- ENTREE de SECOURS -



jeudi 10 novembre 2016

Le 'Christian Fletcher du Bounty' !

https://www.youtube.com/watch?v=4bEFgINxi7k

et

https://www.youtube.com/watch?v=Tnu9QCv0oFI

37 commentaires:

  1. Trump Victory: Le début de la fin de l'insécurité climatique mondiale

    November 10th, 2016

    Il ne va pas mieux que cela. Trump est à cent pour cent sceptique, pas de plaisanterie.
    Dites adieu à la fantaisie que le gaz carbonique contrôle le thermostat des planètes.

    Le contrat de Trump avec l'électeur américain

    Enfin, un dirigeant déclare non au ravitaillement en carburant du train à sauce verte mondial. Il faudra encore des années pour ralentir et décompresser, car c'est une religion païenne et une machine de fret industrielle de 1,5 billion de dollars. Mais hier, le train gargantuesque s'est fendu à une jonction et les gens bloqués sur le rouleau Big-Green pourront regarder l'autre train décoller car il décharge le camion de carbone à poids mort avec des roues carrées.

    Comme le dit Marc Morano: "Trump a raison sur la science du climat et Trump à juste titre effraie l'enfer des warmists."

    Pas étonnant qu'ils soient en larmes. Les deux armes principales des croyants du carbone sont l'argent libre des coffres de trésor du gouvernement, et la coercition par namecalling. Trump a le contrôle de la plus grande trésor au monde et n'a pas peur d'être appelé des noms.

    Trump a nommé Myron Ebell comme son nouveau «EPA Dismantler».

    "Ebell, directeur du Centre pour l'énergie et l'environnement à l'Institut d'entreprises concurrentielles et un éminent sceptique du changement climatique, a été choisi à la fin de Septembre à la tête de l'équipe de transition de l'Agence de protection de l'environnement ...» - Newsweek

    Ebell est un sceptique total. Je l'ai rencontré à des conférences sur le changement climatique de Heartland et c'est un bon homme. Un excellent choix.

    En mai, Trump a offert la liste de souhaits de Noël des Sceptiques:

    1) Trump s'engage à rompre l'accord climatique de Paris dans le discours énergétique -

    2) L'atout contre les «règles draconiennes du climat» -

    3) et retirer tout financement aux programmes des Nations Unies relatifs au réchauffement planétaire.

    - Dépôt Climatique

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  2. Consultez le contrat de Trump avec l'électeur américain:
    Quelqu'un dans la politique l'a-t-il jamais mis à nu ? Lisez les trois dernières promesses écrites sous «Sept actions pour protéger les travailleurs américains»:

    - CINQUIÈME, je leverai les restrictions sur la production de 50 000 milliards de dollars de réserves d'énergie américaines productrices d'emplois, y compris le schiste bitumineux, le pétrole, le gaz naturel et le charbon propre.

    - SIXIÈME, lever les barrages routiers Obama-Clinton et permettre à des projets d'infrastructure énergétique vitaux, comme le pipeline Keystone, d'aller de l'avant.

    - SEPTIÈME, annuler des milliards de dollars en paiements aux programmes de changement climatique des États-Unis et utiliser l'argent pour réparer l'eau en Amérique et l'infrastructure environnementale.

    À long terme, le mouvement ne disparaîtra jamais complètement, la religion se transmogrifiera. Les frévoleurs trouveront d'autres moyens de s'enrichir de la bourse publique et ceux qui ne sont pas trop bien avec des nombres chercheront des solutions de rechange pour se sentir utiles et assouviront leur culpabilité pour vivre dans les meilleurs pays de la planète.

    Mais hier, les gens honnêtes ont obtenu une victoire. Réjouis-toi, ils sont rares. La démocratie n'est pas morte.

    Drapeau américain, Voler.
     
    POST NOTE: pour clarifier un point discuté dans les commentaires avec RAH et Peter:

    Est-ce la fin du commencement ou le début de la fin ?

    IMHO Peak frenzy était circa 2007, et la fin du début a été Dec 2009 avec Climategate et Copenhague. Sept ans plus tard, c'est le plus grand obstacle que le mouvement climatique ait rencontré.

    PS: Climat-frénésie (définition): argent x "inquiétude". Voir les sondages d'opinion

    http://joannenova.com.au/2016/11/trump-victory-the-beginning-of-the-end-of-global-climate-scare/

    RépondreSupprimer
  3. 7 réflexions intelligentes au sujet de la victoire de Donald Trump


    Audrey Duperron
    10 novembre 2016


    1. Le 9 novembre 1989, s’effondrait le Mur de Berlin et avec lui l’oppression totalitaire communiste. Ce 9 novembre 2016 marque la chute d’un nouveau mur, mis à bas par une même colère populaire avide de liberté. Ce mur est celui de la Cité interdite de Washington qui abrite dans l’entre-soi les élites mondialistes et populicides.

    Jusqu’à la dernière minute, cet univers clos et moralisateur a serré les rangs en rameutant les médias, le show-biz, la finance, sans oublier les donneurs de leçons de “respect de l’Autre” injurieux devant le peuple “pitoyable” (Hillary Clinton).

    C’est cette force de frappe impressionnante, qui a ses clones en Europe, qui a été vaincue par une expression démocratique que Trump a su réveiller et mobiliser.

    Ceux qui s’attardent encore ce matin sur les nombreux défauts du futur président des Etats-Unis seraient bien inspirés de comprendre les ressorts de son élection, qui balaie toutes les diabolisations : elle est portée par des citoyens silencieux qui n’en peuvent plus d’étouffer sous la chape de plomb du politiquement correct, consolidé par huit ans de présidence Obama. (Yvan Rouffiol – Le Figaro )

    2. «[…] Peu de manuels politiques décrivent la façon dont la méfiance et la colère peuvent emporter des électeurs. Les USA se trouvent à la fin d’un cycle politique et les politiciens doivent avoir le courage de remodeler la politique sur une nouvelle base.
    Le système à deux partis est complètement usé : les républicains consistent de plus en plus un ramassis de toutes sortes de mouvements d’extrême droite éloignés du conservatisme traditionnel. Le Parti démocrate est dominé par quelques dynasties majeures qui entravent son renouvellement “. ( Jean Vanempten – De Tijd )

    3. «Au cours des dernières décennies, l’économie américaine a subi un profond changement. Ce changement a fait les riches Américains à devenir encore plus riches. Mais il a également contribué à augmenter les inégalités des revenus et le déclin de la classe moyenne.
    Ce faisant, il a alimenté une colère populiste qui se fait sentir dans l’ensemble du spectre politique, et il a ralenti la croissance de l’économie dans son ensemble. […]

    Ces pratiques ont peut-être contribué à faire monter les cours des actions, au moins pour le moment. Mais elles ne sont pas des lois capitalistes à proprement parler. Ce sont des choix. Et ce sont des choix que nous devrions reconsidérer si nous voulons restaurer un sens de l’équité et de l’opportunité en Amérique pour revitaliser notre économie ». ( Henry Blodget – Business Insider )

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  4. 4. « La vérité est si dévaluée que ce qui était autrefois l’étalon d’or du débat politique est devenu une monnaie sans valeur. […]
    Comment sommes-nous arrivés à ce changement massif dans la conscience altérée, tel que prédit par George Orwell dans le livre 1984 ? […] Trump n’est pas le générateur de ce désir fanatique de fuir la réalité. Il en est la manifestation.

    Comment pouvons-nous commencer à inverser ce processus, comment des générations qui ont grandi avec Internet et qui ont été gâtées par Internet pourront-elles apprendre à vénérer les faits prouvés sur les mensonges qui renforcent la vérité qu’ils ont choisie ? Je n’en ai aucune idée ». ( Matthew Norman – The Independent )

    5. « On a beau détester le personnage et ses idées nauséabondes, il faut reconnaître le talent de l’artiste. Il a gagné seul. Sans aucun appui. Même pas celui de son parti. Seul contre tous, contre les Démocrates, contre les leaders de son parti, contre Obama, contre les élites, contre Wall Street, contre la Silicon Valley, contre l’Europe et même contre Jay Z et Beyoncé. Il est tellement seul qu’on se demande même avec qui il va gouverner. » (Marc Fiorentino – MonFinancier.com )

    6. «Nous avions tous tort. Ça semble évident, non ? Mais c’était bien pire que ça. Nous étions ridiculement ignorants. L’ensemble du complexe médiatique et politique de Washington était complètement à côté de la plaque. Pas de quelques centimètres ou de quelques mètres, mais de plusieurs kilomètres.

