- ENTREE de SECOURS -



samedi 22 octobre 2016

PIRATES - Damien Thomas, Richard Pearson

https://www.youtube.com/watch?v=s1DWrOn0kXM

30 commentaires:

  1. Paris : des centaines de policiers en colère manifestent pour le cinquième soir consécutif (IMAGES)


    21 oct. 2016, 22:20


    Comme chaque soir depuis cinq jours, plusieurs centaines de policiers se sont rassemblés dans les rues de la capitale, cette fois à quelques pas du Palais de Justice, pour faire part de leur mécontentement quant à l'exercice de leur métier.

    Dans la soirée du 21 octobre, quelques centaines de membres des forces de l'ordre ont bravé la pluie pour venir manifester durant plusieurs heures devant la cathédrale Notre-Dame de Paris, non loin du Palais de Justice.

    Entre Marseillaises et sirènes de police, les manifestants se sont ensuite dirigés vers l'Hôtel de Ville de la capitale, où ils ont scandé des slogans tels que «Français en colère», «Citoyens avec nous» ou encore «Cazeneuve démission».

    «Les vraies revendications sont liées à la façon d'exercer notre métier» a expliqué un policier présent, réclamant «une réforme de la légitime défense» pour «faire changer la peur de côté». «Les flics de France ont peur de sortir leur arme», indique-t-il à l’agence de presse AFP.

    «On ne demande pas un permis de tuer mais le texte n'est plus adapté à la délinquance d'aujourd'hui», estime un autre manifestant.

    Lire aussi : Près de 500 policiers manifestent à nouveau à Paris pour exprimer leur «ras-le-bol» (IMAGES)

    Un mouvement en marche

    Depuis ce lundi 17 octobre, plusieurs centaines de policiers se rassemblent et marchent tous les soirs à Paris et en province, pour protester contre le manque de moyens et ce qu'ils estiment être un laxisme permanent de la justice.

    Ces rassemblements, qui ont réuni 400 policiers à Evry le 18 octobre dernier et 500 le soir du 20 octobre sur les Champs Elysées à Paris, sont encadrés par les gendarmes. Régulièrement, des citoyens rejoignent spontanément les cortèges pour exprimer leur soutien aux forces de l'ordre.

    Dans une lettre ouverte adressée aux policiers, le ministre de l'Intérieur a affirmé soutenir pleinement ses hommes et assure que le gouvernement fait son maximum pour assurer la sécurité publique.

    «Vous demandez des moyens, nous vous les donnons. Vous demandez du soutien, il vous est acquis», a affirmé Bernard Cazeneuve, détaillant la série de mesures annoncées le 19 octobre pour calmer le mouvement de contestation des agents de police.

    Lire aussi
    Manifestations, attaques, le grand retour du cocktail Molotov en France (VIDEOS)

    «Je comprends votre colère» après la série d'agressions de policiers, peut-on lire dans le comuniqué, «la réponse pénale doit bien entendu être à la mesure de la gravité des faits».

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  2. Le ministre de l’Intérieur a ajouté à la sortie du Conseil des ministres qu’il ne voulait «pas entrer dans un cycle de sanctions» après les manifestations de ras-le-bol des policiers, mais «rappeler des principes».

    Le début de ce mouvement de contestation survient moins de deux semaines après la violente agression survenue à Viry-Châtillon, dans l’Essonne, le 8 octobre.

    Un adjoint de sécurité et une gardienne de la paix avaient été grièvement blessés, leur véhicule de fonction ayant été attaqué au cocktail Molotov.

    Lire aussi : «Tentative de meurtre» : l'un des policiers agressés dans l'Essonne placé sous coma artificiel

    https://francais.rt.com/france/27904-nouveau-rassemblement-policiers-soir-devant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Police = Ministère de l'Intérieur, Gendarmerie = Ministère de la Défense.

      (...) Le ministre de l’Intérieur a ajouté à la sortie du Conseil des ministres qu’il ne voulait «pas entrer dans un cycle de sanctions» après les manifestations de ras-le-bol des policiers, mais «rappeler des principes». (...)

      qu’il ne voulait «pas entrer dans un cycle de sanctions» alors qu'il était prêt à le faire !
      mais «rappeler des principes» de partir en courant quand des terroristes caillassent !

      Supprimer
  3. Une manifestation pour «désarmer la police» interdite à Saint-Etienne


    21 oct. 2016, 20:31 - Avec AFP


    Le préfet de la Loire a décidé d'interdire une manifestation prévue le 22 octobre à Saint-Etienne pour «le désarmement de la police et la démilitarisation des conflits» par crainte de troubles à l'ordre public.

    Une manifestation organisée le 22 octobre, par le collectif «Désarmons la police» pour «démilitariser les conflits» a été interdite par le préfet de la Loire. Pour ce dernier, cette manifestation constitue un danger au regard du «contexte d'état d'urgence, de la répétition d'actions violentes, dont certaines particulièrement graves, récemment perpétrées à l'encontre de fonctionnaires de police et des précédents troubles importants à l'ordre public».

    Lire aussi
    Près de 500 policiers manifestent à nouveau à Paris pour exprimer leur «ras-le-bol» (IMAGES)

    Selon des estimations officielles, entre 300 et 1 200 militants d'extrême gauche étaient susceptibles de participer à la manifestation de désarmement dans le sud de Saint-Etienne. Le collectif «Désarmons la police» avait prévu une «parade carnavalesque» de plusieurs kilomètres. Cette décision préfectorale intervient au moment même où se multiplient dans le pays les rassemblements de protestation, non autorisés, de la part de forces de l'ordre.

    Plus tôt dans le mois, des militants de ce collectif s'étaient réunis à Pont-de-Buis dans le Finistère, à proximité d'une usine de fabrication de grenades lacrymogènes du groupe Nobel Sports. Cette action, qui avait mobilisé les forces de l'ordre en nombre appuyées par un hélicoptère, avait donné lieu à quelques échauffourées avec les manifestants.

    Devant les risques de débordements, certains commerçants de Saint-Etienne ont averti qu'ils pourraient maintenir fermées leurs boutiques. Le vaste chapiteau de la place de l'Hôtel-de-ville où étaient installés la plupart des auteurs de la fête du Livre a été démonté par mesure de sécurité.

    https://francais.rt.com/france/27898-manifestation-pour-desarmer-police-interdite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'équilibre serait rompu entre les immigrés avec des Kalachnikovs et les policiers avec leurs bâtons !

      Supprimer

  4. Le Kremlin dresse le tableau d’un scénario sans Assad


    13:54 22.10.2016


    Le départ du président syrien Bachar el-Assad, tant revendiqué par l'opposition intransigeante soutenue par un groupe de pays occidentaux, aurait conduit à la victoire des terroristes et provoqué de nouvelles vagues de migration, a indiqué dans un entretien à la télévision russe le porte-parole de la présidence Dmitri Peskov. M. Peskov a pointé qu'un certain nombre de pays tentaient de flirter avec le diable et « cherchaient à se défaire d'Assad par le biais de terroristes, tandis que d'autres disent d'une manière irréfléchie qu'Assad doit partir ».

    « Si Damas tombe et si les terroristes le prennent sous leur contrôle il n'y aura plus aucun règlement politique. Alors ces terroristes ne prêteront leur oreille à aucun maître, ni marionnettiste. Alors, il y aura de nouvelles vagues de migrants. Il y aura de nouveaux camions à Cannes, à Dieu ne plaise, et ainsi de suite », a souligné Dmitri Peskov.

    La Syrie est secouée depuis mars 2011 par un conflit intérieur qui a déjà fait, selon l'Onu, plus de 280 000 morts. Plus de 2,3 millions de Syriens se sont réfugiés à l'étranger. Les troupes gouvernementales font face à des groupes armés de différentes origines qui comprennent des mercenaires étrangers. Depuis le début de la crise, plusieurs pays occidentaux et arabes ont sommé le président syrien de quitter le pouvoir.

    https://fr.sputniknews.com/international/201610221028324351-assad-russie-syrie/

    RépondreSupprimer
  5. Comment le gouvernement utilise les banques pour étouffer les Entreprises juridiques

    Et donc par exécutifs entiers décret catégories d'entreprises, y compris les entreprises parfaitement légales qui étaient déjà en exploitation en vertu des lois strictes de licence et les régimes réglementaires, est devenu parias, coupé de l'épine dorsale du système financier et se démènent pour trouver des sauvegardes

    22 octobre 2016,
    par James Corbett


    Cher client, Notre division de détection biométrique a confirmé que vous avez participé aux manifestations au couronnement du mois dernier de Hillary Clinton en tant que chef suprême des États-Unis pour la vie. Votre cas a été examiné par nos responsables de l'application et vous avez été reconnu coupable de dissidence illégale. En conséquence, tous vos comptes financiers ont été fermés, votre allocation de crédits de carbone a été gelé, et votre participation puce à la consommation a été désactivé.

