- ENTREE de SECOURS -



samedi 19 septembre 2015

Changement climatique, épisode 8 : Qu’est devenue l’intégrité des scientifiques climatologues ?

Capture d’écran 2015-09-07 à 17.46.04
.
L’IPCC n’a pas cessé de modifier ses prévisions de réchauffement au cours des années passées. Par exemple en 2007 cet organisme inféodé aux idéaux malthusiens des écologistes politiques clamait qu’il faudrait stabiliser les émissions de carbone en 2015 pour rester dans la limite de 2 °C de réchauffement à la fin du siècle. Le cinquième rapport de ce même organisme faisait mention de 2030 pour ce même objectif étant en cela appuyé par l’UNEP (UN Environment Program). Pour atteindre cet objectif il était clairement conseillé aux décideurs de développer les carburants « verts » et il faut le lire pour le croire : «  il faudra convertir 500 millions d’hectares de terre arable pour produire des biocarburants », c’est une fois et demi la surface de l’Inde ! Ces « experts » de l’IPCC conseillaient également aux décideurs politiques (déjà en 2007) d’accélérer la recherche dans les technique de capture et de stockage du gazcarbonique. Or rien n’a encore pu être réalisé dans ce domaine qui puisse être développé au stade industriel et la faisabilité même de ces technologies reste encore à démontrer en 2015. Quand il a été demandé à ces « experts » de bien vouloir préciser leurs calculs et leurs modélisations reliant les émissions de gazcarbonique à l’augmentation de la température, encore une fois leur attitude a semé le doute dans les esprits car aucune réponse crédible n’a pu être apportée. L’IPCC est donc un organe hautement politisé qui tente d’influencer les scientifiques et les ingénieurs travaillant dans ce domaine. Et ces acteurs essentiellement mandatés par les Nations-Unies pour infléchir les décisions politiques des gouvernements ne s’appuient sur aucune évidence scientifique. Les politiciens doivent être informés des évidences scientifiques et non de faits biaisés pour la « cause » de la perturbation climatique globale d’origine anthropique.
.
Cette brève entrée en matière résume un commentaire paru dans Nature sous la plume d’Oliver Geden, directeur de la division recherche de l’Union Européenne à Berlin au sein de l’Institut Allemand des Affaires de Sécurité Internationale (voir le lien).
.
Parmi les acteurs influents oeuvrant pour la « cause » climatique il y a aussi la NASA et une nébuleuse d’agences gouvernementales américaines dont par exemple la NOAA. Mais la NASA dans le genre désinformation a fait très fort en se contredisant et de ce fait en ternissant son image d’intégrité scientifique. L’intégrité des sciences de base comme la physique, la chimie et la biologie repose sur des règles de reproductibilité de tous les travaux publiés de façon suffisamment claire et détaillée pour qu’ils puissent être justement reproduits par n’importe qui, n’importe où et à n’importe quel moment. La reproductibilité universelle conjuguée à l’aspect général de précision et de sensibilité des mesures expérimentales constitue le fondement même de l’acceptation par la société de l’intégrité de ces sciences de base, tant que les observations et expérimentations scientifiques concernent des corps physiques, des substances chimiques ou des organismes vivants. Dans les sciences dites appliquées et en particulier dans le domaine du climat et de la météorologie ces principes fondamentaux ont été parfois l’objet de contestations et de conflits. Il en est résulté une érosion de ces principes de reproductibilité, de précision et de sincérité en regard des intérêts sociologiques car l’économie et la prévention des risques ont surpassé en importance ces principes. Il est donc opportun de se positionner de manière critique quand on analyse l’intégrité de ces sciences appliquées.
.
La problématique du gazcarbonique pose une question : comment le mélange chimique de molécules de gaz atmosphériques qui sont les uns insensibles aux rayonnement infra-rouges et les autres sensibles à ces derniers impacte-t-il les flux d’énergie de la surface de la Terre vers les hautes couches de l’atmosphère puis vers l’Espace. Si cette question ne doit pas trouver de réponse satisfaisante avec la physique et la chimie fondamentales mais avec la météo et le climat on peut alors émettre des doutes quant à l’intégrité scientifique de ces dernières sciences appliquées. La critique peut être motivée pour des raisons éthiques ou politiques mais in fine elle doit s’appuyer sur les sciences de base elles-mêmes.
.
Cette problématique du gazcarbonique concerne la composition chimique de l’atmosphère et le flux d’énergie depuis le sol jusqu’aux hautes couches de l’atmosphère. Ces deux points concernent d’une part la chimie en ce qui concerne la composition de l’atmosphère et la physique en ce qui concerne l’énergie. Ces deux disciplines constituent la chimie physique fondamentale. Cette science doit donc être susceptible de clarifier la problématique du gazcarbonique. Si l’on se place du point de vue d’un physico-chimiste, la science climatique s’est déjà rendue vulnérable en avançant l’approximation mathématique de la Terre stipulant que celle-ci peut être décrite comme un « corps noir » à la température de – 18 °C. Or l’expression mathématique décrivant un corps noir est une fonction continue sur tout le spectre électromagnétique et cette approximation doit être valable aussi bien pour les longueurs d’onde du visible que pour celles des infra-rouges. N’importe qui peut se rendre compte que le ciel est bleu, la Terre est verte quand elle n’est pas désertique et les océans, qui couvrent plus des deux tiers de la surface de la Terre sont loin d’être à – 18 °C et seraient plutôt noirs s’il ne reflétaient pas durant la journée la couleur du ciel ! Enfin les physico-chimistes savent très bien que la molécule d’eau qui émet des radiations dans la bande des infra-rouges n’est pas un émetteur continu sur toute la plage des longueurs d’onde comme le décrivent les équations du corps noir de Max Planck. Cette température de – 18 °C se trouve dans tous les livres mais elle est basée uniquement sur ces deux hypothèses de la science climatique : en regard du Soleil et de l’Espace, et thermiquement, la Terre est un corps noir à – 18 °C . Sans aller plus loin dans les détails (je sens que certains de mes lecteurs sont déjà découragés) il suffit d’examiner comment la question du gazcarbonique a été abordée par une organisation scientifique a priori extrêmement méritoire, en appliquant les connaissances accumulées par la science spatiale. La NASA, puisque c’est d’elle dont il s’agit, a rassemblé tous les flux d’énergie en provenance du Soleil à travers l’atmosphère et les flux d’énergie en provenance de la Terre vers l’Espace. Jusqu’en 2009 ce que la NASA appela le budget énergétique de la Terre ressemblait à ça :
Capture d’écran 2015-09-10 à 08.12.38
Il s’agit d’une approximation puisque les grandeurs figurant dans cette illustration ( W/m2 – en rouge – ou pourcentages) sont moyennées. Il y aurait beaucoup à redire sur la méthode utilisée pour obtenir ces valeurs moyennes car la Terre est ronde et elle tourne sur elle-même mais il serait long et compliqué d’entrer dans des considérations mathématiques laborieuses pour démontrer point par point que l’approximation utilisée par la NASA est fausse. Par rapport au Soleil et à l’Espace la Terre se comporte effectivement comme un corps noir à la température de – 18 °C à condition toutefois d’inclure dans cette approximation une autre approximation qui est le facteur d’erreur de réflexivité de 30 % ! Ce n’est pourtant pas le cas si on considère la surface de la Terre et l’environnement thermique dans l’infra-rouge et pour une raison très simple : il n’existe pas de stations d’observation fixes dans l’atmosphère permettant de mesurer les flux thermiques. Les satellites (de la NASA) mesurent la totalité du flux solaire entrant vers la Terre diminué de 30 %. Les satellites ne peuvent pas déterminer d’où ces radiations infra-rouges proviennent en direction de l’atmosphère, c’est-à-dire qu’il existe une incertitude impossible à élucider avec des satellites : on ne sait pas mesurer quelle est la part de rayonnements infra-rouges provenant de la surface de la Terre ou d’un quelconque niveau de l’atmosphère. C’est l’incertitude dont j’ai parlé lors d’un précédent billet de ce blog. Pour faire bref, les photons infra-rouges émis par une molécule d’eau de la vapeur composant l’atmosphère ne savent pas s’ils doivent retourner vers la surface de la Terre ou rayonner vers l’Espace. La quantification de la radiation thermique infra-rouge – 6 % provenant de la surface terrestre et 64 % provenant de l’atmosphère – peut dès lors paraître plausible.
Il reste cependant un problème non résolu par les observations satellitaires : pour inclure le rôle du gazcarbonique dans le processus de dissipation vers l’espace de l’énergie solaire parvenue vers la Terre il faut donc admettre que seule l’atmosphère joue ce rôle de transfert de l’énergie thermique. Le rôle dans ce processus de la surface de la Terre est alors négligé et la Terre se comporte effectivement comme un corps noir à la température de – 18 °C à la seule condition, encore une fois, que seule l’atmosphère joue un rôle dans ce processus. Cette hypothèse est naturellement fausse compte tenu des observations au sol.
C’est alors qu’apparut une modification du schéma résumant les observations de la NASA en 2009 faisant intervenir le fameux effet de serre car la supercherie devait bien être expliquée d’une manière ou d’une autre et de surcroit très officiellement par un organisme connu par ailleurs pour ses prouesses spatiales passées.
.
Pour une bonne compréhension de ces deux schémas et afin de pouvoir les comparer, valeurs des flux d’énergie (dans le premier schéma) et pourcentages (dans le deuxième schéma) ont été surajoutés en rouge aux schémas de la NASA. Le premier schéma est globalement cohérent mais dans ce schéma il est crucial que les molécules d’eau et de gazcarbonique, les seuls constituants de l’atmosphère actifs dans le processus d’élimination vers l’Espace de l’énergie thermique sous forme de rayonnement infra-rouge, jouent le rôle de « corps noirs » qui refroidissent la planète. Cette première illustration de la NASA est donc proche de la réalité.
.
Quand la NASA a publié sa deuxième interprétation des flux thermiques décrivant le « budget thermique » de la Terre en 2009 avec cette fois l’ « effet de serre » :
Capture d’écran 2015-09-10 à 08.13.18
on n’a pu que se poser quelques questions presque existentielles sur l’intégrité scientifique de cet organisme. On est à première vue attiré par les deux énormes flux d’énergie qui ne figuraient pas dans la première version. On est aussi étonné que la NASA ait tenté délibérément de brouiller les esprits en intervertissant pourcentages et valeurs des flux en W/m2, une sorte de tour de passe-passe injustifié mais grossier. Les chiffres en surimpression en rouge permettent de s’y retrouver : des watts/m2 dans le premier schéma et des pourcentages dans le deuxième. On a l’impression qu’il y a là comme une tentative d’arnaque scientifique. Tout semble à peu près similaire à une exception près et de taille. Les 15 % d’énergie absorbés par l’atmosphère dans la figure 1 (flèche orange horizontale) ont été remplacés par les énormes vecteurs rouges justifiant l’ « effet de serre ». La différence est loin d’être négligeable car il est très important pour justifier cet « effet de serre » putatif de considérer que seule l’atmosphère intervient dans la dissipation de l’énergie reçue du Soleil vers l’Espace et que la surface de la Terre ne joue qu’un rôle mineur comme l’indiquent ces deux gros flux d’énergie figurés par les flèches rouges.
.
Les modifications qui n’apparaissent que si on analyse ces schémas scrupuleusement sont les suivantes : les radiations thermiques (infra-rouges) de l’atmosphère et des nuages passent de 64 % dans le premier schéma à 58,8 % dans le second en se référant dans le bilan thermique à 50 % pour l’atmosphère et 8,8 % pour les nuages. Et en quelque sorte pour retrouver un semblant d’équilibre – le trucage est éminemment subtil car il n’apparait pas à première vue – les radiations infra-rouges en provenance de la surface de la Terre passent de 6 à 11,8 % : bel exemple de probité scientifique mais passons … Si on scrute plus en détail ces deux schémas, la ligne de base pour la question du gazcarbonique reste inchangée : la couche fine de l’atmosphère terrestre reste capable sans aucun doute de transporter par rayonnement infra-rouge toute l’énergie reçue du Soleil. J’ajouterai à quelques points de pourcentage près car la Terre emmagasine tout de même de l’énergie solaire par capture de cette dernière au cours des mécanismes photosynthétiques des végétaux et du phytoplancton. Tant dans le schéma 1 que dans le schéma 2 gazcarbonique et eau restent les « corps noirs » prépondérants contribuant à dissiper l’énergie solaire incidente vers l’Espace beaucoup plus efficacement que les autres gaz constituants de l’atmosphère. Il est nécessaire d’insister sur l’invraisemblable importance de ces flux d’effet de serre (back radiation) et de réémission depuis la surface de la Terre, 340 et 298 W/m2, des données naturellement non vérifiées et non vérifiables, à la vitesse de la lumière : 117,1 % dans un sens et 100 % dans l’autre sens : c’est un peu n’importe quoi !
.
Il est évident que ces affirmations mensongères de la NASA doivent être revisitées dans une approche pragmatique réalisée par des physico-chimistes sans aucun a priori politique ou idéologique et il est nécessaire de disposer de mesures précises sur toute la hauteur de la colonne atmosphérique stabilisée par le gradient adiabatique gravitationnel. Le fait que la Terre se comporte comme un corps noir à la température de – 18 °C n’est valide que pour les composants de l’atmosphère qui sont activés par le rayonnement infra-rouge et non pas par le rayonnement provenant de la surface de la Terre.
.
Oliver Geden, dans son commentaire adressé au Journal Nature a rendu publique la question de l’intégrité de la science climatique actuelle en citant les interférences nuisibles des « conseillers en climat » et le mélange des genres regrettable avec leurs orientations politiques et financières. Ce commentaire est donc opportun pour dénoncer la tournure qu’a pris la science climatique dans les moyens abordés pour justifier la validité de la question de l’effet de serre du gazcarbonique.
.
Le monde politique, finalement, est maintenant confronté à de réels problèmes comme la disponibilité des terres arables (j’en dirais un mot dans un prochain billet) pour nourrir la population, la disponibilité et l’utilisation des moyens financiers considérables détournés pour satisfaire la fausse science climatique au détriment du développement et de la santé de milliards de personnes mais pour le plus grand profit d’une poignée d’investisseurs internationaux anonymes ayant élu domicile dans des paradis fiscaux. Ces mêmes politiciens et les climatologues de l’IPCC qui sont payés pour les conseiller et les orienter dans leurs décisions doivent aussi prendre conscience du « hiatus » du non-réchauffement de ces quelques 19 dernières années malgré l’augmentation continue de la teneur en gazcarbonique de l’atmosphère, observation qui à elle seule ruine toutes ces hypothèses fantaisistes d’effet de serre du gazcarbopnique.
.
Illustrations : NASA et Nature. Sources : Dr Gerhard Stehlik, Hanau, Dr Vollrath Hoop, Dreieich, Allemagne, NASA et http://www.nature.com/news/policy-climate-advisers-must-maintain-integrity-1.17468
.

