- ENTREE de SECOURS -



vendredi 3 février 2017

U.N. Admet que l'Ordre du réchauffement planétaire est vraiment à détruire le capitalisme

Par Tyler Durden
Feb 3, 2017 8:07 AM
Soumis par Martin Armstrong via ArmstrongEconomics.com,


Une déclaration choquante a été faite par un fonctionnaire des Nations Unies Christiana Figueres lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Figueres a admis que la conspiration du réchauffement planétaire mise en place par la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, dont elle est la secrétaire exécutive, n'a pas pour but de sauver le monde de la calamité écologique, mais de détruire le capitalisme. Elle dit très casuellement:

"C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que nous nous fixons la tâche de modifier intentionnellement, dans un laps de temps déterminé, le modèle de développement économique qui règne depuis au moins 150 ans depuis la révolution industrielle".

Elle a même réaffirmé cet objectif en s'assurant que ce n'était pas une erreur:

"C'est probablement la tâche la plus difficile que nous ayons jamais faite, qui est de transformer intentionnellement le modèle de développement économique pour la première fois dans l'histoire de l'humanité."

J'ai été invité à un dîner politique majeur à Washington avec l'ancien président de Temple University depuis que j'ai conseillé l'université en ce qui concerne son portefeuille. Nous étions assis à l'une de ces tables rondes avec dix personnes. Parce que nous étions invités d'une université, ils nous ont placés avec les chefs des différents groupes environnementaux. Ils ont supposé qu'ils étaient en compagnie amicale et ont commencé à parler librement. Dick Fox, mon ami, a commencé à les conduire sur pour obtenir la vérité derrière leur mouvement. Et voilà, ils ont admis aussi qu'il ne s'agissait pas de l'environnement, mais de réduire la croissance démographique. Dick leur demanda alors: «Quelle petite-fille essayons-nous d'empêcher de naître ? Votre ou la mienne ?

Tous ces mouvements semblent avoir un ordre du jour caché que la presse aide à mal représenter tout le temps. Il faut se demander, à quel moment la presse se rendra compte qu'ils détruisent leur propre avenir ?

Investors.com rappelle à Figueres que le seul modèle économique au cours des 150 dernières années qui a jamais travaillé du tout est le capitalisme. Les preuves sont prima facie: d'un ordre féodal qui a duré mille ans, a produit une croissance nulle et a maintenu les journées de travail longues et la durée de vie courte, les pays qui ont embrassé le capitalisme de marché ont bénéficié d'un système dans lequel la production a augmenté de 70 fois Les jours ont été réduits de moitié et les durées de vie doublées.

13 commentaires:

  1. Faut y voir les décisions abracadabrantes de... supprimer les transactions en espèces ! et de partir en guerre contre 'les paradis fiscaux' !!

    D'une part, la suppression des espèces est la seule possibilité pour les banques de vider les comptes de n'importe qui, tandis que de partir en guerre contre ceux qui osent épargner revient à dire que des chefs d'États sont tellement nuls pour gérer leurs pays qu'ils effraient les investisseurs d'y venir.

    D'où - effectivement - la mise en place à Kyoto (par Al Gore) de l'escroquerie sur le 'Global Warming' (contestée par tous les scientifiques dans le monde entier)

    RépondreSupprimer
  2. Dommages irréversibles - L'économie des États-Unis ne peut pas être réparée


    Par Tyler Durden
    Feb 3, 2017 12:00
    Soumis par Brandon Smith via Alt-Market.com,


    Comme je l'ai souligné dans mon article «Le faux récit économique va mourir en 2017», les médias traditionnels ont été soigneusement à l'élaboration de la propagande même que l'administration Trump est héritage d'une économie mondiale en "ascension", alors qu'en fait, le contraire est vrai. Trump entre en fonction à un moment de déclin de longue date et sera probablement témoin grave et accéléré baisse au cours de la prochaine année. Les signes sont déjà présents, et cela correspond exactement à la base de ma prédiction de la victoire de l'élection Trump - les mouvements conservateurs sont en effet mis en place comme boucs émissaires pour une crise économique mondiale que les financiers internationaux ont réellement créé.

