- ENTREE de SECOURS -



lundi 5 septembre 2016

La mondialisation ne se fera JAMAIS !

L'intelligence dépend de la physique - et non DU physique où les grosses têtes (et les petits suisses ?!) auraient plus de savoir ! - de la gravité terrestre d'une part, de la physique du déplacement (rotation) de la Terre ainsi que d'autre part de la physique climatologique. C'est ainsi que se sont construits les peuples ici ou là de notre planète avec leurs différences régionales. C'est pourquoi celui qui habite Galveston au Sud du Texas n'aura pas les mêmes constructions intelligencielles que celui de Dallas ou San Angelo comme celui de Los Angeles et celui de Miami ou, (en France:), les provençaux différents des alsaciens ou des bretons comme des parisiens.
Cela s'est vu chez les immigrés nords-africains des années 60 qui aujourd'hui mangent du porc et boivent du vin et s'habillent 'à la française', comme le français qui peu à peu épousera l'esprit africain s'il part vivre en Côte d'Ivoire ou à Madagascar.

Ce comportement n'est pas réservé qu'aux humains puisqu'il ne suffit pas d'arracher une vigne à Bordeaux et de la planter à Aix-en-Provence pour avoir 'un vin de Bordeaux' ! Donc, même s'il s'agit bien du même cépage il se comportera autrement dans une région plutôt que dans une autre comme il existe aussi des micro-climats régionaux qui différencient les vins.

C'est pourquoi (et c'est pour dire), la 'mondialisation' (entendez par là tous pareils comme des appareils) ne se fera JAMAIS !

Et c'est aussi pourquoi comme 'l'esprit de clocher' qui touche chacun et chacune d'entre-nous, il y a le retour aux sources propres aux poissons qui vont pondre leurs œufs là où ils sont nés comme le font aussi les oiseaux migrateurs qui ne sont que des touristes arrivés en un pays lointain "Ôh que c'est beau ! C'est le plus beau pays du monde !" oui mais voilà, passé 15 jours ou un mois après... ils retournent chez eux !!! Hahahaha !

C'est pourquoi des petits cons d'étrangers qui - arrivés dans un pays - veulent le refaire à leur façon, ils feront comme les autres autochtones passé un certain temps plus tard !

Mises à part ces constatations que tout le monde peut faire, il y a les phénomènes de modes où ne sont disponibles que les modèles désignés par les magasiners et non par la clientèle, comme ceux entretenus par la religion et autres dictatures prenant prétexte de 'révolution' pour imposer leur despotisme.

Il ne faut donc se fier aux apparences qui diraient de vouloir 'refaire le monde à son idée' comme d'entretenir des sentiments de distributeur de billets de mille qui passe forcément... par le contribuable !

101 commentaires:

  1. État d'urgence : une compulsion maladive de répétition


    Jean-Claude Paye
    Voltaire net
    dim., 04 sept. 2016 09:25 UTCCarte


    -- Comment: Le Pouvoir a mis en place tout ce qu'il faut pour assurer son avenir, semble t-il. C'est à dire, concrètement : un verrouillage légal de mesures restreignant considérablement la liberté du citoyen ; la possibilité de désigner quiconque comme étant un ennemi de l'État ; des mesures de surveillance qui n'ont potentiellement plus de limites. On le voit, le politicien, sous prétexte de protéger la population, se protège surtout lui-même de la population. Bien sûr, le désir de contrôle et les stratégies d'anticipation, qui relèvent souvent de la pathologie, produisent souvent les effets inverses au but recherché, nous rendant aveugle, rigide, apeuré et créant peut-être même les points de ruptures dont on voudrait se protéger. D'une manière ou d'une autre, avec les quelques impondérables qui se mettent toujours de la partie, si le changement n'est pas initié par l'expression de la volonté unanime du peuple, et il y a peu de chance que cela soit le cas, qui sait si la tension paroxystique générée par cette folie presque incurable, celle de nos dirigeants, n'attire pas à elle la venue de "moyens de guérison" plus... radicaux et douloureux :

    Le feu et la glace : le jour d'après
    C'est la dégénérescence bébé ! Destination nulle part sous la direction des psychopathes
    Toungouska, psychopathie et la sixième extinction
    Changement de la donne mondiale - Notre civilisation va subir le même sort qu'à l'Âge du Bronze : La destruction
    Alice Miller - D'où vient le mal dans le monde et comment se génère-t-il ?
    La Connaissance et la Liberté, antidotes au fascisme montant --

    Les prolongations de l'état d'urgence se succèdent à la suite d'une série d'attentats. Le nouvel état d'exception, justifié par un massacre précédent, est pourtant incapable de faire face aux nouvelles tueries. C'est pourtant son efficacité présupposée qui justifie chaque prolongation, installant, à chaque fois, de nouvelles mesures attentatoires aux libertés. Dans les faits, les dispositifs liberticides ne suivent pas les massacres, mais anticipent largement ceux-ci. Les premières mutations des codes pénal et de procédure pénale —permettant de soumettre les citoyens français à dispositions relevant du contre-espionnage, c'est-à-dire à des mesures qui autrefois étaient réservées aux ennemis du pays— datent du début des années 2000.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  2. Une compulsion de répétition

    La Loi d'Orientation et de Programmation de la Sécurité Intérieure (LOPSI 1) de 2002 donne déjà à la police l'accès, à distance, aux données conservées par les opérateurs et les fournisseurs d'accès Internet, et annulent le contrôle judiciaire. Vont se succéder un ensemble de législations, réactivant les mesures précédentes déjà prises et allant toujours plus loin dans la possibilité de traiter les citoyens français comme des ennemis. La LOPSI 2 de 2011, comme la loi sur le Renseignement de 2015, témoignent de ce processus qui consiste à répéter inlassablement aux Français qu'ils n'ont plus la propriété d'eux-mêmes et que les attributs de leur personne sont à la disposition de l'État. S'installe ainsi une nouvelle manière de gouverner qui signifie aux citoyens que les prérogatives du pouvoir deviennent absolues et que l'État de droit n'est plus à l'ordre du jour.

    Les lois de prolongation de l'état d'urgence sont également des législations qui transforment le droit pénal. Dans les faits, elles légalisent des dispositifs d'espionnage déjà en place, lesquels sont maintenant justifiés par l'objectif affirmé d'éviter des attentats. Ces derniers ne sont pas le moteur de la mutation de la forme d'État, mais apparaissent plutôt comme sa résultante.

    Elles ajoutent la peur comme moyen de rompre tout lien social et, ainsi, d'organiser l'omnipotence du pouvoir. Ce n'est plus seulement le renoncement à leurs libertés et aux attributs de la propriété de soi, comme celle des données personnelles, qui est demandée aux citoyens, mais bien l'abandon de leur propre vie, en cédant leurs Habeas Corpus, le droit de disposer de leur propre corps. Chaque nouvel attentat et son corollaire, un nouveau prolongement de l'état d'urgence, fonctionne comme une compulsion de répétition, comme « l'éternel retour » des attentats précédents et du rappel des signifiants associés, islamisme, jihad, guerre des civilisations. Comme rien dans les attentats précédents n'a été collectivement confronté, quelque chose se répète, à travers chaque nouvelle tuerie. Ce qui a été forclos du langage et de la raison réapparaît dans le réel comme élément d'une compulsion de répétition. La violence et le signifié associé de la guerre des civilisations, ne doivent pas être oubliés. Ce qui anéantit le lien social, ne doit pas être refoulé, mais répété infiniment, afin de coloniser notre vie.

    Une nouvelle prolongation de l'état d'urgence

    Lors de son allocution du 14 juillet, le président de la République avait annoncé la fin de l'état d'urgence à la date du 26 juillet 2016. Le chef de l'État concluait en ces termes :
    « On ne peut pas prolonger l'état d'urgence éternellement, cela n'aurait aucun sens. Cela veut dire que nous ne serions plus une République avec un droit qui pourrait s'appliquer en toutes circonstances » [1].

    Cependant, suite au massacre du 14 juillet à Nice, le président Hollande a de nouveau prolongé l'état d'urgence pour six mois. Rappelons qu'un premier état d'urgence de 12 jours avait été proclamé, au lendemain des attentats de Paris du 13 novembre 2015, et avait déjà été prolongé de trois mois par la loi 2015-1501 du 20 novembre 2015. Une nouvelle période de trois mois s'est ensuite ajoutée, grâce à la loi 2016-162 du 19 février 2016 et venait à échéance le 26 mai. Elle a été prolongée de deux mois supplémentaires par la loi 2016-629 du 20 mai 2016. Malgré l'évidente inefficacité de cette mesure qui n'a pu empêcher le massacre du 14 juillet, elle vient encore d'être prorogée de six mois, par la loi 2016-987 du 21 juillet 2016.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  3. L'état d'urgence comme outil de transformation du code pénal

    Ainsi, le gouvernement s'installe dans l'état d'urgence permanent, malgré l'adoption d'une législation présentée comme un moyen de sortir de cette situation d'exception —la loi de réforme pénale « renforçant la lutte contre le terrorisme et le crime organisé » promulguée le 3 juin 2016 [2]—. Cette loi permet de faire fonctionner différentes mesures relevant de l'état d'urgence, sans que ce dernier soit déclaré.

    Parmi les quatre législations prolongeant l'état d'urgence, deux sont importantes, la loi du 20 novembre 2015 [3] et celle du 21 juillet 2016 [4]. La première modifie profondément différentes dispositions de la loi de 1955, en ce qui concerne les conditions de l'assignation à résidence et les modalités des perquisitions, en donnant, à la police et au Parquet, une marge d'interprétation quasi illimitée, car elle permet de poursuivre non seulement des actes, mais aussi des intentions. La seconde apporte une nouvelle fois quelques modifications en matière de perquisition. Elle durcit l'arsenal pénal, puisque plusieurs de ses dispositions d'allongement des peines ont vocation de s'appliquer en dehors de l'état d'urgence et, surtout, elle installe une surveillance numérique de masse.

    Officiellement, le texte du 21 juillet 2016 s'intitule « Loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence et portant mesures de renforcement de la lutte antiterroriste ». Classiquement, la loi prévoit, en état d'urgence, la possibilité d'interdire les cortèges, défilés et rassemblements de personnes sur la voie publique [5]. Elle apporte également des précisions et met en place de nouvelles dispositions concernant les perquisitions. Ainsi que son intitulé l'indique, elle ne se cantonne pas à la prorogation de l'état d'urgence, mais est devenue une nouvelle loi antiterroriste ayant pour objet de modifier les codes pénal et de procédure pénale. Elle procède par l'ajout de nombreuses dispositions qui intègrent, de manière permanente, l'arsenal pénal et administratif antiterroriste, hors état d'urgence.

    Le retour des perquisitions informatiques administratives

    Le texte autorise à nouveau les perquisitions administratives et permet l'exploitation des données trouvées dans tout système informatique ou de communication saisies dans ce cadre. Déjà contenue dans la loi de prolongation de l'état d'urgence du 20 novembre 2015, cette mesure permettait à la police de copier entièrement les données d'un terminal informatique, ordinateur, serveur ou téléphone mobile, lors d'une perquisition, sans obligation de faire une saisie du matériel, d'obtenir l'assentiment de la personne perquisitionnée, ni de constater préalablement une infraction [6]. Elle a été suspendue, suite à une décision du Conseil constitutionnel en février dernier [7].

    Le Conseil constitutionnel avait estimé que cette disposition porte une atteinte disproportionnée à la vie privée, et s'inquiétait du fait que la copie de données puisse porter sur des éléments sans lien direct avec la personne visée, de par le fait que la copie englobe les échanges entre la personne perquisitionnée et ses contacts, et que la loi prévoit également de pouvoir saisir les données accessibles depuis l'équipement perquisitionné. Il estimait que ce type de disposition ne peut se faire que dans le cadre légal d'une saisie, et non d'une simple perquisition.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  4. Grâce à loi du 21 juillet, les perquisitions informatiques pourront reprendre. La disposition en question, l'article 11 de la loi de 1955 sur l'état d'urgence ainsi modifié, stipule que
    « Si la perquisition révèle l'existence d'éléments, notamment informatiques, relatifs à la menace que constitue... le comportement de la personne concernée, les données, contenues dans tout système informatique ou équipement terminal présent sur les lieux de la perquisition, peuvent être saisies, soit par leur copie, soit par la saisie de leur support ».
    Des perquisitions à la recherche de masse

    Cet article étend considérablement le champ des perquisitions à l'entourage et même aux simples contacts de la personne suspectée, alors que le motif invoqué « être en lien avec une menace » autorise des perquisitions pour quasiment n'importe quel motif. L'extension incontrôlable de cette recherche est encore accentuée par la possibilité de faire des perquisitions en cascade. L'article 5 qui modifie l'article 11 de la loi de 1955 sur l'état d'urgence prévoit que si une perquisition révèle l'existence d'un autre lieu fréquenté par la personne visée, un droit de suite permettra de le perquisitionner dans la foulée. Ainsi :

    « Lorsqu'une perquisition révèle qu'un autre lieu répond aux conditions, fixées au premier alinéa du présent I, l'autorité administrative peut en autoriser par tout moyen la perquisition. Cette autorisation est régularisée en la forme dans les meilleurs délais ».

    Ce n'est pas uniquement le champ des perquisitions numériques qui est élargi, au point de devenir des intrusions incontrôlables et massifiées, la loi permet aussi la capture des données personnelles pour des motifs vagues, relevant d'une simple éventualité. L'article 15 de la loi, établissant l'article L. 851-2 du code pénal, autorise le recueil en temps réel, sur les réseaux des opérateurs et des personnes, des informations ou documents « relatifs à une personne préalablement identifiée susceptible d'être en lien avec une menace » terroriste. Jusqu'ici, cette forme de surveillance ne portait que sur les personnes « identifiée[s] comme une menace ». Grâce à cette loi, le code de la sécurité intérieure dispose désormais que, pour voir ses données de connexion analysées en temps réel, durant quatre mois par les services de renseignement, il suffit d'être identifié comme « susceptible d'être en lien avec une menace », ou simplement de faire partie de « l'entourage » de la personne perquisitionnée « lorsqu'il existe des raisons sérieuses de penser » que l'on est « susceptible(s) de fournir des informations ».

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  5. Des garanties en trompe l'œil

    La loi veut donner des apparences de respect des normes de l'État de droit. Le président Hollande avait d'ailleurs affirmé que :
    « Ce texte a été complété par tout ce qui peut accroître l'efficacité, sans rompre avec l'État de droit. Le risque serait de céder sur nos libertés, sans rien gagner sur notre sécurité. Jamais jusqu'au terme de mon mandat je ne considérerai l'État de droit comme un obstacle, car ce serait la fin de l'État » [8].

    Afin de donner une légitimation relevant d'une société démocratique à des mesures qui détruisent celle-ci, l'article 5 prévoit que :

    « La copie des données ou la saisie des systèmes informatiques ou des équipements terminaux est réalisée en présence de l'officier de police judiciaire. L'agent sous la responsabilité duquel est conduite la perquisition rédige un procès-verbal de saisie qui en indique les motifs et dresse l'inventaire des matériels saisis ».

    Cependant, cette garantie risque de rester purement formelle pour la personne perquisitionnée, puisque les policiers viennent d'obtenir l'anonymat pour les mesures de l'état d'urgence. Dans un télégramme diffusé le 29 juillet, la Direction générale de la police nationale a annoncé que « les agents sont autorisés à s'identifier dans tous les actes administratifs qu'ils sont amenés à établir sous leur numéro de RIO [Référent d'identité opérationnel], en lieu et place de leur nom et prénom ». L'autorisation vaut uniquement « dans le cadre de la mise en œuvre des mesures de l'état d'urgence et notamment des assignations à résidence et des perquisitions administratives », précise le télégramme, adressé aux chefs des services centraux [9].

    Dans le cadre des perquisitions autorisées par cette loi sur l'état d'urgence, le texte précise bien qu'au moins l'un d'entre eux doit être présent lors d'une perquisition administrative. Le recours au matricule pose alors problème pour les officiers de police judiciaire, si on ne peut ni vérifier sa présence, ni l'identifier directement à la seule lecture du PV de police en question.

    Transformation de la norme pénale

    Enfin, cette nouvelle loi, autorisant la prolongation de l'état d'urgence, durcit l'arsenal pénal applicable hors état d'urgence. Parmi les mesures adoptées, elle prévoit notamment une peine pouvant aller, non plus jusqu'à 20 ans, mais jusqu'à 30 ans d'emprisonnement, pour les organisateurs ou les dirigeants d'un groupement formé en vue de la préparation d'un acte de terrorisme [10]. Aussi, les personnes condamnées, à une peine d'emprisonnement pour des faits en lien avec le terrorisme, ne peuvent plus bénéficier d'une réduction de peine [11]. La loi prévoit aussi l'allongement de la durée, de la détention provisoire des mineurs, à deux et trois années en matière de terrorisme, ainsi que le prononcé automatique d'une interdiction du territoire français.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  6. Les députés ont en revanche refusé l'application du régime de la rétention de sûreté et de la surveillance de sûreté, aux personnes condamnées pour un crime terroriste, voulue par les sénateurs. Ces derniers ont également renoncé à la création d'un délit de séjour sur un théâtre d'opérations terroristes extérieures, au profit d'un renforcement de la dernière loi de réforme de la procédure pénale de juin 2016 [12]. Celle-ci permet déjà un contrôle administratif, avec assignation à résidence, des personnes revenant de Syrie et d'Irak, lorsqu'il n'existe pas d'éléments suffisants pour les mettre immédiatement en examen pour terrorisme. Ce contrôle, jusque-là limité à un mois, pourra dorénavant être porté à trois mois.

    La légalisation d'un système déjà existant

    La dernière loi de prolongation de l'état d'urgence nécessite, pour la mise en pratique de l'élargissement des écoutes administratives, un système généralisé de sondes numériques. Or, celui-ci existe déjà grâce au programme d'écoutes administrative, classé secret-défense et nommé IOL —Interceptions Obligatoires Légales—. Ce programme de « sondes d'écoute numériques » a été imaginé en 2005, le cahier des charges terminé en 2006 et le pilote lancé en 2007. La généralisation à tous les grands opérateurs s'est déroulée en 2009 [13] et serait pleinement opérationnel depuis 2012, en permettant de couvrir 99 % de l'ADSL résidentiel (les accès Internet par câbles téléphoniques) [14]. Ce programme permettait de collecter « en temps réel » les métadonnées, pratique non autorisée à l'époque [15]. Cette pêche auprès des opérateurs n'a été rendue légale que par la Loi de Programmation militaire de 2013 et par un décret publié en décembre 2014 [16]. Dans le cadre de l'IOL, des « boites noires » avant l'heure, étaient installées sur les réseaux des opérateurs, mais ceux-ci n'y avaient pas accès. Il s'agissait d'écoutes administratives commandées par le Premier ministre, permettant d'écouter les personnes connectées au réseau français [17] et aboutissant au GIC, au Groupement interministériel de contrôle, un organisme dépendant du Premier ministre et procédant à des écoutes.

    Le pouvoir a d'ailleurs partiellement reconnu l'existence d'un tel système d'écoutes. Selon le quotidien Le Monde, la décision fut prise, à l'issue d'un Conseil national du Renseignement à l'Élysée en janvier 2016, de « mettre sous surveillance l'ensemble des données de communication de ces 11 700 personnes "fichées S" pour lien avec l'islamisme radical » [18]. Si cette pratique est déjà effective, il apparait que l'objectif de la loi du 21 juillet 2016 n'est pas de mettre en place, mais de légaliser un système déjà existant. Le texte autorise également une extension d'un dispositif qui pourrait ne pas porter sur les seules 11 700 personnes déjà « fichées S », mais qui concerne potentiellement plusieurs dizaines, voire centaines, de milliers de personnes. Le texte légalise un système pouvant porter arbitrairement sur de larges strates de la population française, des populations considérées comme ennemis potentiels par l'exécutif.

    La légalisation d'un système d'écoutes, déjà existant, s'accompagne de la reconnaissance du caractère illégal, mais justifié de son installation préalable, bien que le dispositif soit inopérant en matière d'attentats. Ce n'est donc pas seulement une nécessité actuelle qui est affirmée, mais le droit de l'État de violer sa propre légalité. L'affirmation d'un pouvoir sans limite prépare ainsi une extension incontrôlable des dispositions d'espionnage des ressortissants français.
    Notes :

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  7. [1] Jean-Baptiste Jacquin, « L'état d'urgence prolongé de trois mois, les perquisitions administratives de retour », Le Monde, 15 juillet 2016.

    [2] Jean-Claude Paye, « France : installation d'un État policier. Procédure d'exception sans état d'urgence », Réseau Voltaire, 26 mars 2016.

    [3] « Loi n°2015-1501 du 20 novembre 2015 prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence et renforçant l'efficacité de ses dispositions », Légifrance.

    [4] « Loi n° 2016-987 du 21 juillet 2016 prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence et portant mesures de renforcement de la lutte antiterroriste », Légifrance.

    [5] Article 3 de la loi n° 2016-987 du 21 juillet 2016.

    [6] « Article 11, alinéa 3 de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence, modifiée par la loi du 20 novembre 2015 », Légifrance.

    [7] « Le Conseil constitutionnel censure la copie de données lors de perquisitions informatiques », La quadrature du Net, 19 février 2016.

    [8] « La prolongation de l'état d'urgence jusqu'en janvier 2017 définitivement adoptée par le Parlement », Le Monde.fr avec AFP et Reuters.

    [9] Pierre Alonso, « Les policiers obtiennent l'anonymat pour les mesures de l'état d'urgence », Libération.fr, 1er août 2016,

    [10] Article 13 de la loi n° 2016-987 du 21 juillet 2016.

    [11] Article 8 de la loi n° 2016-987 du 21 juillet 2016.

    [12] « La prolongation de l'état d'urgence jusqu'en janvier 2017 définitivement adoptée par le Parlement », Le Monde.fr avec AFP et Reuters, 20 juillet 2016.

    [13] « Qosmos et le gouvernement Français, très à l'écoute du Net dès 2009 », Reflets.info, 6 juin 2016.

    [14] Pascal Hérard, « Etat d'urgence : la surveillance numérique de masse a été votée le 21 juillet », TV5monde, 29 juillet 2016.

    [15] Jérôme Hourdeau, « La surveillance du Net a été généralisée dès 2009 », Médiapart, 6 juin 2016.

    [16] « Décret n° 2014-1576 du 24 décembre 2014 relatif à l'accès administratif aux données de connexion », Légifrance.

    [17] « IOL : mais à quoi ça pourrait bien servir ? », Reflets.info, 26 juin 2016.

    [18] Jacques Follorou, « Les 11700 fiches "S" pour islamisme mises sous surveillance », Le Monde, 2 février 2016.

    https://fr.sott.net/article/28935-Etat-d-urgence-une-compulsion-maladive-de-repetition

    RépondreSupprimer
  8. Allemagne : plusieurs écoles fermées en Basse-Saxe à la suite de menaces d'attaques terroristes


    5 sept. 2016, 12:53


    Neuf écoles ont été fermées dans la ville de Braunschweig en Basse-Saxe, après avoir que des courriels menaçant d'attaque terroriste y ont été envoyés dans la nuit.

    «L'heure à laquelle les attaques auraient dû se produire est maintenant passée», a déclaré le porte-parole de la police Joachim Grande, cité par le site N24 News. Les attentats visant les écoles de Braunschweig auraient dû avoir lieu aux alentours de neuf heures du matin selon les menaces reçues par courriel.

    Les établissements scolaires, du primaire au lycée de la ville ont été évacués, rapporte le journal local Braunschweiger Zeitung.

    Lire aussi : Le ministre suisse de la Défense tire la sonnette d'alarme sur la menace terroriste

    «Il n'y a pas d'indication du fait que quelque chose va se dérouler. Tout est calme. Il y avait une valise abandonnée dans l'une des écoles, mais elle contenait une trompette», a ajouté Joachim Grande.

    Les enquêteurs essaient maintenant de trouver l'identité de l'expéditeur du message, dont le contenu exact n'a pas été rendu public.

    Les autorités allemandes sont en alerte depuis la vague d'attaques qui a touché le pays en juillet dernier, dont certaines ont été revendiquées par l'organisation terroriste Etat islamique. De nombreuses critiques ont été adressées à Angela Merkel, accusée d'avoir causé la venue de terroristes, infiltrés parmi les demandeurs d'asile accueillis à bras ouverts par l'Allemagne.

    Lire aussi : Autocritique : Angela Merkel admet des erreurs dans sa politique migratoire

    https://francais.rt.com/international/25924-allemagne--plusieurs-ecoles-fermees

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Le but de ces étrangers est de déposer le plus possible de valises n'importe où et de faire des appels pour alerter d'une bombe aujourd'hui plus que hier et bien moins que demain !

      Supprimer
  9. Melun : un diplôme de prévention de la radicalisation bientôt ouvert aux étudiants


    5 sept. 2016, 13:30


    En janvier, l’institut de droit et d’économie de l’Université Paris II-Assas de Melun accueillera les trente premiers étudiants d’un diplôme universitaire de prévention de la radicalisation islamiste rapporte Le Parisien.

    Lire aussi
    Le nouveau plan anti-djihad de Manuel Valls : les six mesures phares

    «La lutte contre la radicalisation islamiste est une œuvre collective», explique Frédéric Debove, le directeur de l’Institut de droit et d’économie de l’Université Paris II-Assas, à Melun. «A chaque citoyen, à chaque administration d’utiliser les outils qui sont les siens».

    En janvier prochain, sous l’impulsion du ministère de l’Intérieur, suite aux attentats de janvier 2015, l’antenne melunaise accueillera les trente premiers étudiants d’un diplôme universitaire (DU) de prévention de la radicalisation islamiste.

    Cette formation, la première de ce type en Ile-de-France, comprendra notamment des enseignements juridiques mais aussi économiques, sociologiques et historiques.

    «Ces cours devront être un espace de dialogue. Il ne faut surtout pas stigmatiser cette religion» précise Frédéric Debove.

    Des imams mais aussi des personnels des hôpitaux, des prisons, des policiers ou encore des directeurs des ressources humaines de grandes entreprises pourraient composer en grande partie les étudiants potentiels. Le directeur de l'Institut précise que les aumôniers musulmans «devront détenir ce DU pour exercer en prison, dans les hôpitaux et au sein de l’armée», mais il confie qu'il «espère aussi accueillir des élus».

    Suite aux attentats en série qui ont frappé la France, le gouvernement multiplie les mesures pour lutter contre la radicalisation. En mai dernier, le premier ministre avait qualifié la lutte contre le djihadisme de «plus grand défi de notre génération».

    https://francais.rt.com/france/25928-melun--diplome-prevention-radicalisation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors que le plus grand danger des Droits de l'homme a toujours été l'excision des femmes et des hommes à leur naissance - pour empêcher ces handicapés d'avoir un jour accès à la jouissance comme en l'amour - a été mise en place un demi-diplôme raticide ne visant qu'une partie des assassins !

      Supprimer
  10. Le Monde avec AFP : l'hystérie anti-pesticides a encore frappé


    4 Septembre 2016
    Rédigé par Seppi


    Le Monde avec AFP : l'hystérie anti-pesticides a encore frappé


    C'est dans le Monde Planète évidemment : « Aux Etats-Unis, un insecticide anti-Zika a tué des millions d’abeilles ».

    Et la comptabilité en abeilles permet de dramatiser l'information qu'il était absolument indispensable de porter à l'attention du monde. Pensez donc... 2,5 millions d'abeilles sont mortes !

    En fait, ça ne fait que 46 ruches...

    « Apicultrice à Summerville, Juanita Stanley a trouvé des centaines de milliers d’abeilles mortes près de ses ruches de la Flowertown Bee Farm and Supplies, dont elle est copropriétaire.

    "Notre petite entreprise familiale a été détruite par la pulvérisation aérienne", a-t-elle dénoncé dans un texte posté sur Facebook. Selon la chaîne locale WCSC, le groupe apicole a perdu 46 ruches et 2,5 millions d’abeilles depuis lundi 29 août. Une collecte de dons a ainsi été lancée sur Internet. »

    Facebook est ainsi une source d'informations suffisamment crédible pour une AFP qui se précipite pour en faire une dépêche et pour des journaux pour en faire... leur miel.