31 commentaires:

  1. Le commerce en ligne causera la perte de 30.000 emplois en Belgique

    par Arnaud Lefebvre
    18 sept. 2015

    Selon une étude d’ING, parue dans De Standaard et citée par le magazine Trends-Tendances, au cours des dix prochaines années, la progression du commerce en ligne entrainera la perte de 53.000 emplois dans notre pays, au sein des commerces et des supermarchés. Par ailleurs, l’e-commerce permettra la création de 25.000 nouveaux emplois, la perte se chiffrera donc à 28.000 emplois.

    La montée du commerce en ligne permettra la création de nouveaux postes principalement dans le secteur de la logistique des commerces en ligne. Cependant, parallèlement, on assistera à la disparition de postes concernant le personnel chargé des ventes dans les magasins conventionnels.

    Enfin, selon ING, au cours des dix prochaines années, notre pays bénéficiera d’une quantité semblable aux pays voisins de nouveaux postes permis par le développement du commerce électronique. Cependant, jusqu’à aujourd’hui, une part considérable des nouveaux postes du commerce en ligne est partie déplacés vers l’Allemagne et les Pays-Bas, principalement à cause du manque de flexibilité et du handicap salarial de la Belgique.

    « Durant ces trois dernières années, la Belgique n’a attiré aucune nouvelle plate-forme majeure. Les Pays-Bas ont attiré Primark, Action, Bol.com, Wehkamp et Coolblue », explique Jo De Wolf, CEO de Montea, dans De Standaard. « Ainsi la Belgique est passée à côté de 9.000 jobs », estime Dominique Michel de la fédération du commerce Comeos. Si cette tendance se poursuite, les pertes d’emplois pourraient dépasser les prévisions d’ING.

    http://www.express.be/business/fr/economy/le-commerce-en-ligne-causera-la-perte-de-30000-emplois-en-belgique/215730.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareillement que pour mêmes conclusions hatives tirées sur les robots qui supprimeraient des emplois, voilà aujourd'hui le commerce en ligne.
      Si le commerce en ligne existe est pour différentes raisons de frais de pas-de-porte/assurance/électricité/personnel/gestion des stocks/ etc pour le commerçant et, le choix et le prix pour le ou la client(e). Donc, si la cliente fait des économies, elle achètera donc plus et créera des emplois.

      Supprimer
  2. De plus en plus de pays édifient des murs

    par Audrey Duperron
    18 sept. 2015

    Le monde d'aujourd'hui compte 5 fois plus de séparations qu’à l’époque de la Guerre froide, indique The Economist.

    Depuis la chute du mur de Berlin en novembre 1989, 40 pays se sont dotés d’un mur ou d’une clôture pour se protéger de 65 pays voisins. Beaucoup se justifient par des raisons de sécurité nationale, ou de prévention de l’immigration illégale. Plus d’une trentaine de ces édifications ont fait suite aux attentats du 11 Septembre 2011. 15 ont été réalisées cette année.

    La Hongrie est le dernier pays européen à s’être doté d’une clôture, aux frontières Sud du pays. Mais ce ne sont pas les seules défenses aux frontières de l’Espace Schengen. Dans les années nonante du siècle dernier, l’Espagne avait clôturé ses enclaves marocaines de Ceuta et de Melilla. En 2012, la Grèce et la Bulgarie avaient construit des séparations à leurs frontières avec la Turquie.