    De plus, cela n'empêche pas Trump de se vanter que le Dow farceur ait atteint des records après son entrée à la Maison Blanche. Parlez de la configuration parfaite ...

    Avec la vitesse à laquelle Trump émet des ordres exécutifs, mon souci est que la tête des gens tournera si vite qu'ils commenceront à prendre une apparence de progrès économique. Voici le problème - certains problèmes ne peuvent tout simplement pas être corrigés, du moins pas de haut en bas. Certaines catastrophes ne peuvent être évitées. Parfois, une crise doit se dérouler avant qu'une nation, une société ou une économie ne revienne à la stabilité. Cela est invariablement vrai pour la crise sous-jacente de l'économie américaine.

    Il est impératif que les militants de la liberté et les conservateurs évitent les faux espoirs dans le redressement fiscal et restent vigilants et préparés à une panne au sein du système. Malgré le changement politique soudain de la mer avec Trump et le parti républicain dans le contrôle majoritaire de l'appareil de D.C., rien ne peut être fait par le gouvernement pour soulager des tensions fiscales en ce moment. Voici quelques-unes des principales raisons pour lesquelles:

    Le gouvernement ne crée pas de richesse

    Le gouvernement est une machine à dévorer la richesse. Plus le gouvernement est grand, plus il est habile à arracher des capitaux et à en répartir mal. Un tel système est intrinsèquement non équipé pour réparer une économie dans une spirale stagflationniste.

    J'entends beaucoup de discussions dernièrement sur tous les emplois qui seront créés grâce aux plans de dépenses d'infrastructure de Trump, ce qui me rappelle le désespoir au début de la Grande Dépression et les efforts de Herbert Hoover pour relancer l'économie américaine à travers un Série de programmes de travaux publics. La réalité n'appuie pas le succès de cette entreprise.

    Tout d'abord, les idées de Trump pour les dépenses d'infrastructure pour lancer une reprise américaine ne sont pas nouvelles. L'administration Obama et le Congrès a adopté le plus grand projet de loi sur les dépenses de transport en plus d'une décennie en 2015 et a poussé pour une stratégie similaire à ce qui est actuellement suggéré par Trump. Je tiens à souligner que, comme Herbert Hoover, les efforts d'Obama dans ce domaine étaient essentiellement infructueux. Obama a été le premier président depuis Hoover à voir "officielle" la croissance annuelle du PIB des États-Unis de moins de 3 pour cent pour l'ensemble de sa présidence, avec un PIB en 2016 tombant à un triste 1,6 pour cent.

    RépondreSupprimer
  3. Bien que des projets comme le barrage de Hoover aient été épiques dans leur portée et électrisants à l'imagination publique pendant la dépression, ils ont fait peu pour alimenter les perspectives globales à long terme de l'économie américaine. C'est parce que le gouvernement est incapable de créer la richesse; Il ne peut voler la richesse de la population par l'imposition pour payer les dettes évoquées de l'air mince, ou, il peut frapper un marché du diable avec les banques centrales pour imprimer son chemin à la prospérité fausse.

    Certains pourraient avancer que Trump est plus susceptible de réorienter les fonds de programmes mal conçus de l'ère Obama plutôt que d'augmenter les impôts ou l'impression, mais cela ne change pas la situation. Les fonds réorientés sont toujours des fonds des contribuables, et ces fonds seraient beaucoup mieux dépensés s'ils étaient retournés aux contribuables plutôt que gaspillés dans un effort vain d'augmenter le PIB d'un point de pourcentage. Au-delà de cela, le nombre d'emplois générés par le processus sera une baisse dans le seau comparativement aux 100 millions de plus de personnes qui ne sont plus employées aux États-Unis à cette époque.

