- ENTREE de SECOURS -



vendredi 21 octobre 2016

Tor - Le champion contre la surveillance de masse ?

https://www.youtube.com/watch?v=i43O7xM1wIg

----------voir aussi:

Comment sécuriser votre "Box" ?

https://www.youtube.com/watch?v=J08AFSkqQnE

24 commentaires:

  1. Vive réaction en Norvège après des propos du ministre de l'Intégration sur les musulmans


    21 oct. 2016, 13:23


    Des remarques du ministre norvégien de l'Intégration, Sylvi Listhaug, ont suscité une énorme polémique en Norvège autour de la question de l'islam et de l'immigration. Certaines voix dénoncent une politique de «peur» et de division.

    Cette semaine, à la veille d'une conférence nationale sur l'intégraton, Sylvi Listhaug, ministre et membre du Parti du Progrès, avait publié un post incendiaire à l'endroit des immigrés musulmans.

    «Je crois que ceux qui viennent en Norvège doivent s'adapter à notre société. Ici on mange du porc, on boit de l'alcool et on montre notre visage. Quand vous venez en Norvège, vous devez respecter les valeurs, les lois et règles qui existent ici», a-elle écrit dans un post qui a reçu plus de 20 000 «like».

    Ces propos ont fait vivement réagir une responsable locale du Parti du Travail à Oslo, Zaineb Al-Samarai, qui a répondu au ministre dans un article publié par le journal Dagbladet : «Si vous êtes la ministre de l'intégration, vous devez commencez à intégrer.»

    La travailliste a accusé le ministre norvégien de l'intégration de délibérément chercher à écarter les immigrés musulmans du reste de la société norvégienne. «Ne faites pas peur aux gens, ne les séparez pas», a ainsi tancé l'élue au conseil municipal d'Oslo.

    Sylvi Listhaug n'est pas le seul membre du gouvernement a avoir durci le ton envers les immigrés et les musulmans. Plusieurs membres du gouvernement de coalition en Norvège ont demandé de manière virulente aux immigrés musulmans de s'intégrer et d'assimiler les «valeurs» norvégiennes.

    Le premier ministre Erna Solberg avait elle-même déclaré qu'elle n’emploierait personne portant le voile islamique. «Non, vous n'aurez probablement pas de travail avec moi ou avec beaucoup d'autres si vous portez un niqab», avait ainsi expliqué le chef du gouvernement norvégien lors d'une interview.

    Le gouvernement au pouvoir en Norvège est issu d'une coalition entre le Parti Conservateur (centre-droit) et le Parti du Progrès, une formation politique opposée à l'immigration.

    D'après Statistics Norway, en 2013, l'islam était la deuxième religion en Norvège après l'Eglise luthérienne. Mais les musulmans ne représentaient que 120 000 personnes sur une population totale de cinq millions de norvégiens. Cela correspond environ à 2,4% de la population.

    Lire aussi : Zones «interdites» en Suède : la situation tendue vue par un journaliste local

    https://francais.rt.com/international/27876-polemique-gouvernement-norvege-integration-musulmans-immigration

    RépondreSupprimer
  2. Le Conseil constitutionnel censure la surveillance des ondes hertziennes


    21 oct. 2016, 10:18


    Un article de loi qui prévoyait la surveillance des communications sans fil vient d'être censuré par le Conseil constitutionnel. Ce dernier justifie sa décision au motif qu'«aucune condition ni aucune garantie» n'encadre cette surveillance.

    Dans une décision rendue ce vendredi 21 octobre, les membres du Conseil constitutionnel ont décidé de censurer un article qui autorisait les services de renseignement à intercepter et surveiller les communications hertziennes, sans aucun dispositif de contrôle ou d'encadrement. Cette loi n'est pourtant pas nouvelle, puisqu'elle est en vigueur depuis plus de 25 ans.

    La décision souligne une incompatibilité entre ces dispositifs de surveillance et l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Elle constate «une atteinte manifestement disproportionnée au droit au respect de la vie privée et au secret des correspondances», et sanctionne donc l'inconstitutionnalité du texte. Les députés ont jusqu'au 31 décembre 2017 pour voter une nouvelle loi.

    Le dispositif de surveillance des ondes hertziennes, tel qu'il fonctionnait jusqu'ici, autorisait les autorités françaises à observer notamment les déplacements de sous-marins étrangers. Mais son rôle ne se bornait pas à cet aspect militaire, puisqu'il permettait aussi de surveiller les communications par téléphone mobile entre individus privés, les échanges transitant sur les ondes Wi-Fi ou Bluetooth. Les services de renseignement ne pourront plus disposer de cet instrument de surveillance.

    Dans un contexte de menace terroriste exacerbée, les enjeux de la surveillance et la manière dont cette dernière remet en question la garantie des libertés fondamentales, cette décision du Conseil constitutionnel revêt une symbolique toute particulière. Celui-ci affiche une volonté nette de ne pas faire primer les objectifs de sécurité et de prévention sur les garanties constitutionnelles des droits des individus

    https://francais.rt.com/france/27868-conseil-constitutionnel-censure-surveillance-ondes-hertziennes

    RépondreSupprimer
  3. Le coût de la construction en permanente augmentation


    jeudi, 20 octobre 2016 13:08


    Faire construire coûte de plus en plus cher. Le foncier coûte plus cher, les normes génèrent des coûts, la construction coûte plus cher, les impôts coûtent plus cher

    Depuis 5 ans, le budget total alloué à la construction d’une maison est en constante augmentation, selon le baromètre trimestriel publié par la plateforme d’échanges entre particuliers ForumConstruire.com.

    Première explication avancée : l’augmentation du foncier. En effet, un futur propriétaire doit dépenser aujourd’hui presque 15 000 € de plus qu’en 2011 pour acheter son terrain. Le budget terrain s’élève aujourd’hui à 97 280 € en moyenne, contre 83 900€ en 2011. Cela est dû à une raréfaction des terrains, mais aussi aux normes environnementales qui en augmentent considérablement le coût de mise en viabilité. Les mesure coercitives de sur taxation fiscales de Madame Duflot n’ont rien changé, au contraire, puisque maintenant les propriétaires cherchent à récupérer les sommes qui leur été prélevées par l’Etat en augmentant les prix de vente.

    Deuxième explication: le coût de la construction a aussi augmenté, passant de 138 000 € en 2011 à 155 280 € aujourd’hui. Les normes plus strictes en matière d’isolation et de conception de l’habitat instaurées en 2012 par Madame Duflot ont largement contribué, comme on s’y attendait, à cette augmentation. Il faut aujourd’hui prévoir, en moyenne, 1 500 € le mètre carré pour faire construire une maison neuve, contre 1 300 € en 2011.

    En fin de compte, le budget moyen s’établit à 150 000 € pour une maison de 100 mètres carrés, hors foncier, et hors frais de notaire, ce qui excède largement les possibilités de financement de la majorité des familles françaises, en particulier des primo accédants qui représentaient le gros des acheteurs de maisons neuves.

    Ce budget construction a progressé de 15 % depuis 2010, une augmentation qui excède largement le taux de l’inflation.

    Ajoutez à cela l’envolée des taxes foncières dans la quasi totalité des collectivités locales qui freinent encore les projets.