    Pendant un an et demi, nous avons ri de ceux qui disaient que les sondages étaient faux. L’industrie du sondage est en miettes. Nos oreilles étaient entraînées pour écouter les pronostiqueurs et les experts, mais ils avaient tous tort, aussi. Maintenant, nous aurons tout le temps de disséquer tout cela. Le sujet de la plaisanterie, c’est nous ». (Ryan Heath – Politico )

    7. “Trump est un produit typique de la culture américaine. Brutal, insultant, mais aussi qui ose dire ce qu’il pense et qui appelle régulièrement un chat un chat. C’est répréhensible, mais compréhensible, pour les millions d’Américains ordinaires qui paient un lourd tribut à l’influence nocive excessive des gangsters-banquiers de Wall Street et leurs protecteurs hauts-placés de Washington. Trump a frappé l’establishment avec précision.

    Ironie du sort, la fille des Clinton a épousé un banquier d’investissement. Mais il est aussi remarquable que Clinton, en dépit du fait qu’elle ait bénéficié d’un budget de campagne beaucoup plus important et du soutien de l’ensemble de l’establishment, a perdu de façon si éclatante ». (Eddy Daniels & Rudi Dierick – De Bron )

    https://fr.express.live/2016/11/10/reflexions-victoire-donald-trump-presidentielles-usa/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La confiance semble être regagnée ! Ce rapprochement issu du Peuple ne peut qu'être encore plus grand désormais pour 2020 et plus !

      C'est là un réveil que personne n'attendait suite aux constatations et publications de rapports sur les 'machines-à-voter' truquées dégoûtant jusqu'à l'ensemble de la population de faire la démarche ce mardi 8.

      Supprimer
  5. «La volonté du peuple» est un mythe


    Par Tyler Durden
    Nov 10, 2016 2:00 AM
    Présenté par Ryan McMaken via The Mises Institute,


    Bien qu'il soit rarement énoncé explicitement, la légitimité du système électoral américain moderne est fondée sur l'idée de la règle de la majorité. De ce fait, à la fin de chaque élection, les vainqueurs affirment que l'élection reflète «la volonté du peuple» et, dans de nombreux cas, revendiquent également un «mandat» pour mettre en œuvre le programme politique du vainqueur.

    Cela a toujours été une prétention ténue dans tous les sens, bien sûr. Dans le système électoral américain, il n'y a aucune raison de supposer qu'un vote pour le candidat X soit un vote affirmatif pour le programme politique du candidat X. L'intention de l'électeur peut être de choisir simplement une option moins mauvaise avec l'intention de voter contre le candidat Y. En fait, il est impossible de connaître l'intention des électeurs sans interviewer chacun d'eux. Et même alors, les électeurs eux-mêmes ne se souviendront pas pourquoi ils ont voté la voie ou ils l'ont fait, ou peuvent simplement mentir sur leurs intentions.

    En effet, comme le montrent les résultats de sondages récents de Pew, les électeurs déclarent systématiquement voter contre d'autres candidats comme principale motivation, plutôt que de voter pour le candidat choisi.

    Même si un électeur vote pour le candidat Y, il est impossible de savoir quels aspects de son programme répondent à l'approbation des électeurs votant pour ce candidat.

    Ainsi, nous sommes forcés de conclure qu'il n'y a aucune raison de prétendre qu'un vote pour le candidat X signifie l'approbation des électeurs de l'ordre du jour de ce candidat. Nous ne pouvons pas non plus prétendre à l'intensité de la préférence de chaque électeur pour l'agenda politique du candidat. Un simple vote de cast nous dit très peu. L'affirmation de la «volonté du peuple» ne tient pas non plus compte du fait que très peu d'électeurs sont impliqués dans le choix des candidats qui concourent aux élections générales. Comme l'a souligné le New York Times cette année, seulement 9 pour cent des Américains (14 pour cent des électeurs admissibles) ont voté pour Clinton ou Trump dans le processus primaire.

    La plupart des Américains votants ne votent pas pour le gagnant

    Cependant, même si chaque vote pour le vainqueur était censé être une approbation non critique de l'ordre du jour de ce candidat, le candidat reste probablement loin d'obtenir effectivement les votes d'une majorité de la population votante. Moins encore, il obtient l'approbation majoritaire de la population dans son ensemble.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  6. En fait, si nous regardons l'histoire des élections présidentielles américaines, nous constatons que non seulement le vainqueur n'arrive pas à obtenir la majorité, mais il ne peut même pas obtenir la majorité des voix de ceux qui votent.

    Par exemple, l'élection de 1984 a été la plus grande éruption supposée des 40 dernières années. Dans ce cas, le vainqueur - Ronald Reagan - a remporté 58 pour cent des suffrages exprimés (dans le vote populaire). C'est-à-dire, parmi ceux qui ont choisi un candidat, 58 pour cent d'entre eux ont voté pour Reagan.

    - voir graphique sur site -

    Cependant, si nous regardons les 54 millions de voix de Reagan dans le contexte de la population à âge de voter, nous constatons que Reagan n'a obtenu l'approbation de 31 pour cent des électeurs admissibles. Une pluralité d'électeurs admissibles - 47 pour cent - n'a pas noté pour Reagan ou Mondale dans ce concours, alors que 69 pour cent des électeurs admissibles ont refusé de voter pour Reagan du tout.

    D'autres compétitions présidentielles montrent encore moins de soutien pour le vainqueur. En effet, pour les courses présidentielles de 1992, 1996 et 2000, le vainqueur final n'a même pas obtenu la majorité des suffrages exprimés. En 1992, Bill Clinton a été déclaré président avec seulement 43 pour cent des suffrages exprimés. En 1996, Clinton a remporté la réélection avec seulement 49 pour cent des suffrages exprimés. En 2000, George W. Bush a remporté avec un peu moins de 48 pour cent des suffrages exprimés. Bien qu'il ait perdu l'élection, Al Gore a gagné le plus de votes avec légèrement plus de 48 pour cent de votes.

    Les chiffres sont encore moins impressionnants quand on regarde le comportement de tous les Américains votants. En 1992, par exemple, Clinton a obtenu des voix de seulement 24 pour cent de la population d'âge de voter. 76 pour cent ont choisi de ne pas voter pour Clinton.

    - voir graphique sur site -

    En 2000, à la fois Gore et Bush a remporté les votes de seulement 24 pour cent de la population d'âge de voter.

    - voir graphique sur site -

    En 2012, le gagnant, Barack Obama, a réussi à obtenir la majorité des suffrages exprimés avec une marge de près de 53 pour cent. Cependant, Obama a gagné des voix de seulement 28 pour cent de la population d'âge de vote, signifiant 72 pour cent des votants-âge Américains n'ont pas voté pour lui.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  7. - voir graphique sur site -

    Les chiffres s'aggravent quand on regarde le total des votes en pourcentage de la population totale. Après tout, même les enfants sont soumis aux effets des lois, règlements et guerres portés sur une population par des candidats victorieux. Quand on regarde le pourcentage de l'ensemble de la population américaine qui a voté pour Ronald Reagan dans son 1984 «éruption», le total s'élève à 23 pour cent.

    - voir graphique sur site -

    En 1992, lorsque Bill Clinton a remporté la présidence, il a reçu des voix de 17 pour cent de la population américaine dans son ensemble. Toutes les autres élections présidentielles se terminent de la même façon avec le vainqueur recevant des voix d'environ 18 pour cent à 23 pour cent de la population globale.

    Et pourtant, même si une majorité écrasante de la population des électeurs éligibles choisit de ne pas voter pour le candidat gagnant, on nous dit néanmoins régulièrement que le vainqueur a obtenu un mandat et jouit de l'imprimatur de «la volonté du peuple».

    L'idée de la volonté générale exprimée par les élections a toujours été un mythe, et même si un candidat devait obtenir 100 pour cent des suffrages exprimés, cela ne nous dirait pas grand-chose sur la façon exacte dont l'électorat voulait que ce candidat gouvernât. Cette fiction de la volonté générale est alors utilisée pour justifier tout nombre d'usurpations et d'abus des électeurs sous le couvert de l'approbation générale ayant été obtenue pendant l'élection.

    Même Ludwig von Mises, qui était lui-même un démocrate - c'est-à-dire un partisan de l'utilisation des élections dans les institutions politiques - a nié que les élections pourraient nous parler de «la volonté générale». D'ailleurs, soutenait Mises, l'idée avait été de justifier une puissance gouvernementale illimitée:

    Une grave blessure a été faite au concept de démocratie par ceux qui, en exagérant la notion de droit naturel de la souveraineté, l'ont conçue comme une règle illimitée de la volonté générale. Il n'y a pas vraiment de différence essentielle entre le pouvoir illimité de l'État démocratique et le pouvoir illimité de l'autocrate. L'idée qui emporte nos démagogues et leurs partisans, l'idée que l'État peut faire ce qu'il veut, et que rien ne doit résister à la volonté du peuple souverain a peut-être fait plus de mal que la césarienne des princes dégénérés.