    Conclusion ? Bien que de nouvelles routes et un mur à la frontière méridionale soient des gagnants pour de nombreux conservateurs, les dépenses d'infrastructure sont une solution sans solution pour prévenir une catastrophe financière à long terme.

    L'interdépendance est difficile à briser

    Une autre perspective de levée de fonds pour payer les projets de travaux publics générateurs d'emplois est l'utilisation de tarifs sur les importations étrangères. Plus précisément, les importations de biens en provenance de pays qui ont maintenu des avantages commerciaux déloyaux grâce à des accords mondiaux comme l'ALENA, l'ALÉCT ou le projet de loi sur le commerce de la Chine. Il s'agit évidemment d'un concept pratique et il a toujours été l'intention du père fondateur de l'après-révolution pour le gouvernement de générer la majeure partie de son financement par la taxation des importations étrangères et le commerce interétatique plutôt que l'imposition des revenus durs des citoyens. Cependant, l'idée n'est pas sans conséquences.

    Malheureusement, les mondialistes ont passé la moitié du siècle à faire en sorte que chaque pays dépende financièrement. Les États-Unis sont au centre même de cette interdépendance avec notre monnaie comme norme de réserve mondiale. Afin de changer la nature du système indépendant, nous devons changer la nature de notre participation dans ce système. Cela signifie que, pour imposer de gros tarifs à des pays comme la Chine (ce que Trump a suggéré), l'Amérique devrait consentir à sacrifier le principal avantage dont elle jouit dans le modèle interdépendant - nous devrions sacrifier le statut de réserve mondiale du dollar.

    Gardez à l'esprit, cela est susceptible d'être fait pour nous de manière agressive par des nations comme la Chine. Les dettes considérables en dollars et en obligations du Trésor de la Chine peuvent être liquidées, et malgré les réclamations des shills traditionnels, cela aura en effet des effets destructeurs sur l'économie des États-Unis.

    RépondreSupprimer
  4. Gardez également à l'esprit que avec des tarifs plus élevés viennent prix plus élevés sur le plateau. La majorité des marchandises consommées par les Américains viennent de l'extérieur du pays. Des tarifs plus élevés ne fonctionnent qu'à notre avantage lorsque nous disposons d'une base manufacturière capable de produire les biens dont nous avons besoin aux prix que nous pouvons nous permettre. La base manufacturière américaine au sein de notre propre nation est essentiellement inexistante par rapport à la Grande Dépression. Pour imposer des tarifs, nous aurions besoin d'un niveau de soutien à la production que nous n'avons tout simplement pas.

    Le fait est qu'un changement sans précédent dans la dynamique de production américaine devrait se produire afin que nous ne fassions pas face à de lourdes conséquences fiscales pour l'utilisation des tarifs comme une arme économique.

    La fabrication prend du temps pour reconstruire

    Beaucoup d'enthousiasme a été suscité par les rapports selon lesquels certaines sociétés américaines apporteront un peu de fabrication à nos frontières au cours du premier mandat de Trump en tant que président. Et certainement c'est quelque chose qui doit se produire. Nous n'aurions jamais dû externaliser notre capacité de fabrication en premier lieu. Mais, est-ce trop peu trop tard ? Je le crois.

    Je me souviens qu'en 2008-2009, les économistes traditionnels applaudissaient les efforts de renflouement de la Réserve fédérale et l'appel à l'assouplissement quantitatif car, selon eux, cela allait diminuer la valeur du dollar sur le marché mondial, ce qui rendrait les biens américains moins chers et par extension inspirent une renaissance manufacturière. Bien sûr, cela ne s'est jamais produit, ce qui ne fait qu'ajouter à la montagne de preuves prouvant que la plupart des économistes traditionnels sont des idiots intellectuels.

