- ENTREE de SECOURS -



jeudi 1 décembre 2016

L'interieur de la maison de Donald Trump plus belle que la Maison Blanche

https://www.youtube.com/watch?v=7myjOhy3zY4

17 commentaires:

  1. Twitter n'hésitera pas à supprimer le compte de Donald Trump si celui-ci enfreint les règles


    déc. 2016, 16:57


    e réseau social a annoncé qu'il supprimerait tout compte enfreignant sa politique concernant l'incitation à la haine, même s'il s'agissait de celui du président des Etats-Unis. Facebook, en revanche, a une vision plus souple.

    «Les règles de Twitter proscrivent les menaces violentes, le harcèlement et les comportements haineux. Nous prendrons des mesures concernant les comptes violant cette politique», a annoncé le réseau social aux journalistes de Slate.

    Appelé à préciser si ces règles s'appliqueraient même à Donald Trump, Twitter a confirmé que ces règles s'appliquaient «à tous les comptes, y compris les comptes vérifiés».

    Le réseau social a déjà fermé plusieurs comptes en lien avec la mouvance de la droite alternative, dont l'un des piliers du média Breitbart, Milo Yiannopoulos. Il avait 338 000 abonnés.

    Néanmoins, Facebook semble être plus conciliant en ce qui concerne sa politique de modération vis-à-vis du 42e président des Etats-Unis. Le réseau social a fait savoir que compte tenu des grands succès d'audience des posts de Donald Trump et de l'importance de ceux-ci, il semblait inenvisageable de supprimer son compte.

    Il y a quelques mois, Mark Zuckerberg avait même refusé de céder à une demande de ses employés de supprimer un post Facebook de Donald Trump dans lequel il s'engageait à interdire aux musulmans de venir aux Etats-Unis.

    Quelques jours avant le scrutin présidentiel, l'équipe de campagne de Donald Trump avait pris le contrôle du compte Twitter du candidat républicain afin d'éviter tout dérapage, qui aurait pu lui nuire dans le processus électoral.

    Lire aussi : Obama raille un Trump privé des codes de son compte Twitter par sa propre équipe de campagne (VIDEO)

    https://francais.rt.com/international/29985-twitter-supprime-compte-trump

    RépondreSupprimer
  2. Les Etats-Unis entendent créer un organisme pour contrer «l’influence clandestine» de la Russie


    déc. 2016, 17:22


    Le projet de loi a été adopté à la majorité

    La Chambre des représentants a accepté un projet de loi qui a pour but de financer des activités de renseignement pour contrer «l’influence russe clandestine» , qu'il s'agisse de propagande médiatique ou de piratage informatique.

    La Chambre des représentants à Washington a adopté un projet de loi sur le financement des services de renseignement américain prévoyant la création d’un groupe spécial qui aura pour but de supprimer les tentatives présumées russes d’«exercer une influence clandestine sur les peuples et les gouvernements». 390 députés ont voté en faveur de ce projet de loi, alors que 30 autres ont voté contre.

    Lire aussi
    L’Occident en pleine hystérie face au «hackers russes»

    Selon le texte de ce projet, l’influence russe implique «des mensonges, des agents d’influence, de la corruption, des abus contre les droits de l’homme, du terrorisme et des assassinats perpétrés par des services de sécurité ou les élites politiques de la Fédération de Russie ou leurs intermédiaires».

    Ses auteurs proposent d’inclure les représentants du renseignement national, des ministères de la Justice, des Finances, de l’Energie, du département d’Etat et du FBI dans ce groupe qui devrait rendre des comptes chaque année devant le Congrès.

    D'un point de vue financier, le renseignement américain devrait ainsi bénéficier d'un budget total de plus de 70 milliards de dollars. Le Sénat devrait lui aussi se prononcer sur ce projet de loi d’ici la fin de l’année et s'il l'adopte à son tour, ce projet sera soumis à l’appréciation du président des Etats-Unis.

