- ENTREE de SECOURS -



mardi 30 août 2016

Ce nucléaire qui a libéré l’homme

le 29 août 2016 

Dans le domaine de l’énergie nucléaire, sommes-nous parvenus à « la fin de l’histoire » après les nombreuses évolutions énergétiques ?

Par Michel Gay.

Dans l’Antiquité, l’esclavage et le muscle animal étaient nécessaires pour produire de l’énergie mécanique. Ensuite, les moulins à vent et à eau se substituèrent partiellement à la force humaine et animale, rare, coûteuse et peu efficace.

Puis vint l’idée de faire du mouvement avec de la chaleur. La machine à vapeur brûlant du bois (et des forêts entières) a permis de transformer l’énergie thermique en énergie mécanique, surtout à partir du XVIIIe siècle.

C’est alors que l’exploitation intensive des mines de charbon et l’équipement des chutes d’eau sont venus sauver nos forêts menacées de disparition.

L’arrivée du pétrole et du gaz libérèrent définitivement les hommes de leurs activités physiques les plus pénibles en permettant, notamment grâce à l’électricité, de diffuser partout l’énergie mécanique qui, jusque là, n’était transmise que par des courroies.

Ainsi, d’étape en étape, chaque innovation a permis à l’humanité de poursuivre son développement.

Sommes-nous arrivés au terme de cette évolution énergétique ?

L’augmentation de la population mondiale et, globalement, de son niveau de vie, engendre des besoins grandissants en énergie. En parallèle, la sensibilité à la protection de l’environnement s’est exacerbée, notamment dans les pays riches. Les combustibles fossiles ont permis la révolution industrielle mais ils polluent l’atmosphère et produisent des gaz à effet de serre. C’est une préoccupation de nos sociétés modernes.

Il y a aussi une autre réalité trop souvent oubliée : les longues molécules d’hydrocarbures constituent des bases chimiques utiles et irremplaçables pour la fabrication de produits vitaux (plastiques, engrais,…). Il n’est pas raisonnable de les gâcher en les brûlant car cela revient à mettre son précieux mobilier non renouvelable dans la cheminée.

Développer cette nouvelle source d’énergie

Le temps est venu de développer largement dans le monde une nouvelle source d’énergie : sûre et moins polluante que les combustibles fossiles, ne libérant pas de gaz carbonique, ne gaspillant pas les bases chimiques dont nos descendants auront besoin, peu encombrante et puissante, disponible et abondante.

Cette source d’énergie propre et capable de répondre à une grande part des besoins de l’humanité existe. Ce n’est ni le vent ni le soleil. C’est l’énergie nucléaire. Elle peut produire massivement, en continu et à un coût modéré l’électricité qui se substituera de plus en plus aux énergies fossiles.

L’énergie nucléaire n’est pas sans mérite

1) Les deux matières premières nécessaires à son fonctionnement (l’uranium et le thorium) sont bien réparties sur terre et elles sont abondantes pour des millénaires avec les réacteurs surgénérateurs.

2) L’énergie nucléaire est peu encombrante (c’est une réalité souvent méconnue). Une centrale nucléaire « usuelle » de quatre réacteurs de 1 300 mégawatts (MW), soit 5200 MW au total, couvre quelques dizaines d’hectares et remplace dix centrales « fossiles » de 500 MW et… dix millions de tonnes de charbon par an. Elle évite aussi les milliers de trains et de péniches nécessaires pour transporter ce combustible fossile.

3) La centrale nucléaire ne rejette ni particules nocives, ni gaz carbonique (CO2). Elle rejette très peu de radioactivité dans l’air par rapport à la radioactivité naturelle ambiante provenant du sol et de l’espace. Ses déchets solides sont confinés et gérés rigoureusement afin de ne représenter aucun danger pour la santé et la nature.

Les déchets nucléaires sont une source d’inquiétude pour beaucoup de nos concitoyens car des organisations antinucléaires affolent régulièrement l’opinion publique par des campagnes de communication alarmistes et, le plus souvent, mensongères. Pourtant, bien que ces déchets soient intrinsèquement dangereux, ils ne représentent aucune menace, ni pour nous, ni pour les générations futures, lorsqu’ils sont rigoureusement conditionnés et stockés dans des couches géologiques profondes (500 mètres sous terre).

