- ENTREE de SECOURS -



lundi 10 octobre 2016

Traits mal du jour


10 commentaires:

  1. L'Union européenne part à l'attaque de la «propagande» de Daesh et... de la Russie


    10 oct. 2016, 22:51

    Les succès d'audience des médias russes, dont RT, font visiblement peur au parlement européen au même titre que Daesh. Aussi, La commission des Affaires étrangères du parlement appelle à contrer la «désinformation» russe et se doter de moyens.

    Dans une résolution votée ce 8 octobre, la commission des Affaires étrangères du parlement européen appelle à mieux combattre la «propagande» que distillent, selon elle, la Russie tout autant que l'organisation terroriste Daesh.

    «Nos sociétés sont la cible d'une propagande hostile et de désinformation à la fois de la part du Kremlin mais aussi d'acteurs non-étatiques comme Daesh», prévient Anna Fotyga, le rapporteur du comité des Affaires étrangères du parlement européen. «Ce rapport est une étape très importante afin d'éveiller les consciences», poursuit-elle, «le parlement européen ne peut rester inactif concernant l'enjeu vital de la sécurité de l'Union européenne».

    En cela, l'Union européenne emboîte le pas aux Etats-Unis : tandis qu'Hillary Clinton appelait les médias américains à se mobiliser contre la «désinformation» russe, le Pentagone identifiait en juillet dernier la Russie au même titre que l'Etat islamique comme les plus grandes menaces pour les Etats-Unis.

    Lire aussi : Le Pentagone : la Russie et Daesh déclarés comme les plus grandes menaces pour les Etats-Unis

    L'Etat islamique et la Russie sur le même plan

    Pour la commission européenne des Affaires étrangères, les choses sont simples : d'un côté, la Russie cherche à diviser, tandis que Daesh s'est donné comme cible privilégiée l'Union européenne : «le gouvernement russe emploie de façon agressive tout une panoplie de moyens et d'outils, tels des think tanks, des chaînes de télévisions en plusieurs langues, comme par exemple Russia Today, et des pseudo agences de presse, ainsi que les réseaux sociaux». Tout ça pour mettre en péril, explique la commission, «les valeurs démocratiques et diviser l'Europe».

    Une soif de chaos finalement pas très éloignée de celle des djihadistes amateurs de décapitation de Daesh à en croire les députés européens. Toujours selon la résolution de la commission, l'Etat islamique aussi mène une campagne de propagande dont le but est de susciter la «haine contre les «valeurs européennes».

    L'Union européenne déclare la guerre de l'information

    Aussi, devant le danger que représente le prosélytisme russe, la commission a lancé en août dernier une task force de «réponse rapide» afin de contrer ce que les députés européens considèrent comme de la désinformation.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  2. Lire aussi
    «Les médias dominants ont peur de RT car de plus en plus de gens se tournent vers son bon sens»

    La nouvelle cellule, qui fait partie du Service d'action extérieure européen (EEAS) comprend une dizaine de locuteurs russes issus des Etats membre de l'Union ainsi que des professionnels chevronnés des médias. En clair, des personnes sachant manier la communication, les mots et la rhétorique.

    Mais pour autant, la commission des Affaires étrangères ne souhaite pas utiliser les viles méthodes de l'adversaire : «Contrer la propagande par de la propagande est contre-productif», explique cette dernière dans sa résolution. Pour contrer la désinformation des terroristes et des Russes, les députés européens comptent plutôt sur des informations «positives» ainsi que sur l'éducation des masses afin de rendre les citoyens européens capables de discerner entre le Bien et le Mal.

    La résolution suggère d'ailleurs comme piste de resserrer la collaboration de l'Union européenne avec l'OTAN, une organisation militaire créée du temps de la guerre froide lorsque les «bons» et les «méchants» étaient clairement identifiés, qui lui a survécu, tout en en gardant le souvenir.

    Lire aussi : Comment Euronews diffuse de fausses informations et déforme l’actualité sur la Russie

    https://francais.rt.com/international/27426-attention-propagande-daesh-russie

    RépondreSupprimer
  3. Crimée: une réponse tranchante d’un sénateur russe à un diplomate US


    23:01 10.10.2016



    La question de la Crimée est «close une fois pour toutes», a indiqué le président russe Vladimir Poutine, mais l’Occident persiste dans sa négation de la réalité.

