrie entière de médias sociaux, que les annonceurs n'auront aucun autre choix que de remarqué, comme tous les jours ils béatement gardent leurs têtes dans les sable frais millions en perte de revenus.

    Voici le calcul : selon Adweek, fraude bot, Albatros de publicité numérique, va sucer $ 6,3 milliards provenant de l'industrie l'année prochaine, selon un rapport très attendu, en soulignant la menace de le Association des annonceurs nationaux et WhiteOps.

    Inutile de dire, c'est important de très important pour les goûts de Facebook, Twitter et autres, dont les recettes et flux de trésorerie est entièrement conduit par les projections de la ma future passent par leurs clients, ad passent qui implosera quand après plusieurs années d'être arraché par les globes oculaires robotisées, inertes, l'ad-passer réalisé décide qu'ils en ont assez de se faire dépouiller par les fermes de botet mettre les médias sociaux dépenses en pause jusqu'à ce que les médias sociaux résoudre ce problème une fois pour toutes, une difficulté qui, concrètement, est impossible.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  19. De AdWeek:

    Fraude bot est parmi les démons de publicité numérique, que l'industrie a essayé de l'accise. Le rapport souligne certains des risques associés avec les canaux de programmation ad, mais il sont la technologie d'esprit joueurs qui se sentent ces réseaux publicitaires automatisés pourraient éventuellement résoudre la question de la fraude.

    Groupe industriel Interactive Advertising Bureau récemment mis en place une équipe spéciale appelée le groupe responsabilisation digne de confiance pour lutter contre la fraude. "Comme cela est essentiel dans la construction d'un programme qui sera l'accise ce type d'activité criminelle de la chaîne d'approvisionnement, de la recherche" Linda Woolley, CEO de TAG a déclaré dans un communiqué aujourd'hui. « Trafic frauduleux, ainsi que de logiciels malveillants et de piratage de la propriété intellectuelle, sont des obstacles à la croissance de l'économie numérique et TAG s'engage à les éliminer. »

    Voici le magnifique ampleur du problème, par les analystes à SunTrust Robinson Humphreys :

    • Jusqu'à 50 % de l'éditeur trafic (!) est l'activité bot, faux juste clique de programmes informatiques automatisés.
    • Bots représentent 11 % des vues d'annonce affichage et 23 % des annonces vidéo.
    • Entre 3 % et 31 % de publicité achetée par programme
    impressions se sont avérées pour être des robots, avec une moyenne de 17 %.
    • Plus de la moitié du trafic provenant de tiers qui prétendent soulever nombre de trafic des éditeurs vient de bots.
    • Publicité numérique aura à $ 43,8 milliards l'année prochaine, et $ 6,3 milliards s'appuiera sur les activités frauduleuses.
    • Même les principaux éditeurs, mise en place des échanges de publicité privée pour approvisionner aux marques élites sont dangereux. Dix pour cent des impressions d'annonces de telles campagnes programmatique de prime sont des robots.
    • Bots gangrènent reciblées annonces à cause des histoires de Web utilisateur plus sophistiquées que les utilisateurs réels, attirant des annonces basée sur les cookies. Dix-neuf pour cent des reciblées annonces, les annonces qui sont adressent à un public cible basée sur l'activité Web précédents, sont des robots.
    La balle est dans votre camp, chers annonceurs.

    http://www.zerohedge.com/news/2014-12-19/epic-bot-fraud-50-all-publisher-traffic-fake-clicks-billions-ad-revenue-risk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Houlala-houlala ! S'ils commencent à dénoncer les faux sites de 'scientifiques' qui établissent des forums pour discuter entre une poignée de cons qui les mis sur pieds et ont chacun 150 pseudonymes...! Hahahaha ! Ils soint pas sortis de l'auberge !

      Lire plutôt le post ci-dessous qui date du 14 février 2013

      Supprimer
  20. L’UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

    By lejournaldusiecle
    14 février 2013

    Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d’euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l’euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

    C’est le Daily Telegraph qui a révélé l’information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d’une campagne sans précédent de réorientation de l’opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

    Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l’opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique.

    Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s’agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

    Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu’expriment de plus en plus d’Européens, à savoir que "l’Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d’Europe", et non pas "moins d’Europe".

    Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu’est l’UE, dixit Barroso.

    En pleine crise économique, et alors que l’austérité est imposée aux États, l’UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu’une augmentation de près de 2 millions d’euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés l’an prochain.

    Nigel Farage a été l’un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l’UE ne valait pas mieux qu’une "république bananière".

    Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

    http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

    RépondreSupprimer
  21. La chute libre du rouble est-elle un brillant stratagème des magiciens de la finance russe ? Qui a lancé cette partie d’échecs ?