Il ne s’agit donc pas d’un problème moral vis-à-vis des futurs générations, mais d’un problème technique déjà résolu… qu’il restera à mettre en application lorsque le pouvoir politique l’aura décidé.

Une industrie mature

L’industrie nucléaire civile est arrivée à maturité. Hors la catastrophe de Tchernobyl(1), elle n’a tué personne, y compris lors de l’accident de la centrale de Fukushima qui n’a provoqué aucun décès comme l’a confirmé le rapport(2) de 2013 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Aucune industrie ne peut en dire autant ! Le tsunami, lui seul, a fait 20 000 morts.

Même si la France d’aujourd’hui semble encore hésiter, d’autres nations se sont résolument engagées dans la voie du nucléaire(3) (États-Unis(4), Russie, Inde, Corée, Grande-Bretagne, Inde) ou s’apprêtent à le faire (Amérique du sud, Asie du sud-est).

Les innovations énergétiques se sont harmonieusement succédé de siècle en siècle. L’heure est maintenant venue de déployer le nucléaire, producteur d’électricité et de chaleur, pour succéder aux combustibles fossiles afin de répondre aux besoins croissants en énergie de l’humanité.

1) Tchernobyl a causé moins d’une centaine de morts, et l’accident est dû à une succession d’erreurs grossières. Quand un conducteur en état d’ivresse crée une catastrophe sur une autoroute, on n’en conclut pas qu’il faut supprimer les autoroutes, mais qu’il faut lutter contre l’alcool au volant. ?

2) http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2013/fukushima_report_20130228/fr/ ?

3) https://www.iaea.org/pris/home.aspx  448 réacteurs sont en fonctionnement dans le monde et 61 réacteurs sont en construction en août 2016. ?

4) https://www.whitehouse.gov/the-press-office/2015/11/06/fact-sheet-obama-administration-announces-actions-ensure-nuclear-energy ?


http://www.contrepoints.org/2016/08/29/264084-nucleaire-a-libere-lhomme

14 commentaires:

  1. Il est à noter que le seul plus grand danger d'une centrale nucléaire ne vient pas de l'emploi d'un combustible radioactif qui est parfaitement maîtrisable mais dans les formes d'adduction d'eau ! Effectivement (petit rappel:) Fukushima a été touché par un tremblement de terre 9 le 11 Mars 2011 qui a dévasté la ville et région de ses constructions tandis que la centrale elle-même n'a été victime que d'un affaissement de terrain (sous le réacteur n°4) ce qui l'a fait pencher (chute d'un pont roulant dans la cuve du réacteur) mais sans gravité.
    SEUL a été le problème d'approvisionnement en eau par des tuyaux (fer et PVC) qui longeaient le sol sans être soutenus sous des supports sur vérin !! Résultat: Tuyaux cassés, eau n'arrivant plus aux 4 réacteurs, manque d'eau = surchauffe. Surchauffe (de 300 à 3000 °C !) provoquant la fonte des crayons (tubes verticaux de 4 m contenant des pastilles d'Uranium) et créations en cuvier d'une 'confiture' brûlante qui en a percé le fond du réacteur et qui s'est évacué sous terre.

    De plus, de part la fonte des tubes non immergés = libération d'hydrogène = explosion de la 'cocotte-minute avec déchapeautage de réacteurs libérant ainsi à ciel ouvert la radioactivité jusque là maîtrisée.

    Donc, malgré que cet accident (tremblement de terre magn.9) n'aurait fait l'actualité que d'une semaine (20 000 morts), la non-maîtrise des apports nécessaire aux réacteurs depuis l'océan à résulté au plus vaste conflit que le nucléaire n'ait connu ! (D'où les milliards d'€ demandés en France pour... 'renforcer les centrales nucléaire' !!! - (alors qu'elles sont de véritables châteaux-forts indestructibles !!) - pour éviter de dire: protéger les tuyaux !!!).