    Une entreprise familiale serait détruite par la perte de 46 ruches ? Faut-il être journaliste pour croire – et surtout faire croire – qu'un tel nombre de ruches peut constituer le cheptel d'une entreprise (en France, on acquiert le statut de professionnel à partir de 400 ruches) ? D'une entreprise de surcroît en copropriété ? D'une entreprise dont la raison sociale inclut les fournitures pour l'apiculture ?

    En fait, cette information qui aurait dû faire la une du Monde n'étaient le G20, la ratification de l'Accord de Paris sur le climat par la Chine et les États-Unis d'Amérique, la primaire de la droite... est un regrettable fait divers sur fond de contestation clochemerlesque des épandages aériens. On en a un rapport circonstancié, par exemple, par The Summerville Journal Scene du 29 août 2016. Avec deux ou trois mots clés, nos « journalistes » de l'AFP et du Monde auraient pu aller un peu plus loin que les déclarations hystériques sur Facebook et, soit passer à autre chose, soit fournir l'information complète.

    Le Comté de Dorchester en Caroline du Sud a décidé de recourir à des épandages aériens d'insecticide et a oublié de prévenir les (des?) apiculteurs comme c'est l'usage ; ou peut-être seulement la Flowertown Bee Farm and Supplies. Il y a cependant eu des avertissements par la presse et les réseaux sociaux. L'épandage a aussi été réalisé au petit matin alors qu'il se fait normalement la nuit quand les abeilles sont dans la ruche.

    L'AFP et le Monde nous « servent » l'hystérie de Mme Stanley. Le SJS livre aussi le point de vue bien plus mesuré de M. Mitch Yawn, l'autre copropriétaire de la Flowertown Bee Farm and Supplies. Il estime, de manière conservative, la perte à 10.000 dollars. Et surtout, il analyse l'événement avec sérénité. En résumé : un malencontreux concours de circonstances.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  11. Mais l'AFP et le Monde n'oublient pas d'entonner le couplet anti-pesticides :

    « L’Union européenne en a interdit l’utilisation [du Naled] en 2012 en raison des dangers qu’il présente pour la santé et l’environnement. Il peut ainsi se révéler également toxique pour les papillons, les poissons et autres organismes aquatiques. »

    S'agissant du Naled produit phytopharmaceutique, l'acte réglementaire pertinent est la décision de la Commission 2005/788/CE du 11 novembre 2005 qui dit sobrement :

    « Le naled n'est pas inscrit, en tant que substance active, à l'annexe I de la directive 91/414/CEE. »

    Les considérants nous apprennent que c'est à la suite de la décision du notifiant de ne pas demander le renouvellement de l'inscription.

    S'agissant du Naled produit biocide, la décision de la Commission 2012/257/UE du 11 mai 2012 est tout aussi laconique. Selon les considérants, toutefois :

    « Les scénarios examinés lors de l’évaluation des risques pour la santé humaine et pour l’environnement ont mis en évidence un risque potentiel et inacceptable. En outre, l’évaluation n’a pas démontré une efficacité suffisante. En conséquence, il ne convient pas d’inclure le naled à l’annexe I, I A ou I B de la directive 98/8/CE en vue d’utiliser cette substance dans des produits de type 18. »

    Risque potentiel (mais une efficacité insuffisante...)... l'Europe se recroqueville. Et les États-Unis ont une approche plus pragmatique et informative.

    Mais là-bas aussi, la rationalité se heurte à l'émotion. L'AFP et le Monde se sont empressés de signaler le cas de Porto Rico :

    « Le territoire américain de Porto Rico, fortement touché par le virus Zika avec 14 000 cas d’infections locales a d’ailleurs refusé les campagnes de pulvérisation de cet insecticide depuis juillet. »

    Il suffit de lire les comptes rendus, par exemple du Caribbean Business : décision politique, populiste – ou plutôt « boboliste » car ne cédant pas au peuple, mais à la classe bourgeoise – et irresponsable. C'est le gouverneur qui a décidé et qui ose :

    « J'espère qu'il ne naîtra aucun bébé avec des anomalies congénitales parce que j'ai fait le mauvais choix. »

    Quant à l'AFP et au Monde, le bon choix, c'est d'entretenir l'hystérie anti-pesticides.

    http://seppi.over-blog.com/2016/09/le-monde-avec-afp-l-hysterie-anti-pesticides-a-encore-frappe.html

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Alors qu'elles sont plus d'un milliard par jour à être tuées par les pales des éoliennes qui touchent aussi les oiseaux en presque aussi grand nombre et que ce nombre est bien moindre que celui des victimes d'un autre chemtrail, voila des journalistes transformés en médecin-légiste à distance à faire un papier sur leurs merdes !

      Supprimer
  12. L’Anthropocène, une histoire qui va tourner court


    le 5 septembre 2016


    C’est nouveau, ça vient de sortir, c’est tendance, l’humanité vient d’entrer dans l’Anthropocène avec un grand A car il s’agit d’une nouvelle ère géologique. Il n’en fallait pas plus pour faire la une des médias en état de coma intellectuel estival ! Le débat très agité concerne la date de l’apparition de cette nouvelle période dans l’âge de la Terre, considérablement importante, et je baise mes mots comme aurait dit Pierre Desproges. J’arrête tout de suite mes lecteurs qui croiraient que j’use de calembours malsains. Desproges aimait les mots et il les manipulait infiniment mieux que votre modeste serviteur, il les baisait littéralement.

    Quand a débuté l’ère nouvelle dans laquelle nous vivons maintenant ? Certains avancent la construction des pyramides égyptiennes. Que nenni ! La Terre, à cette époque, était plate et le Soleil était une divinité, du moins dans le Pharaonistan de l’époque. En 1610 ? Pourquoi cette date précise : il s’agit de la découverte par Galileo Galilei, rendons-lui sa vraie identité, des 4 satellites de Jupiter, Io, Europa, Ganymede et Callisto, qui rendirent caduque l’idée que la Terre était au centre de l’Univers. Le pape de l’époque n’apprécia pas du tout et remit à une date ultérieure le premier jour de l’anthropocène. En 1781 ? L’année où James Watt inventa, ou plutôt améliora, la machine à vapeur originellement pensée par Thomas Newcomen sur une idée de Nicolas-Joseph Cugnot qui dès 1769 avait construit la première « automobile » à vapeur. J’en profite ici pour que la France revendique haut et fort l’avènement de l’ère industrielle et donc de l’Anthropocène depuis le sol hexagonal, rendons à la Gaule ce qui est à la Gaule …

    D’autres théoriciens avancent la découverte de la pénicilline par Alexander Fleming le matin du vendredi 28 septembre 1928. Cette date a pour mérite d’être très précise car contrairement aux autres ères géologiques on se perd en peu dans les millions d’années …

    Enfin les pros de l’Anthropocène considèrent que cette nouvelle période géologique a débuté avec les essais nucléaires atmosphériques et qu’on peut la dater de 1954, année au cours de laquelle le Département de la Défense américain procéda aux explosions spectaculaires (vues de loin) des essais dits « Operation Castle ». Au cours de ces essais la bombe Castle Bravo (illustration), dopée avec du lithium-7 dépassa de 150 % les prévisions des physiciens (l’équivalent de 15 millions de tonnes de TNT) et constitue encore aujourd’hui l’essai atomique le plus puissant que les Américains aient jamais effectué, d’ailleurs un peu par erreur.

    Le souci fut l’énormité des retombées radioactives alentour et non pas seulement sur l’atoll de Bikini dues à la génération massive de calcium radioactif par bombardement neutronique intense des coraux se trouvant sur le site de l’explosion qui furent proprement vaporisés mais aussi sur de vastes étendues de l’Océan Pacifique. Mais qui s’en soucia à cette époque ? Personne naturellement. On peut donc en toute objectivité considérer que l’Homme, dans toute son ingéniosité, a changé le statut naturel de la planète en ce qui concerne la radioactivité naturelle de la croute terrestre ou d’origine cosmique de cette dernière avec les essais nucléaires atmosphériques.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  13. Voilà où on en est dans la décision d’actualité, c’est évident, de la date d’apparition de l’Anthropocène. Les esprits sont préparés à cette nouvelle mascarade avec le rabâchage continuel du réchauffement climatique anthropogénique … c’était juste pour les préparer à accepter la culpabilité de tous les bipèdes de la terre de devoir se repentir dans toute cette affaire ! Il y a aussi l’empreinte carbone, une conséquence directe de l’invention de ce satané James Watt, une sordide histoire de gros sous, mais, bien pire, la population entière se reproduit trop rapidement, mange beaucoup trop de viande et de pommes de terre frites et est soumise à la propagande de ces technocrates qui ont décidé que la planète était entrée dans une nouvelle ère de par leur faute.

    Je vais vous citer une anecdote vécue vraiment significative. Ma copine, fervente admiratrice de Podemos, un ramassis de gauchistes naturellement noyautés par les écologistes, me surprend chaque jour alors que je suis loin de partager ses idées politiques, un sujet que nous n’abordons plus pour préserver notre intimité. Quand, à mon âge, je souffre évidemment de douleurs cervicales ou dorsales, elle me déclare naïvement, mais elle le croit sans condition et sans un seul instant remettre en cause son jugement, que ces douleurs : c’est à cause du changement climatique ! Je n’invente rien …

    Le changement climatique est donc par définition l’une des conséquences incontestables de l’Anthropocène et il va falloir faire avec puisque nous sommes tous, si l’on peut dire les choses ainsi, les auteurs de cette nouvelle invention qu’est cette nouvelle ère géologique, et cette fois-ci je mâche mes mots plutôt deux fois qu’une, on va retrouver dans pas très longtemps des sédiments chargés d’isotopes radioactifs, de résidus de matières plastiques et, comble de l’horreur, d’os de poulets. Mais c’est vrai ! Les os de poulets, la première nourriture carnée moderne des pays civilisés, vont joncher le fond des océans et former des couches sédimentaires incroyables que les géologues du futur découvriront avec un effarement indicible. Il y a vraiment de quoi se soucier de ce que l’humanité à peine naissante à l’échelle géologique va laisser comme traces pour les futurs géologues dans dix ans, cent mille ou un million d’années. On peut toujours rêver.

    Pour les tenants de la nature, l’homme a été et est toujours un être destructeur. Pourtant des exemples remontant à plus de 13000 ans démontrent que l’occupation de l’homme le long des côtes de la Colombie Britannique au Canada a favorisé la croissance des arbres autour de leurs lieux d’habitation. C’est facile à comprendre : brûler des branchages avait pour conséquence un enrichissement en sels minéraux et les arbres alentour croissaient plus fermement. Mais plus curieusement, les habitudes alimentaires de ces premiers occupants du continent américain ont aussi contribue´ à cette croissance plus rapide des arbres. Ils se nourrissaient de coquillages et ces restes de leurs festins constituaient aussi un apport en sels minéraux vers le sol. Durant 500 générations, depuis 13000 ans, ces populations ont donc participé positivement au changement de l’environnement.

    Alors, sur quoi ce concept d’Anthropocène repose-t-il ? Encore une fois sur du vent … Et pendant ce temps-là les moulins à vent continueront à tourner pour préserver l’Humanité du changement géologique qu’elle a provoqué.

    De qui se moque-t-on ?

    Confirmation : Hitlerie Clinton a déclaré devant les caméras de Fox News qu’elle allait, si elle était élue présidente des USA, faire la guerre à l’Iran, la Russie et la Chine, rien que ça ! L’ère Anthropocène a de beaux jours devant elle …

    Source : adapté avec ironie d’un article de Counterpunch

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/09/05/lanthropocene-une-histoire-qui-va-tourner-court/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la st Anthropocène Lupin rentre tes galettes et surveille-les bien !

      Supprimer
  14. "Qui est-il pour me confronter ?" - Président des Philippines éjacule sur "Son Of A Bitch" sur Barack Obama


    par Tyler Durden
    5 septembre 2016 08h51


    Ce qui était un week-end embarrassant pour le président Barack Obama, dont au sommet du G-20 en Chine arrivée était une étude de cas dans l'humiliation diplomatique, vient d'avoir encore pire quand le lundi, le président philippin Rodrigo Duterte a mis en garde le président américain de ne pas l'interroger sur les exécutions extrajudiciaires meurtres, ou «fils de pute, je jure à vous" lorsque les deux présidents se rencontrent lors d'un sommet au Laos dans les prochains jours.

    Le sujet de la mise à mort de frénésie de Duterte, soi-disant impliquant la plupart des criminels et des trafiquants de drogue, sans procédure régulière a soulevé des sourcils plus récemment par les Nations Unies, qui a exhorté les Philippines à cesser d'exécuter et de tuer des personnes liées aux affaires de drogue et a menacé que "les acteurs étatiques" pourrait être puni. En conséquence, il y a deux semaines Duterte a fustigé à l'ONU et a menacé que le pays pourrait quitter l'ONU. "Peut-être que nous allons devoir décider de se séparer de l'Organisation des Nations Unies. Si vous êtes que grossier, fils de pute, nous allons simplement vous laisser", a déclaré aux journalistes à Davao Duterte, cité par Bloomberg. «Je ne donne pas une merde sur eux», at-il ajouté. "Ils sont ceux qui interfèrent. Tu ne peux pas sortir et faire une déclaration de shitting contre un pays ".

    Avance rapide jusqu'à aujourd'hui, lorsque le président franc lobé un avertissement préventif à Obama, et avant de voler au Laos, où les deux chefs d'Etat doivent se réunir, a dit qu'il est un dirigeant d'un pays souverain et est responsable que devant le peuple philippin. Il répondait à la question d'un journaliste sur la façon dont il a l'intention d'expliquer les exécutions extrajudiciaires à Obama. Plus de 2000 revendeurs et les utilisateurs de drogues présumés ont été tués depuis Duterte a lancé une guerre contre la drogue après sa prise de fonction le 30 Juin.

    Dans son style grossier typique, Duterte a été cité par AP comme répondant: "Je suis un président d'un Etat souverain et nous avons longtemps cessé d'être une colonie, je n'ai pas de maître, sauf le peuple philippin, personne mais personne, vous devez être respectueux, ne me jetez questions. Fils de pute, je jure de vous dans ce forum ", a t-il dit.

    Duterte a précédemment maudit le pape et le Secrétaire général Ban Ki-moon des nations unies.

    Conscient de la tempête de feu sa question provoquerait de son moins de pairs diplomatique, on ne sait pas si Obama prévoit de soulever la question des exécutions extrajudiciaires avec Duterte lors d'une réunion en marge du sommet de l'Association des nations du Sud asiatique.

    "Qui est-il pour me confronter?" Duterte dit, ajoutant que les Philippines avaient pas reçu des excuses pour les méfaits commis pendant la colonisation américaine des Philippines. Il a souligné le meurtre de musulmans Moros il y a plus d'un siècle au cours d'une campagne de pacification des Etats-Unis dans le sud des Philippines, de blâmer les blessures du passé comme «la raison pour laquelle (sud) continue à bouillir» avec des insurrections séparatistes. Duterte puis une nouvelle fois souligné les problèmes de droits de l'homme aux États-Unis.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer

  15. La semaine dernière, Duterte a dit qu'il était prêt à défendre sa répression sanglante sur les drogues illicites, ce qui a suscité des préoccupations de l'États-Unis et d'autres pays. Le président a également dit qu'il allait exiger que Obama lui permettre d'abord expliquer le contexte de sa répression avant d'engager le président des Etats-Unis dans une discussion sur les décès.

    La Maison Blanche, qui était naturellement sans voix après cette effusion de candeur sévère, n'a eu aucune réaction immédiate aux commentaires de DUTERTE. Obama a assisté à une réunion du Groupe des 20 nations à Hangzhou, en Chine, où son rebuffade infâme par la Chine a fait les manchettes mondiales au cours du week-end.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-09-05/who-he-confront-me-philippines-president-unloads-son-bitch-barack-obama

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le pays où plus de 90 % des condamnés à mort exécutés sont innocents n'a d'ordre à donner !

      Supprimer
    2. Le président philippin qualifie Obama de «fils de pute»


      5 sept. 2016, 17:32 - Avec AFP


      Le président philippin Rodrigo Duterte a qualifié le 5 septembre son homologue américain de «fils de pute», incitant Barack Obama à s'interroger sur l'intérêt d'une rencontre prévue le lendemain au Laos.

      «C'est un garçon pittoresque», a réagi Barack Obama, s'exprimant en marge du sommet du G20 en Chine, précisant avoir demandé à son équipe de vérifier l'utilité d'une telle rencontre. «Je veux toujours m'assurer, si j'ai une rencontre prévue, que cela va être vraiment productif», a-t-il ajouté à la veille d'un entretien prévu avec le président philippin Rodrigo Duterte à Vientiane, au Laos, dans le cadre du sommet de l'Asean (Association des Nations d'Asie du Sud-Est).

      Auparavant, s'exprimant lors d'une conférence de presse aux Philippines avant son départ pour le Laos, le bouillonnant président philippin s'était emporté en évoquant les remarques que risquait de lui faire Obama sur les droits de l'homme, et notamment concernant les méthodes qu'il utilise dans la lutte contre le trafic de drogue.

      «Il faut être respectueux. Il ne faut pas se contenter de balancer des questions et des communiqués. Fils de pute, je vais te porter malheur dans ce forum», a lancé le président phillipin.

      Les Philippines, ancienne colonie américaine, sont l'un des pays les plus proches des Etats-Unis depuis l'Asie du Sud-Est, notamment dans le contexte des différends territoriaux avec Pékin sur la mer de Chine méridionale. Les deux pays sont liés par un traité d'alliance militaire.

      Mais depuis son accession au pouvoir en mai dernier et après une campagne ordurière et populiste, Rodrigo Duterte a multiplié les insultes, notamment contre l'ambassadeur américain, menaçant de quitter l'ONU et de rompre avec Washington et Canberra.

      Il s'est attiré les critiques des Nations unies et du département d'Etat pour avoir engagé ses concitoyens à tuer eux-mêmes les toxicomanes et les dealers afin d'éradiquer le fléau de la drogue dans ce pays. Ces exécutions extrajudiciaires ont déjà fait officiellement près de 2 000 morts.

      https://francais.rt.com/international/25939-president-philippin-qualifie-obama-fils

      Supprimer
    3. Le président philippin qualifie Obama de «fils de pute»


      5 sept. 2016, 17:32 - Avec AFP


      Le président philippin Rodrigo Duterte a qualifié le 5 septembre son homologue américain de «fils de pute», incitant Barack Obama à s'interroger sur l'intérêt d'une rencontre prévue le lendemain au Laos.

      «C'est un garçon pittoresque», a réagi Barack Obama, s'exprimant en marge du sommet du G20 en Chine, précisant avoir demandé à son équipe de vérifier l'utilité d'une telle rencontre. «Je veux toujours m'assurer, si j'ai une rencontre prévue, que cela va être vraiment productif», a-t-il ajouté à la veille d'un entretien prévu avec le président philippin Rodrigo Duterte à Vientiane, au Laos, dans le cadre du sommet de l'Asean (Association des Nations d'Asie du Sud-Est).

      Auparavant, s'exprimant lors d'une conférence de presse aux Philippines avant son départ pour le Laos, le bouillonnant président philippin s'était emporté en évoquant les remarques que risquait de lui faire Obama sur les droits de l'homme, et notamment concernant les méthodes qu'il utilise dans la lutte contre le trafic de drogue.

      «Il faut être respectueux. Il ne faut pas se contenter de balancer des questions et des communiqués. Fils de pute, je vais te porter malheur dans ce forum», a lancé le président phillipin.

      Les Philippines, ancienne colonie américaine, sont l'un des pays les plus proches des Etats-Unis depuis l'Asie du Sud-Est, notamment dans le contexte des différends territoriaux avec Pékin sur la mer de Chine méridionale. Les deux pays sont liés par un traité d'alliance militaire.

      Mais depuis son accession au pouvoir en mai dernier et après une campagne ordurière et populiste, Rodrigo Duterte a multiplié les insultes, notamment contre l'ambassadeur américain, menaçant de quitter l'ONU et de rompre avec Washington et Canberra.

      Il s'est attiré les critiques des Nations unies et du département d'Etat pour avoir engagé ses concitoyens à tuer eux-mêmes les toxicomanes et les dealers afin d'éradiquer le fléau de la drogue dans ce pays. Ces exécutions extrajudiciaires ont déjà fait officiellement près de 2 000 morts.

      https://francais.rt.com/international/25939-president-philippin-qualifie-obama-fils

      Supprimer
  16. US principales faces en retrait en tant que révolte des européens contre TTIP


    par Tyler Durden
    5 septembre 2016 09h37
    Soumis par Andrei Akulov via Strategic-Culture.org,



    La France veut mettre fin épineux des négociations commerciales UE-États-Unis sur le partenariat commercial et de l'investissement transatlantique (TTIP) en tant que président François Hollande a souligné qu'il n'y aurait pas beaucoup jusqu'à ce que le président Barack Obama quitte ses fonctions en Janvier. Matthias Fekl, le ministre français pour le commerce extérieur, a déclaré que son pays fera appel à la fin de la transaction. La France a été sceptique quant à la TTIP dès le début et a menacé de bloquer l'accord, faisant valoir les États-Unis ont offert peu en échange de concessions faites par l'Europe. Tous les 28 États membres de l'UE et le Parlement européen devront ratifier la TTIP avant son entrée en vigueur.

    Les déclarations ont été faites juste quelques jours après que le ministre allemand de l'économie Sigmar Gabriel avait dit des pourparlers pour TTIP avaient de facto échoué. Gabriel, qui dirige le centre-gauche du parti social-démocrate de l'Allemagne et est vice-chancelier dans le gouvernement de coalition, dit que l'Europe ne doit pas se soumettre aux propositions américaines. La déclaration de M. Gabriel est en contraste avec la position de la chancelière Angela Merkel, qui prend en charge l'affaire. Pendant ce temps, les conflits américano-allemandes sont en croissance. les tribunaux et les autorités américaines ont pris une ligne dure contre le Groupe Volkswagen, le plus grand constructeur automobile de l'Allemagne, par rapport à son scandale d'échappement. Dans une affaire qui ne comprend pas toutes les demandes de dommages, VW est tenu de payer jusqu'à 13,6 milliards d'euros. Il y a un chœur grandissant en Allemagne en disant que le pays devrait orienter davantage vers l'Asie. Cette perspective partagée par les organisateurs du lobby anti-TTIP, y compris le commerce Fédération allemande de l'Union (DGB), le Parti de gauche et les Verts.

    Le fait que l'ancien Premier ministre britannique David Cameron - un ardent défenseur de TTIP - est plus impliqué dans les négociations est un autre revers majeur pour la transaction, qui à ce moment est considéré par beaucoup comme morts dans l'eau.

    Les négociations TTIP sont en cours depuis 2013 dans un effort pour établir une zone de libre-échange massif qui éliminerait de nombreux tarifs. Après 14 rounds de négociations qui ont duré trois ans et non un point de commun unique des 27 chapitres en cours de discussion a été convenu. Les États-Unis ont refusé de se mettre d'accord sur un terrain de jeu égal entre les entreprises européennes et américaines dans le domaine de collage des marchés publics au principe de «acheter américain».

    Les adversaires de l'accord estiment que, dans sa forme actuelle, le TTIP est trop convivial pour les entreprises américaines. L'une des principales préoccupations avec TTIP est qu'il pourrait permettre aux multinationales de manière efficace «poursuivre» les gouvernements de prendre des mesures qui pourraient endommager leurs entreprises. Les critiques affirment les entreprises américaines pourraient être en mesure d'éviter d'avoir à répondre à divers règlements sur la santé, la sécurité et l'environnement de l'UE en les défiant dans une cour quasi mis en place pour régler les différends entre les investisseurs et les États.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  17. En Europe des milliers de personnes prises en charge par des groupes de la société, les syndicats et les militants dans les rues exprimant la protestation contre l'accord. Trois millions de personnes ont signé une pétition demandant qu'il soit mis au rebut. Par exemple, plusieurs syndicats et d'autres groupes ont appelé à des manifestations contre le TTIP à travers l'Allemagne aura lieu le 17 Septembre Un accord commercial avec le Canada a également été attaqué.

    Donald Trump candidat à la présidence des États-Unis a encouragé des politiques commerciales protectionnistes, tandis que son rival Hillary Clinton a également jeté le doute sur l'affaire TTIP. L'opposition du Congrès est devenu raide. Les législateurs des deux côtés de l'allée ont fulminé contre les accords de libre-échange comme injustes pour les entreprises américaines et les travailleurs.

    Ces développements ont lieu dans le contexte d'un autre accord de libre-échange majeur - le Partenariat transpacifique (TPP) - frapper chicots sur la voie d'être poussé par le Congrès. Les chances sont vraiment minces.

    L'échec probable sera un grand revers de saper la crédibilité des États-Unis dans la région Asie-Pacifique et dans le monde. Selon le Premier ministre Lee Hsien Loong de Singapour, pour les amis et les partenaires de l'Amérique, de ratifier le pacte commercial était un test décisif pour la crédibilité américaine et de la gravité de l'objet.

    Les deux accords ont été problématiques, principalement parce qu'ils contiennent des clauses qui permettraient aux sociétés de poursuivre des nations souveraines et sont vus comme une tentative des États-Unis d'exercer une influence politique, diplomatique et d'entreprise. Comme illustré ci-dessus, même les Américains eux rejettent, accusant l'Accord de libre-échange nord-américain pour l'exode de l'industrie américaine vers des destinations moins chères. Mais l'échec de pousser à travers les deux accords seront mis en doute le statut américain de la superpuissance mondiale.

    A l'intérieur de la richesse des États-Unis l'inégalité est en croissance.

    Les prêts étudiants sont en place. De même sont des timbres alimentaires et les coûts d'assurance-maladie. Dans l'intervalle, la participation de la population active, accession à la propriété et les revenus médians des familles ont chuté. $ 19000000000000 La dette du gouvernement américain est un énorme problème. De longues guerres en Afghanistan et en Irak ont ??exigé un prix énorme - immense frais financiers, estimés à être aussi élevé que $ 6000000000000 (3.9tn £). Le centre de détention de Guantanamo Bay, ainsi que les scandales d'espionnage de la NSA et Wikileaks, ont miné la croyance dans les valeurs américaines et de la diplomatie américaine.

    Les dépenses de défense est énorme, mais son efficacité est remise en question. «Nous sommes dans une crise dramatique maintenant. Il n'y a aucun doute que nous sommes capables contre les menaces qui pèsent sur le côté contre-terrorisme, mais nous avons atteint un point où nous sommes, en fait, pas dirige vers, mais nous sommes déjà creux contre une menace haut de gamme, »dit House Armed services Committee directeur du personnel de la majorité Bob Simmons parler devant un auditoire à l'American Enterprise Institute (AEI) le 21 Juin.

    «Il nous manque la capacité et les moyens que nous avons besoin de dissuader efficacement sur le haut de gamme».

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  18. Parmi les catastrophes de la politique étrangère au moyen-orient, la montée des extrémistes musulmans dans plusieurs pays a créé une crise pour l'ensemble de l'Ouest, y compris les États-Unis, mais le plus immédiatement et en particulier pour l'Europe réfugiés inondés. L'Occident récolte les résultats des échecs de la politique étrangère de l'Amérique, qui lutte pour faire face à des centaines de milliers de réfugiés versant de la Syrie et au Moyen-Orient.

    Il y a peu de preuves que ce siècle aux États-Unis a réalisé des progrès en poursuivant ses objectifs de politique étrangère. Et tandis que les Etats-Unis ont stagné, certains pays, comme la Russie, la Chine et bien d'autres, ont prospéré. Cette combinaison de déclin à la maison et élever l'étranger a réduit la puissance internationale de l'Amérique nettement.