    Le sénateur russe Alexeï Pouchkov a répondu à l'ancien ambassadeur américain en Russie Michael McFaul, proposant de restituer la Crimée à l'Ukraine, par la proposition d'oublier la question criméenne et de cesser de protéger les terroristes.

    Telle a été la réaction de M. Pouckov à la question de M. McFaul postée sur Twitter : « Est-ce qu'il ne serait pas magnifique si, comme l'a dit M. Trump, la Russie rendait la Crimée, cessait de bombarder Alep et abandonnait ses cyberattaques contre les États-Unis ? ».

    « Oubliez la Crimée. Est-ce qu'il ne serait pas magnifique si les États-Unis renonçaient à renverser les pouvoirs politiques en place, cessaient de protéger le Front al-Nosra et abandonnaient leur politique de sanctions et de menaces à l'égard de la Russie ? », a écrit le sénateur sur Twitter.

    La Crimée et Sébastopol ont été rattachés à la Russie à la suite d'un référendum tenu en mars 2014. 96,77 % des Criméens et 95,6 % des habitants de la ville de Sébastopol (ville criméenne avec un statut particulier) ont voté pour le rattachement à la Russie. La péninsule avait été « offerte » à l'Ukraine par Nikita Khrouchtchev en 1954. Aujourd'hui, l'Ukraine continue de considérer ce territoire comme le sien. La majorité des pays occidentaux soutiennent la position de Kiev et ont introduit des sanctions antirusses en 2014.

    Selon le président russe Vladimir Poutine, la question de la Crimée est « close une fois pour toutes ».

    https://fr.sputniknews.com/international/201610101028130750-crimee-ambassadeur-usa-russie/

    RépondreSupprimer
  4. Les liaisons dangereuses entre Que Choisir et la politique


    9 octobre 2016


    La revue consumériste Que Choisir a publié dans son numéro de septembre 2016 un article d’un journaliste, Erwan Seznec, intitulé « Traitements bio – Toxiques naturellement » qui explique des faits bien connus des agriculteurs et des spécialistes : l'agriculture biologique (AB) utilise aussi des pesticides, agréés par leur cahier des charges, et que ceux-ci ne sont pas forcément exempts de toxicité.

    Ces faits sont généralement occultés par les lobbies pro-AB, qui communiquent sur l’AB comme « alternative aux pesticides » et tendent à propager l’idée que AB = produits non-traités. Le tout généralement sans susciter beaucoup de critiques…

    Cet article de Que Choisir n’a pas, bien sûr, été apprécié dans les milieux de l’écologie politique, soutiens inconditionnels de l’AB.

    C’est bien sûr leur droit, chacun étant libre de croire ce qu’il veut, même des choses fausses. Sauf que cette liberté n’entre pas dans la vision du monde de l’écologie politique. Certains activistes sont donc intervenus auprès de Que Choisir. C’est aussi leur droit de s’exprimer. Ils ne s’en privent d’ailleurs pas, ces adeptes du lobbying frénétique (y a-t-il une seule commune, par exemple, même la plus petite, qui ne l’a pas subi ?).

    Sauf que cette affaire révèle plus que du lobbying à visée politique : la volonté de faire virer Seznec, journaliste pigiste à Que Choisir.

    Cela apparait sur un blog temporaire ouvert spécialement par le journaliste, qui révèle des échanges de courriels entre militants écologistes qui lui sont parvenus et qu’il a choisi de rendre publics. Le lecteur pourra trouver des détails sur l’affaire sur des sites spécialisés :

    http://www.agriculture-environnement.fr/a-la-une/seznec-ecologie-radicale-le-lobby-bio-et-le-maccarthysme

    http://www.forumphyto.fr/2016/09/30/les-pressions-deelv-pour-faire-taire-un-journaliste-de-que-choisir/

    http://seppi.over-blog.com/2016/10/affaire-seznec-allo-la-presse-allo-eelv.html

    Des militants écologistes installés comme chez eux au sein de l’organisation consumériste.