    Lire aussi : https://francais.rt.com/international/28499-hackers-americains-menacent-intervenir-si-russie-se-mele-des-elections

    Plusieurs sources au sein du FBI citées par les médias américains ont accusé à nombreuses reprises «des hackers russes» d'être impliqués dans le piratage des serveurs du parti démocrate américain lors de la campagne électorale de 2016. Certains courriels du parti ont même été révélés au public par WikiLeaks. Selon certaines rumeurs la Russie aurait essayé d’influencer les résultats de la présidentielle américaine, sans que la moindre preuve n'ai été avancée pour les confirmer.

    La Russie a de son côté démenti toutes ces accusations. Vladimir Poutine a expliqué que les documents divulgués ne représentaient pas d’intérêt pour la Russie et que l’attention était ainsi détournée du contenu des emails. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a pour sa part qualifié ces allégations d’absurdes.

    https://francais.rt.com/international/29987-etats-unis-creeent-organisme-contrer-influence-russie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Publicités cachées a ne pas twitter: Montagnes russes, salade russe, bottes russes, etc (idem pour 'suédine, berger-allemand, capote anglaise, grippe espagnole, petits suisses, téléphone arabe, et 'passer au chinois' !).

      Supprimer
  3. Plan Vigipirate : les autorités françaises mettent en place un troisième niveau d'alerte


    1 déc. 2016, 16:50 - Avec AFP


    Critiqué pour ne pas être suffisamment adapté face à la hauteur des menaces posées par le terrorisme international, le plan Vigipirate évolue. Désormais, la nouvelle version du dispositif antiterroriste s'articule autour de trois niveaux.

    Un nouveau plan Vigipirate, révisé à la suite des attentats qui ont frappé la France depuis janvier 2015, est entré en vigueur le 30 novembre a annoncé l'Elysée. Un document public établi par le Secrétariat général à la défense nationale (SGDSN), qui dépend de Matignon, révèle que le nouveau plan Vigipirate s'articule désormais en trois niveaux et propose un total de 300 mesures.

    Lire aussi
    Le logo de la Compagnie républicaine de sécurité La France est-elle capable de maintenir son plan Vigipirate ?

    Le premier niveau, «vigilance», correspond à la «posture» permanente, avec l'application du «socle» des mesures. Le deuxième niveau, «sécurité renforcée-risque attentat» traduit «la réponse de l'Etat à un niveau élevé de la menace terroriste», avec des mesures supplémentaires, prises au niveau national. Il s'agit du niveau en vigueur sur le territoire français.

    Enfin, le troisième niveau maximal «Urgence attentat», de courte durée, «déclenche un état de vigilance et de protection maximal, soit en cas de menace d'attaque terroriste documentée et imminente, soit à la suite immédiate d'un attentat». Ce niveau se manifeste notamment par la diffusion d'informations à la télévision, à la radio, sur internet et sur les applications pour téléphones mobiles, ainsi que par des mesures contraignantes.

    Comme auparavant, le pilotage de Vigipirate couvre 13 domaines (transports, matières dangereuses, réseaux énergétiques, frontières etc.) et dépend du Premier ministre.

    Adapter le plan Vigipirate aux menaces contemporaines

    Le document destiné au public et dévoilé le 30 novembre n'est que partiel. Un volet complet, classé confidentiel défense, est adressé aux seuls pouvoirs publics. Il comprend des informations sensibles dont la publication aurait été de nature à aider les auteurs d'attentats.

    Les différentes phases de Vigipirate, un dispositif créé en 1978 et appliqué pour la première fois lors de la guerre du Golfe en 1991, ont évolué à plusieurs reprises par le passé. Après une grille en cinq échelons de «blanc à écarlate» dans les années 2000, Vigipirate avait été ramené à deux pour simplifier, en 2013 avec deux niveaux, «vigilance» et «alerte attentat».

    Cette grille s'est avérée inadaptée, puisque l'Ile-de-France et les Alpes-Maritimes ne sont jamais sorti officiellement du niveau «alerte attentat» depuis les attaques de l'Etat islamique.