    RépondreSupprimer
  2. La France veut l'arrêt des négociations sur le traité de libre échange transatlantique


    30 août 2016, 08:01


    François Hollande a prévenu son homologue américain qu’il ne fallait pas s'attendre à la conclusion de l’accord avant la fin 2016, le gouvernement français s'apprêtant à demander à la commission européenne d'arrêter les négociations sur le TTIP.

    Lire aussi
    Selon le ministre allemand de l'Economie, les négociations pour le TAFTA ont échoué

    «Il n'y a plus de soutien politique de la France à ces négociations» et «la France demande l'arrêt de ces négociations», a déclaré Matthias Fekl, sur la radio RMC, mardi 30 août.

    Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur a justifié cette demande par le fait que les négociations, qui sont menées, côté européen, par la Commission européenne au nom des 27 Etats membres, souffraient d'un déséquilibre en faveur des positions américaines.

    «Les américains ne donnent rien ou alors des miettes (...), ce n'est pas comme ça qu'entre alliés on doit négocier», a-t-il indiqué, ajoutant que «les relations ne sont pas à la hauteur entre l'Europe et les USA, il faut reprendre plus tard sur de bonnes bases».

    «Il faut un coup d'arrêt clair et définitif à ces négociations pour repartir sur de bonnes bases», a plaidé Matthias Fekl, précisant que la France exprimera cette position en septembre, lors d'une réunion des ministres chargés du commerce extérieur à Bratislava.

    Pas d’accord avant la fin du mandat de Barack Obama

    Le président de la République a précisé que la France «ne [voulait] pas cultiver l'illusion» d'un accord «avant la fin du mandat» d'Obama.

    «Les discussions en ce moment-même sur le traité entre l'Europe et les Etats-Unis ne pourront pas aboutir à un accord d'ici la fin de l'année», a déclaré François Hollande devant la conférence des ambassadeurs à l'Elysée.

    «La France préfère regarder les choses en face et ne pas cultiver l'illusion qui serait celle de conclure un accord avant la fin du mandat du président des Etats-Unis», a-t-il ajouté.

    Un traité polémique

    Dès le mois de mai, le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur prédisait que l'arrêt des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique (Tafta ou TTIP) était «l'option la plus probable».

    Dimanche 28 août, les déclarations de Sigmar Gabriel, ministre allemand de l'économie ont fait figure d'augure. Interviewé par la chaîne de télévision allemande ZDF sur les avancées du TTIP, Sigmar Gabriel avait expliqué que malgré 14 rencontres et négociations, les deux parties n'avaient réussi à se mettre d'accord que sur un seul des 27 chapitres en cours de discussion.

    Dans le même temps, le porte parole américain des relations extérieures affirmait au magazine allemand Der Spiegel, que les négociations progressaient.

    Négocié en toute discrétion depuis mi-2013, l'accord TTIP, également appelé Tafta, visait à supprimer les barrières commerciales et règlementaires de part et d'autre de l'Atlantique pour créer une vaste zone de libre-échange censée doper l'activité économique. Accusé de favoriser les intérêts des multinationales et entaché de nombreux scandales, ce traité suscitait de nombreuse polémiques.

    https://francais.rt.com/france/25651-france-veut-larret-negociations-sur

    RépondreSupprimer
  3. Le Danemark veut en urgence une loi permettant à sa police de refouler les migrants aux frontières


    30 août 2016, 21:38


    Intégrée à un paquet de mesures plus larges destinées à relancer l'économie, créer des emplois et réduire les dépenses sociales, cette aura pour but de dissuader les migrants de venir demander l'asile au Danemark.

    Le Danemark veut doter le plus vite possible sa police d'un dispositif légal permettant de juguler la crise migratoire que connaît l'Europe, et le royaume en particulier. Si cette loi est adoptée, le Danemark se donnera ainsi les moyens de pouvoir refouler les demandeurs d'asile à ses frontières. La coopération entre les Etats européens fonctionne bien pour l'instant, a estimé le ministère danois de l'Immigration et de l'Intégration, «mais la situation peut changer».