    Conséquence : les surfaces habitables et les superficies des terrains se réduisent. La diminution du confort est constitutive de la paupérisation des familles françaises.

    http://www.objectifeco.com/immobilier/business-de-limmobilier/construction-btp/le-cout-de-la-construction-en-permanente-augmentation.html

    RépondreSupprimer
  4. WikiLeaks Tweets "Police Lourdement armée" Rassemblement devant l'ambassade équatorienne à Londres


    par Tyler Durden
    21 octobre 2016 13h06


    Comme la pression des supports d'administration Obama sur le gouvernement équatorien et Assange pour stopper le flux des e-mails d'Hillary, Wikileaks vient de poster le tweet suivant révélant "police" lourdement armée en dehors de l'ambassade équatorienne à Londres.
     
    La présence de «police» a apparemment commencé à amasser plus tôt cette semaine comme Wikileaks a confirmé que l'équatorien avait accepté de réduire l'accès à Internet de Julian Assange après un peu de pression politique de John Kerry ...

    Nous pouvons confirmer l'Equateur a coupé l'accès à Internet d'Assange samedi 17 heures GMT, peu de temps après la publication des speechs Goldman Sachs Clinton.

    ... Et comme un complot prétendument faux, avec des liens vers la campagne Clinton, a été révélé qui a tenté de lier Julian Assange à un anneau de pédophilie.

    Avec un peu plus de deux semaines à gauche jusqu'à l'élection, la pression semble certainement être monté sur l'organisation WikiLeaks ... on peut se demander si un président Clinton pourrait résister à l'envie de "juste drone ce gars."

    http://www.zerohedge.com/news/2016-10-21/wikileaks-reveals-heavily-armed-police-gathering-outside-ecuadorian-embassy-london

    RépondreSupprimer
  5. Allemands quittez l'Allemagne "en masse"


    par Tyler Durden
    21 octobre 2016 13h35
    Soumis par Soeren Kern via L'Institut Gatestone,


    Plus de 1,5 million d'Allemands, beaucoup d'entre eux très instruits, ont quitté l'Allemagne au cours de la dernière décennie. - Die Welt.

    L'Allemagne est confrontée à une hausse de la criminalité des migrants, y compris une épidémie de viols et d'agressions sexuelles. Les migrations de masse accélère également l'islamisation de l'Allemagne. Beaucoup d'Allemands semblent perdre espoir quant à l'orientation future de leur pays.

    «Nous réfugiés ... ne veulent pas vivre dans le même pays avec vous. Vous pouvez, et je pense que vous devriez, quitter l'Allemagne. Et s'il vous plaît prendre la Saxe et l'Alternative pour l'Allemagne (Afd) avec vous .... Pourquoi vous pas dans un autre pays ? Nous sommes malades de vous ! " - Aras Bacho un 18-year-old migrant syrien, dans Der Freitag, Octobre ici 2016.

    Un agent immobilier dans une ville près du lac Balaton, une destination touristique populaire dans l'ouest de la Hongrie, a déclaré que 80% des Allemands de déménager, il cite la crise de la migration comme la principale raison de leur désir de quitter l'Allemagne.

    «Je crois que l'islam ne fait pas partie de l'Allemagne. Je considère comme une entité étrangère qui a apporté plus de problèmes que d'avantages de l'Ouest. À mon avis, de nombreux adeptes de cette religion sont impolis, exigeant et méprisera l'Allemagne." - Un citoyen allemand qui a émigré de l'Allemagne, dans une "Lettre ouverte au gouvernement allemand."

    «Je crois que l'immigration est la production de changements majeurs et irréversibles dans la société allemande. Je suis en colère que cela se passe sans l'approbation directe des citoyens allemands. ... Je crois qu'il est dommage qu'en Allemagne, les juifs doivent encore avoir peur d'être juifs." - Un citoyen allemand qui a émigré de l'Allemagne, dans une "Lettre ouverte au gouvernement allemand."

    «Mon mari dit parfois, il a le sentiment que nous sommes maintenant la plus grande minorité avec pas de lobby. Pour chaque groupe il y a une institution, un lieu, un intérêt public, mais pour nous, un couple hétérosexuel marié avec deux enfants, et non pas au chômage, ni handicapés, ni islamique, pour des gens comme nous, il n'y a plus d'intérêt ». - «Anna», dans une lettre au maire de Munich au sujet de sa décision de déménager sa famille hors de la ville parce que les migrants faisaient sa vie il impossible.

    Un nombre croissant d'Allemands abandonnent les quartiers dans lesquels ils ont vécu toute leur vie, et d'autres quittent l'Allemagne pour de bon, comme l'immigration de masse transforme les parties du pays au-delà de la reconnaissance.

    Les données de l'agence de statistiques allemand, Destatis, montre que 138.000 Allemands ont quitté l'Allemagne en 2015. Plus devraient émigrer en 2016. Dans une histoire sur l'exode des cerveaux intitulé, "talent allemand quitte le pays en masse," Die Welt a rapporté que plus de 1,5 million d'Allemands, beaucoup d'entre eux très instruits, ont quitté l'Allemagne au cours de la dernière décennie.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  6. Les statistiques ne donnent pas une raison pour laquelle les Allemands émigrent, mais des preuves anecdotiques indiquent que beaucoup se réveillent au coût réel - financier, social et culturel - de la décision de la chancelière Angela Merkel pour permettre à plus d'un million de migrants pour la plupart musulmans d'entrer dans le pays en 2015. devraient au moins 300.000 migrants plus pour arriver en Allemagne en 2016, selon Frank-Jürgen Weise, le chef du bureau de migration du pays, BAMF.

    Les migrations de masse a - parmi beaucoup d'autres problèmes - a contribué à un sentiment croissant d'insécurité en Allemagne, qui fait face à un pic de la criminalité des migrants, y compris une épidémie de viols et d'agressions sexuelles. Les migrations de masse accélère également l'islamisation de l'Allemagne. Beaucoup d'Allemands semblent perdre espoir quant à l'orientation future de leur pays.

    Au plus fort de la crise des migrants en Octobre 2015, quelque 800 citoyens se sont réunis lors d'une réunion de la mairie de Kassel / Lohfelden pour protester contre une décision unilatérale prise par le gouvernement local pour mettre en place des abris migrants dans la ville. Le Président de Kassel, Walter Lübcke, a répondu en disant ceux qui sont en désaccord avec la politique d'immigration de la porte ouverte du gouvernement qu'ils sont «libres de quitter l'Allemagne à tout moment."

    Cette attitude a été reprise dans un essai audacieux publié en Octobre 2016 par le journal Der Freitag, (également publié par Huffington Post Deutschland, qui a supprimé ensuite le poste). Dans l'article, un 18-year-old migrant syrien nommé Aras Bacho a appelé les Allemands qui sont en colère à propos de la crise des migrants de quitter l'Allemagne. Il a écrit:

    «Nous réfugiés ... sont nourris avec les citoyens en colère (Wutbürger). Ils insultent et agitent comme un fou .... Il y a toujours ces excitations par des racistes chômeurs (Wutbürgern), qui passent tout leur temps sur Internet et attendre jusqu'à ce que un article sur les réfugiés apparaît sur l'Internet. Ensuite, il commence avec des commentaires sans vergogne ....
     
