- ENTREE de SECOURS -



dimanche 29 janvier 2017

RUNNING MAN - Arnold Schwarzenegger, María Conchita Alonso

https://www.youtube.com/watch?v=sC8t26QXyYE

35 commentaires:

  1. Film sorti en 1987, SF (?) de 2017 évoquant la dictature (des merdias entr'autres) 30 ans plus tard !

    Deux des acteurs du film sont par la suite devenus gouverneurs : Jesse Ventura (Captain Freedom) fut élu gouverneur du Minnesota en novembre 1998, et Arnold Schwarzenegger (Ben Richards) gouverneur de Californie en octobre 2003.

    RépondreSupprimer
  2. NY Times fait le changement climatique croyants sont obligés de parler dans les codes cachés

    January 29th, 2017


    Plus de nouvelles fausses du NY Times. Voici un effort créatif pour vendre l'histoire que les gens avec des industries milliardaires, toutes les positions académiques et un entourage sympathique de médias vont sous terre, forcés de dissimuler leur croyance sur le «changement climatique».

    Il s'agit d'un article de type death-throes, agrippant des moyens de faire semblant Global Worriers sont toujours pertinentes, et de nourrir un fantasme qu'ils pourraient être l'outsider.

    Dans le cœur de l'Amérique, discuter du changement climatique sans dire «changement climatique»
    Ainsi, alors que le changement climatique fait partie de la conversation quotidienne, il se déguise comme autre chose.

    "Les gens en parlent, sans en parler", a déclaré Miriam Horn, l'auteur d'un récent livre sur les Américains conservateurs et l'environnement, "Rancher, Farmer, Fisherman". "Il est devenu un sujet tellement chargé qu'il y a une navigation les gens font."

    Ce qui s'est vraiment passé, c'est que le changement climatique est surexploité agitprop et les gens sont fatigués d'être battu sur la tête avec elle. Le premier exemple le plus convaincant que le NY Times peut trouver est un fermier nommé Doug Palen qui parle de «piégeage du carbone» dans son sol (et quel agriculteur ne le ferait pas ?) Palen est peint comme un «croyant»:

    Bref, il est un réaliste du changement climatique. Il suffit de ne pas s'attendre à ce qu'il prononce les mots «changement climatique."

    Mais c'est la déclaration la plus forte qu'il fait:

    "Si les politiciens veulent s'épuiser à débattre du climat, c'est leur choix", a déclaré M. Palen, en parcourant les champs de blé d'hiver fraîchement plantés. J'ai une ferme à courir.

    Et il est tellement d'un croyant "il n'a pas voté pour Hillary Clinton." Dois-je dire plus ?

    Apparemment, toute personne qui discute des problèmes météorologiques ou de l'écologie pourrait être peinte, à travers une sorte de fantaisie, comme un croyant déguisé qui cache le sujet du changement climatique. C'est le meilleur qu'ils pouvaient faire?

    Palen peut être un croyant (qui sait), mais il n'y a aucune preuve de lui dans ses citations. L'article est assez long pour nous parler de lui, mais c'est tout simplement une bonne science agricole. Palen a «une strie de conservationniste» et est un avocat agricole sans labour. Il s'occupe de son sol, et se sent aliéné par les écologistes parce qu'il utilise des produits chimiques. Palen dit même qu'il veut «être laissé seul» par l'EPA. Il sonne comme tout agriculteur sceptique que je connais pourtant c'est le type peint comme l'exemple de star d'un croyant souterrain?

    RépondreSupprimer
  3. La semaine dernière, M. Palen, l'agriculteur, parlait à nouveau du climat - sinon du changement climatique - lors d'une conférence sur les agriculteurs sans labour à Salina, au Kansas. Les séances comprenaient «Utiliser efficacement votre eau», «Faire de la météo pour vous en 2017» »Et« Construire des sols sains avec le pâturage à la mafia », une pratique qui aide à fertiliser la terre.

    Hiroko Tabuchi, un écrivain du NY Times, nous apprend qu'un professeur de sciences a même souffert d'une "car keying" (comme ça ne se produit jamais) et qu'une fois reçu une lettre d'un élève disant: "Sachez que Dieu L'amour surpasse la connaissance. Pourquoi même mentionner ces?

    Pour être juste cependant, le professeur a obtenu un sac de livre jeté à lui, ainsi maintenant il demande aux étudiants s'ils aiment les ampoules comme manière douce de conduire dans la discussion de climat - comme si la science de climat était quelque chose comme la science des ampoules. (Les modèles d'ampoules peuvent prédire les choses ...)

    Tabuchi parvient à trouver de vrais croyants qui se sont rendu compte qu'ils devaient changer leur messagerie ennuyeuse. Cela correspond aussi à ma théorie que le «changement climatique» est un sujet de chien mort sur sa sortie. Les derniers morts-vivants sont le réembauchage du message, mais peu de gens se soucient.

    Le rédacteur en chef d'un magazine admet que les gens détestent le terme «changement climatique»:

    M. Kurns a parlé franchement au sujet des préoccupations d'une réaction violente dans une note d'éditeur qui a mené la question. Quand il est devenu le rédacteur du magazine deux ans plus tôt, il a dit, il avait été averti, "N'utilisez jamais les mots 'changement de climat.'"

    «On m'a dit:« Les lecteurs déteste cette phrase. Il suffit de parler de la météo », écrit-il.

    Voici quelques-uns des messages haineux qu'il a reçus dans cette arène "chaude":

    «Quand vous commencez à citer les« climatologues »et les Nations Unies, écrit Bill Clinger, un agriculteur basé à Harpster, dans l'Ohio,« vous êtes aussi fou que Al Gore. »Des mesures pour contrôler les émissions, dit-il, Sont des noms séduisants pour les programmes socialistes destinés à la microgestion des personnes et des entreprises. "

    S'il a obtenu des lettres plus agressives ou méchantes que vous pensez qu'ils les auraient utilisées. Alors c'est tout". Un éditeur de flocon de neige ?

    Les temps NY Times Nouvelles fausses:
    Les faux faux mémos classiques sont poussés:

     "... une poussée bien financée par des intérêts fossiles ..."

    Comment bien financés sont les sceptiques quand les croyants obtenir 3500 fois autant (et le reste).

    Les temps NY n'a même jamais trouvé une raison pour les compagnies pétrolières pour soutenir sceptiques depuis la plupart d'entre eux lobby pour l'action carbone, et de profiter des ventes de gaz et comme ça quand les parcs éoliens sont subventionnés.

    RépondreSupprimer
  4. Plus de nouvelles fausses:

    Elle a assisté à des réunions de comité où les sceptiques du climat, y compris le scientifique discrédité Wei-Hock Soon, ont saboté la science derrière le réchauffement planétaire.

    Elle a assisté à des réunions de comité où les sceptiques du climat, y compris le scientifique discrédité Wei-Hock Soon, ont saboté la science derrière le réchauffement planétaire. "Le dioxyde de carbone, le gaz carbonique est simplement un acteur du changement climatique", lit-on dans une diapositive présentée par M. Soon en 2013. "La hausse du gaz carbonique est largement bénéfique pour les plantes et la vie humaine".

    «Je me souviens d'être horrifié», a déclaré Mme Kuether.

    Horrifié que le gaz carbonique augmente les rendements des cultures? Willie Soon est simplement d'expliquer les bases et son travail résiste bien sur ses propres mérites.

    S'il pouvait être discrédité parce que son université a reçu des «combustibles fossiles» de l'argent, cela détruit tout ce que l'Unité climatique East Anglia a jamais dit. Depuis Big-gouvernement bénéficie de pousser le bouton de panique climatique, ce genre de raisonnement exclut 97% de la recherche sur le climat.

    Si quelqu'un pouvait trouver une grave erreur dans le travail de Willie Soon, nous aurions tous entendu parler de lui.

    Cet article est une étape expérimentale et flottante dans la transmogrification du débat sur le climat. La plupart de la science ici n'a rien à voir avec la science du climat et tout à voir avec la vieille écologie simple, l'agriculture, les soins du sol. Tabuchi fusionne la science réussie avec les échecs afin qu'il puisse sauver quelque chose de la croisade désastreuse changement climatique.

    http://joannenova.com.au/2017/01/ny-times-makes-out-climate-change-believers-are-forced-to-speak-in-hidden-codes/

    RépondreSupprimer
  5. Nouvelles d’Espagne : dons d’organes


    le 29 janvier 2017


    En Espagne si une personne n’indique pas formellement et officiellement qu’elle refuse que le corps médical lui prélève un organe pour sauver une vie lors de son décès à l’hôpital alors le corps médical a toute latitude pour procéder à un prélèvement sans en informer la famille. Cette disposition a été mise en place à la suite de la création de l’Organización National de Trasplantes (ONT) en 1989, une agence technique en charge de la coordination des activités de transplantation d’organes dans le pays.

    L’organisation repose essentiellement sur la collaboration directe des médecins hospitaliers oeuvrant dans les unités de soins intensifs. Tous les malades considérés comme donneurs potentiels sont immédiatement « groupés » et leurs données immunitaires transmises à l’ONT via les antennes provinciales disséminées sur tout le territoire espagnol afin d’identifier les receveurs potentiels aussi rapidement que possible grâce à une banque de données gérée par l’ONT. Une logistique permettant d’acheminer les organes dans les meilleures conditions a été également mise en place à la suite de la création de l’ONT.

    Dans ces conditions l’Espagne est le pays champion du monde des transplantations d’organes et il devrait servir de modèle pour la plupart des pays de l’OCDE. Reste à préciser les critères de définition de la mort. Pour le médecin la mort est l’arrêt définitif du fonctionnement du coeur et le cas de la mort cérébrale reste encore un sujet à débat relevant de l’éthique mais qui devrait être abordé compte tenu du nombre de receveurs potentiels. Un malade en état de mort cérébrale et maintenu en vie à l’aide de machines devrait être « déconnecté » et un ou plusieurs de ses organes deviendraient immédiatement disponibles pour une transplantation réalisées dans des conditions optimales. Reste que le corps médical considère qu’il s’agit toujours d’un geste classé dans la catégorie de l’euthanasie, mais gageons que dans ce dernier cas des dispositions législatives adaptées permettront de sauver des vies …

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/01/29/nouvelles-despagne-dons-dorganes/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'holocauste est arrivé !