    Il est important que nous ne tombions pas dans le même piège de faux espoir en 2017. Alors que Trump peut ou ne peut pas gérer les choses plus agressivement, il n'y a que tellement qui peut être accompli par la politique. Reconstruire une base de fabrication après des décennies d'externalisation prend du temps. De nombreuses années, en fait. Les usines doivent être commandées, l'argent doit changer beaucoup de mains, les salaires doivent être examinés pour le meilleur travail possible par dollar dépensé et les gens doivent être formés à partir de la base même dans la façon de produire des biens à nouveau. Dans de nombreux cas, les compétences requises pour maintenir des usines en fonctionnement aux États-Unis (des ingénieurs aux machinistes à la main-d'œuvre de la chaîne d'assemblage et aux personnes qui savent le gérer) n'existent plus. Il ne reste plus que des millions de travailleurs de la vente au détail et de la restauration qui forment des foules qui exigent 15 $ de l'heure, ce qui ne va tout simplement pas encourager le retour à la fabrication.

    RépondreSupprimer
  5. Au-delà de cela, au moins à court terme, l'Amérique aura un dollar beaucoup plus fort sur le marché mondial, plutôt que d'un dollar plus faible, en raison du fait que la Réserve fédérale a amorcé une nouvelle série d'augmentations de taux d'intérêt tout comme Trump entré en fonction . Alors que le courant dominant théorise que la Fed va tourner "dovish" et de renoncer à des hausses de taux, je pense que c'est une notion plutôt naïve. Il sert les élites beaucoup mieux pour créer une bataille entre Trump et la Fed - donc, je vois aucune raison pour la Fed de renoncer à son processus de hausse des taux. Trump va exiger un dollar plus faible, la Fed ne lui donnera pas, et finalement, l'économie mondiale commencera à voir le dollar comme une entreprise risquée et de le déverser comme la réserve mondiale; Qui est ce que les globalistes ont voulu tout le long afin qu'ils puissent introduire le DTS comme un pont vers une nouvelle monnaie mondiale.

    Avec un dollar «fort» (par rapport à d'autres indices), il y a même MOINS d'incitation pour les pays étrangers à acheter nos produits maintenant qu'il n'y en avait après la crise du crédit en 2008. Si le dollar perd son statut de réserve mondiale (comme je le crois pendant Trump's Premier terme), puis à ce moment nous aurons une monnaie rapidement en baisse - mais trop rapide pour alimenter un redémarrage de fabrication.

    Y a-t-il suffisamment de richesses internes pour soutenir l'essor de la fabrication aux États-Unis pendant une période de temps nécessaire à la rééquilibration de notre économie? S'il y en a, je ne le vois pas. Nous sommes une nation engluée dans la dette. Tant et si bien que même la vente de nos ressources naturelles n'effacerait pas le problème.

    En fin de compte, le passage d'un système mondialisé à un pays producteur autonome avec une population assez riche pour soutenir cette production en raison des exportations limitées vers les acheteurs étrangers est un changement qui exige une prévision incroyable, une précision et un temps suffisant. Ce n'est pas quelque chose qui peut être ramrodded dans l'existence par la force ou par décret du gouvernement. En fait, le fait d'essayer de forcer le changement au hasard ne fera qu'agiter une économie déjà au bord de la calamité.

    Les solutions commencent avec la citoyenneté, pas à Washington

    Je comprends que les conservateurs en particulier veulent «faire une fois de plus l'Amérique», et je suis tout à fait d'accord avec cet objectif. Mais, quelqu'un doit signaler les incohérences dans la stratégie actuelle et reconnaître que la situation est irréparable. Pour rehausser l'Amérique, il faudrait des efforts décentralisés pour maximiser la production et l'autosuffisance au niveau local, et non pas le fédéralisme centralisé avec l'économie. Les globalistes ont été beaucoup trop approfondis dans leurs programmes d'interdépendance. La seule façon de sortir maintenant est pour le système de planter et pour les bonnes personnes à être en place pour reconstruire.

