- ENTREE de SECOURS -



lundi 9 mai 2016

Le TTIP-leak révèle une « otanasie » économique de l’Europe

Capture d’écran 2016-05-05 à 14.59.42.png
Les révélations de Greenpeace relatives au TTIP font froid dans le dos et pourtant, en faisant une rapide revue des titres de la presse française en ligne, il semble que le scoop de « Paix Verte » soit sous le coup d’une omerta organisée par les limiers de Washington. J’ai pris la peine de lire quelques-uns des chapitres de ce traité et à n’en point douter si ce dernier est accepté dans sa version actuelle par la Commission européenne puis ratifié bêtement par les parlements des divers pays européens, l’Europe, non contente d’être déjà asservie par l’OTAN, vendra sa liberté et son âme aux grandes corporations américaines. Il en sera terminé des particularismes nationaux et régionaux, nous serons tous passés à la moulinette des standards nord-américains et si nous osons nous rebiffer nous nous (je veux dire n’importe quelle entreprise européenne) retrouverons devant des tribunaux d’exception organisés par ces mêmes grandes corporations selon les termes de l’actuelle version du traité révélée par Greenpeace.
Il est facile d’établir un parallèle entre les agissements militaires américains en Europe et le TTIP. Par exemple, la France vient d’accepter l’installation sur son sol (décision du 6 avril dernier sans consultation du Parlement ni des citoyens) de plusieurs bases de l’OTAN : c’est l’arrêt de mort de l’indépendance stratégique française qui s’appuie sur quelques 200 bombes nucléaires opérationnelles, la fameuse force de dissuasion si chère à De Gaulle qui voulait justement s’affranchir de l’OTAN. Mais il va en être de même pour le fromage français, pour la viande de boeuf d’origine contrôlée et peut-être bien aussi des vins AOC. Quant aux services de santé, un des rares secteurs qui fonctionne encore relativement bien en France malgré son coût extravagant pour les contribuables, si une grande corporation américaine veut faire main-basse sur par exemple l’APHP, tout refus gouvernemental ou syndical ou au mieux émanant de la Ville de Paris sera considéré comme une attitude hostile aux termes du traité et sera passible d’une poursuite judiciaire devant un tribunal américain où les grandes corporations seront juges, plaignants et arbitres tout à la fois.
.
Si j’ai pris comme exemple l’Assistance Publique de Paris c’est tout simplement parce qu’il est caricatural et démontre bien la monstruosité de ce projet de traité. Il s’agit d’une manoeuvre américaine pour asseoir son impérialisme économique sur la plus grande économie mondiale qu’est l’Europe après avoir sévi dans la zone Pacifique entrainant le Viet-Nam, les Philippines, le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Chili et le Canada (je dois en oublier) dans une servitude d’un nouveau genre. Si De Gaulle était encore de ce monde il en aurait la nausée, lui qui refusa en 1966 toute présence de l’OTAN sur le sol français. Il aurait aussi la nausée en voyant par ce traité TTIP la France perdre tous ses particularismes et ne devenir de facto qu’une simple colonie américaine.
.
Les TTIP-leaks (merci à Greenpeace, pour une fois n’est pas coutume) tombent à point nommé pour que les politiciens européens prennent in extremis conscience qu’ils vont plonger leurs citoyens, leur propre pays, dans une servitude hors de contrôle des institutions tant européennes que nationales qui seront sous la coupe des tribunaux d’exception américains, selon ce traité.
.
Je l’ai déjà signalé dans ce blog, bien qu’étant favorable aux plantes génétiquement modifiées, si Monsanto ou Pioneer veulent poursuivre les Etats européens à propos des moratoires sur les OGMs – c’est le cas de la France – les gouvernements ne pourront tout simplement rien faire au risque d’être condamnés à de lourdes amendes se comptant en milliards de dollars. Des millions d’emplois seront perdus à cause de ces poursuites judiciaires et pas seulement au sujet des OGMs mais également pour tout ce qui ne conviendra pas aux corporations américaines. Par exemple pourquoi ne pas exploiter le gaz de schiste dont regorge la France ou encore l’Espagne ? Le moratoire concernant cette exploitation (que je trouve totalement inepte d’ailleurs) pourrait, selon les termes du traité TTIP, faire l’objet d’une poursuite judiciaire émanant d’Exxon ou de toute autre corporation américaine intéressée par l’exploitation des huiles et du gaz de schiste …
.
Pour reprendre le système de protection social français, si une grande corporation américaine le décide, la sécurité sociale française pourrait tout simplement être privatisée et devenir une succursale de AAA ou de la Blue Cross sous le prétexte qu’il s’agit d’un service qui n’a aucune raison d’être étatisé.
.
Il est tout à fait surprenant que le gouvernement français ait soudainement émis des doutes à propos de ce traité au moment où Greenpeace a rendu publiques les fuites, le TTIP-leak, et qu’en raison des échéances électorales à venir (comme en Grande-Bretagne avec le Brexit) il ne soit pas très opportun d’ameuter les électeurs sur ces négociations que l’on peut qualifier de frauduleuses. Le gouvernement français « hésite » mais il va être vertement rappelé à l’ordre par Washington, une belle joute verbale par ambassadeurs interposés est à prévoir. Cependant les Américains auront finalement le dessus et tous les citoyens européens doivent se préparer à un asservissement organisé dans les moindres détails par les corporations Américaines, une sorte d’OTAN économique et pour faire un jeu de mot cynique une « otanasie » économique et culturelle de l’Europe entière.
.
Sources : Réseau Voltaire, Paul Craig Roberts, The Independent
.
https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/05/09/le-ttip-leak-revele-une-otanasie-economique-de-leurope/