    Le fait que les politiciens prétendent que les votes donnent l'approbation de l'ordre du jour d'un candidat reste une fiction commode pour les candidats - surtout présidentiels - qui, bien qu'ils reçoivent régulièrement des votes de moins de 30% des électeurs admissibles - et moins de 20% L'élection prouve qu'ils ont l'approbation du «peuple».

    http://www.zerohedge.com/news/2016-11-08/will-people-myth

    RépondreSupprimer
  8. Les politiciens européens sont terrifiés par le «scénario d'horreur» Après Brexit, Trump


    Par Tyler Durden
    9 nov 2016 20h30


    D'abord c'était Brexit, puis il y avait Trump. Deux événements "choquants" que personne dans les médias, les marchés ou les punditry ne pouvait admettre pourrait éventuellement se produire. Ils sont arrivés ... et c'est juste le début - comme nous l'avons montré la nuit dernière, le calendrier politique au cours des deux prochaines années ne fait que chauffer, avec d'innombrables évènements potentiels du «cygne noir» - souvent impliquant des tendances nationalistes ou séparatisme, À l'établissement statu quo - à l'horizon.

    La plupart de ces événements se déroulent en Europe, une poudre de colère et de ressentiment frémissants accumulés au fil des siècles de frontières artificiellement imposées qui coupent les religions, les ethnies et les cultures, qui n'a été balayé sous le tapis qu'au cours des dernières décennies avec l'aide de Une union douanière et monétaire artificielle qui est de plus en plus instable. En tant que tel, même le plus petit domino peut pousser tout le continent dans un état d'effondrement socio-économique terminal.

    Et l'Europe, et l'establishment globaliste, le savent.

    Le "scénario d'horreur"


    C'est pourquoi, en mai, lorsque la victoire de Donald's Trump aux élections présidentielles américaines a semblé la plus éloignée des possibilités, un haut responsable européen a pris Twitter avant un sommet du G7 à Tokyo pour avertir d'un «scénario d'horreur».

    Imagine, a déclaré l'officiel cité par Reuters, si au lieu de Barack Obama, François Hollande, David Cameron et Matteo Renzi, la réunion de l'an prochain du club des nations riches comprenait Trump, Marine Le Pen, Boris Johnson et Beppe Grillo: Un groupe exclusif d'élites alloïdes qui jouissent de ricaner sur les mêmes personnes qu'ils profitent de chaque jour.

    Un mois après Martin Selmayr, le chef du cabinet de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a fait le commentaire, la Grande-Bretagne a choqué le monde en votant pour quitter l'Union européenne. Cameron a démissionné en tant que premier ministre et Johnson - l'ancien maire de Londres qui a aidé les Britanniques de balancement derrière Brexit - est devenu le ministre des affaires étrangères. Maintenant, cinq mois plus tard, avec le triomphe de Trump sur sa rivale démocrate Hillary Clinton, le tsunami populiste qui semblait étrange il ya quelques mois devient réalité et les conséquences pour le paysage politique de l'Europe sont potentiellement énormes.

    C'est pourquoi l'Europe est soudain terrifiée que ce qui jusqu'en juin semblait impossible, est maintenant trop probable: en 2017, les électeurs aux Pays-Bas, en France et en Allemagne - et peut-être en Italie et en Grande-Bretagne aussi - voteront dans des élections qui pourraient être colorées par les Triomphes de Trump et Brexit, et la politique toxique qui a conduit ces campagnes.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  9. Et, comme l'écrit Reuters, les leçons ne seront pas perdues sur les partis populistes de l'Europe continentale, qui a salué la victoire de Trump mercredi comme un coup de corps pour le courant principal politique. "La politique ne sera jamais la même", a déclaré Geert Wilders, du Parti de la Liberté Néerlandais d'extrême-droite. "Ce qui s'est passé en Amérique peut se produire en Europe et aux Pays-Bas aussi."

    Tout comme après Brexit, le fondateur du Front national français, Jean-Marie Le Pen, était également bouillant. "Aujourd'hui, les Etats-Unis, demain France," Le Pen, le père du leader du parti Marine Le Pen, tweeté.

    Trump en tant que modèle

    Daniela Schwarzer, directrice de la recherche au Conseil allemand des relations extérieures (DGAP), a déclaré que la tactique nu de Trump contre ses adversaires et les médias a fourni un modèle pour les partis européens populistes qui ont exercé une retenue comparée sur un continent qui se souvient encore de la Deuxième Guerre mondiale . "Les tabous cassés, l'ampleur des conflits politiques, l'agression que nous avons vu de Trump, cela peut élargir la portée de ce qui devient pensable dans notre propre culture politique", a déclaré Schwarzer.

    Peut-être n'est-ce pas le «conflit politique» ou l'agression de Trump que Daniela est inquiet; Peut-être est-ce la menace d'un vote vraiment démocratique dans un monde où tous les avantages du capitalisme copain et de la représentation supprimée sont allés exclusivement au 1%, ce qui est maintenant ouvertement connu et ressenti par le reste de la population de plus en plus en colère. Et, comme l'ont montré Brexit et Trump, une population d'éducation en colère est le pire ennemi possible d'une clique élitiste et mondialiste.

    Italie et Autriche

    L'Europe aura le premier goût de son propre "Trump Moment" dès le mois prochain, alors que le 4 décembre, les Autrichiens voteront lors d'une élection présidentielle qui pourrait voir Norbert Hofer du Parti de la Liberté devenir le premier chef d'Etat d'extrême droite à être Librement élu en Europe occidentale depuis 1945. Le même jour, un référendum de réforme constitutionnelle sur lequel le Premier ministre Renzi a jalonné son avenir pourrait bouleverser l'ordre politique en Italie, poussant le mouvement de gauche de Grillo 5 étoiles plus près des rênes du pouvoir.

    En disant: «Une époque est en flammes: les vrais démagogues sont la presse, les intellectuels, qui sont ancrés dans un monde qui n'existe plus», a déclaré Donald Trump, politicien et comédien de l'Euroskeptic local, Beppe Grillo.

    Les partis de droite gèrent déjà des gouvernements en Pologne et en Hongrie. En Europe occidentale, la probabilité qu'une figure de Trump prenne le pouvoir paraisse éloignée pour l'instant, mais elle évolue aussi rapidement. Dans les démocraties parlementaires européennes, les partis traditionnels de droite et de gauche ont mis de côté les rivalités historiques, se regroupant pour écarter les populistes.

    Mais la leçon tirée du vote Brexit est que les partis n'ont pas à être au gouvernement pour façonner le débat politique, a déclaré Tina Fordham, analyste politique en chef du monde à Citi. Elle a cité le parti anti-UE britannique de l'indépendance qui a juste un siège au Parlement de Westminster. "L'UKIP a mal fait lors des dernières élections, mais a eu une influence énorme sur la dynamique politique en Grande-Bretagne", a déclaré Fordham. «La combinaison de la campagne Brexit et de Trump a radicalement changé la manière dont les campagnes sont menées».

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  10. Mercredi, le leader de l'UKIP, Nigel Farage, a salué la victoire de Trump mercredi en tant que «supersized Brexit».

    Le Limbe politique de l'Europe

    Au fur et à mesure de l'émergence de nouveaux mouvements politiques, les partis traditionnels auront de plus en plus de mal à former des coalitions et à les réunir. En Espagne, le président sortant Mariano Rajoy a été renvoyé au pouvoir la semaine dernière mais seulement après deux élections non concluantes dans lesquelles les électeurs ont fui leurs conservateurs et leur rival traditionnel à gauche, les socialistes, pour deux nouveaux partis, Podemos et Ciudadanos. Après 10 mois de limbes politiques, Rajoy se retrouve au sommet d'un gouvernement minoritaire qui devrait lutter pour adopter des lois, mettre en œuvre des réformes et boucher les trous dans les finances publiques espagnoles.

    Le virus de la fragilité politique pourrait se propager l'année prochaine de l'Espagne aux Pays-Bas, où le Parti de la liberté de Wilders est au coude à coude dans les sondages avec les libéraux du Premier ministre Mark Rutte. Pour Rutte de rester au pouvoir après les élections de mars, il pourrait être forcé d'envisager des options de coalition novatrices et moins stables avec un éventail de petits partis, y compris les Verts.

