- ENTREE de SECOURS -



mercredi 23 novembre 2016

Pratiques de messagerie sécurisée : comment empêcher votre ordinateur de devenir un zombie

Arnaud Lefebvre
 23 novembre 2016


Est-ce que votre ordinateur se comporte étrangement ces derniers temps ? Fonctionne-t-il plus lentement que d’habitude ? Des messages d’erreurs infondés vous parviennent-ils de manière aléatoire ? Est-ce que le ventilateur tourne en surrégime alors que votre appareil est censé être inactif ? Nous ne voulons pas vous alarmer, mais il se pourrait que votre machine ait été transformée en zombie.
Voilà pourquoi des pratiques de messagerie sécurisée vous seront d’une aide précieuse pour vous protéger.

« Zombie » est la terminologie employée lorsque quelqu’un prend le contrôle de votre ordinateur  à votre insu. Ce zombie peut soit voler vos données, soit faire en sorte que votre ordinateur réalise des actions qu’il ne ferait pas en temps normal.  Un zombie peut également servir à envoyer du contenu spam ou courriel indésirable ou encore dérober vos données sensibles ainsi qu’attaquer d’autres ordinateurs.

Zombies

Une machine ou ordinateur zombie est semblable à un cheval de Troie conventionnel (un mauvais code enveloppé dans un code au comportement normal). Mais au lieu de se contenter d’installer un Keylogger (enregistreur de frappe) et de voler vos données personnelles, un zombie travaille avec d’autres zombies. Les zombies forment alors que l’on appelle un botnet ou armée de zombies.

Le terme botnet est issu de la contraction en anglais des mots « robot » (bot) et « réseau » (net). Les botnets sont de vastes réseaux d’ordinateurs contrôlés et formatés dans le but de réaliser un tas de choses telles que :


  • - S’attaquer à d’autres ordinateurs (via par exemple des attaques par déni de service – DDoS)
  • - Envoyer des courriers électroniques indésirables (spam) ou de phishing (hameçonnage)
  • - S’adonner à de la fraude publicitaire
  • Et bien d’autres actes malveillants encore…

Toutes ces actions peuvent avoir lieu sans que vous n’en ayez la moindre idée. Un simple plugin d’actualisation du navigateur sur lequel vous ne cliquez pas ou un lien que vous suivez sans savoir où il vous dirige, suffisent à cela. En cette époque d’agitation effrénée et de courte durée d’attention, les cybercriminels ont toutes les chances en leur faveur. Maintenant, imaginez ce qu’une armée de millions d’ordinateurs est en mesure de réaliser à travers des attaques coordonnées.

Des pratiques de de messagerie sécurisée peuvent vous éviter d’aboutir à de fâcheuses conséquences

Les emails constituent le vecteur principal de la propagation de logiciels malveillants (malware). Par exemple, Locky, un ransomware récent a été diffusé via courrier électronique auprès d’un million d’internautes. En outre, les cybercriminels utilisent maintenant le potentiel du chiffrement afin de contourner les logiciels de détection de virus et de spams conventionnels, ce qui rend les malwares pratiquement indétectables.

Adopter des pratiques de messagerie sécurisée réduira les chances de voir votre ordinateur transformé en zombie.

Ne cliquez sur aucun lien suspect si vous n’êtes pas certain ou ne savez pas où il vous mènera, peu importe s’il s’agit de liens reçus de parents, amis ou contacts des réseaux sociaux. Leurs comptes peuvent avoir été piratés. Mieux vaut être patient et les interroger à ce sujet que se précipiter en cliquant sur le lien.

Ne téléchargez aucun fichier attaché dont vous n’avez jamais fait la demande.

Evitez d’ouvrir les messages spam et n’ouvrez surtout pas sur des liens du genre « Cliquez ici pour vous désinscrire » car pour la plupart, ils feront tout le contraire (exécuter un logiciel malveillant).

Faites attention aux plugins de navigateur/add-on ou autres applications douteuses et évitez de leur fournir des autorisations inutiles.

N’utilisez pas des copies piratées, craquées ou illégales de programmes, téléchargez uniquement ces derniers de sources de confiance.

Soyez très vigilant lorsque vous ouvrez du contenu provenant d’emails chiffrés, le chiffrement pourrait avoir été utilisé afin de cacher des programmes malveillants.

Rappelez-vous : il n’existe aucun mécanisme de prévention, la clé est la prudence.  Vous souhaitez protéger votre vie privée ?  Découvrez la messagerie chiffrée mailfence.

https://fr.express.live/2016/11/23/pratiques-de-messagerie-securisee-empecher-ordinateur-de-devenir-zombie/

25 commentaires:

  1. La 'NSA' connaît l'activité de tout le monde de la communication y compris celle des pirates puisqu'elle est elle-même une hors-la-loi élue par des bandits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

      By lejournaldusiecle
      14 février 2013

      Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d'euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l'euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

      C'est le Daily Telegraph qui a révélé l'information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d'une campagne sans précédent de réorientation de l'opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

      Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l'opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d'attirer l'attention médiatique et publique.

      Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d'y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s'agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

      Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu'expriment de plus en plus d'Européens, à savoir que "l'Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d'Europe", et non pas "moins d'Europe".

      Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l'euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu'est l'UE, dixit Barroso.

      En pleine crise économique, et alors que l'austérité est imposée aux États, l'UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu'une augmentation de près de 2 millions d'euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés lan prochain.

      Nigel Farage a été l'un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l'UE ne valait pas mieux qu'une "république bananière".

      Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

      http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

      Supprimer
  2. Main levée vers la dérive totalitaire


    Russia Today
    mer., 23 nov. 2016 18:04 UTC
    Étonne par la récente résolution du Parlement européen appelant à « contrer la propagande russe », l'eurodéputé français du Rassemblement bleu Marine, Jean-Luc Schaffhauser, dénonce la « dérive totalitaire des institutions européennes ».
    ».


    © Vincent Kessler / Reuters
    Le Parlement européen
    Les eurodéputés se sont exprimés le 23 novembre en faveur d'une résolution appelant les pays de l'Union à « répondre à la guerre de l'information menée par la Russie et les terroristes islamistes avec des messages plus positifs, de la sensibilisation et de l'éducation grâce à des textes informatifs.

    304 députés ont soutenu la résolution, 179 ont voté contre, alors que 208 se sont abstenus.

    RT France : Le texte de la résolution réclame l'augmentation du financement de projets de contrepropagande. A quel point ces mesures sont-elles justifiées ?

    Jean-Luc Schaffhauser (J.-L. S.) : Je suis étonné par la dérive totalitaire des institutions européennes. Nous pourrions nous interroger sur la propagande d'autrefois, puisque le système a changé vu la nouvelle donne électorale avec le président élu. Nous pourrions nous interroger sur la persistance de la propagande américaine, puisque nous constatons qu'il y a un vrai changement dans ce pays, que le peuple a parlé et qu'il a parlé dans le bon sens et voilà qu'on se préoccupe de la propagande russe. Mais en fin de compte, surtout au sein de cette enceinte du Parlement, il n'y a pas de propagande russe. Il y a simplement un nombre de personnes qui rappellent la réalité et la réalité n'est pas admise par ce Parlement.