    Lire aussi
    Soren Espersen est un homme politique très décrié au Danemark, il est habitué des polémiques Joue-la comme Trump : un politicien danois propose d’interdire l’immigration musulmane

    Le gouvernement danois s'inquiète en effet d'une modification du «règlement de Dublin», qui régit le droit d'asile dans les pays membres de l'Union européenne. Bruxelles veut légiférer sur le regroupement familial, dont l'impact sur l'immigration est significatif, alors que ces règles avaient jusqu'à présent été laissées à l'appréciation des Etats membres, déterminées par chacune des 28 législations nationales.

    En savoir plus : Bruxelles veut élargir la notion de regroupement familial, les parlementaires allemands furieux

    En janvier dernier, le Danemark s'était déjà illustré avec une loi permettant de confisquer une partie des biens des immigrés, provocant l'indignation du Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU. Depuis l'adoption de cette loi, la police danoise est autorisée à fouiller les bagages et à saisir les biens et les sommes en liquides supérieures à 10 000 couronnes, soit 1 340 euros.

    Lire aussi : Danemark : 11 000 euros saisis en vertu de la loi de confiscation des avoirs des migrants

    https://francais.rt.com/international/25684-danemark-veut-loi-permettant-police

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si les immigrés n'aimaient pas le cochon ils n'envahiraient pas l'Europe ni ne toucheraient les personnes qui en mangent.

      Supprimer
  4. Obama admet 10.000 réfugiés syriens: Où ils sont dirigés


    par Tyler Durden
    30 août 2016 16h33


    Hier, la Maison Blanche a annoncé que les Etats-Unis avait rencontré l'objectif du président Obama d'admettre 10.000 réfugiés syriens dans le pays; il l'a fait avant la date prévue.

    Il y a un an Obama avait demandé une multiplication par six du nombre de réfugiés syriens fournis refuge aux États-Unis. Après un démarrage lent, l'administration a été en mesure d'atteindre l'objectif d'un mois plus tôt et à seulement quelques semaines avant Obama convoque un sommet sur les réfugiés au cours de la 71e session de l'Assemblée générale des Nations Unies. Il aurait été mal à faire le cas pour d'autres pays à faire plus avec les États-Unis ne pas atteindre un objectif qui représente environ 2% des 480.000 réfugiés syriens dans le besoin de réinstallation. Des millions d'autres Syriens ont fui vers les pays voisins tels que la Jordanie, la Turquie et le Liban et à destination des pays en Europe depuis la guerre civile a éclaté en 2011.

    Plus de 1 million de réfugiés syriens ont fait leur chemin vers l'Allemagne, où le choc résultante sociale et recrudescence des attaques terroristes violentes, ont conduit à une chute de la cote de l'approbation d'Angela Merkel. Cela, cependant, n'a pas empêché les États-Unis de chercher à admettre des milliers de réfugiés.

    «Au nom du président et son administration, je tiens le plus chaleureux des accueils à chacun et à chacune de nos arrivées syriennes, ainsi que les nombreux autres réfugiés réinstallés cette année de partout dans le monde», a déclaré conseiller de sécurité nationale Susan Rice une déclaration. Plus de la déclaration:

    Il y a moins d'un an, en réponse à une crise des réfugiés mondiale historique, impliquant des millions de Syriens fuyant la violence et les conflits, le président Obama a dirigé son administration pour augmenter le nombre de réfugiés syriens fournis refuge aux États-Unis. Alors que les admissions de réfugiés ne sont qu'une petite partie de nos efforts humanitaires plus larges en Syrie et dans la région, le Président a compris le message important cette décision enverrait, non seulement pour le peuple syrien, mais à la communauté internationale plus large. En tant que tel, il a fixé un objectif d'admettre 10.000 réfugiés syriens de cette année fiscale. Des millions ont été déplacées par la violence dans la région, mais cette décision représente encore une augmentation de six fois à l'exercice précédent, et a été une étape significative que nous espérons bâtir.
     
    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  5. Aujourd'hui, je suis heureux d'annoncer que nous allons atteindre cet objectif plus d'un mois avant la date prévue. Notre réfugié syrien 10000e arrivera cet après-midi. Au nom du président et de son administration, je tiens le plus chaleureux des accueils à chacun et à chacune de nos arrivées syriennes, ainsi que les nombreux autres réfugiés réinstallés cette année de partout dans le monde. Nous admettrons au moins 85.000 réfugiés au total cette année, y compris les personnes vulnérables et les familles de la Birmanie, la République démocratique du Congo, El Salvador, l'Irak, la Somalie, l'Ukraine, et de nombreux autres pays.