    Le Facteur Le Pen

    En France, qui a un système présidentiel, les chances de Marine Le Pen, leader du Front national d'extrême-droite, de sortir victorieux sont considérées comme minces. Alain Juppé, un centrist de 71 ans qui a une vaste expérience du gouvernement, a su tirer parti d'un désir de leadership responsable après une décennie de déception de la part de François Hollande et Nicolas Sarkozy.

    Puis, s'il y a quelque chose que l'élection de Trump ait démontré, c'est à quel point l'industrie des sondages est terriblement mauvaise et combien elle est incapable de faire face à une société déchirante qui ne correspond plus aux normes historiques. Dans un signe de la force de Le Pen, les sondages montrent qu'elle gagnera plus de soutien que tout autre politicien dans le premier tour de l'élection. Même si elle perd le second tour, comme le suggèrent les sondages, sa performance sera probablement considérée comme un moment décisif pour l'extrême-droite de l'Europe continentale. Il pourrait lui donner une plate-forme puissante pour lutter contre les réformes que Juppé et ses rivaux conservateurs pour la présidence sont prometteurs.

    Le cœur de l'Europe

    Et puis il ya le pays au centre de son tout. En Allemagne, où les électeurs vont aux urnes l'automne prochain, les partis d'extrême droite ont lutté pour prendre pied dans l'après-guerre en raison de l'histoire sombre des nazis, mais cela aussi est en train de changer. A peine trois ans, l'alternative anti-immigrant pour l'Allemagne (AfD) est devenue une force au niveau national, inquiétant les conservateurs de la chancelière Angela Merkel, sanctionnée par une série de votes régionaux en raison de sa politique d'accueil envers les réfugiés.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  11. Merkel pourrait annoncer dès le mois prochain qu'elle a l'intention de se présenter pour un quatrième mandat, et si elle court, les sondages actuels suggèrent qu'elle gagnerait. Mais elle le ferait comme une figure diminuée dans un pays qui est peut-être plus divisé qu'à n'importe quel moment de l'après-guerre. Même la soeur conservatrice de Merkel, l'Union Sociale Chrétienne Bavaroise, a refusé de l'approuver.

    * * *

    Il y a un an, l'Europe aurait ignoré les risques potentiels du vote de la «frange» de la société. Maintenant, après les deux plus grands chocs politiques de l'histoire récente de la «nation développée», il ne peut plus se permettre de laisser un quelconque résultat au hasard, ce qui signifie que le «scénario d'horreur» envisagé est une menace trop réelle pour l'oligarchie politique européenne. La question que nous avons, cependant, est de savoir si, semblable aux précédentes occasions où le statu quo de l'establishment s'est retrouvé pris au piège, l'élite politique européenne fera tout et tout pour rester au pouvoir, même si cela implique des «horreurs» préemptives Contre son propre peuple. Malheureusement, l'histoire de l'Europe est trop pleine d'exemples précis, et si l'on a confirmé les récentes fuites d'aperçus dans le processus de prise de décisions de l'élite, on ne peut plus écarter les résultats théoriques, aussi ridicules ou «conspirateurs» Il peut paraître à première vue.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-11-09/european-politicians-terrified-horror-scenario-after-brexit-trump

    RépondreSupprimer
  12. Syrie: après avoir reconnu la mort de 64 civils, le Pentagone en aurait tué 20 de plus le 8 novembre


    10 nov. 2016, 13:04


    Des ONG annoncent que 20 civils ont été tués le 8 novembre dans des bombardements de la coalition internationale en Syrie. Ils viennent s'ajouter aux 64 morts civils reconnus par le Pentagone depuis le mois de janvier 2015 en Syrie et en Irak.

    Des journalistes de l’AFP ont fait savoir qu’une frappe de la coalition anti-djihadiste dirigée par Washington, avait causé la mort d'une vingtaine des civils, dont neuf femmes et deux enfants, dans le village d’al-Hicha, à environ 40 kilomètres au nord de Raqqa. Au moins 32 autres personnes ont été blessées.

    «La coalition confirme qu'elle a mené des frappes dans le secteur», a déclaré à l'AFP le colonel américain John Dorrian, un porte-parole de la coalition occidentale dirigée des Etats-Unis.

    «Cependant, des informations spécifiques sont nécessaires pour déterminer si la coalition est responsable des frappes ayant conduit à la mort de civils», a-t-il ajouté.

    La veille, les Etats-Unis avaient présenté un rapport, selon lequel, depuis le début de l'année 2014, les bombardements de la coalition occidentale contre Daesh avaient causé la mort de 119 civils en Irak et en Syrie, dont la moitié en 2015.

    «Il arrive que les civils paient le prix d'actions militaires. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour limiter ces accidents, y compris, quelques fois, en renonçant à frapper des cibles», a déclaré le colonel John Thomas, un porte-parole cité dans le communiqué du Centcom.

    Pourtant, les chiffres de différentes ONG contrastent avec ceux présentés par l'administration américaine. Amnesty International souligne qu’au moins 300 personnes ont été victimes des frappes de la coalition pour la seule Syrie. D'après l'ONG, le bilan total de civils tués depuis septembre 2014 en Syrie par des frappes de la coalition internationale s'élèverait désormais à 680, dont 169 enfants.

    Lire aussi : Des soldats américains repérés par RT à proximité de Racca (PHOTOS)

    https://francais.rt.com/international/28783-syrie-moins-20-civils-tues-frappe-coalition-menee-etats-unis-contre-daesh

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne sommes pas encore au '20 Janvier 2017'.

      Supprimer
  13. 56 personnes arrêtées en Espagne après une vaste opération policière contre la pédopornographie


    10 nov. 2016, 11:48 - Avec AFP


    Les forces de l'ordre espagnoles ont annoncé avoir réalisé une opération policière de très grande envergure contre un réseau de pédopornographie.

    La police espagnole a annoncé le 10 novembre dans un communiqué que 56 pédophiles présumés avaient été arrêtés à travers le pays, pour avoir diffusé sur internet des images d'abus «d'une extrême gravité» sur des mineurs très jeunes.

    Dans son communiqué, la police nationale a précisé que 150 agents et 46 juges d'instruction répartis dans toute l'Espagne avaient participé à cette «vaste opération contre la pédopornographie». Les enquêteurs ont prévu de révéler davantage de détails dans la journée.

    En août dernier, sept personnes – notamment françaises et marocaines – avaient été interpellées lors du démantèlement d'un réseau de production de pornographie mettant en scène des enfants. Selon la police, ce réseau avait exploité au moins 80 mineurs en quinze ans et distribué «plus d'un million de photographies et de vidéos de pédopornographie et plus de 1 000 DVD».

    Lire aussi : Le FBI a volontairement administré un site web pédopornographique dans une opération controversée

    https://francais.rt.com/international/28780-56-personnes-arretees-espagne-operation-policiere-pedopornographie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le mariage autorisé entre pédérastes et l'adoption d'enfants !! il ne faut pas s'étonner de l'ampleur encore présente de la nazional socialiste.

      Supprimer

  14. Personne ne veut organiser la conférence sur le climat


    Mylène Vandecasteele
    9 novembre 2016


    La conférence sur le changement climatique qui s’est tenue l’année dernière à Paris, et l’accord auquel elle a donné lieu ont été célébrée en grande fanfare, mais depuis, aucun pays ne s’est proposé pour héberger le nouveau round de négociations de l’ONU sur ce sujet, qui devra se focaliser sur la mise en action de ces propositions.

    Selon la secrétaire générale de l’institution, Patricia Espinosa, l’ONU sera peut-être obligée d’héberger elle-même la conférence sur le climat de 2017, c’est-à-dire la COP23 (Chaque conférence est désignée l’acronyme de « COP », pour Conference of the Parties to the UN Framework Convention on Climate Change, le traité de 1992 qui a initié cette série d’actions pour lutter contre le réchauffement climatique. Celle qui se tient au Maroc actuellement est donc la COP22) à son bureau de Bonn dédié au changement climatique. « La vérité, c’est que cette conférence est devenue un projet majeur pour n’importe quel pays qui voudrait l’héberger » a expliqué Mme Espinosa. « Il n’est pas évident que beaucoup de pays peuvent s’en occuper ».

    Il faut dire qu’organiser un tel événement n’est pas anodin. Chaque pays est susceptible d’envoyer une délégation, parfois menée par un chef d’État, outre les milliers de personnes issues d’entreprises, de groupes environnementaux, et des médias que cette conférence est susceptible d’attirer. En 2014, la conférence de Lima avait attiré près de 15 000 personnes ; à Paris, en décembre 2015, il y en avait plus du double.

