- ENTREE de SECOURS -



vendredi 30 décembre 2016

La tempête du siècle, France le 25, 26 et 27 Décembre 1999

https://www.youtube.com/watch?v=IDRtdbbOQbw

15 commentaires:

  1. L'Italie exhorte l'Europe à commencer la censure


    Par Tyler Durden
    Dec 30, 2016 11:39 AM


    Tout d'abord, c'était les États-Unis, puis l'Allemagne a blâmé une grande partie de ce qui ne va pas dans la société sur «fausses nouvelles», et non, disons, une série de décisions terribles prises par les politiciens. Maintenant, c'est au tour de l'Italie d'appeler à la fin des "nouvelles fausses", ce qui ne serait pas troublant, cependant, la façon dont Giovanni Pitruzzella, le chef de l'organisme de la concurrence italienne, exige de l'Union européenne "fissures" sur ce qu'il serait Dub "fausses nouvelles" n'est rien de moins que d'une répression totale de toute liberté d'expression, et donnerait aux gouvernements locaux un règne libre pour faire taire un point de vente qui ne respectait pas la propagande d'établissement.

    Dans un entretien avec le FT, Pitruzzella a déclaré que la réglementation des fausses informations sur Internet était mieux fait par l'Etat plutôt que par les entreprises de médias sociaux comme Facebook, une approche adoptée précédemment par l'Allemagne, qui a exigé que Facebook fin "haine discours" Et a menacé de trouver le réseau social autant que € 500K par poste "faux".

    Pitruzzella, chef de l'organe italien de la concurrence depuis 2011, a déclaré que "les pays de l'UE devraient créer des organismes indépendants - coordonnés par Bruxelles et inspirés du système des agences antitrust - qui pourraient rapidement étiqueter de fausses nouvelles, les retirer de la circulation et imposer des amendes si nécessaire."

    En d'autres termes, une série de bureaucrates non élus, qui n'avaient pas de comptes à rendre à qui que ce soit, s'asseyaient et décidèrent entre eux ce qui est et ce qui n'est pas une fausse nouvelle. D'un autre côté, une semaine après Obama donner à l'Europe le feu vert pour s'engager dans toute forme de censure et d'arrêt de la liberté d'expression qu'il désire, quand le président sortant des États-Unis a voté en loi le "Countering Disinformation and Propaganda Act" Il n'est pas surprenant qu'une Europe soudainement enhardi utilise de telles mesures de refroidissement.

    Donc, avec l'Europe sur le point de déployer une censure débridée, voici le paille utilisé pour le justifier.

    "La post-vérité en politique est l'un des moteurs du populisme et c'est une des menaces pour nos démocraties", a déclaré Pitruzzella au FT. "Nous sommes arrivés à une fourchette dans la route: nous devons choisir de laisser l'Internet comme il est, l'Ouest sauvage, ou s'il faut des règles qui apprécient la façon dont la communication a changé. Je pense que nous devons établir ces règles et c'est le rôle du secteur public. »

    Traduction: il incombera bientôt à Bruxelles de décider quel contenu Internet est approprié pour la consommation européenne, car à moins qu'un bureaucrate n'intervienne, les "fausses nouvelles" mèneront à un populisme encore plus important et, par exemple, à des années de réforme politique défaillante; Décisions de la banque centrale.

    En bref, c'est la faute de l'Internet que le système politique hérité de l'Europe soit en proie à une réaction anti-establishment sans précédent, qui n'a rien à voir avec, bien, quoi que ce soit d'autre.

    RépondreSupprimer
  2. Comme le note le FT, l'appel de Pitruzzella vient au milieu de préoccupations croissantes quant à l'impact des fausses nouvelles sur la politique dans les démocraties occidentales, y compris dans le vote UK Brexit cette année et les élections américaines. En Allemagne, qui doit faire face à des élections législatives en 2017, le gouvernement prévoit une loi qui imposerait des amendes allant jusqu'à 500 000 euros aux sociétés de médias sociaux pour la distribution de fausses nouvelles.