12 commentaires:

  1. L'armée française en Algérie : lutte contre le terrorisme ou... « autre chose » ?

    Le Blog Sam La Touch
    lun., 09 mai 2016 13:49 UTC

    Selon Le Canard enchaîné, dans le cadre de la soit-disant lutte contre le terrorisme islamique dans le nord de l'Afrique, le gouvernement français a rendu possible une intervention militaire française en Algérie. Et c'est un texte paru au « Journal officiel » qui a révélé au grand jour l'ambition impérial-socialiste de ce gouvernement branché sur l'imaginaire colonial de Jules Ferry qui fut un grand colonialiste-civilisateur et racialiste de la République devant l'éternel.
    On ne rappellera jamais assez que les gouvernements successifs Sarkozy - Hollande ont soutenu les terroristes djihadistes en Libye puis en Syrie de manière directe ou/et indirecte participant ainsi au chaos dans ces régions avant de renforcer leurs troupes ou leurs interventions militaires dans chacune de ces régions (bombardements, opérations spéciales, livraison d'armes aux « rebelles », soutien politique et financier) pour leurs intérêts propres en synergie avec l'axe atlantiste.

    -- Commentaire : L'Algérie est un de ces rares pays qui n'ont pas (ou peu) de dette extérieure... Cette dernière étant considéré comme « obligatoire » pour faire partie de l'Empire (c'est-à-dire être candidat à la pauvreté et l'asservissement), la question de savoir si l'Algérie sera confrontée à des révolutions de couleur comme chez ses voisines la Tunisie ou encore l'Egypte, voire à une guerre civile comme la Syrie, la Libye, le Yémen ou encore l'Irak - pour ne citer que quelques exemples - semble assez réthorique.

    Outre sa particularité financière, l'Algérie est aussi riche en gaz : dès lors, y créer le chaos, y faire régner la terreur, permettrait d'en prendre le contrôle via ce sempiternel axe du diviser pour mieux régner. Une fois le chaos installé, nous commençons à avoir une petite idée du scénario, bis repetita, ad nauseum. --