    RépondreSupprimer
  6. Malheureusement, non seulement un accident entraînera une grande tragédie pour beaucoup d'Américains, mais c'est aussi un résultat que les globalistes préfèrent. Ils croient qu'ils seront les hommes au bon endroit au bon moment pour reconstruire le système d'une manière encore plus centralisée. Ils espèrent sacrifier l'ancien ordre mondial pour inspirer le désespoir social nécessaire pour convaincre les masses de la nécessité d'un «nouvel ordre mondial». Encore une fois, ce crash ne peut être évité, il ne peut être atténué. Nous pouvons nous préparer et devenir autonomes. Nous pouvons nous battre pour que les globalistes ne soient pas en mesure de reconstruire le système à leur image une fois que la poussière s'est installée. Mais nous ne devrions pas trop nous attendre à ce que l'administration Trump puisse résoudre n'importe lequel de nos problèmes économiques, même si c'est leur intention. La solution reste entre nos mains, pas entre les mains de la Maison Blanche.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-02-02/irreversible-damage-us-economy-cannot-be-repaired

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) La solution reste entre nos mains, pas entre les mains de la Maison Blanche. (...)

      Ce sont des entreprises multi-milliardaires qui condamnent tel ou tel Etat et non un chef d'Etat. Voir les profits colossaux faits sur le pétrole dont le prix du baril ne profite pas aux pays producteurs ! (because que ce sont des compagnies étrangères qui exploitent par contrats les nappes d'or noir et non les entreprises de l'Etat !).

      Supprimer
  7. «Séisme fort» de magnitude 6,1 ressenti en Martinique (PHOTOS)


    4 févr. 2017, 05:59 - Avec AFP


    Un séisme a frappé la Martinique et a été ressenti en Guadeloupe dans la soirée du 3 février. Le tremblement de terre a fait quelques blessés et causé des dégâts matériels. Des milliers de personnes ont été privés d’électricité.

    Un séisme fort, de magnitude 6,1 sur l’échelle de Richter, a été enregistré en Martinique, le 3 février à 15h54 (20h54 à Paris), selon le rapport préliminaire rendu public par l’Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique (OVSM-IPGP).

    Ce tremblement de terre a été fortement ressenti à travers toute l’île et en particulier dans les communes proches du littoral atlantique.

    L’épicentre, selon l’OVSM-IPGP était localisé en Atlantique «à 67 km à l’est-nord-est de la commune de Trinité et à 24 km de profondeur».

    Les réseaux sociaux se sont vite fait l’écho du séisme rapportant des scènes de panique. Par ailleurs, quelques dégâts matériels ont été enregistrés dans des grandes surfaces et notamment au Lamentin, au Robert et à Sainte-Marie.

    Des produits alimentaires et d’hygiène, entre autres, sont tombés des linéaires entraînant dans certains cas une fermeture momentanée (Robert) ou «jusqu’à nouvel ordre» (Sainte-Marie) des établissements, selon leurs responsables.

    Par ailleurs, les services de secours ont dû intervenir pour prendre en charge des personnes légèrement blessées ou pris de malaise à la suite du séisme.

    EDF Martinique a fait état «de 25 000 clients [...] privés d’électricité, principalement sur le secteur géographique de Trinité et du Lamentin», dans un communiqué. Selon EDF, ces clients «ont été réalimentés ans les dix minutes» et «les 400 abonnés du Lamentin encore privés d'électricité devraient être rétablis dans la soirée» du 3 février.

    Ce tremblement de terre a également été ressenti en Guadeloupe où l’observatoire volcanologique et sismologique le qualifiait de «modéré (magnitude 5.8 sur l’Échelle de Richter)» et le localisait «à 127 km au sud-est de Capesterre-de-Marie-Galante et à 31 km de profondeur».

    https://francais.rt.com/france/33485-seisme-fort-ressenti-martinique

    RépondreSupprimer
  8. «Météo inattendue à Dubaï : vents violents et chutes de neige (IMAGES)»


    3 févr. 2017, 23:31


    Les Emirats arabes unis ont connu vendredi 3 février un épisode météorologique extrêmement rare pour la région réputée pour être sèche et désertique. Des chutes e neiges accompagnées de vents violents ont même fait tomber une grue.