    Récemment, des médias sociaux ont commencé à rapporter que la Roumanie allait elle aussi édifier un système de défense à ses frontières.

    L’Ukraine a clôturé ses frontières avec la Russie l’année dernière, et cette année, des pays baltes ont annoncé qu’ils allaient faire de même. La Bielorussie restera donc le seul pays qui disposera de frontières ouvertes entre la Mer Baltique et la Mer Noire.

    Au Moyen Orient, la plupart des pays ont fermé leurs frontières. D’ici la fin de cette année, Israël sera totalement clôturé. Les pays asiatiques ne sont pas en reste, et les systèmes de défense y ont proliféré, souvent pour empêcher les mouvements illicites de biens et de personnes.

    http://www.express.be/joker/fr/platdujour/de-plus-en-plus-de-pays-edifient-des-murs/215716.htm

    RépondreSupprimer
  3. Quoi de plus naturel que de fermer sa porte (à clefs) lorsque l'on sort de chez soi ? Pourquoi ferme t-on les portières des voitures ? Pourquoi les motos sont-elles équipées de cadenas ?

    D'où l'étonnement devant l'étonnnement !

    Depuis (par exemple) qu'en France a été supprimé la peine de mort pour les asssassins, les treilles qui ornaient joliement le devant des maisons ont disparues ! Ont disparu parce que elles servaient d'échelles d'accès au 1er étage. Et, de plus, que l'immigration arrivant, n'avait rien du gratin recommandable !

    De plus, dès lors que des pays assassins vont jusqu'à payer des passeurs pour faire entrer des immigrés...

    RépondreSupprimer
  4. L'Allemagne n'est plus tenue de payer des indemnités pour les chômeurs originaires d'autres pays de l'UE

    par Aude Ottevanger
    17 sept. 2015

    Mardi, la Cour de justice européenne a rendu un verdict décisif sur un sujet suivi de près en Europe : les droits aux prestations sociales pour les étrangers provenant d'autres pays de l'U.E.

    La cour tranchait le cas d'une famille suédoise installée en Allemagne, composée d'une mère et de trois enfants. La Cour a estimé que la mère et sa fille aînée n'avaient pas suffisamment travaillé pour prétendre aux allocations de chômage et elle a également supprimé les allocations sociales octroyées pour les deux autres enfants. Le tribunal a estimé que pour pouvoir prétendre à l'attribution d'allocations, il est nécessaire d'avoir travaillé pendant au moins six mois dans le pays d'accueil.

    Il s'agit de la seconde décision de ce type pour la Cour européenne. Elle permettra de limiter les abus et de supprimer les allocations pour ceux qui se sont installés dans un pays dans le but avéré de profiter des aides sociales, un phénomène surnommé "tourisme social". L'Allemagne, l'Autriche et le Royaume-Uni, étaient particulièrement intéressées par ce verdict.

    Bruxelles souhaite légiférer sur le sujet, et la Commission prépare actuellement une proposition de loi afin de préciser les règles. Un thème délicat, car il s'agit de trouver un équilibre entre la répression des abus et le principe d'égalité entre les citoyens des différents Etats-membres de l'Union Européenne.

    http://www.express.be/business/fr/economy/lallemagne-nest-plus-tenue-de-payer-des-indemnites-pour-les-chomeurs-originaires-dautres-pays-de-lue/215699.htm

    RépondreSupprimer
  5. Comment le gouvernement possède les gens : Australie



    Jon Rappoport
    Pas plus de fausses nouvelles
    18 septembre 2015


    "J'ai déjà travaillé pour une société. Je l'ai quitté. Je me demandais si je pouvais faire la même chose pour le gouvernement. C'est comme essayer d'équilibrer une pastèque graissée sur un doigt." (Métro, Jon Rappoport)

    Il y a différentes façons de calculer comment gouvernement possède des gens. Le plus simple est : grâce à l'argent.

    Mis à part les taxes, cela se traduirait par la protection sociale et l'emploi de gouvernement.

    Personnes qui reçoivent une partie ou la totalité de leurs revenus par le biais de leurs dirigeants ont tendance à être du côté du gouvernement. Ils ont certainement dépendants du gouvernement.

    Regardez l'Australie, un pays avec une population de 23,1 millions de personnes.

    Comme The Guardian rapporte (8/13), sur un total de 11,5 millions de Australian emplois, 1,9 millions (16,4 %, 1 sur 6) sont pour le gouvernement. Et ceci n'inclut pas le ministère de la défense (58 000 emplois).

    Tel que rapporté par Peter Whiteford, dans "FactCheck : est la moitié aux deux tiers de la population australienne, recevoir un avantage de gouvernement ?", à theconversation.com, environ 50 % de tous les ménages australiens reçoivent une forme d'aide financière gouvernementale $$.

    Je n'ai pas trouvé les chiffres pour combien d'entreprises australiennes sont des entrepreneurs de gouvernement, mais vous pouvez être sûr que le nombre et l'argent sont grandes. Tous les employés reçoivent des fonds du gouvernement.

    Ensuite, il y a de nombreux "state-owned enterprises," qui sont des entreprises entièrement détenue par le gouvernement. Leurs employés obtiennent finalement leur salaire par gouvernement $$.

    Voir la photo ?

    Vous pouvez analyser les autres nations industrialisées et trouver des conditions similaires.

    Mais bien sûr, pas celui qui favorise le « bien collectif » voit tout cela comme un problème. Le problème pour eux, comme toujours, n'est pas assez « soutien du gouvernement ».

    Parce que pour eux, le gouvernement est la réponse et le bienfaiteur ultime et la principale force inventer le futur. Je vous salue tous.

    Il y a un demi-siècle intellectuels qui avaient la moindre idée de ce qui se passait de gouvernement appelé The State. Ils ont jugé qu'il était une force monolithique courbé sur l'élargissement de son pouvoir et asservir l'individu. Maintenant, beaucoup de ces mêmes personnes, ou leurs descendants, gouvernement de vue comme la trappe d'évacuation de l'injustice.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  6. Cette idée délirante est renforcée par la multiplication des groupes de victimes qui demandent un traitement spécial de leurs dirigeants politiques.

    Nous serions sages de considérer la déclaration d'Albert Camus dans son essai de 1951, The Rebel :

    « L'esclave commence par exiger la justice et se termine par le désir de porter une couronne. Il doit dominer à son tour. »

    Commençant dans les années 1960, plusieurs générations de personnes a commencé à appliquer New Age « pensées arc-en-ciel » à la politique. Dans les années 1990, cette pratique se propage jusqu'au point où ses partisans croyaient vraiment l'état pouvait et livrerait un monde bien meilleur.

    Dans un article détaillé de novembre 2013 (indepebdentaustralia.net), "l'état de surveillance : Comment Australie spies sur ses propres," Murray Hunter écrit, "les révélations publiées par Edward Snowden... sont seulement la partie visible de l'iceberg, quand il s'agit d'opérations de surveillance de sécurité australien... Grâce aux progrès rapides de la technologie, l'appareil de sécurité australienne s'est développé à une échelle orwellienne."

    Chasseur de l'auteur décrit ensuite le système : "la base de données du gouvernement australien est un groupe très sophistiqué du document électronique et records management système (s) (SGDDM) pour la collecte, le stockage et mise en correspondance des données entre divers organismes et paliers de gouvernement sur les citoyens. En conséquence les données collectées par l'Australian Taxation Office (ATO), sécurité sociale (Centrelink), Medicare, immigration, douanes et services d'application de la Loi de police sont intégrées avec les bases de données relationnelles et les systèmes de requête. Ceci est complété par bases de données individuelles de l'Agence des informations extrêmement détaillées sur les citoyens. Ils portent une histoire personnelle quasi-complète de détails résidentiels datant de plusieurs décennies, revenu, profession, conjoints, enfants, prestations de sécurité sociale, médicales, voyagent et informations, etc.. Ces systèmes sont accessibles par presque tout le monde au sein de la fonction publique. Tous les organismes au sein du gouvernement sont devenu partie du réseau de collecte veille."

    Cet appareil gargantuesque est le œuvre d'un gouvernement qui « se soucie vraiment » sur la population ?

    « Vous gens travaillent pour nous. Accueil, vous prenez un chèque de règlement de nous (dérivé de vos impôts). Vous comptez sur nous. Mais cela ne suffit pas. Nous devons vous espionner tous les jours. »

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  7. Les responsables politiques australiens et leurs bureaucraties massives sont au courant d'un fait important : bien qu'une dépendance à l'égard des citoyens niveau The State rend les partisans de l'Etat, à un niveau plus profond l'individu toujours est offensé par sa dépendance et veut être libre. Qui le rend dangereux.

    Enchaîner un être humain est une proposition risquée. Quand il essaie de sortir, il est imprévisible.

    Le déplacement à parler de « L'État » pour parler de « gouvernement » reflète le degré auquel l'individu a été banalisé. L'État a été autrefois considéré comme la menace prééminente à l'individu libre et indépendant. Mais depuis presque personne dans le grand public soucie "libre et indépendant", le terme « gouvernement » suffit.

    Gouvernement est le « aide bienveillante » et l'arbitre des populations, masses.

    Peut-être dans le prochain demi-siècle, le gouvernement australien fera appel à tout le monde dans le pays.