    Mais vous savez, c'est comme la réalité que représentait Donald Trump aux Etats-Unis : elle n'était pas acceptée par l'intelligentsia, la nomenclatura, la super-élite, qui prétend mettre à son actif la démocratie uniquement quand elle va dans le bon sens - parce qu'on n'est pas démocratique, même quand le peuple s'est exprimé, s'il ne suit pas le bon sens de cette nomenclatura - et veut mettre à profit toutes les institutions au service de sa seule propagande.
    Il n'y a même pas de possibilité de dire la vérité : dès lors que vous dites la vérité, vous faites de la propagande. Nous sommes certainement dans un système de type totalitaire.
    RT France : La comparaison entre l'opposition aux médias russes et la lutte contre le terrorisme international, y compris Daesh, est-elle vraiment justifiée ?

    J.-L. S. : Quand on arrive au point de ridicule, en mettant dans le même rapport la menace de Daesh et la menace russe, c'est qu'on a vraiment perdu le bon sens. Nous ne savons pas s'il faut en rire ou en pleurer... Heureusement qu'on a les médias russes, qu'on a beaucoup de médias qui sont contre la propagande officielle en Europe dans nos établissements, au sein du Parlement, où on refuse de voir l'évidence et la vérité. Heureusement qu'il y a des médias qui sont indépendants ou qui donnent un autre son de cloche. Heureusement parce qu'il y va de notre démocratie, c'est bien elle qui les embête d'ailleurs.

    RT France : La résolution appelle les pays de l'UE à coopérer avec l'OTAN pour faire barrage à la propagande russe. L'opposition à des médias, nécessite-t-elle vraiment la coopération avec un bloc militaire ?

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  3. J.-L. S. : En ce qui concerne cette alliance avec l'OTAN, le problème est le suivant : j'ai écouté son secrétaire général à Bruxelles vendredi dernier, le 18 novembre. Je lui ai posé la question : « Monsieur le secrétaire général, les Etats-Unis changent leur logiciel, mais vous ne changez pas le vôtre ! L'OTAN est-il encore un instrument au service de la paix ou est-il un instrument au service de votre propagande, d'une «élite» mondialisée, au service d'intérêts financiers et d'une oligarchie qui n'est pas populaire, qui n'a pas le soutien des peuples ? »

    Aujourd'hui nous sommes en décalage complet par rapport au rapport d'Anna Fotyga qui malheureusement sera suivi par ce Parlement. En cela, on montre une fois de plus que le Parlement est inapte à la démocratie qu'il veut pourtant représenter.

    RT France : Les auteurs de la résolution affirment que le gouvernement russe « utilise avec acharnement une large gamme de moyens et d'arguments» dans le but de faire s'écrouler l'UE. D'où viennent ces thèses ?

    J.-L. S. :
    L'Union européenne est en train de s'écrouler sous ses propres contradictions.
    Elle parle de démocratie, mais en 2005 nous avons rejeté le traité constitutionnel. Voilà qu'on le représente différemment et contre la volonté des peuples, au Pays-bas et en Irlande notamment. Il faut voter jusqu'à ce qu'on soit sûr que le peuple a bien voté. Nous sommes dans une caricature de démocratie. Et quand la vérité revient et qu'on ne veut pas remettre en question l'idéologie officielle. Il faut qu'il y ait un ennemi responsable de cette situation.

    RT France : Le projet de résolution appelle à ce que les pays de l'Union européenne soumettent « des initiatives juridiques concrètes » pour avoir plus de responsabilité dans la résolution du « problème de désinformation et de propagande ».

    J.-L. S. : Absolument, vous l'avez dit. Vous avez le droit de penser ce que nous pensons, nous, l'élite européïste.

    Nous devrions mettre en comparaison les moyens qu'ont les médias principaux et les moyens qu'ont les médias marginaux et qui tentent, malgré tout, à donner la vérité. Et vous verriez que le rapport est de 1 à 20, peut-être même de 1 à 100... Mais heureusement qu'il y a ces voix divergentes. Il y va de la véritable démocratie, des véritables droits de l'homme et des capacités qu'ont les peuples maintenant de se rebeller contre les institutions qui sont contre la démocratie, les droits de l'homme et le droit à l'information. C'est la base même de la démocratie.

    RT France : Ce document a-t-il des chances d'être appliqué dans la pratique ?

    J.-L. S. : Non. Je pense que si on rentrait dans un système aussi totalitaire que le voudrait le rapport Fotyga, cela ne ferait que jeter encore plus de discrédit sur l'institution européenne. Nous allons vers une rupture avec ces institutions. Et ce ne sont pas les propagandes, mais les peuples qui le veulent.

    Commentaire : Les eurodéputés ont levé la main sans demander l'avis aux citoyens, sans consulter. Ils ont décidé pour nous. C'est bien, ça. Bientôt, si nous ne prenons garde, ils vont décider jusqu'à la couleur de nos cheveux. Alors ... prenons garde.

    Lire aussi :
    La Censure pour contrer les médias russes fait son apparition en Europe

    https://fr.sott.net/article/29472-Main-levee-vers-la-derive-totalitaire

    RépondreSupprimer
  4. L'Empire contre-attaque : contre la victoire de Trump, Soros et ses alliés se rebiffent


    OJIM
    mar., 22 nov. 2016 22:00 UTCCarte


    Une campagne s'orchestre depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis dont le but est de vendre au public l'idée de son remplacement. Un changement de régime en somme. À la manœuvre : George Soros, bien décidé à faire jouer tous ses réseaux. Dix jours après le choc, voyons où en est la contre-attaque.

    Invité par Fox News le 18 novembre, l'animateur radio Chris Plante a relevé que l'élection de Trump a été pour les médias « ce que le 11 septembre fut pour les services de renseignement. Une faillite éthique... leur catastrophe ! » Et de préciser : « C'était dans la poche, Hillary allait gagner, et elle a perdu... Leurs tours se sont effondrées... et, pour se raccrocher, ils préparent maintenant « leur invasion de l'Irak » ». Trump est ainsi devenu le « djihadiste » à abattre, coûte que coûte.

    Une stratégie payante

    Avec à peine 15% des moyens financiers d'Hillary Clinton, Trump a habilement et massivement gagné un maximum « historique » d'États et de Grands Électeurs. Il a géré sa campagne en concentrant ses forces sur les laissés-pour-compte du système. Comprenant les règles, il n'a pas fait campagne là où il était sûr de perdre : New York et la Californie, où Hillary a donc pu engranger des voix « inutiles » dans ces deux réservoirs de larges populations, ce qui lui a donné la majorité du vote « national » tout en perdant au collège électoral.