    Les Émirats arabes unis (EAU) sont connus pour leur climat désertique et son ensoleillement perpétuel. Pourtant, ces belles conditions climatiques se sont évaporées le 3 février, laissant place à des chutes de neige impressionnantes accompagnées de vents violents qui ont provoqué la chute d'une grue et un incendie.

    Une personne a été blessée dans un incendie qui s'est déclaré suite à l'effondrement d'une grue de construction sur la rue Sheikh Zayed à Dubaï, selon des responsables cités par l'AFP.

    L'incident a incité l'autorité des routes et des transports de Dubaï à interrompre momentanément une partie du métro de la ville pour des mesures de sécurité en raison de la chute de débris restés présents sur les voies.

    Les autorités ont également exhorté les automobilistes à rester extrêmement prudents sur la route, après que le Centre national de météorologie et de séismologie (NCMS) de Dubaï a averti d'une forte violence des vents accompagnée d'une très mauvaise visibilité.

    A Dubaï, les vents ont atteint entre 80 km, ce qui a également fortement agité la mer, tandis que dans la région de Jebel Jais, la plus haute montagne des Emirats, près de 10cm de neige sont tombées, selon l'agence Gulf News. Les températures ont également chuté jusqu'à -2°C, ce qui est extrêmement rare pour cette région.

    Ce n'est toutefois pas la première fois que le Jebel Jais, situé à une altitude 1800 mètres, a connu des chutes de neige. En décembre 2004, un épisode neigeux avait déjà subjugué la population.

    Lire aussi : De la neige au Sahara pour la première fois depuis 37 ans (IMAGES, VIDEO)

    https://francais.rt.com/international/33483-meteo-innatendue-dubai-vents-violents-chutes-de-neige

    RépondreSupprimer
  9. Il faut faire confiance à la société civile


    le 3 février 2017


    Malgré leur omniprésence dans les médias, les Français rejettent massivement les politiques. Le gaspillage d’argent public, l’étatisme et les affaires aggravent cette méfiance. Et si l’on écoutait davantage la société civile ?


    Par Nicolas Lecaussin.
    Un article de L’Iref-Europe


    Les politiques sont omniprésents dans les médias. Il n’y a presque pas d’émission – même de divertissement – sans qu’au moins un des invités ne soit un personnage politique, de gauche, de droite ou des extrêmes… C’est une particularité bien française. Ni en Allemagne, ni au Royaume-Uni et encore moins en Amérique, les politiques ne squattent autant les plateaux de radio, de télé ou les couvertures des magazines. Et pourtant, quel paradoxe ! Malgré leur omniprésence dans les médias, les Français les rejettent massivement.

    Selon le baromètre de la confiance réalisé par le Cevipof et publié il y a quelques jours, pour 89 % des Français sondés, les responsables politiques « ne se préoccupent pas de ce que pensent les gens comme nous » ; pour 75 %, ils sont « plutôt corrompus » ; 40 % des personnes interrogées éprouvent de la « méfiance » en pensant à la politique et 28 % du « dégoût » ; seules 11 % d’entre elles ont « confiance » dans les partis et près des trois quarts (70 %) estiment que « la démocratie ne fonctionne pas bien en France ».

    Le Bundestag interdit aux députés l’embauche des membres de leur famille

    Ce sondage a été réalisé avant l’affaire Fillon qui ne fait qu’aggraver cette perte de confiance. Les réactions de l’ancien Premier ministre aux révélations du Canard enchaîné confirment d’ailleurs les résultats du baromètre de confiance des Français envers les politiques. Il existe clairement un fossé entre les politiques (ou l’establishment) et le peuple. Malgré quelques changements ces dernières années, ceux qui vivent de l’argent public ne réalisent pas à quel point ils méconnaissent le fonctionnement de la société.