    Les alliés de Matteo Renzi, l'ancien premier ministre, se sont également plaints que de fausses nouvelles ont contribué à sa défaite lors du référendum de décembre sur la réforme constitutionnelle, qui a conduit à sa démission, même s'il a perdu une large marge de 20 points. Au moins, ils n'ont pas blâmé les pirates russes ... pour le moment.

    Donc, même en supposant limiter la liberté d'expression est la réponse, pourquoi ne pas forcer les contrevenants potentiels à des entreprises de se faire polir ?

    Eh bien, selon Pitruzzella il serait inapproprié de laisser cette tâche à l'autorégulation des médias sociaux. "Des plates-formes comme Facebook ont créé de grands avantages pour les personnes et les clients: ils font leur part en tant qu'entité économique en adoptant des politiques pour modifier leurs algorithmes afin de réduire ce phénomène", a-t-il déclaré. "Mais ce n'est pas le rôle d'une entité privée de contrôler l'information. C'est historiquement le travail des pouvoirs publics. Ils doivent garantir que l'information est correcte. Nous ne pouvons pas déléguer tout cela. "

    Nous savons d'au moins un Italien qui serait d'accord.

    Et tout comme la personne ci-dessus, Pitruzzella a rejeté les inquiétudes que la mise en place des agences de l'Etat pour surveiller les fausses nouvelles introduirait une forme de censure, disant que les gens pourraient "continuer à utiliser une Internet gratuite et ouverte" ... tant que tous les membres de la Internet "ouvert" convenu avec ce que les agences ont déterminé pour être vrai et incontesté. Mais il a dit qu'il y aurait un avantage en ce qu'il y aurait un «tiers» public - indépendant du gouvernement - pour «intervenir rapidement si les intérêts publics étaient lésés».

    À l'heure actuelle, la seule manière dont les fausses nouvelles peuvent être abordées - du moins en Italie - est le système judiciaire, qui est notoirement clunky. "La vitesse est un élément critique", a déclaré Pitruzzella, alors quelle est la solution ? Pourquoi un ministère de la Vérité bien sûr.

    Le mouvement anti-establishment Five Star est souvent étiqueté comme le principal facilitateur des fausses nouvelles en Italie, à travers le blog de son fondateur, le comédien Beppe Grillo, et un réseau d'autres sites affiliés au parti. Mais Pitruzzella a refusé de les citer comme les principaux coupables. "Je ne sais pas si c'est vrai, je ne voudrais pas critiquer personne, pas même le Mouvement des Cinq Etoiles. Mais je crois que si il n'y a pas de règles, alors beaucoup peuvent en profiter. "

    Bien sûr, une fois que la liberté d'expression est censurée, Pitruzzella n'aura aucun problème avec non seulement critiquer quiconque n'est pas d'accord avec lui, mais rapidement mettre fin à leur liberté d'expression sur le net.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-12-30/italy-urges-europe-begin-censoring-free-speech-internet

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) Pitruzzella, chef de l'organe italien de la concurrence depuis 2011, a déclaré que "les pays de l'UE devraient créer des organismes indépendants - coordonnés par Bruxelles et inspirés du système des agences antitrust - qui pourraient rapidement étiqueter de fausses nouvelles, les retirer de la circulation et imposer des amendes si nécessaire."(...)

      (...) Traduction: il incombera bientôt à Bruxelles de décider quel contenu Internet est approprié pour la consommation européenne, car à moins qu'un bureaucrate n'intervienne, les "fausses nouvelles" mèneront à un populisme encore plus important et, par exemple, à des années de réforme politique défaillante; Décisions de la banque centrale. (...)

      Bruxelles s'assurera du monopole de la dictature face aux journaux de merde qui osent avoir un site sur Internet !
      Ainsi, après les faux terroristes contre lesquels sont élevés des barrières et la justice de complaisance, voici venir qu'un... royaume dirigerait des Républiques !!