    Extrait de l'article d'Hervé Liffra, « Le Drian s'est pris les pieds dans la frontière algérienne » publié dans Le Canard enchaîné du 4 mai 2016 à la page 3 :
    Dégât collatéral de l'opération militaire Barkhane, menée au Sahel contre les terroristes islamistes d'Aqmi, le gouvernement a réussi à se mettre dans un sacré pétrin politico-diplomatique. Le grand cafouillage a commencé le 1er octobre avec la publication au « Journal officiel » d'un arrêté pour le moins maladroit, signé par les ministres de la Défense, des Finances et du Budget.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  2. Pris en application d'une loi de 2008, ce texte est destiné à garantir les droits financiers et sociaux des familles de soldats blessés ou tués durant l'opération Barkhane. Mais l'arrêté ne se contente pas de donner la liste des pays directement concernés (Mali, Niger, Tchad, Mauritanie et Burkina Faso). Il aligne également les noms de plusieurs Etats limitrophes sur les territoires desquels les opérations sont susceptibles de déborder. Parmi eux le Nigeria, la Libye ou le Cameroun. Et, surtout l'Algérie. Un pays extrêmement chatouilleux en matière de respect des frontières. Surtout quand il s'agit de troupes françaises. Toute présence de l'ancienne puissance coloniale sur la terre algérienne serait considérée comme un insupportable affront...
    Moralité de l'histoire, face à la bronca médiatique algérienne, le gouvernement impérialo-socialiste a décidé ... de supprimer la publication de « ce genre d'arrêté au « Journal officiel » mais de l'enregistrer dans « un recueil spécial » et secret tenu par le ministère de la Défense ».

    Déjà qu'en matière de pouvoir exécutif, d'intervention militaire et même de déclaration de guerre, le Parlement était très peu consulté (on rappellera les cas d'intervention militaire française en Afghanistan en 2003, en Côte d'ivoire en 2011 et au Mali en 2013 consulté de manière rétrospective : on bombarde et on lance l'armée puis on consulte le Parlement, au Yémen en 2015, en Libye en 2016). On assiste à l'organisation de l'opacité la plus complète au sein de la Vème République pour les affaires militaires frança-fricaines et autres.

    Il est vrai que l'armée française prend du galon dans les anciennes colonies, elle vient de renforcer son contingent militaire en Côte d'ivoire qui n'a d'ailleurs jamais vraiment été décolonisée. Laurent Gbagbo qui a voulu entamer cette décolonisation économique, politique et militaire a été envoyé dans les geôles du tribunal colonial de la CPI pour être remplacé par l'Etat français par un nouveau « préfet » au service de ses intérêts et de ceux de l'axe atlantiste. Quant à l'Algérie, va-t-elle connaître le même sort ?

    -- Commentaire : C'est plus une question de « quand » l'Algérie connaîtra le même sort... --

    https://fr.sott.net/article/28181-L-armee-francaise-en-Algerie-lutte-contre-le-terrorisme-ou-autre-chose

    RépondreSupprimer
  3. Se souvenant des leçons de la seconde guerre mondiale: Poutine appelle à un « système des Non alignés de la sécurité internationale »

    Soumis par Tyler Durden le 09/05/2016 22:05 -0400


    Tout en célébrant le v-Day (marquant la journée les alliés Nazi accepté abandonner la seconde guerre mondiale), Président russe Vladamir Poutine a dit que la Russie est toute pour la création d'un système non alignés de la sécurité internationale à la terreur mondiale compteur.

    Ramasser où Obama n'a pas pu finir, la Russie a donné une complète et implacable martelement à ISIS en Syrie (quoique pour protéger un intérêt dans le régime d'Assad rester intacts) et s'est avéré qu'il salira pas avec ISIS ou tout autres extrémistes terroristes. Position de la Russie a été réitérée lors de la célébration du v-Day à Moscou, où, dans son discours, Poutine a référencé la violence que ces groupes extrémistes ont apporté dans le monde et a indiqué que c'est une menace à prendre au sérieux: "Aujourd'hui notre civilisation a face brutalité et violence - le terrorisme est devenu une menace mondiale".