    L'Elysée a précisé qu'au terme d'un Conseil de Défense réuni le 30 novembre, le président François Hollande avait donné des consignes de vigilance à l'occasion des rassemblements et festivités de fin d’année. Par ailleurs, le SGDSN diffusera désormais plusieurs fois par an des consignes adaptées aux rendez-vous saisonniers ou aux événements majeurs sur le territoire.

    Lire aussi : Daesh : dysfonctionnement de la politique de sécurité et de défense commune au sein de l’Europe

    https://francais.rt.com/france/29984-plan-vigipirate-autorites-francaises

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Tandis que TOUS LES JOURS sont rabâchés les 'menaces russes ou même celles de Donald Trump' !!! (comme quoi elles seraient à craindre ! hahahaha !), les terroristes patentés (mais pourtant bien décidés) peuvent entrer dans tous les pays européens et même être payés pour rester et pour en faire venir d'autres !!! (regroupement familial !).

      Notez bien que ce ne sont pas des milliers de troufions armés jusqu'aux dents qui vont empêcher un kamikaze de se faire exploser devant eux ! mais seulement une politique "Dehors les terroristes !"

      Supprimer
  4. La ville FN d'Hénin-Beaumont condamnée pour avoir installé une crèche de Noël dans la mairie


    déc. 2016, 15:46 - Avec AFP


    La ville d'Hénin-Beaumont, dirigée par le Front national, a été condamnée par le tribunal administratif de Lille pour l'installation d'une crèche de Noël en décembre 2015 dans le hall de la mairie.

    Lire aussi
    Le Conseil d'Etat autorise, sous condition, les crèches de Noël à la mairie

    L'élu municipal d'opposition communiste David Noël avait saisi le tribunal dès le 3 décembre 2015 concernant la crèche installée par l'équipe municipale Front National dans la mairie, mais l'affaire n'a été examinée qu'après la décision du Conseil d'Etat sur cette question, le 9 novembre dernier.

    La plus haute autorité administrative a jugé que dans les bâtiments publics, sièges d'une collectivité publique ou d'un service public, une crèche de Noël ne pouvait pas être installée, sauf si des circonstances particulières montraient que cette installation présentait «un caractère culturel, artistique ou festif».

    A Hénin-Beaumont, l'installation de la crèche a «méconnu le principe de neutralité des personnes publiques», a estimé le juge lillois dans sa décision, dont l'AFP a obtenu copie.

    «Il ne ressort pas des pièces du dossier que ladite crèche, composée de sujets sans valeur historique ou artistique particulière, ait revêtu le caractère d'une exposition d’œuvres d'art», est-il aussi expliqué.

    En outre, «il n'est pas établi que cette installation s'enracine dans une tradition locale préexistante ou qu'elle puisse être considérée comme une extension du marché de Noël qui se tient à l'extérieur du bâtiment et sans proximité immédiate avec celui-ci».

    «Il y avait une intention prosélyte manifeste», a assuré David Noël à l'AFP. «Lorsque Steeve Briois [maire d'Hénin-Beaumont] et Robert Ménard [maire de Béziers] installent des crèches, ils ne le font pas pour faire plaisir aux petits-enfants, ils le font par provocation pour montrer qu'"ici, on est en France, un pays aux racines chrétiennes, et on combat le grand remplacement arabo-musulman"», a-t-il assuré.

    «Le marché de Noël se trouvait en bas des marches du perron de l'hôtel de Ville donc à proximité immédiate de la crèche», a réagi auprès de l'AFP Bruno Bilde, adjoint aux relations publiques au maire d'Hénin-Beaumont, précisant que la ville allait faire appel de la décision.

    Cette année, «à cause du plan Vigipirate nous avons déplacé le marché de Noël sur une autre place et y avons installé la crèche», a ajouté Bruno Bilde. «Mais l'an prochain, sans Vigipirate nous referons la même configuration qu'en 2015, même si ça ne plaît pas à certains gauchistes», a-t-il prévenu.