    Vous avez été déclassé du consommateur au travailleur. En tant que tel, vous pouvez passer à l'Agence fédérale de gestion des urgences camp de travail le plus proche pour recevoir votre affectation de travail. Il vous sera fourni un espace dans le dortoir et trois crédits repas par jour.

    All Hail la nouvelle Organisation des Nations Unies, Praise Be au Secrétaire général Rothschild.

    Sound comme exagéré la science-fiction fantastique? Si seulement.

    Ceci est une lettre de SunTrust Bank à Brian Lynn, un ancien officier du Corps des Marines et PDG d'une société de prêt sur salaire qui avait fonctionné 26 succursales en Floride, en Géorgie et en Alabama depuis plus de 20 ans. En 2014, à la fois Suntrust et Bank of America fermé ses services entreprises de dépôt et de compte sans avertissement ni explication.

    «Nous avons reçu une lettre de notre banque de plus de dix ans, la Banque d'Amérique, en Juin, nous dire qu'ils fermaient les comptes que nous avions pour neuf de nos magasins dans la région de Jacksonville," Lynn expliqué dans une histoire de nouvelles en 2015. «Je pensais qu'il y avait une sorte d'erreur, donc j'ai contacté nos agents de succursales locales, et ils étaient aussi perplexes que moi. Nous avions été un très bon client tout au long de notre longue relation avec Bank of America. ils ont contacté leurs supérieurs dans les bureaux de l'entreprise, mais a obtenu aucune explication. Ils ont juste dit que la décision était définitive. "

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  6. En soi, une histoire comme cela pourrait juste être une anomalie. Mais il est pas une histoire isolée. Il a été arrive à des marchands d'armes, les prêteurs sur gages, marchands de monnaie et de tabac, même étoiles porno partout en Amérique. Des centaines de titulaires de la licence, les entreprises totalement légales, réglementaires conformes ont été soumis à ce traitement pendant des années.

    Alors, voici où cela devient vraiment effrayant. Toutes ces fermetures de compte ne sont pas seulement la décision spontanée des banques elles-mêmes; ils font partie d'un programme juridiquement contestable et carrément orwellien "Justice" Département que le ministère de la Justice a essayé de garder le public pendant des années. Initialement conçu dès 2011 et d'abord révélé au public en 2013, l'Opération Choke Point de sinistre nommé induit la FDIC à utiliser son rôle de supervision sur le secteur bancaire de se pencher sur les banques et les «encourager» à déposer les clients dans les industries d'engagement à des «activités à haut risque." Cette incitation a pris la forme de protocoles d'entente entre les banques FDIC et la FDIC supervisés interdisant le traitement des paiements pour les entreprises ciblées ou classer les prêts à ces entreprises comme «indésirable».

    Mais un rapport 2014 du Comité du Congrès sur la surveillance et de réforme du gouvernement a montré que ces industries "à haut risque" couverts non seulement les entreprises manifestement illégaux ou manifestement pernicieux (systèmes pyramidaux, jeu en ligne, les escroqueries de consolidation de la dette), mais ceux complètement légales et réglementées ( marchands de monnaie, des marchands d'armes à feu, Tabacs).

    L'ensemble du rapport du Congrès et les diverses audiences du comité qui ont eu lieu à griller les fonctionnaires de la FDIC et du MJ sur la question méritent d'être lisant dans leur intégralité, mais Brian Wise de la Coalition des consommateurs des États-Unis a résumé le programme en 2014:

    "Ils ne voulaient pas que ce programme soit libéré, comme vous l'avez mentionné, au public du tout. Mais la plupart de ces industries sont des industries qu'ils ont essayé de légiférer sur l'existence au cours des 20 ou 30 dernières années. Ils n ' t été en mesure de le faire

    Et l'administration Obama sous la direction d'Eric Holder au ministère de la Justice a décidé: «Nous allons trouver une façon créative pour aller après ces industries. Nous allons trouver le facteur unificateur qui rassemble toutes ces industries. Et qu'est ce que c'est que ça ? Tout le monde a besoin d'une banque. Tout le monde a besoin d'un processeur de paiement. Et donc nous allons passer aux banques, nous allons les intimider en arrêtant leurs relations clients avec toutes ces entreprises. "

    Et donc par exécutifs entiers décret catégories d'entreprises, y compris les entreprises parfaitement légales qui étaient déjà en exploitation en vertu des lois strictes de licence et les régimes réglementaires, est devenu parias, coupé de l'épine dorsale du système financier et se démènent pour trouver des sauvegardes. Dans le cas de Brian Lynn, il a été contraint de demander un compte à 21 banques différentes avant de trouver celui qui était prêt à le prendre comme un client. D'autres exploitants du secteur qui ont été présentés ont partagé des expériences similaires.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  7. Maintenant, cette histoire a une «fin heureuse» de toutes sortes, ou au moins autant d'un dénouement heureux que vous êtes susceptible de trouver dans quoi que ce soit à voir avec l'abus de pouvoir par le gouvernement américain. En Janvier 2015, quelques semaines seulement après le rapport du Congrès a été libéré, la FDIC se retirèrent sur Choke Point, l'émission de nouvelles lignes directrices qui a encouragé les banques "d'adopter une approche fondée sur le risque dans l'évaluation des relations clients individuels plutôt que de refuser de fournir des services bancaires à des catégories entières des clients. " Bien sûr, cela n'a pas empêché complètement la pratique. Au lieu de cela, le «Financial Bureau de protection des consommateurs," le complètement inexplicable cauchemar bureaucratique idée originale d'Elizabeth Warren, efficace a repris le programme plus tard cette année. En Juin de cette année, la Chambre a adopté le commerce, la justice, la science et la Loi sur les crédits des organismes connexes à efficacement fonds dé opération Choke point en interdisant le ministère de la Justice d'utiliser des fonds pour mener à bien le programme. Il reste à voir si ce sera effectivement annuler le programme, mais à ce stade, il semble probable que ce sera tout simplement continuer sous un autre nom et sous les auspices d'un organisme différent.

    Mais se concentrer uniquement sur l'opération Choke Point (ou, comme beaucoup sur le côté droit du paradigme gauche / droite bidon ne, se concentrer uniquement sur des marchands d'armes) est de manquer complètement le point de savoir comment vraiment la colonne vertébrale-effroyablement orwellien ce programme est. Parce que ce programme, ici, est un exemple microcosmique du problème macrocosmique: Le (Federal Reserve réglementés FDIC conforme,) système bancaire tel qu'il existe est rien d'autre qu'un «point d'étranglement" centralisée à laquelle le gouvernement fédéral (ou tout autre «autorité») peut couper une entreprise non coopératif ou un individu gênant hors du système financier.

    Mais ne prenez pas mon mot pour lui. Prenez la parole de propre Financial Fraud Enforcement Task Force Directrice exécutive du ministère de la Justice pour lui:

    "La raison pour laquelle nous nous concentrons sur les institutions financières et les processeurs de paiement est parce qu'ils sont les soi-disant goulots d'étranglement, ou étouffent-points dans la fraude commise par tant de marchands qui victimisent les consommateurs et blanchissent leurs produits illégaux. Par exemple, troisième partie des processeurs de paiement sont souvent les moyens par lesquels les commerçants frauduleux sont en mesure de se faire payer. [...] "

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  8. «Notre hiérarchisation de cette question est basée sur ce principe: Si nous pouvons éliminer les fraudeurs de marketing de masse de l'accès au système financier américain - qui est, si nous pouvons arrêter les fraudeurs d'accéder à des consommateurs les comptes bancaires - alors nous pouvons .. protéger les consommateurs et affamer les fraudeurs cela permettra de réduire de façon significative la fréquence et les dommages causés par ce type de fraude Nous espérons fermer l'accès au système bancaire que les fraudeurs de marketing de masse profiter - mettre efficacement un chokehold sur elle - et mettre un terme à ce problème milliard de dollars qui a nui à tant de consommateurs américains, y compris un grand nombre de nos aînés ».