    Au tournant du siècle, quelques-uns ont fait valoir lorsque le 20ème siècle a été surnommé le «siècle américain». Au cours des 16 dernières années, les fortunes américaines ont changé à une vitesse vertigineuse. Le pari plus sûr est que le 21ème siècle ne sera pas l'Amérique. Le rejet par la TTIP par les dirigeants européens et les protestations des racines d'herbe contre l'accord témoigne du fait.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-09-05/us-faces-major-setback-europeans-revolt-against-ttip

    RépondreSupprimer
  19. Le Pen fait l'éloge de Brexit, promet un référendum Frexit sur l'UE


    par Tyler Durden
    5 septembre 2016 02h00
    Submitt edby Michael Shedlock via MishTalk.com,


    Les élections nationales françaises se déroulent en deux tours de scrutin 2017. Marine Le Pen est largement pressenti pour être l'un des deux derniers candidats.

    Aujourd'hui, elle a félicité le Royaume-Uni pour choisir leur propre destin et a réitéré sa promesse de tenir un référendum sur l'adhésion de la France dans l'UE.

    Le Pen Frexit

    Lors de sa première réunion publique après une pause estivale dans le petit village de Brachay dans le nord-France, Le Pen se décrit comme le seul défenseur crédible de l'ordre et de l'unité nationale, affirmant que la meilleure façon de lutter contre le terrorisme était le bulletin de vote.
     
    "Ce référendum sur France appartenant à l'Union européenne, je le ferai. Oui, il est possible de changer les choses. Regardez les Britanniques, ils ont choisi leur destin, ils ont choisi l'indépendance ... Nous pouvons à nouveau être un peuple libre, fier et indépendant, "dit-elle.
     
    Le parti de plus en plus populaire Le Pen se nourrit de l'anti-Europe et l'anti-immigration sentiment et les sondages d'opinion voir son rendant à un début de mai de ruissellement à l'élection présidentielle de la France, mais perdre ce second tour à un candidat ordinaire, comme la majorité des électeurs ne veux pas qu'elle en tant que président.
    Can Win Le Pen ?

    Reuters a noté la majorité ne veulent pas Le Pen pour gagner. Cela est vrai assez parce que la majorité ne veut pas un candidat en particulier pour gagner.

    Aux Etats-Unis, la majorité ne veulent pas Hillary ou Trump. Les électeurs devront faire un choix de toute façon.

    Beaucoup revendication Frexit est "impossible". Ils ont dit la même chose à propos de "Brexit".

    Pour l'instant, je vais aller avec la majorité de ceux qui croient que les socialistes français préféreraient voir tout autre candidat que Le Pen.

    Cela est vrai aujourd'hui. Mais il ne peut pas être vrai quand il le faut, en mai prochain.

    Pour en savoir plus sur la façon dont l'élection 2017 façonne, s'il vous plaît voir le ministre Français de l'Economie qui démissionne pour «Regagner la liberté»; Son parti politique "En Mars"

    http://www.zerohedge.com/news/2016-09-05/le-pen-praises-brexit-promises-frexit-referendum-eu

    RépondreSupprimer
  20. L'Europe Débats Le burkini: «Nous allons vous coloniser avec vos lois démocratiques"


    par Tyler Durden
    4 septembre 2016 13h30
    Soumis par Soeren Kern via L'Institut Gatestone,


    «Nous allons vous coloniser avec vos lois démocratiques." - Yusuf al-Qaradawi, religieux musulman égyptien et président de l'Union internationale des savants musulmans.

    "Plages, comme tout espace public, doivent être protégés des revendications religieuses. Le burkini est un projet politique anti-sociale visant notamment à subjuguer les femmes ... Il est pas compatible avec les valeurs de la France et la République. Face à de telles provocations, la République doit se défendre. " - Le Premier ministre français Manuel Valls.

    Selon le maire de Villeneuve-Loubet, la décision du tribunal de grande instance contre les interdictions burkini, "loin d'apaiser [musulmans], va plutôt augmenter les passions et les tensions."

    "Les plages sont assimilées à des rues, où le port de symboles religieux ostentatoires est également rejeté par les deux tiers des Français." - Jérôme Fourquet, directeur de l'Institut français d'opinion publique (Ifop).

    La ville française de Nice a levé l'interdiction controversée sur burkinis musulmans après qu'un tribunal a jugé ces interdictions illégales. Les interdictions sur les maillots de bain complet du corps ont également été annulées à Cannes, Fréjus, Roquebrune et Villeneuve-Loubet, mais ils restent en place dans au moins 25 autres villes côtières françaises.

    La ligne sur burkinis - un néologisme mélangeant burka et bikini - a relancé un débat de longue date sur les codes vestimentaires islamiques en France et d'autres Etats européens laïques (voir l'annexe ci-dessous).

    Le 26 Août, le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative de France, a jugé que les autorités municipales à Villeneuve-Loubet, une ville balnéaire sur la Côte d'Azur, n'ont pas le droit d'interdire burkinis. Le tribunal a jugé que l'interdiction - qui a été publié après l'attaque jihadiste à Nice le 14 Juillet, dans lequel 86 personnes ont été tuées - était "une attaque grave et manifestement illégale sur les libertés fondamentales, y compris la liberté de mouvement et la liberté de conscience. " Les juges ont estimé que les autorités locales ne pouvaient restreindre les libertés individuelles s'il y avait un «risque démontré» à l'ordre public. Il y avait, disaient-ils, aucune preuve d'un tel risque.

    Bien que la décision appliquée uniquement à l'interdiction à Villeneuve-Loubet, les observateurs ont dit la décision créerait un précédent juridique pour les 30 autres villes et villages qui ont également mis en œuvre des interdictions de burkinis.

    La décision de la Haute Cour a annulé une décision du tribunal inférieur, délivré le 22 Août, qui dit que l'interdiction burkini était «nécessaire, appropriée et proportionnée» pour assurer l'ordre public.

    L'affaire a été portée par le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) et la Ligue des droits de l'homme (LDH). Les deux groupes se sont engagés à déposer des poursuites contre toute municipalité avec une interdiction burkini, qui disent-ils atteinte à la liberté religieuse des musulmans en France.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  21. Patrice Spinosi, avocat de la LDH, a déclaré qu'en l'absence d'une menace démontrée à l'ordre public, la haute cour "a statué et a montré que les maires n'ont pas le droit de fixer des limites sur le port de signes religieux dans les espaces publics. Il est contraire à la liberté de religion, qui est une liberté fondamentale ».

    En revanche, les partisans de l'interdiction - de tout le spectre politique - font valoir que burkinis sont politiques et non religieux, des vêtements.

    Écrire pour Le Figaro, commentateur français Yves Thréard a averti:

    "Le pire scénario serait que le débat se prolonge et errants dans des considérations totalement étrangères à cette tenue scandaleuse. La laïcité et la religion ne sont pas pertinents ici. Le burkini est pas une prescription coranique, mais une autre manifestation de l'islam politique, militant, destructrice, à la recherche à remettre en question notre mode de vie, notre culture, notre civilisation. Veils dans les écoles, les prières de rue, les menus scolaires halal, l'apartheid sexuel dans les piscines, les hôpitaux, les écoles de conduite, niqab, burqa ... depuis trente ans cette infiltration a été atteinte à notre la société, cherchant à déstabiliser Il est temps de claquer la porte au nez Youssef al-Qaradawi, le célèbre prédicateur égyptien, ancien professeur en France, mis en garde:.. '. Nous vous colonisent avec vos lois démocratiques' Grâce à notre indifférence et notre naïveté, nous avons longtemps été complices dans cette affaire mortelle et méchant ".

    Selon le Premier ministre français Manuel Valls, burkinis sont «l'affirmation de l'islam politique dans l'espace public." Dans un entretien avec La Provence, Valls, un socialiste, a déclaré:

    "Je soutiens ceux qui a émis les interdictions ... Plages, comme tout espace public, doivent être protégés contre les revendications religieuses. Le burkini est un projet politique anti-sociale visant notamment à des femmes subjuguant. Derrière le burkini se trouve l'idée que les femmes, par nature, sont impudiques, impure, et qu'ils devraient être complètement couverts. Il est pas compatible avec les valeurs ?? de la France et la République. Face à ces provocations, la République doit se défendre ".

    Laurence Rossignol, le ministre socialiste pour les familles, les enfants et les droits des femmes, a également déclaré qu'elle soutenait l'interdiction de burkinis. Dans un entretien avec Le Parisien, elle a dit:

    "Le burkini est pas une nouvelle ligne de maillots de bain Il est la version de plage de la burka et il a la même logique:.. Pour cacher le corps des femmes, afin de mieux les contrôler Derrière cela, il y a une vision profondément archaïque de la place des femmes dans la société. Il y a l'idée que, par nature, les femmes sont impures et immorales et devraient donc cacher leur corps et disparaître de l'espace public.
     
    "Le burkini agite tant à cause de sa dimension politique collective. Il ne concerne pas seulement les femmes qui le portent. Le burkini est le symbole d'un projet politique qui est hostile à la diversité et à l'autonomisation."

    Le Premier ministre français Manuel Valls a récemment déclaré que «le burkini est un projet politique anti-sociale visant notamment à subjuguer les femmes ... Il est pas compatible avec les valeurs ?? de la France et la République. Face à ces provocations, la République doit se défendre. " Sur la photo ci-dessus: Quatre policiers à Nice, en France, sont représentés forcer une femme à enlever une partie de ses vêtements parce que sa tenue violait l'interdiction burkini de la ville, sur Août 23. Ils ont également l'amende pour la violation. (Source de l'image: NBC Nouvelles vidéo capture d'écran)

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  22. L'ancien président français Nicolas Sarkozy, qui a récemment annoncé qu'il sera candidat aux élections présidentielles 2017, a déclaré que si élu, il serait "changer la constitution" et appuyez sur pour une interdiction nationale de burkinis. Lors d'un rassemblement de campagne le 26 Août, Sarkozy, un conservateur, a déclaré:

    «Je serai le président qui rétablit l'autorité de l'Etat. Je veux être le président qui garantit la sécurité de la France et de tous les Français ...
    "Je refuse de laisser les burkini s'imposer dans les plages françaises et piscines ... il doit y avoir une loi pour l'interdire sur tout le territoire de la République. Notre identité est menacée lorsque nous acceptons une politique d'immigration qui n'a aucun sens."

    Dans une interview avec Le Figaro, Sarkozy a élaboré:

    "Le port du burkini est un acte politique militant, une provocation. Les femmes qui le portent testent la résistance de la République française. Si nous ne mettons pas un terme à cela, il y a un risque que, dans dix ans, les jeunes filles musulmanes qui ne veulent pas porter le burkini ou le voile sera stigmatisé et fait pression en faisant ".

    Henri Leroy, le maire de Mandelieu-La-Napoule, l'une des premières villes françaises à interdire les burkini, a déclaré résidents musulmans il convient de rappeler qu ' «ils sont le français d'abord et de la deuxième confession musulmane." Il a ajouté: «Notre République a des traditions et des coutumes qui doivent être respectés."

    Le maire conservateur de Cannes, David Lisnard, dit le burkini est un "uniforme qui est le symbole de l'extrémisme islamique." Le manager de City Thierry Migoule dit le burkini est une "tenue ostentatoire qui signale allégeance à des mouvements terroristes qui ont déclaré la guerre à nous."

    Le maire de Fréjus, David Rachline, a écrit que la décision de la haute cour était une "victoire pour l'islam radical, pour l'islam politique, qui progresse dans notre pays."

    Lionnel Luca, le maire conservateur de Villeneuve-Loubet, dit que l'interdiction burkini était nécessaire pour "contrer l'islamisation rampante qui progresse dans notre pays." Il a ajouté que la décision de la haute cour, "loin d'apaiser [musulmans], va plutôt augmenter les passions et les tensions."

    Ange-Pierre Vivoni, le maire socialiste de la ville corse de Sisco, a imposé une interdiction sur burkinis "pour protéger la population» après un saccage musulman qui a eu lieu le 14 Août, quand un touriste a pris une photo de plusieurs femmes burkini vêtus de natation en un ruisseau. Plus de 400 personnes a finalement rejoint la bagarre, dans laquelle les Corses locaux se sont affrontés avec les migrants en provenance d'Afrique du Nord. Le lendemain, plus de 500 Corses ont défilé dans les cris de la ville "Aux armes! Ceci est notre maison !"

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  23. Les sondages d'opinion montrent un large soutien du public aux interdictions sur burkinis. Selon un sondage Ifop publié par Le Figaro le 25 Août, 64% des personnes en France sont opposés à l'burkini sur les plages; 6% seulement soutiennent. directeur Jérôme Fourquet Ifop a déclaré: «Les résultats sont semblables à ceux que nous avons mesuré en Avril sur le voile et un foulard sur la voie publique (63% opposés) Les plages sont assimilées à des rues, où le port de symboles religieux ostentatoires est également rejeté par deux. tiers des Français ".

    * * *

    annexe
    Burka Bans dans les pays européens

    La ligne française sur burkinis - un néologisme mélangeant burka et bikini - a relancé un débat de longue date sur les codes vestimentaires islamiques dans d'autres pays européens.

    Autriche. Le 13 Août, Norbert Hofer, (FPÖ) le candidat du Parti libéral autrichien pour le président, a appelé à une interdiction de la burqa. «Je pense qu'il est logique," dit-il. Quelques jours plus tard, le ministre des Affaires étrangères et de l'Intégration, Sebastian Kurz de l'Autrichien Parti populaire (ÖVP), a déclaré une nouvelle loi sur l'intégration comprendrait des restrictions sur la burqa. "Un voile intégral entrave l'intégration», a déclaré Kurz. "La burqa est pas un symbole religieux, mais un symbole pour une contre-société."

    Ministre de l'Intérieur Wolfgang Sobotka a déclaré une interdiction générale de la burqa serait «constitutionnellement problématique." Il a dit qu'une interdiction partielle des burqas aux postes frontaliers et tandis que les voitures de conduite est plus réaliste.

    Un sondage national publié le 25 Août a constaté que 75% des Autrichiens faveur d'une interdiction de la burqa.

    Le FPÖ avait déjà appelé à une interdiction de la burqa en Juillet 2014. À l'époque, Kurz a rejeté l'idée, en l'appelant un «débat artificiel."

    En Juin 2016, la ville de Hainfeld est devenue la première municipalité en Autriche pour interdire les burkini dans les piscines publiques. A Vienne, les médias locaux ont rapporté une "augmentation notable" du nombre de femmes portant burkinis dans les piscines publiques de la capitale.

    Baltes. En Avril 2016, le gouvernement letton a annoncé une proposition visant à interdire la burqa. Le gouvernement a déclaré que le but de la loi, dont elle espère entrer en vigueur en 2017, est de veiller à ce que les immigrants musulmans respectent les valeurs du pays. interdictions Burka sont également discutés en Estonie et en Lituanie.

    Belgique. En Juillet 2011, la Belgique est devenue le deuxième pays européen après la France d'interdire la burqa. Les contrevenants risquent une amende de € 137 ($ 150) et jusqu'à sept jours en prison. Au cours des cinq années écoulées depuis l'interdiction a été mis en place, plus de 70 femmes ont été étiquetés pour porter le vêtement en public. Ce nombre comprend 67 femmes à Bruxelles et sept à Liège.

    En Août 2016, Nadia Sminate, un député belge d'origine mixte marocaine et flamande, a appelé à une interdiction totale de la burqa. Dans une interview avec De Standaard, elle a dit:

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  24. "Il faut absolument éviter d'avoir des femmes se promènent Flandre en burkinis. Pas dans la piscine, et non pas sur la plage. Je ne pense pas que les femmes veulent marcher sur la plage dans une telle monstruosité au nom de la religion. Si nous laissons cela, nous avons mis les femmes en marge de la société. Nous vivons en Flandre et nous faisons les règles. Si nous disons que nous devons fixer des limites et de faire respecter nos valeurs, nous devons le faire. "

    La Grande-Bretagne. Le 31 Août, un sondage YouGov a révélé que la majorité des Britanniques sont favorables à l'interdiction de la burqa dans les lieux publics. Selon le sondage, 57% des Britanniques soutiennent une interdiction; 25% y sont opposés. Le seul groupe d'âge d'opposer une interdiction était 18-24 ans; tous les autres étaient en faveur, par le plus ancien 65+ groupe soutenant une interdiction de 78% à 12%. Tous les principaux partis politiques ont également une pluralité d'électeurs en faveur d'une interdiction. Une question distincte posée par YouGov a révélé que 46% des Britanniques veulent interdire les burkini; 30% y sont opposés.

    Bulgarie. En Juin 2016, le Parlement bulgare a approuvé une nouvelle loi qui interdit la burqa. Le mouvement rend la Bulgarie le troisième pays européen à adopter une telle loi après la France et la Belgique. L'interdiction concerne les citoyens bulgares, ainsi que pour toute personne dans le pays sur une base temporaire.

    La loi stipule que les vêtements qui cache le visage ne peut pas être porté dans les administrations centrales et locales de la Bulgarie, les écoles, les institutions culturelles et les lieux de loisirs publics, des sports et des communications.

    Couvrant la tête, les yeux, les oreilles et la bouche ne seront autorisées que lorsque cela est nécessaire pour des raisons de santé, nécessité professionnelle et à des événements sportifs et culturels. L'interdiction sera également applicable aux lieux de culte.

    La loi prévoit une amende de 200 leva (100 €, 115 $) pour une première violation de l'interdiction. Pour la deuxième et d'autres infractions, l'amende est de 1500 leva (755 €, 430 $) et la perte de prestations sociales.

    Toute personne qui persuade les autres à couvrir leurs visages est passible d'une peine allant jusqu'à trois ans de prison et une amende de 5000 leva (€ 2.500; 2.850 $). Si la personne persuadé pour couvrir le visage est mineur, la peine augmente à un maximum de cinq ans de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 10.000 leva (5.000 €; $ 5.700).

    République Tchèque. En Mars 2016, un étudiant musulman a déposé une poursuite contre une école de soins infirmiers à Prague après avoir été interdit de porter un hijab (tête de couverture de voile musulman et du cou) pendant les cours. L'école fait valoir que les étudiants ne devraient pas avoir la tête couverte dans la salle de classe.

    Danemark. En Août 2016, le Parti du peuple danois a déclaré qu'il présenterait au Parlement une proposition d'interdiction de la burqa. Dans une interview avec Metro Express, porte-parole du parti Kenneth Kristensen Berth a déclaré que le vêtement doit être interdit pour des raisons de sécurité:

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  25. "Il existe plusieurs exemples, principalement au Moyen-Orient, où les gens vêtus de burqas ont été kamikazes. Il est seulement une question de temps avant que cela se produira en Europe. Je viens de rentrer de Londres, où le nombre de burqas dans la rues a augmenté considérablement. Ils peuvent être utilisés pour des bombes sans être détecté. "

    France. En Avril 2011, la France est devenue le premier pays européen à interdire la burqa et le niqab. En Juillet 2014, la Cour européenne des droits de l'homme a confirmé cette interdiction.

    Après l'attaque jihadiste Juillet 2016 Nice, dans lequel 86 personnes ont été tuées, au moins 30 villes et villages interdit la burkini sur les plages publiques.

    Le 26 Août, le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative de France, a jugé que les autorités municipales à Villeneuve-Loubet, une ville balnéaire sur la Côte d'Azur, n'ont pas le droit d'interdire burkinis. Bien que la décision appliquée uniquement à l'interdiction à Villeneuve-Loubet, les observateurs ont dit la décision créerait un précédent juridique pour le reste de la France.

    Les sondages d'opinion montrent un large soutien du public aux interdictions sur burkinis. Selon un sondage Ifop publié par Le Figaro le 25 Août, 64% des personnes en France sont opposés à l'burkini sur les plages; 6% seulement soutiennent. directeur Jérôme Fourquet Ifop a déclaré: «Les résultats sont semblables à ceux que nous avons mesuré en Avril sur le voile et un foulard sur la voie publique (63% opposés) Les plages sont assimilées à des rues, où le port de symboles religieux ostentatoires sont également rejetés par deux. tiers des français ".

    Allemagne. Le 18 Août, ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière a annoncé une proposition pour une «interdiction partielle burqa" qui interdirait le port du voile musulman dans les espaces publics, y compris les jardins d'enfants, les écoles, les universités, les bureaux du gouvernement et en conduisant un véhicule.

    "Nous rejetons le voile intégral», a déclaré de Maizière. "Non seulement la burqa, tout voile intégral qui ne montrent que les yeux d'une personne. Il ne rentre pas dans notre société, pour notre façon de communiquer, pour notre cohésion sociale. Voilà pourquoi nous exigeons que vous montrez votre visage."

    Dans un Août 12 Interview avec Bild, Julia Klöckner, le chef adjoint de la décision chrétiens-démocrates (CDU), a déclaré:

    "Le voile intégral entrave grandement l'intégration des femmes ici. Il est pas un signe de la diversité religieuse, mais représente une image dégradante de la femme. Il est interdit en France, et la Cour européenne des droits de l'homme a confirmé cette interdiction."

    Dans un Juillet 30 entretien avec Die Welt, politicien CDU Jens Spahn a déclaré:

    "Une interdiction de-voile intégral, le niqab, ainsi que la burqa, est en retard, comme un signal pour le monde. Imaginez comment cette conversation serait si nous étions entièrement voilée pendant que nous parlons les uns aux autres. Je ne sais pas veux rencontrer toute burka dans ce pays. en ce sens, je suis burkaphobe ".

    Dans un article d'opinion pour Bild, Bassam Tibi, un ancien professeur à l'Université de Göttingen, qui appelle lui-même un «musulman européen», a écrit qu'il appuie pleinement l'interdiction de la burqa:

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  26. "Une interdiction burka serait une mesure politique intelligente contre certaines personnes se sceller dans des sociétés parallèles, pour une intégration inclusive des migrants musulmans et pour la sécurité de la République fédérale d'Allemagne."

    Un nouveau sondage publié par Infratest dimap le 26 Août a constaté que 81% des Allemands sont en faveur de l'interdiction de la burqa dans les lieux publics. Le sondage a révélé que 51% favorables à une interdiction de la burqa totale.

    Le 22 Août, un tribunal de Osnabrück a jugé qu'un étudiant dans la ville ne sera pas autorisé à porter son voile en classe. La Sophie Scholl avait initialement accepté l'étudiant mais a infirmé sa décision quand elle insistait pour porter son niqab en classe. Les responsables scolaires ont dit la communication ouverte nécessaire dans l'éducation ne serait pas possible si les yeux ne l'élève sont visibles.

    En Juin, la ville bavaroise de Neutraubling interdit burkinis dans les piscines publiques après patrons féminins se sont plaints que le vêtement est insalubre. Le maire Heinz Kiechle a demandé: «Je ne comprends pas pourquoi il est nécessaire de porter un burkini le soir lorsque la piscine est réservée aux dames seulement la natation."

    Italie. À compter du 1er Janvier 2016, la burqa et le niqab ont été interdits dans tous les bureaux et les hôpitaux publics de la région nord-est de la Lombardie.

    Le 17 Août, ministre de l'Intérieur Angelino Alfano déclaré que l'Italie ne sera pas interdire les burkini parce qu'un tel mouvement pourrait provoquer une réaction dans la communauté musulmane. Dans une interview avec le Corriere della Sera, il a dit:

    "Le ministre de l'Intérieur a la responsabilité d'assurer la sécurité publique et de choisir un niveau de ténacité qui ne devient jamais une provocation qui invite potentiellement attaques."

    Malte. En Octobre 2015, le gouvernement a débattu d'une interdiction de la burqa en public après une photographie a émergé montrant une femme au volant d'une automobile tout en portant un voile intégral. L'article 338 du Code criminel stipule qu'il est une menace pour l'ordre public si quelqu'un "dans un lieu public, porte un masque quelconque, ou se déguise, sauf au moment et de la manière permise par la loi." Certains membres du gouvernement ont dit la loi actuelle devrait être clarifiée pour interdire spécifiquement burqas.

    Un imam local, Mohammed Elsadi, a déclaré une interdiction de la burqa menacerait l'intégration et l'harmonie sociale à Malte. Il a ajouté: «Dans un monde globalisé où les gens de différentes cultures vivent ensemble et interagissent de tant de façons et dans de nombreux domaines de la vie, il est plus avantageux pour tous les pays à accorder autant les libertés individuelles que possible." Il a dit que les musulmans devraient être autorisés "toute la liberté d'exercer leurs propres normes et mode de vie culturelle."

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  27. Ministre de l'Egalité Helena Dalli a répliqué:

    "Il y a plusieurs milliers de musulmans à Malte, et beaucoup ont été ici pendant une longue période, voire des générations. La burqa et le niqab ne sont pas des vêtements que l'on pourrait associer à cette communauté, donc une interdiction claire sur les revêtements de visage devrait avoir aucun impact sur la grande majorité des musulmans en aucune façon ".

    Pays-Bas. En mai 2015, le gouvernement néerlandais a approuvé une interdiction partielle couvrant le visage des voiles islamiques dans les transports publics et dans les lieux publics tels que les écoles et les hôpitaux. Les contrevenants sont passibles d'une amende de € 405 ($ 450). L'interdiction ne concerne pas porter la burqa ou le niqab dans la rue.

    Norvège. En Août 2016, une commission inter-partis sur l'intégration a proposé d'interdire la burqa et le niqab dans les institutions publiques et l'interdiction de hijabs dans les écoles publiques. Dans un rapport de 50 pages intitulé «Dix commandements pour une meilleure intégration», la commission a appelé à des directives nationales claires sur les codes vestimentaires islamiques pour améliorer l'intégration.

    "Pour améliorer l'intégration, nous devons encourager une plus grande participation à la vie publique», a déclaré l'homme politique du Parti travailliste Jette Christensen. "Par conséquent, nous ne pouvons pas permettre à visage couvert."

    La politicienne du Parti du Progrès Maryan Keshvari a ajouté: «Nous ne pouvons pas permettre le premier ministre islamiste uniforme dans les écoles norvégiennes."

    En 2013, le Parlement norvégien a rejeté une interdiction burka sur l'argument que la Norvège risquait d'être censuré par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Depuis la CEDH a confirmé l'interdiction en France en Juillet 2014, les partisans norvégiens d'une interdiction ont essayé mais n'a pas réussi à obtenir le parlement d'approuver une interdiction similaire en Norvège.

    Slovénie. En Novembre 2015, le Parti démocratique d'opposition (SDS) a présenté un projet de loi visant à interdire la burqa et le niqab en public et de resserrer les conditions pour obtenir l'asile en Slovénie.

    «Quand en Slovénie, les gens devraient respecter la culture slovène et les coutumes slovènes», a déclaré la tête SDS Janez Janša. «Voilà pourquoi nous avons rédigé un projet de loi qui vise à interdire la burqa en public."

    SDS MP Vinko Gorenak a ajouté: «Nous devons nous adapter à leurs coutumes pour aller à leurs lieux Il n'y a aucune raison pour laquelle nous ne devrions pas exiger la même chose d'eux quand ils sont dans notre environnement culturel.».

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  28. L'Espagne. En Décembre 2010, la ville catalane de Lérida a promulgué une interdiction de la burqa dans les lieux publics. En Février 2013, la Cour suprême espagnole a jugé que l'interdiction était inconstitutionnelle. Le tribunal a déclaré que l'interdiction "constitue une limitation du droit fondamental à l'exercice de la liberté de religion, qui est garanti par la Constitution espagnole." Le tribunal a déclaré que la limitation d'un droit fondamental ne peut être atteint par des lois au niveau national, non pas par les ordonnances locales.

    En Septembre 2014, lors d'un débat parlementaire sur la loi sur la sécurité publique (Ley de Seguridad Ciudadana), ministre de l'Intérieur Jorge Fernández Díaz a appelé à l'interdiction de la burqa dans les lieux publics. Il a dit que la question a deux dimensions: la sécurité et la dignité des femmes.

    "Pour moi, la burqa est un vêtement qui porte atteinte à la dignité des femmes", a déclaré Fernández Díaz. "Mais cela ne relève pas du champ d'application de la responsabilité du ministère de l'Intérieur." En termes de sécurité, at-il dit la burqa ", il est difficile d'identifier les individus qui commettent des crimes."