    Le pays hébergeur doit non seulement avoir la capacité d’assurer le transport et la sécurité pour organiser ce type d’événements, mais aussi disposer des moyens financiers adéquats, car ils coûtent très cher.

    D’habitude, les pays hébergeurs se proposent très en avance. La France avait par exemple proposé d’organiser la conférence en septembre 2012, c’est-à-dire 3 ans avant son coup d’envoi.

    La COP22

    Cette année, la COP 22 se tient à Marrakech jusqu’en novembre 2018 ou elle a débuté il y a 2 jours. Mais elle est confrontée à des problèmes majeurs, notamment du fait qu’un certain nombre de pays n’ont pas encore ratifié l’accord climatique, et qu’une décision finale ne pourrait donc pas entrer en vigueur avant 2018. En outre, Donald Trump, qui vient d’être élu président des États-Unis, a fait clairement comprendre qu’il voulait annuler les accords de Paris.

    https://fr.express.live/2016/11/09/organisation-conference-climat-cop23/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) Donald Trump, qui vient d’être élu président des États-Unis, a fait clairement comprendre qu’il voulait annuler les accords de Paris. (...)
      HAHAHAHA !

      En plein dans le cul !

      Remake du film "Les révoltés du Bounty" où les marins-esclaves aux ordres de la dictature décident de quitter le navire pour rester à Terre (Tahiti).

      Supprimer
  15. La population de multimillionnaires chinois croît de 10 % par an


    Mylène Vandecasteele
    9 novembre 2016


    En Chine, une personne sur 1000 est multimillionnaire. C’est ce qui ressort d’un rapport de l’agence Hurun, rédigé sur la base des données du bureau national des statistiques de Chine. Au total, en mai de cette année, on recensait 1,34 million de multimillionnaires dans le pays.

    Cela signifie que 130 000 de plus sont devenues multimillionnaires en 2015, soit une augmentation de 10,7 %. Le nombre de milliardaires a atteint 89 000, c’est-à-dire 11 000 de plus que l’année dernière, soit une hausse de 14,1 %.

    Plus de la moitié des milliardaires chinois réside dans le Guangdong, à Pékin, Shanghai, et le Zhejiang. En tenant compte de la densité de la population, Pékin est la ville où se trouve la plus grande concentration de super-riches, suivi par Shanghai, Jilin, et Zhejiang. À Pékin, on trouve un multimillionnaire pour cent habitants.

    L’homme le plus riche du pays et Wang Jianlin (62 ans), président du conglomérat Wanda Group, avec un actif de 32,1 milliards de dollars. Toutefois, sa fortune s’est réduite de 2 % par rapport à l’année dernière. A la seconde place, on trouve Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, dont la fortune a augmenté de 41 %, pour atteindre 30,6 milliards de dollars.

    Pony Ma, CEO du groupe de communications Tencent, est en 3e position, avec un patrimoine de 24,6 milliards de dollars. Celui qui a bénéficié de la plus forte croissance est Yao Zhenhua, qui est devenu le 4e homme le plus riche de Chine en gagnant deux places en un an, avec une fortune de 17,2 milliards de dollars.

    Sa société, Baonang Group, a fait la une des journaux l’année dernière lorsqu’une OPA hostile a été lancée contre elle par Vanke, le plus grand promoteur immobilier du pays.

    Selon le rapport, les investissements financiers et les sciences ont été les secteurs qui ont généré la plus forte croissance l’année dernière. On y retrouve de 23 % des millionnaires chinois, comparativement à 20 % en 2015. En revanche, la part du secteur manufacturier a chuté de 28 % à 26 %.

    https://fr.express.live/2016/11/09/multimillionnaires-chinois-croissance/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Même s'il on est loin des '4 % de surdoués dans le monde', la constatation est que plus il y a de monde quelque part et mieux il est éduqué plus il y a de chance de pas avoir de cons à traîner !

      Supprimer
  16. Les investisseurs d'obligations mondiales perdent un tiers d'un trillion de dollars en un jour


    Par Tyler Durden
    Nov 10, 2016 8:07 AM


    En juin, nous avons prévenu que, sur la base d'une analyse de durée simple, le total des agrégats de la dette des États-Unis, négociés sur le marché, se situait entre 17 et 40 billions de dollars.

    ... les commerçants ont fait face à des pertes massives à la valeur de marché de n'importe où entre $ 2,4 et $ 5 trillions si les taux grimpent soudainement plus haut ... comme ils l'ont fait hier, quand comme nous l'avons signalé le rendement sur le Trésor 10Y et 30Y a sauté le plus en pourcentage Le rendement américain à 10 ans était de trois points de base, soit 0,03 point de pourcentage, plus haut à 2,09 pour cent à partir de 12h09 à Londres, selon les données de Bloomberg Bond Trader. La plupart sur une seule journée depuis juillet 2013. "

    Aujourd'hui, Bloomberg a creusé les chiffres après la déroute d'obligations d'hier, et calcule que les investisseurs obligataires ont vu 337 milliards de dollars - un peu plus d'un tiers d'un billion de pertes sur les obligations mondiales en une seule journée mercredi »comme Donald Trump élection Son plan visant à stimuler la croissance économique conduira à une poussée de l'inflation. "

    La vente forte, agressive, qui se poursuit aujourd'hui, s'est étendue en obligations européennes et asiatiques jeudi, comme les commerçants rattrapés avec des mouvements dans les bons du Trésor des États-Unis. La spéculation que la victoire de Trump et un Congrès conduit par les républicains mènera à une vague de dépenses, a stimulé la probabilité que l'inflation va ramasser dans les prochains mois, ce qui à son tour éroder la valeur des obligations. La baisse des obligations a vu l'indice Global Broad Market de Bank of America Merrill Lynch baisser d'environ 0,7% mercredi.

    Ayant été coincé dans l'hibernation NIRP pendant des années, le marché a soudainement dû chercher ce que cette chose appelée «risque de durée» est.

    «À l'heure actuelle, les obligations sont en difficulté», a déclaré Barra Sheridan, un commerçant de taux à la Banque de Montréal à Londres. Il ya une certaine préoccupation que Trump "sera plus fiscalement expansionniste, il cherchera à dépenser plus d'argent."

    Les obligations européennes ont également été touchées: le rendement des bundes allemandes à 10 ans a grimpé de 8 points de base à 0,28%, son plus haut depuis le 2 mai, tandis que le rendement sur les obligations à échéances similaires a grimpé pour un quatrième jour à 1,35% Le plus depuis le 23 juin. Les rendements obligataires italiens à 10 ans ont ajouté neuf points de base à 1,84%, et ceux de l'Espagne ont grimpé de sept points de base à 1,35%.

    Comme nous l'avons expliqué hier, la raison derrière le rallye du marché boursier et l'augmentation du rendement est que les obligations sont en baisse que les commerçants augmenter leurs perspectives d'inflation et augmenter les paris de la Réserve fédérale va augmenter les taux d'intérêt. Les obligations avaient initialement augmenté sur la demande havre que le comptage des votes au début a montré Trump mis à gagner les élections, avant de changer de direction.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  17. "Trumpeconomics implique un rythme probablement plus rapide des hausses de taux de Fed l'année prochaine", a déclaré Robert Rennie, chef de la stratégie des marchés financiers à Westpac Banking Corp à Sydney. "Il est clair que cette vague de vote populiste a reflété, en partie, l'antipathie d'une politique monétaire restrictive, facile et monétaire. Si nous assistons maintenant à un changement aux États-Unis, cela signifie que les marchés devront le réévaluer. "

    Pour rappel, Trump s'est engagé à réduire les impôts et à stimuler les dépenses d'infrastructure de près de 500 milliards de dollars. Ses propositions augmenteraient la dette de la nation de 5,3 billions de dollars, estime le Comité non partisan pour un budget fédéral responsable. La dette négociable du gouvernement a plus que doublé sous le président Barack Obama, à un record de près de 14 billions de dollars.

    Une fois de plus, comme tous les précédents, les stratèges sortent de la menuiserie pour prédire un pic de rendements, foreccasting entre 2,5% et 3% ou plus cibles de fin d'année en 12 mois. BMO Sheridan prédit que les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans peuvent atteindre environ 2,20% en un mois. "La tendance à l'accélération est assez fermement ancrée, je pense qu'elle va continuer", at-il dit.

    La différence entre les rendements des bons du Trésor à 10 ans et la dette liée à l'inflation aux Etats-Unis, une jauge des attentes pour les prix à la consommation, a grimpé à 1,87% mercredi, le plus depuis juillet 2015. La figure montre les prévisions du marché Pour le taux d'inflation moyen annuel sur la période.