      Plus qu'un crime, l'État-nazi est de s'approprier un corps étranger (mort ou vivant suivant son origine) pour sauver quelqu'un qui aurait beaucoup plus de valeur !!

      Supprimer
  6. Contre les «fake news» qui «menacent la démocratie», les députés britanniques ouvrent une enquête


    29 janv. 2017, 23:09


    Une commission d'enquête a été ouverte afin de lutter contre les fake news, dont les parlementaires britanniques estiment qu'elles ont joué un rôle dans plusieurs élections

    Constatant avec inquiétude la multiplication des fausses informations sur internet, les parlementaires du Royaume-Uni entendent lutter contre leur diffusion en impliquant notamment les géants du net, et en traquant les «fake news» jusque sur la BBC.

    Une enquête parlementaire vient d'être lancée par la commission de la Culture, des médias et des sports de la Chambre des communes au Royaume-Uni, afin de «déterminer la manière la plus efficace de répondre à la menace que les «fake news» font peser sur la démocratie».

    Le but de cette démarche est notamment d'établir un procédé par lequel Google, Twitter et Facebook pourraient s'engager plus activement pour traquer les fausses informations, couramment désignées sous le nom de «fake news» qui a été popularisé pendant la campagne américaine de 2016. Le but est notamment de réduire l'impact des sites accusés de diffuser des informations erronées. «Les grandes compagnies d'internet ont accepté leur responsabilité sociale en combattant le piratage en ligne et le partage illégal de documents : ils devraient aussi nous aider à stopper la diffusion de fake news», explique Damian Collins, président de la commission.

    Au-delà d'internet, les députés entendent enquêter sur le rôle joué par la BBC dans la prolifération des «fake news», accidentellement ou non. «Ce phénomène croissant remet en cause la démocratie et diminue la confiance dans les médias en général», ajoute Damian Collins. Sans citer de noms ou d'exemples, il justifie cette volonté du parlement britannique par «l'utilisation des «fake news» pour influencer les élections ou d'autres débats politiques majeurs».

    Lire aussi : «Google filtre les fake news... sauf si elles sont américaines !»

    https://francais.rt.com/international/33197-deputes-britanniques-ouvrent-commission-enquete-combattre-fake-news

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

      By lejournaldusiecle
      14 février 2013

      Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d'euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l'euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

      C'est le Daily Telegraph qui a révélé l'information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d'une campagne sans précédent de réorientation de l'opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

      Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l'opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d'attirer l'attention médiatique et publique.

      Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d'y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s'agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

      Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu'expriment de plus en plus d'Européens, à savoir que "l'Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d'Europe", et non pas "moins d'Europe".

      Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l'euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu'est l'UE, dixit Barroso.

      En pleine crise économique, et alors que l'austérité est imposée aux États, l'UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu'une augmentation de près de 2 millions d'euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés lan prochain.

      Nigel Farage a été l'un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l'UE ne valait pas mieux qu'une "république bananière".

      Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

      http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

      Supprimer
  7. La presse, incorrigible, vérifie les faits sous l'angle qui l'arrange


    Myret Zaki
    Bilan
    mar., 24 jan. 2017 17:34 UTC


    La « vérification des faits », ou « fact checking », que les journalistes s'imposent pour dévoiler les mensonges à caractère politique et idéologique, est devenue, avec le Brexit, puis avec la campagne de Donald Trump, une injonction primordiale pour la presse, qui veut en faire l'antidote à l'intox des tenants de la « post-vérité ».

    Noble mission, mais dans un contexte manifestement très polarisé, qui voit les médias en rupture marquée avec les nouveaux leaders populistes, le fact checking peut se parer d'une objectivité de façade, pécher par omission, être utilisé à des fins partisanes, et se réduire au final à une riposte idéologique. Au nombre des justiciers anti-Trump, Vanity Fair en fournit une illustration, volontaire ou involontaire, parmi bien d'autres. Voulant faire œuvre de salubrité publique, le magazine culturel chic a « fact-checké » le discours d'investiture de Donald Trump du 20 janvier 2017, truffé, selon l'article, « de demi-vérités, de désinformation, et de clichés éculés ».

    Voulant proposer plus pure information, il dresse une liste de rectifications des «pires contre-vérités» qu'il a identifiées. Le résultat ? Nous avons vérifié les vérifications de notre confère, pour découvrir qu'elles contiennent autant de présupposés, de clichés et d'approximations que le discours qu'elles entendent corriger. Vanity Fair n'est certes pas la référence en matière de politique washingtonienne, mais ses critiques se retrouvent dans d'innombrables comptes-rendus du discours inaugural. Voici donc un cas d'étude des difficultés en matière de vérification objective des faits.

    Le crime aux Etats-Unis

    Selon Trump, «le crime et les gangs et les drogues ont volé trop de vies et ôté à notre pays une si grande part de son potentiel non réalisé. Ce carnage américain va s'arrêter, ici et maintenant».

    Le fact-check de Vanity fair: «Le taux de criminalité aux Etats-Unis est au plus bas depuis 20 ans et, même si l'usage de certaines drogues est en hausse, l'usage de drogue par les adolescents américains est tombé au plus bas en 2016». Vanity Fair va un peu vite en besogne, et ne mentionne pas que pour la première fois depuis 10 ans, les Etats-Unis ont vu leur taux de mortalité augmenter en raison de la hausse du taux d'overdoses de drogue, de suicides et d'accidents cardiovasculaires. Le taux d'overdoses est passé de 14 pour 100 000 au début de 2014 à 15,2 en 2015. La tendance est identique pour les suicides (12,7 contre 13,1).

    RépondreSupprimer
  8. Vanity Fair n'évoque pas non plus le dernier rapport du FBI (26 septembre 2016) sur la criminalité, plus nuancé, selon lequel 2015 a connu une hausse de 3,9% des crimes violents par rapport à 2014, même si les crimes sur la propriété sont quant à eux en légère baisse. Selon les statistiques de disastercenter.com, les crimes sont, au total, en baisse par rapport à la première décennie 2000, mais le nombre de crimes violents, de meurtres et d'assauts n'a pratiquement pas bougé depuis 10 ans.

    Mais surtout, qui n'a pas constaté la recrudescence des incidents de fusillades aux Etats-Unis ces dernières années ? Selon le site Mother Jones, qui a mené une investigation de 1982 à 2017 sur les «mass shootings» (fusillades de masse) aux Etats-Unis, il y a eu davantage d'incidents de fusillades entre 2005 et 2016 que durant les 23 années précédentes. Les chiffres ont culminé en 2012. Conservateurs, ces chiffres ne prennent en compte que les incidents ayant fait aux moins 4 morts.

    « Mouvement historique »

    Trump a déclaré : «Des dizaines de millions d'entre vous sont venus pour faire partie d'un mouvement historique, qui n'a pas connu son pareil avant.»

    Le Fact-check de Vanity Fair : «Si Trump a gagné les votes des grands électeurs, Hillary Clinton a gagné le vote populaire de près de 3 millions de votes. Et les photos du discours inaugural de Trump semblent suggérer que sa cérémonie a eu des centaines de milliers de citoyens de moins» que les précédentes.

    Arguments valables mais qui pèchent à nouveau par omission. Le fact checking peut choisir d'être très littéral et d'oblitérer le sens général du propos. Peut-on nier que l'arrivée au pouvoir de Trump a déjoué tous les pronostics et qu'elle est le signe d'un mouvement populaire de fond ?

    Quant au vote populaire qu'a en effet gagné la candidate démocrate, Vanity Fair omet de contextualiser: selon Reuters, Hillary Clinton a dépensé près du double de Trump pour sa campagne. Grâce à des méga-donateurs, dont George Soros (qui a contribué à sa campagne près de 10 millions de dollars), elle a levé plus 1,14 milliard de dollars - un record -, contre 712 millions pour Trump. Hillary Clinton a également été promue par des stars aux audiences mondiales, lui assurant une visibilité encore plus large.

    On sait que Trump s'est focalisé sur l'objectif de gagner les grands électeurs. Mais sait-on ce qu'auraient été sa stratégie et son score si la règle du jeu avait été de gagner le vote populaire, et s'il avait dépensé autant que Clinton? Non, on l'ignore.

    Enfin, la vérité est qu'il n'existe pas de chiffre officiel du nombre total de personnes présentes à l'investiture de Trump. Uniquement des estimations. Les photos, suivant le cadrage et l'heure de leur prise, ne peuvent faire foi. Entre 1 et 1,5 million selon un tweet de Trump, à peine 250 000 personnes selon les médias étasuniens. On peut toujours planter la barre au milieu, mais le sujet est ailleurs: un peu de contextualisation permet de supposer que la masse des électeurs de Trump se trouve au centre des Etats-Unis. Loin d'être concentrés sur la Côte Est, il ne leur est donc pas si aisé de se rendre en masse à Washington.

    RépondreSupprimer
  9. Par conséquent, il est fort probable qu'ils aient suivi l'investiture à la télévision. Et les chiffres viennent corroborer cette hypothèse : 31 millions de téléspectateurs étaient au rendez-vous devant leur poste vendredi, 2e meilleure audience pour une investiture depuis 1981, et 11 millions de plus que pour Obama il y a 4 ans. Une information qui n'a pas fait la Une des grands médias, alors qu'elle explique où se concentrent les soutiens du président. Le piège est qu'Hillary Clinton et Barack Obama sont des personnalités qui ont été sans cesse entourées et encensées par des stars du showbiz et de Hollywood, par les grands médias et par des personnes influentes des deux Côtes des Etats-Unis. Cette forte médiatisation a conféré l'impression erronée qu'Hillary Clinton était la gagnante assurée, alors que la masse des électeurs de Trump est parfaitement réelle, mais ces électeurs sont généralement moins visibles et ont nettement moins accès aux médias, ce qui crée une distorsion trompeuse. Une situation similaire s'est d'ailleurs produite avec le vote anti-UE de la Grande-Bretagne, les anti-brexit étant plus visibles et plus communicateurs, sans pour autant être majoritaires.