    19 décembre 2014
    The French Saker

    Le monde est encore accroché à l’énergie basée sur les hydrocarbures. La Russie est le plus grand producteur mondial d’énergie. La Russie a annoncé que dans le futur elle n’échangera plus son énergie contre des dollars US, mais contre des roubles et les devises de ses partenaires commerciaux. Cette règle, en fait, s’appliquera à tout son commerce. La Russie et la Chine sont en train de détacher leurs économie de celles de l’Occident. En confirmation de cette décision, la compagnie russe Gazprom a conclu en juillet 2014 avec la Chine un contrat de gaz de 400 milliards, et un autre à peine moins important en novembre (tous les deux en roubles et en yuans).

    Les autres membres du BRICS (Brésil, Inde et Afrique du Sud), ainsi que tous les membres de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), Chine, Russie, Kazakhstan, Tadjikistan, Kirghizstan, Ouzbékistan, et ceux dont la candidature est étudiée depuis septembre 2014, Inde, Pakistan, Afghanistan, Iran et Mongolie, sans compter la Turquie qui attend au tournant, réaliseront leurs échanges commerciaux en devises locales, indépendamment du modèle occidental façon casino fondé sur le dollar.

    Une foule d’autres nations, de plus en plus lassées par la décomposition du système financier occidental, dans lequel elles sont coincées, n’attendent que l’émergence d’un nouveau modèle financier.

    Jusqu’ici, leurs gouvernements ont pu craindre la fureur de l’empereur. Mais ils voient la lumière apparaître peu à peu. Ils perçoivent la supercherie et la faiblesse présentes derrière le tumulte bruyant d’Obama. Ils n’ont aucune envie d’être aspirés par le trou noir, au moment ou le casino va couler à pic.

    Dans le but de punir la Russie pour sa position sur l’Ukraine, Obama est sur le point de donner force de loi à de nouvelles sanctions majeures, suite à la récente adoption unanime par le Congrès d’une proposition à cet effet (ça, c’est ce que la presse alignée voudrait vous faire croire). Il est stupéfiant de constater que, dix mois après le massacre de la Place Maïdan, organisé par Washington, et le coup d’État qui a mis en place le gouvernement de son choix, la presse alignée continue à mentir de façon effrénée sur les origines de ce gouvernement et SUR les massacres qu’il commet dans la région du Donbass, à l’est de l’Ukraine

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  22. Unanimité du Congrès, mais quel Congrès, et quelle unanimité ?

    Sur 425 députés, il n’y en avait que 3 de présents pour le vote [1] [2].

    Les autres étaient peut-être déjà en vacances de fin d’année, ou simplement honteux, ou plutôt effrayés par l’idée de s’opposer à la proposition de loi. En fait, sur les trois qui étaient présents, il y en a eu deux qui s’y sont d’abord opposés. Ce n’est qu’après un peu d’intimidation, et allez savoir quoi d’autre, qu’ils ont donné leur accord. C’est ainsi que le vote fut unanime, comme le claironne la presse alignée. Unanimité avec trois votes ! Une fois de plus, le public est manipulé pour croire ce qui n’est pas.

    Quelles sont les sanctions entraînées par cette proposition de loi si vantée ?

    Elles visent principalement les sociétés d’énergie russes et l’industrie de la défense, en ce qui concerne ses ventes à la Syrie, ainsi que davantage de propagande anti-russe et les programmes de démocratisation en Ukraine (et en Russie, pays pour lequel l’objectif est un changement de régime).

    En quoi ces sanctions affectent-elle la Russie, surtout maintenant que les ventes d’énergie par la Russie ne sont plus en dollars ?

    Propagande pure et simple. Une fois de plus l’Empereur est nu, et il bluffe, sans en avoir les moyens. Pour montrer à ses larbins occidentaux qui commande. C’est de l’esbroufe minable.

    Maintenant (conséquence de la chute des prix du pétrole et des sanctions occidentales) bien sûr, pour quelle autre raison ?

    L’économie russe souffre et le rouble est en chute libre. Depuis le début de l’année, il a perdu 60 %. Rien que la semaine dernière, 20 %. En conséquence, et selon la presse alignée, après une étude sérieuse, la Banque centrale russe a décidé, il y a quelques jours d’accroître le taux de référence de 10,5 % à 17 %, dans le but de rendre le rouble plus attrayant pour les investisseurs étrangers. Cela n’a fonctionné que pendant quelques heures. Accroître les taux interbancaires était la réponse de Poutine au bluff d’Obama, en même temps qu’il entretenait les illusions occidentales, quant au déclin de la Russie.
    Les tambours de la propagande vous informent que la Russie est à bout ,car le monde a abandonné toute confiance envers le Président Poutine, bien sûr.