    Poutine a également implicite que le mal, le monde est confronté aujourd'hui est similaire à celui de la menace nazie pendant la seconde guerre et demandé à tout le monde à se souvenir des leçons de l'histoire, unifier et vaincre les terroristes. "Les leçons de l'histoire montrent que la paix sur notre planète n'est pas établir lui-même, qu'il faut être sur le qui-vive. Nous devons vaincre ce mal, et la Russie est libre de s'associer à tous les pays et est prête à travailler sur la création d'un système moderne et non alignés de la sécurité internationale."

    Bien sûr, même après avoir apparemment prolongeant un rameau d'Olivier aux États-Unis, Poutine ne pouvait pas résister prenant un jab rapide à l'incompétence complète de l'Administration Obama quand il s'agit de son traitement de l'ISIS, notant que l'une des leçons qui devraient être tirées de l'histoire qui est « deux poids deux mesures et myope de l'indulgence à ceux qui sont nourrir des nouveaux plans criminels » sont inacceptable.

    Ne vous y trompez pas, Poutine lui-même se positionne encore une fois comme le leader fort qu'Obama n'est pas clairement. Comme les États-Unis continuent à perdre la crédibilité dans le monde entier, Poutine est en veillant à saisir toutes les occasions d'être là pour tout le monde quand ils ont besoin de véritable leadership - qui aurait pu éventuellement voir venir.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-05-09/remembering-lessons-wwii-putin-calls-non-aligned-system-international-security

    RépondreSupprimer
  4. « Fonctionnaires » - qui est au service de qui ?


    Soumis par Tyler Durden le 09/05/2016 18:05 -0400
    Soumis par Matthew Bankert via le Mises Institute,


    À quand remonte la dernière fois que vous avez utilisé un gouvernement « service » ? Peut-être que vous êtes allé à la DMV pour obtenir conduire un nouveau permis de, ou peut-être que vous avez fait une nouveau plan de soins de santé à l'aide de Healthcare.gov (vous feriez mieux — ou autre !). Quelque transaction que c'était, il y avait un employé du gouvernement à l'autre extrémité — ou comme certains aiment à les appeler, un serviteur public.

    Bien que la perception du public de la Confédération est proche de rock bottom, il y a toujours une opinion généralement positive des employés du gouvernement. A courrier récent depuis le blog officiel de la maison blanche demande des citoyens d'envisager « faire une différence en tant que fonctionnaire, » sachant que votre travail contribuerait à "faire juste un peu mieux la vie de quelqu'un." (Vraisemblablement, ceux qui ne sont pas des fonctionnaires n'effectuent pas de travaux qui « fait une différence » ou améliore la vie de quiconque.)

    Il y a même une semaine de la Reconnaissance de la fonction publique chaque année au mois de mai. Depuis la proclamation du Président sur la fonction publique cette année :

    Un gouvernement de, par et pour le peuple est soutenu que par le travail et le sacrifice extraordinaire de millions de citoyens prêts à servir le pays qu'ils aiment.

    Je ne suis pas intéressé à en juger le cœur des employés du gouvernement, mais en réalité, les fonctionnaires font « sacrifices extraordinaires » par rapport à tout le monde ?

    Indemnisation

    Une étude par le Congressional Budget Office (CBO) revendications du gouvernement lui-même les fonctionnaires gagnent plus d'argent et d'avantages que les salariés du secteur privé, à l'exception de ceux qui ont un doctorat :

    L'étude dit fédérales travailleurs possédant un diplôme de doctorat ou professionnel représentent 7 % de l'effectif fédéral. Par conséquent, 93 % des employés fédéraux gagnent plus de salaires plus d'avantages que les travailleurs comparables dans le secteur privé. Je suis toujours en attente pour le « sacrifice extraordinaire » nous continuons à entendre tout.

    Cato Institute a fait une constatation semblable: "En 2014 totale compensation fédérale [salaire + avantages] en moyenne $ 119 934, soit 78 % de plus que la moyenne du secteur privé de $ 67 246." Même le New York Times semble concéder à contrecœur cet État et gouvernement local travailleurs gagnent plus.

    Peut-être le mot serviteur vous fait penser à un majordome ou coup de foudre à certains grand immobilier européen. Ils travaillent loin à des tâches subalternes, sans gloire, sans beaucoup de reconnaissance.