    La richesse étasunienne

    Dans son discours, Trump a lancé: «Nous avons rendu d'autres pays riches tandis que la richesse, la puissance et la confiance de notre pays se dissipaient à l'horizon».

    Selon le Fact-check de Vanity Fair : «En termes de PIB, les Etats-Unis restent le plus riche pays avec 18 trillions de dollars, selon les données de la Banque mondiale».

    Un peu réducteur. Le magazine ne mentionne pas que la Chine, en parité de pouvoir d'achat (c'est-à-dire en calculant un taux de change auquel le prix d'un bien ou service est identique dans chaque pays), est déjà maintenant la première économie mondiale, selon le FMI. Et que, selon le Conference Board du gouvernement étasunien, la contribution de la Chine au PIB global dépassera celle des Etats-Unis déjà en 2018. Il n'y a pas de doute quant au fait que la part des Etats-Unis a décliné ces dernières années dans l'économie mondiale. Entre 1970 et 2000, les Etats-Unis contribuaient environ 20% du PIB global. Mais depuis, ce pourcentage n'a cessé de fléchir, tombant à 16,7% en 2015. Il devrait baisser à 14,9% en 2025. Quant à la Chine, sa part dans l'économie mondiale est passée de 4% en 1970, à 15,6% en 2015, et devrait atteindre 17,2% en 2025, toujours selon le Conference Board.

    Ensuite, Vanity Fair poursuit son démenti des propos de Trump, cette fois sur la richesse américaine. Le magazine estime que «le revenu médian a certes stagné, mais les indices boursiers américains sont à des niveaux record, et les bons du Trésor restent les actifs les plus sûrs et les plus stables au monde». Un argument maigre, s'il en est. Depuis quand le niveau des indices boursiers est un indicateur en soi de la richesse d'un pays ?

    Le PIB par habitant, un indicateur plus révélateur, est en effet en hausse constante depuis 2009. Mais bien plus pertinente dans cette discussion est la répartition de ce PIB, et celle-ci contredit la démonstration hâtive de l'article, qui fait abstraction des nombreux rapports sur la répartition toujours plus inégale des richesses aux Etats-Unis, qu'on trouve d'ailleurs relayées dans les archives mêmes du site de Vanity Fair. Ce 16 janvier, le WEF vient de publier un rapport selon lequel les Etat-Unis, pays où les 1% les plus riches possèdent plus de 40% des richesses, sont parmi les pays les plus inégalitaires au monde, se classant 23ème sur 30 pays développés.

    RépondreSupprimer
  10. Quant aux bons du Trésor étasunien, peut-être était-il pertinent de rappeler que, s'ils sont restés stables et sûrs, ils le doivent au fait qu'ils ont été massivement rachetés par la Réserve fédérale elle-même de 2009 à 2013, à hauteur de presque 3000 milliards de dollars (à la faveur des fameuses opérations QE 1-QE3), simplement pour soutenir ce marché, qui se serait autrement détérioré suite à la crise de 2008. Enfin, l'argument toujours négligemment copié-collé : Vanity Fair évoque le taux de chômage américain, qui a baissé de 10% à moins de 5%. Là aussi, rappeler que ce taux officiel est calculé sur une population d'actifs inférieure à 2008 aurait fait sens. En effet, sans la baisse du taux d'emploi, en bonne partie liée à un nombre croissant de chômeurs qui ont renoncé à chercher un travail, le taux des sans-emploi serait d'environ 10% aujourd'hui.

    Protectionnisme

    Il est intéressant de constater que les termes «isolationniste» et «protectionniste» apposés au discours de Trump - à juste titre - le sont toujours avec une tonalité péjorative. Comme si ces deux politiques étaient - en soi - mauvaises et qu'il existait un impératif de libre-échange et d'interventionnisme militaire. Cela est au contraire un débat ancien en sciences politiques, qui est toujours ouvert: une grande puissance a-t-elle intérêt à poursuivre une politique ouverte, d'hégémonie qui contrôle le commerce mondial et assure la sécurité globale (de type Pax Americana), ou doit-elle se méfier du risque de surextension («overstretch») et des coûts d'une telle hégémonie et au contraire focaliser ses ressources sur son développement intérieur?

    Les Etats-Unis ont de tout temps oscillé entre les deux et à priori, un journaliste non dogmatique n'a pas à trancher, catégoriquement, en faveur d'un système ou d'un autre, mais à se situer dans l'analyse. D'autant plus que, dans les faits, les Etats-Unis ont opté, depuis bien des années, en faveur du protectionnisme et d'accords bilatéraux calibrés sur leurs intérêts, plutôt que pour le multilatéralisme incarné par le cycle de Doha (OMC), qui a échoué définitivement en 2008. Pourtant, quand Trump déclare le 20 janvier : «La protection mènera à davantage de prospérité et de force», Vanity Fair met au tapis cette affirmation en deux citations d'économistes, croyant épuiser cet éternel débat de politique économique.

    Le Fact-check de Vanity Fair répond ainsi : «Les économistes n'en sont pas si sûrs. Selon rapport de Moody's Analytics, les propositions de Trump sur le commerce, l'immigration et la fiscalité réduiraient dramatiquement le PIB américain et aboutiraient à la perte de 3,5 millions d'emplois. De même, Capital Economics estime que la proposition de droits de douane de 45% sur les marchandises chinoises ferait renchérir de 10% les prix au détail américains.»

    RépondreSupprimer
  11. Il est éclairant d'avoir ces éléments. Mais il conviendrait aussi de rappeler que dans les années 1980, quand le Japon noyait les marchés internationaux avec son électronique très bon marché, Ronald Reagan a frappé les puces, ordinateurs et TV nippons de droits de douane non pas de 45%, mais de 100%, qu'il estimait correspondre au tort commercial infligé au secteur américain des semi-conducteurs. Les prix au détail ont certes augmenté à l'époque, mais l'industrie étasunienne est devenue plus compétitive et les Etats-Unis ont gagné la guerre commerciale avec le Japon. Quant aux pertes d'emploi, il n'est pas interdit de mentionner les efforts de Trump sur ce volet, où il a obtenu de plusieurs grandes entreprises qu'elles s'engagent à préserver et à créer du travail aux Etats-Unis, après trois décennies de désindustrialisation.

    La prospérité des politiciens

    Selon le nouvel occupant de la Maison-Blanche, «depuis trop longtemps, un petit groupe dans la capitale de notre pays a recueilli les bénéfices de ses fonctions au gouvernement, tandis que le peuple a porté les coûts. Washington a prospéré, mais la population n'a pas eu sa part du gâteau. Les politiciens ont prospéré mais les emplois sont partis, et les usines ont fermé».

    Vanity Fair corrige : «les niveaux de rémunération sont restés stables depuis 2009, selon le Congressional Research Service. La plupart des membres du Congrès et des délégués à Washington gagnent 174 000 dollars par année, même si les leaders du Congrès obtiennent davantage. Quant à l'administration Trump, elle est remplie de milliardaires en nombres record, valant au total 14 milliards».

    Vanity Fair a choisi de regarder uniquement la rémunération annuelle des membres du Congrès, mais pas la fortune nette de ces derniers. Pourtant, celle-ci est en augmentation constante, en raison de la tendance à une forte inflation des levées de fonds de campagne nécessaires pour gagner une élection parlementaire depuis 2000. Un rapport avait fait beaucoup de bruit et largement éclairé cette problématique : celui du Center for Responsive Politics qui disait qu'en 2012, pour la première fois dans l'histoire, plus de la moitié du Congrès américain était composée de sénateurs millionnaires, c'est-à-dire possédant en moyenne une fortune nette de 1 million de dollars. Ceux qui légifèrent sur les allocations chômage, les bons alimentaires et le salaire minimum sont même à 66% millionnaires au Sénat.

    RépondreSupprimer
  12. S'intéresser uniquement au revenu des législateurs plutôt qu'à la fortune (portefeuilles d'actions, obligations, prêts, propriétés immobilières) offre une information étroite et tronquée. D'autant plus que «l'enrichissement personnel des législateurs passe souvent, selon CNBC, par l'accès à des connexions et informations qui peuvent être utilisées pour investir à profit, bien plus que dans le secteur privé». En outre, lorsqu'ils quittent Washington, les politiciens profitent encore davantage de leurs connexions. Une étude menée par 4 universités citée par CNBC a démontré qu'en moyenne, les portefeuilles d'actions de membres de la Chambre des représentants ont battu le marché de 6% par année entre 1985 et 2001, et de 10% pour les Sénateurs. Les gains augmentent encore après la fonction. Selon Public Citizen, entre 1998 et 2006, 43% de tous les membres du Congrès ont accepté des postes de lobbyistes après l'avoir quitté, pour des salaires moyens de 2 millions de dollars.