    En Août 2016, un parc aquatique dans la ville catalane de Gérone interdit la burkini "pour des raisons de sécurité." En Juin 2014, la ville basque de Vitoria a interdit la burkini dans les piscines publiques. En Novembre 2014, un pilote à Vitoria arrêté une femme de burka vêtu de monter à bord de son bus.

    Suisse. Le 1er Juillet, 2016, une interdiction de la burqa est entré en vigueur dans le Tessin, le premier canton suisse à le faire. Les contrevenants sont passibles d'une amende de 10.000 francs suisses (9.100 €; 10.000 $). Le mouvement a suivi un référendum Septembre 2013, dont 65% des électeurs dans le canton italophone a voté en faveur de l'interdiction.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-09-04/europe-debates-burkini-we-will-colonize-you-your-democratic-laws

    RépondreSupprimer
  29. Record année la plus chaude signifie récolte record de blé, à l'opposé des modèles de culture


    September 5th, 2016


    L'an dernier, il y avait des avertissements de modélisateurs de cultures dans la nature que la chaleur tue le blé et les rendements allaient tomber dans le «proche avenir», si les températures ont augmenté. En fait, le réchauffement global était «ralentissement déjà des gains de blé». Ce qui a suivi a été un record avec El Nino, et 2015 a été la plus chaude année jamais, avec 2016 en lice pour le battre. Mais au lieu de malheur de blé, ce mois-ci l'USDA prévoit un rendement record de blé avec des récoltes à l'échelle mondiale. La production de blé a augmenté en Australie, aux États-Unis, la Russie, l'Ukraine, à peu près partout, à l'exception de l'Union européenne où il a été trop pluvieux. Où sont les mea culpa ? h / t à la GWPF

    Janvier 2015, publiée dans Nature. "Global rendement du blé peut baisser la hausse des températures"

    «... Les chercheurs sont maintenant laissent les agriculteurs savent que les rendements de blé du monde sont exceptées baisse dans un avenir proche, avec le monde debout à perdre six pour cent de sa récolte de blé pour chaque degré Celsius que la température augmente mondiales annuelles.

    "Les simulations avec les modèles multi-cultures ont montré que le réchauffement ralentit déjà des gains de rendement, en dépit de l'augmentation des rendements observés dans le passé, à une majorité des lieux de culture du blé dans le monde entier," chercheur Senthold Asseng, à l'Université de Floride, a expliqué dans un rapport."

    Août 2016: USDA projets 743m production tonne de blé de 2016/2017 année

    Les prévisions actuelles USDA Août sont pour 743 millions de tonnes, en hausse de 734 millions années dernier (estimation).

    On dirait encore une autre catastrophe du réchauffement global:

    - voir graphique sur site -
    La production mondiale de blé, Prévision, 2016/2017 année. USDA. Graphique.
    Source: Portail de la sécurité alimentaire avec la dernière barre bleue ajoutée par moi estimation récente de l'USDA.

    Septembre 2016: Littles de poulet climatique Choke sur récolte record de blé

    La plantation extensive et la météo bénigne ont forcé les analystes à augmenter de façon répétée les perspectives de récolte. Le Conseil international des céréales a augmenté la semaine dernière ses prévisions de production mondiale de blé pour un record de 743m tonnes, en hausse de 1 pour cent de l'année dernière

    La récolte de blé d'hiver américaine récente a 45m tonnes, en hausse de 21 pour cent à partir de 2015, selon le Département américain de l'Agriculture. Les commerçants qui ont couru hors de la pièce dans les silos s'accumulent le blé à l'extérieur.

    Les préoccupations de stockage sont également de plus en plus en Russie, qui est cette année en passe de devenir le plus grand exportateur de blé après le transport de plus de 70m tonnes. Au Canada, le gouvernement prévoit la deuxième récolte de blé en 25 ans, de 30,5m tonnes. la récolte de blé imminente de l'Australie est estimée à 26,5 millions de tonnes, le plus en cinq ans.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  30. Défiant non seulement le Club de Rome défaitistes, mais aussi les Littles poulet climatiques qui ont été mise en garde sur les dommages causés par la hausse des températures à l'agriculture mondiale, la production alimentaire est en plein essor, même que les météorologues appellent Juillet 2016, le mois le plus chaud jamais. - Financial Times

    L'Australie peut rivaliser avec la Russie pour le titre de plus grand exportateur de blé cette année si la projection la plus optimiste ci-dessous est à droite. Si le climat se refroidit en 2017 ou peu après, quelle est la probabilité que la Russie sera un exportateur de blé record ?

    Septembre 2016: la récolte de blé de l'Australie pourrait être mise à niveau dramatique

    La récolte de blé de l'Australie pourrait être une mise à niveau dramatique, potentiellement à un niveau record, grâce à temps humide qui a mis "rendements stellaires" dans la perspective - si attisant les soucis de qualité vivent déjà dans le marché mondial.

    Prévisionniste Lanworth chevillé la récolte de blé australien cette année à 24,3 tonnes-29,3, avec une estimation centrale de 27,2 millions de tonnes, signalant «conditions bénéfiques globales pendant la saison de croissance."

    En effet, l'imagerie satellitaire montre "de densité record végétation ... dans presque toutes les grandes régions de croissance", le groupe d'analyse dit, ajoutant que l'Australie était "sur la bonne voie pour les rendements stellaires" dans le blé.

    Cependant, même Lanworth pourrait être sous-estimer sensiblement le potentiel de récolte, selon la branche australienne de culture trader Nidera - qui dit une récolte record pourrait être sur l'ordre du jour.

    "Les plus grandes récoltes de blé domestique 29,6 millions de tonnes a été enregistrée en 2011-12 et à ce moment, il est difficile de voir la récolte de cette année étant sous des tonnes de 30m", a déclaré Peter McMeekin, directeur de l'origination à Nidera Australie.

    http://joannenova.com.au/2016/09/record-hottest-year-means-record-bumper-wheat-crop/#more-50686

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais, comme toutes autres Matières Premières, ce n'est pas leur abondance qui va faire baisser les prix !!! (car ils 'justifient' les hausses de prix par la nécessité de 'gérer des stocks importants' !!!).

      Supprimer
  31. Etats-Unis : les ventes de goodies anti-Clinton explosent celles des produits anti-Trump


    5 sept. 2016, 14:59


    Si la candidate démocrate devance toujours son rival républicain dans les sondages, les T-shirts, tasses ou pin's anti-Hillary se vendent huit fois plus que les objets dénigrant «le Donald».

    Hillary Clinton parviendrait-elle à énerver plus d'Américains que Donald Trump ? C'est ce que suggère une information insolite rapportée par le site américain Breitbart, citant le journal Louisville Business First. D'après ce dernier, les ventes de produits anti-Clinton sur la plateforme en ligne CafePress, basée à Louisville (dans l'Etat du Kentucky), dépasseraient de 814,88% celles des goodies anti-Trump. En d'autres termes, elles seraient huit fois plus importantes.

    Un chiffre lourd de sens, pour le président de CafePress, Fred Durham :«[Ces acheteurs] constituent la part de la population la plus passionnée [...] C'est elle qui se manifestera le jour de l'élection [présidentielle]».

    Parmi les produits se vendant comme des petits pains sur le site, on trouve le fameux T-shirt «Hillary for prison», au lieu de «Hillary for president» – toujours porté par certains partisans du milliardaire lors de ses meetings –, les auto-collants «Women against Hillary» («les femmes contre Hillary») et «Please God not Hillary» («S'il vous plait Dieu, pas Hillary !»), ou encore le pin's «I love America so I hate Hillary» («J'aime l'Amérique, donc je déteste Hillary»).

    Lire aussi
    Forte et puissante : pour témoigner de sa bonne santé, Hillary Clinton ouvre une boîte de cornichons

    Du côté des produits anti-Trump, les internautes ont notamment le choix entre les auto-collants «Pro-America Anti-Trump», «Keep the immigrants deport Trump» («Gardons les immigrés, expulsons Trump») et la pancarte de jardin «Donald Trump is a vulgar pig» («Donald Trump est un porc vulgaire»)...

    Cet écart de ventes entre les produits dénigrant les deux candidats à la présidentielle américaine corrobore un phénomène constaté par le magazine britannique The Spectator : dans un article paru fin juillet, celui-ci relevait que l'ex-première dame américaine parvenait à mobiliser contre elle, lors de ses meetings, un nombre de manifestants bien plus important que Donald Trump. Une tendance qui pourrait s'expliquer, en partie, par les vives oppositions qu'elle suscite au sein de son propre camp démocrate, dont une proportion importante espérait être représentée par Bernie Sanders.

    Lire aussi : Hillary Clinton offre au parti de la guerre un parfum de femme

    https://francais.rt.com/international/25932-etats-unis--ventes-goodies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) Etats-Unis : les ventes de goodies anti-Clinton explosent celles des produits anti-Trump (...)

      'goodies' = sarkosy en hongrois

      Supprimer
  32. Scandale du courrier de Clinton : «Le monde doit connaître ses crimes et intentions»


    5 sept. 2016


    Nous ne savons pas tout sur les délits commis par la candidate à la présidence Hillary Clinton, alors que les médias américains n'ont même plus la prétention d'être objectifs, estime Lew Rockwell, le président de l’Institut Ludwig von Mises.

    Lew Rockwell est un économiste américain, fondateur et président de l'Institut Ludwig von Mises, rédacteur du site lewrockwell.com.

    RT : Comment se fait-il que le FBI n’a pas été en mesure de retrouver aucun des 13 appareils utilisés par Hillary Clinton pour envoyer ses mails ?

    Lew Rockwell (L. R.) : Je pense qu’elle est un criminel, du coup elle a essayé de cacher ses actions. Au moins, elle avait donné des faveurs de la part du gouvernement en vue d'obtenir de l’argent pour la Fondation Clinton, pour elle-même, pour son mari et le reste de l’équipe. C'est pourquoi elle a utilisé le programme spécial pour empêcher de retrouver, comme elle l’espérait, les mails qu'elle avait supprimés. Il nous faut tout savoir : tout sur Benghazi et sur toutes les autres affaires dans lesquelles elle a été impliquée. Elle est un fauteur de guerre ; d'après sa manière de parler, elle a certainement envie de revenir à l'époque de la guerre froide, elle est très dangereuse. Plus on apprend sur elle, plus on voit à quel point ses excuses sont ridicules, quand elle dit que sa santé est excellente, mais ne se souvient de rien, elle est tombée et s'est cogné la tête.

    Nous savons ce qu'elle est en termes de criminalité, mais il nous faut savoir beaucoup plus avant qu'elle soit autorisée à entrer à la Maison-Blanche

    Lire aussi
    Voter pour Hillary Clinton, c’est voter pour la guerre. Point final

    RT : Comment peut-on comprendre cet argument d'Hillary Clinton qu'elle «n'a pas pu s'en souvenir» ? Essaie-t-elle d'éviter la responsabilité ?

    L. R. : Non, mais c'est typique. Elle est avocate. Ce serait un conseil typique d'un avocat, parce qu'on a l'impression qu'on ne peut pas être puni pour parjure si l'on ne se souvient pas. Bien sûr, vous pouvez ne pas vous souvenir de certaines choses. Mais ce dont elle ne se souvient pas, c'est des choses vraiment clé, elle l'explique par sa chute qui lui a causé une blessure grave au cerveau. Mais encore une fois, est-ce que cela a un effet aujourd'hui ? Ne devrait-elle pas subir un examen neurologique ? Ne devrait-on pas savoir les problèmes qu'elle a en réalité ? Nous savons ce qu'elle est en termes de criminalité, ou au moins nous en savons un peu, mais il nous faut savoir beaucoup plus avant qu'elle soit autorisée à entrer à la Maison-Blanche, et pas seulement sur elle, mais sur le reste de son équipe.

    Cette femme est une menace pour le monde entier

    RT : Peut-on dire que les grands médias sont plus intéressés par le fait que la fuite a eu lieu que par le contenu des documents divulgués ?

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  33. L. R. : Oui, on peut le dire. les médias américains n'ont même plus la prétention d'être objectifs ou justes. Hillary les a tous dans sa poche à 100%. Ils lui font de la promotion, ils détestent son adversaire, ils détestent chacun qui dise quelque chose contre elle, ils ne veulent pas dire sur elle la moindre mauvaise chose. Quand ils y sont contraints, lorsqu’il y a une histoire énorme comme ça, ils se sentent obligés de la couvrir. Mais ils n'évoquent certainement pas l'essence - ce qu'ils font, c'est discuter les matières étrangères.

    Il ne faut pas y payer attention, il faut plutôt l'étudier et faire nos propres recherches. J’espère qu'il y aura beaucoup plus de gens d'importance, de ceux qui en savent beaucoup plus que ce qu'on nous a dit jusqu'à présent. Il est rassurant qu'on va apprendre plus sur ses crimes, ceux de la politique étrangère et de la corruption personnelle dans le cadre de la Fondation Clinton très corrompue. Tout cela est pour le bien, relevez tout cela, dites au peuple américain ; dites au monde entier, parce que cette femme est une menace pour le monde entier. Le monde entier doit savoir ce qu'elle a fait et ce qu'elle aimerait faire ainsi que tous les crimes qu’elle a commis.

    Lire aussi : De mal en pis : Hillary Clinton se prépare à des relations plus hostiles avec la Russie

    Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

    https://francais.rt.com/opinions/25931-clinton-crimes-intentions

    RépondreSupprimer
  34. Attentats du 13 novembre : Daesh aurait prévu une attaque de plus grande envergure


    5 sept. 2016, 17:57


    Des documents étudiés par CNN révèlent que des attentats du même type que ceux qui ont ensanglanté Paris et Saint Denis le 13 novembre 2015 auraient été planifiés ailleurs en Europe.

    Lire aussi
    Bataclan : la DGSE connaîtrait l'identité du commanditaire des attaques du 13 novembre

    Des milliers de documents issus de l'enquête sur les attentats du 13 novembre collectés par CNN fournissent de nouveaux détails sur l'attaque, et sur ses ratés. Deux individus arrêtés par la police sont notamment suspectés d'avoir voulu participer au projet terroriste. Un autre, Abid Tabaouni, aussi lié à la cellule terroriste du 13 novembre, n'a été interpellé qu'en juillet dernier.

    L'enquête montre notamment comment l'Etat islamique garde contact avec ses terroristes, leur fournissant information et argent nécessaires à l'élaboration du plan, par étapes, sans que les djihadistes ne sachent ce qu'ils vont faire avant le dernier moment. Des conseils sont aussi donnés pour passer les frontières à l'aide de pseudonymes lors de contrôles, ou bien se cacher dans les toilettes des trains afin d'éviter d'être repérés.

    Au vu des éléments récoltés, les enquêteurs européens pensent aussi que Daesh avait planifié d'attaquer les Pays-Bas, ainsi que d'autres cibles en France telles que des centres commerciaux et un supermarché à Paris. Des informations plus récentes indiqueraient aussi que l'Etat islamique a redoublé d'efforts pour infiltrer des terroristes au Royaume-Uni pour y perpétrer des attentats.

    Lire aussi : Plusieurs victimes des attentats du 13 novembre vont porter plainte contre l'Etat

    Trois autres terroristes auraient dû participer au 13 novembre

    Les interrogatoires de l'Algérien Adel Haddadi et du Pakistanais Mohammed Usman ont permis aux enquêteurs d'apprendre que ces deux individus interpellés faisaient partie de la même équipe qu'Ahmad al-Mohammad et Mohamad al-Mahmod, les deux prétendus réfugiés qui se sont fait exploser aux abords du Stade de France. Si ces derniers ont réussi à passer par la Grèce pour rallier la France, les autorités ont su détecter les faux passeports d'Haddadi et Usman, et ont gardé les deux terroristes en détention pendant un mois, les empêchant de participer aux attaques.

    Après avoir reçu 2 000 euros de l'Etat islamique, les deux djihadistes ont repris leur route vers Salzbourg où ils ont attendu leurs instructions dans un centre pour réfugiés à partir du 14 novembre.

    Lire aussi : Commission sur les attentats de 2015 : pas de «gros ratés» mais des failles dans le renseignement

    Un troisième homme d'origine marocaine, Abid Tabaouni, devait aussi les rejoindre. Le jour de son arrivée dans la ville autrichienne, le 10 décembre 2015, les autorités ont fait une descente dans le centre pour réfugiés afin d'arrêter les membres de Daesh ainsi que d'autres suspects, mais seul le téléphone d'Abib Tabouni a pu être trouvé sur place. Il fut finalement arrêté à Bruxelles en juillet et sera extradé en Autriche prochainement. Adel Haddadi et Mohammed Usman ont été transférés en France et attendent d'être jugés pour terrorisme.

    Lire aussi : Attentats du Bataclan : l'Autriche a remis deux suspects à la France

    https://francais.rt.com/international/25942-attentats-13-novembre--daesh

    RépondreSupprimer
  35. Un millier de boules de feu ?


    Dmitry Orlov
    Vers ou va-t-on
    lun., 05 sept. 2016 08:40 UTCCarte


    -- Comment: Une réflexion de Dmitry Orlov quand à la possibilité d'un affrontement entre les États-Unis et la Russie, hypothèse qu'il est impossible d'écarter totalement , surtout quand on sait que la venimeuse Hillary à de grandes chances d'être débarqué au poste de la présidence américaine...

    Raison de plus pour concevoir l'avenir en terme de ressources humaines, de réseau, de compétences et d'entraide, seules véritables richesses d'importance, en période de guerre, d'effondrement économique ou de pluies de comètes...
    L'illusion de la liberté et l'effondrement de l'Occident
    Se préparer à l'effondrement des États-Unis ?
    Psychopathes au pouvoir et effondrement imminent de la société mondiale (Tout est de votre faute !)
    Les 5 archétypes d'une société en voie d'effondrement --

    Traduction : http://versouvaton.blogspot.fr


    Il y a comme un souffle de troisième guerre mondiale dans l'air. Aux États-Unis, le pays est en mode Guerre froide 2.0, et la rhétorique anti-russe émanant de la campagne d'Hillary Clinton, avec les médias de masse en caisse de résonance, nous ramène au Maccarthyisme et sa menace rouge. Par conséquent beaucoup commencent à penser que l'Armageddon est proche, un échange de feu nucléaire, suivi d'un hiver nucléaire et l'extinction du genre humain. Il semble que de plus en plus d'Américains pensent ainsi. Bonté divine !

    La Russie est prête à répondre à toute provocation, mais une autre guerre est la dernière chose que désirent les Russes. Et si vous êtes accro aux nouvelles positives, c'est la seule bonne nouvelle que vous allez entendre.

    Mais, voyez-vous, il n'y a rien de déraisonnable à penser ainsi.

    Les États-Unis foncent vers l'effondrement financier, économique et politique, perdant leur stature dans le monde, devenant un ghetto continental rempli d'abus de drogue, de violence, avec des infrastructures en ruine, une population accro aux vices, empoisonnée aux aliments génétiquement modifiés, frappée d'obésité morbide, soumise à la prédation des forces policières et des élus municipaux, sans oublier un vaste assortiment de rackets mafieux, de la médecine à l'éducation en passant par l'immobilier... Tout cela est bien connu. Nous savons aussi combien est douloureuse la prise de conscience du fait que les États-Unis sont endommagés au delà de tout espoir, ou d'admettre le fait que la plupart de ces dommages viennent de l'intérieur : des guerres sans fin et sans but, la corruption sans limite de la politique par l'argent, une culture toxique et des guerres à propos du genre [Théorie du genre, NdT] et du marxisme culturel, et l'hubris impérial et l'ignorance volontaire qui sous tendent tout cela... Ce degré de déconnexion entre ce qui est espéré et ce qui est observable provoque certainement des souffrances, mais ces souffrances peuvent être évitées, pour un moment, par l'illusion des masses.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  36. Ce genre de spirale vers la chute n'implique pas nécessairement une Apocalypse mais les spécificités de la religion d'État aux USA - une vieille religiosité entremêlée avec la religion séculière du progrès - sont telles qu'il n'y a pas d'autre issue : soit nous sommes sur le point de construire des colonies sur Mars, soit nous mourrons tous dans une boule de feu géante. Puisque l'humiliation de demander aux Russes la permission d'utiliser leurs fusées Soyouz pour rejoindre la Station spatiale internationale rend improbable la formation de colonies spatiales américaines, retour au plan B : boules de feu, nous voilà !

    Par conséquent, la rhétorique guerrière américaine envers la Russie s'explique largement par le désir de trouver un bouc émissaire pour son effondrement en cours. Cette réaction psychologique est bien connue, projection sur une ombre, par laquelle on prend tout ce qu'on déteste de soi-même, sans pouvoir l'admettre, pour le projeter sur l'autre. Inconsciemment (et consciemment pour certaines personnes particulièrement stupides) les Américains voudraient atomiser la Russie jusqu'à la faire briller dans le noir, mais ils ne peuvent le faire en raison de la riposte russe. Ainsi les Américains projettent leurs propres fantasmes sur la Russie, et puisqu'ils doivent se considérer dans le camp du bien et la Russie dans celui du mal, le scénario de l'Armageddon peut sembler plausible.

    Pourtant ce mode de pensée implique un divorce d'avec la réalité. Il n'y a qu'une seule nation sur terre ayant bombardé un autre pays à l'arme nucléaire : les États-Unis d'Amérique. Ils ont gratuitement atomisé le Japon, qui était prêt à capituler, uniquement parce qu'ils le pouvaient. Ils étaient prêts à atomiser la Russie au début de la Guerre froide, mais en ont été empêché par leur faible arsenal nucléaire naissant. Enfin ils ont tenté de rendre la Russie impuissante face à une attaque nucléaire, abandonnant le traité anti missiles balistiques de 2002. Ils ont été stoppés par les nouvelles armes russes, parmi lesquelles les missiles de croisière supersoniques à longue portée (Kalibr), et les missiles intercontinentaux suborbitaux à multiples charges nucléaires capables de manœuvres évasives à l'approche de leurs cibles (Sarmat). Tout ce nouvel arsenal est impossible à intercepter dans l'état actuel des technologies de défense. Dans le même temps, la Russie a développé ses propres capacités de défense, et le tout récent système S-500 va de facto verrouiller l'espace aérien de la Fédération de Russie, permettant l'interception des cibles aussi bien proche du sol qu'en faible orbite.

    En parallèle, les États-Unis ont dilapidé des sommes astronomiques pour engraisser leur establishment de défense totalement corrompu, avec de nombreuses versions de la Guerre des étoiles mais tout cet argent n'a produit que peu de résultats. Les deux installations européennes du système Aegis(effective en Roumanie, planifiée en Pologne) seront inutiles face aux missiles Kalibr tirés depuis les sous-marins et les petits navires russes dans le Pacifique et l'Atlantique, proche des côtes américaines, ou face aux missiles intercontinentaux les contournant. L'installation du système THAAD en Corée du Sud (contre lequel des locaux protestent en se rasant la tête) n'y changera rien non plus.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  37. Il n'existe sur la planète qu'un seul agresseur nucléaire, et ce n'est pas la Russie. Mais ce fait est sans importance. En dépit des efforts américains, la logique de la Destruction Mutuelle Assurée (MAD en anglais) garde son efficacité. La probabilité d'un échange de feu nucléaire n'est donc pas déterminée par la politique de quiconque, mais par la possibilité d'un échange accidentel. Puisque la guerre nucléaire ne produit que des perdants, aucune partie ne veut être à son origine. Jamais les USA ne pourront imposer leurs conditions à la Russie via la menace d'extermination nucléaire.

    Puisque la guerre nucléaire est hors jeu, qu'en est-il d'un conflit conventionnel ? Les États-Unis font des rodomontades en accumulant des troupes et en organisant des manœuvres militaires dans les pays baltes, à la frontière occidentale de la Russie, en installant des systèmes de missiles en Roumanie, en Pologne et en Corée du Sud, en soutenant les nazis ukrainiens anti-russes etc. Tout cela semble provocateur : cela mènera-t-il a une guerre ? Quelle forme prendrait elle ?

    Il faut examiner ici comment les Russes ont répondu aux provocations précédentes. Voici les faits connus, pouvant être employés pour prédire la suite, par contraste avec les déclarations fictionnelles, conjoncturelles sans lien avec les faits établis. Quand les USA ou leurs vassaux attaquent une enclave peuplée de citoyens russes hors des frontières russes, voici le genre de réponses que nous avons pu observer :

    1. Le cas de la Géorgie. Durant les Jeux olympiques d'été de Pékin (période de célébration pacifique) l'armée géorgienne, armée et entrainée par les USA et Israël, a envahi l'Ossétie du Sud. Cette région appartenait nominalement à la Géorgie, mais était majoritairement peuplée de russophones et de porteurs de passeport russe. Les troupes géorgiennes ont commencé à pilonner la capitale, Tskhinvali, tuant des troupes russes de maintien de la paix qui étaient basées dans la région et causant de nombreuses victimes civiles. En riposte, les troupes russes foncèrent sur la Géorgie, éliminant en quelques heures toute capacité militaire de ce pays. Ils annoncèrent que l'Ossétie du Sud n'appartenait plus à la Géorgie, jetant l'éponge en Abkhazie (une autre enclave russe disputée) pour faire bonne mesure, puis les Russes se retirèrent. Le président va-t-en-guerre de la Géorgie, Saakachvili était déclaré « cadavre politique » et livré à lui-même. Par la suite, il a dû fuir le pays, où il était recherché par la justice. Le Département d'État US lui a trouvé un boulot récemment, comme gouverneur d'Odessa en Ukraine. Récemment, les relations russo-géorgiennes se sont améliorées.

    2. Le cas de la Crimée. Durant les jeux olympiques d'hiver à Sochi (période de célébration pacifique) un coup d'État, violent, illégal a été perpétré contre le gouvernement élu et constitutionnel de l'Ukraine, suivi de l'instauration d'une administration fantoche placée par les USA [Par Victoria « Fuck the UE » Nuland, NdT]. En réplique, la population russe de la région autonome de Crimée a tenu un référendum, où 95% des votants choisirent la sécession de l'Ukraine et la réintégration dans la Russie, dont ils faisaient partie depuis des siècles, et jusqu'à tout récemment. Les Russes utilisèrent alors leurs troupes, déjà présentes dans la région sous le mandat d'un accord international, pour assurer le respect des résultats du référendum. Pas un seul coup de feu ne fut échangé durant cet exercice de démocratie directe.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  38. 3. L'exemple de la Crimée encore. Durant les Jeux olympiques d'été de Rio (période de célébration pacifique) des commandos ukrainiens ont pris d'assaut la frontière de la Crimée mais ont été rapidement arrêtés par les Services fédéraux des russes, qui trouvèrent aussi une cache d'armes et d'explosifs. Plusieurs Ukrainiens furent tués ainsi que deux Russes. Les survivants du commando ukrainien avouèrent immédiatement avoir planifié des attentats terroristes contre le terminal de ferry (reliant la Crimée au reste de la Russie) et contre une gare de trains. Le leader du groupe a confessé s'être fait promettre une forte somme en dollars pour ces attaques. Tout les prisonniers ukrainiens peuvent s'attendre à une couchette chaude et sèche en prison et à trois repas par jour, gracieusement offerts par le gouvernement russe, se qui semble paradisiaque comparé à la violence, au chaos, à la misère et à la désolation caractérisant l'Ukraine d'aujourd'hui. En riposte, le gouvernement de Kiev a protesté contre la « provocation russe » et a placé ses troupes en état d'alerte en préparation d'une « invasion russe ».

    Le prochain convoi d'aide américaine à l'Ukraine devrait inclure un stock de chlopromazine ou autre médication anti-psychotique. Remarquez le refrain constant, « durant les Jeux olympiques ». Aucune coïncidence ici, mais l'indication d'un modus operandi des Américains. Eh oui, lancer des opérations guerrières dans un temps traditionnel de paix est aussi cynique que stupide. Mais la devise américaine semble être « Si on essaie quelque chose en le répétant et que nous frappons toujours un mur, il suffit d'essayer plus fort encore. » Dans l'esprit des planificateurs de tels actes, la raison de l'échec ne peut-être leur propre stupidité. On appelle cela le « Level 3 Stupid », une bêtise d'une telle profondeur que le sujet ne peut percevoir sa propre stupidité.