    La carte des résultats est frappante, surtout lorsque celle-ci détaille chaque circonscription électorale (les « comtés » intra états) : hormis les grandes villes de la côte ouest et la métropole newyorkaise, le territoire est totalement peint en rouge (couleur des républicains). Il en va de même pour la représentation aux assemblées législatives locales, tout comme pour les postes de gouverneurs des États : seuls cinq États sur cinquante accordent à la fois le contrôle de l'exécutif et du législatif aux démocrates. La revanche de l'empire continental sur l'empire maritime, en somme.

    Soros, lui aussi, a vu rouge, ce que souligne Politico. Le philanthrope, avec sa puissante Democracy Alliance, a organisé une rencontre le dimanche 13 novembre à l'hôtel Mandarin, à Washington, avec les principaux donateurs démocrates et plusieurs élus, dont la californienne Nancy Pelosi, leader des démocrates de la Chambre, accompagnée de la sénatrice Elizabeth Warren. Selon Politico, il s'agit de s'organiser pour « reprendre le pouvoir », et de compliquer le déroulement des premiers cent jours de Trump.

    Contre-attaque du système

    En attendant, un « Maïdan américain » rampant a été lancé au lendemain de l'élection. Il s'est d'abord centré sur le thème de la catastrophe qui serait enclenchée par le nouveau cycle trumpien :
    Manifestations « spontanées » quotidiennes, coordonnées par moveon.org et autres fondations, relayées en continu par les médias, qui assènent un message sombre : le peuple est très inquiet.
    Multiples reportages sur l'inquiétude des jeunes, et les politiques de soutien psychologique post deuil électoral.
    Multiples interviews télévisés de psychologues patentés pour aider les adultes à affronter le trauma d'une vie sans Hillary.
    Et pour cause : avec un Trump hostile à la science, survient l'aube d'un Nouvel Âge des Ténèbres : la planète va cuire, les jeunes vont mourir à la fleur de l'âge et affamés (The prospect of a new Dark Age - The Atlantic, November 15, 2016).

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  5. En parallèle, on dénonce le réveil des forces du mal :
    On oublie de rapporter les agressions trumpophobes, certaines très violentes, contre tout faciès susceptible d'évoquer un soutien à Trump.
    Mais on publie et montre larga manu une soudaine invasion de graffitis racistes en quête d'auteurs.
    Surtout on organise une veille téléphonique et sur médias sociaux pour suivre « les très nombreuses agressions racistes et islamophobes au lendemain de la victoire de Trump », les journaux photographiant des murs de post-it qui couvrent leurs salles de rédaction afin que télévisions et les politiciens relaient... même quand les plaignants se récusent.
    Vient alors le temps de montrer que Trump n'est pas légitime.

    Un procès en légitimité

    Il est ainsi bruyamment rappelé que seule Clinton a gagné le vote national, avec 1,5 million de voix d'avance sur Trump. Il faut donc respecter la démocratie.

    -- Commentaire : Il est très fortement probable que cette affirmation soit d'ailleurs de la propagande pour sauver la face. --

    Une volteface intéressante : en mars dernier, le Washington Post (Derek T. Muller, The electoral college could still stop Trump, even if he wins the popular vote), craignant un succès de Trump, se réjouissait de l'existence du système de collège électoral, qui offrait la possibilité de l'éliminer, quand bien même ce dernier gagnerait le vote populaire. L'article précisait, citant Hamilton, que les fondateurs avaient craint que le peuple puisse prendre des décisions « hâtives, radicalement viciées, et sensibles à la tromperie [car manquant de] capacité de jugement ». D'où la prolifération de chroniques faisant appel aux grands électeurs afin qu'ils fassent basculer leur vote sur Clinton le 19 décembre 2016. Car il s'agirait en fait de « sécurité nationale ».

    Dans sa chronique du 18 novembre (The Hill: Electoral college, a call to duty), l'avocat Russ May argumente : « la création du collège électoral [...] signifiait de sereines délibérations, permettant de se prémunir contre toute interférence étrangère, tout candidat n'ayant pas le caractère, ou tout tyran charismatique et manipulateur » Or, avec Trump, « le résultat de l'élection est terni par une intrigue étrangère qui risque de détruire les fondations de la démocratie ». Et de citer la campagne de Wikileaks.

    Tempête dans un verre d'eau ?

    Un tel dossier d'instruction visant une action en Impeachment contre le Président Trump est certes plausible. Mais le problème actuel de Georges Soros est qu'Hillary a implosé depuis l'élection, lâchée implicitement par Obama dans deux discours, dont l'un prononcé à Berlin. Le parti démocrate est en reconstruction, tentant de revenir au programme travailliste que Trump lui a confisqué. Avec un terrible besoin de sang neuf.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer

  6. Quant à Trump, il semble nouer des alliances bipartisanes avec le soutien de républicains et démocrates « traditionnels » afin de mettre en place sa politique d'infrastructures, son programme de réductions d'impôts et sa nouvelle politique de commerce international. Prudent, il agit en stéréo : d'un côté il semble se doter d'un bouclier, avec un cabinet ministériel « technocratique » et rassurant, mais également d'un glaive, avec des conseillers présidentiels sans portefeuille et « controversés » qui devront veiller à l'application quotidienne de son programme électoral. En bref, ses « commissaires politiques », bien entendu très critiqués par la presse dominante.

    Mais la nouvelle campagne en cours dans les Grands Médias, confirmée par Obama lors de son voyage en Allemagne, est la suivante : les sites de « fausses informations » pullulent sur les médias sociaux. Ceci explique la victoire de Trump. Il est temps de gérer le problème. Mark Zuckerberg vient d'indiquer qu'il s'attelle au problème en « régulant » Facebook. Pourquoi pas un Ministère de la Vérité comme dans 1984 d'Orwell ? L'Ojim suivra évidemment avec attention ce dossier qui a une influence directe sur l'Europe dans les prochaines semaines.

    https://fr.sott.net/article/29474-L-Empire-contre-attaque-contre-la-victoire-de-Trump-Soros-et-ses-allies-se-rebiffent

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Si c'est bien la première fois qu'une élection démocratique est contestée c'est parce que cette fois les 'manifestants' (ceux qui jouaient dans 'les parents' à l'école Sandy Hock de Newton ? Ou l'unijambiste depuis la guerre en Irak filmé au marathon de Boston ? Hahahaha !) sont payés pour défiler avec des pancartes comme le sont les journalistes pour écrire des insanités !

      Supprimer
  7. Obama refuse de condamner les émeutiers anti-Trump


    Katie McHugh
    Breitbart
    ven., 18 nov. 2016 19:14 UTCCarte
    Traduction Sott


    Le président sortant Obama a refusé de condamner les manifestations perturbatrices qui se produisent à travers le pays contre le président nouvellement élu Donald Trump et les violentes attaques contre ses partisans.