    Ce fut ce que Michael J. Bresnickat dit à un groupe de superviseurs bancaires en 2013, peu de temps avant l'opération Choke Point a été révélé au public. Mais nous savons maintenant que ce programme de sondage noble ne portait pas sur l'arrêt «escrocs» ou «fraude», il était de trouver un moyen extra-judiciaire de coupe politiquement ciblés groupes (mais tout à fait légal) et les entreprises hors du système financier. Et ils l'ont fait.

    Mais attendez, il y a pire. Pensez à la façon des choses bien pires seront dans une économie sans argent liquide, comme celle offerte dans le courriel imaginaire au début de cet éditorial. Lorsque tous les paiements sont électroniques, il n'y aura aucun moyen d'interagir fiat émise par le gouvernement sans passer par le système financier. Au moins à ce stade, les entreprises peuvent encore recourir à des liquidités pour contourner ces types de sanctions non judiciaires, extra-judiciaires, mais à l'avenir, même que (certes petite) fenêtre sera fermée.

    Dans la société de rêve des technocrates, lorsque le gouvernement (et les banksters qui les marionnettiste) vous voulez hors de la grille, il faudra rien de plus qu'un coup de l'interrupteur. Et alors vous serez laissé la mendicité pour les chutes ...

    Si seulement il y avait un système monétaire communautaire ou système de négociation décentralisé qui ne nécessite pas d'interface avec le système bancaire fédéral. Heureusement, comme nous l'avons discuté ici plusieurs fois, il y a de telles alternatives! Ils existent déjà, et ils ne nécessitent pas d'autorisation officielle pour en faire usage.

    Donc, si vous êtes dans une de ces industries ciblées "à haut risque" ou sentir votre industrie pourrait devenir l'un d'entre eux dans un avenir proche, il n'y a qu'un seul choix: commencer à obtenir hors du réseau bancaire maintenant dans toute la mesure du possible. Parce que vous ne savez jamais quand le gouvernement va appuyer sur un bouton et votre compte retour va être disparu.

    http://theinternationalforecaster.com/International_Forecaster_Weekly/How_the_Government_Uses_the_Banks_to_Choke_Off_Legal_Businesses

    RépondreSupprimer
  9. Petite virée dans le petit monde du Monde Planète (2)


    21 Octobre 2016,
    par Seppi
    Sus aux perturbateurs endocriniens


    Les perturbateurs endocriniens sont un autre sujet de prédilection pour le Monde Planète. Illustration par un article qui mérite une analyse un peu plus détaillée.

    Reconnaissons toutefois que d'autres journaux se sont aussi précipités sur le sujet sur la base d'une dépêche de l'AFP (exemple) qui, à l'évidence, a été rédigée sur la base du communiqué de presse et du tapage médiatique organisé par le NYU Langone Medical Center et les auteurs.

    Pauvres États-uniens...

    Au Monde, c'est M. Stéphane Foucart qui s'y colle, avec ravissement, avec « Perturbateurs endocriniens : un poids énorme sur l’économie américaine ».

    « 340 milliards de dollars par an : c’est le coût des dégâts sanitaires provoqués par l’exposition de la population aux substances chimiques déréglant le système hormonal. »

    C'était l'entrée en matière... euh... ça se poursuit :

    « Environ 340 milliards de dollars (308 milliards d’euros) par an : le chiffre est si faramineux qu’il soulève nécessairement le scepticisme. Pourtant, à en croire l’analyse conduite par des chercheurs américains et publiée mardi 18 octobre dans la revue The Lancet Diabetes and Endocrinology, il ne s’agit pas d’une exagération mais plutôt d’une sous-estimation du coût économique annuel, aux Etats-Unis, des dégâts sanitaires attribuables aux perturbateurs endocriniens (PE), qu’il s’agisse de l’obésité, du diabète, des troubles de la fertilité ou encore des troubles neurocomportementaux. »

    L'analyse, dont l'auteur a oublié de donner la référence est : « Exposure to endocrine-disrupting chemicals in the USA: a population-based disease burden and cost analysis » de Teresa M Attina et al.

    Nous n'aurons pas la prétention d'analyser plus avant cet article – de toute façon derrière un péage – dont le résumé montre assez clairement qu'il s'agit d'un exercice de très haute voltige :

    « Nous avons utilisé des modèles existants pour évaluer les études épidémiologiques et toxicologiques pour parvenir à un consensus sur les probabilités de causalité pour 15 relations exposition-réponse entre les substances et les troubles. Nous avons utilisé les méthodes de Monte Carlo pour produire des gammes de probabilité réalistes pour les coûts pour l'ensemble des relations exposition-réponse, compte tenu des incertitudes [...] »

    En fait, le texte de M. Foucart se poursuit :

    « ...Une analyse semblable, conduite sur la population européenne, avait conclu à un coût environ deux fois moindre. »

    Il est certes expliqué :

    « Ces différences importantes entre les Etats-Unis et l’Europe sont principalement dues à des différences de réglementation, qui conduisent à des niveaux d’exposition des populations sensiblement différents pour certaines substances. »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  10. Qui, sérieusement, peut y croire ? L'exposition, par exemple, aux retardateurs de flamme serait-elle à ce point fonction de la réglementation ? Le facteur décisif – pour autant que les liens de cause à effet (pas simplement statistiques) soient établis – devrait être notre environnement, le milieu dans lequel nous vivons, mais y a-t-il des différences d'environnement de nature à expliquer une différence du simple au double entre les deux côtes de l'Atlantique ?

    « ... le chiffre est si faramineux qu’il soulève nécessairement le scepticisme ». Visiblement pas chez M. Foucart qui commente imperturbablement dans un texte mis en ligne le 18 octobre 2016, à près d'une heure du matin, un article lui-même mis en ligne le 17 octobre 2016 à une heure indéterminée, mais conforme aux horaires états-uniens. Est-ce bien raisonnable ?

    En mars 2015, M. Foucart publiait « Les perturbateurs endocriniens coûtent plus de 150 milliards d’euros par an à l’Europe », sur la base d'un article qui n'était pas encore publié – toujours cette précipitation pour annoncer les « mauvaises » nouvelles qui sont si bonnes pour son militantisme et la ligne éditoriale du Monde Planète... Dans « Estimating Burden and Disease Costs of Exposure to Endocrine-Disrupting Chemicals in the European Union », les auteurs avaient aussi donné une fourchette : une valeur haute de quelque 270 milliards d’euros annuels.

    Soit un rapport de 1 à 1,8. En résumé pour ce genre d'étude : ce qui est tout à fait certain, c'est l'énorme incertitude...

    Magique calculette

    M. Foucart aura au moins fait l'effort louable de produire un article qui n'est pas un simple copier-coller. Illustrons nos récriminations contre l'article « scientifique » et le tambourinage médiatique par une citation des copier-coller à partir de la dépêche de l'AFP :

    « Aux Etats-Unis, l'exposition aux PBDE [retardateurs de flamme] a, selon eux, entraîné 11 millions de points de quotient intellectuel (QI) perdu et 43.000 cas de retard intellectuel, alors que les pesticides ont abouti à la perte de 1,8 million de points de QI et à 7.500 cas de retard intellectuel.

    Selon Teresa Attina, l'un des auteurs de l'étude, chaque point perdu de QI correspond à une réduction d'environ 2% de la productivité, soit une perte de revenus de 20.000 dollars, "ce qui permet d'estimer le coût économique pour la société". »

    Une petite multiplication – certes pas à la portée de tous les journalistes – nous apprend que sur les 240 milliards de coût allégué pour la société des retardateurs de flamme, 220 proviennent de la perte de productivité. Quand 20 Minutes, par exemple, titre : « Perturbateurs endocriniens: Un coût annuel de 340 milliards de dollars aux Etats-Unis », ou quand le Monde écrit : « 340 milliards de dollars par an : c’est le coût des dégâts sanitaires... », le lecteur moyen comprend-il que l'essentiel de ce montant est virtuel ?

    Il est une autre petite multiplication : si « une réduction d'environ 2% de la productivité » génère « une perte de revenus de 20.000 dollars », le 100 % de la productivité est affiché à 1.000.000.000 (un million) de dollars...