    Lire aussi : Le Conseil d'Etat favorable, sous conditions, aux crèches de Noël dans les bâtiments publics

    https://francais.rt.com/france/29979-ville-fn-henin-beaumont-condamnee-creche-noel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'âne et le cochon n'étaient pas halal !

      Supprimer
  5. Accueil des réfugiés par des particuliers : le gouvernement «reste l'idiot utile du crime organisé»


    1 déc. 2016



    Inattaquable dans son essence, le «dispositif d'hébergement citoyen» de réfugiés ayant obtenu l'asile cache, pour Damien Lempereur, l'impuissance du gouvernement à trouver une réponse à la crise migratoire qui continue de faire le jeu des passeurs.

    Damien Lempereur est délégué national de Debout la France et avocat spécialisé en droit du travail.

    RT France : Que pensez-vous du dispositif citoyen d'accueil annoncé hier par la ministre Emmanuelle Cosse ?

    Damien Lempereur (D. L.) : Ce dispositif en soi n'est pas critiquable. Il touche exclusivement des réfugiés ayant obtenu le droit d'asile. C'est tout de même l'honneur de la France que d'accueillir des personnes persécutées dans leur pays que ce soit politiquement, sexuellement ou physiquement. Mais il faut rester vigilant. Que cela ne devienne pas un argument pour détourner ce droit. Il ne faut pas qu'il y ait d'élargissement aux migrants économiques, par exemple. Il est important également, face à de tels dispositifs, que le droit d'asile soit strictement respecté. Que toute personne ne pouvant être éligible à ce droit soit reconduite à la frontière. On sait très bien aujourd'hui que cela ne concerne que 5% des gens entrés illégalement sur le territoire. Il faut faire attention à ne pas suivre la théorie «des petits pas» qui commence avec les seuls réfugiés statutaires avant de s'étendre à un système généralisé à tous les migrants. On sait bien que c'est souvent comme ça que procède le gouvernement.

    On est dans l'illustration parfaite de l'expression «L'enfer est pavé de bonnes intentions»

    RT France : Vous parlez de vigilance, de besoin de fermeté. En dehors de la question du détournement du droit d'asile, que craignez-vous voir découler de cette politique ?

    D. L. : Pour moi, on est dans l'illustration parfaite de l'expression : «L'enfer est pavé de bonnes intentions». D'un point de vue humain, si ça peut aider ces 1 300 personnes, c'est très bien pour eux. Et chacun, à titre personnel, peut apporter son aide. Mais quelque part le gouvernement envoie un mauvais signal. Avec de tels dispositifs, on créé un appel d'air qui consiste à faire venir encore plus de monde. Le message envoyé c'est : «Venez, vous serez logés ! On a des budgets pour cela.» Or, les passeurs ne s'embarrassent pas d'expliquer que ces aides ne sont possibles que pour des cas très précis. Ce genre de mesures ne pourra qu’entraîner encore plus de drames humains, plus de noyés dans la Méditerranée. On reste quelque part l'idiot utile du crime organisé des passeurs et des mafias qui font leur bénéfice sur le trafic des êtres humains et qui continueront à s'enrichir. Je pense qu'on devrait plutôt envoyer un signal de fermeté comme en Australie, où en communiquant sur la difficulté d'entrer sur le territoire, on évite des drames et des morts dans l'océan Indien.

    ( suite en dessous:)

    RépondreSupprimer

  6. Lire aussi
    Emmanuelle Cosse préconise l'accueil de près de 1 400 réfugiés chez des particuliers

    Il faudrait aider ces populations à se stabiliser chez elles

    RT France : Le problème n'est donc pas l'existence d'un tel dispositif mais la communication qui est faite autour par le gouvernement ?