    « Je ne conseillerais pas aux gens qui se sentent fortement ou sont concernés par les problèmes qui ont été soulevées au cours de la campagne, je ne leur conseillerais pas de rester silencieux » a-t-il dit jeudi.

    "J'ai été le sujet de protestations au cours de mon mandat de huit ans. Et je suspecte qui n'y a aucun président dans notre histoire qui n'a pas été le sujet de ces protestations." A-t-il ajouté.

    Les émeutiers à travers le pays ont cassé des fenêtres, vandalisé des voitures, mis le feu, brûlé des drapeaux américains, attaqué des officiers de police, coupé des autoroutes principales, saccagé des commerces, et plus encore après la victoire électorale décisive de Trump.

    Les manifestants anti Trump ont également violemment attaqué des Américains - certains dans ce qui apparaît être des attaques racistes - qui ont voté pour le président républicain nominé.

    L'activiste « anti intimidation » Shacara McLaurin aurait frappé un homme de 74 ans jusqu'à le faire tomber au sol après avoir crié « la vie des noirs compte » pendant une manifestation anti Trump qui s'est tenue à la tour Trump dans la ville de New York.

    Un supporter de Trump âgé de 21 ans prétend qu'une brute anti Trump l'a frappé à l'œil et au nez devant un bar du Massachusetts. L'assaillant l'aurait traité de raciste.

    Des activistes de gauche ont attaqué une femme noire sans domicile, Denise Scott, alors qu'elle veillait sur l'étoile de Trump le long du Walk of Fame (littéralement « Promenade de la célébrité ») de Hollywood et a avait des badges qu'elle supportait Trump, sur l'un deux on pouvait lire « 20 millions d'illégaux et des Américains dorment dans des tentes dans la rue. Votez Trump ».

    Un homme suspecté de trafic de drogue dans le Connecticut aurait frappé un homme portant un pin's de Trump.

    Une étudiante blanche d'une grande école a été battue par un autre élève qui l'a attaqué à son école de San Francisco, supposément après qu'il est dit « Tu supportes Trump. Tu hais les Mexicains. »

    Une foule a ciblé, battu, volé, et presque assassiné David Chicago Wilcox après avoir cogné sa voiture, en le traitant de « garçon blanc partisan de Trump », a-t-il dit.

    Le fils des immigrants légaux et le partisan hispanique de Trump Feras Jabro est également devenu la cible d'une attaque de « La Vie des Noirs Compte » en Californie, soi-disant pour avoir porté un chapeau Trump.

    -- Commentaire : Obama de condamner les émeutes par ce que ce sont en fait des mesures approuvées par l'état pour fomenter des troubles et des divisions sociales. --

    https://fr.sott.net/article/29473-Obama-refuse-de-condamner-les-emeutiers-anti-Trump

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme l'ont été et le sont encore les 'cops' qui tuent des innocents qui osent lever les mains en l'air pour montrer qu'ils n'ont pas d'arme.

      Supprimer
  8. Que faire si le gouvernement ne vaut pas la peine de remercier ?


    Judge Andrew P. Napolitano.
    Le 24 nov 2016


    Que se passe-t-il si le jour de Thanksgiving il y a plus à craindre sur ce qu'il y a à être reconnaissants pour ? Et si notre saison politique de l'enfer n'est pas terminée, mais simplement transformée ? Que se passe-t-il si la saison électorale par laquelle nous avons tous souffert est un signe de choses à venir ?

    Et si l'élection était décidée non pas sur des questions, mais sur les émotions ? Et si la plupart des gens qui ont voté pour le président ont choisi le candidat qu'ils détestaient le moins ? Que se passerait-il si les gens parlaient davantage de bandes vidéo, de courriels, de comportements privés et de tromperies publiques que sur les questions soulevées par la Constitution ? Et si les bandes vidéo et les courriels suscitaient des sentiments de dégoût qui ont motivé des millions d'électeurs à faire des choix ? Que faire si ces choix émotionnels les ont conduits à Donald Trump sur Hillary Clinton ?

    Que se passe-t-il si, sur les questions qui se posent dans le cadre de la Constitution, Clinton et Trump ont une croyance commune à leur cœur - que le gouvernement devrait se développer pour répondre aux besoins des politiciens qui l'dirigent peut identifier ?

    Et si ni Clinton ni Trump ne se méfiaient du gouvernement ? Et si, au lieu de cela, ils ont montré une volonté de l'embrasser ? Qu'arriverait-il s'il y avait peu ou pas de discours pendant la campagne de liberté personnelle dans une société libre ? Qu'arriverait-il s'il y avait peu ou pas de discussions pendant la campagne sur la façon dont le gouvernement fédéral devrait rester dans les limites de la Constitution ? Qu'arriverait-il si aucun des deux candidats ne parlait pendant la campagne de la Constitution elle-même et les valeurs qui la sous-tendent et sa reconnaissance sans ambiguïté des droits naturels ?

    Et si l'injection publique du FBI dans le processus politique pendant le sommet de la campagne présidentielle était sans précédent ou justification légale ? Qu'arrivera-t-il si elle était expressément interdite par une pratique fédérale de longue date ? Que se passe-t-il si le ministère de la Justice était déterminé à exonérer Clinton quelle que soit la preuve d'une activité criminelle de sa part a été découvert par le FBI ?

    Que se passe-t-il si le non-sens du FBI sur les courriels de Clinton sur l'ordinateur portable d'Anthony Weiner était juste que - absurde visant à assurer une défaite électorale de Clinton en échange de son exonération légale ? Et si c'est un compromis que le FBI n'a pas d'offre d'affaires et aucun droit légitime de faire ?

    Que se passerait-il si l'objectif de la Constitution était d'établir le gouvernement fédéral et, en même temps, de le limiter ? Que faire si la Constitution affirme affirmativement que les pouvoirs que les États ne délèguent pas au gouvernement fédéral sont conservés par eux ? Et si ce point de vue est étranger au président élu Trump ? Qu'arrive-t-il s'il croit que le gouvernement fédéral peut corriger ce qui est mauvais, réglementer tout comportement et taxer tout événement, quelle que soit la Constitution ?

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  9. Et si le candidat Trump a appelé Obamacare la pire expérience politique et l'assaut sur les soins de santé dans l'histoire américaine ? Que se passe-t-il si le noyau d'Obamacare est le mandat individuel (qui oblige tous les Américains à avoir une assurance maladie), le mandat des conditions préexistantes (qui oblige les assureurs à assurer les non-assurables contre tous les principes du libre marché) Oblige les assureurs à assurer l'assurance des enfants des parents assurés jusqu'à ce que les enfants atteignent l'âge de 26 ans) ?

    Qu'arrivera-t-il si ces trois mandats ont contribué à l'augmentation du coût de l'assurance maladie et à la diminution de la disponibilité des services de professionnels de la santé ? Que se passe-t-il si le président élu Trump appuie maintenant ces trois mandats, contre lesquels il a critiqué de façon agressive et vocifère quand il était candidat ?