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  11. Bisphénol A

    Un début de réponse

    L'American Council on Science and Health a produit une première réponse à l'article prétendument scientifique. Elle est signée du Dr Joseph Perrone, scientifique principal du Center for Accountability in Science. La voici en intégralité.

    Ce lundi, un article publié par la revue médicale britannique The Lancet Diabetes & Endocrinology a fait des vagues, en affirmant que les substances chimiques perturbant le système endocrinien coûtent 340 milliards de dollars aux États-Unis – plus de deux pour cent de notre PIB. En d'autres termes, les États-Unis perdent l'équivalent de la moitié du budget de la défense du gouvernement fédéral dans les coûts des soins de santé et les pertes de salaires du fait d'une exposition à faible niveau à des substances chimiques dans les objets du quotidien, tels que les plastiques ou les revêtements internes des boîtes de conserve métalliques.

    Les chercheurs théorisent que ces substances chimiques peuvent causer des problèmes de santé en interférant avec notre système endocrinien, qui produit des hormones dans notre corps. Mais il n'y a pas que les substances chimiques de synthèse qui peuvent interagir avec le système endocrinien – ces substances peuvent également se trouver naturellement dans les plantes que nous mangeons.

    C'est effrayant – des éléments de la vie courante coûtent des milliards à notre pays. Malheureusement, comme beaucoup d'autres études donnant lieu à des manchettes, cet article est fondé sur une science imparfaite.

    Dans leur désir de susciter l'attention des médias, de nombreux communiqués de presse vantent les résultats d'études qui reposent sur des échantillons de petite taille, des méthodologies erronées, des sauts illogiques et des hypothèses aventureuses en les qualifiant de "révolutionnaires".

    Prenez ce nouvel article. En fixant le coût des perturbateurs endocriniens à 340 milliards de dollars, les chercheurs devaient d'abord supposer que chaque substance chimique qu'ils ont examinée était, en fait, un perturbateur endocrinien, même si ces allégations ne sont pas étayées par la science. Ils devaient également supposer que l'exposition à ces substances causait des problèmes de santé. Cette hypothèse est d'envergure, compte tenu du fait que la plupart des études citées dans l'article ne montrent que de petites corrélations.

    De manière plutôt opportune pour eux, les auteurs de l'article ont négligé de détailler les méthodes utilisées pour sélectionner la littérature alimentant leurs allégations relatives à la perturbation du système endocrinien. Comment ont-ils décidé des études à inclure ? Y a-t-il des études qui ne révèlent aucun lien entre les substances chimiques et les effets négatifs sur la santé qui ont été exclues totalement de l'analyse par les auteurs ?

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  12. L'une des principales cibles de l'article est le méchant endocrinien favori des médias, le bisphénol A (BPA). Des examens approfondis par plus de huit gouvernements différents ont confirmé que le BPA est sans danger à son niveau d'utilisation actuel. Et cela ne veut pas dire que le BPA n'est pas suffisamment étudié, ou que la science n'est pas encore arrivée au point de dire "Ha ! Ha !". Il y a une vaste bibliothèque d'études, avec plus de 10.000 citations, qui ont examiné son impact et qui sont répertoriées dans le seul PubMed.

    Les universités et les organismes fédéraux sont sous une pression constante pour impressionner leurs donateurs (ou les commissions du Congrès qui allouent les crédits) ; il n'est dès lors pas déplacé de spéculer que des données peuvent être "cherry-picked", sélectionnées, pour répondre à l'hypothèse d'un chercheur.

    Faut-il être inquiet au sujet des substances chimiques qui peuvent affecter le système endocrinien en général ? Il est intéressant de noter que la plupart des études sur la perturbation endocrinienne examinent les substances chimiques dans des concentrations à des ordres de grandeur plus élevés que ceux auxquels l'Américain moyen serait exposé. Des revues de la littérature ont trouvé que même les évaluations à "faible dose" emploient des niveaux d'exposition jusqu'à 500 fois supérieurs aux niveaux typiques d'exposition humaine. Bien qu'une telle évaluation soit utile pour déterminer le danger – évaluer si une substance pourrait causer des dommages à un certain niveau – elle ne communique aucune information sur la question de savoir si une substance chimique devrait ou non être une source légitime de préoccupation pour l'individu moyen.

    Considérez la différence d'exposition entre la natation dans un bain de mercure et la consommation d'une portion de thon. Alors que le premier vous tuerait probablement, la quantité de mercure dans le poisson est si faible que l'homme moyen pourrait consommer en toute sécurité plusieurs livres de thon par semaine sans s'inquiéter du mercure. Les avantages pour la santé de la consommation de thon l'emportent aussi largement sur le risque infime de l'exposition au mercure.

    Nier l'évaluation des risques est un danger pour la communauté de la santé ainsi que le grand public. En supposant que la dose utilisée dans une étude agit de la même manière qu'une faible dose dans une exposition de la vraie vie, nous comparons des pommes et des oranges. Le plus dangereux est peut-être que pointer du doigt un bouc émissaire chimique nous détourne de l'analyse du vrai problème.

    Selon la Harvard School of Public Health, le taux global de l'obésité a presque doublé depuis 1980. Attribuer cette charge sanitaire à la "perturbation endocrinienne" par le plastique des contenants de vos aliments plutôt qu'à une habitude personnelle d'apport calorique excessif est tout simplement irresponsable. Après tout, les substances chimiques se trouvent dans les produits de consommation depuis bien avant les années 80.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  13. En vérité, la science de la santé est un exercice d'acquisition progressive de connaissances, et les allégations fantaisistes selon lesquelles les perturbateurs endocriniens coûtent des milliards à notre économie font davantage reculer la compréhension du problème par le public que la promouvoir – tout en créant une peur inutile pour ceux d'entre nous qui aiment les fruits ou la soupe en conserve, ou encore l'eau minérale en bouteilles plastique. »

    En bonus : un exemple de gesticulation « scientifique »

    Il y a sur les pages du Monde Planète un commentateur – « untel » – doté d'une formidable cuirasse qui fait œuvre de salubrité publique en distillant des éléments de rationalité. Un autre commentateur a cru bon de lui opposer « Association of Bisphenol A exposure and Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder in a national sample of U.S. Children » de Shruti Tewar et al. Un article qu'il n'a probablement pas lu puisqu'il est derrière un péage...

    Mais le résumé est à lui seul instructif :

    « Méthodes

    Nous avons utilisé les données de la 2003-2004 National Health and Nutrition Examination Survey, un échantillon transversal, représentatif de la population des États-Unis. Les participants étaient âgés de 8 à 15 ans (N = 460). En utilisant un entretien de diagnostic pour vérifier la présence de TDAH dans l'année écoulée, la régression logistique multivariée a examiné le lien simultané entre les concentrations de BPA urinaire et la situation au regard des TDAH.

    Résultats

    Sur les 460 participants, 7,1 % [IC 95 % : 4,4 – 11,3] remplissaient les critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux – quatrième édition (DSM-IV) pour les TDAH. Les enfants qui avaient des concentrations de BPA au niveau ou au-dessus de la médiane de l'échantillon avaient une prévalence plus élevée de réponse aux critères pour les TDAH (11,2 % [IC 95 % : 6,8 – 17,8]) que ceux avec des concentrations de BPA inférieures à la médiane (2,9 % [IC 95 % : 1,1 – 7,2]). Des concentrations urinaires plus élevées de BPA ont été associées avec les TDAH (odds ratio ajusté [ORa] : 5,68 [IC 95% : 1,6 – 19,8] pour les concentrations de BPA au-dessus de la médiane par rapport aux concentrations en-dessous). Dans les analyses stratifiées par sexe, ces associations étaient plus fortes chez les garçons (ORa = 10,9 [IC 95 %: 1,4 – 86,0]) que chez les filles (ORa = 2,8 [IC 95 %: 0,4 – 21,3]), bien que le terme de l'interaction BPA-sexe n'ait pas été significatif (p = 0,25). »

    Voilà donc une étude sur l'« association » entre l'exposition au bisphénol A et les troubles de l'attention et l'hyperactivité. Une « association » ne dit rien, a priori, sur un lien de cause à effet.

    On déclare péremptoirement que 460 participants sont un échantillon représentatif de la population états-unienne...