    "Bonjour, vous chômeurs citoyens en colère (Wutbürger) sur Internet. Comment instruit êtes-vous ? Combien de temps allez-vous continuer à déformer la vérité ? Savez-vous pas que vous répartissez mensonges chaque jour ? Qu'est-ce que vous auriez fait si vous étiez dans leurs chaussures ? Eh bien, vous auriez fuit !
     
    «Nous réfugiés ... ne veulent pas vivre dans le même pays avec vous. Vous pouvez, et je pense que vous devriez, quitter l'Allemagne. Et s'il vous plaît prendre la Saxe et l'Alternative pour l'Allemagne (Afd) avec vous.
     
    "L'Allemagne ne vous convient pas, pourquoi vivez-vous ici ? Pourquoi ne pas aller dans un autre pays ? Si cela est votre pays, chers citoyens en colère (Wutbürger), puis se comporter normalement. Sinon, vous pouvez simplement fuir l'Allemagne et de chercher un nouvelle maison. Allez en Amérique pour Donald Trump, il vous aime beaucoup. Nous sommes malades de vous ! "

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  7. En mai 2016, le magazine, Focus, a rapporté que les Allemands ont été le déplacement en Hongrie. Un agent immobilier dans une ville près du lac Balaton, une destination touristique populaire dans l'ouest de la Hongrie, a déclaré que 80% des Allemands de déménager, il cite la crise de la migration comme la principale raison de leur désir de quitter l'Allemagne.

    Un citoyen allemand anonyme qui a émigré d'Allemagne a récemment écrit une "Lettre ouverte au gouvernement allemand." Le document, qui a été publié sur le site politiquement incorrect, déclare:

    "Il y a quelques mois, j'ai émigré d'Allemagne. Ma décision n'a pas été pour le gain économique, mais surtout à cause de mon mécontentement avec les conditions politiques et sociales actuelles dans ma patrie. En d'autres termes, je pense que je et surtout ma descendance peut entraîner une meilleure vie ailleurs. "Mieux" pour moi dans ce contexte est d'abord une vie de liberté, l'autodétermination et des salaires décents en matière de fiscalité.
     
    «Je ne sais pas, cependant, je veux fermer la porte derrière moi tranquillement et simplement aller. Je voudrais ici expliquer de façon constructive pourquoi je décidai de quitter l'Allemagne.
     
    1. «Je crois que l'islam ne fait pas partie de l'Allemagne. Je considère comme une entité étrangère qui a apporté plus de problèmes que d'avantages de l'Ouest. À mon avis, de nombreux adeptes de cette religion sont impolis, exigeant et méprisera l'Allemagne. Au lieu d'arrêt l'islamisation de l'Allemagne (et la disparition conséquente de notre culture et de la liberté), la plupart des politiciens me semblent être plus préoccupés de se réélire, et donc ils préfèrent ignorer ou minimiser le problème Islam.
     
    2. «Je crois que les rues allemandes sont moins sûres que ce qu'ils devraient avoir nos possibilités technologiques, juridiques et financières.
     
    3. «Je crois que l'UE a un déficit démocratique qui limite mon influence en tant que citoyen démocratique.
     
    4. «Je crois que l'immigration est la production de changements majeurs et irréversibles dans la société allemande. Je suis en colère que cela se passe sans l'approbation directe des citoyens allemands, mais est dictée par vous aux citoyens allemands et la prochaine génération.
     
    5. «Je crois que les médias allemands est de plus en plus abandonner sa neutralité, et que la liberté d'expression dans ce pays est possible que d'une manière limitée.
     
    6. «Je crois que, en Allemagne traînards sont courtisés mais diligents sont flagellé.
     
    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  8. 7. «Je crois qu'il est dommage qu'en Allemagne, les juifs doivent encore avoir peur d'être juifs."
    De nombreux Allemands ont noté la tendance à l'intégration inverse, dans laquelle sont attendus les familles allemandes pour adapter aux coutumes et aux mœurs des migrants, plutôt que l'inverse.

    Le 14 Octobre, le journal basé à Munich Tageszeitung a publié une lettre sincère de «Anna», une mère de deux enfants, qui a écrit au sujet de sa décision de déménager sa famille hors de la ville parce que les migrants faisaient sa vie il impossible. Dans la lettre adressée au maire de Munich Dieter Reiter, elle écrit:

    "Aujourd'hui, je veux vous écrire une sorte de lettre d'adieu (Abschiedsbrief) pourquoi je et ma famille quittent la ville, même si probablement personne ne se soucie.
     
    «Je suis âgé de 35 ans, vivant ici avec mes deux jeunes fils et mon mari dans une maison jumelée haut de gamme avec parking. Donc, on peut dire que nous sommes très bien hors des normes Munich .... Nous vivons très bien avec beaucoup de l'espace et à côté d'un parc verdoyant. Alors, pourquoi une famille comme nous décider de quitter la ville ? ....
     
    "Je suppose que vos enfants ne pas utiliser les installations publiques, qu'ils n'utilisent les transports en commun, et qu'ils ne fréquentent pas les écoles publiques dans les« zones à problèmes. "Je suppose également que vous et d'autres politiciens rarement, voire jamais aller pour les promenades ici.
     
    "Donc, le lundi matin, j'ai assisté au petit déjeuner un quartier des femmes qui a été parrainé par la ville de Munich. Ici, j'ai rencontré environ 6-8 mères, certaines avec leurs enfants. Toutes les femmes portaient le foulard et aucun d'entre eux parlaient allemand. Les organisateurs de l'événement m'a rapidement informé, je vais probablement du mal à me intégrer ici (leurs mots exacts !!!). Je tiens à souligner que je suis allemand. Je parle couramment l'allemand et je ne pas porter un foulard. Je souris un peu et dit que je voudrais essayer de me intégrer. Malheureusement, j'ai apporté un salami et le jambon en sandwich au petit déjeuner, à laquelle tout le monde a été demandé d'apporter quelque chose. Alors bien sûr, j'ai eu encore moins de chance d'intégrer.
     
    «Je ne pouvais pas parler allemand à personne au petit-déjeuner de cette femme, qui est en fait censé promouvoir l'intégration, ni toute personne intéressée à le faire. Les organisateurs n'insistent sur toute personne parlant l'allemand, et les femmes, qui semblaient faire partie d'un groupe arabo-turque établie, voulait simplement utiliser la salle.
     
    »Je demandai alors sur le brunch familial .... On m'a informé que le brunch aura lieu dans des chambres séparées. Les hommes et les femmes séparément. Au début, je pensais qu'il était une mauvaise blague. Malheureusement, il n'a pas été. ....
     
    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  9. "Donc, mon impression de ces événements pour promouvoir l'intégration est misérable. Aucun échange a lieu à tous !!! Comment la ville de Munich peut tolérer une telle chose? À mon avis, tout le concept de ces événements pour promouvoir l'intégration doit être remise en question .... on m'a informé que je ne suis pas autorisé à inclure le porc dans la boîte à lunch de mon enfant !!! Bonjour ?! Nous sommes en Allemagne ici! ....
     