    Que se passe-t-il si la plupart des serviteurs font plus d'argent que la famille pour qui travaillent les serviteurs. Seraient ils encore se qualifier comme serviteurs ?

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  5. Services

    Si leur rémunération n'est pas moins que le secteur privé, certains diront que les fonctionnaires des services plus importants. Même ici certains doutes sont garantis.

    Le 401 k moyen est pessimiste prévus par certains pour revenir à 4 % par an, tandis que le retour de la sécurité sociale sur "investissement" est moins qu'optimale. Par exemple, une seule femelle tournant 65 en 2030 aura payé $ 411 000 en sécurité sociale et recevront $ 371 000 prestations. (Pour ceux d'entre vous pas math averti, c'est moins de 4 % par an retour.)

    Sûrement, la police est un service du gouvernement apportant une sécurité précieuse aux civils. Juste un coup de œil à la des journaux sur les quelques derniers shows d'ans qui n'est pas toujours le cas : Ferguson, New York, Baltimore, etc.. Pendant ce temps dans le secteur privé, la société de sécurité Gestion des menaces dans une dizaine d'années d'opération affirme avoir eu "aucun décès ou blessures — à nos clients ou à notre propre peuple — aucune inculpation et sans procès. » Par ailleurs, Threat Management propose leurs services pour les pauvres gratuitement.

    Mais attendez, dites-vous, qui d'autre étudiera les crevettes sur des tapis roulants ? Sans aucun doute, c'est un domaine où le gouvernement excelle. Je pourrais continuer encore et.

    Recettes « Service »

    Comme l'explique Frédéric Bastiat, des milliards et des milliards de la masse salariale de la fonction publique ne descend pas miraculeusement sur un moonbeam dans les coffres du gouvernement. Elles proviennent de taxes. Bastiat dit: ".. .understand qu'une entreprise publique est une pièce à deux faces. L'un est gravé un ouvrier au travail,... celle qui est observée; d'autre part est un ouvrier au chômage... qui qui n'est pas vu. » Autrement dit, l'argent retiré de la liberté de l'économie via les taxes n'est pas autorisé à aller à quelque investissement les propriétaires de cet argent auraient eu recours pour, générant par conséquent salaire du travailleur une autre.

    Murray Rothbard a fait une observation intéressante en puissance et marché, chapitre 4, concernant les fonctionnaires eux-mêmes payer des impôts :

    Les bureaucrates sont des consommateurs de taxe nette [, et] bureaucrates ne peuvent pas payer des impôts. ... [T] bureaucrate he qui reçoit $ 8 000 un revenu de l'année et puis mains $ 1 500 au gouvernement se livre à une opération de comptabilité simple sans importance économique (hormis les déchets de papier et les documents concernés). Parce qu'il ne le fait pas et ne peut pas payer des impôts ; il reçoit simplement $ 6 500 par an provenant du Fonds de la taxe.

    En outre, taxes sont extraites involontairement le public, les bienfaiteurs chanceux du service fourni. Il est difficile de nier que dans les autres relations où une personne est demander de l'argent de quelqu'un d'autre, nous ne renvoient pas à l'essence comme un serviteur. « Internal Revenue Service» est le nom de l'Agence fiscale. Qui il purge ?

    (suite en desssous:)

    RépondreSupprimer
  6. Sécurité d'emploi

    Cela n'est guère besoin de prononcer, mais les fonctionnaires sont beaucoup moins susceptibles d'être congédié que les travailleurs du secteur privé. Après la grande récession (2007 – 2009), le secteur privé avait coupé 3.5 % des emplois d'ici 2010. Le secteur public (fédéral, provinciaux et locaux) couper seulement 0,5 pour cent.

    Des Fois fédéral sur l'emploi public en général :

    Le taux de décharge qui s'est tenue à 0,46 % de la main-d'œuvre en 2013 budgétaire et fiscal 2014 – le taux le plus bas en dix ans.