    Pourquoi pas ? C'est un système de comptabilité très efficace (surveillance). Tout le monde est à bord. Tout le monde est suivi. Tout le monde est dans le collectif, en bas, à l'exception de ceux qui gouvernent par le haut.

    http://www.thedailysheeple.com/how-government-owns-people-australia_092015

    RépondreSupprimer
  8. Presque 50 millions d'américains sont désormais sur les bons alimentaires


    NaturalNews.com
    18 septembre 2015



    Ndlr: et vous savez qui fait le plus d'argent hors des bons d'alimentation ? Mégabanques comme JP Morgan Chase et stocke de grandes surfaces comme Wal-Mart.

    Pendant une grande partie de la présidence de Barack Obama, un nombre record d'américains ont subsisté en partie ou en totalité sur des programmes subventionnés par le contribuable.

    Pendant une grande partie de sa présidence, Obama a réclamé c'est parce qu'il a « hérité » de l'économie pire dans l'histoire moderne, et que les programmes gouvernementaux étaient nécessaires afin de garder les familles contre la faim.

    En 2009, Obama et collègues démocrates déclarée la grande récession officiellement terminée. Malgré cela, le nombre d'américains qui sont devenues dépendantes sur divers programmes d'aide alimentaire est le plus élevé a jamais été en relation avec l'ensemble de la population.

    Ed Feulner a écrit dans le Quotidien de l'appelant qu'en 2008, moins de 30 millions d'américains a utilisé le programme de ce qu'on appelle "food stamp", qui est administré par le ministère de l'Agriculture. Aujourd'hui, ce chiffre est à peu près 46,5 millions.

    Même si le chiffre est bas légèrement passant de 47,6 millions en 2013, Feulner souligne que la légère tendance à la baisse n'est pas un bon signe, selon l'indice de 2015 de Culture occasion.

    Pourquoi les numéros de dépendance restent si élevés ?
    Feulner explique :

    Il y a quelques raisons. D'une part, le programme de coupons alimentaires (officiellement connu maintenant sous le programme d'aide à la Nutrition supplémentaire, ou SNAP) est encore beaucoup plus grand aujourd'hui qu'il y a une dizaine d'années — ou, en effet, il y a quelques années. En 2008, elle était inférieure à 30 millions. En 2013, il avait frappé 47,6 millions.

    Il a plongé depuis un peu, comme j'ai mentionné (à 46,5 millions). Mais pour qu'il soit encore si élevé, malgré une amélioration de l'économie, est certainement troublant.

    Maura Corrigan, visiting fellow à l'American Enterprise Institute, « le programme peut sembler être sur la bonne voie », écrit dans l'index. « Mais c'est loin d'être parfait et voyage beaucoup trop lentement. »

    Dans un autre signe qui rend l'économie semblent s'améliorer légèrement, le taux de chômage a diminué régulièrement pendant des mois. Néanmoins, beaucoup trop de gens sont encore participant au programme SNAP . Un des sept américains ont reçu quelque niveau d'assistance de SNAP en 2014, coûtant aux contribuables $ 74,1 milliards et ce qui en fait un des plus grands programmes bien-être sous condition de ressources dans le pays.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  9. "On dirait que l'amélioration de la situation emplois se traduirait par le nombre de bénéficiaires SNAP en déclin par une marge beaucoup plus grande. Mais cela n'a pas été le cas, » écrit Feulner, le fondateur de la conservatrice Heritage Foundation.

    Une autre raison pour laquelle les chiffres de timbre de nourriture ne sont pas aller dans la bonne direction est parce que la pression démographique a été modifié.

    Avant la grande récession, 55 pour cent des ménages utilisant le composant logiciel enfichable avantages consistait en des enfants et des vieillards. Maintenant, une légère majorité des bénéficiaires sont des adultes aptes au travail en fait qui ne sont pas âgées. Il y a également eu une augmentation dans le nombre d'adultes en âge de travailler, aptes au travail sur clin d'oeil qui sont maintenant ne fonctionne ne pas.

    "Pourquoi ? Ce qui explique l'escalade nombre de bénéficiaires SNAP non-travail, non gériatriques, âge de travailler?" Demande de Feulner.

    "Au moins une partie de la raison pour laquelle on peut retrouver à l'exemption des exigences de travail pour les adultes sans enfant, aptes au travail, âge de travailler pendant la récession. Autrement dit, nous sommes ne nécessitant pas ceux qui sont capables de travailler pour ce faire. »

    Que se passe-t-il lorsque le système s'effondre ?

    C'est clairement inapplicable, insoutenable et mal inspirée des politiques publiques. Aucun programme d'aide sociale ne peut remplacer le travail.

    Tout adultes aptes au travail qui reçoivent des prestations de SNAP devraient être obligés de travailler, ou au moins chercher du travail. Qu'est ce qui est arrivé retour dans les années 1990 quand démocratique le Président Bill Clinton et un congrès républicain contrôle passé « workfare », une loi de réforme du bien-être qui requis bénéficiaires de se livrer à un niveau d'emploi.

    Par conséquent, moins d'Américains devaient compter sur clin d'oeil et d'autres programmes sous condition de ressources. Cela a conduit aux budget et une main-d'œuvre en meilleure santé globale.

    « Plutôt que de permettre au gouvernement de continuer à promouvoir la dépendance, nous avons commencé insistant sur le fait que les adultes non handicapés travaillent ou se chercher du travail en échange d'avantages. Et voilà, le nombre a baissé, "Feulner, écrit.

    Maintenant, cependant, avec le nombre plus élevé d'américains comptant sur le gouvernement pour nourrir (et vêtir et loger) eux, ils sont très sensibles à l'effondrement systémique causé par la guerre, un événement naturel d'EMP ou une autre catastrophe. Que se passe-t-il alors ?

    Famine, les troubles civils et peut-être même le cannibalisme. Vol généralisé, de meurtre et de chaos.

    http://www.thedailysheeple.com/nearly-50-million-americans-now-on-food-stamps_092015

    RépondreSupprimer
  10. Si vous vivez dans ces États vous aurez bientôt besoin un passeport pour les vols intérieurs

    Soumis par Tyler Durden le 19/09/2015 22:15 -0400
    Soumis par John Vibes via TheAntiMedia.org,

    Pour se conformer à la Real ID Act de 2005, dont le gouvernement américain mène lentement de la dernière décennie, les citoyens dans un certain nombre de différents US États seront désormais obligés d'obtenir un passeport s'ils veulent monter à bord d'un avion - même pour les vols domestiques.

    Le Department of Homeland Security et les représentants du U.S. Customs and Border Protection ont refusé de commenter pourquoi certains États ont été épinglées, mais à partir de 2016, résidents de New York, Wisconsin, Louisiane, Minnesota, New Hampshire et les Samoa américaines aura besoin d'un passeport à voler au Canada. Tous les autres États seront toujours en mesure d'utiliser le permis de conduire de leur état d'émission et de la IDs — pour l'instant, au moins.

    Selon le département de la Homeland Security des lignes directrices sur l'application de la Real ID Act,

    Le Department of Homeland Security (DHS) a annoncé le 20 décembre 2013 un plan de mise en application par étapes pour le REAL ID Act (la Loi), telle qu'adoptée par le Congrès, qui mettra en œuvre la Loi de façon mesurée, équitable et responsable.

    Obtenir le conduire permis d'et papiers d'identité sont une composante essentielle de notre cadre de sécurité nationale. La REAL ID Act, adoptée par le Congrès en 2005, adopté la recommandation de la Commission 9/11, que le gouvernement fédéral 'établissent des normes de délivrance des sources d'identification, tels que les conduire permis de". La Loi établit les normes minimales de sécurité pour la production et de délivrance de licence et interdit aux agences fédérales d'accepter pour certaines fins de permis de conduire et cartes d'identité des États ne répondant ne pas de normes minimales de la Loi. Les objectifs visés par la Loi sont : accès à des installations fédérales, entrant dans les centrales nucléaires et, pas plus tôt que 2016, embarquement au niveau fédéral régis avions commerciaux.

    ’États et autres administrations ont fait des progrès significatifs dans l'amélioration de la sécurité de leurs licences au cours des dernières années. Ainsi, environ 70-80 % de tous les pilotes US détenir des licences de juridictions: (1) déterminé à respecter les normes de la Loi ; ou (2) qui ont reçu les extensions. Les personnes détenant des licences ou des cartes d'identité de ces compétence du conducteur peuvent continuer à les utiliser comme avant.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  11. "Procédures aux fins visées par la Loi de contrôle les personnes détenant des licences auprès des juridictions non conformes devront suivre l'accès à l'information. Tel que décrit ci-dessous, application de la loi pour embarquement produira plus 2016 tôt."

    Selon la copie fine, pas chacun des 50 États ont permis de conduire qui satisfont aux exigences de l'ID réel, qui pourrait peut-être expliquer pourquoi les régions susmentionnées ne seront pas admissibles en 2016. Cependant, il n'y a aucune mention spécifique de ce que les exigences sont en fait.

    The Real ID act a été controversée depuis sa proposition initiale il y a plus de dix ans et est considéré par beaucoup comme une violation massive de la vie privée. Une des principales raisons pour lesquelles qu'il a pris le gouvernement si longtemps de dérouler ce programme est que le programme est très impopulaire et crée le jeu lourd chaque fois qu'il apparaît dans les nouvelles.