    "En résumé, je trouve les conditions ici qui me font sentir que nous ne sommes pas vraiment voulu ici. Que notre famille ne correspond pas vraiment ici. Mon mari dit parfois, il a le sentiment que nous sommes maintenant la plus grande minorité avec pas de lobby. Pour chaque groupe il y a une institution, un lieu, un intérêt public, mais pour nous, un couple hétérosexuel marié avec deux enfants, pas au chômage, ni handicapés, ni islamiques, pour des gens comme nous, il n'y a plus aucun intérêt.
     
    «Quand je l'ai mentionné à la maternelle de mon fils que nous envisageons se déplacer hors de la ville et je leur ai dit les raisons pour lesquelles, je suis vigoureusement attaqué par la direction de l'école. A cause de gens comme nous, ils ont dit, l'intégration ne fonctionne pas, précisément parce que nous enlevons nos enfants. Au moins deux autres mères sont devenues sauvagement abusive. La direction a maintenant marqué moi "xénophobe."
     
    "Ceci est exactement la raison pour laquelle des gens comme moi perdent leur patience et nous avons choisi de voter pour d'autres partis politiques .... Très honnêtement, j'ai parcouru la moitié du monde, avoir plus d'amis étrangers que l'allemand et ont absolument aucun préjugé ou aversions à . personnes en raison de leur origine nous avons vu une grande partie du monde, et je sais que l'intégration de manière se fait ici provoquera d'autres à venir à la même conclusion que nous avons: soit nous envoyons nos enfants dans des écoles privées et des jardins d'enfants, ou nous déplacer à d'autres communautés. Eh bien, si longtemps !!!!!!!!!!! "

    http://www.zerohedge.com/news/2016-10-20/germans-are-leaving-germany-droves

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Chaque année l'augmentation exponentielle des villes n'est pas dû à l'arrivée de gens qui fuient les campagnes mais seulement de l'immigration qui s'installe grâce aux allocations (payées par le contribuable !) et qui vote désormais pour la nomination d'un maire étranger !!!

      Supprimer
  10. Bienvenue à Neokolonialisme, Exploited Paysans !


    par Tyler Durden
    21 octobre 2016 12h15
    Soumis par Charles Hugh-Smith via OfTwoMinds blog,


    La paysannerie des Etats-Unis a été stripmined exactement comme la paysannerie coloniale impuissants dans le vieux modèle colonial.

    Dans ma dernière entrevue avec Max Keiser, Max a posé une question d'une importance fondamentale: (je paraphrase, que l'entrevue n'a pas encore été publiée): maintenant que l'itération actuelle du capitalisme a occupé tous les coins du globe, où peut-il étendre à pour sa «croissance»?

    Ma réponse: le néo-colonialisme, mon terme pour l'exploitation quasi-coloniale financiarisé de la population nationale à domicile. Je l'ai décrit cette dynamique dans le E.Ü., Neofeudalism et le modèle néocolonial-Financialisation (24 mai 2012).

    Nous savons tous comment le colonialisme vieux travaillé: la puissance impériale prend le contrôle politique et économique des terres auparavant indépendantes.

    Dans le modèle colonial traditionnel, il y a deux principaux avantages:

    1. Le pouvoir impérial (le noyau) extrait les matières premières précieuses et la main-d'œuvre à faible coût de sa colonie (la périphérie)

    2. Le pouvoir impérial vend ses propres produits à marge élevée fabriqués selon le marché capturée de sa colonie.

    Cette acheter bas, vendre haut dynamique est au cœur du colonialisme, qui peut être comprise comme un exemple de The Core-Périphérie Modèle (11 Juin, 2013).

    Le Sweetness du livre et pouvoir: La place du sucre dans l'histoire moderne est une excellente histoire de la façon dont ce modèle a travaillé pour la Grande-Bretagne.

    L'Imperial base contrôle des finances et de crédit par l'intermédiaire de son secteur bancaire multinationale, et il maintient des marges bénéficiaires élevées via son modèle état-cartel de la production. L'Etat applique une structure de prix cartel de copinage capitaliste dans lequel la concurrence est strictement limitée aux étals de rue et les marchés noirs, et corporatocracy peut augmenter les prix à volonté: par exemple, des produits pharmaceutiques tels que Epi-Pens peuvent être refixé à volonté à partir de 60 $ à 600 $ chacun.

    Si les colons résistent, les résistants sont réduits au silence et les médias mis sous contrôle de l'Etat impérial profond. (Son familar? Il devrait.)

    Ce modèle traditionnel du colonialisme a été de force démantelé dans les années 1940 et 1960. Les anciennes colonies ont établi leur indépendance politique, un processus qui diminue la richesse et la portée mondiale des anciennes puissances coloniales.

    En réponse, les pouvoirs financiers mondiaux ont demandé un contrôle financier plutôt que le contrôle politique. Ceci est la clé dynamique dans le modèle néocolonial-Financialisation, qui substitue la puissance économique de la financiarisation (dette, l'effet de levier et de la spéculation alimentée par des capitaux mobiles globalisé) pour la puissance brute de conquête politique.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  11. La principale stratégie de la financiarisation est: accorder un crédit pas cher à ceux qui ont un accès limité au capital. Ceux qui ont un accès limité au capital seront d'accord à des sanctions, des taux d'intérêt élevés, etc., car ils ont pas d'autre moyen d'acquérir un diplôme universitaire, une hypothèque, un véhicule, etc.

    Ces tactiques ont été bien documentés dans des livres tels que The Shock Doctrine: The Rise of Capitalism des catastrophes et Les Confessions d'un assassin financier.

    Mais le pillage économique des anciennes colonies a des limites, et en conséquence les pouvoirs financiers Imperial a développé le modèle néocolonial, qui transforme ces mêmes techniques sur leurs populations nationales.

    Dans le E.Ü. version de Neokolonialisme, les forces de financialisation sont utilisés pour acte les élites périphériques et populaces au cœur financier: les "colons" périphériques empruntent de l'argent pour acheter les produits finis fabriqués dans les principales économies, l'enrichissement des élites dirigeantes avec A) les bénéfices réalisés la vente de biens au débiteur B) les intérêts sur les crédits accordés aux colonies périphériques pour acheter des biens de la base des économies et "grand live", et C), le lait écrémé transactionnel de financializing actifs périphériques tels que l'immobilier et de la dette de l'Etat.

    En substance, les principales banques de l'UE ont colonisé les pays périphériques via l'euro financializing, ce qui a permis une expansion massive de la dette et de la consommation dans la périphérie. Les banques et les exportateurs du noyau extrait des profits énormes de cette expansion de la dette et de la consommation.

    Maintenant que le régime de la financiarisation de l'euro a suivi son cours, debout néocoloniale de la périphérie est nettement révélé: les actifs et les revenus de la périphérie sont coule au cœur que les intérêts sur les dettes privées et souveraines qui sont dus à la banque centrale du noyau et ses banques privées argent centre.

    Notez combien peu de grec "renflouement" effectivement allé à l'ensemble des citoyens de la Grèce et combien a été versé à l'intérêt des pouvoirs financiers.

    Ceci est non seulement la perfection de néocolonialisme mais neofeudalism aussi bien. Les pays périphériques de l'UE sont effectivement débiteurs néocoloniales du noyau, ainsi que les contribuables des nations fondamentales sont maintenant serfs féodaux dont le travail est consacré à faire bon sur les prêts à la périphérie qui vont mal.