    Le secteur privé se déclenche presque six fois plus d'employés — environ 3,2 %, selon le Bureau of Labor Statistics...

    Conclusion

    Fins de l'argumentation, disons que nous avons besoin de fonctionnaires pour l'entretien des pêches, de la distribution du courrier et envahir des pays du Moyen-Orient. Amende. Nous pouvons au moins nous passer avec le terme impropre de la fonction publique ? Un serviteur qui a fait plus d'argent que ceux "servi" (par la menace de la force), dessert subpar, enlève des emplois et est insensible aux tirs ne peut être précisément intitulé serviteur.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-05-09/public-servants-who-serving-whom

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. http://huemaurice5.blogspot.fr/2013/07/quand-le-tueur-devient-la-cible.html

      Supprimer
  7. Est en ligne la liberté d'expression menacée ?


    Soumis par Tyler Durden le 09/05/2016 16:25 -0400
    Soumis par Rudy Takala via l'examinateur de Washington,


    Régulateurs à Washington manifestent un intérêt croissant dans le renforcement des règles sur le discours politique sur le web, faisant valoir que les voix dissonantes a permis de « nouveaux médias » sont devenus trop influents. Si cet effort est réussi, les experts me demande si il pourrait avoir un impact des médias plus traditionnels, en particulier dans leurs liens avec les conservateurs.

    « Le meilleur exemple que nous pouvons donner est revenir quelques années lorsque la [Commission fédérale des Communications] a été regarder essayer de garder le silence talk radio, qui était évidemment un Royaume du conservatisme, » dit Drew Johnson, directrice générale du groupe à but non lucratif "Protect Internet liberté."

    Il faisait allusion à l'Agence « Doctrine d'équité », qui exigeait des radiodiffuseurs d'accorder autant de temps à s'opposer à des candidats politiques.

    Démocrates sur la Commission électorale fédérale a démontré une ambition de réglementation semblable en février, quand ils ont voté sans succès d'appliquer les lois de finances de campagne, qui sont traditionnellement destinés à régir les publicités politiques payées, aux politiques impayés sur Twitter.

    "La Twitterverse s'est taillé pour lui-même un rôle unique et de plus en plus important dans les élections américaines et le débat politique » Démocratique commissaire Ellen Weintraub a écrit pour soutenir l'effort, ajoutant qu'elle croyait "raisonnable de compter les profils Twitter comme des sites Web de la Commission politique".

    L'effort n'a pas étroitement à un split 3-3 le long des lignes de parti. Il succéda, républicains a mis en garde, il aurait pu être une passerelle pour la réglementation des médias traditionnels. « Plateformes de médias sociaux aussi divers que Facebook et Instagram Snapchat et le New York Times conseils commentaire seraient être ramonées dans un système d'avertissement lourd et discours souvent prohibitif, » trois commissaires de GOP de la FEC a soutenu dans une déclaration commune.

    Certains conservateurs conviennent que l'Internet a changé la nature des médias, mais pas de manière favorable. « Nous ne voyons pas les meilleurs et les plus brillants, plus, » a déclaré Jason Lewis, un animateur de radio talk de 25 ans qui se retire de son émission souscrite en 2014.

    Toutefois, a-t-il ajouté, "quelqu'un en pyjama dans le sous-sol peut dire et écrire n'importe quoi qu'il veut, sans beaucoup de conséquence. Les bonnes nouvelles sont que très peu de gens le liront."

    Le passage à sévir contre les discours a également fait face à un ralentissement des régulateurs conservateurs. S'exprimant sur la perspective de son agence en regardant les règlements à l'avenir, FCC commissaire Ajit Pai dit l'Examinateur de Washington que le débat était symptomatique d'un scepticisme plus large de la liberté d'expression qui n'était pas sain pour le pays.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  8. "[Il] pose un danger particulier pour un pays qui chérit premier discours amendement, la liberté d'expression, liberté syndicale, même" Pai dit. "Je pense que c'est dangereux, franchement, qu'on ne voit plus souvent les gens épousant le premier amendement découvre que nous devrions avoir un marché robuste des idées où tout le monde doit être prêt et en mesure de participer."