    Nous ne divulguerons pas ici les leaks des échanges entre militants écologistes. Il parait cependant justifié de demander des comptes à l’UFC-Que Choisir sur ses liens avec des militants politiques. Comme d’ailleurs certains médias : j’en veux pour preuve leur capacité à susciter par exemple la diffusion à la télévision, à flux tendu, de docu-menteurs contre diverses industries...

    Pour en revenir à l’affaire Que Choisir, on peut citer le cas d’un militant associatif, membre d’EELV, ayant des liens reconnu par lui-même avec Biocoop (premier réseau de magasins bio en France) qui a « rejoint l’UFC-Que Choisir pour gérer le secteur de l’eau et de l’agriculture » (voir http://vienne.eelv.fr/poitiers-sud-vienne/bureau-poitiers/).

    De tels conflits d’intérêt ne peuvent que discréditer l’organisation consumériste.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  5. L’UFC-Que Choisir n’est pas la seule à entretenir des liens contre-nature (sans jeux de mots).

    La Confédération de la Consommation, du Logement et du Cadre de Vie (CLCV) a été pris en flagrant délit dans un livre, présenté comme un guide sur les rayonnements, OGM et nanotechnologie, mais qui a pris ses sources de manière totalement biaisée
    (voir http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1778).

    L’Association Léo Lagrange pour la défense des consommateurs est adhérente d’une « Alliance Paysans Ecologistes Consommateurs », à côté de la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique et d’autres organisations de l’écologie politique. L’INC-60 millions de consommateur a été un acteur zélé de certaines campagnes des écologistes
    (voir http://alerte-environnement.fr/2015/06/15/60-millions-de-consommateurs-sombre-dans-la-caricature/).

    La question que l’on doit se poser en tant que consommateur est : avons-nous des associations pour défendre nos intérêts ou pour nous faire peur et participer ainsi au sabotage d’activités économiques (ce à quoi semble se résumer aujourd’hui le projet politique écologiste) ?

    http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/2016/10/que-choisir-et-la-politique.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans traitements adéquats contre les diverses maladies ou attaques d'insectes, il n'y aurait aucun fruits & légumes vendus. L'idiotie est de faire croire (voir forums du jardinage) qu'il suffirait de traiter ses plantes avec... du savon noir !! ou... du bicarbonate de soude !! HAHAHAHA ! Plus con que çà y a pas !
      Faut dire que de plus en plus il y a des jardins qui sont cultivés et échappent donc à la clientèle escroquée des supermarchés, c'est pourquoi sont nés des sites de 'jardinages' ou seulement spécialisés dans la tomate ou plantes exotiques où l'administrateur du forum parle sous 50 pseudonymes des bien-fait du non-traitement ! du non-binage ! et du non-arrosage pour économiser l'eau abondante et éternelle ! HAHAHAHA !

      Supprimer
  6. L'UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

    By lejournaldusiecle
    14 février 2013

    Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d'euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l'euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

    C'est le Daily Telegraph qui a révélé l'information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d'une campagne sans précédent de réorientation de l'opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

    Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l'opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d'attirer l'attention médiatique et publique.

    Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d'y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s'agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

    Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu'expriment de plus en plus d'Européens, à savoir que "l'Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d'Europe", et non pas "moins d'Europe".

    Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l'euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu'est l'UE, dixit Barroso.

    En pleine crise économique, et alors que l'austérité est imposée aux États, l'UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu'une augmentation de près de 2 millions d'euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés l'an prochain.

    Nigel Farage a été l'un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l'UE ne valait pas mieux qu'une "république bananière".

    Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

    http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

    RépondreSupprimer
  7. Pauvre Amérique: 7 Américains sur 10 ont moins de 1000 $ en économies


    par Tyler Durden
    10 octobre 2016 16h30
    Soumis par Joseph Jankowski via PlanetFreeWill.com,


    Toute la journée de la classe politique va parler vers le bas pour le public américain sur la façon dont ils ont la volonté de provoquer un virage économique à l'intérieur aux États-Unis et le retour de la prospérité. Brandissant leurs solutions étatistes à chaque gouvernement a créé des distorsions dans l'économie, la rhétorique de Washington dogmatise une «récupération» continue produite par ceux qui se disent leaders.