    Neokolonialisme profite à l'aristocratie financière à la fois du centre et la périphérie. Ceci est habilement démontré dans le récent Misrule essai de quelques-uns: Comment les Oligarques Ruiné Grèce.

    Aux États-Unis, le modèle néocolonial-Financialisation domine maintenant l'économie des Etats-Unis. dette-serfs de l'Amérique peinent désormais toute leur vie pour rembourser les prêts étudiants, les prêts hypothécaires, les prêts automobiles et une foule d'autres dettes. Des charges élevées de la dette stripmine leurs gains (déjà en déclin en raison de l'inflation cachée) et rend difficile l'acquisition des actifs productifs de revenu de leur propre.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  12. Notez que les actifs productifs propres riches tandis que la paysannerie "propre" dette.

    Nous atteignons maintenant les limis des prédateurs, parasites néocoloniale-Financialisation Modèle. Il n'y a plus de marchés à exploiter avec la financiarisation, les revenus de la dette-serfs ont stagné au point qu'ils ne peuvent pas prendre plus la dette et la réalité que les montagnes de la dette sont impayables ne peut plus être masquée.

    Pas étonnant que l'élite dirigeante a perdu le consentement des gouvernés. La paysannerie des Etats-Unis a été stripmined exactement comme la paysannerie coloniale impuissants dans le vieux modèle colonial, et ils sont enfin identifier leurs oppresseurs: l'élite dirigeante de l'US

    http://www.zerohedge.com/news/2016-10-21/welcome-neocolonialism-exploited-peasants

    RépondreSupprimer
  13. La moitié des adultes américains existent dans un gouvernement accessible Facial Recognition Réseau


    par Tyler Durden
    21 octobre 2016 10h50
    Soumis par Mike Krieger via Liberté Blitzkrieg blog,


    Ceci est un sujet que j'ai écrit au sujet de temps en temps au fil des ans. Un article récent publié par Vocativ ajoute quelques informations intéressantes à la tendance discomforting.

    Rapports Vocativ:

    La moitié de tous les adultes américains sont déjà dans une sorte de visage réseau de reconnaissance accessible aux forces de l'ordre, selon une nouvelle étude approfondie.
     
    Menée sur un an et se fondant en partie sur la liberté d'information et d'enregistrement publiques demandes à 106 organismes d'application de la loi, l'étude, menée par le Centre de droit de Georgetown sur la vie privée et de la technologie, a trouvé l'utilisation de la police américaine de la technologie de reconnaissance faciale est un dispersés, réseau de méli-mélo de lois et règlements.

    "En regardant la somme de ce que nous avons trouvé, il n'y a pas eu de lois qui régissent globalement la technologie de reconnaissance de visage, et il n'y a vraiment pas de jurisprudence soit," Clare Garvie, associé au CPT, dit Vocativ. «Nous avons donc nous retrouver avoir à compter sur les organismes qui utilisent cette technologie pour maîtriser dans Mais ce que nous avons trouvé est que chaque système. - Par un long shot - a une politique d'utilisation."
     
    Le fait que tant d'adultes américains sont dans au moins une base de données de reconnaissance faciale est en grande partie dû au fait qu'au moins 26 États, et probablement plus, partagent leur ministère des bases de données des véhicules à moteur avec le FBI, la police de l'Etat ou d'autres organismes d'application de la loi, le étude a révélé. Aggravé avec cela, la police ont souvent accès à des bases de données Mugshot. L'étude de Garvie a constaté que la plupart des organismes d'application de la loi ne sont pas purger ces documents, même si le suspect arrêté est déclaré non coupable, sauf si un tribunal l'ordonne. La seule exception connue est la police de l'État du Michigan, qui n'expurger les photos après un certain laps de temps.
     
    Le rapport a également constaté que plus d'un sur quatre organismes d'application de la loi ont accès à une sorte de capacité de reconnaissance du visage, ce qui signifie soit que l'organisme possède un tel logiciel ou il a une sorte de partenariat avec une agence de renseignement de la police qui le fait. Le West Virginia Fusion Center, par exemple, une coalition d'application de la loi fédérale et locale basée à Charleston, possède un logiciel qui correspond à des individus dans une séquence vidéo avec une base de données de photos fixes. Non seulement elle partage de l'information avec le FBI, la police d'État Virginie-Occidentale, et de la ville et du comté départements, il peut accorder l'accès à 77 autres centres de fusion à travers le pays.
     
    "Ces systèmes sont utilisés sur les Américains respectueux des lois sans leur connaissance ou le consentement dans la plupart des cas», a déclaré Garvie.

    Il est important de comprendre que ce qui précède est juste un morceau d'un puzzle beaucoup plus grande. Par exemple, comme nous l'avons appris dans le poste de l'année dernière, "Ceci est Non-fiction plus longtemps" - L'ère de la reconnaissance faciale automatique et la surveillance est ici:

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  14. Aujourd'hui, aux États-Unis il y a une énorme industrie, mais invisible qui enregistre les mouvements de voitures à travers le pays. Des caméras montées sur les voitures et les camions de remorquage capturer des lieux de licence ainsi que des informations de date / heure / lieu, et les entreprises utilisent ces données pour trouver les voitures qui sont prévues pour la reprise de possession. Une entreprise, Solutions Vigilant, prétend recueillir 70 millions de scans aux États-Unis chaque mois. Les entreprises qui se livrent à cette activité partagent régulièrement que les données avec la police, donner à la police un flux régulier d'informations de surveillance sur des personnes innocentes qu'ils ne pouvaient pas légalement recueillir sur leurs propres. Et les entreprises sont déjà à la recherche d'autres sources de profit, la vente que les données de surveillance pour toute autre personne qui pense qu'ils ont un besoin.
     
    Déjà le FBI a une base de données de 52 millions de visages, et décrit son intégration du logiciel de reconnaissance faciale avec cette base de données comme «pleinement opérationnel». En 2014, le directeur du FBI James Comey a déclaré au Congrès que la base de données ne serait pas inclure des photos des citoyens ordinaires, bien que la les propres documents du FBI indiquent le contraire. Et le mois dernier, nous avons appris que le FBI est à la recherche d'acheter un système qui permettra de recueillir des images du visage de toute personne un officier arrête dans la rue.
     
    L'année dernière, le département américain du Commerce a essayé de persuader les représentants de l'industrie et des organisations de protection des renseignements personnels pour écrire un code de conduite volontaire pour les entreprises utilisant des technologies de reconnaissance faciale. Après 16 mois de négociations, toutes les organisations de protection des renseignements axés sur les consommateurs se sont retirés du processus parce que les représentants de l'industrie ont été incapables de se mettre d'accord sur toutes les limites quelque chose d'aussi fondamental que la reconnaissance faciale non consensuels.
     
    Ne vous attendez pas à avoir accès à cette technologie pour vous-même sitôt. Cela ne veut pas la reconnaissance faciale pour tous. Il est juste pour ceux qui peuvent soit la demande ou de payer pour l'accès aux technologies nécessaires - plus important encore, les bases de données de photos marquées. Et alors que nous pouvons facilement imaginer comment cela pourrait être détourné dans un pays totalitaire, il y a des dangers dans les sociétés libres ainsi. Sans une réglementation efficace, nous entrons dans un monde où les gouvernements et les entreprises seront en mesure d'identifier les personnes à la fois en temps réel et en arrière dans le temps, à distance et en secret, sans le consentement ou le recours.