    Sur ces 460 participants, on en trouve 7,1 % qui présentent un trouble selon le manuel idoine... c'est 33. Mais attention, le chiffre n'est pas sûr : il y a 95 % de chances que le chiffre réel se situe entre... 20 et 52. C'est ce qu'indique « IC 95 % », l'intervalle de confiance à 95 %.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  14. On range donc les 460 participants par ordre croissant de concentration de BPA dans l'urine. La médiane est la valeur qui sépare les 230 participants avec la concentration la plus basse des 230 avec la concentration la plus haute. Miracle... il y a 26 participants atteints de troubles au-dessus de la médiane et 7 en-dessous. Mais le chiffre réel a 95 % de chances de se situer entre 16 et 41 pour le premier, et 2,5 et 16,5 pour le second. Les statisticiens auront sans nul doute bien du mal à trouver une différence (statistiquement) significative.

    Mais que penser de la différence aussi importante entre garçons et filles ? Quel serait le mécanisme qui induirait des effets différents sur le cerveau selon le sexe ? Toute explication autre que le hasard de l'échantillonnage paraît invraisemblable.

    Et il y a un problème encore plus fondamental : la mesure du BPA dans les urines a certainement été prise à un seul moment de la vie des participants. Comment expliquer la relation – en terme de cause et d'effet – entre cette concentration et le diagnostic de troubles qui, pour autant qu'ils soient réels, ne se sont pas installés en un seul jour ?

    Ce genre d'étude a peut-être un intérêt pour les scientifiques – nous en doutons. Mais c'est une véritable pollution dans le paysage médiatique. Et dans le Monde Planète.

    http://seppi.over-blog.com/2016/10/petite-viree-dans-le-petit-monde-du-monde-planete-2.html

    RépondreSupprimer
  15. De plus en plus de chocs toxiques : "Des femmes meurent à cause d'un tampon"

    Le CHU de Lyon alerte sur la recrudescence de ce phénomène, qui peut occasionner dans des cas très rares l'amputation voire le décès. Et lance une initiative inédite : la collecte de tampons pour une étude. Interview du professeur Gérard Lina, chef de service.


    Laura Thouny
    le 20 octobre 2016 à 19h25


    Mourir en l’espace de 48 heures ou se voir amputée d’un membre. C’est qu’encourent les victimes du syndrome de choc toxique, événement extrêmement rare qui survient la plupart du temps pendant les règles, lors du port prolongé d’un tampon hygiénique. L’ancien mannequin parisienne Lauren Wasser, touchée en 2015 à l’âge de 19 ans, qui avait perdu une jambe, avait notamment ému avec son histoire.

    Le centre national de référence des Staphylocoques des Hospices Civils de Lyon alerte ce jeudi sur ce qu’il considère comme une augmentation inquiétante et non expliquée de ce phénomène en France. Ainsi, de cinq cas déclarés en 2004, on est passé à plus de 20 en 2014 et 18 en 2016.

    Une maladie dont la prévalence est très faible mais dont la sévérité justifie que l’on s’y intéresse, selon le professeur Gérard Lina, chef du service, qui lance une initiative originale : une collecte de tampons usagés à l’aide de kits de prélèvements afin de disposer de suffisamment d’échantillons bactériens pour permettre de mieux comprendre ce syndrome. Interview.

    Vous appelez à une collecte de tampons afin de mieux comprendre le syndrome du choc toxique. Cela avait-il déjà été fait ?

    - C’est inédit à cette échelle ! A l’heure où je vous parle, j’ai déjà reçu plus de 700 mails de femmes prêtes à nous aider. Vous savez, je suis un homme, mais j’ai une épouse et trois filles. Je suis sensible à ces questions. C’est en travaillant ensemble que nous pourrons progresser. Il nous faudrait un grand nombre d’échantillons, dans l’idéal au moins 1.000, car de très nombreux facteurs interviennent dans cette maladie.

    D’où vient le syndrome du choc toxique ?

    - Nous sommes tous porteurs à un moment ou à un autre de notre vie de de staphylocoques dorés, soit de manière permanente, par exemple au niveau du nez, ou transitoire au niveau de la peau. Au niveau vaginal, faute d’études suffisantes, on ne connaît pas la durée de vie des souches.

    Les bactéries S. aureus, qui représentent un cinquième des staphylocoques dorés, sont productrices de toxines TSST-1 au niveau vaginal. Cela représente à peu près 1% des femmes. Mais elles font partie de notre flore bactérienne normale. Notre système immunitaire est donc en contact avec cette flore. La plupart des porteurs développent des anticorps dirigés contre cette toxine, ce qui les protège.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  16. Mais dans de rares cas, les personnes qui n’ont pas développé d’anticorps peuvent connaître une réaction aigue lorsque la toxine se retrouve dans le sang. Le syndrome du choc toxique, une maladie aigue très rare mais grave, potentiellement mortelle, est une forme d’accident qui survient au cours des règles lors de l’utilisation de dispositifs vaginaux (tampons, coupes menstruelles…). La plupart du temps chez des sujets jeunes et en bonne santé. Il faut être déjà porteuse de cette fameuse souche particulière de staphylocoque doré.

    Structure tridimensionnelle de TSST-1 (Creative Commons).

    Le sang des règles, coincé en intravaginal, représente un très bon milieu de culture, chaud, avec des nutriments, un véritable bouillon de culture où la bactérie peut se multiplier. La toxine TSST-1 qu’elle produit est capable de traverser la paroi vaginale et de se diffuser dans l’organisme. Elle est active à des taux de concentration très faible et stimule de façon massive les lymphocytes, provoquant un choc toxique. Les vaisseaux sanguins se vident de leur contenu, créant une hypotension, les organes ne reçoivent pas assez de sang. Pour se défendre, l’organisme favorise les organes vitaux, comme le cœur et le cerveau, au dépend des organes périphériques et des membres. Si rien n’est fait, c’est la nécrose, et l’on risque l’amputation, comme pour le mannequin Lauren Wasser, qui a perdu une jambe à l’âge de 19 ans, ou le décès.

    En quelques heures, une jeune fille peut finir intubée en réanimation. C’est rageant d’en arriver là juste pour avoir porté un tampon.

    Pourquoi passe-t-on parfois à côté de ce choc toxique ?

    - Le problème est que les signes cliniques font souvent penser à une virose, comme la grippe ou la gastroentérite. Et que c’est une maladie très rare, les médecins n’y pensent donc pas forcément. Les symptômes du choc toxique sont une fièvre soudaine et élevée, de plus de 38,9°, une douleur dans les muscles, une grande fatigue, une sensation de malaise avec céphalées, des vomissements, une diarrhée, une éruption cutanée rouge ressemblant à un coup de soleil… Lorsque l’on constate ces signes, il faut vite enlever son tampon ou sa coupe menstruelle et mettre un dispositif de protection extravaginal (serviette) avant de consulter en urgence. Une suspicion de choc est une urgence et la patiente doit être hospitalisée. Là on va chercher à détecter le staphylocoque au niveau vaginal.

    Le choc toxique était bien connu dans les années 1980 car une épidémie liée à la présence de polyacrylates dans les tampons avait eu lieu aux Etats-Unis. Lorsque ces derniers ont été retirés de la vente, la vigilance s’est relâchée, alors que le risque est toujours présent avec les tampons en coton.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  17. La lanceuse d’alerte Mélanie Doerflinger est à l’origine d’une pétition pour que soient dévoilés les ingrédients des tampons. Leur composition peut-elle être incriminée ?

    - On ne peut pas l’écarter. Mais on ne peut pas se prononcer non plus, c’est difficile à dire. Nous ne disposons pas de suffisamment d’études récentes. D’où l’intérêt aussi de notre collecte.

    Afficher l'image d'origineLes tampons peuvent être responsables de choc toxiques. (Brad Cerenzia / FLICKR CC)

    Vous dites que l’on assiste à une recrudescence du nombre de cas de syndromes de chocs toxiques dus aux tampons et autres cups. Mais ils ne sont pas si nombreux à l’échelle de la France.

    - Rien que le week-end dernier, nous avons eu un autre cas, portant à 18 le nombre de jeunes filles touchées cette année ! Avant 2005 nous avions moins de cinq cas par ans. Maintenant c’est une vingtaine. C’est difficile à évaluer car il ne s’agit pas d’une maladie à déclaration obligatoire. C’est selon le bon vouloir des médecins et des laboratoires. Et il n’y a pas de suivi longitudinal des patients. C’est qui est tout de inquiétant c’est que cela perdure au fil des années, et peut finir avec l’amputation ou la mort de la patiente, même si cela est extrêmement rare. Cela reste un problème de santé publique et nous avons l’impression que la prise en charge n’est pas optimale.