    En conclusion, le fact checking est plus difficile qu'il n'y paraît. L'impartialité n'est jamais garantie. On y procède à nombre de sélections, d'omissions, et parfois cela aboutit à la sous-estimation de réalités importantes et à une perspective étriquée de la réalité. Les faits ne sont jamais isolés; ils s'inscrivent dans un contexte, qui seul nous éclaire sur leur importance et leur poids relatif. Toute vérification est donc bonne à vérifier, à compléter, à situer dans un contexte, et à manier avec un minimum de distance.

    https://fr.sott.net/article/29937-La-presse-incorrigible-verifie-les-faits-sous-l-angle-qui-l-arrange

    RépondreSupprimer
  13. La dette d'Obama et le crash qui s'en vient


    Business Bourse
    dim., 29 jan. 2017 17:03 UTC


    Alors que la plupart des américains sont restés focalisés sur l'investiture de Donald Trump, sachez qu'une véritable crise est en train de se développer en coulisse. Le monde participe à l'accélération de l'augmentation de la dette américaine à un rythme que nous n'avons jamais vu auparavant, et les rendements des bons du Trésor américain sont en train de monter en flèche.

    Un autre crash pour bientôt

    Tout ceci pourrait devenir un énorme problème, car le train de vie des américains est uniquement entretenu par de la dette en raison de pays étrangers qui prêtent aux Etats-Unis de gigantesques montagnes d'argent à des taux d'intérêt extrêmement faibles.

    Si le taux d'intérêt moyen de la dette publique américaine retournait simplement à sa moyenne à long terme à savoir 5%, les Etats-Unis se retrouveraient très rapidement à devoir dépenser plus de 1.000 milliards de dollars par an juste pour payer les intérêts de la dette. Si les pays étrangers continuent d'acheter la dette publique américaine et si les rendements des bons du Trésor américain continuent de grimper, alors nous assisterons à coup sûr à une implosion financière majeure et jamais vue de toute l'histoire au cours des quatre prochaines années.

    L'une des tragédies de l'héritage Obama, c'est l'épouvantable montagne d'endettement qu'il a laissé derrière lui. Alors que je rédige cet article, la dette publique américaine se situe à 19.940 milliards de dollars.

    Sur les 8 années de la présidence Obama, la dette publique américaine a augmenté de 9300 milliards de dollars.

    En moyenne, lorsque vous faites le calcul, l'Amérique s'est endettée de plus de 130 millions de dollars à chaque heure de chaque journée pendant qu'Obama siégeait à la Maison Blanche. En seulement 2 mandats, il aura réussi à créer quasiment autant de dette que l'ensemble des 43 ex-présidents américains depuis George Washington en 1789.

    Ce qu'Obama ainsi que les membres du Congrès ont fait aux futures générations d'Américains est plus que criminel.

    Malheureusement, presque personne ne parle de cet énorme problème actuellement, mais les conséquences vont commencer à rattraper l'Amérique et de façon significative.

    Pour que les Etats-Unis puissent continuer à emprunter, dépenser et à coller sur le dos des générations futures cet astronomique endettement, il faut que le reste de la planète continue de participer à ce petit jeu. En d'autres termes, les américains ont besoin que les pays étrangers continuent d'acheter leur propre dette.

    Malheureusement pour l'Amérique, un bouleversent majeur est en train de s'opérer actuellement. Selon le site zerohedge, les plus récents chiffres montrent que les pays étrangers se sont débarrassés de plus de 400 millions de dollars de dette américaine au cours des 12 derniers mois...

    RépondreSupprimer
  14. De nouveau, d'importantes ventes de bons du trésor américain ont eu lieu au cours du mois de Novembre 2016. Selon les dernières données du Treasury International Capital (TIC), les banques centrales étrangères ont vendu pour 936 milliards de dollars d'obligations américaines supplémentaires au mois de Novembre, en raison d'un décalage dans les achats de 892 milliards de dollars il y a un an, ce qui signifie que sur la période de 12 mois clôturée au mois de Novembre 2016, les banques centrales étrangères ont vendu pour 405 milliards de dollars ce qui constitue un nouveau record, supérieur à celui du mois précédent qui était de 403 milliards de dollars.

    Pour l'instant, ce n'est pas encore une situation catastrophique, mais si cela continue dans cette voie, il est certain que cela va le devenir. Le gouvernement américain ne pourra poursuivre ce petit jeu que si il peut continuer à emprunter des milliards et des milliards de dollars à des taux d'intérêt extrêmement faibles. Mais maintenant que les rendements des bons du trésor américain commencent à monter, certains deviennent très nerveux...

    Comme nous l'avons signalé il y a un mois, ce qui est devenu évident, c'est que les banques centrales étrangères, les fonds souverains, les gestionnaires de réserves, et pratiquement n'importe quelle institution officielle en possession de bons du trésor sont en train de se débarrasser de leurs avoirs à un rythme effrayant, ce qui à la lumière de la récente flambée des taux d'intérêts à un sommet de plus de 2 ans, semble avoir été une décision plutôt judicieuse.

    Dans certains cas, comme la Chine, ces ventes servent à compenser la pression liée à la dévaluation du yuan; dans d'autres cas, comme pour l'Arabie saoudite et d'autres pays exportateurs de pétrole, cela sert à dégager les fonds nécessaires pour compenser la baisse du pétrodollar, et de se couvrir face à la flambée du déficit budgétaire du pays. Dans tous les cas, cette situation soulève certaines préoccupations quant à un pic dans les futures émissions d'obligations américaines, surtout maintenant sous le stimulus pro-budgétaire de l'administration Trump.

    Un jour avec du recul, les historiens feront le bilan des années Obama et se rendront compte avec horreur du désastre de sa politique économique.

    En décembre 2016, après 8 années de présidence Obama, chaque américain travaillant à temps plein a augmenté la dette publique américaine d'environ 75.129 dollars. Aucune explication ne peut justifier cela. Mais étant donné que cette situation n'a eu aucune conséquence catastrophique pour l'instant, la plupart des américains pensent que ce qui a été volé aux générations futures n'a rien de désastreux.

    Dans un article précédent, j'ai expliqué que la dette publique stimulait grandement l'économie américaine. Si les Etats-Unis n'avaient pas emprunté et dépensé 9300 milliards de dollars au cours des huit dernières années, l'Amérique serait actuellement dans la pire dépression économique de toute son histoire.

    RépondreSupprimer
  15. Mais la plupart des américains ne comprennent pas cela et ne voient pas qu'ils vivent bien au-dessus de leurs moyens. Et ils n'ont toujours pas saisi que Donald Trump n'aura pas d'autre choix que d'emprunter et de dépenser tout comme Obama l'a fait afin que l'Amérique puisse maintenir son train de vie actuel.

    Et malgré tous les risques qu'Obama a pris en termes d'endettement, il est devenu le seul président de toute l'histoire des États-Unis à n'avoir jamais fait progresser le Pib américain de plus de 3% sur une année et ce durant ces deux mandats soit 8 ans. Tous les autres présidents dans l'histoire des Etats-Unis, et même les plus mauvais, avaient au moins réussi à faire progresser le Pib d'au moins 3% ne serait-ce qu'une seule année. Mais cela n'est pas arrivé sous Obama, et ce même si il a eu deux mandats à la Maison Blanche. L'extrait qui suit provient d'un article du site The Hill.

    Malgré les milliers de milliards de dollars de dépenses publiques injectées chaque année dans l'économie américaine sous la présidence Obama, les Etats-Unis n'ont jamais bénéficié ne serait-ce qu'une seule fois d'un taux de croissance annuel du Pib d'au moins 3%. Du coup, Obama est devenu le président ayant le moins réussi économiquement parmi tous les présidents américains de l'histoire moderne.

    Un Pib historiquement faible n'est pas la seule chose inquiétante qui mérite d'être solignnée. Sous la présidence Obama, le nombre moyen d'américains dépendant du programme alimentaire fédéral des Etats-Unis (Food Stamps: on peut le comparer aux restos du coeur) a augmenté de plus de 15 millions depuis 2008. le taux d'accession à la propriété vient d'atteindre son plus faible niveau depuis 1995, si l'on se base sur le plus récent rapport du Bureau du recensement des États-Unis voire même jusqu'en 1985 si l'on se réfère au graphique de la réserve fédérale de Saint Louis. Le département du travail américain rapporte que plus de 590.000 Américains disent ne plus faire partie de la population active puisqu'ils sont complètement découragés et ne sont même plus à la recherche active d'un emploi, un chiffre plus élevé de 26% par rapport à la pire moyenne annuelle relevée sous l'ère George W. Bush. En outre, le ratio emploi-population est resté continuellement sous le seuil des 60% sous Obama; la dernière fois que l'on a connu un pourcentage aussi faible, c'était en 1985.

    Maintenant que Donald Trump est président, il va devoir faire des choix extrêmement difficiles. Si Donald Trump et les républicains arrêtent d'emprunter et de dépenser autant d'argent, l'économie s'effondrera immédiatement.

    Par contre, s'ils s'engagent sur le même chemin qu'avait pris Barack Obama, alors c'est la recette assurée pour un suicide collectif.

    Donc, soit nous prenons en main notre destin maintenant, soit nous détruisons totalement l'avenir dont nos enfants et petits-enfants étaient étaient censés profiter.

    Il est grand temps que l'Amérique se réveille car le temps est compté.

    https://fr.sott.net/article/29939-La-dette-d-Obama-et-le-crash-quis-en-vient

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré que la population serait bien incapable de rembourser un jour la (fausse) dette, même donc si elle n'est pas solvable, elle le devient en tant que chair-à-pâté reléguer au rang de l'immobilier. Donc, l'on doit s'attendre à ce que la totalité des ports, aéroports, réseaux ferroviaires et routiers comme la totalité des bâtiments publics deviennent la propriété de milliardaires étrangers !

      -------------------

      Il faudra 398 879 561 ans pour rembourser la dette du gouvernement américain

      jeudi 23 octobre 2014

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2014/10/il-faudra-398-879-561-ans-pour.html

      Supprimer
  16. Une "révolution de couleur" est en cours en Amérique



    Par Tyler Durden
    Jan 30, 2017 1:57 AM
    Via le Saker,



    Une plaisanterie russe va comme ceci: "Question: pourquoi ne peut-il y avoir aucune révolution de couleur aux États-Unis ? Réponse: parce qu'il n'y a pas d'ambassades américaines aux Etats-Unis. "

    Drôle, peut-être, mais factuellement mal: je crois qu'une révolution de couleur est tentée aux États-Unis en ce moment.