    Comme vous pouvez le voir, l'un des aspects clés d'une utilisation plus répandue de la technologie de reconnaissance faciale est l'absence totale de réglementation ou de consentement éclairé qui va de pair avec la collecte et l'utilisation de ces renseignements personnels intimes. Il est un sauvage totale, l'environnement ouest sauvage où les deux sociétés et le gouvernement pensent fondamentalement, ils peuvent faire ce qu'ils veulent. En effet, ils vont continuer à faire exactement cela jusqu'à ce que nous les gens font assez d'une puanteur à ce sujet.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-10-21/half-american-adults-exist-government-accessible-facial-recognition-network

    RépondreSupprimer
  15. Une société sans cash : qui va en profiter ?


    le 20 octobre 2016


    Je fonctionne à l’ancienne mode avec mon argent. Je suis un peu comme les vieux dont je suis, j’aime bien pouvoir compter ce qu’il y a dans mon porte-monnaie. Je retire une certaine somme de cash dans la machine à sous en bas de chez moi et je sais qu’elle me suffira pour vivre, disons deux semaines. Ainsi, si je fais une dépense imprévue, il faudra que je rectifie le tir la quinzaine suivante pour rester dans une situation de sécurité, en d’autres termes ne pas dépenser la totalité de ma retraite chaque mois mais épargner au moins 10 % de cette dernière. Je peux conserver cette épargne chez moi en toute sécurité (ce que je fais déjà) car je n’ai pas de Ferrari, je n’ai d’ailleurs pas de voiture, et je ne porte sur moi aucun signe extérieur de richesse. Pour moi une société sans cash signifierait la fin d’un style de vie que je peux gérer facilement et ce d’autant plus que mon téléphone portable est mon ennemi numéro un … un parasite plutôt qu’un objet utilitaire dont je ne me sers que pour savoir quelle heure il est.

    Ce lundi 17 octobre 2016 Tim Cook, le CEO d’Apple déclara à l’Agence Nikkei à Tokyo : « Nous ne pensons pas que le consommateur aime particulièrement le cash,«. C’est assez bizarre de faire une remarque pareille dans ce pays du monde où le cash est roi. Les billets en circulation (90000 milliards de yens) représentent un cinquième du PIB du Japon, c’est la plus forte proportion dans le monde. De nombreux petits business y compris des restaurants n’acceptent pas les cartes de crédit malgré le fait que ce pays fut le premier à inventer le paiement avec un smartphone il y a dix ans, paradoxal !

    Cook a ajouté droit dans ses bottes : « Nous voulons (Apple) être le catalyseur de la suppression du cash » avec l’arrière pensée du système Apple Pay qui rapporte un petit pourcentage à la compagnie de la Silicon Valley. Apple a créé cette application en 2014 et annoncé qu’elle fonctionnerait avec FeliCa, un système de paiement standard avec smartphone répandu au Japon, sous-entendu encore Apple en tirera profit. Le souci est qu’Apple Pay n’est compatible qu’avec le système d’exploitation Apple et ne fonctionne pas sur Androïd. Si le pourcentage prélevé sur les transactions avec iPhone (0,15 % du montant) paraît dérisoire, cela n’a pas empêché Tim Cook d’annoncer aussi qu’il allait ouvrir un centre de recherche sur l’intelligence artificielle à Yokohama, tout est bon pour séduire les Japonais.

    Bref, la suppression du cash va peut-être devenir à l’avenir effective avec les smartphones tant au Japon que dans bien d’autres pays.

    Mais qui a intérêt, en dehors d’Apple naturellement, à ce que le cash soit supprimé ? C’est là une bonne question à laquelle Don Quijones, journaliste éditorialiste de son propre blog Raging Bull-shit et de WolfStreet tente de répondre et je me suis permis de traduire son article pour mes lecteurs (sans son autorisation) car on y trouve des informations effrayantes. Il s’agit d’une traduction libre dont je porte l’entière responsabilité.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  16. Il y a d’abord les banques centrales qui aimeraient bien que tous les déposants, entendez les clients des banques, soient soumis aux taux d’intérêt négatifs qui pourraient durer beaucoup plus longtemps que prévu car ces banques centrales ne savent pas trop comment sortir de l’ornière dans laquelle ils se sont embourbé, mais c’est une autre histoire. En d’autres termes si votre compte en banque est bien alimenté, outre les frais de gestion (de quoi ?) vous paierez une sorte de taxe proportionnelle au volume de votre compte, tout pour plaire ! Aux yeux des banquiers centraux le moindre quidam qui retire du cash de sa banque est donc plutôt mal vu, il faut donc que ça cesse au plus vite. Il y a aussi les compagnies de cartes de crédit, Visa, Mastercard, Amex et quelques autres pour qui le cash est le rival ultime. Pas étonnant donc qu’elles poussent les banquiers centraux à procéder le plus rapidement possible à la suppression du cash. Pour les banques commerciales, celles qui se trouvent au coin de votre rue (il y a 7 banques à moins de 50 mètres de chez moi), c’est aussi tout bénéfice : moins de frais de gestion, moins de personnel, meilleur contrôle des flux de monnaie et prélèvements plus importants sur chaque transaction.

    Pour les politiciens, les fonctionnaires de l’Union européenne et les ploutocrates en tous genres incluant les hauts-fonctionnaires du Fond Monétaire International, de la Banque Mondiale et des Nations-Unies, c’est encore tout gagnant car ils pourront encore mieux contrôler la population dans leurs besoins pour tout simplement survivre, ce que le blogueur Martin Armstrong appelle le « contrôle totalitaire sur l’économie« .

    Tous ces acteurs puissants ont déjà créé une sorte de club pour promouvoir une société sans cash, le « Better Than Cash Alliance » (BTCA), un appendice – comme il y en a tant d’autres – de l’ONU, partenaire aussi des gouvernements, des grandes corporations et des organisations internationales. Sa devise est : « Accélérer la transition du cash vers le paiement numérique à l’échelle mondiale dans l’excellence de la qualité et du service pour tous« . Les membres de cette émanation du « machin onusien » font partie du who’s who des institutions et des corporations les plus influentes dans le monde. On y trouve pêle-mêle Coca Cola, Visa et Mastercard, la Fondation Bill & Melinda Gates, City Group, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) dont les liens avec la CIA sont notoires, et aussi le World Saving Banks Institute qui représente 7000 banques commerciales et d’épargne dans le monde, rien que ça. Curieusement Apple ne figure pas dans la liste des membres de cette alliance d’un nouveau genre, quelle discrétion de façade étonnante !

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  17. Il y a aussi d’autres puissantes fondations privées qui s’intéressent à la société sans cash comme par exemple la Fondation Ford, la Clinton Development Initiative (tiens-tiens !), le World Food Program des Nations-Unies, le UNFPA (Fond des Nations-Unies pour la population), l’UNPD (programme de développement de l’ONU) l’IFAD ou fond international pour le développement agricole et l’UNCDF (fond onusien de développement du capital). Dix-huit gouvernements ont rejoint cette organisation : Colombie, Pérou, Mexique, Philippines, Bangladesh, Pakistan, Afghanistan, Inde, Papouasie-Nouvelle Guinée, Moldavie et sept pays d’Afrique, Libéria, Sénégal, Sierra-Leone, Rwanda, Ghana, Benin et Malawi. Ces sept pays sont en première position pour la lutte contre le cash et c’est facile à comprendre. Les réseaux de téléphonie sans fil remplacent le téléphone « terrestre » qui n’existait que peu ou pas du tout dans ces pays.