    Pourquoi cette augmentation ?

    - Difficile à dire ! Est-ce dû à une modification de notre immunité ? A une modification de la flore intestinale du fait d’un changement d’alimentation, qui va elle-même entraîner une modification de la flore vaginale des femmes ? A une modification de la composition des tampons ? Au biais déclaratif, qui ferait que l’on signalerait davantage de cas ? En l’absence d’études, on ne peut pas le dire. Les femmes utilisent aussi davantage les tampons qu’autrefois, les gardent plus longtemps, dorment avec : il y a 15 ans, elles ne les portaient pas plus de 4 heures, maintenant c’est parfois 8 heures.

    Comment peut-on faire pour s’en prémunir ?

    - Sans tomber dans la psychose et ne plus porter de tampons, il faut bien avoir la notion de risque lorsque l’on porte un tampon ou une cup et lire la notice afin d’avoir le réflexe de les enlever si l’on observe les signes cliniques concomitants du choc toxique. Dans l’idéal, on change son tampon toutes les quatre heures et on ne le porte pas plus de huit heures. Après, on sait bien que c’est pratique d’en porter un la nuit, dans ce cas, il faut simplement rester vigilant par rapport à ces symptômes.

    A quoi va servir la collecte ?

    - Nous allons tenter de voir si la flore vaginale diffère en fonction du type de tampon. Et si cela penche en faveur d’un choc toxique ou pas. Et si la présence de probiotiques peut empêcher la prolifération de staphylocoques S. aureus chez les porteuses.

    Les coupes menstruelles sont donc aussi concernées…

    - Tampons et cups, même combat ! On a aussi observé des cas de chocs toxiques chez des porteuses de cups. C’est mécanique, puisque le principe repose sur le stockage du sang au niveau vaginal. Mais nous ne savons pas quelle est la part des deux dispositifs puisqu’il n’y a pas encore d’études à ce sujet.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20161020.OBS0122/de-plus-en-plus-de-chocs-toxiques-des-femmes-meurent-pour-un-tampon.html

    RépondreSupprimer
  18. Les compagnies pharmaceutiques profitent de maladies rares: étude


    21 octobre 2016


    Les incitations destinées à stimuler le développement de plusieurs traitements pour les maladies rares sont exploitées pour augmenter les bénéfices des sociétés pharmaceutiques, nouvelle recherche menée par l'Université de Bangor montre.

    Les chercheurs ont constaté que les entreprises qui commercialisent des médicaments pour les maladies rares (connus comme les médicaments orphelins) sont 5 fois plus rentables et ont une valeur de marché jusqu'à 15% plus élevé que d'autres sociétés pharmaceutiques.

    L'étude, réalisée par des experts de l'Université de Bangor et l'Université de Liverpool, et publié dans PLOS ONE, a examiné les résultats de 86 sociétés cotées qui produisent près de 200 médicaments orphelins. Il a fait cela en comparant avec 258 sociétés de contrôle appariés qui ne sont pas les fabricants de médicaments orphelins.

    Chercheur principal, Dyfrig Hughes, professeur de pharmacoéconomie du Centre pour l'Economie et des médicaments de santé de l'évaluation à l'École des sciences de la santé de l'Université de Bangor, a déclaré: "Nos résultats confirment les préoccupations antérieures que les entreprises profitent trop, et font en fixant des prix très élevés sur les traitements pour les maladies rares. "
    maladies rares

    Les maladies qui affectent moins de 5 à 10.000 de la population sont considérés comme rares. Sans incitations, les entreprises ne considèrent pas commercialement intéressant d'investir dans de nouveaux traitements. Règlement en place depuis 2000, a vu 122 médicaments orphelins étant autorisés pour le bénéfice des patients souffrant de maladies rares.

    Les coûts élevés

    Mais les médicaments pour les maladies de niche peuvent commander des prix lourdes. Le médicament de la fibrose kystique, Kalydeco (ivacaftor) est au prix de £ 14,000 par patient et par mois. En effet chacun des 10 médicaments les plus chères du monde est un orphelin, avec Soliris (eculizumab) étant le plus cher à 340.000 £ par patient et par an. Bien que ceux-ci sont prescrits pour moins de patients leurs prix élevés peuvent entraîner des revenus équivalents à des blockbusters traditionnels. En fait, près d'un tiers des médicaments pour les maladies rares dépassent maintenant £ 1 milliard en ventes annuelles. On prévoit que le marché mondial des médicaments orphelins pour atteindre 144bn £ d'ici 2020, et représentent 19% du total de marque ventes de médicaments d'ordonnance.

    "Il y a une tendance inquiétante à l'escalade des prix des médicaments orphelins dont le NHS est de trouver qu'il est difficile de gérer», a déclaré le professeur Hughes.

    "Alors que les prix plus élevés sont à prévoir, nos éléments de preuve montrent que les entreprises voient les médicaments orphelins comme une occasion de profit. Les investisseurs voient cela aussi, comme le montre la valeur plus élevée du marché des entreprises de médicaments orphelins."

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  19. Les résultats confirment l'opinion de l'industrie pharmaceutique. Ancien directeur général de société pharmaceutique Shire, Angus Russell, a déclaré au Wall Street Journal que «les grandes entreprises pharmaceutiques ont regardé les petits fabricants de médicaments à développer des médicaments pour les maladies orphelines qui ont atteint des centaines de millions, voire des milliards de chiffre d'affaires et de suivi."

    Changement de politique

    Les auteurs de l'étude recommandent des changements aux politiques qui pourraient entraîner des traitements plus abordables pour les maladies rares. La première a trait à la façon dont les médicaments orphelins sont définis. Alors que tous les médicaments orphelins sont des maladies rares qui sont graves ou potentiellement mortelles, une distinction doit être faite entre les médicaments avec l'utilisation spécifique d'un état (souvent pour des maladies héréditaires ultra-rares), et ceux qui sont utilisés dans un certain nombre de conditions.

    Les incitations-dont 10 ans d'exclusivité commerciale, pourraient être mieux conçus, et liés à la quantité de revenus chaque médicament fait. Les entreprises devraient également être remboursés selon à des prix qui reflètent plus étroitement la valeur de la medicine.Finally, il y a un rôle clair pour la participation non-commerciale et de la propriété pour encourager le développement de médicament orphelin socialement motivé.

    http://medicalxpress.com/news/2016-10-pharmaceutical-companies-profiting-rare-diseases.html

    RépondreSupprimer
  20. En Irak, l'alcool est désormais interdit

    22 oct. 2016, 22:42


    Le Parlement irakien a voté samedi 22 octobre une loi interdisant la vente, l'importation et la production d'alcool, une décision inattendue qui risque de mettre en colère certaines minorités du pays mais qui ravira d'influents partis religieux.

    «Une loi est passée aujourd'hui [22 octobre] et l'article 14 interdit l'importation, la production et la vente de tous types d'alcool», a déclaré à l'AFP Yonnada Kanam, député chrétien.

    «Toute violation sera punie d'une amende de 10 à 25 millions de dinars (7 300 à 18 000 euros)», a-t-il précisé en indiquant qu'il contesterait ce texte devant la Cour fédérale.

    Lire aussi
    Hôtesse de l'air musulmane, elle refuse de servir de l'alcool... et se retrouve en congé sans solde

    Selon un député et un responsable du Parlement irakiens, l'interdiction a été introduite à la dernière minute et de manière surprise dans un projet de loi sur les municipalités.

    Lire aussi : Primaires : à droite comme à gauche, les candidats s'emparent du débat sur le cannabis

    Les partisans de l'interdiction ont affirmé que celle-ci était justifiée par la Constitution, qui interdit, selon eux, toute loi en contradiction avec les préceptes de l'islam.

    Mais pour certains opposants, cette nouvelle loi viole la même Constitution qui garantit les traditions de toutes les minorités du pays.