      Supprimer
    2. L'UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

      By lejournaldusiecle
      14 février 2013

      Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d'euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l'euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

      C'est le Daily Telegraph qui a révélé l'information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d'une campagne sans précédent de réorientation de l'opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

      Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l'opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d'attirer l'attention médiatique et publique.

      Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d'y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s'agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

      Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu'expriment de plus en plus d'Européens, à savoir que "l'Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d'Europe", et non pas "moins d'Europe".

      Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l'euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu'est l'UE, dixit Barroso.

      En pleine crise économique, et alors que l'austérité est imposée aux États, l'UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu'une augmentation de près de 2 millions d'euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés lan prochain.

      Nigel Farage a été l'un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l'UE ne valait pas mieux qu'une "république bananière".

      Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

      http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

      Supprimer
  3. Nouvelles fausses, hystérie de masse et insanité induite


    Par Tyler Durden
    Dec 30, 2016 8:41 AM
    Soumis par Charles Hugh-Smith via le blog OfTwoMinds,


    Les «nouvelles fausses» sont que nous n'avons jamais été en meilleure santé, les coûts des soins de santé sont sous contrôle et notre économie a complètement «récupéré».

    Nous avons beaucoup entendu parler de «fausses nouvelles» de ceux dont les récits principaux sont menacés par d'autres sources et analyses. Nous avons moins entendu parler des récits de maître menacés: la fomentation de l'hystérie de masse, qui transforme la population en un troupeau facilement manipulé et géré, et induit la folie, un récit à long terme basé sur le marketing qui fait que la population ignore l'auto -destructives conséquences de l'acceptation de la mode / idéologie / mentalité étant poussé comme «bon» et «normal».

    En termes de "nouvelles fausses", il est difficile de battre les médias traditionnels et les tentatives de ses manipulateurs pour faire exploser l'hystérie de masse par des allégations non fondées que les pirates russes travaillant pour Poutine ont privé Hillary de la présidence. La campagne pour déclencher l'hystérie de masse a été lancée avec une grande précision, libérant les forces de répétition sans fin (l'outil préféré du marchand) et les appels aux autorités de sécurité nationale: la CIA, le FBI et toutes les autres agences de sécurité supposent que la Russie " (Peu importe ce que cela signifie) les élections américaines.

    L'intention de la campagne était douloureusement évidente: en écartant les grands canons de l'autorité sans aucune preuve réelle, les concepteurs de la campagne espérait que le public supposerait automatiquement la revendication bizarre et bizarre doit être «vrai», même si aucune preuve n'a été présentée pour corroborer Cette revendication libre de tout fait et de répondre comme prévu, c'est-à-dire rejoindre volontairement un troupeau d'hystérie de masse en faveur de discréditer les résultats des élections américaines.

    Les «hackers» ont-ils changé les résultats électoraux émis par les machines à voter? Ont-ils «piraté» les totaux des élections? N'y aurait-il pas de preuves médicolégales révélatrices d'une telle manipulation? Comment autrement les «pirates» pourraient-ils changer l'élection autrement qu'en modifiant les votes et les totaux des votes?

    Ou bien la campagne médiatique a-t-elle généré une hystérie de masse basée sur des affirmations vagues et sans fondement de «fausses nouvelles» inspirées de la Russie qui ont sapé les élections en questionnant la couverture biaisée des médias traditionnels de la campagne présidentielle?

    "Nouvelles fausses" est bien sûr l'aliment de base des produits de marketing qui finissent par tuer les consommateurs incohérents qui achètent le battage médiatique. L'exemple classique est l'industrie de la cigarette et du tabac, qui a publié des publicités pendant des décennies proclamant des absurdités telles que les bienfaits pour la santé du tabagisme (autre que de mourir d'une mort horrible et inutile), le fait que les médecins préféraient une marque de cigarette aux autres marques , etc.