    Politico semble se sentir de la même manière. Voir leur couverture récente:

    Alors que je prédisais que «les Etats-Unis sont sur le point de faire face à la pire crise de leur histoire» en octobre dernier, un mois avant les élections, je dois admettre que je suis surpris et étonné de l'ampleur de la lutte qui Nous voyons se produire devant nos yeux. Il est maintenant clair que les Néocons ont déclaré la guerre à Trump et certains, comme Paul Craig Roberts, croient que Trump leur a maintenant rendu la faveur. J'espère sincèrement qu'il a raison.

    Prenons un exemple:

    Les agences de renseignement américaines enquêtent maintenant sur leur propre patron ! Oui, selon des rapports récents, le FBI, la CIA, l'Agence de sécurité nationale et le Département du Trésor enquêtent maintenant sur les conversations téléphoniques entre le général Flynn et l'ambassadeur russe Sergey Kislyk. Selon Wikipedia, le général Flynn est l'ancien

    - Directeur de la Defense Intelligence Agency
    - Commandement de la composante fonctionnelle conjointe pour le renseignement, la surveillance et la reconnaissance
    - Président de la Commission du renseignement militaire
    - Directeur adjoint de l'Intelligence nationale
    - Officier de renseignement principal du Commandement conjoint des opérations spéciales.

    Il est également conseiller de sécurité nationale de Trump. En d'autres termes, son autorisation de sécurité est stratosphérique élevé et il va bientôt devenir le patron de tous les services de renseignement américains. Et pourtant, ces mêmes services de renseignement l'enquêtent pour ses contacts avec l'ambassadeur de Russie. C'est absolument incroyable. Même dans la mauvaise vieille Union Soviétique, le KGB putativement tout-puissant n'avait pas le droit d'enquêter sur un membre du Comité central du Parti communiste sans une autorisation spéciale du Politburo (une grosse erreur, à mon avis, mais ça ne fait rien). Cela signifie en gros que les 500 premiers membres de l'état soviétique ne pourraient pas faire l'objet d'une enquête du KGB. En outre, telle était la subordination du KGB au parti que pour des affaires criminelles communes le KGB a été interdit d'enquêter sur n'importe quel membre de la Nomenklatura soviétique entier, approximativement 3 millions de personnes (et encore plus grande erreur !).

    Mais dans le cas de Flynn, plusieurs agences de sécurité américaines peuvent décider d'enquêter sur un homme qui, selon toutes les normes, devrait être considéré au moins parmi les cinq premiers responsables américains et qui a clairement la confiance du nouveau président. Et cela ne susciterait aucun scandale, apparemment.

    RépondreSupprimer
  17. Dans la même logique, les agences de trois lettres pourraient aussi bien enquêter sur Trump pour ses conversations téléphoniques avec Vladimir Poutine.

    Qui, viennent à y penser, ils pourraient bien le faire bientôt ...

    Tout cela est absolument fou parce que c'est la preuve que la communauté des services de renseignement des États-Unis est devenue un voleur et prend maintenant ses ordres des Neocons et de leur état profond et non du président et que ces agences agissent maintenant contre les intérêts du nouveau président.

    En attendant, la foule Soros a déjà choisi une couleur: rose. Nous assistons maintenant à la «révolution de la gourmandise» telle qu'expliquée sur ce site. Et si vous pensez que ce n'est qu'une petite frange de féministes fous, vous seriez tout à fait faux. Pour les féministes vraiment fous, le soupçon «subtil» sur leur «révolution de minou» est trop subtil, alors ils préfèrent rendre leur déclaration moins ambiguë que l'image de droite montre.

    Ce serait tout à fait drôle, d'une manière nauséabonde je suppose, si ce n'était pas pour le fait que les médias, le Congrès et Hollywood sont entièrement derrière ce «100 jours de résistance à Trump» qui a commencé par un, citation, Dance party "à la maison de Mike Pence.

    Ce serait plutôt hilarant, si ce n'était pas pour toutes les gravitas avec lequel les médias d'entreprise traite ces protestations autrement plutôt pathétiques.

    Regardez comment la tête parlante de MCNBS raconte avec éclat cet événement:

    Écoutez attentivement ce que dit Moore à 2:00. Il dit qu'ils vont "célébrer le fait qu'Obama est encore le président des États-Unis" et le journaliste lui répond: "oui, il est" non pas une fois, mais deux fois.

    De quoi parlent-ils ?! Le * fait * qu'Obama est toujours le Président ?!

    Comment se fait-il que Homeland Security et le FBI n'investissent pas MCNBC et Moore pour la rébellion et la sédition?

    Jusqu'à présent, les manifestations n'ont pas été trop importantes, mais elles se sont produites dans diverses villes américaines et elles ont été bien couvertes par les médias:

    Ne vous méprenez pas, une telle protestation n'est pas plus spontanée que celle en Ukraine. Quelqu'un paie pour tout cela, quelqu'un l'organise tout. Et ils utilisent leur sac plein de trucs. Un autre exemple:

    Rappelez-vous le joli visage de Nayirah, l'infirmière koweïtienne qui a dit au Congrès qu'elle avait vu des soldats irakiens lancer nos bébés dans des pépinières koweïtiennes (et qui plus tard a été la fille de Saud Al-Sabah, l'ambassadeur koweïtien aux États-Unis)? Vous rappelez-vous le joli visage de Neda, qui "est mort à la télévision" en Iran? Eh bien, permettez-moi de vous présenter Bana Alabe, qui a écrit une lettre au président Trump et, bien sûr, les médias se sont emparés de ce dernier et maintenant elle est le «visage des enfants syriens».

    RépondreSupprimer
  18. Vous voulez encore plus de preuves ?

    D'accord, cliquez ici et jetez un oeil à un échantillon de caricatures anti-Trump et caricatures respecté par l'excellent colonel Cassad. Certains d'entre eux sont tout à fait remarquables. À partir de cette collection nauséabonde, je vais choisir deux:

    Le premier accuse clairement Trump d'être dans les mains de Poutine. Le second fait de Trump l'héritier d'Adolf Hitler et suggère fortement que Trump pourrait vouloir redémarrer Auschwitz. Traduit en anglais clair cela envoie un double message: Trump n'est pas le président légitime des États-Unis et Trump est le mal ultime.

    Cela va bien au-delà du genre de satire précédents présidents ont jamais été soumis.

    Mon but, en énumérant tous les exemples ci-dessus, est de suggérer ce qui suit: loin d'avoir accepté la défaite, les Néocons et l'état américain profond ont décidé, comme ils le font toujours, de doubler et ils se lancent maintenant dans une " Révolution de la couleur "qui ne se terminera avec l'impeachment, renversement ou la mort de Donald Trump.

    L'une des caractéristiques les plus étonnantes de cette révolution couleur contre Trump est le fait que ceux qui sont derrière lui ne se foutent pas des dommages que leur guerre contre Trump fait à l'institution du président des États-Unis et, États-Unis dans leur ensemble. Ce dommage est, en effet, immense et la ligne de fond est la suivante: le président Trump est en danger immense d'être renversé et son seul espoir de survie est de frapper dur et rapide.

    L'autre chose étonnante est le rôle laide de la Grande-Bretagne joue dans ce processus: tous les pires de la saleté contre Trump est toujours remontée à droite au Royaume-Uni. Comment venir? Simple. Vous rappelez-vous comment, au moins formellement, la CIA et la NSA n'ont pas le droit d'espionner les ressortissants américains et le MI6 britannique et le GCHQ n'ont pas le droit d'espionner les ressortissants britanniques. Les deux parties ont trouvé une solution facile: elles ont simplement échangé des services: la CIA et la NSA ont espionné les Britanniques, le MI6 et le GCHQ ont espionné les Américains, puis ils ont simplement échangé les données entre «partenaires» (il semble que depuis Obama, Ces mesures sont devenues obsolètes et tout le monde est libre d'espionner qui que ce soit, y compris leurs propres ressortissants). Les Neocons des Etats-Unis et l'Etat profond des États-Unis utilisent maintenant les services spéciaux britanniques pour produire un flux d'immondices contre Trump qu'ils rapportent ensuite comme "intelligence" et qui peuvent alors être utilisés par le Congrès comme base d'une enquête. Nice, simple et efficace.

    La conclusion est la suivante: le président Trump court un immense danger d'être renversé et son seul espoir de survie est de frapper fort et rapidement.

    RépondreSupprimer
  19. Peut-il faire ça ?

    Jusqu'à présent, j'ai suggéré plusieurs fois que Trump traiter avec les Neocons des États-Unis la façon dont Poutine a traité avec les oligarques en Russie: les obtenir sur des accusations d'évasion fiscale, la corruption, la conspiration, l'obstruction de la justice, etc. État a fait depuis des années. Le Pentagone et les agences à trois lettres sont probablement les entités les plus corrompues de la planète et, puisqu'ils n'ont jamais été contestés, ils n'ont jamais été punis, pour leur corruption ils doivent être devenus fantastiquement complaisants sur la façon dont ils faisaient les choses, en comptant sur la Maison Blanche Pour les renflouer en cas de problèmes. La principale arme utilisée par ces cercles sont les nombreuses lois sur le secret qui les protègent du contrôle public et du Congrès. Mais ici, Trump peut utiliser sa carte la plus puissante: le général Flynn qui, en tant qu'ancien directeur de la DIA et actuel conseiller de sécurité nationale du président, aura un accès total. Et s'il ne le fait pas - il peut le créer, si nécessaire en envoyant des forces spéciales pour assurer la «collaboration».


    Cependant, je commence à penser que cela pourrait ne pas suffire. Trump a une arme beaucoup plus puissante qu'il peut déchaîner contre le Neocon: 9/11.