    Lire aussi : Lutte contre les drogues à la tchéchène : «Tirez sur les toxicomanes, et fini les problèmes»

    L'Irak, pays majoritairement musulman, compte plusieurs compagnies produisant de l'alcool comme Farida pour la bière et Asriya pour l'arak, un alcool anisé. La consommation d'alcool est assez répandue notamment dans la capitale Bagdad qui compte des petites boutiques spécialisées.

    https://francais.rt.com/international/27923-irak-alcool-est-desormais-interdit

    RépondreSupprimer
  21. Acculés à Mossoul, les terroristes de Daesh multiplient les exactions contre les civils irakiens


    22 oct. 2016, 18:16


    Les combattants du groupe djihadiste, qui font face à un assaut massif des forces irakiennes à Mossoul, s’en prennent violemment aux civils irakiens, les utilisant comme boucliers humains ou les exécutant par centaines.

    284 civils de Mossoul exécutés

    Au moins 284 civils de la ville de Mossoul, dont des enfants, ont été exécutés par balle par des membres de Daesh entre le 20 et le 21 octobre, a indiqué une source du renseignement irakien à la chaîne d'informations en continu américaine CNN, sous couvert d’anonymat. Cette même source a précisé que les corps avaient été jetés dans un charnier.

    Des centaines de personnes utilisées comme boucliers humains

    Le 21 octobre, dans des villages autour de Mossoul, des combattants du groupe djihadiste ont par ailleurs capturé environ 550 familles de civils qu'ils comptent utiliser comme boucliers humains face à l’offensive des forces irakiennes, a révélé Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, citant des témoins sur place.

    Les terroristes incendient une usine de soufre

    A Mishraq, le 20 octobre, au sud de Mossoul, deux personnes ont trouvé la mort après avoir été exposées à des fumées toxiques causées par l'incendie d'une usine de soufre à laquelle des terroristes avaient mis le feu, a indiqué le général irakien Qousay Hamid Kadhem.

    Par ailleurs, près d’un millier de personnes ont dû être hospitalisées en raison de problèmes respiratoires résultant de l’incendie, ont rapporté des sources hospitalières locales à l’agence de presse Reuters.

    Attentats-suicides à Kirkouk

    Lire aussi
    Des combattants peshmerga se mettent à l'abri des tirs des snipers de Daesh Tireurs embusqués, kamikazes... Daesh tente de sauver la face en attaquant Kirkouk (VIDEOS)

    Alors qu'ils perdent du terrain à Mossoul, les djihadistes de Daesh ont tenté d'en gagner à quelque 200 kilomètres de là, dans la ville pétrolière de Kirkouk. Des kamikazes et des tireurs y ont ainsi mené des attaques simultanées, notamment contre une centrale électrique et des bâtiments gouvernementaux. Au moins six policiers ont été tués et de nombreux civils pris en otage, avant que les forces irakiennes n’annoncent, le 22 octobre, avoir repris le contrôle de la situation.

    Dernier bastion irakien de Daesh, Mossoul abriterait entre 4 000 et 8 000 membres de l’organisation djihadiste, selon une estimation de l’agence de presse Reuters, alors que près d’1,5 million de civils y habiteraient toujours.

    Le 17 octobre, les forces de sécurité irakiennes, assistées notamment par des combattants Peshmergas kurdes et par des militaires américains, ont lancé l’assaut pour reconquérir cette ville du nord de l'Irak. Mais face à la présence de Daesh, les autorités ont d’ores et déjà annoncé que l’opération pourrait prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

    Lire aussi : «Le temps de la victoire est venu» : l’Irak lance une opération pour reprendre Mossoul à Daesh

    https://francais.rt.com/international/27919-accules-mossoul-daesh-multiplie-exactions-civils

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les troupes de 'la coalition terroriste' prennent les civils en otages comme elles l'ont toujours fait en tous pays.

      Supprimer
  22. CETA : 8 000 manifestants à Amsterdam déclarent leur soutien à la Wallonie (IMAGES)


    22 oct. 2016, 17:29 - Avec AFP


    Le 22 octobre à Amsterdam, quelque 8 000 manifestants ont déclaré leur soutien à la Wallonie, qui s'est opposée au CETA (Traité de libre-échange entre l'UE et le Canada) et bloque la signature de cet accord qui requiert l'unanimité des pays-membres.

    Rassemblés sur la Museumplein, vaste place où se trouve le célèbre Rijksmuseum, des «agriculteurs, entrepreneurs, membres de syndicats, jeunes, consommateurs, scientifiques, juristes et militants pour le climat et les animaux de tout le pays» ont dénoncé les accords de libre-échange CETA (entre l'UE et le Canada), le TTIP (traité transatlantique entre les Etats-Unis et l'UE) et l'Accord sur le commerce des services (ACS ou TiSA en anglais), selon le communiqué de l'organisateur du rassemblement, la coalition TTIPAlarm.

    TTIPAlarm rassemble notamment la centrale syndicale néerlandaise FNV, l'ONG Greenpeace, le centre de recherches Transnational Institute, ainsi que l'association de défense des droits des consommateurs néerlandais Consumentenbond.

    Lire aussi : Des opposants aux traités transatlantiques TTIP et CETA manifestent dans Paris (PHOTOS, VIDEO)

    Environ 8 000 manifestants ont défilé dans la ville, arborant les slogans «Notre monde n'est pas à vendre», «Notre avenir n'est pas une marchandise» et «Arrêtez les mauvais traités commerciaux», d'après les images diffusées sur les réseaux sociaux.

    «Les Wallons ont mené un bon débat de fond et ont, tout comme nous, décidé que cet accord n'était pas encore assez bon. Nous sommes reconnaissants envers les Wallons. Via leur résistance, nous pouvons continuer à plaider aussi aux Pays-Bas pour un commerce véritablement honnête et durable», a déclaré Jurjen van den Bergh, coordinateur de la coalition TTIPAlarm, cité dans un communiqué.

    «Le gouvernement néerlandais et la Commission européenne placent les intérêts des multinationales au-dessus de ceux des citoyens et de la société et c'est inacceptable! Ces accords sont une menace pour notre Etat de droit, notre santé publique et notre environnement», a expliqué Jurjen Van den Bergh.

    «S'ils sont signés une fois, nous en sortirons difficilement. Nous pouvons encore les arrêter, mais cela doit être maintenant», a-t-il ajouté.

    Lire aussi : «Le CETA, frère jumeau du TAFTA, a pour but de préparer le terrain pour sa signature»

    Traité de libre-échange CETA: le Canada appelle l'UE à «finir son job»

    Cette manifestation a lieu alors que, le 22 octobre, le Canada a exhorté l'UE «à finir son job» sur le CETA au lendemain de l'échec des négociations entre la région belge de Wallonie, hostile à cet accord en l'état, et Ottawa, «très déçu» des atermoiements européens.

    Lire aussi
    Chrystia Freeland CETA : la ministre canadienne annonce «la fin et l’échec» des négociations avec la Wallonie

    «Le Canada a fait son travail, la balle est dans le camp de l'Europe», a affirmé Chrystia Freeland, la ministre canadienne du Commerce, à l'issue d'une rencontre à Bruxelles avec le président du Parlement européen, Martin Schulz, avant de reprendre l'avion pour son pays.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  23. «Nous avons encore quelques difficultés entre Européens», a reconnu quant à lui le chef du gouvernement de la Wallonie, Paul Magnette, qui a également été reçu par Martin Schulz, en présence de hauts responsables de la Commission européenne.

    Lire aussi : Le Premier ministre belge Charles Michel dénonce la «radicalisation» de la Wallonie sur le CETA

    Selon son entourage, la ministre canadienne du Commerce attendait un nouveau texte de la Commission sur le traité. Ce document devra être soumis ensuite au Parlement de Wallonie, région francophone de Belgique, d'abord devant la commission chargée des Affaires européennes de l'assemblée régionale, mais à l'heure actuelle, aucune date n'est fixée.

    Un accord qui manque de «démocratie»
    Lire aussi

    Didier Reynders «Hey Canada, F*ck You!» : le compte Twitter d'un ministre belge piraté

    La signature du traité, théoriquement prévue pour 27 octobre prochain, reste suspendue à son acceptation par la Wallonie. Après avoir analysé le texte actuel, cette dernière refuse de donner les pleins pouvoirs à Bruxelles pour parapher l'accord, en raison notamment d'un manque de «temps» et de «démocratie».

    La Wallonie, région de 3,6 millions d'habitants, voit dans le CETA qui concerne plus de 500 millions d'Européens, les prémices du traité TTIP (ou TAFTA), très impopulaire, que l'UE négocie très laborieusement avec les Etats-Unis. La Wallonie réclame plus de garanties, notamment en matière de protection des agriculteurs et face aux puissantes multinationales.