    RépondreSupprimer
  4. L'industrie a connu des longueurs vraiment monumentales pour cacher les faits sur les conséquences destructrices du tabagisme auprès du public et agressivement attaqué toute preuve que le tabagisme était remarquablement malsain comme «non scientifique», c'est-à-dire battre la vérité avec The Big Lie.

    Qu'une forme de consommation qui a tué les consommateurs a été incontestablement accepté non seulement comme «normal», mais comme cool / hanche pendant des décennies illustre le pouvoir de maintien de la folie induite. L'hystérie de masse finit par disparaître, car elle surcharge le circuit émotionnel du public cible; Les humains deviennent bientôt désensibilisés aux déclencheurs utilisés pour générer l'hystérie de masse, et il prend des doses plus lourdes et plus lourdes de la propagande pour maintenir l'hystérie féconde hérissée de troupeau.

    Finalement, la population s'habitue au stimulus et devient épuisée par l'hystérie.

    La folie induite n'est pas un état émotionnel - c'est un état d'esprit et un état de perception qui filtre et interprète les intrants pour produire la sortie désirée - une acceptation de la folie comme «normale» et «bonne». "

    Par exemple, manger des montagnes de nourriture qui «goûte bon» est positif et normal. Peu importe que nous mangeons / nous consumons jusqu'à la mort:

    - voir graphique sur site -

    Ou que nos coûts médicaux sont si hors de contrôle qu'ils sont la faillite des ménages, les entreprises et, éventuellement, toute l'économie:

    - voir graphique sur site -

    Ou qu'une grande partie de l'argent est dépensée pour brouiller la paperasserie / les réclamations et les demandes reconventionnelles, en respectant des milliers de pages de règlements et de traiter la fraude systémique notre système invite et récompense:

    - voir graphique sur site -

    La folie induite ne se limite pas à décrire notre acceptation de la mauvaise santé et d'un système de santé condamné; Il décrit également notre acceptation aveugle d'une économie qui étrangle les petites entreprises:

    Les «nouvelles fausses» sont que nous n'avons jamais été en meilleure santé, les coûts des soins de santé sont sous contrôle et notre économie a complètement «récupéré». Ces campagnes soutenues de «nouvelles fausses» sont destinées à ne pas induire l'hystérie, mais à une acceptation durable de ce qui est visiblement destructeur et fou.

    Alimentation pour la pensée que nous entrons 2017. Toujours commencer chaque enquête avec une simple question: cui bono - au profit de qui ?

    http://www.zerohedge.com/news/2016-12-30/fake-news-mass-hysteria-and-induced-insanity

    RépondreSupprimer
  5. «Nous vous surveillerons» : le site du Club Bilderberg piraté par HackBack et Anonymous


    30 déc. 2016, 21:24


    Des pirates informatiques ont hacké le site de l'organisation, remplaçant sa page d'accueil par un avertissement qui spécifie que les élites atlantistes ont un an pour travailler pour le bien de l'humanité, sans quoi leurs avoirs seront menacés.

    «Chers membres du Bilderberg, dès maintenant, chacun d’entre vous à un an (365 jours) pour travailler réellement en faveur des humains et non de vos intérêts privés», ont écrit les hackers, qui disent agir au nom des mouvement activistes HackBack et Anonymous, contre l'élite des «1%».

    «Sinon, nous vous trouverons et nous vous piraterons», ont-ils mis en garde, dans un message qui remplace la page d’accueil du site bilderbergmeetings.org.

    «Faites attention à la situation actuelle : Nous contrôlons vos voitures chères et connectées, nous contrôlons les dispositifs connectés de vos maisons, nous contrôlons l’ordinateur portable de votre fille, nous contrôlons le portable de votre femme. Nous enregistrons vos rencontres secrètes, nous lisons vos e-mails, nous contrôlons la smartwatch de votre escort girl préférée, nous sommes dans vos banques chéries et nous contemplons vos avoirs. Vous ne serez plus jamais en sécurité, tant que vous êtes près de l’électricité», peut-on lire sur la page.