    D. L. : Disons que je comprend tout à fait que des églises, des citoyens à titre personnel se trouvent un devoir d'apporter leur aide à des personnes qui sont dans la difficulté. Pour moi, les familles qui accueilleront ces réfugiés sont dans une démarche honnête, humaine et extrêmement respectable. La notion d'accueil a une essence profondément chrétienne. Dans le cadre du droit d'asile, il est normal qu'il y ait un soutien de l'Etat auprès des associations qui gèrent au quotidien l'intégration des réfugiés en France.

    Mais au niveau de l'Etat et du gouvernement, il faut raisonner de manière plus large que ce dispositif. Ce n'est qu'une goutte d'eau dans le problème migratoire. Il ne faut pas s'en contenter. Il faudrait plutôt aider ces populations à se stabiliser chez elles. Il faudrait arrêter de faire la guerre en Libye ou en Syrie. Le gouvernement se donne bonne conscience alors qu'il provoque le chaos par ailleurs. C'est un peu la charité du XIXe siècle : se donner bonne conscience à moindre frais alors qu'on crée les conditions propices au chaos et au profit de ceux qui capitalisent sur la misère humaine.

    Les décisionnaires ont voulu supprimer les frontières, mais ils ne regardent pas ce qui se passe au delà de ces frontières

    RT France : En Allemagne, des dispositifs de ce genre ont été mis en place dès l'été 2015, avec un enthousiasme notable des citoyens. Les associations allemandes investies dans ces actions notent désormais un essoufflement de cette solidarité. Maintenant que l'élan de soutien est passé dans les populations européennes, n'est-il pas trop tard pour instituer de tels engagement nationaux ?

    D. L. : Le gouvernement a toujours des années de retard. On voit bien François Fillon qui veut nous faire le programme de Margaret Thatcher, il a 35 ans de retard. On ne tire pas les enseignements de ce qui s'est passé en Allemagne et des troubles à l'ordre publics qui ont pu suivre. Il est d'ailleurs évident que dans ce dispositif, tout ne sera pas un succès. Il suffit de regarder les exemples d'accueil qui ont été un échec chez nos voisins. Les Français le voient bien, mais pas les décisionnaires. Ils ont voulu supprimer les frontières, mais ils ne regardent pas ce qui se passe au delà de ces frontières. C'est totalement schizophrénique d'avoir un regard uniquement centré sur la France.

    Lire aussi : Calais : un tiers des migrants mineurs suivis par une ONG auraient disparu

    https://francais.rt.com/opinions/29995-accueil-refugies-par-particuliers-gouvernement-idiot-utile-crime-organise-passeurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A quand l'expulsion des français hors de chez eux pour refus d'excision ?

      Supprimer
  7. Italie : prison pour ceux qui s’opposent à la réquisition de leurs maisons secondaires pour les migrants


    vendredi 25 novembre 2016
    18:28:00


    L’Italie, contrainte par l’accord de Dublin, de reprendre les migrants qui se sont échappés en Europe, se voit dans l’obligation d’accepter leur retour, soit environ 1,5 millions de migrants économiques, tous musulmans Africains, sans tenir compte de ceux qui débarquent perpétuellement, ni de ceux qui sont déjà sur son sol.

    Pour affronter cette situation, le ministre de l’intérieur Â. alfano, n’a rien trouvé de mieux,que de violer tous les droits des Italiens et, pour se faire à déjà pris toutes les dispositions les plus ignominieuses :

    Migrants, le chantage Alfano : Prison pour ceux qui s’opposent aux réquisitions.

    Selon des sources du ministère de l’Intérieur, le plan du « Viminal » ( Palais où siège le Ministère de l’Intérieur ) prévoit des policiers et des «mesures privatives de liberté » pour ceux qui s’opposent à la réquisition de leurs biens immobiliers pour les migrants.

    Le ministère de l’Intérieur, en la personne d’Angelino Alfano, se prépare à saisir les biens des Italiens pour les remettre aux migrants.

    Il le fera seulement après le 4 Décembre, c’est-à-dire après le référendum, pour empêcher que les protestations des citoyens n’influent sur l’issue du vote.