    4. L'exemple de la région du Donbass (Ukraine). Après les événements décrits précédemment au point 2, cette région peuplée, industrielle, qui appartenait à la Russie au XXe siècle et qui est russe de langue et de culture, a sombré dans l'agitation politique, car la plupart des populations locales ne voulaient rien savoir du gouvernement installé à Kiev, qu'elles percevaient comme illégitime. Le gouvernement de Kiev a aggravé la situation, d'abord en édictant des lois discriminatoires envers les russophones, ensuite en lançant l'armée sur la région, ce qu'ils continuent à faire à ce jour, avec trois invasions successives, toutes soldées par un échec et le pilonnage incessant des zones résidentielles et industrielles, durant lesquels des dizaines de milliers de civils ont été tués, et nombre d'autres blessés.

    En guise de riposte, la Russie a aidé à la mise en place d'un mouvement de résistance local, soutenu par un contingent de volontaires locaux. Tout cela fut le fait de volontaires russes, agissant de manière officieuse, et par des citoyens russes donnant de l'argent pour la cause. Malgré les cris hystériques des Occidentaux hurlant à l'« invasion russe » et à l'« agression russe », aucune preuve n'existe. Au contraire le gouvernement russe n'a fait que trois choses :

    - refus d'interférer avec le travail de ses citoyens décidés à aider le Donbass
    - poursuite d'une stratégie diplomatique pour la résolution du conflit
    - organisation de plusieurs convois d'aide humanitaire aux résidents du Donbass.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  39. L'initiative diplomatique russe a conduit à deux accords internationaux - Minsk I et Minsk II - qui ont obligé Kiev et le Donbass à entreprendre une stratégie diplomatique pour la résolution du conflit, via la cessation des hostilités et la garantie d'une pleine autonomie pour le Donbass. Kiev a refusé avec constance de remplir ses obligations prévues par ces deux accords. Le conflit est donc gelé, mais les victimes s'accumulent en raison des bombardements ukrainiens, en attendant l'effondrement du gouvernement fantoche ukrainien.

    Pour compléter le tableau, introduisons la récente opération militaire russe en Syrie, où la Russie est venue défendre un gouvernement syrien assiégé, détruisant rapidement des pans entiers du Califat de Daesh/ISIS et nombre d'autres organisations terroristes actives dans cette région. La logique russe derrière cette opération est que Moscou perçoit un foyer terroriste à financement étranger en Syrie comme une menace directe à la sécurité de la Fédération de Russie.

    Deux autres faits notables ici sont que la Russie a agi dans le respect du droit international, ayant reçu l'invitation du gouvernement légitime et internationalement reconnu, et que l'action militaire russe fut immédiatement réduite au minimum dès qu'il apparut possible pour toutes les parties (non terroristes) prenantes au conflit de revenir à une table de négociation. Ces trois éléments - utilisation d'une force militaire comme mesure sécuritaire réactive, adhésion scrupuleuse au droit international et action militaire au service de la diplomatie - sont vitales pour comprendre les méthodes et les ambitions russes.

    Si on observe maintenant les aventures militaires, diplomatiques des États-Unis, la situation est fort différente.
    Les dépenses militaires étasuniennes constituent la moitié des dépenses discrétionnaires du gouvernement fédéral, écrasant d'autres secteurs vitaux, tels que les infrastructures civiles, la santé publique et l'enseignement public. Ces dépenses servent plusieurs objectifs. Au premier plan, elles constituent un programme d'emploi public : c'est une façon de garder au travail des gens non employables selon des critères de productivité normaux, dus à l'absence de toute intelligence, éducation et formation. Au second plan, c'est une méthode d'enrichissement personnel pour les politiciens et les entreprises privées liées au secteur de la défense, au détriment du bien public.

    Troisièmement il s'agit d'un programme publicitaire pour les ventes d'armes, les USA étant le premier fournisseur de technologies mortelles au monde. Enfin c'est une façon de projeter leur puissance sur la planète, bombardant jusqu'à la soumission tout pays ayant l'audace de s'opposer aux ambitions hégémoniques de Washington, le plus souvent au mépris complet du droit international. Jamais il ne s'agit de développer une capacité effective de défense des USA.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  40. Aucun de ces motifs ne peut fonctionner face à la Russie. En parité dollar, les dépenses militaires US écrasent celles de la Russie. Pourtant en terme de parité d'achat, la Russie réussit à acheter dix fois plus de capacité défensive par unité de richesse nationale que les USA, annulant essentiellement l'avantage en parité dollar. De plus, ce que les États-Unis obtiennent pour leur argent est de qualité inférieure : la Russie obtient les systèmes d'armement désirés ; l'armée US obtient ce que l'establishment politique corrompu et ses comparses du complexe militaro-industriel veulent bien produire dans le but de s'enrichir. En termes de campagne publicitaire pour la vente d'armes, la comparaison entre l'armement russe en action en Syrie, éliminant efficacement les terroristes via une campagne de bombardements reposant sur de faibles ressources, puis l'armement américain utilisé par les Saoudiens au Yémen, avec le plein soutien et l'encadrement US, constamment vaincu par une insurrection faiblement équipée, tout cela a peu de chance de générer des commandes supplémentaires. Enfin, le projet de maintien d'une hégémonie américaine semble au point mort.

    La Russie et la Chine forment maintenant une union militaire de facto. La supériorité de l'armement russe, jumelée aux capacités infinies de l'infanterie chinoise, forment une combinaison indestructible. La Russie possède maintenant une base aérienne permanente en Syrie, a conclu un accord avec l'Iran pour l'utilisation de bases militaires iraniennes, est sur le point de sortir la Turquie de l'OTAN. En parallèle, la force militaire US, avec sa pléthore de bases inutiles à travers le monde et sa quantité de gadgets superflus, devient une source de honte internationale, et reste, pour l'instant, un programme d'emploi public pour des incompétents et une source de corruption lucrative.

    Il est essentiel de comprendre combien sont limitées les capacités militaires américaines. Les États-Unis excellent dans l'attaque d'adversaires infiniment plus faibles. L'action contre l'Allemagne nazie fut un succès du fait que cette dernière était déjà défaite par l'Armée rouge [Wikipédia : 80% des pertes de la Wehrmacht ont été infligées par les Russes, NdT], à l'exception de quelques poches de résistance. C'est à ce moment que les USA sont sortis de leur timide isolement pour se joindre au conflit. Même la Corée du Nord et le Vietnam se montrèrent trop coriaces pour l'armée américaine, et même dans ces deux cas, ses misérables performances auraient été pire encore sans la conscription obligatoire, qui permit d'incorporer des non-incompétents dans ses rangs, mais produisit un effet indésirable lorsque des hommes enrôlés tuaient leurs officiers incompétents, un chapitre largement ignoré de l'histoire militaire américaine récente. Et aujourd'hui, avec l'ajout des LGBTQ dans les rangs, l'armée US devient une source mondiale de dérision. Avant, des termes comme « pédé » et « femmelette » étaient d'usage courant dans la formation de base de l'armée américaine. Les sergents utilisaient ce vocabulaire pour exhorter les abrutis sous leurs ordres à se comporter comme des hommes. Je me demande quels termes ces sergents vont utiliser maintenant qu'ils ont la tâche officielle de former ceux qu'ils nommaient « pédés » et « femmelettes ». Le potentiel comique de la situation ne passe pas inaperçu dans les rangs des militaires russes.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  41. La comédie se poursuivra aussi longtemps que l'armée US fuira l'affrontement avec un adversaire sérieux, dans le cas contraire, la comédie virerait assez vite à la tragédie.

    Si par exemple, les forces US essaient d'attaquer le territoire russe par des tirs de missiles postés aux frontières, ils seront neutralisés par la riposte immédiate d'une artillerie russe largement supérieure.

    Si les Américains ou leurs vassaux provoquent jusqu'à la rébellion les russes vivant hors des frontières de la Fédération de Russie (ils sont des millions), des volontaires russes, agissant hors des canaux officiels avec un financement privé, seraient vites formés, équipés et armés, créant des insurrections populaires durant des années, si nécessaire, jusqu'à la capitulation des Américains ou de leurs vassaux.

    Si les Américains s'abandonnent à la folie ultime et envahissent le territoire russe, ils seront annihilés, à l'image des troupes ukrainiennes dans le Donbass.

    Toute tentative d'attaque contre la Russie via la flotte de porte-avions américains mènera au torpillage des navires via plusieurs systèmes d'armements russes : missiles balistiques anti-navires, torpilles de dernière génération ou missiles de croisière supersoniques.

    Les bombardiers stratégiques, missiles de croisière et missiles balistiques seront éliminés par les systèmes de défense aériens russes.

    Voilà pour toute agression. Mais qu'en est-il de la défense ? Et bien il y a ici toute une dimension distincte pour les forces engageant militairement la Russie. Gardez à l'esprit que les Russes ont perdu un grand nombre de civils durant leur guerre contre l'Allemagne nazie. Beaucoup de Russes, incluant des vieillards, femmes et enfants, sont morts de faim et de maladies, ou des bombardements allemands, ou des abus des mains même des soldats allemands. De l'autre côté, les victimes militaires soviétiques étaient à parité avec celles des Allemands. Cette calamité sans précédent frappa la Russie car elle a été envahie, et cela a conditionné les cadres militaires russes à cogiter sans cesse. La prochaine guerre de grande envergure, si elle a lieu, se poursuivra en territoire ennemi. Par conséquent, si les États-Unis attaquent la Russie, celle-ci contre-attaquera sur le sol américain. Gardez à l'esprit que les USA n'ont pas combattu sur leur sol depuis 150 ans, ce serait un choc énorme.

    Bien évidement, cela sera fait de manière cohérente avec la doctrine militaire russe. Et plus important, l'attaque devra être menée de façon à réduire au minimum le risque d'échange nucléaire. De plus l'usage de la force sera gardé au seuil minimum pour obtenir une cessation des hostilités et un retour à la table des négociations selon des termes favorables à la Russie. Troisièmement, tous les efforts seront investis pour optimiser les révoltes populaires internes, afin de créer des insurrections à long terme, confiant aux volontaires le soin de fournir armement et formation. Enfin, gagner la paix est aussi important que gagner la guerre, et tous les efforts seront investis pour informer le public américain que ce qu'ils vivent est une juste rétribution face aux actions illégales de Washington. D'un point de vue diplomatique, il sera préférable de traiter le problème des criminels de guerre dirigeant les USA comme un problème politique interne, confié aux mains des Américains eux-même, avec une intervention absolument minime de l'extérieur. Tout cela sera bien mieux servi par un partage amical de renseignement, laissant aux parties intéressées aux USA les informations sur l'identité des criminels de guerre, de leurs familles et de leurs lieux de résidence.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  42. La question reste de savoir quel est le niveau minimal d'action militaire requis, ce que je nomme « un millier de boules de feu » en hommage au « millier de points de lumière » de George Bush père, pour ramener la paix selon des termes favorables à la Russie. Il me semble que 1000 « boules de feu » est numériquement suffisant. Il s'agirait de relativement petites explosions, suffisantes pour détruire des bâtiments ou des installations industrielles, avec un minimum de victimes. Ce dernier point est crucial, car l'objectif est de détruire le système sans frapper directement les gens. Personne ne serait responsable si les gens aux USA souffraient du fait de leur refus de suivre les recommandations de leur organisme de prévention des catastrophes, la FEMA qui recommande de stocker un mois de nourriture et d'eau et de se doter d'un plan d'évacuation d'urgence. De plus, étant donné la trajectoire que suivent les États-Unis, obtenir un second passeport, expatrier son épargne et s'entraîner aux armes à feu au cas ou vous seriez coincé sur le territoire, semblent des idées raisonnables.

    Il est essentiel que ces actions militaires russes évitent de tuer des civils : il y a trois millions de Russes résidant aux USA, en tuer n'est pas une option stratégique. Il y a encore plus de gens originaires de pays amis de la Russie, tels que la Chine et l'Inde, qui devront aussi être épargnés. Par conséquent toute stratégie débouchant sur une perte massive de vie est inacceptable. Un scénario nettement préférable implique de produire une crise destinée à convaincre les Russes résidant aux États-Unis (et nombre d'autres étrangers résidents et immigrants de première génération ou de deuxième génération) que les USA ne sont plus un lieu vivable. Ces gens pourront alors être rapatriés - un processus s'étalant sur plusieurs années. Actuellement la Russie est la troisième destination mondiale pour ceux qui cherchent un endroit meilleur où vivre, après les USA et l'Allemagne. L'Allemagne est au bord d'une révolte ouverte contre la politique pro-migratoire démente d'Angela Merkel. Les USA ne sont pas loin de cela aussi, et ne seront plus une destination attrayante dans peu de temps. Ce qui laisserait la Russie en tête. Cela constituerait une pression énorme, même pour un pays étalé sur 11 fuseaux horaires et doté de tout sauf de fruits tropicaux et de concentrations humaines.

    Gardons aussi en tête qu'Israël - qui est, soyons franc, un protectorat US stationné temporairement en terre palestinienne - ne durera pas longtemps sans le soutien massif des États-Unis. Un tiers de la population israélienne est russe. À la minute ou le projet Israël s'effritera, la plupart de ces juifs russes, comme ils sont intelligents, vont amorcer un exode vers la Russie, ce qui est leur droit. Cela donnera de sérieux maux de tête aux services fédéraux russes en charge de la migration, car ils devront trier ces réfugiés, gardant les juifs russes normaux tout en refusant les zélotes sionistes, les criminels de guerre et les cinglés ultra-religieux. Tout cela prendra du temps.

    De plus, les actions militaires avec risques majeurs de perte de vie se révèlent inutiles, car il existe une stratégie alternative efficace : détruire les éléments stratégiques de l'infrastructure gouvernementale et entrepreneuriale des USA, puis croiser les bras et attendre que l'ennemi vienne ramper à la table de négociation avec le drapeau blanc. Car voyez vous, il n'y a que quelques ingrédients magiques qui permettent aux USA de continuer à se maintenir en tant que pays développé et stable capable de projeter une force militaire outre-mer. Ces éléments sont : le réseau électrique ; le système financier ; le réseau autoroutier ; le fret ferroviaire et maritime ; les aéroports ; et les pipelines pétroliers, gaziers. Rendez les inactifs et c'est game over. Combien de « boules de feu » faudra-t-il ? Probablement moins de mille.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  43. Neutraliser le réseau électrique américain est absurdement facile [Comme celui de la France d'ailleurs, NdT], car leur système est hautement intégré et interdépendant, consistant en seulement trois sous-réseaux nommés « interconnects » : Ouest, Est et Texas. Les éléments les plus vulnérables du système sont les Large Power Transformers (LPTs) qui atteignent une tension de millions de volts pour la transmission et la redistribution en aval. Ces unités ont la taille de maisons, construites sur mesure, elles coûtent des millions de dollars et il faut plusieurs années de travail pour les remplacer. Elles sont en majorité fabriquées hors des États-Unis, et tout comme le reste de l'infrastructure dans le pays, la plupart de ces LPTs sont vieux et sujets aux pannes. Il existe des milliers de ces pièces d'équipement, mais comme le réseau électrique américain roule à pleine capacité, avec plusieurs goulots d'étranglement critiques, le réseau complet serait neutralisé si une poignée seulement de ces LPTs stratégiques étaient détruits. Aux États-Unis, toute panne de courant prolongée dans les centres urbains causera automatiquement des pillages et des émeutes. Certaines estimations placent à deux semaines la durée nécessaire d'une panne à grande échelle pour que la situation atteigne un point de non-retour, ou le dommage aux infrastructures ne serait plus réparable.

    Démanteler le système financier est une autre tâche relativement facile. Il n'existe que quelques nœuds vitaux, incluant la Réserve fédérale, quelques banques majeures, les centres de données des cartes de débit et crédit, etc. Ils peuvent être neutralisés via un vaste assortiment de méthodes, tels que des missiles de croisière, des cyberattaques, des perturbations du réseau électrique ou même des soulèvements civils. Il faut rappeler que le système financier aux USA est condamné à exploser même sans intervention étrangère. La combinaison d'une dette hors de tout contrôle, d'une gigantesque bulle financière, d'une Réserve fédérale piégée par des taux d'intérêts toujours plus faibles, des retraites par capitalisation et autres obligations sous-financées, un marché immobilier dramatiquement surévalué et un marché financier absurdement fondé sur du vide, tout cela est condamné à imploser.

    Quelques autres frappes chirurgicales peuvent détruire les pipelines pétroliers et gaziers, les terminaux d'importation, les ponts et tunnels, voies ferrées et aéroports. Quelques mois sans accès à l'argent, l'électricité, l'essence, le diesel, le gaz naturel, le transport aérien ou l'importation de pièces détachées seront suffisants pour forcer la capitulation des États-Unis d'Amérique. S'ils entreprennent tout effort pour restaurer un de ces services, une frappe supplémentaire se chargera de vite leur dénier une telle occasion.

    Le nombre de « boules de feu » peut être optimisé en profitant de synergies destructives : un brouilleur de GPS déployé prêt du site d'une attaque peut nuire aux secours tentant de rejoindre le site ; détruire un entrepôt de fournitures en même temps que les installations qu'il dessert, couplé avec des perturbations des systèmes de transport, tout cela peut retarder les réparations de plusieurs mois ; une simple alerte au bombardement peut immobiliser un réseau de transport, le transformant en une cible immobile, plutôt que des centaines de cibles en mouvement, etc.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  44. Vous pensez peut-être que réaliser de telles attaques sophistiquées requiert un énorme travail de renseignement, qu'il serait difficile à matérialiser, mais tel n'est pas le cas. Premièrement, une grande part des informations d'utilité tactique sont constamment fuitées vers l'extérieur par des insiders, qui se considèrent comme des patriotes. De plus ce qui n'a pas été fuité peut-être hacké, en raison de l'état désastreux de la cybersécurité aux USA. Gardez en tête que c'est en Russie que sont conçus les logiciels anti-virus, ainsi que quelques virus. La NSA a tout récemment été hackée, ses informations les plus précieuses pillées ; si la National Security Agency peut être hackée, qu'en est-il de tout ceux qui sont supposés être protégés par la NSA ?

    Vous pensez peut-être que les USA, s'ils étaient attaqués de cette façon, pourraient riposter de façon similaire, mais ce scénario est difficilement envisageable. Nombre de Russes ne trouvant pas l'anglais si difficile, sont généralement familiers avec les USA, en raison de l'exposition aux médias américains, et les spécialistes parmi eux, surtout ceux ayant étudié ou enseigné dans les universités des États-Unis, peuvent naviguer dans leur champ d'expertise aussi facilement aux USA qu'en Russie. La plupart des Américains, en revanche, peuvent à peine trouver la Russie sur une carte du monde, ne peuvent pas comprendre l'alphabet cyrillique et trouvent la langue russe incompréhensible.

    Gardez aussi en mémoire le fait que l'establishment russe de la défense a pour souci principal... la défense. Agresser des peuples sur des terres étrangères n'est généralement pas considéré comme stratégiquement important. « Une centaine d'amis plutôt qu'une centaine de roubles » est un dicton populaire russe. Ainsi la Russie réussit à être ami de l'Inde et du Pakistan dans un même mouvement, avec la Chine et le Vietnam. Au Moyen-Orient, elle maintient de cordiales relations avec la Turquie, la Syrie, Israël, l'Arabie saoudite, le Yémen, l'Égypte et l'Iran, aussi dans un même mouvement. Les diplomates russes ont l'obligation de maintenir des canaux de communication ouverts autant avec les amis qu'avec les adversaires, en tout temps. Oui, se positionner en adversaire de la Russie peut-être terriblement douloureux, mais vous pouvez y mettre fin à n'importe quel moment ! Il suffit d'un appel téléphonique.

    Ajoutez à cela le fait que les vicissitudes de l'Histoire russe ont conditionné la population à imaginer le pire, et simplement faire avec. « Ils ne peuvent pas tous nous tuer » est un autre dicton populaire. Si les Américains parvenaient à le faire souffrir, le peuple russe trouverait un grand réconfort dans le fait que les Américains souffriraient encore plus, et nombre de Russes estimeraient que cet accomplissement constitue une victoire en soi. Et le peuple russe ne resterait pas sans aide ; ce n'est pas un hasard si le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, était précédemment ministre en charge des services d'urgence, sa performance à ce poste lui ayant valu éloges et recommandations. En clair, s'ils sont attaqués, les Russes vont simplement se serrer les coudes et passer en mode conquête et victoire contre l'agresseur, comme ils l'ont toujours fait.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  45. Ce qui n'aide pas à désamorcer la situation, c'est que le peu d'informations que les Américains ont reçues concernant la Russie, ses chefs politiques et ses médias sont dans leur quasi-totalité fausses. Ils entendent parler de Poutine et de « l'ours russe » et imaginent probablement la Russie comme un vaste terrain vague ou Vladimir Poutine n'a pour seule compagnie que celle d'un ours joueur d'échecs, hacker de serveur internet, physicien nucléaire, ingénieur en balistique, inventeur de vaccin anti-Ebola et de surcroit polyglotte. Les ours sont magnifiques, les Russes adorent les ours, mais n'exagérons pas. Oui les ours russes savent faire du vélo, et savent parfois divertir les enfants, mais ce ne sont que des animaux sauvage et/ou des animaux domestiques (nombre de Russes ne sont pas fixés sur ce point). Et donc lorsque les Américains gémissent à propos d'un « ours russe », les Russes se demandent : mais lequel ?

    Bref, la Russie est pour la majorité des Américains un mystère enveloppé d'une énigme et le nombre d'Américains intelligents ayant une fine connaissance de la Russie est largement insuffisant, alors que pour nombre de Russes, les USA sont un livre ouvert. Concernant les services américains de sécurité et de renseignement, ces planques bureaucratiques pléthoriques, paralysées par l'opportunisme politique et la pensée moutonnière n'excellent qu'à deux choses : suivre sans broncher des procédures absurdes et faire correspondre avec créativité les faits à la politique du jour. Prouver que l'Irak dispose d'armes de destruction massive, pas de problème ! Distinguer terroristes islamistes et grand-mères arabes dans un poste de contrôle d'aéroport, trop difficile !

    La Russie ne fera usage de mesures militaires contre les États-Unis que si elle est dûment provoquée. Le temps et la patience sont du côté russe. Chaque année qui passe voit les USA faiblir, perdre amis et alliés, alors que la Russie se renforce, gagnant amis et alliés. Les États-Unis, avec une classe politique dysfonctionnelle, une dette incontrôlée, une infrastructure s'effondrant et une agitation populaire larvée, forment une nation mort-vivante. Il faudra du temps pour que chacun des États Unis s'auto-détruise et s'effondre en démolition contrôlée tout comme les trois tours du 11 septembre (WTC #1, #2, #7), mais la Russie est très patiente. La Russie est prête à répondre à toute provocation, mais le dernier souhait des Russes est une nouvelle guerre. Et ce fait, si vous voulez des nouvelles positives, est la seule bonne nouvelle que vous allez entendre. Mais si vous persistez à penser qu'il y aura une guerre avec la Russie, oubliez l'Armageddon, pensez au « millier de boules de feu », puis au silence qui va suivre.

    https://fr.sott.net/article/28936-Un-millier-de-boules-de-feu

    RépondreSupprimer
  46. «Les Norvégiens croient en Dieu, en Allah» : le discours engagé du roi de Norvège (VIDEO)


    5 sept. 2016, 17:42



    S'exprimant lors d'une fête dans les jardins du palais royal d'Oslo, le monarque scandinave a salué la diversité de sa nation, soulignant que les musulmans, les homosexuels et les migrants contribuaient pleinement à l'identité de celle-ci.

    «Mon plus grand espoir pour la Norvège est que [...] nous construisions ce pays sur plus de confiance, plus de solidarité et plus de générosité.» C'est en ces termes que le souverain de Norvège, Harald V, a parlé de l'avenir de son royaume, jeudi 1er septembre, lors d'un discours dans le cadre d'une garden party dans la capitale, Oslo.

    Devant plus de 1 000 invités, le chef d'Etat a brisé la réserve politique habituellement associée à sa fonction, s'exprimant notamment en faveur de l'accueil des migrants et d'une plus grande tolérance à l'égard des minorités religieuses ou sexuelles. Le discours a été mis en ligne, sur YouTube, par la télévision publique norvégienne.

    «Les Norvégiens sont aussi des immigrés originaires de l'Afghanistan, du Pakistan, de la Pologne, de la Suède, de la Somalie et de la Syrie», a martelé le roi, avant d'ajouter, laissant peu d'ambiguïté quant à son parti-pris en faveur de l'ouverture du pays aux migrants : «Notre "chez-soi" est là où notre cœur est. Il ne peut pas toujours se situer à l'intérieur des frontières d'un pays.»

    Plus globalement, le suzerain a affirmé que les Norvégiens étaient notamment «des femmes qui aiment les femmes, des hommes qui aiment les hommes», mais aussi des personnes qui «croient en Dieu, en Allah, en tout et en rien».

    Une critique indirecte de la politique migratoire norvégienne ?

    Ce discours engagé s'inscrit quelque peu en porte-à-faux de la politique menée par le gouvernement actuel – du moins sur la question migratoire. Depuis 2013, le pays scandinave est dirigé par une coalition incluant le Parti conservateur de centre droit et le Parti du progrès, ouvertement anti-immigration.

    Afin d'endiguer une crise migratoire sans précédent, le gouvernement a pris la décision, fin novembre 2015, d'instaurer des points de contrôle sur sa frontière avec la Suède ainsi qu'à l’arrivée de tous les ferries. Une politique semble-t-il efficace, puisque le nombre de demandeurs d'asile a chuté de 95% au début de l'année 2016.

    Lire aussi : Une ministre norvégienne joue au «migrant» en mer Egée et se fait allumer par les internautes

    https://francais.rt.com/international/25941--norvegiens-croient-dieu-allah

    RépondreSupprimer
  47. Ménard : «Est-ce que la Licra et SOS Racisme auraient porté plainte contre de Gaulle ?»


    5 sept. 2016, 23:45


    Le maire de Béziers est revenu pour RT sur ses propos sur l'identité «européenne, blanche et catholique» de la France, qui lui ont valu un tollé médiatique ainsi que les foudres des associations de lutte contre le racisme.

    «Être Français c'est aussi, comme le disait le général de Gaulle, être européen, blanc et catholique, bien sûr.» Les propos de Robert Ménard, une fois encore, n'ont pas manqué de suscité une polémique nationale. Sur le plateau de LCI, lundi 5 septembre, l'élu biterrois était interrogé sur un tweet controversé publié lors de la rentrée des classes, dans lequel il expliquait que cette dernière apportait la preuve «la plus éclatante du Grand Remplacement» (la substitution de la population autochtone par des populations d'origine étrangère).

    A la journaliste Audrey Crespo-Mara, qui lui demandait si être français signifiait donc, selon lui, être blanc, le maire a répondu qu'il ne s'agissait «pas que de ça». Avant d'éclairer sa pensée : «écoutez, dans une classe du centre-ville de chez moi, il y a 91% d'enfants musulmans. Évidemment que c'est un problème. Il y a des seuils de tolérance.»


    Immigration : les propos choc de Robert Ménardpar Lopinionfr

    Contacté par RT, l'élu du sud-ouest de la France assume pleinement ces propos : «je ne regrette évidemment pas ce que j’ai dit. Ce n’est même pas moi qui ai dit ça, c’est le général de Gaulle (...) : "c’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. (...) Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon la France ne serait plus la France"» – des propos effectivement rapportés par Alain Peyreffite, dans son ouvrage C’était de Gaulle.

    «Je souhaite que la France continue d'être un pays largement blanc et de tradition chrétienne»

    «Ce que je veux dire», précise à RT l'ancien secrétaire général de Reporters sans frontières, «c’est que la France a été et reste aujourd'hui encore un pays largement blanc et de tradition chrétienne. Et je souhaite qu'elle continue à l'être».