    "Toute personne affirmant que l'économie américaine est en déclin est le colportage fiction", a déclaré le président Obama dans son état de l'adresse de l'Union plus tôt cette année.

    Cette semaine Obama est sorti et a dit que son administration a créé un «plus durable, croissance économique" avec "15 millions de nouveaux emplois dans le secteur privé depuis le début de 2010" dans un essai dans The Economist.

    Mais comme la plupart des gens sont au courant maintenant, les chiffres du gouvernement calculés sont toujours tordus afin de créer l'illusion de la reprise économique. Il suffit de prendre le rapport de l'emploi produit pour Juillet, où quelque 200.000 emplois créés étaient le produit d'une réalité virtuelle créée par un modèle défectueux et la manipulation des ajustements saisonniers.

    "Le gain global de la paie de 255.000 truqué de façon plus réaliste aurait dû venir au-dessous de zéro, déduction faite des intégré biais à la hausse," John Williams of Shadow Stats dit à propos de la figure Juillet.

    S'il y a une reprise, les gens ont de l'argent dans leurs économies, non ? L'épargne est sans aucun doute un indicateur de la richesse.

    Il se trouve que 7 Américains sur 10 ont moins de 1000 $ dans leur compte d'épargne.

    De USA Today:

    L'an dernier, GoBankingRates a interrogé plus de 5000 Américains seulement pour découvrir que 62% d'entre eux avaient moins de 1000 $ en économies. GoBankingRates mois dernier à nouveau posé la question aux Américains de combien ils avaient dans leur compte d'épargne, mais cette fois il a demandé à 7052 personnes. Le résultat ? Près de 7 Américains sur 10 (69%) avaient moins de 1000 $ dans leur compte d'épargne.
     
    Briser les données de l'enquête vers le bas un peu plus loin, nous constatons que 34% des Américains n'ont pas un sou dans leur compte d'épargne, tandis qu'un autre 35% ont moins de 1000 $. Parmi les autres enquêtes preneurs, 11% ont entre 1000 $ et 4999 $, 4% ont entre 5000 $ et 9999 $, et 15% ont plus de 10 000 $.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  8. Faisons réitérer une figure ci-dessus: 34% des Américains ne dispose pas d'un sou dans leurs économies compte. Quand appliquant ce nombre à la population totale des États-Unis, il y a plus de 108 millions de personnes qui ont pas d'épargne, afin que jamais.

    Il ne peut éventuellement être une reprise économique en cours quand un tiers de la population n'a pas d'argent à se replier sur. Et considérant que l'épargne est essentielle pour l'investissement en capital, il est évident que la personne moyenne ne fait rien pour la croissance contribue.

    Ceci est un signe que les Etats-Unis, que l'on appelle la nation d'opportunité économique et la prospérité, est économiquement brisée.

    Le Bureau du recensement des États-Unis a publié des numéros il y a un an qui a révélé que 47 millions d'Américains tombent au-dessous du seuil de pauvreté d'environ 24 000 $ de revenu médian des ménages par an.

    Bienvenue pauvres Amérique.

    Voici quelques statistiques plus choquantes qui prouvent aux États-Unis n'a pas de récupération et les Américains moyens ont du mal à joindre les deux bouts.

    Gracieuseté de Michael Snyder de l'effondrement économique Blog:

    - Autres chiffres du Bureau du recensement des Etats-Unis sont également très inquiétant. Par exemple, en 2007 environ un sur huit enfants en Amérique était sur les timbres alimentaires. Aujourd'hui, ce nombre est un sur cinq.
     
    - Selon Kathryn J. Edin et H. Luke Shaefer, les auteurs d'un nouveau livre intitulé «2,00 $ par jour: Vivre sur presque rien en Amérique", il y a 1,5 million de ménages «ultrapauvres» aux États-Unis qui vivent avec moins de deux dollars par jour. Ce nombre a doublé depuis 1996.
     
    - 46 millions d'Américains utilisent les banques alimentaires chaque année, et les lignes commencent à se former à des banques alimentaires américaines dès 6h30 le matin parce que les gens veulent obtenir quelque chose avant que les approvisionnements alimentaires épuisées.
     