    Le Club Bilderberg est un groupe de hauts responsables américains et européens issus de la politique, de l'industrie, de la finance ou encore des médias, qui se rassemble chaque année depuis 1954. Leurs rencontres sont fermées au public et la presse n'y a pas accès.

    La conférence la plus récente du club a eu lieu à Dresde en Allemagne, en juin 2016.

    Une note à la fin du communiqué des hackers mentionne Phineas Fisher comme étant «le plus grand humain vivant». Se présentant comme un hacktiviste, ce dernier a notamment revendiqué le piratage de la firme de surveillance anglo-allemande Gamma International en 2014.

    Il assure aussi être derrière le piratage de 300 000 emails du parti AKP, au pouvoir en Turquie, qui avaient été publiés par l'organisation WikiLeaks en juin 2016.

    https://francais.rt.com/international/31564-nous-vous-surveillerons-site-bilderberg-hacke

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi il ne suffit pas d'être riche pour être forcément intelligent !

      Supprimer
  6. Trump et d'autres saluent la décision «mûre» de Poutine de ne pas répondre aux sanctions américaines


    30 déc. 2016, 21:29


    Après la décision de Vladimir Poutine de ne pas expulser de diplomates américains de Russie en réponse à la mesure prise par Washington, les réactions ont afflué sur les réseaux sociaux, même si les politiques français manquaient à l’appel.

    Habitué du clavier, le président élu américain Donald Trump a salué sur Twitter la décision de Vladimir Poutine de ne pas mettre en place de sanctions symétriques contre les Etats-Unis, qui ont eux décidé de faire expulser 35 diplomates russes du sol américain le 29 décembre.

    «Bien joué (de la part de V. Poutine) sur le report – J'ai toujours su qu'il était très intelligent !», a tweeté celui qui prendra ses fonctions le 20 janvier aux Etats-Unis.

    L’ancien leader du parti souverainiste britannique UKIP et figure de la campagne pour le Brexit Nigel Farage a lui aussi salué la décision de Vladimir Poutine, tweetant : «Ravi de voir une réponse mûre de Poutine. La présidence de Donald Trump n’arrivera jamais assez tôt.»

    Du côté de la France, les hommes politiques, peut-être en vacances, n’ont pas été nombreux à réagir sur Twitter, même si d’autres personnalités ne s'en sont pas privées.

    «Poutine joue aux échecs tandis que Obama et Hollande en sont restés à la belote», a ainsi estimé l’écrivain André Bercoff.

    L’essayiste et ancien ministre de l’Education nationale Luc Ferry a pour sa part tweeté : «Décidément cet homme est plus malin, plus efficace et plus responsable qu'Obama.»

    Des journalistes se sont également exprimés sur le sujet, l'un ironisant sur la réaction calme de Vladimir Poutine.

    Un autre a remarqué que le président américain avait été pris à revers, alors que son confrère évoquait la grandeur d'âme du dirigeant russe.

    Le 30 décembre, Vladimir Poutine a rejeté la proposition de son ministère des Affaires étrangères d’expulser 35 diplomates américains en réponse à une décision similaire prise la veille par Washington. Le président américain avait indiqué que sa décision se voulait une réponse au harcèlement agressif du gouvernement russe et aux cyber-opérations dirigées sur les élections américaines», des accusations que Moscou conteste avec force.

    Le chef de l’Etat russe a indiqué de son côté vouloir restaurer «les relations américano-russes en se basant sur les politiques que l’administration du président élu Donald Trump allait adopter».

    Lire aussi : Poutine : la Russie n’expulsera personne en riposte aux sanctions américaines

    https://francais.rt.com/international/31565-trump-et-autres-saluent-decision-mure-poutine-repondre-sanctions-americaines

    RépondreSupprimer
  7. L'infâme "Bikini Cop" de Suède s'arrête dans une crise croissante de la police


    Par Tyler Durden
    Dec 30, 2016 11:00 PM


    En août, Mikaela Kellner est devenue l'officier de police suédois le plus célèbre lorsqu'elle a pris une courte pause de bronzage dans le parc pour s'attaquer et arrêter un pickpocket. Photos de l'événement est rapidement devenu célèbre à l'échelle internationale et a failli briser l'Internet.