    En d'autres termes, si le responsable politique reconnait et accepte la diversité ethnique de la France, il voudrait que les personnes issues de l'immigration «restent minoritaires, se fondent dans ce qu’est la France, respectent ce qu’est la France, et deviennent, comme on disait lorsque j’étais jeune, "de bons petits Français"». Un discours qui n'est selon lui en rien raciste, se bornant à une «constatation» ainsi qu'à un «souhait pour l’avenir».

    Lire aussi : Robert Ménard : je continuerai à lutter pour les statistiques ethniques, on ne peut nier la réalité

    Levée de bouclier des associations antiracistes

    Ce constat et ce souhait, les associations antiracistes ne les ont guère appréciés : lundi, la Licra (la Ligue Internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme) a en effet annoncé, par la voix de son président Alain Jakubowicz, qu'elle comptait poursuivre en justice Robert Ménard.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  48. Similairement, le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, dénonçant «une recherche obsessionnelle d'une forme de pureté raciale et de religion», a fait savoir que la commission juridique de son association se pencherait sur ces propos.

    La perspective de telles poursuites en justice fait rire jaune l'intéressé : «est-ce que la Licra et SOS Racisme auraient porté plainte contre le général De Gaulle, qui disait exactement la même chose que moi ?» s'interroge-t-il.

    «Si [ces associations] m’amènent devant tribunal, je répondrai point par point», poursuit le maire de Béziers à RT, peu intimidé. SOS Racisme et la Licra, selon lui, n'ont aucune légitimité pour l'accuser de racisme, dans la mesure où elles se montreraient elles-mêmes sélectives dans leur lutte contre les discriminations : «quand dans une banlieue on traite un Blanc de sale Français ou de sale Blanc, je ne vois jamais ces organisations se mobiliser. Y a-t-il des racismes acceptables et d’autres qui ne le sont pas ? Moi, je déteste le racisme dans tous les cas».

    «Allez demander à tous ces journalistes, s'ils mettent leurs enfants dans ces écoles !»

    Et le maire de conclure sur l'hypocrisie dont feraient preuve ses contempteurs, en l'accusant de propager un discours de haine lorsqu'il relève la proportion élevée d'enfants musulmans dans les écoles de sa ville, quand bien même ils éviteraient à tout prix ces établissements : «Allez demander à tous ces journalistes, à toute cette classe politique, s’ils mettent leurs enfants dans ces écoles où il y a 90% d’enfants issus de l’immigration – demandez leur ! Vous aurez la réponse.»

    En mai 2015, déjà, le cofondateur du site Boulevard Voltaire avait provoqué de vives réactions médiatiques en affirmant qu'il y avait «64,6% d'élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers». Une enquête, ouverte pour vérifier l'existence de fichiers municipaux illégaux à ce sujet, avait été classée sans suite.

    Lire aussi : Retour en images sur le «Rendez-vous de Béziers» (VIDEO)

    https://francais.rt.com/france/25956-etre-francais-cest-etre-blanc

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) «Allez demander à tous ces journalistes, à toute cette classe politique, s’ils mettent leurs enfants dans ces écoles où il y a 90% d’enfants issus de l’immigration – demandez leur ! Vous aurez la réponse.» (...)

      HAHAHAHAHA !

      Supprimer
  49. Ratification de la COP21 : un grand barnum


    le 5 septembre 2016

    Le climat et le CO2 ne sont que des épouvantails destinés à détourner l’attention du public des buts véritablement visés.

    Par István E. Markó.


    L’accord de la COP21 est moribond. Dans un ultime effort pour tenter de le sauver, le président chinois Xi Jinping a annoncé sa décision de ratifier ce traité climatique élaboré à Paris et acclamé par tous. Le président américain Barack Obama devrait l’imiter. Cette nouvelle devrait être annoncée en grande pompe avant la réunion du G20 qui se tiendra à Hangzhou.

    Barnum médiatique autour des signatures

    Attendez-vous à un cérémonial grandiose, à la mesure de l’événement, avec des poignées de mains vigoureuses, des sourires éclatants, des signatures relayées par toutes les télévisions, l’annonce d’un moment historique pour le sauvetage de la planète (qui n’en a pas vraiment besoin) et des félicitations qui n’en finiront pas.

    Mais ne vous laissez pas abuser. Ce grand barnum médiatique n’a qu’un seul but : essayer d’influencer certains pays, notamment les nations occidentales et anglophones, et les convaincre de ratifier ce traité qui est, à l’heure d’aujourd’hui, un échec retentissant. En effet, seuls vingt-trois petits pays, avides de recevoir les subsides associés à ce contrat, ont entériné l’accord. À ce jour, la quantité de gaz carbonique produite par l’ensemble de ces nations est de l’ordre de 1,1% du gaz carbonique anthropique (0,04% du gaz carbonique total). Rappelons que ce traité ne deviendra contraignant que si 55% des pays signent l’accord. Il faut également que la proportion de gaz carbonique générée par les pays signataires soit égale à 55% du gaz carbonique émis par l’Homme. Comme on peut le voir, on en est loin, très loin.

    Alors, il faut impressionner et convaincre les autres pays, surtout ceux qui imitent et suivent les US ou qui, comme les pays de l’Union Européenne, préfèrent sacrifier leur économie et le bien-être de leurs citoyens sur l’autel de l’idéologie écologiste. Car tenter de sauver le monde d’un réchauffement climatique hypothétique dû à l’activité de l’homme coûterait une somme faramineuse. Ni la Chine, ni les US ne paieront. Encore moins les pays pauvres qui, au contraire, veulent recevoir de l’argent.

    Car c’est bien de cela qu’il s’agit : d’argent et de pouvoir politique. Le climat et le gaz carbonique ne sont que des épouvantails destinés à détourner l’attention du public des buts véritablement visés. Pour cela, on n’a pas hésité à proposer des solutions inefficaces, mais terriblement coûteuses, pour résoudre un problème inexistant.

    Deux ratifications, zéro contrainte

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  50. La ratification du traité par la Chine et les US n’a aucune valeur et n’est en rien contraignante. En effet, la Chine continue d’investir énormément dans le charbon et le nucléaire et n’a nullement l’intention de ralentir le mouvement avant 2030, date à laquelle sa population devrait atteindre un plateau et se stabiliser. Xi Jinping se moque éperdument du gaz carbonique (la Chine en produit à elle seule quatre fois plus que l’Occident) et sa signature est avant tout un attrape-nigaud. En effet, les futurs pays signataires verront leur compétitivité vis-à-vis de la Chine sérieusement compromise. Afin de maximiser son efficacité énergétique, la Chine, qui profite déjà des crédits carbones, continue – et continuera jusqu’en 2030 au moins – à installer des centrales électriques au charbon. Avec le nucléaire et l’hydroélectrique, ces trois sources génèrent environ 97% du total énergétique chinois; le « renouvelable » comblant péniblement la différence.

    La signature d’Obama n’a même pas la valeur du papier sur laquelle elle sera apposée. Sans l’accord du Congrès – celui-ci n’entérinera pas ce traité qui risque de nuire à l’économie et la compétitivité des États-Unis – ce document est nul et non avenu. Même si Obama essaye de faire passer cet accord sous la forme de directives promulguées par l’EPA (agence pour la protection de l’environnement), une organisation gouvernementale qu’il a entièrement façonnée à sa volonté, il y a de fortes chances que rien ne se produise avant son départ de la Maison-Blanche. La carte Trump, quant à elle, crée un énorme malaise au niveau des climatistes, celui-ci ayant clairement laissé entendre sa volonté de supprimer tous les fonds dédiés aux organismes onusiens qui s’occupent de près ou de loin du climat, dont le GIEC.

    Quant au Fonds vert qui devait récolter 100 milliards de dollars tous les ans pour aider les pays à lutter contre le réchauffement climatique, il n’en a reçu qu’un peu plus de 550 millions (0,55%). Malgré les promesses clamées haut et fort à Paris, les politiques se sont rendu compte de l’inanité de la somme demandée et font tout simplement la sourde oreille. Au point que la présidente du Fonds vert a démissionné.

    Ceux qui ne signeront pas

    Si la Chine et les US feront le show pour nous convaincre d’ouvrir nos portefeuilles et, parallèlement, saborder notre économie, l’Inde a par contre déjà indiqué qu’elle ne signerait pas cet accord avant des lustres, voire jamais. En cause, le refus obstiné de la Chine de voir l’Inde rejoindre le Groupe des Producteurs Nucléaires. De plus, le premier ministre Modi veut sortir son pays de la misère et donner à chacun un accès à de l’électricité bon marché, ce qui sera impossible s’il signe l’accord de la COP21. Le président Philippin Rodrigo Duterte tient le même discours et annonce qu’il n’honorera pas les promesses faites à Paris. Quant à la Russie et au Brésil, ils se tâtent et attendent de voir quels bénéfices juteux ils pourraient en retirer.

    Comme toujours, ces accords internationaux ne « sauveront » pas le climat – il n’en a d’ailleurs nullement besoin et se porte à merveille, merci – mais résulteront dans une production accrue de gaz carbonique, les industries se délocalisant en Asie, dont les dirigeants sont plus rationnels.

    http://www.contrepoints.org/2016/09/05/264875-ratification-de-cop21-grand-barnum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) gaz carbonique (la Chine en produit à elle seule quatre fois plus que l’Occident) (...)

      Primo: il faut apprendre à reconnaître la vérité:

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2014/11/pollution-et-pollution.html

      Secondo, j'ai grandement contribué à l'échec à l'escroquerie mise en place à Kyoto par Al Gore

      http://www.petitionproject.org

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2015/04/le-co2-nest-pas-un-poison.html

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2013/11/effet-de-serre-gaz-carbonique-et-oxyde.html

      https://www.btlv.fr/2015/11/30/larnaque-du-rechauffement-climatique-preuves-et-chiffres-reels-par-un-vrai-scientifique-integre

      http://huemaurice5.blogspot.fr/2015/12/larnaque-du-rechauffement-climatique.html

      Supprimer
  51. Le vrai danger du « consommer local »

    le 6 septembre 2016

    L’enfer est pavé de bonnes intentions : le localisme est une aberration économique et écologique, et ignorer les principes de la division du travail, c’est s’exposer à de graves déconvenues.

    Par Philippe Silberzahn.


    Le consommer local est à la mode. Quoi de plus naturel en effet que de favoriser dans ses achats les producteurs situés dans sa ville et dans sa région ? Naturel, peut-être, mais dangereux, certainement. Revue.

    Manger local pour favoriser l’économie locale

    Sophie Dubois est productrice de pommes à Dardilly, charmante petite ville à côté de Lyon. Elle vend ses pommes dans toute la France mais a un peu de mal à joindre les deux bouts. La mairie de Dardilly veut l’aider et décide de promouvoir les producteurs locaux, donc Sophie est contente : elle va vendre plus de pommes. Les écologistes et les amis de la nature sont également contents. Au lieu de faire venir des pommes d’Espagne en camion, la Mairie les fera venir du champ d’à côté, ce qui évidemment est excellent pour le bilan carbone. Autre bénéfice, cela renforce l’économie locale : Sophie gagne plus d’argent, paie donc plus d’impôts et, qui sait, songera peut-être à embaucher un apprenti l’année prochaine.

    Et puis la mairie de Caen, dans le Calvados, découvre les bonnes pratiques des autres mairies, et décide elle aussi de favoriser les producteurs locaux de pommes pour ses cantines. D’autant que les pommes, à Caen, on en produit un paquet. Mise à jour des contrats. Or Sophie vendait 8% de sa production à la mairie de Caen. Elle perd donc ce contrat au profit des producteurs caennais. Du coup Sophie est beaucoup moins enthousiaste quant au consommer local. Et ce d’autant que la mairie de Sarreguemines vient à son tour de décider de favoriser les producteurs locaux, et c’est un nouveau contrat de perdu pour Sophie.

    Tout le monde est perdant

    Pourquoi tout le monde est-il perdant ? Au début nous avons Sophie, qui produit ses 40 tonnes à l’hectare. Mais le développement de la préférence locale lui ferme peu à peu des marchés, et ses ventes diminuent. D’un autre côté, la préférence locale permet bien sûr à d’autres producteurs de la remplacer. Mais elle les empêche en même temps de grandir en vendant dans d’autres villes. À l’extrême, chaque ville a son producteur de pommes, solidement soutenu localement, mais minuscule et incapable de grandir car les autres marchés locaux leur sont fermés. Au lieu d’avoir quelques gros producteurs économiquement efficaces, ce qui permet d’abaisser le prix des pommes pour le consommateur final, on se retrouve avec une myriade de tout petits producteurs, dont beaucoup ne sont pas viables tout simplement parce qu’ils n’ont pas la taille critique nécessaire, sauf s’ils augmentent leurs prix.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  52. Pénalisation du consommateur par le local

    L’augmentation des prix, qui est un moyen de sous-traiter la conséquence de son inefficacité, pénalise bien sûr le consommateur. Celui-ci risque alors de diminuer sa consommation de pommes en se tournant vers d’autres fruits. Il en va ainsi du consommer local comme de beaucoup d’autres choses en économie : il y a ce qu’on voit, et il y a aussi ce qu’on ne voit pas. Mais il y a surtout la différence entre un gain local, et une réaction systémique qui laisse tout le monde perdant.

    Ce risque de passer d’un petit nombre de producteurs de taille critique amortissant leurs coûts sur un gros volume à une myriade de petits producteurs non rentables n’est pas illusoire : le verger français moyen fait en effet seulement 12 ha contre… 200 ha en Argentine.

    La préférence locale, loin de favoriser les producteurs de pommes, mine donc leur rentabilité et sacrifie la filière française face aux concurrents étrangers. On ne s’étonnera pas que peu après de développement des politiques de préférence locale, les institutions publiques commencent à faire face à des demandes… de subventions, poursuivant un cycle infernal bien connu en France où l’État, par ses subventions, essaie d’être la solution aux problèmes qu’il crée. À la pénalisation du consommateur s’ajoute donc la pénalisation du contribuable, qui n’avait rien demandé. On a donc trois perdants de la préférence locale : les producteurs, les consommateurs, et les contribuables. Beau résultat.

    L’émiettement local favorise la concurrence étrangère

    Naturellement, l’affaiblissement de la filière française par son émiettement favorise la concurrence étrangère. Place aux pommes argentines. Qu’à cela ne tienne en ce cas : interdisons les pommes étrangères ! Bonne idée, mais l’effet se reproduira à nouveau, cette fois au niveau international. Si nous interdisons l’importation de pommes étrangères, les autres pays répliqueront en fermant leur marché à nos exportations. On aura donc un gain (substitution des pommes françaises aux pommes importées), mais aussi une perte directe (disparition des exportations) ainsi qu’une perte indirecte, plus insidieuse : une nouvelle baisse de rentabilité liée à l’impossibilité de grandir, qui minera le secteur, et donc la poursuite du cycle infernal évoqué ci-dessus.

    Plus généralement la préférence locale pose un autre problème, celui de remettre en cause les bienfaits de la division du travail. Ces bienfaits ont tellement été décrits qu’on est presque embarrassé d’avoir à les rappeler, mais cela reste apparemment nécessaire. En gros, l’échange est créateur de valeur parce qu’il est plus efficace pour chacun de se spécialiser dans ce qu’il sait faire. Par exemple, je peux faire mon pain moi-même. La recette est facile à trouver, les ingrédients disponibles et il y a même des machines spécialisées pour pas trop cher. Mais y ai-je intérêt ? Ce n’est pas certain. Une baguette coûte 1€, et si je tiens compte du temps passé, en plus des ingrédients et de la machine, un pain fait moi-même me coûtera beaucoup plus (et sera sûrement moins bon).

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  53. Pourquoi la baguette coûte-t-elle seulement 1€ ? Parce qu’elle est produite par un acteur économique spécialisé, le boulanger. Il en produit beaucoup, ne fait que ça toute la journée, son expertise et sa spécialisation assurent sa performance économique, c’est-à-dire sa capacité à produire une bonne baguette à 1€ seulement. Son four est amorti plus facilement car il produit une grande quantité.

    Il en ira de même des pommes. Déplaçons-nous cette fois à Agen. Jacques est un producteur local, et la mairie d’Agen décide de l’aider, car il est inacceptable d’importer des pommes de l’autre bout de la France. Jacques reçoit donc une commande, et il doit augmenter sa production. Mais le sol d’Agen ne convient pas bien à la pomme, et le rendement n’est que de 20 à 27 tonnes à l’hectare. Pour atteindre son objectif de production, Jacques doit investir dans des engrais, travailler plus longuement la terre. Bref, produire un kilo de pommes va lui coûter 15% de plus que Sophie à Dardilly.

    Logiques non rentables

    Là encore, la logique de consommation locale amène à soutenir des productions intrinsèquement non rentables. Dans une autre logique, celle de la division du travail, Jacques abandonnerait le marché des pommes et ferait des prunes. Agen vendrait donc ses prunes à Dardilly, qui en échange lui vendrait ses pommes. Les prunes d’Agen seraient produites au meilleur coût, les pommes à Dardilly aussi, il en résulterait un gain net pour les deux parties, ainsi que pour la communauté. L’argent ainsi économisé par la mairie de Dardilly grâce au gain en efficacité (prunes moins chères) pourrait dès lors être consacré, par exemple, au ramassage des poubelles.

    Il y a naturellement également un argument écologique. Car on pourra rétorquer : « On s’en fiche d’être plus efficace économiquement si ça nous évite un camion de pommes partant à Agen et un camion de prunes pour Dardilly ». Mais là encore l’argument ne porte pas, car l’efficacité n’est pas seulement économique. Adapter les cultures au sol et au climat permet aussi de diminuer l’empreinte écologique.

    En conclusion, une nouvelle fois l’enfer est pavé de bonnes intentions : la consommation locale est une aberration économique et écologique, et ignorer les principes de la division du travail, c’est s’exposer à de graves déconvenues. On mentionnera l’exemple historique de l’empire romain, longtemps irrigué par le commerce mondial et qui peu à peu s’est replié dans des villas autarciques, asséchant les échanges commerciaux et s’appauvrissant. La fin est connue.

    Note : je ne connais rien à la culture de la pomme, les exemples sont donc fictifs et à but d’illustration seulement. Mes excuses aux experts du secteur.

    http://www.contrepoints.org/2016/09/06/264966-vrai-danger-consommer-local

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Primo, si quelqu'un cherche à vendre ses 40 t de pommes à la cantine de son village... il aura des difficultés à leur faire bouffer même gratos !

      Donc, il ne faut pas confondre l'argentin qui en exporte par porte-containers (transport moins cher par mer sur 5000 km qu'en France par la route sur 50 km !) et les vend moins cher compte tenu de la très faible imposition dans son pays honnête, avec la pauvre agricultrice normande où le coût du ramassage est déjà supérieur au prix de vente de la concurrence étrangère !

      Secundo, les traitements autorisés à l'étranger ne sont pas les même qu'en France !

      Supprimer
  54. Obama Tucks Tail, Annule Officiellement sa rencontre avec le président qui l'a appelé "Son Of A Bitch"


    par Tyler Durden
    5 septembre 2016 20h20

    * Mise à jour - Plus tôt nous avons rapporté que Obama envisageait d'annuler sa réunion prévue pour demain avec la présidente philippine Rodrigo Duterte après avoir été appelé un «fils de pute». Eh bien, l'annulation est maintenant officielle.
    _____

    Après avoir appelé le président Obama un «fils de pute», à la fois président des Philippine Rodrigo Duterte et Obama ont remis en question de savoir si une rencontre entre les deux ira de l'avant comme prévu pour demain. Obama a exprimé des doutes les deux pourraient avoir "des conversations productives constructives" tandis Duterte a répondu aux questions sur l'opportunité de la réunion se poursuivrait comme prévu en disant simplement «Peut-être, si je me sens bien."

    La semaine dernière, la Maison Blanche a annoncé que M. Obama rencontrerait Duterte mardi pour discuter des tensions dans la mer de Chine du Sud, entre autres. La réunion serait la première entre les dirigeants du monde depuis Duterte a pris ses fonctions en Juin. Cela dit, Obama semble maintenant a demandé si assis avec quelqu'un qui l'a récemment appelé un «fils de pute» serait «productive». Dans les commentaires du sommet du G-20 en Chine, M. Obama a déclaré que, avant d'avoir une réunion qu'il aime pour vous assurer que "il est réellement productif et nous obtenons quelque chose." Par Reuters:

    "Il est évident que le peuple philippin sont quelques-uns de nos plus proches amis et alliés et aux Philippines est un allié du nôtre traité. Mais je veux toujours vous assurer que si je vais avoir une réunion qu'il est réellement productif et nous obtenons quelque chose. "
     
    «Je vais faire une évaluation ... Ce qui est certainement vrai est que les questions de la façon dont nous abordons la lutte contre la criminalité et le trafic de drogue est un problème grave pour nous tous, et nous devons le faire de la bonne façon. "

    Pour sa part, Duterte a clairement fait savoir qu'il ne sera pas enseigné par Obama au sujet de la guerre contre la drogue dans les Philippines, en notant "qu'il est désagréable." En dépit des objections de l'administration Obama, Duterte a juré de poursuivre sa répression brutale des fabricants de médicaments qui a déjà conduit à la mort d'environ 2400 personnes depuis qu'il est devenu président il y a deux mois.

    "Beaucoup sera tué jusqu'à ce que le dernier poussoir est hors de la rue. Jusqu'à ce que la (dernière) fabricant de médicaments est tué, nous allons continuer."
     
    «Je suis un président d'un Etat souverain et nous avons longtemps cessé d'être une colonie."
     
    "Qui est-il pour me confronter ? En fait, l'Amérique a un de trop pour répondre. Tout le monde a un terrible bilan des exécutions extrajudiciaires."

    Bien sûr, nous pouvons comprendre le conflit entre les deux. La guerre de Duterte sur la drogue vient tout comme le président Obama (alias le "Cummuter en chef») se précipite à commuer les peines de 100 de criminels condamnés purgeant une peine pour des infractions liées à la drogue dans le Pardon Power. US Per, Obama a déjà commué plus phrases en une seule année que tout président depuis au moins 1885 et il a encore plusieurs mois à gauche. Appelez cela une différence fondamentale sur l'opinion sur la façon de mener la guerre contre la drogue.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-09-05/asked-whether-hell-meet-son-bitch-obama-philippines-duterte-replies-maybe-if-i-feel-

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. La vérité gagne toujours contre le mensonge.

      Supprimer
  55. En préparation d'un « débat » : les inepties de Vandana Shiva dans le Monde


    5 Septembre 2016 ,
    par Seppi


    C'est en préparation d'un « débat » dans le cadre du "Monde Festival". Le Monde vient de publier ses propos sous le titre : « Vandana Shiva : "L’idée que nous sommes maîtres de la nature n’est qu’une illusion" ».

    Faut-il s'interdire de tirer sur l'ambulance ou donner la priorité à une œuvre de salubrité publique ?

    Nous penchons résolument pour la dénonciation d'une imposture. Une imposture qui contribue à faire des millions de victimes.

    - voir photo sur site -

    Paraphrasons : « On peut débattre de tout, mais pas avec n'importe qui »

    « Le Monde organise, dans le cadre du "Monde Festival", le dimanche 18 septembre de 14h à 15h à l’Opéra Bastille (Studio), un débat entre Etienne Klein et Vandana Shiva, animé par Stéphane Foucart. »

    La jet-setteuse se proclamant de l'écoféminisme Vandana Shiva – oups ! Dr Vandana Shiva – sera prochainement en Europe. Le 18 septembre 2016, donc, il y aura un débat d'une heure (seulement... heureusement...). On peut craindre le pire !

    - voir photo sur site -

    Nous ferons sans peine crédit à M. Foucart : il fera preuve de modération et d'impartialité malgré les positions qu'on lui connaît... le problème se trouve au niveau de la confrontation entre un honnête homme honnête (le doublon est volontaire) et une personne... euh... disons... qui a une approche très relativiste et opportuniste de la réalité des faits. Nul besoin de s'appesantir ici sur la nature exacte de son PhD, et sur d'autres éléments de son auto-hagiographie, si ce n'est de souligner encore une fois que cette personne bénéficie d'un crédit considérable dans un altermonde à l'aveuglement effrayant.

    Le Monde lui offre donc une tribune et un micro... La lecture de l'aguiche ne peut que conforter les pires inquiétudes. Non pas tellement sur ce qui sera dit devant un auditoire somme toute limité, mais sur ce qui sera rapporté :

    « L’ère du scientisme a probablement pris fin avec la mise au point de la bombe atomique. Pour autant, la science a permis de porter l’espérance de vie humaine à un niveau inimaginable il y a encore un siècle. Les biotechnologies incarnent ce double visage : dans les domaines de la santé humaine et de l’agronomie, elles ouvrent des champs insoupçonnés. Mais en se fondant sur la manipulation du vivant, elles nous posent des questions éthiques fondamentales. Entre la confiance aveugle et le refus de principe, peut-on imaginer une approche non dogmatique qui permette à la science et à une nouvelle idée du progrès, fondée sur le long terme, le respect de l’environnement et de la santé, de se réconcilier ? »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  56. Passons sur l'« ère du scientisme » – qui bien sûr n'existe pas et qui, si on admettait son existence, ne s'arrêterait jamais vu que la lutte contre le « scientisme » est un formidable fond de commerce. Peut-on raisonnablement parler – oups ! Commençons par le commencement : envisager de parler – d'éthique avec une personne qui manque d'éthique ? Au point, par exemple, de mettre le viol au même niveau que la culture des OGM ?

    La question finale de l'aguiche est évidemment sophistique. Où est la « confiance aveugle » ? Ailleurs, s'entend, que dans l'esprit des détracteurs des biotechnologies, du reste si prompts à agiter la « manipulation du vivant » (comme si on ne s'y adonnait pas au moins depuis l'aube de l'agriculture) ? Pour le « refus de principe », on sait... hélas !

    Quelle sera la nature du « débat » avec une personne enfermée dans le refus de principe, pas seulement des biotechnologies, mais aussi de l'agriculture issue des connaissances acquises au début du 20e siècle – des bases élémentaires de la chimie agricole et de la génétique mendélienne ?

    « ...la science » – quel grand mot ! – est dans le box des accusés et, sauf plaidoyer brillant et implacable de M. Klein, vouée au pilori ; comment résister, en effet, en une heure, aux mensonges, aux contrevérités, aux amalgames, aux diversions... ? À l'échec prétendu de la Révolution Verte, à l'échec prétendu des OGM, à Monsanto, au grand complot des multinationales, aux suicides des paysans indiens, aux semences Terminator... ? S'il fallait faire un procès, ce serait au pire contre les technologies, au mieux contre des modalités de la mise en œuvre des technologies.

    - voir photo sur site -

    Il faudrait donc que « la science » se réconcilie – quel autre grand mot ! – avec « une nouvelle idée du progrès ». Mais quelle est cette idée du progrès, dans l'absolu, chez l'animateur du débat Foucart, chez Mme Shiva ? La prémisse du débat est aussi que « la science » ne serait pas, actuellement, « fondée sur le long terme, le respect de l’environnement et de la santé ». C'est là une extraordinaire mise en cause !

    Rédiger une aguiche est certes un art délicat, et il est tout à fait raisonnable d'y mettre quelques propos outranciers. Mais ici, il y en a tellement qu'on s'attendre à ce que le débat, s'il part de ces prémisses, tourne en procès en sorcellerie.

    Ou, si M. Klein s'avise à prendre des positions tranchées, en pugilat.

    L'art du sophisme... et le grand art du n'importe quoi

    C'est en préparation de ce grandiose événement que le Monde a publié le 3 septembre 2016 « Vandana Shiva : "L’idée que nous sommes maîtres de la nature n’est qu’une illusion" ». Par prudence, la page des commentaires n'a pas été ouverte...

    Le titre ? On ne peut qu'être sidéré devant ce truisme, cette sagesse de pacotille... par exemple quelques jours après le tremblement de terre qui a ravagé l'Ombrie, en Italie. Mais ce genre de platitude électrise et fidélise une clientèle. On en fait même des titres dans le Monde...