    - Le nombre d'enfants sans abri dans le États-Unis a augmenté de 60 % au cours des six dernières années.
     
    - Selon la pauvreté Etats-Unis, 1,6 million d'enfants américains dormaient dans un refuge pour sans abri ou une autre forme de logements d'urgence l'an dernier.
     
    - La police de New York City ont identifié 80 campements sans-abri séparés dans la ville, et la crise des sans-abri, il a été tellement mauvais qu'il est décrit comme une «épidémie».
     
    - Si vous pouvez le croire, plus de la moitié de tous les élèves dans nos écoles publiques sont assez pauvres pour se qualifier pour les subventions de repas scolaires.
     
    - Selon un rapport du Bureau de recensement qui a été publié un certain temps, 65 % de tous les enfants aux États-Unis vivent dans une maison qui reçoit une certaine forme d'aide du gouvernement fédéral.
     
    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  9. # - Selon un rapport qui a été publié par l'UNICEF, près d'un tiers de tous les enfants dans ce pays "vivent dans des ménages dont le revenu est inférieur à 60 % du revenu médian national".
     
    - En ce qui concerne la pauvreté des enfants, les États-Unis se classe 36e sur les 41 «pays riches» que l'UNICEF ont regardé.
     
    - Le nombre d'Américains qui vivent dans les zones concentrées de pauvreté élevée a doublé depuis l'an 2000.
     
    - Une étonnante 45 % de tous les enfants afro-américains aux Etats-Unis vivent dans des zones de «pauvreté concentrée».
     
    - 40,9 % de tous les enfants aux États-Unis qui sont élevés par un seul parent vivent dans la pauvreté.
     
    - Une étonnante 48,8 % de tous les 25 ans Américains vivent encore à la maison avec leurs parents.
     
    - Il n'y a tout simplement pas assez bons emplois pour tout le monde plus. Il peut être difficile à croire, mais 51 % de tous les travailleurs américains gagnent moins de 30 000 $ par année.
     
    - Il y a 7,9 millions d'Américains en âge de travail qui sont "officiellement au chômage» en ce moment et un autre 94,7 millions d'Américains en âge de travailler qui sont considérés comme «pas dans la population active". Lorsque vous ajoutez ces deux nombres, vous obtenez un grand total de 102,6 millions d'Américains en âge de travailler qui ne dispose pas d'un emploi dès maintenant.
     
    - Posséder une maison a toujours été un signal que vous appartenez à la classe moyenne. Voilà pourquoi il est si alarmante que le taux d'accession à la propriété aux États-Unis est en baisse depuis huit ans dans une rangée.
     
    - Selon un récent sondage Pew, environ 70 pour cent de tous les Américains croient que «la dette est une nécessité dans leur vie».
     
    - A ce stade, 25 pour cent de tous les Américains ont une valeur nette négative. Cela signifie que la valeur de ce qu'ils doivent est supérieure à la valeur de tout ce qu'ils possèdent.
     
    - Le top 0,1 % de toutes les familles américaines ont à peu près autant de richesse que le fond de 90 % de toutes les familles américaines combinées.
     
    Si nous sommes vraiment "la plus grande nation sur la planète", alors pourquoi ne pouvons pas nous occupons même de notre propre peuple ?

    Pour donner une réponse à la question de M. Snyder mentionné ci-dessus, une raison énorme "la plus grande nation sur la planète" ne peut pas prendre soin de son propre peuple est parce qu'il ya un gouvernement géant sur le dos, infesté par des intérêts particuliers, suçant des centaines de des milliards de dollars sur l'économie chaque trimestre.

    les recettes fiscales fédérales inflation ajusté a atteint un record 765000000000 $ pour le premier trimestre de l'exercice 2016, alors que le gouvernement fédéral a couru encore un déficit de 215 milliards $ pendant cette période, selon un communiqué du Département du Trésor.

    Chaque fois que vous entendez un politicien parler de la reprise économique, sans la mention de la diminution de la taille du gouvernement, juste comprendre qu'il est impossible et que les intérêts particuliers siphonnent la vie dès la sortie de votre économie.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-10-10/poor-america-7-10-americans-have-less-1000-savings

    RépondreSupprimer