    Le resserrement des restrictions Real ID sont apparemment destiné à pousser les gens vers la réalisation de l'ID, nouvellement émises « renforcée » qui ajoute plus de paperasse inutile et de bureaucratie au processus fastidieux déjà impliqués dans des applications d'identification.

    http://www.zerohedge.com/news/2015-09-19/if-you-live-these-states-youll-soon-need-passport-domestic-flights

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorsqu'il y a quelques années j'avais déjà parlé que le sauvetage de chacun n'était pas de se cacher dans un trou de lapin ni d'avoir le dernier Glock à la mode mais de TOUT vendre, s'acheter un bateau et METTRE LES VOILES ! Certains m'avaient reproché d'être (trop) pessimiste (!), mais aujourd'hui, ceux qui m'ont écouté et sont 'au bout du monde', ils doivent bien rigoler d'y être !!!

      Supprimer
  12. Comment la Banque dirigée par la Chine qui remodèle l'ordre économique mondial était presque jamais

    Soumis par Tyler Durden le 19/09/2015 20:00 -0400

    Une des choses plus amusantes sur la campagne d'adhésion de la Chine Asie Banque d'investissement d'Infrastructure (qui a conclu à la fin du mois de mars) était qu'il était donc Beijing succès dû essentiellement m'excuse afin de s'assurer que tous les alliés des Etats-Unis qui souscrit est resté confortable.

    Pour rappel, au début de mars Grande-Bretagne - une grande partie, au grand dam de Washington - a décidé de lancer son soutien derrière les efforts de la Chine pour établir une nouvelle banque de développement. L'entreprise, conçu pour aider à combler les lacunes laissées par la Banque mondiale et la Bad, était considéré par les Etats-Unis comme une tentative de contester la suprématie des institutions multilatérales qui ont dominé l'ordre économique mondial dans le monde de l'après-guerre et aussi comme un effort pour créer un puissant instrument de politique étrangère qui pourrait être déployée sur la manière d'établir ce qui constitue une sorte de Doctrine Sino-Monroe.

    Bien sûr, l'administration Obama ne pouvait pas sortir et dire que, si l'excuse d'effort en grande partie dans les coulisses de Washington pour renverser l'AIIB était que le nouveau prêteur aurait des contrôles inadéquats et fragiles, normes de souscription. Il y avait aussi quelques bêtises sur un manque de considération des préoccupations environnementales. Aussi stupide et transparent que celui était, alliés de Washington ont été disposés à acheter la droite jusqu'à ce que la Grande-Bretagne a battu rangs et à ce moment-là, les vannes ouvertes comme pratiquement tout le monde sauf les Etats-Unis et Japon a sauté à bord.

    C'était génial pour la Chine, jusqu'à ce que parler d'un nouvel ordre mondial caractérisé par l'hégémonie du yuan a commencé à faire mal à l'aise de Beijing. Comme nous a dit plus tôt ce mois-ci, "malgré tous les efforts du Politburo aux pieds de la ligne entre reconnaissant la Banque premiers succès et énervant membres occidentaux qui, bien qu'heureux de participer, sont toujours conscients qu'un hégémon mourant est encore une puissance hégémonique et donc préférerais que Beijing n'a pas frotter le tout dans le visage de Washington, il a été abondamment clair pour toutes les personnes concernées que l'AIIB représentait moins d'un changement de la garde et une révolution contre les institutions multilatérales dominés par les U.S. qui croient de nombreux pays émergents n'ont pas réussi à répondre aux changements sismiques dans l'économie mondiale. »

    Ainsi, la Chine fit de son mieux pour s'assurer que toutes les personnes impliquées qu'il ne prévoyait pas d'utiliser la Banque comme un outil de politique étrangère et n'avait aucune intention d'utiliser le nouveau prêteur comme une sorte de passage de porte dérobée pour promouvoir l'hégémonie d'yuan. Comme nous avons dit plus tôt cette année, la Chine simplement ne pouvait pas croire comment réussie de la Banque a été avant même son lancement.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  13. Maintenant, comme l'AIIB est prévue pour commencer officiellement l'exploitation, Reuters est sorti avec un regard intéressant sur l'histoire de l'institution c'est ensemble pour parvenir à un changement radical dans Comment le monde pense tout prêt de développement. Voici plusieurs :

    Plans pour la nouvelle banque de développement de la Chine, un des plus grands succès de la politique mondiale de Beijing, ont été presque abandonnées deux ans auparavant en raison de doutes parmi les hauts responsables chinois.

    De soucis, il ne serait pas lever suffisamment de fonds aux préoccupations qu'autres nations il ne serait pas de retour, Beijing a été en proie de doute de soi lorsqu'il examinera tout d'abord mise en place le Asian Infrastructure investissement Banque (AIIB) au début 2013, deux sources ayant connaissance de discussions internes dit.

    Mais les promesses faites par certains gouvernements du Moyen-Orient de souche en espèces et le soutien des principales nations européennes - surprise de Pékin et malgré l'opposition des Etats-Unis - est devenu un tournant dans les plans de la Chine à modifier l'architecture financière mondiale.

    L'affirmation outre-mer, combinée avec l'aval des vaillants partisans, parmi lesquels un ancien chinois vice-premier ministre et entrant AIIB Président Jin Liqun, un ancien directeur du fonds souverain China Investment Corp, permis à Chine pour amener la Banque d'une idée à sa création imminente.

    Mise en place réussie de la Banque est susceptible de renforcer la confiance de Pékin qu'il peut jouer un rôle de premier plan dans les institutions financières supranationales, malgré les vents de face économiques, qu'elle est confrontée à la maison.

    « Au début, la Chine n'était pas très confiante, » une des sources a déclaré en référence à des plans de Pékin AIIB. « Le souci était qu'il n'y avait aucun argent pour cela. »

    Une délégation du ministère des Finances qui a appelé les nations du sud-est asiatiques à évaluer l'intérêt de l'AIIB n'était pas encourageante, a dit la source. Gouvernements, soutenu l'idée, mais étaient trop pauvres pour contribuer fortement au financement de la Banque.

    Mais les visites subséquentes au Proche-Orient a aidé à gagner le jour que les gouvernements régionaux a informé la Chine ils avaient besoin de nouvelles infrastructures et, surtout, ont pu payer pour cela, une source a déclaré.

    « Ils sont tous les pays producteurs de pétrole, ils ont des devises étrangères, ils se sont montrés très enthousiastes, et ils pourraient débourser de l'argent, » dit-il.

    « C'était lorsque nous avons pensé « Ah, c'est possible. » »

    Alors que certains responsables, dont Jin, nouveau président de l'AIIB, ont au fil des ans planté pour Pékin lancer une nouvelle banque de développement international, l'idée n'a pas gagné traction sous les gouvernements précédents de chinois, des sources.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  14. Mais cela a changé lorsque le Président Xi Jinping a pris ses fonctions au printemps 2013 et a jeté son poids derrière la stratégie de la Chine "BOLD" « Une ceinture, une route » infrastructures et de l'exportation.

    « Personne n'imaginait (l'AIIB) serait si bien réussi, que tant de gens répondraient à elle, » une des sources a dit.

    http://www.zerohedge.com/news/2015-09-19/how-china-led-bank-thats-reshaping-global-economic-order-almost-never-was

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr qu'il n'est pas facile de faire ses premiers pas dans ces marchés-aux-voleurs que sont les Bourses et ceux qui fixent le prix du baril comme celui de l'once, mais, mais il y a un tout-de-même marché de plus de 6 MILLIARDS d'habitants ! Et çà, çà n'a pas de prix !

      Supprimer


  15. U.S. prépare les Plans de bataille pour la Baltique guerre avec la Russie : rapport

    Soumis par Tyler Durden le 19/09/2015 17:05 -0400

    Un des plus intéressants - ou peut-être « inquiétant » est le meilleur mot - choses à coup de Moscou pour accroître son soutien pour le régime de Bachar al-Assad qu'il combat pour arracher le contrôle de grandes étendues de territoire en Syrie de l'État islamique et d'autres forces hostiles au gouvernement, est qu'il vient comme le conflit en Ukraine mijote encore.

    Même si, comme Bloomberg a suggéré vendredi, le Kremlin est "s'appuyant sur les séparatistes aux violations du cessez-le-feu limite et à transformer leur administration improvisée dans un gouvernement opérationnel avec l'aide de fonctionnaires formés à Moscou," la question est loin de résolue et si la Transnistrie est un guide, il ne peut jamais être.

    Que bien sûr signifie la tension entre la Russie et l'Europe n'est pas susceptible d'absorber n'importe quel moment dans un avenir prévisible, ce qui rend manifeste soutien militaire de Moscou Assad en Syrie semblent comme une manœuvre plutôt risquée. En bref, il semble que n'importe comment l'on veut caractériser les actions de Moscou (c'est-à-dire indépendamment de qui est le « agresseur »), russophobie de l'Occident telle qu'elle se rapporte à la volonté de m. Poutine au hasard une confrontation militaire directe avec l'OTAN n'est pas tout à fait sans fondement et comme nous avons pas hésités à souligner ces derniers jours, plusieurs, ce que les Russes ont fait en renforçant Assad à Lattaquié est effectivement appeler bluff de l'Amérique.