    Le contenu ? Désolant ! En voici un petit florilège.

    Les produits chimiques... voilà l'ennemi

    Cela commence par un nouveau truisme :

    « Avant de se lancer dans une grande avancée, on doit se poser les questions suivantes : est-ce nécessaire ? [...] »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  57. Et le flot d'âneries commence :

    « Les partisans de l’agriculture intensive ont tort sur un principe au sujet duquel je travaille depuis trente ans : à savoir que l’on pourrait produire davantage de nourriture avec des produits chimiques. La révolution verte en Inde a permis de produire davantage de blé, bien sûr, mais en faisant disparaître les légumineuses et certaines semences ! »

    Le mythe d'une agriculture qui se passerait d'intrants chimiques et serait aussi productive est malheureusement répandu et, pour longtemps encore, indestructible. Nous ne sommes pas prêts de faire admettre comme une vérité d'évidence que les récoltes prélèvent des éléments nutritifs qu'il faut renouveler et que les apports de matière organique équivalent à un déplacement d'éléments fertilisants, une terre étant enrichie et l'autre appauvrie ; que les ravageurs prélèvent leur part de récolte, quand ils ne la détruisent pas complètement, et que les produits « chimiques » sont indispensables (même en bio).

    C'est la deuxième partie qui doit nous intéresser ici, tant elle est grotesque. Les légumineuses auraient disparu ? Allons donc !

    Ci-dessous, par exemple, les statistiques de la FAO pour les lentilles, les haricots secs et les pois chiches.

    - voir graphiques sur site -

    En préparation d'un « débat » : les inepties de Vandana Shiva dans le Monde

    Des pois à 7 % de protéines...

    « L’Inde, qui était le plus grand producteur de graines d’oléagineux et de légumineuses, est devenue le plus grand importateur d’huile de palme, au prix de la destruction de forêts entières en Indonésie, et achète désormais des pois jaunes du Canada de médiocre qualité. Leur teneur en protéine est de 7 % contre 35 % chez ceux que l’on cultivait en Inde. »

    Passons sur la diversion de la déforestation. La première affirmation, d'une affligeante généralité, est invérifiable. Quant à l'huile de palme, les importations indiennes sont dues au différentiel de prix. Mais il s'agit ici de dénigrer l'agriculture productive, la Révolution Verte ; le commerce international n'a donc pas sa place dans l'argumentaire.

    Des pois (lesquels ?) à 7 % de protéines ? Moins que le blé ? C'est tout simplement insensé.

    Le mythe des cultures associées

    Nouvelle salve de déclarations à l'emporte-pièces :

    « La diversité des récoltes permet de produire davantage de nutriments par hectare. Si le blé est cultivé avec de la moutarde, par exemple, il contiendra davantage de nutriments que s’il est cultivé seul. Or l’agriculture intensive, c’est la monoculture, et les monocultures sont des systèmes à faible productivité. »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  58. Les cultures associées sont un autre grand mythe de l'agriculture alternative, idéologique. Ce n'est pas que ce soit systématiquement faux : cela peut même être avantageux dans des systèmes à bas intrants et peu mécanisés. Le peu d'engouement pour cette forme de production, même dans l'agriculture biologique qui la sacralise en quelque sorte, montre les limites du système. On trouvera ici une autre étude qui a produit des résultats contrastés.

    Complanter du blé et de la moutarde ? C'est une pratique ancienne en Inde. Mais ne demandez pas à Mme Shiva comment il faut s'y prendre pour faire coïncider les cycles végétatifs et gérer les cultures dans une agriculture moderne...

    Et le blé qui contiendrait davantage de nutriments grâce à la moutarde ? On aimerait voir les preuves. Les monocultures – lire : la culture d'une seule espèce dans un champ – à faible productivité ? C'est prendre les agriculteurs et les agronomes pour des idiots.

    Ah... Monsanto

    Il eût été étonnant d'y échapper :

    « En sortant de ce système, le paysan n’est pas obligé de dépenser de l’argent pour acheter des semences ou des engrais à Monsanto, il n’a pas à s’endetter. Et, au final, il produit des aliments sains, pas des denrées que les marchés du monde entier achètent à bas coût. »

    En bref, c'est « vive l'autarcie ». Sauf que c'est synonyme de pauvreté, souvent abjecte. Lisez bien... le paysan ne produit pas des denrées que les marchés achètent (certes, à bas coût)...

    Quant à Monsanto vendeur d'engrais, on aura tout vu !

    - voir graphique sur site -

    Le mythe, imperturbablement répété, et la réalité en Inde

    Confusion mentale ?

    Le journaliste qui s'est entretenu avec Mme Shiva interroge :

    « Faut-il pour autant rejeter toutes les avancées scientifiques et technologiques ? Les OGM ne permettent-ils pas, par exemple, de limiter la consommation de pesticides ? »

    Mme Shiva répond en se référant sans nul doute à la conférence d'Asilomar de 1974, qui avait appelé à un moratoire (vite levé) sur les manipulations génétiques, mais pour éviter que des bactéries génétiquement modifiées puissent se disperser dans l'environnement ; puis à un propos attribué de manière invérifiable à Albert Einstein. Arrivent les spéculateurs...

    « Puis les spéculateurs, les fonds de capital-risque, ont commencé à faire des promesses à Wall Street. Les fabricants de produits chimiques, qui sortaient de la guerre, se sont dits : on va se doter de cet outil et, à travers lui, acquérir des semences. Car, pour dégager des profits à partir des semences, on doit posséder celles-ci et faire en sorte que les fermiers ne puissent pas en conserver d’une année sur l’autre. »

    Les fabricants sortaient de la guerre ? Dans les années fin 1970-1980 ? Que viennent faire les fonds de capital-risque et Wall Street ? Les OGM ont été conçus pour empêcher les agriculteurs de ressemer ?

    - voir photo sur site -

    Le rationaliste se trouve confronté à un problème redoutable : c'est tellement délirant qu'il est difficile de répondre brièvement. Proférer une ânerie prend une phrase, la réfuter une page... Répondons donc par un seul exemple sur le dernier point : le soja GM – qui n'est pas hybride – peut parfaitement être ressemé.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  59. L'aveuglement

    Qu'est-ce que le génie génétique pour Mme Shiva ?

    Un moyen « de réclamer des royalties »...

    L'obsession anticapitaliste et anti-Monsanto empêche Mme Shiva de comprendre les fondamentaux de l'agriculture s'agissant des semences ; ou encore d'intégrer dans son discours le concept de protection des obtentions végétales qui a permis depuis des décennies à la filière des variétés et des semences de se rémunérer et de se développer – en contribuant de manière importante au développement de la production agricole et alimentaire.

    - voir photo sur site -

    Il lui est manifestement aussi trop difficile de comprendre que pour pouvoir réclamer des royalties, il faut pouvoir vendre, donc avoir un produit que quelqu'un ait envie d'acheter... et plutôt deux fois qu'une quand ce quelqu'un ne produit pas ses propres semences (par choix délibéré, parce que la variété ne s'y prête pas comme dans le cas des hybrides, ou encore parce que l'auto-production de semences est difficile voire impossible comme dans le cas des betteraves). Son verdict est sans appel :

    « Ils inventent pour se permettre de réclamer des royalties. Qu’ont-ils apporté à la science ? Les récoltes aux herbicides, les récoltes résistantes au Baccillus thuringiensis (Bt) ? »

    Voilà des concepts intéressants ! En particulier les récoltes résistances au Bt...

    En fait, ce qui a été apporté, ce n'est pas à la science, mais aux agriculteurs : près de 18 millions dans le monde – en majorité... Indiens – qui les cultivent sur près de 180 millions d'hectares.

    Verdict toujours sans appel :

    « Cette technologie a échoué. Or, l’efficacité des outils doit être mesurée à l’aune de leurs résultats. »

    18 millions d'agriculteurs... 180 millions d'hectares...

    Et les shivagations continuent :

    « Répéter aveuglément : "Je suis le maître, devenez mes serfs, abandonnez votre Constitution, abandonnez votre démocratie", ce n’est pas de la science, c’est une forme de dictature. L’ingénierie génétique est un système de contrôle de la propriété intellectuelle et des droits de propriété. Une entreprise ne peut pas prétendre posséder une semence en y insérant un gène toxique. »

    - voir photo sur site -

    La philosophie à deux balles

    La « philosophe » s'égare ensuite dans les brumes d'une pensée vacillante. Il suffit de poser des prémisses extravagantes pour construire un édifice cauchemardesque.

    Le Siècle des Lumières – ou la Révolution industrielle – est un « système qui consiste à tout réduire à des processus mécaniques » ; la nature serait considérée comme « inerte » et on dit « que tous les éléments qui la constituent sont séparés ». Et donc,

    « Pendant deux cents ans, l’esprit humain a été plongé dans l’illusion que nous sommes extérieurs à la nature et que nous pourrions en être les maîtres, la conquérir, la posséder et la manipuler. »

    Remontons dans le temps :

    « Les théories newtoniennes ont abouti à la séparation entre l’homme et la nature, en définissant la nature comme morte. »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  60. Cela donne lieu à une formidable déduction :

    « Or, la nature est on ne peut plus vivante, sinon nous ne serions plus en vie ! Et ce sont ces processus de vie, ces processus écologiques, que la science est maintenant obligée de prendre en compte. »

    Mais Mme Shiva nous propose en réponse la « démocratie de la planète Terre » avec une « liberté des autres espèces » et un « bien-être de la planète », ainsi qu'une « démocratie de toutes les formes de vie ».

    En voulez-vous encore ?

    « C’est le droit de la Terre que de ne pas être violée, son droit que de ne pas être victime des catastrophes. Notre liberté et celle de la Terre n’en font qu’une. »

    Le crépuscule de l'écodéesse ?

    Le Monde a ouvert son article, comme il se doit, sur une photo de Mme Shiva. Le bindi est toujours aussi extravagant ; le sari est encore une fois, sauf erreur, d'un modèle nouveau... Ce qui impressionne, c'est que la photo est très sombre. Serait-ce prémonitoire ?

    La « pensée » de Mme Shiva s'est fossilisée il y a pas mal de temps ; ses sources d'inspiration comme Pat Mooney – celui qui a contribué à la mettre sur les rails à Bogève – sont pour la plupart passées à autre chose et n'assurent plus que le service après-vente en matière d'anti-OGMisme et quelquefois la gesticulation quand les conditions s'y prêtent. Ce sont les mêmes thèmes qui sont ressassés, encore et toujours, avec quelques variations au gré des circonstances et des opportunités.

    - voir photo sur site -

    Mais le radotage ne peut pas être ignoré : le mal sévit toujours car on lui tend des micros et ouvre des colonnes.

    Même si elle fait maintenant, dans une large mesure, « has been », il importe de dénoncer l'imposture. Car, directement ou indirectement, elle contribue à faire des millions de victimes dans le monde, en termes de conditions de vie qui stagnent mais aussi, malheureusement, de vies perdues.

    http://seppi.over-blog.com/2016/09/en-preparation-d-un-debat-les-inepties-de-vandana-shiva-dans-le-monde.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine très bien cette femme penchée entre les épis à désherber un champs de blé ! Hahahaha ! Quand elle a tout arraché il ne reste que de la paille piétinée aux épis écrasés par terre ! Hahahaha !

      Supprimer
  61. D'une économie industrielle à une économie de papier - Le déclin étonnante de fabrication en Amérique

     
    Par Michael Snyder,
    le 5 Septembre, 2016


    Pourquoi semble t-il que presque tout est fabriqué en Chine ces jours-ci ? Hier, je regardais des crayons que nous avions autour de la pose de la maison et j'ai remarqué qu'ils avaient été fabriqués en Chine. Je remarquai à ma femme qu'il était une honte qu'ils ne font pas de crayons aux États-Unis plus. À un autre moment au cours de la journée, je me suis retourné sur ma télécommande de télévision et je remarquai qu'il avait aussi "Made In China" gravé dessus. Il est encore la fête du Travail que je rédige cet article, et donc je pense qu'il est tout à fait approprié d'écrire au sujet de notre transition d'une économie industrielle à une économie de papier aujourd'hui. Depuis l'an 2000, les États-Unis ont perdu cinq millions d'emplois manufacturiers, même si notre population a augmenté considérablement depuis ce temps. Fabrication en Amérique est dans un état de déclin magnifique, notre infrastructure économique est absolument vidé, et nos grandes villes anciennement de fabrication sont dans un état de délabrement avancé. Nous consommons beaucoup plus de richesses que nous produisons, et la seule façon que nous sommes en mesure de le faire est de prendre des quantités massives de la dette. Mais notre économie de papier basée sur la dette viable à long terme ?

    Retour en 1960, 24 % de tous les travailleurs américains a travaillé dans le secteur manufacturier. Aujourd'hui, ce nombre a ratatiné tout le chemin vers le bas pour seulement 8 pour cent. CNN appelle «le Grand Changement" ...

    En 1960, environ un sur quatre travailleurs américains avaient un emploi dans le secteur manufacturier. Aujourd'hui, moins d'un sur 10 sont employés dans le secteur, selon les données du gouvernement.

    Appelez le Grand Shift. Les travailleurs la transition des champs vers les usines. Maintenant, ils se déplacent d'usines au service des compteurs et des centres de soins de santé. Les emplois les plus dynamiques en Amérique sont maintenant les infirmières, les aides de soins personnels, cuisiniers, serveurs, vendeurs et gestionnaires des opérations.

    Pas étonnant que la classe moyenne est en baisse si rapidement. Il n'y a pas trop de cuisiniers, serveurs ou vendeurs au détail qui peuvent soutenir une famille de classe moyenne.

    Depuis le tournant du siècle, nous avons perdu plus de 50.000 installations de fabrication. Pendant ce temps, des dizaines de milliers de brillant nouvelles usines ont été construites dans des endroits comme la Chine.

    Est-ce que quelqu'un d'autre voir quelque chose de mal avec cette image ?

    À ce stade, le nombre total d'employés du gouvernement aux États-Unis dépasse le nombre total d'employés de fabrication de près de 10 millions ...

    Les employés du gouvernement aux États-Unis sont plus nombreux que les employés de fabrication par 9.932.000, selon les données publiées aujourd'hui par le Bureau of Labor Statistics.

    Fédéral, étatique et local gouvernement employait 22,213,000 personnes en Août, alors que le secteur manufacturier employait 12.281.000.

    Le BLS a publié des données sur l'emploi désaisonnalisés mois par mois pour le gouvernement et la fabrication qui remonte à 1939. Depuis un demi-emploi siècle à partir de Janvier 1939 à Juillet de 1989 fabrication a toujours dépassé l'emploi du gouvernement aux États-Unis, selon ces Nombres.

    Vous pensez peut-être que les emplois du gouvernement sont «bons emplois», mais la vérité est qu'ils ne produisent pas de richesse. Les employés du gouvernement sont vraiment bons à pousser le papier autour et dire aux autres ce qu'ils doivent faire, mais dans la plupart des cas, ils ne font réellement rien.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  62. Afin d'avoir une économie durable, vous avez d'avoir des gens créer et produire des choses de valeur. Une économie de papier basée sur la dette peut sembler travailler pendant un certain temps, mais finalement tout cela vient inévitablement écraser quand la foi dans le papier est perdu.

    En ce moment, le reste du monde est prêt à nous envoyer des quantités massives de choses qu'ils produisent pour notre papier. Donc, nous continuons à produire de plus en plus de papier et nous continuons dans la dette de plus en plus, mais à un moment donné le concert sera en place.

    Si nous voulons être un pays riche dans le long terme, nous devons produire des choses. Voilà pourquoi les dernières nouvelles de Caterpillar est si déprimant. En plus des milliers de mises à pied qui avaient été annoncées précédemment par le géant de la machinerie industrielle, il semble qu'une nouvelle vague de mises à pied est arrivé ...

    Des centaines de la plupart des employés de bureau ont reçu des avis de licenciement à l'une des plus grandes installations Caterpillar Inc. dans la région de Peoria cette semaine, tout comme la société a annoncé son intention de fermer des usines de production d'outre-mer et à éliminer des milliers d'autres positions.

    Un total de 300 employés de soutien et de gestion AC Building et le Centre Tech en Mossville cette semaine a reçu des notifications de perte d'emploi qui comprenaient des indemnités de départ, un préavis de 60 jours et mandatés Illinois adaptation des travailleurs et de recyclage Loi de notification des lettres.

    Au cours de cette saison d'élection, vous entendrez beaucoup de nos politiciens parlent de la qualité «libre-échange» est pour l'économie mondiale. Mais cela est vrai que si le commerce est équilibré. Malheureusement, nous avons mis en un déficit commercial annuel entre 400 milliards de dollars et 600 milliards de dollars pour de nombreuses années ...

    Déficit commercial 2016

    Lorsque vous avez environ un demi-billion de dollars de plus sortir que vous avez à venir dans l'année après année qui a des conséquences graves.

    Je vais essayer de le décomposer très simplement.

    Imaginez que je suis aux États-Unis et que vous êtes en Chine. Je prends un dollar de mon portefeuille et je vous le donne et puis vous me envoyer des trucs.

    Après un certain temps, je veux plus de choses, alors je prends un autre dollar de mon portefeuille et vous l'envoyer en échange pour plus de produits.

    Mais ce genre de choses ne dure que pendant si longtemps, et donc très vite je me retrouve en prenant un autre dollar de mon portefeuille et de lui donner à vous pour encore plus de choses.

    En fin de compte, qui va se retrouver avec tout l'argent?

    Il est pas un grand mystère quant à la façon dont la Chine a fini avec autant d'argent. Et quand nous ne pouvons pas payer nos factures, nous devons aller supplier de nous laisser emprunter de l'argent que nous leur avons envoyé en premier lieu. Puisque nous payons des intérêts sur cet argent emprunté, qui rend la Chine encore plus riche.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  63. Voilà pourquoi je suis tellement obsédé par ces questions commerciales. Ils sont vraiment au cœur même de nos problèmes économiques à long terme.

    Mais la plupart des Américains ne comprennent pas ces choses, et ils semblent penser que notre économie de papier basée sur la dette peut simplement continuer rouler le long indéfiniment.

    En fin de compte, l'histoire sera le juge à qui avait raison et qui avait tort.

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/from-an-industrial-economy-to-a-paper-economy-the-stunning-decline-of-manufacturing-in-america

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile problème que de voir des entrepreneurs americains établis en Chine qui exportent des produits donc chinois vers des pays où anciennement c'était justement des américains d'origine chinoise qui les fabriquaient !

      Supprimer
  64. Arabie saoudite : les femmes privées de carte d'identité car «montrer leur visage est un péché»


    6 sept. 2016, 11:39


    Plus de trois millions de Saoudiennes n'ont pas de carte d’identité a reconnu le gouvernement, qui souhaite remédier au problème. Si les autorités religieuses refusent qu'elles montrent leur visage, elles seront identifiables par leurs empreintes.

    Lire aussi
    Des «lesbiennes sexy» dans une campagne publicitaire de pétrole canadien contre l'Arabie saoudite

    Selon le site d’informations Arab News, l’administration saoudienne en charge de l’enregistrement de l’Etat civil vient d’annoncer qu’une des raisons pour lesquelles autant de Saoudiennes n'avaient pas de documents d'identité provenait de l’absence de bureaux spécifiques pour leur accueil. Une grande partie d’entre elles sont donc privées de carte, gage de reconnaissance de leur identité.

    Par ailleurs, le grand mufti saoudien, Abdulaziz al-Cheikh, refuse qu’on appose une photo d’identité sur la carte des femmes saoudiennes. Pour respecter cette contrainte, le ministère de l’Intérieur a ainsi décrété qu’au lieu de délivrer une pièce d’identité aux femmes, on prendrait leur empreinte digitale.

    Jusqu’en 2004, aucune Saoudienne ne pouvait avoir de carte d’identité et son nom ne figurait que sur celle de son père ou de son mari. L'Arabie saoudite compte parmi les pays les plus restrictifs concernant les droits des femmes. Les femmes saoudiennes ont l'interdiction, par exemple, de conduire.

    https://francais.rt.com/international/25966-arabie-saoudite--pays-ou

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Seul leur trou de cul doit apparaître en photo (derrière le grillage).

      Supprimer
  65. Deux nouveaux camps de réfugiés ouverts à Paris d'ici la fin de l'année


    6 sept. 2016, 10:20



    L'Etat et la mairie de Paris présentent ce mardi 6 septembre le nouveau centre d'accueil des migrants. Installé au nord de la capitale, il pourra accueillir jusqu'à 600 réfugiés. Un second centre est prévu, réservé aux femmes et aux enfants.

    Lire aussi
    Le centre d’hébergement pour réfugiés qui ouvrira en septembre à Paris fait déjà polémique

    Pour tenter d'endiguer le phénomène des campements improvisés de migrants dans les rues de la capitale, la municipalité parisienne s'apprête à transformer un immense hangar abandonné en centre d'accueil pour réfugiés.

    Situé au nord de Paris, il proposera 600 places, des lits, des douches, mais aussi un terrain de football, un centre de santé et un d'assistance psychologue. Les migrants dormiront dans des bungalows en bois à l'intérieur de cette ancienne halle ferroviaire.

    Ce centre sera exclusivement réservé aux hommes et ouvrira ses portes mi-octobre, tandis qu’un autre site devrait ouvrir dans le sud-est de Paris, à Ivry, avant Noël pour accueillir des femmes et des enfants.

    En conférence de presse, le maire de Paris Anne Hidago a annoncé que 600 places seront prévues pour le centre au nord de Paris, et 350 places pour celui au sud-est.

    Selon France Info, qui a pu visiter ce camp, celui-ci n'est censé accueillir des réfugiés que pour une durée maximale de cinq à dix jours. Ceux qui souhaitent faire une demande d’asile seront ensuite pris en charge par l’État.

    Enfin, il a été annoncé que ce camp était provisoire, n'étant opérationnel que seulement les 18 prochains mois : ensuite s'ouvrira le chantier du futur campus Condorcet - un pôle universitaire dédié aux sciences humaines.

    En effet, pour le maire de Paris, ce mode de gestion des flux migratoire devra évoluer : «Ces campements sont de plus en plus gros, il faut à chaque fois trouver plus de places. Ce mode d'intervention n'est plus adapté.» Anne Hidalgo propose de prendre en charge plus tôt les migrants, avant que de grands camps sauvages apparaissent dans les rues : «Il est plus facile de prendre en charge 25 personnes par jour que 2500 d'un coup.»

    Dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 septembre, un centre de migrant en construction a été frappé par un incendie à Forges-les-Bains dans l'Essonne. Si l’origine du sinistre est pour le moment indéterminée, les flammes ont considérablement endommagées les combles et la toiture de l’édifice.

    Prévu pour une capacité d'accueil de 91 personnes, cette installation est très contestée par les habitants de la commune. Or, selon Europe 1, les secours ont été sur place vers 2h30, soit un peu plus de 3 heures après une réunion entre la mairie et des habitants à propos de l’arrivée des réfugiées. «Cela nous rappelle aussi, aujourd'hui, comment ces projets peuvent faire l'objet de très fortes oppositions voire, de violences. Et je veux redire ici devant vous, d'une part, notre détermination à Bernard Cazeneuve et à moi-même, poursuivre cette politique.» a déclaré lors de la conférence de Presse Emmanuelle Cosse.

    https://francais.rt.com/france/25964-nouveau-refugies-ouvert-paris-fin

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. HOURRA ! Les impôts locaux vont baisser ainsi que le foncier !!! Si-si-si ! Désormais vos appartements achetés à 110 000 €/m² à Paris... ne vaudront plus rien !!! (Moins que des merdes !) grâce aux ... "Réfugiés !"

      Non, vous ne rêvez pas ! Les terroristes sont chez vous ! ('chez eux !!!') et, vont vous faire gagner... la porte vite-fait !

      Supprimer
  66. Insulté, Obama annule sa rencontre avec le président philippin – ce dernier finit par s’excuser


    6 sept. 2016, 07:39


    Le président philippin Rodrigo Duterte a exprimé ses regrets après l’annulation par la Maison Blanche de la rencontre des deux président au Laos, le numéro un philippin ayant traité son homologue américain de «fils de pute».

    «Il regrette que ses remarques devant la presse aient causé une telle controverse», peut-on lire dans un communiqué du gouvernement philippin publié alors que les deux hommes devaient se rencontrer le 6 septembre à un sommet des pays d'Asie du Sud-Est au Laos.

    Le 5 septembre, alors qu’il évoquait devant des journalistes les remarques que risquait de lui faire Obama sur les droits de l'Homme, et notamment concernant les méthodes qu'il utilisait dans la lutte contre le trafic de drogue, Rodrigo Duterte était en verve.

    «Il faut être respectueux. Il ne faut pas se contenter de balancer des questions et des communiqués. Fils de pute, je vais te porter malheur à ce forum», avait lancé le président philippin.

    Cette déclaration a suscité une vive réaction de la Maison Blanche. L’administration de Barack Obama a annoncé que le président américain ne se rendrait pas à la rencontre bilatérale avec le président Rodrigo Duterte et qu'il rencontrerait à la place la présidente sud-coréenne, Park Geun-Hye.

    Rodrigo Duterte est arrivé au pouvoir en mai 2016. Depuis son accession, il a multiplié les insultes, notamment à l’encontre l'ambassadeur américain, de l'ONU qu’il a menacé de quitter et de Washington et Canberra qui l’avaient critiqué pour avoir proposé à ses compatriotes de tuer eux-mêmes les toxicomanes et dealers afin d'éradiquer le fléau de la drogue dans son pays. Selon un bilan officiel, les exécutions extrajudiciaires aux Philippines ont déjà fait près de 2 000 morts.

    https://francais.rt.com/international/25958-insulte-obama-annule-rencontre-avec-president-philippin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Primo, le '...' s'est RECONNU dans les termes de 'FILS DE PUTE' ! (Hahahahaha !) d'où son mécontentement ! (Hahahaha !)

      Supprimer
  67. Black Lives Matter perturbe les vols à l'aéroport de London City à cause du changement climatique


    6 sept. 2016, 08:36


    L’aéroport de London City a été fermé. Des militants de Black Lives Matter ont en effet investi le tarmac pour attirer l’attention des hommes politiques britanniques influents sur les répercussions du changement climatique pour les gens de couleur.

    Au matin du 6 septembre, neuf manifestants se sont allongé sur la piste de l’aéroport de London City, perturbant ainsi le fonctionnement de l’aéroport du centre de la capitale britannique.

    Les policiers arrivés ont découvert que les militants seraient entrés dans l’aéroport sur un canot pneumatique.

    Sur les banderoles que les manifestants avaient apportées avec eux, on pouvait lire : «Le changement climatique est raciste». L’occasion pour ces militants d’expliquer que «les gens de couleur sont 28% de plus à souffrir de la pollution de l’air».

    Le choix du lieu de cette manifestation n’a pas été laissé au hasard. En juillet, les autorités avaient déjà accepté une extension de l’aéroport qui devrait coûter près de 411 millions euros. Les personnes qui vivent à proximité, elles, n’en veulent pas, en dépit de la «généreuse» compensation qui leur a été promise, sans toutefois qu’une somme soit mentionnée.

    «La piste est fermée à cause des manifestants qui sont sur place. La police est arrivée et nous entamerons les procédures habituelles dans les plus proches délais. Nous nous excusons auprès des passagers pour ce contretemps», a déclaré le porte-parole de l’aéroport de London City.


    L’aéroport de London City, cinquième aéroport de Londres, se trouve à l'est de la capitale. Doté d'une seule piste, il a été spécialement conçu pour les avions à décollage et atterrissage courts. Il dessert principalement la City, le quartier financier de la capitale britannique.

    https://francais.rt.com/international/25959-manifestants-perturbent-vols-aeroport-london-city

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le disait Chirac "Ils sentent fort !" et donc: se tuent entre eux de s'approcher même dans une glace (qui va fondre !) !! HAHAHAHAHAHA !