    Enfin, expliquant la flambée du dollar, la forte remontée des mesures de l'inflation signifie que la Fed n'a peut-être pas d'autre choix que d'agir plus rapidement pour relever les taux d'intérêt après avoir cessé de le faire depuis près de zéro en décembre 2015. Il y avait 82% Ils se déplaceront à leur réunion du 13 au 14 décembre, en hausse par rapport à 76% à la fin de la semaine dernière, selon les données compilées par Bloomberg sur la base des contrats à terme.

    En ce qui concerne les pertes massives de MTM sur les positions obligataires, nous nous réjouissons à l'idée de voir comment les investisseurs obligataires vont les faire passer par le P & L. D'un intérêt particulier, garder un œil sur les fonds de parité de risque, qui ont tendance à avoir des jours désagréables à tout moment stocks s'envolent tandis que les prix des obligations plongent.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-11-10/global-bond-investors-lose-over-one-third-trillion-one-day

    RépondreSupprimer
  18. La proposition de destitution de Hollande transmise à l'exécutif, avec 79 députés LR signataires


    11 nov. 2016, 05:25 - Avec AFP


    La proposition de destitution de François Hollande pour divulgation d'informations secrètes a été transmise à l'exécutif par la présidence de l'Assemblée nationale, qui fait état de 79 députés Les Républicains signataires.

    Le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a transmis au président François Hollande et au Premier ministre Manuel Valls, conformément à la procédure, une «copie du texte de la proposition de résolution visant à réunir la Haute cour déposée par Christian Jacob et 78 membres de l'Assemblée», selon des courriers dont l'AFP a eu copie le 10 novembre.

    Plus tôt, le groupe Les Républicains [193 membres plus six apparentés] avait, dans un communiqué et liste à l'appui, indiqué que «152 députés du groupe Les Républicains viennent de déposer une proposition de résolution visant à procéder à la destitution du président de la République en vertu de l’article 68 de la Constitution».

    Un tweet malheureux et 5 autres bourdes de la diplomatie sous

    Interrogé par l'AFP dans la soirée sur cet écart entre les deux chiffres, le groupe LR a déclaré que la liste jointe à la proposition de résolution remise à Claude Bartolone comportait «les 79 premiers signataires» et que «les autres se sont ajoutés ensuite».

    «C'est de la manipulation. Seuls comptent les signataires transmis par la présidence de l'Assemblée», a réagi une source parlementaire PS à l'AFP.

    Sur le fond, le communiqué des élus Les Républicains explique que «cette proposition de résolution, à l’initiative de Pierre Lellouche, se fonde sur les graves manquements aux devoirs de sa charge dont a fait preuve le président de la République, en particulier par des violations manifestes du secret défense».

    «Elle exprime notre conviction profonde qu’un président ne doit pas, ne peut pas et n’a tout simplement pas le droit de tout dire au regard des responsabilités qui sont les siennes en tant que chef de l’État et chef des armées», est-il ajouté.

    Parmi les signataires de la liste transmise à l'exécutif figurent notamment l'ancien Premier ministre François Fillon et le sarkozyste Eric Ciotti. Dans la liste plus longue communiquée par le groupe LR, on note également les candidats à la primaire de la droite Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-François Copé, le président par intérim du parti LR Laurent Wauquiez ainsi que le juppéiste Edouard Philippe.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  19. Une telle procédure, rarissime, est permise seulement depuis 2014. Cette initiative pourrait rapidement tourner court.

    Le président de la République «ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat», par le Parlement constitué en Haute Cour, stipule notamment l'article invoqué de la Loi fondamentale.

    Le bureau de l'Assemblée jugera ensuite de sa recevabilité «sur le fond et la forme», avait détaillé mardi Christian Jacob. Si le texte est jugé recevable, il sera transmis à la commission des Lois. Si la commission vote pour ou contre la proposition, la procédure continuera. Si la commission ne s'en saisit pas, cela mettra fin à la procédure, a-t-il détaillé.

    Bruno Le Maire, candidat à la primaire, a refusé de s'y associer, estimant que c'est «au peuple de destituer» le président. François Fillon, pourtant signataire, a admis que cette procédure n'avait «aucune chance d'aboutir puisque la majorité du Parlement est nécessaire».

    Lire aussi : Pour Fillon, Hollande est «disqualifié» par ses révélations sur les assassinats ciblés par drone

    https://francais.rt.com/france/28820-proposition-destitution-hollande-transmise-executif

    RépondreSupprimer
  20. Un nouveau centre destiné à gérer la crise migratoire touchant Paris a ouvert ses portes


    10 nov. 2016, 19:03 - Avec AFP


    Un centre humanitaire, qui orientera les migrants et pourra en héberger 400, a ouvert près de la porte de la Chapelle, à Paris, avec pour défi de mettre fin aux incessantes reconstitutions de campements indignes dans la capitale.

    «Le centre humanitaire est officiellement ouvert», a simplement déclaré Aurélie El Hassak-Marzorati, la directrice générale de l'établissement destiné aux migrants, situé près de la porte de la Chapelle. L'objectif principal de cette structure est d'éviter la formation de nouveaux camps de fortune, tel celui qui s'est développé dans le quartier de Stalingrad, après l'évacuation de la Jungle de Calais.

    Le centre d'accueil pour SDF du XVIe arrondissement Des militants du FN viennent «vérifier» la nationalité des usagers d'un centre d'accueil pour SDF

    A 10h30, ils étaient une dizaine dans le camp, selon Bruno Morel, le directeur général d'Emmaüs solidarités qui pilote le centre. La structure devrait accueillir chaque jour entre 50 et 80 personnes, soit le nombre de migrants arrivant chaque jour à Paris, selon les estimations.

    Les hommes isolés pourront être hébergés sur le site, où ils resteront de 5 à 10 jours, avant d'être orientés vers d'autres lieux, selon leur situation : centre pour demandeurs d'asile (CADA) ou centre d'accueil et d'orientation (CAO)...

    Les femmes et les familles seront amenées en navette vers des lieux d'accueil spécifiques, avant l'ouverture d'un centre de 400 places destiné à ces «publics vulnérables» à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) «début 2017», selon Bruno Morel. Les mineurs isolés seront transférés vers des structures de la ville de Paris.

    C'est un «lieu tout à fait sécurisant, pas un lieu policier, géré par l'association Emmaüs avec les organismes de l'Etat qui se consacrent aux demandes d'asile», a souligné Dominique Versini et l'adjointe à la Mairie de Paris d'ajouter : «Les migrants n'ont pas de raison d'avoir peur.»

    Dans une halle de 10 000 mètres carrés, ont été créés huit «villages» de 50 places chacun, comprenant des chambres pour quatre installées dans des cabanons en bois recouverts de bâches, des espaces de bureaux, un réfectoire et des sanitaires, avec une douche, une toilette et un lavabo pour 8 personnes.

    Lire aussi
    «Hélas pour elle Julie n’est pas migrante» : la nouvelle affiche du FN qui fait polémique sur le net

    Des équipes du Samu social et de l'ONG Médecins du monde prodigueront les premiers soins et proposeront des consultations (physiques et psychologiques).

    120 salariés travaillent sur le site. Il faut y ajouter 500 bénévoles qui distribuent des kits d'hygiène, des vêtements, ou proposent des activités : des baby-foots, tables de ping-pong et des agrès ont notamment été installés.

    Ce projet, d'un coût de 16,4 millions d'euros (investissement et fonctionnement), vise à mettre fin à un cycle de démantèlement et de reconstitution de camps dans la capitale française. Au total, plus de 21 000 migrants ont été mis à l'abri au cours d'une trentaine d'opérations depuis plus d'un an dans la capitale.

    Composé de structures modulaires démontables, le centre devrait être transposé ailleurs d'ici 18 mois, le site étant destiné à accueillir des bâtiments universitaires.

    Lire aussi : Un rebelle «modéré» syrien réfugié en Autriche accusé d'avoir abattu 20 prisonniers de guerre

    https://francais.rt.com/france/28806-centre-migrants-paris

    RépondreSupprimer
  21. Les Etats-Unis renforcent leurs moyens de «dissuasion» en Europe avec un gigantesque envoi d'armes


    10 nov. 2016, 18:44


    L'armée américaine a envoyé plus de 600 conteneurs remplis de munitions afin d'équiper les forces armées des Etats-Unis présentes en Europe. Cela constitue l'envoi d'armements le plus important que le Vieux Continent ait connu depuis 20 ans.