    Maintenant, après 11 ans de service, le célèbre officier a décidé de remettre son badge pour protester contre la réorganisation récente de son ministère qui, selon Kellner, a entraîné un traitement injustifié du personnel. Par Sputnik:

    "La principale raison est que je ne me suis pas senti à l'aise avec la récente réorganisation [de la police]. Je ne pense pas que le personnel soit traité équitablement, comme ils le devraient."

    Bien que Kellner ne l'ait pas mentionné, la police suédoise a récemment été victime de sous-effectifs et d'une montée rapide de crimes violents qui semblaient correspondre à l'arrivée de milliers de migrants du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Le niveau de violence dans certaines zones a atteint un niveau tel que la police a abandonné les efforts pour contrôler les rues, aboutissant à la création de 55 «zones d'exclusion» (ce que nous avons discuté plus en détail ici: «La Suède crée 55« No-Go Zones "comme il perd le contrôle de la crise des réfugiés").

    Dans l'ensemble, la police suédoise a été en proie à une grave pénurie de main-d'œuvre, à un sous-paiement et à une faible détection de la criminalité - malgré l'allocation de milliards de couronnes supplémentaires dans la sauvegarde. Un rapport publié plus tôt cette année a suggéré que près de 80 pour cent des policiers suédois envisagent de poursuivre une carrière différente en raison du danger qu'ils courent sur le terrain. Ces derniers mois, la Suède a été en proie à la criminalité en montgolfière sous forme d'agressions sexuelles, de cambriolage, de meurtre, d'incendie volontaire et de violence envers la police dans les zones périurbaines endommagées.
     
    Une grande partie du crime est toutefois liée à des banlieues particulières dans les communautés urbaines peuplées de migrants, où la police s'aventure rarement à l'extérieur des commissariats de peur d'être attaqués par les sections locales - ce que les autorités suédoises répugnent à admettre. À la lumière de la pratique suédoise visant à dissimuler l'identité des auteurs, nombre d'entre eux suggèrent que les autorités et la police conspirent pour dissimuler la criminalité migratoire pour blanchir la politique d'immigration du pays.

    Alors que nous détestons voir quelqu'un avec ses «talents» particuliers être poussé hors de la force, nous souhaitons à Mme Kellner la meilleure des chances avec sa carrière de formation personnelle.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-12-30/swedens-infamous-bikini-cop-quits-amid-growing-police-crisis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt bizarre que le sujet réel ne soit abordé qu'en fin d'article.

      (...) Une grande partie du crime est toutefois liée à des banlieues particulières dans les communautés urbaines peuplées de migrants, où la police s'aventure rarement à l'extérieur des commissariats de peur d'être attaqués par les sections locales - ce que les autorités suédoises répugnent à admettre. (...)

      Supprimer
  8. Pourquoi les politiciens sont à blâmer pour la plupart des attaques terroristes


    Par Tyler Durden
    Dec 30, 2016 9:00 PM
    Soumis par Patrick Coburn via Strategic-Culture.org,


    Les dirigeants politiques européens commettent la même erreur en réagissant au massacre à la foire de Noël de Berlin, où 12 sont morts, comme ils l'ont fait lors d'attentats terroristes précédents à Paris et à Bruxelles. Il y a une surexploitation des faiblesses des services de sécurité pour ne pas identifier et neutraliser le petit criminel tunisien, Anis Amri, comme la menace qu'il s'est avérée être. On se concentre trop peu sur la fin des guerres en Syrie et en Irak qui rendent ce type d'atrocité imparable.