    Que Trump le sache avant ou non, il est maintenant conseillé par des gens comme Flynn qui doit savoir depuis des années que le 11 septembre était à l'intérieur du métier. Et si le nombre réel de personnes directement impliquées dans l'opération du 11 septembre était relativement faible, le nombre de personnes qui mettent leur pleine crédibilité morale et politique derrière le récit officiel du 11 septembre est immense. Permettez-moi de le dire de cette façon: alors que le 9/11 était une opération américaine "deep state" (probablement sous-traitée pour exécution aux Israéliens), tout le Washington "marais" a été depuis "9/11 complice après coup" en aidant Maintenir le masquage. Si cela est mis en lumière, alors des milliers de carrières politiques vont s'écraser et brûler dans le scandale.

    9/11 était un crime collectif par excellence. Quelques hommes l'ont effectivement exécutée, mais des milliers, peut-être des dizaines de milliers, ont utilisé leur position pour exécuter le camouflage et empêcher toute enquête réelle. Ils sont TOUS coupables d'obstruction à la justice. En ouvrant une nouvelle enquête sur le 911, mais une course par le ministère de la Justice et pas par le Congrès, Trump pourrait littéralement placer un «pistolet politique» à côté de la tête de chaque politicien et menacent de tirer le déclencheur, s'il ne renonce pas immédiatement à Essayant de renverser Trump. Ce que Trump a besoin pour cela est un 100% de confiance et 100% des hommes fidèles comme le directeur du FBI, un homme avec "les mains propres, une tête froide et un cœur brûlant" (pour reprendre l'expression du fondateur de la police secrète soviétique , Felix Dzerzhinsky). Cet homme se trouvera immédiatement en danger physique et devra donc être un homme de grand courage et détermination personnelle. Et, bien sûr, cet «homme» pourrait être une femme (un équivalent américain de la procureure russe, Natalia Poklonskaia).

    RépondreSupprimer
  20. Je comprends parfaitement que le danger de ce que je suggère que toute utilisation de l '«arme du 11 septembre» entraînera, bien sûr, une immense contre-attaque des Néocons et de l'Etat profond. Mais voici l'affaire: ces derniers sont déjà morts dans l'impeachment, le renversement ou le meurtre de Donald Trump. Et, comme Poutine a dit une fois dans une interview, "si vous savez qu'une lutte est inévitable, puis frapper d'abord!".

    Vous pensez que tout cela est au-dessus? Considérez ce qui est en jeu.

    Tout d'abord, à tout le moins, la présidence Trump lui-même: les Neocons et l'état américain profond ne permettra pas à Trump de mettre en œuvre ses promesses de campagne et de programme. Au lieu de cela, ils saboter, ridiculiser et déformer tout ce qu'il fait, même si c'est un grand succès.
     
    Deuxièmement, il semble que le Congrès ait maintenant le prétexte d'ouvrir plusieurs enquêtes du Congrès sur Donald Trump. Si tel est le cas, il sera facile pour le Congrès de faire du chantage à Trump et de le menacer constamment de représailles politiques s'il ne «s'en tient pas au programme».
     
    Troisièmement, la persécution enragée de Trump par les Néocons et l'état profond affaiblit l'institution de la Présidence. Par exemple, la dernière notion folle flotté par certains politiciens est «d'interdire au président des États-Unis d'utiliser des armes nucléaires sans autorisation du Congrès, sauf lorsque les États-Unis sont sous attaque nucléaire». D'un point de vue technique, c'est un non-sens, Mais ce qu'il fait est d'envoyer le signal suivant au reste de la planète: «nous, au Congrès, croyons que notre commandant en chef ne peut pas être digne de confiance avec des armes nucléaires.» Peu importe qu'ils feraient confiance à Hillary avec les mêmes armes nucléaires et ne font jamais attention Que Trump ne pourrait utiliser que des armes classiques pour déclencher une guerre nucléaire mondiale de toute façon (par exemple, une attaque conventionnelle contre le Kremlin), ce qu'ils disent, c'est que le président américain est un fou qui ne peut pas faire confiance. Comment peuvent-ils alors s'attendre à ce qu'il prenne au sérieux quelque sujet que ce soit?
     
    Quatrièmement, pouvez-vous imaginer ce qui se passera si les forces anti-Trump réussissent ?! Non seulement la démocratie sera-t-elle totalement et finalement écrasée à l'intérieur des États-Unis, mais les risques de la guerre, y compris nucléaire, vont simplement passer par le toit.
    Il y a beaucoup plus d'enjeu ici que la petite politique américaine.

    Chaque fois que je pense à Trump et chaque fois que je regarde les nouvelles, je reviens toujours à la même pensée angoissée: Trump aura-t-il l'intelligence de se rendre compte qu'il est attaqué et aura-t-il le courage de frapper assez fort?

    Je ne sais pas.

    RépondreSupprimer
  21. J'ai beaucoup d'espoir pour le général Flynn. Je suis convaincu qu'il comprend parfaitement l'image et sait exactement ce qui se passe. Mais je ne suis pas sûr qu'il ait assez de force avec le reste des forces armées pour les garder sur le côté droit en cas de crise. Généralement, les militaires «réguliers» n'aiment pas les gens du renseignement. Mon espoir est que Flynn ait des alliés fidèles au SOCOM et au JSOC car, à la fin de la journée, ils auront le dernier mot quant à qui occupe la Maison Blanche. La bonne nouvelle est que contrairement aux types militaires réguliers, les forces spéciales et les gens du renseignement sont habituellement très proches et habitués à travailler ensemble (les militaires réguliers n'aiment pas non plus les forces spéciales). Le SOCOM et le JSOC sauront également s'assurer que la CIA ne se comporte pas comme un voyou.

    Last but not least, mon plus grand espoir est que Trump utilisera la même arme Poutine utilisé contre les élites russes: le soutien du peuple. Mais pour cette tâche, Twitter n'est tout simplement pas assez bon. Trump doit aller sur la «route RT» et ouvrir sa propre chaîne de télévision. Bien sûr, ce sera très dur et beaucoup de temps, et il pourrait avoir à commencer par un seul canal basé sur Internet, mais tant qu'il ya assez d'argent là-bas, il peut y arriver. Et, tout comme RT, il doit être multi-national, politiquement divers (y compris les personnages anti-Empire qui ne soutiennent pas Trump) et d'inclure des célébrités.

    Une des nombreuses erreurs commises par Ianoukovitch en Ukraine était qu'il n'osait pas utiliser les instruments juridiques du pouvoir pour arrêter les néonazis. Et dans la mesure où il les a utilisés, c'était un désastre (comme quand les flics de l'émeute ont battu des manifestants d'étudiant). Après avoir écouté quelques interviews de M. Ianoukovitch et de ses proches pendant ces heures cruciales, il semble que Ianoukovitch ne se soit pas dit qu'il avait le droit moral d'utiliser la violence pour réprimer la rue. Nous ne le ferons jamais, si ce qui le retenait réellement était des principes moraux de la lâcheté de base, mais ce qui est certain, c'est qu'il a trahi son peuple et son pays quand il a refusé de défendre la démocratie réelle et de laisser la «rue» remplacer la démocratie par l'ochlocratie. loi de la populace). Bien sûr, l'ochlocratie réelle n'existe pas, toutes les foules sont toujours contrôlées par des forces derrière les coulisses qui les libèrent juste assez longtemps pour atteindre leurs objectifs.

    Les forces qui essaient actuellement de mettre en accusation, de renverser ou d'assassiner le président Trump constituent un danger évident et présent pour les États-Unis en tant que pays et pour la République fédérale américaine. Ils sont, pour employer un mot russe, un type d'opposition "non-système" qui ne veut pas accepter le résultat des élections et qui en rejetant ce résultat s'opposent essentiellement à l'ensemble du système politique.

    RépondreSupprimer
  22. Je ne suis pas un citoyen américain (je pourrais, mais je refuse cette citoyenneté parce que je refuse de prêter le serment d'allégeance) et la seule loyauté que je dois aux États-Unis est celle d'un invité: ne jamais le faire délibérément Et d'obéir à ses lois. Et pourtant, cela me tourne l'estomac de voir combien il a été facile de transformer des millions d'Américains contre leur propre pays. J'écris beaucoup sur la russophobie sur ce blog, mais je vois aussi une profonde «Americanophobia» ou «USophobia» dans les mots et les actions qui disent aujourd'hui que Trump n'est pas leur président. Pour eux, la micro-identité comme «libérale» ou comme «gay» ou comme «afro-américaine» signifie plus que les principes fondamentaux fondamentaux sur lesquels ce pays a été construit. Quand je vois ces foules de trump-bashers, je vois une haine pure et ardente, non pas de l'Empire anglo-sioniste, ni d'une ploutocratie qui se fait passer pour une démocratie, mais une haine de ce que j'appellerais la «simple Amérique» ou «l'Amérique quotidienne» - Les gens simples parmi lesquels j'ai vécu depuis de nombreuses années et ont appris à respecter et à apprécier et que les Clinton-bots ne considèrent que comme des «déplorables».

    Il me surprend de voir que les pseudo-élites américaines ont autant de haine, de mépris et de peur des masses américaines que les pseudo-élites russes ont la haine, le mépris et la peur des masses russes (l'équivalent russe ou les «déplorables» de Hillary seraient Un mot difficile à prononcer pour les anglophones, à peu près «bétail», «lumpen» ou «chenille»). Il m'étonne de voir que les mêmes personnes qui ont diabolisé Poutine pendant des années sont maintenant diabolisation Trump en utilisant exactement les mêmes méthodes. Et si leur propre pays doit descendre dans leur lutte contre le peuple - ainsi soit-il! Ces élites autodéclarées n'auront aucune pudeur pour détruire la nation qu'elles ont parasitées et exploitées pour leur propre intérêt de classe. Ils l'ont fait exactement à la Russie il y a exactement 100 ans, en 1917. J'espère qu'ils ne s'en tireront pas de nouveau en 2017.

    http://www.zerohedge.com/news/2017-01-29/color-revolution-under-way-america

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) Les agences de renseignement américaines enquêtent maintenant sur leur propre patron ! (...)