    Parce que ce sont justement les révoltes qui préoccupent Alfano. Les barricades de Goro et Gorino contre la saisie d’un hôtel pour y mettre 15 réfugiés ont occupé pendant des jours les premières pages des journaux, et a mis le gouvernement dans l’embarras. Les services secrets auraient déjà fait un fichage des villes où il est possible que les citoyens s’organisent en comités pour se rebeller contre les réfugiés.

    Les réquisitions continueront, et selon le journal l’Opinione, qui cite des sources du ministère de l’ Intérieur, l’exécutif serait prêt à prendre des mesures drastiques contre ces citoyens qui s’opposent à l’utilisation des biens privés par les migrants .

    La prison pour ceux qui s’opposent aux migrants

    « Les services secrets – écrit le journal – semblent avoir déjà alerté le gouvernement sur d’éventuelles manifestations violentes possibles des Italiens qui ne sont pas disposés à se faire réquisitionner leur bien immobilier. » » Qu’est – ce que cela signifie ? Selon le journal l’Opinione , le plan, « étant donné le caractère exceptionnel de l’événement et le peu d’empressement des Italiens à coopérer à l’accueil », serait d’envoyer au moins 2.000 policiers, gendarmes, membres de la garde financière, et soldats.

    Le ministère de la Justice serait même carrément prêt à assurer « des processus rapides et des places en détention » pour ceux qui s’opposent au plan du ministère de l’Intérieur.
    En somme : la prison pour ceux qui ne sont pas d’accord.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer

  8. Apparemment, les réquisitions ne seraient pas payées. Cela parce que l’Intérieur n’a pas les fonds nécessaires pour payer les propriétaires des maisons, puisque l’argent est déjà engagé pour l’accueil des migrants dans des centres gérés par les coopératives et les « onlus » ( « Organisations sans but lucratif d’utilité sociale »). En outre, le propriétaire devrait également continuer à payer les impôts IMU ( sur les biens immobiliers possédés ) et Tasi ( pour les services municipaux fournis).

    En théorie, on pourrait recourir à la justice pour obtenir une indemnisation, mais dans ce cas le temps « judiciaire » serait très long, et le résultat loin d’être acquis. Toujours selon la source du ministère cité par l’Opinione, la mesure d’ Alfano serait «temporaire», mais pourrait « devenir définitive, et être requalifiée en expropriation, si à l’ encontre du propriétaire étaient retenus des infractions subversives contre l’Etat ».

    Donc: ceux qui s’y opposent peuvent perdre à jamais leur maison.

    Selon des indiscrétions des employés du ministère, le plan pour les réquisitions commencerait par Pescara, une ville qui deviendrait une sorte de banc d’essai pour le reste de l’Italie. L’objectif est de diminuer le recours aux centres d’accueils des coopératives, car ils sont plus coûteux et moins transparents que le système des SPRAR ( Services centraux de protection des demandeurs d’asile et des réfugiés ).

    Ce serait les résidences secondaires vides qui seraient concernées.

    //www.fawkes-news.com/2016/11/italie-prison-pour-ceux-qui-sopposent.html#rt1gJI0dfzMgLWcw.99

    RépondreSupprimer
  9. La Slovaquie durcit sa loi pour empêcher l'islam de devenir une religion d'Etat


    1 déc. 2016, 18:02


    La nouvelle législation augmente le nombre de fidèles nécessaires pour devenir une religion d'Etat, de 20 000 à 50 000. Elle a pour but d'empêcher l'islam, qui compte 2 000 adeptes dans le pays, d'accéder à ce statut dans un avenir proche.

    Soutenue par le Parti national slovaque (SNS), qui est membre de la coalition du Premier ministre au pouvoir, la Slovaquie a adopté une nouvelle législation qui durcit les conditions pour devenir une religion d'Etat.