    La preuve, cette situation – légale – d’embaucher un membre de la famille dans leur équipe. Avec la possibilité de le payer jusqu’à 4 700 euros par mois. Combien de Français dans le privé n’aimeraient-ils pas travailler avec quelqu’un de leur famille ? Entre les cadres qui font 50 heures par semaine et les chefs d’entreprise qui prennent des vacances une fois tous les trois ans, nombreux sont ceux qui aimeraient embaucher à leurs côtés des épouses ou des enfants.

    Au même moment, on apprend que la taxe d’habitation pourrait augmenter jusqu’à 60 % pour les résidences secondaires à Paris ! Or, il s’agit souvent des appartements dont profitent les enfants et les petits-enfants pour la période des études supérieures…

    Les politiques français devraient s’appuyer sur la société civile

    Les élus profitent de la situation et le font sans se rendre compte des dégâts qu’ils provoquent. Car il s’agit bien d’un privilège, qu’il s’agisse d’un emploi fictif ou non (cette pratique est d’ailleurs interdite en Allemagne !). Un privilège financé avec l’argent public. Le contexte est encore plus grave pour François Fillon car il a mis sa campagne sous le signe de la transparence et de la vérité. Cela ne sert à rien de condamner le populisme extrémiste si l’on n’a pas conscience du fait que c’est justement ce genre de comportement qui l’alimente.

    Lorsque les Français ont pris connaissance, dans le passé, des turpitudes de plusieurs anciens présidents de la République, des magouilles de certains anciens ministres auprès du fisc, des condamnations des élus, lorsqu’ils voient qu’un autre candidat, M. Macron, est soupçonné d’avoir utilisé l’argent public pour sa campagne, il ne faut pas s’étonner qu’ils votent pour les extrêmes. Les arguments pour les discours populistes ne manquent pas et semblent se multiplier.

    RépondreSupprimer
  10. Et ils sont vrais dans leur grande majorité. Aux États-Unis, Donald Trump avait fait campagne aussi en dénonçant les connivences entre la fondation des Clinton, l’argent public, l’administration et des chefs d’État étrangers. Or, on vient d’apprendre que cette fondation va être dissoute ce qui montre que les accusations de Trump étaient fondées.

    C’est à la société civile de prendre les choses en main. Il faudrait que les politiques s’entourent davantage de membres de la société civile qui pourraient constituer de vrais remparts à certaines dérives et des sources d’inspiration pour des réformes. Quand seulement 11 députés sur 577 sont (ou ont été) chefs d’entreprise, mieux vaudrait prendre dans son équipe des connaisseurs du secteur privé et des vrais problèmes qui préoccupent les Français. En gros, plus éloignés des médias et plus proches des réalités.

    https://www.contrepoints.org/2017/02/03/279817-faut-faire-confiance-a-societe-civile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas faire confiance à la société civile c'est prendre les électeurs pour des cons n'ayant que ce qu'ils méritent !

      ------------------

      L'UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

      By lejournaldusiecle
      14 février 2013

      Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d'euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l'euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

      C'est le Daily Telegraph qui a révélé l'information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d'une campagne sans précédent de réorientation de l'opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

      Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l'opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d'attirer l'attention médiatique et publique.

      Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d'y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s'agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

      Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu'expriment de plus en plus d'Européens, à savoir que "l'Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d'Europe", et non pas "moins d'Europe".

      Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l'euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu'est l'UE, dixit Barroso.

      En pleine crise économique, et alors que l'austérité est imposée aux États, l'UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu'une augmentation de près de 2 millions d'euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés lan prochain.

      Nigel Farage a été l'un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l'UE ne valait pas mieux qu'une "république bananière".

      Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

      http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

      Supprimer