    «Il s'agit de dissuasion. Nous pourrions avoir 1 000 chars ici, mais si nous n'avions pas de munitions pour eux, ils n'auraient aucun effet dissuasif», a déclaré le lieutenant général Ben Hodges, commandant des forces américaines en Europe, au sujet de l'envoi de 620 conteneurs d'armements, réceptionnés dans le port de Nordenham en Allemagne, avant d'être réexpédiés dans l'est de l'Europe.

    «Nous continuons d'installer notre présence en Europe. Cela aidera à rassurer nos alliés, avec une défense commune de l'Europe si nécessaire», a précisé le lieutenant-colonel Brad Culligan dans un communiqué.

    «Nous acheminons des munitions sur ce théâtre [d'opération] pour réalimenter le théâtre européen pour tout type d'exercice ou toute potentielle mission future à venir», a-t-il ajouté.

    Cet envoi de munitions fait partie d'un plan plus général de l'armée américaine qui vise à renforcer sa présence et celle des forces de l'OTAN en Europe de l'Est afin de défendre la région contre ce qu'ils décrivent comme une «agression russe».

    Le Pentagone a annoncé début novembre le déploiement en janvier prochain de deux unités lourdement armées : la 3e brigade blindée de combat de la 4e division d'infanterie du Colorado et la 10e brigade d'aviation de combat originellement basée à New York.

    De nombreuses manœuvres militaires ont eu lieu ces derniers mois dans les Etats baltes, en Pologne et sur la mer Noire, afin de rassurer ces alliés de l'OTAN.

    https://francais.rt.com/international/28805-armes-otan-europe-russie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fin de l'Europe/ la guerre avant le 21 Janvier ? Avant noel ?

      Supprimer
  22. Alexanderplatz, la porte de Brandebourg et le Bundestag seraient dans le viseur de Daesh


    10 nov. 2016, 17:41


    La justice allemande a rapporté que l'Etat islamique avait repéré les lieux touristiques populaires de la capitale allemande grâce aux informations transmises par l'un de ses partisans. Le suspect, arrêté en mars, était aussi un recruteur de Daesh.

    La Cour fédérale de justice a révélé le jeudi 10 novembre qu'un jeune Syrien de 19 ans, suspecté d'être un militant de l'Etat islamique et arrêté en mars 2016, avait repéré les lieux touristiques les plus populaires de Berlin en vue d'attentats terroristes.

    Lire aussi
    Allemagne : le nombre de terroristes potentiels plus élevé que jamais

    Le suspect, identifié comme Shaas al-M. avait repéré et «choisi» en février Alexanderplatz, au centre de Berlin, ainsi que la Porte de Brandebourg et les alentours du parlement fédéral allemand, le Bundestag.

    Selon la justice allemande, Shaas al-M. a opéré ces repérages pour le compte de l'organisation terroriste Daesh. En relation avec un contact en Syrie, il a notamment transmis des informations détaillées concernant les bus de touristes, ainsi que des chiffres sur le nombre de personnes présentes sur les sites touristiques en fonction des heures d'affluence.

    Les procureurs allemands ont indiqué que le suspect avait rejoint l'Etat islamique dans son village natal syrien en 2013 et avait suivi une formation militaire avant d'être affecté à des missions de garde par le groupe terroriste. Il a ensuite voyagé jusqu'en Allemagne pendant l'été 2015 en se faisant passer pour un demandeur d'asile. L'homme aurait également occupé la fonction de recruteur pour l'Etat islamique.

    D'après le document expliquant la décision de la justice allemande d'approfondir l'enquête, l'individu avait prévu de réaliser lui-même une attaque terroriste en compagnie de deux autres hommes, dont personne jusqu'à présent ne connaît l'identité.

    Ces informations ont été révélées par la justice allemande deux jours après l'arrestation de cinq personnes soupçonnées d'avoir organisé un «réseau salafiste-djihadiste» dans le pays.

    Plusieurs attaques islamistes ont été perpétrées en Allemagne cet été par des personnes isolées, notamment des demandeurs d'asile arrivés lors de l'afflux migratoire de 2015.

    Lire aussi : Terrorisme, montée des extrêmes, les Allemands plus inquiets que jamais

    https://francais.rt.com/international/28800-alexanderplatz-porte-brandebourg-reishstag-cibles-daesh

    RépondreSupprimer
  23. Le ministre allemand des Finances s'inquiète d'une contagion de l’«effet Trump» aux pays européens


    10 nov. 2016, 15:06


    Le ministre allemand des Finances met en garde contre un "effet Trump" imminent en Europe

    Si en Europe, des partis souverainistes se sont félicités de l’élection de Donald Trump, le ministre allemand des Finances a mis en garde contre un phénomène similaire sur le Vieux Continent, appelant les élites européennes à en tirer les leçons.

    «Le populisme démagogique n’est pas seulement le problème de l’Amérique. Le débat politique, ailleurs en Occident, est également dans un état alarmant», a déclaré le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble dans le magazine d’actualité Bild, au lendemain de l’élection inattendue de Donald Trump aux Etats-Unis.

    En Europe, les agendas «populistes» sont en hausse car «les élites dans la politique, dans le commerce et dans la société ne font pas toujours bonne impression», a estimé le ministre allemand, avant d’ajouter : «Chacun doit être prêt à apprendre et si nous sommes ouverts à la perspective de changer, et la capacité de réformer, le populisme démagogique aura fort à faire.»

    Lire aussi
    Donald Trump Jean-Frédéric Poisson sur la victoire de Trump : «Une opportunité plutôt qu’un motif d’inquiétude»

    Ces propos font écho à ceux du ministre allemand de l’Economie, Sigmar Gabriel, qui avait qualifié le nouveau président élu des Etats-Unis de «pionnier d’un nouveau mouvement international autoritaire et chauviniste», au lendemain de sa victoire.

    Dans le même temps, de nombreux partis souverainistes en Europe ont accueilli favorablement cette élection, jugeant qu’il s’agissait d’un retour de flammes pour l’establishment.

    Estimant que l'élection de Donald Trump était une bonne nouvelle pour la France, la présidente du Front national Marine Le Pen a affirmé : «Ce qui s'est passé cette nuit [l’élection du nouveau président des Etats-Unis] n'est pas la fin du monde, c'est la fin d'un monde.»

    Du côté autrichien, le nationaliste Heinz-Christian Strache, dirigeant du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ), a écrit sur Facebook : «La gauche politique ainsi que l’establishment froid et sordide sont punis par les électeurs et écartés de différentes positions de prise de décision.»

    Nigel Farage, dirigeant ad interim du parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), qui avait fait campagne pour que son pays sorte de l’Union européenne, a lui aussi félicité Donald Trump, dans un communiqué de presse cité par Reuters : «L’Etat-nation est de retour. 2016 est l’année où les gens ont voté pour le changement et pour reprendre le contrôle de leur vie. La victoire de Trump est comme un Brexit géant.»

    Lire aussi : Trump président

    https://francais.rt.com/international/28788-ministre-allemand-finances-inquiet-effet-trump-europe

    RépondreSupprimer
  24. Les Franssais tjr plu nul en ortograf, celon 1 étud


    10 nov. 2016, 14:31


    Selon une étude publiée le 9 novembre par le ministère de l'Education nationale, les élèves français en fin d'école primaire font de plus en plus de fautes d'orthographe. L'étude a comparé des dictées similaires à plusieurs années d'intervalle.

    En 2007 déjà, les élèves de CM2, confrontés à la même dictée que leurs camarades en 1987, avaient fait moins bien. En 2015, ce même texte d'une dizaine de lignes (67 mots et 16 signes de ponctuation) a été dicté à des élèves de CM2 une nouvelle fois.

    Selon les indications de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), non seulement les résultats ne s'améliorent pas, mais ils empirent : ainsi, en 2015, ces écoliers ont fait en moyenne 17,8 erreurs, contre 14,3 en 2007 et 10,6 en 1987.

    Presque un élève sur cinq (19,8%) a fait 25 fautes ou plus en 2015, alors qu'ils n'étaient que 11,3% en 2007 et de 5,4% en 1987.

    La grammaire, talon d'Achille des écoliers

    Si plus de neuf élèves sur dix écrivent correctement des mots comme «maison», «soir» et «chien», l'essentiel des difficultés provient de la non-application de règles grammaticales, comme l'accord entre le sujet et le verbe.

    Ainsi en 2015, seuls 25,7% des élèves ont accordé correctement au pluriel l'adjectif «inquiets», alors qu'ils étaient 46,3% en 1987.

    L'étude indique que les différences de niveau restent très marquées par l'origine sociale des élèves, le nombre d’erreurs moyen étant plus faible chez les élèves issus d’un milieu social plus favorisé.