    Rice a dit le sommet à New York mettra en évidence les contributions des nations américaines et d'autres ont fait pour aider les réfugiés. Elle a dit aux États-Unis a engagé à travailler avec la communauté internationale pour accroître le financement de l'aide humanitaire et de doubler le nombre de réfugiés a donné l'occasion de se réinstaller.


    Comme le reconnaît AP, l'augmentation des réfugiés syriens vient aussi à un moment de préoccupations de sécurité nationale accrues suite d'attaques extrémistes dans les États-Unis et à l'étranger. L'administration Obama a déclaré que les réfugiés fuyant la guerre et la persécution sont les plus scrutés de tous les immigrants qui viennent aux États-Unis. Le processus prend généralement de 12 mois à 18 mois et comprend des entrevues en personne et un examen des informations biographiques et biométriques.

    Avec beaucoup d'Américains curieux où ces réfugiés vont atterrir, une carte nous avons d'abord affiché Septembre dernier montre une grande dispersion. Plus de détails peuvent être trouvés dans un document du Centre de traitement des réfugiés.

    - voir carte sur site -

    Selon NBC, la première destination pour les réfugiés syriens arrivant dans le États-Unis est l'état du Michigan. Plus d'un dixième des 10.000 Syriens admis cette année fiscale à la demande de l'administration Obama y sont dirigés, selon les chiffres du département d'Etat.

    La plupart des 1.036 nouveaux arrivants sont susceptibles de s'installer dans et autour de Detroit, qui a longtemps été un aimant pour les immigrants arabes. Ceci malgré le fait que le gouverneur républicain Rick Snyder du Michigan a suspendu les efforts en novembre dernier d'apporter plus de longues souffrances Syriens à son état après les attentats terroristes meurtriers à Paris.

    La porte-parole Snyder Anna Heaton dit NBC Nouvelles du gouverneur "n'a jamais suspendu la réinstallation des réfugiés» et ne s'y oppose pas plus de réfugiés syriens de décantation dans le Michigan. "Le gouverneur a suspendu les efforts pour amener les réfugiés supplémentaires au-dessus et au-delà du montant du Michigan reçoit normalement", a déclaré Heaton dans un courriel. "Cette augmentation de la réinstallation des réfugiés syriens est pas surprenant que notre état continue d'être une maison accueillante pour les réfugiés qui vont à contribuer à notre retour économique et la qualité globale du Michigan de la vie."

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  6. Fermer sur les talons du Michigan est en Californie, qui a pris en 1030 Syriens entre le 1 octobre de l'année dernière et le 29 août, les chiffres fédéraux montrent. Arizona et au Texas, deux états rouges dirigés par des gouverneurs républicains qui ont carrément dit qu'ils ne veulent pas les réfugiés syriens parce qu'ils posent prétendument un risque de sécurité, sont les prochains sur la liste ayant eu lieu en 766 et 735 personnes, respectivement, les chiffres montrent .

    - voir carte sur site -
    Ces états ont été suivis par la Pennsylvanie (600), Illinois (569), la Floride (542) et New York (538), les chiffres montrent.

    Cependant, comme Breitbart a noté durant la nuit, il y a une possibilité que des milliers de réfugiés syriens peuvent finir par faire tout autre chose: en notant que, dans une vidéo déjà peu remarqué de Février à la Clinton Global Initiative, l'ancien président Bill Clinton a suggéré que les Etats-Unis utiliser les réfugiés syriens pour reconstruire Detroit. Depuis la décision quoi faire avec les réfugiés syriens seront finalement prises par le prochain président de l'Amérique, qui pourrait bien être Hillary Clinton, cela est important.

    "La vérité est que le grand perdant dans ce sur le long terme va être la Syrie. Ceci est une énorme opportunité pour les Américains, "Bill Clinton a dit à propos de la crise syrienne migrant.