    Le CETA prévoit en effet la suppression des droits de douane sur presque tous les produits. Parmi les exceptions, certains produits agricoles, comme les viandes bovines et porcines dans le sens Canada-UE.

    https://francais.rt.com/economie/27917-ceta-manifestants-amsterdam-wallonie

    RépondreSupprimer
  24. Economie : Appauvris par trop d'argent


    Bill Bonner
    La Chronique d'Agora
    ven., 21 oct. 2016 21:37 UTC


    La croissance mondiale ralentit, comme le montre la baisse des transports de marchandises. Les banques centrales continuent à distribuer de la fausse monnaie sous forme de crédit illimité. La punition ne va pas tarder. "C'est fini !" Raúl Ilargi Meijer, chroniqueur du Contra Corner, le blog de David Stockman, explique que "le modèle tout entier, sur lequel nos sociétés se sont fondées depuis, au moins, toute notre existence, touche à sa fin !" Selon Meijer, toujours : Voilà pourquoi il y a Trump...

    "Il n'y a pas de croissance. Il n'y a pas de véritable croissance depuis des années. Tout ce qu'il reste, ce sont les chiffres du S&P 500, vides, creux, clinquants, soutenus par des rachats d'obligations ultra bon marché, et des chiffres de l'emploi dissimulant des millions de chômeurs découragés. Et surtout, il y a la dette, publique aussi bien que privée, qui a servi à maintenir une croissance illusoire mais qui, désormais, y parvient de moins en moins bien.

    Ces faux chiffres relatifs à la croissance n'ont qu'une raison d'être : faire en sorte que le public laisse les responsables au pouvoir bien installés dans leurs fauteuils confortables. Mais on ne peut jamais aveugler les gens au-delà d'un certain temps. Et désormais, ce temps est limité.

    Voilà ce que signifie l'ascension de Trump, ainsi que le Brexit, Le Pen, et tous les autres. C'est fini. Ce qui nous a animés toute notre existence a perdu les pédales et n'a plus de forces".

    Rien de tout cela ne devrait surprendre les lecteurs de La Chronique... Nous savons que rien n'appauvrit plus vite les gens qu'un excès "d'argent".

    L'Etat a fourni à l'économie un volume de crédit quasiment illimité, fondé sur de l'argent falsifié. L'argent était bidon. Mais il a servi à acheter des ressources réelles. Ensuite, comme il n'était plus nécessaire de réfléchir avec soin à la façon dont le capital était utilisé, les ressources ont été gaspillées.

    Le rythme auquel interviennent les défauts de paiement des entreprises est le plus rapide que l'on ait enregistré depuis 2009. Neuf ménages sur 10 affichent une baisse de revenu. Et les recettes fiscales du dernier trimestre ont chuté par rapport à la même période en 2015.

    Corrigée de l'inflation, la croissance réelle de l'économie américaine — mesurée par les recettes fiscales effectives plutôt que par les statistiques loufoques de la Fed - est en baisse.

    La baisse du transport de marchandises

    L'économie mondiale ralentit, elle aussi. Lambert Strether, du blog Corrente Wire explique :

    "J'ai commencé à surveiller le transport... en partie parce que c'est drôle, mais surtout parce que le transport porte sur des choses, et que suivre la trace de ces choses était une façon bien plus séduisante de comprendre 'l'économie' que les statistiques économiques, et à plus forte raison, que tous ces discours sophistiqués dont les gens de Wall Street usent quotidiennement.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  25. Donc, ce que j'ai remarqué, c'est une baisse, et non des phases de baisse temporaires suivies de rebonds, mais une baisse s'étalant sur des mois, puis sur une année. Le ferroviaire est en baisse, même lorsque vous retirez le charbon et les céréales, et la demande de wagons de marchandises a diminué. Le transport routier est en baisse, de même que la demande de camions. Le transport aérien flanche. Les ports du Pacifique n'affichent aucun rebond en prévision de Noël.

    Et à présent, voilà la débâcle d'Hanjin Shipping — tout ce capital retenu dans des navires bloqués, bien qu'on ne chiffre la cargaison qu'à 12 milliards de dollars, environ — et tout le monde reconnait unanimement que, quelque part, 'nous' avons investi beaucoup trop d'argent dans ces grands navires et bateaux, ce qui sous-entend (j'imagine) que nous avons beaucoup moins de choses à transporter que nous ne le pensions, du moins à travers les océans."

    Un système d'enrichissement par du faux crédit

    Comme nous l'avons indiqué la semaine dernière, les exportations chinoises enregistrent une baisse annuelle de 10%, en dollars.

    Si vous n'exportez aucune "chose", vous n'avez pas besoin de navires pour les expédier où que ce soit.

    Mais à mesure que l'économie sombre, l'endettement augmente, financé par les banques centrales.

    D'après Bloomberg : Cette année, les principales banques centrales du monde musclent leurs bilans à la cadence la plus rapide jamais enregistrée depuis la crise de la dette européenne de 2011, afin de booster des reprises économiques en demi teinte, via des rachats d'actifs qui soutiennent le cours des actions et des obligations.
    Voyons voir... Comment ça marche, déjà ?

    Le monde est trop endetté et en surcapacité. La croissance ralentit. Les défauts de paiement sont en hausse. Alors que font les banques centrales ? Elles encouragent les gouvernements à aggraver leur endettement... et financent un surcroît de capacité.

    L'Etat a utilisé l'argent falsifié afin d'offrir du faux crédit à l'économie... lequel a été employé pour acheter des ressources réelles... qui ont été dilapidées. A présent, nous avons une abondance de créances (dettes) en contrepartie d'une future production en baisse. [NDLR : En France, tandis que les dettes augmentent, la croissance ralentit et le chômage s'intensifie. La situation deviendra critique dès 2017, les contribuables ne pourront plus assumer cette dette. La faillite publique sous une forme ou une autre se profile. Comment sauver votre épargne de ce désastre annoncé ? C'est ici.]

    Comment cela aurait-il pu fonctionner ?

    La moralité de l'économie Une économie est un système moral, après tout. Ce n'est pas un système d'enrichissement. Vous recevez ce que vous méritez, et non ce que vous voulez ou ce que vous espérez.

    A long terme, l'économie punit le gaspillage, l'erreur, l'idiotie, l'impétuosité, la paresse, l'arrogance et l'indiscipline.

    Maintenant, les Américains se font punir. Avec ménagement, jusqu'à présent. Plus tard, le fouet sera beaucoup plus cinglant.

    https://fr.sott.net/article/29212-Economie-Appauvris-par-trop-d-argent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un pays n'a pas besoin de croissance pour vivre mais seulement UNE BAISSE DES TAXES DE MERDE imposées sur toutes les productions !

      Pourquoi 'Bill Bonner' ne parle t-il pas de ce qui plombe le travail ? Voir qu'il suffirait d'ôter l'escroquerie des taxes sur les carburants pour que le pays se remette en marche en moins de 3 semaines ! Faut dire que les sommes gigantesques engouffrées dans le prix des transports (comme celles pour le chauffage) ne profitent qu'à ceux qui ont inventé la 'dette' (voir 7 Janvier 1973) et non aux commerçants qui les répercuteraient sur l'emploi !

      La croissance (vu par les gouvernements), c'est produire plus de merdes, acheter plus de merdes pour que le tas soit le plus haut possible ! C'est ce qu'ils appellent 'La société de consommation' ! Alors que 'la voiture pour la vie' serait que les économies réalisées par l'automobiliste profiteraient donc aux autres commerces ! Idem pour l'électroménager et tous les services.

      http://france-inflation.com/prix-carburants.php

      Supprimer
  26. L'UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

    By lejournaldusiecle
    14 février 2013

    Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d'euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l'euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

    C'est le Daily Telegraph qui a révélé l'information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d'une campagne sans précédent de réorientation de l'opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

    Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l'opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d'attirer l'attention médiatique et publique.

    Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d'y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s'agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

    Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu'expriment de plus en plus d'Européens, à savoir que "l'Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d'Europe", et non pas "moins d'Europe".

    Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l'euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu'est l'UE, dixit Barroso.

    En pleine crise économique, et alors que l'austérité est imposée aux États, l'UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu'une augmentation de près de 2 millions d'euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés lan prochain.

    Nigel Farage a été l'un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l'UE ne valait pas mieux qu'une "république bananière".

    Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

    http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

    RépondreSupprimer