      Permettez-moi d'intervenir même si j'approuve toute enquête au sein même d'un nano-groupuscule appelé 'blanc comme neige' because qu'il y a eut des précédents en politique où les chefs (de passage plus ou moins long) s'en foutaient plein les poches !

      Mais, là où je veux intervenir est que... tous nano-groupuscules s'achètent ! quels qu'ils soient/où qu'ils soient et, (je ne vous l'apprendrais pas:) la presse (radio/télé/journaux) comme les banques, fabriquent continuellement de la fausse monnaie comme de fausse info.

      Donc, vu que Trump a réussit à passer (surprise ?), maintenant, tous les escrocs/assassins (sont inquiets) de ce monde tiennent naturellement à surveiller le président de près. Donc: NSA/FBI/CIA etc !

      D'où la massive presse mondiale: contre Trump ! (relisez la phrase, çà vaut le coup !). Suffit de faire un tour dans la presse étrangère lisible (car elle ne l'est pas toute sur Internet suivant les pays) pour s'apercevoir de la surprise dans la surprise commune à plus de 7 milliards d'habitants sachant que le président Trump veut arrêter les guerres ! Se fout de la gueule de tous les connards du 'Global Warming', veut stopper les terroristes par un mur-frontière et, pourquoi pas demain, expliquer le pourquoi des chemtrails et son interdiction ! Et, de l'autre, lire les journaux, écouter les radios et voir les télés pour s'apercevoir horrifié que la presse 'mondiale' juge cela comme la pire des hégémonie ! Hahahaha !

      Supprimer
  23. Le chef du LAPD refuse de faire respecter la loi sur l'immigration


    Par Tyler Durden
    Jan 29, 2017 17h30


    Avec des villes «sanctuaires» à travers l'Amérique furieusement défiant sur les menaces de la nouvelle administration pour arrêter le contribuable-Obama financé par la loi, AP rapporte que le président Trump est de relancer un programme qui supplée les agents locaux d'appliquer la loi fédérale sur l'immigration.

    Le programme a reçu peu d'attention comme Trump a annoncé le même jour ses plans pour construire un mur de la frontière et embaucher des milliers d'agents fédéraux plus qu'il cherche à remplir les promesses de sa campagne.
     
    Le programme est tombé de la faveur ces dernières années au milieu des plaintes de la critique qu'il favorise le profilage racial.
     
    Plus de 60 policiers et sheriffs ont eu l'autorité spéciale en 2009.
     
    Depuis lors, le nombre a été divisé par deux et l'effort réduit en fonction des plaintes ne sont pas concentrés sur la capture des délinquants violents et plutôt arrêté les immigrants pour des violations mineures.

    Les leaders de la police à travers l'Amérique ont déjà répondu avec Charlie Beck, le chef du LAPD peut-être le plus vocal, disant en Novembre, il n'a pas l'intention de suivre les demandes de Trump, "nous n'allons pas engager des activités d'application de la loi uniquement basée sur le statut d'immigration de quelqu'un. Ne pas travailler en collaboration avec la Sécurité intérieure sur les efforts de déportation. "

    Le chef Beck a dit qu'il avait l'intention de maintenir la séparation de longue date.

    Pendant des décennies, le LAPD s'est éloigné des politiques fédérales d'immigration. Le LAPD interdit aux officiers d'entrer en contact avec quelqu'un uniquement pour déterminer s'ils sont dans le pays légalement, mandatés par une ordonnance spéciale signée par Daryl Gates alors en 1979. Pendant le mandat de Beck en tant que chef, le département a cessé de renverser des personnes arrêtées pour le bas À des agents fédéraux pour l'expulsion et s'est éloigné de l'honneur des demandes fédérales pour détenir des détenus qui pourraient être expulsables après leurs conditions de prison.
     
    "Je n'ai pas l'intention de faire quelque chose de différent," a t-il dit. «Nous n'allons pas nous livrer à des activités d'application de la loi fondée uniquement sur le statut d'immigration de quelqu'un. Nous ne travaillerons pas en collaboration avec Homeland Security sur les efforts de déportation. Ce n'est pas notre travail, je ne ferai pas notre travail. "
     
    À Los Angeles, les responsables ont tenté de soulager certaines de ces préoccupations en signalant leur soutien aux résidents immigrants de la ville. Lors d'une réunion vendredi à la Coalition pour les Droits Humains des Immigrants de Los Angeles, le maire Eric Garcetti a déclaré que la ville remettrait en question les décisions d'immigration de Trump.
     
    "Si le premier jour, en tant que président, nous voyons quelque chose qui est hostile à notre peuple, hostile à notre ville, mauvaise pour notre économie, mauvaise pour notre sécurité, nous parlerons, nous exprimerons, agissons et agissons", Garcetti m'a dit.

    RépondreSupprimer
  24. Le maire a également dit que le LAPD continuerait à appliquer l'ordonnance spéciale 40, la directive signée par Gates qui interdit aux agents de contacter quelqu'un pour déterminer uniquement leur statut d'immigrant.

    «Nos agents d'application de la loi et le LAPD ne vont pas demander aux gens leurs papiers, pas plus qu'ils ne devraient», a t-il dit. "Ce n'est pas le rôle de l'application de la loi locale."

    Et maintenant, aujourd'hui,

    "Ce n'est pas notre travail, et je ne ferai pas notre travail", a déclaré Beck dans une interview accordée au Los Angeles Times.
     
    «Nous ne pouvions pas déporter 500 000 personnes si nous le voulions, et si nous le faisions, ce serait au détriment de la sécurité publique»
    Cependant, comme le fait remarquer AP, le programme pourrait avoir un impact important sur l'application des lois sur l'immigration dans le pays.

    Le shérif Joe Arpaio a utilisé le programme de la façon la plus agressive dans le métro Phoenix, et il est devenu sans doute l'agent d'immigration le plus connu de la nation au niveau local en grande partie en raison de l'autorité spéciale. Dans une étrange tournure, il a été renvoyé du bureau lors de la même élection qui a abattus Trump à la présidence, principalement en raison de la frustration croissante sur les questions juridiques et les coûts découlant des patrouilles.
     
    Dans son ordonnance cette semaine, Trump a déclaré qu'il voulait habiliter l'application de la loi locale à agir en tant qu'agents d'immigration et à aider à «l'enquête, l'appréhension ou la détention» des immigrants dans le pays illégalement.
     
    Le déménagement arrive à un moment où le pays est fortement divisé sur le traitement des immigrants. Des villes comme Chicago et San Francisco se sont opposées à l'implication de la police dans l'immigration alors que certains comtés du Massachusetts et du Texas cherchent maintenant à sauter.
     
    Les partisans disent que les services de police peuvent aider à renforcer l'application des lois sur l'immigration et à empêcher les criminels d'être relâchés dans leurs quartiers, alors que les critiques soutiennent que les agents locaux suppléants mèneront au profilage racial et éroderont la confiance de la communauté dans la police.

    Avec Trump au bureau, le programme a une nouvelle vie.

    Même avant le changement dans l'administration, deux shérifs du comté républicain dans le Massachusetts ont dit qu'ils commencent des programmes. Au Texas, le shérif du comté de Jackson A. J. "Andy" Louderback a dit que deux officiers seront formés pour exécuter les contrôles de la prison d'immigration ce printemps et les comtés voisins veulent suivre leur exemple. Louderback a déclaré que l'association avec des agents fédéraux coûterait à son agence environ 3 000 $ - un petit prix à payer pour couvrir les officiers alors qu'ils sont sur un cours de formation de quatre semaines, en particulier dans une région en difficulté avec la contrebande humaine.

    RépondreSupprimer
  25. Une fois le programme en cours, il a dit que les agents d'immigration enverra une fourgonnette quotidienne pour ramasser quelqu'un signalé pour la déportation de prison. "Il semble juste que la bonne application de la loi de s'associer avec l'application de la loi fédérale dans ce domaine", at-il dit. "Il nous faut tous pour faire ce travail."

    "Les experts" a déclaré Trump de sensibilisation à l'application de la loi locale va créer une scission encore plus grande entre les villes de sanctuaire qui gardent la police hors de l'application de l'immigration et ceux désireux d'aider le nouveau président de soutenir les déportations. "Il ne fait aucun doute que, pour faire le type de déportation massive qu'il a promis, il faudra lui enrôlant des organismes locaux d'application de la loi", a déclaré Chris Newman, directeur juridique du National Organizer Network. "Il va balkaniser les choses ... et nous allons voir plus d'extrêmes."

    http://www.zerohedge.com/news/2017-01-29/trump-enlists-local-cops-enforce-immigration-laws

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. C'est vrai qu'en Californie... les immigrants sont plus nombreux que les natifs !! et certains (comme dans des pays d'Europe) sont même employés... dans la police !!!

      Supprimer
  26. Les antibiotiques peuvent stimuler la reproduction bactérienne


    30 janvier 2017


    Les chercheurs financés par l'EPSRC ont exposé les bactéries E. coli à huit cycles de traitement antibiotique pendant quatre jours et ont constaté que le bogue - qui peut causer de graves maux d'estomac, diarrhée et insuffisance rénale chez l'homme - avait augmenté la résistance aux antibiotiques à chaque traitement.

    Cela avait été prévu, mais les chercheurs ont été surpris de trouver muté E. coli reproduit plus vite qu'avant de rencontrer les médicaments et formé des populations qui étaient trois fois plus grandes en raison des mutations.

    Cela n'a été observé que dans les bactéries exposées aux antibiotiques - et lorsque les chercheurs ont retiré le médicament, les changements évolutifs n'ont pas été annulés et les capacités nouvelles ont été conservées.