    Inutile de dire, que les actions de l'OTAN au cours des mois derniers six ou alors n'ont rien fait pour calmer ce qui équivaut au concours regard plus intense entre la Russie et l'Occident depuis la guerre froide. Jeux de guerre et clin d'oeil exercices effectués le long de la frontière de la Russie, combinée avec le stationnement d'armes lourdes en Pologne accréditer l'idée qu'au mieux, les États-Unis n'est pas presque aussi désireux de rétablir un dialogue constructif avec Moscou comme Washington voudrais croire au public.

    C'est dans ce contexte que nous présentons les extraits suivants de la politique étrangère qui relève « pour la première fois depuis l'effondrement de l'URSS, le département américain de la défense est revue et mise à jour de ses plans d'urgence pour un conflit armé avec la Russie. » Notamment, lorsque l'armée a organisé une série de jeux de guerre pour tester l'état de préparation de l'OTAN, les résultats ont été rien de moins qu'un désastre.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  16. Par l'intermédiaire de la politique étrangère

    Le Pentagone génère des plans d'urgence en continu, la planification de tous les scénarios possibles — quoi que ce soit de la confrontation armée avec la Corée du Nord à des attaques de zombies. Mais ces plans sont également classés et travaillées selon la priorité et la probabilité. Après 1991, les plans militaires pour faire face à l'agression russe est tombé de radar du Pentagone. Ils s'assirent sur le plateau, collecte de la poussière en Russie sont devenus de plus en plus intégrée dans l'Ouest et est venu à être considéré comme un partenaire potentiel sur un éventail de questions. Maintenant, selon plusieurs responsables actuels et anciens dans les départements d'État et de la défense, le Pentagone est dépoussiérer ces plans et réévaluer leur, leur mise à jour pour refléter une nouvelle, post-Crimea-annexion réalité géopolitique dans lequel la Russie n'est plus un partenaire potentiel, mais une menace potentielle.

    « Invasion de la Russie de l'Ukraine orientale fait la poussière US de ses plans d'urgence, » dit Michèle Flournoy, un ancien sous-secrétaire de la défense pour la politique et co-fondateur du Center for a New American Security. « Ils étaient assez obsolètes. »

    Les nouveaux plans, selon le fonctionnaire principal de la défense, ont deux pistes. On se concentre sur ce que les États-Unis peut faire dans le cadre de l'OTAN si la Russie attaque un des États membres de l'OTAN ; l'autre variante estime qu'une action américaine en dehors de l'OTAN. Les deux versions de la mise au point de mise à jour des plans d'urgence sur les incursions russes dans les pays baltes, un scénario considéré comme le plus probable devant.

    Après la guerre de 2008 de la Russie avec la Géorgie voisine, l'OTAN a légèrement modifié ses plans vis-àvis la Russie, selon Julie Smith, qui jusqu'à récemment servi comme conseiller de sécurité nationale du vice-président adjoint, mais le Pentagone n'a pas. En préparant le Quadrennial Defense Review 2010, Bureau du Pentagone pour la planification des forces — c'est-à-dire, affectation des ressources à long terme basé sur les priorités de la défense des États-Unis — proposé d'alors-Secrétaire à la Défense Robert Gates d'inclure un scénario qui pourrait contrer une Russie agressive. Gates exclu. « Arrêt de tout le monde à l'époque était que la Russie poursuit des objectifs alignés avec les nôtres, », explique David Ochmanek, qui, comme sous-secrétaire adjoint de la défense pour le développement de la force, a couru cet office à l'époque. « Avenir de la Russie semblait de plus en plus intégrées à l'Ouest. » Smith, qui a travaillé sur la politique européenne et l'OTAN au Pentagone à l'époque, m'a dit, "si vous demandiez à l'armée il y a cinq ans « Donnez-nous une saveur de ce que vous pensez », ils seraient l'avez dit," le terrorisme, le terrorisme, le terrorisme — et de la Chine. ""

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer

  17. En juin 2014, un mois après avoir quitté son travail de planification des forces sur le Pentagone, l'armée de l'Air a demandé à Ochmanek pour obtenir des conseils sur le quartier de la Russie avant septembre de Obama visite à Tallinn, Estonie. Dans le même temps, l'armée avait approché un autre de ses collègues de Ochmanek Rand, et les deux sont associés à exécuter un exercice de pensée appelé « table top, » une sorte de jeu de guerre entre les deux équipes : l'équipe rouge (Russie) et l'équipe bleue (OTAN). Le scénario a été similaire à celle qui se déroule en Crimée et en Ukraine orientale : augmenter la pression politique russe sur l'Estonie et la Lettonie (deux pays de l'OTAN qui partagent des frontières avec la Russie et ont le soutien de minorités russophones), suivie par l'apparition des provocateurs, des démonstrations et la saisie des bâtiments gouvernementaux. "Notre question était : l'OTAN serait en mesure de défendre ces pays?" Ochmanek rappelle.

    Les résultats ont été décourageant. Étant donné les récentes réductions dans les budgets de la défense des pays membres de l'OTAN et le retrait américain de la région, Ochmanek dit que l'équipe bleue était en infériorité numérique 2 à 1 en termes de main d'oeuvre, même si toutes les troupes américaines et de l'OTAN stationnées en Europe ont été dépêchés sur les pays baltes — y compris la 82e division aéroportée, qui est censé pour être prêt à aller à avis 24 heures d'et est basée à Fort Bragg , Caroline du Nord.

    « Nous n'avons ces forces en Europe, » explique Ochmanek. Puis, il y a le fait que les Russes ont des missiles sol-air meilleures de la planète et n'hésitent pas à utiliser l'artillerie lourde.

    Après huit heures de jeu sur divers scénarios, l'équipe bleue rentrai chez moi déprimé. « La conclusion, » Ochmanek dit, « est que nous sommes incapables de défendre les pays baltes ».

    Ochmanek a été exécuté l'exercice sur table deux jours huit fois maintenant, y compris au Pentagone et à la Base aérienne de Ramstein, en Allemagne, avec les officiers de service actif. "Nous l'avons joué 16 fois différentes avec huit équipes différentes, » dit Ochmanek, « toujours avec la même conclusion. »

    http://www.zerohedge.com/news/2015-09-19/us-readies-battle-plans-baltic-war-russia-report

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les USA sont-ils en 'liberté conditionnelle' ?

      Supprimer
  18. Pentagone à jour les plans de guerre avec «potentiellement agressif de la Russie - médias


    19 septembre 2015 17h24


    Le Pentagone aurait revoir et mettre à jour ses plans d'urgence pour une guerre avec la Russie pour la première fois depuis l'effondrement de l'Union soviétique, avec un fonctionnaire de la défense nous disent les médias que les "actions" de la Russie ont incité l'évaluation.

    "Compte tenu de l'environnement de sécurité, compte tenu des actions de la Russie, il est devenu évident que nous devons faire en sorte de mettre à jour les plans que nous avons en réponse à toute agression éventuelle contre les alliés de l'OTAN", a déclaré un fonctionnaire de la défense haute familiariser avec le plan Police étrangère.

    Selon Michèle Flournoy, sous-secrétaire d'un ancien de la politique de défense et co-fondateur du Centre pour une nouvelle sécurité américaine, le mouvement a été motivé par la situation en Ukraine.

    "L'invasion de la Russie de l'est de l'Ukraine a fait la poussière US au large de ses plans d'urgence," a dit Flournoy FP. "Ils ont été très à jour."

    Moscou, cependant, a nié à plusieurs reprises avoir un rôle dans le conflit l'Ukraine, malgré les accusations de Kiev et de ses soutiens occidentaux qu'il a pris en charge les révoltés régions ukrainiennes orientales de Donetsk et Lugansk avec des armes et la main-d'oeuvre.

    Bien que le ministère de la Défense génère des plans d'urgence en continu, l'initiative est importante car elle marque la première fois depuis la chute de l'Union soviétique en 1991 que Washington a revisité les plans d'un conflit armé potentiel avec Moscou.

    Selon un haut fonctionnaire de la défense, les nouveaux plans se concentrer sur les incursions russes hypothétiques dans les pays baltes et en deux parties: on se concentre sur ce que les États-Unis pouvons faire dans le cadre de l'OTAN si la Russie choisit d'attaquer un État membre, tandis que l'autre des États-Unis estime qu'une action indépendante de l'OTAN.

    Pays baltes ont exprimé des craintes d'une possible invasion russe, suite à la crise en Ukraine. Secrétaire de la Défense britannique Michael Fallon ajouté huile sur le feu en Février, quand il a dit qu'il était "inquiet de Poutine ... Je suis inquiet au sujet de sa pression sur les pays baltes, la façon dont il teste l'OTAN, les sous-marins et des avions."

    Mais le président Poutine a déclaré aux médias italiens en Juin que cette «alarmisme» ne doit pas être prise au sérieux, ajoutant que l'armée russe est "pas global, offensive, ou agressif,» et qu'il a «pratiquement pas de bases à l'étranger.» Il a ajouté que les quelques qui ne existent à l'étranger sont des vestiges de son passé soviétique.