    Que se passe-t-il s'il appuie le droit revendiqué par le président Barack Obama d'utiliser des drones pour tuer des Américains qui n'ont pas été accusés ou reconnus coupables d'un crime lorsqu'ils sont à l'étranger ? Que se passe-t-il si Trump croit qu'il peut légalement torturer les Américains, non pas comme une punition pour la commission d'un crime mais pour en extraire des informations ? Et s'il croit qu'il peut tuer les conjoints innocents et les enfants de ces étrangers qui nuisent aux intérêts américains ? Que se passe-t-il si la torture à des fins quelconques et le fait de cibler sciemment des innocents pour la mort sont des crimes de guerre et que le président n'est pas à l'abri d'être poursuivi pour eux ? Que se passe-t-il si Trump, comme Obama avant lui, croit qu'il peut enfermer les gens sans accusation ni procès ou accès aux tribunaux ?

    Que se passera-t-il si l'Action de grâces (SET ITAL) remercie (FIN ITAL), nous nous engageons à (SET ITAL) penser (FIN ITAL) - sur la liberté humaine, le gouvernement limité et la fidélité du gouvernement à la Constitution qui l'a créé ? Et si, tout en étant reconnaissants pour la vie et la liberté, nous pensons à des façons de les préserver ? Et si nous reconnaissions que lorsque notre gouvernement enfreint ses propres lois, il assaillit le tissu de notre république ? Et si nous sommes reconnaissants pour la reconnaissance de cela ?

    Que faire si le jour de Thanksgiving nous réévaluons la relation de l'individu à l'état ? Et si nous commençons par exiger que le gouvernement travaille pour nous et non pas l'inverse ? Et si au lieu d'accepter le nouveau gouvernement, nous essayions de le limiter ?

    Que faire si nous avançons l'idée que l'individu a une âme immortelle et le gouvernement est une organisation temporaire basée sur un monopole de la force ? Et si nous pouvions faire en sorte que le gouvernement reconnaisse que, parce que nos âmes sont immortelles, il existe de vastes domaines de comportement humain dans lesquels nous n'avons pas besoin d'une feuille d'autorisation du gouvernement pour faire des choix personnels ? Et si on appelle ces choix dans ces domaines les droits naturels ?

    Que se passe-t-il si le meilleur gouvernement est celui qui taxe, dépense et règle le moins ? Et si le meilleur gouvernement reconnaît nos droits naturels ? Et si le meilleur gouvernement nous laissait seuls ? Que faire si cela serait quelque chose d'être reconnaissants pour ?

    http://www.judgenap.com/post/what-if-the-government-is-not-worth-thanking

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. N'en faisons pas tout un fromage ! Discussions stériles sur 'les intentions prêtées' et du pourquoi n'est-il pas encore à la Maison Blanche. Le peuple prendrait-il soudainement la place des journalistes lobbyistes déçus par leur investissement sur une toquarde ?

      Cette actualité ressemble beaucoup à celle de la fin de l'esclavage et où l'individu regarde ses chaînes par terre et se demande terrifié ce qu'il va manger à midi et s'il pourra marcher seul sans ses entraves !

      Certains s'en sont sortis mieux que d'autres malgré qu'en Martinique (pour la citer en exemple) le nombre d'esclaves blancs était supérieur au nombre d'esclaves noirs. Mais, de l'esclavages des blancs (depuis toujours et non seulement de la découverte de l'Afrique) l'histoire n'en parle pas ! Çà alors ! Esclaves sous la monarchie française durant des siècles jusqu'à sont changement de nom en 'République'.

      Supprimer
  10. L'élection n'est pas terminée ? L'argent est soulevé pour contester les résultats d'élection dans le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie
     

    Par Michael Snyder,
    Le 23 novembre 2016


    Lorsque vous avez pensé qu'il était sans danger de célébrer la victoire de Trump, la gauche est l'éclosion d'un plan pour tenter de voler les élections juste sous son nez. Un groupe composé de «scientifiques informatiques éminents» et de «juristes électoraux» demande instamment à la campagne de Clinton de contester les résultats des élections au Wisconsin, au Michigan et en Pennsylvanie. Ils prétendent qu'il existe des «preuves convaincantes» selon lesquelles les résultats des élections dans ces États ont été «manipulés ou piratés» et ils poussent Clinton à déposer des contestations officielles à ces résultats alors qu'il est encore temps de le faire. Au moment où j'écris cet article, le résultat final au Michigan pourrait aller de toute façon, et si Hillary Clinton finit par gagner le Michigan, tout ce qu'elle aurait à faire serait de retourner les résultats au Wisconsin et en Pennsylvanie pour devenir le prochain président des États- États.

    Beaucoup sur la gauche sont absolument incensés que Donald Trump va être le prochain président, même si il semble que Hillary Clinton va gagner le vote populaire par une très large marge. En fait, alors que j'écris cet article, Hillary Clinton a gagné plus de 1,8 million de votes.

    Après que tous les votes aient été comptés, il est tout à fait possible que Hillary Clinton puisse terminer plus de 2 millions de votes devant Donald Trump.

    Dans une tentative désespérée pour essayer de sauver l'élection, une tentative est faite pour pousser pour des comptes rendus dans les États principaux de balancement que Clinton a perdu. On en parle partout dans les médias traditionnels, mais il a été signalé pour la première fois par New York Magazine ...

    Hillary Clinton est encouragée par un groupe d'éminents informaticiens et avocats électoraux à appeler pour un nouveau dépouillement dans trois États swing gagné par Donald Trump, New York a appris. John Bonifaz et J. Alex Halderman, directeur du Centre pour la sécurité informatique et la société de l'Université du Michigan, estiment avoir trouvé des preuves convaincantes selon lesquelles les résultats au Wisconsin, au Michigan et en Pennsylvanie auraient peut-être été Manipulés ou piratés. Le groupe ne parle pas jusqu'ici au sujet de leurs résultats et se concentre sur le lobbying de l'équipe de Clinton en privé.

    Jeudi dernier, les activistes ont tenu une conférence téléphonique avec le président de la campagne de Clinton, John Podesta, et le conseiller général de la campagne, Marc Elias, pour faire valoir leurs arguments, selon une source informée de l'appel. Les universitaires ont présenté des résultats montrant que dans le Wisconsin, Clinton a reçu 7 pour cent moins de voix dans les comtés qui s'appuyaient sur les machines de vote électronique par rapport aux comtés qui ont utilisé des scanners optiques et des bulletins de vote papier. Sur la base de cette analyse statistique, Clinton peut avoir été nié jusqu'à 30 000 voix; Elle a perdu le Wisconsin par 27.000.

    La course au Michigan est encore plus étroite, et la vérité est que Clinton peut être en mesure de combler l'écart d'environ 11 000 votes sans un nouveau dépouillement.