    Comme l'un des deux seuls républicains sur la FCC de cinq membres, Pai a limité la puissance pour contrecarrer les politiques qui appuient ses collègues démocratiques. Toutefois, il a amplifié la voix critiques qui disent que l'Office a outrepassé son mandat au Congrès. Ordonnance de la FCC 2015 « neutralité du net », qui comprenait une décision qui a dépouillé des fournisseurs de services Internet des protections du premier amendement, est confrontée à une contestation judiciaire en partie sur cette base.

    Afin que les forces pro-réglementation atteindre le niveau de réussite qu'ils cherchent depuis longtemps, ils peuvent avoir besoin d'un Congrès plus sympathique ou un autre président qui favorise leur cause.

    "Je pense que la menace est maintenant plus d'organismes de réglementation et de l'administration. Congrès a été un peu plus enclins à être plus "hands off" sur l'Internet, et il n'y a pas une forte fracture partisane," a déclaré Johnson. « Il existe différents membres qui se sentent différemment sur la réglementation de l'Internet, mais il semble que la véritable menace est la FCC et la FEC et l'administration abusant des pouvoirs réglementaires pour trier de compromettent la liberté sur Internet ».

    Bien que le prochain président pourrait avoir un impact significatif sur le paysage réglementaire, aucune des deux parties présomptif candidat a dit beaucoup sur les questions spécifiques concernées, à une exception près d'une promesse faite par Hillary Clinton pour faire respecter les « règles de neutralité du net forte » où elle serait élue.

    Mais avec les divisions serrées entre les régulateurs et les enjeux élevés, observateurs vont observer de près voir comment évolue le dialogue.

    "Je pouvais voir une situation, surtout si un démocrate contrôlée de la maison blanche, où l'on pouvait voir ce genre de menace ou de l'inquiétude au sujet du discours politique dans les deux milieux nouveaux et anciens" Johnson a dit.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-05-09/online-free-speech-under-attack

    RépondreSupprimer
  9. Attrape-brouillard : de l’eau potable et de la bière, même dans le “désert absolu”

    Reeva Verlinden
    9 mai 2016

    Le désert Atacama, allant de la frontière sud du Pérou au nord du Chili, est une étendue d’un millier de kilomètres considérée, à son centre, comme le “désert absolu” par les climatologues. A cet endroit précis, un brouillard sombre et éphémère se forme tous les matins. C’est l’intensité des rayons du soleil sur le proche Pacifique, entraînant une évaporation importante de l’eau dans l’air, qui forme ce brouillard poussé par les vents vers l’Atacama.

    La civilisation précolombienne des Aymaras, qui a donné le nom de “Camanchaca” (“La Noirceur”) à ce phénomène, collectait déjà le brouillard qui se condensait sur les pierres.

    Aujourd’hui, l’existence d’un simple appareil nommé “attrape-brouillard” rend cette opération beaucoup plus facile. Il s’agit d’une sorte d’énorme toile moustiquaire aux mailles plus fines et plus serrées que celle utilisée pour les fenêtres des maisons. Le brouillard passe au travers de cette toile, se condense et l’on en retire de l’eau.

    L’attrape-brouillard assure un approvisionnement en eau potable

    Chaque écran collecte quotidiennement quelque 16 litres d’eau, ce qui permet d’irriguer les environs et de fournir en eau tant les laboratoires du lieu que les villages avoisinants – qui utilisent de moins en moins leurs grands réservoirs d’eau approvisionnés par des camions.

    Bien que l’approvisionnement en eau potable soit la priorité, certains résidents de la région Coquimbo du désert utilisent aussi le brouillard purifié de ses bactéries et minéraux impropres pour produire une bière locale.

    https://fr.express.live/2016/05/09/les-chiliens-recoltent-le-brouillard-du-desert-le-plus-aride-du-monde-pour-faire-de-la-biere/

    RépondreSupprimer
  10. Fort McMurray : pourquoi est-ce que personne n'accepte l’aide de Moscou contre les incendies ?