    Il y a un changement de régime au programme. Il faut en blâmer le coupable, M. Poutine, dans l’espoir de le discréditer, ainsi que son entourage. Il mène la Russie vers une profonde dépression, la pire depuis l’effondrement de l’Union soviétique. La presse alignée vous montre des interviews de Russes moyens, qui disent avoir perdu toutes leurs économies, que leur salaire et leur pension ne valent plus rien et qu’ils ne savent pas comment ils vont pouvoir survivre à cette catastrophe en préparation.

    En réalité, au moins 80 % de la population russe soutient fermement Vladimir Poutine.

    Il leur a ramené un système d’éducation, les soins de santé, et une infrastructure stable, lesquels s’étaient désagrégés après la chute de l’Union soviétique. La vaste majorité des Russes (incluant l’oligarchie du pays) le considèrent comme un héros.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  23. En fait, ces temps-ci, dans le système occidental, personne ne traite des affaires en roubles.

    Les trésoreries des vassaux occidentaux, en une connivence imprévoyante avec Washington, se débarrassent de leurs réserves en roubles (que la Russie n’achète pas), ce qui inonde le marché. Non seulement la Russie a d’importantes réserves, mais le rouble est adossé à l’or, fait systématiquement omis dans la presse alignée. Pour le moment la Russie préfère laisser le rouble dégringoler.

    Suivant un autre‘ accord’ avec le caïd Obama, les valets du Moyen-Orient producteurs de pétrole, comme l’Arabie saoudite et les pays du Golfe, sont en excès de production et inondent le marché de pétrole et de gaz, faisant chuter les prix, au détriment évident de la Russie et du Venezuela, deux pays où Washington se démène pour obtenir un changement de régime. Coup double, pense Washington, on se paie des lauriers avec les pantins.

    Apparemment on a dû promettre aux cheikhs qui contrôlent leur production d’énergie suffisamment de cadeaux de la part de Washington, pour qu’ils acceptent de mordre sur leur chique et oublient leurs pertes.

    La Russie a besoin de roubles. C’est sa monnaie. C’est la devise dont elle a besoin pour son commerce futur : un rouble détaché du système monétaire occidental.

    Quand la Russie estimera que le rouble a touché le fond, elle achètera les rouble à bas prix du marché avec des montants massifs de dollars.

    La Russie sera alors dans la position d’inonder le marché occidental de dollars (et à ce jour nous savons ce que cela provoque à une devise) et en même temps racheter des roubles à l’Occident. Un mouvement génial pour rétablir la devise russe au sein du nouveau système financier qui émerge (et que l’Europe ferait bien de rejoindre de son plein gré, et non par des méthodes agressives dans le style de Washington).

    Est un signe précurseur de plus d’une guerre à venir ?

    Une confrontation nucléaire ou une guerre froide type 2, précurseur d’un attentat sous faux drapeau, dont le but serait de piéger Moscou ? Pas forcément. Moscou joue une partie d’échecs brillante, la diplomatie à son plus haut niveau. Aux bruits de sabres, Moscou préfère le tintement des pièces. Début 2015, cela pourrait occasionner un désastre financier (occidental) pour les économies libellées en dollar et en euro. Et le gagnant est… ?

    Peter Koenig
    Traduit par Abdelnour pour vineyardsaker.fr

    Notes
    [1] Three Members of Congress Just Reignited the Cold War While No One Was Looking (informationclearinghouse.info, anglais, 16-12-2014)
    [2] Et ainsi se décide le sort du monde, – I do not object… (dedefensa.org, anglais et français, 18-12-2014)
    Source : Free Fall of the Ruble – A brilliant ploy of Russian economic Wizards? Who’s chess game? (vineyardsaker, anglais, 18-12-2014)

    http://www.vineyardsaker.fr/2014/12/19/la-chute-libre-du-rouble-est-elle-un-brillant-stratageme-des-magiciens-de-la-finance-russe-qui-lance-cette-partie-dechecs/#more-9521

    RépondreSupprimer
  24. Le triomphe de l’Empire

    19 décembre 2014
    The French Saker

    La fin de l’année 2014 voit l’Empire, pour reprendre le terme employé par Vladimir Poutine dans sa conférence de presse du 18 décembre, triompher sur tous les plans. Nous avons noté ces succès dans plusieurs articles écrits au fil de l’actualité ces derniers jours. Il est temps désormais d’en faire une synthèse.

    L’Empire, inutile de le définir, chacun devrait savoir ce qu’il en est. Il s’agit du système ou complexe politique, militaire, financier et médiatique qui domine une partie du monde, à partir de Washington et Wall Street. Certains, parmi les dominés que nous sommes, se plaisaient ces derniers temps à pronostiquer la montée de faiblesses au sein de l’Empire, susceptibles d’entraîner un jour sa chute. Mais c’était vivre d’espoir, pour se dispenser de voir la sombre réalité. L’Empire triomphe, il met à genoux ses rivaux potentiels, les uns après les autres.