    Detroit a 10.000 vides, les maisons-10000 structurellement solides. Et beaucoup d'emplois à la réparation avait ces maisons. Detroit vient de sortir de la faillite et le maire essaie de faire une sorte d'innovation du programme de colonisation urbaine là. Mais il vous donne juste un exemple de ce qui pourrait être fait. Et je pense qu'aucun d'entre nous qui ont déjà eu une expérience personnelle soit avec les Américains syriens ou réfugiés syriens pensent qu'il est une très bonne affaire.

    Comme le fait remarquer Julia Hahn, on ne sait pas à partir de la vidéo, pourquoi Clinton semble penser que ce serait mieux pour combler ces emplois Detroit avec les migrants étrangers importés plutôt que chômeurs américains vivant déjà là, qui pourraient peut-être bénéficier d'emplois bien rémunérés.

    Nous pourrions bientôt savoir: Hillary Clinton a appelé à une expansion de 550 pour cent à l'importation de réfugiés syriens. Sur la base des chiffres minimaux, elle a mis en avant ce jour, un Président Hillary Clinton pourrait importer une population de réfugiés (620.000) qui équivaut à près de la population de Detroit (677,116).

    Voici une note rapide: aux États-Unis, 91,4% des nouveaux réfugiés du Moyen-Orient sont sur les timbres alimentaires, et 68,3% sont sur la trésorerie du bien-être, selon les données de l'Office de réinstallation des réfugiés dans le ministère de la Santé et des Services sociaux.

    Cela peut être quelque chose d'autre pour le public américain à considérer dans les 69 jours restants avant l'élection présidentielle.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-08-30/obama-admits-10000-syrian-refugees-ahead-schedule-may-put-them-work-detroit

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Serait-ce un quota définitif de terroristes ?

      Supprimer
  7. Sondage : près d'un Français sur trois serait prêt à voter pour un candidat royaliste


    30 août 2016, 21:18


    Selon un sondage réalisé par l'institut BVA, 17% des Français seraient d'accord pour changer de régime. Plus surprenant, 31% d'entre eux seraient prêts à troquer le président de la République contre un monarque.

    Les Français seraient-ils lassés du débat politique et de voir toujours les mêmes candidats ? Le sondage réalisé par BVA sur internet auprès d'un échantillon représentatif de la population indique qu'au pays de la Révolution et de la guillotine, les Français ne sont pas si hostiles que ça à la monarchie.

    Lire aussi
    Primaires de gauche : «Politiquement Hollande ne peut pas aller plus bas»

    31% des sondés estiment qu'une monarchie permettrait de restaurer le prestige de la France sur la scène internationale. Ils seraient même 39% à juger qu'un monarque permettrait de renforcer l'unité nationale.

    Mais si l'on ventile les résultats en fonction de l'appartenance politique des personnes interrogées, on constate qu'ils ne sont que 4% à gauche à ne pas être opposés à la restauration d'un monarque. Cette proportion atteint 22% chez les sympathisants de droite et même 37% pour ceux du Front national (FN). Pour autant, en matière de changement, les Français resteraient prudents. Ils ne seraient ainsi que 17% à accepter un changement de régime. Un chiffre qui peut être considéré comme faible ou élevé, selon le point de vue que l'on adopte...

    Ce sondage a été commandé par l'Alliance royale, une formation politique créée en 2001 et militant pour le retour de la monarchie en France. Ses membres considèrent que «la solution royale est la seule réponse possible à la profonde cri

    https://francais.rt.com/france/25683-sondage-francais-monarchie

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. (...) Sondage : près d'un Français sur trois serait prêt à voter pour un candidat royaliste (...) soit 100 % des immigrés serait pour une dictature esclavagiste et la non liberté de l'information !

      Supprimer
  8. Winds Of War: La Russie mène une mobilisation massive des troupes pour l'invasion de l'Ukraine ?
     