    Néanmoins, l’orthographe des élèves se détériore dans tous les milieux sociaux. Face à la dictée évoquée plus haut, les enfants de «cadres et professions intellectuelles supérieures» font en moyenne deux fois plus d’erreurs en 2015 (13,2) qu'en 2007 (6,6). Les enfants d'ouvriers font eux en moyenne 19,2 erreurs en 2015 contre 17,4 en 2007. L'étude ajoute que les élèves qui réussissent le moins bien cette dictée sont aussi ceux qui peinent le plus en lecture.

    Najat Vallaud-Belkacem défend les nouveaux programmes scolaires

    «Cette évaluation porte sur des enfants qui ont commencé leur école primaire en 2010, avant l'entrée en vigueur des nouveaux programmes de français en cette rentrée 2016», a réagi Najat Vallaud-Belkacem, selon le ministère de l'Education.

    «Grâce à la recherche scientifique, ces nouveaux programmes ont été pensés pour être plus cohérents, plus progressifs, et surtout mettre véritablement l'accent sur l'apprentissage et la consolidation du français», a déclaré la ministre, qui réunissait le 9 novembre des chercheurs sur le thème de l'enseignement de la langue française.

    Lire aussi : Des images de Najat Vallaud-Belkacem, hilare et juchée sur une échelle, font le tour du web

    https://francais.rt.com/france/28785-france-orthographe-etude-najat-vallaud-belkacem

    RépondreSupprimer
  25. Les enfants français ne savent plus écrire


    Arnaud Lefebvre
    10 novembre 2016


    Les compétences des enfants français en matière de langue écrite reculent à grands pas, indiquent les chiffres de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) du ministère français de l’Education.

    Des tests ont montré que l’an dernier, sur une dictée de 67 mots, sans difficultés linguistiques particulières, des enfants français de 10 ans ont réalisé en moyenne 17,8 fautes, soit une hausse de 3,5 fautes sur une période de 8 ans.

    Il y a 30 ans, en moyenne, pour une même dictée, on comptait 10,6 fautes de moyenne. De relativement bons résultats en orthographe sont enregistrés, contrairement à la grammaire.

    Il faut cependant remarquer que des différences claires apparaissent entre enfants issus de diverses classes sociales. Parmi les enfants des catégories sociales plus élevées, le nombre de fautes est moindre.

    Priorités
    D’autre part, force est de constater que toutes les catégories sociales accusent une diminution des compétences à l’écrit. L’année, des enfants de cadres et de parents ayant des professions intellectuelles supérieures ont fait en moyenne 13,2 fautes, soit plus du double des fautes constatées il y a neuf ans (6,6 fautes en moyenne).

    En ce qui concerne les enfants de la classe ouvrière, on est passé de 12,6 à 19,2 fautes. Tous les systèmes d’enseignement sont touchés par ce problème.

    Le recul des compétences écrites est dû selon le gouvernement français à un glissement des priorités dans l’enseignement. Seuls 67,4% des professeurs français prévoient fréquemment une dictée. Les autres n’en font qu’occasionnellement, exceptionnellement ou jamais.

    Pour beaucoup d’enseignants, la langue écrite correcte a perdu de son importance, estiment les chercheurs. Une étude de la Depp, il y a 3 ans, a montré que 49% des enseignants accordaient la priorité à la correction de la langue parlée. La correction de la langue écrite n’a été considérée comme prioritaire que par 41% des professeurs.

    https://fr.express.live/2016/11/10/enfants-francais-ne-savent-plus-ecrire/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Notez que la photo choisie pour illustrer l'article est un petite fille 'de bonne famille' et non celle d'une ou d'un immigré !!

      Supprimer
  26. De plus en plus de start-ups choisissent Los Angeles


    Audrey Duperron
    10 novembre 2016


    En quelques années seulement, le secteur de la technologie a explosé dans la ville de Los Angeles, et celle-ci est en passe de devenir la nouvelle Mecque des start-ups. En conséquence, de plus en plus de capital-risqueurs de la Silicon Valley et de San Francisco descendent à Los Angeles pour trouver de nouveaux projets intéressants.

    Ainsi, en 2016, les start-ups de la ville ont levé 3 milliards de dollars de capitaux, soit près de 6 fois plus qu’en 2012 selon CB Insights, une firme de recherche.

    Los Angeles est donc devenue le 3e pôle pour les start-ups aux États-Unis, après San Francisco et New York. Elle présente plusieurs avantages : de bonnes universités, un climat agréable, une culture détendue, la proximité avec San Francisco, et des coûts bien plus bas.

    Snap et les autres
    Selon Michael Schneider, qui dirige Services, une start-up de relation client, il lui aurait fallu lever 40 % de capitaux en plus pour acquérir le même espace et travailler avec le même effectif, s’il avait choisi de s’installer à San Francisco.

    Il est plus difficile de trouver les informaticiens expérimentés à Los Angeles, mais ils ont tendance à être plus loyaux, notamment parce qu’il y a moins de firmes pour les débaucher. En outre, les start-ups locales ont les moyens de convaincre les ingénieurs d’autres régions de venir s’installer à Los Angeles.

    La start-up la plus réputée de Los Angeles est probablement Snap, qui est mieux connue pour son application de messagerie éphémère « SnapChat », et qui est désormais évaluée à 18 milliards de dollars. Mais on trouve aussi Dollar Shave Club, Ring et Riot Games.

    https://fr.express.live/2016/11/10/los-angeles-boom-startups-technologie/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apprendre, construire est une chose, y rester en est une autre.

      Supprimer
  27. L'UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

    By lejournaldusiecle
    14 février 2013

    Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d'euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l'euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

    C'est le Daily Telegraph qui a révélé l'information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d'une campagne sans précédent de réorientation de l'opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

    Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l'opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d'attirer l'attention médiatique et publique.

    Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d'y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s'agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

    Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu'expriment de plus en plus d'Européens, à savoir que "l'Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d'Europe", et non pas "moins d'Europe".

    Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l'euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu'est l'UE, dixit Barroso.

    En pleine crise économique, et alors que l'austérité est imposée aux États, l'UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu'une augmentation de près de 2 millions d'euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés lan prochain.

    Nigel Farage a été l'un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l'UE ne valait pas mieux qu'une "république bananière".

    Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

    http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

    RépondreSupprimer

  28. L'Allemagne met en place une armée de geeks pour se protéger des cyberattaques


    10 nov. 2016, 15:17


    Les cyberattaques représenteraient un danger pour la sécurité et la démocratie en Allemagne. Le gouvernement d'Angela Merkel a décidé de riposter à cette menace par la création d'une unité spécialisée dans la prévention de ce type d'attaques.

    Lire aussi
    RT France s'est intéressé aux groupes de hackers les plus célèbres du monde Les six groupes de hackers les plus célèbres du monde

    Selon l'agence de presse Reuters, une force de réaction rapide a été mise sur pied par le gouvernement allemand. Son but ? Combattre la menace grandissante que représentent les cyberattaques.

    La création de la Mobile Incident Response Team (MIRT) est une des nombreuses mesures prévues par la stratégie de cybersécurité décidée, le 9 novembre, en amont par le gouvernement allemand.

    Cette nouvelle équipe sera hébergée par l'Office fédéral pour la sécurité de l'information (BSI). Ses objectifs sont d'aider à la prévention des attaques informatiques contre les autorités et d'apporter un soutien aux opérateurs de réseaux.

    Les cyberattaques : une menace grandissante pour la sécurité de l'Allemagne

    Un rapport publié par le BSI le 9 novembre a averti que les cyberattaques étaient devenues un problème sécuritaire pour l'Allemagne.

    «Lorsque les systèmes informatiques des hôpitaux, des entreprises ou des bâtiments administratifs peuvent être désactivés jusqu'à ce qu'une rançon soit payée, voilà une évolution qui doit être traitée de manière décisive», a souligné le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière.

    Pour le ministre allemand, les cyberattaques menacent également la liberté d'expression : «Ces cyberattaques représentent un haut niveau de menace, dans la mesure où elles ciblent spécifiquement le processus démocratique de prise de décision. Si elles réussissent, je prévois un danger pour la société pacifique et pour notre démocratie.»

    La majorité de ces cyberattaques proviendrait de l'étranger selon Thomas de Maizière et seraient principalement le fait de la Russie et de la Chine.

    Lire aussi : Moscou demande des explications à Washington sur des soupçons de préparation de cyberattaques

    https://francais.rt.com/international/28789-allemagne-armee-geeks-protection-cyberattaques

    RépondreSupprimer