    "Je pense que seul un fou et seulement dans un rêve peut imaginer que la Russie serait soudainement attaquer l'OTAN. Je pense que certains pays profitent tout simplement de les craintes des gens à l'égard de la Russie. Ils veulent juste jouer le rôle de pays de première ligne qui doit recevoir quelques militaires supplémentaires, économique, financier ou de quelque autre aide », a déclaré M. Poutine à l'époque.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  19. Le rapport intervient alors que les responsables américains et russes d'accord vendredi pour discuter de la participation de l'autre dans le conflit syrien, marquant ainsi la première fois que les deux ministères ont parlé depuis Août dernier, que les relations entre Moscou et Washington restent détériorées par le conflit en Ukraine.

    Les États-Unis participe à une campagne de bombardement de la coalition contre l'Etat islamique (IS, anciennement ISIS / ISIL), tandis que la Russie a commencé à fournir du matériel militaire pour l'utilisation par les forces syriennes.

    Mais alors que les Etats-Unis vues apparemment la Russie comme une menace, Moscou dit l'OTAN et son "expansion vers l'Est" est la véritable cause de préoccupation. Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a déclaré plus tôt ce mois que la Russie pourrait bientôt créer plus d'installations de la Force aérienne dans les pays voisins.

    En Juillet, la Russie a modifié sa doctrine maritime comme une réponse à la présence croissante de l'OTAN en Europe de l'Est. Vice-premier ministre Dmitri Rogozine a déclaré la nouvelle doctrine, qui se concentre sur la présence navale russe en Crimée et dans l'Arctique, était due à "l'évolution des affaires internationales" et la consolidation de la Russie comme une puissance maritime.

    Le mois dernier, le ministère russe des Affaires étrangères a dit d'augmenter la présence de troupes aux frontières de la Russie est fait pour atteindre «dominance» en Europe. Le ministère a ajouté que le renforcement militaire est "contre-productif" et sert comme un «fardeau financier" pour les Etats membres, comme il "distrait" l'alliance de traiter d'autres menaces.
    Sous-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov a déclaré l'OTAN provoque la Russie dans une "course aux armements", après il y avait des rapports de "missiles américains mis dans un certain endroit et à propos de certains dépôts de munitions dans les pays d'Europe orientale et de la Baltique."

    La Russie et l'OTAN ont été organisent des exercices militaires, avec de chaque côté à regarder de près l'autre.

    En Août, l'armée américaine a lancé les plus grands exercices aériens de l'OTAN en Europe depuis la fin de la guerre froide, dans un effort pour améliorer "la sécurité et la stabilité" dans la région. Moscou a déclaré que les exercices visaient à accroître la tension dans le sillage d'une prétendue "l'agression russe."

    Cet effort a été accueilli par la Russie plus tôt cette semaine, lorsque plus de 95.000 troupes appartenant à la Russie et de ses alliés régionaux ont lancé des exercices Centre annuels qui vont de la Volga en Sibérie. Les exercices de grande envergure ont été la plus grande Russie a vu depuis la guerre froide.

    http://www.rt.com/usa/315970-pentagon-plan-deter-russia/

    RépondreSupprimer
  20. Alien silence a expliqué ? Snowden dit cryptage pourrait être écraser les signaux de l'espace

    Sep 19, 2015 22:01

    Le chiffrement est devenue une priorité pour ceux qui veulent protéger leur vie privée en ligne, mais dénonciateur américain Qu'edward Snowden dit que la mesure de sûreté pourrait être rendant impossibles à détecter les signaux envoyés de... étrangers.

    Commentaires de Snowden ont été faites lors d'une interview sur le podcast 'StarTalk' de l'astrophysicien et communicatrice scientifique Neil deGrasse Tyson.

    Le dénonciateur parlait de Moscou via un lien vidéo robot appelé un « système de présence distance faisceau ». Contrôle le robot de la Russie, il a été en mesure de rouler tout droit dans le Bureau de Tyson au Planétarium Hayden de New York.

    Quand Tyson a demandé Snowden que si une civilisation extraterrestre très intelligente peut communiquer avec des messages cryptés, Snowden a commencé en disant que les sociétés les plus avancés réalisent que dont ils ont besoin de crypter leurs communications, et que cela pourrait être la raison pourquoi nous n'avons jamais entendu d'autres civilisations.

    Si vous avez une une civilisation extraterrestre essayant d'écouter les autres civilisations, ou notre civilisation tente écouter les étrangers, il n'y a qu'une seule petite période dans le développement de leur société, lors de toutes leurs communications sont envoyées par les moyens les plus primitifs et plus sans protection," Snowden a dit.

    « Alors quand on pense à tout ce que nous entendons par le biais de nos satellites ou tout ce qu'ils sont entendu de notre civilisation (s'il y a en effet des étrangers là-bas), toutes leurs communications sont cryptées par défaut. »
    Il a ajouté que le cryptage rendrait la communication impossible à distinguer de « rayonnement de fond diffus cosmologique ».

    « Si vous regardez la communication chiffrée, s'ils sont correctement chiffrés, il n'y a aucun moyen réel de dire qu'ils sont chiffrés » Snowden a dit. "Vous ne peut pas distinguer une communication encryptée correctement du comportement aléatoire."

    Snowden est moins connu pour ses vues sur les extraterrestres et plus encore pour une fuite classés documents qui révèlent le programme de surveillance de masse secrètes du gouvernement américain. Le dénonciateur réside actuellement en Russie, où il a obtenu l'asile après que Washington lui inculpé de vol et d'espionnage.

    http://www.rt.com/news/315976-snowden-encryption-alien-messages/

    RépondreSupprimer
  21. Tuer 174 personnes ? Vous êtes un meurtrier de masse; GM Kills 174 personnes, verser une amende, continue de faire des voitures


    Melissa Dykes
    Le Quotidien Sheeple
    18 septembre 2015


    Voici un exemple flagrant de la façon dont US megacorporations sommes au-dessus de la loi (ou peut l'acheter).

    Il est aussi un exemple de la déconnexion mentale notre société dispose d'environ assassiner et comment les boutons de la personne moyenne se tellement facilement poussés à servir les programmes gouvernementaux par les médias traditionnels.

    Le ministère de la Justice a discrètement publié une déclaration à peu de fanfare médiatique que des accusations criminelles seront déposées contre General Motors (pas un individu, mais la société elle-même ... Je suppose que cela est comme Romney a dit, «Les entreprises sont aussi des personnes, mon ami") parce la compagnie a reconnu qu'elle volontairement conservé des informations sur la sécurité de millions de leurs voitures de l'Administration National Highway Traffic Safety et le public non averti qui les achète depuis des années.

    Au moins 174 personnes seraient mortes à cause des mensonges de cette entreprise dans cette affaire.
    Le résultat? GM (la société) a admis l'omission délibérée conduit à 15 décès (celles de l'entreprise a reconnu) et de nombreux blessés graves.

    Via le FBI:

    Le défaut se composait d'un commutateur d'allumage qui a été conçu et fabriqué avec une résistance de couple trop faible et pourrait donc se déplacer facilement sur la position "Run" en "accessoire" ou "Off" (la "interrupteur défectueux"). Lorsque le commutateur déplacé hors de Run, il pourrait désactiver airbags frontal de la voiture touchée - l'augmentation du risque de décès et de blessures graves dans certains types de collisions dans lesquelles airbags ont par ailleurs été conçu pour se déployer ...

    A ce jour, GM a reconnu un total de 15 décès, ainsi que d'un certain nombre de blessures graves, causés par l'interrupteur défectueux.

    Apparemment GM seulement reconnu décès les plus évidentes qu'ils avaient absolument.

    La ligne de fond est, GM savait l'interrupteur était défectueux et ils menti à ce sujet année après année pour non seulement les organismes de réglementation américains, mais leurs clients, se terminant directement dans de nombreux décès évitables autrement des gens partout dans le pays.
    Les voitures de GM ont tué beaucoup de gens. GM savait qu'il pouvait se passer et juste continué à vendre des voitures tandis que les personnes mortes sur les routes dans leurs produits.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  22. Alors qu'est-ce qui va se passer à GM maintenant ?
    Pas beaucoup.
    Poursuite différée ... et d'une amende.
    GM a été condamné à payer 900 millions $ au gouvernement américain:

    M. Bharara [le secrétaire des Transports des États-Unis] a également annoncé un accord différé de poursuites avec GM (le «Contrat») en vertu de laquelle la Société admet qu'il a omis de divulguer un défaut de sécurité à la NHTSA et US induit en erreur les consommateurs sur ce même défaut ...

    L'accord impose à GM un observateur indépendant pour examiner et évaluer les politiques, pratiques et procédures relatives aux déclarations publiques relatives à la sécurité de GM, le partage des données d'ingénierie, et les processus de rappel. L'accord exige également GM de transférer 900 millions de $ aux États-Unis au plus tard le 24 Septembre, 2015, et de convenir à la confiscation de ces fonds en vertu d'une action civile parallèle également déposé aujourd'hui dans le district sud de New York.

    Hey! Sonne comme un salaire pour le gouvernement. Par ailleurs, 900 millions $ est moins d'un tiers de l'année dernière de 2,8 milliards $ de profit GM.
    Tu parles d'une tape sur le poignet.