      Supprimer
  68. Face à la paresse de ses habitants, la Nouvelle-Zélande accueille des migrants


    11:20 06.09.2016


    Les riverains étant trop paresseux pour travailler, la Nouvelle-Zélande a besoin de migrants, a déclaré le premier ministre John Key, cité par le quotidien britannique The Independent. Selon lui, les habitants locaux manquent de discipline de travail et ils sont nombreux à avoir des problèmes liés à la consommation de drogues. En conséquence de quoi, le pays se voit dans l'obligation de recourir à la main-d'œuvre étrangère, a répondu le chef du gouvernement à la question de savoir pourquoi 69.000 migrants étaient arrivés dans le pays cette année, alors qui la Nouvelle Zélande compte plus de 200.000 chômeurs.

    Nouvelle-Zélande: plongés dans un nuage de fumée de marijuana "Demandez aux employeurs leur avis sur les locaux, ils vous diront que certains d'entre eux ne passeront jamais un test antidrogue, d'autres ne se présentent jamais au travail, et d'autres encore se déclarent malades", a déploré le premier ministre. Selon Leon Stallard, propriétaire d'un grand verger de pommiers, il prendrait volontiers au travail des habitants locaux pour la récolte de pommes, mais il n'est pas du tout sûr de leur fiabilité comme travailleurs.

    https://fr.sputniknews.com/international/201609061027628010-nouvellezelande-migrants-emplois/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Ah ces putains de machines de merde !!! ... elle ne valent pas celles de l'ancien temps !!

      Supprimer
  69. Un bloc-notes intelligent


    11:35 06.09.2016


    Un bloc-notes intelligent Bamboo Slate transforme un texte écrit à la main en texte digital. Le dispositif permet aussi de transférer le contenu sur un ordinateur, sur un portable ou sur le Cloud.

    https://fr.sputniknews.com/videoclub/201609061027628228-blocnote-texte-ordinateur/

    RépondreSupprimer
  70. USA : Zika et avortement


    le 6 septembre 2016


    Dans la très puritaine Amérique l’avortement ou pudiquement interruption volontaire de grossesse est interdit en dehors de quelques nuances insignifiantes. Dans 13 Etats sur 50 l’avortement est toléré pour des raisons médicales avant 20 semaines de gestation et dans les autres Etats, la majorité, il est tout simplement interdit car il est en contradiction avec la Bible ! Or, comme certains Etats du sud des USA sont exposés à la progression du virus Zika qui – et c’est maintenant prouvé – provoque des malformations du foetus dont la microcéphalie, la question de la légalisation de l’avortement se pose maintenant avec une certaine urgence. L’éradication des moustiques, un problème dont j’ai longuement parlé dans un précédent billet, ne semble être pour les Américains que la solution adaptée, tant pis pour les enfants mal formés et tant pis aussi pour les abeilles ! En Caroline du Sud des millions d’abeilles ont été récemment purement et simplement massacrées à la suite d’épandages massifs d’insecticides organophosphorés pour éliminer les moustiques.

    En Floride, la psychose atteint des sommets depuis qu’une certaine Maria Mendoza a mis au monde il y a quelques jours à Miami un enfant microcéphale après avoir contracté le virus Zika au début de sa grossesse. En Floride l’IVG est interdite au delà de 24 semaines de gestation sauf si la vie de la mère est en danger mais les malformations foetales ne sont pas des raisons valables. Là où se situe le problème du virus Zika est que le praticien est certain que le foetus est atteint de microcéphalie justement après 24 semaines de gestation. Et les malformations foetales peuvent encore apparaître au delà de 24 semaines, c’est-à-dire au cours du troisième trimestre de gestation. Le virus a déjà atteint près de 500 personnes en Floride selon les derniers relevés du CDC (Center for Disease Control) et il est sexuellement transmissible et traverse la barrière placentaire.

    Au Texas comme en Caroline du Nord, l’IVG est interdite au delà de 20 semaines de gestation alors que le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Ce qui est encore plus paradoxal est que le motif d’avortement volontaire pour malformation foetale n’est retenu que si cette malformation est létale pour le foetus ! Que vont faire les femmes enceintes qui ont souffert de fièvres provoquées par le virus Zika au début de leur grossesse et qui ont des doutes sur la santé de leur enfant à naître. Il leur suffira d’aller trouver un médecin complaisant par exemple à Washington (DC, district de Columbia) où l’avortement volontaire est autorisé à n’importe quel stade de la grossesse. Les tests sanguins de recherche du virus sont maintenant opérationnels et 521 femmes enceintes ont été diagnostiquées comme porteuses du virus. Cette statistique date du 7 juillet dernier, autant dire tout de suite que la situation, deux mois plus tard, s’est sérieusement détériorée.

    Que vont décider les législateurs et surtout les congrégations religieuses qui considèrent qu’elles ont leur mot à dire dans cette histoire qui ne les concerne pourtant pas ? Etrange Amérique …

    Sources : Dailybeast et Time magazine, illustration CDC. Le lien ci-après conduit à la carte interactive : time.com/4394141/zika-abortion-usa/

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/09/06/usa-zika-et-avortement/

    RépondreSupprimer
  71. La débâcle du glyphosate : le CIRC s'enfonce encore plus dans la fosse de l'hypocrisie


    6 Septembre 2016,
    par Seppi
    Risk-monger



    Ayant révélé le scandale du CIRC-gate, j'espérais pouvoir laisser cet horrible petit nid de frelons à son sort et passer à des problèmes plus graves exposés par des organisations plus sérieuses... mais l'hypocrisie implacable émanant de cette agence « scientifique » est devenue un cadeau qui continue à nous alimenter. Tout ce que dit le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) de lui-même (et il dit beaucoup !) va à l'encontre des faits. Dans cet article, je vais examiner l'hypocrisie du CIRC sur quatre points clés :

    Ils disent qu'ils sont transparents, mais ils viennent de refuser la transmission d'informations dans le cadre d'une demande selon la loi américaine sur l'accès à l'information qui aurait exposé l'influence que des scientifiques américains auraient exercée sur la monographie du glyphosate.

    Ils disent qu'ils n'ont pas de conflits d'intérêts, mais leur monographie du glyphosate a été infectée dès le départ par des lobbyistes activistes !

    Ils disent qu'ils utilisent la meilleure approche scientifique, mais il ne se passe pas une semaine sans que la communauté scientifique dominante ne démolisse leurs conclusions sur le glyphosate ou leur méthodologie.

    Ils disent qu'ils sont une agence de l'OMS, mais ils ne s'engagent pas avec toutes les parties prenantes. Le préjugé anti-industrie de la haute direction du CIRC est tout simplement honteux.

    On pourrait tout simplement ignorer le CIRC du fait de l'insignifiance de cette organisation, mais son activisme récent (comme l'engagement de journalistes militants agressifs pour attaquer d'autres organismes comme l'EFSA et le BfR) et son hypocrisie flagrante font que cette « agence de l'ONU » est inapte à remplir sa mission. Les 25 pays qui sont encore membres de ce groupe d'activistes devraient soit se retirer, soit virer les membres de la haute direction et les scientifiques politisés.

    La transparence (quand elle sert les intérêts)

    Cette semaine, le Risk-monger a appris l'existence d'une demande d'information, dans le cadre de la législation des États-Unis d'Amérique sur l'accès à l'information, portant sur les courriels échangés entre plusieurs scientifiques de l'US EPA et du National Toxicology Program (NTP), d'une part, et l'équipe scientifique du CIRC sur le glyphosate, d'autre part. L'accès aux courriels de ces fonctionnaires a été refusé, selon la réponse du gouvernement, en raison du refus du CIRC d'être transparent. Le NTP a produit ce texte :

    « (1) L'intention du CIRC n'a pas été de refuser le contrôle de ses dossiers. Le CIRC a produit l'information suivante s'agissant de la propriété des pièces en question : « ...la position du CIRC est que tous les projets de documents et toute les pièces établies par le Groupe de Travail avant ou au cours de la réunion sur la Monographie doivent être considérés comme des projets et de nature délibérative. Les membres du Groupe de Travail établissent ces documents pour le compte du CIRC, et non dans le cadre des obligations découlant de leur emploi par un État ou une institution fédérale, et le CIRC est le seul propriétaire de tous ces documents. Le CIRC n'encourage pas les participants à garder des projets de documents de travail après que la Monographie en cause a été publiée. »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  72. Plutôt que de faire preuve d'ouverture sur les discussions dans le cadre d'un processus scientifique, le CIRC semble donc approuver une opération de broyage. C'est ça la transparence ? Cela ressemble à une politique de consensus par une pré-sélection biaisée. Ne serait-il pas profitable à tous, et cela ne refléterait-il pas un processus scientifique réel, si le CIRC publiait l'ensemble des débats et les désaccords exprimés au cours de ses évaluations ? Au lieu de cela le CIRC refuse l'accès aux documents, et ne fait que parler par ailleurs de sa grande transparence.

    Il y a une perle ici : la demande FOIA avait été faite par des Américains pour essayer d'obtenir plus d'informations sur la raison pour laquelle l'EPA avait retiré de son site la publication d'un rapport final de son propre CARC (Cancer Assessment Review Committee) qui avait rejeté les conclusions du CIRC sur le glyphosate. Le CIRC a-t-il exercé une influence sur les scientifiques du NTP/EPA qui ont eu des liens étroits avec l'agence internationale ? Il y a des courriels, mais il semble qu'ils ont mis les chariots en cercle et pensent que la transparence ne s'applique pas à eux. Voir ici une analyse incisive de l'arrogance du CIRC et du NTP.

    Voilà donc le CIRC – dont les fonctionnaires comme Kate Guyton et Kurt Straif s'adressent à qui veut bien les entendre pour leur raconter comment les autres organisations ne sont pas aussi transparentes que le CIRC, ou comment des documents qui ne sont pas dans le domaine public ne sont pas pertinents – qui entoure ses dossiers d'un écran de fumée et plaide l'immunité internationale quand quelqu'un demande à voir ses documents. Si ces gens faisaient preuve d'intégrité, ils accepteraient les normes qu'ils imposent aux autres !

    Pour parodier le vocabulaire du CIRC sur les documents qui ne sont pas dans le domaine public (c'est-à-dire les trois documents de l'industrie que l'EFSA a utilisés) :

    « Nous ne pouvons pas dire si les courriels reflètent positivement ou négativement l'existence d'une influence entre les scientifiques du NTP/EPA et du CIRC, ni si les scientifiques du CIRC ont eu une influence sur la dépublication du rapport du CARC de l'EPA qui contredisait les conclusions de la monographie du CIRC sur le glyphosate. En ne nous conformant pas à la demande FOIA, nous ne pouvons pas être sûrs que le CIRC ne cache pas quelque chose. »

    Si le CIRC n'est transparent que quand cela est dans son intérêt, que dire lorsqu'il n'est pas transparent quand l'un de ses agents a un conflit d'intérêts ? L'hypocrisie est stupéfiante !

    Le Portier du mensonge

    Le CIRC aime à rappeler à tous qu'il a un processus (un code !) qui les protège de tout conflit d'intérêts. Mais, dans le cas du glyphosate, ce ne fut pas le cas.

    Christopher Portier est un statisticien employé par l'US Environmental Defense Fund. En 2013, il est allé travailler au CIRC pendant six mois sous la direction de Kurt Straif dans l'unité des monographies. Quatre jours après la fin de son stage, en 2014, il a présidé un comité de conseillers indépendants qui a recommandé une étude du CIRC sur le glyphosate. Bien qu'il ne soit pas un toxicologue, il a été le conseiller technique du Groupe de Travail du CIRC sur le glyphosate (le seul membre externe du groupe), lequel a conclu « probablement cancérogènes » en 2015. Pendant tout ce temps, et au cours de l'année suivante, lorsque Portier a parcouru le le monde pour faire du lobbying contre le glyphosate en usant et abusant de son affiliation au CIRC, il a été payé par l'Environmental Defense Fund, une ONG américaine avec une longue histoire de lobbying contre les pesticides.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  73. Cela me semble être un conflit d'intérêts assez clair. Le CIRC en avait connaissance en 2013, mais il a choisi de ne pas inclure cette information dans le rapport consultatif en 2014, et n'a corrigé l'affiliation de Christopher Portier que dans la monographie finale lorsque Portier a attiré leur attention sur ce fait lors de la réunion. En d'autres termes, le CIRC a intentionnellement manqué de transparence au sujet de ce conflit d'intérêts flagrant. « Manquer intentionnellement de transparence » est un euphémisme pour « mentir ».

    Après avoir interpelé Kurt Straif à ce sujet au Parlement européen, celui-ci, bizarrement, m'a remercié de lui avoir donné l'occasion de montrer le degré de transparence du processus du CIRC. D'une certaine manière, il pense qu'être un activiste militant d'une ONG tout en influençant un processus de conseils sur les politiques ne doit pas être considéré comme un conflit d'intérêts et n'appelle pas de mesure de transparence (mais ceux qui avaient retiré les véritables affiliations de Portier des documents du CIRC en 2014 et 2015 ont évidemment reçu le message fort et clair !).

    Portier a lui-même mis en évidence la vertu d'un CIRC exempt de tout conflit d'intérêts. Dans son lobbying devant la Commission européenne et son plaidoyer pour que l'UE intègre les conclusions du CIRC dans sa réglementation sur le glyphosate, il glousse sur les procédures du CIRC par rapport à celles de l'EFSA, qu'il prétend capturées par l'industrie.

    « La décision du Groupe de Travail du CIRC a été prise en se fondant sur des procédures ouvertes et transparentes, par des scientifiques indépendants qui ont rempli des déclarations détaillées sur les conflits d'intérêts et ne sont pas affiliés à l'industrie des produits chimiques ni soutenus financièrement d'une quelconque manière par elle. Elle est entièrement référencée et ne dépend que des rapports publiés dans la littérature biomédicale ouverte, examinée par des pairs. »

    Hou la la ! Je suppose que chaque mois, lorsque arrive le chèque de l'Environmental Defense Fund, Christopher doit perdre ses illusions ou être moralement épuisé.

    Vous pouvez suivre mes mèmes quotidiens et mes messages rageurs à http://www.twitter.com/zaruk ou http://www.facebook.com/riskmonger

    Refaire de belles monographies

    Kate Guyton, l'auteur principal de la monographie du CIRC sur le glyphosate, a maintes fois fait l'éloge de leur publication comme étant la meilleure évaluation existante des risques (c'est drôle, je pensais que c'était une évaluation des dangers...), bien supérieure à celles d'autres organismes qui utilisent une mauvaise science, sont affligés de conflits d'intérêts et ne sont pas transparents. Mais la conclusion et la méthodologie du CIRC ont été universellement éreintées par la communauté scientifique dès l'instant de sa publication. Je ne vois aucune organisation scientifique crédible qui ait défendu les conclusions du CIRC (mais quelques ONG activistes et quelques scientifiques militants l'ont fait). Maintenant, il ne se passe pas une semaine sans qu'une publication ne démolisse les conclusions du CIRC. En août, il y a eu au moins trois publications indépendantes :

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  74. Le CIRC ne s'est pas fondé sur des documents de qualité

    Le Pr Frank Dost, un chimiste agricole de l'Université de l'Oregon, a publié un article intitulé : « The critical role of pre-publication peer review—a case study of glyphosate » (le rôle crucial de l'examen par les pairs avant publication – une étude de cas sur le glyphosate) dans la revue Environmental Science and Pollution Research. Dost a examiné la mauvaise qualité des documents que le CIRC avait utilisés dans la monographie du glyphosate et a conclu que la plupart d'entre eux n'auraient jamais dû être publiés. Il déclare :

    « Ces exemples de recherche défectueuse ou inapplicable existent à cause de l'inadéquation de l'examen préalable à la publication ainsi que de procédures défectueuses. Ils érodent la confiance dans toutes les autres références citées dans la monographie. Pour la Monographie 112, une seule conclusion peut être tirée de l'utilisation d'études qui n'auraient jamais dû voir l'imprimeur ou qui ne considèrent que les mélanges, et non leurs composants : le CIRC n'a fourni aucune information crédible sur la cancérogénicité du glyphosate. »

    Certaines études présentaient tant d'erreurs élémentaires que Dost a acquis la certitude que leurs auteurs n'avaient même pas vu leur article avant sa publication. Il montre aussi que le processus du CIRC était lui-même trop bref pour permettre la production d'un rapport scientifique de qualité. Voir mon article qui utilise l'article de Dost pour mettre en évidence 11 défaillances critiques dans le rapport du CIRC.

    Les conclusions du CIRC ne sont pas raisonnables

    Robert E. Tarone a publié un document sur la monographie du CIRC sur le glyphosate dans le European Journal of Cancer Prevention. Dr Tarone a 42 ans d'expérience dans la recherche sur le cancer aux États-Unis, de sorte que les sourcils aurait dû se froncer à Lyon quand il a fait l'observation suivante :

    « Il est démontré que la classification du glyphosate comme cancérogène probable pour l'homme est le résultat d'une synthèse imparfaite et incomplète des preuves expérimentales évaluée par le Groupe de Travail. Les activités de prévention du cancer rationnelles et efficaces dépendent d'évaluations scientifiques fiables et impartiales du potentiel cancérigène des agents soupçonnés. »

    Quand un chercheur éminent sur le cancer démontre publiquement que le travail du CIRC est vicié, biaisé et non « scientifiquement valable », on devrait pouvoir s'attendre à plus que le radotage habituel de relations publiques de Straif et Guyton sur un processus qui est, selon eux, tellement meilleur. Je m'attendrais pour ma part à ce qu'ils soient virés et que le CIRC présente des excuses et une rétractation

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  75. Tarone poursuit en donnant quelques bons conseils au CIRC. Plutôt que de choisir les membres des groupes de travail sur la base de leurs publications présentant des résultats positifs pour le cancer (c'est-à-dire incorporer par construction un biais dans le « processus »), le CIRC devrait inclure des scientifiques qui ont aussi des opinions contraires. Il estime également que l'exclusion des scientifiques ayant des conflits d'intérêts (par exemple, ceux qui travaillent pour l'industrie) est erronée. Mais, comme nous l'avons vu ci-dessus, le CIRC refuse de rendre publiques les discussions et les courriels qui ont précédé la publication de sa monographie.

    Les examens par les gouvernements rejettent les conclusions du CIRC ; un rapport est approuvé par un membre du Groupe de Travail du CIRC sur le glyphosate

    Une revue scientifique récente effectuée par la province du Nouveau-Brunswick au Canada n'a révélé aucun risque pour la santé humaine de l'exposition au glyphosate. Le rapport Russell a examiné les preuves dans la monographie du CIRC sur le glyphosate et les a comparées à la littérature disponible et à d'autres rapports sur le glyphosate, pour aboutir à cette conclusion contradictoire. Ce qui est sans nul doute intéressant dans cette affaire est le revirement d'un membre du Groupe de Travail du CIRC, John McLaughlin (qui est également le conseiller scientifique principal de la province de l'Ontario). Il a fait siennes les conclusions du rapport et les avantages du glyphosate. Il convient de noter que McLaughlin était critique sur la nécessité de l'herbicide lorsque les conclusions du CIRC avaient été publiées.

    L'obsession anti-industrie du CIRC

    Tarone, dans son article référencé ci-dessus, a également mentionné que le CIRC est peut-être allé trop loin en refusant les contacts avec l'industrie. Très succinctement, il déclare :

    « L'expérience des récents groupes de travail suggère que les mesures prises en 2005 pour "accroître la transparence" du processus des Monographies du CIRC en raison d'une influence indue perçue des "parties prenantes industrielles" (Samet, 2015) sont peut-être allées trop loin. Le processus actuel semble parfois être apparenté à un procès criminel avec un procureur et un jury partial, mais pas d'avocat de la défense. »

    J'avais noté ce double standard quand j'avais passé au crible la liste des noms des invités à la conférence et à la soirée de gala du 50e anniversaire(voir : IARC50-Conference-Listofparticipants). Pas un seul scientifique de l'industrie pharmaceutique n'avait été invité. L'industrie ne fait-elle pas d'importantes recherches sur le cancer ?... Ou le CIRC travaille-t-il uniquement avec des scientifiques qui identifient les causes du cancer, mais pas avec ceux qui élaborent de meilleurs traitements contre le cancer et de meilleures technologies de prévention ?

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  76. À propos de la consommation de viande...

    Nous vivons plus longtemps aujourd'hui (assez longtemps pour que les cancers puissent nous affliger) en raison des innovations que l'industrie pharmaceutique a mises au point. Et nous survivons au cancer à des taux croissant de façon exponentielle, nous développons des vaccins préventifs et nous améliorons la qualité de ces traitements en grande partie grâce au travail laborieux, aux investissements et à la prise de risque de l'industrie. Maintenant, excusez-moi d'exprimer un peu d'indignation, mais pour qui diable ces bourriques du CIRC se prennent-elles ? Utiliser des fonds publics pour célébrer les réalisations d'un demi-siècle de science sans même reconnaître les plus grands contributeurs à ce succès parce qu'ils sont de l'industrie ? Ce sont des gens stupides, hypocrites et arrogants !

    Le jour viendra peut-être, malheureusement, où un(e) scientifique du CIRC sera diagnostiqué(e) avec un cancer. Comment réagir a-t-il/elle ? Vont-ils opter pour un traitement alternatif comme le jus de citron et le curcuma ? Peut-être le bicarbonate de soude ? Ou vont-ils opter pour la recherche et la technologie développées par cette industrie pharmaceutique qu'ils ont ostracisée ?

    Si, comme je l'espère, ils optent pour le choix rationnel et cherchent les solutions développées par la science, alors seulement ils comprendront l'effroyable hypocrisie adoptée par la direction du CIRC. Peut-être devraient-ils peut-être prendre la parole dès maintenant !

    ________________

    Source : https://risk-monger.com/2016/09/02/iarcs-glyphosate-debacle-sinking-deeper-into-their-pit-of-hypocrisy/

    http://seppi.over-blog.com/2016/09/la-debacle-du-glyphosate-le-circ-s-enfonce-encore-plus-dans-la-fosse-de-l-hypocrisie.html

    RépondreSupprimer
  77. La lutte des sioux de Dakota pour sauver leur eau et leur terre


    Tribune de Genève
    mar., 06 sept. 2016 05:06 UTCCarte


    Des affrontements violents ont eu lieu samedi soir près d'une réserve sioux du Dakota du Nord. Des manifestants s'y sont installés pour protester contre la construction d'un oléoduc qui menace selon eux des sites sacrés. Les échauffourées ont eu lieu à Cannon Ball, au milieu des immenses prairies de cet Etat du nord des Etats-Unis.

    Sollicité, le groupe Energy Transfer Partners, en charge de ce projet, n'était pas joignable dimanche. Les sioux de la réserve de Standing Rock affirment que les équipes de construction ont, en creusant, détruit plusieurs sites sacrés d'inhumation et de prière.

    Les manifestants en colère ont franchi une barrière et des affrontements ont éclaté avec des gardes de sécurité accompagnés de chiens qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. «Ils ont essayé de nous repousser avec leurs camions et leurs bulldozers mais nous avons insisté», a raconté Seeyouma Nashcid, venu de l'Arizona.

    Terres des ancêtres

    Certains manifestants ont été blessés et présentaient des traces de morsures de chien. Selon les services du shérif du comté de Morton, trois agents de sécurité ont eux aussi été blessés.

    La tribu, dont la réserve est située au sud de l'endroit où l'oléoduc de 1900 kilomètres doit traverser la rivière Missouri, s'est tournée vers la justice pour tenter de bloquer le projet qui menace selon elle son accès à l'eau potable et plusieurs sites historiques.

    Des membres d'autres tribus à travers les Etats-Unis se sont joints à leur combat et sont rassemblés depuis des mois dans un camp de fortune installé près de la réserve. Samedi, certains d'entre eux ont soudain découvert que les opérations de construction avaient repris.

    «Les démolitions sont catastrophiques», a indiqué dans un communiqué David Archambault, responsable de la tribu. «Ces terres sont les lieux où reposent nos ancêtres. Les constructions en pierre et les lieux de prière ne peuvent être remplacés».

    Prochaine décision

    Selon des témoins, des représentants des forces de l'ordre étaient proches samedi lors des incidents, mais ne sont pas immédiatement intervenus. Mais la porte-parole du shérif, Donnell Preskey, a affirmé qu'ils n'étaient pas présents «au moment où le conflit a éclate».

    Un juge fédéral doit se prononcer d'ici le 9 septembre sur une éventuelle suspension temporaire des travaux visant à faire passer l'oléoduc sous la rivière. C'est de cette région qu'est issu Sitting Bull, chef sioux qui s'illustra en particulier dans la bataille de Little Big Horn. (ats/nxp)

    -- Commentaire : Quand il n'y aura plus de lieux sacrés, plus d'eau potable, plus d'arbres, plus de traditions, que va-t-il rester pour les indiens de Dakota ? La lutte des Sioux devrait nous toucher, elle represente la lutte contre un système inhumain, qui ne pense qu'au profit des grandes multinationales qui sont là pour détruire tout ce qui est viable et naturel et qui est terre des indiens. C'est pour cela que nous devrions écouter les Sioux... Le génocide des indiens d'Amérique continue. --

    https://fr.sott.net/article/28942-La-lutte-des-sioux-de-Dakota-pour-sauver-leur-eau-et-leur-terre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (...) La tribu, dont la réserve est située au sud de l'endroit où (...)

      Comment peut-on encore aujourd'hui écrire de telle phrase ????!!!

      Supprimer
  78. L’épée de Damoclès de Volkswagen : avec la nouvelle décision de l’UE, le constructeur “risque la faillite”


    Audrey Duperron
    6 septembre 2016


    Aux Etats-Unis, les possesseurs d’une voiture Volkswagen mécontents que le constructeur les ait trompés en installant des dispositifs destinés à truquer les tests anti-pollution de leur véhicule peuvent lui réclamer jusqu’à 10.000 dollars, en vertu d’une décision des autorités américaines. Mais en Europe, rien de tel, et le constructeur n’a encore rien déboursé pour dédommager les 8,5 millions de consommateurs dupés. Cet état de choses pourrait changer, et le constructeur risque la faillite, affirme Die Welt.

    Selon Vera Jourová, Commissaire européenne à la Justice, aux Consommateurs et à l’Égalité des genres, “Volkswagen a violé les lois de protection des consommateurs dans la plupart des Etats-membres”, et elle exhorte donc chacun d’entre eux à prendre des mesures contre le constructeur. Selon Die Welt, cela signifie que le constructeur serait exposé à payer des dommages-intérêts d’une “dimension totalement nouvelle”.

    Pendant des mois, la Commission européenne avait invité le constructeur à prendre des initiatives pour dédommager ses clients européens. Mais rien n’a été fait jusqu’ici, d’autant que rien n’existe sur le plan légal pour l’y contraindre.

    En général, dans les pays européens, la réglementation qui encadre la protection des consommateurs est très stricte, et c’est donc l’axe choisi par la Commissaire pour atteindre Volkswagen. Elle considère que la tromperie du constructeur porte atteinte à la Directive sur la vente des biens de consommation, ainsi qu’à la Directive sur les pratiques commerciales déloyales, qui interdisent les publicités mensongères dans beaucoup de pays de l’UE.

    Volkswagen risque la faillite

    Chaque Etat-membre devrait examiner les campagnes publicitaires de Volkswagen, de même que le degré d’adoption de ces directives, et déterminer en conséquence quelles mesures il pourrait prendre pour sanctionner le constructeur. Cela pourrait prendre la forme d’amendes, ou de poursuites au tribunal civil, voire pénal.

    Selon le CEO de Volkswagen, Matthias Mueller, l’indemnisation des millions d’Européens qui ont acquis une voiture de la marque équipée du dispositif trompeur pourrait mettre sa société en faillite. “Pas besoin d’être mathématicien pour le comprendre”, a-t-il dit.

    Mais le constructeur ne serait pas seul dans son malheur : bien entendu, l’épée de Damoclès est aussi suspendue sur tous les constructeurs ayant truqué les tests anti-pollution de manière similaire…

    https://fr.express.live/2016/09/06/volkswagen-decision-ue-risque-de-faillite/

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. C'est comme çà que les escrocs s'en sortent !

      Supprimer