    En Pennsylvanie, l'écart est actuellement d'environ 68 000 voix, ce qui représenterait un défi beaucoup plus important pour la campagne de Clinton.

    À ce stade, il est douteux que Hillary Clinton soit disposée à demander formellement des comptes rendus dans ces États avant l'échéance, mais elle n'a pas à être la seule à le faire.

    En fait, selon MSN, un autre candidat à la présidentielle a déjà recueilli l'argent nécessaire pour soumettre ses propres demandes de rappels dans ces États clés du champ de bataille ...

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  11. Jill Stein, la candidate présidentielle du Parti Vert, est prête à demander des récapitulatifs du résultat des élections dans plusieurs États clés du champ de bataille, a annoncé mercredi sa campagne.

    Stein a lancé une page de collecte de fonds en ligne pour les dons vers un fonds de 2 millions de dollars qu'elle a dit était nécessaire pour demander des examens des résultats au Michigan, en Pennsylvanie et au Wisconsin.


    Stein a dit qu'elle agissait en raison de «preuves irréfutables d'anomalies de vote» et que l'analyse des données avait indiqué «des écarts importants dans les totaux des votes».

    Mais si Stein veut faire quelque chose, elle doit agir très vite.

    La date limite pour déposer officiellement un dépouillement dans le Wisconsin est vendredi, en Pennsylvanie il est lundi, et dans le Michigan, c'est mercredi prochain.

    Pendant ce temps, six anciens partisans de Bernie Sanders sont engagés dans un dernier effort pour utiliser le collège électoral pour nier Trump la présidence le 19 décembre. Tout comme la tentative de raconter les votes dans les principaux États du champ de bataille, ce plan n'est pas susceptible de fonctionner non plus, mais en ce moment, il reçoit beaucoup d'attention des médias traditionnels. Ce qui suit provient d'un article de l'appelant quotidien intitulé «Les électeurs de Sanders jurent de voter contre Clinton dans une tentative sauvage de garder l'atout de la maison blanche» ...

    Le groupe affirme que pour réussir dans leur but, ils devront convaincre 37 électeurs républicains de voter contre Trump, un nombre que les groupes comprennent est peu probable. Le but ultime, dit le groupe, est de réduire la confiance globale que l'électeur américain moyen a dans le système des collèges électoraux.

    Jusqu'à ce que les votes réels soient comptabilisés, il sera très difficile pour les démocrates ou les républicains de vérifier jusqu'à quel point le mouvement est efficace, parce qu'il n'y a aucun effort de fouet organisé pour évaluer combien d'électeurs ont l'intention de voter comme ils sont instruits.

    Il n'y a pas de remède pour un électeur sans foi.

    Il est extrêmement peu probable que 37 électeurs républicains trahissent Trump à ce point.

    Ce qui est bien plus probable, c'est que ces anciens partisans de Bernie Sanders apporteront suffisamment d'attention aux «électeurs sans foi», ce qui entraînera une poussée encore plus grande pour abolir le Collège électoral.

    Mais parce qu'il faudrait changer la Constitution pour abolir le collège électoral, c'est quelque chose qui n'est pas susceptible de se produire bientôt.

    En fin de compte, tous ces mouvements de dernière minute par la gauche semblent voués à l'échec, et il ne semble pas être quelque chose qu'ils peuvent faire à ce stade pour garder Donald Trump hors de la Maison Blanche.

    Et la vérité est que tant de choses que je prévoyais venir en Amérique dans mon nouveau livre sont beaucoup plus susceptibles de se produire si Trump est à la Maison Blanche plutôt que si un démocrate réside là.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  12. Nous avons atteint un moment critique dans l'histoire des États-Unis et, à l'heure actuelle, l'optimisme quant à l'avenir de ce pays parmi les conservateurs est hors des tableaux.

    Mais cet optimisme est-il justifié ?

    Nous verrons, mais sans aucun doute cet optimisme n'est pas partagé par les démocrates, et beaucoup sur la gauche se préparent à lutter contre Trump à chaque étape du chemin

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/election-not-over-money-is-being-raised-to-challenge-the-election-results-in-wisconsin-michigan-and-pennsylvania

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Notons bien que si demain de nouvelles élections étaient programmées, Trump les remporterait à 98 % ! Car, si peu d'électeurs se sont déplacés pour cette dernière c'est bien parce qu'ils ne croyaient pas (aucune chance) dans le candidat républicain face au lobby qui programmait sa défaite.

      Supprimer
  13. La moitié de la population du monde est pauvre en saleté - Et l'élite mondiale veut le garder de cette façon

     
    Par Michael Snyder,
    le 22 novembre 2016


    Pourriez-vous survivre sur seulement 2,50 $ par jour ? Selon Compassion International, environ la moitié de la population de la planète entière vit actuellement à 2,50 $ par jour ou moins. Pendant ce temps, ces richesses accumulées au sommet de la pyramide mondiale deviennent rapidement beaucoup plus riches. Ne vous méprenez pas - je suis un très grand croyant à travailler dur et à contribuer quelque chose de valeur à la société, et ceux qui travaillent le plus dur et contribuer le plus devrait être en mesure de récolter les fruits. Dans cet article, je ne reproche aucunement au capitalisme vrai, car si le vrai capitalisme était pratiqué dans toute la planète, nous aurions aujourd'hui beaucoup moins de pauvreté. Au lieu de cela, notre planète est dominée par un système de banque centrale fortement socialisé basé sur la dette qui transfère systématiquement la richesse de citoyens ordinaires travaillant dur à l'élite globale. Ceux qui sont au sommet de la pyramide savent qu'ils appauvrissent tous les autres, et ils ont bien l'intention de le garder ainsi.

    Commençons par quelques chiffres durs. Selon Zero Hedge, le Credit Suisse venait de publier son rapport annuel sur la richesse mondiale, et il montre que 45,6 % de toute la richesse dans le monde est contrôlée par seulement 0,7 % de la population ...

    Comme le montre Credit Suisse annuellement, le nombre de personnes qui contrôlent juste la majorité de la valeur nette mondiale, soit 45,6 % de la tranche de 255 000 milliards de dollars de richesse des ménages, diminue progressivement par rapport à la population totale du monde; En 2016, le nombre de personnes qui valent plus d'un million de dollars n'est que de 33 millions, soit environ 0,7 % de la population mondiale d'adultes. À l'autre extrémité de la pyramide, quelque 3,5 milliards d'adultes avaient une valeur nette de moins de 10 000 $, soit environ 6 billions de dollars de richesse des ménages.

    Et comme il s'agit d'un rapport annuel, nous pouvons revenir en arrière et voir comment les choses ont changé au fil du temps. Lorsque Zéro Hedge a fait cela, il a été découvert que la richesse de ceux qui sont au sommet "a presque doublé" au cours des six dernières années, et en attendant les pauvres sont devenus encore plus pauvres ...