    Dans ces pays peu de personnes ont un compte en banque et les transactions se font le plus souvent de la main à la main, une économie grise sinon noire. C’était donc une opportunité à saisir pour cette association que de se concentrer sur l’Afrique pour réaliser la plus importante expérimentation sociale de tous les temps : une société sans cash, et comme Bill Gates le souligne « quand cette expérience aura réussi elle s’imposera tout naturellement aux pays développés« .

    Au Nigeria par exemple, le pays le plus peuplé d’Afrique (170 millions d’habitants) Mastercard vient de lancer une « carte-de-paiement-carte- nationale-d’identité-biométrique » dans laquelle toutes les informations relatives à un individu se retrouvent rassemblées, tout simplement Orwellien !!! Pour les pays qui trainent les pieds, la BTCA a publié un rapport qui identifie les 10 moyens dont dispose un gouvernement pour créer une économie 100 pour 100 digitale dont un programme d’identification unique, une digitalisation des paiements et des reçus gouvernementaux et aussi la politique à adopter pour inciter les citoyens à adopter in fine les paiements digitaux (voir le lien). Pour Ruth Goodwin-Groen, CEO de BTCA, une société sans cash sera tout bénéfice et pas seulement pour les membres de l’association mais elle sera un élément promoteur du développement économique en faisant sortir les gens de la pauvreté. Comme par hasard l’Institut Mckinsley en rajoute un couche et a calculé qu’en 2025 la société sans cash dégagera 3700 milliards d’économies qui seront utilisées pour créer 95 millions d’emplois dans le monde et éviter des détournements de fonds (et d’impôts) à hauteur de 110 milliards par an dans les pays émergeants. Tout ça semblerait impressionnant si c’était vrai …

    La réalité est plus sombre. L’établissement d’une société sans cash ne bénéficiera qu’à ceux qui détiennent déjà le pouvoir, comme certains commentateurs économiques l’appellent, le « Deep State ». En détruisant lentement mais sûrement le cash ces corporations et gouvernements qui leurs sont associés ne cherchent qu’à s’accaparer et contrôler le peu de liberté qui nous reste, l’anonymat, la vie privée et la liberté personnelle et, vu comment l’affaire évolue, ils y arriveront et nous serons tous réduits à l’état d’esclaves sauf naturellement ceux appartenant au top 0,1 % … Il est déjà trop tard comme dirait Charles Sannat à la fin de tous ses billets …

    Sources : fortune.com, armstrongeconomic.com, betterthancash.org, wolfstreet.com et aussi :

    https://www.betterthancash.org/news/media-releases/new-united-nations-study-maps-top-10-ways-governments-and-companies-can-create-digital-economies

    Allez sur ce site, vous ne serez pas déçu !

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/10/20/une-societe-sans-cash-qui-va-en-profiter/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Si l'argent-papier venait à disparaître il devrait en être pareil pour les banques. L'argent serait alors versé sur votre ordinateur personnel et en disposeriez à votre guise exclusive. Pareillement qu'il pourrait en être de même depuis un ordinateur central où vous iriez consulter votre solde comme une caisse de sécurité sociale car, reconnaissez bien que votre caisse qui engrange vos cotisations (si elle suivait les banques) vous imposerait des taux négatifs sur... votre retraite etc !!

      C'est pourquoi, s'il faut s'attendre au pire: convertissez vos euros en francs CFA (l'ancien franc. 1 fr (100 centimes) = 100 fr CFA). Car ce n'est pas en Afrique que va s'imposer la carte bleue ! Hahaha !

      Supprimer
  18. Petite virée dans le petit monde du Monde Planète (1)


    20 Octobre 2016 ,
    par Seppi


    Antispécisme, FAO, FNSEA, Syngenta

    La dernière virée sur ce site s'est traduite par plusieurs arrêts. En voici les premiers (nous n'aborderons pas ici les articles sur la mascarade du Tribunal Monsanto).

    Le Monde Planète, porte-voix des antispécistes

    C'est évidemment son droit le plus absolu. Mais un véritable journal d'information mettrait certaines informations en perspective – de sa propre initiative si personne ne se donne la peine de répondre dans « le camp d'en face ». Nous ne nous plaindrons cependant pas : nous sommes informés des dernières inepties !

    « "Nous demandons la création d’un secrétariat d’Etat à la condition animale" » est la dernière revendication d'un collectif comprenant notamment MM. Boris Cyrulnik et Matthieu Ricard, et Mme Elisabeth de Fontenay.

    D'emblée, nous sommes plongés dans le monde virtuel :

    « Aux origines, les animaux ont été des compagnons et des partenaires, puis, en Occident, sous l’impulsion de la religion, ils sont devenus des êtres inférieurs. Avec le développement de l’industrie, ils ont été transformés en annexes de machines et en matière première exploitable pour servir l’économie humaine. »

    Passons sur le prêche de la bonne parole pour arriver à la revendication :

    « Si leur sensibilité n’est désormais plus contestable et si la souffrance constitue le point de départ de toute position éthique, à quoi tout cela doit-il nous engager ? Que devient notre légitimité à les exploiter et à les faire souffrir ? Comment doit-on aujourd’hui les considérer ? Comme des biens ou des personnes non humaines telle que la science les définit ? Le temps est venu de penser et d’instituer d’autres rapports avec eux. Quels sont les changements précis à opérer ? Comment devrions-nous nous vivre demain avec les animaux ?

    Pour répondre à ces questions et être à l’initiative de réelles modifications dans nos rapports avec les animaux, nous demandons la création d’un secrétariat d’Etat à la condition animale conduit par des experts multidisciplinaires et légitimes, spécialistes de la question animale. »

    Un secrétariat d'État, pourquoi pas... avec tout l'appareil bureaucratique qui va avec, cela va de soi. Mais, « conduit par des experts »... n'est-ce pas une formidable innovation dans notre système institutionnel ?

    Il y a même l'exigence que ces experts soient « légitimes »... et, qui plus est, « spécialistes de la question animale ». Ils ont pensé à tout...

    Une liste d'objectifs suit sous le titre : « Construire une société plus humaine ». Notons celui-ci :

    « ...que les actes de cruauté soient punissables »

    Sans vouloir se faire rabat-joie, n'est pas déjà le cas ?

    Il y a aussi :

    « que de nouvelles économies alternatives à l’exploitation animale soient encouragées et soutenues, favorisant ainsi la création d’emplois et de nouvelles entreprises. »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  19. Il faut un décodeur...