    Par Michael Snyder,
    le 30 Août, 2016


    Les tambours de guerre sont de plus en plus fort. Les combats dans l'est de l'Ukraine entre les séparatistes et les forces pro-gouvernementales a atteint une intensité pas vu plus d'un an, et les Russes prétendent que ils ont récemment déjoué un "complot ukrainien" pour mener des attaques terroristes en Crimée. Alors que les tensions dans la région ont augmenté, les Russes ont utilisé la couverture de "exercices militaires" pour déplacer des quantités massives de troupes et d'équipements militaires à la frontière avec l'Ukraine. Ceci est quelque chose que j'ai écrit environ deux semaines, mais les choses se sont intensifiées depuis, et un énorme exercice militaire est prévue pour Septembre. Inutile de dire que les Ukrainiens sont très alarmé par cela, et le président ukrainien Petro Porochenko prévient que la mobilisation à grande échelle de l'armée ukrainienne peut être nécessaire. Si quelque chose va se produire, il est susceptible de se produire bientôt. Comme vous le verrez ci-dessous, une fois que nous obtenons en Octobre, il deviendra beaucoup moins probable que nous verrions une invasion russe de l'Ukraine.

    Nous ne sommes pas entendu beaucoup au sujet de ce conflit dans les médias des Etats-Unis, mais plus en Europe c'est une très grosse affaire. Il suffit de considérer l'extrait suivant d'un article dans l'Independent intitulé «La Russie est au bord du gouffre de la« guerre totale »avec l'Ukraine" ...

    L'Ukraine organise un défilé militaire majeur aujourd'hui à Kiev pour marquer son 25e anniversaire en tant qu'Etat indépendant. Mais, à un moment qui devrait par ailleurs être un moment de fête nationale, une grave crise avec Moscou est torchage. Si sérieux, en fait, que le mardi le président russe Vladimir Poutine, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande ont été contraints de tenir un appel téléphonique à trois voies pour tenter de désamorcer la situation.

    Le président ukrainien Petro Porochenko a même averti qu'il existe un risque croissant d'une "invasion russe à grande échelle le long de tous les fronts," cliquet jusqu'à ce qui est déjà le plus sanglant conflit européen depuis les guerres de l'ex-Yougoslavie dans les années 1990.

    Et la vérité est que le président ukrainien Petro Porochenko a de très bonnes raisons d'être inquiets. Comme le Washington Post l'a souligné, les Russes ont utilisé des exercices militaires comme une excuse pour mettre en scène les forces pour une action militaire dans le passé ...

    Alors que la violence à l'est se réchauffe, les responsables ukrainiens ont suggéré que la Russie pourrait utiliser les prochains exercices militaires, appelé Kavkaz (Caucase) 2016, comme couverture pour une action militaire contre l'Ukraine. Les exercices sont les premiers à intégrer la péninsule de Crimée, qui a été annexée par la Russie en 2014, dans la planification militaire du pays, et des milliers de soldats russes seront amenés pour des exercices aériens, terrestres et maritimes.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  9. Les analystes du gouvernement ukrainien ont rappelé que les exercices ont servi de lieux de rassemblement pour les incursions de troupes en 2014, comme l'ont fait des exercices militaires russes détenus peu avant la guerre en Géorgie de l'ambassadeur de 2008. Ukraine à l'Organisation des Nations Unies a suggéré que la Russie peut avoir de «mauvaises intentions», tandis que l'Occident a également dit qu'il aimerait observateurs à être présents.

    S'il va y avoir une invasion russe de l'Ukraine en Septembre, Kavkaz 2016 sera probablement utilisé comme couverture pour les préparations d'invasion. Il est un exercice annuel, mais en 2016 il semble que ce sera beaucoup plus grand que jamais auparavant, et certains analystes ont fait remarquer que les Russes ont pas mené une mobilisation de cette ampleur depuis l'invasion de la Tchécoslovaquie en 1968. Voici plus sur Kavkaz 2016 du signal Daily ...

    En Septembre, la Russie a des plans pour un exercice militaire stratégique à grande échelle appelé Kavkaz-2016. L'exercice, qui est un événement annuel, comprendra les unités déployées à proximité des frontières de l'Ukraine, la Géorgie et l'Azerbaïdjan, y compris deux districts militaires russes du Nord et du Sud Caucase, de la mer Noire Flotte russe (son siège social à occupé Crimée), et Caspienne Flottille.