    Incidemment, nous avons retrouvé le premier rapport de Credit Suisse que nous avons trouvé dans cette série à partir de 2010, où la richesse totale de la «couche» supérieure dans la pyramide était un modeste 69,2 billions de dollars pour les millionnaires du monde. Il a presque doublé en 6 ans depuis lors. Pendant ce temps, les plus pauvres du monde ont obtenu, vous l'avez obtenu, plus pauvres, que les adultes qui valaient moins de 10 000 $ en 2010 avait une valeur nette combinée de 8,2 billions de dollars, un nombre qui a depuis diminué à 6,1 billions de dollars en 2016, Augmentation de la taille de l'échantillon.

    Si ces tendances se poursuivent à ce rythme, il ne sera pas trop long avant que l'élite mondiale ait pratiquement toute la richesse et que le reste d'entre nous n'a pratiquement rien.

    Peut-être avez-vous la chance d'avoir encore un bon travail, et vous vivez dans une grande maison et vous dormirez dans un lit chaud ce soir.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  14. Eh bien, vous devriez vous considérer comme très béni, car ce n'est certainement pas le cas pour la plupart du reste du monde. Les 11 faits suivants sur la pauvreté dans le monde proviennent de dosomething.com, et je veux que vous permettez vraiment que ces chiffres s'envoient pour un moment ...

    Près de la moitié de la population mondiale - plus de 3 milliards de personnes - vit avec moins de 2,50 $ par jour. Plus de 1,3 milliard vivent dans l'extrême pauvreté - moins de 1,25 $ par jour.

    1 milliard d'enfants dans le monde vivent dans la pauvreté. Selon l'UNICEF, 22 000 enfants meurent chaque jour à cause de la pauvreté.

    805 millions de personnes dans le monde n'ont pas assez de nourriture pour manger. Les banques alimentaires sont particulièrement importantes pour fournir de la nourriture aux personnes qui ne peuvent pas se le permettre elles-mêmes. Exécutez une commande d'aliments à l'extérieur de votre épicerie locale afin que les gens dans votre communauté ont assez à manger. Inscrivez-vous à la mise en place du supermarché.

    Plus de 750 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable. La diarrhée causée par l'insuffisance de l'eau potable, l'assainissement et l'hygiène des mains tue environ 842 000 personnes chaque année dans le monde, soit environ 2 300 personnes par jour.

    En 2011, 165 millions d'enfants de moins de 5 ans ont été rabougris (taux réduit de croissance et de développement) en raison de la malnutrition chronique.

    Les maladies évitables comme la diarrhée et la pneumonie prennent la vie de 2 millions d'enfants par an qui sont trop pauvres pour se permettre un traitement approprié.

    En 2013, 21,8 millions d'enfants de moins d'un an dans le monde n'avaient pas reçu les trois doses recommandées de vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche.

    1/4 de tous les humains vivent sans électricité - environ 1,6 milliards de personnes.

    80% de la population mondiale vit avec moins de 10 $ par jour.

    Oxfam estime qu'il faudrait 60 milliards de dollars par an pour mettre fin à la pauvreté mondiale extrême, soit moins d'un quart du revenu des 100 plus riches milliardaires.

    Selon le Programme alimentaire mondial, «les pauvres ont faim et leur faim les piège dans la pauvreté». La faim est la principale cause de décès dans le monde, tuant plus que le VIH / SIDA, le paludisme et la tuberculose.

    Alors, comment sommes-nous arrivés ici ?

    La dette est le principal mécanisme qui prend la richesse des gens ordinaires comme vous et moi et le met dans les mains de l'élite mondiale.

    Dans mon récent article intitulé «Pourquoi Donald Trump doit fermer la Réserve fédérale et commencer à émettre de l'argent sans dette», j'ai discuté comment la Réserve fédérale a été conçu pour piéger le gouvernement des États-Unis dans une spirale de la dette sans fin dont il ne pourrait jamais échapper. Et c'est précisément ce qui s'est passé, puisque la dette nationale des États-Unis a été plus de 5000 fois plus grande depuis la création de la Réserve fédérale en 1913.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  15. Cette même année, l'impôt fédéral sur le revenu a été institué, ce qui est un élément clé du programme pour l'élite mondiale. Vous voyez, l'impôt sur le revenu est la façon dont la richesse est transférée de nous au gouvernement. Et puis une dette nationale en croissance continue est la façon dont cette richesse est transférée du gouvernement à l'élite.

    C'est un système très compliqué, mais à la fin de la journée, il s'agit de prendre de l'argent de nous et de le mettre dans leurs poches.

    Et à ce stade, plus de 99,9 pour cent de la population du monde vit dans un pays avec une banque centrale, et presque toutes les nations sur la planète a une certaine forme d'impôt sur le revenu.

    C'est un système global qui est conçu pour créer autant de dettes que possible, et j'ai récemment partagé avec mes lecteurs que le montant total de la dette dans le monde a frappé un record record stupéfiant de tous les temps de 152 billions de dollars.

    Fait intéressant, la Bible prédit d'une époque où les riches accumuleraient la richesse dans les derniers jours. Voici les cinq premiers versets du Livre de Jacques dans la version anglaise moderne ...

    Allons, riches, pleurez et hurlez pour vos misères qui viendront sur vous. 2 Tes richesses sont corrompues, et tes vêtements sont dévorés par la piqûre. 3 Votre or et votre argent sont corrodés, et leur corrosion sera un témoignage contre vous et mangera votre chair comme le feu. Vous avez accumulé des trésors pour les derniers jours. 4 En effet, le salaire que vous retenez par fraude des ouvriers qui ont récolté vos champs pleurent, et les cris de ceux qui ont récolté sont entrés dans les oreilles du Seigneur des armées. 5 Vous avez vécu dans le plaisir sur la terre et avez été capricieux. Vous avez nourri vos cœurs comme dans un jour d'abattage.

    La plupart du temps, nous nous concentrons sur les autres grands péchés que nous voyons tout autour de nous, mais la vérité est que l'un des plus grands péchés de tous dans notre monde d'aujourd'hui est le péché de la cupidité.

    L'emprunteur est le serviteur du prêteur, et l'élite mondiale a utilisé diverses formes de dette pour transformer le reste de la planète en esclaves de leur dette.

    Alors que les niveaux d'endettement sont de plus en plus élevés partout sur la planète, l'élite utilise la magie de l'intérêt composé pour saisir une part de plus en plus grande de la tarte.

    Compte tenu du temps nécessaire, ceux qui sont au sommet auraient presque tout et le reste d'entre nous n'auraient pratiquement rien. La classe moyenne se rétrécit partout dans le monde, et l'écart entre les riches et les pauvres continue de croître à un rythme effarant.

    Mais la grande majorité des gens là-bas n'ont aucune idée comment l'argent, la dette, les impôts et les banques centrales fonctionnent vraiment, et ils n'ont donc aucune idée que cela leur est volontairement fait.