    "Nos recherches suggèrent qu'il pourrait y avoir des avantages supplémentaires pour les bactéries E. coli quand ils évoluent résistance aux niveaux cliniques des antibiotiques", a déclaré l'auteur principal Professeur Robert Beardmore, de l'Université d'Exeter.

    "Il est souvent dit que l'évolution darwinienne est lente, mais rien ne peut être plus loin de la vérité, en particulier lorsque les bactéries sont exposés à des antibiotiques.

    "Les bactéries ont une capacité remarquable à réorganiser leur ADN et cela peut arrêter le travail des drogues, parfois en quelques jours.

    "Alors que le changement rapide de l'ADN peut être dangereux pour une cellule humaine, pour une bactérie comme E. coli, il peut avoir de multiples avantages, à condition qu'ils atteignent les bons changements."

    Les chercheurs ont testé les effets de l'antibiotique doxycycline sur E. coli dans le cadre d'une étude sur les changements d'ADN provoqués par les antibiotiques.

    Le «uber-bug» de E. coli qui a ensuite évolué a été congelé en toute sécurité à -80 ° C et les scientifiques ont utilisé le séquençage génétique pour découvrir quels changements d'ADN étaient responsables de son évolution inhabituelle.

    Certains changements sont bien connus et ont été observés chez les patients cliniques, comme E. coli produisant plus de pompes antibiotiques que les bactéries exploitent pour pousser les antibiotiques hors de la cellule.

    Un autre changement a vu la perte d'ADN qui est connu pour décrire un virus dormant.

    "Notre meilleure estimation est que la perte de l'ADN viral empêche l'E. Coli de se détruire, donc nous voyons plus de cellules bactériennes croître une fois que l'augmentation de l'ADN de la pompe leur permet de résister à l'antibiotique en premier lieu", a déclaré le Dr Carlos Reding, De l'étude.

    "Cela crée une force évolutive pour le changement sur deux régions du génome de E. coli.

    "Normalement, l'autodestruction peut aider les bactéries à coloniser les surfaces grâce à la production de biofilms. Vous voyez des biofilms dans un évier sale quand vous regardez le plongeur.

    RépondreSupprimer
  27. "Mais notre étude a utilisé des conditions liquides, un peu comme la circulation sanguine, de sorte que l'E. coli pourrait abandonner sur son style de vie biofilm en faveur de l'augmentation de la production cellulaire."

    Le Dr Mark Hewlett, également de l'Université d'Exeter, a ajouté: "Certains disent que l'évolution de la résistance aux médicaments n'a pas lieu à des doses élevées, mais notre document montre que cela peut et que les bactéries peuvent changer de manière qui ne serait pas bénéfique Pour le traitement de certains types d'infection.

    «Cela montre qu'il est important d'utiliser le bon antibiotique sur les patients dès que possible afin que nous ne voyons pas des adaptations comme celles-ci dans la clinique.

    Le journal, publié dans la revue Nature Ecology & Evolution, est intitulé: «L'évolution sans contrainte des génomes bactériens antibiorésistants rapides et efficaces».

    https://phys.org/news/2017-01-antibiotics-boost-bacterial-reproduction.html#jCp

    RépondreSupprimer
  28. Les tirs dans les écoles américaines sont liés à l'augmentation du chômage


    30 janvier 2017


    Une étude rigoureuse de l'Université Northwestern sur un quart de siècle de données a révélé que l'insécurité économique est liée au taux de violence à l'arme à feu à la 12e année et aux écoles postsecondaires aux États-Unis. Quand il devient plus difficile pour les gens qui viennent d'aller à l'école de trouver un emploi, le taux de violence à l'arme dans les écoles augmente.

    L'étude interdisciplinaire menée par les chercheurs en sciences Adam R. Pah et Luís Amaral et le sociologue John L. Hagan révèle une relation persistante entre le chômage et la survenue de fusillades dans le pays dans son ensemble, dans diverses régions du pays et dans les villes touchées, Y compris Chicago et New York.

    «Le lien entre l'éducation et le travail est au cœur de nos attentes en matière d'opportunités économiques et de mobilité ascendante en Amérique», a déclaré Hagan, professeur de sociologie au collège des arts et des sciences de Weinberg, John D. et Catherine T. MacArthur. «Notre étude indique que l'augmentation de la violence armée dans nos écoles peut résulter de la déception et le désespoir pendant les périodes de chômage accru, quand obtenir une éducation ne conduit pas nécessairement à trouver du travail.

    Les fusillades scolaires fréquentes ont été une préoccupation majeure dans la société américaine pendant des décennies, mais les causes ont défié la compréhension. Les chercheurs du Nord-Ouest ont utilisé des données de 1990 à 2013 sur la violence armée dans les écoles américaines et sur les indicateurs économiques, y compris le chômage, pour obtenir des réponses.

    "Nos résultats soulignent l'importance des opportunités économiques pour la prochaine génération et suggèrent qu'il existe des actions proactives que nous pourrions prendre en tant que société pour aider à diminuer la fréquence de la violence armée", a déclaré Pah, professeur adjoint clinique de gestion et organisations à l'école Kellogg of La gestion.

    D'autres constatations clés sont les suivantes:

    Alors que Chicago est mentionné dans l'étude comme l'une des six villes avec le plus d'incidents de 1990 à 2013, les écoles de Chicago ne sont pas plus dangereux que les écoles dans d'autres grandes villes.

    La violence armée dans les écoles n'est pas devenue plus mortelle au fil du temps.

    La plupart des tirs sont ciblés, avec le tireur ayant l'intention de nuire à une personne spécifique.

    La violence liée aux gangs et les tirs à la masse ne comprennent que de petites fractions de la violence armée qui se produit dans les écoles des États-Unis. La violence liée aux gangs constitue 6,6% de tous les incidents.

    Les résultats suggèrent que pendant les périodes de chômage accru, l'augmentation de la violence armée peut être un risque croissant dans les universités américaines et universitaires.

    L'étude intitulée «L'insécurité économique et la montée de la violence armée dans les écoles américaines» sera publiée le 30 janvier par la revue Nature Human Behavior.

    RépondreSupprimer
  29. L'équipe de recherche a également constaté que le taux de violence à l'arme à feu dans les écoles a changé au fil du temps. La période la plus récente étudiée (2007-2013) a une fréquence d'incidents plus élevée que la précédente (1994-2007), ce qui contredit les travaux antérieurs dans ce domaine. Il s'agit d'une contribution unique rendue possible grâce aux antécédents des chercheurs en science des données et en modélisation.

    «Notre travail nous aide à comprendre pourquoi la fréquence des violences armées à l'école change, pas nécessairement la raison pour laquelle la violence armée dans les écoles des États-Unis existe», a déclaré Amaral, professeur de génie chimique et biologique à l'École McCormick.

    Au cours des 25 dernières années, il y a eu deux périodes élevées de violence armée dans les écoles américaines, ont constaté les chercheurs; 2007-2013 était en grande partie attribuable à des événements dans les écoles postsecondaires, tandis que 1992-1994 impliquait plus souvent des événements dans les écoles de la maternelle à la 12e année.

    L'étude de Northwestern se distingue des précédentes études sur la violence armée dans les écoles des États-Unis en mettant en pratique des connaissances sur la transition école-travail dans la société américaine.

    «Une fois que nous considérons l'importance des écoles pour les idées américaines sur les opportunités économiques et la mobilité ascendante, nous pouvons mieux comprendre pourquoi les contextes scolaires se révèlent dans nos recherches comme des points focaux de réponses violentes à l'augmentation du chômage", a déclaré Hagan, À l'American Bar Foundation. "Les recherches antérieures sur la violence à l'arme à feu dans les écoles n'ont pas suffisamment analysé ces connexions."

    Mode de réalisation de l'étude

    Il y a eu un certain nombre d'autres études sur ce sujet, mais les sources de données précédentes utilisées étaient incomplètes et biaisées dans leur couverture des épreuves de tir à l'école, Pah dit. De plus, la définition de la violence à l'arme à l'école variait selon les créateurs de ces ensembles de données.

    Pah a collecté ces ensembles de données précédemment utilisés et les a rassemblés en un seul ensemble de données. Lui et les co-auteurs des étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs ont ensuite fourni et lu individuellement des rapports pour chaque événement afin de s'assurer qu'il s'agissait en fait d'un incident de violence armée dans une école. Le processus a donné 379 événements répondant aux critères stricts des chercheurs, et deux autres événements ont été trouvés, pour un total de 381 événements pour l'ensemble final de données.

    "Nous avons passé des journées à ne rien faire que lire sur la violence à l'école, ce qui est peut-être la chose la plus triste que j'ai eu à faire pour la recherche", a déclaré Pah.

    Les chercheurs se sont concentrés sur toutes les violences commises par les armes à feu dans les écoles, et pas seulement sur les fusillades de masse. Ils ont utilisé les critères suivants pour qu'un événement soit inclus dans l'étude: (1) le tir doit consister à décharger une arme à feu, même si elle est accidentelle; (2) il doit se produire sur un campus de l'école; Et (3) elle doit impliquer des étudiants ou des employés de l'école, soit comme auteurs, soit comme témoins, soit comme victimes.

    RépondreSupprimer
  30. Ensuite, les chercheurs ont évalué le calendrier de ces événements contre de multiples indicateurs de la détresse économique, y compris le chômage, le taux de forclusion et la confiance des consommateurs. Ils ont ensuite émis l'hypothèse que l'augmentation des fusillades scolaires est une réponse à l'augmentation du chômage et testé cette hypothèse de deux manières supplémentaires.

    Les résultats appuient fortement l'hypothèse selon laquelle une rupture de la transition entre l'école et le travail contribue à une augmentation de la violence armée dans les écoles américaines, écrivent les auteurs.

    https://phys.org/news/2017-01-schools-linked-unemployment.html#jCp

    RépondreSupprimer