    Lire aussi
    Une mosquée en Suisse, avant le vote sur l'interdiction des minarets de 2009. Pour une majorité de Suisses, l'islam n'a pas sa place dans leur pays

    Les deux tiers du Parlement slovaque, ainsi que des représentants de l'opposition ont soutenu la nouvelle législation qui fait passer le nombre de fidèles requis pour qu'une religion puisse obtenir le statut de religion d'Etat de 20 000 à 50 000, ce qui confère, par exemple, le droit d'ouvrir ses propres écoles.

    Si le SNS a fait savoir que la loi avait pour but d'empêcher les «Eglises satiriques» de s'enregistrer, citant notamment la sainte Eglise du monstre en spaghetti volant qui aurait des fidèles partout à travers le monde, le président du mouvement a ajouté : «L'islamisation commence par un kebab, elle a déjà débuté à Bratislava. Nous devons prendre conscience de ce à quoi nous devrons faire face d'ici 10 ans.» Le parti estime en outre qu'il est de son devoir de faire en sorte «qu'aucune mosquée ne soit construite dans le futur».

    Selon le dernier recensement cité par Reuters, sur 5,4 millions d'habitants plus de 60% seraient catholiques alors qu'il n'y aurait que 2 000 musulmans. Le pays ne compterait par ailleurs aucune mosquée.

    La Slovaquie fait partie du groupe de Visegrad qui souhaite la refonte du fonctionnement des institutions européennes, en raison notamment de la politique migratoire européenne.

    Lire aussi : «Sales Prostituées» : le Premier ministre slovaque s'emporte contre des journalistes

    https://francais.rt.com/international/29990-slovaquie-durcit-loi-pour-empecher-islam

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous vous imaginez une personne qui a déjà le vertige en montant sur une chaise et que - le jour de sa mort - elle se retrouve à 10 000 m
      d'altitude, en plein vent et moins 40°C dehors !

      " Bêh si j'avais su j'aurais pris l'enfer. Au moins là-bas s'est chauffé !"

      Supprimer
  10. Le pic pétrolier dans un monde hors de la réalité


    Le nouvel «eldorado du pétrole» est dans l’ouest du Texas

    Par Ugo Bardi –
    Le 22 novembre 2016 – Source CassandraLegacy


    Parfois, j’ai le sentiment de vivre dans un univers libre de faits où les lois de la physique ne tiennent que si vous croyez en elles

    Ainsi, l’USGS a sorti un communiqué de presse que les médias ont diffusé immédiatement en parlant d’une grande découverte : 20 milliards de barils, quelque part au Texas dans un endroit appelé Wolfcamp. Bloomberg multiplie ce nombre par le prix actuel du pétrole et propose un titre qui se lit comme suit : Un trésor de 900 milliards de dollars de pétrole, et parle d’un «eldorado» et d’un «cadeau qui continue à donner». USA Today parle de «la plus grande réserve de pétrole jamais trouvée aux États-Unis». Et que diriez-vous des commentaires ? Quelques exemples.

    Comme le dira notre nouveau président – DRILL BABY DRILL !!! [Creuse bébé creuse !, NdT]. L’indépendance énergétique, qui amène une belle bague [de mariée] avec elle. Un doigt en direction du Moyen-Orient arabe.
    […]

    Je me souviens à la fin des années 1970, lorsque les scientifiques ont dit que nous serions à court de pétrole à la fin des années 1990. Je me demande où ces scientifiques travaillent maintenant. Sur le changement climatique ?
    […]

    Ils trouvent constamment plus de réserves. Le président Trump ouvrira [au forage] plus de terrains et d’océans pour «sécuriser» les forages. Une chose a laquelle l’administration Obama n’avait aucune idée de comment faire.
    […]

    Mais bien sûr la gauche radicale, déterminée à renvoyer toute la civilisation occidentale à une société de chasseurs-cueilleurs d’il y a 10 000 ans, fera tout son possible pour empêcher cette nation de devenir indépendante énergétiquement et de foutre dehors les barbares nations arabes pétrolières enragées.