    Alors s'il vous plaît partagez cet article avec autant de personnes que vous le pouvez. La vérité est que nous n'avons pas à avoir une telle pauvreté mondiale, et si nous identifions correctement les causes profondes de cette pauvreté, nous pouvons commencer à travailler sur certaines solutions réelles.

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/half-of-the-population-of-the-world-is-dirt-poor-and-the-global-elite-want-to-keep-it-that-way

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si 'la moitié de la planète vit avec moins de 2,5 $ par jour'... c'est parce qu'il est possible de vivre avec moins de 2,5 $ par jour !
      Mais, dans un monde dit 'avancé', pourquoi ne serait-il pas possible de vivre avec moins de 2,5 $ ??! Parce qu'il y a des taxes, des impôts sur tout et que les gens doivent tous les jours payer pour avoir du travail ! (l'essence n'est pas gratuite comme au Venezuela ou en Irak au bon temps de Saddam Hussein*). Tout est cher, trop cher pour vivre. Et malgré l'arrivée des machines qui font tout comme des ordinateurs, la dette est apparue !! Çà alors !

      Car, figurez-vous, qu'il existe des pays où l'on ne demande pas à un arbre à quel prix il vend ses pommes ou à une rivière ou un puits à combien il vend son eau !!

      *Avant la 'guerre du Golfe', le litre d'essence à Bagdad coûtait 0,5 centime de franc soit 200 litres pour 1 franc ! (0,65 €)

      Supprimer
  16. La région de Tokyo obtient la première poussée de neige en novembre en 54 ans


    24 novembre 2016


    La neige est tombée jeudi à Tokyo et dans d'autres régions de l'est du Japon. La capitale a enregistré ses premières chutes de neige depuis 1875, date à laquelle le gouvernement a commencé à collecter des records.

    Les chutes de neige, alors que seulement répertoriés à Tokyo comme une «petite accumulation» perturbé le trafic et a augmenté la demande d'électricité. Des blessés ont également été signalés à Tokyo et dans les préfectures environnantes, y compris des personnes qui ont glissé sur des routes enneigées et ont subi des fractures des os, selon les pompiers et d'autres autorités.

    East Japan Railway Co. a déclaré que les services sur certaines parties des lignes Ome et Chuo étaient suspendus, des branches d'arbres chargées de neige tombant sur les rails. Les trains sur d'autres lignes, comme Seibu et Keio, ainsi que les systèmes de métro à Tokyo ont également connu des retards, les opérateurs ont déclaré.

    Le jeudi matin, la consommation d'électricité a atteint 95 pour cent de la capacité en raison de la demande croissante de chauffage, selon Tokyo Electric Power Company Holdings Inc.

    Les températures dans la capitale et les régions voisines sont tombées à près de zéro jeudi matin, un niveau rarement observé à la fin novembre.

    Les chutes de neige ont commencé à 6h15 dans le centre de Tokyo, 40 jours plus tôt que la moyenne. D'autres villes comme Yokohama et Utsunomiya ont également vu la première chute de neige de la saison autour de 20 à 40 jours plus tôt que la moyenne.

    Les températures ont chuté à un niveau record dans de nombreux endroits. Dans la ville de Nakashibetsu, Hokkaido, le mercure a atteint moins 17,4 degrés Celsius tandis que le quartier d'Edogawa de Tokyo a enregistré 0,8 ° C.

    Selon l'Agence météorologique japonaise, une masse d'air froid avec une température de moins 3 degrés à une altitude d'environ 1 500 mètres s'étendait sur la région de Kanto, y compris Tokyo.

    Les experts ont dit que les basses températures et les chutes de neige étaient dues à l'air arctique pénétrant les latitudes moyennes et étant exposées à un bas atmosphérique avec un avant se déplaçant vers l'est au large des côtes pacifiques du Japon.

    L'air frigide, autrement maintenu enfermé dans la région polaire, a été libéré dans la phase actuelle de «l'oscillation arctique», un phénomène caractérisé par balancement symétrique entre les pressions du niveau de la mer dans les latitudes polaires et moyennes, selon Weathernews Inc.

    Le phénomène n'a pas été complètement clarifié, et on ne sait pas combien de temps le modèle actuel va durer, dit-il.

    Les chutes de neige attendues sur une période de 24 heures à midi vendredi peuvent atteindre 15 centimètres dans les préfectures de Yamanashi et Nagano, 3 cm près des montagnes dans le nord de Kanto et 2 cm dans les basses terres de la région, y compris la plupart des parties de Tokyo.

    http://www.japantimes.co.jp/news/2016/11/24/national/meteorological-agency-warns-overnight-snowfall-cause-transportation-delays/#.WDbk3Cm9HrQ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) Dans la ville de Nakashibetsu, Hokkaido, le mercure a atteint moins 17,4 degrés Celsius tandis que le quartier d'Edogawa de Tokyo a enregistré 0,8 ° C. (...)

      Île à moins de 20 km au Sud de la Russie et à presque 1000 km au Nord de Tokyo.

      Supprimer
  17. Los Angeles : Les images spectaculaires du plus grand embouteillage du monde


    Dominique Dewitte
    24 novembre 2016


    La veille de Thanksgiving, la fête la plus importante de l’année aux États-Unis, des images spectaculaires ont été filmées à Los Angeles, montrant ce qui restera sans doute comme l’un des plus grands embouteillages dans l’histoire.

    La chaîne de télévision ABC7 Eyewitness News a filmé depuis un hélicoptère la circulation évoluant très lentement sur l’une des routes principales de la ville, la 405.

    « King of the Road », le triomphe de la culture de la voiture
    Au fil des ans, Los Angeles s’est étendue comme une crêpe géante, et elle est constituée d’une mosaïque de 168 districts qui débordent les uns sur les autres, et dont beaucoup sont de la taille d’une vie belge moyenne. 15 millions de personnes vivent dans cette région qui est à peine plus grande que la Wallonie. Une méga City donc, dépourvue de centre ville, et qui n’a aucune zone dominante claire à offrir aux 24 millions de visiteurs qui s’y rendent chaque année.

    L’ Angeleño moyen passe près de 6 heures en moyenne au volant. Dans l’État de Californie, 26 millions de véhicules sont enregistrés, ce qui fait une moyenne de 1,8 véhicule pour chaque habitant. Los Angeles est ainsi la ville la ville avec la plus forte densité de voitures au monde. 70 % des gens voyagent seuls dans leur voiture. L’État de Californie, la 6e plus grande économie du monde, avec 38,8 millions d’habitants, consomme une quantité de pétrole équivalente à 23 %… de la consommation de la Chine, qui compte, elle, 1,3 milliard de résidents.

    Cette année, 49 millions d’Américains devraient parcourir au moins 80 km pour rendre visite à leur famille à l’occasion de Thanksgiving.

    https://fr.express.live/2016/11/24/117406los-angeles-embouteillage/

    RépondreSupprimer