    Au lendemain des assassinats, la visibilité d'Amri, tué par balles à Milan ce matin, comme une menace potentielle semble évidente de façon trompeuse, et la culpabilité de ceux qui ne voient pas cela semble plus flagrante qu'elle ne l'était réellement. Le nombre de suspects possibles - soupçonnés avant d'avoir fait quoi que ce soit - est trop grand pour les contrôler efficacement.

    Aucun politicien ou agent de sécurité qui souhaite conserver son emploi ne peut dire à un public effrayé et furieux qu'il est impossible de les défendre. Ceux qui sont en charge deviennent une cible facile pour les critiques qui exploitent opportunément le terrorisme pour blâmer l'incompétence du gouvernement ou exigent la punition communale des demandeurs d'asile, des immigrants ou des musulmans. En ces temps-là, les médias sont à son plus juste pire, fouetter l'hystérie et dépeindre des incidents horribles mais à petite échelle comme s'ils étaient des menaces existentielles. Cela a toujours été vrai, mais la couverture des informations 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, empirent les choses, car les journalistes manquent de choses à dire et perdent tout sentiment de proportion. Comme l'a dit le vieux journal américain: «si elle saigne, elle mène».

    Mais en réagissant de manière excessive, les gouvernements et les médias jouent dans les mains des terroristes qui veulent créer la peur et démontrer leur force, mais dont les plus grands gains viennent quand ils provoquent une réponse exagérée autodestructrice. Le 11 septembre a été l'attaque terroriste la plus réussie de l'histoire, non seulement parce qu'elle a détruit les tours jumelles, mais parce qu'elle a attiré l'administration Bush à envahir l'Afghanistan et l'Irak. Par la suite, Guantanamo, Abu Ghraib, les restitutions, la torture et les «assassinats ciblés» (autrement connus sous le nom de campagnes d'assassinat), tous justifiés par le 11 septembre, ont servi de sergents de recrutement pour les organisations de type al-Qaïda.

    La guerre contre le terrorisme a échoué de façon plus démonstrative que la plupart des guerres: al-Qaida comptait des centaines en 2001, mais aujourd'hui, avec Isis, elle compte des dizaines de milliers de combattants et de partisans répartis dans des dizaines de pays.

    RépondreSupprimer
  9. Les dirigeants politiques ne sont pas irréprochables, mais ils ont tendance à être blâmé pour la mauvaise chose. Contrairement à parler de «loup solitaire» terrorisme, la plupart des gens comme Amri se révèlent avoir eu des liens sympathiques ou de soutien. Dans son cas, les responsables américains disent qu'il avait communiqué avec Isis et était en contact avec un prédicateur salafiste. Il aurait eu besoin de peu plus d'inspiration et d'encouragement, car conduire un camion dans une foule de personnes célébrant Noël ne nécessite aucune expertise particulière.

    Isis reste cruciale pour la vague actuelle d'attentats terroristes en Europe car elle fournit une motivation et une justification idéologiques et peut, comme à Paris et à Bruxelles, contrôler et soutenir une cellule terroriste. Tant qu'il y a une Isis de facto bien organisée capable de fournir ces choses, le terrorisme ne peut être vaincu; Il y aura toujours une «rupture de la sécurité» à exploiter.

    L'existence continue d'un tel état est la preuve de l'échec des dirigeants américains et européens. C'est eux qui ont créé les conditions originales pour la montée d'Isis en envahissant l'Irak en 2003. Ils ont permis à la Syrie d'être déchirée par la guerre civile après 2011 et ont cru que l'anarchie conséquente pourrait être confinée à l'Irak et à la Syrie. Ce n'est qu'en 2014 et 2015 - après la création d'Isis, le flot de migrants fuyant l'Europe centrale et les attentats terroristes en France et en Belgique - que les politiciens et les fonctionnaires ont vraiment pris en compte le danger potentiel.