    9 mai 2016, 21:36

    Les citoyens canadiens sont indignés par leur gouvernement qui n'a pas encore répondu à Moscou qui lui avait proposé le 6 mai de lui envoyer ses bombardiers d'eau et des équipes de pompiers pour éteindre les incendies qui ravagent Fort McMurray.

    Le Canada n'a toujours pas répondu à l'offre du ministre russe des situations d’urgence, Vladimir Pouchkov, qui a proposé, le 6 mai dernier au gouvernement canadien de déployer des avions et des spécialistes russes de la lutte contre les incendies, afin de prêter main-forte aux soldats canadiens qui luttent contre un brasier apocalyptique à Fort McMurray. Pour rappel, plus de 80 000 personnes ont déjà été évacuées dans la province canadienne de l’Alberta, où se déroule cet incendie apocalyptique.

    De plus, les autorités russes se disent prêtes à envoyer des secouristes et des experts dotés des équipements nécessaires pour donner un coup de main aux équipes sur le terrain, en cas de besoin. Sans répondre directement à cette offre, Ottawa s’est contenté de dire qu’il n’y avait encore jamais eu de relations directes entre les différents corps de pompiers des deux pays.

    Les Canadiens en colère !

    Cette hésitation du gouvernement Trudeau a fait réagir les internautes qui expriment leur colère et leur incompréhension sur les réseaux sociaux. Quelques personnes s'interrogent sur les raisons qui font que cette décision tarde à venir.

    Fort McMurray Fire: Feds Haven't Responded To Russian Offer Of Help https://t.co/d0pc5jzuDQ#cdnpoli
    — J. MacDonald (@capoliticaltalk) 8 mai 2016
    Certains croient qu'on devrait simplement accueillir à bras ouverts cette offre de la Russie...

    Russian offer to send heavy water bombers to Fort McMurray in limbo https://t.co/xyruaa5FWM If Russia wants to help, welcome it!
    — Larry Di Ianni (@LarryDiIanni) 9 mai 2016

    D'autres sont carrément indignés et rappellent l'urgence de la situation qui doit l'emporter sur tout le reste.

    why would you refuse the Russian aid for Fort McMurray? this help is more important than politics! We need to do our BEST to help them!!
    — lila zidi (@lila98) 9 mai 2016

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  11. La majorité d'entre eux appelle toutefois les autorités canadiennes à oublier la politique et à accepter cette aide, pour mieux lutter contre la catastrophe qui ravage l'Alberta.

    Don't let BS politics get in the way of helping Canadians.
    @JustinTrudeau Accept the Russian's help. https://t.co/ZmaGAufwYj#ABfire
    — Christopher Gaul (@TheRealTachyon) 9 mai 2016

    Enfin, plusieurs commentaires soulignent aussi l'expertise russe sur la question des feux de forêts.

    @SheilaGunnReid do you think our gov't will accept this help? https://t.co/ZcBRYc3UEy
    — donny madill (@donnymadill) 9 mai 2016

    L'expertise de la Russie

    Bien souvent en Russie, d'importants incendies ne peuvent être maîtrisés par la seule intervention au sol des pompiers. Au début du mois de mai, par exemple, les soldats du feu russes ont dû lutter contre un incendie qui s’étendait sur un territoire dépassant 4 000 hectares, dans les forêts de la région du fleuve Amour.

    La Russie maîtrise un incendie dans les forêts de la région du fleuve Amour Les appareils russes anti-incendie BE-200 peuvent déverser 42 tonnes d’eau, mélangées, au besoin, à un produit retardateur de feu, sur et aux alentours du brasier. Il peut voler à une vitesse allant jusqu'à 700 km/h et peut se poser indifféremment sur un plan d'eau ou sur la terre ferme, d’après les informations disponibles sur le site web de l'agence russe de la protection civile, des urgences et de l'élimination des conséquences des catastrophes naturelles.

    https://francais.rt.com/international/20307-ottawa-moscou-aide-eteindre-feux-alberta

    RépondreSupprimer