    Haro sur la FNSEA

    La profession arboricole – l'Association Nationale Pommes-Poires (ANPP) – a fait annuler, implicitement, par le Conseil d'État l'arrêté du 12 septembre 2006 relatif à la mise sur le marché et à l'utilisation des produits visés à l'article L. 253-1 du code rural et de la pêche maritime :

    « Il est enjoint au ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, au ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, et au ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie d'abroger l'arrêté du 12 septembre 2006 dans le délai de six mois à compter de la notification de la présente décision. »

    Ne nous y trompons pas : le Conseil d'État a certes invoqué un point de procédure :

    « ...tout Etat membre qui souhaite adopter une nouvelle règle technique au sens de cette directive ou modifier une règle technique existante doit, sauf s'il s'agit d'une simple transposition intégrale d'une norme internationale ou européenne ou d'une exception expressément prévue par la directive, en informer la Commission européenne dans les conditions prévues par cet article […]

    […] que […] ses dispositions comprennent d'"autres exigences" telles que définies par le 4) de l'article 1er de la directive et revêtent, dès lors, le caractère de règles techniques dont le projet devait être notifié à la Commission européenne préalablement à leur adoption ;

    4. Considérant qu'il résulte de ce qui précède qu'en l'absence de notification du projet d'arrêté à la Commission européenne, celui-ci a été pris à l'issue d'une procédure irrégulière [...] »

    Ce qui est en cause, c'est, comme souvent en France, un problème de surtransposition de règles européennes dans un pays qui veut paraître – et flatter une opinion publique manipulée – fût-ce au détriment des intérêts économiques bien compris.

    On abroge donc... mais on remet le couvert ! Et se reposent bien sûr les problèmes qui ont incité l'ANPP à saisir le Conseil d'État et qui font hurler mobilisent la mouvance alter et anti.

    Le Monde Planète nous propose donc le 18 octobre 2016 un décryptage, « Bras de fer sur les conditions d’épandage des pesticides autour des habitations ».

    C'est en résumé : « Haro sur la FNSEA ». Un classique pour le Monde Planète.

    Il se trouve que le 14 octobre 2016, Vitisphère publiait « Même les anti-pesticides s’opposent au projet de nouvel arrêté ». On pourrait bien sûr penser que les « anti-pesticides » protestent contre un texte qui, à leurs yeux, ne va pas suffisamment loin. C'est sans nul doute le cas des idéologues et autres porte-flingues des milieux économiques dont le fond de commerce prospère sur le dénigrement des produits de protection des plantes.

    Mais il en est d'autres qui, tout en critiquant les insuffisances – à leurs yeux – des propositions, estiment que :

    « Des Zones Non Traitées sont de nature à exacerber les tensions entre les professionnels agricoles et leurs concitoyens puisqu’elles rendraient impossible l’agriculture. »

    https://pbs.twimg.com/media/Cuk8s1UWcAA19EM.jpg:large

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  20. Mais le Monde Planète n'en a cure... Il faut flatter un lectorat pour lequel « FNSEA » est un cri de ralliement.

    Pourquoi ce titre ridicule ?

    L'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) a publié pour la Journée Mondiale de l'Alimentation un rapport sur « La situation mondiale de l'alimentation et l'agriculture – changement climatique, agriculture et sécurité alimentaire ». Quelque 190 pages avec des informations intéressantes noyées dans des lieux communs et des projections acrobatiques.

    M. Pierre Le Hir en fournit un excellent aperçu dans « L’agriculture face au réchauffement climatique : le retour des chasseurs-cueilleurs ? » Mais pourquoi donc ce titre ridicule ?

    Une sombre affaire de « semences toxiques » et de dissolution prétendument frauduleuse de société

    Celles-là sont vraiment toxiques !

    On vous raconte.

    C'est une très vieille affaire. Syngenta Seeds Holding s'était débarrassé de semences déclassées auprès d'un agriculteur du Lot-et-Garonne qui les semait à très haute densité et enfouissait ensuite les jeunes plantes comme engrais vert. Syngenta n'était, semble-t-il, pas le seul à recourir à cette méthode à l'époque, « préconisée par la profession » à l’époque des faits. Mais il s'agit de 922 tonnes de semences de maïs ainsi éliminées entre 1999 et 2002. Ce n'est certes pas rien, mais c'est si vieux...

    Les semences étaient bien sûr enrobées, traitées. On peut penser que cela a dû produire quelque pollution. Mais étonnamment, il n'y a aucune donnée. En fait, une expertise avait conclu que les risques environnementaux semblaient relativement limités, à l'exception des insectes pollinisateurs.

    Une plainte avait été déposée par des apiculteurs locaux, à laquelle se sont joints l’Union Nationale de l’Apiculture Française, l’association Que choisir et France Nature Environnement. Il n'y a pas de trace médiatique de dommages causés aux abeilles.

    On finit par poursuivre Syngenta Seeds Holding pour avoir « fait déposer de façon irrégulière des déchets agrochimiques contenant des substances dangereuses ». Et Syngenta Seeds Holding fut dissout le 21 novembre 2011, cinq jours après son renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris. La dissolution fut déclarée frauduleuse dans un premier temps, mais licite en appel, le 26 janvier 2016. Le Monde ne le précise pas – et pour cause... ça gâche la belle histoire de manœuvre – mais la cour d’appel de Versailles a jugé que la dissolution était envisagée depuis 2010 et que « la seule date » de la dissolution ne pouvait suffire à caractériser la fraude. Il y a aussi quelques autres péripéties judiciaires que l'on peut découvrir ici.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  21. C'est une très vieille affaire... L'agriculteur du Sud-Ouest se trouve donc seul face à la justice, et un ministère public qui a requis une amende de 10.000 euros avec sursis à son encontre.

    Comment interpréter cet ensemble de faits ? D'une part, on peut bien sûr laisser entendre que la dissolution a été frauduleuse, pour échapper à des sanctions. Mais c'est porter un jugement peu amène à l'encontre de la Cour d'Appel qui a infirmé la décision en première instance. On peut aussi constater la modestie de la peine requise par le ministère public, sans nul doute en rapport avec la faute reprochée à l'agriculteur.

    Et on peut constater le manque d'intérêt de la presse – même locale – pour ce qui est l'épilogue d'une vieille affaire.

    Alors, pourquoi ce « Semences toxiques : les manœuvres de Syngenta pour échapper à la justice » ?

    Insistons : pourquoi un tel titre, alors que l'arrêt de la Cour d'Appel – suivi par la décision du parquet général de ne pas se pourvoir en cassation – signifie nécessairement qu'il n'y a pas eu de manœuvre pour échapper à la justice ?

    C'est le Monde Planète...

    http://seppi.over-blog.com/2016/10/petite-viree-dans-le-petit-monde-du-monde-planete-1.html

    RépondreSupprimer
  22. L'UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

    By lejournaldusiecle
    14 février 2013

    Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d'euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l'euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

    C'est le Daily Telegraph qui a révélé l'information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d'une campagne sans précédent de réorientation de l'opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

    Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l'opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d'attirer l'attention médiatique et publique.

    Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d'y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s'agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

    Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu'expriment de plus en plus d'Européens, à savoir que "l'Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d'Europe", et non pas "moins d'Europe".

    Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l'euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu'est l'UE, dixit Barroso.

    En pleine crise économique, et alors que l'austérité est imposée aux États, l'UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu'une augmentation de près de 2 millions d'euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés lan prochain.

    Nigel Farage a été l'un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l'UE ne valait pas mieux qu'une "république bananière".

    Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

    http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

    RépondreSupprimer