    Pourtant, deux ans et demi après sa première déclaration, Isis est toujours en affaires. Quelque 2 885 Irakiens ont été tués en novembre seulement, la plupart d'entre eux à la suite de combats entre Isis et les forces de sécurité irakiennes. Au cours du dernier mois, l'attention internationale a été portée sur la chute de l'est d'Alep et trop peu d'attention est donnée au fait qu'Isis a tenu son propre à Mossoul et a repris Palmyra en Syrie.

    Il y a une dangereuse déconnexion dans les esprits des gouvernements et des organisations de presse entre ce qui se passe dans la guerre en Irak et en Syrie et les conséquences à long terme que cela a dans les rues de l'Europe. Lorsque les forces armées irakiennes et leurs alliés kurdes ont commencé le 17 octobre leur avance sur Mossoul, de loin le plus grand centre urbain détenu par l'un des groupes salafi-jihadistes, on croyait généralement qu'Isis allait être vaincue dans son dernier repaire.

    Ce n'est pas arrivé. Les unités d'élite des forces armées irakiennes, notamment les 10 000 «Golden Division», ont subi jusqu'à 50% de pertes. Ils sont mis à terre par des tactiques habiles dans l'est de Mossoul, où les unités Isis mobiles changent rapidement leurs positions dans les zones bâties en utilisant des trous coupés dans les murs des maisons et un réseau de tunnels. Ils évitent les positions fixes permanentes où ils peuvent être localisés et ciblés par l'artillerie et la coalition aérienne dirigée par les États-Unis. Ils embuscèrent les forces militaires irakiennes dans leurs véhicules alors qu'ils traversaient des rues étroites. Selon l'ONU, près de 2 000 membres des forces de sécurité irakiennes, y compris des unités paramilitaires chiites et des unités kurdes de Peshmerga, ont été tués en novembre seulement.

    RépondreSupprimer
  10. L'offensive est en grande partie bloquée et n'a pas encore atteint la partie principale de la ville de Mosul sur la rive ouest du fleuve Tigre. Les districts de l'est de Mossoul capturés il ya des semaines doivent être capturés à nouveau. L'attaque principale des forces gouvernementales irakiennes contre Mossoul devait venir du sud, mais ce front n'a pas bougé pendant six semaines. Isis est même signalé avoir envoyé 500 combattants de Mossoul à travers le désert pour reprendre Palmyra, dans le premier gain territorial important par Isis pendant 18 mois.

    Ce n'est pas une organisation qui sort rapidement des affaires, voire du tout. L'échec de Jabhat al-Nusra, d'Ahrar al-Sham et d'autres groupes insurgés à défendre Aleppo est plus résolument et avec succès conduira probablement à une hémorragie des combattants les plus expérimentés et les plus difficiles à Isis. Il aura l'avantage d'être moins dépendant que les autres groupes rebelles du soutien extérieur de la Turquie, de l'Arabie saoudite et du Qatar qui sont proches d'accepter la défaite en Syrie. Cela ne peut pas sauver Isis à long terme en raison du nombre de ses ennemis, mais il a montré une fois de plus qu'il est plus résilient que le Pentagone avait supposé.

    Il ya des conséquences graves ici pour l'Europe: Isis peut continuer pendant des années avec les attaques terroristes de bas niveau comme celle qui vient de se passer à Berlin. Il n'a pas à faire beaucoup par exhortation ou aide matérielle pour y parvenir. Quand un incident terroriste a lieu, il est capable de changer l'agenda politique dans un pays aussi grand que l'Allemagne. Isis le sait et, pendant qu'il existe, le terrorisme ne s'arrêtera pas.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-12-30/why-politicians-are-blame-most-terrorist-attacks

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) La guerre contre le terrorisme a échoué de façon plus démonstrative que la plupart des guerres: al-Qaida comptait des centaines en 2001, mais aujourd'hui, avec Isis, elle compte des dizaines de milliers de combattants et de partisans répartis dans des dizaines de pays. (...)

      Évidemment dès lors qu'ils sont armés et payés par les gouvernements...

      Supprimer