    Vladimir Poutine à genoux

    La Russie, dirigée par Vladimir Poutine, vient de refuser d’affronter la puissance du dollar. Elle n’a pas cherché à s’en affranchir, en imposant le rouble, même dans les transactions qui la concernent directement [1].

    En mobilisant les réserves de la Banque de Moscou, Poutine pense lutter contre la spéculation qui s’en prend au rouble. Mais ces réserves ne dureront pas longtemps, si le Système veut vraiment, comme tout le montre, faire chuter la Russie en tant que puissance diplomatique et militaire indépendante. Poutine ne réussira même plus à trouver des acheteurs pour son gaz, surtout si l’idée lui venait d’exiger des paiements en roubles et non plus en dollars.

    L’Europe à genoux

    Le phénomène n’est pas nouveau. Nous le dénonçons ici depuis des années, sans aucun succès évidemment, car l’Europe est incapable de se constituer en puissance indépendante et souveraine. Elle a abandonné depuis longtemps toute autonomie dans le domaine vital de la guerre des réseaux. Le rapport français Urvoas, dont on n’a pas suffisamment parlé, montre ainsi que nos entreprises sont espionnées et pénétrées en permanence, non seulement par leurs concurrentes américaines, mais aussi par la NSA, la CIA et le Département d’État us-américain. Dans ces conditions, si la France réussissait à vendre des Rafales en Inde, cela tiendrait du miracle.

    Tout aussi significative est la punition imposée par Google à un gouvernement européen qui cherchait à taxer quelque peu ses énormes profits. Mais faut-il s’en étonner ? Nous donnons à Google, comme à ses amis de web américain, des armes permanentes pour nous piller. Non seulement en consommant à tout va ses services, non seulement en ne mettant pas en place des concurrents véritablement européens, mais en refusant l’harmonisation fiscale intra-européenne qui pourrait enfin faire réfléchir tout ce beau monde.

    En attendant, General Electric vient de racheter Alstom, au terme de coups plus obscurs encore que tordus [2] [3].

    Cuba à genoux

    Petit événement, dira-t-on, que la reddition, qui sera vite complète, du castrisme canal historique face à une Amérique, à laquelle il avait réussi pendant cinquante ans à s’opposer. Mais l’événement est loin d’être mineur. Avec la reconquête de Cuba, c’est une bonne partie de l’Amérique centrale, et même de l’Amérique latine qui s’interrogera. Ne serait-il pas plus diplomatique et profitable d’accepter sans discuter la domination de l’Empire. En ce cas, Washington pourra non seulement ouvrir ici et là de nouveau Guantanamos, mais surtout récupérer le contrôle des ressources naturelles et humaines de la région. Todos americanos, selon l’expression d’Obama, qui devrait devenir prophétique [4].

    (suite en desssous:)

    RépondreSupprimer

  25. Le BRICS ?

    Certains feront valoir que ces succès de l’Empire ne s’étendent pas à l’ensemble du monde. Resteraient encore de gros morceaux à soumettre, la Chine et l’Inde en particulier. Ainsi le BRICS (avec, et même sans la Russie) serait un jour en mesure de disputer à l’Empire la domination du monde. Mais là encore, il ne faut pas se faire trop d’illusions. Si le BRICS passe du rêve aux réalités, il lui faudra des années. De plus, il n’est pas homogène. Les forces de l’Empire ont a montré que, comme dans la lutte des Horaces contre les Curiaces, elles savaient diviser pour régner.

    Jean-Paul Baquiast
    Notes
    [1] Un Poutine bien respectueux du jeu des marchés (vineyardsaker, français, 18-12-2014)
    [2] Comme dans l’affaire précédente de la Société Générale, il ne faudrait pas nier a priori la responsabilité éventuelle des dirigeants impliqués. Mais ils ont eu le tort de tomber dans des pièges sans doute tendus par les services de nos concurrents américains. L’ancienne URSS savait très bien monter de tels pièges. Rappelons nous l’apostrophe du Général de Gaulle à un ambassadeur français pris dans une affaire compromettante d’un autre genre : « Alors, Monsieur l’Ambassadeur, on aime les femmes ? ».
    [3] Alstom a-t-il été victime de déstabilisation par les Etats-Unis ? (franceinfo.fr, français, 19-12-2014)
    [4] Cuba sur la voie du Mexique (europesolidaire.eu, français, 18-12-2014)

    http://www.vineyardsaker.fr/2014/12/19/le-triomphe-de-lempire/#more-9534

    RépondreSupprimer