    On ne sait pas immédiatement la taille exacte de l'exercice de cette année, mais l'année dernière, il comprenait 95.000 soldats, 7.000 véhicules et 150 avions, selon un rapport publié par IHS Markit, un cabinet de renseignement et d'analyse à base de U.K..

    Si les Russes vont faire quelque chose, ils ont besoin de le faire bientôt, parce que le temps tourne très mal au cours du mois d'Octobre. Voici une façon un analyste a évalué la situation ...

    "Mais il y aura une guerre - nous verrons, pas beaucoup de temps pour deviner gauche ... Dans cette situation, la principale chose pour la Russie est de parvenir à la surprise stratégique et tactique. Et si elle ne démarre pas maintenant - alors il sera trop tard. On aurait besoin d'éteindre les opérations à grande échelle en Octobre à cause des pluies et le prochain projet de l'armée russe (cela signifierait la démobilisation de la vague actuelle de conscrits et de former les nouveaux - UT) ".

    Une invasion russe de l'Ukraine signifierait que les relations russes avec les États-Unis et avec l'Europe seraient immédiatement plonger à des niveaux de la guerre froide. Bien sûr, certains diront que nous sommes déjà là. En tout état de cause, une invasion russe forcerait aux États-Unis et l'OTAN à prendre des décisions très mal à l'aise.

    Est-ce que les États-Unis et l'OTAN rester les bras croisés et ne rien faire alors que l'Ukraine est envahie par les Russes?

    Peut être.

    Mais si aux États-Unis et l'OTAN ont répondu par la force militaire, ce serait risquer une confrontation nucléaire à grande échelle avec la Russie.

    À l'heure actuelle, une guerre avec la Russie est la dernière chose que la plupart des Américains pensent à, mais la vérité est que nous ne sommes pas loin d'un tel scénario.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer

  10. Plus en Russie, l'état d'esprit est totalement différent. Ce qui suit est d'un article de Newsweek intitulé "En Europe et en Russie, on parle de la guerre" ...

    Récemment, je pris un taxi à Moscou. Lorsque le conducteur m'a demandé d'où je venais, je lui ai dit que les Etats-Unis. «Je suis allé une fois," at-il dit, "à Chicago. J'aime vraiment ça."

    "Mais dites-moi quelque chose», at-il ajouté. "Quand allons-nous à la guerre?"

    La question, posée de manière frappante, si honnêtement, m'a choqué. "Eh bien, je l'espère, jamais», répondis-je. «Personne ne veut la guerre."

    Au bureau, je demande à un employé russe à propos de l'état d'esprit dans son quartier de classe ouvrière de Moscou. Les vieilles gens achètent le sel, allumettes et gretchka [sarrasin], il m'a-le refuge de temps usé pour les Russes le stockage sur l'essentiel en cas de guerre dit.

    Au cours des deux derniers mois, je me suis rendu à la région de la Baltique, à la Géorgie et à la Russie. Parler de la guerre est partout.

    La plupart des Américains ne réalisent pas que les Russes considèrent déjà les États-Unis plus négativement que ils l'ont fait même au plus fort de la guerre froide. À la télévision russe, ils parlent ouvertement de l'inévitabilité d'une guerre entre les Etats-Unis et la Russie, et l'armée russe a fiévreusement préparent pour un tel conflit futur.

    Si nous pouvons arriver à Octobre, nous pouvons probablement respirer un peu d'un soupir de soulagement parce que les Russes ne sont pas susceptibles de mener une invasion une fois que le temps se gâte.

    Mais pour l'instant, il y a de très bonnes raisons d'être inquiets, et nous verrons ce qui se passe au cours des prochaines semaines ...

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/winds-of-war-is-russia-conducting-a-massive-mobilization-of-troops-for-an-invasion-of-ukraine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus débile que çà y a pas !!! L'avocat Snyder cherche à mobiliser les idiots, les assassins à combattre la Russie sans rien avoir compris à la situation dangereuse dans laquelle s'est enfermé l'Europe sous la contrainte étasunienne !
      C'est ce que l'on appelle un terroriste de plume.

      Supprimer