    Très amusant, et hors de toute réalité ! Mais supposons, pour une fois, que les faits importent. Que devrions-nous dire au sujet de la «plus grande réserve de pétrole jamais trouvée aux États-Unis» ? On peut dire : rien de nouveau n’a été «trouvé» ; La formation Wolfcamp était bien connue et déjà exploitée. L’USGS vient de faire une nouvelle estimation ; probablement valable avec de nouvelles hypothèses. Mais ce n’est que ça : une estimation. Cela ne signifie pas que ces ressources ont été découvertes (notez que l’USGS dit explicitement «non découvertes»). Donc, ce que tout cela signifie, c’est que, statistiquement, ces ressources devraient être là, mais personne ne peut être complètement sûr et ce ne sera pas la première fois que ces estimations s’avèrent optimistes. (Dans ce cas, le nombre rond 20 milliards est plus que suspect) [se rappeler de la Californie où les estimations ont été réduite de 96% il y a 1 an, NdT]. Mais peu importe. Supposons que ces 20 milliards de barils soient là pour de vrai. Comment ce montant s’accumule-t-il par rapport à la situation pétrolière mondiale ? Voici quelques données, tirées de Bloomberg (pas exactement un repaire de Cassandres).

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  11. Comparons ces données avec la consommation mondiale de pétrole qui, selon Index Mundi, est aujourd’hui d’un peu plus de 33 milliards de barils par an. Donc, vous voyez dans le graphique qu’au cours de la dernière décennie au moins, nous avons constamment brûlé plus de pétrole que nous n’en avons découvert. Maintenant, s’il y avait eu d’autres grandes découvertes cette année, elles auraient été assez claironnées pour nous informer. Donc, en ajoutant les 20 milliards de barils de la formation Wolfcamp au maigre total de 2016, nous n’atteindrons probablement toujours pas un total de 33 milliards. En fin de compte, tout ce que nous pouvons dire, c’est que, pour cette année, les découvertes de pétrole étaient un peu moins, plutôt que beaucoup moins, ce que le monde a consommé. Ce serait la nouvelle, si les faits importaient.

    Mais ce n’est même pas le point le plus important : l’idée de l’épuisement des ressources n’est pas de savoir combien il en existe, c’est combien il en coûte pour les extraire. Ici, Arthur Berman note que Bloomberg avait calculé la valeur de ce «trésor» à 900 milliards de dollars, comme si «l’huile sortait magiquement du sol sans le coût du forage et l’achèvement des puits, comme s’il n’y avait pas de coûts d’exploitation pour le produire» ; comme s’il n’y avait pas d’impôts ni de redevances. Ensuite, Berman calcule combien il en coûterait pour extraire tout cet «océan» de pétrole et conclut qu’aux prix actuels, il en résulterait une perte nette de quelque 500 milliards de dollars.

    Alors, n’êtes-vous pas heureux de vivre dans un monde sans faits ? Vous pouvez continuer à penser qu’il suffit de faire quelques trous dans le sol pour voir jaillir du pétrole dans une abondance sans fin parce que, comme chacun sait, il est vraiment «abiotique». Bien sûr, et vous pouvez également marcher dans le vide, comme Will E. Coyote peut le faire tant qu’il ne se rend pas compte qu’il le fait.

    Ugo Bardi

    Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

    http://lesakerfrancophone.fr/le-pic-du-petrole-dans-un-monde-hors-de-la-realite-le-nouvelle-eldorado-du-petrole-dans-louest-du-texas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme il en a toujours été avec les derricks laissés sur place lorsque la nappe est 'épuisée' et qu'ils sont remis en fonction quelques 8 ou 10 ans plus tard, il est nécessaire de laisser les poches se reremplir. Ainsi, le pétrole abiotique (éternel) peut-il être amené à se reconfigurer dans son cheminement souterrain après diverses explosions (gaz de shiste) ayant obstruées les conduits. C'est aussi pour cela que naissent de nouveaux puits (eldorado ?) comme il y a aussi de nouvelles sources d'eaux après divers tremblements de terre.

      Supprimer