    Oh, et si GM accepte de continuer à reconnaître la «responsabilité» et d'accepter un contrôle indépendant, WAPO rapporte que la procédure pénale sera supprimée en trois ans! Aucun des employés de GM impliqués devront faire face à des accusations.

    Voyez-vous comment cela fonctionne ?

    «Je suis un dicton à propos de GM: Il n'y a pas de problème trop grand que l'argent ne peut pas résoudre", a déclaré Clarence Ditlow, directeur exécutif du Centre pour la sécurité automobile. GM "achète [son] moyen de sortir d'une poursuite pénale." (Source)

    Parlons maintenant une seconde à la violence armée. Je sais, ce que cela a à voir avec ça? Seulement que les gens dans ce pays perdent complètement leurs esprits et courir en hurlant que 2e amendement droits de chacun doivent être prises à chaque fois que d'un cas isolé d'un criminel (qui, manifestement, ne suit pas les lois de pistolet comme "ne pas tirer sur des gens innocents" à commencer) tire une place.
    Question: Combien de fusillades de masse ont eu lieu aux États-Unis qui a pris fin la vie de 15 personnes ou plus?
    Réponse: Depuis 1966, cinq. Seulement cinq.

    Combien ont abouti à la mort de 174 personnes ?
    Zero. Aucun.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  23. Donc, les grandes sociétés peuvent permettre à des millions de personnes et leurs familles à payer pour circuler dans d'éventuels pièges mortels pendant des années et se situent à ce sujet, tuant 174 personnes et blessant grièvement plusieurs autres, et où est l'indignation du public?

    La clameur d'avoir les dirigeants de GM impliquer personnellement tenu responsable?

    Les cris pour plus de lois visant à garder sociétés géantes de faire cela à l'avenir?
    Si vous vous souvenez, le gouvernement (ce qui signifie que les contribuables dans ce cas), renfloué General Motors à hauteur de 50 milliards $ il ya pas si longtemps. En fait, le gouvernement aurait «perdu» 11,2 milliards $ sur cet arrangement, écrit à la considérer comme une perte de Mars ici 2014.

    Oh, et regarder comment la libération MJ décrit le comportement de GM dans ce cas:
    Depuis Février 2014 et le début de cette enquête criminelle fédérale, GM a pris des mesures exemplaires pour démontrer l'acceptation et la reconnaissance de la responsabilité de sa conduite.

    Avez-vous jamais entendu le gouvernement parler de cette façon sur des meurtriers de masse qui prennent procureurs pour montrer la cour où les corps sont enterrés? "Wow, quelle actions exemplaires ..."

    Ouais, voilà le genre de cul baiser qui achète 900 millions $. Lire l'intégralité de l'instruction DOJ. Tous les organismes impliqués sont eux-mêmes tapotant le dos comme ils le faisaient en fait quelque chose de positif ici.

    Il est tout à fait évident que la valeur des relations d'affaires de l'atout du gouvernement la valeur des vies individuelles du peuple américain.

    Et tandis que la violence armée est horrible et tragique et joué par le gouvernement et dans les médias pour un programme de contrôle des armes à feu qui finira par affecter tout le monde, y compris la capacité des citoyens respectueux de la loi pour se protéger, bien que vous pouvez voir que les sociétés sont autorisées à volontairement commettre assassiner en masse et tout ce qu'ils ont à faire est de payer une amende.
    Qui le gouvernement essaie vraiment de «protéger» ici de toute façon? (Cette dernière question était rhétorique.)

    http://www.thedailysheeple.com/kill-174-people-youre-a-mass-murderer-gm-kills-174-people-pays-a-fine-keeps-making-cars_092015

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La circulation bautomobile dans le monde tue des millions de personnes chaque semaine, c-à-d des millions de fois plus que le nucléaire. Qu'arrête -t-on ?

      Supprimer
  24. Un nombre Record de prisonniers ont été absous l'an dernier

    Joshua Krause
    Le quotidien Sheeple
    19 septembre 2015

    Lorsque vous cassez vraiment il vers le bas, le système de justice pénale est la cheville ouvrière d'un gouvernement fonctionnel. Le gouvernement peut avoir de nombreuses responsabilités, mais leur capacité à attraper les criminels et les punir est le plus important. En effet, si certains libertaires sont pour être cru, si vous étiez à rétrécir le gouvernement vers le bas pour la plus petite taille possible, vous serait laissé avec rien, mais l'armée, la police et les tribunaux.

    Et certains pays comme le Costa Rica et Dominique n'ont même pas un militaire. Un gouvernement avec les strict établissements administrés par un équipage réduit, comprendrait essentiellement rien d'autre que les tribunaux, les personnes qui ont été élus à légiférer les règles de la Cour, et les policiers chargés de faire respecter ces règles. Alors que la plupart des gens préfère donner le gouvernement plus de responsabilités et plus de personnel, c'est le gouvernement à son plus petit dénominateur commun.

    Alors, que se passe-t-il si le gouvernement aspire à cet emploi ? Que se passe-t-il si ils remplissent leurs prisons à ras bord avec des contrevenants non-violents, tout en perdant leur capacité pour attraper les criminels violents réel? Et le pire de tout, que se passe-t-il si ils êtes emprisonnant un nombre alarmant de victimes innocentes ?

    Il s'avère, le dernier de ces questions peut être un problème croissant.

    Il y a plus de gens à tort pour les crimes qu'ils n'a pas commis que jamais auparavant.

    C'est selon de l'Université du Michigan, Registre National des exonérations , qui a publié un rapport jeudi que documenté 2014 comme la dernière année pour prouvé-condamnations d'innocents.

    Ce niveau record atteint 125 personnes innocents prouvés après condamnation injustifiée en 2014. Avant cela, 2013 a été la dernière année sur dossier, à 91 condamnations injustifiées. Cela montre une tendance à la hausse inquiétante et régulière de collusion police, tribunaux et prison pour enfermer des innocents.

    Au Texas, les enquêteurs ont découvert 33 personnes faussement déclaré coupables d'infractions de drogue, dans le comté de Harris seul, près de Houston.

    « À en juger par les exonérations connues en 2014, le système juridique est plus en plus disposé à agir sur les allégations d'innocence qui ont souvent été ignorées : ceux sans preuves biologiques ou avec aucun auteur qui peut être identifiée parce qu'en fait aucune infraction a été commise ; cas avec des peines relativement légères ; et jugements issu des plaidoyers de culpabilité par les défendeurs qui ont accepté des ententes relatives au plaidoyer pour éviter la détention provisoire et le risque d'une punition plus sévère après le procès,", a déclaré le rapport NRE.

    (suite en dessous:)

    RépondreSupprimer
  25. Le nombre des exonérations est maintenant 6 fois plus grand qu'il était en 1989, soit nettement plus que la croissance des États-Unis population carcérale. Il n'y a que quelques dizaines de ces cas à la fin des années 80, et il y a maintenant plus d'une centaine par an. Vous pourriez penser que c'est en raison de l'avènement des analyses techniques, mais cela ne représente qu'une minorité de ces cas d'ADN. En effet, ADN liées exonérations ont en fait diminué depuis 2009.

    Ce qui n'est pas tout à fait clair, est ou non ces arrêts indiquent que notre système de justice est saisissant plus innocents, ou s'ils gagnent juste mieux les laisser aller. Contrairement aux affirmations de la NRE, ce fait est difficile à cerner.

    Ce que nous savons, c'est qu'il y a un sérieux problème avec innocents confessant aux crimes qu'ils n'a pas commis. Des 125 personnes qui ont été libérés l'année dernière, 47 avait plaidé coupable du crime, ce qui représente une augmentation substantielle des années précédentes. Ceci est probablement dû à des techniques d'interrogatoire de police qui ont une tendance à produire de faux aveux.

    Quoi qu'il en soit, c'est peut-être la partie visible de l'iceberg. En quelque sorte, je doute que des millions de gens qui sont pris au piège dans notre système pénitentiaire, seulement quelques centaines sont innocents. Si certaines estimations sont vraies, alors n'importe où entre 4,1 % et 6 % de nos prisonniers sont innocents. Il y a quelque chose de grave avec notre système de justice ; un système que je pourrais ajouter, est censé pour être le noyau d'un gouvernement fonctionnel.

    http://www.thedailysheeple.com/a-record-number-of-prisoners-were-exonerated-last-year_092015

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet

      By lejournaldusiecle
      14 février 2013

      Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d’euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l’euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014.

      C’est le Daily Telegraph qui a révélé l’information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d’une campagne sans précédent de réorientation de l’opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

      Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l’opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique.

      Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s’agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

      Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu’expriment de plus en plus d’Européens, à savoir que "l’Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d’Europe", et non pas "moins d’Europe".

      Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés – incorrects – sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu’est l’UE, dixit Barroso.

      En pleine crise économique, et alors que l’austérité est imposée aux États, l’UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu’une augmentation de près de 2 millions d’euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés l’an prochain.

      Nigel Farage a été l’un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur Russia Today, estimant que l’UE ne valait pas mieux qu’une "république bananière".

      Sources : Daily Telegraph / Agoravox / Russia Today / Le Journal du Siècle

      http://lejournaldusiecle.com/2013/02/14/lue-va-financer-des-agents-pour-contrer-les-eurosceptiques-sur-internet/

      Supprimer